Les Crises Les Crises
17.août.202117.8.2021 // Les Crises

Nouveaux silos nucléaires chinois : Une surréaction américaine ne ferait qu’accélérer la course aux armements

Merci 21
J'envoie

Paniquer face à ce développement ne ferait qu’encourager Pékin à augmenter son arsenal plus que jamais.

Source : Responsible Statecraft, Daniel Larison
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

(Esteban De Armas/shutterstock)

Les faucons anti-Chine se sont emparés d’un rapport sur les nouveaux silos à missiles chinois pour diffuser des affirmations alarmistes sur l’arsenal nucléaire chinois et inciter à une nouvelle course aux armements.

La révélation que la Chine a rapidement construit environ 119 nouveaux silos durcis dans le désert de la province du Gansu est une nouvelle information importante, mais elle ne soutient pas les affirmations absurdes et exagérées que les analystes faucons ont faites sur l’arsenal de Pékin. Il semble que la Chine cherche à accroître la capacité de survie de son arsenal en cas de conflit avec les États-Unis, et ce en réponse à la modernisation nucléaire et à la défense antimissile des États-Unis.

Le Dr Jeffrey Lewis, l’un des chercheurs qui a confirmé l’existence des silos, l’a déclaré après l’annonce de la nouvelle : « Nous nous engageons dans une course aux armements qui est largement motivée par les investissements américains et la défense antimissile. »

Il n’y a aucune raison de paniquer au sujet des nouveaux silos, et si les États-Unis réagissaient de manière excessive à cette évolution, ils ne feraient qu’encourager la Chine à accroître son arsenal encore plus qu’elle ne le fait déjà. Une réponse plus intelligente serait d’engager la Chine dans des pourparlers sur le contrôle des armes. Les États-Unis devraient reconsidérer leurs propres plans de modernisation nucléaire et de défense antimissile, car ils semblent attiser les tensions et contribuer à une course aux armements qui pourrait être évitée.

Les faucons anti-Chine rejettent catégoriquement l’idée que la Chine puisse réagir à quoi que ce soit que les États-Unis aient fait, puis, dans la foulée, insistent sur le fait que les États-Unis doivent répondre aux actions chinoises en construisant des armes nucléaires de plus en plus perfectionnées. Matthew Kroenig a récemment présenté l’une des réactions les plus excessives dans le Wall Street Journal : « [Les États-Unis] devraient poursuivre les plans bipartisans de modernisation des armes nucléaires américaines. En outre, le Pentagone devrait étudier s’il peut répondre à ses exigences de dissuasion avec les stocks actuels, ou si une augmentation au-delà des limites du New Start est nécessaire. »

Non content d’être alarmiste à l’égard de la Chine, Kroenig suggère de réduire en cendres le reste de l’architecture existante de contrôle des armements qui assure la stabilité stratégique avec la Russie. Cela ressemble à une tentative désespérée d’utiliser les dernières nouvelles sur les silos chinois pour justifier une frénésie de construction d’armes que les faucons ont toujours voulue.

Alors que les faucons supposent le pire sur les intentions chinoises, ils ne peuvent imaginer que les planificateurs chinois puissent faire de même en ce qui concerne les intentions américaines. Ils s’obstinent à présenter les nouveaux résultats comme la preuve que la Chine pourrait se positionner en vue d’une première frappe, ce qui est à la fois contraire à la doctrine officielle de la Chine et complètement irrationnel compte tenu de l’arsenal beaucoup plus petit de la Chine. Gordon Chang est notoirement mauvais lorsqu’il s’agit de prédire des choses sur la Chine, ayant affirmé que le gouvernement allait s’effondrer il y a dix ans, mais cela ne l’empêche pas d’affirmer que les nouveaux silos signifient que « la Chine passe maintenant en mode de combat ». Plus absurde encore, Chang utilise le refus de la Chine de se joindre aux négociations trilatérales avec les États-Unis et la Russie pendant les années Trump comme preuve que la Chine doit chercher à construire un arsenal encore plus grand que le nôtre : « Le refus de Pékin de discuter et son insistance à garder le secret sur son arsenal signifient que Washington n’a pas d’autre choix que de croire que Pékin a l’intention de construire une force nucléaire plus importante que celle de l’Amérique. »

Ce sont des conclusions absurdes à tirer des preuves disponibles, mais les faucons peuvent fréquemment dicter les termes et la direction d’un débat politique en faisant des affirmations farfelues et non prouvées sur les menaces étrangères.

James Acton conseille de ne pas présumer du pire à propos de ces nouvelles preuves. La construction d’un si grand nombre de nouveaux silos ne signifie pas nécessairement que la Chine mettra un ICBM dans chacun d’eux :

« Il y a même des raisons de se demander si chaque silo sera chargé d’un missile. La Chine veut que ses forces nucléaires soient capables de survivre. Elle craint que les États-Unis, en cas de conflit, n’attaquent les forces nucléaires chinoises de manière préventive (avec des armes conventionnelles ou nucléaires). La Chine a construit un vaste réseau de tunnels pour aider à cacher, et donc à protéger, sa force relativement faible d’ICBM mobiles. Dans le même ordre d’idées, certains des nouveaux silos pourraient être des leurres, destinés à compliquer les plans de ciblage américains. En fait, la Chine pourrait même prévoir de faire la navette entre un petit nombre d’ICBM et un nombre beaucoup plus important de silos, dans une sorte de « jeu de rôle ».

Le Dr Christopher Twomey a témoigné le mois dernier devant la Commission d’examen de l’économie et de la sécurité américano-chinoise au sujet de l’arsenal et de la posture nucléaires de la Chine, et son témoignage offre un antidote aux nombreuses affirmations alarmistes que nous avons entendues. Il note que « la Chine considère que la course aux armements nucléaires entre l’URSS et les États-Unis a été à la fois dangereuse et un coûteux gaspillage de ressources. En tant que telle, la Chine est réticente à s’engager dans une telle compétition aujourd’hui. »

Cela ne ressemble guère à un gouvernement décidé à faire la course à la parité avec les États-Unis et la Russie. Dans la mesure où la Chine apporte des modifications à son arsenal, l’une des causes les plus importantes en est la défense antimissile américaine. « Le perfectionnement continu des intercepteurs basés au sol en Alaska (et en Californie), le développement conjoint du système SM-3 block IIA avec le Japon et l’exploration des véhicules d’élimination multi-objets constituent autant de menaces pour la capacité de la Chine à conserver une capacité de riposte assurée, ou plus particulièrement à dissuader une première frappe potentiellement désarmante de la part des États-Unis », a déclaré Twomey. Cela nous rappelle que la défense antimissile peut avoir des effets déstabilisants en incitant d’autres États dotés d’armes nucléaires à construire davantage d’armes en réponse. Même si nous savons que la technologie de défense antimissile est coûteuse et peu fiable, les planificateurs des autres gouvernements vont supposer qu’elle fonctionne et s’adapter en conséquence.

Acton propose les grandes lignes de ce que pourrait inclure un accord de contrôle des armes entre les États-Unis et la Chine :

« Une façon d’éviter une course aux armements pourrait être un engagement crédible de la part de la Chine d’utiliser toute matière fissile nouvellement produite exclusivement à des fins civiles ou, mieux encore, de ne plus en produire du tout. Bien entendu, il est peu probable que la Chine prenne un tel engagement tant qu’elle n’aura pas confiance dans la capacité de survie de son arsenal nucléaire. Pour instaurer cette confiance, les États-Unis pourraient s’engager, en contrepartie, à limiter leurs défenses antimissiles – par exemple, en ne développant ni ne déployant de défenses basées dans l’espace. En fait, il est dans l’intérêt des États-Unis que la Chine ait confiance dans la capacité de survie de sa dissuasion nucléaire afin de réduire toute pression sur la Chine pour qu’elle utilise les armes nucléaires en premier en cas de conflit. »

En ce sens, les nouveaux silos chinois peuvent avoir un effet stabilisateur en donnant à Pékin confiance dans la capacité de survie de son arsenal. Si les États-Unis veulent éviter les coûts et les risques énormes d’une nouvelle course aux armements nucléaires, ils doivent répondre à ces derniers développements avec calme et retenue. Tôt ou tard, les États-Unis devront inclure la défense antimissile dans les négociations de contrôle des armes avec la Russie et la Chine, et nous devrions commencer à nous préparer à cette éventualité dès maintenant.

En tant que deux des États reconnus comme détenteurs d’armes nucléaires, les États-Unis et la Chine ont l’obligation d’œuvrer en faveur du désarmement et de ne pas chercher d’excuses pour poursuivre le développement coûteux et inutile de leurs arsenaux nucléaires. La stabilisation de la relation entre les États-Unis et la Chine par le biais d’accords de contrôle des armements contribuera également à maintenir la paix en Asie de l’Est, dans l’intérêt de toutes les parties concernées.

Source : Responsible Statecraft, Daniel Larison, 16-07-2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Obscur // 17.08.2021 à 14h55

Parce que c’est particulièrement bien « vendu »
N’oubliez pas que les USA sont très très forts pour nous présenter les choses sous leur meilleur angle.
Et quand ils se trompent de façon évidente… eh bien ils s’excusent et repartent de plus belle.
Nous avons été capables de gober comme une odyssée remarquable des histoires de « garçons de vaches » (cow-boys) et d’extermination / génocide d’amérindiens (indiens, forcément méchants). Et en plus, nous leur avons fait la musique qui allait bien.
Pareil pour San Francisco : ses rues en pente, son Golden Gate, ont-ils quelque chose de PLUS que nos belles villes d’Europe ?
La Vallée de la Mort est-elle aussi remarquable que le Grand Sahara ?
Les chutes du Niagara sont-elles aussi majestueuses que les chutes du Zambèze ?
Ils nous font croire qu’ils ont libéré l’Europe, alors que c’est l’URSS et le UK qui ont fait l’essentiel du boulot.
Au final, nous avons épousé une grande partie de leur mode de vie (y compris les comorbidités qui vont avec : diabète, obésité, …), de leurs travers (financiarisation à outrance, judiciarisation à l’avenant, pour ne citer que ces deux exemples)
Notre culture s’est dissoute dans la leur.
Je ne suis pas un nostalgique de notre culture. Il me semble néanmoins qu’elle est tout aussi remarquable que la leur
et je suis attristé que notre président ait même décidé de parler anglais avec son homologue US.
Un autre détail : on dit le « pass » sanitaire… Pourquoi ???

22 réactions et commentaires

  • Blabla // 17.08.2021 à 08h01

    L’Empire US finira-t-il épuisé par sa course aux armements apres l’URSS?

      +3

    Alerter
    • Jean // 17.08.2021 à 08h36

      @Blabla,

      Tant que le dollars reste une monnaie de référence dans les échanges internationaux, tous les états qui utilisent cette monnaie financeront la course aux armements US. Car chaque fois que les us font tourner la planche à billets au-delà du raisonnable c’est la valeur de chaque dollars en circulation dans le monde qui diminue. Ils impriment, nous payons. Comme le disait l’ancien Secrétaire au Trésor américain, John Connally, dès 1971 : « Le dollar est notre monnaie, mais c’est votre problème ».

        +13

      Alerter
      • RGT // 19.08.2021 à 11h43

        En 1965, De Gaulle dans une allocution (ou une conférence de presse, je ne me souviens plus) a dit cette phrase concernant l’hégémonie du dollar :

        « Cette monnaie qu’il ne leur sied que d’imprimer ».

        Il avait tout compris avant les autres : Ce qui a fait la fortune des USA, ce sont les accords de Bretton Woods et le privilège indécent accordé à la monnaie US qui leur a permis (et leur permet encore) d’échanger de la VRAIE monnaie contre du simple papier.

        Et que l’on ne parle pas de la fin de la convertibilité du dollar en or décrétée par Nixon en 1971.

        En fait, il n’était déjà plus possible, comme il était stipulé dans les accords de Bretton Woods, de demander que des dollars soient échangés par de l’or depuis plus de 10 ans…

        La solution idéale avait été proposée par Keynes avec le Bancor mais elle n’a pas été retenue car elle pénalisait les pays qui importaient massivement en faisant chuter la valeur de leur monnaie au niveau international.
        et ne permettait pas non plus à un certain pays de faire tourner sa « planche à billets » en mode « open bar » pour siphonner les avoirs de ses concurrents.

        Par contre, les chinois détiennent une quantité colossale de dollars et de bons du trésor US.
        Si les USA les énervent un peu trop, ils pourraient soudainement s’en débarrasser massivement, ce qui entraînerait une chute de la valeur de ces avoirs qui friseraient alors le zéro absolu entraînant les USA dans l’âge de pierre.

        Certes les chinois y laisseraient des plumes, mais les USA ne s’en remettraient pas.

        Comme les chinois répugnent à utiliser les armes de destruction massive ils ne le feront que si leur propre survie est en jeu.

          +4

        Alerter
        • Anfer // 21.08.2021 à 00h08

          Il n’y a pas de « vraie » monnaie, la monnaie est une dette, elle à TOUJOURS été une dette, même quand cette dette était écrite sur des rondelles de métal brillant.

          Ce qui importe c’est la confiance dans le fait qu’en échange de cette dette, on vous donnera des trucs utiles.

          Et avoir une armée puissante, c’est un facteur de confiance.
          Confiance dans le fait que si tu refuse le dollar, tu te feras péter la gueule.

            +1

          Alerter
  • Paul // 17.08.2021 à 08h06

    eh oui, la guerre froide est tiède depuis un moment et l’occident semble bien avoir perdu

     » Le président iranien Ebrahim Raïssi a promis lundi que l’Iran aiderait à rétablir la stabilité en Afghanistan et a appelé à un « accord national » entre tous les groupes afghans.

    « La défaite militaire et le retrait américain d’Afghanistan doivent devenir une opportunité de restaurer la vie, la sécurité et la paix durable dans le pays », a déclaré M. Raïssi dans des propos cités par le site officiel de la présidence iranienne.

    Les Afghans ont le droit de vivre en sécurité, avec stabilité et prospérité, a-t-il affirmé lors d’un entretien avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. »

    et pendant ce temps là le covid semble disparaître comme ne GB, tout doucement

    sur quoi ne nous auraien,t_ils pas menti ?

      +5

    Alerter
  • Jean-Do // 17.08.2021 à 08h12

    La disproportion entre les arsenaux nucléaires USAméricain et Chinois est le principal argument de cette discussion et il n’est pas cité ici.

    Le stock Chinois est du même ordre de grandeur que le Français ou l’Anglais. Sans commune mesure, tout simplement, encore plus si on le compare à la population qu’il protège, 5 ou 6 fois celle des USA. Évidemment, à de si bas niveaux et avec un ennemi aussi agressif, une première frappe est de l’ordre du possible et des mesures de dispersion et de protection sont indispensables.

    Peut-être les Chinois vont-il encore augmenter leur arsenal nucléaire mais il faudra beaucoup de temps et d’argent pour approcher les quantités (imbéciles) stockées par les USA et la Russie qui peuvent détruire une dizaine de fois le globe. Comme le souligne l’article : est-ce utile s’ils ne sont pas menacés plus encore ?

      +5

    Alerter
    • Jean // 17.08.2021 à 08h54

      @Jean-Do,

      Les discours sur l’utilité stratégique d’un tel arsenal ne sont là que pour endormir les naïfs. L’utilité n’a aucune importance dans ce contexte, ce qui compte pour les serviteurs de Mammon c’est faire de l’argent le plus rapidement possible, quelque soient les conséquences. Ce qui ne veut pas dire que cet arsenal disproportionné ne servira pas, notamment si les us mettent en pratique leur théorie de la première frappe. Ces gens sont fous mais c’est eux qui gouvernent pour le moment ce monde.

        +10

      Alerter
      • Jean-Do // 17.08.2021 à 11h12

        Mon approbation de votre commentaire était déjà dans le dernier § du mien : « les quantités (imbéciles) stockées par les USA et la Russie ». Je le réitère d’autant plus volontiers qu’il est largement plus complet. Merci.

          +1

        Alerter
      • vert-de-taire // 19.08.2021 à 18h10

        Tous les faucons (etasuniens) ne sont pas que des fous furieux, ce sont d’abords des cupides et des peureux.
        Ils ont la terrible frousse que le monde (une bonne partie des populations) ne se venge de leurs saloperies depuis quelques décennies.
        Donc maintenir la puissance militaire de nuire reste la dernière barrière contre des vengeances accumulées.
        Ils ont encore des capacités de nuire CIA, NSA, … mais la plupart sont en train de fondre avec l’alliance informelle Russie Chine. d’où les rapprochements (voire pire) avec l’Inde, l’afrique (Maroc, Egypte, ..), UE, ..
        Les nouvelles capacités militaires de la Russie (missiles à mach ++) et leur niveau d’excellence dans bien des domaines rend très nerveux les guerriers. La sur-réaction concernant la Chine sert à favoriser des budgets en hausse, tout comme les profits privés.
        Rien de nouveau dans ce monde complètement pourri par le fric.
        Monde pourri et très contagieux, cf en UE.. et n’y a pas de vaccin !
        Je retourne dans mon jardin profiter de la vie.

          +2

        Alerter
  • Patapon // 17.08.2021 à 08h52

    Eviter la course aux armements ? Apres s’etre donne autant de mal pour la relancer ?
    La fuite en avant est la meilleure solution, pour le joueur en position dominante precaire, dans un cadre d’effondrement.

      +4

    Alerter
  • LibEgaFra // 17.08.2021 à 08h58

    Mensonge et fausse nouvelle et propagande pour booster encore le MIC!

    Ces « silos » sont en fait une ferme d’éoliennes. Les Chinois ne sont pas aussi stupides pour regrouper des silos de missiles nucléaires au fin fond du Gansu au su de tout le monde. Ce qui constituerait une cible de premier choix.

    Les yankees croient à la crédulité infinie de leurs lecteurs. Hélas, ils ont parfois raison.

      +12

    Alerter
  • Auguste Vannier // 17.08.2021 à 09h32

    Comment a-t-on pu admirer ce pays dont les dirigeants et les experts font tellement la preuve de leur imbécilité?
    Comment le « rêve américain » n’apparaît-il pas encore comme le cauchemar qu’il est devenu?
    On ne compte plus les catastrophes que ce pays a provoqués sur la planète et qu’il s’apprête en permanence à déclencher, avec en perspective, la grande catastrophe finale.
    Le plus grand danger n’est pas tant le basculement climatique en cours, que la probabilité d’une guerre nucléaire. Bomstead Clock indique 60 secondes avant minuit…

      +10

    Alerter
    • Obscur // 17.08.2021 à 14h55

      Parce que c’est particulièrement bien « vendu »
      N’oubliez pas que les USA sont très très forts pour nous présenter les choses sous leur meilleur angle.
      Et quand ils se trompent de façon évidente… eh bien ils s’excusent et repartent de plus belle.
      Nous avons été capables de gober comme une odyssée remarquable des histoires de « garçons de vaches » (cow-boys) et d’extermination / génocide d’amérindiens (indiens, forcément méchants). Et en plus, nous leur avons fait la musique qui allait bien.
      Pareil pour San Francisco : ses rues en pente, son Golden Gate, ont-ils quelque chose de PLUS que nos belles villes d’Europe ?
      La Vallée de la Mort est-elle aussi remarquable que le Grand Sahara ?
      Les chutes du Niagara sont-elles aussi majestueuses que les chutes du Zambèze ?
      Ils nous font croire qu’ils ont libéré l’Europe, alors que c’est l’URSS et le UK qui ont fait l’essentiel du boulot.
      Au final, nous avons épousé une grande partie de leur mode de vie (y compris les comorbidités qui vont avec : diabète, obésité, …), de leurs travers (financiarisation à outrance, judiciarisation à l’avenant, pour ne citer que ces deux exemples)
      Notre culture s’est dissoute dans la leur.
      Je ne suis pas un nostalgique de notre culture. Il me semble néanmoins qu’elle est tout aussi remarquable que la leur
      et je suis attristé que notre président ait même décidé de parler anglais avec son homologue US.
      Un autre détail : on dit le « pass » sanitaire… Pourquoi ???

        +23

      Alerter
      • 78 ans +1 // 17.08.2021 à 16h08

        Pourquoi « pass »?

        Parce que, « causant français » ( Ferré), on dit « process », « coworking », « deal », « like, mail, challenge, discount, show, job, sponsor, planning, staff, booster, buzz, low-cost, fake, voire master…», etc., ad infinitum.

        C’est pas beau ÇA, le novfrench? Je vous épargne la prononciation.

          +10

        Alerter
    • RGT // 19.08.2021 à 12h02

      « Comment a-t-on pu admirer ce pays dont les dirigeants et les experts font tellement la preuve de leur imbécilité? »

      Les dirigeants US ne sont pas du tout des imbéciles.

      Ils sont même tout le contraire, et si parfois l’un d’eux était « limité » (Reagan, Bush junior) ils sont entourés de « conseillers » qui prennent les décisions à leur place ce qui permet de garantir les profits des « élites » de ce pays.

      Les dirigeants US sont en fait d’une cupidité sans limites et prennent les décisions nécessaires pour pouvoir « tordre le bras » de tous ceux qui pourraient s’opposer à la politique prédatrice US.

      Les VRAIS imbéciles (ou traîtres, au choix) sont les dirigeants des autres nations qui ne font strictement rien pour préserver les intérêts de leurs populations vis à vis de ces parasites prédateurs.

      Il suffit de regarder les images (déplorables) de « notre » dirigeant tiré par la main par Trump comme un gamin qui ne veut pas aller à l’école pour en être convaincu.

      Ils ne veulent pas que les autres nations soient équipées d’armes des destruction massives pour une seule raison : Ils peuvent menacer toutes les nations qui n’en possèdent pas de vitrifier leur territoire sans aucun risque de représailles.

      Tout le reste n’est que simple propagande sous des aspects « humanitaires ».

      S’ils étaient réellement sensibles à la sécurité des populations ils auraient depuis longtemps au moins respecté les accords signés avec l’URSS concernant la limitation de la course à l’armement.

        +6

      Alerter
      • vert-de-taire // 19.08.2021 à 18h40

        D’accord sauf sur ce point :
         » Les VRAIS imbéciles (ou traîtres, au choix) sont les dirigeants des autres nations  »

        Non:
        Ces gens font pareil : ils  » sont [aussi] en fait d’une cupidité sans limites  » ..
        et leurs actes sont clairement de satisfaire leurs patrons, les ultra-riches.

          +3

        Alerter
  • 78 ans +1 // 17.08.2021 à 15h06

    La Chine « faire la course à la parité avec les États-Unis et la Russie »?

    ***

    Nul besoin pour la Chine de cette « parité », prétexte à gaver sans cesse le complexe militaro-industriel et sécuritaire impérial.

    Pepe Escobar sur l’Afghanistan: « En un mot, c’est le « secret » de la guerre éclair avec un minimum de pertes de sang, intégré dans le séisme géopolitique global. Après le Vietnam, c’est le deuxième protagoniste du Sud global qui montre au monde entier comment un empire peut être vaincu par une armée de guérilla paysanne. »

    https://reseauinternational.net/lemirat-islamique-dafghanistan-de-retour-en-force/#comment-882285

    L’Empire vient de faire encore une fois la preuve qu’ il peut être vaincu par un ennemi qui ignore la dite « parité »…

      +7

    Alerter
  • Guillaume Besset // 17.08.2021 à 15h27

    Le titre étant clair, je m’en tiendrai au titre :
    « Une surréaction (Américaine ou Chinoise ou autre) ne ferait qu’accélérer la course aux armements »
    => Importance des investissements dans les méthodes de PREVENTION des conflits.

      +1

    Alerter
    • Saïd Herta // 17.08.2021 à 18h09

      Le désarmement n’a jamais empêché un conflit… le désarmement forcé de certains pays est même à la source d’autres. Il y a pas des gens qui ont fait une guerre pour aller emprunter des armes de destruction massive qu’ils ne devaient jamais trouver il y a pas 10 ans ?
      Désarmer ? Ça me rappelle les traités navals de Washington puis de Londres … qu’on fait les signataires ? Ils ont soit trouvé d’autres méthodes de combat (Kreigsmarine), ils ont sous-armés des coques vides à remplir plus tard (RN) voir ils se sont complètement assis sur les termes du traité (IJN). Au final tout le monde a grugé d’une manière où d’une autre et l’illusion ne s’est dissoute qu’avec la guerre.
      C’est encore plus vrai dans le domaine atomique avec des pays qui ont des pétards en loucedé mais qui vont vous jurer sur la tête de leur mère patrie qu’ils ne sont pas des puissances nucléaires.
      Bref , comme le disaient nos vieux : Si vis pacem parra bellum.

        +5

      Alerter
  • Fernet Branca // 18.08.2021 à 08h29

    Après l’échec cuisant en Afghanistan, le département d’État et le Pentagone vont revenir aux terrains connus :les Caraïbes, l’Amérique centrale , l’ Amérique du Sud . L’Asie ? Prudence ! Prudence ! ( Proverbe auvergnat )

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications