Les Crises Les Crises
24.juin.201824.6.2018 // Les Crises

[RussEurope-en-Exil] Etat de la démondialisation en 2018, par Jacques Sapir

Merci 18
J'envoie

(Billet invité)

La traduction en espagnol de mon ouvrage publié en 2011 aux éditions du Seuil, La Démondialisation, survient alors que les événements de ces derniers mois, voire de ces dernières semaines, apportent une forme de confirmation aux thèses de ce livre. Le processus de démondialisation, dont on pouvait voir les premiers signes dans le courant des années 2000, s’est radicalement accéléré. Il est probablement devenu irréversible, du moins pour la période historique dans laquelle nous sommes entrés.

Mais, qu’appelle-t-on « démondialisation » ? Certains confondent ce terme avec une interruption volontaire des flux d’échanges qui courent tout à travers la planète. Ils confondent ainsi un protectionnisme, qui peut être amplement justifié dans la théorie économique et la pratique de l’autarcie. Mais, surtout, ils oublient que les échanges, échanges de bien mais aussi échanges culturels voire échanges financiers, sont bien plus ancien que le phénomène nommé « mondialisation » ou « globalisation ». Car la « mondialisation » pour ne garder que ce seul mot, ne se réduit pas à l’existence de ces flux. Ce qui avait fait émerger le phénomène de la mondialisation était un double mouvement. Il y avait à la fois la combinaison, et l’intrication, des flux de marchandises et des flux financiers ET le développement d’une forme de gouvernement (ou de gouvernance) où l’économique semblait l’emporter sur le politique et les entreprises sur les Etats. Or, sur ce point, nous ne pouvons que constater une reprise en mains par les Etats des flux, un retour victorieux du politique.

Alors, disons-le, la démondialisation ce sera le grand retour du politique sur le « technique », et le « technique » est ici incarné dans l’économique et le financier. Non que les raisonnements économiques et financiers perdront toute importance. Ils continueront de devoir être pris en compte. Mais, il deviendront désormais second par rapport au politique, qui recouvrera ses droits. L’économique et le financier redeviendront des instruments au service du politique. Et, avec ce retour en force du politique, nous pourrons avoir celui de la démocratie, d’un ordre qui tire sa légitimité non du marché mais du peuple, qui est mis au service des intérêts du peuple, et qui se matérialise dans le pouvoir du peuple. La phrase de Lincoln[1], « Du peuple, pour le peuple, par le peuple » va retrouver tout son sens. La démondialisation, doit donc être comprise comme le retour de la souveraineté, celle des Nations bien sûr que l’on avait analysée dans un ouvrage de 2008[2], mais une souveraineté qui prend la forme en démocratie de la souveraineté du peuple.

Bien sûr, ce retour de la souveraineté ne garantit pas celui de la démocratie. Il est des systèmes souverains qui ne sont pas démocratiques. Mais, la souveraineté permet la démocratie, car il faut se souvenir qu’il ne peut y avoir de régime démocratique qui ne soit pas souverain. Et c’est pourquoi la démondialisation doit être regardée comme une chose positive, car elle implique cette réaffirmation de la souveraineté qui rend possible la démocratie et elle détermine alors le contexte des futurs combats politiques.

1. Prendre acte des changements

Pour mesurer ce qui sépare le contexte de l’été 2018 de celui dans lequel ce livre fut initialement écrit, il convient de revenir sur des événements marquants qui ont montré le recul de la mondialisation ou de la globalisation. Ces événements ont pu s’étaler sur une période assez longue. Il en va ainsi de la paralysie qui a gagnée l’OMC et le « Cycle de Doha » au début des années 2010, et dont déjà je pouvais rendre compte dans l’édition originelle de l’ouvrage. D’autres de ces événements se sont produits sur un laps de temps plus court. On peut considérer que la période qui va de 2016 à 2018 a été à cet égard particulièrement fertile en ces événements.

 

La démondialisation dans les faits

 

Le processus de démondialisation s’est donc accéléré depuis plusieurs mois, voire plusieurs années. Il a été marqué par la stabilisation puis la baisse de la part des échanges mesurés en pourcentage du PIB mondial. Ce mouvement est lié au flux des exportations mondiales (et à l’échelle du monde, toute exportation et aussi une importation).

 

Graphique 1

Source : UNCTAD, Handbook of Statistics 2017, Annex 6.4 – International merchandise trade,

 

Le point qui est ici intéressant est la baisse du pourcentage de ces exportations mondiales rapportées au Produit Intérieur Brut mondial. Cela indique clairement que le poids du commerce international dans la richesse mondial est lui-même en train de baisser. En contrepartie, cela nous dit aussi qu’une part croissante de la richesse est produite en réalité pour alimenter les marchés intérieurs des divers pays. Autrement formulé, l’impact quantitatif de la « mondialisation » est en train de régresser depuis plusieurs années.

Ce mouvement se retrouve d’ailleurs quand on regarde les évolutions de l’indice d’ouverture des différents groupes de pays. Après avoir augmenté de 2006 à 2011 il baisse de manière parfois assez considérable de 2011 à 2016. Il est donc clair que la démondialisation ne correspond pas à une représentation mais bien à des faits.

 

Graphique 2

Source : UNCTAD, DATABASE, fichier : us_goodsandservicesbpm6_53520188741137.xlsx

Mais, ce qui a rendu évident ce tournant, dont on peut penser qu’il s’est en réalité produit avec la crise de 2007 à 2009, que l’on a surnommé la « crise des subprimes », a été deux événements politiques majeurs. Le Brexit et l’élection de Trump ont démontré que des changements importants étaient en cours.

Madame Theresa May, la Première-ministre britannique qui assume fièrement le Brexit, affirme dans le même temps la nécessité de réindustrialiser le Royaume-Uni. La politique qu’elle propose tourne le dos en réalité à plus de trente années de politique néo-libérale au Royaume-Uni. Donald Trump quant à lui n’hésite pas ; après la politique-twitter, qui avait vu les grandes entreprises américaines se ranger à certaines de ses idées, il entame un bras de fer avec la Chine. Dans le même temps, il lance des mesures protectionnistes visant les voitures allemandes, mais il sanctionne aussi le Canada et le Mexique. Bref, il semble bien que cela en soit fini du dogme du libre-échange[3]. Et à cela, il y a une raison. Le Secrétaire d’Etat américain au Trésor, M. Wilbur Ross a déclaré que la sécurité économique était une forme de la sécurité militaire[4]. Ce n’est pas faux. Et cette déclaration symbolise parfaitement le retour du politique qui est le signe de la démondialisation.

 

Graphique 3

Source : UNCTAD Handbook of Statistics 2017, Annex 6.4.

La faillite du G-7

 

Dans ce contexte, le jeu des Etats-Unis doit être expliqué. Si Donald Trump prend le risque de dresser contre lui ses anciens alliés, comme il l’a fait en provoquant la crise du G-7 en juin 2018, c’est parce qu’il a fait une choix, celui d’obtenir de la Chine un accord général aboutissant à une forme de partage du monde. Il est faux de dire que Donald Trump est irréfléchi et n’a pas de stratégie. Il a une vision et une stratégie, même si ses méthodes doivent plus au monde des affaires dont il est issu qu’au lambris dorés et aux moquettes feutrées de la diplomatie traditionnelle. Nous voici donc revenus à la problématique de Yalta. Ce partage du monde se fera très vraisemblablement sans les européens, qui payent eux aussi la foi qu’ils ont mise dans des institutions tant obsolètes que dangereuses, l’UE et l’Euro figurant ici en bonne place. Ces changements ne sont qu’imparfaitement représentés par le Brexit ou l’élection de Trump qui, en réalité, ne sont que des réponses partielles à des questions globales[5].

Ces changements se sont accélérés dans le cours du mois de juin 2018. Les vendredi 8 et samedi 9 juin se sont en effet tenues deux réunions importantes : celle du G-7, qui s’est tenue à la Malbaie au Québec, et qui a débouché sur un fiasco évident, et celle de l’OCS (l’Organisation de Coopération de Shanghai) qui s’est tenue à Quingdao (Chine). La tenue simultanée de ces réunions était fortuite. Leur résultat ne l’est pas. Si la presse française s’est largement faite l’écho du fiasco du G-7, elle est restée étrangement silencieuse sur la réunion de l’OCS. Ce n’est certes pas un hasard.

L’échec du G-7 signe l’épuisement du « modèle occidental », en fait du modèle anglo-saxon, de la mondialisation, tandis que le succès de la réunion de l’OCS indique clairement que le temps des Nations (et pas n’importe lesquelles) est revenu. Ceci confirme une tendance qui était notable depuis la fin des années 2000[6]. Il est donc clair que le processus de démondialisation est aujourd’hui engagé de manière irréversible[7].

Le G-7, qui est issu d’une forme d’organisation internationale mise en place après l’éclatement du système de Bretton-Woods en 1973, s’était donné pour objectif d’être la tour de contrôle de la mondialisation, une plate-forme d’où on pourrait piloter la globalisation. Il a connu un échec patent dont il pourrait ne pas se relever. Factuellement, c’est le conflit entre le Président des Etats-Unis, Donald Trump et le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, qui à provoqué cet échec. Donald Trump a vigoureusement réagit à la présentation faite par Trudeau des résultats du G-7, et a retiré la signature du communiqué final. C’est un acte d’une extrême importance. On peut penser que cet échec a été provoqué par les différents commerciaux entre les Etats-Unis et l’Allemagne ainsi le Canada, ainsi que par l’inimitié, et les différences de personnalité, entre Trump et Trudeau. Mais, en réalité, l’échec était inscrit dans des politiques désormais par trop divergentes et des intérêts top opposés. Cet échec était donc prévisible.

Il faut le constater, sur de nombreux sujets qu’il s’agisse de la question du « multilatéralisme », de celle de la participation de la Russie ou encore de la question climatique, les sujets de discordes ont dominé. Notons d’ailleurs que, contrairement à ce que veut faire croire une partie de la presse française, devenue décidément une presse à gages, le conflit n’a pas été une opposition de Donald Trump à ses six partenaires. Il n’y a pas eu, en dépit de ce que disent certains médias français, de « front uni » contre Donald Trump. Et, la raison en est simple. Le G-7 ne peut plus, que ce soit dans son format actuel, ou que ce soit sur ses principes de constitution, être la plate-forme qui impulse et dirige l’économie mondiale. Il n’en a pas, d’ailleurs, la légitimité. Au-delà, il a beaucoup perdu de son importance économique. Après avoir dépassé le 65% du PIB mondial à la fin des 1980 et dans les années 1990, son poids est tombé aujourd’hui nettement sous les 50%. Et il y a un lien évident entre cette perte de légitimité et cette perte d’influence dans le PIB mondial.

De fait, quand le G-7 a expulsé la Russie en 2014, il a probablement signé son acte de décès. Il est d’ailleurs intéressant que la Russie n’est nullement intéressée par un retour au G-7. Elle a, elle, tirée les leçons des transformations de l’économie mondiale de ces quinze dernières années.

Graphique 4

Source : Base de donnée de l’UNCTAD

Le succès de l’OCS

Face à l’échec du G-7, le succès de la réunion de l’OCS constitue un contraste saisissant. Il est le signe que l’on assiste bien à un basculement du monde. Car l’OCS est la première et quasiment la seule organisation internationale post-Guerre froide. Son succès fait un symbolique effet de miroir. Non que les conflits n’existent pas entre les nations membres ou associées à l’OCS. Mais, enfin, ces conflits ont été maîtrisés. La Chine et l’Inde y cohabitent, de même que l’Inde et le Pakistan. Existe-t-il donc tant d’organisations régionales qui peuvent se prévaloir de tels succès ? Et l’on peut y voir, ici, l’avantage d’une structure respectant la souveraineté des Nations, admettant l’expression ouverte des intérêts nationaux et, à partir de là, permettant d’aboutir à des compromis, sur une structure – le G-7 – prétendant faire d’une raison supranationale, la logique économique et financière, le guide de l’ordre du monde. Rappelons, aussi, que l’OCS est en grande partie fondée par les pays des BRICS, ce groupe qui rassemble la Chine, l’Inde, la Russie, le Brésil et l’Afrique du Sud. Dans ce groupe, les trois principaux pays sont en effet membres de l’OCS. Or, le processus d’internalisation des économies apparaît de manière accélérée pour les pays des BRICS. Le taux d’ouverture, ou d’externalisation, de ces économies, qu’on le calcule à partir des exportations ou des importations, n’a cessé de baisser. Ceci est particulièrement significatif quand on sait que les BRICS incluent deux pays dont le poids dans le commerce mondial est élevé, la Chine et l’Inde.

Le succès de l’OCS, tient à son caractère pragmatique. A la différence du G-7, l’OCS ne prétend pas à l’existence d’une raison supérieure d’où découlerait des règles impératives pour les Nations. C’est un point important, un point que l’on peut même considérer comme crucial. En un sens, elle traduit l’opposition d’une logique prenant en compte la construction des intérêts nationaux dans le cadre politique de chaque pays sur l’affirmation péremptoire d’une raison descendant du ciel vers ces pays.

Graphique 5

Source : voir Graphique 2.

L’OCS est une organisation de coopération. Elle ne se fonde pas sur la prétention d’un partage des souverainetés, une idée qui recouvre constamment la négation de la souveraineté, mais elle pose en principe le fait que la coopération réciproque est le meilleur instrument pour gérer les différences d’intérêts[8]. L’OCS s’est ainsi dotée à la fois d’institution de sécurité mais aussi d’institutions de développement économique, comme d’une banque d’investissement. Les huit nations qui composent l’OCS[9] réunissent 41,4% de la population mondiale et 23% du PIB mondial. Elles comptent donc assurément. Et, la montée progressive en puissance de l’OCS face à la désagrégation du G-7 nous en dit beaucoup sur ce qui est en train de se jouer actuellement. De fait, le G-7 a épuisé ses possibilités et n’a plus de potentiel. Il ne correspond plus, dans sa forme actuelle, au nouveau monde qui vient. Il sera donc vraisemblablement appelé à se déliter et soit il se transformera radicalement, soit il dépérira.

 

La démondialisation en actes

 

La démondialisation, on l’a dit, ne fait évidemment pas disparaître les échanges. Elle ne règle pas non plus tous les problèmes. Ainsi, l’interdépendance des économies va perdurer, de même que les grandes questions qui sont liées au développement et à la gestion des ressources naturelles. Mais, les problèmes qui en découlent devront être résolus, ou à tout le moins gérés, dans un strict respect de la souveraineté des uns et des autres.

Cela veut dire que les flux, tant commerciaux que financiers, devront être contrôlés. Et il faut s’attaquer aujourd’hui à cette question du contrôle, des principes devant présider à ce contrôle, et non pas chercher à revenir à tout prix au « Libre-Echange ». De fait, ce sont les dirigeants qui plaident pour un Libre-Echange intégral qui représentent aujourd’hui les femmes et les hommes du passé. Mme Angela Merkel et M. Emmanuel Macron semblent ne pas avoir compris le sens de ce qui vient de se passer du 8 au 10 juin. Ils se cramponnent à des idées révolues. Ils défendent des traités indéfendables.

Car, le contexte international est encombré de textes qui sont pour certains obsolètes, pour d’autres erronés, et qui parfois combinent ces deux aspects.

Si l’on regarde tant l’Organisation Mondiale du Commerce que le G-7, c’est plutôt l’obsolescence des textes et des institutions qui frappe. Rappelons que le G-7 tire son origine du G-5 (informel) puis du G-6 de 1974-1975. A cette époque une partie du monde (les pays communistes) n’était pas concerné et le groupement de pays représenté par le G-6 (devenu G-7 avec l’entrée du Canada), qui était essentiellement concerné par les problèmes financiers[10], représentait en réalité les Etats-Unis et leurs alliés. L’obsolescence de cette institution est manifeste. On peut en dire la même chose de l’OMC, désormais à la fois paralysé par des blocages internes, et régulièrement contourné tant par de nouveaux traités que par des Etats, comme on l’a vu à propos des sanctions contre la Russie en 2014. Or, il est toujours dangereux de vouloir conserver des institutions obsolètes. Elles maintiennent un cadre fictif alors que la réalité de la situation a déjà évolué hors de ce cadre.

Il y a aussi des traités, et des institutions qui, sans être nécessairement obsolètes, sont en réalité dangereuses. Le CETA en est un des exemples. On sait que les négociations pour ce traité dit « de nouvelle génération » découlent justement des blocages de l’OMC. Mais, et cela a été largement démontré depuis plus de deux ans, le CETA est un traité dangereux, tant d’une point de vue politique (il met la démocratie en tutelle) que du fait de ses conséquences financières et écologiques. La lutte politique contre ces institutions, qu’elles soient obsolètes ou qu’elles soient dangereuses devient alors aujourd’hui une priorité. On ne doit pas attendre que la démondialisation se produise pour ainsi dire « naturellement » ou du fait de la logique des évolutions du commerce et des réactions politiques qu’elles suscitent. Le combat pour la démondialisation, pour imposer ce retour du politique et de la démocratie, reste plus que jamais d’actualité.

 

2. Comprendre la démondialisation

 

La démondialisation nous est souvent présentée comme une forme de retour à la barbarie. On pourrait sourire de cette outrance si elle n’était défendue par des doctes auteurs, des personnages par ailleurs parfaitement respectables[11]. On la présente aussi comme un retour vers une fermeture complète des frontières. L’erreur est évidente. Il ne s’agit pas de construire des barrages mais des écluses. Car, c’est bien la dimension non-contrôlée des flux, qu’il s’agisse des flux de marchandises, des flux de capitaux ou des flux humains, qui provoque le désordre et le chaos. Le retour du politique, de la souveraineté, implique que ces flux doivent être contrôlés mais non pas interrompus.

 

Mondialisation ou autarcie ? Le faux débat

 

L’un des premier mensonge que l’on entend fort souvent est que la démondialisation nous conduirait à l’autarcie, comme si nous n’avions de choix qu’entre le libre-échange intégral et la fermeture totale des frontières.

Alors, il convient, tout d’abord, de s’entendre sur les termes. Les périodes d’autarcie totale, sauf durant des conflits, ont été extrêmement rares dans l’histoire. Le commerce à longue distance existait déjà du temps des Pharaons. Le moyen-âge et la période moderne ont connu eux-aussi des flux d’échanges importants sur des distances en fait fort longues[12]. Ce rappel montre que ce n’est pas l’existence du commerce, de l’échange à longue distance, qui peut permettre de définir les périodes de mondialisation. Ce qui les définit c’est d’une part la circulation financières entre les pays, qui non seulement facilite les transferts de capitaux mais ouvre de nouveaux espaces aux crises et permet à certaines entreprises de réaliser leurs profits hors de l’espace où elles produisent, et d’autre part, mais ce phénomène est lié au premier, le découplage entre le lieu ou une entreprise fabrique ses produits et le lieu où elle les vend. Le point est ici important. Il permet aux dirigeants de l’entreprise de faire pression à la baisse sur les salaires de leurs travailleurs sans compromettre leurs profits, ce qui ne manquerait pas de se produire si le lieu de la production et le lieu de la vente étaient les mêmes.

Dès lors, ce que l’on appelle « mondialisation » ou « globalisation » se caractérise d’une part par l’émancipation des entreprises transnationales des règles étatiques et, d’autre part, par une crise latente de la démocratie dans chacun de ces Etats en réaction à cette émancipation[13]. Réduire la « mondialisation » à un phénomène économique (le libre-échange) ou financier (la circulation transnationale sans contrôle des capitaux), même si ces phénomènes sont importants et ont fait apparaître des comportements nouveaux[14], est une erreur. La « mondialisation » est un phénomène global qui a vu ses dimensions sociales et politiques devenir déterminantes dans la perception, et dans les sentiments de rejet, que les populations en ont. Le véritable problème engendré par la mondialisation est de nature politique. C’est la crise de la démocratie qu’elle a engendrée, justement en raison de cette émancipation des entreprises transnationales des règles étatiques, et la mise en tutelle du politique par des aspects techniques qui ont engendré ce que l’on appelle, et pas forcément à tort, le « moment populiste » que nous vivons actuellement. C’est donc cette dimension politique et sociale qui explique, en réaction, la montée de différentes formes de contestation, dont certaines sont considérées comme « populistes » mais dont toutes sont populaires.

 

Les effets politiques de la mondialisation

 

La « mondialisation », du fait de ses effets induits, aboutit en effet à rompre l’unité entre la capacité à décider et la responsabilité des décideurs, unité qui est à la base de l’existence de la démocratie. Or, la démocratie exige la présence d’un « peuple », autrement dit un corps politique souverain définit par des frontières[15]. Souverain, voici le grand mot lâché. La souveraineté se définit par cette liberté de décider qui caractérise les communautés politiques que sont les peuples, liberté qu’ils exercent au travers du cadre de la Nation et de l’Etat. Cet oubli de la dimension nécessairement sociale et collective de notre liberté caractérise le point de vue « libéral », point de vue qui lui-même transcende les divisions « gauche-droite » depuis le « triomphe » de la mondialisation, et qui, il ne faut pas s’en étonner, s’avère hostile dans certains de ses courants à cette notion de souveraineté.

Cependant, encore faut-il savoir ce qui fait société, encore faut-il comprendre ce qui constitue un « peuple », et faut-il comprendre que quand nous parlons d’un « peuple » nous ne parlons pas d’une communauté ethnique ou religieuse, mais de cette communauté politique d’individus rassemblés qui prend son avenir en mains[16]. Le « peuple » auquel on se réfère est un peuple « pour soi », qui se construit dans l’action et non un peuple « en soi ».

Ce corps politique exerce, dans le cadre de ces frontières, sa souveraineté. Tout cela explique la vigueur, dans les différents pays, des mouvements pour l’affirmation de la souveraineté. Certains de ses mouvements ont pris des caractéristiques « populistes » car le cadre politique dans lesquels ils se déroulent connaissait des pathologies propres, des formes spécifiques de collusion au sein des élites politiques, économiques ou médiatiques, voire des collusions entres ces élites. Nous avons vu ce phénomène se développer tout d’abord en Amérique Latine avec l’émergence d’une gauche populiste qui n’était d’ailleurs pas exempte de contradictions[17].

Il ne faut donc pas s’étonner si certaines des réponses populaires à la mondialisation remettent en cause, en partie ou en entier, le cadre de la démocratie représentative. Ceci est normal en raison des déformations que cette démocratie représentative a elle-même connues. La disparition du politique dans les « démocraties » les vide de tout sens[18].

 

Misère de « l’alter-mondialisme »

 

Certains pensent, ou espèrent, que l’on pourrait néanmoins réconcilier la « mondialisation » avec la démocratie. C’est en un sens la philosophie qui inspire le courant que l’on peut proprement désigner « d’altermondialiste ». Mais, ce mouvement se heurte à une contradiction fondamentale : comment restaurer la démocratie sans définir précisément le « peuple » et sans respecter son identité politique ? L’aporie du gouvernement mondial (ou du gouvernement régional au sein d’un ensemble de nations) se heurte (et se heurtera) toujours au fait que les identités politiques sont des facteurs indispensables de la constitution de ces peuples. Or, ces identités politiques évoluent très lentement, certainement pas dans la temporalité qui est celle des changements politiques, et il n’est nullement dit que l’on assiste à une quelconque convergence. C’est pourquoi ceux que l’on peut nommer, ou qui se nomment eux-mêmes des « altermondialistes » se condamnent soit à l’impuissance soit seront conduit à reprendre une philosophie ouvertement anti-démocratique, celle de la « démocratie sans demos », autrement dit d’une démocratie hors sol, séparée radicalement de toute responsabilité devant « son » peuple. On peut classer dans cette philosophie les idées de « démocratie par la loi », un système où la définition de la démocratie se réduit à le simple observation d’une conformité des règles. On sait depuis longtemps qu’un tel système est en réalité un « tyrannus ab exertitio »[19], autrement dit un système tyrannique[20]. Il a été démontré que la « rule of law » peut parfaitement être le masque de pouvoirs tyranniques. Les études de cas qui sont proposées dans l’ouvrage de David Dyzenhaus, The Constitution of Law, aboutissent, au bout du compte, à mettre en évidence une critique du positivisme. Cette dernière est fondamentale. Elle permet de comprendre comment l’obsession pour la rule by law (i.e. la légalité formelle) et la fidélité au texte tourne bien souvent à l’avantage des politiques gouvernementales quelles qu’elles soient. À quelques reprises, l’auteur évoque ses propres analyses des perversions du système légal de l’Apartheid[21] en rappelant que cette jurisprudence avilissante tenait moins aux convictions racistes des juges sud-africains qu’à leur « positivisme»[22].

Nous comprenons, que cette compréhension soit intuitive pour certains ou le fruit de réflexions élaborées pour d’autres, que la liberté de la communauté politique, de ce que l’on nomme le peuple, passe par la liberté de l’ensemble territorial sur lequel ce peuple vit. On ne peut penser de « Peuple » sans penser dans le même mouvement la « Nation ». Et, la liberté du « Peuple » dans le cadre de la « Nation » s’appelle justement la souveraineté. C’est pourquoi elle est essentielle à l’existence de la démocratie. La souveraineté est une et elle ne se divise pas, n’en déplaise à d’aucuns, mais ses usages sont multiples. Parler alors de souveraineté « de gauche » ou « de droite » n’a pas de sens, ou alors ne peut avoir qu’un sens caché, celui d’un refus, de fait, de la souveraineté. On comprend dès lors le caractère antinomique de la politique, conçue comme expression de la démocratie et de la « mondialisation » qui tend en tout lieu et tout instant à « détrôner » cette politique[23].

 

La montée d’une contestation radicale

 

Les mouvements qui, au contraire, contestent radicalement les formes de mise en place d’éléments tyranniques dans nos systèmes politiques sont donc obligés de se confronter directement et frontalement avec ce que l’on appelle la « mondialisation »[24]. Il en va de même pour les formes régionales prises par cette dernière, comme c’est le cas avec l’euro[25]. Ces différents mouvements tendent tous, sous une forme ou une autre, à la réaffirmation de la souveraineté populaire, que ce soit dans des formes où domine la légitimité charismatique (pour les mouvements proprement populistes) ou dans des cadres mélangeant de manière diverse les formes démocratiques, bureaucratiques et charismatiques de la légitimité. Ces mouvements vont remettre en cause les grands traités mais aussi les institutions qui avaient pu croire possible de stabiliser les formes de dépossession de la souveraineté populaire, formes de dépossession qui sont donc apparues pendant la phase d’expansion de la mondialisation. Cela ne veut aucunement dire qu’ils se refusent à toute idée de coopération internationale. Mais, cette coopération devra être dans le futur régie par des Nations souveraines. Le Droit International en réalité découle au contraire du Droit de chaque État ; il est un Droit de coordination[26]. C’est la logique développée par Simone Goyard-Fabre[27]. Cette dernière a d’ailleurs rappelé les conditions de l’exercice de la souveraineté et elle a montré que le principe de l’exercice de cette souveraineté ne saurait être remise en cause par des obstacles matériels et techniques. Ainsi, elle écrit : « Que l’exercice de la souveraineté ne puisse se faire qu’au moyen d’organes différenciés, aux compétences spécifiques et travaillant indépendamment les uns des autres, n’implique rien quant à la nature de la puissance souveraine de l’État. Le pluralisme organique (…) ne divise pas l’essence ou la forme de l’État; la souveraineté est une et indivisible »[28]. L’argument prétendant fonder sur la limitation pratique de la souveraineté une limitation du principe de celle-ci est, quant au fond, d’une grande faiblesse. Les États n’ont pas prétendu pouvoir tout contrôler matériellement, même et y compris sur le territoire qui est le leur. Le despote le plus puissant et le plus absolu était sans effet devant l’orage ou la sécheresse. Il ne faut donc pas confondre les limites liées au domaine de la nature et la question des limites de la compétence du Souverain. Mais, la question de la mondialisation, institution humaine, échappe complètement aux lois de la nature.

 

La question de la souveraineté prend alors tout son sens si l’on considère sa place dans l’ordre symbolique de choses. La souveraineté ne dépend pas seulement de qui prend les décisions, autrement dit de savoir si le processus est interne ou externe à la communauté politique concernée. La souveraineté, telle qu’elle se construit dans l’œuvre de Jean Bodin, réside dans la prise en compte d’intérêts collectifs, se matérialisant dans la chose publique[29]. Le principe de souveraineté se fonde alors sur ce qui est commun dans une collectivité, et non plus sur celui qui exerce cette souveraineté.

C’est pour cela que la récupération de la souveraineté nationale (et de l’exercice de la souveraineté populaire) s’oppose si radicalement à la mondialisation. C’est pour cela aussi que l’un des marqueurs les plus sûrs de la démondialisation réside dans l’affirmation de la souveraineté, et avec elle dans la primauté du politique sur le technique.

 

3. Le lamento des mondialistes

 

Le débat sur la mondialisation et la démondialisation est important et il fait actuellement rage. A cet égard, il est intéressant de regarder le sondage d’OpinionWay qui vient en effet d’être réalisé sur la « mondialisation » auprès des français. Ses résultats sont en effet sans appels[30]. Les français rejettent dans leur grande majorité cette « mondialisation » et se prononcent même, à près de 66%, pour une forme de retour au protectionnisme. Pourtant, s’est développé un discours sur la mondialisation, un discours qui tend à naturaliser ce processus, et qui révèle, à contrario, la pensée et l’impensé des tenants de la mondialisation.

 

Mondialisation et naturalisation des processus

 

Philippe Moreau Defarges est clairement un de ceux qui défendront jusqu’au bout la mondialisation. L’intérêt de ce livre vient de ce qu’il décrit en creux les dérives idéologiques des partisans de la mondialisation. Il commence d’ailleurs son livre[31] par une analyse des différences qui existent entre l’alter-mondialisme et les discours de démondialisation. Cette distinction est importante. Mais, son analyse ne s’accompagne pas de la distinction nécessaire entre le mouvement des flux de marchandises et de capitaux et l’idéologie de la mondialisation. A cela, il y a une raison évidente : Philippe Moreau Defarges reprend très de manière a-critique ce discours idéologique.

Revenons un instant sur la distinction entre l’alter-mondialisme et la démondialisation. La première accepte la mondialisation non comme un fait social mais comme un fait naturel. Elle s’inscrit en réalité dans une logique de naturalisation des processus que l’on peut appeler de « mondialisation ». En ce sens, l’alter-mondialisme, tel qu’il s’exprimait à la fin des années 1990 et au début des années 2000, est bien partie-prenante de l’idéologie de la mondialisation. Les altermondialistes entendent mettre en place de nouvelles formes de mondialisation mais jamais il ne s’interrogent sur ce que représentent socialement et politiquement ces processus car ils considèrent que ces processus sont « naturels ». Or, de ce point de vue, il y a bien communauté avec le discours des « pro-mondialisation » qui eux aussi affectent de considérer ces processus comme « naturels ». On le voit bien dans le discours que tient Moreau Defarges qui donne une place décisive aux techniques et aux technologies, présentés littéralement comme des Deus ex-Machina qui échapperaient aux actions humaines[32]. De même construit-il tout un chapitre autour de l’idée d’une « réunification biologique ». Mais, les sociétés humaines, sauf dans les délires des racistes, ne sont jamais des réalités biologiques mais toujours, au contraire, des réalités sociales, politiques et culturelles. Connaissant personnellement Philippe Moreau Defarges, il n’est pas dans mes intentions de l’accuser de racisme, car je sais qu’il est fort éloigné de cette idéologie nauséabonde qui lui fait profondément horreur. Mais, on doit constater que l’idéologie de la mondialisation, et plus précisément la volonté de construire un cadre idéologique naturalisant les phénomènes qui peuvent relever de ce que l’on appelle la « mondialisation », aboutit à mobiliser des concepts et des notions qui, elles, renvoient à un imaginaire raciste débridé. Disons-le, c’est le cas de toute tentative pour « naturaliser » des phénomènes qui sont tout saufs « naturels ». Car, cette naturalisation, par contre, elle est bien à l’œuvre dans le livre. Ainsi, il y a dans les propos écrits par Moreau Defarges comme une résurgence des discours techniciste de naturalisation du social tels qu’ils étaient constitués dans le socialisme soviétiques de la fin des années 1950 et des années 1960.

 

Une vision largement idéologique

 

Quand Moreau Defarges parle des discours de la démondialisation (et ces discours peuvent être divers) il les assimile à des discours idéologiques, autrement dit à des représentations mystifiées du monde réel. Mais, l’identification de la démondialisation avec la « fermeture » et le « repli » est à l’évidence avant tout une construction idéologique. Les discours critiquant le libre échange et l’idéologie de la « mondialisation » appellent à des formes de maîtrise des mouvements de biens et de capitaux, et nullement à l’interruption totale de ces derniers. Cette confusion idéologique, car c’est bien de cela qu’il s’agit, renvoie à la confusion entre protectionnisme et autarcie. Il s’agit pourtant de processus très largement différents, et bien distincts. La confusion entre les deux signe la nature idéologique du livre.

De même, les repères temporels qu’il se donne (XVème-XXIème siècles) sont hautement discutables. Les échanges internationaux existaient sous la Rome impériale, voire bien avant. Les cités italiennes furent à la pointe tant du commerce international que des pratiques bancaires. Il y a donc quelque chose de profondément faux dans la manière qu’à Moreau Defarges de segmenter l’Histoire, de ne retenir que ce qu’elle peut fournir à l’appui de ses thèses sans reconnaître la présence d’éléments pouvant tout aussi bien nourrir les thèses inverses.

De même, on peut discuter de l’assimilation du nazisme aux discours nationalistes, et de ces discours nationalistes aux discours socialistes[33]. Toute une série de travaux montrent que le nazisme était tout le contraire d’un nationalisme. Le point est ici important car, outre un argument relevant à l’évidence du « point Godwin », il y a une profonde incompréhension dans la radicalité particulière de l’Allemagne hitlérienne. La caractéristique du comportement de Hitler mais aussi des autres chefs nazis résulte du filtre « racial »[34]. L’État Nazi régresse alors vers un modèle archaïque, semi-féodal[35], alors qu’il doit gérer une économie et un système militaire développés. De ce point de vue, il est important de noter que si l’Allemagne nazie a pu donner l’illusion avant 1939 d’être un système « rationnellement organisé » pour faire la guerre[36], cette perception de la réalité a été mise à mal par les travaux exploitant les archives et les témoignages des acteurs. De ce point de vue, le travail de Berenice Caroll[37], a été pleinement confirmé par les recherches historiographiques des trente dernières années. Le système nazi n’était pas seulement monstrueux par sa finalité, il l’était dans son fonctionnement quotidien, qui est profondément pathologique. On est en présence d’une régression vers une forme étatique et administrative « pré-moderne » (au sens de Max Weber) appliquée sur une société et une économie « moderne ». Cette dimension pathologique du système nazi (dont Hitler est une des sources, mais qui va largement au-delà de la personne du dictateur) a été bien analysée par Ian Kershaw, aujourd’hui reconnu comme la référence sur Hitler[38]. L’Allemagne nazie n’est nullement une suite, radicalisée de l’Allemagne de Guillaume II. En réalité le nationalisme allemand s’est effondré quand il a capitulé devant l’idéologie raciale du national-socialisme[39].

La manière dont Moreau Defarges traite (et maltraite) l’Histoire, et il y en a de multiples exemples, est ici révélatrice de son projet global : déconsidérer les discours de démondialisation. Alors, peut-on sérieusement faire le reproche d’idéologie à ces discours quand on est soi-même si profondément et si complètement porteur d’une idéologie dont on ne maîtrise même pas les implications ?

 

De la mondialisation au mondialisme

 

Les a-priori très négatifs tant à l’égard de la Nation que du nationalisme contenus dans la pensée de Moreau Defarges interpellent. Dans le cas français, il semble ignorer la profondeur du sentiment national qui s’exprime de Jeanne d’Arc[40] à Valmy, en passant par Henri IV et le combat de Fontaine-Française[41]. Il méconnait l’histoire même de la constitution symétrique de la Nation et du Peuple[42]. De fait, cela interdit à Moreau Defarges toute intelligence du processus révolutionnaire français qui opposa une haute noblesse cosmopolite au sentiment national. Cela lui interdit aussi de comprendre comment l’ancienneté de la construction de la Nation dans le cas français va de paire avec celle du peuple compris non pas comme une communauté raciale ou religieuse, mais comme une communauté politique et culturelle. Nous sommes ici en présence d’une déconstruction du récit national au profit d’un roman national complètement imprégné d’idéologie mondialiste.

On comprend alors qu’il ne soit pas à l’aise avec les concepts de souveraineté, d’Etat Souverain, et de souveraineté populaire[43]. Pourtant, ces concepts sont fort anciens[44]. On les retrouve à l’œuvre dans la formule de la République Romaine Senatus PopulusQue Romanum. Les différents contresens que l’on trouve donc dans le livre de Moreau Desfarges renvoient tous à un problème bien plus général : l’ignorance de l’importance et de l’autonomie du politique. C’est la conséquence naturelle du discours de naturalisation des processus de mondialisation dont on a précédemment relevé les dérives. Cela conduit alors Moreau Defarges à porter des jugements que l’on peut trouver comme relevant pour le moins d’une grande légèreté et plus probablement comme traduisant une forme de mépris produis d’une vision autocentrée, sur des pays comme le Japon[45] ou la Russie[46]. Et l’on est alors conduit au paradoxe suivant : l’auteur défend la « mondialisation » mais sur la base d’a-priori culturels que ne renieraient pas le plus endurcis et le plus arriérés des nationalistes. C’est le prix à payer pour ce mépris de l’instance politique, mais aussi de l’instance culturelle. Car, en réalité, les deux sont intimement liées. On ne peut avoir de conscience politique sans une conscience culturelle, et cette dernière intègre, en réalité, l’histoire inconsciente des luttes et des compromis politiques passés.

On comprend bien ici ce qui est en jeu. Dans le discours idéologiques du « mondialisme », discours qui correspond à la naturalisation des processus réels de mondialisation, deux agents opposés se voient attribuer des caractéristiques très particulières : l’élite financière et économique, apatride et mondialisée, et la plèbe, elle aussi mondialisée, mais sur la base d’une perte radicale de sa culture et de son identité politique. De fait, suivant les points de vue, on mettra l’accent sur l’une et sur l’autre, sans comprendre que la première n’est que la reformulation de la haute noblesse d’ancien régime et que l’autre est une masse qui a été privée de sa culture politique et qui se raccroche pour certains, et on peut le comprendre sans pour cela l’approuver, à des éléments religieux, comme c’est le cas avec l’islamisme.

 

 

La démondialisation s’avère donc une nécessité impérieuse, que ce soit pour sauver la démocratie et sauver ce qui peut encore l’être de nos sociétés. Le chaos produit par la mondialisation n’est pas seulement un effet, c’est aussi une forme de gouvernance, mais une gouvernance nécessairement élitaire et violente. Si nous voulons retrouver le pouvoir du peuple, pour le peuple et par le peuple, nous n’avons pas d’autres choix que d’œuvrer pour cette démondialisation et de promouvoir des mouvements qui seront, n’en doutons pas, qualifiés de populistes. Mais, le processus est désormais bien engagé. La démondialisation est en train de se produire sous nos yeux. Il ne dépend que de nous, et de nos actions, qu’elle se fasse au travers d’un approfondissement démocratique et pour le plus grand bien du plus grande nombre.

 

Notes

[1] https://www.citation-du-jour.fr/citation-abraham-lincoln/democratie-gouvernement-peuple-peuple-peuple-13727.html

[2] Sapir J., Le Nouveau XXIè Siècle, le Seuil, Paris, 2008.

[3] Sapir J., « President Trump and free-trade » in Real-World Economic Review, n°79 (t2), 30 mars 2017, pp. 64-73. (http://www.paecon.net/PAEReview/issue79/Sapir79.pdf )

[4] http://valdaiclub.com/a/highlights/real-us-trade-war/?utm_source=newsletter&utm_campaign=76&utm_medium=email

[5] Sapir J., “President Trump and free trade”, in real-world economics review, issue no. 79, 30 mars 2017, pp. 64-73, http://www.paecon.net/PAEReview/issue79/Sapir79.pdf

[6] Sapir J., Le Nouveau XXIè Siècle, le Seuil, Paris, 2008.

[7] Sapir J., La Démondialisation, Le Seuil, Paris, 2011.

[8] « L’OCS est un modèle de coopération internationale, selon un rapport_French.news.cn » (http://french.xinhuanet.com/2018-05/27/c_137210279.htm ) sur french.xinhuanet.com

[9] Soit la Chine, la Russie, l’Inde, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Pakistan. Ont statut d’observateurs l’Afghanistan, l’Iran, la Mongolie et le Belarus.

[10] Farnsworth, Clyde H. (8 mai 1977). “A Secret Society of Finance Ministers,” New York Times.

[11] Ainsi, Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation (XVème-XXIème siècles), Paris, Odile Jacob, mars 2018.

[12] Signalons ainsi Brook T., Le Chapeau de Vermeer, Paris, Payot, coll. Histoire, 2010.

[13] Sapir J., « Le vrai sens du terme. Le libre-échange ou la mise en concurrence entre les Nations » in, D. Colle (edit.), D’un protectionnisme l’autre – La fin de la mondialisation ?, Coll. Major, Presses Universitaires de France, Paris, Septembre 2009

[14] Sapir J., « La mise en concurrence financière des territoires. La finance mondiale et les États » in, D. Colle (edit.), D’un protectionnisme l’autre – La fin de la mondialisation ?, Coll. Major, Presses Universitaires de France, Paris, Septembre 2009.

[15] Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, éditions Michalon, 2016.

[16] Et l’on avoue ici plus qu’une influence de Lukacs G., Histoire et conscience de classe. Essais de dialectique marxiste. Paris, Les Éditions de Minuit, 1960, 383 pages. Collection « Arguments »

[17] Voir Laclau E. La Razón Populista, FCE, Buenos Aires, 2005.

[18] Bellamy R., (1994). ‘Dethroning Politics’: Liberalism, Constitutionalism and Democracy in the Thought of F. A. Hayek. British Journal of Political Science, 24, pp 419-441.

[19] Voir Saint Augustin, Œuvres, sous la direction de Lucien Jerphagnon, vol. II, Paris, Gallimard, « La Péiade », 1998-2002.

[20] Ceci est analysé dans Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, op.cit..

[21] Dyzenhaus D, Hard Cases in Wicked Legal Systems. South African Law in the Perspective of Legal Philosophy, Oxford, Clarendon Press, 1991.

[22] Dyzenhaus D., The Constitution of Law. Legality In a Time of Emergency, Cambridge University Press, Londres-New York, 2006, p. 22.

[23] R. Bellamy (1994). ‘Dethroning Politics’: Liberalism, Constitutionalism and Democracy in the Thought of F. A. Hayek. British Journal of Political Science, 24, pp 419-441.

[24] Sapir J., Les économistes contre la démocratie – Les économistes et la politique économique entre pouvoir, mondialisation et démocratie, Albin Michel, Paris, 2002.

[25] Sapir J., « La zone Euro : du cadre disciplinaire à la ‘Democrannie’ », in Coll., L’Euro est-il mort ?, Paris, Editions du Rocher, 2016, pp. 111-124.

[26] Dupuy R.J., Le Droit International, PUF, Paris, 1963

[27] Goyard-Fabre S., « Y-a-t-il une crise de la souveraineté? », in Revue Internationale de Philosophie, Vol. 45, n°4/1991, pp. 459-498.

[28] Goyard-Fabre S., « Y-a-t-il une crise de la souveraineté? », op.cit., p. 480-1

[29] Goyard-Fabre S., Jean Bodin et le Droit de la République, Paris, PUF, 1989.

[30] https://www.opinion-way.com/fr/component/edocman/opinionway-pour-le-printemps-de-l-economie-les-francais-et-la-mondialisation-mars-2018/viewdocument.html?Itemid=0

[31] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation (XVème-XXIème siècles), Paris, Odile Jacob, mars 2018.

[32] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 37 et 150.

[33] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 18.

[34] Burleigh M. et W. Wippermann, “The Racial State – Germany 1933-1945”, Cambridge University Press, 1991.

[35] Koehl R., “Feudal Aspects of National-Socialism”, in American Political science Review, vol. 54, 1960, n°3, pp. 921-33.

[36] Thèse défendue par O. Nathan, “The Nazi Economic System”, Duke University Press, Durham, NC., 1944, et par L. Hamburger, “How Nazi Germany has Controlled Business”, The Brookings Institution, Washington, D.C., 1943.

[37] Caroll B.A., “Design for Total War”. Arms and Economics in the Third Reich, Mouton, The Hague, 1968.

[38] Kershaw I., Hitler, a Profile in Power, Londres, 1991 ; Nazi Dictatorship : problems and Perspectives of Interpretation, Londres Oxford UP, 1993 ; “Working towards the Führer”, in I. Kershaw et M. Lewin (eds.) Stalinism and Nazism – Dictatorships in Comparison, Cambridge Univ. Press, 1997.

[39] W. Sheridan Allen, “The Collapse of Nationalism in Nazi Germany”, in J. Breuilly (ed), The State of Germany, Londres, 1992.

[40] Bensaïd D., Jeanne de guerre lasse, Paris, Gallimard, « Au vif du sujet », 1991.

[41] Berger H., Henri IV à la bataille de Fontaine-Française, Dijon, 1958. Et l’on se souvient de l’apostrophe d’Henri IV dans le courrier qu’il envoya au Duc de Biron « pends toi, brave Biron… ».

[42] Flori J., Philippe Auguste – La naissance de l’État monarchique, éditions Taillandier, Paris, 2002.

[43] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation, op.cit., p. 163 et suivantes.

[44] Carré de Malberg R., Contribution à la Théorie Générale de l’État, Éditions du CNRS, Paris, 1962 (première édition, Paris, 1920-1922), 2 volumes.

[45] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 60.

[46] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 100.

Commentaire recommandé

WASTERLAIN // 24.06.2018 à 07h41

Cet article m’a fait remonter de vieux souvenirs de près de 40 ans ; souvenirs qui soulignent combien le bon sens populaire est quelquefois plus clairvoyant que les avis des colloques universitaires. A la CGSP cheminots (syndicat belge de la SNCB équivalent de la CGT à la SNCF), les retraités participaient en grand nombre aux assemblées générales, et pas pour y faire de la figuration car leurs interventions étaient nombreuses et quelquefois percutantes. Ainsi, sur la question de la désindustrialisation qui nous était présentée fin des années 70 comme inévitable, voire même souhaitable car devant être remplacée par une économie de ‘’services’’ et de ‘’savoirs’’ dans laquelle l’industrie réduite au strict minimum ne fabriquerait plus que des produits à très haute valeur ajoutée, je me rappelle les interventions de ces ‘’vieux’’ qui nous disaient de ne pas lâcher la proie pour l’ombre car : ‘’Pour se payer des services, il faut d’abord produire de la richesse pour tous et que la vente de nos savoirs et de nos produits de haute technologie à l’étranger ne suffirait pas !’’ ; Ou encore, que ‘’aujourd’hui les banques vous donnent de l’argent pour avoir votre argent, viendra un temps où vous devrez payer pour récupérer votre argent’’.
Incroyable de prémonition n’est-ce pas ! Ceci par des ouvriers, dont certains étaient devenus cadre il est vrai, qui avaient tous, ou presque, quitté l’école à 14 ans, voire même plus tôt pour certains…
Après 30 ans de désindustrialisation, on s’aperçoit effectivement qu’un pays qui n’a pas d’usines pour produire des richesses ne peut offrir à sa population les moyens pour qu’elle se paie les services, y compris ceux devenus indispensables suite au vieillissement de la population…

51 réactions et commentaires

  • WASTERLAIN // 24.06.2018 à 07h41

    Cet article m’a fait remonter de vieux souvenirs de près de 40 ans ; souvenirs qui soulignent combien le bon sens populaire est quelquefois plus clairvoyant que les avis des colloques universitaires. A la CGSP cheminots (syndicat belge de la SNCB équivalent de la CGT à la SNCF), les retraités participaient en grand nombre aux assemblées générales, et pas pour y faire de la figuration car leurs interventions étaient nombreuses et quelquefois percutantes. Ainsi, sur la question de la désindustrialisation qui nous était présentée fin des années 70 comme inévitable, voire même souhaitable car devant être remplacée par une économie de ‘’services’’ et de ‘’savoirs’’ dans laquelle l’industrie réduite au strict minimum ne fabriquerait plus que des produits à très haute valeur ajoutée, je me rappelle les interventions de ces ‘’vieux’’ qui nous disaient de ne pas lâcher la proie pour l’ombre car : ‘’Pour se payer des services, il faut d’abord produire de la richesse pour tous et que la vente de nos savoirs et de nos produits de haute technologie à l’étranger ne suffirait pas !’’ ; Ou encore, que ‘’aujourd’hui les banques vous donnent de l’argent pour avoir votre argent, viendra un temps où vous devrez payer pour récupérer votre argent’’.
    Incroyable de prémonition n’est-ce pas ! Ceci par des ouvriers, dont certains étaient devenus cadre il est vrai, qui avaient tous, ou presque, quitté l’école à 14 ans, voire même plus tôt pour certains…
    Après 30 ans de désindustrialisation, on s’aperçoit effectivement qu’un pays qui n’a pas d’usines pour produire des richesses ne peut offrir à sa population les moyens pour qu’elle se paie les services, y compris ceux devenus indispensables suite au vieillissement de la population…

     79

    Alerter
    • Chris // 24.06.2018 à 12h24

      J’ai aussi connu cette époque où les anciens disaient avec justesse : “certes, nous produisons
      ailleurs et devenons un vaste supermarché. Mais au bout de quelque temps, nous achèterons ces produits avec quoi, puisque nous ne produisons quasi plus rien ?”
      La réponse fut : avec la dette !!!

       9

      Alerter
      • learch // 25.06.2018 à 12h47

        Puisque nous en sommes aux bonnes paroles prémonitoires des anciens qui n’ont pas fait l’ENA ou un équivalent, alors en voilà une autre, encore plus ancienne et qui parle d’un futur encore plus éloigné : “Quand vous aurez coupé tous les arbres, pollué toutes les rivières, enfermé tous les animaux, alors peut-être comprendrez-vous que l’argent ne se mange pas”.
        Chef Sioux (inconnu)

         2

        Alerter
  • Emmanuel // 24.06.2018 à 08h39

    Merci à Jacques Sapir, qui pose là Le débat. A lire et à relire, pour en débattre en effet. Modestement, je poserais une question, celle de concevoir un cadre nouveau d’une “cooperation renforcée ” à l’échelle de la planète, au vu des enjeux à actualiser : démographie, partage des ressources naturelles et énergétiques, enjeux environnementaux et climatiques, technologie. Il en va de la survie de l’espèce humaine. Cadre en effet qui viendrait contrer celui promu à dessein par le néolibéralisme, en fait au service d’une très petite minorité avec son effet d’accélération de la concentration de la richesse et une très mauvaise allocation des ressources (contrairement à ce voudraient nous faire croire les ultraliberaux),, et donc par nature, totalement anti-démocratique.

     8

    Alerter
    • florian lebaroudeur // 24.06.2018 à 11h24

      La coopération renforcée est incontestablement l’enjeu centrale de ce siècle. Le problème est que dans le passé, il ne nous ai malheureusement pas parvenu d’exemples de sociétés et de civilisations à bout de souffle qui se soit relevé par une coopération renforcée. Est-ce que les expériences testés durant ses 250 dernières années suffiront à influer à nos descendants le petit + qui leur permettra de faire mentir l’histoire. En tout cas il faut l’espérer…

       2

      Alerter
      • Emmanuel // 24.06.2018 à 19h16

        Peut être n’avons nous pas d’exemple (encore, il faudrait voir de plus près), en revanche nous avons assurément une pletaure de contre-exemple. Que ce soit l’espèce humaine ou animale…..

         0

        Alerter
    • learch // 25.06.2018 à 12h53

      La “coopération renforcée” me semble être un réchauffé du multiculturalisme cher aux néo-libéraux mondialistes (les pubs d’Apple, d’Ikea et de Coca-Cola ne cessent continuer à le vanter). Seulement le multiculturalisme n’existe que dans la tête de certains occidentaux (qui y voient un intérêt, voir un taux d’intérêt), nulle part dans l’histoire de l’hominidé ou de l’humain il n’a été question de convergence entre groupes disparates, aux besoins et/ou envies différents…

       2

      Alerter
  • Weilan // 24.06.2018 à 08h46

    L’épaisse chape de silence dont nos médias bien-pensants ont cru bon de recouvrir la dernière réunion de l’OCS démontre, par effet miroir, son importance. Plus on se donne du mal pour cacher certains événements, plus cela témoigne d’une sorte d’aveuglement mâtiné de mauvaise fois.
    Le récent duo Merkel-Macron et leurs sourires béats cache mal la déliquescence de l’UE.

     11

    Alerter
    • florian lebaroudeur // 24.06.2018 à 11h27

      La fin justifie les moyens…

       1

      Alerter
  • Macarel // 24.06.2018 à 08h47

    Je trouve l’auteur très optimiste. La mondialisation produit pour l’instant du “populisme” et surtout du populisme de droite ou d’extrême-droite. La démocratie ne va pas se régénérer aussi facilement. Elle a été mise à mal par la mondialisation néo-libérale. Mais les forces xénophobes et racistes nationalistes qui accèdent au pouvoir un peu partout – comme produit et conséquence de ces politiques néo-libérales- ne sont pas, par définition, des amoureux de la démocratie. Le retour aux espaces politiques souverains, ne va malheureusement pas de pair avec un retour automatique à la démocratie. Le combat pour la démocratie est un combat sans fin, que ce soit au niveau mondial, ou au niveau national. Le “terrain de jeu” national permet un combat entre adversaires mieux identifiés et dans un terrain bien balisé, mais il n’en reste pas moins que tous les occupants d’un territoire n’auront jamais des intérêts identiques, “à moins” que l’on ne les fasse se battre contre ceux d’un autre territoire. La première grande mondialisation de la fin du XIXième siècle et du début du XXième a abouti à l’assassinat de Jaurès et à la grande boucherie de 14-18. Un siècle après, n’oublions pas les leçons de l’histoire.

     11

    Alerter
    • florian lebaroudeur // 24.06.2018 à 10h20

      Nous n’avons jamais été en démocratie. C’est la surconsommation, l’abondance et les acquis sociaux d’après guerre qui a finie par persuader nos contemporains que nous avions définitivement tourner la page de la peur du manque et de l’injustice, alors que la structuration du pouvoir économique est restée la même…
      Mettre en parallèle le fascisme des années 1930 et le populisme des années 2010, soit 80 ans de distances, est assez fortuite, car d’une part les contextes économiques, sociétaux et géopolitiques ne sont pas du tout les mêmes et d’une autre part les causes sous-jacentes sont très différentes. Le premier cas est le résultat d’un vide politique qui inquiétait les classes dominantes de la population alors que le second cas est le résultat d’un vide économique qui inquiète les parties subordonnés de la population.
      Il faut arrêter de mettre en avant le racisme et la xénophobie comme pseudos-causes des métamorphoses politico-économique désagréables tout en tentant de camoufler l’inconcevable.

       24

      Alerter
    • Kiwixar // 24.06.2018 à 12h18

      La crise des migrants est peut-être délibérée. L’oligarchie souhaite s’assurer que la post-démocratie sera d’extrême-droite fasciste, et non pas d’extrême-gauche.

       7

      Alerter
      • V_Parlier // 25.06.2018 à 15h09

        Alors dites à la gauche (extrême ou pas) de ne pas s’engouffrer à chaque fois, et plus que tout, la tête la première dans un soutien implicite à ce scénario. C’est elle qui voit après tout quelles sont ses priorités… Tant pis…

         1

        Alerter
    • Sandrine // 24.06.2018 à 17h24

      Vous avez raison de souligner que la notion de souveraineté populaire est un mot valise, de même que démocratie qui peut en réalité signifier les réalités les plus diverses.
      Je suis frappée par le retour sur la scène publique française d’opinions royalistes qui se prévalent d’arguments invoquant le « bien général » et la souveraineté du peuple… via un monarque fort et la participation des ouvriers dans les entreprises sur un modèle corporatiste d’ancien régime.
      Ces courants se revendiquent du général de Gaulle mais ne rougissent pas de reconnaître une filiation maurassienne. Ils ont leurs entrées dans les grands médias et les journalistes ne songent guère à ne leur reprocher que l’antisemitisme de leur maître à penser… les autres aspects de cette famille de pensée leur semblant tout à fait intéressants et pour tout dire bien dans l’air du temps : anti-égalitarisme, importance des thèmes identitaires, recentrage de la guerre économique sur un bastion national… et surtout dévalorisation de la notion de liberté politique (au profit des libertés de la société civile qui se combinent avec un État fort monarchique )

       3

      Alerter
    • Jéjé // 25.06.2018 à 12h12

      En quoi l’accession au pouvoir des “forces xénophobes et racistes nationalistes” est-elle la conséquence de politiques néolibérales? Je ne comprends pas. Je ne vois même pas où sont les politiques néolibérales?

       0

      Alerter
      • V_Parlier // 25.06.2018 à 15h13

        Le thème de l’immigration et de ce qui y est lié est abondamment exploité par tous, les néo-libéraux s’alignant sur ce point avec la gauche. Donc je trouve ce raisonnement logique. (Libre à chacun de penser qui a raison sur ce thème délicat et sur les nuances, ça c’est autre chose).

         2

        Alerter
  • xavier37 // 24.06.2018 à 09h07

    En détruisant l’industrie, ce sont aussi les solidarités ouvrières qui ont été déconstruites. Ce qui arrange bien ceux qui mènent la danse.

     22

    Alerter
    • Jéjé // 25.06.2018 à 12h19

      Avez-vous ne serait-ce que jeté un coup d’oeil à la production industrielle américaine depuis 1960 par exemple? Mis à part un petit creux dans les années 80 et un creux aux alentours de la crise de 2008, la production industrielle américaine ne fait que MONTER. Et c’est même plus ou moins la même chose qu’on constate dans tous les pays du G7. Ou même du G10. Ou même au niveau mondial.

      Et ce n’est pas une surprise: la mondialisation entraîne une expansion de la taille des marchés (= demande). Les nations avancées, et les nations en développement profitent donc toutes de la mondialisation.

       0

      Alerter
      • V_Parlier // 25.06.2018 à 15h18

        La production industrielle des boîtes américaines en Chine, elle monte bien, ça je veux bien le croire. 😀
        Il faudra en revanche mettre au courant tous ceux qui se sont fait lourdés pour délocalisation afin de leur expliquer que ça leur profite.

         3

        Alerter
  • florian lebaroudeur // 24.06.2018 à 09h13

    “Alors, disons-le, la démondialisation ce sera le grand retour du politique sur le « technique” VRAIMENT ?
    Il est incontestable que l’économique est pris le pas sur le politique mais en réalité c’est une prise de conscience récente, alors que le processus de subordination avait déjà été enclenchée depuis au moins 1 siècle…
    Aujourd’hui en Occident, la carrière d’un politique dépend essentiellement de sa faculté à séduire et à convaincre les seuls qui sont en capacités de lui fournir les outils indispensables tels que le financement, l’augmentation du temps de présence médiatique et la fabrication de son image.
    Depuis les années 70, on a tellement formatés les premiers de la classe à la technique, que les membres de cet nouvelle génération ne sont plus en mesure de comprendre autre chose que le cadre dans laquelle elle a fait ses gammes.
    Même avec l’avènement de la démondialisation, je ne vois pas comment il pourrai en être autrement…puisque 95% des personnes en Occident ont perdu toute autonomie et toute conception de l’intérêt général et dépendent du marché globale pour leurs besoins vitaux et la satisfaction de leur désirs personnels.
    Car ce qui échappe à Jacques Sapir, pour qui j’ai pourtant beaucoup d’estimes, c’est que la démondialisation, ce n’est pas l’échec du “diktat” échange, de la technique et la nécessité du retour des échanges culturels, de la politique. La démondialisation, c’est la conséquence des limites physiques d’un espace finie qui rend le diktat échange, la technique insupportable et les échanges culturels, le politique souhaitable. On le voit très bien avec le graphique de la courbe des exportations mondiales qui colle avec les fortes fluctuations du prix du baril de ces 15 dernières années, car qu’adviendra t-il des tankers intercontinentales quand le prix d’ajustement sera à la fois trop bas pour la poursuite des investissements dans des projets devenu trop coûteux et à la fois trop haut pour les consommateurs en plus de la baisse des salaires…
    J’ai bien peur malheureusement que la démondialisation n’entraîne l’Occident dans un age des ténèbres dont les 40 ans de néo-libéralisme auront été le stade annonciateur…
    Je pourrai espérer que l’Eurasie ne commettra pas les mêmes erreurs, mais je sais que c’est vœux pieux depuis que la première civilisation a vu le jour il y a 6000 ans…

     3

    Alerter
    • Macarel // 24.06.2018 à 09h31

      Sans énergie abondante et bon marché, c’est sûr, c’en est fini de la mondialisation actuelle !
      Mais pour l’instant l’on n’en est pas encore au point où l’énergie est trop rare et chère. Même si la production de cette énergie se fait au prix d’une dégradation de l’environnement de plus en plus catastrophique (exemple gaz de schistes, pétroles des sables bitumineux, forages en eaux profondes, dans les régions arctiques, etc…).
      Par contre, la compétition pour l’accès à ce qui reste de ressources fossiles, est la source de guerres tout autour de la planète, et plus particulièrement au Moyen-Orient.

       8

      Alerter
      • florian lebaroudeur // 24.06.2018 à 10h58

        L’énergie n’est pas encore rare mais elle est déjà chère, pas chère pour les usagers dont le prix à la consommation est encore à la limite de l’abordable malgré la forte hausse de la décennie 2000, mais chère pour ceux qui investissent dans la mise en exploitation de nouveaux gisements. Les montants des investissements ont triplé en une décennie depuis que l’insuffisance de l’offre par rapport à la demande en 2006-2007 a servit d’avertissement à ceux qui pensait que le marché pouvait s’auto-réguler. Car la hausse des investissements n’est pas du à la prise de risques des acteurs financiers et pétroliers mais à l’abondance de liquidités du aux politiques accommodantes des banques centrales ainsi qu’a l’abaissement des taux d’intérêts à zéro, voir en dessous. Cet masse monétaire n’a pas été injecté dans l’économie réelle, ce qui crée le sentiment de manque et de lassitude en réaction à l’importance de cet impression monétaire qui reste désespérément hors de portée des débouchés dont les acteurs et spectateurs de la société civile ont besoin. Or depuis 2-3 ans, les banques centrales ont réduits leurs politiques accommodantes et les investissements dans le secteur pétrolier ont reculé de 40 %. Le temps ou le déséquilibrage va s’opérer, se rapproche dangereusement et les événements politiques ainsi que géopolitiques qui s’accélèrent exponentiellement depuis le début de l’année en sont des témoignages flagrants…

         1

        Alerter
  • Maryse // 24.06.2018 à 09h27

    Oui, les ouvriers avaient du bon sens. Ils savaient que l’objectif final était de les priver de leur outil de travail. La machine était en marche pour déposséder la France de son industrie au profit des pays emergeants… Nos ouvriers ont été muselé parce que trop perspicaces, ils étaient. Produire de la richesse avait du sens ainsi la France à déclinée, déclinée…

     12

    Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 24.06.2018 à 09h57

    Très bonne analyse Mr sapir, comme souvent . Mais je vous trouve trop optimiste vous oubliez la capacité de nuisance des individus qui ont placés leurs billes dans ce jeu, qui préféreront le voir s’écrouler pour que l’état renfloue . [Modéré]

     11

    Alerter
  • TC // 24.06.2018 à 10h55

    Pour une fois, je suis totalement d’accord avec l’analyse de Sapir qui met en exergue l’antinomie entre libre-échange et souveraineté/démocratie.

    Certes, la souveraineté ne garantit pas la démocratie mais elle est une condition sine qua non de sa pré-existence. Certains de ceux qui font un trait sur la souveraineté parce ce qu’elle peut mener aux extrémismes, ne sont pas conscients qu’ils sacrifient avec, la démocratie. Il est bon de le leur rappeler.

    Sur le déclin du libre-échange et des pays qui s’y raccrochent encore, Sapir n’est pas le seul à faire le constat, nombre d’observateurs rejoignent son analyse. Non, seulement les statistiques parlent d’elles-mêmes mais le contraste entre les deux sommets qui opposent l’ancien monde ou nouveau monde, l’ancien ordre ou nouvel ordre est flagrant. Alors, je dirais que Sapir n’est pas optimiste comme certains mais qu’au contraire, il voit juste, nous assistons à la fin d’un modèle. Et ça, ça fait du bien !

     9

    Alerter
  • Jéjé // 24.06.2018 à 11h12

    Intéressant mais beaucoup trop compliqué. Le problème en vérité est nettement plus simple. La mondialisation c’est l’échange des bien et services dans l’espace grâce au transport. Or 98% des moyens de transport utilisent du pétrole. Jetez donc un œil aux réserves de pétroles mondiales. Aux nouvelles découvertes de gisements. Aux marges de production de l’OPEP. Vous verrez très vite que le pétrole c’est bientôt terminé. Et la mondialisation avec lui. Et donc de la majorité de nos richesses. Y a-t-il une démondialisation heureuse? On vois mal comment ce serait possible!!!!

    @ monsieur Sapir (que par pareil j’admire) et avec tout le respect qui vous est du je vous conseille de jeter un œil à la dernière conférence de Jancovici a l’ADEME pour vous mettre à niveau sur ce sujet finalement très simple.

    @Wastelain

    Un rapide coup d’œil à n’importe quel graphique de la production industrielle occidentale démonte instantanément le mythe de la désindustrialisation…

     2

    Alerter
    • Kiwixar // 24.06.2018 à 12h23

      La Chine est en train de mettre sur pied la nouvelle route de la soie par le rail. Donc électrique = principalement charbon chinois (en décroissance) puis gaz russe + nucléaire (thorium?).

       6

      Alerter
    • WASTERLAIN // 24.06.2018 à 12h48

      Si vous n’avez pas vu nos usines fermer, pour souvent être délocalisées, c’est que nous ne vivons probablement pas dans le même pays, ou alors vous confondez la quantité produite avec le nombre d’outils de production, car effectivement, on produit bien plus aujourd’hui avec moins d’usines !

       4

      Alerter
      • Jéjé // 24.06.2018 à 13h03

        Je parlais de statistiques pas d’images à colorier 😉

         0

        Alerter
        • WASTERLAIN // 24.06.2018 à 13h18

          Voici les statistiques coloriées de l’insee :
          https://www.insee.fr/fr/statistiques/1283207
          ou encore :
          https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/09/16/au-dela-d-alstom-l-emploi-industriel-poursuit-son-declin-en-france_4998968_4355770.html
          1,4 million d’emplois industriels perdus rien que sur les 25 dernières années.

           5

          Alerter
          • Jéjé // 24.06.2018 à 13h33

            Industrialisation = production industrielle. Car évidemment il serait facile d’employer 50 millions de personnes dans l’industrie. On pourrait par exemple rouvrir toutes les mines et n’autoriser que la cuillère à café pour creuser. De plus comme on parle de la mondialisation si on dit que celle-ci nuit à l’industrialisation il convient de dépasser l’échelle nationale ainsi que je le fais dans mon propos d’origine.

             1

            Alerter
            • WASTERLAIN // 24.06.2018 à 16h39

              Dans mon propos d’origine, je ne parlais pas de désindustrialisation au niveau mondial qui est impossible quand on sait que l’on est passé de 3,5 à 7 milliards d’habitants, mais bien de celle que je connais en Belgique, en France et bien d’autres pays.
              “Industrialisation = production industrielle” = délocalisation d’une partie de celle-ci.
              Et c’est bien de ça dont il était question fin des années 70 jusqu’à maintenant sous l’air de la chanson de David Ricardo : spécialisons-nous dans les services, l’exportation des savoirs ainsi que la production à haute et très haute valeur ajoutée et laissons les industries anciennes aux pays émergents avec qui nous ne saurions rivaliser vu nos coûts salariaux ! Ce sont ces statistiques là que j’ai voulu “colorier” mettre en avant dans mon dernier post pour mieux montrer que soit vous détourniez mon propos, ou que vous y répondiez à côté.
              J’en profite pour signaler que le corolaire était déjà pour nos brillants économistes le constat de l’inadéquation de l’enseignement avec les besoins en main d’œuvre, la nécessité de faire entrer l’entreprise à l’école et l’urgente nécessité pour les travailleurs de se reconvertir aux nouveaux moyens de production pour que nos pauvres employeurs puissent recruter la main d’œuvre qualifiée qu’ils ne trouvaient plus… …Un scandale vu l’augmentation du chômage et le nombre d’emplois non pourvus… …bref la sempiternelle chanson !

               5

              Alerter
    • calal // 24.06.2018 à 13h21

      “Un rapide coup d’œil à n’importe quel graphique de la production industrielle occidentale démonte instantanément le mythe de la désindustrialisation…”

      ” je parle de stattistiques pas d”image a colorier”.

      Ben oui une usine en belgique ou en france c’est la meme chose qu’une usine en pologne ou en ukraine…un euro de valeur produit par l’industrie c’est la meme chose qu’un euro de valeur produit par la finance…
      On les connait les statistiques et les baratineurs de graphique…moi aussi je peux additionner des putes et de la drogue pour dire que le pib augmente et que tout va bien…

       6

      Alerter
      • V_Parlier // 25.06.2018 à 15h35

        Et une fois que vous aurez démonté toute la construction habituelle hypocrite pro-mondialisation, il ne restera plus en face que l’ultime argument: La croissance par l’activité non-industrielle. Ce qui, dans le privé, revient à développer une économie du larbinat (“services à la personne”) qui sera au service des “1%” (selon l’appellation couramment utilisée). Le retour de la bonne à la maison, des valets, et la transformation du pays en parc d’attraction pour touristes fortunés qui diront, comme après un retour du club med: “Oh qu’est-ce qu’on a bien bouffé pour pas cher! Et là bas ils sont tous à ton service, aux petits soins, c’est la vie de pacha! Et puis les filles (auto-censuré) je te dis pas!”. Bref, les français qui ont déjà joué ce rôle se reconnaîtront. Et bien il faudra qu’ils se préparent, comme les autres qui n’y sont pour rien (c’est bien ça le problème), à l’inversion des rôles…

         2

        Alerter
        • Jéjé // 26.06.2018 à 15h53

          En quoi la constuction pro-mondialisation est-elle “hypocryte?”

           0

          Alerter
          • V_Parlier // 27.06.2018 à 13h12

            En ce sens que cette construction argumentaire prétend que la mondialisation “profite à tous” alors que je ne suis plus le seul à la voir comme je viens de l’écrire plus haut. Je n’ai d’ailleurs abordé que le phénomène chez nous, mais là où la main d’oeuvre est exploitée sans qu’on ait besoin qu’elle soit consommatrice, le sort n’est guère plus enviable. Tant que le consommateur est ailleurs on peut continuer à payer le travailleur avec le minimum nécessaire à entretenir la survie.

             0

            Alerter
  • Sandrine // 24.06.2018 à 11h41

    Je n’ai pas très bien compris l’interet du passage sur le nazisme et sur son prétendu éloignement du nationalisme. Est-ce que J.Sapir éprouve le besoin de se justifier et craint d’être accusé de racisme? Si c’est le cas, c’est ridicule, il est évident que ses thèses sont à mille lieux du nazisme, même si contrairement à ce qu’il affirme, le nazisme s’est bel et bien construit à partir du nationalisme allemand.
    Ce qu’il aurait été beaucoup plus judicieux de rappeler, c’est que le nationalisme allemand (qui s’est transformé en nazisme à la faveur du contexte particulier de l’entre-deux-guerre) est très différent du nationalisme français, né dans le creuset de la révolution française.
    Il aurait également été intéressant de rappeler – puisque M.Sapir privilégie l’approche économique- l’importance des réflexions sur le corporatisme qui sont la réponse des nationalistes (français et européens) aux problèmes générés par la mondialisation libérale et neo-liberale.

     3

    Alerter
  • Christian Gedeon // 24.06.2018 à 14h40

    Ouf…l’article etait long et touffu…mais comme je n’ai jamais admis et meme compris le mot”mondialisation” ,ben forcément je ne comprends pas plus de mondialisation. Un frémissement de retour au bon sens,peut être…pas plus…sérieusement,et pour ne parler que de la France,vous voyez vous M. Sapir un frémissement de demondialisation ? Les “gens ” veulent toujours et encore acheter tout pour rien. La demondialisation n’est pas un problème économique,ni meme politique…c’est le problème de celui qui veut trois ete shorts à cinq euros piece au lieu d’acheter un ete short français a quinze euros…point barre…trivial et pas assez intello? Possible. Réaliste,certainement.

     3

    Alerter
    • V_Parlier // 25.06.2018 à 15h37

      C’est pour cela que le protectionnisme (dans la mesure du réaliste) est la seule solution.

       1

      Alerter
      • Jéjé // 27.06.2018 à 14h25

        @ V_ Parlier

        Annoncer que “le protectionnisme est la solution” c’est un peu comme annoncer en 1940 “la guerre mondiale est la solution”. Ok le protectionnisme va résoudre beaucoup de problèmes. Mais rien ne dit que le bilan final ne soit pas un cataclysme économique. Le Brexit par exemple résout de nombreux problèmes en Grande-Bretagne mais qui peut garantir que le bilan final ne sera pas une catastrophe sans nom? On voit mal comment on pourrait considérer le protectionnisme, comme la guerre mondiale, comme un choix politique non-trivial. Tout le monde peut, à tout moment, décider de faire du protectionnisme. Mais quel intérêt de fermer ses frontières quand au contraire on peut fabriquer ailleurs les mêmes produits pour la moitié du prix, transport compris? Quel intérêt de choisir d’arrêter de manger des noix de coco venues de Thaïlande ou du boeuf argentin quand on peut profiter de toutes ces denrées qui n’existent pas chez nous? On a un peu de mal à comprendre ce qui serait vraiment aussi génial dans la démondialisation (critique qui s’adresse aussi à J. SAPIR).

        Ce raisonnement ressemble plutôt à une impasse. Aujourd’hui, on est au pied du mur, on constate qu’effectivement on n’a plus les moyens pour une raison X ou Y de manger du boeuf argentin, ou d’importer des noix de coco de Thaïlande. Et on essaie de faire passer cela pour une décision politique géniale: “hey les mecs, j’ai une idée brilliante qui va résoudre tout nos problèmes! Déclenchons la 3ème guerre mondiale!”. Le protectionnisme n’est pas un choix, c’est la manifestation de l’échec de certaines politiques passées, et aucune tentative de tranfigurer cette triste situation en solution politique brillante ne tient debout.

         0

        Alerter
  • Ando // 24.06.2018 à 15h40

    Il n’est pas certain que ce soit le retour du politique qui constitue pour les élites européennes mondialisées une menace de fond. J. Sapir rappelle qu’elles ont toujours existé, même si elles étaient certainement moins nombreuses dans les années 60. La vraie difficulté serait plutôt géopolitique. Elu par une partie des classes moyennes étasuniennes qui voit son espérance de vie chuter suite aux ravages de la “mondialisation” Trump n’a pas d’autre choix que de rééquilibrer, dans son esprit, les termes de l’échange. L’UE paiera donc, ce qui signifie à priori une diminution de la relative prospérité de cette partie de l’Europe, mesurée au travers des indicateurs habituels (chômage, balance commerciale, etc..). Les Etats-Unis renoncent à la “solidarité transatlantique” avec leurs vassaux européens afin de se refaire. Ces élites qui avaient misé l’essentiel sur leur subordination à l’égard du grand frère étasunien sont flouées. A l’est, le virage stratégique amorcé en 2004-2005 vers la Chine par la Russie, largement renforcé par la politique absurde des sanctions de 2014, porte ses fruits. La Chine est désormais le premier partenaire commercial de la Fédération russe. Cette dernière, premier énergéticien mondial, premier exportateur agricole, première puissance démographique européenne bénéficiant d’une population bien éduquée et bien formée, ne constituera pas l’apport qui aurait donné à l’UE la masse critique nécessaire permettant de résister à la politique du grand frère. Le train est passé et la Russie suit son propre chemin. Le bilan est dévastateur pour les élites européennes: lâchées par Washington, ayant brûlé ses vaisseaux en Russie (cf la “maison commune” de Gorbatchev), elles sont condamnées à accepter que l’UE sorte de l’histoire, pour rester une vaste zone de chalandise commerciale, sans souveraineté. Il nous restera la culture, le dumping social et Emmanuel Macron.

     10

    Alerter
    • weilan // 24.06.2018 à 21h54

      “Le train est passé et la Russie suit son propre chemin” : excellente image qui résume en peu de mots l’aveuglement de nos élites clairement incapables de changer de paradigme.
      Plus pessimiste que vous, je dirais même que, non seulement on a raté le dernier train, mais que l’on s’est ingénié à démonter les voies après son passage.

       4

      Alerter
  • JB // 24.06.2018 à 16h54

    Je suis certainement hors sujet mais
    les analyses de Jacques Sapir sont toujours très pertinentes.
    Le plus inquiétant, c’est le personnage.
    Ses billets, ses analyses, ses chroniques sont si proches du seul homme politique n’ayant pas accès
    aux grands médias. (suivez mon regard)
    Pendant ce temps, Monsieur Sapir est toujours invité sur:
    France 2, France culture, France 24, Europe1, Bfm business etc…
    Etonnant ce tapis rouge pour quelqu’un qui pourrait « heurter la sensibilité de certaines personnes »!
    Je le répète, Monsieur Sapir est très pertinent mais seulement dans ses écrits.
    En Itv, il est flou, hésitant, ambigu…

    Je vous invite à écouter ou ré-écouter l’émission « seul contre tous » sur Sud Radio, dont
    l’invité était celui qui ne veut plus de l’union européenne et de l’euro avec comme seul contradicteur,
    je vous le donne en mille! Jacques Sapir.
    Le lien, ici: https://www.youtube.com/watch?v=VH7i7yfvKM0

    Et si ce n’est pas suffisant, en voici un autre plus récent, sur TVL:
    https://www.youtube.com/watch?v=DcbBnnfXMWc
    dont l’analyse du candidat du frexit a été « légèrement » coupée!

    Ici à partir de 14’46 et dans son intégralité : https://www.youtube.com/watch?v=hqfVXYu3oXM

    En réalité, Monsieur Sapir surfe sur la vague du populisme en parfait « Alter-européiste »,
    c’est ça le danger.

     0

    Alerter
  • Sam // 24.06.2018 à 23h49

    J.Sapir semble souhaiter l’alliance des souverainistes de droite et de gauche pour un retour de l’État nation. Pourquoi pas, mais il s’arrange un peu avec l’histoire. Faire remonter le sentiment français d’appartenance nationale à Jeanne d’Arc, Montjoie ! Et pourquoi pas Clovis ou nos ancêtres les gaulois. Il est temps de relire Tocqueville. La France est centralisée à partir de Louis XIV, et c’est un processus lent et douloureux qui continue jusqu’à nos jours. Le roman national a été construit sur le tard, collection d’images d’Epinal pour les écoliers.
    Peut être un point de bascule a été quand le Roi de France est devenu le Roi des Français, mais ca ne lui a pas porté chance. Les révolutionnaires jongleront habilement avec les concepts de nation, de citoyen, de patrie, et c’est probablement le début du sentiment national français : le français n’est plus un sujet, mais un acteur, responsable. Un citoyen. Enfin c’est ce qu’il y avait d’écrit sur la boite, parce que dedans, ce fut 2 siècles de guerres supplémentaires, et une répartition des richesses qui n’aura varié que pendant l’immédiat après guerre, ce temps trop court pendant lequel nos élites ont gardé un profil bas après avoir un peu trop fricoté avec les nazis…

     1

    Alerter
  • About // 25.06.2018 à 15h20

    “L’erreur est évidente.Il ne s’agit pas de construire des barrages mais des Ecluses.Car ,c’est bien la dimension non contrôlée des flux …qui provoque le désordre et le chaos.”
    Le dogme “du libre-échangé “
    La liberté demande de la vertu et de la bravoure…!
    Mais le dogme a pour principe d’ignoter la réalité…
    Merci de cette remise en mémoire!

     1

    Alerter
  • Le Rouméliote // 25.06.2018 à 22h50

    “Toute une série de travaux montrent que le nazisme était tout le contraire d’un nationalisme.” C’est ce que j’ai enseigné pendant des décennies, à peu près seul dans mon coin, alors que toute la construction des “pères de l’Europe” s’était focalisée sur un contresens qui était la vulgate d’alors, à savoir : la nation apporte le nationalisme, notamment allemand qu’on a vu à l’œuvre en 1914, puis en 1939. Non, la nation c’est le cadre d’expression de l’organisation de l’État, donc, en ce qui nous concerne, de la démocratie. Et ce n’est pas la nation qui a amené les deux guerres mondiales, mais sa négation : d’abord par l’impérialisme qui voulait sauver sa peau face à la montée des nations depuis 1815, ensuite par les idéologies, nazie et stalinienne. Les démocraties ont vaincu le nazisme en s’appuyant sur le stalinisme, puis le stalinisme est tombé par ses propres contradictions et par les provocations américaines. Au lieu d’en profiter pour affermir les nations européennes afin de coopérer entre elles, comme le voulait de Gaulle, les Américains ont imposé la voie de la soumission par le truchement de l’idiot utile, Jean Monnet qui exécrait le nation sur la base de ce contresens. résultat : les Américains tirent le tapis sous les pieds de son caniche européen qui se retrouve à poil devant l’affirmation des nations américaine, russe, chinoise, indienne, pakistanaise, etc. Et Macron accélère dans le mur du néant…

     1

    Alerter
    • Sam // 26.06.2018 à 09h41

      La nation, idée vague popularisée par les révolutionnaires, mais qui a la capacité étonnante d’exalter le peuple et de l’envoyer à la guerre en chantant. Grâce à elle, les révolutionnaires tinrent face à une guerre civile et la guerre à toutes leurs frontières alors même que leurs élites militaires, la noblesse, avaient fait défection.
      Napoléon ira la répandre en Europe, d’un holocauste à l’autre. Bismark s’en emparera pour réunifier l’Allemagne, et Hitler en fera le socle de sa doctrine, justifiant toutes ses actions pour rendre à la nation allemande la place qui lui est due.
      Bien sur elle n’est pas la cause des guerres, mais un carburant essentiel.
      La cause est toujours la même : la rapacité et l’imbécillité criminelle de nos dirigeants, qui bien souvent adorent cette idée floue de nation.

       0

      Alerter
  • fleurda // 26.06.2018 à 15h21

    ” il lance des mesures protectionnistes visant les voitures allemandes, mais il sanctionne aussi le Canada et le Mexique”

    Pourquoi utiliser ce terme “sanctionne”, qui appartient au lexique militant néo-libéral pour nous faire croire que tout accroissement des taxes douanières est un acte belliqueux ou malfaisant?

    il y a encore des habitudes qui restent… M. Sapir écoute encore trop BFMTV! 🙂

     0

    Alerter
  • theuric // 26.06.2018 à 23h55

    Trop tard, Monsieur Sapir, beaucoup trop tard, la mondialisation a effectué son travail de sape, l’économique mondiale s’effondre sous nos yeux…., et la mondialisation avec.
    Certes, la culture française est mal en point, on y préfère le rap aux flonflons de la valse musette et de l’accordéon, mais de beaux restes sont là et feront bien l’affaire pour que nous retrouvions notre souveraineté.
    Mais songez simplement à la destruction des monnaies par leur hyper-production, ainsi qu’aux implications que cela comporte.
    Ou tout autant à ce que produira la réalisation des masses de formations économique de tout genre, bientôt inutiles, centrées surtout sur la vente à tous prix ou en banquiers, lorsqu’il faudra former des tourneurs-fraiseurs et des ingénieurs agronomes…
    De la frustration vers laquelle cela conduira.
    Il y a dix ans que cela aurait dû être compris, or nous ne sommes pas prêt au drame qui vient: la faillite généralisée.
    Si peu la pense et encore moins la décrit.
    Vous savez très bien la logique politique: elle s’appuie autant sur le conscient que sur l’inconscient, individuel, social et collectif, et le stress violent qu’une telle banqueroute, incompréhensible pour tant de gens, à une telle échelle, mènera à ce que le second l’emportera sur le premier.
    Les B.R.I.C.A. c’est bien, mais jusqu’à combien cette alliance est-elle le fait d’intérêts politiques bien compris sur le très long terme ou pour, plus prosaïquement, de se garder et se sauvegarder à cinq d’un empire U.S. fou de douleur et de dangerosité de sentir sa fin prochaine?
    Il est trop tard, Monsieur Sapir, ne rêvons pas, rien ni personne ne peut réparer ce système au bord du gouffre qui, quoi que nous fassions et dirons, nous mènera à la catastrophe.
    Il n’est plus temps de songer à la démondialisation mais de réfléchir, individuellement et/ou collectivement, aux effets que conduira la mort clinique de la mondialisation.
    Le reste ne conduisant qu’à un discours sur le sexe des anges…..

     1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications