Les Crises Les Crises
5.janvier.20195.1.2019 // Les Crises

[RussEurope-en-Exil] Emmanuel Macron, Président du « parti de l’ordre », par Jacques Sapir

Merci 373
J'envoie

Emmanuel Macron s’était présenté comme le candidat du « parti du mouvement ». Moins de deux ans après son élection, il est devenu le Président du parti de l’ordre. Les interpellations d’Eric Drouet et de ses camarades dans la nuit du 2 au 3 janvier, mais aussi les 219 incarcérations qui ont eu lieu depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, et les nombreux blessés graves que l’on a au à déplorer lors des manifestations le prouvent. Ce n’est pas par hasard si l’on utilise ici les termes de « parti du mouvement » de « parti de l’ordre ». Ils servaient à analyser la polarisation politique en France au XIXème siècle, et ils furent repris dans de nombreux ouvrages de science politique. Il y a aujourd’hui une certaine ironie à ce que le fondateur d’un mouvement appelé En Marche, ait finalement choisi le parti de l’immobilité, et en réalité – car ce fut le cas du « parti de l’ordre » au XIXème et au XXème siècle – de la réaction.

La mutation d’Emmanuel Macron

Cette mutation n’est ni étonnante, ni accidentelle. Elle était même prévisible. Au début de l’année 2017 j’avais, à la télévision russe (RT en anglais), expliqué en quoi tant Emmanuel Macron que François Fillon représentaient des candidats du passé, ou si l’on préfère de la réaction. J’avais même retraduit le texte en français et installé cette traduction sur mon blog[1], ce qui me fut d’ailleurs reproché, au point que ce fut l’un des prétextes utilisés pour me censurer. Emmanuel Macron est un parfait représentant des élites métropolisées et mondialisées face au soulèvement de la « France périphérique »[2] .

Or, c’est le soulèvement de cette « France périphérique » qui a dévoilé la nature réelle du projet politique et économique d’Emmanuel Macron. C’est le choc engendré par le soulèvement de ces couches sociales qui a provoqué le raidissement conservateur ultime de son pouvoir et qui l’a fait basculer, au vu et au su de tous, du « parti du mouvement » au « parti de l’ordre ». Ce basculement a d’abord eu comme effet la répression extrêmement violente des diverses manifestations qui ont eu lieux depuis la fin du mois de novembre. Non que toutes ces manifestations aient été pacifiques. Tout le monde a pu voir que des groupes ultra-violents, ou uniquement motivés par le pillage, s’étaient infiltrés dans ces manifestations. Mais, tout le monde a pu AUSSI constater que les brutalités policières ont bien souvent commencées avant l’irruption de ces groupes ultra-violents, et que les pilleurs ont parfois bénéficié d’une bien étrange immunité. L’emploi d’armes de tir (ce que l’on appelle les « Flash Ball ») pour viser les parties hautes du corps des manifestants ainsi que la tête doit être dénoncé. Un certain nombre de manifestants ont été éborgnés ou défigurés par ces armes[3]. On ne compte plus, hélas, les cas de pertes de mains, d’œil, de traumatismes crâniens ou de fractures du crane. Tout cela sans compter le cas de cette femme de Marseille tuée par une grenade alors qu’elle fermait ses volets au quatrième étage, un cas qui a manifestement peu ému les éditorialistes des grands médias…

L’Inspection Générale de la Police, l’IGPN a d’ailleurs ouvert au moins 48 dossiers sur ces violences. L’association Amnesty International a dénoncé les violences policières dans le cours de ces manifestations[4]. Au-delà, ces violences posent la question suivantes : le gouvernement, car nul ne peut croire qu’il puisse s’agir seulement de « bavures » individuelles même si elles existent incontestablement, le gouvernement donc a-t-il délibérément décidé de provoquer un sentiment de terreur afin de décourager les manifestants ? La mise en scène de ces violences par le gouvernement est un élément qui incite à le penser. On peut ici opposer l’attitude du Ministre de l’intérieur et celle du Préfet de Police à celle de l’homme qui fut Préfet de police en mai 1968, M. Maurice Grimaud[5], et dont les consignes et ordres permirent d’éviter le pire lors de manifestations qui étaient en réalité bien plus violentes que celles des différents « actes » des Gilets Jaunes.

Emmanuel Macron et le « débat national »

Le Président de la République a annoncé, dans son allocution du 10 décembre, un grand « débat national ». Pourtant, les revendications du mouvement des Gilets Jaunes sont bien connues : elles portent sur la justice fiscale, le pouvoir d’achat, et la nécessité de renforcer les mécanismes démocratiques dans notre pays. Sur ce dernier point, ces revendications se concentrent sur le référendum d’initiative citoyenne, qui pourrait être un remède à l’inachèvement démocratique des institutions de la France[6]. Dans son allocution du 31 décembre, allocution dite des « Vœux », le Président a pourtant réaffirmé sa volonté de mener à bien des réformes, dans l’assurance chômage, l’organisation des services publics ou sur les retraites. Soumettra-t-il ces réformes au « débat national », ce qui serait dans la logique de ce dernier ? Car, ces « réformes » ont toutes un très fort impact potentiel avec les questions qui ont émergé du mouvement des Gilets Jaunes. Ainsi, la soi-disant réforme de l’assurance chômage, dont on peut penser que le décret pris au début de l’année est une anticipation, entend stigmatiser au moins 4,5 millions de personnes (et en réalité au dessus de 6 millions), du fait de l’existence de 300 000 postes de travail non pourvus, soit dans un rapport d’1 sur 20. De même, la réforme des services publics, si elle est menée dans l’esprit des réformes antérieures, et en particulier de la SNCF, aboutira à sacrifier toujours plus la « France périphérique » au profit des grandes métropoles et de la partie boboïsée de leur population. Enfin, ce que l’on annonce de la réforme des retraites, et en particulier l’adoption d’un système par points et d’une forte réduction des pensions de réversion aura des conséquences négatives considérables sur la partie la plus fragile des retraités.

On peut donc penser que non ; le Président n’aura nulle envie de soumettre ses « réformes » à consultation populaire. Alors, si la nécessité de « cadrer » un débat, pour des raisons d’efficacité qui sont évidentes et qui renvoient à la théorie de l’information, n’est pas discutable, on sait aussi que le contrôle sur les ordres du jour est une des formes les plus classiques de capturer à son profit un processus démocratique[7]. C’est pourquoi il conviendra de lire avec attention la « lettre » que le Président entend envoyer à tous les français. C’est cette lettre qui déterminera si le Président est honnête dans sa volonté d’organiser un « débat national » ou s’il entend seulement se livrer à une opération bassement politicienne. De ce point de vue, l’interview de Christophe Bouillaut sur le site Atlantico se révèle riche d’enseignements[8].

Car, le « débat national » est déjà en train d’avoir lieu. Les « cahiers de doléances » mis à disposition du public dans de nombreuses mairies de communes rurales nous donnent à voir quelles sont les questions que les français aimeraient discuter dans ce « débat ». Un comportement démocratique de la part du Président aurait été de prendre acte de ce qui existe. Mais, pour cela, encore faudrait-il qu’il rétablisse le contact, depuis longtemps perdu, entre le sommet du pouvoir et cet échelon essentiel de la démocratie que sont les petites communes. Il faudrait aussi qu’il admette qu’un débat sans sanction n’est pas un débat. L’engagement de soumettre les réformes projetées à la sanction des français une fois le débat achevé, par exemple sous la forme d’un référendum, serait, de la part d’Emmanuel Macron le signe le plus juste et le plus indubitable, qu’il a bien entendu ce que les français ont voulu dire. A contrario, la volonté d’émasculer le débat, et de continuer comme si de rien n’était à promouvoir des réformes dont l’impact sur la vie quotidienne des français sera évident, sera le signe le plus évident que ce Président n’a rien appris ni rien oublié.

Le « parti de l’ordre » et le désordre

Emmanuel Macron s’affirme donc comme un tenant du « parti de l’ordre », et parfois dans tous ses excès. Mais, contribue-t-il à l’ordre républicain ? Remarquons que cet ordre est quelque peu asymétrique. Si la presse, souvent aux ordres, s’est largement déchaînée sur les dégradations – condamnables – survenues lors des manifestations des Gilets Jaunes, elle a été bien plus silencieuse quant aux centaines de voitures brulées lors de la nuit du 31 décembre. De plus, rien de comparable aux déploiements spectaculaires des forces de l’ordre lors de ces dites manifestations n’a été vu pour sécuriser des quartiers où se produisent, maintenant depuis des années, des violences récurrentes lors des nuits du 1er de l’an.

Mais, de plus, que ce soit dans les mots qu’il utilise, comme l’emploi tout récent de « foules haineuses » pour stigmatiser le mouvement des Gilets Jaunes, ou ses déclarations plus anciennes sur les « fainéants » et « ceux qui ne sont rien », ou que ce soit dans certains des actes qu’il a inspirés voire commandités, comme l’arrestation d’Eric Drouet ou la destruction contestable des points de rassemblements établis par les Gilets Jaunes (destructions qu’une avocate a fait déclarer illégales), il y a une incontestable volonté provocatrice. Comment appelle-t-on alors celui qui se pose en défenseur de l’ordre mais qui par ses propres actions créé le désordre ? On peut même aller plus loin. Si Emmanuel Macron avait, dans une courte déclaration (et l’on sait combien il a tendance à s’étendre), reconnu l’existence de problèmes sociaux importants et annulé l’accroissement des taxes sur les carburants et annoncé le coup de pouce au pouvoir d’achat, toutes choses qu’il a faites le 10 décembre, dès le 1er ou le 2, on peut penser que le mouvement se serait calmé de lui-même. Car, si l’on peut toujours trouver ici ou là des personnes qui ne sont motivées que par le désordre et le profit qu’ils peuvent en tirer, la moindre des honnêteté serait de reconnaître que la force, l’ampleur et la violence du mouvement sont le produit de l’insatisfaction de revendications essentielles. Ces revendications n’ont d’ailleurs reçues qu’une satisfaction très partielle, ce qui contribue à enraciner le mouvement dans la durée.

Il est des dirigeants qui ne comprennent pas la différence qu’il peut y avoir entre un accès de révolte et un mouvement plus profond. Il est aussi des dirigeants qui ne comprennent pas comment on peut glisser de l’un à l’autre. Et, ce glissement est largement le produit de l’incapacité ou de la surdité des gouvernants. A l’annonce de la prise de la Bastille, on dit que Louis XVI déclara, interrogatif : « c’est une révolte ? » et que l’un de ses courtisans lui répondit « non, Sire, c’est une révolution ». Que l’échange soit réel ou inventé après coup, il témoigne de la dangereuse pente dans laquelle glissent les pouvoirs qui ne comprennent pas les événements qui surviennent, qui en minorent tout d’abord l’ampleur puis la signification. Emmanuel Macron a-t-il commis la même erreur ? C’est bien probable. Glisse-t-il sur la même pente ? Seul l’avenir peut le dire. Mais, s’il persiste à ne pas entendre ce que lui disent les français, s’il persiste dans ses provocations, qu’elles soient volontaires ou non, il y a fort à penser qu’il contribue à transformer un mouvement au départ limité en une réelle révolution.

La peur du peuple est, bien souvent, le début de la sagesse pour les dirigeants. A l’évidence, Emmanuel Macron n’a pas encore eu assez peur.


[1] https://russeurope.hypotheses.org/5888

J’écrivais alors, au sujet d’Emmanuel Macron : « Se faisant le candidat de l’Ubérisation de la société, Emmanuel Macron, derrière un langage faussement moderne, n’est en fait que l’avocat d’un retour au début du XIXème siècle, un retour au « domestic system » d’avant la révolution industrielle. Il est ici frappant de constater que le candidat même qui se prétend le plus « moderne », celui qui ne cesse de vanter les vertus de ce qu’il appelle « l’économie numérique », est en réalité un homme du passé. Mais, Emmanuel Macron est un homme du passé à un deuxième titre. S’il se présente comme un « homme nouveau », voire – et cela ne manque pas de sel – comme un candidat « anti-système »[[1]], il convient de rappeler qu’il fut étroitement associé, que ce soit comme conseiller de François Hollande ou comme Ministre de Manuel Valls, à la politique désastreuse mise en œuvre durant ce quinquennat. Or, cette politique à rajouté, de février 2013 au début de cette année, plus de 400 000 chômeurs au nombre considérable que nous avait laissé le tandem Sarkozy-Fillon. »

J’écrivais aussi, à propos de Marine le Pen : « Mme Marine le Pen s’appuie sur un électorat extrêmement stable, largement composé de personnes convaincues, et qui défie toutes les approximations et autres effets de manche cherchant à le qualifier « d’extrême droite » et même, sans aucune peur du ridicule, de « fasciste ». Si des franges extrémistes peuvent se joindre à cet électorat, sa réalité correspond très largement à ce que le géographe Christophe Guilluy a appelé la « France périphérique ».

[2] Guilluy C., La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 2014

[3] Diverses sources permettent de faire le recensement (partiel) de ces incidents : https://www.liberation.fr/checknews/2018/12/04/gilets-jaunes-quel-est-le-bilan-officiel-des-morts-blesses-et-interpelles-depuis-le-debut-du-mouveme_1695762 , http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/12/09/97001-20181209FILWWW00099-videos-gilets-jaunes-des-violences-policieres-denoncees.php, https://www.lepoint.fr/societe/manifestations-la-police-est-elle-de-plus-en-plus-violente-17-12-2018-2279793_23.php. , https://www.streetpress.com/sujet/1495554039-morts-victimes-police .

[4] https://www.liberation.fr/direct/element/amnesty-international-denonce-les-violences-policieres-dans-les-manifestations-de-gilets-jaunes_91530/

[5] https://www.lci.fr/societe/commemoration-des-50-ans-de-mai-68-maurice-grimaud-ce-prefet-de-police-de-paris-qui-a-evite-le-pire-lors-des-manifestations-2083405.html

[6] Bertrand Renouvin a publié sur son blog un entretien avec Pierre Rosenvallon sur cette notion d’inachèvement démocratique réalisé à l’origine pour le numéro 36 de la revue « Cité » – Deuxième trimestre 2001. : http://www.bertrand-renouvin.fr/

[7] S. Holmes, “Gag-Rules or the politics of omission”, in J. Elster & R. Slagstad, Constitutionalism and Democracy, Cambridge University Press, Cambridge, 1993, (1988), pp. 19-58.

[8] https://www.atlantico.fr/decryptage/3562632/lettre-aux-francais-pour-cadrer-le-grand-debat–emmanuel-macron-ou-l-anti-discours-de-la-methode-christophe-bouillaud

Commentaire recommandé

Alexandre Clément // 05.01.2019 à 11h53

on peut aller plus loin, Macron est un apprenti fasciste, hostile à la France et à la République
Oui, les gilets jaunes ont permis d’accélérer la mise à nue d’escroquerie macronienne.

81 réactions et commentaires

  • Macarel // 05.01.2019 à 11h52

    Disons que c’est le défenseur d’un certain ordre, inspiré de la philosophie économique de Ayn Rand :

    https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/penser-leconomie-avec-55-ayn-rand

    Et pas de celle de Proudhon, plus inspiratrice pour le mouvement des “gilets jaunes” :

    https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/penser-leconomie-avec-45-pierre-joseph-proudhon

      +18

    Alerter
    • Micmac // 05.01.2019 à 15h34

      Tout à fait. La façon évidente dont la “pensée” d’Ayn Rand transparait à travers les déclarations de Macron mériterait vraiment une analyse approfondie.

        +3

      Alerter
    • calal // 05.01.2019 à 19h26

      un type qui se pretend liberal et qui ne supprime pas le numerus clausus n’est pas un liberal . Un liberal supprime les barrieres a l’entree des marches et ne defend pas les cartels ,surtout pas les cartels bancaires…

      https://www.oftwominds.com/blogjan19/commoditization1-19.html

        +7

      Alerter
      • Weston // 06.01.2019 à 01h05

        Il est libéral et “en même temps” un peu autoritaire.
        Il est difficile de cerner un individu qui n’a pas de cohérence dans ses actes.

          +8

        Alerter
        • Didier // 06.01.2019 à 08h22

          Les deux marchent souvent la main dans la main…

            +4

          Alerter
        • calal // 06.01.2019 à 09h05

          j’utilisais le mot liberal au sens americain du terme soit liberal economique et non liberal du point de vue des moeurs soit libertaire.
          Macron est tres coherent: c’est un agent de la finance internationnale. Il est paye pour faire cracher les interets de la dette et le remboursement des emprunts arrivant a echeance.Il aura des bonus s’il parvient a handicaper les services publics qui font concurrence au secteur prive afin d’augmenter les parts de marches du prive.
          Tout l’art du banquier c’est de serrer la gorge de la poule aux oeufs d’or suffisamment pour qu’elle produise beaucoup, pas trop pour pas qu’elle meure , mais faut tenir fermement ,pas trop relacher sinon elle peut s’enfuir…

            +12

          Alerter
          • Weston // 06.01.2019 à 15h20

            Pour sa cohérence j’évoquais sa cohérence apparente. Le travail qu’il doit accomplir je crois que tout le monde l’a cerné. Il affame la bête mais la maintien en vie, avant de faire passer le régalien à l’Allemagne et tout le reste au privé.

              +7

            Alerter
        • nemo // 06.01.2019 à 16h15

          Macron est pathologique pur Car il n’a pas eu à assurer les conséquences de Son travail de Conseil .
          Les Résultats concrets de ses interventions Ne l’ont point concernés !!! Quelle Vie Révée !!!
          Il est fondamental de savoir que toute personne Qui se raccroche à la seule vie révée DENIE CONSTAMMENT LA REALITE Et n’a d’autre solution que de se COMPORTER EN TYRAN .
          Voilà le cadre de ce personnage .
          Bien sur il ne faut pas oublier que Sarkhozy et Hollande ont créé le coup d’état constitutionel contre le réferendum de MAAstrict
          Comment parler de démocrature !!!
          Bon Courage

            +3

          Alerter
        • micron est petit // 06.01.2019 à 19h26

          facile: libéral e démocrate pour les + de 100 000€ annuel, fascisant pour les autres.

            +1

          Alerter
  • Alexandre Clément // 05.01.2019 à 11h53

    on peut aller plus loin, Macron est un apprenti fasciste, hostile à la France et à la République
    Oui, les gilets jaunes ont permis d’accélérer la mise à nue d’escroquerie macronienne.

      +104

    Alerter
    • outis // 05.01.2019 à 12h16

      Malheureusement je n’ai pas l’impression que beaucoup de gens le comprennent.

        +20

      Alerter
    • Macarel // 05.01.2019 à 12h30

      Il y a clairement un penchant autoritaire chez Macron. Et il se pourrait bien que son pouvoir ne puisse survivre jusqu’à la fin du quinquennat qu’en devenant tyrannique. En tout cas, face à la contestation des “gilets jaunes”, il donne tous les signes de raidissement qui penchent pour cette hypothèse.

        +46

      Alerter
      • Caliban // 05.01.2019 à 21h25

        “Il y a clairement un penchant autoritaire chez Macron.”

        C’est l’ordo-libéralisme qu’il applique avec zèle (et sous le contrôle de l’EURSS teutonne) qui est autoritaire, puisque dans cette idéologie les politiques sont assujetties aux “Lois du marché”.

        Le penchant de l’escroc qui est sensé représenter le peuple est celui d’un pervers narcissique.

        • Narcissisme selon Freud : “intérêt excessif pour l’image de soi, associant survalorisation de soi et dévalorisation de l’autre, habituel chez l’enfant, courant chez l’adolescent, compensatoire chez l’adulte”
        • Perversion : La psychiatrie définit ainsi une organisation perverse caractérisée par « une apparence de génitalité, de fonctionnement social adapté et mentalisé ».
        [modéré]

          +16

        Alerter
        • Weston // 06.01.2019 à 01h07

          Pervers narcissique, je me tue à le répéter, ça fait partie des gens extrêmement dangereux, qui prennent leur pied quand on leur résiste.

            +12

          Alerter
        • Caliban // 06.01.2019 à 05h43

          yep,

          Suis pas sûr de mon diagnostique doc, ni même s’il a un quelconque intérêt d’ailleurs.
          En revanche, j’avais le remède … mais le modérateur a apprécié modérément le recette de tonton Volfoni 🙂

            +8

          Alerter
    • Serge WASTERLAIN // 05.01.2019 à 13h24

      @Alexandre Clément
      Effectivement, s’il ne fallait reconnaître qu’un seul mérite au GJ, c’est d’avoir révélé au grand jour le système oligarchique qui nous gouverne et dont les médias mainstream qui en font partie sont le porte-voix !
      En outre, le mépris affiché par tous ces oligarques et leur ton condescendant envers l’expression populaire qu’ils nomment ‘’populiste’’ – l’accusation de Bruno Jeudy ‘’vous n’êtes pas un vrai gilet… …ils (les vrais gilets jaunes) se battent sans réfléchir, sans penser… https://vimeo.com/306391656 ’’ n’est que l’expression involontairement sincère de ce mépris généralisé chez nos ‘’sachants’’ – va laisser une trace indélébile dans la mémoire collective qui, je le crois, les feront voter lors des prochaines élections plutôt que s’abstenir.
      J’espère qu’ils ne feront pas la bêtise de disperser leurs voix dans des partis GJ voulus par le pouvoir, ce qui ne ferait que de les diviser, les affaiblir ! À droite comme à gauche, il y a suffisamment de partis qui ont dans leur programme le Frexit, ou, pour les plus timorés un changement radical des politiques de lUE, ce qui revient au même, pour que chacun y trouve son compte dans l’un ou dans l’autre…

        +42

      Alerter
      • Bordron Georges // 05.01.2019 à 17h30

        ‘‘Père, gardez-vous à droite; père, gardez-vous à gauche’’, disait Jean le Bon à une bataille de Poitiers.
        Aujourd’hui je dirais au peuple français: ‘‘Français gardez vous à droite français gardez vous à gauche’’.
        La période actuelle fait ressurgir partout, dans les articles de journaux, dans les émissions de télé, et même dans les media alternatifs, toutes sortes de manœuvres de récupération.
        Par la droite, par la gauche, par tout ce que vous voudrez français, gilets, bonnets, (pantalons si vous voulez), de toutes les couleurs que vous voudrez, méfiez vous de toutes les formes d’appels qui vous sont lancées pour récupérer votre vote et vous faire abandonner tantôt la défense de votre identité, tantôt la défense de votre souveraineté, toutes deux nationales. En particulier l’invocation du ‘‘nationalisme européen’’ est une parfaite entourloupe; de même que, selon d’autres manipulateurs, l’invocation de la réforme de la Constitution française.

          +15

        Alerter
  • Louis Robert // 05.01.2019 à 12h05

    « … il y a fort à penser qu’il contribue à transformer un mouvement au départ limité en une réelle révolution. »

    *

    Depuis l’origine, ce « mouvement » s’avère fondamental et illimité en ce qu’il engage la souveraineté et les libertés démocratiques du peuple français. Ce mouvement prométhéen ne s’éteindra pas en soufflant bêtement un « Ça suffit! » dérisoirement autoritaire sur quelques braises. Il en va de l’avenir de la France et de son peuple tout entier.

    John F. Kennedy: « Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable. »

    Ceux qui font qu’une révolution paisible est impossible rendront une révolution violente inévitable.

      +27

    Alerter
  • Ubu // 05.01.2019 à 12h54

    Je pense qu’il est vain de s’appesantir sur le personnage du président, ce n’est qu’un ectoplasme, et d’ailleurs de son aveu, il ne représente qu’une vision et pas un programme. Le programme, on commence à bien le connaître depuis Sarkozy et Hollande, on l’a vu, c’est le même. De l’ordre oui, tout en continuité avec les instances supranationales auxquelles ces laquais obéissent. A présent, il n’est même plus question de s’embarrasser d’une quelconque alternance qui fit jusqu’à présent illusion, et l’on retrouve la figure d’un centrisme à la Adolphe Thiers où le débat ne peut pas avoir lieu, et l’État ne représente pas le peuple. Les gilets jaunes, c’est la Commune d’aujourd’hui.

      +58

    Alerter
    • LS // 05.01.2019 à 14h57

      Le programme…
      Je pense qu’il n’y a qu’un seul “programme” ou “vision” qui tienne : “Que veut , le peuple ?” (la communauté politique).
      Que ce programme soit communiste, anarchiste, libéral, capitaliste, fasciste, scientifique… c’est secondaire.
      La démocratie, quoi. C’est à dire la souveraineté du peuple. Ces 3 mots devraient résumer, d’ailleurs, la constitution d’une démocratie pure.
      Ceci dit, loin de moi l’idée d’un peuple “un et indivisible”, ni d’un peuple par nature résilient à la corruption.

        +5

      Alerter
      • Geof’ // 05.01.2019 à 16h37

        @LS

        que vaut la démocratie si ton salaire dépend d’un autre ? j’ai la faiblesse de penser que tu t’enquerras des desiderata de cet autre pour arrêter ton choix lors des élections…

        et oui !

        Geof’-Rey, neo-communiste belge, gilet rouge

          +5

        Alerter
  • bm607 // 05.01.2019 à 12h55

    Jupiter n’est-il pas plutôt qu’un président de l’ordre, un (autre) président de la dissimulation, visant par ce moyen à continuer la destruction économique du pays tout en faisant de l’enfumage en façade ?
    L’ordre n’étant alors qu’une des attitudes souhaitées pour bien tranquillement mettre en place et utiliser le camouflage.

    Après un hollande qui s’était présenté comme de gauche et avait immédiatement dans les faits bien avancé dans la démolition tout en s’efforçant pour planquer ses destructions économiques de conserver au mieux une étiquette “socialiste de gauche” par certaines actions sociales, Mc Rond utilise d’autres outils en étant un président qui parle bien en façade, de beaux mots (mais très creux) bien ronflants concernant le pays et les grands sujets à la mode (la planète..) pour dissimuler cette casse par derrière.

    Son manque d’intelligence et son ego surdimensionné ne lui ont pas permis de comprendre et de faire face à la fronde des GJs (et c’est tant mieux). Il va falloir que les riches pensent à le remplacer, ils y travaillent si on en croit certains (attali).
    La prochaine (si on en croit la petite phrase lâchée par ledit attali) pourra-t-elle faire les mêmes destructions en se dissimulant derrière des attitudes marquées concernant l’immigration et autres sujets bien en vue ?

      +28

    Alerter
    • Weston // 06.01.2019 à 01h20

      Au train où vont les choses il n’y a que deux possibilités (sans compter la situation internationale qui peut apporter son lot de surprises):
      1. Le gouvernement et ses bénéficiaires arrivent à surmonter la crise et liquident définitivement la France – et si la France tombe les autres suivront – fin du système social, flicage de la population, taux de chômage ahurissant, usage massif de la drogue pour abrutir tout sentiment de révolte etc…
      2. Le gouvernement et ses bénéficiaires se font déborder par le peuple français qui arrive à changer le système et à faire revivre notre pays.
      J’aimerais que l’option 2 l’emporte, mais pour être tout à fait honnête ce n’est pas le plus probable, sauf si un sursaut général l’emporte. Cependant, vu le nombre de personnes qui partagent la haine de macron pour le populo (sans comprendre d’ailleurs qu’ils feront partie de la prochaine fournée de victimes du système) ça risque d’être tendu.

        +21

      Alerter
  • ien // 05.01.2019 à 13h03

    Il est raisonnable de voir en M. Macron l’exécuteur scrupuleux de consignes venues d’ailleurs, mais dont évidemment il partage la philosophie et la logique. Son aveuglement apparent est sans doute la marque de sa détermination idéologique, et en cela, il n’est pas un homme politique, mais un militant sectaire et déterminé. Il ne convient pas de sous-estimer cet individu “en mission”, car on peut supposer que son identité se fond dans le sot et cruel combat qui est le sien, à savoir la promotion d’une mondialisation oligarchique contre tout ce que devrait représenter sa fonction au service de l’intérêt général. Bien sûr, depuis M. Mitterrand, nous sommes habitués à ces élites sans aveu. Mais M. Macron croit sans doute qu’il est temps de se débarrasser des “faux semblants” démocratiques. Dans son bunker élyséen, l’illusion de la toute puissance règne probablement. M. Macron est, fondamentalement, incompétent dans la fonction qui est la sienne, quelque jugement que l’on porte sur son action. La France en paiera le prix. Lui-même peut-être aussi.

      +53

    Alerter
    • kapimo // 07.01.2019 à 01h46

      A moins d’un revirement spectaculaire et extrêmement improbable dans sa politique et son comportement, Macron est condamné à se promener avec une équipe de gardes du corps jusqu’à la fin de ses jours.

        +3

      Alerter
      • Citoyen de base // 07.01.2019 à 22h14

        Oui mais probablement pas en France.

          +1

        Alerter
      • Weston // 08.01.2019 à 10h16

        Quand il ne servira plus à ses employeurs qui paiera donc les services (forts chers) des gardes du corps ?

          +0

        Alerter
        • LowCost // 08.01.2019 à 11h54

          Ne vous inquiétez pas pour lui, la “République” rémunère grassement ses anciens présidents.

            +0

          Alerter
  • sassy2 // 05.01.2019 à 13h54

    je pense que la femme devait être NajatVB.
    Cela a totalement foiré.

    Il ne faut pas surestimer ces gens, ce sont des loosers.
    Autre exemple, Minc a totalement foutu en l’air Cerus – benedetti

      +11

    Alerter
  • Toutatis // 05.01.2019 à 14h11

    Ce qui m’a fait rire ce sont les commentaires de tas d’ “éditorialistes” au lendemain de l’arrestation d’Eris Drouet la nuit du réveillon. Ils se félicitaient du retour à l’ordre républicain et insistaient sur la nécessité de respecter la loi.

    Alors qu’au moment même où on arrétait Drouet, des centaines de voitures étaient incendiées partout en France, comme tous les ans….

      +50

    Alerter
  • Toff de Aix // 05.01.2019 à 15h18

    Effectivement, on nous a fait tout un pataquès pour une centaine de Porsche, BMW et autres SUV a quelques années de SMIC, qui ont cramé le premier décembre, mais on passe sous silence les centaines de tacots qui flambent dans quartiers chaque nuit du nouvel an, et qui permettent bien souvent a leurs possesseurs peu fortunés de se déplacer et travailler, hors de leurs quartiers-ghettos dans lequel la politique gouvernementale les a relégués. Et ceci chaque année.

    Macron “le progressiste” montre son vrai visage, et il y a fort a parier que le printemps français aura lieu, car ces grands démocrates de Lrem ne reconnaissent qu’une seule chose : la force. Sous leurs beaux sourires et leurs jolies déclarations, c’est une authentique bande de fascistes, méprisants, arrogants, amis des ultrariches et des puissants, ennemis du prolo qu’ils abhorrent. Ils n’hésiteront pas une seule seconde a faire donner du fusil par la troupe si les choses tournent mal pour eux, soyons en tous conscients. Il va falloir se préparer au pire.

      +58

    Alerter
  • Serge F. // 05.01.2019 à 15h22

    Emmanuel Macron a présenté ses vœux à l’Elysée devant le portrait de Marianne conçue par le Street Artiste américain Shepard Fairey, alias Obey :

    https://resize-parismatch.ladmedia.fr/r/625,417,center-middle,ffffff/img/var/news/storage/images/paris-match/actu/politique/verite-et-dignite-les-voeux-de-macron-pour-sortir-de-la-crise-1597154/25874113-5-fre-FR/Verite-dignite-et-espoir-les-voeux-de-Macron-pour-sortir-de-la-crise.jpg

    Ce portait est une reproduction de l’image élaborée par Obey en témoignage de son empathie avec le peuple français au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. Sobrement intitulé « Liberté, Égalité, Fraternité », le projet avait notamment été décliné sous forme d’une fresque monumentale sur le mur d’un immeuble situé au 186 rue Nationale dans le XIIIe arrondissement à Paris.

    Si l’on regarde de près cette Marianne , on constate le symbole suivant :

    https://passion-stickers.com/1596-1722-large_default/stickers-mode-obey-etoile.jpg

    Or, il se trouve que ce symbole se retrouve sur une affiche plus ancienne (2009) d’Obey :

    https://cdn.shopify.com/s/files/1/1011/8682/products/OBEY-EYE-RESIZE-24X36-OFFSET-500x750_1080x.jpg

    « Obey, never trust your own eyes, believe what you are told ». Traduction littérale : « Obéissez, ne vous fiez pas à vos yeux, croyez ce qu’on vous dit ».

    Cette dernière affiche s’inspire beaucoup de la formule « Big Brother is watching you » de Georges Orwell (dans 1984). Obey aime utiliser la puissance de l’affichage pour faire sentir aux citoyens qu’ils sont observés par ses œuvres qui amplifient la puissance de l’œil. Il s’agit d’une référence cachée au film « Invasion Los Angeles » de John Carpenter, dans lequel une société extraterrestre contrôle les consciences humaines grâce aux médias modernes.

    Macron ne pouvait pas trouver mieux… 😀

      +30

    Alerter
  • Ando // 05.01.2019 à 17h35

    Logique un peu surprenante de Monsieur 15%: les désordres actuels sont la conséquence de ce que mes réformes déja enclenchées n’ont pas encore produit tous leurs effets. Il faut donc, pour que ces désordres cessent, approfondir encore davantage ces réformes. Ainsi rassurés les Français cesseront de porter un gilet jaune. Si un acmé de la crise “gillestiquement” colorée devait survenir dans les mois qui viennent M. Macron en tirera encore une fois la conclusion que ses réformes sont toujours insuffisantes et qu’il faut les pousser plus loin encore. Cela signifie qu’il n’existe dans l’esprit bizarrement fait du président en cours d’autre sortie de crise que l’épreuve de force et par le bas. Par le bas car c’est bien sur le “modèle allemand” (celui de Gerhard Schröder) qui obsède cet individu : rendre enfin l’économie du pays “compétitive” par une baisse drastique des rémunérations directes et indirectes (transferts sociaux) alors qu’en réalité ce serait surtout à un euro grossièrement sous-évalué (et tout aussi grossièrement sur-évalué pour la France, l’Italie ou l’Espagne) que l’Allemagne devrait ses faramineux excédents commerciaux.

      +20

    Alerter
  • Volodia // 05.01.2019 à 17h59

    La dérive autoritaire était inscrite dans les gènes d’un pouvoir confié par les élites réunies au jeune Bankster que l’on sait.
    Ayant elles-mêmes balayé par ce choix l’alternance interne (fausse gauche contre simili-droite), les élites sont maintenant obligées de cautionner l’usage immoderé de la force afin de briser les aspirations populaires et de conserver intacts leurs privilèges.
    Imaginons-nous ces gens renoncer à la politique économique qui depuis 4 décennies leur assure ce fabuleux train de vie ?
    Il ne leur reste donc que le mensonge, la répression et l’arbitraire. Nous y sommes.

      +24

    Alerter
  • Duracuir // 05.01.2019 à 18h05

    Je crois qu’il faut plutôt méditer la phrase de Victor Hugo qui avait connu l’insensée répression de la Commune:
    “nul ne peut imaginer la cruauté du bourgeois qui craint pour sa pièce de 100 sous”.
    Et au vu des éditos hallucinants de grosses poules effarouchées que j’ai lu et entendu ses derniers temps, je pense que la répression ne fait que commencer, qu’elle va s’accentuer dramatiquement.
    Exemple, à Beziers, un Gilet Jaune vient de prendre deux ans fermes avec mandat de dépôt(au delà des réquisitions) pour des faits qu’il récuse. Le même jour, à Nimes, deux multi-récidivistes qui ont cambriolé 270 000€ de matériel ophtalmo à l’hopital d’Alés et qui dans leur fuite ont forcé un barrage de police en fonçant sur les gendarmes avant de reculer et de percuter volontairement un autre véhicule de gendarmes ont pris… 12 et 18 mois dont le Midi Libre a l’émouvante pudeur de ne même pas préciser s’ils sont assortis de sursis et de mandat de dépôt.
    C’est ça la cohérence de la justice Française?
    Qui gardera les gardiens?

      +52

    Alerter
  • Narm // 05.01.2019 à 18h33

    2 poids, 2 mesures, Le parti du “mauvais” ordre à perdu.

    C’est moche, mais c’est comme ça

    les gens, ne veulent plus des escrocs / menteurs
    Macron a écrit un livre “Révolution” , je ne l’ai pas lu, mais à ré-écouter ses voeux et sa critique sans les nommer, peut-être voulait-il ce qui arrive ?

      +6

    Alerter
  • jules vallés // 05.01.2019 à 19h09

    La personnalisation des problèmes, tout partirait de MacRonds, et tout finirait vers MacRonds, n’est qu’une vaste mascarade si ce n’est une profonde erreur d’analyse.. Ce n’est qu’un des pièges supplémentaires tendu par la société du spectacle, disons le chiffon rouge derrière lequel sont embusqués les toréadors ploutocratiques, globalistes et authentiquement anti-démocratiques, et qui bien sur échappent à la vindicte populaire… Tant que l’on ne pose pas les termes des dissensions dans l’origine véritable du pouvoir, mais plutôt dans les marionnettes stipendiées qui s’étalent à longueur de médias de masse, le taureau populaire s’échinera vainement en coups de corne, puissants, mais … à coté de la cible.
    Ceci étant dit, je continue à participer activement au mouvement des gilets jaunes, tout en essayant petit à petit , de faire partager mon point de vue!

      +12

    Alerter
  • BA // 05.01.2019 à 19h28

    Benjamin Griveaux évacué de ses bureaux après une intrusion violente.

    Des individus ont « défoncé la porte » avec un engin de chantier.

    Grosse frayeur pour Benjamin Griveaux. Selon nos informations, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a dû être évacué ce samedi après une intrusion dans les locaux de son secrétariat d’Etat à Paris.

    Selon un témoin présent sur place, « vers 16h30, une quinzaine de personnes, certaines habillées en noir, d’autres avec un gilet jaune, ont défoncé la porte du ministère avec un engin de chantier. »

    Les intrus sont rentrés dans la cour, s’en sont pris à des véhicules et sont rapidement repartis. Le secrétaire d’Etat et ses collaborateurs ont eux été mis en sécurité.

    Les lieux, situés rue de Grenelle, abritent également le ministère des Relations avec le Parlement et se situent non loin de Matignon.

    Selon nos informations, des tentatives d’intrusion ont également eu lieu dans d’autres ministères.

    http://www.leparisien.fr/politique/benjamin-griveaux-evacue-de-ses-bureaux-apres-une-intrusion-violente-05-01-2019-7981473.php

      +9

    Alerter
    • Fritz // 05.01.2019 à 19h37

      Griveaux… celui-là… du goudron et des plumes !
      Avec un peu de diesel et de tabac.

        +14

      Alerter
      • Duracuir // 05.01.2019 à 22h12

        Fais gaffe Fritz, avec notre justice de classe actuelle, tu pourrais bien être mis en examen pour apologie de terrorisme, puisque Micron est entrain de parler “d’ultra-violence”( Où sont les morts? les blessés? ) . Toutes ces grosses poupoules effarouchées et leurs larbins pourraient avoir des vapeurs en te lisant et déclencher le bras vengeur et fort obligeant de cet ordre d’élite qu’est la magistrature.

          +21

        Alerter
        • Qc // 06.01.2019 à 23h20

          On ne le montre pas dans Lucky Luke mais le goudron et les plumes, c’est évidemment pour mettre le feu. Un corps brûle mieux ainsi bien sûr. Les plumes servent de mèches et le goudron de combustible. Qu’on se garde bien d’en arriver à un niveau de sauvagerie pareille (comme aux États-Unis il y a 60 ans)!

            +6

          Alerter
          • Fritz // 07.01.2019 à 11h39

            Merci de cette précision. Je ne veux pas brûler Griveaux, faut-il le préciser ?

              +0

            Alerter
  • Suzanne // 05.01.2019 à 20h56

    Comptage, suite. Je viens d’entendre 25 000 manifestants pour toute la France sur RT, avec commentaire “c’est deux fois plus que la semaine dernière”. J’ai aussi entendu le même nombre cité sur Franceinfo mais avec le commentaire “alors qu’ils étaient 32 000 la semaine dernière”. Sur france-police.org (favorable aux Gilets Jaunes) estimation à 300 000 à 15h.
    En début d’après-midi, franceinfo disait quelques centaines de manifestants à Paris, au moment même où, sur RT, on voyait des foules vraiment très nombreuses être empêchées de traverser le fameux pont.
    Quelqu’un a d’autres nombres dans le genre?
    J’aimerais en rire, sauf que c’est vraiment, vraiment pas drôle.

      +7

    Alerter
    • Suzanne // 05.01.2019 à 21h17

      50 000 selon le ministère de l’Intérieur.

        +4

      Alerter
      • Fritz // 05.01.2019 à 21h35

        Suzanne, voici une étude pondérée de RT sur ces chiffres :
        https://francais.rt.com/france/57600-gilets-jaunes-chiffres-interieur-sont-sous-evalues

        Et ensuite, certains accusent RT d’être une officine de désinformation… A Toulouse, les chiffres donnés par la préfecture sont très minorés. Quant aux chiffres de France Intox…

          +8

        Alerter
        • Suzanne // 05.01.2019 à 22h06

          Merci, Fritz ! Le prochain coup, je le fais plus systématiquement, avec des copies d’écran (aujourd’hui, la simultanéité des “quelques centaines à Paris” et des vues sur RT était assez impressionnante), et s’il y a des volontaires pour faire ça en parallèle, c’est super.
          On se fiche de nous, là.
          Comme je disais, j’ai plus envie de pleurer que de rire, mais le “25 000 selon le ministère, 300 000 selon la police” était assez rigolo, ça réconfortait un peu des innombrables manifs antérieures contre les lois diverses qui ont émaillé le parcours brillant de nos politiques.

            +3

          Alerter
          • Weston // 06.01.2019 à 01h31

            Ce n’est pas selon la police, mais selon un syndicat policier bien précis qui est d’ailleurs fortement attaqué par les chiens de garde du système car paraît-il proche du RN (ce que je ne pourrais ni infirmer ni confirmer). Ce qui ne signifie pas non plus que les chiffres soient totalement faux.

              +4

            Alerter
          • Owen // 06.01.2019 à 06h37

            Les gilets jaunes ont tenté pour la première fois de se compter pour cet acte acte 8: 388 000 gilets jaunes.
            https://giletsjaunesconstructifs.fr/acte-viii-388-000-gilets-jaunes-ont-manifeste-le-samedi-5-janvier-2019-en-france/
            A corroborer avec le chiffre à 15h de France police, comme l’écrit Suzanne, qui conteste les comptages du ministère de l’intérieur dès le début (qui, lui même, a bougé -très peu- son comptage à cause de France Police).
            Les comptages sont d’autant plus difficiles que la police passe aussi son temps à fracturer les groupes de manifestants et bloquer les cars qui vont vers Paris.

            Le travail pour les gilets jaunes est aussi entravé par la censure sévère sur les réseaux. Les modérateurs du site Facebook “La France en colère”, (celui des historiques Drouet, Ludosky et Nicolle), ont expliqué que…. hé bein le post a disparu.
            Les modérateurs reçoivent les messages (textes, photos, vidéos) et décident ceux qu’ils passent sur la France en colère. Ils ont compté que, de mémoire, 9/10ème des messages en instance disparaissent, sans compter ceux qu’ils éditent qui disparaissent aussi.

            On a sans doute affaire au traitement de l’information le plus faussé de l’histoire des mouvements sociaux.
            Il ne reste qu’une seule politique possible aujourd’hui: mentir.

              +13

            Alerter
  • Bce_106 // 05.01.2019 à 21h43

    Le parti du délire : Christophe Castaner offre une médaille à son effigie aux membres du conseil des ministres ce 4 Janvier 2019.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2019/01/04/01002-20190104ARTFIG00297-macron-fixe-une-nouvelle-methode-de-travail-pour-son-gouvernement.php

    . . . .
    Arrivés Place Beauvau pour le traditionnel petit déjeuner de début d’année organisé par le ministre de l’Intérieur, les participants ont souhaité un bon anniversaire à Christophe Castaner – 53 ans depuis jeudi. Lequel, en retour, leur a offert des macarons de sa ville de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence) et un médaillon gravé au nom de chacun d’entre eux. Spécialement fabriqué pour l’occasion par la célèbre maison Arthus Bertrand, l’objet est composé d’une plaque de métal à l’effigie du ministère de l’Intérieur.
    . . . . .

      +6

    Alerter
    • Paul // 06.01.2019 à 01h21

      payés par le contribuable ?

      attention, je lis dans l’article ;”Alors que le gouvernement trinquait sur la terrasse, l’ambiance dans les couloirs du Château semblait nettement moins à la fête. Car Emmanuel Macron ne cache plus son envie de procéder à un vaste remaniement interne. «Il a trop longtemps protégé son entourage, résume un macroniste de la première heure. Il a compris qu’il payait aujourd’hui l’arrogance de ses équipes.» «Une période s’achève, et une nouvelle débute. L’équipe qui a permis la conquête de l’Élysée et qui a construit les 18 premiers mois du quinquennat doit changer», glisse un membre du premier cercle.”

        +2

      Alerter
  • Kiwixar // 05.01.2019 à 23h40

    Macron pense qu’il peut faire aux Français ce qui a été fait aux Grecs. Rester totalement inflexible, laisser braire, taper dessus, et recommencer. Il va être déçu.

      +9

    Alerter
  • Narm // 06.01.2019 à 12h39

    il va changer le gouvernement et nous coller l’ex repris de justice juppé ……

      +3

    Alerter
    • Alfred // 06.01.2019 à 17h25

      Je penche plutôt pour Blanquer comme nouveau PM. C’est moins idiot que Juppé (mais ce n’est plus un critère pertinent).
      Ça ne changera évidemment rien sur le fond.

        +5

      Alerter
  • petitjean // 06.01.2019 à 19h21

    Ne nous égarons pas
    Macron, issue d’une prestigieuse banque d’affaire, a été recruté par Hollande dont on connait le bilan. Rien qu’un : un demi million de chômeurs de plus à la fin de son mandat !
    Macron a été conseiller puis ministre de Hollande
    Macron a été choisi par les oligarques mondialiste et a été élu par…..une partie des français
    Macron fait le même boulot que ses prédécesseurs, mais lui, en plus, il accélère !!
    Inutile de rappeler que la démocratie est morte en France et que Macron dispose de tous les pouvoirs
    Quant à son portrait psychique, nous avons l’embarras du choix……

      +7

    Alerter
  • Serge F. // 06.01.2019 à 20h33

    Moment de vérité :

    https://twitter.com/AuroreBergee/status/1081710772156166144

    A l’instar de Marguerite, nos gentils journalistes vont peut-être aller fouiller dans sa vie privée pour voir s’il n’y aurait pas quelque chose de scandaleux à trouver pour la salir :

    https://twitter.com/vincentglad/status/1081345703803305999

    Tiens, j’ai une proposition à leur faire : puisque leur impartialité ne souffre d’aucun défaut, je leur propose d’étudier cette vidéo de Marie S’Infiltre faite « sans propagande, ni récupération, ni falsification » d’après les propos de Raphaël Enthoven qui, bien entendu, n’a pas manqué de nous alerter au sujet de Marguerite [1] :

    https://www.youtube.com/watch?v=3ii2I-JQEB8

    La citation reprise par Enthoven « on est des esclaves abrutis. Peut-être qu’un jour on verra la lumière. Mais pour l’instant la lumière on la voit pas. » vient de cet homme que l’on voit sur cette autre vidéo :

    https://twitter.com/_3X1T_/status/1076176611245023232

    A-t-il parlé du problème des étrangers en France ? Qu’a-t-il dit d’autre ? On ne le saura jamais. La magie du montage.

    Marie S’Infiltre s’appelle de son vrai nom Marie Benoliel [2]. Elle a fait Sciences Po et a songé un temps faire l’ENA.

    Sur Facebook, Marie affirme (à propos d’une vidéo qu’elle a faite en se faisant passé pour une journaliste de BFMTV)  : « J’ai le plus profond respect pour le métier de journaliste. Oui c’est une parodie de BFM mais c’est aussi une critique des gens qui les détestent mais qui les regardent. En ces temps troublés les journalistes attisent toutes les passions, une défiance magistrale, une haine irrationnelle. Ils sont réduits très facilement « à des journaleux assoiffés d’argent et de pouvoir, manipulés et manipulateurs, des très méchants menteurs » Ça encore c’est du n’importe nawak  » [3].

    Encore une fois, elle voit les gens dans un prisme déformant. Elles se trompent souvent sur eux manifestement.

    Marie semble être une conformiste dont les idées politiques ont été forgées par son passage à Sciences Po. Je préfère pour ma part ce jeune homme qui sort vraiment du cadre traditionnel (5% de son milieu seulement) :

    https://www.youtube.com/watch?v=3LvTgiWSAAE

    J’en viens maintenant à un fait intéressant : son nom apparaît dans les MacronLeaks :

    https://wikileaks.org/macron-emails/emailid/55206

    En sachant cela, difficile d’affirmer qu’elle a fait un travail tout à fait objectif…

    [1] https://twitter.com/Enthoven_R/status/1078210308597010432
    [2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_s%27infiltre
    [3] https://www.ouest-france.fr/societe/gilets-jaunes/gilets-jaunes-la-youtubeuse-marie-s-infiltre-se-fait-passer-pour-une-journaliste-de-bfmtv-6151044

      +2

    Alerter
  • Suzanne // 06.01.2019 à 21h25

    Je me permets de verser au débat ce long entretien avec Etienne Chouard, figure emblématique aux côtés des Todd, Lordon, Pinçon-Charlot, Friot etc. etc. etc. etc.
    Chouard scandaleusement insulté et sali en ce moment, d’ailleurs, ce qui est probablement une bonne preuve de son importance 🙂
    https://ruptures-presse.fr/actu/gilets-jaunes-macron-union-europeenne-medias-mainstream-entretien-etienne-chouard/

      +5

    Alerter
  • clauzip12 // 07.01.2019 à 00h09

    Ce type n’a connu la démocratie que des lors, qu’il a été désigné comme larbin du grand capital,élection du président des riches!.
    Sa société est composée de 2 groupes:le 1 % et tous les autres soit 99%
    Ce dernier doit produire au bénéfice des premiers. Ceux la sont les destinataires primaires et secondaires du produit de la très grande majorité.Les 99% doivent se satisfaire de ce que laisse le grand capital,c’est à dire des salaires à la baisse continue.
    La croissance des dividendes des premiers est à ce prix,en aucun cas des flux financiers ne doivent aller vers la masse,c’est ce que démontre par sa pratique Macron.
    Mais le pire est à venir avec la les retraites,la sécu,les hopitaux et la privatisation des autres services publics.
    Il n’a jamais dit la finalité de ses mauvais coups,quelle est l’idéologie de référence,quel est le pays modèle!! Il ment par omission et ne s’arretera pas si 10 millions de GJ ne sortent pas dans la rue!

      +4

    Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 07.01.2019 à 01h41

    Les penchants autoritaires d’E.Macron étaient déjà perceptibles dans le débat l’opposant à M.Lepen par une posture rigide très crispé et par la tonalité autocratique de ses propos. Si Lepen était agressive et semble avoir fait beaucoup pour perdre le débat cela a été avancé maintes fois relevant de l’absurde lépéniste. On aurait moins remarqué la fixation technique et technocratique de Macron dans ce débat. L’important étant pour les médias et même pour les critiques des années Hollande-Sarkozy que le candidat rationnel dans ce moment n’était définitivement que le candidat Macron. Depuis, Macron a offert une panoplie forte de son autoritarisme par ses préjugés et phrases provocantes sur ceux qui ne seraient pas des innovateurs économiques, par surtout après l’attaque psychologique, une attaque sociale par ses réformes de structuration du pays pour l’U.E comprenant la négation de la souveraineté.
    Le slogan En Marche exprime une injonction hyper libérale sur le mouvement qui ne peut passer que par la vision dogmatique, normative d’une totalité du marché pour le marché. Une mobilité idéologique qui a un air messianique et de fin fausse de l’histoire.

      +2

    Alerter
  • Sa majesté // 07.01.2019 à 11h16

    UNE SEULE SOLUTION POUR SAUVER LA FRANCE … LA RÉVOLUTION !!!…
    VIVE LA RÉVOLUTION DES GILETS JAUNES
    À BAS LA RIPOUBLIQUE MACRONIENNE
    VIVE LA FRANCE LIBRE

      +2

    Alerter
  • kasper // 07.01.2019 à 23h27

    A propos de l’interpellation d’Eric Drouet, j’attends toujours les gros titres des journaux: “interpellation du principal opposant a Macron lors d’une manifestation pacifique” et les appels a sa libération de la “communauté internationale”.

    Ou alors ca ne marche qu’avec les russes ?

      +0

    Alerter
  • vlois // 07.01.2019 à 23h49

    L’abbé Pierre en écho à ce qui se passe en ce moment : https://youtu.be/swZePLi2nuM

      +0

    Alerter
  • Hippo // 08.01.2019 à 09h06

    Bon article a une nuance près. La réaction faisait face à la révolution francaise qui était bourgeoise capitaliste (loi sur le grain), anti sociale (loi chapelier, suppression des jours fériés, semaine de 10 jours) et à ses débuts, cosmopolite pour virer à l’universalisme guerrier. Le révolutionnaire voulait créer l’homme nouveau arraché à ses croyances à sa culture et qu’il soit moderne.
    Macron est la quintessence de ce qu’a pu produire la révolution. finalement, il est urgent d’etre réactionnaire.

      +1

    Alerter
  • Jean Pierre Collignon // 08.01.2019 à 18h31

    Jupiter, les forces de l’ordre, le couteau suisse de la survie politique?

    Avec 15% dans les sondages, la mise en avant systématique des dérapages de tous bords sur des manifestations représentant plusieurs millier de personnes, la stratégie de communication saute aux yeux.
    Sans compter les discours vas en guerre des membres du gouvernement, ministre de l’intérieur, porte-parole du gouvernement et premier ministre, mettent en avant les dérapages pour mieux masquer la réalité d’un gouvernement qui cherche coûte que coûte à maintenir l’unité derrière lui.
    Déjà certain quitte le navire, il est stratégique d’éviter que cela s’amplifie.
    Dans ce rôle, les forces de l’ordre qui sont au service du peuple et de la nation et qui pour beaucoup sont dans la même situation morale et économique que les Gilets Jaunes sont instrumentalisées suivant les besoins politique du moment.
    C’est bien connu pour garder ces privilèges, c’est mettre les sangs dents et les riens les uns contre les autres (c’est aussi vieux que le monde).
    Le pouvoir en décomposition essai de s’agripper a tout ce qu’il peu, il a deux peur, la grève général et que les forces de l’ordre refuse d’être utilisées comme instrument politique.

      +2

    Alerter
  • narm // 08.01.2019 à 22h16

    https://actu.orange.fr/france/gilets-jaunes-la-methode-ultra-radicale-de-luc-ferry-magic-CNT000001bLtXJ.html
    “L’épisode 8 des “gilets jaunes” aura été marqué par les violences subies par les forces de l’ordre. Notamment ce gendarme attaqué à coups de poing par un ancien boxeur. Un événement que Luc Ferry, ancien ministre de l’Éducation nationale, condamne fermement, mais il va plus loin : “Qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois. Ça suffit ! On a la quatrième armée du monde [la 5e, ndlr], elle est capable de mettre fin à ces saloperies.”

    dites moi que je rêve ? Luc ferry, celui a parlé mais n’a pas dénoncé le pédophile de la politique ?
    quelle bande de dingue

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications