Les Crises Les Crises
18.janvier.201918.1.2019 // Les Crises

[RussEurope-en-Exil] Notre réponse : lettre au Président de la République à la suite de la lettre envoyée aux Français, par Jacques Sapir

Merci 1952
J'envoie

Lettre au Président de la République à la suite de la lettre envoyée aux Français

 

Monsieur le Président de la République,

Vous avez envoyé à tous les Français une lettre sur le « débat national » que vous avez organisé. A cette lettre, nous voulons répondre. Certains répondrons en actes, bien sûr, qu’il s’agisse de manifestations, et d’autres par écrit.

Monsieur le Président, vous avez, certes, écouté la révolte qui gronde. Si tel n’avait pas été le cas d’ailleurs, jamais vous n’auriez écrit votre lettre. Mais, clairement, vous ne l’avez pas entendue. Nous en voulons preuve le choix des thèmes que vous proposez dans ce « débat », choix qui écarte soigneusement les « sujets qui fâchent ». Vous voulez que nous débattions des impôts, de nos dépenses et de l’action publique, de l’organisation de l’État et des collectivités publiques, de la transition écologique et enfin de la démocratie et de la citoyenneté. Mais, vous avez soigneusement omis les thèmes du pouvoir d’achat, de l’inégalité des richesses, tout comme vous avez omis la construction européenne, que vous mentionnez par ailleurs. Vous affirmez dans votre lettre « Je n’ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle ». Vous feignez d’ignorer, que ce soit à dessein ou non, que votre élection ne s’est nullement faite sur un « projet ». Il est patent que vous n’avez été élu que parce que l’autre candidate, Mme Marine le Pen, était rejetée. Cette ambiguïté était manifeste dans votre élection. Votre tort fut de ne pas la reconnaître. Jamais les Français ne vous ont donné un mandat pour mener les réformes auxquelles vous vous êtes livré. La révolte actuelle est le produit direct, et logique, de cette situation.

Monsieur le Président, votre action, depuis maintenant près de deux ans, a été une suite d’attaques contre les plus modestes, contre les travailleurs. Attaques donc contre les services publics qui sont d’autant plus indispensables que le revenu est faible mais aussi contre le droit du travail. Attaques encore dont ont résulté une suite de renforcements des inégalités, ce que l’INSEE reconnaît. Enfin, par vos déclarations, vous avez fait subir une suite d’humiliation aux humbles et aux plus pauvres, vous avez donné des démonstrations constantes de votre mépris. Les formes, parfois violentes, de la révolte actuelle en découlent. Quand une situation devient insupportable, on ne la supporte plus. Craignez la colère du peuple, Monsieur le Président. Ce qu’elle exprime dans le refus de votre personne, dans la demande de votre départ qui monte dans les « cahiers de doléances », ce n’est pas simplement le refus de votre politique, c’est le refus des humiliations.

Votre politique n’est d’ailleurs que la traduction, dans le contexte particulier de la France, des recommandations de l’Union européenne. Quand le mot souveraineté sort de votre bouche, ce n’est que pour parler de l’Union européenne et jamais de la France. En voulant substituer un pouvoir technocratique à la souveraineté du peuple, vous tournez le dos aux fondements mêmes de notre République que vous prétendez par ailleurs défendre. Comme vos prédécesseurs, vous pensez que le tour de passe-passe du Traité de Lisbonne, annulant le référendum de 2005, constitue un acquis. C’est une dangereuse présomption. Craignez de finir comme ont fini tous ceux qui ont ignoré ou méprisé la souveraineté du peuple de France.

Monsieur le Président, vous entendez poursuivre votre néfaste chemin. Après vous être attaqué au droit du travail, à la SNCF, ce sont à des attaques contre le régime des retraites et la sécurité sociale que vos experts se préparent. Ces attaques, si elles étaient conduites à leur terme, aggraveraient la situation des plus modestes, empireraient la pauvreté qui monte dans notre pays alors même que jamais ce dernier n’a été aussi riche. S’il vous restait une once de sens commun, un atome d’honnêteté, ces questions auraient dû faire partie du « débat national ». Devant l’ampleur du mouvement que la France connaît, vous auriez dû reconnaître qu’une telle remise en cause de vos convictions était inévitable. Las, il n’en sera évidemment rien.

Nous constatons tous que le problème ne s’arrête pas à votre politique ; c’est votre comportement et votre personne qui sont aujourd’hui la cause des troubles violents que nous connaissons. Et, cette violence, elle d’abord et avant tout, subie par le peuple, qui ne compte plus aujourd’hui ses blessés, ses estropiés, et demain peut-être ses morts. De cela, il vous faudra un jour répondre.

Monsieur le Président, oui, votre comportement pose problème. Nous l’avons vu avec vos déclarations. Ce mélange d’arrogance et de suffisance, de mépris teinté de condescendance, est pour beaucoup dans les événements dramatiques que nous avons connus depuis le mois de novembre. Nous le voyons encore avec le texte de votre lettre. Elle mélange la démagogie avec une volonté évidente de confusion. Vous multipliez les questions secondaires afin de mieux faire passer des questions primordiales dont certaines ne sont même pas formulées. Quel dédain coule de cette lettre où les mots de « pouvoir d’achat » ne figurent pas alors qu’ils sont pourtant la cause première de la révolte populaire. Les études que vous avez faites ne vous donneront jamais le droit d’insulter les gens. Plus profondément, vous affectez de croire que l’élection vous a donné en propriété un pouvoir dont, à dire le vrai, vous n’êtes que le délégataire. Vous êtes aujourd’hui devant un choix qui est clair : revenir à la raison ou entraîner le pays avec vous dans le chaos.

Monsieur le Président, nous vous écrivons une lettre, que vous lirez peut-être, si vous avez le temps. Ainsi commence une célèbre chanson de Boris Vian, entrée dans la culture populaire. Mais, ce n’est pas nous qui entendons déserter notre pays. Ce sont vos amis et vous qui avez fait sécession avec le peuple de France. Cette sécession est potentiellement grosse de malheurs pour tous. N’en doutez pas, l’histoire est tragique. Elle l’est tout particulièrement pour les dirigeants qui tournent le dos avec mépris et constance au peuple.

Assurément, vous avez, mais pour combien de temps encore, la force des armes. Souvenez vous pourtant de cette phrase de Victor Hugo : LA DERNIÈRE RAISON DES ROIS, LE BOULET. LA DERNIÈRE RAISON DES PEUPLES, LE PAVÉ.

Signataires :

Bruno Belllegarde

Leila Charfadi

Denis Collin

Jacques Cotta

Michèle Dessenne

Danièle Goussot

Eric Julliot

Marie Annick Le Bars

Marc Lebas,

Bertrand Renouvin,

Claude Rochet

Jacques Sapir

Signataires de l’appel pour la création du « collectif pour la souveraineté et la justice sociale », le CNSJS

 

 

Commentaire recommandé

TC // 18.01.2019 à 07h34

Bien, il faut davantage de lettres comme celle-ci émanant de personnes de notoriété publique (économistes, universitaires, intellectuels…) pour montrer à notre président qui n’en est plus un, tant il a sali et bafoué la fonction et la constitution, qu’il est temps pour lui de partir. J’espère que d’autres initiatives comme celle-ci fleuriront partout.

133 réactions et commentaires

  • TC // 18.01.2019 à 07h34

    Bien, il faut davantage de lettres comme celle-ci émanant de personnes de notoriété publique (économistes, universitaires, intellectuels…) pour montrer à notre président qui n’en est plus un, tant il a sali et bafoué la fonction et la constitution, qu’il est temps pour lui de partir. J’espère que d’autres initiatives comme celle-ci fleuriront partout.

      +126

    Alerter
    • Narm // 18.01.2019 à 07h47

      La vérité éclatera

      https://youtu.be/S5CZkNZq7VE

      les masques tombent
      merci

      Le Média
      Published on Jan 17, 2019
      Alexandre Langlois est policier. Menacé par sa hiérarchie pour “déloyauté”, il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le gouvernement dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, l’instrumentalisation des forces de l’ordre par le pouvoir, et les conditions de travail difficiles dans un contexte de hausse des cas de suicides chez les policiers.
      Par Virginie Cresci.

        +67

      Alerter
      • Narm // 18.01.2019 à 07h54

        Policier, enlève ton casque

        https://comptoir.org/2018/12/14/policier-enleve-ton-casque/

        “”La force est à ce jour le dernier argument des perruques poudrées. Au flic serions-nous donc tentés de dire : fais défection. Enlève ton casque, mets-toi en arrêt-maladie. Et, sans violence, s’effaceront les rictus cyniques, une page se tournera.””

          +33

        Alerter
        • Amours désamours // 18.01.2019 à 16h05

          Merci pour le lien. J’ai partagé la vidéo d’Alexandre Langlois. Son témoignage est édifiant.

            +8

          Alerter
          • Narm // 18.01.2019 à 18h29

            233000 vues en moins d’un jour
            prefet de police, castaner, démission

              +12

            Alerter
            • Fritz // 18.01.2019 à 18h58

              Langlois : l’honneur de la police.

              Policiers, gendarmes, votre place est au côté du peuple !
              Rappelez-vous le 17e de ligne en 1907 !

                +10

              Alerter
      • Nono // 18.01.2019 à 08h42

        Et puis toujours cette novlangue insupportable chez ceux qui nous gouvernent.
        Ce qu’ils appellent un manque de loyauté devrait normalement s’énoncer manque de soumission.
        Car ils ne connaissent que cela, et ça les enivre, établir un rapport de domination pour obtenir en face soumission, reptation et génuflexion. Et pour obtenir leur shoot ils sont prêts à toutes les violences.

          +33

        Alerter
      • Bernard d’Oguille // 18.01.2019 à 09h22

        Quand (et non pas si), les forces de l’ordre ne seront plus celles du désordre au service de l’oligarchie paraiste, mais les défenseurs du peuple français, ainsi que leur mission régalienne leur impose légalement de l’être, ce régime pourri et honni est mort !

        Encore quelque semaines, quelques mois tout au plus et adviendra la France d’après (avec sa Justice purgée de la magistrature pourrie de la France d’avant) qui pourra dès lors s’appliquer de manière aussi implacable qu’expéditive, tant les faits sont accablants et beaucoup d’entre-eux déjà connus de tous…

          +21

        Alerter
        • Bernard d’Oguille // 18.01.2019 à 10h06

          Gardiens de la Paix, avec nous !
          La Révolution qui vient !

          Une pépite !
          Constat accablant et rapport exemplaire !

          GILETS JAUNES : UN POLICIER MET EN CAUSE LE GOUVERNEMENT

          https://m.youtube.com/watch?v=S5CZkNZq7VE

          GRAND DÉBAT : MACRON SE BARRICADE DERRIÈRE LES FORCES DE L’ORDRE

          https://m.youtube.com/watch?v=DquvFtLSXxs

            +12

          Alerter
        • Geof’ // 18.01.2019 à 10h50

          Nanard,

          là, je doute fortement qu’un fonctionnaire (bien) payé (à ne rien faire : les policiers des quartiers dits difficiles, c’est une sanction, pas le quotidien de tous), cynique et fondamentalement égoïste, se solidarise avec des gens qu’il méprise…

          les GJ, c’est le petit peuple, pas la classe moyenne !!!

          ou si tu préfères, les GJ de la classe moyenne revendiquent des réformes bien trop modestes pour changer la vie des GJ pauvres….

          60% de proba’ d’un pourrissement du mouvement, 30% d’évoluer vers la violence pure, 10% que les policiers de la base désobéissent à leur hiérarchie…

          Geof’-Rey, communiste et donc (entre autres choses) expert en Révolution

            +10

          Alerter
    • ima // 18.01.2019 à 11h57

      Et pourquoi mon cher TC, laisser cette initiative aux personnalité ?
      N’est pas déjà là un peu d’assistanat librement consenti ? Pourquoi le plus grand nombre, en particulier des lecteurs des Crises, n’enverrait pas sa lettre à Macron ?
      J’ai voulu faire passer celle que j’ai envoyé l’autre soir, elle me fut refusée par la modération au titre de sa trop grande longueur, ce qui ne lui a pas empêché d’aller chez son destinataire.
      Allons mon cher TC, un bon geste, on y va de son courrier ?
      Plus il y en aura, plus sa situation sera précaire.
      Bien à vous.

        +8

      Alerter
      • Marie A // 20.01.2019 à 01h10

        Tout le monde peut et doit “s y mettre” en effet.
        Il n y a que comme cela que les choses bougeront. A tous points de vue…
        Le pouvoir compte bien sur la passivité du plus grand nombre, voire sur le rejet des Gilets Jaunes au motif de leur supposée violence. D où cette répression policière et judiciaire féroce encore très largement camouflée par les médias.

        Mais c est un piège dans lequel les Gilets Jaunes ne tomberont pas.

          +1

        Alerter
    • Chris // 18.01.2019 à 13h11

      Il suffit d’aller sur le site de l’Elysée et d’adresser un message à Emmanuel Macron.
      https://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/
      En vous rappelant de rester courtois, cohérent et incisif.
      Réfléchissez à votre message, relisez-le plusieurs fois, vérifiez-en la justesse et soupesez chaque terme…
      Ce sera votre “service” Gilet jaune du weekend, les coups en moins !
      A vos claviers et bonne journée.

      PS : Si d’aventure, l’informatique boguait, imprimez votre texte et envoyez-le par la poste en notant bien le destinataire de l’Elysée : le président Emmanuel Macron.
      Et si vous avez encore suffisamment d’énergie et de temps, allez sur Assemblée Nationale et informez vos député et sénateur de votre démarche (copie du message)… et subsidiairement que vous le tenez lui aussi à l’oeil !
      Toujours en restant poli…

        +12

      Alerter
    • Robert // 19.01.2019 à 10h21

      Macron est un mercenaire. Il a été élu sur une tromperie et il éxécutera sans états d’ âme la politique voulue par ses commanditaires de la haute finance mondialisée. Voilà la seule réalité : soit les Français l’ accepteront – le subirons – soit ils se révolteront. Pour le moment, la seconde hypothèse se dessine…

        +9

      Alerter
      • Jean-Claude // 19.01.2019 à 20h47

        Exactement. Comme l’a très bien souligné Jacques Sapir, Macron a été élu parce que l’autre candidate, Marine le Pen, était rejetée. Ce n’était qu’une minorité de Français qui l’ont catapulté à l’Elysée.

          +1

        Alerter
    • Rond // 20.01.2019 à 09h13

      Pourquoi ces personnes, les “intellectuels” pour simplifier, devraient-elles aujourd’hui s’exprimer davantage alors que le mouvement dure depuis dix semaines ? Hors quelques courageux, ne sont-elles pas déjà en retard ? n’ont-elles pas déjà montré, par leur silence assourdissant, leur désintérêt pour les gueux ? Ont-elles plus de légitimité à s’exprimer que les gueux ? A moins que les canaux merdiatiques ne leurs aient été fermés ? Tout comme le gamin, ces personnes n’ont pas compris ce qui est en train d’émerger, ni rien compris à la détresse d’un grande part de la population ; quelles que soient les causes de cette détresse.
      Désolé TC, c’est vous qui prenez 😉
      Cela dit, beau texte.

        +0

      Alerter
  • Caliban // 18.01.2019 à 07h58

    Mme Schiappa va encore demander la liste des signataires …
    hé ! miss pois-chiche, c’est écrit en bas de l’article 🙂

    Merci à eux de s’avancer en pleine lumière.

      +55

    Alerter
    • DocteurGrodois // 18.01.2019 à 09h50

      Justement il faut écouter les Schiappa, Luc Ferry & Co.
      Sous leurs dehors de cruches ou de crétins, ils appliquent sciemment la stratégie de communication du gouvernement sur laquelle ils nous renseignent. En l’occurrence, l’intimidation.

      Schiappa appelle au fichage des GJ? La police prend en photo les cartes d’identité lors des contrôles. C’est du théâtre puisque le fichage est surtout électronique, mais ça fait passer le message.

      Luc Ferry appelle l’armée à tirer sur les GJ? La police met ses fusils d’assaut bien en évidence devant les cameras.

        +34

      Alerter
  • Fritz // 18.01.2019 à 08h00

    « Comme vos prédécesseurs, vous pensez que le tour de passe-passe du Traité de Lisbonne, annulant le référendum de 2005, constitue un acquis. C’est une dangereuse présomption. Craignez de finir comme ont fini tous ceux qui ont ignoré ou méprisé la souveraineté du peuple de France. »

    On ne peut construire sur une tromperie de cette ampleur. Si Macron ne le comprend pas, il finira mal.

    Car c’est bien le peuple qui est souverain (article 3 de la déclaration de 1789 ; article 3 de la constitution de 1958). Les Français l’avaient oublié, mais ils se réveillent depuis le 17 novembre.

      +54

    Alerter
    • Narm // 18.01.2019 à 08h27

      il est en marche, il est lâché par au dessus.
      je pense que toucher au Senat ou d’autres institution n’a pas l’air de lui être permis

        +6

      Alerter
    • fanfan // 18.01.2019 à 14h33

      >>> Pour la défense de la souveraineté de la nation et des droits sociaux :
      445 premiers signataires à l’appel lancé par le journaliste Jacques Cotta du site La Sociale pour l’organisation d’une réunion nationale, afin de «répondre aux exigences du pays, aux intérêts du peuple, pour la défense de la souveraineté et de la république sociale».
      Lien : http://la-sociale.viabloga.com/news/pour-la-defense-de-la-souverainete-de-la-nation-et-des-droits-sociaux

        +4

      Alerter
  • Charles Michael // 18.01.2019 à 08h36

    Belle lettre, merci Jacques Sapir et merci aux signataires.

    Où se cache Attali quand on a bien besoin qu’il sussure à l’oreille
    du Rézident Réziduel:

    “casses-toi”

      +27

    Alerter
  • Paul // 18.01.2019 à 08h46

    Merci…
    Extremement difficile de faire et dire mieux .
    Que le Mirliflore du bas des champs aille en cultiver
    dans le Grand Nord

      +7

    Alerter
  • Jeanpaulmichel // 18.01.2019 à 09h12

    Simple. Tout y est.
    Je me risque à un petit hors sujet, quoique…
    Le tour de passe-passe de l’annulation du référendum de 2005 comme le rappelle Jacques Sapir n’est-il pas en train de se reproduire outre Manche ?
    La pression mise sur le peuple – afin qu’il revote bien le cas échéant – au travers des annonces déstabilisantes telles les pénuries alimentaires ou médicamenteuses vise à atteindre le même objectif. Annuler le résultat du premier référendum sur le Brexit par un autre vote et rentrer dans le rang.

      +23

    Alerter
    • Jessim // 18.01.2019 à 09h19

      J’ai l’impression que c’est plus une question de facture très salée que l’UE veut prendre au royaume uni. On parle de 40 milliards d’€ donc pour une grosse partie des députés il est juste hors de question.
      Maintenant les britanniques en ont vu d’autres s’il y a bien un peuple qui ne plié pas sous la pression c’est bien eux

        +7

      Alerter
      • vlois // 18.01.2019 à 12h50

        C’est ce que je dis à mes amis anglais : celà fait maintenant depuis le 17ème siècle que vous dominez le monde d’abord au niveau culturel (ce que sont devenu les Lumières étaient la suite les Lumières écossaises ), puis au niveau industriel, économiques et militaires… pourtant petit pays bien que je n’aime pas leur modèle et leur façon de voir le monde.
        Tout le monde à oublié comment ils ont vaincu la grande armada s’est écrasé, Napoléon, Hitler (2 imperiums continentaux alors pourquoi pas un troisième néocarolingien)… Bien sûr le peuple anglais a souffert, mais c’est dans l’adversité qu’il montre sa valeur.

          +3

        Alerter
      • Chris // 18.01.2019 à 13h40

        “Maintenant les britanniques en ont vu d’autres s’il y a bien un peuple qui ne plie pas sous la pression c’est bien eux”
        C’est aussi ce que je pensais il y a 4 mois. Mais à écouter les débats parlementaires transmis pas BBC, je remarque avec sidération, la mollesse politique des leaders, May en tête, qui ne fait que répéter que son deal est le meilleur : elle n’avait pas prévu de devoir en présenter les détails. Confondant !
        La classe politique, tous partis confondus, le rejette certes, mais découvre avec peur et stupeur que la négociatrice du Brexit (une Remain) n’a prévu aucune alternative, d’où le récent mandat de présenter un projet de sortie.
        Beaucoup de théâtralisation (en UE comme au UK) qui semble préparer le terrain pour un remain, la peur étant mauvaise conseillère. N’est pas Churchill qui veut, malgré tous ses défauts… Il faut y voir aussi l’effacement de l’empire britannique.
        Je pense tout simplement que David Cameron (l’initiateur du référendum sur le Brexit -et qui se cache depuis !) n’avait pas mesuré l’aversion populaire de l’UE.
        La grande démocrate, Ségolène Royal interrogée le 17 juillet outre-manche commentait : “soyez assuré que nous ne ferons pas cette erreur”.
        https://www.youtube.com/watch?v=TrpbBRBHqGk
        Pour ce qui est de May, une certitude : sa carrière politique est terminée…

          +6

        Alerter
        • Haricophile // 19.01.2019 à 00h43

          Je crois que leur problème n’est pas le brexit en lui même mais la situation de leur classe politique qui devient de plus en plus n’importe quoi pour tout un tas de raisons intérieures, sociales, colonialiste et impériale bien plus qu’européennes. Nous n’avons bien entendu aucune leçon a leur donner depuis l’UE et la France, mais ils ne sont pas épargnés par notre “occidentalité” en état de décomposition avancée, d’autant moins qu’ils sont un des gros moteurs et vassaux volontaires et zélé des US en Europe.

            +1

          Alerter
      • farinet // 18.01.2019 à 22h52

        40 Milliards c est rien c’est juste une année de CICE qu’offre Macron à ses amis dans le besoin. Ça ne coûte pas un pognon de dingue !

          +5

        Alerter
    • Seraphim // 18.01.2019 à 12h27

      Je crois que Miss May est très maligne, hyper rusée. Son honnêteté elle la place dans le respect de la volonté populaire, que cela lui plaise à elle ou non. Les Anglais sont roués, mais ils aiment croire qu’ils ont de l’honneur… Maintenant elle est obligée de composer avec trop de factions. Quand on n’arrive pas à unir sur un projet, on peut toujours unir sur un rejet. Elle a réussi ce tour de force d’avoir son “projet” rejeté par toutes les factions, la sienne et les autres. Elle sait donc unir! Mon idée est qu’elle a cherché ce rejet commun. Elle sait que le mieux pour la Grande Bretagne, c’est justement une sortie sans accord, et sans rien à payer. Mais, bien évidemment elle ne peut pas le clamer. Elle a réussi à endormir le Barnier, qui n’y a vu que du feu. Tusk, lui, est en train de comprendre, mais il est trop tard. Chapeau!

        +12

      Alerter
      • Louis Robert // 18.01.2019 à 17h37

        Intéressant. C’est sans doute parce que je partage votre point de vue… Mais ce n’est pas encore gagné.

        La partie qui se joue ici est lourde de conséquences par le précédent qui sera créé. Premier UExit de taille. Ce n’est plus la Grèce.

          +2

        Alerter
        • Arapao // 19.01.2019 à 09h19

          Oui, je partage totalement cette analyse !
          Il faut que Theresa May tienne bon jusqu’au no deal.
          Le fait qu’elle ait tenu malgré la motion de défiance est un excellent signe.

            +1

          Alerter
    • Louis Robert // 18.01.2019 à 13h29

      C’est mal connaître les Britanniques… très mal les connaître.

      RAPPEL: « Some Chicken – Some Neck!’ Mr Churchill At Ottawa (1942)

      https://www.youtube.com/watch?v=y6JxSHmVB5g

        +0

      Alerter
      • Chris // 18.01.2019 à 13h42

        Quand l’empire britannique brillait encore…
        Les héritiers ont bien pâli.

          +2

        Alerter
        • Louis Robert // 18.01.2019 à 16h31

          Que d’empires en notre temps ont abdiqué, connurent même l’occupation, pire la collaboration! Ce n’est pas affaire d’empire mais bien de caractère.

          Dans le Royaume, il suffit encore d’en appeler au bon sens (common sense) et à la respectabilité (decency) pour que le Britannique non seulement nous entende mais nous comprenne avec bienveillance. C’est affaire de respect de soi. Le Britannique a toujours eu « une certaine idée » du Royaume et de lui-même qui invite, voire impose, le respect.

          En ces temps de dialogues de sourds, de menaces, de chantage et d’insurrection, cela vaut peut-être qu’on s’y arrête. Non?

          Ne tuons pas l’espoir raisonnable et la confiance en l’espèce.

            +4

          Alerter
  • calal // 18.01.2019 à 09h12

    ” Il est patent que vous n’avez été élu que parce que l’autre candidate, Mme Marine le Pen, était rejetée. ”

    non. Les francais sont complices au moins passivement.
    57 % d’abstention au second tour des legislatives pour un instant historique aussi important c’est une honte ou une volonte.( et je vomirai les tiedes…)

    Orwell a dit que les citoyens qui votent pour des voleurs et des tyrans ne sont pas victimes mais complices.
    Nous verrons aux elections europeennes en mai le comportement des citoyens…Si l’abstention est toujours aussi forte,les cyniques auront raison…
    Le vote est gratuit…c’est pas le pere noel qui descend du ciel mais ca permet de montrer les dents pour pas cher…

      +22

    Alerter
    • Alfred // 18.01.2019 à 09h30

      Exactement. Mais il faut croire que pour beaucoup ce qui est “gratuit” n’a pas de valeur ni de coût.

        +6

      Alerter
    • Geof’ // 18.01.2019 à 11h03

      @Calal

      évidemment !

      les français, les belges, les allemands…se vautrent depuis de années dans le confort (illusoire) de la fin de l’histoire de fukuyama : hitler est mort, le mal avec lui, et donc les politiciens d’aujourd’hui sont juste de petits voleurs ou de petits menteurs qui nous prennent pour des cons…

      la masse REFUSE positivement/volontairement de voir la vérité en face : que les politiciens servent uniquement le “Système”, qui les paye bien plus grassement que n’importe quelle prébende d’état !!!!!!!!!!

      Les magouilles des politicards des années ’50 (caisses noires), c’est de la gnognote en comparaison des lois faites sur mesure pour – par exemple – les groupes pharmaceutiques…

      je pense que c’est la peur du combat qui explique l’attitude faussement stupide/vraiment lâche de la masse :

      selon l’équation ” pas de casus belli = pas de guerre = meilleure manière de ne pas mourir “..

      Geof’, ni lâche ni stupide

        +8

      Alerter
    • Musiquetnature // 18.01.2019 à 11h17

      Je trouve que ce sempiternel retour à l’inconscience des gens qui refusent de voter un peu pénible! Plusieurs éléments pour vous répondre: 1/ la votation dans le cadre de la constitution de 1958 n’a rien à voir avec la démocratie! 2/ le fonctionnement de notre république depuis 1968 montrent qu’il n’ y a pas de rapport entre la campagne pour les élections et la réalité des actions gouvernementales par la suite. 3/ Le mode de scrutin à 2 tour enferme systématiquement dans le choix binaire, après disparition de tout candidat “alternatif” dans le premier tour. 4/ Finalement, dans un contexte beaucoup moins européiste et destructeur que maintenant, quand il y a eu le choix entre Chirac ou LePen, Chirac l’a emporté largement (beaucoup pour faire barrage à LePen) et… n’en a pas tenu compte par la suite. En 2017, beaucoup de français ont retenu la leçon et que choisir entre la peste et le choléra n’était plus supportable! D’où abstention record. Maintenant dire que ce sont ces gens qui sont des irresponsables alors que ce sont plutôt ceux qui continuent de voter pour un système infâme me semble tenir plus de l’autruche que de la raison!

        +30

      Alerter
      • Jeanpaulmichel // 18.01.2019 à 13h13

        Il existe une alternative: le vote blanc.
        Imaginez que 10 millions d’électeurs se soient déplacés et aient voté blanc. Le message et sa lecture eurent été bien différent.
        Mais encore faut il que les citoyens se remuent le popotin et ne partent pas en week-end le jour du vote.
        L’abstentionisme est interprétable ( il fait beau,
        …) pas le vote blanc car les électeurs se sont déplacés.

          +9

        Alerter
        • Louis Robert // 18.01.2019 à 13h48

          L’abstentionnisme est en effet interprétable, c’est le rejet du système électoral en entier, qui n’a de démocratique que le qualificatif utilisé abusivement. Refus catégorique d’y souscrire en quelque façon que ce soit. Non catégorique à ce Pouvoir du 18%… à peine!

            +5

          Alerter
        • Yannis // 19.01.2019 à 00h41

          Eh bien allez vous rendre compte au dépouillement d’une élection, dans votre bureau de vote ce qu’on en fait des votes blancs : il comptent finalement pour peanuts même s’ils sont gentiment comptabilisés, l’enveloppe 4 fois signée etc. Beaucoup d’effet administratif pour pratiquement aucun effet politique. Ou comment tromper le monde, en faisant croire à un effet d’annonce et en enterrant discrètement les blancs, d’ailleurs réattribués, dispersés sur les différents candidats en fonction de leurs pourcentages, après un savant calcul il me semble. Donc totalement inoffensif, du vide.

          En revanche l’effet de l’abstention est beaucoup plus immédiat et apparaît obligatoirement dans les premiers décomptes au niveau national. Et ces abstentionnistes ont en grande partie revêtu je jaune cet hiver, afin d’apparaître un peu plus aux yeux des téléspectateurs ébahis.

            +7

          Alerter
          • Geof’ // 19.01.2019 à 12h02

            mais pq perdre autant de temps avec des âneries ?

            si 12 personnes doivent voter, 2 s’abstiennent, l’un des candidats obtient 6 voix l’autre candidat 4, soit 60% contre 40%

            si 4 s’abstiennent, le premier candidat obtient 5 voix, et l’autre 3, soit respectivement 62% contre 38%

            l’abstention renforce celui qui a l’avantage !!!!!!!!!! macron n’a eu qu’à dépasser d’un cheveu marinne pour tout rafler

            c’est pourtant très très très très simple à comprendre

            Geof’

              +0

            Alerter
          • R.C. // 20.01.2019 à 01h30

            L’abstention est un acte de désertion en rase campagne qui comble d’aise les partis mainstream.
            Les récentes législatives d’Évry : 82,4% d’abstention ! Le macroniste élu par une poignée de clampins se frotte les mains. Peut-on raisonnablement affirmer qu’il y avait 82,4% d’opposants au système ? On peut tout autant affirmer qu’il y avait 82,4% de gens qui n’en avaient rien à secouer et que l’ élection d’un godillot supplémentaire ne les empêchait pas de dormir.
            Un vote blanc eut été plus signifiant. En fait, comme le souligne un commentaire précédent, les abstentionnistes portent la même responsabilité que ceux qui ont voté pour les démolisseurs (de la société, de la démocratie, des droits des citoyens, de la souveraineté du pays,…).
            Mais, bon, en démocratie chacun fait ce qu’il veut. Sauf qu’après faut pas venir pleurer.

              +3

            Alerter
    • Oncle Octave // 18.01.2019 à 11h36

      Je ne crache pas sur les abstentionnistes. Ils sont les dégoûtés de la politique politicarde. Celle que les commentateurs médiatiques de la politique n’ont cessé de présenter sous la forme d’une compétition sportive pendant des décennies. Les médias ont une fonction de médiation entres les pouvoirs et les citoyens. Or, en évacuant le débat d’idées qui est le cœur de la démocratie pour le remplacer par un combat de personnalités, ce qu’a bien illustré M. Amar en 1994, le commentatoriat politique a dégoûté les citoyens de la chose publique. La duhamelisation a créé l’abstention. Bien des abstentionnistes se retrouvent en gilet jaune et refusent l’étiquetage politique parce que le dégoût leur reste. Delenda Unionis Europeaea.

        +13

      Alerter
    • Loxosceles // 18.01.2019 à 12h24

      Tiens vous aussi vous parlez de complicité. Une parenté avec Castagnette et Schiappa ?

      Non mais sérieusement. L’abstention est un droit, et un message. Le vote n’est qu’une soumission (que personnellement je suis assez tenté d’interpréter comme une complicité au système, puisque vous avez inauguré le thème). Lassant de devoir répéter ce droit constamment parce que certains le refusent à d’autres. L’abstention est d’ailleurs une constante assez forte dans le mouvement des gilets jaunes, et cette abstention consiste essentiellement en un refus de cautionner. En fait, voter revient exactement à tomber dans le cynisme que vous croyez dénoncer, mais en pire, un cynisme mâtiné d’une grande naïveté, selon moi.

      Quant à la gratuité… Superbe argument. Aller pêcher le jour du vote est gratuit, aussi.

      Quand mon vote aura de nouveau un sens, je l’utiliserai de nouveau. Pour le moment il n’est que le symbole d’une impuissance organisée et un blanc-seing accordé à cette dernière.

        +14

      Alerter
      • calal // 18.01.2019 à 13h28

        Vous ne votez plus parce que votre candidat ne sort jamais?c’est de l’immaturite,de la toute puissance enfantine…

        voter c’est accepter que votre voix et votre choix ne compte que pour un et sera dilue par le choix des autresaccepter que la voix des autres a autant de valeur que la votre c’est le principe de la democratie ou je renonce a mon desir pour accepter le desir de la majorite.

        Si vous voulez que votre desir se realise (ecologie sortie de l’europe), il faut militer,gilets jauner pas voter…

          +9

        Alerter
        • Alain // 18.01.2019 à 16h37

          Désolé mais j’ai voté pour Chirac pour faire barrage au FN, j’ai voté au référendum de 2005, au vu de la façon dont les politiques ont tirés les enseignements de ces votes, je ne me déplace plus au 2ème tour, c’est mon choix, il est tout aussi respectable que le votre, c’est un acte politique, comme le votre.
          Au vu de ce qui c’est passé et se passe encore dans d’autres pays, ma conclusion est simple, peut être simpliste: lorsque le peuple “vote mal” soit on rejoue la partie (référedum), soit on le lui dit (Angleterre) soit on dénigre le ou les dirigeants élus (USA, italie….) soit on le fait échouer et la la liste est longue mais citons pour exemple le Moyen Orient, les pays d’Amérique Latine….

            +4

          Alerter
          • lvzor // 19.01.2019 à 19h01

            J’ai aussi le souvenir qu’il a été fait état, dans les jours et les semaines qui ont suivi l’élection de micron, de pas mal de tripatouillages des résultats, sur lesquels on n’a jamais eu de nouvelles. Ca décourage aussi.

              +1

            Alerter
        • porcinet // 19.01.2019 à 05h54

          Je ne vote pas car voter, c’est donner mon pouvoir de décision à quelqu’un d’autre.
          Je ne vote pas car je pisse sur la démocratie représentative de gros bourgeois guidant le peuple abruti.

          Je ne vote pas car je ne veut pas de ce monde de travail et de consommation totalement absurde, destructeur et que tous les candidats me parle de croissance.
          Et surtout, je ne vote pas pour faire chier les messieurs qui se jugent grands parce qu’ils vont de temps en temps faire semblant de croire que le peuple a un quelconque pouvoir.

            +6

          Alerter
        • Loxosceles // 19.01.2019 à 12h04

          Merci pour le procès d’intention et pour les injures. Je ne vote pas “plus”. Je n’ai jamais voté car j’ai constaté en mon âme et conscience que ce système était pervers. Il ne s’agit pas du tout de toute puissance et tout le blabla psychologisant que vous me servez (il y a une sacrée marge entre l’impuissance et la toute puissance, tout de même…). Il s’agit juste de noyer le poisson dans un pseudo-vote qui n’aura quasiment aucune influence sur le système, et je ne parle pas de “mon vote à moi, grand égo qu’on n’entend pas suffisamment”. Je parle de la totalité des votes qui ne modifient pas le système, qui le plus souvent s’infléchit de lui-même sans tenir aucun compte de la volonté de la totalité du peuple, et c’est quelque chose que l’on peut constater aujourd’hui, année après année.

          Servez votre soupe psychologisante à tous ceux dont le vote sur le traité de Lisbonne a été floué. Je n’ai pas voté à cette époque parce que ça faisait déjà plus de 20 ans que j’avais compris comment ça marchait ou plutôt, comment ça ne marchait pas.

          Votre vote, j’insiste, n’est qu’une caution donnée à cette gigantesque mascarade peu divertissante, et très navrante.

          Quant au militantisme, c’est un autre débat.

            +1

          Alerter
        • Pierre // 19.01.2019 à 18h00

          @ calal
          vous n’avez pas l’air de comprendre que l’immaturité est chez vous. Vous participez à la mascarade et à la liturgie politique de l’élection sans arriver à comprendre que voter et élire sont deux choses différentes.
          Comme vous ne le comprenez pas vous accusez ceux qui le comprennent d’étre immatures. C’est quand même pas mal….
          Comme CHOUARD l’explique excellemment bien, élire un representant qui lui votera les lois n’est pas voter, c’est abandonner son droit de vote pour des années à chaque fois aux mains de gens qui sont soudoyés par les lobbies et ne sont jamais sanctionnés pour leurs trahisons, leur malhonnèteté et leurs mensonges.
          En prime il faut remettre les médias aux mains des gens et les arracher de celles des millionnaires et des groupes industriels et bancaires.
          Il faut reprendre le controle de la monnaie et arreter d’endetter le pays.
          Il faut donc instituer un RIC ou RIP (je préfère RIP, populaire me parait plus durable que citoyen qui est un terme à la mode completement dévoyé par boboland)
          Et évidemment il faut quitter l’Union Europeenne au plus vite.
          Vos élections vous pouvez vous les garder, nous ce qu’on veut c’est voter des lois, et vous verrez l’abstentionnisme quasiment disparaitre

            +1

          Alerter
      • Subotai // 18.01.2019 à 23h53

        Ben voyons! Voter, une soumission?
        Imaginez que tous ces “pas contents” tous ces dégoutés de la politique et des politiciens aillent voter Poutou le vilain petit canard. Je ne parle pas du Grand Méchant Ogre Mélenchon.
        Qu’est ce qui les a empêché de manifester leur désapprobation d’une manière éminemment visible?
        Sinon la lâcheté.
        “C’est pas ma faute, moi j’ai pas voté, cé tous des nuls..!”
        Bravo! On a le gouvernement qu’on mérite.
        Les “pas contents” sont dans la rue, après coup?
        Très bien!
        Que ça leur fasse les pieds! Aux “pas contents” et aux Zélus qui s’y sont crus…
        [modéré]

          +3

        Alerter
        • Loxosceles // 19.01.2019 à 12h08

          Ainsi donc il faudrait veauter pour être “courageux” ? On aura vraiment servi tous les arguments pour justifier ce hochet qu’est le “vote”, de nos jours, quand même.

            +0

          Alerter
          • Subotai // 20.01.2019 à 19h48

            Participer n’est pas spécialement courageux. Refuser de faire des choix difficiles en laissant la charge du choix aux autres EST lâche.
            Quand on refuse de participer à la décision, on ne vient pas ensuite gueuler qu’on est pas content de la décision prise.
            De deux choses l’une
            – on est cohérent : on se sort complètement du Système* ou on prend les armes pour le renverser.
            – on continue de fermer sa gueule.
            Avec tout le respect…
            * ce qui signifie aussi se virer d’Internet.

              +0

            Alerter
    • Louis Robert // 18.01.2019 à 13h40

      Les seuls responsables de cette mauvaise plaisanterie, ce sont précisément ceux qui ont voté, et voté Macron. Ils ont aujourd’hui CELUI qu’ils ont imploré d’avoir… et le même système électoral et politique, injuste et désuet….

        +8

      Alerter
      • Louis St.O // 18.01.2019 à 14h54

        Le jour ou les absentéistes comprendront que la droite et extrême droite (PS – LR – LREM – RN) vont voter elles. Ils sauront que même si il y avait 10% de votants, cela ne les dérangeraient pas pour être élus. Et après ces mêmes absentéistes viendront dire qu’ils sont contre ce gouvernement. Mais surtout ne pas essayer autre chose.

        Petite histoire: « Un homme prie tous les soirs avant de dormir ” Mon dieu faites moi gagner au loto” après un mois de prière, le dieu apparaît et lui dit ” Moi je veux bien te faire gagner mais joue”.

          +6

        Alerter
        • Louis Robert // 18.01.2019 à 15h29

          Les abstentionnistes ont compris que ce piège à c… devait être aboli et remplacé par une véritable démocratie, directe à la base, directe donc avant tout, et que le peuple seul, unique souverain, devait l’exercer, puisque lui sait penser, décider et créer collectivement la réalité sociale au profit de TOUS.

          Ils ont dès lors revêtu gilets jaunes et, appuyés par 70%+ des Français, ils s’y sont mis. C’est ainsi qu’aujourd’hui le peuple de France apprend, à la vitesse grand V. Cette prise de conscience se répand rapidement dans tous les coins de la France et à l’étranger. Aucun mouvement social n’est permanent, mais l’esprit l’est, dont les acquis demeurent. Ainsi s’humanise sous nos yeux l’espèce.

            +11

          Alerter
        • Musiqueetnature // 19.01.2019 à 00h32

          Je continue de ne pas comprendre ces défenseurs obstinés du vote à tous crins! Puisque l’action de voter leur semble la panacée universelle de l’expression d’un individu, ils mettent subrepticement de côté le système dans lequel le vote s’inscrit!! Alors je vais prendre une image pour être sur d’être compris: un fou sanguinaire arrive chez vous avec des sbires armés. Il vous dit: “dans mon système, tout homme qui a deux enfants doit obligatoirement me dire lequel je dois tuer. Mais comme je suis un démocrate, je vous permets de voter pour savoir lequel!!!”. Et bien pour moi le système de la 5éme ripoublique, avec la constitution de 1958 complètement vidée de son sens est comme ce fou sanguinaire. Et ceux qui votent (même blanc) cautionnent la “démocratie” de ce dingue!

            +3

          Alerter
    • Haricophile // 19.01.2019 à 00h59

      Quelle belle déclaration sur le vote qui EST la démocratie, et possède un pouvoir magnétique ancestral : complexion fragiles, rhumatismes, hémorroïdes, richesse, retour à l’emploi, retour de l’être aimé a la maison…

      Comment ils chantaient ça chez Jaques Martin ? Une histoire de lorgnette où l’on regarde par le gros bout…

        +0

      Alerter
  • Jessim // 18.01.2019 à 09h13

    Connaissant le lascar à la tête de l’état je pense que cette lettre demeurera une simple bouteille à la mer. Ce président demeure sourd aux besoins du peuple. Il croit qu’en étant souriant et en communicant tout peut passer.
    Sauf qu’il oublié une chose on est plus à la banque rotschild, on n’est plus dans le capital investissement ou on cherche à vendre des actifs à des bourgeois ou à une institution.
    Il est en train de brûler toutes ses cartes à une vitesse folle à tel point que si il change de cap (faut pas rêver Mais bon on ne sait jamais) il ne sera pas cru et il sera foutu.
    Beaucoup de masques sont tombés, dans notre élite bien peu feront illusion dorénavant quand ils parleront d’humanisme.

      +22

    Alerter
    • vlois // 18.01.2019 à 12h44

      A propos de la Banque Rotschild anecdote : personne n’aura remarqué qu’en face de “chez lui” donc du portail de l’Elysée au Faubourg Saint-Honoré, il y avait les etablissements Rotschild (c’est sur les pages jaunes), j’ai compris maintenant son humour cynique lorsqu’il disait qu’en traversant la rue il trouvait du boulot comme dernièrement il l’a répété…

        +23

      Alerter
      • calal // 18.01.2019 à 13h40

        ils ne mentent jamais: c’est juste assez flou pour cacher le loup…

          +6

        Alerter
      • Louis St.O // 18.01.2019 à 15h03

        D’ailleurs, il l’a précisé hier, il a dit que « dans son quartier a lui il suffisait de traverser la rue pour trouver du boulot ».
        Et d’expliquer « je reconnais que ce n’est pas vrai pour tous les quartiers ».
        Ce mec est d’un cynisme.

          +9

        Alerter
    • Chris // 18.01.2019 à 13h58

      Les derniers développement de nos journalopes m’interpellent toutefois, car je ne crois pas au hasard :
      Alstom, Areva où à chaque fois le nom de Macron est évoqué :
      http://premium.lefigaro.fr/politique/2019/01/17/01002-20190117ARTFIG00337-affaire-alstom-ge-un-depute-saisit-le-parquet-de-paris-et-soupconne-macron.php
      https://www.capital.fr/entreprises-marches/affaire-areva-la-monstrueuse-amende-qui-menace-la-france-1308725
      On dirait qu’une exfiltration politique se prépare pour mettre à la place un autre “Macron” moins répulsif -mais au même programme européiste-, celui-ci ayant réussi à cristalliser une vindicte populaire qui met à mal image et économie de la France.
      Se rappeler que le pouvoir oligarchique est capable de tout et de tous les tours de passe-passe pour garder la main. Il nous l’a prouvé en continu.
      Comme le faisaient remarquer les compères Berruyer, Sapir et Delamarche chez Thinkerview (Le début de la fin de l’UE ? https://www.youtube.com/watch?time_continue=587&v=OoJ2fCJxAyw ), actuellement aucun leader politique n’a le programme ni les couilles pour nous sortir de l’impasse européenne et de l’Euro. Ne fut jamais cité un certain François A. ….

        +16

      Alerter
  • Michel Bergès // 18.01.2019 à 09h14

    Nous sommes en présence d’une lettre digne, et “noble”. Merci aux signataires.
    Aux yeux d’une majorité de l’opinion, Macron qui a trompé l’État et la Nation s’est délégitimé lui-même devant le pays. Le réel revient au galop. Le futur pseudo-Traité avec l’Allemagne (qui semble ignorer l’Histoire) va aggraver la situation… D’autant que l’Europe (sans les Anglais !) n’est ni un État, ni une Nation, répétons-le – et ne le sera jamais. Finie l’UTOPIE”.
    “Vox populi, Vox Déi”.
    La suite au soir des résultats des “élections européennes”.
    En sachant que la Politique, comme la Nature, a horreur du “VIDE”.

      +15

    Alerter
  • obermeyer // 18.01.2019 à 09h22

    Non seulement la lettre du président oriente les débats avec ses propositions cadrées, mais il évite les sujets qui fâchent.
    Par exemple sur la fiscalité : quels impôts voudriez voir baisser , alors que la demande de justice fiscale impliquerait une augmentation des impôts des plus riches et des plus grosses société. Sur les services publics : lesquels voudriez vous réduire , alors qu’on entend une forte demande de services publics de proximité. Bref , l’enfumage habituel , ou l’art de noyer le poisson en attendant que passent les élections européennes.

      +8

    Alerter
  • Loki // 18.01.2019 à 09h35

    La lettre de Macron repose sur une série de postulats indiscutables
    La zone euro est le cadre incontournable
    Les impôts doivent baisser
    Les dépenses publiques sont excessives
    Ceux qui réussissent sont méritants
    Le Président est légitime
    Le Président et son équipe travaillent vite et bien pour défendre le bien commun
    Etc
    Ce sont ces postulats qui invalident toute la démarche de debattre

      +30

    Alerter
    • Geof’ // 18.01.2019 à 11h11

      @Loki,

      je ne dirais pas que ce sont des postulats, plutôt des dogmes…

      en tant que communiste, je les balaie d’un revers de main mais qqn qui est POUR la propriété privée (des biens de prod’) et POUR la démocratie représentative, est effectivement idéologiquement coincé…

      car macron n’a pas fraudé, n’a pas menacé les électeurs une arme à la main…

      c’est libre (au sens capitaliste) que la petite grenouille française a plongé dans le bain-Marie : elle savait qu’elle n’aura pas le droit de décider de la température, ni qu’elle ne pourra en sortir avant 5 ans révolus…

      Geof’, communiste (et donc intellectuellement libre)

        +3

      Alerter
      • Haricophile // 19.01.2019 à 01h08

        « car macron n’a pas fraudé, n’a pas menacé les électeurs une arme à la main… »

        Ça c’est peut-être parler un peu vite.
        – Pour la fraude regarder ne serait-ce que l’autre post… sans même parler de la manière dont il a été élu.
        – Pour les armes, effectivement ça n’est pas lui : ce sont les forces de l’ordre, les forces sous ses ordres devrais-je dire.

        Macron illustre à merveille qui veut que de nos jours ceux qui se baptisent “les responsables” ne soient responsables de rien concernant les conséquences de leurs actes. A chaque fois je repense au tribunal de Nuremberg…

          +2

        Alerter
  • Kokoba // 18.01.2019 à 10h02

    Un grand merci à ces personnes d’avoir pris le temps d’écrire cette lettre.
    C’est bien écrit, bien résumé, bien envoyé.
    Cà ne changera évidemment rien mais au moins ils ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été prévenu.

      +9

    Alerter
  • maris // 18.01.2019 à 10h53

    Ce qui tient encore la “bande” macroniste ce sont les médias aux ordres des oligarques qui ont permis à Macron d’arriver à la tête de l’Etat. Pour peu que les journalistes témoins de scènes de violences policières, blessés eux-mêmes ne se mettent à témoigner comme le fait le policier sur Le Média et s’en est fini. Car si cette “bande” s’obstine se sera le chaos et il n’est pas sûr que la situation vire à la dictature policière sur laquelle la “bande” macroniste compte.
    Entièrement d’accord avec la citation V. Hugo : le pavé n’est que le pavé mais il a souvent triomphé du canon des rois.

      +6

    Alerter
    • Dorian // 18.01.2019 à 22h07

      De Hugo, également dans Choses vues, il y a aussi cette citation que j’aime bien : « Le plus excellent symbole du peuple, c’est le pavé. On marche dessus jusqu’à ce qu’il vous tombe sur la tête. » (C’est classé dans les citations sans date) Mais il faut les replacer dans leur contexte et alors elles ne disent pas forcément ce qu’on l’on pourrait penser de prime abord. En effet, juste après la citation de VH qui clôt la lettre de J. Sapir (1830), on trouve celle-ci :
      « Je ne suis pas de vos gens coiffés du bonnet rouge et entêtés de la guillotine. » Et juste après la citation associant le peuple aux pavés que j’ai donnée, on trouve celle-là : « Le mot terrible de la révolution de 1789, c’était la lanterne ; le mot terrible de la révolution de 1830, c’était le pavé. Tous deux venaient de la rue. »
      Pour VH, 1793, la guillotine, etc., c’était l’horreur, et, on le voit, il y associe également le pavé. Blanqui était plus proche des Gilets jaunes, contrairement à Hugo qui faisait partie des possédants. Son ennemi politique, c’était Blanqui, le Gilet jaune des barricades.

      Cela dit je trouve la lettre de M. Sapir (et des signataires) vraiment très bonne. Bravo. (Et Victor Hugo reste un des auteurs que je préfère !)

        +2

      Alerter
  • Kiwixar // 18.01.2019 à 11h27

    Les traités internationaux sont des carcans anti-démocratiques. Des cliquets serrant de plus en plus la corde autour du cou des peuples.

    Grâce à un investissement ponctuel mettant en place, via des médias aux ordres, un bouffon servile, l’oligarchie parvient à engager le pays sous des fourches dont il ne peut s’extraire (le président est le garant des traités) à l’élection suivante. Un boa constrictor.

    Lisbonne, Marrakech, Aix-la-Chapelle, toutes des tr*hisons. Et maintenant, un jeune criminel qui ne fait que passer, et qui va laisser derrière lui, tel Attila, un champ de ruines. La Constitution doit être modifiée pour que TOUS les traités :
    – soient approuvés par référendum
    – aient une date limite de validité (20 ans?)
    – aient une clause d’annulation en cas de RIC concluant à la fin du traité
    + le RIC (une fois par an sur 7 sujets comme le suggère OB)

      +24

    Alerter
  • Milsabord // 18.01.2019 à 11h43

    Sapir fait allusion à un effet de seuil au-delà duquel le chaos créé par Macron pourrait le contraindre à partir. C’est donc une question de temps, une question de vitesse : le temps qu’il lui reste pour achever la privatisation de tout ce qu’il reste de service public, santé et sécurité sociale y compris. Les privatisations sont irréversibles comme il a été opposé aux GJ qui réclamaient la renationalisation des autoroutes : trop cher. Lorsque toute la France aura été privatisée définitivement et rendue totalement dépendante des multinationales, de l’UE et assujettie à l’Allemagne, alors Macron aura rempli son contrat et pourra se retirer dans un paradis militarisé à l’autre bout de la planète aux frais de l’oligarchie reconnaissante d’où il sera inexpugnable. D’ici là il lui faut tenir en faisant le clown médiatique et en donnant du bâton au peuple récalcitrant tant qu’il dispose encore de la force des armes.

      +15

    Alerter
    • Kiwixar // 18.01.2019 à 11h57

      La nationalisation peut se faire par l’impôt. Exemple pour les autoroutes : un impôt spécial kilométrique sur les sociétés d’autoroute, pour “couverture bitumeuse du paysage national” ou “écotaxe” ou n’importe quoi. L’Etat a le droit de taxer ce qu’il veut.

      Le but étant de rendre les sociétés privatisées non-rentables, et de les racheter ensuite pour 1€.

      Tout est possible et même facile, il faut un peu d’imagination.

        +19

      Alerter
      • Kiwixar // 18.01.2019 à 12h36

        Fondamentalement, l’impôt permet de rogner progressivement ce droit fondamental qu’est le droit de propriété.

        Un Etat aux mains de l’oligarchie (comme maintenant) saigne et appauvrit progressivement les pauvres et la classe moyenne. Inversement, un Etat aux mains du peuple (comme il devrait être, cf RIC) peut inverser la vapeur, appauvrissant progressivement les riches et les corporations par l’impôt, sans expropriation, sans toucher au droit de propriété.

        Une entreprise saignée à fond peut alors être rachetée pour 1€. C’est l’inverse de la situation actuelle : le Gilet Jaune saigné à mort par l’impôt, taxes, charges, TVA, qui peut être finalement jeté à la benne par l’oligarchie, qui lui rachète peut-être ses organes pour 1€.

          +6

        Alerter
      • cording // 18.01.2019 à 13h21

        La nationalisation-sanction, vous connaissez ?

          +0

        Alerter
        • calal // 18.01.2019 à 13h43

          la nationalisation pour la valeur a la casse quand le truc fait faillite tout en abandonnant les dettes c’est bien aussi.Faut garder ca en tete quand une banque fera faillite .Qouique credit lyonnais hum pas bon…

            +3

          Alerter
    • Florent // 18.01.2019 à 12h43

      Je partage votre avis sur cette question de temps.

      Je regarde en ce moment la série “La Casa de Papel”. Sans dévoiler l’action, la trame est simple: des braqueurs qui ont investi une fabrique de billets de banque. Plus ils restent longtemps, plus ils impriment, plus ils emporteront de l’argent. De fait leur unique stratégie face à la police consiste à “gagner du temps”.

      Le parallèle avec Macron et sa bande est évident: ils ont braqué l’Elysée (donc le pouvoir), et leur stratégie repose aussi sur un gain de temps. Tout ce qu’ils font (report initial de la taxe carburant, grand débat, bientôt les élections européennes) consiste juste en fait à cela: rester le plus longtemps possible pour faire ce que vous avez listé.

        +9

      Alerter
      • calal // 18.01.2019 à 13h46

        bientôt les élections européennes:

        apres les elections europeennes macron aura les coudees franches pendant 3ans.On va prendre cher…

          +3

        Alerter
        • Florent // 18.01.2019 à 14h51

          Il aura les coudées qu’il veut avoir … elles ne seront pas plus franches que maintenant.

          Bien que le mode de scrutin ne lui soit pas favorable à mon avis (c’est pourtant lui a voulu changer, mais c’était en 2017, une éternité…), l’abstention (60% en 2014) sera telle qu’il sera impossible d’en déduire un quelconque rapport de force. L’abstention sera plus faible dans l’électorat de LaREM, donc ils seront sur-représentés, mais à part eux-mêmes, ça ne leurrera personne…

            +1

          Alerter
          • Fritz // 18.01.2019 à 18h54

            Pas d’abstention le 26 mai !

            ABSTENTION, PIÈGE À CONS !!

            L’abstention, l’oligarchie n’en a rien à foutre. Elle en profite, elle en jouit, car ses partisans votent !
            Tous aux urnes pour voter contre Macron, contre l’État policier, contre l’UE !

              +7

            Alerter
            • Narm // 18.01.2019 à 20h52

              oui
              au pire, tous un vote blanc
              franchement, s’il n’y a personne de valable, un vote blanc massif serait un évènement

                +2

              Alerter
  • Amora // 18.01.2019 à 11h50

    Excellente lettre. S’il la lit ou y répond, il ne dira qu’une chose: C’est Poutine ou le Kremlin qui l’a écrite voire Salvini!

      +6

    Alerter
  • Kiwixar // 18.01.2019 à 11h51

    Macron est un ho… une personne de son temps. En même temps, je me demandais s’il était tenu de communiquer sa démission à l’ancienne (papier à en-tête payé par le contribuable) ou bien si un tweet ou un texto étaient plus conforme à la modernité du personnage confronté à des troubles dignes de l’époque de la guerre d’Algérie : “Françaises, Français, je vous ai con… chiés!”

      +5

    Alerter
  • vlois // 18.01.2019 à 12h29

    Je sens que le Grand Débat emprunte à la méthode Mao pendant la révolution culturelle son objectif. Mao, voyant son pouvoir s’essoufler, il libère la parole contre le PCC et ses cadres dans le couble objectif de détruire ses opposants en interne comme en externe en 2 temps : purge du PCC et répression ensuite du peuple qui a été utilisé contre les cadres du PCC… c’est pour les services de renseignement un grand bénéfice pour mieux repérer les groupes et leaders d’opinion pour les punir par la suite dans une grande répression et une grande purge “démocratique, contre la haine, les séditieux…”

      +12

    Alerter
  • Louis Robert // 18.01.2019 à 13h05

    Quand la France citoyenne grelotte de ne plus avoir les moyens de se chauffer et souffre de la faim, il est temps qu’elle se lève et s’insurge.

    Sapir: « Quand une situation devient insupportable, on ne la supporte plus. »

    Quand le Pouvoir s’avère injuste, il doit partir.

    THINKERVIEW: « Les milliardaires gavés au sang des gilets jaunes ? Denis Robert [EN DIRECT à 15h, le 17/01/2019] »

    https://www.youtube.com/watch?v=e5vAzJpyvCI

      +4

    Alerter
  • philippe // 18.01.2019 à 13h19

    Cette lettre devrait être transformée en pétition et mise en ligne. Cela permettrait à chacun de répondre à la lettre aux Français de M. Macron. Quand au débat proposé par ce dernier, au vu des limites imposées, il semble particulièrement vicié dés le départ. Je pense qu’il est maintenant trop tard pour le pouvoir en place et que la seule solution pour ramener la paix civile est d’appeler à des élections générales.
    Philippe

      +4

    Alerter
  • rémi // 18.01.2019 à 14h47

    noam chomsky, dans “idéologie et pouvoir” :

    “l’un des instruments les plus efficace est d’encourager le débat, mais dans les limites d’un système de prémisses non exprimées qui incorporent les principes de base du système doctrinal. dès lors ces mêmes principes sont soustraits à l’examen, ils deviennent le cadre de référence de la pensée pensable et non pas les objets dune prise en considération rationnelle.”

      +7

    Alerter
  • Formazic // 18.01.2019 à 15h11

    Les policiers sont aussi des citoyens. Ils disposent d’un degré de liberté non négligeable et d’un droit à pouvoir dire ou s’exprimer, non négligeable non plus. En tant que citoyens, il leur incombe de prendre leur responsabilité dictée par leur propre conscience. Tirer avec des flash- ball semble démesuré par rapport à la situation. Les GJ , faut-il le rappeler, sont contre toute forme de violence !!

      +3

    Alerter
    • Subotai // 19.01.2019 à 00h23

      Suivez ce que dit David Dufresne, le Média, ASI. Interpelez le Politique.
      Les Forces de l’Ordre font ce qu’on leur dit de faire.
      En dehors de quelques actions zélées ou d’épuisement nerveux, on leur dit “Allez rue Machin et dégagez le carrefour Truc avec lacrymogènes et intermédiaires; revenez ensuite Avenue Bidule”. Ils font exactement ça – sans savoir ce qui se passe de l’autre coté du Carrefour Truc. Et c’est fait exprès.
      Le fameux Acte2 Place de l’Etoile, ils ne savaient pas que toutes les avenues étaient bloquées et que la dispersion n’était pas possible…
      Le fait est que nous ne sommes pas dans le maintien de l’ordre, mais dans l’étouffement de la rébellion.
      Ne vous trompez pas, les GJ sont des rebelles et considérés comme tel.

        +3

      Alerter
      • lvzor // 19.01.2019 à 19h17

        Si seulement ils étaient considérés comme des “rebelles modérés”, l’armée les soutiendrait et l’OTAN les aiderait à chasser le despote!

          +0

        Alerter
    • Haricophile // 19.01.2019 à 01h20

      L’histoire ne vous donne pas raison. Les policiers, comme les militaires, sont sélectionnés et conditionnés. C’est peut-être le moment de relire un peu la prose du procès de Nuremberg où il y a eu pas mal d’arguments intéressants soulevés, dont celle de la responsabilité, sa “dilution”, les “je ne faisais qu’obéir aux ordres”… c’est plus intéressant que les cérémonies “du souvenir” qui sont plutôt là pour qu’on se souviennent de rien.

        +2

      Alerter
  • calahan // 18.01.2019 à 15h28

    En tout cas il ne fait pas bon être pauvre et sans emploi dans ce pays en ce moment.
    Et je plains les agents de pôle emploi qui sont en empathie quand ils reçoivent l’usager qui doit justifier de sa situation précaire pour ne pas se voir supprimer temporairement allocation chômage.
    Et je plains celui qui le moral dans les chaussettes se retrouve sans indemnités parce qu’il na plus l’énergie vitale de se bouger ou que des paramètres qui lui échappent l’éloignent toujours plus d’un retour à l’emploi, qui lui assurerait peut être un retour vers l’envie.

    Et pendant ce temps Mr Macron veut faire croire qu’il entend la colère et la misère monter ?

    Des sanctions contre des gens qui ont déjà perdu leur emploi et qui rament pour en retrouver un en ces temps troublés, c’est faire preuve de bon sens commun ?
    Voir d’intelligence ?

    Il faut être aveugle et sourd pour croire en cet homme.
    Il s’égare dans sa propre pensée.

      +7

    Alerter
    • Calal // 18.01.2019 à 16h15

      Nous sommes facilement remplacables.nous n’avons donc aucune valeur.

        +0

      Alerter
    • lvzor // 19.01.2019 à 19h19

      “je plains celui qui le moral dans les chaussettes se retrouve sans indemnités parce qu’il n’a plus l’énergie vitale de se bouger ” …ou plus les moyens de se payer l’essence pour aller à pôle emploi.

        +0

      Alerter
  • Polchen // 18.01.2019 à 15h30

    Jacques Sapir, cette fois, ne mâche pas ses mots, la politesse diplomatique du Professeur dans ses Chroniques de Russeurope (remarquables) fait place à un langage rugueux mais proportionné à la gravité des enjeux et du caractère du Président-narcisse…
    Je crains, hélas, que l’insupportable adolescent attardé, qui offre en ce moment, au pays et aux médias, des prestations théâtreuses grandiloquentes et narcissiques devant des élus qu’il déteste, n’entende pas les admonestations sérieuses et sévères, et que la tragédie ne se mue en drame, bientôt…

      +6

    Alerter
  • Le grand Ferré // 18.01.2019 à 16h31

    Mesdames, Messieurs,

    A l’instar du TPI contre lesdites violences de monsieur Laurent Gbagbo président renversé de la Côte d’Ivoire durant l’élection présidentielle et pour lesquelles il vient d’obtenir un non-lieu, voici un lien vers une pétition demandant une enquête de l’Onu sur les violences contre les Gilets jaunes de la part du régime totalitariste macroniste.
    http://www.alterinfo.net/notes/Une-petition-pour-une-enquete-de-l-Onu-sur-les-violences-contre-les-Gilets-jaunes_b29733888.html

    Cordialement
    Les mots avant les maux.

      +5

    Alerter
    • Narm // 18.01.2019 à 20h58

      nquête de l’Onu sur les violences

      sauf que la france a droit de veauto 😉

        +2

      Alerter
      • Le grand Ferré // 21.01.2019 à 14h33

        Le dossier sera traité par le Tribunal Pénal International. La France n’y a pas de droit de veto. De plus, la France reconnaît ce tribunal. Les gouvernements français sont donc susceptibles d’y être jugés. La demande est légitime et fondée.

        Bien que l’enquête sur la répression violente et contre la démocratie puisse se faire naturellement, cependant et afin de pouvoir lancer un mandat d’arrêt sur Emmanuel Macron protégé par sa position présidentielle, il est important que le Parlement français provoque préalablement sa destitution permettant de le placer en détention provisoire tout comme ces complices devraient aussi. l’être à l’instar du TPI envers monsieur Gbagbo.

        Procédure de l’article 68 de destitution de Monsieur Macron et de tous les ministres
        https://www.mesopinions.com/petition/politique/procedure-article-68-destitution-monsieur-macron/53652

        Tableau synoptique des réponses des sénateurs concernant l’activation de l’article 68
        https://www.upr.fr/tableau-des-reponses-des-senateurs-concernant-lactivation-de-larticle-68/

          +1

        Alerter
  • lemoine001 // 18.01.2019 à 17h25

    Comment un président peut-il avoir besoin d’un débat national pour connaitre l’état de l’opinion ? Veut-il nous faire croire que la puissance publique est si mal organisée qu’elle ne sait rien de ce qui se passe dans le pays. Les renseignements généraux ne feraient donc plus leur travail (ses rapports très sérieux et bien faits sont une source majeure pour les historiens). Les préfets ne font plus remonter les informations ? Tout le monde serait en vacances ?

    Jamais l’opinion n’a été plus transparente que de nos jours. Il est à la portée de tout un chacun de lire les blogs les plus influents (comme Les Crises) de suivre quelques fils Twiter, d’aller voir les groupes créés sur Facebook.

    Pourtant, dès l’été dernier J. Attali mettait en garde contre le risque d’une explosion sociale. Lui qui est à la source des politiques mises en œuvre (que Macron appelle son programme) conseillait une pose. Il avait donc des informations sur l’état de l’opinion qui se sont avérées correctes.

    Alors si le débat ne sert pas à s’informer, à quoi sert-il ??

      +6

    Alerter
    • Chris // 18.01.2019 à 18h12

      Gagner du temps en essayant de calmer la populace, en vue des européennes qui se présentent plutôt mal.
      Car en chantre maintes fois affirmé de la prévalence de l’UE sur les intérêts souverains de la France, je pense que lui et son entourage ont pris conscience que les Gilets jaunes politisaient le sujet et créeraient des dommages considérables sur cette organisation bureaucratique européenne pilotées en réalité par les intérêts oligarchiques transnationaux.
      Le mondialisme découvert dans ses oeuvres les plus régressives apparait aux yeux de tous ceux qui s’interrogent. A qui le tour après les GL ?
      Le roi est nu et tente un cache-sexe !

        +3

      Alerter
    • Narm // 18.01.2019 à 20h55

      gagner du temps / noyer le français et faire sa campagne européenne gratuitement

        +1

      Alerter
      • calal // 18.01.2019 à 22h38

        faire sa campagne européenne gratuitement

        surtout si benalla n’a pas reussi a revenir les poches pleines de sa tournee africaine.Ah giscard,plus jeune president de son epoque.L’histoire se repeterait elle?

          +2

        Alerter
    • lvzor // 19.01.2019 à 19h21

      “J. Attali mettait en garde contre le risque d’une explosion sociale. Lui qui est à la source des politiques mises en œuvre (que Macron appelle son programme) conseillait une pose”

      Pour ce qui est de la pose, micron c’est 24/24. Jamais de pause.

        +0

      Alerter
    • nemo // 20.01.2019 à 07h22

      A noyer le débat de fond et éventuellement à vous entrer dans un fichier éventuellement S .

        +0

      Alerter
  • un citoyen // 18.01.2019 à 17h31

    Excellent texte. Mais bon, je ne me fais pas d’illusion car cela va durer encore longtemps. S’ils ne veulent pas que l’on parle de “choses qui fâchent”, je ne vois que deux explications possibles :

    – Ils ne croient absolument pas à autre chose et optent pour les solutions classiques (faire avec ce que l’on a, coller des rustines, etc.). Dans ce cas, je trouve que c’est idiot car tout le monde à besoin de savoir quel serait le bon chemin à suivre et pourquoi. S’ils pensent qu’ils ne se trompent pas, pourquoi n’essaient-ils pas de le prouver et/ou de prouver que les alternatives ne fonctionneraient pas ?

    – Ils ont vu et ont compris les alternatives possibles mais cela ne les arrange pas, ils souhaitent alors garder les commandes du pays à tout prix, quitte à se réfugier dans l’autoritarisme, comme on vient de le voir à la suite des épisodes des gilets jaunes. Si c’est ça, c’est inquiétant.

      +0

    Alerter
  • Cgrotex // 18.01.2019 à 17h58

    Après avoir méprisé les maires , les syndicats et tout les corps intermédiaires , Emmanuel I , roitelet du camp du bien et des castors , méprise l’assemblée nationale, le Sénat et ses oppositions politique en organisant un spectacle ridicule.
    Jusqu’ici tout va bien…
    Jusqu’ici tout va bien…

      +6

    Alerter
    • farinet // 18.01.2019 à 23h21

      Pour l assemblée ce n est pas très grave vue sa composition, grâce au sergent recruteur Delevoye DRH de LREM pour la sélection des nominés sur CV ce fut la caution politique d’un Macron jamais élu. Aujourd’hui l’ancien président de CESE s occupe du dossier des retraites ce sera la caution sociale, juste avant qu’il ne prenne une retraite bien méritée.

        +1

      Alerter
      • Cgrotex // 19.01.2019 à 07h52

        Le débat avait déjà été interdit à l’assemblée nationale par Emmanuel Macron lui même en interdisant à ses députés d’amender les textes gouvernementaux et de voter pour des amendements proposer par les oppositions.
        Le roitelet a fait table rase de toute nos institutions et se retrouve seul face au peuple.
        Macron fait régner le chaos institutionnel dans notre pays au nom d’une idéologie néolibéral et il sera extrêmement difficile de se remettre de son passage au pouvoir.

          +3

        Alerter
        • Cgrotex // 19.01.2019 à 10h19

          De plus , le roitelet réuni régulièrement sa cour (les députés LREM) au mépris total de sa fonction.
          La Vie République est morte , elle est morte en fait depuis longtemps , l’élection du président au suffrage universel était déjà une grave erreur.
          Personnellement , je suis pour un retour de la Vie République , avec un véritable Souverain , garant de la cohésion nationale et des libertés fondamentales qui soit apolitique.

            +1

          Alerter
  • Lilli // 18.01.2019 à 19h27

    Ah! Sapir ! Sapir ! “Vous feignez d’ignorer, que ce soit à dessein ou non, que votre élection ne s’est nullement faite sur un « projet ». Il est patent que vous n’avez été élu que parce que l’autre candidate, Mme Marine le Pen, était rejetée”… écrivez vous.
    Le problème est que même face à un âne, la dame serait rejetée et l’ âne élu ! Elle n’est et demeure que l’idiote utile du “village” oligarchique… bref. L’election de Macron s’ est jouée au soir de 27 novembre 2016 ! A la victoire surprise de Fillon et l’éjection de Juppé, alors programmé par les davosiens pour l’Elysee avec Macron en 1er ministrable. Il a donc fallu abattre l ‘indésirable …
    la machine s’ est mise en route avec un petit coup d’état institutionnel … toute la sphere mediaticopolitique a joué son rôle y compris les pairs de Fillon, l’idiote à joué le sien (merci feu Mitterrand). L’oligarchie à (prématurément) placé son pion (qui etait prévu pour 2022). Pour en revenir à la “dame” … pour les besoins de la “cause” encore aujourd’hui… les mêmes l’ont remis en selle… Soyez honnête, mon p’tit père, au moins une fois dans votre vie de spéculateur ! A bon entendeur…

      +2

    Alerter
  • bouddha vert // 18.01.2019 à 21h29

    M SAPIR ne semble pas avoir compris que la croissance économique était une réalité du XIX et XXième siècle.
    Ecrire que la France n’a jamais été aussi riche me semble totalement irresponsable.
    Depuis 2008, le PIB est flatte, la population elle augmente, nous sommes endettés à 100%, peut on faire pire?

    Pas de problèmes, demain, on rase gratis!

    Si les éditorialistes étaient un peu moins tournés vers hier, nous pourrions certainement donner un sens à la rébellion des gilets jaunes, malheureusement on continue de nous faire croire que le pouvoir d’achat va s’améliorer.

    Travaillons tous pour plus d’équité, mais de grâce arrêtons de vouloir ce qui détruit notre vaisseau spatial.

    Donc, un logement pas trop pourri, à bouffer, des livres… pour le reste faudra attendre l’arrivée des extra terrestres.

      +2

    Alerter
    • Haricophile // 19.01.2019 à 01h27

      La dette, la dette : Il est urgent pour vous d’aller lire un peu la prose des “Économistes atterrés” par exemple.

        +1

      Alerter
  • Narm // 19.01.2019 à 01h02

    allez,un peu d’humour, on y croit

    ils sont pathétiques. a la radio, ça pourrait passer, mais en vidéo, on est tombé trop bas, un peu avant 1mn, macron, au secours….
    https://www.dailymotion.com/video/x6yh12x
    ahhh la detresse

      +0

    Alerter
  • Michel Bergès // 19.01.2019 à 01h33

    En soutien et solidarité aux “Gilets jaunes”, cf. la proposition de RÉFORME FISCALE de Marc Chesney, Pr. de Finances internationales à l’Université de Zürich. Celui-ci suggère une micro-taxe de 0, 1% sur toutes les transactions électroniques internes et externes qui fonctionnent à la mini-seconde jour et nuit en France.
    Gain prévu sur un montant estimé au regard des statistiques à 200 000 milliards de transactions bancaires annuelles : 200 milliards par an. Marc détaille la proposition dans des articles parus dans “Le Temps” et dans “Le Monde dimanche”, journaux suisses, relayés par “Sud-Ouest” et “La Dépêche du Midi”. Un entretien sur le sujet précité reste visible en vidéo dans le site “Le Monde moderne” : http://www.dailymotion.com/video/x3uz5kw. Cf. également les sites https://marcchesney.com/fr/about/ et https://www.unidivers.fr/suisse-micro-taxe-paiements-electroniques/
    Serait ainsi remplacée une grande partie de la TVA et des Impôts sur le Revenu… Le poids de Bercy serait diminué.

      +2

    Alerter
  • Bébert le fou // 19.01.2019 à 08h09

    Tout y est : les manques criants de la politique de Macron, la futilité et la duperie du “grand débat”, l’arrogance et la suffisance du personnage boursouflées par son impuissance et sa servitude volontaire envers Bruxelles.
    Mais, ne nous y trompons pas, la Réaction et le parti de l’Ordre ne sont pas des bisounours. Ils ne se laisseront pas faire et enverront leurs phalanges benallistes contre les GJ. Sans leur petit chef, bien entendu, puisque ce dernier s’est grillé il y a quelques mois, mais les nervis sont nombreux qui ne demandent qu’à en découdre.

      +2

    Alerter
  • Toff de Aix // 19.01.2019 à 10h10

    Il est en pleine campagne électorale, il n’aura donc pas le temps de la lire, cette lettre.

      +1

    Alerter
  • Morbihan // 19.01.2019 à 10h39

    Comment le “pouvoir” peut-il ne pas mettre les relations avec l’Union Européenne dans les débats, alors qu’elles sont le moteur principal de la politique à court terme, et à courte vue de Macron?

    Comment pouvons-nous accepter le dépeçage de notre tissu industriel, hier Alstom et tant d’autres, aujourd’hui de notre industrie de défense au bénéfice exclusif de l’Allemagne, seul joyau qui nous reste au niveau industriel?

    Et quid de la suite de la désagrégation de notre tissu social: retraites, droit du et au travail, services publics en berne, système de santé paupérisé…?

    Quand nous réveillerons-nous enfin?

      +2

    Alerter
  • Vavie // 19.01.2019 à 10h43

    Je signe moi aussi ce très beau texte qui correspond en tout point à ce que je pense et ressens !
    Bravo à ceux et celles qui l’ont écrit pour nous tous.

      +0

    Alerter
  • christian09 // 19.01.2019 à 11h05

    Mesdames, Messieurs qui avaient répondu à celui qui se veut être un monarche élu par les riches, plus réellement contre le Fhaine et les naïfs amnésiques, je doute que les mots de la raison puissent être entendus par cet homme ambassadeur de l’Europe des banques qui méprise le choix des votes démocratiques. Seul un autre rapport que celui de l’intelligence républicaine pourrait donner un sens démocratique à sa façon de gouverner.
    En attendant, bien des violences viendront comme dans toutes les batailles des français-es pour rappeler qu’ils sont le peuple et non des sujets lui obéissant.

      +0

    Alerter
  • toto // 19.01.2019 à 13h02

    N’oubliez pas que les patrons c’est nous, vous, votre gouvernement et aussi d’une façon générale tous les élus, êtes nos employés à tous, nous les français, vous êtes nos obligés, pas l’inverse, ne l’oubliez pas.

      +1

    Alerter
  • Denis // 19.01.2019 à 15h54

    Histoire parallèle : Ma vie dans l’Allemagne d’Hitler (Arte mardi 15 janvier)

    À méditer.

    La définition de la folie,
    c’est de refaire toujours la même chose, et d’attendre des résultats différents.
    – Albert Einstein

      +0

    Alerter
  • Toulouse Jean-Michel // 19.01.2019 à 16h05

    Bonjour. Je signe egalement cette lettre à Macron. Jmichel Toulouse Directeur d’hôpital honoraire.

      +1

    Alerter
  • Le.ché // 19.01.2019 à 18h05

    Je suis complétement d’accord avec votre lettre au Président.

      +0

    Alerter
  • Eugene Varlin // 19.01.2019 à 19h02

    Je signe également cette lettre a Macron ! jm Toulouse

      +0

    Alerter
  • Vinnie Reb // 19.01.2019 à 19h17

    Rien à redire sur cette lettre que je souhaiterais aussi signer si c’était possible !
    Je suis GJ et je me reconnais tout à fait dans cet écrit.
    Les GJ – et plus largement le peuple – veulent 2 partages :
    1/ celui de la richesse, via le pouvoir d’achat (et toutes les revendications qui en découlent : le rétablissement de l’ISF, la fin du CICE, la supression de la CSG sur les retraites, les hausses de salaires et pensions, entre autres) ;
    2/ celui du pouvoir, via le RIC.

    Et surtout n’oublions pas la Mère de toutes les revendications, sans laquelle aucune autre revendication n’est possible : la sécession de la France hors de l’UE, avec son corollaire, l’abandon de l’euro et le retour à notre monnaie nationale.

      +0

    Alerter
  • Babeuf // 19.01.2019 à 19h56

    Peut-on signer cette lettre ? Si oui, comment ?

    Mes chaleureuses salutations aux animateurs, aux contributeurs de haut niveau de ce site, qui le font vivre.

    Babeuf

      +0

    Alerter
  • Jérôme // 20.01.2019 à 10h21

    Excellente tribune que j’approuve à quelques bémols près.

    Les réformes modérément libérales du droit du travail ne changent quasiment rien à la précarité qui résulte d’une situation structurelle : le niveau sans précédent de concurrence internationale. Cette réalité se serait imposée autant à Mélanchon ou Le Pen qu’à Macron ou Fillon. Et elle ne cessera qu’avec la fin des énergies bon marché.

    Ensuite, ne parlons plus de république à tort et à travers. Macron c’est la république autant que le doge de Venise, Robespierre et Carrier, Bouteflika ou Khomeyni. C’est la démocratie qui est essentielle : la souveraineté nationale qui appartient au Peuple (merci à De Gaulle de l’avoir imposé après 169 ans de confiscation par le Parlement et les partis).

    Ces indignations resteront vaines tant qu’une majorité de l’électorat laissera élire par défaut systématiquement des candidats partisans d’un pouvoir oligarchique menant une politique contraire à la volonté majoritaire.

    Pourquoi la clique centriste-européiste post-nationale, qui tient le pouvoir en France depuis un siècle hormis la trop brève parenthèse de De Gaulle (Clemenceau c’était déjà la reddition à l’empire anglo-saxon, Briand à l’Europe allemande, Laval l’héritier politique de Briand, Schuman et Monnet la synthèse des 2 tendances, et depuis Giscard on est sur la ligne Schuman-Monnet), mènerait-elle une autre politique que celle qu’elle veut mener si elle est toujours réélue ?

      +0

    Alerter
  • Annik Plançon // 21.01.2019 à 15h52

    je signe, cela suffit car je ne trouve pas ou signer.Commentaire: arrêtons de parler de pouvoir d’achat, remplaçons par niveau de vie.

      +0

    Alerter
  • Alain // 21.01.2019 à 19h16

    Bonjour à tous.
    D’accord avec cette lettre.
    j’ajouterai même que la casse de la sécurité sociale a déjà débuté avec le non prélèvement des cotisations sociales dans les bulletins de paie……

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications