Les Crises Les Crises
8.avril.20188.4.2018 // Les Crises

[RussEurope-en-Exil] Mondialisation, démondialisation, et les dérives d’une idéologie, par Jacques Sapir

Merci 17
J'envoie

Billet invité

Le livre de Philippe Moreau Defarges[1] entend nous brosser un tableau général des logiques de mondialisation et de démondialisation. Le débat est important, voire d’actualité. Un sondage d’OpinionWay vient en effet d’être réalisé sur la « mondialisation » et ses résultats sont sans appels[2]. Les français rejettent dans leur grande majorité cette « mondialisation » et se prononcent même, à près de 66%, pour une forme de retour au protectionnisme. Ce livre, pourtant, se présente comme un mélange étrange d’histoire, de réflexions pertinentes et d’idéologie.

Mondialisation et Démondialisation

Moreau Defarges, et il faut l’en remercier, a écrit un livre dense, qui entend brasser les différents problèmes issus de la dynamique de la mondialisation. Il commence son livre par une analyse des différences qui existent entre l’alter-mondialisme et les discours de démondialisation. Cette distinction est importante. Elle permet de cerner ce qui séparent ceux qui conteste l’état actuel des processus de mondialisation et ceux qui considèrent que le processus lui-même est, sans doute, arrivé au bout de ses possibilités. De ce point de vue, l’articulation entre les situations présentes et les processus, entre le « statique » et la « dynamique » est, naturellement, au cœur du débat. De fait, nul ne nie l’ampleur des interactions économiques et politiques, ni ne veut revenir à des Etats ne fonctionnant que sur leurs ressources nationales, un rêve autarcique qui n’a jamais existé.

Ce qui oppose les altermondialistes et les partisans de la démondialisation n’est pas non plus le constat des effets néfastes de la mondialisation. C’est, plutôt, l’analyse des constantes politiques. Le fonctionnement des organisations et des forums internationaux renvoie toujours aux Etats qui y adhèrent. Et, il n’y a pas de « souveraineté » mondiale, dont on comprend bien que la base ne pourrait être que biologique, en raison de l’extrême différence des cultures politiques des différents peuples. Le discours de la démondialisation, du moins celui auquel il est raisonnable d’adhérer, prend acte de ces distinctions et, plutôt que de chercher à les nier, entend les coordonner. Mais, pour qu’une coordination soit possible, il faut que la souveraineté des Etats soit respectée.

C’est, d’emblée, l’un des points sur lesquels on se sépare de la thèse centrale de ce livre. Car, Moreau Defarges a écrit une mise en garde contre la démondialisation. Et, cette démondialisation pour lui, s’incarne dans le personnage du Président des Etats-Unis, Donald Trump. Que ce dernier s’oppose au cadre actuel est une évidence. Mais, on peut se demander s’il représente une rupture aussi radicale que Moreau Defarges le prétend. En effet, tous les présidents américains depuis, et y compris, Bill Clinton, ont cherché à s’abstraire du droit international ou à le reformuler suivant les principes des seuls Etats-Unis. Il faut, sur ce point, rappeler la guerre du Kosovo, qui fut une rupture nette du droit international, tout comme le fut l’invasion de l’Irak en 2003 par George W. Bush[3]. Ajoutons y les mesures légales prises par les Etats-Unis qui aboutissent à donner une extra-territorialité aux lois américaines. Ces politiques, qui furent poursuivies par Barack Obama, ont entraîné la dislocation du cadre légal qui aurait pu permettre, peut-être, de construire des formes différentes de coordination. De fait, on peut avancer l’hypothèse que nul ne croit dans cette grande entité que serait une « humanité politique », mais que sont nombreux ceux qui s’en servent pour avancer, de manière cachée, leurs projets étatiques.

La naturalisation des processus

Ce discours de la mondialisation opposé à celui de la mondialisation met en évidence la différence entre les constats, que l’on peut partager, et les représentations. On peut regretter que ce discours ne s’accompagne pas de la distinction nécessaire entre le mouvement des flux de marchandises et de capitaux, flux qui sont une réalité, mais qui ont connu de nombreuses évolutions dans l’Histoire, et l’idéologie de la mondialisation. A cela, il y a une raison évidente : Philippe Moreau Defarges reprend en réalité très souvent de manière a-critique ce discours idéologique dont il ne se distingue pas assez.

Revenons un instant sur la distinction entre l’alter-mondialisme et la démondialisation. La première accepte la mondialisation non comme un fait social mais comme un fait naturel. Elle s’inscrit en réalité dans une logique de naturalisation des processus que l’on peut appeler de « mondialisation ». En ce sens, l’alter-mondialisme, tel qu’il s’exprimait à la fin des années 1990 et au début des années 2000, est bien partie-prenante de l’idéologie de la mondialisation. Les altermondialistes entendent mettre en place de nouvelles formes de mondialisation mais jamais il ne s’interrogent sur ce que représentent socialement et politiquement ces processus car ils considèrent que ces processus sont « naturels ». Or, de ce point de vue, il y a bien communauté avec le discours des « pro-mondialisation » qui eux aussi affectent de considérer ces processus comme « naturels ». On le voit bien dans le discours que tient Moreau Defarges qui donne une place décisive aux techniques et aux technologies, présentés littéralement comme des Deus ex-Machina qui échapperaient aux actions humaines[4]. De même construit-il tout un chapitre (le chapitre 2) autour de l’idée d’une « réunification biologique ». Mais, les sociétés humaines, sauf dans les délires des racistes, ne sont jamais des réalités biologiques mais toujours au contraire des réalités sociales, politiques et culturelles. Connaissant Moreau Defarges, il n’est pas dans mes intentions de l’accuser de racisme, car je sais qu’il est fort éloigné de cette idéologie nauséabonde qui lui fait profondément horreur. Mais, on doit constater que l’idéologie de la mondialisation, et plus précisément la volonté de construire un cadre idéologique naturalisant les phénomènes qui peuvent relever de ce que l’on appelle la « mondialisation », aboutit à mobiliser des concepts et des notions qui elles renvoient à un imaginaire raciste débridé. Disons-le, c’est le cas de toute tentative pour « naturaliser » des phénomènes qui sont tout saufs « naturels ». Car, cette naturalisation, par contre, elle est bien à l’œuvre dans le livre. Ainsi, il y a dans les propos écrits par Moreau Defarges comme une résurgence des discours techniciste de naturalisation du social tels qu’ils étaient constitués dans le socialisme soviétiques de la fin des années 1950 et des années 1960.

Plus globalement, Moreau Defarges soutient que les hommes sont mus par des forces qui leurs sont étrangères. Or, et sauf à vouloir donner une place dominante à la biologie – avec tous les risques de dérive que cela entraînerait – il convient de rappeler que l’histoire de l’humanité est une histoire essentiellement sociale et politique ; c’est l’histoire des institutions que les hommes se sont donnés. Alors, que cette histoire ne corresponde pas aux intentions des acteurs, que ses résultats soient souvent paradoxaux (les « ruses de l’histoire »[5]), bref que les hommes ne sachent pas quelle histoire ils font, et qu’ils passent une histoire différente de celle qu’ils ambitionnaient de faire, est une évidence. Mais les hommes sont la force motrice et ne sont pas des atomes mus par des forces qui les dépassent. Il y a là une divergence majeure et fondamentale avec le livre de Moreau Defarges.

Une vision largement idéologique

Quand Moreau Defarges parle donc des discours de la démondialisation (et ces discours peuvent être divers) il les assimile à des discours idéologiques, autrement dit à des représentations mystifiées du monde réel. Libre à lui de défendre cette position. Mais, pour être un petit peu crédible, il faudrait d’une part l’établir de manière rigoureuse et d’autre part que lui-même ne sombre pas dans un discours largement idéologique. Ainsi, l’identification de la démondialisation avec la « fermeture » et le « repli » est à l’évidence une construction idéologique. Les discours critiquant le libre échange et l’idéologie de la « mondialisation » appellent à des formes de maîtrise des mouvements de biens et de capitaux, et nullement à l’interruption totale de ces derniers. Cette confusion idéologique, car c’est bien de cela qu’il s’agit, renvoie à la confusion entre protectionnisme et autarcie. Il s’agit pourtant de processus très largement différents, et bien distincts. La confusion entre les deux signe la nature idéologique du livre.

De même, les repères temporels qu’il se donne (XVème-XXIème siècles) sont hautement discutables. Les échanges internationaux existaient sous la Rome impériale, voire bien avant. Les cités italiennes furent à la pointe tant du commerce international que des pratiques bancaires. Il y a donc quelque chose de profondément faux dans la manière qu’à Moreau Defarges de segmenter l’Histoire, de ne retenir que ce qu’elle peut fournir à l’appui de ses thèses sans reconnaître la présence d’éléments pouvant tout aussi bien nourrir les thèses inverses.

Un autre problème se pose quand i s’agit de mobiliser des références historiques pour soutenir sa thèse. Ainsi, il n’hésite pas à présenter le Nazisme comme une force en apparence rationnelle, réagissant à l’interruption des échanges. Manière de dire que le Nazisme est le produit du protectionnisme. Mais, cette thèse fait fi des recherches récentes sur la question. On peut discuter de l’assimilation du nazisme aux discours nationalistes, et de ces discours nationalistes aux discours socialistes[6]. Toute une série de travaux montrent que le nazisme était tout le contraire d’un nationalisme. Le point est ici important car, outre un argument relevant à l’évidence du « point Godwin », il y a une profonde incompréhension dans la radicalité particulière de l’Allemagne hitlérienne. La caractéristique du comportement de Hitler mais aussi des autres chefs nazis résulte du filtre « racial »[7]. L’État Nazi régresse alors vers un modèle archaïque, semi-féodal[8], alors qu’il doit gérer une économie et un système militaire développés. De ce point de vue, il est important de noter que si l’Allemagne nazie a pu donner l’illusion avant 1939 d’être un système « rationnellement organisé » pour faire la guerre[9], cette perception de la réalité a été mise à mal par les travaux exploitant les archives et les témoignages des acteurs. De ce point de vue, le travail de Berenice Caroll[10], a été pleinement confirmé par les recherches historiographiques des trente dernières années. Le système nazi n’était pas seulement monstrueux par sa finalité, il l’était dans son fonctionnement quotidien, qui est profondément pathologique. On est en présence d’une régression vers une forme étatique et administrative « pré-moderne » (au sens de Max Weber) appliquée sur une société et une économie « moderne ». Cette dimension pathologique du système nazi (dont Hitler est une des sources, mais qui va largement au-delà de la personne du dictateur) a été bien analysée par Ian Kershaw, aujourd’hui reconnu comme la référence sur Hitler[11]. L’Allemagne nazie n’est nullement une suite, radicalisée de l’Allemagne de Guillaume II. En réalité le nationalisme allemand s’est effondré quand il a capitulé devant l’idéologie raciale du national-socialisme[12].

La manière dont Moreau Defarges traite (et maltraite) l’Histoire, et il y en a de multiples exemples dans son livre, est ici révélatrice de son projet global : déconsidérer les discours de démondialisation. Alors, peut-on sérieusement faire le reproche d’idéologie à ces discours quand on est soi-même si profondément et si complètement au cœur d’une idéologie ?

De la mondialisation au mondialisme

On trouve dans ce livre un a-priori très négatifs tant à l’égard de la Nation que du nationalisme. Mais, dans le cas français, il semble ignorer la profondeur du sentiment national qui s’exprime de Jeanne d’Arc[13] à Valmy, en passant par Henri IV et le combat de Fontaine-Française[14]. Il méconnait l’histoire même de la constitution symétrique de la Nation et du Peuple[15]. De fait, cela interdit à Moreau Defarges toute intelligence du processus révolutionnaire français qui opposa une haute noblesse cosmopolite au sentiment national. Cela lui interdit aussi de comprendre comment l’ancienneté de la construction de la Nation dans le cas français va de paire avec celle du peuple compris non pas comme une communauté raciale ou religieuse, mais comme une communauté politique et culturelle.

On comprend alors qu’il ne soit pas à l’aise avec les concepts de souveraineté, d’Etat Souverain, et de souveraineté populaire[16]. Pourtant, ces concepts sont fort anciens[17]. On les retrouve à l’œuvre dans la formule de la République Romaine Senatus PopulusQue Romanum. Les différents contresens que l’on trouvera dans l’ouvrage renvoient tous à un problème bien plus général : l’ignorance de l’importance et de l’autonomie du politique. C’est la conséquence naturelle du discours de naturalisation des processus de mondialisation. Cela conduit alors Moreau Defarges à porter des jugements que l’on peut trouver comme relevant pour le moins d’une grande légèreté et plus probablement comme traduisant une forme de mépris produis d’une vision autocentrée, sur des pays comme le Japon[18] ou la Russie[19]. Et l’on est alors conduit au paradoxe suivant : l’auteur défend la « mondialisation » mais sur la base d’a-priori culturels que ne renieraient pas le plus endurcis et le plus arriérés des nationalistes. C’est le prix à payer pour ce mépris de l’instance politique, mais aussi de l’instance culturelle. Car, en réalité, les deux sont intimement liées. On ne peut avoir de conscience politique sans une conscience culturelle, et cette dernière intègre, en réalité, l’histoire inconsciente des luttes et des compromis politiques passés.

On comprend bien ici ce qui est en jeu. Dans le discours idéologiques du « mondialisme », discours qui correspond à la naturalisation des processus réels de mondialisation, deux agents opposés se voient attribuer des caractéristiques très particulières : l’élite financière et économique, apatride et mondialisée, et la plèbe, elle aussi mondialisée, mais sur la base d’une perte radicale de sa culture et de son identité politique. De fait, suivant les points de vue, on mettra l’accent sur l’une et sur l’autre, sans comprendre que la première n’est que la reformulation de la haute noblesse d’ancien régime et que l’autre est une masse qui a été privée de sa culture politique et qui se raccroche, et on peut le comprendre sans pour cela l’approuver, à des éléments religieux, comme c’est le cas avec l’islamisme.

Libre-échange, mondialisation et développement économique

Il reste la dimension économique de la mondialisation. Ici encore, l’affirmation selon laquelle la compétition a toujours été un facteur de progrès est, pour le moins, rapide[20]. On pourrait conseiller à Moreau Defarges de lire l’ouvrage publié par Bruno Amable et Ivan Ledezma[21]. Il est vrai que l’on a pu avoir en l’impression, et peut-être l’illusion, que c’était par l’abolition des barrières aux échanges que l’on avait obtenu la croissance très forte. Des travaux, parmi lesquels on doit inclure ceux de Dollar, en 1992[22], de Ben-David, en 1993[23], de Sachs et Warner, en 1995[24], et de Edwards en 1998[25], ont cherché à établir ce fait.

Mais, de manière générale, les tests statistiques et économétriques pratiqués donnent des résultats qui sont pour le moins très ambigus. On peut en déduire que, pour certains pays, l’ouverture a eu des résultats positifs, mais non pour d’autres. Cependant, on peut aussi en déduire que si une politique qui associe l’ouverture à de bonnes mesures macroéconomiques est meilleure qu’une politique associant le protectionnisme à des mauvaises mesures macroéconomiques, ceci tient bien plus à la qualité des dites mesures macroéconomiques qu’à celle de l’ouverture[26]. De fait, les pays qui ont associé des politiques protectionnistes à des bonnes politiques macroéconomiques connaissent des taux de croissance qui sont largement supérieurs à ceux des pays plus ouverts, ce qui invalide le résultat précédent sur l’ouverture[27]. Ceci nous ramène à la problématique du développement, qui s’avère être autrement plus complexe que ce que les partisans d’un libre-échange généralisé veulent bien dire. Les travaux d’Alice Amsden[28], Robert Wade[29] ou ceux regroupés par Helleiner[30] montrent que dans le cas des pays en voie de développement le choix du protectionnisme, s’il est associé à de réelles politiques nationales de développement et d’industrialisation[31], fournit des taux de croissance qui sont très au-dessus de ceux des pays qui ne font pas le même choix. Le fait que les pays d’Asie qui connaissent la plus forte croissance ont systématiquement violé les règles de la globalisation établies et codifiées par la Banque mondiale et le FMI est souligné par Dani Rodrik[32].

En fait, le protectionnisme s’avère bien souvent une voie plus efficace et plus rapide vers la croissance que le libre-échange et, ce point est d’ailleurs régulièrement oublié par les thuriféraires du libre-échange, c’est la croissance dans chaque pays qui porte le développement des échanges internationaux et non l’inverse. De même, quant on regarde les suites de la crise de 1929, il est souvent affirmé que les mesures de sauvegarde monétaires et commerciales prises à la suite de la crise de 1929 ont contribué à aggraver celle-ci en provoquant un effondrement du commerce international[33]. La contraction de ce dernier est une évidence, mais elle succède à la contraction de la production qui se manifeste dès le choc de la crise boursière au lieu de la précéder. La crise qui affecte l’économie et entraîne une baisse de la production, qui engendre alors une baisse du volume du commerce international. Par ailleurs, les causes de la chute de ce dernier sont nettement plus complexes que ce qui est généralement affirmé. Une étude systématique des données réalisées par des chercheurs du National Bureau of Economic Research (NBER) montre que les droits de douane (le protectionnisme) n’ont eu pratiquement aucun rôle dans l’effondrement du commerce international à partir de 1930. Ces mêmes chercheurs indiquent que les deux facteurs déterminants dans son effondrement furent l’accroissement des coûts de transport et l’instabilité monétaire[34]. La hausse des coûts de transport est par ailleurs signalée dans une autre étude comme l’un des facteurs ayant eu une responsabilité importante dans la contraction du commerce international[35]. Il convient de souligner le rôle de la contraction de la liquidité internationale dans la contraction du commerce international. Foreman-Peck montre bien que la contraction du crédit est une cause majeure de contraction du commerce. Les faillites bancaires ont aussi atteint les compagnies d’assurance. Les conditions d’assurance du trafic maritime se sont détériorées et les moyens financiers des négociants maritimes se sont contractés brutalement. La question de la liquidité, et non celle d’un retour au protectionnisme, fut donc bien centrale[36].

La légèreté avec laquelle Philippe Moreau Defarges traite de l’Histoire, que ce soit l’Histoire économique ou l’Histoire politique et sociale, est le signe le plus évident et le symptôme le plus robuste du caractère profondément idéologique de son argumentation. On ajoutera, mais la faute là en incombe à son éditeur, que ce livre apparaît à de nombreuses reprises comme une sorte de brouillon, voire des têtes de chapitres quine sont pas développés, avec des retours en arrière qui en rendent la lecture difficile. Ajoutons une bibliographie générale mais aucune note de bas de page. Les arguments des ouvrages cités à la fin du livre sont rarement repris et discutés, ce qui est plus que gênant dans le cas d’un essai. La question des conséquences écologiques des processus de mondialisation est ainsi largement passée sous silence, alors qu’elle constitue un des arguments les plus importants des partisans de la démondialisation.

Notes

[1] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation (XVème-XXIème siècles), Paris, Odile Jacob, mars 2018.

[2] https://www.opinion-way.com/fr/component/edocman/opinionway-pour-le-printemps-de-l-economie-les-francais-et-la-mondialisation-mars-2018/viewdocument.html?Itemid=0

[3] Sapir J., Le Nouveau XXIè siécle, Paris, le Seuil, 2009.

[4] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 37 et 150.

[5] Voir G.F.W. Hegel, La Raison dans l’histoire, Paris, UGE, 1965, p. 129. Ou encore Nicolas Machiavel : Le Prince, Paris, PUF 2000

[6] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 18.

[7] Burleigh M. et W. Wippermann, “The Racial State – Germany 1933-1945”, Cambridge University Press, 1991.

[8] Koehl R., “Feudal Aspects of National-Socialism”, in American Political science Review, vol. 54, 1960, n°3, pp. 921-33.

[9] Thèse défendue par O. Nathan, “The Nazi Economic System”, Duke University Press, Durham, NC., 1944, et par L. Hamburger, “How Nazi Germany has Controlled Business”, The Brookings Institution, Washington, D.C., 1943.

[10] Caroll B.A., “Design for Total War”. Arms and Economics in the Third Reich, Mouton, The Hague, 1968.

[11] Kershaw I., Hitler, a Profile in Power, Londres, 1991 ; Nazi Dictatorship : problems and Perspectives of Interpretation, Londres Oxford UP, 1993 ; “Working towards the Führer”, in I. Kershaw et M. Lewin (eds.) Stalinism and Nazism – Dictatorships in Comparison, Cambridge Univ. Press, 1997.

[12] W. Sheridan Allen, “The Collapse of Nationalism in Nazi Germany”, in J. Breuilly (ed), The State of Germany, Londres, 1992.

[13] Bensaïd D., Jeanne de guerre lasse, Paris, Gallimard, « Au vif du sujet », 1991.

[14] Berger H., Henri IV à la bataille de Fontaine-Française, Dijon, 1958. Et l’on se souvient de l’apostrophe d’Henri IV dans le courrier qu’il envoya au Duc de Biron « pends toi, brave Biron… ».

[15] Flori J., Philippe Auguste – La naissance de l’État monarchique, éditions Taillandier, Paris, 2002.

[16] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation, op.cit., p. 163 et suivantes.

[17] Carré de Malberg R., Contribution à la Théorie Générale de l’État, Éditions du CNRS, Paris, 1962 (première édition, Paris, 1920-1922), 2 volumes.

[18] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 60.

[19] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 100.

[20] Moreau Defarges P., La Tentation du repli – Mondialisation et Démondialisation op.cit., p. 151.

[21] Amable B. et Ledezma I., LIBÉRALISATION, INNOVATION ET CROISSANCE , Paris, Editions Rue d’Ulm, 2015.

[22] Dollar D., « Outward-Oriented Developeng Economies Really Do Grow More Rapidly: Evidence From 95 LDC, 1976-1985 », Economic Developemnt and Cultural Change, 1992, p. 523-554.

[23] D. Ben-David, « Equalizing Exchange: Trade Liberalization and Income Convergenge », Quarterly Journal of Economics, vol. 108, n° 3, 1993.

[24] Sachs J., A. Warner, « Economic Reform and The Process of Global Integration », Brookings Paper on Economic Activity, n° 1, 1995, p. 1-118.

[25] Edwards S., « Opennes, Productivity and Growth: What We Do Really Know? », Economic Journal, vol. 108, mars 1998, p. 383-398.

[26] Voir Ben-David D., « Equalizing Exchange: Trade Liberalization and Income Convergenge », op. cit.

[27] Voir Chang H.-J., « The Economic Theory of the Developmental State » in M. Woo-Cumings (dir.), The Developmental State, Ithaca, Cornell University Press, 1999 ; Kicking away the Ladder: Policies and Institutions for Development in Historical Perspective, Londres, Anthem Press, 2002.

[28] Amsden A., Asia’s Next Giant, New York, Oxford University Press, 1989.

[29] Wade R., Governing the Market, Princeton (N. J.), Princeton University Press, 1990.

[30] Helleiner G. K. (dir.), Trade Policy and Industrialization in Turbulent Times, Londres, Routledge, 1994.

[31] Voir C.-C. Lai, « Development Strategies and Growth with Equality. Re-evaluation of Taiwan’s Experience », Rivista Internazionale de Scienze Economiche e Commerciali, vol. 36, n° 2, 1989, p. 177-191.

[32] Rodrik D, « What Produces Economic Success? » in R. Ffrench-Davis (dir.), Economic Growth with Equity: Challenges for Latin America, Londres, Palgrave Macmillan, 2007. Voir aussi, du même auteur, « After Neoliberalism, What? », Project Syndicate, 2002 (www.project-syndicate.org/commentary/rodrik7).

[33] C’est la thèse de C. P. Kindleberger, « Commercial Policiy Between the Wars » in P. Mathias, S. Pollard (dir.), The Cambridge Economic History of Europe, vol. 8, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; et de H. James, The End of Globalization: Lessons from the Great Depression, Cambridge, Harvard University Press, 2001.

[34] Estevadeordal A., B. Frants, A. M. Taylor, « The Rise and Fall of World Trade, 1870-1939 », NBER Working Papers Series, n° 9318, Cambridge, National Bureau of Economic Research, 2002.

[35] Findlay R., K. H. O’Rourke, « Commodity Market Integration: 1500-2000 » in M. D. Bordo, A. M. Taylor, J. G. Williamson (dir.), Globalization in Historical Perspective, Chicago, University of Chicago Press, 2003.

[36] Foreman-Peck J., A History of the World Economy: International Economic Relations since 1850, New York, Harvester Wheatsheaf, 1995, p. 197.

Commentaire recommandé

Ananymous // 08.04.2018 à 07h37

Les mêmes qui nous disaient que l Euro nous apporterait, emploi et prospérité il y a plus de 20ans.

Les mêmes qui expliquaient qu une monnaie unique pour la Grèce et l Allemagne : c est formidable. Vive la solidarité…

Les mêmes qui nous racontent aujourd hui que sortir de l Euro: attention à vos petites économies avec l inflation (mais qui preparent de manière generalisee en douce la saisie de comptes pour renflouer les banques comme à Chypre il y a peu)

Bref. Ce n est que de l Idéologie.
Un déni des réalités.

Malheureusement seule une catastrophe financière ou un grande guerre decridibilisera complètement ces criminels:
Ils nous emmènent tout droit.

20 réactions et commentaires

  • Ananymous // 08.04.2018 à 07h37

    Les mêmes qui nous disaient que l Euro nous apporterait, emploi et prospérité il y a plus de 20ans.

    Les mêmes qui expliquaient qu une monnaie unique pour la Grèce et l Allemagne : c est formidable. Vive la solidarité…

    Les mêmes qui nous racontent aujourd hui que sortir de l Euro: attention à vos petites économies avec l inflation (mais qui preparent de manière generalisee en douce la saisie de comptes pour renflouer les banques comme à Chypre il y a peu)

    Bref. Ce n est que de l Idéologie.
    Un déni des réalités.

    Malheureusement seule une catastrophe financière ou un grande guerre decridibilisera complètement ces criminels:
    Ils nous emmènent tout droit.

      +45

    Alerter
    • Marc Michel Bouchard // 08.04.2018 à 07h58

      Quoi de plus idéologue que ces universitaires qui ne font pas l’effort de sortir du huis clos de leur discipline, ici l’économie du libre échange. Ces universitaires dépourvus de toute considération de généalogie des sociétés, des cultures, de la formation de l’État et de l’économie des échanges bien avant la cité de Florence, qui pensent à la métaphore de la main invisible de Smith de la première à la dernière page de leur bouquin. J.Sapir a une culture plurielle et c’est la différence.

        +36

      Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 08.04.2018 à 07h45

    l’Humanité hors préhistoire, connaît de grandes formes comme les tribus ethniques et polythéistes, l’invention de l’État, de grandes religions à vocation universaliste, les féodalités et chefs de guerres dont les mafias et gangs criminels de nos jours. Les nations. La chasse et cueillette, l’agriculture, le capitalisme du commerce, de la banque et de l’industrie puis de la finance dominante pour l’économie. L’invention de la science et techniques qui sortent de l’artisanat premier. Les cultures nationales et religieuses se mélangent en partie ou moins en formant des nations. La démocratie trace son chemin difficile dans toutes ses formes, y compris dans l’invention de la philosophie qui voit la philo longtemps élitiste. Le globalisme mondialiste se sert de certaines formes qui sont des phénomènes sociologiques, de longue durée et il en fait des choses diaboliques ici la tribu ou sa forme moderne la nation. Quand c’était la religion pour les premiers libéraux, afin d’éliminer le catholicisme inadapté au marché et à son premier cadre démocratique comprenant la liberté de commerce et de parole, cela a été fait. La démocratie ayant pris son essor dans l’État-nation avec l’éducation, les droits, la parole libre, le droit de vote autre que pour les propriétaires dont pour les femmes. Elle est devenue un frein pour l’économie souveraine en devenir des transnationales.

      +8

    Alerter
    • LS // 08.04.2018 à 10h15

      L’humanité se structure dans des formes tribales ethnoculturel y compris au paléolithique. Voir, par exemple, les travaux d’Alain Testart sur ce sujet.

      Lorsque vous dites que la nation est (donc se réduit à) la forme moderne de la tribu, vous négligez le fait que la nation est aussi une de construction politique. Ces aspects ethnoculturel et politique ne sont pas réductibles l’un à l’autre. Sans l’aspect politique de la nation : pas de démocratie inclusive (intégrant l’ensemble de la population concernée).

        +5

      Alerter
    • DUGUESCLIN // 08.04.2018 à 10h32

      Ce que vous dites est intéressant.
      C’est pourquoi nos politiques confondent “mondialisation” (opposée au repli sur soi-même), avec “mondialisation” sous domination des financiers qui font disparaître les nations dans la globalisation pour assurer leur pouvoir.
      Confondre “ouverture au monde” avec “domination du monde par la finance” est l’attrape couillon, dont beaucoup de politiciens de tout bord se rendent complices. C’est ainsi qu’ils opposent “souverainisme” fermeture au monde et “mondialisme” ouverture au monde.
      La vraie question est : peut-on s’ouvrir au monde si on ne dispose pas de sa souveraineté ou si on l’abandonne en faveur d’une gouvernance qui impose ses règles?
      Sous prétexte d’ouverture au monde peut-on accepter l’enfermement dans une globalisation qui dispose de tous les pouvoirs?

        +23

      Alerter
  • LS // 08.04.2018 à 09h32

    Oui, la déconstruction des raisonnements libéraux (il ne s’agit que d’eux ici) et ainsi la révélation de leurs sous-tendus idéologiques/politiques (et non scientifique) est intéressante et devrait toujours être martelée pour que cela imprègne les têtes sous-informées.

    Néanmoins, je n’y ai pas vu de proposition d’alternative constructive (protectionnisme) voire même de définition de ce concept, peut être à cause de la nécessité d’avoir un texte court mais quand même.

    Par exemple, pour moi, la mondialisation se décline en 4 dimensions et je ne suis pas sûr qu’on puisse avoir le même raisonnement ou la même dangerosité sur chacune d’elle :
    Les transferts de souveraineté politique/juridique,
    les flux de capitaux et des droits de propriété,
    les flux de travailleurs,
    les flux de biens et services.

      +2

    Alerter
  • Brigitte // 08.04.2018 à 09h53

    Critique du mondialisme que je partage totalement, sans avoir lu le livre, que je ne lirai pas d’ailleurs, grâce à lui, je l’en remercie.
    La différence entre mondialisation des échanges, qui ne date pas d’hier et l’idéologie du mondialisme, est essentielle.
    La mondialisation n’est pas incompatible avec la pluralité des nations et des cultures, même si celles-ci doivent inventer de nouvelles armes pour y participer de manière équitable et y survivre.
    Par contre le mondialisme, c’est la négation de la pluralité des nations et des cultures, sur la base d’une idéologie consumériste qui veut détruire les nations et niveler les cultures de façon à rendre les individus aptes à consommer les mêmes produits partout.
    Le mondialisme est une idéologie mortifère pour l’humanité, de mon point de vue.

      +26

    Alerter
  • Maxhno // 08.04.2018 à 10h10

    La mondialisation pourrait évoquer de bien meilleures choses si elle n’était pas orchestrée par une lignée de plus en plus consanguine d’idéologues ellititistes, ces quelques pourcents de la misère humaine sont devenus les rois d’un monde qui n’est là que pour assouvir leur incurable soif.
    Comment demander à des sociopathes de traiter les enfants d’une démographie explosive autrement que comme des variables d’ajustements qu’il faut corriger afin qu’il n’est aucune autre possibilité que d’étre soumis a leurs démesures, et si cela est trop dur Atalli te proposera l’euthanasie.
    Par ce que la mondialisation dans sa phase opressentante est articulée autour du commerce du pétrole et qu’il est illusoire de penser que nous pourrons remplacer ce produit, il d’autant plus illusoire de penser que cette mondialisation ce ferrat avec les peuples quand cette ressource viendrat a manqués

      +5

    Alerter
  • ceusette // 08.04.2018 à 11h47

    Article passionnant qui détruit beaucoup d’idées reçues. On pourrait citer aussi les travaux de Paul Bairoch qui, bien que déjà anciens, éclairent sur les limites du libre-échange. Il faut rappeler que le protectionnisme n’est pas forcément synonyme d’autarcie, et donc de “repli sur soi”, comme en témoignent les années 1880-1914, où la plupart des pays ont adopté des mesures protectionnistes (à l’exception notable de la Grande-Bretagne), les lois Méline ont ainsi favorisé un redressement de la production agricole française. Si le protectionnisme peut parfois être associé au nationalisme, le libre-échange pourrait tout autant être associé à l’impérialisme, comme le montre l’attitude des grandes puissances occidentales en Asie au XIXe siècle. La vraie difficulté du protectionnisme est sa mise en œuvre, mais je m’arrête là, car il faudrait un développement plus long.

      +6

    Alerter
  • Larousse // 08.04.2018 à 12h21

    “En fait, le protectionnisme s’avère bien souvent une voie plus efficace et plus rapide vers la croissance que le libre-échange et, ce point est d’ailleurs régulièrement oublié par les thuriféraires du libre-échange, c’est la croissance dans chaque pays qui porte le développement des échanges internationaux et non l’inverse.” passage essentiel de Jacques Sapir.
    A l’heure des catastrophes écologiques et de l’épuisement des ressources, c’est justement ce qu’il faut : rendre les pays responsables de leurs destins d’abord; et non le “tout-ouvert” en corollaire : ce monde des migrations sans contrainte,.
    Les libéraux mondialistes sont en joie ! – c’est le “youp la boum” de l’Afrique ou d’autres régions qui exportent leurs problèmes démographiques, avec la bénédiction des grands patrons libéraux (pour casser du travailleur européen qui a osé avoir des “acquis sociaux” du temps de l’exemple de l’URSS, derrière le mur “quelle horreur !!! ces bolchéviks !”) La mondialisation c’est la lutte finale contre le communisme ! (paradoxe : certains partis de gauche -crypto communistes même adhèrent au projet de l’UE, allez comprendre ?)

      +9

    Alerter
  • Owen // 08.04.2018 à 12h34

    “Les altermondialistes entendent mettre en place de nouvelles formes de mondialisation mais jamais il ne s’interrogent sur ce que représentent socialement et politiquement ces processus car ils considèrent que ces processus sont « naturels ».”

    Pas exactement. Attac (mouvement d’éduc pop), où j’ai milité, proclamait “Un autre monde est possible”. Le constat (fin 1990) était le passage des sociétés de marché (flux de marchandises, échanges inter-nationaux) au marché des sociétés (tout est à vendre, “mondialisation” càd le marché-monde qui façonne les relations humaines à la place des états).
    Ceci depuis l’école de Chicago, Reagan/Thatcher, le TINA, Mitterrand et les lois Beregovoy de dérèglementation financière.

    L’altermondialisme visait non plus à lutter frontalement contre la mondialisation, autophagie incontrôlable, mais à promouvoir l’économie à partir des réalités (relocalisation économique).
    (1/2)

      +3

    Alerter
    • Owen // 08.04.2018 à 12h39

      (2/2, désolé ma fenêtre de commentaire est aussi serrée qu’un étau).

      Le forum social altermondialiste de Porto Allegre, en 2001, a crédité internationalement Lula da Sivla, Chavez et le droit à choisir son développement économique.

      Les adhérents d’Attac étaient naturellement contre le TCE en 2005, c’était même la plus forte période des adhésions.

      Les militants et élus verts (qui avaient voté dans le parti une motion pro-TCE), me regardaient de travers, avec notamment mes circuits courts: une nostalgie de l’agriculture de jadis, tenant d’une France rancie, un “La terre ne ment pas”. Je ne comprenais pas comment ils pouvaient dissocier écologie et économie locale. Ces “pastèques” ont été dépassées, depuis, par les antifas, ma foi…

      Les altermondialistes ont bien réactualisé la souveraineté, qui traînait un vieux goût royaliste/extrême droite, en nécessité d’autonomie pour reprendre la capacité à faire, chez soi, ses choix économiques.

        +9

      Alerter
  • avis // 08.04.2018 à 13h56

    Sapir nous livre encore un propos de qualité sur un sujet très important. Qu’on soit d’accord ou non c’est un propos interessant.

      +3

    Alerter
  • Nul H // 08.04.2018 à 14h54

    OK avec J. S., et merci. Me précise en quoi Moreau Desfarges me laissait sur ma faim dans ses articles et exposes par ailleurs.

      +0

    Alerter
  • bernadette // 08.04.2018 à 15h21

    Après une etude de marché pour transporter du vin, il a été constaté que les transports de marchandises par la SNCF sont très coûteux. Les transports par route sont moins chers.
    Les gares de marchandises ont été détruites dans beaucoup de gares,
    Il va être difficile de faire repartir le fret SNCF.

      +0

    Alerter
    • red2 // 08.04.2018 à 20h28

      Et qui paye les externalités négatives de la route ? Et qui paye les routes ? Parce que en attendant le rail est peut être plus cher mais est largement plus écologique et la dette de la sncf s’est essentiellement le coût du réseau, financé non pas par l’État mais par les sociétés ferroviaires… Attention à tout bien regarder!

        +3

      Alerter
      • bernadette // 09.04.2018 à 16h49

        Il n’est plus possible de faire comme avant. Le vin en vrac est transporté par des citernes qui viennent retirer le vin dans les cuves.
        Quant aux bouteilles elles sont aussi expédiées de la même façon. Le viticulteur vend son vin lui même et transporte ses bouteilles vers le client.

        Comment voulez vous faire avec un train de marchandises. Il y a bien un camion qui vient chercher les bouteilles chez le viticulteur.

        Pourriez vous m’informer combien de gares de marchandises ont été supprimées en 40 ans par la SNCF ?

          +0

        Alerter
  • Krystyna Hawrot // 09.04.2018 à 14h07

    Je suis d’accord avec le commentaire que Sapir est trop sévère avec les altermondialistes. Surtout que lorsque Jacques Nikonoff a été président d’ATTAC en 2005, ce fut la SEULE victoire souverainiste qu’on a eu en Europe, le NON français et républicain au TCE! Moi aussi j’étais à ATTAC et investie dans la campagne large et populaire ou on décortiqué les politiques et le fonctionnement de l’UE et on a donné des arguments aux citoyens pour les rejeter. Par contre, des que les souverainistes proches de Nikonoff ont été viré d’ATTAC, l’association a périclité… La ou peut etre ATTAC était léger c’est qu’on n’osait pas encore parler de capitalisme à haute voix… On disait néolibéralisme pour le ne pas désigner le bon vieux capitalisme impérialiste. Cela a peut etre pesé sur nos défaites. C’est Mélenchon qui a participé à la campagne du Non, a dans la foulée créer le Parti de Gauche et récupérer le souverainisme de gauche.

      +2

    Alerter
  • Random human being // 09.04.2018 à 20h19

    “Un sondage d’OpinionWay vient en effet d’être réalisé sur la « mondialisation » et ses résultats sont sans appels[2]. Les français rejettent dans leur grande majorité cette « mondialisation » et se prononcent même, à près de 66%, pour une forme de retour au protectionnisme.”

    Toujours le même problème… Depuis quand un sondage donne l’opinion DES français ? Un peu plus de prudence épistémologique ne fait pas de mal, surtout que ce n’est pas la première fois. Désolé, je vais sans doute me faire huer mais voir cette pratique que je déteste chez les journalistes reprise par un chercheur est encore plus agaçant.

      +0

    Alerter
  • bernadette // 10.04.2018 à 11h57

    Bonjour,

    Quand les décideurs vont ils supprimer l’economie circulaire.?
    Il parait que la decroissance créait des emplois.
    En fait l’habitant serait considéré comme un pollueur payeur qui paye la TEOM de plus en plus chère.
    Avoir des ordures ménagères ou pas tout le monde paye.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications