Les Crises Les Crises
16.juillet.202016.7.2020 // Les Crises

Paolo Gentiloni : « L’Union Européenne risque de passer de la Grande Récession à la Grande Fragmentation. »

Merci 172
J'envoie

Source : El País – 08/07/2020
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le commissaire européen à l’Économie se dit préoccupé par « le risque de défaut et les conséquences sociales cet automne ».

Depuis déjà quelques semaines, le commissaire européen à l’Économie et ancien premier ministre italien Paolo Gentiloni, 65 ans, a averti que l’Union Européenne pouvait passer « de la Grande Récession (NDT : de 2009, après la crise des subprimes) à la Grande Fragmentation », ce qui précipiterait la chute du marché unique.

Après la publication des dernières prévisions économiques, l’homme politique constate que ce risque « devient réel » à mesure qu’une double problématique se fait sentir : l’économie de l’Espagne et de l’Italie continue à se détériorer tandis que l’Allemagne tirera plus facilement son épingle du jeu. Dans une interview accordée au journal espagnol El País ainsi qu’à trois autres médias européens, Paolo Gentiloni défend la nécessité d’un plan de relance massif pour enrayer cette tendance.

El País : La Commission prévoit une récession plus profonde que prévu et une contraction de la croissance de 8,7% dans la zone euro. Cela oblige-t-il à ajuster le plan de relance ?

P. Gentiloni : Ces prévisions renforcent les arguments en faveur du plan de relance. Tout d’abord, la relance a déjà été mise en œuvre, mais elle débute seulement et intervient après une récession très dure. Il est nécessaire de soutenir nos économies. Ensuite, les prévisions actuelles sont un peu plus pessimistes que celles pour le printemps, avec des différences très claires entre certains pays.

Il y a un groupe d’États avec une croissance négative autour de 10 à 11% et un autre groupe avec seulement 5 à 6%. Si l’on prend les années 2020 et 2021, il y a des pays pour lesquels la chute se poursuit entre 4 et 5% après le rebond de l’épidémie, là où d’autres affichent une baisse de 1% voire stagnent à 0%. C’est dans la gestion de cette différence que réside la logique d’une réponse commune à l’échelle européenne. Le risque d’une Grande Fragmentation après une Grande Récession est clairement là.

El País : Est-ce seulement un risque ?

P. Gentiloni : Les pays ont réagi à cette crise chacun à leur manière mais avec détermination en consacrant environ 4% de leur PIB en investissements et près de 25% dans des mesures de liquidités, soit 30% environ du PIB en à peine quelques semaines. Ils ont réagi très fermement et avec justesse. Cependant, un risque d’accroissement des divergences entre les États membres est apparu ces dernières semaines.

Or, c’était un risque pour le marché unique qui devait être pris en charge parce qu’il pouvait devenir une menace pour la zone euro. Ce risque devient-il réel ? La réponse est oui. La différence entre l’Espagne ou l’Italie et l’Allemagne il y a deux mois représentait trois points négatifs, contre quatre ou cinq désormais. Une réponse commune est plus nécessaire que jamais.

El País : Même validé avant l’été, les effets du plan ne se feront pas ressentir avant le printemps prochain dans le meilleur des cas. Ne craignez-vous pas un automne très compliqué si les États commencent à escamoter des mesures de protection temporaire de l’emploi ou vis-à-vis des liquidités ?

P. Gentiloni : Après la tenue du Conseil Européen, nous espérons recevoir d’ici octobre les plans de relance nationaux qui visent la résilience. Nous avons besoin de temps pour dialoguer et élaborer ces programmes. Si nous décidons de valider un paquet de 750 milliards d’euros d’investissements, nous devons nous assurer que les plans de relance, bien que propres à chaque pays, seront en cohérence avec les priorités européennes.

Et en effet, je fais miennes les inquiétudes sur ce qui peut se produire en automne. Notamment, nous devons prendre en compte le risque de défaut chez les entreprises des secteurs les plus touchés par la crise et ses conséquences sociales.

El País : Est-ce dangereux de sous-évaluer ces conséquences ?

P. Gentiloni : Oui, si nous regardons les taux de chômage, nous pouvons sous-estimer ces risques parce que ces taux dépendent des mécanismes de protection de l’emploi à court terme, comme les ERTE (NDT : en Espagne, un mécanisme de régulation de l’emploi à contrat court). Par ailleurs, nous allons renforcer ces outils avec le mécanisme SURE mis en place par la Commission Européenne (NDT : mécanisme visant à réduire les risques d’envolée des taux de chômage en situation d’urgence) dont la mise en place est prévue cet automne. Et nous savons d’ores et déjà que les deux tiers environ des États membres souhaitent en bénéficier.

El País : Ce fonds est doté de 100 milliards d’euros. Est-ce que cette somme suffira pour tous ces pays ?

P. Gentiloni : À partir des indications que nous ont fournies les gouvernements jusqu’à maintenant, cet outil s’avère être intéressant. À ce stade, nous n’avons pas encore de demandes formelles concernant un budget, mais j’imagine que certaines puissances ne vont pas en faire la demande, donc cela ne devrait pas poser problème. Toutefois, ces mécanismes n’ont pas vocation à rester éternellement.

Nous avons besoin d’une relance, mais aussi de confiance. C’est l’incertitude liée à la situation épidémiologique actuelle qui rend les choses compliquées. L’approbation d’un plan qui constitue une réponse commune permettrait de faire régner la confiance. Et même dans une situation difficile comme celle de l’Espagne ou de l’Italie, nous pourrions arriver à une relance plus rapide et plus forte en automne prochain. Il nous faut vaincre cette incertitude.

El País : Cela dépend aussi de la situation sanitaire. En Catalogne, par exemple, une zone a été reconfinée à cause d’un nouveau foyer. Quelle pourrait être la réponse de l’Europe face à une éventuelle seconde vague ?

P. Gentiloni : Je dirais que l’incertitude se situe davantage au niveau mondial qu’en Europe. Il existe des foyers localisés et très restreints au sein de l’Union Européenne, tandis que la situation reste alarmante à l’échelle mondiale. Pour ma part, je ne parle pas de risque de seconde vague. En Europe, nous faisons face à des foyers localisés qui créent de l’incertitude. La situation à Melbourne ou les données aux États-Unis correspondent à ce risque. Nous devons continuer à intervenir rapidement dès que surgit un nouveau foyer car la relance doit s’accélérer, et pour ce faire, il faut de la confiance.

El País : Qu’attendez-vous de la chancelière allemande Angela Merkel en tant que présidente actuelle du Conseil européen lors des négociations pour le fonds de relance ?

P. Gentiloni : La présidence allemande arrive au bon moment parce que je sais de quelle façon la chancelière allemande peut s’impliquer pour trouver un accord. La relation entre la France et l’Allemagne s’est renforcée, ce qui est bon signe. J’ai vu comment la chancelière allemande travaillait quand j’étais membre du Conseil Européen, et je suis persuadé que l’on débouchera sur un accord d’ici la fin du mois.

El País : Le vice-président de la Commission, Valdis Dombrovskis, a dit que les pourparlers sur le retour du Pacte de Stabilité et de Croissance seraient à nouveau d’actualité après l’été. N’est-ce pas prématuré ?

P. Gentiloni : Je ne crois pas que l’on puisse prévoir sérieusement quand sera décidée la désactivation de la clause de sauvegarde [permettant de suspendre temporairement les règles budgétaires]. Nous en discuterons au cours des prochains mois et de l’année à venir. Je ne crois pas que ces propos divergent de ceux de Valdis Dombrovskis. Cette clause a été introduite lors de la crise de 2008 en matière fiscale, justement parce que cet outil était nécessaire en cas de grave récession affectant l’ensemble de l’économie européenne.

Nous avons fait face à la crise de 2008 sans cette possibilité. Maintenant, elle existe. Nous avons publié des prévisions de recul de la croissance pour tous les pays européens avec un taux négatif de 8,7% en moyenne dans la zone euro. Donc, nous n’avons pas encore dépassé la phase qui suit cette grave récession économique. Nous aurons une discussion sur la désactivation de cette clause en temps voulu.

El País : Plusieurs pays parmi lesquels la France et l’Espagne vont afficher une dette et un déficit élevés après la crise et mettront des années à revenir à un ratio dette/PIB à 60%, qui est celui prévu par le Pacte de stabilité et de croissance. Ne pensez-vous pas que cette situation impose une réforme ?

P. Gentiloni : Ce n’est pas le bon moment pour en discuter. Bien sûr, les évènements à venir viendront façonner ce débat. Les conséquences sociales de cette crise à l’automne prochain, par exemple. Avant la pandémie, nous avons mis en place une révision des seuils de règles budgétaires qui aboutira à la fin de cette année, mais nous avons dû remettre à la fin du premier semestre 2021 sa finalisation.

Il faut garder deux choses en tête. La première est que nous avons besoin de règles budgétaires communes. S’il n’y en a pas, ce serait la fin de l’Union Européenne. Et la deuxième est que nous avons besoin que ces règles soient adaptées au contexte. En l’occurrence, le contexte qui se dessinera au printemps prochain aura une influence sur cette révision.

Maintenant, le Pacte de stabilité et de croissance existe. Les procédures sont suspendues du fait de l’activation de la clause de sauvegarde, et nous aurons une nouvelle discussion sur ces procédés ainsi que sur la mise à l’agenda de la désactivation de la clause de sauvegarde probablement au printemps 2021.

Source : El País
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

pseudo // 16.07.2020 à 07h52

> Paolo Gentiloni : « L’Union Européenne risque de passer de la Grande Récession à la Grande Fragmentation. »

Un citoyen : « L’Union Européenne se disloque enfin suite à ses échecs monumentaux face à la crise sanitaire, les nations libérées seront désormais en mesure de coopérer et de choisir les décisions économique et politique les plus adaptées à leurs situations »

chacun voit midi à sa porte.

30 réactions et commentaires

  • pseudo // 16.07.2020 à 07h52

    > Paolo Gentiloni : « L’Union Européenne risque de passer de la Grande Récession à la Grande Fragmentation. »

    Un citoyen : « L’Union Européenne se disloque enfin suite à ses échecs monumentaux face à la crise sanitaire, les nations libérées seront désormais en mesure de coopérer et de choisir les décisions économique et politique les plus adaptées à leurs situations »

    chacun voit midi à sa porte.

      +39

    Alerter
    • Océan de sagesse // 16.07.2020 à 07h57

      « les nations libérées »
      Meme pas dans tes reves !
      Quel raccourci , il faudra des dizaines d années pour qu il en soit ainsi !!!
      la la chute du marché unique.ne signifie pas la fin de l europe , juste un effondrement de plus !

        +2

      Alerter
    • Rémi // 16.07.2020 à 10h34

      Sans défendre la bureaucratie de l’UE, en france c#est notre bureaucratie qui a échouée. Je veux bien critiquer l’UE et les vouer au Gémonie, ca fait toujours du bien de dire du mal des autres, mais il me semble que nous avons tout de même un gros problème nationnal a réglé avant de nous occuper de l’UE.

        +9

      Alerter
      • ouvierpcf // 16.07.2020 à 12h58

        l’UE n’est pas une bureaucratie .C’est une institution qui se substitue aux Nations donc aux éventuelles bureaucratie Tout est prévu rédigé décidé par les GOPE grandes orientations de politique économiques puis par les directives européennes et du TFUE Traité de Fonctionnement de l Union Européenne au travers du Conseil Européen des commissions européennes des parlement de Bruxelles de Strasbourg de la BCE basée à Francfort via le Traité de Maastricht Le manque de masque avait été imposé par Bruxelles en mars par exemple LA suppression de lits d’hôpitaux publics imposée à la France par les GOPE de 2013 2014(taper GOPE France 2013 2014 sur internet ) donc 7ans auparavant ! OUI il faut s’occuper de l’UE enfin choisir ,oui, la France doit suivre les GOPE pour supprimer des lits d’hôpitaux publics, NON, elle doit ne pas suivre les GOPE .Donc sortir de l’UE par l’article 50 du TFUE oui il nous faut décider d’un FREXIT (exit France ) seule alternative politique plausible avec en mémoire le non respect de Notre vote NON au TCE en 2015 transformé en OUI, par Sarkozy par le vote de jack LANG et le Parlement Français réuni à Versailles et la ratification du traité de Lisbonne

          +35

        Alerter
      • Alain // 17.07.2020 à 13h05

        La bureaucratie de l’UE n’a effectivement pas échoué parce qu’elle n’a rien fait car le sanitaire n’entre pas dans ses compétences et c’est tant mieux car elle aurait pu imposer la même mesure à tous les pays et si elle avait été une des mauvaises, on serait dans un désastre plus profond

          +0

        Alerter
  • Océan de sagesse // 16.07.2020 à 07h54

     » une contraction de la croissance de 8,7% »
    Quel charabia pour avouer une décroissance de 8,7% !!!

      +25

    Alerter
    • patoche // 16.07.2020 à 10h45

      Je crois me souvenir qu’avant le covid les prévisions pour cette année n’étaient pas brillantes en Europe et dans le Monde. Pour La France on pronostiquait une récession de 0,1 / 0,2 %. Tout cela est tellement loin, « le virus chinois » a permis de tout effacer, et s’est positionné en bouc émissaire commode pour l’occident.

        +15

      Alerter
    • BOURDEAUX // 16.07.2020 à 18h13

      Ce n’est pas du charabia mais une banale faute de français. « Contraction de la croissance » signifierait que la croissance sera 8.7% inférieure à ce qu’elle était ( c’est en très gros ce qui se passe chaque année depuis 20 ans). Donc, en effet, l’artifice langagier dont la nomenklatura politicienne est familière consiste ici à faire en sorte de laisser traîner l’analgésique « croissance » dans une phrase qui évoque une récession pure et simple, quitte à commettre un grossier contre-sens.

        +10

      Alerter
    • gracques // 18.07.2020 à 09h25

      Et ‘decroissance’ , c’est quoi ? Un barbarisme !
      En français brut on écrit ‘reccession’ voir même ‘depression’ si c’est profond et que ça dure , mais c’est un gros mot

        +2

      Alerter
  • MS // 16.07.2020 à 08h11

    Pas aussi simple me semble-t-il :
    La croissance est la dérivée de la pente du PIB (pour faire simple). Donc une contraction de la croissance de 8,7% signifie littéralement une diminution de la pente de 8,7%…
    …Alors qu’une décroissance est une pente qui devient négative.

    Reste à savoir ce que voulait réellement dire Paolo Gentiloni

      +7

    Alerter
    • jmathon // 16.07.2020 à 10h34

      « Pas aussi simple me semble-t-il :
      La croissance est la dérivée de la pente du PIB (pour faire simple). Donc une contraction de la croissance de 8,7% signifie littéralement une diminution de la pente de 8,7%…
      …Alors qu’une décroissance est une pente qui devient négative. »

      Cela me semblait pourtant assez simple. La croissance n’est pas la dérivée de la pente. C’est la pente elle-même (qui peut-être vue comme la dérivée d’une fonction représentant l’évolution du PIB dans le temps). Si une contraction de la croissance pourrait, en effet, signifier ce que vous dites (sans la novlangue de rigueur) alors la pente est bien négative.

      « Reste à savoir ce que voulait réellement dire Paolo Gentiloni »

      Cela me semble très clair dans cet extrait: « Maintenant, elle existe. Nous avons publié des prévisions de recul de la croissance pour tous les pays européens avec un taux négatif de 8,7% en moyenne dans la zone euro.». Même si la aussi le terme de décroissance est évité au profit du mot recul. Le mot contraction est lui du fait du « journaliste ».

        +3

      Alerter
      • MS // 16.07.2020 à 13h35

        Au temps pour moi JM, je voulais dire la pente ou la dérivée de la courbe.Le reste est correct : une diminution de la croissance est une diminution de pente qui reste positive.
        Une décroissance est une pente qui s’inverse et devient négative
        En occurrence, je pense comme vous que c’est ce que voulait dire Paolo Gentiloni (et on aurait du parler de décroissance), mais ce n’est pas ce que dit l’article..

          +1

        Alerter
        • Kasper // 16.07.2020 à 14h19

          La croissance étant un coefficient multiplicatif, vous aviez raison, il s’agit bien de la dérivée seconde du PIB en fonction du temps.

          2% de croissance signifie chaque année le PIB est multiplié par 1,02.
          Si vous avez PIB 100 une année, vous aurez 102 la suivante, la pente (dérivée première) est de 2, mais si vous partez de 200 l’année d’après vous aurez 204, la pente est de 4.

          Néanmoins ca ne veut pas dire que le charabia de Gentiloni mal rapporté par le journaliste s’appuie sur ces définition rigoureuses.

            +1

          Alerter
          • VA // 17.07.2020 à 10h13

            Bonjour,
            Je suis le « rapporteur » en français de l’article, issu de El País. La question posée par le journaliste espagnol est, telle quelle, la suivante :
            « Pregunta. La Comisión prevé que la recesión sea más profunda y que la eurozona se contraiga un 8,7% este año. ¿Eso obliga a ajustar el plan de recuperación? ».

            La question du journaliste porte bien sur une contraction de 8,7% de la croissance qui est une moyenne calculée par la Commission Européenne, donnée qui apparaît plus loin dans l’article.
            La décroissance étant taboue pour les responsables politiques européens, j’ai tout de même ajouté qu’il s’agissait d’une contraction « de la croissance » en français. c’est le choix de la clarté alors que Mr Gentiloni a tendance à prendre des pincettes, à part pour le risque de seconde vague dont il dit clairement qu’il ne l’inquiète guère à ce stade (il est sûrement épouvanté par les prévisions de la croissance, ou plutôt décroissance, de la zone euro).

            J’espère que cela aide à percevoir le sens de cette « contraction » qui démontre une chose : la décroissance économique (mais aussi écologique, sociale) fait peur aux responsables européens.

              +3

            Alerter
            • Kasper // 17.07.2020 à 11h37

              Notez que quand je dis mal rapporté je ne m’attaque pas à vous. Merci de votre apport bénévole à ce site.

                +1

              Alerter
            • gracques // 18.07.2020 à 09h31

              Mais , pardonnez moi , parler de ‘contraction de la croissance’ revient à décrireen bon français une diminution de l’augmentation de la croissance .
              Ici il d’agit bien de récession , c’est à dire de la contraction du PIB ….. et une récession de 8,7% à l’échelle du continent …. c’est du jamais vu ….. en période de paix

                +2

              Alerter
  • Fritz // 16.07.2020 à 09h07

    Ce M. Gentiloni a l’air courtois, réfléchi, pondéré. Dommage qu’il ne soit pas élu.
    Et dommage que le journaliste d’El País ne lui fasse pas reconnaître que l’UE n’a joué aucun rôle de protection contre la pandémie de covid-19. Tiens, il ne parle pas « pour sa part » de risque de seconde vague…
    Et personne ne le rappelle à l’ordre ?

      +12

    Alerter
    • Rémi // 16.07.2020 à 10h35

      L’UE n’a pas de compétence sanitaire c’est une compétence des états. Et ils ne se sont pas couvert de gloire sur le sujet.

        +2

      Alerter
      • Germs // 16.07.2020 à 11h16

        Bonjour ,
        Je pense que vous êtres dans l’erreur.
        Tous ceux qui appartient à l’UE est à L’UE, tous ceux qui appartient aux nations doit appartenir à l’UE.
        Nous avons :
        – Le commissaire européen à la Santé et à la Politique des consommateurs Stélla Kyriakídou., Gros silence, si je ne me trompe pas

          +14

        Alerter
      • Germs // 16.07.2020 à 11h16

        suite
        Puis les agences :
        – Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC),
        Analyser et interpréter des données issues des pays de l’UE portant sur 52 maladies et affections transmissibles, en s’appuyant sur le Système européen de surveillance (TESSy)…. idem
        Fournir un avis scientifique aux pays membres et aux institutions de l’UE.
        Assurer une détection précoce et une analyse des menaces émergentes pour l’UE.
        Coordonner le programme européen de formation à l’épidémiologie d’intervention (EPIETEN) et le programme européen de formation à la microbiologie appliquée à la santé publique (EUPHEMEN).
        Aider les pays de l’UE à se préparer aux épidémies.
        Organiser l’ESCAIDE, la conférence scientifique européenne sur l’épidémiologie appliquée aux maladies infectieuses, évènement annuel d’une durée de trois jours.
        – Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA)
        – Agence européenne des produits chimiques (ECHA)
        – Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA)
        – Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail (Eurofound)
        – Agence européenne des médicaments (EMA)
        – Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT)
        – Agence exécutive pour les consommateurs, la santé, l’agriculture et l’alimentation (Chafea)
        – Entreprise commune IMI2 (initiative en matière de médicaments innovants)
        https://europa.eu/european-union/about-eu/agencies_fr

          +17

        Alerter
        • Guillaume // 17.07.2020 à 00h46

          ca fait quand meme une sacrée bande payée avec l’argent publique…

            +7

          Alerter
      • ouvierpcf // 16.07.2020 à 14h11

        ah bon et les GOPE de 2013 2014? taper GOPE France 2013 2014 réduction des budgets ou maitrise dite raisonnée des budgets ? ouverture à la concurrence libre et non faussée ? critères de Maastricht les 3% de déficit
        les directives européennes ? externalisation des fabrication de médicaments et et des masques ? oui non ? on continue ? structure hôpital public APHP est ce autorisé après 2021? oui ou non ? cela n’a donc aucune incidence sur les politiques de santé publique ah bon ? décidé hier aujourd’hui et et pour 2021 ? le plan hôpital 2022 c’est pour rire alors ?

          +20

        Alerter
  • Macarel // 16.07.2020 à 10h56

    C’est la civilisation thermo-industrielle extractiviste capitaliste universaliste qui est dans une impasse planétaire, mais ça nous coûte de le reconnaître.

    Quel rêve offrir aux populations aujourd’hui ?

    La décroissance pourtant inéluctable, fait horreur ! Mais il vaudrait mieux l’anticiper dans un soucis de justice sociale, que de la subir dans un contexte d’inégalités sociales exacerbées…

    La croissance à tout prix, est de moins en moins possible, et mène notre monde technicien matérialiste dans le mur.

    Le rêve communiste a sombré dans l’enfer du Goulag.

    Le rêve individualiste « libéral », est en train de sombrer dans le chaos : voir la trajectoire actuelle des USA, et « l’american nightmare »

    Le rêve hugolien des « Etats-Unis d’Europe » est en train de tourner court, car de toute évidence il n’y a pas de « peuple européen »? il y a des européens fort divers…

    Une Chine revancharde, brigue la première place mondiale, mais c’est une société de contrôle total, non démocratique, qui inspire de plus en plus nos dirigeants de moins en moins représentatifs, dépassés par les événements.

    Les scientifiques sous dépendance des puissances d’argent privées et/ou militaires étatiques, se battent comme des chiffonniers avec comme toile de fond des conflits d’intérêt.

    Les religions, alimentent l’intolérance et pour certaines le terrorisme.

    La politique n’est plus qu’une entreprise de communication, et les médias peuplés d’inutiles
    perroquets payés grassement pour faire diversion.

    Quel rêve pour demain ??? Quel espoir pour un monde meilleur ? Les somnambules peuvent-ils encore se réveiller ?

      +28

    Alerter
  • Casimir Ioulianov // 16.07.2020 à 13h09

    On a une super-crise de la mort qui tue qui serait plus qu’un prétexte à la renégociation des traités.
    Malheureusement , la branche rigoriste a dit « NEIN » et du coup « Ce n’est pas le bon moment pour en discuter. »
    Genre , même pas on en parle.
    Et après ces gens vont se demander pourquoi des pays se barrent… Apparemment ça leur a pas suffit les Anglais , il va falloir leur repasser la deuxième couche camarades !

      +14

    Alerter
  • Fernet Branca // 16.07.2020 à 14h51

    Goldmann Sachs se porte au mieux voir CNN.
    Comme dit CNN les ennuis de Mainstreet ne sont pas ceux de Wallstreet.
    Et l’ancien magnat de la Formule 1 Bernie Ecclestone vient d’annoncer à 89 ans la naissance de son fils Ace.
    Les gueux devraient avoir confiance dans l’avenir.

      +7

    Alerter
  • Gisele // 16.07.2020 à 17h18

    Je me suis arrêté à « croissance négative ».
    Tant qu’on écoutera l’avis de trous du cul incapables de parler correctement ( quelque soit la langue ), il continuera de nous arriver des emmerdes.

      +16

    Alerter
    • BOURDEAUX // 16.07.2020 à 18h35

      C’est tout à fait exact : à force de mal nommer les choses on finit par mal les penser. Il y aurait beaucoup à dire et à analyser dans le langage de contrebande qui prolifère dangereusement dans les médias. Dernière maladie très en vogue chez les paresseux : les verbes « influencer », « modifier », toucher, bouleverser, affaiblir, blesser, disloquer, diminuer, etc…ont tous été remplacés sur BFM par un insupportable anglicisme pour vieille dame fatiguée : « impacter ». La nuance a fermé boutique, la langue française n’en finit pas de s’affaisser.

        +14

      Alerter
  • Renaud // 17.07.2020 à 11h41

    Juste ce lien (graphique de 2015, mais rien ne s’est « amélioré » depuis, au contraire). Précision, je mets ce lien uniquement pour son contenu clair et significatif d’un seul coup comme inanité de l’Europe » et de l’ « euro ».
    Je ne suis pas associé à ce site d’où sort ce lien, mais la vérité n’est jamais contre la vérité.
    Ce qu’on y voit refoule toutes les dialectiques soporifiques qui mènent aux grandes erreurs fatales.
    Voici :
    http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2017/02/notre-industrie-celle-de-l-allemagne-la-courbe-reciproque-de-leur-production-depuis-la-mise-en-place-de-l-euro.html

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications