Les Crises Les Crises
17.décembre.201817.12.2018 // Les Crises

Logements pas assez chauffés : la grogne des locataires

Merci 46
J'envoie

Nous avons choisi cet article en lien avec les gilets jaunes. Non pas que, après tout, on ne puisse pas défendre cette position, pour la santé ou l’environnement.

Mais simplement car nous nous sommes demandés combien de députés qui avaient voté ces mesures chauffaient à 16°C leur chambre ?

Source : Le Télégramme, Guirec Flécher, 20-12-2017

« On ne demande pas de surchauffer, mais juste de pouvoir se chauffer correctement », déclarait Yvette, habitante de l’immeuble.

Plusieurs locataires de Lorient Habitat estiment que leurs logements ne sont pas assez chauffés, avec des températures pouvant descendre jusqu’à 16º. Ils ont lancé une pétition, avec l’espoir que leur bailleur arrange la situation.

L’hiver ne débutera que jeudi, mais pour les habitants de l’immeuble au 6, rue d’Annaba, les journées froides n’ont déjà que trop duré. De 18º à 16º, certains locataires peinent à se réchauffer au sein de leur habitation, de jour comme de nuit, et la colère commence à monter chez certains.

« Je ne dors plus dans ma chambre, il y fait trop froid la nuit. Il y a de la moisissure au pied de mes meubles et le sol est parfois trempé, j’ai beau monter à fond les radiateurs, rien n’y fait. C’est décidé je vais quitter le logement », soupire Martine, au premier étage.

Lorient Habitat pointé du doigt

Cette situation, ils sont nombreux à la vivre dans cet immeuble géré par Lorient Habitat. « Il fait parfois 16º C dans ma cuisine. J’ai même pris des photos pour en avoir la preuve ! », clame, clichés en main, Nicole du 4e étage. Tous en veulent au bailleur social, qu’ils soupçonnent de ne pas vouloir prendre le problème à bras-le-corps, voire, de faire des économies en abaissant le chauffage collectif de la propriété. « C’est la première année qu’il fait aussi froid chez moi. Pourtant, rien n’explique ce changement brutal de température. Pour moi, ils ont délibérément baissé le chauffage », soupçonne Yvette.

Pour régler la situation, beaucoup d’entre eux ont tenté de joindre le bailleur. Ils sont alors renvoyés à la société Dalkia, qui s’occupe de la maintenance du chauffage de la propriété. « Sur place, les agents sont d’accord pour nous dire que certaines pièces sont trop froides, mais ils nous renvoient à Lorient Habitat, où eux seuls peuvent décider d’augmenter, ou non, le chauffage. On a le sentiment que chacun se renvoie la balle », ne décolère pas Nicole. Alors, pour enfin obtenir satisfaction, plusieurs voisins se sont réunis afin de lancer une pétition à l’attention de leur bailleur. Tous attendent désormais une réponse.

« Le logement est conforme »

Contacté hier après-midi, Thierry Kuhn, directeur de la maintenance du patrimoine à Lorient Habitat, reconnaît « que pour certaines personnes âgées, ou sans activité, 19º C peut paraître insuffisant, mais c’est la réglementation ». Pourtant, certains habitants affirment avoir ressenti des températures en deçà. Mais là aussi, le cadre affirme avoir pris les mesures nécessaires. « Nous avons demandé à Dalkia d’effectuer des relevés. À chaque fois, les températures se situaient entre 19,2º C et 20,3º C en journée. Le logement est donc conforme », affirme Thierry Kuhn, qui reconnaît malgré tout qu’une baisse a bien été effectuée. « Dans le contrat qui nous lie à Dalkia, la société peut obtenir des bonus ou des malus selon que les températures soient proches ou non de 19º C. Nous avons constaté que certaines résidences avaient bénéficié d’un chauffage au-dessus de la normale, nous avons donc procédé à abaissement pour revenir à une situation stable », informe le directeur. Et si aucun programme de rénovation n’est prévu dans l’immeuble, la sonde extérieure du bâtiment, servant à régler la chaufferie collective, sera réglée afin d’atteindre des températures plus clémentes.

Enfin, dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, des répartiteurs de chauffage ont été installés dans chaque logement. Ces petits instruments serviront à individualiser la consommation de chacun, en 2018, où 30 % des charges seront en frais communs et 70 % à la charge des locataires, selon les relevés des répartiteurs. Le coût annuel de location sera de 4,38 € par appareil. Une mesure, aux yeux des habitants, encore insuffisante pour calmer leur colère.

Source : Le Télégramme, Guirec Flécher, 20-12-2017


Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Tassin // 17.12.2018 à 08h35

Ben chez nous il a toujours fait 18/19°C dans les pièces à vivre et 16°C dans les chambres, ce qui est tout à fait confortable avec un pull, même pour nous plutôt frileux. On ne peut pas continuer à vivre à 25°C l’hiver avec le chauffage et 22°C l’été avec la clim comme quand on pouvait encore faire semblant d’ignorer les signes du désastre écologique enclenché.

130 réactions et commentaires

  • Bili // 17.12.2018 à 07h29

    Il est vraie que 19° c esr frais, chez moi il fait en moyenne 22° , ils devraient tts arrêter de payer leur loyer ca ferais bouger les choses plus vite qu une simple pétition…

      +19

    Alerter
  • anatole27 // 17.12.2018 à 08h19

    On pourrait peut être diminuer le chauffage à l’assemblée dont le budget explose en 2019 : 567 millions d’euros pour 577 députés , on sent qu’ils ont calculés au pifomètre : 1 Million / an par député(e)
    en cause : des tablette informatiques (investissement d’avenir parait il) et les retraites (ah oui si on en causait des retraites des députés !) .

    https://www.francetvinfo.fr/politique/la-republique-en-marche/assemblee-nationale-le-budget-explose-de-47-millions-d-euros_2961541.html

    Ca peut paraitre shadockien comme idée mais on pourrait calculer leur temps de présence dans l’hémicycle :

    imaginons une moyenne de 50% du temps

    les forcer à être présent 6 mois par an : économie espéré : 250 millions d’euros . Ah oui j’oubliais ils veulent une retraite à taux plein !

      +8

    Alerter
    • larmec // 17.12.2018 à 08h22

      Oui le scandale est plutot là ou l’effort est loin d’étre partagé par tous.

        +5

      Alerter
      • Bouddha Vert // 18.12.2018 à 10h36

        Le véritable scandale c’est de ne pas faire le moindre petit effort intellectuel pour comprendre ce qu’il se passe, non?

        Dans un monde fini peut on consommer indéfiniment?
        Dans un monde à 7,5 milliards d’humains équipés d’Iphones, consomment t on autant qu’en 1945 à 2,5 Milliards sans chauffage centrale??

        La réflexion n’est pas compliquée, ce sont les conclusions auxquelles elle mène qui font mal au cul!!
        Bon mal de tête.

          +2

        Alerter
    • Maxhno // 17.12.2018 à 09h10

      On peut calculer a partir de 15h de travail par jour et par députés un coût de temps de prise de parole d’environ 4000€/min soit 1 smic tout les 19s, ce qui veut dire qu’avec 28 000€ tu peux a peine te payer ça:
      https://www.youtube.com/watch?v=MJvkIh-7gy8

      Quand l’assemblé pompe c’est les Shadocks qui trinquent

        +1

      Alerter
  • larmec // 17.12.2018 à 08h21

    Bonjour, Bin oui 19° je trouve pas que c’est froid, au printemps, comment on s’habille quand il fait 19°? Et il faudrait pas oublier ça non plus : http://adrastia.org/observatoire-effondrement-quand/

      +5

    Alerter
  • Kiwixar // 17.12.2018 à 08h31

    La transition énergétique, ça va être les Gilets Jaunes qui grelottent, qui mangent des racines et des semelles, pendant que les 1% qui se gavent et les 20-40% qui profitent des bonnes miettes vivent comme avant. Ou essaient, car le RIC va permettre que les efforts soient partagés équitablement.

      +15

    Alerter
  • Tassin // 17.12.2018 à 08h35

    Ben chez nous il a toujours fait 18/19°C dans les pièces à vivre et 16°C dans les chambres, ce qui est tout à fait confortable avec un pull, même pour nous plutôt frileux. On ne peut pas continuer à vivre à 25°C l’hiver avec le chauffage et 22°C l’été avec la clim comme quand on pouvait encore faire semblant d’ignorer les signes du désastre écologique enclenché.

      +35

    Alerter
    • Kiwixar // 17.12.2018 à 09h33

      Si vous vivez comme ça, c’est que vous n’êtes pas frileux. Ceci dit, je vis plutôt comme vous (17° ou 18°C comme consigne sur les thermostats) et c’est vraiment une question d’habitude, vestimentaire notamment (thermolactyl, pull). Rendre visite à des gens qui sont à 21° ou 22° chez eux l’hiver est une épreuve.
      … Mais ça dépend de l’humidité (la température est une chose et l’humidité en est une autre).

        +15

      Alerter
      • Dominique65 // 17.12.2018 à 13h14

        « Si vous vivez comme ça, c’est que vous n’êtes pas frileux »
        Je suis frileux (et Tassin aussi, il le dit) et c’est conforme aux températures que je maintiens chez moi. Par contre, je m’habille en conséquence.
        « Rendre visite à des gens qui sont à 21° ou 22° chez eux l’hiver est une épreuve. »
        En effet, c’est trop chaud !

          +6

        Alerter
        • jdautz // 17.12.2018 à 17h00

          Pour les chambres, la qualité de la couette importe plus que la température, et une température relativement basse c’est plus sain pour dormir, avec un bon couchage 16° n’est inconfortable que pour aller pisser la nuit sans robe de chambre et faire des galipettes acrobatiques sans couette.

          Pour la journée 19° c’est parfait quand on bouge, mais quand on est immobile de manière prolongée ou qu’on est vieux, pour moi la température idéale se trouve entre 20° et 22°, je n’appelle pas porter une doudoune et des gants dans la maison : confortable…

          Il ne faut pas oublier que a température égale il y a un très gros paramètre qui joue : Le rayonnement thermique. Il n’y a pas que la température de l’air qui compte ! Dans une maison correctement isolée et bien conçue, voir avec les “murs épais” d’une vieille maison, bref avec des murs ou un chauffage qui rayonnent, on supporte une température plus basse sans inconfort. Au contraire, dans les maisons mal isolées du sud, sans inertie thermique et laissant passer les courants d’air, chauffées avec des grilles-pains ou des clim réversibles qui ne font que chauffer l’air, on se pèle a température égales (et en général en hiver), et au passage on crève de chaud en été parce que l’isolation ça marche contre le froid ET CONTRE LE CHAUD ! on consomme considérablement plus d’énergie en chauffage/clim dans le sud que de chauffage en montagne ou l’isolation est une nécessité.

          L ‘obligation d’isoler les maisons neuves devraient améliorer un peu ça, mais les gens sont tarés dans le sud de ne pas construire des maisons climatiques. J’ai un ami qui a une maison BBC, en pleine canicule il met 1/2h de clim le soir et ça suffit pour toute la nuit. Moi j’avais une ancienne maison de village, l’hiver on monte le salon a l’étage, l’été on le descend au rez de chaussé où la température est idéale sans clim inutile.

          Tout ça pour dire que le thermomètre qui mesure la température de l’air n’est qu’une toute petite partie du problème.

            +13

          Alerter
    • LBSSO // 17.12.2018 à 11h21

      Froideur du commentaire .Chaleur humaine.
      @Tassin,
      je comprends le fond de votre commentaire et y adhère .Je ne vais vous faire aucun procès d’intention, sincèrement.
      Mais je trouve qu’il est déplacé, inaudible voire indécent (*) dans le cadre de ce billet et au regard du ton utilisé . Les logements décrits (souvent des années 70) sont mal isolés thermiquement, phoniquement. A l’intérieur très souvent : des points froids engendrent le développement de moisissures; des gradients de températures à l’intérieur d’une même pièce ou de l’appartement nuisent au confort.
      Voyez-vous @Tassin , je trouve que la situation de ces personnes mériterait d’ aborder la question d’un grand plan de rénovation et d’isolation thermique ou de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) .Et nous nous rejoindrions alors sur la question écologique.
      Cordialement.

      (*)C’est le premier adjectif qui m’est venu à l’esprit en vous lisant.Même s’il est excessif, je le retranscris pour vous faire toucher du doigt le ressenti que l’on peut avoir à la lecture, et non par provocation gratuite.

        +18

      Alerter
      • Tassin // 17.12.2018 à 11h30

        @LBSSO :

        “Voyez-vous @Tassin , je trouve que la situation de ces personnes mériterait d’ aborder la question d’un grand plan de rénovation et d’isolation thermique ou de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) .Et nous nous rejoindrions alors sur la question écologique.”

        Je vous suis aussi tout à fait sur ce plan, mais ce ne doit pas être un prétexte à chauffer à plus de 19°C/16°C, ce qui est malheureusement souvent le cas (effet rebond). L’efficacité ne doit pas nuire à la sobriété.

          +8

        Alerter
        • Philippe, le belge // 18.12.2018 à 13h06

          Mais bien entendu que c’est un bon prétexte: à19°c, une maison mal fichue est quasi invivable!

            +1

          Alerter
    • kiva // 17.12.2018 à 11h40

      Vous trouvez normal de vivre avec un pull chez vous…On s’en sortira jamais avec les délires des écolos.

        +10

      Alerter
      • Chris // 17.12.2018 à 12h39

        En-dessous de 23/24°, j’ai froid, pull sur sous pull, caleçon de laine et pantoufles montantes en peau de mouton durant 11 mois de l’année. Jamais eu besoin d’un climatiseur que je trouve une abomination à tout point de vue ! A partir de 27/28°, je mets enfin une robe d’été ou jeans + T-shirt.
        L’âge, mais aussi ma constitution, mes bonnes gens !
        Il y a encore 5 ans, mon appart. descendait à 17/18° à 1 mètre du sol : je vivais calée près d’un radiateur électrique qui me coutait bonbons sans pour autant apporter du confort. Excédée, j’ai fini par contacter une entreprise spécialisée qui vint poser en janvier des capteurs à 30 cm du sol et prit des photos thermiques du bâtiment, laquelle rendit un rapport accablant au bout de 10 jours : sols en permanence à 10-12° et énorme déperdition aux plafonds.
        Mon avocat intervint auprès de la gérance pour que des travaux d’isolation soient entrepris (dalle sur sous-sol en garage et toit plat). Elle s’exécuta dans les 3 mois, la norme légale ici, étant entre 19 et 21° selon les pièces.
        Depuis grand bonheur ! Je peux enfin baisser les radiateurs et j’ai remisé le radiateur électrique à la cave.

          +7

        Alerter
        • Chris // 17.12.2018 à 12h46

          Etude et intervention de l’avocat payée par mon assurance “protection juridique”.

            +0

          Alerter
      • Dominique65 // 17.12.2018 à 13h19

        « Vous trouvez normal de vivre avec un pull chez vous »
        Parfaitement.
        Je trouve aussi irresponsable de préférer entretenir une chaleur d’été dans son logement pour pouvoir y vivre en t-shirt alors qu’on sait tous qu’il faut lutter contre le changement climatique.
        « On s’en sortira jamais avec les délires des écolos. »
        Mettre un pull est un « délire d’écolo » !? Et donc à cause de ça vous ne vous en sortirez jamais ? mais vous voulez vous « en » sortir de quoi au juste ?

          +19

        Alerter
      • Matthieu // 17.12.2018 à 14h05

        Vivre sans pull en hiver et oser se plaindre du froid, je trouve cela irresponsable.

          +14

        Alerter
        • jdautz // 17.12.2018 à 17h08

          Je vis sans pull en hiver. Mais bon, c’est un fait aussi que je skie en jean et chemise a manche longue tant qu’il y a du soleil et qu’il fait plus de -10° ce qui me vaut des regards assassins sur les télésièges ( ̄▽ ̄)ノ_彡☆バンバン!! (rire idiot)

          C’est plutôt en été que j’ai du mal…

            +1

          Alerter
          • Dominique65 // 18.12.2018 à 23h26

            « Je vis sans pull en hiver » Et tu ne te plains pas du froid. La remarque de Matthieu ne concerne donc pas.

              +0

            Alerter
      • Bren // 17.12.2018 à 23h23

        Effectivement il faudrait être torse nu chez soi, ceux qui portent un pull sont des écolos délirants. Aujourd’hui, on se chauffe au gaz naturel, qui est bien beaucoup plus de CO2 que le bois qu’on utilisait avant. On n’avait pas de voiture, mais quoi, la voiture sera bientôt électrique et ne polluera pas si on recycle bien les 400 kg de batterie.
        Ces crétins d’écolos sont contre le progrès, profitons après nous le déluge…

          +3

        Alerter
        • Bouddha Vert // 18.12.2018 à 10h48

          On voit que vous maitrisez le sujet, que vous vous êtes informés, bravo, continuez comme ça, je vote pour vous.
          Quand même une petite question: Votre électricité, vous la fabriquez comment?

            +0

          Alerter
    • step // 17.12.2018 à 11h53

      Bonjour,
      pour avoir fait plusieurs barraques, cette remarque peut être un peu bobo (ou très courageuse). Si le bâtiment est correctement isolé, effectivement, 18/19°C peut être confortable, la chaleur des résidents et des activités (machines et cuisine) peut même la faire monter à plus de 20°C. Par contre si le bâtiment est une passoire, comme j’ai eu l’occasion d’habiter – vous savez les barres avec les cafards qui courent vers la droite à 11h20 car y a la bouffe qui vient d’arriver au Flunch mitoyen – il peut faire 20 sur le radiateur et 15 à 2m de ce dernier.. et là on caille, même avec un pull.

        +13

      Alerter
    • amike // 17.12.2018 à 15h00

      Il faut arrêter avec ces histoires de désastres écologiques ! Le kerozene pour les avions qui emmènent les touristes est détaxé ! Les Maldives, c’est combien d’aéroports internationaux ?
      On a fait tourner les modèles à l’envers : les “gestes” français n’auront strictement aucun effet, si tant est que la sensibilité climatique par le CO2 ait un sens.

      AMHA, si vous vous prétendez frileux et “supportez” 19°C assis et sans bouger, c’est que vous avez moins de 60ans ou que votre logement est récent et isolé à la construction.

        +10

      Alerter
      • Matthieu // 17.12.2018 à 19h17

        Il faut arrêter de comparer les impacts des différents gestes écologiques… Il faut agir partout à la fois!!!

        Je pourrais facilement contrer votre argumentation : L’avion, c’est moins de 3% des émissions mondiales de CO2, il est vraiment ridicule de s’attaquer à ça alors qu’il y a bien plus grave ailleurs, comme l’impact des bâtiments.

        En fait si on décompose suffisamment les activités, tout impact est ridicule!

        https://www.planetoscope.com/co2/1436-emissions-de-co2-par-l-aviation-civile.html

          +7

        Alerter
    • TZYACK // 17.12.2018 à 19h28

      Il est surtout aberrant de réchauffer ou de refroidir un volume d’environ 50m3 d’habitation par personne qui ne présente au plus qu’un volume 500 fois plus petit, alors qu’il suffit de se couvrir ou de se découvrir avec des vêtements adaptés aux conditions climatiques environnantes.

        +6

      Alerter
  • Anne L’Hoste // 17.12.2018 à 08h44

    Vous utilisez des expressions relayées par les médias officiels qui diffusent de la propagande 24h/24h: ainsi parlez-vous de “grogne” des locataires, tout comme eux ….
    Pourquoi ne pas parler clairement de révolte des locataires?

      +11

    Alerter
  • Océan de sagesse // 17.12.2018 à 08h55

    Je vis en logement social a Bruxelles !
    Cet été ils m’ont installé une nouvelle chaudière !
    Impossible de dépasser les 20 degrés et pourtant le thermostat va jusque a 30 ce sont leurs vieux radiateurs qui ne suivent pas !!!
    Dix neuf degré est la température recommandée par le gouvernement !
    Je ne peut donc rien faire !

      +1

    Alerter
    • Chris // 17.12.2018 à 12h48

      Bizarre, car les nouveaux radiateurs acier (anciennement en fonte et plutôt encombrants) présentant moins de surface répandent moins de chaleur, mais compensée par une circulation d’eau plus rapide.
      Je soupçonne un réglage de température moindre, voire des pompes de circulation défaillantes ou insuffisantes.

        +1

      Alerter
    • Jean-Do Veuve // 17.12.2018 à 17h25

      Dans mon immeuble, nous avons des calorimètres qui mesurent raisonnablement bien la consommation de chacun. Couplé avec des vannes thermostatiques, chacun peut réguler la température de ses pièces et donc de l’appartement à son choix. En fin d’année, on fait le compte de la consommation de chacun et on répartit les coûts variables du chauffage au prorata. Mes voisins du dessous qui vivent à la température extérieure (fenêtre ouverte) paient des clopinettes, les frileux du 9e paient notablement plus que moi qui vit avec un gros pull et qui suffisamment jeune. Chacun est donc libre de choisir… et d’en assumer les coûts.

        +2

      Alerter
    • jdautz // 17.12.2018 à 17h34

      Impossible de dépasser 20° : C’est qu’ils ont bien réglé la chaudière.

      L’âge des radiateur n’a aucune importance a ce niveau, sauf s’il faut les purger/détartrer ce qui est de la maintenance courante.

      Après comme dit dans les autres commentaire, il y a souvent des huisseries sont a changer ou une isolation a faire, un sol a isoler (tapis?) pour que ces 20° deviennent beaucoup plus confortables. 20° est une température saine et tout a fait confortable sans courants d’air et sans mur-sol-plafond froid.

        +3

      Alerter
  • Basile // 17.12.2018 à 08h59

    faut faire comme au Japon : vivre dans de petits logements. Voire comme en Angleterre : de petites maisons mitoyennes.
    1) c’est moins cher
    2) c’est plus facile à chauffer.

    Mais la France étant un pays « riche », on a créé des normes de confort, on voulu que le peuple vive confortablement.

    Résultat : loyer élevé pour les uns, emprunts pour les autres. Le peuple prisonnier à vie pour le plus grand bonheur des gouvernements successifs.

    jusqu’à ce qu’un petit marquis aille trop loin. Tout s’accélère. Autrefois, il fallait atteindre le niveau Roi pour déclencher les révolutions, aujourd’hui, le niveau marquis suffit.

      +5

    Alerter
    • Tassin // 17.12.2018 à 09h09

      Tout à fait. La surface de logement par habitant a doublée en 40 ans. Ce qui explique en grande partie l’explosion du coût du logement dans les dépenses contraintes des ménages.
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/05/21/1968-2018-logement-consommation-etudes-comment-la-france-a-change-en-cinquante-ans_5302144_4355770.html

        +5

      Alerter
      • calal // 17.12.2018 à 09h22

        “chaque Français dispose aujourd’hui en moyenne de 40 m2, contre 23 m2 en 1970.”
        alors ca j’aimerai voir le detail de ces chiffres. Parce que dans ces moyennes,il doit y avoir une sacre difference entre la surface moyenne et la surface mediane…ou alors les mecs ont compte les surfaces de logements vides pour cause de loyer trop eleve ou les residences secondaires dans la surface dispo pour les habitants.

          +3

        Alerter
        • Tassin // 17.12.2018 à 09h34
        • VVR // 17.12.2018 à 11h34

          Les logements vides, c’est surtout une question de politique publique d’aménagement du territoire, ou plutot son absence depuis 60 ans, qui a concentré les emplois dans quelques zone restreintes, situation aggravée par les politiques d’austérité et de ‘rationalisation’ de l’administration.

          La situation est donc une profonde inégalité entre les “péri-urbain” qui habitent dans des logements individuels de plus en plus grands et des urbains qui s’entassent dans des logements collectifs de plus en plus petit (dans les 2 cas, de quelques pour-cents par an), et une moyenne qui se trouve dans un creux entre 2 gaussiennes, et ne correspond donc à personne.

            +6

          Alerter
      • Basile // 17.12.2018 à 09h40

        @Tassin :

        en effet. J’y réfléchi souvent et à tout point de vue, coût, et gentrification, ce terme à la mode.

        je faisais remarquer à un élu de gauche qui se penche sur la « gentrification », style, « pauvres gens poussés dehors par la bourgeoisie », je faisais donc remarquer que chez mes parents, nous étions 4 dans un studio. Réponse de l’élu fier d’avoir apporté le bonheur aux couches populaires : c’est interdit maintenant.

        Or, avantage : quand j’ai quitté le studio de mes parents, j’ai trouvé un studio dans le même immeuble.
        1) je n’ai pas quitté mon quartier
        2) c’était à porté de ma bourse.

        quand est-il aujourd’hui ? Absence de petites surfaces sans confort, abordable à des jeunes couples. Les rares disponibles étant occupés à vie par encore moins fortunés.

        conséquence : la première génération quittant les parents, a quitté Paris pour la proche banlieue. La génération suivante quitte la proche banlieue pour la grande ou la province.

          +8

        Alerter
      • K // 17.12.2018 à 14h25

        A verifier mais je pense que le doublement de surface a à voir avec le divorce de masse. Chaque parent voulant continuer à habiter dans un grand logement pour accueillir ses enfants.

          +9

        Alerter
        • Basile // 17.12.2018 à 18h49

          c’est pas faux. Mais c’est à mon avis une des causes des fins de mois difficiles pour certains. Autrefois, dans la classe ouvrière, le couple se serrait les coudes pendant 50-60 ans, sans forcément vraiment s’aimer. Ça s’engueulait, mais ça faisait presque partie du folklore.

            +5

          Alerter
          • K // 17.12.2018 à 19h22

            Absolument, chacun des 2 époux savait prendre sur lui de manière à éviter que le désamour ne se transforme en haine.
            C’était une nécéssité, et cela permettait de préserver le niveau de vie et la cellule familiale.

              +6

            Alerter
    • calal // 17.12.2018 à 09h30

      japon 338hab/km2 ru 247hab/km2 france 112 hab/km2

      Oui pourquoi faut il que le betail vive confortablement? Pourquoi elever le troupeau en plein air alors qu’on peut le concentrer dans des elevages industriels dans des petites cages empilees en hauteur dont on piloterai le chauffage,la luminosite,l’eau a distance. Et pour economiser encore un peu on leur donnerai a manger des farines animales d’insectes ?

        +10

      Alerter
      • VVR // 17.12.2018 à 12h06

        Le probléme, c’est que le confort c’est relatif. Je vis trés bien a 18° en hivers, et 27° sont parfaitement confortable en été, températures parfaitement atteignables avec une isolation correcte et un rythme de vie adapté. Mais visiblement certaines personne sont incapable de vivre a moins de 25 en hivers, ou a plus de 22 en été.

        Alors oui, j’en convient, il faut supporter la torture le porter des pulls ou de tomber la veste, et parfois même grellotter un peu ou, pire, transpirer pendant quelques jours, le temps que le corps d’adapte. Pourquoi supporter une telle torture quand on peut consacrer quelques heures de travail par semaine a ne tenir aucun compte de son environnement.

          +8

        Alerter
        • Titine // 17.12.2018 à 14h15

          Vous êtes au courant que les personnes âgées peuvent avoir des difficultés à maintenir leur température corporelle par exemple, et que 16 degré c’est peut-être adapté quand on est relativement jeune mais que ça peut ne plus l’être quand on vieilli ? Et sinon pour ceux qui crève lors des canicules, c’est bien fait pour eux ?

          De plus, j’ai personnellement vécu dans une passoire thermique, on reste collé à ses radiateurs électriques qui chauffent 30 cm autour d’eux et on fait de la buée quand on parle, tout en ayant une facture électrique de 1500 € par ans. Alors oui d’accord, c’est mal de surchauffer, mais lorsque vos meubles moisissent peut-être qu’il est temps d’envisager qu’il y a d’autres soucis que les gout de luxe des méchants pauvres qui ne sont pas écolos…

            +9

          Alerter
      • Paul // 17.12.2018 à 13h10

        Bonjour très cher Calal,
        notre compassion envers ce petit peuple que nous chérissons si tendrement , ce depuis fort longtemps ‘’Nous’’ permet de condescendre à bien vouloir répondre à vos perfides insinuations .
        Que les gueux vivent sur nos terres,soit,cette nuisance ,nous la supportons par pure esprit de charité.Mais de là à espérer qu’il nous soit possible d’envisager une amélioration de l’habitat pour la plèbe,il y à là une regrettable confusion de votre part , laquelle nous assimilons à un acte délibéré de lèse Majesté .
        Le Château et son puits pour les Maîtres.
        Les dépendances pour notre bétail .
        Les chaumières , l’eau du ruisseau , le bois mort pour le bien être que ‘’ Nous ‘’ généreusement concédons à nos manants.
        Quant à leur mangeailles , qu’ils les agrémentent du glanage après les récoltes…

        Zuzu le Piteux. Petit Maqué Saigneur du bas des champs.

        Cdlt .

          +6

        Alerter
        • Bouddha Vert // 18.12.2018 à 11h04

          Et donc??
          Vous pensez que nous avons tous le droit à la vie de château ou que tout le monde doive faire des efforts?

            +0

          Alerter
      • Patrick // 17.12.2018 à 19h01

        en plus comme ça ils sont beaucoup plus faciles à surveiller que si ils étaient dispersés dans la campagne.

          +2

        Alerter
    • DocteurGrodois // 17.12.2018 à 09h39

      Visiblement vous n’avez jamais mis les pieds en Angleterre ni au Japon.

      En Angleterre l’air est très humide (à Lorient aussi d’ailleurs), et en dessous de 15°C ça devient déjà malsain. En hiver vous devez vraiment pousser le chauffage ne serait-ce que pour assécher un peu l’air. D’ailleurs beaucoup d’anglais aiment être très au chaud chez eux.

      Au Japon la plupart des appartements et des maisons sont très mal ou pas du tout isolés malgré des hivers très rigoureux. Les gens se débrouillent avec des tapis et des couvertures chauffantes, et des radiateurs d’appoint. Et contrairement aux clichés, ce n’est pas un choix ou une tradition ancestrale, c’est une contrainte. Les logements bien isolés (ou même simplement bien construits) sont hors de prix.

        +9

      Alerter
      • Chris // 17.12.2018 à 13h02

        Les logements bien isolés (ou même simplement bien construits) sont hors de prix.
        Hors de prix ? Non. 20% plus cher sans plus, résultant de choix techniques appropriés : matériaux employés, conception des espaces, fonctionnement basse énergie.
        Une démarche inconnue par la promotion immobilière pour qui seul compte le profit.
        Et si d’aventure, elle applique un concept “mini énergie”, elle le fera payer comme une rareté, donc très cher.

          +1

        Alerter
      • Basile // 17.12.2018 à 13h17

        je vous parlais de la surface. J’ai fais mes plans moi-même, inspiré de la disposition et surface de la maison d’un ami Anglais. Maison cubique, soit la plus petite surface de murs extérieurs avant la boule. Que ce soit dur à chauffer, c’est autre chose. Mais 80 M² pour 5 pièces, même mal isolé, c’est plus facile à chauffer que le même nombre de pièces en 140 m².

        vous voulez des chiffres ?
        Conso annuelle en Kw : chauffage, eau chaude, éclairage, cuisine : 7.073 kw
        voisins de gauche et de droite au gaz : 13.000 kw et 26.000 kw sans éclairage et sans four
        un autre voisin au gaz : 24.000, donc sans éclairage et four

          +2

        Alerter
      • René Fabri // 17.12.2018 à 13h43

        Un déshumidificateur électrique est une machine merveilleuse. Je conseille à tout le monde d’en avoir.

        Cela rend l’air plus sain, et surtout cela empêche le développement des moisissures. Et il est plus économique d’être à 16 degrés avec un déshumidificateur et un pull plutôt que de pousser le chauffage à 19 ou 20.

        Cela marche comme un réfrigérateur, et donc son inconvénient majeur est que ça fait un petit peu de bruit. Mais, on peut le régler pour qu’il marche en son absence. On peut le faire fonctionner qu’une fois ou deux fois par semaine.

        Ou bien, une bonne VMC est aussi une solution.

          +4

        Alerter
        • Chris // 18.12.2018 à 01h11

          Oui vous avez raison, un déshumidificateur est une excellente idée, plus flexible qu’une VMC. A conseiller aux propriétaires de maisons en régions humides : il assainit air et bâtiment en hiver. On a trop tendance à oublier que nous sommes des échangeurs air-eau, donc que notre corps contribue à l’humidité.

            +1

          Alerter
    • Chris // 17.12.2018 à 12h54

      Vous avez raison quant à la taille des logements, surtout l’aménagement des maisons. Je frémis en imaginant le coup du chauffage (et l’inconfort) quand je vois des escaliers de liaison, mezzanine, galerie et/ou cheminée ouverts : de véritables gouffres à calories qui fonctionnent comme des hôtes aspirantes.
      C’est beau, mais une hérésie économique.

        +4

      Alerter
    • jdautz // 17.12.2018 à 17h47

      Le japon est un très mauvais exemple. Leur maisons sont très mal isolées sauf depuis très récemment, leur petit soucis nucléaire aidant… et probablement a l’extrême nord où l’hiver est long et froid. Dans les îles les plus au sud il n’y a pas vraiment besoin de chauffer. Mais dans la plus grande partie du territoire il fait souvent 10-15° dans les maisons voire moins…

      Les japonais on surtout un grand principe, qui a certainement un rapport avec leur maison en papier : On ne chauffe pas la maison mais les personnes. Avec un bon Kotatsu, il peut faire n’importe quelle température dans la maison, on est super bien ! Croyez-moi sur parole !

      Bref, ils sont habillés dans la maison en hiver, chauffent très peu mais très mal, et a proximité des individus, pas la maison entière.

        +3

      Alerter
    • petitjean // 18.12.2018 à 10h27

      “vivre dans de petits logements”
      proposez vous que nous vivions dans des clapiers à lapins, comme dans les élevages intensifs d’animaux ?
      l’un contre l’autre, en batterie , pour se réchauffer ?…………….

        +0

      Alerter
  • calal // 17.12.2018 à 09h17

    Retour vers le passe avec un premier arret en 1950 avant le terminus a germinal.
    1950, des chambres a 16° ou moins ca veut dire des risques accrus de problemes pulmonaires pour les enfants voire de la tuberculose.Mais bon,plus besoin de faire des enfants puisque la generation suivante de travailleur sera produite en afrique pour un cout bien moindre et donc un profit plus grand.
    Certains vont redecouvrir l’utilite de la couette en plume,du bonnet de nuit,du lit a baldaquin et des rideaux epais aux fenetres.

      +6

    Alerter
    • VVR // 17.12.2018 à 12h59

      La tuberculose s’en fout complétement de la température, au contraire, c’est une bactérie ce qui signifie que plus il fait chaud, mieux elle se porte, et c’est valable pour toutes les bactéries, donc l’essentiel des maladies pulmonaires.

      Le probléme sera essentiellement l’humiditée. Et si le probléme est l’humidité, monter le chaufage ce n’est que planquer la poussiére sous la tapis. Faire baisser l’humidité dans un logement, on sais faire depuis Vitruve (an 15 av. JC). Même si 90% des pavillons conscruits depuis les années 50 n’en tiennent absolument pas compte, puisqu’il suffit de monter le chauffage, et le chauffage ça ne ne coute rien au constructeur.

        +7

      Alerter
      • Jeanne L // 17.12.2018 à 15h41

        Années 50 et du vécu:
        Reconstruction, classe ouvrière, tous dans une seule pièce à la fois cuisine, salon, chambre d’enfants et suite parentale comme on dit maintenant, les cabinets (comme on disait alors) sur le pallier et une fois par semaine les bains douches municipaux de la ville de Paris, rue Honoré Chevalier .
        Le poêle à “feu continu” en 1953, à charbon, un progrès!on va chez le bougnat chercher par broc (montez trois étages SVP),c’est tellement mieux que la cheminée à foyer ouvert. Tout cela dans un beau quartier, vivant, entre Saint-Sulpice et le Luxembourg, vous savez celui si recherché par les artistes et communicants.
        Bref, oui tuberculose à l’âge de huit ans et un an de sana… Rémifon et P.A.S.streptomicine antibiotiques qui sauvent. Vive les antibiotiques, parce que les cataplasmes de moutarde pendant un mois cela n’a rien fait à mes poumons !
        Après chauffage central, une pièce de plus un peu d’espace. Je n’étais pas Cosette, mais qu’ on arrête de parler de ” trente GLORIEUSES” car pour qui? pour quand? et à quel prix.
        Oui, le confort, l’hygiène,la qualité de l’air. Oui les pulls, mais aussi la possibilité de se glisser au lit sans grelotter avant la couette, pouvoir se relever pour faire ses devoirs, Vitruve très bien, mais la réalité de la vie des pauvres si elle n’est pas la même reste celle d’une profonde difficulté, les HLM froids en bout de colonne montante depuis la chaudière, la sensation de ne pouvoir réfléchir correctement, malgré les joyeusetés de la frugalité qui nous rend résistants je ne voudrais plus revivre .

          +6

        Alerter
      • kiva // 17.12.2018 à 16h18

        Le soucis de température ce n’est pas pour la tuberculose mais pour les humains… Plus il fait froid plus notre système immunitaire s’affaiblit nous rendant plus sujet à développer diverses affections.

          +4

        Alerter
        • VVR // 17.12.2018 à 18h04

          Contrairement aux idée reçues, c’est faux. L’influence du froid hivernal sur la maladie est lié au caractéristiques de transmission des maladies, principalement des virus, et pas au système immunitaire. Et heureusement, pensez a ces gens qui sont obligés de travailler plusieurs heures par jour en extérieur, et la pénurie de main d’oeuvre que ça provoquerait tous les hivers.

          Pour la petite histoire, le froid va permettre au virus survivre quelques heures sur la poignée de porte que votre main vient de saisir. Par contre, quand le lendemain vous allez tousser dans une pièce a 25°, la chaleur va permettre au virus de rester en suspension dans l’air plus longtemps, contaminant les autres sur une plus grande distance.

            +1

          Alerter
          • kiva // 17.12.2018 à 19h20

            https://www.nature.com/articles/ncomms8000

            C’est pas ce qu’avance cette étude.

              +2

            Alerter
            • VVR // 18.12.2018 à 10h20

              Effectivement, mais elle n’avance pas le contraire non plus.

              Je ne nie pas l’influence de la saison sur la maladie, mais l’influence de la température ambiante sur le systéme immunitaire. Et mon petit doigt me dit que l’expression du recepteur vitamine D, par exemple, est beaucoup moins lié a la température qu’a l’ensoleillement.

                +1

              Alerter
    • Globule rouge // 17.12.2018 à 15h30

      Sinon le froid (et l’humidite refroidit le corps) a par exemple un effet vasoconstricteur, hypertenseur, rend le sang plus visqueux, augmente l’activite du coeur etc… donc il est un facteur de risque pour les pathologies liees comme les avc and co….
      Je m’inquieterais plus pour les personnes agees que les enfants.

        +5

      Alerter
  • Chris // 17.12.2018 à 10h36

    Ben oui tout ca c’est du confort , et le confort ca se paye . Perso je vis à 16° avec pull et chaussettes . Et n’ai ni pneumonie ni tuberculose . Par contre niveau économie ca paye . Et je cherche ma fille à pied , cout 5mn , économie 30€/mois .

      +13

    Alerter
    • kiva // 17.12.2018 à 11h45

      Lorsqu’on commence a affirmer et croire que vivre sans pull chez soi est du confort c’est qu’on a été tellement intoxiqué par la propagande écologiste qu’on est prêt à accepter n’importe quoi. A ce tarif, votre ordinateur, votre smartphone etc sont aussi superflus, débarrassez vous en rapidement. Et on peut multipliez ce sophisme à l’infini.

        +9

      Alerter
      • Tassin // 17.12.2018 à 12h03

        Ben c’est bien ce qu’il va falloir faire à l’avenir non? Vous croyez sincèrement qu’on peut continuer à se vautrer dans la consommation comme ça? En mode Georges Bush : “notre niveau de vie n’est pas négociable”?

          +11

        Alerter
        • Le Rouméliote // 17.12.2018 à 12h08

          Oui !

            +1

          Alerter
        • kiva // 17.12.2018 à 12h27

          Vous êtes dans un délire écologiste absolument hallucinant. Mais personnellement je ne vous empêche absolument pas de donner l’exemple, voire même d’aller dans une démarche jusqu’au-boutiste où vous troquerez votre logement pour une tente et ainsi vous réduirez votre consommation drastiquement.

          Il y a une différence entre évoluer vers un modèle plus responsable (isolation, modification des sources d’approvisionnement en énergie etc) et la parano écologiste où le seul horizon possible serait un retour à un niveau de vie antérieur aux révolutions urbaines…

            +9

          Alerter
          • jdautz // 17.12.2018 à 17h59

            Ce qui est délirant c’est que d’estimer que mettre un pull en hiver est un délire écologiste. Un pull ce n’est pas une moumoute des gants, un bonnet, une écharpe et des bottes. C’est très confortable, et en plus léger un petit polaire fait très bien l’affaire. Le corps se chauffe et régule sa température de lui même au plus près de la peau ce qui est optimal au niveau confort. D’ailleurs le soir je trouve que la robe de chambre en polaire c’est le top du confort, et chez moi il ne fait pas -5° pour autant mais une température saine ! Quand on chauffe trop, on développe la condensation, l’humidité et les moisissures ce qui est le contraire de sain et confortable !!!

            C’est fout ce que la nature est bien faite, nous sommes des animaux a sang chauds dont la température est auto-régulée en interne. Dieu devait être un écologiste délirant en créant Adam et Ève XD

            La Nature elle même est un gros délire, vivement qu’on deviennent tous des IA pour s’affranchir de la nature.

              +9

            Alerter
          • Lapin compris // 18.12.2018 à 14h59

            Bonjour,

            Je voudrais dissiper un malentendu qui semble exister entre nous.

            Je chauffe à 17°C, je porte un pull, et voir même un bonnet quand je reste longtemps devant l’ordi, vu qu’il est dans une pièce qui est souvent à 14°C (c’est du à la config de l’appart. et au fait que je n’ai pas de voisin qui chauffe … ha oui et je n’ai pas de cheveux, ce qui n’aide pas :D).
            Et vous savez quoi? Je ne suis pas un écologiste délirant. J’ai juste une confiance absolue dans le premier principe de la thermodynamique (conservation de l’énergie). Alors je ne suis pas contre le confort, mais je garde a l’esprit que le confort à un coût. Et si je dois choisir entre un pull à changer tous les 10 ans (et à laver) ou une consommation d’énergie le choix est vite fait.

            Je vous accorde que cela n’a pas toujours été le cas, c’est une prise de conscience qui c’est faite quasiment par hasard. Et loin de moi l’idée de vous accuser de quoi que ce soit. Mais sous-entendre que je délire … c’est fort de café.

            Alors qu’on chauffe nos p’tits vieux (ou qu’on les climatise), je suis pour. Vu qu’on sait que le corps humain fini par avoir des soucis de régulation avec l’age. Mais quand je vais chez des personnes qui chauffent pour pouvoir rester en t-shirt ou en petite robe en hiver, je crie au gaspillage et à l’inconscience.

            Quand à la question de la consommation, il ne s’agit pas de l’arrêter, mais de la rendre compatible toujours avec ce fameux premier principe de la thermodynamique. Quand vous avez un dressing plus grand que mon salon chauffé à 25°C en hiver pour y stocker des fringues que vous ne porterez qu’une fois la c’est du délire. Quand vous partez en avion dans l’hémisphère sud en été pour skier ou en hiver pour bronzer sur une plage, la c’est du délire. Quand vous changez de téléphone ou d’ordi tous les ans c’est encore du délire.
            Pourquoi du délire? Car on ne viole pas le premier principe de la thermodynamique et j’introduis ici également le second principe, l’augmentation inéluctable d’entropie. Et on ne négocie pas avec les lois de la physique.

            Voila, j’espère que le malentendu est dissipé.
            Prenez soin de vous.

              +4

            Alerter
            • Myrkur34 // 19.12.2018 à 20h40

              Je confirme, le bonnet, çà change tout. Ou un double tee-shirt sous le pull.

                +0

              Alerter
          • Bouddha Vert // 18.12.2018 à 23h41

            En fait de délire, c’est un sujet qui touche aux volumes et aux quantités, comme vous ne faites pas l’effort de vous y pencher, cela tourne à la conversation de bistrot.

            Ce sont toujours les mêmes qui font confiance en la technologie et la science pour nous en sortir, mais qui oublient que ce sont les mêmes chercheurs qui travaillent aux travaux du GIEC pour nous alerter que la fête est finie.

            Donc, avant de prétendre “évoluer vers un modèle plus responsable” sachez de quel sujet on parle!

              +1

            Alerter
            • Lapin compris // 19.12.2018 à 06h50

              Pour compléter j’ajouterai la qualité en plus des volumes et quantités. Un exemple frappant est la machine à laver le linge, qui a maintenant une cuve thermo-soudée, et qui n’est donc plus réparable (sauf les modèles pro ou semi-pro, mais qui sont hors de prix).

                +0

              Alerter
    • Sophia // 17.12.2018 à 11h50

      La température ressentie dépend beaucoup de l’humidité. En régions humides, 16°, c’est trop froid. Non seulement vous aurez beau mettre des pulls, ça n’arrivera pas à vous réchauffer, mais, en plus, ça sera mauvais pour la maison (condensation, moisissures…). En outre, chez les personnes âgées, surtout les femmes, la thyroïde fonctionne moins bien, souvent, passé un certain âge. Symptôme classique de l’hypothyroïdie: on est frileux (vous savez, ces mamies qui vous disent: “mets un pull, tu vas prendre froid”, alors qu’il fait 25 degrés?). Tant mieux pour vous si vous avez un bon métabolisme et que vous vivez en région sèche, mais ce n’est pas le cas de tout le monde…

        +15

      Alerter
  • arthu44 // 17.12.2018 à 11h27

    Tu parle , et pendant ce temps des logements HLM sont surchauffés , l’hiver les locataires doivent ouvrir les fenêtres tellement la chaleur y est insupportable et impossible de régler la température ou de fermer l’arrivée de chaleur le chauffage est par le sol et réglable en un seul endroit pour tous . Mais à coté de ça le coût chauffage des logements a tellement augmenté ces dernières années que bon nombres ne peuvent meme plus se chauffer ou peut , alors du coup ceux qui ont une chaudière individuelle ont du mal à se chauffer ou électriques , il y a ceux qui ont le chauffage et l’eau chaude inclus dans le loyer qui se plaignent qu’il y fait trop chaud ou trop froid , mais au delà de ce problème si chacun doit venir se plaindre de ses petits problèmes on risque pas d’avancer et puis il faut relativiser un tantinet , n’oublions pas que beaucoup non pas logement et puis ça sera quoi après , l’été il y fait trop chaud

      +4

    Alerter
  • max // 17.12.2018 à 11h32

    J’habite dans les Hautes-Alpes à Briançon, un appartement de 50m/2 l’un des problèmes est le manque d’isolation thermique.
    L’office HLM arrive à maintenir une température acceptable mais avec une surconsommation énergétique inacceptable, je paie 804€/par an rien que pour le chauffage collectif, la température en extérieur de nuit est tombé a -14 degré la semaine dernière.
    Quand on passe la main le long des fenêtres dans un bois qui ne remplit plus correctement ses fonctions de protections, on sent les échanges d’air avec l’extérieur.
    On a fait des lettres, des pétitions, on a remplit des questionnaires officiels, les associations de locataires sont prévenus, le maire est au courant, le député est au courant ainsi que les conseillers cantonaux ainsi que la préfecture et bien évidement l’OPH05 de Briançon/Gap, résultat des clous.
    Cette été j’ai acheté de la pate a bois et de la lazure externe ainsi du silicone transparent a usage externe, on m’a dit que c’était aux hlm d’y faire mais comme pour eux tout va très bien, j’ai du payer et faire l’entretien.
    J’espère que ce que j’ai fait comme travaux permettra de limiter la présence du froid chez moi.
    Il est dommage que je ne puisse pas poster des photos, vous auriez constaté l’état de nos fenêtres, les radiateurs sont des grille-pains.
    Que doit-on faire pour être écouté.
    A part ca le paysage est magnifique, c’est tout blanc.

      +9

    Alerter
    • jdautz // 17.12.2018 à 18h11

      Des grilles-pains a Briançon est un gros scandale en soi. Déjà que même dans le sud…

      Faire quelques travaux soi même ça a beau “ne pas être au locataire de le faire” c’est quand même le locataire qui habite le lieu. Même si “ça n’est pas normal” ça serait quand même stupide de ne rien faire et se pourrir la vie à cause de principes.

      Il existe aussi des radiateurs rayonnants portatifs qui sont déjà beaucoup plus performants : l’important surtout en électrique est le rayonnement infra-rouge, pas de chauffer les courants d’air !

      Après je ne vois que deux pistes : Les associations, faire de la com dans les journaux et internet, et les pourrir dès que possible à chaque assemblée ou conférence politique en cassant leur auto-congratulations et discours bidonnés. Pourrir leur boites mail et postales aussi, en collectif avec des pétitions c’est encore mieux. C’est un vrai boulot, mais comme ils ne semblent pas préoccupés par l’intérêt des gens qu’ils sont censé représenter. A ce propos, mettre les bouchées doubles avant les élections.

        +1

      Alerter
  • Loxosceles // 17.12.2018 à 11h46

    Habitué à 22° constant, j’ai déménagé et je me chauffe désormais entre 18 la nuit et 20-21 le jour, en m’habillant un peu, étant très frileux. Je me vois mal descendre plus bas. On peut discuter sur le “confort”, les standards, etc., mais nous sommes tous différents… Handicapé et vivant à domicile, je ne peux pas m’imaginer à vivre à 16-19° constamment. Certes, avant on se chauffait à la cheminée ou au poêle, et donc la température était mal répartie, mais c’était aussi une autre époque, d’autres modes de vie, d’autres habitudes, plus de chaleur humaine… Quand vous vivez isolé avec peu de moyens, animaux de compagnie et chauffage décent sont vos principaux réconforts. Il faut aussi placer ça dans un cadre de vie général, où l’on vit en masse dans des tours “modernes” ou dans de vieilles cages à lapin d’un autre siècle, pas toujours, justement, aux normes, en terme d’isolation. Et tout cela dans une société où l’isolement social est à un niveau sans précédent.

    Donc moi quand j’entends comme seul et unique argument du bâilleur la “conformité”, dans le contexte actuel de déshumanisation, je n’ai aucune surprise à remarquer une fois de plus que le bien-être n’est aucunement une considération. L’univers technico-légal dans nous vivons n’est guère qu’une prison.

      +9

    Alerter
  • Vincent // 17.12.2018 à 12h13

    Il faut pas se moquer du monde non plus ! J’ai vécu 2 hivers dans un logement que j’avais du mal à chauffer… Il faisait 12°C dans la chambre, et 6°C dans le reste du logement. Oui, vivre dans ces conditions, c’est pénible, et je ne le ferais pas avec des enfants. Mais on s’en sort tout de même très bien !
    Mais des températures de 18°C sont tout à fait confortables si on met son pull. Et rien n’empêche de rajouter un petit gilet en plus si on est vraiment frileux !

    Comment veut on pouvoir limiter les émissions de GES du pays si on est pas capables de mettre un petit pull l’hiver ? Comment faisaient nos ancêtres ? Ils arrivaient bien à vivre, non ?
    Et comment feront nos petits enfants, quand le coût de l’énergie aura décuplé ? On peut parier qu’ils seront choqués de savoir qu’on se chauffait parfois à plus de 18°C !

    Dernier mot, sur les dispositifs “vertueux” (genre pompe à chaleur…). Ces dispositifs fonctionnent de moins en moins bien au fur et à mesure qu’on augmente les températures. Si c’est pour chauffer à 25° quand il fait 0 dehors, c’est pas mieux qu’un convecteur

      +7

    Alerter
    • kiva // 17.12.2018 à 12h36

      “Comment faisaient nos ancêtres ? Ils arrivaient bien à vivre, non ?”
      Lorsqu’ils le pouvaient ils chauffaient (et c’était autrement plus “polluant” que maintenant) et ils avaient une espérance de vie bien plus réduite…

        +5

      Alerter
      • step // 17.12.2018 à 13h12

        j’allais le dire… ils mourraient à 30 ans eux.

          +2

        Alerter
        • Tassin // 17.12.2018 à 13h32

          Espérance de vie à 30 ans au XXème siècle? Faut le lire vite pour pas s’étouffer avec la mauvaise foi de certains commentateurs.

            +5

          Alerter
          • Loxosceles // 17.12.2018 à 13h39

            Qui a parlé de “XXème siècle” ? Il était question de “nos ancêtres”. Mes ancêtres ne vivaient pas au 20e siècle, mes parents, mes grands parents, oui… Quand il est question “d’ancêtres”, personnellement j’entends 19e siècle et surtout au-delà, y compris jusqu’à la préhistoire. Donc, pendant cette période, oui, il y a bien eu des moments où l’espérance de vie moyenne pour le peuple correspondait à 30-40 ans.

            Quand la mauvaise foi le dispute à la mauvaise foi, donc…

              +0

            Alerter
            • Tassin // 17.12.2018 à 14h59

              On parlait de chauffer les logements à des températures relativement basses… ce qui était le cas jusque dans les années 60-70 à peu près. Pas besoin de remonter à la nuit des temps

                +3

              Alerter
            • step // 17.12.2018 à 15h20

              ah désolé, je n’ai pas connu cette époque.
              @Tassin.
              Parfois, il ne faut pas confondre l’humour un peu noir avec de la mauvaise foi:)

                +1

              Alerter
            • kiva // 17.12.2018 à 15h54

              @Tassin
              https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/graphiques-cartes/graphiques-interpretes/esperance-vie-france/

              Voilà l’espérance de vie en France (Ined) sur les 2 derniers siècles, il y a peut être une petite corrélation entre les conditions de vie (chauffage entre autres) et celle-ci…

              De plus balancer “jusque dans les années 60/70, on chauffait relativement peu, c’est un peu oublier l’histoire. Le chauffage central au gaz, les radiateurs en fonte et les convecteurs électriques se développent (et se massifient) pendant ces années là. Le chauffage au sol électrique lui émerge deuxième moitié des années 60. Forcément la massification de systèmes de chauffage plus performants s’accompagne d’une augmentation continue des températures lors de cette décennie au sein des habitations. C’est une amélioration gigantesque des conditions de vie des gens où l’on a pu réguler réellement les températures. S’il y a eu un tel développement du chauffage c’est que les conditions antérieures n’étaient absolument pas enviables.

                +2

              Alerter
            • Suzanne // 17.12.2018 à 16h58

              à Loxosceles et sur le sujet de l’espérance de vie. L’espérance de vie, ça tient compte de la mortalité des jeunes enfants. Quand les gens arrivaient à l’âge adulte, ils mouraient à environ 70 ans, et ce y compris il y a très très très longtemps (vais chercher des sources, mais c’est chez tous les bons anthropologues 🙂 ).
              Dans ma famille, les morts à moins de 80-90 ans, c’est seulement depuis 1970, comme quoi…

                +5

              Alerter
            • Loxosceles // 17.12.2018 à 17h33

              Sur l’espérance de vie prenant en compte la mortalité enfantine : bien évidemment, et heureusement. Nous ne saurons jamais de quoi était précisément faite la mortalité enfantine ancienne, mais je ne serais pas étonné que l’exposition aux conditions extérieures (dont la température, donc le manque de chauffage) ait joué. Ce n’est une nouvelle pour personne que la mortalité animale augmente au cours de l’hiver, je pense. De même, si les “SDF” meurent de la chaleur (déshydratatation car alcool, transpiration, etc.) en été, ils meurent beaucoup en hiver.

              Donc le chauffage n’est clairement pas qu’un “confort”, c’est aussi une aide à la vie et à la survie. Un détail aussi : étant auteur, je ne peux pas travailler par moins de 20 degrés. “Mauvaises habitudes” prises dès l’enfance, peut-être, mais difficultés physiologiques, sans aucun doute. On ne peut pas se concentrer correctement dans le froid. Il faut aussi prendre cela en compte : des gens travaillent chez eux, et les travaux intellectuels ne consommant pas beaucoup de calories, on se refroidit facilement, surtout quand on vit dans certaines conditions physiologiques et de santé, qui plus est.

              Par ailleurs, il parait difficile de nier que la longévité a augmenté en occident après la seconde guerre mondiale. Un cas familial ne fait pas raison.

                +2

              Alerter
            • jdautz // 17.12.2018 à 18h26

              Pour l’espérance de vie on connaît très bien la réponse.

              Jusqu’a il y a peu, l’allongement de l’espérance de vie était en premier lieu lié a l’amélioration de l’hygiène, et pas de de la médecine pure.

              Bien entendu une alimentation plus variée au long de l’année sans famine, le chauffage et l’eau chaude, la médecine y sont aussi pour quelque chose. Le tout étant lié : On se défend bien mieux du froid et des maladies quand on est en pleine santé que affaibli par les privations avec une hygiène défectueuse (dont les habitations insalubres).

                +2

              Alerter
        • Bouddha Vert // 18.12.2018 à 23h50

          Pathétique!!
          L’espérance de vie est essentiellement le fait du réfrigérateur et de l’hygiène, sinon il n’y aurait pas d’hommes en arctique, et on y meurt pas à 18 ans!!
          Si l’espérance de vie tenait à la température, les tropiques seraient pleins de multi centenaire!

            +0

          Alerter
  • Le Rouméliote // 17.12.2018 à 12h13

    Et zut, on a le droit d’être frileux, non ? D’autant que c’est général chez les hypotendus qui n’y peuvent rien ! Si vous êtes bien à vous geler à 16 ou 19°, tant mieux pour votre porte-monnaie, mais n’obligez pas les autres à faire pareil. J’ai encore le droit de me chauffer comme je veux et d’avoir les moyens de la faire, non ?
    Ça me fait penser à tous ces Nordiques qui viennent en Provence l’été et qui se plaignent de la chaleur dès 30°. Eh bien, je commence à être bien, moi ! Je peux ? C’est autorisé ?
    Pensez plutôt aux Grecs qui sont, cet hiver, 43% à ne pas pouvoir se chauffer du tout ! Comme quoi, la “transition écologique” est en marche… Merci l’UE !

      +13

    Alerter
    • Loxosceles // 17.12.2018 à 13h01

      Exactement. Le rouleau compresseur médiatique sur “le climat” et la transition pseudo-écologique fait accepter n’importe quoi à beaucoup de personnes. Nous sommes dans une période délicate, certes, eu égard à une question de transition énergétique qui se cache derrière les atours de l’écologie, ce qui permet d’exercer une pression morale “utile” sur les populations…

      Personnellement, à 19° en journée, je suis obligé de mettre des gants parce que mon corps privilégie les organes vitaux au détriment des extrémités. Je suis fait comme ça… Alors quand je lis qu’il suffit de mettre un gilet à 18 et qu’on y vit très bien… ça me fait rire jaune. Un pays n’est pas fait que de bien portants, il y a des gens fragiles, des handicapés, des personnes âgées qui ne sont pas toutes au meilleur de leur forme (et qui le seraient encore moins si elles avaient eu à subir une vie rude au cours des 70 dernières années). On oublie vite les bienfaits de ce qu’on appelle trop facilement “confort moderne” quand on doit passer un ou deux hivers avec moins de chauffage. On en reparle dans 30 ans, quand on tirera les leçons des avantages d’une société où l’on peut vivre dans des environnements sains où l’organisme ne lutte pas en permanence. Certes, les économies d’énergie sont inévitables, donc de chauffer moins, mais si aujourd’hui on déplore constamment les méfaits de la sédentarité, du confort et de la vie facile dans la mollesse (je suis assez d’accord sur le fond), on se rappellera aussi que cela avait des avantages en voyant des conditions de vie plus rudes entraînent tout de même davantage mortalité encore que des conditions de vie favorisant par exemple l’obésité, qui vient plutôt de la nourriture que de l’énergie, soit dit en passant. En clair, des conditions de vie plus rudes ramènent une dose de “darwinisme”. N’allez pas pleurer sur les personnes âgées qui mourront de froid parce que leur organisme ne pouvait plus compenser 16 ou 17° ambiant. Un peu facile de se la jouer “je vis avec 16° et JE chope pas une pneumonie pour autant”. Jusqu’à ce que ça arrive, ou jusqu’à ce que ça arrive à d’autres… Marrant jusqu’où l’individualisme moderne se glisse… Personnellement je ne sais pas si je pourrais survivre à des conditions de vie plus rude, et il en va ainsi de toutes les personnes fragiles ou présentant des déficiences, soient physiques, soient psychiques, ou les deux.

        +9

      Alerter
      • jdautz // 17.12.2018 à 18h36

        « Personnellement, à 19° en journée, je suis obligé de mettre des gants parce que mon corps privilégie les organes vitaux au détriment des extrémités. Je suis fait comme ça… »

        Tout le monde est comme ça, mais si on a des problème circulatoires, c’est plus comme ça que pour les autres. C’est d’ailleurs une des conséquences directe du tabac qui cause des troubles de la circulation et des maladies cardiovasculaires, pas que des cancers. Je connais plusieurs personnes qui ont faillis être amputées a cause du tabac.

        Pour revenir a nos moutons, sauf si vous avez effectivement des problèmes de santé important (ça existe aussi) on n’a pas certainement pas besoin de gants a 19° si le reste du corps est au chaud, justement parce qu’il n’y a pas besoin de préserver l’énergie au détriment des extrémités. La première chose que je mettrais ce sont des chaussons chauds au pieds et pourquoi pas un bonnet, on perd pas mal de calories par la tête.

        En tout cas des gants a 19° ce n’est pas “parce que je suis comme ça” mais “parce que j’ai un problème physiologique ou une pathologie qui demande a être prise en charge”.

          +4

        Alerter
  • Patrick // 17.12.2018 à 13h01

    Ah la la, encore ces s… de proprietaires capitalistes qui veulent la mort du petit peuple .. ah non c’est un bailleur social, un truc à moitié public ( en tout cas qui vit de l’argent public )
    Tout fout l’camp

      +4

    Alerter
    • step // 17.12.2018 à 13h16

      comme souvent hors sujet Patrick, des passoires j’en ai vu des privées et des publiques.
      Par contre la loi des 19°C c’est encore les CSP++ en marche qui parlent aux CSP+ qui mangent bio et roulent au kérosène. 19°C ok pour de l’habitat bien isolé (cat A ou B du diag energétique). Pour le reste, il faudrait peut être songer à faire l’isolation avant… et quelque soit le statut du propriétaire.

        +10

      Alerter
      • Patrick // 17.12.2018 à 15h41

        Je me moque, c’est tout.
        Je dois être classé CSP+ , mais j’habite en pleine cambrousse et je me chauffe avec une cheminée.
        Je ne suis pas sur d’avoir 19’C dans la maison, faudra que je vérifie.

          +2

        Alerter
        • Patrick // 17.12.2018 à 15h42

          Je n’utilise pas de kérosène, uniquement de l’avgas 100ll.

            +1

          Alerter
          • step // 18.12.2018 à 13h38

            Et moi, je me moque de toi 🙂
            je parlais des têtes gonflantes qui avaient pondu cette loi, pas de toi Patrick.
            Pour la température quand je suis pas là, moi aussi je laisse retomber vers les 15°C.
            Tiens pour les commentateurs, n’oubliez pas de mettre votre thermo (si il existe) à voyage si vous partez en vacances de noel en famille. La planète vous remerciera.

              +0

            Alerter
        • Patrick // 17.12.2018 à 18h02

          14 degrés ce soir en rentrant.
          on a mis des pulls et on a relancé le feu

            +2

          Alerter
          • jdautz // 17.12.2018 à 18h42

            Quand un a “un feu” le rayonnement infra-rouge participe beaucoup. Devant un grand feu dans la neige on a chaud et on est confortable non pas parce que l’air est chaud mais parce que le feu rayonne dans les infra-rouges.

            A ce niveau, un poêle est plus performant qu’un insert et bien plus encore qu’une cheminée ouverte qui est un aspirateur a air chaud et refroidis le reste de la maison.

              +1

            Alerter
  • Enma // 17.12.2018 à 13h25

    Il serait aussi intéressant de savoir où ont été faites les mesures et à quel moment de la journée. La température d’un appartement en plein jour alors qu’il fait beau et que le soleil tape sur les fenêtres – et prise à une certaine distance des ouvertures – n’a rien à voir avec la température du même appartement une fois la nuit tombée (donc assez tôt en hiver). On peut facilement obtenir le résultat qu’on veut.

      +2

    Alerter
    • Loxosceles // 17.12.2018 à 17h39

      Les appareils de mesure dont il est question se fixent directement sur les radiateurs, donc, même en imaginant qu’il y ait un ajustement, il est impossible qu’ils mesurent la bonne température… Ces appareils servent d’ailleurs à établir des proratas entre habitants au sein de l’habitat collectif, et ne sont donc pas faits pour mesurer précisément des températures, mais plutôt la consommation relative de chaque logement. Les habitants devraient avoir quelques moyens de contester la fausseté de ces mesures en contactant le service municipal lié à la salubrité du logement. Ils font ça pour les mesures sonores, donc ça doit aussi se faire pour le chauffage.

        +1

      Alerter
      • jdautz // 17.12.2018 à 18h44

        Les thermomètres enregistreurs ça existe. Je suis certain qu’on peut même en trouver avec une app pour son i-phone 😉 ou sa station météo sous Linux.

          +0

        Alerter
  • Basile // 17.12.2018 à 13h55

    notez bien que l’article R241-26 surligné par OB dit que passer de 20° à 19°, c’est 7% de conso en moins.
    Vous avez vu l’entourloupe ?

    ils disent « conso en moins », pas facture en moins. Donc quoi que vous fassiez, votre facture augmente toujours.

    de même que vous avez beau rouler à 70 au lieu de 80, acheter une bagnole à 30.000 €, envoyer moins de lettres par la Poste, vous payez plus

      +5

    Alerter
    • step // 18.12.2018 à 13h45

      ça c’est le problème des infrastructures payées par l’usage. Le prix devient la variable de compensation des fluctuations de l’usage. Alors que parfois l’offre de service doit s’adapter. Ceci dit, pour les réseaux matériels (acheminement du gaz /ex), effectivement que l’on consomme 0 ou plein pot, on paye toujours le tuyau, son amortissement, son remplacement, les pannes et l’extension du réseau. C’est bien pour cela que cette part ne devrait pas être noyée dans une facture d’utilisation et être gérée par une structure non lucrative.

        +0

      Alerter
  • Cyd // 17.12.2018 à 13h59

    En collectif, je suis POUR la limitation du chauffage, parce que c’est du collectif et donc certains ont des “besoins” supérieurs à d’autres, qand ce n’est pas du gaspillage pur et simple, qui sont payés par la communauté.

    Dans notre cas, à moins d’éléments absents de l’article (humidité, courant d’air, etc) , ceux qui ont froid peuvent faire l’appoint de température par un chauffage électrique individuel

      +4

    Alerter
    • step // 18.12.2018 à 13h49

      “par un chauffage électrique individuel”… qui pour le coup est dangereux et écologiquement catastrophique. Je pense que calculer l’optimum est une vrai gageure. C’est bien pour cela que je pense que le chauffage collectif doit pouvoir être géré individuellement (et refacturé en partie individuellement sur la part “sur-consommée). Tous les logements collectifs ne sont pas équipés.

        +0

      Alerter
  • max // 17.12.2018 à 14h05

    Il faut toujours une bonne isolation thermique de l’appartement/maison.
    A partir de la, on a souvent une base collective de chaleur garantie, je crois que chez nous c’est 13 degré garanti quand il fait -23, ensuite l’appoint peut être fait par le chauffage individuel.
    Mais si l’isolation thermique est déficiente, ca nous fait un surcout qui est inacceptable.
    Les Hautes-Alpes on eu ces dernières heures leurs doses d’intempéries.
    Perso j’habite dans ce quartier.
    https://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2018/12/16/neige-climat-circulation-meteo-hautes-alpes
    Ce rajoute l’arrivé récentes de populations venant des plaines (Marseille, Lyon, Paris) et qui ont toujours eu les bonnes températures sans avoir à payer la même note et elles expriment des demandes en chaleur, que les hauts-alpins du coin n’ont pas forcément.
    Dans les petits immeubles HLM le débat est parfois vif entre ceux qui ont l’habitude de vivre dans des températures fraiches et ceux qui veulent des températures hot collectives.
    Le débat se réactivera quand en juillet les HLM présenteront la facture.
    Que ce soit l’eau, l’électricité ou le chauffage au fioul quand vous faites des efforts pour consommer moins, les taxes augmentent pour compenser le manque de recettes.

      +4

    Alerter
  • ima // 17.12.2018 à 14h58

    Pas possible ces éternels quémandeurs pour tout et n’importe quoi. N’en déplaise aux culs gelés, oui, nous vivons avec 19 le jour et 16 la nuit, seulement il ne faut pas tout confondre, l’hiver, on vit en pull, pas en tee-shirt !
    Les mêmes sont sans doute contre la facture des énergies et pour sauver la planète ! C’es gens sont-ils sérieux ?

      +5

    Alerter
    • kiva // 17.12.2018 à 16h01

      Le fameux néo-paganisme, proche de la risible hypothèse Gaia, illustré par l’expression toute faite “il faut sauver la planète”. On aurait pu comprendre, il faut sauvegarder la capacité à notre biosphère d’habiter la vie humaine et autres… mais on en est même plus là si on l’a été vraiment un jour.

        +2

      Alerter
  • Dani33 // 17.12.2018 à 15h40

    Bjr Pas vu la pétition? Merci..

      +0

    Alerter
  • Louis Robert // 17.12.2018 à 15h56

    Paradoxe du progrès en marche arrière.

    À pleins gaz et à grands coups de bâtons.

    France de l’après-guerre.

    Ce bon vieux temps.

    La ceinture bien serrée.

    Nostalgie?

    Je me souviens…

      +5

    Alerter
  • pinaute // 17.12.2018 à 16h58

    Je vis au Québec terre de froidure, je jouis de la géothermie et le termomètre ne bouge jamais. Je le fixe à 21 degré à l’année. Il ne me viendrait pas à l’idée de le changer.

      +3

    Alerter
    • jdautz // 17.12.2018 à 18h52

      … dans une maison bien isolée et confortable. En France on ne se pèle nulle part ailleurs autant qu’a Nice, même dans des logement qui sont loin d’être des HLM. Comme “nous on n’a pas d’hiver” on chauffe avec des “grilles-pain” qui chauffent les courants d’air et comme “ça coûte une fortune” on ne chauffe pas, ce qui n’empêche de mettre une clim réversible ou pas parce que dans une maison pas isolée avec un toit qui fuit non seulement on se pèle en hiver mais on crève de chaud en été.

        +2

      Alerter
  • amer // 17.12.2018 à 16h58

    Des question à tous :

    Combien d’entre vous vivent dans un logement social ?
    Combien ont déjà travaillé dans une association de défense de droits de locataires ?
    Combien d’entre vous connaissent le contrat à intéressement conclue entre un bailleur social et les prestataires de gestion de chauffage dans les immeubles HLM ?

    Dans le cadre de mon travail jai déjà été confronté à ces pratiques dont se plaignent les locataires et la société citée dans l’article (elle nest pas la seule dans ce cas) disposait justement de ce type de contrats à intéressement; et le changement dans la gestion du chauffage s’en est fait ressentir d’une saison à l’autre. Des logements d’habitude chauffés à une température de 19 degrés se sont retrouvés avec une température d’à peine 15 ou même 13.
    Et ces situations sont nombreuses mais personnes n’est au courant à part ça et là, les personnes qui connaissent le problème. Je vous conseille donc d’aller faire une enquête dans les quartiers sociaux sur cette question. Il y a énormément de choses qui se passent et que beaucoup de citoyens ignorent. En général, c’est lorsqu’on est soi même confronté à un probleme qu’on le découvre.

      +8

    Alerter
  • petitjean // 17.12.2018 à 17h30

    On pourrait en rire….mais
    quand je vois ces journalistes, dans leurs studios à la télé, en tenue légère, je me dis que ces studios ne sont pas chauffés à 18° !
    Ces bons journalistes, chantres de la transition escrologiste, chantres du réchauffement climatique et grands défenseurs de la planète , je me dis que l’Exemplarité n’est toujours pas à l’ordre du jour
    Faites ce que je dis , pas ce que je fais
    Les lépreux sont chauffés à 16°, de quoi se plaignent-ils ? En attendant que les compteurs Linky leurs envoient des factures salées, à la tête du client……………….

      +9

    Alerter
  • moshedayan // 17.12.2018 à 20h46

    Je suis très surpris par ces discussions. Moi je vais à vélo et fais rouler ma lada qu’une fois par semaine presque – donc bilan écologique je suis bon je pense. Par contre, après avoir vécu en Russie avec des hivers jusqu’à -20°c et plus souvent -8 -10° en attendant les bus (un bon conseil le froid est insupportable s’il vient par les pieds ! et le jean c’est pourri glacial, rien de vaut un bon velours côtelé)… bref … je ne conçois pas un appartement chauffé correctement !!! J’avais aussi entendu un grand médecin à Montpellierspécialiste des articulations et ligaments qui, à l’époque, des “économies d’énergie” disait que vivre longtemps dans une température trop basse entre 18° – 17° avec un taux d’humidité important préparait les Français à un nombre important de maladies articulaires, lors du vieillissement. D’autant que le froid russe est lui un froid sain sec, un Sibérien m’avait confié à Moscou qu’en France il avait été souvent malade !!!
    Bref, l’écologie pour revenir au Moyen-Age, avec des corps vieillissants souffreteux et douloureux, c’est pas pour moi !!!
    (et vive les ladas, les coréennes ou japonaises qui elles chauffent très bien en Russie !!!) bonne santé à vous

      +3

    Alerter
    • Bouddha Vert // 19.12.2018 à 00h00

      “l’écologie pour revenir au Moyen-Age”
      Avec ou sans politique écologique, croyez vous que le système qui nous chauffe est durable?

      Réfléchir ce n’est pas opposer ces convictions avec les faits.

        +0

      Alerter
  • pam // 17.12.2018 à 23h45

    Il faut tenir compte qu’on n’a pas la même température dans un logement coté sud en milieu d’immeuble ou sur un pignon nord au rez-de-chaussée, que beaucoup dépend de la qualité du bati, qui peut être très mal équilibré avec des différences très grandes entre logement, surtout s’il est peu isolé…
    Et aussi que 19°C n’est pas ressenti de la même manière à 20 ans et à 70 ans, pas de la même manière non plus selon la nature des murs, une grande baie vitrée pouvant être un “mur froid”, c’est pour cela qu’on parle aussi de température “ressentie”..
    Autrement dit, le discours des “bons gestes”, des “ecogestes” est une machine à nier l’expérience pratique et donc à opposer les habitants. Si la loi fixe une température maximum de chauffage, beaucoup de bailleurs tiennent compte de l’avis de leurs locataires.
    Si Lorient Habitat se cache derrière cette loi pour nier l’expression de ses locataires, ce bailleur a tort. Une vraie maitrise de l’énergie doit se faire dans une appropriation par les habitants, donc en tenant compte de leur ressenti, et en l’accompagnant (isolation d’abord, sensibilisation et aide à la gestion de la température de son logement…”)
    Et à la fin, quelle légitimité à ces 19°C ? Pourquoi refuser à une personne âgée de vivre à 23°C si c’est ce qui lui semble confortable, et qu’elle a bien compris que 1°C fait 7% de sa facture? Parce que nous n’avons pas assez d’énergie ? n’importe quoi ! tout dépend comment on se chauffe et avec quoi, mais dans presque tous les cas, il n’y a aucune difficulté à apporter plus de chaleur. Le vrai sujet est de ne pas la gacher, donc d’avoir des batis isolés, équilibrés avec une bonne maitrise des circulations d’air…

    Alors, qui décide qu’il faut se serrer la ceinture, vivre en pull et ajouter une couverture… au nom de quoi ?
    Et qui décide que tout le monde doit avoir le même ressenti thermique ?

      +4

    Alerter
    • Bouddha Vert // 19.12.2018 à 00h04

      Vivre en société, c’est accepter des lois, par définition liberticides.

      J’ai les moyens de me payer un char AMX30 pour rouler en toute sécurité, mais la société me l’interdit.
      C’est un scandale, la société est liberticide!!!

      Je m’en fout, je me barre sur mars, au moins y aura personne pour me faire chier, qui pense comme moi me suive!

        +1

      Alerter
  • NulH // 18.12.2018 à 00h28

    Surpris !
    Années 1950 à 1970 :
    – hiver, température chambre égale température extérieure, température salle à manger environ 20 degrés
    – été, toutes pièces égales température extérieure
    Donc se couvrir en tenant compte de ces conditions. .. sérieusement. ..
    Donc s’en inspirer pour aujourd’hui. .. ça marche …
    Pour nos anciens ajouter les bouillottes, ainsi que les massages et auto-massages, tant que c’est possible avec de profondes respirations.
    Notez bien, les études les plus sérieuses peuvent être reussies effectivement dans de telles conditions. .. mais il faut en vouloir. ..

    Les conditions d’isolation d’habitat sont une évidence. .. A défaut appliquer les principes ci-dessus. .. avec de l’activité. …

      +3

    Alerter
  • L’Africain // 18.12.2018 à 08h49

    Bonjour à tous,
    Important, cette question de la température des logements, et aussi… surtout… de la capacité de l’habitant du logement à pouvoir régler lui-même ladite température ! Ce n’est pas la même chose de subir ou de choisir, quand bien même le choix serait un peu contraint ou manipulé par les médias.
    Par ailleurs, je suis sidéré de voir que l’on peut légiférer sur la température des logements, et ne rien dire ou faire concernant les braseros et autres appareils de chauffage EXTERIEUR ! Les bistrots utilisent à fond ces appareils, pour permettre l’utilisation de la terrasse en automne et en hiver. C’est n’importe quoi, et cela ne semble déranger personne…

      +3

    Alerter
    • Bouddha Vert // 19.12.2018 à 00h08

      En fait cela ne dérange pas ceux qui s’y assoient et cela augmente le chiffre d’affaire, donc les impôts.

      Quant à régler soi même sa température, OK, mais il faut en assumer les coûts, logique.

        +0

      Alerter
  • Alain V // 19.12.2018 à 07h29

    Il y a aussi des appartements surchauffés en hiver, où on doit ouvrir la fenêtre pour dormir confortablement.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications