Les Crises Les Crises
21.octobre.202121.10.2021 // par Olivier Berruyer

NOTRE SYSTÈME FINANCIER VA S’EFFONDRER – Olivier Berruyer

Merci 66
J'envoie

Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Dans quel état économique errons-nous ? La pandémie de COVID-19 a plongé l’humanité dans un état de stress aigu. Au-delà de la crise économique, nous connaissons une crise de modèle. Et aussi une crise de l’information.

Les chiffres sont convoqués pour nous faire croire tout et n’importe quoi. C’est dans ce contexte qu’Olivier Berruyer et d’autres ont décidé de créer le média indépendant Élucid. Élucid publie des tribunes et des chroniques, mais aussi et surtout des graphiques expliqués qui nous permettent de comprendre un peu mieux les enjeux de ce qui arrive à nos économies.

Découvrez le site d’Élucid : www.elucid.media

Profitez de notre offre de lancement en utilisant le Code Promo : LESCRISES
Découvrez nos offres ici

Les graphiques présentés au cours de l’entretien :

Commentaire recommandé

Raphaël S // 21.10.2021 à 18h12

Au travers de cette interview nous comprenons bien le projet et l’ambition d’Elucid.
Il y a effectivement un manque, dans nos médias, d’explications claires sur les fondamentaux de notre économie et sur les forces en présence qui conduisent nos sociétés capitalistes et libérales.
Vous avez pas mal insisté, Olivier, sur la figure de Bernard Arnault.
Il me semble que les titres de dettes publiques sont plus massivement (et globalement) détenus au sein de fonds de pension, d’assurance-vie, et même de placements type Livret A, lorsqu’ils ne le sont pas par la Banque Centrale, comme vous le soulignez. A ce titre, une société comme BlackRock me semble bien plus dangereuse et pernicieuse pour la stabilité sociale que ne peut l’être un Bernard Arnault (tout de même 2ème fortune mondiale).
Bernard Arnault n’est, à mon sens, QUE la figure de proue d’un immense bateau piloté par les Banques Centrales. La face la plus visible de l’Iceberg.
Car si les Banques Centrales ont effectivement peut-être permis à Bernard Arnault de se délester d’une partie de ses obligations, elles ont surtout évité le naufrage d’un énorme passif au cours de la dernière décennie… passif que l’on retrouve maintenant, en partie, dans la bulle immobilière comme vous le dites… au détriment des nouvelles générations malheureusement.

Je souhaite bonne chance à Elucid ! A cette initiative plus qu’indispensable au débat démocratique !
Et m’abonne dès à présent avec l’offre du jour 😉

65 réactions et commentaires

  • Brigitte // 21.10.2021 à 09h31

    Très intéressant. Dommage que OB n’en vienne pas à proposer clairement la sortie de l’UE et de l’euro. Pourquoi? j’aimerais bien qu’il ait ce débat avant les prochaines échéances électorales. Frexit or not Frexit? les souverainistes ne sont-ils pas des gens fréquentables? trop à droite? Pourquoi ne pas proposer un souverainisme débarrassé de ces fausses étiquettes?
    Admettons que ce ne soit pas le rôle d’élucid de faire des choix politiques ….mais au point où l’on en est, que vaut-il mieux: aider les gens à se préparer au pire ou l’éviter?

      +25

    Alerter
    • Patrique // 21.10.2021 à 16h54

      Les frexiteurs sont des indépendantistes, pas des « souverainistes » en peau de lapin. Il y a, à ma connaissance, 7 partis indépendantistes qui réclament le Frexit :
      (par ordre alphabétique) Le Pardem, les Patriotes, le POID, le PRCF, République Souveraine, Solidarité et Progrès, l’UPR.
      Soit un de droite, 4 de gauche et 2 divers. L’indépendance nationale nécessaire à la démocratie est donc partagée sur tout l’échiquier politique.

        +17

      Alerter
  • Saint Maurice // 21.10.2021 à 09h58

    Il faut juste que l’état parvienne à récupérer ses dépenses passées par les taxes et le tour est joué, le monde est sauvé…

      +2

    Alerter
  • pucciarelli alain // 21.10.2021 à 10h37

    Pourriez vous nous expliquer en quoi un danger fasciste existerait aujourd’hui en France ? Merci

      +4

    Alerter
    • Patrique // 21.10.2021 à 11h01

      Fasciste non mais fascisant oui. On en est à 400 morts au moins tués par l’extrême droite musulmane au cours du XXIème siècle ; sans oublier les milliers de blessés.

        +7

      Alerter
      • Orhan // 22.10.2021 à 09h42

        Et combien de musulmans tués par l’extrême droite occidentale au cours du 21e siècle? On parle en centaines de milliers. Mais bon, la poutre, la paille, etc. Faites peur aux populations, mais surtout désignez un bouc émissaire. Remember les années 30.

          +17

        Alerter
        • michou // 23.10.2021 à 08h39

          On parle de la France, d’une idéologie de plus en plus violente et portée par certains membres d’une population en croissance.

            +5

          Alerter
          • Orhan // 23.10.2021 à 15h10

            Le discours de de Villepin nous donne bonne conscience peut être, mais la France massacre bien des musulmans, indirectement en envoyant des conseillers en irak des 2003, en massacrant les libyens, ou des maliens, appelés habilement des terroristes. Fidèle alliée des USA, voire quasiment vassal de ceux ci. Non, la France est parti intégrante du massacre de musulmans, pas la peine de se voiler la face sinon vous aurez du mal à comprendre pourquoi des mecs nés en irak veulent tuer des innocents sur notre sol.
            Libre à vous ensuite de croire en la rhétorique republicaine.

              +4

            Alerter
          • Ribouldingue // 24.10.2021 à 00h46

            Qui fait la guerre à tout un tas de pays à forte présence musulmane depuis 30 ans? L’Irak, l’Afghanistan, la Syrie ça vous va comme agression de la part de la France ? Et tout ça sans aucun casus belli qui pourrais justifier quoi que ce soit. Quand on rase des banlieues au loin il ne faut pas s’étonner d’énerver les pères ou les frères des gamins qu’on a écrasé sous les bombes par milliers. Les français massacrent des gamins en Afrique et au Moyen Orient par leur armée en déviant le regard et se plaignent de récolter ce qu’ils sèment. Je ne suis pas certain de qui sont les plus barbares entre les terroristes islamistes et ceux qui se voilent la face parce qu’ils n’ont jamais envie d’assumer leur vote.

              +13

            Alerter
    • douarn // 21.10.2021 à 11h34

      Bonjour
      Excellente question Alain à laquelle je me joint.

      Mais il faudrait d’abord, si vous me permettez, se mettre d’accord sur ce qu’on nomme « fascisme ».
      Pour ma part c’est un totalitarisme parmi d’autre, d’origine socialiste, émergeant dans un contexte de crise économique et de pénurie (pic du charbon anglais en 1913, premier fournisseur italien), fantasmant une société nouvelle impliquant la négation de l’individu et des libertés individuelles. Le citoyen se définit par son appartenance à une communauté menée par un chef puissant, « jupiterien » oserais-je dire (https://www.geo.fr/histoire/mussolini-linventeur-du-fascisme-203711).

      La politique économique est favorable à la bourgeoisie industrielle et financière au détriment du prolétariat dont l’endoctrinement commence dès le plus jeune âge (école préparant à l’insertion dans l’emploi au détriment de la citoyenneté). Cet endoctrinement promeut l’avènement de « l’homme nouveau ». On trouve le concept dans beaucoup de totalitarisme (https://www.fayard.fr/histoire/lhomme-nouveau-dans-leurope-fasciste-1922-1945-9782213622767). Le transhumanisme promu, entre autre, par le bon docteur Alexandre relève, je trouve, de cela.

      Il me semble que le fascisme et le totalitarisme en général, utilise la « marche » comme élément de langage : la marche sur Rome (prise de pouvoir de Mussolini, 1922), la longue marche de Mao (1935), la république en march… euh pardon je m’égare.

      Ce tour d’horizon me semble être un premier élément de réponse à cette question.

        +26

      Alerter
      • Ellilou // 21.10.2021 à 13h06

        « …c’est un totalitarisme parmi d’autre, d’origine socialiste… » heu là on ne va pas être d’accord du tout. Ca n’est pas parce que ce baltringue de Mussolini a été dans sa jeunesse « à gauche » que vous pouvez rattacher le fascisme au socialisme. C’est un raccourci aussi bête que faux, désolée!
        Fascisme qui reposait, je me permets de le rappeler, sur la répression féroce des luttes ouvrières et qui pouvait compter sur l’appui inconditionnel des puissances de l’argent.

          +34

        Alerter
        • douarn // 21.10.2021 à 15h57

          Oui Ellilou, et pas seulement contre les ouvriers, négation de l’individu et des libertés individuelles, écrivais-je.

          Je ne le rattache (comme vous dites) pas au socialisme comme le tonton dégueu que tout le monde cherche à ne pas inviter, assis à la table du dimanche d’une famille bien comme il faut. Permettez moi de rappeler que le socialisme du début XXe c’est par ex., en France (SFIO), le « parti de la guerre » qui explosera au congrès de tours (1920). Que Lénine qui a croisé en Suisse Mussolini l’aura qualifié de « social-chauvin » en 1915 puisqu’il souhaitait une entrée en guerre de l’Italie. Il y a mieux quand même que ce socialisme là pour les ouvriers que de les envoyer au front non?

          Baltringue (= incompétent, incapable, peureux) dites vous? Je pense plutôt que c’est un enragé ou un illuminé (au choix).

          Mussolini, jeune, baigne dans un militantisme que l’on qualifierait maintenant peut être « d’ultragauche ». Il adhère au PSI en 1900, rompt avec les socialistes et l’internationalisme après avoir été soldat du côté allié pendant la WWI. Dès 1919, il porte une mystique nationaliste, basée sur la 3e Rome (référence à la Rome antique et chrétienne). Des discours se voulant anticapitalistes, antimarxistes, favorables à l’ordre et au travail (négation de l’individu et des libertés individuelles, disais-je), un renouveau national… un illuminé…

          Pour revenir au coeur du sujet je trouve très juste cette citation : le fascisme, c’est l’état du capitalisme en crise (Vladimir Oulianov)

            +10

          Alerter
          • vert-de-taire // 21.10.2021 à 16h22

            *** Pour ma part c’est un totalitarisme parmi d’autre, d’origine socialiste, ***
            *** France (SFIO), le « parti de la guerre » ***
            une fois Jaurès assassiné, les partisans de la Paix étaient orphelins.
            Pas de rapport avec le socialisme, des traitres à la cause se retrouvent partout dans tous les temps.
            Mais de socialisme il n’y a RIEN.

              +6

            Alerter
            • douarn // 21.10.2021 à 17h21

              C’est vrai et pour poursuivre dans le sens de ce que vous dites, les traitres n’ont pas seulement trahi la classe prolétaire dont ils représentent les intérêts, ils ont aussi perverti tous les termes (pas seulement que le terme « socialisme » mais aussi pacifisme, classe ouvrière, …) qui en balisait les contours de lutte. Probablement pour mieux en brouiller les signifiants dans l’imaginaire populaire, j’imagine.

              Ce serait donc, je crois, une double trahison, trahison de classe et trahison des esprits. C’est la marque de la mise au pas par le capital de ce qui aurait pu être un contre-poid à ses intérêts.

              Par ailleurs ll me semble que les sobriquets fusèrent à l’époque (socio-traitre, parti de la guerre, social-chauvin, …).

              Bon c’est tout pour moi aujourd’hui 🙂

                +1

              Alerter
          • gracques // 22.10.2021 à 06h40

            Votre conclusion rattrape tout le reste .
            Si la social démocratie uropeenne et allemande en prmier lieu à versée dans la guerre …. ce n’est pas elle qui a initié le mouvement , mais a été plutôt entraîne la par toutes les forces conservatrices , voire réactionnaires.

              +0

            Alerter
            • gracques // 22.10.2021 à 07h33

              Bon mais franchement cela nous éloigné du problème actuel….Le système interbational ne du concessus de Washington et du réveil de la Chine a provoqué des crises croissantes de sur production associé à l’apauvrissement des classes moyennes occidentales.
              Le’déséquilibre du commerce extérieurs de l’occident vers la Chine appauvri les premiers inexorablement , c’est le seul déficit qui vaille.
              Ceci entraîne en occident un’enrichissement des classes qui profitent de ce secteur et de ceux qui permettent des ‘gains de productivite’ dans les pays à fort salaires (gafa) au détriment des classes laborieuses (et de mois en moins laborieuses).
              D’ou des craquements ….. d’abord dans les usines de localisées , puis dans les classes populaires moyennes qui prennent de plein fouet la stagnation de leur revenu et l’inflation des actifs immobiliers .
              Maintenant les classes moyennes et des parties de la petite bourgeoisie est craintive devant les chocs economiques successifs (2008 et 2020) , elle veut conserver ses privilèges de classe relativement aisee (typiquement les bac plus 4 ou 5 et commerçants à 80 100 ke par ans de benef).
              En haut les classes dominantes savent que la fête est fini et qu’ils ne pourrons rien lâcher sans s’appauvrir , le changement climatique aidant il va falloir serrer la ceinture des
              Geux.
              On chauffe donc la .marmite avec l’imigratin et le terrorisme et surtout on sépare les classes moyennes superieures (tendance macron autoritaire pour sauvegarder ce qui peut l’être ) et les classes populaires sous pression.

                +2

              Alerter
            • douarn // 22.10.2021 à 09h23

              « ce n’est pas elle qui a initié le mouvement , mais a été plutôt entraîne la par toutes les forces conservatrices , voire réactionnaires »

              Pourtant Gracques, bien avant la WWI, il me semble que le vers était déjà dans le fruit. Ainsi en 1906, au 3e congrès à Limoges, 3 motions furent proposées au vote, illustrant les différents points de vues, tensions et incohérences au sein du SFIO :
              La 1ere proposait de répondre à une déclaration de guerre « par la grève militaire et l’insurrection ». Elle fut rédigée par Gustave Hervé, un anti-militarisme qui deviendra ultra-nationaliste en 1914, puis un acharné du fascisme. Tiens tiens…
              La 2nde proposait que pour combattre une éventuelle guerre, il suffisait de lutter pour plus de socialisme. (Jaurès soutenait cette motion)
              La 3e est très ambiguë avec l’établissement d’une notion de défense de la nation attaquée par la mise en arme des peuples (internationale). Le vers était dans le fruit…

              Mais l’honneur socialiste est en partie sauf quand Jules Guesde jugea que le SFIO voit la guerre non pas comme une expression du capitalisme, mais comme un simple militarisme et de dire : « la paix, pour les prolétaires, est plus cruelle que la guerre // l’industrie moderne est un immense champ de massacre. »

              De même, Jaurès : « comment et pourquoi cette action ouvrière socialiste, que vous voulez affirmer devoir être poussée jusqu’à l’insurrection contre la guerre // vous ne la poussez pas à l’insurrection, lorsqu’il s’agit de l’exploitation capitaliste »

                +0

              Alerter
      • michou // 23.10.2021 à 08h46

        Pour compléter, la fabrication d’un homme nouveau, concept totalement « révolution de gauche », éffacement du passé etc. me renvoie au « monde d’avant, monde d’après » macronien.

          +2

        Alerter
  • David // 21.10.2021 à 11h26

    Rien ne va s’effondrer, ces dettes sont cantonnées au bilan de la BCE. C’est donc devenu de la quasi monnaie…
    La pyramide de richesse est maintenue car sinon c’était la cata.
    Cela se finira dans la stagnation au mieux. L’inflation des actifs n’est que le début du cycle de l’inflation.

      +4

    Alerter
    • Dominique Gagnot // 21.10.2021 à 12h03

      Sauf que si les banques centrales cessent leurs injections de liquidité, la pyramide de dettes ne sera plus entretenue et s’effondrera sous des faillites en cascade. L’économie sera alors toute entière paralysée. Ce serait là un moyen très efficace de mettre fin au gaspillage des ressources naturelles, que les dominants souhaiteraient garder pour eux seuls, et au réchauffement climatique.

      « Comprendre l’Arnaque capitaliste, imaginer le système d’Après! » pdf gratuit ici http://bit.ly/capitalisme ou là : https://bit.ly/3vm8R3j

        +6

      Alerter
      • Jean Riz-Enkhôr // 21.10.2021 à 20h21

        le monsieur vous dit que « La pyramide de richesse est maintenue » donc votre « Sauf que si les banques centrales cessent leurs injections » est exclu.

          +3

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 21.10.2021 à 22h37

          Bah oui. Nous sommes ainsi faits qu’inconsciemment le déni permet de voir la vie en rose.
          Du moins tant que l’on n’est pas confronté à une dure réalité.

            +7

          Alerter
          • JLR72 // 22.10.2021 à 19h01

            Les japonais expérimentent cet état de fait depuis deux décennies maintenant.
            La croissance est nulle, la BoJ alimente les marchés mais, au moins, pour les élites japonaises, le système ne s’effondre pas.

              +1

            Alerter
  • LibEgaFra // 21.10.2021 à 11h56

    Cela fait plus de 20 ans que j’attends l’effondrement du système financier bâti sur une pyramide de ponzi. On en reparle dans 20 ans.

    Il faudrait se poser la question à quoi peut bien servir l’actuelle pandémie. Certains ont compris.

    La Suisse annonce accepter les vaccins chinois. Tourisme oblige. Ainsi que les sérologies positives et les guérisons jusqu’à 12 mois au lieu de 6 pour obtenir le passe sanitaire.

      +6

    Alerter
    • vert-de-taire // 21.10.2021 à 16h37

      Pas certain qu’un effondrement ne serve à forcer le basculement vers le gouvernement mondial qui sera le bienvenu pour sauver les ultra-riches de l’effondrement de la rente capitaliste, ainsi que des nouvelles ressources (humaines ou autres). Nous voyons le système se gripper de plus en plus, la décroissance se prolonger malgré toutes les tentatives pour l’endiguer … bref, il est temps de trouver un autre moteur …
      le fascisme peut-être ?

        +0

      Alerter
  • Didier // 21.10.2021 à 11h57

    Ouf… Ça fait du bien d’entendre des propos sensés, de temps en temps !

      +3

    Alerter
  • yannos // 21.10.2021 à 13h37

    Excellent interview.

    et ce de la part des deux intervenants.
    C’est bien d’avoir de bon interview, ça fait du bien, ça change.
    Sur thinkerview aussi il y a de bons entretiens.
    Je crois également qu’il est temps de se désabonner de la télévision. ou de la changer profondément.
    il serait bon qu’a science po et dans les écoles journalisme on s’inspire de cette qualité de travail, plutôt que de ce qui se passe à la télé.
    En même temps les revenus ne sont pas les mêmes.
    Au total je pense que c’est d’ailleurs le fond du problème

      +8

    Alerter
  • Michel LEMOINE // 21.10.2021 à 14h48

    Tout est dit et bien dit. Mais en même temps cela ne nous apprend rien. La crise de 2008 est venue de l’éclatement d’une bulle due à une création monétaire anarchique qui échappait au mécanisme de contrôle du crédit (de la création de monnaie) par la compensation interbancaire en monnaie banque centrale. Pour sortir de l’impasse s’est mis en place un autre système encore plus anarchique de création monétaire sans aucune forme de remboursement des créances. Une création de monnaie sans destruction de la monnaie. Il n’y a plus de cycle de la monnaie de sa création à sa destruction. Juste une création et mise en réserve. Depuis la masse monétaire a doublé et ce n’est pas propre à l’Europe. La Chine et la Russie commencent à se méfier et diminuent la part du dollars dans leurs réserves. Ils le font doucement, à bas bruit comme s’ils jouaient au Mikado. Quand ils auront retiré leur dernière pièce plus rien ne fera tenir le système et il s’effondrera.

      +8

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 21.10.2021 à 15h20

      Heu… si la Chine et la Russie diminuent la part de dollars (en papier?) dans leurs réserves, par quoi les remplacent-elles? Les »billets » ne sont-ils pas la garantie signée de la possession (ou du pouvoir d’achat ou de vente) de « biens » plus palpables?
      La puissance « monétaire » n’est-elle pas en train de glisser subrepticement et sûrement vers la puissance militaire, armée, retour à la force brutale comme force de loi?

        +2

      Alerter
      • RV // 21.10.2021 à 18h03

        La Chine et la Russie, mais pas que, développent des échanges hors $, dans leurs monnaies propres. Ce n’est pas encore la règle générale mais le mouvement est amorcé.

          +6

        Alerter
      • Michel LEMOINE // 21.10.2021 à 18h06

        Voir sur le web un article qui s’intitule « la Russie et la Chine s’éloignent du dollar »;
        Mais c’est une question secondaire. En fait pour voir l’origine du problème, il faut se demander pourquoi aux USA on a transgressé toutes les règles pour faire crédit à des personnes insolvables. C’est que le capital est à ce point accumulé et concentré qu’il ne trouve plus à s’investir productivement (des investissements permettant la création de richesse). La réponse est dans la théorie de Marx sur la « baisse tendancielle du taux profit » (elle aussi expliquée assez clairement sur wikipedia.

          +11

        Alerter
        • RV // 21.10.2021 à 18h55

          plusieurs articles sur questionchine.net notamment sur la monnaie numérique chinoise et son contournement du $

            +2

          Alerter
      • Patrick // 21.10.2021 à 22h35

        Les deux ont largement augmenté leurs stocks d’or , de quoi assurer la valeur de leur monnaie.
        Mais ces deux doivent être patients et se débarrasser discrètement de leurs dollars.

          +3

        Alerter
    • RV // 21.10.2021 à 18h16

      Dans son entretien avec OB sur Elucid, Paul Jorion revient assez longuement sur la crise des subprime étasunienne de 2008.
      J’ai tenté de mettre le passage (que j’ai retranscrit) en commentaire mais il est trop long et a été supprimé aussitôt.

        +1

      Alerter
  • Nicolas // 21.10.2021 à 15h05

    Le système tiendra tant que personne ne bougera.
    Je m explique.
    Le système tient par deux choses:
    – l’acceptation par la population de la pression fiscale conjuguée au coût réel de la vie conjugué à ce que rend l etat en droit et service.
    Tant que la population accepte un coût de la vie toujours plus élevé, un recul des droits et services constants ( sécu, retraites, écoles, hôpitaux, police, justice, etc …) tout en payant tjrs plus de taxes et d’impôts, alors le système tiendra.
    Une petite remarque ici: l’inflation est fausse elle mélange tout et n’importe quoi le prix d’une baguette de pain avec une télé qui ne vaut plus rien 3 ans plus tard.
    La vraie inflation des produits de nécessité n’est certainement pas de 2% par an mais bcp plus.
    – l injection de monnaie artificielle par les banques centrales à travers des plans de relance, à travers des aides aux entreprises financières.
    Tant que le système est alimenté par cette planche à billet numérique qui alimente surtout les marchés et les banques, alors le système tiendra.
    Le revers de la médaille de cela est la perte de valeur de la monnaie et une augmentation constante des taxes pour rembourser les «  dettes «  ( donc on retombe dans le point 1 ) et une augmentation de tous les actifs: actions, immobiliers, biens de valeur ( art, objets de collection …).
    Tant que la population n’a pas conscience de cela et ne demande pas de compte aux gens qui ont le pouvoir alors le système n’a rien à craindre …

      +6

    Alerter
    • Nicolas // 21.10.2021 à 15h18

      Je vais finir mon propos.
      Je viens d expliquer les raisin objectivés de pourquoi le système ne s écroulera pas.
      Les raisons objectives sont les suivantes.
      Elles relèvent du contrôle des masses.
      Tant que la population sera satisfaite de vivre dans le narcissisme, l hyper individualisme, le consumérisme à outrance, la peur de perdre ses petits privilèges, ses petites économies ( qui se réduisent tout de même d’années en années … ), alors la population restera fractionnée et ne représentera pas de danger pour le système en place.
      Et tout ceci est bien entendu voulu et instillé sciemment dans la population à dessein afin que le système tienne.
      Quand je vois moi que des gilets jaunes qui sont juste des français qui ne s’en sortent plus se faire frapper par des policiers qui vivent la même précarité, les deux étant insultés autant par des fidèles de la gauche que de la droite, je me dis que non le système n’est pas prêt de s écrouler et à fortiori le système financier.
      Il faudra en arriver à l extrême c’est à dire à une masse critique de gens qui n’auront plus de quoi manger à leur faim avant peut être d espérer un écroulement.
      Et encore … en Corée du Nord les gens ne mangent pas à leur faim et pourtant cette dictature tient, de même que dans de nombreuses ploutocraties du continent africain …
      Faut un peu sortir le nez des graphiques et de Excel pour se rendre compte de ça aussi hein …

        +5

      Alerter
      • Nicolas // 21.10.2021 à 15h30

        Je veux conclure mon propos.
        Je suis ce site de temps en temps et il est utile.
        Mais trop souvent, il se perd dans des graphiques sans fin.
        Comme si on cherchait à démontrer que le ciel est bleu avec un excel alors qu’il suffit de lever la tête pour voir que le ciel est effectivement bleu …
        Enfin je vous conseille deux bouquins:
        1- The true believer de Eric Hoffer de 1953
        2- Le viol des foules par la propagande politique de Serge Tchakhotine qui date des années 30
        À propos de ce bouquin ma compagne qui bosse dans la com d’un très grand groupe du CAC 40 m’a dit qu’il y a une règle de marketing, la règle du 90/9/1
        90% de gens qui sont des suiveurs, on peut les appeler la masse amorphe qui obéis à tout.
        9% de réfractaires qui gueulent mais dans leurs coins.
        1% qui l’ouvre ouvertement et qui sont actifs.
        On retrouve cela tout le temps et figurez vous même dans les pro anti pass et vaccins …
        Et cette règle est évoquée longuement par Tchakhotine dans son bouquin.
        Donc elle est connue depuis les années 1930 … Par les protagonistes du monde politique.
        Et là on n’est plus dans excel mais dans la psychologie des foules qui maniée correctement peut tout faire accepter à une population même un système financier pourri qui sur le papier devrait s’écrouler et qui pourtant tient envers et contre toute logique ( même excellienne ).

          +17

        Alerter
      • 79 ans + // 21.10.2021 à 16h35

        Intéressant… très intéressant, merci, Nicolas.

        Je ne doute pas un instant que ce soit notre servitude volontaire à tous qui maintient ledit «système» bien en place et qui le fera désespérément jusqu’à la fin. Mais oublions le «système» quelques instants…

        Et s’il s’agissait, d’abord et avant tout, concrètement, de notre MONDE qui est déjà en pleine débâcle, menaçant de s’effondrer?

        Et si les lois de la physique devaient être à la source même de cet effondrement auquel nous assistons?

        Et si les États n’étant plus en mesure de répondre aux besoins ESSENTIELS de leurs citoyens, l’effondrement de notre monde survenait malgré nous, sans notre consentement?

        Nous serions ainsi ramenés au «Tao Teh Ching» de Lao Tse: «Impitoyablement, le Ciel et la terre traitent les innombrables créatures comme fétus de paille».

        En notre temps, l’ingénieur Jean-Marc Jancovici nous invite à y réfléchir. Ses propos mis gratuitement à notre disposition valent le détour, je crois…

        Cdmt

          +7

        Alerter
        • Nicolas // 21.10.2021 à 18h33

          Quand je dis système j’entends civilisation occidentale libérale, système financier, bref l’ensemble de notre mode de vie.
          Nous ne sommes plus dans un système libéral d’après moi depuis un bon moment.
          Depuis 2008.
          Ce que nous vivons est simplement la continuité de 2008 qui se déroule.
          Et je dirai même la continuité de 2000.
          2000 a été l’ultime secousse et 2008 la fin qui s’étire.
          C’est ce qui semble être le plus dur à concevoir pour bon nombre de personne, ce cadre à long terme.
          Car nous sommes conditionnés à réfléchir sur le très court terme en fait.
          2000 ça a été la ruine, puis 2008 une fausse relance sur de la dette une fuite en avant puis depuis 2008 c est le maintient coute que coute d’un système mort.
          Et on voit les conséquences se dérouler sur plusieurs années : dette / lente inflation / perte de pouvoir de la monnaie / perte de ce qu’on croyait acquis ( écoles , hôpitaux , police, retraites … ) imposé par la fin des libertés progressivement.
          Notre monde s’effondre oui mais pour le moment quoiqu’on en dise tout le monde l’accepte sans broncher donc ça tient encore.
          On voit que le contingent des exclus ne fait que augmenter plus le temps passe et que la précarité augmente malgré les annonces laudatrices des médias de masse qui ne trompent que de moins en moins de monde.
          Donc oui viendra un moment où une masse critique n’auras plus accès à des besoins essentiels.
          Est ce que cette masse sera encore manipulable ? Je dis oui c’est possible.

            +4

          Alerter
          • TZYACK // 21.10.2021 à 19h02

            Têtes vides et ventres pleins maintiennent la paix, alors que l’inverse déclenche la guerre

              +4

            Alerter
            • Nicolas // 22.10.2021 à 02h01

              Sauf que les ventres sont de moins en moins pleins en fait …

                +6

              Alerter
          • LibEgaFra // 22.10.2021 à 09h42

            « Et je dirai même la continuité de 2000. »

            La continuité de la disparition de l’Union Soviétique. Jusqu’alors la bourgeoisie avait lâché des billes pour éviter que les peuples votent mal, depuis ils ont décidé de reprendre leurs billes. On voit le résultat.

              +5

            Alerter
      • ouvrierpcf // 25.10.2021 à 15h58

        pour la Corée du nord un blocus existe til depuis 1953 oui ou non ? par qui les USA et les pays de l’OCDE? oui non ? 3mois de confinement comment nous français sommes nous sortis ? en sommes nous sortis ? tous ensemble ou chacun sa gueule?

          +1

        Alerter
  • Michap // 21.10.2021 à 16h07

    Pourquoi O. Berruyer ne se présente-il pas à l’élection présidentielle pour dire, lors de la campagne, à la population française ces vérités qui ne sont pas audibles sur les médias. Je ne comprends pas que lui ou un autre n’ai pas le courage de démontrer l’état de la Nation et donc éclairer le peuple français : les réseaux sociaux sont peu audibles à monsieur ou madame  » tout le monde  ». Je rêve surement !!!
    Respectueusement.

      +4

    Alerter
    • Lt Briggs // 22.10.2021 à 21h28

      « Pourquoi O. Berruyer ne se présente-il pas à l’élection présidentielle »

      Il faudrait déjà qu’il en ait envie ! Supposons que oui, même si j’en doute fortement. Il faudrait ensuite qu’il finance sa campagne. Et là, difficile de garder l’intégrité qui le caractérise. Admettons qu’il réunisse une telle somme sans se lier les mains, même si je ne vois pas trop comment…
      Il ferait alors campagne en vue de gagner l’élection. En mentant comme les autres, en empilant des promesses plus démagogiques les unes que les autres, ou en tenant un discours de vérité ? Les gens sont si ignorants, grégaires et faciles à manipuler que je ne le vois pas faire un gros score.

        +0

      Alerter
      • Incognitototo // 22.10.2021 à 21h54

        Ça dépend de son programme… Par exemple, je le verrais bien se présenter uniquement pour engager un processus de réforme profonde de la 5e République avec une assemblée constituante dont les propositions seront soumises à référendum, et démissionner à la suite (pour, pourquoi pas, se représenter avec les nouvelles règles).

        Personnellement, je ne vote plus que pour la FI puisque ceux sont les seuls à être clair avec ce projet de 6e République, alors que je suis loin d’être d’accord avec tout leur programme, notamment fiscal. Mais si quelqu’un ou un groupe se présentait uniquement pour cette réforme, je voterais en priorité pour lui et évidemment militerait tout également pour lui.

        Je serais d’ailleurs curieux de savoir si certains pensent comme moi que la réforme du système démocratique est l’urgence des urgences, sans laquelle plus aucune réforme profonde (genre, entre bien d’autres, séparation des activités bancaires) ne sera possible.
        Mettez un pouce pour qu’on puisse se compter et savoir si c’est un mouvement qui pourrait devenir significatif.

          +13

        Alerter
  • Raphaël S // 21.10.2021 à 18h12

    Au travers de cette interview nous comprenons bien le projet et l’ambition d’Elucid.
    Il y a effectivement un manque, dans nos médias, d’explications claires sur les fondamentaux de notre économie et sur les forces en présence qui conduisent nos sociétés capitalistes et libérales.
    Vous avez pas mal insisté, Olivier, sur la figure de Bernard Arnault.
    Il me semble que les titres de dettes publiques sont plus massivement (et globalement) détenus au sein de fonds de pension, d’assurance-vie, et même de placements type Livret A, lorsqu’ils ne le sont pas par la Banque Centrale, comme vous le soulignez. A ce titre, une société comme BlackRock me semble bien plus dangereuse et pernicieuse pour la stabilité sociale que ne peut l’être un Bernard Arnault (tout de même 2ème fortune mondiale).
    Bernard Arnault n’est, à mon sens, QUE la figure de proue d’un immense bateau piloté par les Banques Centrales. La face la plus visible de l’Iceberg.
    Car si les Banques Centrales ont effectivement peut-être permis à Bernard Arnault de se délester d’une partie de ses obligations, elles ont surtout évité le naufrage d’un énorme passif au cours de la dernière décennie… passif que l’on retrouve maintenant, en partie, dans la bulle immobilière comme vous le dites… au détriment des nouvelles générations malheureusement.

    Je souhaite bonne chance à Elucid ! A cette initiative plus qu’indispensable au débat démocratique !
    Et m’abonne dès à présent avec l’offre du jour 😉

      +4

    Alerter
    • Patrick // 21.10.2021 à 22h33

      Arnault c’est juste le chiffon rouge que l’on agite.
      Sa fortune est de combien ? 100 milliards , essentiellement composée d’actions de sociétés .
      Mais qu’est ce que ça représente face à 280.000 milliards de dettes mondiales ou 1.500.000 milliards de produits dérivés ? Ou seulement en face des 5.000 milliards gérés par Blackrock ?
      Là, on risque un gros problème.

        +3

      Alerter
      • Bats0 // 23.10.2021 à 09h26

        Oui il y a un gros problème à l’horizon, et pas forcément à celui qu’on pense en priorité.
        Ceux qui ne seront pas dans les rails des fonds de pension auront de gros soucis pour leur retraite futur, et ceci pas dans 10 ans mais dans les toutes prochaines années qui viennent.
        Chez nous, avec nos retraites par répartition obligatoire et de la solidarité, nous allons avoir des difficultés pour répondre à la demande du baby-boom en formation (ceux nés dans le début des années 60 vont pas tarder à rentrer dans la sections des « ayant droits », et comme le dit Olivier dans un passage, tous les deux ans, il faudra réformer ce droit à la retraite).

        Sinon, super interview; merci Olivier. Depuis l’arrivée d’Elucid, on retrouve les billets du débuts de les-crises.fr, et c’est avec plaisir que je retrouve enfin ce genre d’information.

          +2

        Alerter
  • Raphaël S // 21.10.2021 à 19h58

    Si je devais livrer le fond de ma pensée…
    La monetisation des banques centrales a surtout permis à toute une génération de se libérer de ses obligations, depuis 15 ans, pour aller faire des bulles comme des gamins sur le marché des actifs.
    Alors juste une question à la présidente de la Banque Centrale Européenne… Y’a t’il encore un adulte dans la salle ?!

      +6

    Alerter
  • Incognitototo // 21.10.2021 à 22h13

    C’est déjà bien d’entendre l’avis d’Olivier loin de la politique spectacle médiatique habituelle, mais si vraiment on veut donner les moyens au plus grand nombre de comprendre et de mieux choisir, il faut aller plus loin au niveau des analyses…

    Par exemple 1, au-delà des gouvernements qui ont laissé faire, parler de « bulle immobilière », ça ne dit rien sur les acteurs qui en sont responsables, ni sur comment cette bulle se forme…
    Il faut (entre autres) préciser que ce sont les intermédiaires immobiliers et les banques qui sont le binôme infernal qui permet, entretient et amplifie la spéculation :
    – les intermédiaires immobiliers en poussant tous les prix toujours plus à la hausse pour se gaver toujours plus, puisqu’ils se rémunèrent au % sur les ventes, les prix des loyers et les travaux ;
    – et les banques qui empruntent à pas cher et qui prêtent en conséquence à n’importe qui, pourvu que ça leur rapporte des rémunérations fixes à long terme supérieures au taux des BC.

    Sans oublier la responsabilité des vendeurs chez lesquels « on » a ancré l’idée qu’un bien immobilier ne devait se vendre qu’en faisant une plus-value, alors que les règles de dépréciation et d’amortissement des actifs voudraient au contraire qu’on ne puisse jamais (sauf cas très particuliers) vendre ce type de bien plus cher qu’on ne l’a acheté. Et si on ne veut pas tenir compte de ces règles comptables, on devrait au moins ôter à la valeur du bien sa valeur d’usage et d’utilisation pour connaître sa valeur réelle…

    Par exemple 2, on ne peut pas se contenter de constater qu’il est fou que les BC servent des taux négatifs ; il faut expliquer pourquoi. Notamment et entre autres que (depuis 1971) la TQM est un modèle totalement dépassé du fait de l’expansion sans retenue du commerce international et de la demande permanente de $ qui obligent toutes les BC à à se réajuster en permanence à ses fluctuations. Les seuls leviers qui restent face à une dépréciation ou une augmentation trop importante du $ sont donc la création monétaire et/ou les taux à zéro ou négatifs…
    Ou autrement dit et pour résumer, quand on confie au marché et aux spéculateurs la fonction de déterminer la valeur de toute chose, on perd toute notion d’utilité sociale et plus aucune théorie économique ne fonctionne.

    Bref, les graphiques, c’est bien pour dire où se trouvent les problèmes, mais ça ne dit rien sur les systèmes de causes à effets et de vases communicants qui les produisent ; et encore moins sur les solutions que nous devrions adopter pour y remédier.

      +6

    Alerter
  • Ernesto // 22.10.2021 à 00h12

    Excellente analyse d’Olivier que je partage totalement. Je retiens en particulier le passage où il explique qu’en cas d’arrivée de Mélenchon au pouvoir, l’épée de Damoclès de la dette pourrait se transformer immédiatement en arme fatale de destruction massive, avec des marchés financiers au service du grand capital faisant monter brutalement les taux d’intérêt, et une BCE fermant le robinet des liquidités aux banques françaises (cf l’exemple grec qui a servi de laboratoire).

    La concomitance des deux actions empêchant le nouveau pouvoir de mener à bien le programme de ses réformes économiques et sociales, faute de moyens budgétaires (sauf à quitter l’euro, réarmer la Banque de France, supprimer la liberté de circulation des capitaux, faire défaut sur la dette et quelques autres mesures de nature à faire tanguer fortement le navire France pendant la tempête, ce que n’a pas voulu faire Tsipras pour son pays, malgré le soutien de la majorité du peuple grec (référendum) ).

    En quelque sorte,une assurance vie pour le néolibéralisme et la certitude de voir sa domination se pérenniser dans le temps. Plus d’alternative réelle possible, un pas de plus vers la « non démocratie » et l’instauration d’un régime autoritaire à tendance fascistoïde (au sens d’un Etat capitaliste en crise dérivant vers le pire).

      +6

    Alerter
    • RV // 22.10.2021 à 14h11

      @ Ernesto // 22.10.2021 à 00h12 qui a écrit :
      …/…
      en cas d’arrivée de Mélenchon au pouvoir, l’épée de Damoclès de la dette pourrait se transformer immédiatement en arme fatale de destruction massive, avec des marchés financiers au service du grand capital faisant monter brutalement les taux d’intérêt, et une BCE fermant le robinet des liquidités aux banques françaises
      …/…
      Une rapide et succincte recherche sur la toile permet de trouver ce lien
      https://vindicte.wordpress.com/2010/07/09/partie-de-gauche-gouverner-face-aux-banques/
      vers une série d’interventions en 2010 du PG ayant pour thème
      « Gouverner avec les banques »
      Les intervenants : Raquel Garrido – Jacques Généreux – Christophe Ramaux – Laurent Cordonnier – Jean-Luc Mélenchon – François Morin
      Depuis il y a eu notamment la « crise » grecque qui a du permettre d’approfondir la réflexion sur le sujet.

        +3

      Alerter
  • Ernesto // 22.10.2021 à 01h16

    Ce soir sur CNews, en fin d’émission, Pascal Praud évoque le sondage du jour sur ce qui préoccupe prioritairement les Français: en 1 le pouvoir d’achat (55%), en 2 la protection sociale (48%), en 3 l’insécurité (41%), en 4 l’immigration (40%). Malgré le matraquage médiatique sur Zemmour, ses zélés laudateurs font grise mine, en dépit de tous leurs efforts méritoires, les thèmes de prédilection du dangereux polémiste raciste et haineux ne sont pas plébiscités par les Français!

    Goldnadel n’en revient pas: comment expliquer ce résultat « décevant » (P. Praud) avec une gauche inaudible et complètement dans les choux? La fine équipe (avec aussi E. Lévy), se console quand même qu’ insécurité et immigration soient des sujets qui grimpent dans les sondages. Ce n’est vraiment pas de leur faute s’ils n’occupent pas les premières marches du podium!

      +5

    Alerter
    • Nicolas // 22.10.2021 à 02h07

      Je viens de tomber sur cette vidéo sur youtube à regarder d’urgence.
      Je lui dis bravo pour le boulot.
      https://www.youtube.com/watch?v=GbQL-oSnsLQ
      Ça c’est typiquement le genre de mensonge par omission quotidien qu’on subit tous.
      Le sujet de cette vidéo devrait faire la une pendant des semaines de tous les médias en temps normal.
      Tous.
      Et donc je rejoints votre commentaire en disant qu’on nous sert des sujets de diversion pour éviter qu’on pose nos yeux et notre tête là où il le faudrait.
      On est vraiment gouverné par des personnes de pouvoir ( au sens large médias, politiciens, financiers, administrateurs … ) par une caste d’escrocs notoires qui se foutent littéralement de nous.
      Pour eux, on est du bétail qu’on avoine quotidiennement rien de plus.
      Voilà ce que devrait faire tous ceux qui donnent de leurs temps pour informer les autres : se concentrer sur des sujets hautement importants et expliquer à tous comment on se fait manipuler tous les jours en expliquant simplement les enfumages qu’on subit.

        +6

      Alerter
  • calal // 22.10.2021 à 08h55

    Je viens de voir une nouvelle video de neil howe,l’auteur de la serie des « fourth turning » ou il etudie les cycles generationnels. Lui parle de cycle de 20 ans et qu’un homme verra les 4 cycles (grosso modo printemps ete automne hiver) au cours de sa vie.
    Je crois plutot aux cycle du credit de kondratieff,cycle de 30 ans.Ce qui fait qu’un homme ne peut voir toutes les phases d’un cycle au cours de sa vie.Si l’on considere la chronologie suivante: 1915-1945 dernier hiver / 1945-1975 printemps dernier / 1975-2005 ete / 2005-2035 automne / 2035 -2065 prochain hiver, on voit que des phases de 30 ans c’est tres long. Beuacoup d’entre nous partagent un des commentaires plus haut que cela fait 20 ans que l’on attend l’effondrement du systeme capitaliste. 20 ans ce n’est pas la totalite d’une phase:ce n’est pas la duree de l’ete par exemple ou meme l’automne.
    Nous ne sommes qu’au milieu de l’automne,il reste encore 15 ans avant que les choses « serieuses » ne commencent.On voit le systeme capitaliste effectivement se degrader et on sent bien que la tendance vers le cycle revolte,demande d’ordre,sauveur qui se transforme en dictateur,dictateur qui a la tete qui gonfle et qui declenche une guerre a l’exterieur,victoire,plus grosse guerre ,defaite,troubles pour la succession etc devient de plus en plus probable. Et si les 15 ans d’automne restant sont long ( enjoy the decline) ,les 30 ans d’hiver suivants ce sera l’entiere vie d’adulte des gen Z (ils vont se faire faucher comme des bles)…

      +1

    Alerter
    • Raphaël S // 22.10.2021 à 10h09

      Je suis assez partagé sur les cycles de Kondratieff, mais dans l’hypothèse où ceux-ci pouvaient avoir un fond de vérité, je pencherai plutôt sur une cyclicité économique longue de 80 ans effectivement, l’équivalent d’une vie humaine. Ce qui pourrait correspondre à la dernière période (à quelques années près pour les « changements de saison ») :
      1929 – 1949 : Hiver
      Crise économique suivie de la 2ème GM. Accords de Bretton Woods en 44 qui sèment les graines de la saison suivante.
      1949 – 1969 : Printemps
      Plan Marshall, redécollage de l’Occident.
      1969 – 1989 : Eté
      Apogée du Flower Power. Débuts de la « Silicon Valley ». Mondialisation des échanges.
      1989 – 2009 : Automne
      Chute du mur de Berlin. L’occident domine mais s’endette pour assurer sa domination. Le modèle occidental est contesté. La crise des subprimes vient fermer la boucle des quatre saisons.

      Normalement au cours de l’Hiver suivant, à nouveau, chacun rentre « dans sa maison », les dettes sont purgées et un nouveau système se met en place, mais on l’impression que depuis une dizaine d’années le vieux système est artificiellement maintenu en place pour prolonger l’automne… jusqu’à quand ?

        +0

      Alerter
      • calal // 22.10.2021 à 13h22

        2009-2029: hiver? vous croyez que les emeutes black lives matter et la crise du covid c’est suffisant comme « epreuves » pour purger les erreurs d’un cycle?
        non,c’est des contes pour enfants,pour chevalier de l’ete. Le grand reset et tout ca,ce n’est que le debut des tribulations,pour montrer a ceux qui y croiraient encore que la « decadence » (l’automne) est bien la et pour prevenir tout le monde d’attacher sa ceinture,de reserrer les boulons parce que les 30 ans d’hiver, ca fait des millions de vicitmes. Et c’est ca une vrai purge des livres des comptes…Je le redis,des phases de 30 ans c’est long et c’est pour cela que tout le monde oublie…15 ans d’automne restant pour sortir des diverses positions « speculatives » ( essentiellement les grandes villes),s’assurer d’une famille ou d’une tribu solidaire et d’un endroit sur,investir dans les armes,les medicaments et les biens essentiels. Tiens c’est pas tres ESG ca…

          +0

        Alerter
  • Bernd Badder // 22.10.2021 à 14h08

    Le principal facteur de déconne est le facteur politique. Le capital a toujours réinvestit le sang des travailleurs « si délicatement sucé » en politique avec deux objectifs : prospérer au dépends de tout les autres et exclure tout les outsiders du système pour garantir leur propre pérennité.
    Outre que ça a mené à transformer l’économie en pyramide de Ponzi générationnelle, ça a des conséquences politiques sous-jacentes impossibles : ça amène à transformer un pays fondamentalement libertaire comme les US ou fondamentalement égalitaire comme la France en un modèle autoritaire-inégalitaire : ça explique pourquoi c’est les Reps qui hurlent aux states (they attacked our freedom) et les pauvres en France (Ils s’attaquent à l’égalité républicaine).
    Politiquement ça craque de partout, mais c’est normal : les systèmes sociaux sont beaucoup trop complexes pour n’être régis que par la contrainte et c’est pas une plandémie et ses conséquences qui permettra de recoller les morceaux. Faire la guerre c’est plus possible, on est plus en 1914 et la doctrine MAD est la pour refroidir les gros cons. Et on en arrive à l’ultime paradoxe , celui où une arme de fin du monde empêche la fin du monde… pour l’instant.
    Pour bien faire il faudrait pouvoir construire un barrage entre l’économie et la politique. Ça servirait sûrement plus que de faire les castors dès que les fachos sont au second tour.

      +0

    Alerter
  • Faidy // 23.10.2021 à 04h24

    En ce qui concerne nos modèles actuels : LE TOUT À REPENSER , sinon vous connaissez tous la fin inimaginable.
    Quant aux politiques de l’information : LE TOUT À RESSASSER, sinon vaut mieux revenir à nos stylos + nos journaux en papier !
    La question environnementale prime .
    Une information lucide est mieux qu’une bibliothèque virtuelle….

      +0

    Alerter
  • RV // 23.10.2021 à 08h38

    @ Bernd Badder // 22.10.2021 à 14h08
    …/… Pour bien faire il faudrait pouvoir construire un barrage entre l’économie et la politique. …/…
    Je ne sais plus qui a dit que l’Etat a été privatisé, votre proposition revient à le nationaliser.
    Une VIe République pourrait le faire.

      +1

    Alerter
  • tchoo // 23.10.2021 à 11h06

    Dès aujourd’hui l’inflation est en marche et est en train de prendre de l’ampleur. pas encore pour les biens de consommation courante, mais cela va venir.
    Par exemple: certains intrants pour l’agriculture ont aujourd’hui triplé de prix, posant interrogation aux agriculteurs sur les cultures qu’ils vont implanter pour la prochaine année, en fonction de leur réponse (économique) nous risquons de manquer des quelques produits

      +1

    Alerter
  • Zeltron // 27.10.2021 à 11h08

    Bonjour Elucid, Le système financier va s’effondrer nous annonce OB. Evidemment, on ne sait pas quand cela va arriver. En revanche, en cette période d’Halloween qui approche, une description de cet effondrement et ses conséquences concrètes pour un citoyen lambda, à court et moyen terme serait très utile. Merci d’élucider !

      +0

    Alerter
  • METZGER // 28.10.2021 à 09h16

    Notre système financier va s’effondrer… J’entends cette « prédiction » depuis 40 ans, le privilège de l’âge, probablement…
    Nous sommes bien d’accord, cher Olivier, mais QUAND ?
    Juste une date, une fourchette, un râteau….
    Alors cette prédiction sera d’une évidente utilité…

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications