Les Crises Les Crises
19.octobre.201819.10.2018 // Les Crises

[RussEurope-en-Exil] Deux livres qui ont compté (et qui comptent toujours), par Jacques Sapir

Merci 68
J'envoie

La présentatrice d’une émission de France-Culture, Mme Julie de la Brosse, m’a proposé de venir présenter mon « livre de chevet » en économie dans Entendez-vous l’Eco. A vrai dire, des livres que je lis et relis et qui m’ont marqués, il y en a plusieurs. Le choix était difficile. Il m’a conduit à jeter un regard rétrospectif sur mon itinéraire intellectuel. Ce dernier a été largement marqué par l’étude de l’économie soviétique, puis par celle de la transition et par celle de l’économie russe[1]. Mais, ce terrain que j’ai largement privilégié n’a pu se constituer et s’est en permanence enrichi de réflexions théoriques. Ces dernières se sont nourries de diverses influences. Leur diversité ne doit pas étonner. Mais, elle ne doit pas non plus masquer une cohérence forte. Celle du refus d’une vision réduisant l’économie à un mécanisme, et les agents économiques à des robots, au profit d’une vision de l’économie comme un processus, inscrit dans le temps et dans des contextes institutionnels multiples. L’économie est toujours une question à laquelle il peut y avoir plus d’une réponse. Du point de vue de mes influences, je peux me considérer comme chanceux, et comblé, d’avoir pu fréquenter, au moins intellectuellement, des personnes et des courants qui tous m’ont apporté des choses nouvelles, qu’elle qu’ait pu être mon attitude à leur égard.

Itinéraire d’un économiste comblé ?

On le sait, je me suis définis, et je pense toujours que cette définition soit pertinente, comme un économiste hétérodoxe appartenant au courant « régulationniste »[2], c’est à dire pensant que l’histoire des processus économiques (et non de la mécanique économique) et les institutions, quelles soient formelles ou informelles, ont une importances décisives en économie. J’ai donc été, naturellement, influencé par les auteurs français des années 1970 et 1980[3], années qui furent celles de mes études d’économie, et ce même si j’ai pu critiquer certains de ces auteurs[4], que ce soit Michel Aglietta[5], qui fut mon directeur de thèse d’Etat, ou Robert Boyer[6]. L’impact sur ma « pensée » économique du regretté Charles Bettelheim, qui fut mon premier directeur de thèse, fut aussi très important[7], car c’est lui qui a fondé en réalité les bases du courant régulationniste bien avant que le mot soit utilisé. Il faut aussi mentionner Alexandre Gerschenkron[8], un auteur majeur de l’histoire économique, lu très tôt, en dont l’influence sur mes travaux fut profonde. Cet attachement à l’école française de la Régulation fut premier dans ma formation intellectuelle[9].

J’ai été aussi profondément marqué dans ma carrière par ceux que l’on peut appeler les « enfants terribles » de Wicksell, soit Keynes, Myrdal et von Hayek. C’est, en partie, la suite logique de mon engagement dans l’école de la Régulation, soit parce que j’ai eu à utiliser leurs travaux, soit parce que je me suis construit contre eux (mais se construire contre est aussi une manière de se construire avec). Non que ces économistes n’aient pas eu d’importantes divergences et se soient bien entendu entre eux. Quand la Banque Centrale de Suède décida d’attribuer le prix « en l’honneur d’Alfred Nobel »[10] conjointement à Gunnar Myrdal[11] et von Hayek, le premier menaça de ne pas se rendre à la cérémonie à cause de la présence du second ; ambiance…

A ces auteurs s’ajoute évidemment Marx, lu et relu de très nombreuse fois, mais aussi Herbert Simon dont l’apport sur la rationalité et la connaissance me semble essentiel[12]. J’aurai pu aussi citer Kondratiev, un auteur souvent mal interprété, et dont la théorie de l’incertitude a joué un rôle important dans la maturation des mes idées économiques[13]. Après réflexion, ce choix s’est cependant réduit à deux ouvrages, celui de Georges Shackle et un ouvrage de Keynes.

Shackle est un des auteurs les plus méconnus, et ce fort injustement, dans la pensée économique du XXème siècle. Il apparaît comme central dans l’émergence d’un hétérodoxie économique qui soit scientifiquement fondée et bien déterminée. S’il eut son heure de gloire pour son ouvrage sur l’histoire de la pensée économique, ses travaux de théorie, et surtout la place qu’il donne à la « surprise » en économie[14], sont largement passés sous silence. Mais, c’est surtout son livre de 1949 sur le rôle des anticipations en économie qui m’a profondément marqué[15]. On y trouve une critique assez fondamentale de la démarche de l’économie néoclassique et une affirmation de l’importance d’un point de vue subjectiviste en économie. Ce point de vue « subjectiviste », on le retrouve chez Myrdal, Keynes et Hayek, mais aussi chez Marx. Il est un véritable marqueur de l’hétérodoxie en économie.

Quant à Keynes, on ne le présente plus. Il fut un auteur fécond et prolixe, que l’on gagne toujours à lire et à relire. Mais, très souvent, on se concentre sur la Théorie Générale, publiée en 1936 voir sur le Traité de la Monnaie, publié en 1930. Or, avant ces ouvrages majeurs, Keynes a existé comme économiste tout comme polémiste. Je voudrai donc ici justifier mon choix de ces deux livres, qui m’apparaissent bien plus complémentaires que l’on ne pourrait penser au premier abord.

Shackle, un auteur injustement méconnu

L’ouvrage Expectations in Economics (1949) de George Shackle peut donc être considéré comme un ouvrage fondateur de l’hétérodoxie en économie[16]. D’autres auteurs ont aussi produit des ouvrages hétérodoxes importants, mais celui de Shackle combine en un petit format un nombre important d’avancées. Il convient ici de rappeler que Shackle a eu des influences très diverses sur sa pensée. Tout d’abord il se rapprocha de von Hayek en 1937, alors que celui-ci n’était pas encore le « prophète libéral » qu’il devint dans les années soixante-dix et quand ce dernier enseignait à la London School of Economics avant de partir aux Etats-Unis. Mais, ce qui l’intéressait dans le travail de Hayek était avant tout son approche de la connaissance, une approche tout à la fois subjectiviste mais aussi reconnaissant l’importance de l’incertitude radicale.

Dès la fin des années 1930, Shackle se rapprocha de Keynes et fut aussi sous l’influence de Myrdal. Ces deux auteurs l’attiraient, le premier par sa définition de l’incertitude radicale et du point de vue subjectiviste (et Keynes et Hayek étaient sur ces deux points fort proches même s’ils étaient radicalement éloignés dans leurs prescriptions économique) et Myrdal en raison de son articulation entre les espoirs qu’un acteur économique peut mettre dans ses actions (le point de vue ex-ante) et les conclusions qu’il peut tirer du dénouements de ces dernières (le point de vue ex-post). Shackle est donc perçu, avec d’autres économistes comme Joan Robinson[17], Nicholas Kaldor[18] ou Hyman P. Minsky[19] comme l’un des auteurs phares de ce que l’on appelle le courant post-keynésien[20]. Ce courant, né en réaction à la « traduction » de l’œuvre de Keynes dans l’univers des néoclassiques, est aujourd’hui un des courants importants de l’hétérodoxie économique.

G.L.S. Shackle

Les intuitions fulgurantes de G.L.S. Shackle

Le livre Expectations in Economics est donc centré sur la question de l’incertitude radicale, ce qui dans la vie est irréductible à un quelconque calcul de probabilités (et qui provoque chez l’agent la surprise qu’elle soit bonne ou mauvaise) mais aussi sur l’articulation dans un point de vue subjectiviste entre les anticipations ex-ante et les anticipations ex-post. Ne serait-ce que sur ces deux points, l’apport de Shackle est considérable, même si il est largement méconnu. Shackle s’inscrit dans une contestation vigoureuse de la pensée qui s’enracine dans le courant qui va de T. Haavelmo à Robert Lucas. Pour lui, rien n’était plus faux, et même plus indécent, que d’user de la formule d’anticipations rationnelles. Ce thème de la nécessité de l’approche subjectiviste sera le fil conducteur de son œuvre, comme on peut le voir dans son ouvrage de 1972 Epistemics and Economics[21], ainsi que dans l’un de ses derniers ouvrages publié sept ans après[22]. Il pose dans cet ouvrage les bases de ce qu’il appellera le monde kaléidéique de Keynes[23].

Mais, l’apport de son ouvrage de 1949 ne s’arrête pas là. Shackle avait bien conscience que l’œuvre de Keynes faisait l’objet d’une récupération par les auteurs de l’économie néo-classique. Dans son ouvrage, donc, il défend une interprétation de Keynes bien plus fidèles à l’auteur que celle qui fut popularisée par John Hicks ou par Samuelson. Il revient donc à G. Shackle d’avoir exploité de la manière la plus rigoureuse les intuitions de Keynes quant à l’incertitude radicale. Pour lui, c’est la capacité d’invention de l’esprit humain, mais aussi l’extraordinaire diversité des combinaisons rendues possibles par l’hétérogénéité, qui enlèvent tout sens à la prétention d’assigner à tout événement une probabilité[24]. Cette défense de Keynes porte essentiellement sur la question de l’encaisse de spéculation, une notion qui peut sembler technique mais qui constitue en réalité un point de rupture incontestable entre Keynes et les économistes de son temps. Shackle démontre que l’encaisse de spéculation, soit la monnaie conservée sous forme liquide par les agents économiques parce qu’ils sont incertain du futur, dépend du point de vue subjectif formé par ces mêmes agents sur le futur. Il revient cependant à G. Shackle d’avoir exploité de la manière la plus rigoureuse les intuitions de Keynes quant à l’incertitude radicale. Pour lui, c’est la capacité d’invention de l’esprit humain, mais aussi l’extraordinaire diversité des combinaisons rendues possibles par l’hétérogénéité, qui construit une théorie cohérente de l’anticipation et des décisions[25]. Il définit la première comme: “..l’acte de création de situations imaginaires, d’associer à ces situations des dates du futur, et de leur assigner sur une échelle mesurant le degré de notre croyance, une place correspondant à la croyance que nous avons qu’un cours spécifique de nos actions fera de ces situations une réalité.[26]

Shackle, en effet, considère l’incertitude non pas en soi mais du point de vue des anticipations et des prévisions que tout acteur doit faire avant de se livrer à une action. Il s’intéresse aux matériaux qui sont utilisés pour former cette anticipation, à ce qui permet de déterminer le degré de confiance que l’on a dans une anticipation, et si ce degré est mesurable et comparable. Il accorde aussi une attention particulière aux effets d’une discordance entre l’anticipation ex-ante et la réalisation ex-post, la surprise potentielle, dans l’évolution de nos attitudes[27]. De nombreux auteurs ont par ailleurs clairement relevé les affinités entre la pensée de Shackle et celle de Hayek[28]. Ces affinités existent à l’évidence, mais il ne faut pas non plus les exagérer. Les divergences sont profondes entre la pensée de Shackle et celle du courant que l’on peut appeler « autrichien »[29].

La question de la surprise

Une fois admis que l’agent peut être surpris, il faut se demander comment cela arrive, et quelles sont les conséquences d’un retour imprévu de la réalité sur les perceptions.

Shackle fait ici une différence, fondamentale, entre un événement que l’on a rejeté après l’avoir envisagé (Counter-expected), et l’événement qui est complètement inattendu (Unexpected) et qui provoque donc une surprise qualitativement différente de celle que produit l’événement counter-expected. Comme il l’indique alors: “La structure des anticipations d’une personne est plus détruite par un événement inattendu que par un événement rejeté. Le premier ne révèle pas seulement une erreur de jugement mais souligne le fait que la personne a non seulement été incapable de connaître un élément essentiel de la situation, mais qu’elle a de plus été ignorante de l’existence et de l’ampleur de sa propre ignorance.[30]

L’événement inattendu engendre alors un effondrement de la structure des anticipations, qui a pour l’agent les conséquences suivantes: “Il ne peut instantanément remplacer l’ancien système d’appréciations par un nouveau, émergeant d’un processus détaillé d’investigation de l’événement surprenant…car une telle investigation prend du temps. Mais…il doit être possible pour lui à ‘importe quel moment de répondre si la réalisation de telle ou telle hypothèse serait surprenante. Il s’ensuit que dans la période intermédiaire entre l’abandon de l’ancien système d’appréciations mûrement réfléchies et l’adoption d’un nouveau système, il doit avoir à l’esprit une forme de système intermédiaire.”[31]

Un événement inattendu, provoquant une surprise qualitativement importante, va dans un premier temps accroître l’attrait pour la liquidité, et va pousser les acteurs à retarder l’engagement de projets industriels, et ce d’autant plus que la liquidité de ces projets est faible, et qu’ils contiennent une large dose d’irréversibilité. Le temps d’attente provoqué par la révision de l’ancien système de jugements et d’évaluations peut être considérable. Dans la mesure où ce qui a été invalidé n’est pas seulement un jugement mais toute une procédure cognitive, l’agent voudra tester, autant que faire se peut, la nouvelle structure avant de prendre une décision significativement importante.

Il en résulte d’ailleurs une intéressante asymétrie dans le comportement des agents. Si la surprise est favorable (la valeur focale du gain est plus grande que prévue, la valeur focale de la perte est significativement plus faible que prévue), ceci n’induit pas immédiatement une accélération des investissements. Avant de poursuivre, les agents vont vouloir comprendre pourquoi ils se sont trompés, même si l’erreur leur a été bénéfique. Par contre, si la surprise est défavorable, la contrainte sur l’investissement est immédiate. Voici pourquoi, selon Shackle, le processus de retournement de la conjoncture est plus brutal quand on passe d’une phase d’expansion à une phase de récession, que dans le cas inverse[32]. On notera que c’est la surprise, et non un calcul d’optimisation, qui fait basculer d’un régime d’investissement à un autre. De même, c’est la fonction générale de surprise, et l’ampleur des dissonances cognitives, qui peuvent expliquer la relative stabilité d’un régime d’investissement déprimé.

La combinaison de trois éléments, le lien entre la surprise (et son intensité) et la préférence pour la liquidité, le délai d’ajustement après une surprise, ici combiné avec une vision très claire de l’écoulement du temps et de son impact sur l’activité économique, enfin la description d’une asymétrie fondamentale entre les processus conduisant à une baisse ou à une hausse de l’investissement, aboutit à une conclusion fondamentale. Même si elle reste informulée explicitement dans l’ouvrage de Shackle, la thèse qui découle de son analyse des anticipations et du rôle qu’il accorde à la surprise est que la crise est plus naturelle dans un système décentralisé et à haute liquidité que le plein emploi des facteurs. Cette situation impose la constitution d’institutions qui vont contenir, mais seulement de manière partielle, la tendance à la crise qui est inhérente aux économies monétaires. Minsky, d’ailleurs ne dit pas autre chose, même s’il le dit avec d’autres mots[33].

Les acteurs économiques ne sont pas des robots

La contribution de Shackle à une théorie de la décision est loin d’avoir été reconnue à sa juste valeur[34]. Pourtant, elle est décisive. Shackle montre que toute décision, même si elle est nécessairement prise dans un cadre individuel, n’est pas dépendante de ce cadre seul. Les contextes sociaux et humains qui déterminent l’évolution de nos échelles de préférence et qui induisent bien souvent leurs instabilités dans le temps, sont déterminants dans la formation de nos décisions. De ce point de vue, on peut relier les intuitions de Shackle aux travaux, plus récents, du grand théoricien militaire israélien, Martin van Creveld, qui lui aussi développa une théorie de la décision, des surprises et des pathologies de cette même décision[35]. Je considère aujourd’hui, ayant lu le livre de van Creveld dès sa parution, qu’un économiste aurait bien des choses à apprendre des pratiques de la décision militaire. Envisager une partie subjective dans la décision, par ailleurs, renoue aussi avec l’une des plus fulgurantes intuitions de Marx qui a mis au coeur de sa théorie économique la question de la subjectivité des représentations, à travers la centralité du concept de fétichisme[36]. Les différents courants marxistes ont d’ailleurs souvent résisté à cette innovation, quand ils ne l’ont pas ouvertement scotomisée (comme Althusser). Se réclamer ouvertement du subjectivisme, c’est à dire de l’intégration de la subjectivité des acteurs dans l’analyse des procédures de décision, constitue une rupture nécessaire avec le mécanisme des théories transposant dans les sciences sociales l’équivalent de la physique de Newton. En terme de programme de recherches, ceci signifie aussi se demander quels sont les guides de cette subjectivité, tant à l’instant donné que dans son évolution. Les cadres qui façonnent les comportements individuels deviennent alors essentiels pour comprendre l’origine et la logique des décisions économiques. De ce point de vue, ce livre, méconnu, est certainement l’une des contributions les plus fulgurantes à la pensée économiques.

Un ouvrage de jeunesse de Keynes

La publication prochaine cette année (2018) de l’ouvrage dirigé par Éric Berr, Virginie Monvoisin et Jean-François Ponsot, L’économie postkeynésienne. Histoire, théories et politiques, ouvrage publié au Seuil, m’a invité à me replonger dans l’un des ouvrages de « jeunesse » de Keynes A Tract on Monetary Reform. Cet ouvrage, en dépit de la publication d’extraits contenus dans Essays in Persuasion[37], reste un des ouvrages les moins connus de cet immense auteur. Mais, cet ouvrage se révèle passionnant, et souvent prophétique. On y trouve une charge virulente contre les politiques d’austérité, une critique implacable des politiques de déflation, et une condamnation, bien avant l’heure, de la fixité des changes et de l’Euro. Cet ouvrage est méconnu parce qu’il n’a pas l’achèvement théoriques des ouvrages ultérieurs, et en particulier de la Théorie Générale. Mais, il se révèle pour un lecteur attentif d’une très grande richesse théorique. En fait, on y trouve dans l’embryon les principales idées que Keynes développera dans ses travaux ultérieurs. En cela, ce livre est un livre fondamental pour qui veut comprendre la pensée keynésienne.

L’ouvrage A Tract on Monetary Reform est publié par John Maynard Keynes en 1923[38]. Dans la liste des livres écrits après la première guerre mondiale, il vient après The Economic Consequences of the Peace, qui assura au jeune économiste en 1919 une certaine notoriété de par sa dénonciation des clauses économiques du Traité de Versailles, mais aussi après la publication de la thèse de Keynes A Treatise on Probability, un ouvrage dont la parution fut acclamée par le mathématicien Bertrand Russel[39]. Cet ouvrage, assez méconnu, pose pourtant les fondements de l’approche et de la méthodologie de Keynes, par sa prise de conscience du phénomène de l’incertitude radicale. Il y explique que ce que l’on appelle des « probabilités » renvoie en fait à l’existence de conventions ou de représentations dominantes, qui ne sont pas à l’abri de contestations radicales[40]. De ce point de vue, il convient de le signaler, il existe d’indubitable parentés entre Keynes et son (futur) grand adversaire, von Hayek, qui lui aussi écrit un texte sur la connaissance ou il affirme l’incapacité pour les hommes de tout connaître, et surtout le fait que leurs actions présentes déforment le futur sans qu’ils en aient connaissance. Ce texte ne sera, quant à lui, que publié bien plus tardivement[41]. De fait Keynes comme Hayek affirment leurs doutes quant à l’économie néo-classique qui, s’inspirant de la mécanique du XIXème siècle a besoin pour construire son raisonnement de prétendre que l’univers est totalement régi par des lois probabilistes. Il faut noter ici qu’en 1944 le grand économètres Trygve Haavelmo publiera un véritable manifeste néo-classique où il défend la notion d’un univers globalement probabiliste[42], et que ce livre sera la base d’un raisonnement qui – encore aujourd’hui – infecte largement la pensée économique.

Quand Keynes écrit «A Tract on Monetary Reform il est encore très proche des idées des libéraux britanniques, les Whigs[43]. Il le restera jusqu’aux désastreuses élections de 1924 qui voient l’effondrement du Parti Libéral et il animera d’ailleurs l’université d’été du Parti Liberal en 1923. Il ne se rapprochera des travaillistes, et ne deviendra une icône de la gauche, que dans les années trente, mais surtout, en fait, après sa mort survenue en 1946. Il est aussi un partisan « raisonnable » du libre-échange au moment où il écrit ce livre. Ici aussi, il changera d’avis bientôt. En 1926 il publiera The End of Laissez-Faire[44] où il s’éloigne de ses positions d’avant 1924, et il radicalisera ses vues avec la crise de 1929[45]. Par ailleurs, il faut remarquer que A Tract on Monetary Reform s’inscrit avant la publication des deux ouvrages majeurs que Keynes écrira sur la monnaie, le Treatise of Monney (1930) et la Théorie Générale qui sera publiée en 1936.

Le contexte de l’époque

A Tract on Monetary Reform est un essai, mais un essai savant appuyé par l’expérience de son auteur dans la période allant du Traité de Versailles à la conférence de Gènes (avril-mai 1922)[46]. Cette conférence est souvent perçue comme liée aux réparations imposées à l’Allemagne dans le Traité de Versailles[47]. En fait, si elle incluait bien entendu ce thème dans l’ordre du jour de ses travaux, elle portait sur une tentative de réorganiser ce que l’on appelait pas encore le « Système Monétaire International ». De fait, les désordres monétaires en Europe continentale et en Europe centrale devenaient très inquiétants et menaçaient la stabilité économique du continent. La dissolution de l’Empire Austro-Hongrois avait conduit les pays « successoraux » à se doter chacun d’une monnaie nationale. Certains pays, comme la Pologne, renaissant après la fin de la Première guerre mondiale, se dotaient quant à eux d’une monnaie. On comprend le bouillonnement monétaire de l’époque.

Cette conférence fut aussi marquée par la question des « emprunts russes » et marqua le début de la sortie de l’Union soviétique de son isolement diplomatique. Elle devait d’ailleurs donner lieux au Traité de Rapallo entre l’Allemagne et l’URSS. Le gouvernement français, alors conduit par Raimond Poincaré qui avait remplacé Aristide Briand dont le gouvernement avait été renversé en février, s’opposait sur de nombreux points à la tenue de cette conférence ; celle-ci ne dut d’être tenue qu’à l’obstination, et à la diplomatie de Lloyd Georges, le Premier-ministre britannique[48].

L’un des résultats de cette conférence fut le retour à l’Etalon-Or, abandonné en 1914, soit de manière directe, soit de manière indirecte en utilisant ce que l’on nomma alors des « monnaies de réserves », soit le Dollar américain et la Livre Sterling, monnaies qui étaient pleinement et sans restrictions convertibles en or[49]. Ceci venait couronner des politiques de « déflations » déjà suivies dans de nombreux pays. D’autres étaient partis dans l’hyperinflation, comme l’Allemagne, et d’autres, enfin, tentaient de stabiliser leur monnaie par des institutions qui devaient, par la suite, les perdre, comme l’Autriche[50]. Le rétablissement de l’Etalon-Or et les institutions nécessaires à son maintien eurent un impact dépressionnaire évident, et furent à l’origine de la propagation de la crise de 1929. De ce point de vue, la parenté entre l’Euro et le système de l’Etalon-Or semble pertinente.

Cette expérience inclut aussi l’observation de l’hyperinflation allemande et soviétique. Keynes est bien entendu au fait de la situation allemande, et il la suit avec une attention particulière. Mais, Keynes se tient aussi au courant de la crise hyper-inflationniste que connaît l’URSS naissante et l’on peut penser que le début de sa relation avec Lydia Lopokova[51], qui deviendra sa femme en 1925, n’y est pas étranger.

Un manifeste contre les politiques d’austérité

Dès le début de A Tract on Monetary Reform Keynes donne le ton. Il écrit ainsi : « Money is only important for what it will procure ». Autrement dit ce qui intéresse Keynes c’est la richesse des personnes, ce que l’on nomme en économie les « agents ». Il poursuite en ajoutant : « Le changement dans la valeur de la monnaie (…) est important pour la Société seulement dans la mesure où ses incidences sont inégales »[52]. C’est donc la question de la répartition de la richesse qui peut être obtenue par la monnaie ou à travers les prix monétaires qui est pour Keynes la question centrale. Or, il se livre à un petit constat à l’aide d’un tableau qui figure à la page 3 du livre. Des pays ayant conservé l’Etalon-Or, comme le Japon ou les Etats-Unis ont connu la même inflation qu’un pays, la Grande-Bretagne, qui avait suspendu l’Etalon-Or pendant la guerre. Il ajoute alors que si l’inflation tout comme la déflation font subir aux économies et aux agents des souffrances et des désordres, la déflation est bien le pire de tous les maux. En effet, la déflation combine un effet de répartition à un effet important sur la production[53].

Cette observation nous semble aujourd’hui évidente. Elle est, quand Keynes la couche sur le papier révolutionnaire. Il faut alors rappeler que Keynes se base sur une étude des trajectoires des principaux pays développés qui ont été entraînés dans la première guerre mondiale.

Ayant ainsi posé le décor du livre, Keynes va expliquer dans la section suivante comment il décompose la Société en trois classes, les capitalistes (qu’il appelle la classe des investisseurs), les entrepreneurs (ou la classe de ceux qui « font du Business ») et les salariés. Cette décomposition, elle, n’a rien de nouveau en économie. Elle est même canonique depuis David Ricardo et elle fut réutilisée par Marx. Elle suppose que l’entrepreneur, quand il créé une entreprise, doit emprunter son capital, avec lequel il achètera les machines, les matières premières et il paiera les premiers salaires. Cette tripartition de la Société existe aussi chez Marx, qui pourtant construit dans le capital l’opposition entre le Capitaliste et l’Ouvrier, car Marx explique aussi que le Capitaliste est un personnage « double », qui est à la fois le propriétaire du capital ET le gestionnaire de ce dernier, soit un entrepreneur, distinguant l’argent gagné comme entrepreneur de l’argent gagné comme capitaliste. Keynes le suit en partie sur ce point en précisant que certains entrepreneurs peuvent être des capitalistes[54]. Un autre point important est ici à remarquer : le capital signifie une somme d’argent. Pourtant, dans la suite du livre, et dans ses autres ouvrages, Keynes donne au mot « capital » d’autres significations : outils, bâtiments, machines. Le fait que le capital soit ici considéré avant tout dans forme monétaire est important. Cela l’est à la fois pour la suite du raisonnement, qui va donc explorer les effets des changements de valeur de la monnaie, mais cela l’est aussi car Keynes reprend, même s’il ne cite pas, une citation classique de Marx dans le Capital, quand il affirme que les portes du paradis s’ouvriront devant ceux qui investissent ; on retrouve la citation de Marx « accumulez, accumulez, c’est la loi et les prophètes »[55].

Keynes va donc montrer comment, en théorie, les mouvements de valeur de la monnaie vont affecter tant les revenus de ces trois catégories d’agents (ou de ces trois classes) mais aussi comment, en dynamique, ces mouvements vont affecter les développement de l’économie. Mais il va plus loin. Il attribue certains mouvements de valeur à des « alliances de classe », par exemple entre les entrepreneurs et les salariés pour l’inflation. Ce point est assez extraordinaire dans le raisonnement de Keynes. Ce dernier affecte de considérer que seuls des causes économiques peuvent altérer la fluctuation de la valeur de la monnaie. Mais, dans le même temps, il est parfaitement conscient que les prix ne sont pas uniquement déterminés par les déséquilibres sur les marchés des produits, mais qu’ils reflètent aussi des rapports de force socialement et politiquement déterminés. Il n’est, bien entendu, pas le seul à le penser. Ainsi, si on suit Max Weber, la monnaie est un vecteur important des conflits qui traversent nos sociétés: « Les prix monétaires résultent de compromis et de conflits d’intérêt; en ceci ils découlent de la distribution du pouvoir. La monnaie n’est pas un simple “droit sur des biens non spécifiés” qui pourrait être utilisé à loisir sans conséquence fondamentale sur les caractéristiques du système des prix perçu comme une lutte entre les hommes. La monnaie est avant tout une arme dans cette lutte; elle n’est un instrument de calcul que dans la mesure où l’on prend en compte les opportunités de succès dans cette lutte ». [56]

On peut rapprocher de ce qu’écrit Keynes dans A Tract on Monetary Reform : « Depuis 1920, ceux des pays qui ont repris en mains la situation de leurs finances, non contents de mettre fin à l’inflation, ont contracté leur masse monétaire et ont connu les fruits de la Déflation. D’autres ont suivi des trajectoires inflationnistes de manière encore plus anarchique qu’auparavant. Chacun a pour effet de modifier la distribution de la richesse entre les différentes classes sociales, l’inflation étant le pire des deux sous ce rapport. Chacun a également pour effet d’emballer ou de freiner la production de richesses, bien que, ici, la déflation soit le plus nocif »[57].

Keynes va même plus loin que ce constat, et lie explicitement l’inflation, c’est à dire la dépréciation de la monnaie, au mouvement historique qui voit de nouveaux groupes sociaux s’affranchir de la tutelle des anciens dominants: « De tels mouvements séculaires qui ont toujours déprécié la monnaie dans le passé ont donc aidé les “hommes nouveaux” à s’affranchir de la main morte; ils profitèrent aux fortunes de fraîche date aux dépens des anciennes et donnèrent à l’esprit d’entreprise des armes contre l’accumulation des privilèges acquis »[58].

L’inflation comme la déflation sont des impôts : l’un public l’autre privé…

Une partie de A Tract on Monetary Reform est donc constitué de la manière dont une perte de valeur de la monnaie, c’est à dire l’inflation, constitue une forme de taxation[59]. La démonstration n’est pas neuve, mais elle est importante car elle remet l’inflation en perspective : si cette dernière constitue bien une forme d’impôt, elle correspond aussi aux besoins de financement engendrés par la Première Guerre Mondiale. Le parallèle qu’il établit alors avec la situation du Royaume-Uni lors des guerres Napoléoniennes est particulièrement éclairant[60]. De fait, le mouvement des prix s’inverse dès l’annonce de la victoire (du point de vue britannique) de Waterloo. La taxe d’inflation touche essentiellement ceux dont les revenus sont constants. Cela veut dire bien entendu les capitalistes (ou les investisseurs) et les salariés, dans la mesure où ces derniers ne sont pas en mesure d’obtenir une indexation de leurs salaires sur l’inflation. Mais, c’est là l’une des différences entre l’inflation des années 1800-1815 et celle des années 1914-1919. Une partie des salariés, du fait de leur organisation collective, ont gagné la capacité d’indexer leurs salaires à l’inflation. Keynes remarque que l’inflation de 1914 à 1919 a joué massivement contre les capitalistes[61]. Il en déduit alors la nécessité de corriger cela. Inversement, les entrepreneurs ont largement profité des périodes d’inflation[62]. Cela le conduit à évoquer la théorie du taux d’intérêt monétaire. S’il ne développe pas cette théorie dans cet ouvrage, il convient de noter que Keynes fut, avec von Hayek et Myrdal, l’un des principaux partisans de cette théorie due à l’origine à Knut Wicksell[63].

Inversement, et c’est sans doute le point important du livre, la déflation (ou hausse de la valeur de la monnaie) joue aussi le rôle d’une taxe. Keynes montre que cette taxe, par contre, est prélevée par les capitalistes et non par l’Etat. Cette taxe est alors prélevée sir les entrepreneurs, mais aussi, indirectement, sur les salariés. De fait, A Tract on Monetary Reform peut être aussi lu comme un ouvrage de combat contre tout à la fois les politiques de déflation mais aussi contre le rétablissement de l’Etalon-Or.

L’importance de l’inflation et de la déflation sur la production

Ce qui fait l’originalité de A Tract on Monetary Reform c’est qu’à cette analyse assez simple, et assez habituelle (sauf, bien entendu la dimension de « lutte des classes »), des effets de l’inflation et de la déflation, Keynes va ajouter une analyse en termes de production. C’est là le principal apport de ce livre. A partir de concepts comme l’anticipation des profits, concepts aujourd’hui d’usage courant mais qui ne sont pas tellement usités alors, il montre que l’inflation et la déflation ont des impacts très différents sur le développement de la production. L’inflation, parce qu’elle accroît la dépense nominale et qu’elle fait baisser le taux d’intérêt réel (soit le taux d’intérêt nominal diminué de l’inflation) a un effet expansionniste sur l’économie. L’entrepreneur à payé le capital (et les salaires) à l’instant T. Il vend par contre ses produits à l’instant T+1. Si la hausse des prix entre T et T+1 a été importante, la valeur réelle du capital et des salaires a donc baissé par rapports aux prix de T+1. L’entrepreneur peut même se permettre pour un produit particulier de ne pas répercuter totalement cette hausse des prix dans le prix de vente de ses produits, élargissant ainsi leur marché. Bien sûr, il faut exclure de cette analyse les cas d’hyperinflation, comme ce que connaît alors l’Allemagne. Mais, Keynes note que dans les phases initiales de l’hyperinflation, l’activité de l’industrie allemande avait fortement augmentée. Ceci implique alors un angle de vue intéressant sur la position des salariés face à l’inflation. Keynes constate qu’en apparence les revenus nominaux des salariés résistent mieux que les revenus réels dans une période d’inflation. Donc, ces derniers sont théoriquement perdants dans une telle situation[64]. Mais, le développement de la production fait baisser fortement le chômage et provoque une tension sur le marché du travail qui va conduire à une hausse des salaires réels des travailleurs. Ainsi, ces derniers pourraient récupérer une partie des pertes directes qu’ils ont subies du fait de la relative rigidité des salaires face à l’inflation. Le point ici intéressant est que Keynes comprend bien que la rigidité des salaires est fonction de la tension sur le marché du travail. Si ce dernier est marqué par une tension forte entre l’offre et la demande, les salaires pourraient suivre, voire dépasser, l’inflation. De fait, c’est ce que l’on a connu en France de la fin des années 1950 au début des années 1970, quand les travailleurs, du fait de la croissance forte et des tensions existantes sur le marché du travail, furent en mesure d’imposer des clauses d’indexations dans les négociations salariales. A contrario, on peut aussi en déduire que la situation la plus désastreuse pour les salariés serait celle où un excès d’offre (se traduisant par un taux de chômage important) viendrait se combiner avec une inflation importante mais qui ne se traduirait pas par une dépréciation relative de la monnaie (une dévaluation). Ici encore, il envisage l’ensemble des possibilités. L’expérience de l’hyperinflation allemande est, bien entendu, très présente à son esprit quand il écrit « A Tract on Monetary Reform ».

La question du taux de change

Cela conduit alors Keynes à s’interroger sur le rôle de la monnaie, et de la théorie monétaire, en combinaison avec la question du taux de change[65]. Il commence le troisième chapitre de l’ouvrage par ce qui apparaît comme une défense de la théorie quantitative de la monnaie. Mais, on est ici loin de la théorie quantitative telle qu’elle fut exprimée à travers l’équation de Fisher[66]. Tout d’abord parce que Keynes à une vision bien plus complexe de l’épargne, et des facteurs poussant les agents économique à conserver de la monnaie, que nombre de ses collègues économistes. Il ne clarifiera pourtant sa position que dans son Traité de la Monnaie (1930)[67] et surtout dans la Théorie Générale de l’Emploi de l’Intérêt et de la Monnaie (1936)[68]. Ensuite parce que déjà, dans cet ouvrage, Keynes exprime ses doutes quant à la nature exogène de la monnaie. Il pense, à rebours des économistes de son temps, que la création monétaire se fait de manière endogène, au travers du cycle de la production et de l’échange. Cependant, il est clair qu’il faudra la controverse avec von Hayek de 1931 pour que Keynes soit amené à préciser de manière plus rigoureuse ses positions[69].

Ce qui pose la question de la place de ce livre dans l’œuvre et dans l’évolution intellectuelle de Keynes. Doit-on considérer A Tract on Monetary Reform comme relevant d’un Keynes qui n’aurait pas encore rompu avec la pensée orthodoxe de son temps (et ceci bien qu’il ait pris des positions très critiques sur nombre de sujets politiques et de politique économique) ou bien faut-il considérer cet ouvrage comme relevant de l’art de la dissimulation, Keynes s’étant déjà éloigné de la pensée orthodoxe mais le cachant car il ne voulait pas « polluer » un ébat de politique économique de considérations théoriques qu’il n’avait pas le temps de développer ? La référence à Pigou, qui fut certainement le moins « classique » des économistes classiques que l’on trouve dans la note de la page 76 peut être interprétée dans l’une comme dans l’autre des hypothèses. La discussion des pages 78 à 82, ou Keynes cite Pigou et Marshall, montre que Keynes à une vision institutionnelle de la monnaie et non une vision mécaniste. De plus, il a une théorie du comportement des agents qui apparaît dominée par le contexte dans lesquelles ils agissent[70]. Ce point pouvait être considéré comme une hypothèse psychologisante en 1923. De nos jours, nous savons – car cela a été formellement démontré[71] – que les préférences des agents sont largement déterminées par leur contexte[72]. Le fait que Keynes ait anticipé cette découverte qui fut faite plus de 40 années après sa mort montre bien que l’on n’est pas en présence d’un esprit englué dans l’orthodoxie de son temps. La discussion qu’il poursuit aux pages 83 et 84 montre aussi qu’il a conscience que les paramètres de l’équation de la Théorie Quantitative sont susceptibles de changer dans les périodes d’expansion de l’économie comme dans les périodes de dépression. Autrement dit, il détruit toute vision mécaniste de la relation entre les prix et le volume de monnaie. Ce passage est donc important dans le livre car il montre que Keynes, tout en saluant formellement cette théorie quantitative, est déjà parti sur un autre chemin pour penser les relations (et non LA relation) entre la monnaie et les prix. Keynes en déduit que la politique monétaire ne devrait pas se focaliser sur la masse de monnaie ni sur le taux d’intérêt, mais sur les montants conservés par les agents économiques pour couvrir leurs dépenses et leurs possibles pertes futures[73]. Cela revient à révoquer en doute les politiques monétaires de son temps et annonce les développements sur ce même point que l’on trouvera dans la Théorie Générale.

Il s’attaque alors à ce que l’on appelle la « Parité des Pouvoirs d’Achat », une théorie dont il retrace l’origine à Ricardo, via Cassel[74], un économiste suédois alors fort connu. Cette théorie est importante pour comprendre l’évolution des taux de change entre les monnaies, et affirme que ces taux servent à égaliser le pouvoir d’achat intérieur et le pouvoir d’achat extérieur d’une monnaie. C’est cette théorie qui sert de support à l’Etalon-Or. Or, il montre les défauts de cette théorie, et en particulier qu’elle ne fait pas de distinction entre les biens ouverts à la concurrence internationale et ceux qui ne le sont pas[75]. Il e conclut la nécessité de laisser les taux de change libre de s’adapter aux contraintes, ou aux catastrophes, qui peuvent survenir dans une économie particulière[76]. En d’autres termes, il considère que toute tentative de fixer les taux de change, ou de les lier de manière ferme à un étalon (comme l’Or) ne peut qu’aboutir à une catastrophe. Ici aussi il y a des leçons dans A Tract on Monetary Reform dont il conviendrait de se souvenir à propos de la dynamique de la zone Euro. Il montre alors que si la théorie des Parités de Pouvoir d’Achat a fonctionné empiriquement entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Italie, c’est essentiellement parce que ces pays se sont engagés dans des politiques de déflation et qu’ils ont fait baisser les prix, avec les coûts inhérents en matière d’activité économique, de manière drastique[77]. Ici encore, on ne peut être que frappé par le parallélisme avec la situation de la zone Euro.

Les objectifs de la politique monétaire

Dans le chapitre IV du A Tract on Monetary Reform Keynes revient sur les objectifs que doit viser la politique monétaire. Il les assemble en couples d’objectifs opposés, la dévaluation opposée à la déflation, la stabilité des prix opposée à la stabilité du taux de change, et enfin la restauration de l’Etalon-Or face à un système où la monnaie est découplée de tout lien avec l’or.

Face à la première paire de propositions alternatives, Keynes, pleinement conscient des conséquences mais aussi des contradictions de la conférence de Gènes[78], s’oppose avec insistance à la déflation. Cette dernière organise le transfert de richesse des autres classes (les entrepreneurs et les salariés) vers les rentiers, et de manière générale des actifs vers les inactifs[79]. Mais, il y a une autre raison pour s’opposer à la déflation. Cette dernière se traduit mécaniquement par un accroissement du poids des dettes privées. Or, comme le remarque Keynes, dans les économies modernes, une large part de l’activité est financée à crédit, par de l’émission de dette[80]. Dans ces conditions, une large part de l’activité sera touchée par le renchérissement des dettes, et la production stagnera ou s’effondrera. De plus, dans une période de déflation les agents économiques qui le peuvent ont une incitation forte à transformer leurs actifs matériels, et donc utiles au développement de l’économie, en actifs purement monétaires. La déflation est donc le choix de la finance contre celui de l’économie réelle. Ces mots raisonnent de manière prophétique aujourd’hui, tant en raison des conséquences de ces politiques à la fin des années 1920 et au début des années 1930, que parce qu’ils ont aujourd’hui même une actualité incontestable. Un dernier argument est alors utilisé : la déflation n’est pas seulement pernicieuse, elle est tout simplement impossible dans de nombreux pays, à moins d’en changer radicalement et de manière dictatoriale les institutions et les règles[81]. Il rappelle que cette politique de déflation fut mise en œuvre en Tchécoslovaquie et provoqua une grave crise industrielle et une forte hausse du chômage[82]. Pourtant, il ne tarit pas d’éloges sur le Ministre des finances de la Tchécoslovaquie, Alois Rašin pour la manière dont il dégagea son pays de la monnaie autrichienne et créa une monnaie nationale stable[83].

Keynes remarque alors que laisser une monnaie se déprécier par rapport à l’Or constitue une « injustice » pour les rentiers. Mais une mesure de « justice » pour les rentiers aurait des conséquences dramatiques pour le reste de la population. De ce point de vue, tous les « contrats » (et la rente publique est un contrat moral entre un individu et son gouvernement) ne sont pas égaux. La justice consiste aussi à regarder la situation de tous les individus et celle de l’économie. Il ajoute alors « Mais, quoi que l’inflation en diminuant le fardeau de la dette publique et en stimulant les entreprises a quelque chose à ajouter dans l’autre plateau de la balance, la déflation n’a rien »[84].

Il conteste aussi l’argument que la déflation serait nécessaire pour le prestige de la monnaie. La confiance et le prestige découlent de la bonne santé de l’économie et non de la valeur d’un taux de change[85]. Ces passages anticipent largement les critiques qui furent faites tant contre la « politique de franc fort » dans les années 1990 que la politique actuelle qui se cramponne à l’Euro, se refusant à une politique de souveraineté monétaire qui permettrait de déprécier la monnaie nationale pour tenir compte des réalités.

Keynes s’en prend alors à l’argument qui prétend qu’une réévaluation de la monnaie (par rapport à l’Or) enrichirait la population. Il démontre de manière très convaincante que toute politique de réévaluation ne fait qu’enrichir les rentiers mais appauvrit l’ensemble de l’économie ce qui, en bout de course, se retourne contre les rentiers eux-mêmes[86].

Les effets pervers de la déflation et de l’Etalon-Or

S’attaquant au couple stabilité des prix contre stabilité du taux de change, il montre que dans de nombreux cas viser au second objectif engendre une instabilité grave des prix, qui se conjugue alors avec la déflation[87]. D’un point de vue théorique, il associe les mouvements des prix à des contraintes spécifiques (un point qui anticipe sa propre théorie de l’écart entre les besoins d’investissement et l’épargne, qu’il développera à la fin des années 1930) et montre que la stabilité du taux de change ne peut en aucun cas servir d’ancre à la stabilité des prix sans causer dans le même temps des dommages irrémédiables à l’activité économique.

Ici, ce point se révèle prophétique si l’on regarde l’évolution des pays émergents depuis le début des années 1990. Alors que la Chine connaissait une forte inflation mais aussi des taux de croissance de la production élevés, la tentative sous le gouvernement El’tsin en Russie d’utiliser la stabilité du taux de change comme ancre pour la stabilité des prix aboutit à détruire une large part de l’économie russe et conduisit à la crise d’août 1998. La dévaluation qui suivit fut alors extrêmement bénéfique pour la Russie[88]. Inversement, la décision du gouvernement russe de laisser flotter le rouble en 2013 permit à la Russie de traverser la période de forte chute des prix des hydrocarbures avec un minimum de dommages, et de retrouver rapidement la voie de la croissance.

Keynes ajoute alors que les fluctuations des taux de change sont un mécanisme permettant de retrouver des équilibres tant internes qu’externes[89]. Ceci est aussi une critique prophétique contre les mécanismes de monnaie unique qui, tel l’Euro, interdisent aux pays participants à ces mécanismes de recourir à la dévaluation. Dès lors, les seuls ajustements possibles sont des ajustements par des méthodes de déflation salariale et de compression de la demande interne (comme en Espagne et en Grèce), ajustements qui outre leurs conséquences sociales dramatiques provoquent des dommages considérables à l’appareil de production.

La conclusion de Keynes est alors que quand la stabilité des prix et la stabilité des taux de change sont incompatibles, la restauration de l’Etalon-Or n’est pas souhaitable, car il conduit à fixer, dans les faits, le taux de change[90]. Cela l’est d’autant moins que les conditions de production de l’Or sont hautement variables. Ainsi, le rapport entre le volume de la production des pays adoptant l’Etalon-Or et le volume d’Or ne peut être garantit. Il en découle que l’Etalon-Or aurait des conséquences déflationnistes importantes sur les économies. De plus, l’Or, depuis 1914 et au début des années 1920, était fort inégalement réparti. Dans l’opposition résolue de Keynes à l’Etalon-Or il y a aussi la crainte que certains pays puissent instrumentaliser ce dernier[91]. Keynes ne croit pas, et l’avenir lui donnera raison, que l’Etalon-Or, même sous la forme dérivée d’une « monnaie commune » utilisée par les grandes puissances de l’époque, conduise à une coopération entre ces pays[92]. Ici encore, ce passage peut être lu aujourd’hui comme une critique implicite de l’argument que l’Euro favoriserait la coopération entre les pays l’utilisant. La crise actuelle que connaît, en 2018, l’Union européenne et qui s’est montrée sous des formes radicales avec l’échec du sommet des chefs d’Etat de septembre à Salzbourg est encore une démonstration du fait que d’adopter une monnaie, l’Euro, comme monnaie unique pour certains et comme monnaie de référence pour d’autres, s’avère inefficace pour susciter une réelle coopération entre ces pays quand les oppositions d’intérêt sont trop frontales.

Au-delà, la lecture de l’ouvrage de Keynes invite naturellement à s’interroger sur la proximité qui peut exister entre l’Etalon-Or et l’Euro, une proximité relevée en 2015 par Hélène Clément-Pitiot[93].

Keynes, Weber, et la lutte contre l’interprétation « rationaliste » de la monnaie

On le voit, cet ouvrage de Keynes est d’une importance capitale. Il représente un premier achèvement de la pensée de Keynes sur les questions monétaires, bien avant le Traité de la Monnaie et la Théorie Générale. D’un point de vue théorique il souligne la proximité entre Keynes et Max Weber qui, l’un est l’autre, ont mis en valeur le problème du conflit social, voire même des classes sociales, dans leurs réflexions sur l’inflation. Ils ont insisté sur la dimension subjective des choix des agents économiques, mais aussi de la monnaie. A cet égard, la relative proximité entre un sociologue et un économiste met à mal la manière dont la sociologie académique, essentiellement celle qui s’inspire des travaux de Talcott Parsons, a tenté de penser ses frontières avec l’économie. Pour Parsons, rappelons-le, l’économie est concernée par les actions rationnelles en production et en consommation, alors que la sociologie devait s’intéresser aux cadres institutionnels au sein desquels ces actions prennent place[94]. Une telle distinction implique que l’on pose comme préalable que la rationalité de l’acteur est indépendante du cadre institutionnel dans lequel il se meut, de même qu’il faut aussi tenir pour négligeable l’impact sur les cadres institutionnels des actions dites rationnelles. Ces différents points ont suscité des critiques nombreuses. La praticabilité même d’une telle séparation a été critiquée par R. Swedberg[95], tandis que M. Granovetter mettait l’accent sur l’enchâssement de l’économie dans le social[96]. Quant au postulat d’indifférence des rationalités par rapport au contexte dans lequel elles se déploient, ceci a été critiqué par A. Etzioni qui a insisté sur l’irréductible dimension morale de toute action sociale[97]. On peut ajouter ici qu’il s’agit de l’une des très rares conjectures qui soit réellement testable en économie. On y reviendra ultérieurement; mais, sans déflorer le contenu de prochains chapitres, on peut déjà indiquer au lecteur que les tests empiriques n’ont jamais validés les hypothèses des économistes ou des sociologues partisans de l’individualisme méthodologique en matière de préférences des acteurs. Il est clair que l’on ne peut prendre la monnaie au sérieux en s’en tenant au postulat walrasien d’une économie politique pure et mécaniste[98], ou au refus d’une tradition sociologique d’aborder la question. La redécouverte de l’œuvre de Georg Simmel, et en particulier de son ouvrage sur la monnaie[99], au début des années quatre-vingts a certainement contribué à la remise en cause de ces séparations néfastes, permettant une approche à la fois plus réaliste et plus cohérente du problème[100]. La monnaie apparaît donc sous deux faces, analytiquement distinctes et systémiquement liées. Elle est bien sur l’indispensable moyen de calcul inter-temporel qui permet de sublimer les obstacles posés sur la route des échanges par l’hétérogénéité. Cette dernière fonde la nécessité d’un instrument particulier fonctionnant comme norme d’homogénéisation d’une réalité non homogène. Il n’est pas étonnant que la Théorie de l’Equilibre Général, parce qu’elle postule l’homogénéité, puisse se passer de la monnaie comme on l’a vu antérieurement. Mais cet instrument n’est pas neutre. Il est aussi un vecteur des rapports de force sociaux. La monnaie, pour reprendre les termes de Max Weber, est à la fois un “droit sur des biens non spécifiés” et un instrument dans la lutte entre les individus et les groupes sociaux autour de l’appropriation de ce type de droit.

La double nature, contradictoire, de la monnaie est l’une des bases de l’analyse de M. Weber[101]. Il faut souligner ici l’importance et le caractère extrêmement moderne de sa distinction entre une rationalité “formelle” et “substantielle”. Pour Weber, la rationalité “formelle” est celle qui dérive du calcul économique quand celui-ci peut être entièrement fait à partir des valeurs monétaires. On est alors très proche des conceptions de von Mises, datant de son ouvrage publié en 1912[102]. Cette rationalité ne s’exprime que quand trois conditions sont remplies, (a) une concurrence de marché entre des unités économiques relativement autonomes, (b) une absence d’entraves aux mouvements du capital permettant de calculer toute décision économique en terme de capital, (c) la complète domination de la demande solvable sur tout autre forme de demande. Ces conditions sont particulièrement exigeantes du point de vue de l’organisation sociale. En particulier, les points (b) et (c) impliquent des conditions de stabilité des institutions et de similitudes des comportements. Sans même entrer dans la discussion sur la possibilité de tout calculer, dont on a montré qu’elle constituait le point faible de la position de von Mises, il est clair que pour Weber cette rationalité “formelle” est un modèle et non une description “réaliste” de l’économie et de la société.

La rationalité “substantielle” définit pour sa part une situation où les besoins d’une population donnée sont satisfaits en accord avec le système des valeurs de cette population et les normes qui en découlent. Weber remarque que si une liberté complète du marché était possible, la rationalité “formelle” serait indifférente aux considérations “substantielles” impliquées pour atteindre ce degré de rationalité. Cependant, ces facteurs substantiels limitent fondamentalement le champ d’application de la rationalité issue du calcul monétaire, et c’est pourquoi elle est qualifiée de “formelle”. Le conflit entre la nature “formelle” et la nature “substantielle” est indépassable dans les sociétés réelles. La coïncidence entre les deux formes est tendancielle et partielle; elle dépend fondamentalement de la structure des incitations. En d’autres termes, la notion de calcul monétaire n’a de sens qu’à partir d’une connaissance de la distribution des revenus[103], elle est contingente à l’organisation sociale et non essentielle. Weber refuse ainsi, tout comme Keynes, au moins implicitement, l’aporie rationaliste comme quoi tout serait réductible au calcul monétaire. En cela, la pensée de Keynes s’avère absolument irréductible, et dès l’origine, avec les fadaises néoclassiques, et en particulier dans le domaine monétaire.

Keynes et Shackle, deux auteurs complémentaires

A Tract on Monetary Reform est aussi d’une importance capitale car il contient nombre de réflexions, d’une troublante actualité, que ce soit quant aux politiques d’austérité, au dilemme entre l’inflation et la déflation, ou encore sur la question des taux de change. Il peut se lire, en particulier les passages concernant l’Etalon-Or, aujourd’hui, en 2018, comme un prophétique réquisitoire contre les politiques monétaires adoptées par les gouvernements européens depuis plus de vingt ans et contre l’Euro. On ne peut être saisi que d’un sentiment de vertige à lire certains passages que l’on croirait extraits de textes contemporains sur la tragédie de la Grèce en 2015 ou sur les politiques d’austérité actuelles.

Et c’est peut-être cela qui donne à A Tract on Monetary Reform toute sa saveur encore aujourd’hui. Il faut donc lire ce livre à la fois comme un livre d’histoire, sur les crises monétaires de l’après Première Guerre Mondiale alors que nous commémorerons bientôt le centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, comme un livre de théorie, même si cette dernière n’est pas encore pleinement constituée, et comme un livre anticipant les troubles du monde présent. C’est pourquoi A Tract on Monetary Reform est un petit mais aussi un grand livre, un de ceux que l’on lit et que l’on relit toujours avec le plus grand profit intellectuel.

Mais, la crise de 2008 a aussi apporté de l’eau au moulin de G.L.S. Shackle. Quand est survenu un événement considéré comme impossible par la plupart des acteurs, la faillite de Lehman Brothers, se sont alors enclenchés toute une série de comportement qui avaient été parfaitement écrits dans Expectations in Economics près de 59 ans auparavant. On a vu la liquidité disparaître du marché interbancaire, en réaction justement à cette incertitude radicale provoquée par cet événement. L’introduction de règles d’arrêt (stop rules[104]), une pratique courante des agents, renvoie alors à la subjectivité de l’agent, mais aussi à l’évolution de ses préférences dans le cours même du processus de décision. Ces règles d’arrêt sont dictées à la fois par la psychologie du joueur (agressif ou prudent), mais aussi par l’objectif qu’il se fixe (en début de partie la victoire, en cours de partie la victoire ou le nul). En ce sens, la notion de règles d’arrêt utilisée par Simon est assez proche du mécanisme de décision imaginé en 1949 par G. Shackle[105]. Dans ce mécanisme en effet on trouve tout d’abord un processus de confrontation entre un résultat visé et la surprise potentielle que peut engendrer l’action devant conduire à ce résultat. Puis, cette confrontation est mise en perspective de la meilleure et de la pire des possibilités résultant du choix, avec une évaluation des extrêmes[106]. Il y a donc chez Shackle un mécanisme d’itération qui est à la fois limité et qui peut entraîner une révision, en cours de route, de l’objectif final.

Cela fonde ce que l’on peut appeler le Paradoxe de Shackle : la décentralisation de la décision induit l’incertitude endogène, mais cette dernière devrait logiquement paralyser la décision des acteurs décentralisés. De fait, si l’économie ne s’arrête pas, c’est bien parce que les agents font usage de choix heuristiques et non de calculs en situation d’incertitude. Mais, le Paradoxe de Shackle devient dès lors aussi un point de départ pour penser la nécessité absolue des institutions, point de départ qui peut être commun à divers courants, même si les réponses sont susceptibles d’être différentes[107].

On le voit et on le mesure, ces deux livres, et ces deux auteurs, ont encore aujourd’hui beaucoup de choses à nous apprendre.

Notes

[1] Sapir J., Les fluctuations économiques en URSS – 1941-1985, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, novembre 1989.

[2] Et ce même si ma première spécialisation fut sur l’économie soviétique et la transition : Sapir J., “Régulation et transition: réflexions sur l’approche en terme de régulation à partir de l’expérience de la transition dans les économies de Type Soviétique”, in R. Boyer et T. Yamada (édits.), La Grande Transformation du Socialisme, Fujiwara-Shoten, Tokyo, 1993, (en japonais). Idem, “Crise et transition en URSS et en Russie”, in R.Boyer et Y.Saillard, (edits.), Théorie de la régulation – état des savoirs , Paris, La Découverte, février 1995, pp. 435-442.

[3] En particulier Aglietta M., Régulation et crise du capitalisme – L’exemple américain , Calmann-Levy, Paris, 1976. R. Boyer et J. Mistral, Accumulation, inflation et crise, PUF, Paris, 1978, A. Lipietz, Crise et inflation, pourquoi?, Maspéro, 1979.

[4] Sapir, J., “Théorie de la régulation, conventions, institutions et approches hétérodoxes de l’interdépendance des niveaux de décision”, in FORUM A. Vinokur (ed.), Décisions économiques , Économica, Paris, 1998, pp. 169-215.

[5] Aglietta M., Régulation et crise du capitalisme – L’exemple américain , op.cit.,

[6] Boyer B. et J. Mistral, Accumulation, inflation et crise, PUF, Paris, 1978 Boyer R., (ed.), Capitalismes, fin de siècle, PUF, Paris, 1986.

[7] Voir Bettelheim C., Calcul économique et formes de propriété, Maspéro, Paris, 1970

[8] A. Gerschenkron, Economic Backwardness in Historical Perspective – A Book of Essays, The Belknap Press of Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1962.

[9] Ainsi, j’adhère toujours à ce que Michel Aglietta pouvait écrire dans la préface à la seconde édition de Régulation et crise du capitalisme – L’exemple américain quand il définissait la théorie de la Régulation comme: “(la théorie de) la genèse, du développement et du dépérissement des formes sociales, bref de la transformation dans laquelle se meuvent les séparations qui la constituent” et “Le mouvement social va donc de l’économique au politique et réciproquement, de l’exacerbation à la polarisation des conflits et à la transformation institutionnelle d’une part, d’une légitimité conventionnelle à des différenciations stabilisées permettant de dériver des relations macro-économiques dotées d’une permanence statistique d’autre part“. Aglietta M., , Régulation et crise du capitalisme …, op.cit., Avant-Propos de la 2ème édition, p. VI et VIII.

[10] Ce que l’on appelle, abusivement, le prix Nobel d’économie….

[11] Voir l’ouvrage de Gunnar Myrdal dont les opinions, exprimées en 1920, restent parfaitement d’actualité aujourd’hui. G. Myrdal, The Political Element in the Development of Economic Theory , Transaction Publishers, New Brunswick et Londres, 1990; première édition en anglais, 1954; première édition en suédois, 1930. Myrdal introduit dès 1939 la très importante distinction entre les opinion « ex ante » et « ex post » en économie : G. Myrdal, Monetary Equilibrium, W. Hodge, Londres, 1939.

[12] Simon H.A., “Rationality as Process and as Product of Thought”, in American Economic Review , vol. 68, n°2, 1978, pp. 1-16

[13] N.D. Kondratiev, Les grands cycles de la conjoncture, Economica, Paris, 1992.

[14] Shackle G.L.S., “On the Nature of Profit”, in G.L.S. Shackle, Business, Time and Thought. Selected papers of G.L.S. Shackle, edited by S.F. Frower, New York University Press, New York, 1988, pp. 107-123

[15] Shackle G.L.S., Expectations in Economics, Cambridge University Press, Cambridge, 1949

[16] Shackle G.L.S., Expectations in Economics, op.cit.

[17] Robinson J., The Accumulation of Capital, Londres, MacMillan, 1956.

[18] Kaldor N., Essays on Economic Stability and Growth, Londres, Gerald Duckworth, 1960.

[19] Minsky H., John Maynard Keynes, New-York, Columbia University Press, 1975, et Idem, Stabilizing an Unstable Economy, New York, McGraw-Hill Professional, 1986.

[20] Voir Eichner A. et Kregel, J., “An Essay on Post-Keynesian Theory: A New Paradigm in Economics” in Journal of Economic Literature, vol. 13, 1975, pp. 1293–1314.

[21] Shackle, G.L.S., Epistemics and Economics – A critique of economic doctrines, Cambridge, Cambridge University Press, 1972.

[22] Shackle, G.L.S., Imagination and the Nature of Choice, Edinbourg, Edinburgh University Press, 1979.

[23] Shackle, G.L.S., Keynesian Kaleideics – The Evolution of a General Political Economy, Edinbourg, Edinburgh University Press, 1974.

[24] G.L.S. Shackle, Expectations in Economics, op.cit..

[25] G.L.S. Shackle, Expectations in Economics, Cambridge University Press, op.cit.

[26] Idem, p. 1, premiers mots.

[27] G.L.S. Shackle, Expectations in economics, op.cit.. Voir aussi, G.L.S. Shackle, Decision, Order and Time in Human affairs, Cambridge University Press, Cambridge, 1961.

[28] Lachman L., « From Mises to Shackle : An essay on Austrian economics and the Kaleidic society » in Journal of Economic Litterature, 1976, mars, pp. 54-62.

[29] Beaugrand P., « Le temps, l’imagination, lincertitude dans la théorie du Professeur G.L.S. Shackle », in Revue économique, Vol. 33, 1982, n°2, pp. 297-322.

[30] Idem, note pp. 73/74.

[31] Idem, p. 74.

[32] Idem, pp. 75-76.

[33] H.P. Minsky, Stabilizing an Unstable Economy, Yale University Press, New Haven, Conn., 1986.

[34] Voir J.L. Ford, Choice, expectations and Uncertainty, Martin Robertson, Oxford, 1983. J.M. Ponsonnet, “The best and the worst in G.L.S. Shackle’s decision theory”, in C. Schmidt, (ed.), Uncertainty in Economic Thought, op;cit., pp. 169-196.

[35] Van Creveld, M., Command in War, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1985

[36] Marx K., Le Capital, Le développement de la production capitaliste, T. 1, voir Section 1, chapitre I paragraphe IV,

[37] Keynes J.M., Essays in Persuation, Londres, Macmillan, 1931.

[38] Keynes J.M., A Tract on Monetary Reform, Cambrdige University Press, Cambridge, 1923. Il peut être téléchargé en pdf à : https://fr.scribd.com/document/374699363/keynes-1923-a-tract-on-monetary-reform-pdf . Les notes concernant cet ouvrage correspondent aux pages de l’édition de la version pdf.

[39] Russell, Bertrand [republication de l’article de 1922] : “Review: A Treatise on Probability. By John Maynard Keynes” in Mathematical Gazette, revue de la Mathematical Association, Vol. 32 (1948), n° 300), pp.152–159.

[40] Keynes, John Maynard, Treatise on Probability, London: Macmillan & Co, 1921.

[41] Von Hayek F., “The Use of Knowledge in Society” in The American Economic Review, Vol. 35, septembre 1945, (n°4), pp. 519–530, et surtout Idem, The Sensory Order, Chicago University Press, Chicago, 1952.

[42] Trygve Haavelmo, A Probability approach in econometrics, Cowles Foundation, supplément à Econometrica, vol. 12, 1944, juillet, 1944, Chicago, Ill.

[43] Voir P. Hill et R. Keynes (edits.), Lydia & Maynard – The letters of Lydia Lopokova and John Maynard Keynes, André Deutsch, Londres, 1989.

[44] Keynes J.M., The End of Laissez-Faire, Hogarth Press, Londres, 1926. Le livre est inspiré d’une conférence prononcée à Oxford à la fin de 1924.

[45] Voir John Maynard Keynes, “National Self-Sufficiency,” in The Yale Review, Vol. 22, no. 4, (June 1933), pp. 755-769

[46] Mills, J. S., The Genoa Conference. London: Hutchinson & Co., 1922

[47] Marks S., “Reparations in 1922,” in Carole Fink, Axel Frohn, and Jürgen Heideking (eds.), Genoa, Rapallo, and European Reconstruction in 1922. Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

[48] Fink C., A. Frohn, et J. Heideking (eds.), Genoa, Rapallo, and European Reconstruction in 1922. Cambridge, England: Cambridge University Press, 1991.

[49] Pasvolsky L., “The Gold Standard before and after the War,” in Annals of the American Academy of Political and Social Science, (Jan. 1933), pp. 171-175.

[50] Schubert, A., The Credit-Anstalt Crisis of 1931, Cambridge: Cambridge University Press, 1992. Voir aussi, März, E., Austrian Banking and Financial Policy: Credit-Anstalt at a Turning Point, 1913–1923, Basingstoke, Palgrave-Macmillan, 1984.

[51] Makrell J. , Bloomsbury Ballerina : Lydia Lopokova, Imperial Dancer and Mrs John Maynard Keynes, Weidenfeld, Londres, 2008.

[52] Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p. 1.

[53] Idem, p. 4.

[54] Idem, p. 7.

[55] Le Capital, Vol. 1.

[56] M. Weber, Economy and Society: An Outline of Interpretative Sociology, University of California Press, Berkeley, 1948, p.108.

[57] Keynes J.M., A tract on Monetary reform, op.cit., pp. 3-4.

[58] Idem, p. 10.

[59] Idem, p. 41-47.

[60] Voir le tableau utilisé par Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p. 15.

[61] Idem, p. 16.

[62] Idem, p. 17.

[63] Wicksell K., Interest and prices, Londres, Macmillan, 1898.

[64] Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p.34 note 1.

[65] Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p.76 et ssq.

[66] Fisher I., The purchasing power of money, New York, The Macmillan Co, 1922 (1911). Keynes prend ses distances avec Fisher dans la note 1 de la page 78.

[67] Keynes J.M., A Treatise on Money, Macmillan, Londres, 1930, 2 vol

[68] Keynes J.M., The General Theory of Employment, Interest and Money, Harcourt and Brace, Londres, 1936

[69] Les principaux textes étant alors: F.A. Hayek, “Reflections on the Pure theory of Money of Mr. J.M. Keynes – Part I”, in Economica, vol. 11, 1931, pp. 270-295. Ibid, “A rejoinder to Mr. Keynes”, in Economica , vol. 11, 1931, pp.398-403. Ibid, “Reflections on the Pure theory of Money of Mr. J.M. Keynes – Part II”, op.cit. et la réponse de Keynes, Keynes J.M., “The Pure Theory of Money: a Reply to Dr. Hayek” in Economica, vol. 11, 1931, pp. 387-397

[70] Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p.82.

[71] Tversky A. et D. Kahneman, “Rational Choice and the Framing of Decisions” in Journal of Business , vol. 59, n°4/1986, part-2, pp. 251-278. Idem, “Loss Aversion in Riskless Choice: a Reference Dependant Model”, in Quarterly Journal of Economics , vol. 107, n°4/1991, pp. 1039-1061 Tversky A., S. Sattath et P. Slovic, “Contingent Weighting in Judgement and Choice” in Psychological Review , vol. 95/1988, pp. 371-384. P. Slovic, D. Griffin et A. Tversky, “Compatibility Effects in Judgement and Choice”, in R.M. Hogarth (ed.), Insights in Decision Making: Theory and Applications , University of Chicago Press, Chicago., (1996). Simonson I. et A. Tversky, “Choice in Context: Tradeoff Contrasts and Extremness Aversion”, in Journal of Marketing Research , vol. 14/1992, pp. 281-295.

[72] Sapir J., Quelle économie pour le XXIè siècle?, Odile Jacob, Paris, 2005.

[73] Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p.86.

[74] Cassel G., Money and Foreign Exchange after 1914, Macmillan, Londres, 1922.

[75] Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p. 87-93.

[76] Idem p. 93.

[77] Idem p. 95-106.

[78] Idem p. 142-143.

[79] Idem p. 143.

[80] Idem p. 144.

[81] Idem p. 145.

[82] Idem p. 146.

[83] Idem p. 147. Voir aussi Rašin A., Finanční a hospodářská politika do konce roku 1921, Pražská akciová tiskárna, Prague 1922 et Idem, Financial Policy of Czechoslovakia during the First Year of its History, Clarendon Press, Oxford 1923.

[84] Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p. 149.

[85] Idem, p. 150-151.

[86] Idem, p. 152.

[87] Idem, p. 158-159.

[88] Voire Sapir J., “Russia’s Crash of August 1998: Diagnosis and Prescriptions”, in Post-Soviet Affairs, vol. 15, n°1/1999, pp. 1-36 et Idem, “The Russian Economy: From Rebound to Rebuilding”, in Post-Soviet Affairs, vol. 17, n°1, (janvier-mars 2001), pp. 1-22.

[89] Keynes, J.M., A Tract on Monetary Reform, op.cit, p. 163.

[90] Idem, p. 164.

[91] Idem, p. 167-169.

[92] Idem, p. 174-175.

[93] Clément-Pitiot H., « ET SI L’EURO N’ÉTAIT PAS UNE MONNAIE ? », note postée sur le carnet de recherches Viableco, le 20 octobre 2015, https://viableco.hypotheses.org/1077

[94] Parsons T. et N. Smelser, Economy and Society: A Study in the Integration of Economic and social Theory, Routledge & Kegan Paul, New York, 1956. T. Parsons, The Social System, Tavistock, Londres, 1952, p. 124.

[95] Swedberg R., “The Battle of Methods: Toward a Paradigm Shift?”, in A. Etzioni et P.R. Lawrence (edits.), Socio-Economics: Toward a New Synthesis, Sharpe, New York, 1991, pp. 13-34.

[96] Granovetter M., “Economic Action and Social Structure: A Theory of Embeddedness”, in American Journal of Sociology, vol. 91, n°3/1985, pp. 481-510.

[97] Etzioni E., The Moral Dimension. Toward a New Economics, Free Press, New York, 1988.

[98] Sapir J., Les trous noirs de la science économique – Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Albin Michel, Paris, 2000, 2001.

[99] Simmel G, Philosophy of Money, Routledge, Londres, 1978, publié originellement en allemand en 1900.

[100] Voir Deutschmann C., “Money as a Social Construction: On the Actuality of Marx and Simmel”, in Thesis Eleven, n°47, novembre 1996, pp. 1-19.

[101] On reprend ici la section 13 du chapitre II de la première partie de Wirtschaft und Gesellschaft , traduit en anglais sous le titre de M. Weber, The Theory of Social and Economic Organization, the Free Press, New York, 1964 (première édition en anglais en 1947).

[102] Von Mises L., The Theory of Money and Credit (traduction de Theorie des Geldes und der Umlaufsmittel), Londres, Jonathan Cape, 1934 (Munchen und Leipzig, Ferlag von Duncker & Humblot, 1912). Il faut signaler que J.M. Keynes rédigea une recension de l’ouvrage de Mises dans The Economic Journal Vol. 24, No. 95 (Sep., 1914), pp. 417-419.

[103] Weber M., The Theory of Social and Economic Organization, op. cit., p. 212.

[104] de Groot, Thought and Choice in Chess , Mouton, La Haye, 1965. Les travaux de de Groot sont très utilisés par Herbert Simon dans ses reflexions sur la rationalité. voir H.A. Simon, “Theories of bounded rationality”, in C.B. Radner et R. Radner (eds.), Decision and Organization, North Holland, Amsterdam, 1972, pp. 161-176, p. 167.

[105] G.L.S. Shackle, Expectations in Economics, op.cit..

[106] J.L. Ford, Choice, Expectations and Uncertainty, Martin Robertson, Oxford, 1983.

[107] G.L.S. Shackle, Decision, Order and Time in Human Affairs, Cambridge University Press, Cambridge, 2ème edition, 1969.

Commentaire recommandé

Pr Nadji Khaoua // 19.10.2018 à 08h44

Je remercie infiniment en particulier pour cet article stimulant et éclairant à la fois.

10 réactions et commentaires

  • Pr Nadji Khaoua // 19.10.2018 à 08h44

    Je remercie infiniment en particulier pour cet article stimulant et éclairant à la fois.

      +13

    Alerter
  • Guillaume81 // 19.10.2018 à 10h07

    Superbe billet qui rend accessible à un public plus large des débats a priori obscurs. Les enjeux soulevés sont considérables. On en redemande.

      +9

    Alerter
  • DocteurGrodois // 19.10.2018 à 11h33

    En économie, mes seuls livres de chevet n’ont longtemps été que les trois tomes scolaires de Flouzat.

    J’ai pris la peine de lire Marx dont j’ai surtout retenu le prisme d’analyse qui me parait toujours valide dans beaucoup de situations (mais pas partout, ça reviendrait à utiliser un télescope par la grosse lentille), et Keynes dont j’apprécie la clarté et le bon sens.

    Ayant l’esprit contraire, j’ai lu le fameux méchant Milton Friedman, et le très vilain David Friedman qui était sur la même étagère. C’est à dire en gros une critique libérale Keynes, et une critique anarcho-capitaliste des deux autres. J’en ai surtout retenu l’aspect politique, c’est à dire la critique de l’idée commune au marxisme et au keynésianisme que le système est mieux géré depuis le centre et le haut par un État nécessairement neutre, vertueux, et omniscient
    Or, on a pu constater que les relances sont très souvent faussées par l’incompétence de l’État et sa connivence avec certains acteurs. On peut faire la même critique au néolibéralisme ambiant, d’ailleurs.

      +3

    Alerter
  • christian gedeon // 19.10.2018 à 14h01

    Les connaissances économiques sont limitées. Ce que je sais par contre,c’est que quand on lâche les renards dans un
    poulailler,les renards font un carnage.çà ,c’est l’ultralibéralisme et la manque de contrôle et de poids de l’état…en sens inverse,si on essaye de commander aux poules de pondre tous les jours à heure fixe et quelles que soient les conditions,çà c”est le trop d’état,le communisme… De Gaulle avait tout dit. les leviers de commande principaux de l’économie doivent rester aux mains d’un état industrieux et imaginatif!

      +8

    Alerter
    • TYT // 19.10.2018 à 19h37

      “les leviers de commande principaux de l’économie doivent rester aux mains d’un état … (…industrieux et imaginatif!)”.
      Ne serait-ce pas là la pratique actuelle de l’Etat chinois ? (Sans préjuger des qualificatifs d’industrieux et d’imaginatif )

        +4

      Alerter
  • SvenSven // 19.10.2018 à 14h17

    Ce qui m’avait fortement étonné c’était la différence dans l’apport de données et de “preuves”.

    Le Capital de Marx ou le Capital au XXIème siècle d’un Piketty sont des bouquins fouillés, très travaillées avec beaucoup de chiffres et d’exemple (qu’on soit en accord ou pas avec leurs idées, la question n’étant pas la).

    Alors que dans Capitalisme et liberté, il m’a vraiment semblé que Friedman partait du principe qu’il détenait la vérité et qu’il n’y avait pas besoin d’expliquer pourquoi c’était comme ça.

    D’où pour mois une vraie différence de qualité entre les deux.

      +3

    Alerter
    • RD // 19.10.2018 à 22h20

      Le capital de l’un et l’autre n’ont strictement rien avoir. L’un ne fait que de l’analyse quantitative superficielle quand l’autre a établi une critique de l’économie politique ou plutôt de toutes les économies politiques possibles.

        +2

      Alerter
  • Hubertos // 19.10.2018 à 15h55

    A propos de livre : que penser de ” la crise permanente ‘ de Marc Chesney .?

      +1

    Alerter
  • NulH // 19.10.2018 à 21h39

    A lire et à relire, merci beaucoup.
    ..
    Pour un “ing. gneu gneu techos inculte ici” on adore le concept d’incertitude radicale.
    ..
    L’organisation, le travail se fait en faisant… rien n’est totalement prévisible. . L’incertitude est, malgré tout modèle ou toute modélisation… de sûreté de fonctionnement d’où une tentative de modélisation de son niveau de confiance, et une incertitude “radicale”… ????

    Il est peut être intéressant de confronter le concept de surprise puis la décision au regard de travaux vs HRO, Hight Reliability Organisation, de Weick et ses suivants, dont le cadre militaire… travaux à Brest …. mais pas que….
    ..
    Mais bien d’autres idées passionnantes encore. ….
    ..
    A nouveau merci beaucoup

      +2

    Alerter
  • Olivier Imbert // 21.10.2018 à 10h42

    bof?! si en ce moment les nouveaux chiens de gardes, soit la presse et les journalistes noient le poisson en terme de criminalité de guerre du néocolonialisme et des puissances impérialistes depuis la décolonisation, et encore dans les guerres anti-pays indépendants et anti-socialisme effectif; là en terme d’ouvrage de service théorique, on noie le poisson de la critique de l’économie politique objective, pour ne pas voir la vacuité et le fétichisme nouveau de l’économie régulée keynésienne occidentale…dans deux trois banalités partagées par tous depuis longtemps, et rendues seulement conventionnellement comptable; et cela notamment Aristote et sa conception du budget et de la guerre pour palier l’irrationalité apparente de la valeur déchange monétaire!

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications