Les Crises Les Crises
13.avril.202113.4.2021 // Les Crises

Noam Chomsky : « Le recul de la démocratie en France est une menace pour la liberté dans le monde »

Merci 1718
J'envoie

Source : Huffington Post

Nous exhortons le président Macron et son gouvernement à abandonner les lois « sécurité globale » et « séparatisme », des dérives autoritaires qui portent atteinte aux droits fondamentaux que la France prétend incarner.

Depuis plusieurs années, la démocratie paraît reculer un peu partout dans le monde, être en danger, sans tenir ses promesses d’égalité et de garantie des libertés. Les gouvernements autoritaires, conservateurs, ou d’extrême-droite sont aux commandes dans de nombreux pays et avec eux de nombreuses restrictions des droits fondamentaux et une répression des acteurs et actrices de la société civile. La récente défaite de Trump aux États-Unis ne signifie pas encore une inversion de cette tendance.

Au Brésil, Jair Bolsonaro tente de placer les associations et les mouvements sous surveillance constante; en Inde, Narendra Modi réprime le mouvement paysan en le qualifiant de terroriste et réprime les minorités religieuses chrétienne et musulmane avec des lois discriminatoires et des discours haineux; en Thaïlande, des centaines de jeunes sont emprisonné.es pour avoir participé à des manifestations demandant plus de démocratie; en Russie, Vladimir Poutine met des milliers de citoyen.nes en prison lors de manifestations en soutien à Alexeï Navalny; la junte putschiste en Birmanie fait tirer sur les foules…

La France –berceau des droits humains tels que promulgués en 1789– serait-elle en train de rejoindre le camp des pays où la démocratie est fragilisée par le pouvoir lui-même? Nous y observons malheureusement de violentes atteintes aux droits fondamentaux et un recul démocratique. La République française et sa devise “liberté, égalité, fraternité” subissent des coups répétés de la part de celles et ceux qui devraient les sauvegarder et les promouvoir: le Président de la République, son gouvernement et une majorité de parlementaires français.

La France –berceau des droits humains promulgués en 1789– serait-elle en train de rejoindre le camp des pays où la démocratie est fragilisée par le pouvoir lui-même?

Depuis 2015, une série de lois sécuritaires ont été promulguées en France. Elles prétendent répondre à la vague d’émotion causée par les terribles attentats de 2015 jusqu’à la décapitation d’un professeur en région parisienne ou l’attaque d’une église à Nice en 2020. Ces lois s’accumulent sans évaluation de leur efficacité alors que leurs effets pervers sur l’État de droit ou sur les personnes de confession musulmane sont largement démontrés. Les gouvernements français successifs s’enferment dans une dépendance inquiétante aux ”états d’urgence”, désormais promulgués pour faire face à la pandémie de covid-19.

Actuellement débattues au Parlement français, la loi “sécurité globale” et la loi “confortant le respect des principes de la République”, aussi appelée “loi contre le séparatisme”, constituent des atteintes sans précédent aux piliers de la République Française menaçant plusieurs droits fondamentaux.

Le Conseil d’État -plus haute cour de justice administrative- avait pourtant prévenu: “Les mesures du projet [de loi contre le séparatisme] concernent pratiquement tous les droits et libertés publiques constitutionnellement et conventionnellement garantis, et les plus éminents d’entre eux : liberté d’association, liberté de conscience et de culte, liberté de réunion, d’expression, d’opinion, de communication, liberté de la presse, libre administration des collectivités territoriales, liberté de l’enseignement, liberté du mariage, liberté d’entreprendre, liberté contractuelle ».

L’esprit même de cette loi, dont l’objectif annoncé était de lutter contre l’islamisme radical, s’est vite mué en l’expression d’une idéologie de la suspicion généralisée et du contrôle. Cette loi contient un arsenal juridique redoutable qui pourra être utilisé contre toutes personnes physiques ou morales qui dérangent les intérêts de l’État de par leurs activités, leurs propos ou leur religion. Les personnes musulmanes, ou perçues comme telles, ainsi que les associations et les militants qui défendent leurs droits et libertés sont visées en premier lieu. L’histoire prouve que les pouvoirs autoritaires savent utiliser ce type de loi pour réprimer encore plus largement.

Outre le piège évident qu’elle représente pour la démocratie française, cette loi contre le séparatisme, ainsi que la loi sécurité globale, constituent des menaces pour la liberté dans le monde. Quel message d’exemplarité le Président Emmanuel Macron, son gouvernement et les parlementaires français veulent-ils envoyer au moment où les populations souffrent d’un recul global des droits humains, des libertés et de la démocratie dans des dizaines de pays ?

L’esprit de cette loi, dont l’objectif annoncé était de lutter contre l’islamisme radical, s’est mué en l’expression d’une idéologie de la suspicion généralisée et du contrôle.

Cette sombre conjoncture mondiale a cependant le mérite de mettre en évidence le rôle clé de contre-pouvoir des sociétés civiles et mouvements sociaux qui luttent contre les dérives autoritaires et sécuritaires. En France, de multiples voix s’accordent et s’élèvent contre la dérive autoritaire dans laquelle le gouvernement français s’inscrit actuellement. Des associations et collectifs citoyens, des syndicats, des magistrat.es et avocat.es, des universitaires et journalistes organisent la contestation, soutenus par des centaines de milliers de citoyen.nes, qui protestent dans les rues ou en ligne.

Dans un monde globalisé, la nécessité de dépasser les frontières et faire jouer la solidarité internationale n’est plus à démontrer. Si la société civile française lutte, la communauté internationale doit agir et la soutenir, en dénonçant ces atteintes aux droits humains et aux libertés.

Nous, observateurs attentifs de la société française, attachés à la force de sa devise, nous nous devons d’alerter lorsque les fondements de votre État de droit vacillent. Nous exhortons le président Macron et son gouvernement d’abandonner les lois sécurité globale et contre le séparatisme afin que la défense de la liberté, de l’égalité et de la fraternité aient encore un sens de par l’Europe et le monde.

Les signataires de la tribune:

  1. Gráinne de Burca, professeure de droit, Université de New York (Irlande)
  2. Sébastien Chauvin, professeur associé, Université de Lausanne (Suisse)
  3. Noam Chomsky, professeur émérite de linguistique au Massachusetts Institute of Technology (Etats-Unis)
  4. Angela Davis, écrivaine et professeure émérite de philosophie, Université de Santa Cruz (Etats-Unis)
  5. Alfonso Pérez Esquivel, prix Nobel de la Paix (Argentine)
  6. Franco Fracassi, Journaliste, (Italie)
  7. Sonia Guajajara, femme politique autochtone et présidente de l’APIB (Brésil)
  8. Barbara Havelková, professeure associée de droit, Faculté de droit, Université d’Oxford, chargée de cours en droit, St Hilda’s College, Université d’Oxford (Rép. Tchèque)
  9. Kamel Jendoubi, activiste des droits humains (Tunisie)
  10. Iphigénie Kamtsidou, Professeure de Droit Constitutionnel, Université Aristote de Thessalonique (Grèce)
  11. Tawakkol Karman, journaliste, prix Nobel de la Paix (Yemen)
  12. Eléonore Lépinard, professeure associée, Université de Lausanne (Suisse)
  13. Frédéric Mégret, Co-directeur, Centre sur les droits de la personne et le pluralisme juridique, Université de McGill (Canada)
  14. Mathias Möschel, Professeur associé en droit constitutionnel comparé, droits de l’homme et droit de la non-discrimination. Université d’Europe centrale, Budapest(Autriche, Allemagne)
  15. Fernanda G. Nicola, professeure de droit, directrice du Programme pour les organisations internationales, le droit et le développement au collège de droit de l’Université de Washington (Italie)
  16. Ruth Rubio Marin, directeure de la Chaire UNESCO en droits de l’homme et interculturalité, Université internationale d’Andalousie (Espagne).
  17. Aminata Dramane Traoré, ancienne ministre (Mali)
  18. Chico Whitaker, altermondialiste et activiste (Brésil)
  19. Jody Williams, prix Nobel de la Paix (Etats-Unis)
  20. Jean Wyllys, ancien député fédéral (Brésil)
  21. Jean Ziegler, universitaire, expert Nations Unies (Suisse)

Source : Huffington Post, 26-03-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 13.04.2021 à 08h42

« La France –berceau des droits humains tels que promulgués en 1789″…

Les droits humains tels que promulgués en 1789 ne concernaient que les plus nantis et ont permis de changer le pouvoir du droit du sang par celui du droit du fric.

N’oubliez jamais que le suffrage instauré en 1789 était censitaire, c’est à dire que seuls ceux qui avaient les moyens de payer le cens (impôt) avaient le droit de voter et de s’exprimer.

Qu’on cesse de nous bassiner avec la « démocrassie », les révolutions des « lumières » n’avaient rien à envier aux révolutions « de couleur » actuelles et n’avaient pour seul objectif que de remplacer le « droit divin » par celui du fric.

Ce qui est tout à fait compréhensible si l’on avait du fric et aucun droit à l’époque.

Par contre, ce qui me dégoûte, c’est que la majorité de la population de « gueux » est persuadée qu’elle vit dans une société dans laquelle les « moins que rien » ont le droit de s’exprimer.

Si vous souhaitez pouvoir influer sur la politique de votre pays il n’y a qu’un seul moyen de le faire : Avoir une puissance financière hors du commun.
Et dans ce cas, votre intérêt ne sera pas de perdre cet avantage au profit de ceux « qui ne comptent pas » car vous vous tireriez une balle dans le pied.

Il est gentil Chomsky mais plus il vieillit plus il a tendance à oublier ses réflexions sur le seul système de gouvernance qui permette à chacun de s’exprimer et permette une équité sociale totale : L’anarchie.

Comme ce système politique va à l’encontre des intérêts de tous ceux qui profitent du pouvoir (de haut en bas de l’échelle) c’est mal parti.

72 réactions et commentaires

  • Yann // 13.04.2021 à 06h59

    Je m’étonne encore qu’on puisse écrire un tel texte sans une seule mention de la finitude des ressources de la planète, comme s’il s’agissait de deux types de problèmes totalement indépendants.

      +4

    Alerter
    • Gribouille // 13.04.2021 à 08h58

      Hé bien oui, ce sont deux problèmes indépendants.

        +15

      Alerter
      • Gribouille // 13.04.2021 à 10h49

        Vous croyez que c’est l’écologie qui motive Tariq Ramadan ?
        Quant à Greta Thunberg, elle sait quoi de l’écologie, à 15 ans ? Elle a un doctorat en sciences ?
        C’est quoi cette démocratie où le discours se juge à l’aune de son statut, et non de sa pertinence ?

          +3

        Alerter
  • Gigi // 13.04.2021 à 07h32

    Inversion de tendance avec biden initiateur du patriot act… tout cela me paraît bien fumeux !
    @+

      +3

    Alerter
  • Darras // 13.04.2021 à 07h44

    Chomsky, NYT, Gafa, US Deep State même combat.
    Bon désolé, mais ces derniers temps Chomsky m’agaçait. Maintenant, ligne rouge franchie. Dorénavant Chomsky est un ennemi.

      +25

    Alerter
    • Jean-Do // 13.04.2021 à 08h51

      Ces lois sont la première nécessité de la politique Macron : comment réduire le peuple à la misère si le pouvoir lui laisse la possibilité de protester ? Comment détruire sa capacité de résistance si on lui fournit pas, par le biais du racisme ou de la haine de l’autre, un ennemi externalisé pour canaliser sa colère ?

      Je suis heureux de constater que dans le monde, il y a encore suffisamment de gens qui espèrent quelque chose du peuple français, qui ont une certaine idéede son rayonnement culturel et de ses idéaux « Liberté, égalité, fraternité ».

        +34

      Alerter
      • Darras // 13.04.2021 à 13h51

        Ha bon? La loi séparatisme c’est pour plonger les gens dans la misére? Refuser qu’une religion fasse la loi c’est du racisme? Refuser que n’importe qui entre dans le pays c’est de la haine de l’autre?
        La loi commune interdit sévérement la prise photo, audio, vidéo sans consentement(226-1 du cp) et aussi la diffusion et rediffusion (226-2 du cp), sauf pour les flics?
        C’est pour appauvrir en paix ça aussi?

          +17

        Alerter
        • Anfer // 13.04.2021 à 18h55

          Vous avez le droit d’être macroniste, ce n’est pas interdit…

          Cette « loi », au nom changeant est juste un empilement juridique de plus, stratégie de la droite depuis 20 ans pour détourner l’attention de leurs échecs économiques en stigmatisant des boucs émissaires.
          Vieille tactique bien foireuse, mais qui marche toujours on dirait.

          La police doit être irréprochable, et les abus très sévèrement sanctionnés.

            +12

          Alerter
          • Darras // 13.04.2021 à 19h47

            Ha bon? On est pas contre cette loi, on est macroniste. Tel quel. Ça coco c’est de la logique. Vous devez être nouveau ici pour me traiter de macroniste.
            Excusez moi mais pratiquant la libre pensée, autant je n’adhére pas forcément à tout ce que décrétent les gens qui comptent pour moi et autant je ne rejette pas, en bloc ce qui vient d’un politicien ou d’un parti qui par ailleurs me révulse.
            C’est d’ailleurs, si je ne m’abuse, l’esprit de ce blog.

              +9

            Alerter
            • Klurera // 15.04.2021 à 07h40

              « Libre penseur » . J’aime bien la formule ( et vous dis cela sans ironie aucune ) .
              J’aime les gens qui réfléchissent vraiment … car soudainement , je me sens moins seul .

                +1

              Alerter
    • Paul // 13.04.2021 à 09h20

      pas que de macron

      et les journaux et radio « dissidente » sont dans le viseur.

       » la love story entre Sud Radio et YouTube pourrait s’arrêter net, selon les informations de Capital. C’est ce que craint le directeur général de la station, Patrick Roger. Dans un email envoyé fin mars à ses équipes, il explique : “pour Youtube, il nous [faut] conserver une rigueur dans la sélection des invités sous peine de se voir sous la menace d’une suppression purement et simplement de la chaîne”. »

      En France, depuis des décenies, des gens n’ont pas le droit à la parole.
      Aujourd’hui, tout cela se fait en pleine lumière avec la complicité de toutes les autres composantes de la société.
      La france a déjà touché le fond, on attaque le fond des mers et il reste encore de la marge.

        +27

      Alerter
      • LibEgaFra // 13.04.2021 à 11h04

         » la love story entre Sud Radio et YouTube pourrait s’arrêter net, selon les informations de Capital. C’est ce que craint le directeur général de la station, Patrick Roger.  »

        L’audience de sud-radio vire de plus en plus à l’extrême droite. Pour le constater, il suffit de se référer aux résultats des votes sur les « débats » proposés.

        Quant à yt, cela devient une police de la pensée (unique).

          +9

        Alerter
        • LibEgaFra // 13.04.2021 à 13h23

          « Quant à yt, cela devient une police de la pensée (unique). »

          Exemple: yt a supprimé la version anglaise et française de Navalny préconisant de tuer les cafards (les Tchétchènes) à coups de révolver.

            +12

          Alerter
        • Paul // 13.04.2021 à 19h07

          extreme ou il laisse parler des gens qui ne peuvent pas parler ailleurs ?

          même ici on ne peut plus diffuser une vérité qui existe et en discuter

          Alors , bientôt, tout sera réécrit et interdiction d’être critiquer. le gvt nous prédit encore pire, et justement, qui utilisera tout cet arsenal ?

            +7

          Alerter
    • Grd-mère Michelle // 13.04.2021 à 13h43

      N.Chomsky est 1 des 21 signataires, sa notoriété d’homme de bonne volonté (volonté que tout aille pour le mieux possible, pour tout le monde) ayant sans doute motivé les rédacteurs/trices de cette Tribune (position légèrement sur-élevée pour offrir de la visibilité à un-e orateur-trice, et de l’audience à son discours) à lui demander son soutien.
      Je verrais plutôt Jean Ziegler comme initiateur de cette action de communication… En tout cas, ce texte correspond à ce qu’il dit et répète inlassablement depuis longtemps, à chaque occasion, dans des termes qui peuvent toucher le plus « grand public » possible.

        +6

      Alerter
  • calal // 13.04.2021 à 08h00

    « Quel message d’exemplarité le Président Emmanuel Macron, son gouvernement et les parlementaires français veulent-ils envoyer »

    ben ouais,57 % d’abstention aux elections de 2017 pour les deputes qui votent les lois…

    Payez maintenant le prix Quoique la plupart des gens s’en footent sinon ils auraient utilise une demi heure de leur temps pour mettre ce petit papier dans une boite…Et j’aurai du passer pleins de samedis sous la pluie avec les gilets jaunes pour des gens qui ne veulent pas perdre 30 minutes le jour des elections?
    quand les coups de pied au cul feront suffisamment mal,peut etre que l’abstention reculera…

    ps: cambridge analytica a reconnu avoir influence des votants pour favoriser l’abstention dans un camp lors d’une election ce qui a permis a ses clients de gagner cette derniere… les riches et les complices ne s’abstiennent pas,ils savent qui ils doivent remercier pour leur (bon) salaire…

      +13

    Alerter
    • Fritz // 13.04.2021 à 10h42

      En effet. Je ne pardonnerai jamais aux apôtres de « l’abstentionnisme révolutionnaire » (rires dans la salle), qui ont permis à Macron de verrouiller son pouvoir le 18 juin 2017, avec une belle majorité de godillots à l’assemblée nationale.

        +16

      Alerter
      • Orhan // 13.04.2021 à 13h26

        Je ne pense pas que quiconque s’est défini comme révolutionnaire en s’abstenant. Et si d’aucuns l’ont fait, ils doivent se ficher de votre pardon. Si Macron a verrouillé son pouvoir, peut-être en premier lieu réfléchir sur la concomitance des élections présidentielles et législatives ?

        Pour rappel dans notre pays CELA N’A PAS TOUJOURS ETE LE CAS.

        Mais mieux vaut taper sur autrui, au moins en « haut », ils rigolent bien.

          +5

        Alerter
        • Fritz // 13.04.2021 à 14h14

          Vous avez raison sur le dernier point : ça n’a pas toujours été le cas. J’ai remarqué depuis longtemps la perversité de cette concomitance, et comme professeur d’EMC, j’attire l’attention de mes élèves de 3e sur la gravité de ce verrouillage du législatif par le pouvoir exécutif.

          Comme citoyen, je ne regrette pas d’avoir voté contre le quinquennat (24 septembre 2000), origine de cette concomitance, mais je reconnais ne pas avoir discerné en son temps (2002) la gravité de l’inversion du calendrier électoral (placer les présidentielles avant les législatives).

          Maintenant, je maintiens mes propos sur les abstentionnistes qui glorifient leur abstention et ridiculisent les votants, avec toujours la référence à Coluche (« Si voter était dangereux, ça ferait longtemps que le vote serait interdit »).

            +12

          Alerter
          • Tintin // 13.04.2021 à 15h13

            Content de vous revoir fritz. Je pensais que comme moi vous aviez été lâchement banni de ce site (lâchement car pour désaccord politique mais sans jamais contrevenir à la charte).

              +9

            Alerter
          • TZYACK // 13.04.2021 à 15h22

            De Gaule savait que décaler dans le temps les élections présidentielles des législatives et abolir les règles de proportionnelle était indispensable pour maintenir un équilibre démocratique des pouvoirs politiques en France.
            Aujourd’hui, grâce à l’abandon de ces règles de bon sens, on s’oriente insidieusement vers une dictature d’Etat, car « Cette loi contient un arsenal juridique redoutable qui pourra être utilisé contre toutes personnes physiques ou morales qui dérangent les intérêts de l’État de par leurs activités, leurs propos ou leur religion. »

              +7

            Alerter
    • Orhan // 13.04.2021 à 13h24

      C’est sûr que mettre lâchement son petit papier comme vous dites en une demi-heure et remballer les gaules pendant les 5 années qui suivent, c’est un joli concept que celui de démocratie.

      Personnellement, j’ai bien plus aimé et eu ce sentiment d’appartenance collective, ces samedis dans le froid, que toutes les fois où j’ai mis un bulletin pour satisfaire les ambitions individuelles de tel ou tel gus.

      Vous ne savez pas faire la différence entre les causes et les effets, l’abstentionnisme est un effet de ce délabrement de nos institutions. Moi, les présidentielles 2017 m’ont vacciné je pense définitivement de tout ce cirque.

        +9

      Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 13.04.2021 à 08h02

    Comme pour les sondages il suffit d’appeler les numéros qui pensent comme tu veux pour orienter le sondage , rien de plus simple ,un fichier de la france insoumise par exemple .Les bonnes intentions , les grands discours , donnent simplement ‘l’impression de démocratie .Je sais plus qui disait , la dictature c’est ferme la , la démocratie cause toujours .

      +8

    Alerter
  • sergeat // 13.04.2021 à 08h05

    Source Huffinton post:aucune signature d’un français,même si nos libertés sont sous contrôle par la macronie,pourquoi ce post anglo-saxon intervient chez nous ? veut il favoriser l’islamisme politique en France?,veut il nous mettre sous sa supervision « bien vaillante » à la Biden ?,ou veut il expliquer que nos soit disant opposants à la macronie acceptent toutes ces suppressions de libertés car ils ont peur du peuple?

      +19

    Alerter
  • florian lebaroudeur // 13.04.2021 à 08h18

    « Depuis plusieurs années, la démocratie paraît reculer un peu partout dans le monde, être en danger, sans tenir ses promesses d’égalité et de garantie des libertés. »

    D’accord mais à cause de quoi ? à cause de qui ? Ou est la source du problème ?
    Comment peut-on avoir écrit un livre de réflexion exceptionnelle comme la fabrique du consentement et passer totalement à coté de la compréhension de la désintégration présente ?

      +14

    Alerter
    • Ovni de Mars // 13.04.2021 à 12h11

      Le texte de la pétition se focalise sur le recul de la démocratie en France. C’est déjà assez pour un texte qui n’a pas vocation à être long. Quant aux causes, je pense que les signataires les ont suffisamment décrites dans leurs ouvrages respectifs

        +5

      Alerter
  • Larousse // 13.04.2021 à 08h33

    Le recul de l’Industrie française, les symboles en ce moment se succèdent pour rappeler que votre ploutocratie a choisi la destruction en miettes de la classe ouvrière française et n’oublions pas la mise au pas de sa paysannerie (avec vos grands groupes d’achats , qui d’ailleurs ont tous cherché à s’implanter en Europe de l’Est pour faire le coup pareil – Intermarché, Carrefour, Achan – auchan en Russie, …:
    Très court quand on détruit les bases d’une économie indépendante, on s’approche d’un Etat soumis, « bananier de l’Open World », vulnérable… la démocratie sonne dans le vide parce que la société s’effrite…
    La messe est dite sur l’état de la démocratie en France…

      +16

    Alerter
  • RGT // 13.04.2021 à 08h42

    « La France –berceau des droits humains tels que promulgués en 1789″…

    Les droits humains tels que promulgués en 1789 ne concernaient que les plus nantis et ont permis de changer le pouvoir du droit du sang par celui du droit du fric.

    N’oubliez jamais que le suffrage instauré en 1789 était censitaire, c’est à dire que seuls ceux qui avaient les moyens de payer le cens (impôt) avaient le droit de voter et de s’exprimer.

    Qu’on cesse de nous bassiner avec la « démocrassie », les révolutions des « lumières » n’avaient rien à envier aux révolutions « de couleur » actuelles et n’avaient pour seul objectif que de remplacer le « droit divin » par celui du fric.

    Ce qui est tout à fait compréhensible si l’on avait du fric et aucun droit à l’époque.

    Par contre, ce qui me dégoûte, c’est que la majorité de la population de « gueux » est persuadée qu’elle vit dans une société dans laquelle les « moins que rien » ont le droit de s’exprimer.

    Si vous souhaitez pouvoir influer sur la politique de votre pays il n’y a qu’un seul moyen de le faire : Avoir une puissance financière hors du commun.
    Et dans ce cas, votre intérêt ne sera pas de perdre cet avantage au profit de ceux « qui ne comptent pas » car vous vous tireriez une balle dans le pied.

    Il est gentil Chomsky mais plus il vieillit plus il a tendance à oublier ses réflexions sur le seul système de gouvernance qui permette à chacun de s’exprimer et permette une équité sociale totale : L’anarchie.

    Comme ce système politique va à l’encontre des intérêts de tous ceux qui profitent du pouvoir (de haut en bas de l’échelle) c’est mal parti.

      +39

    Alerter
    • Bats0 // 13.04.2021 à 12h36

      Exact, « c’est mal parti », et même plus, c’est mal barré, lorsqu’on voit que la majorité de la population associe le terme « anarchie » à « chaos », alors que c’est exactement l’opposé : « l’anarchie est l’ordre social absolu »; la novlangue a « fait du bon boulot »…

        +9

      Alerter
    • Toine // 13.04.2021 à 13h15

      A mon avis Chomsky a signé mais ne devait pas être d’accord avec tout ce que dit l’article.

        +1

      Alerter
    • vert-de-taire // 14.04.2021 à 11h39

      @RGT **« La France –berceau des droits humains tels que promulgués en 1789″…**

      C’était l’occasion de mettre un lien vers les conférence de Henri Guillemin.
      Car malgré le temps passé, l’Histoire qu’il nous raconte est très actuelle.

      On y trouve abondamment la trahison des élites, le pouvoir dictatorial bourgeois, les massacres des gueux, les gros mensonges, choisir l’envahisseur pour écraser les gueux, bref rien que de l’actuel.
      https://henriguillemin.fr/conferences-henri-guillemin.html

        +3

      Alerter
    • TYT // 14.04.2021 à 15h59

      Le malheur est que l’anarchie (comme d’ailleurs la démocratie) est utopique. L’être humain étant ce qu’il est, ça se dévoie toujours vers quelque oligarchie (les variétés n’en manquent pas).
      Un champ de réflexion, peut-être: comment concevoir un système oligarchique durablement « convenable » au plus grand nombre?

        +4

      Alerter
  • Fabrice // 13.04.2021 à 08h43

    sur la forme je trouve dommage que Chomsky ne parle pas des lois du patriot act qui ont ouvert la voie, mais sur le fond je suis d’accord nous connaissons une régression démocratique et des droits individuels comme jamais et dans le silence le plus absolu de nos médias.

    La réponse que l’on obtient à chaque fois c’est essayez donc d’aller en Corée du nord, mais non on est pas soit une tyrannie ou un démocratie ce sont deux pôles extrêmes qui ont entre deux sont une échelle de reculs ou d’avancées et nous sommes malheureusement avec ces lois de sécurité globale en train de tomber en dessous de la médiane avec un minimum requis pour faire partie d’un semblant démocratique.

      +11

    Alerter
    • vert-de-taire // 14.04.2021 à 11h48

      ***La réponse que l’on obtient à chaque fois c’est essayez donc d’aller en Corée du nord, ***

      Cet argument est proprement scandaleux c’est certain.
      Ce qui est curieux c’est qu’il puisse servir !
      C’est nous prendre pour des crétins. Mais qui en douterait ? N’avons-nous pas voté pour nous faire [xxx] avoir ?
      ILS ont raison car cela fonctionne depuis des décennies, pourquoi se priver ?

      Le formatage des gens qui l’emploient est clair : ils sont en guerre, il y a les amis et les ennemis, les bons les méchants le bien et le mal. C’est exactement la propagande que l’on instille dans la tête des enfants.
      C’est exactement ce que ces grands enfants nous ressortent.

        +3

      Alerter
  • Paul // 13.04.2021 à 09h03

    Comme le souligne Darras, oui un texte pareil
    Toutes ces ONG servent aussi les intérrêts d’autres entitées
    Macron dérange-t-il aussi les forces occultes ?
    Mais dans ce texte, raison ou pas ?
    Un peu quand même , non ?

    ça fait un moment que quelque part « on » a décidé de clouer macron. Pourquoi ?
    Faut voir qui ils vont pousser à la place

    La démocratie existe-t-elle seulement quelque part ?
    je sais, c’est une reflexion facile, mais

      +9

    Alerter
  • Marianne M. // 13.04.2021 à 09h03

    Merci à tous.Tristesse d’en être arrivé là, nous qui signions autrefois pour les autres!

      +2

    Alerter
  • Denis Monod-Broca // 13.04.2021 à 09h21

    Chomsky a raison de nous le rappeler. Le monde attend que la France soit à la hauteur de son histoire, de sa pensée, de ses principes. Sortons de la mesquinerie égoïste européenne, sortons du mensonge mondialiste, sortons de la tutelle US, soyons la France, portons haut et clair l’étendard de la liberté, de l’égalité et de la fraternité !

      +16

    Alerter
    • raoul // 13.04.2021 à 14h19

      Tiens-tiens… Le Monde attend une Révolution Française ?
      Avec toutes nos têtes lobotomisées, ce sera le dernier pays à se révolter !! L’entr’aide n’existe que chez les GJ et les oligarque!

        +3

      Alerter
  • Fritz // 13.04.2021 à 10h14

    Il y a effectivement un gros souci en France avec les libertés fondamentales, avec cet état d’urgence qui sévit depuis plusieurs années (un quart de siècle pour le plan Vigipirate) et qui a empiré depuis un an sous prétexte de combattre une épidémie.

    Ce texte cosigné par Noam Chomsky serait salutaire s’il ne se moulait pas dans la bien-pensance anglo-différentialiste : l’exxtrrrême drroite comme épouvantail, les citoyen.ne.s emprisonné.e.s par l’affreux Poutine, les professeur.e.s et autres « femmes indigènes » qui signent le texte, etc.

    Du coup, ce texte n’atteindra qu’un petit milieu de gauche bien comme il faut. C’est dommage, car l’enjeu des libertés mérite un effort pour sortir de l’entre soi.

      +20

    Alerter
    • LibEgaFra // 13.04.2021 à 12h56

      Fritz est de retour parmi nous! Bienvenue!

      Il n’y a pas de liberté sans égalité ni fraternité.

        +9

      Alerter
      • raoul // 13.04.2021 à 14h20

        Ouep…
        Et on s’en éloigne de jour en jour !!

          +4

        Alerter
        • herve cruchant // 15.04.2021 à 23h52

          La Révolution Française de 1789+ a montré que la France avait intérêt à être révolutionnaire et républicaine. Intérêt. Pour elle-même, pour son avenir et sa pérennité. Pas pour en faire un Empire à ricochets. Notre société actuelle a le toupet de fêter un contre-révolutionnaire qui a massacré 5 millions de personnes en Europe durant son règne. Alors que depuis 150 ans, la propagande ne connaît Robespierre ou Saint-Just que par les guillotinés. Danton, le bourgeois libéral avant la lettre a envoyé bien plus de français à la potence coupante. Autre chose : qui a lu Robespierre ? verra dans ses discours des propos qui ont inspiré Lénine, Marx et Engels. Nietzsche n’aurait pas désavoué des raisonnements révolutionnaires. Imaginons un peu que cette République reste révolutionnaire et active jusqu’à nos jours. On ne se moquerait pas de la démocratie -qui aurait une autre forme, certainement; ni de notre devise nationale; ni notre drapeau ou notre identité dans le monde. Nous n’aurions pas à mendier une pseudo protection américaine. La langue et la culture -cet manière spécifique de répondre de manière originale aux défis que nous pose l’environnement- seraient considérés autrement. Le suivisme (des Anglais) colonial et religieux (le catholicisme) n’aurait pas eu l’ampleur historique dont nous déplorons les conséquences. La fermeté de nos gouvernants aurait été plus considérable… etc. Un peu de discernement ne nous ferait pas de mal, considérant nos capacités à servir notre république au titre de citoyen.

            +1

          Alerter
          • METZGER // 17.04.2021 à 10h51

            Bravo, herve cruchant, pour ce petit rappel historique !
            « Et vous, législateurs, souvenez-vous que vous n’êtes point les représentants d’une caste privilégiée, mais ceux du peuple français, n’oubliez pas que la source de l’ordre, c’est la justice, que le plus sûr garant de la tranquillité publique, c’est le bonheur des citoyens, et que les longues convulsions qui déchirent les États ne sont que le combat des préjugés contre les principes, de l’égoïsme contre l’intérêt général ; de l’orgueil et des passions des hommes puissants contre les droits et contre les besoins des faibles. »
            Maximilien de Robespierre

              +1

            Alerter
  • Auguste Vannier // 13.04.2021 à 10h16

    J’ai beaucoup lu Chomsky et apprécié ses contributions bien documentées à une critique lucide de la Politique de son pays.
    Je regrette de le voir sombrer dans le politiquement correct avec des formules laissant entendre que Biden va changer quoi que ce soit ou pire reprendre la grossière propagande anti-Russe:  » en Russie, Vladimir Poutine met des milliers de citoyen.nes en prison lors de manifestations en soutien à Alexeï Navalny; « . Il ne lui reste plus qu’a convenir que Poutine est un tueur et qu’il empoisonne ses opposants pour hélas! achever de décrédibiliser le reste de ses analyses (pourtant souvent justes).

      +16

    Alerter
  • Anonymous_Civ_Sergent // 13.04.2021 à 10h17

    Peut être es ce une crainte de nos maîtres atlantistes du devoiement trop visible au plus grand nombre qui est au passage encore bien endormi et complaisant de part le confort qu’il va encore jouer, de ce qui nous gouverne ?

      +1

    Alerter
  • Philippe T. // 13.04.2021 à 11h56

    Bonjour,
    La principale et la plus inquiétante régression de la démocratie, c’est à mon avis la dépolitisation d’une bonne partie de la population et l’abstention massive à chaque scrutin depuis maintenant une bonne décennie.
    Ce qui a pour conséquence de laisser le pouvoir aux minorités organisées.
    Le reste, les lois diverses plus ou moins répressives, ce sont des atteintes à nos libertés fondamentales.
    Liberté et démocratie vont souvent ensembles – c’est ce qu’on préfèrerait-, mais pas obligatoirement.
    Et d’autant plus si majoritairement le peuple se désintéresse du sort de ses libertés et réduit son attention à sa vie de consommateur jamais satisfait.
    Vaudrait mieux ne pas l’oublier.

      +11

    Alerter
    • LibEgaFra // 13.04.2021 à 13h18

      « La principale et la plus inquiétante régression de la démocratie »

      Quelle « démocratie »?

      « et l’abstention massive à chaque scrutin  »

      Si le vote servait à changer qqch, cela ferait longtemps qu’il serait interdit.

      « laisser le pouvoir aux minorités organisées. »

      Le pouvoir n’est pas « laissé », il est accaparé par UNE minorité: la bourgeoisie.

      « Liberté et démocratie vont souvent ensembles  »

      Si c’était le cas, il n’y aurait pas de libertés, puisque la « démocratie » est un fantasme pour les gogos.

      En fait ce qui marche ensemble ce sont les libertés et les aliénations à travers les spectacles et les marchandises.

      Privé de ces derniers, le peuple rue dans les brancards. Triste spectacle…

        +5

      Alerter
    • Saïd Herta // 13.04.2021 à 13h20

      Quand l’état crache de la merde à la gueule des citoyens quotidiennement pour continuer à se faire élire par les télé-lobotomisé gouvernés par la peur , les électeurs se barrent ; ils font leur monde d’après, à eux, sans les autres cons. Appelez les séparatistes et poussez les hauts cri si vous voulez … ils ne sont déjà plus là.
      Lamentez vous tant que vous voulez mais les politiques sont les plus coupables de cet état de fait.
      Quand la politique c’est TINA , les gens créent leurs propres alternatives sans « la politique » , vous avez déjà vu un politicien pro dans une ZAD ou sur un rond point ? Non ? C’est normal.

        +7

      Alerter
  • LibEgaFra // 13.04.2021 à 13h05

    « Depuis plusieurs années, la démocratie paraît reculer un peu partout dans le monde, »

    Pour que la « démocratie » soit en recul, il faudrait d’abord que celle-ci existe. Il serait temps de ne plus se payer de mots et d’appeler un chat un chat, à savoir que les pays occidentaux sont des oligarchies ploutocratiques ou autrement dit des dictatures de la bourgeoisie, qui n’admettront jamais de perdre le pouvoir, comme toute dictature.

      +9

    Alerter
    • Anfer // 13.04.2021 à 18h58

      Partout ou les inégalités progressent, la démocratie recule.

        +1

      Alerter
  • Fulub // 13.04.2021 à 13h56

    Bonjour,

    Voici le lien d’une chronique sur ce sujet du professeur de droit Paul Cassia sur son blog sur Médiapart

    https://blogs.mediapart.fr/paul-cassia/blog/120421/quelques-maux-propos-de-la-loi-confortant-les-principes-de-la-securite-globale

      +2

    Alerter
  • TZYACK // 13.04.2021 à 15h33

    De Gaule savait que décaler dans le temps les élections présidentielles des législatives et abolir les règles de proportionnelle était indispensable pour maintenir un équilibre démocratique des pouvoirs politiques en France.
    Aujourd’hui, grâce à l’abandon de ces règles de bon sens, on s’oriente insidieusement vers une dictature d’Etat, car « Cette loi contient un arsenal juridique redoutable qui pourra être utilisé contre toutes personnes physiques ou morales qui dérangent les intérêts de l’État de par leurs activités, leurs propos ou leur religion. »

      +4

    Alerter
    • Anfer // 13.04.2021 à 19h02

      De Gaulle nous a laissé un régime bonapartiste qu’il est temps d’abolir.

        +1

      Alerter
      • METZGER // 17.04.2021 à 11h05

        Pour mettre quoi à la place ? La dictature des juges ? Nous sommes déjà en plein dedans !
        Censurés de toute part, notre liberté d’expression est elle même menacée.
        Rome mettait en place une dictature limitée dans le temps pour redevenir une république.
        Les seuls Bonapartistes sont les magistrats. Et ils resteront en place du politique tant qu’on ne les aura pas congédié.
        Voici la seule urgence !

          +1

        Alerter
  • Xavier37 // 13.04.2021 à 17h19

    La démocratie recule parce que les ressources commencent à manquer et que donc le gâteau à se partager rétréci. Ceux qui ont déjà beaucoup veulent conserver leurs avantages et si possible en avoir plus.
    Il va falloir maîtriser des mécontents en nombre croissant. Alors les atteintes a la démocratie vont aller croissantes aussi probablement.

      +6

    Alerter
    • Anfer // 13.04.2021 à 21h00

      C’est exactement ça.

      La question, c’est quelle société voulons nous ?

      Égalitaire, donc plus démocratique et espérons le, plus stable.

      Ou inégalitaire, donc peu démocratique et forcément instable.

        +1

      Alerter
    • vert-de-taire // 14.04.2021 à 14h01

      *** La démocratie recule parce que les ressources commencent à manquer ***

      NON TOUT FAUX, la fable des salauds.

      – La démocratie une lubie de croyant, n’existe pas, un mot de salauds pour tromper les lobotomisés ..
      – Le manque de ressources : la consommation (pour le profit et par le pillage) comme paradigme de la mesure de la richesse pour les lobotomisés.

      C’est croire la fable du capitalisme qui apporte le progrès mais que c’est vraiment pas de chance moins de ressources alors … C’est vraiment bête ce manque.

      1 – les ressources manquent, c’est juste, car les multinationales les dévastent et les consomment le plus vite possible : vendre le plus possible avec profit est le moteur du Système. Il y a contradiction avec une logique de vie : on se dépêche d’assécher les ressources vitales … Plus crétin tu meurs, donc on meurt : CQFD. Pas de démocratie ici mais une logique économique, des salauds cupides, devenue systémique – système que nous validons à chaque élection (que l’on vote ou non – à méditer).

      2 – la décroissance effective depuis les années 90 (prévision marxiste avérée – aïe je suis épinglé)
      2.1 – car le modèle économique est basé sur l’optimisation de l’exploitation des ressources : il s’agit d’optimiser le profit sur le coût donc réduire l’activité, sans baisser le profit : baisse de l’activité (coût/rendement du travail et coût des ressources) mais augmentation des profits pour les riches CQFD (meuh non le marché arrange tout ça … la preuve).

        +1

      Alerter
      • vert-de-taire // 14.04.2021 à 14h02

        2.2 – recherche vitale (pour le capitaliste) du maintient des profits malgré la baisse des ressources et le renchérissement du travail : se tourne vers la finance qui fabrique alors de la dette insolvable, dette = richesse constituée de monnaie de singe ; si elle grandit sans cesse => au fou !). L’économie réelle devient une très faible part du ‘capital’ circulant … => décroissance de l’activité : chômage donc tensions sociales donc répressions plutôt que remédiation = logique de pouvoir des salauds.
        2.3 – perte de pouvoir d’achat des populations concomitante de la prédation des biens par accumulation affolante par les ultra-riches => concentration du pouvoir économique en peu de mains =>  perte d’influence des populations sur la marche du monde (exemple : l’UE = dictature des capitalistes : le profit passe légalement avant les droits et besoins des populations – qui parle de pb de ressources ?) 

        3 – Quand on va mal c’est la faute du plus faible à porté de main … la classe moyenne trop exigeante pour les ultra-riches, les gueux pour la classe moyenne, les immigrés et autres salauds d’étrangers pour les gueux en place. Sans parler des groupes sociaux inventés pour l’occasion par les salauds (femmes, homo, coiffeurs, chômeurs, …). Ces groupes n’émergent comme sujet que par dysfonctionnement éthique des rapports de force dans une logique de marché : reporter sur autrui la violence subie par les ratés. Ratés : tout ceux qui n’ont pas intégré l’ENA ou autres grandes écoles, soit 99 % des gens : un modèle parfait pour la paix sociale.

          +1

        Alerter
  • Pourousha // 13.04.2021 à 20h25

    Je vais répondre avec prudence: vous devez redéfinir ce que vous défendez comme  » liberté, égalité, fraternité, etc. Car, ces termes ne définissent que des idées et non des vues de l’esprit  » libre ». L’esprit  » libre » matérialise ces concepts matériels tout en apportant à l’homme ce qui fait que la vie est une expression de son essence. S’il choisit le désir, le manque lui sera aussi offert. S’il choisit son propre bonheur, son malheur lui sera également offert. Ainsi de suite, il devra parcourir multiples expériences via une libération complète de ses tendances et des choix….

      +0

    Alerter
    • METZGER // 17.04.2021 à 11h15

      @ Pourousha
      Liberté, cela devrait être d’abord celle de la parole. A vous de voir si elle vous paraît vraiment libre.

      Egalité, cela veut dire un héritage confiscatoire et redistributif, afin que l’égalité des chances soit assurée à chaque génération, et que nous vivions une société méritocratique. Il me semble que les Français sont unanimement contre.

      Fraternité, c’est d’abord la paix, déposer les armes de tous les conflits : féminisme, anti-racisme, etc, pour parvenir au partage. Il semble que l’on veuille plutôt s’étriper joyeusement au nom de toutes les religions, convictions et autres ismes….

        +0

      Alerter
  • Ernesto // 13.04.2021 à 22h41

    Une fois qu’on a écrit que la France n’est pas (ou plus) une démocratie, on fait quoi ? On décrète l’anarchie ? La dictature ? Et… ? On continue à rouspéter tous les matins devant son café crème, on écrit un mail dénonciateur et rageur sur son ordi, et puis on va se recoucher puisque tout est foutu, il n’y a pas d’alternatives, en face ils sont trop forts, les politiques sont tous pourris, il ne reste plus qu’à se réfugier dans l’impuissance, le fatalisme, la résignation.

    Pendant ce temps, la minorité oligarque, bourgeoise, financière, dominante, renforce tranquillement ses privilèges et l’arsenal juridique et répressif pour réduire à zéro toute velléité de contestation ou de résistance.

    Vous n’en avez pas marre de courber la tête, de baisser les yeux, le béret à la main, le regard fixé sur le bout de vos charentaises ? Que faudra-t-il de plus pour que l’heure de la révolte sonne, que la dignité et l’ardent désir d’être (avec d’autres) acteur de son destin, se réveillent et remobilisent les énergies, les engagements, au service du bien commun et d’un projet émancipateur ?

      +5

    Alerter
    • lolafleurie // 16.04.2021 à 19h46

      Parfait, Ernesto. Prenez le fanion, marchez en tête, je vous suis !
      Je crois que nous sommes très nombreux à être prêts sans être des meneurs. Il suffit d’une tête pensante et organisatrice qui nous représente et la révolution commencera.
      Seulement, voilà, à la tête, il me manque bigrement quelqu’un à suivre. Pas vous ?

        +1

      Alerter
  • rolland // 15.04.2021 à 08h42

    « Vladimir Poutine met des MILLIERS de citoyen.nes en prison lors de manifestations en soutien à Alexeï Navalny »
    Est-ce que quelqu’un aurait un lien officiel décrivant ces milliers de russes envoyés en prison svp ?
    Merci d’avance.

      +2

    Alerter
  • christian gedeon // 15.04.2021 à 15h31

    J’espère qu’il a le même message à l’adresse de XI Jin Ping,de Poutine,ou de Kim. sûrement. Peut-être. Ou peut-être pas? Pour ce qui me concerne je lui suggère poliment de s’occuper de ses fesses. On saura faire comme des grands en France. On s’occupe de « nos libertés  » et c’est bien parti pour. Et lui s’occupe des siennes. Yankee,go home,quoi! j’aime bien les us ,j’y suis souvent allé passer du temps . Mais j’aimerias bien voir la gueule,y compris de ses supporters,si j’allais aux us leur dire quoi faire! Et maintenant que je suis moins énervé,il a raison sur le fond,oh combien. Nous sommes le dernier « grand » état-nation à résister à l’absorption,vaille que vaille,et ce n’est pas grâce à nos dirigeants depuis Giscard. En ce sens, il est dans le vrai. Mais ,on n’ apas besoin de lui pour le dire et le faire savoir,Merci!

      +2

    Alerter
  • METZGER // 17.04.2021 à 11h40

    Cette loi est faite pour punir l’étranger, et par mesure d’égalité, le Français qui aurait le même penchant , et tous se sentent brimés. C’est Fiodor Dostoïevski qui l’explique le plus clairement dans les frères Karamazov
     » Le criminel étranger, dit-on, se repent rarement, car les doctrines contemporaines le confirment dans l’idée que son crime n’est pas un crime, mais une simple révolte contre la force qui l’opprime injustement. La société le retranche d’elle-même par une force qui triomphe de lui tout à fait mécaniquement et accompagne cette exclusion de haine, et d’une indifférence, d’un oubli complets à l’égard de la destinée ultérieure de cet homme.  »
    La seule différence, c’est qu’aujourd’hui, on nous en fait tout un plat des souffrances de cet étranger…. La culpabilisation massive est une arme .

      +1

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 17.04.2021 à 14h29

      La seule différence, c’est qu’aujourd’hui, grâce aux moyens modernes de communication, chacun-e peut connaître les souffrances de l’étranger…
      Et donc que « l’étranger » en devient de moins en moins étrange(et effrayant), de plus en plus semblable.
      Que nous soyons touché-e-s par ce qui arrive à nos frères (et soeurs) qui vivent au-delà de nos frontières, n’est-ce pas un signe de l’évolution positive de l’espèce humaine, qui pourrait lui permettre de réaliser un équilibre propice à la santé et la prospérité de tou-te-s, ainsi qu’à la sauvegarde de son biotope commun?
      Car l’élargissement des connaissances nous apprend aussi que tous les êtres vivants sont interdépendants…

        +1

      Alerter
  • Ernesto // 17.04.2021 à 19h57

    @lolafleurie (16/04/21 à 19h 46) :
    Et bien non, justement, la solution n’est pas qu’il suffit d’une tête pensante et organisatrice à suivre
    pour régler le problème de l’alternative possible et souhaitable. Là est le piège issu de la logique perverse des institutions de la 5e République, taillées sur mesure pour De Gaulle, avec le mythe de « l’homme providentiel » et celui de la prétendue « rencontre entre un homme et le peuple ».

    Comment ne pas voir l’infantilisation et le rabaissement politique et démocratique qu’induit une telle conception ? C’est pourquoi je parle pour chaque citoyen d’être acteur de son destin et non pas spectateur. La délégation de pouvoir c’est ce qui tue la démocratie, il faut en finir avec le « votez pour moi, je m’occupe du reste ».

    Les exemples historiques abondent pour illustrer la trahison de ceux, à peine élus, qui piétinent leurs promesses (qui n’engagent que ceux qui les croient). Tout mandat doit être révocable et placé sous contrôle citoyen.

    Le fin du fin de la démocratie ne peut en aucun cas se réduire à dire « stop ou encore » à l’issue de cinq années d’un exercice solitaire et vertical du pouvoir.

      +3

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 18.04.2021 à 12h48

      En effet, nous avons besoin de représentant-e-s parce que les parlements ne sont pas assez grands pour accueillir l’ensemble des gens qui souhaitent y exprimer leurs revendications et propositions…
      Les « apéros politiques » multi-partis (ouverts à tou-te-s), organisés dans les périodes qui précédent les élections, sont une occasion de rencontrer « de visu » les candidat-e-s (plus facile ainsi de jauger leur sincérité que de simplement lire leurs propositions, et possibilité de leur faire les nôtres) … sauf qu’ils devraient se répéter tout au long du mandat…

        +0

      Alerter
  • Ernesto // 17.04.2021 à 21h03

    @lolafleurie (suite) :
    2022 est très mal parti avec une gauche irresponsable et divisée, par d’affligeantes querelles d’égo et de boutiques, éliminée dès le premier tour dans tous les cas de figure, au vu des derniers sondages (elle est actuellement globalement à à peine 25% des intentions de vote, un score historiquement bas). Même si évidemment il convient de prendre ces derniers avec des pincettes et une extrême prudence, il n’en demeure pas moins que le risque est bien réel de voir la gauche disparaître purement et simplement de l’arène politique, comme en Italie.

    Il reste tout juste un an pour tenter de renverser la tendance. Comment ? A mon avis en construisant un grand mouvement social de luttes réunissant partis politiques, syndicats, associations progressistes, monde culturel et intellectuel, pour peser dans le débat, privilégiant les convergences, afin de bâtir un projet émancipateur crédible qui réponde aux immenses défis auxquels nous sommes confrontés.

    Le casting pour l’incarner viendra après (et non pas avant comme semblent le privilégier tous les responsables de la gauche) . Et si la pression est suffisamment forte pour imposer le projet et l’union pour le porter, nul doute que les « melons », qu’ils soient rouges, roses, verts ou autres, devront en rabattre sur leurs ambitions personnelles et accepter le verdict de la délibération collective, sous peine de perdre la face.

      +2

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 18.04.2021 à 13h14

      Oui, … un grand mouvement social… privilégiant les convergences…
      Étant donné le remue-ménage observé en 2019, l’année 2020 aurait pu être propice à un tel rassemblement. Malheureusement, le virus est venu, avec l’injonction de rester « chacun dans sa bulle » (franchement, il n’aurait pas pu mieux tomber, pour refroidir les ardeurs citoyennes en induisant la peur des autres avec qui nous avons besoin de délibérer).
      Et ce ne sont pas les « conférences-débats sur Zoom » qui encouragent des échanges accessibles à tou-te-s…

        +0

      Alerter
  • Ernesto // 17.04.2021 à 21h55

    Je n’ignore pas que le contexte présent (pandémie, confinement, couvre-feu, anxiété, peur, incertitudes sur la sortie de crise, manque de visibilité sur le monde d’après), concentre la totalité des préoccupations des citoyens.

    Et même si des luttes catégorielles se mènent dans différents secteurs sur l’emploi, les salaires, la défense des libertés, contre la précarité et les inégalités…, l’engagement citoyen et le niveau de mobilisation globale sont encore très loin des exigences requises pour obliger les politiques à en tenir compte dans leurs orientations et stratégies.

    Je crains malheureusement que les confortables mais mauvaises habitudes prises pour faire vivre une démocratie plus formelle que réelle (« faites pour le mieux, je vous fais confiance »), ne laissent en définitive un boulevard aux politiciens de tous poils, uniquement avides de pouvoir et de pérennité d’un système dont ils profitent, eux et leurs maîtres.

      +2

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 18.04.2021 à 13h49

      Oui, et il semble que la lassitude engendrée par le contexte de pandémie, si elle provoque une certaine colère(surtout chez celles et ceux dont elle a brisé les projets de vie), inspire surtout un besoin d’insouciance (cette insouciance/inconscience qui nuit à l’engagement citoyen).
      À noter aussi l’écrasement des arts et de la culture, fabriques de liens et vecteurs de la connaissance ainsi que porte-voix de la contestation.
      À Bruxelles, l’occupation de la Monnaie (Opera royal-par les jeunes étudiant-e-s et travailleurs-euses des milieux artistiques et culturels) se poursuit et propose chaque jour de 17h à 19h des prestations ainsi qu’un micro ouvert à tou-te-s(autorisé par le conseil communal).
      Le foyer du Theatre national est également occupé en permanence(avec accord de sa direction), bienvenue à tou-te-s.

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications