Les Crises Les Crises
17.novembre.201517.11.2015 // Les Crises

Préface à Comment le Djihad est arrivé en Europe, par JP Chevènement

Merci 25
J'envoie

Suite des billets anciens éclairant le présent…

Source : Le Blog de Jean-Pierre Chevènement, le 22 juin 2006.

Comment le Djihad est arrivé en Europe, Jürgen Elsässer, Xenia, 2006, collection Le chaînon manquant, 304 p., traduit de l’allemand par Fred Hissim

Comment le Djihad est arrivé en Europe, Jürgen Elsässer, Xenia, 2006

Comment le Djihad est arrivé en Europe, Jürgen Elsässer, Xenia, 2006

Préface de Jean-Pierre Chevènement :

La traduction française du livre de Jürgen Elsässer Comment le Djihad est arrivé en Europe constitue une mine de révélations pour quiconque cherche à comprendre les enjeux géostratégiques mondiaux.

Que les services spéciaux américains aient prêté la main subrepticement dès 1992 – en violation de l’embargo sur les armes -, puis officiellement à partir de 1994, à l’armement des milices islamistes de Bosnie est un fait bien connu. De même les liens tissés avec Oussama Ben Laden et son organisation en Afghanistan dès les années quatre-vingt mais maintenus longtemps après.

Ce que montre, en revanche, avec un grand luxe de détails Jürgen Elsässer, c’est le véritable chaudron du terrorisme islamiste qu’ont constitué les guerres yougoslaves tout au long des années quatre-vingt-dix. Les attentats du 11 septembre 2001 à New-York, de Madrid le 11 mars 2003, et du 7 juillet 2005 à Londres font tous émerger des personnages qui, à des titres divers, ont été des vétérans des guerres de Bosnie. Il semble qu’il s’agisse là de connexions si gênantes qu’il faille absolument les taire ou les dissimuler. Certes il faut éviter la vision “bosno-centrée” bien que quelques éclairages a posteriori sur la division SS Hanjar, les “exploits” des djihadistes et les fréquentations douteuses d’Izetbegovic mériteraient à coup sûr d’ébranler la bonne conscience de l’opinion occidentale, tellement manipulée par les Bernard Henri Lévy et consorts : c’est ainsi qu’on voit apparaître El Zawahiri, considéré comme l’actuel numéro deux d’Al Quaïda, dans l’approvisionnement en armes des milices islamistes bosniaques au milieu des années quatre-vingt-dix.

Pourquoi ce soutien apparemment aveugle de la politique américaine, à travers services spéciaux et entreprises mercenaires, à la création d’un Etat musulman au cœur de l’ancienne Yougoslavie ?

Les Etats-Unis étaient-ils poussés par le noble idéal de l’autodétermination des peuples ? Ou bien poursuivaient-ils un but plus obscur dont le monde musulman, en définitive, aurait été le jouet ? Car ce qui intéresse l’Administration américaine c’est quand même avant tout le contrôle des gisements de pétrole et des voies d’acheminement de celui-ci par la voie maritime ou par oléoducs (en Afghanistan et dans le Caucase notamment).

Zbignew Brezinski, ancien conseiller de Jimmy Carter pour les affaires extérieures, a éclairé d’une lumière crue dans un maître livre paru en 1998, Le grand échiquier, les enjeux centraux de la diplomatie américaine : contrôler l’Eurasie et les régions pétrolifères du Golfe et de la Caspienne, réduire l’influence de la Russie et asseoir la domination des Etats-Unis sur le monde musulman. La mise en œuvre ultérieure de ce grand dessein par les néoconservateurs laisse sans doute quelque peu à désirer … La ” grande guerre déclarée au terrorisme ” rompt-elle vraiment avec la volonté d’instrumenter le monde musulman à travers le soutien des milices fondamentalistes en Afghanistan dans l’ex-Yougoslavie, voire dans le Caucase ? Elle exacerbe les contradictions qui s’y manifestent et l’entraîne tout entier dans une régression sans précédent.

Le livre de Jürgen Elsässer est fort instructif sur le rôle des services spéciaux dans la manipulation des conflits (et des opinions publiques droguées aux idéologies identitaires). Il est vrai que les services se prennent souvent les pieds dans leurs propres intrigues. Dans la société hypermédiatique où nous vivons, leurs manigances finissent toujours par être éventées. C’est l’un des grands mérites du livre de Jürgen Elsässer de nous faire voir par leur petit côté (mais les trous de serrure ne font-ils pas découvrir bien des choses ?) les projets mégalomaniaques ourdis par les ” maîtres de l’heure ” (qui cesseront souvent de l’être dans l’heure qui suit).

Même si Jürgen Elsässer nous étourdit parfois sous la multiplicité de ses sources et l’abondance de ses références, rendons hommage à son érudition : son livre contribuera utilement à un sain pluralisme et à l’éclosion de vérités pas toujours bonnes à dire. Saluons son immense travail et la contribution salubre que son livre apporte à un débat démocratique débarrassé des a priori trompeurs qui obscurcissent la compréhension des enjeux et retardent l’heure d’une paix juste dans les Balkans et ailleurs. Je souhaite que ce livre fasse réfléchir au-delà des passions souvent instrumentées à des fins pas toujours avouables. Je ne doute pas qu’il sera utile au retour de relations pacifiées entre les Etats-Unis, l’Europe et le monde musulman.

——————————
4ème de couverture (écrite par l’éditeur) :
Voici un ouvrage d’investigation exemplaire. Prenant à contre-pied la clameur générale, Jürgen Elsässer a patiemment remonté la piste des kamikazes du 11 septembre. Ce qui l’a mené tout droit en Bosnie, véritable tête de pont de l’activisme islamiste en Europe et en Occident.

Avant de s’attaquer aux populations de l’Occident, les moudjahiddin ont été recrutés, formés, entraînés par les services secrets occidentaux. Sur cette collusion, la « guerre contre le terrorisme » proclamée à grand fracas par Washington au début des années 2000, a jeté un voile de ténèbres et de mutisme.

Passionnant comme un roman d’espionnage, ce livre éclaire les souterrains de la politique mondiale et fait parler le silence. De New York à Istanbul, de Berlin à Tora-Bora, il nous entraîne à la découverte du plus équivoque des réseaux. Composant, au fil de son récit, le tableau d’une guerre occulte où les distinctions communes — Occident/Islam, amis/ennemis, terrorisme/pacification — perdent leur sens.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jay SWD // 17.11.2015 à 00h30

Brillant.
Un peu en marge de ce qu’édicté ici,je ne peux que rappeller un extrait d’un bouquin de Chevènement”1914-2014:La France sortie de l’Histoire”…
Il y citait Joschka Fisher,qui disait:”Il nefaudrait pas qu’aprés Guillaume deux puis Hitler,Merkel soit le troisième dirigeant Allemand à mettre le feu à l’Europe”

Hors pour suivre les délires du patronat allemand à la recherche d’esclave formés taillables et corvéables à Merci,Frau Merkel a sans doute ouvert la boite de Pandore via son opération portes ouvertes dite,”Migrants”

Une fumisterie de plus d’une conjuration d’escrocs assassins menteurs pathologiques:

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2015/11/la-grande-moquerie.html

21 réactions et commentaires

  • Jay SWD // 17.11.2015 à 00h30

    Brillant.
    Un peu en marge de ce qu’édicté ici,je ne peux que rappeller un extrait d’un bouquin de Chevènement”1914-2014:La France sortie de l’Histoire”…
    Il y citait Joschka Fisher,qui disait:”Il nefaudrait pas qu’aprés Guillaume deux puis Hitler,Merkel soit le troisième dirigeant Allemand à mettre le feu à l’Europe”

    Hors pour suivre les délires du patronat allemand à la recherche d’esclave formés taillables et corvéables à Merci,Frau Merkel a sans doute ouvert la boite de Pandore via son opération portes ouvertes dite,”Migrants”

    Une fumisterie de plus d’une conjuration d’escrocs assassins menteurs pathologiques:

    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2015/11/la-grande-moquerie.html

      +21

    Alerter
    • Jagajaga // 17.11.2015 à 12h24

      C’est quand même marrant, mes posts ne passent jamais le filtre de la modération dès que je dénonce cette fiction de la pleine responsabilité de l’Allemagne dans le déclenchement de la Première guerre mondiale comme une construction propagandiste d’après guerre.

      Pourtant elle a suffisamment été critiquée et remise en question par des historiens de tout bord et toute origine pour qu’il soit intéressant de soulever ce point.

        +3

      Alerter
  • Hellebora // 17.11.2015 à 00h45

    Présentation video de l’ouvrage par son éditeur (bien connu), Slobodan Despot : https://vimeo.com/116533221

      +4

    Alerter
  • Pierre // 17.11.2015 à 00h56
  • Deres // 17.11.2015 à 01h12

    fabuleux, certains médias modifient leurs archives trop compromettantes qui prouvent qu’ils adhèrent sans réflexions aux décisions du pouvoir ne place !

    http://www.causeur.fr/refugies-terroristes-france-inter-35416.html

      +18

    Alerter
    • Tonton Poupou // 17.11.2015 à 10h19

      C’est exactement le travail du héros dans le livre d’Orwel : 1984.
      Modifier les archives pour les rendre compatibles avec la politique officielle gouvernementale du moment.
      Ce n’est juste qu’une des nombreuses techniques – celle là plutôt grossière – de “communications” des mass-médias, il y en a bien d’autres et pour certaines beaucoup plus subtiles qui n’échappent pourtant pas à l’observateur attentif. Quoi que dans l’océan de manipulations quotidiennes et continues il soit bien difficile de dresser une liste exhautive.

        +10

      Alerter
      • FDM // 17.11.2015 à 14h52

        Bonjour,

        Vous m’ôtez les mots de la bouche, c’est la première chose auquel j’ai pensé… 1984.

          +3

        Alerter
    • Jagajaga // 17.11.2015 à 10h41

      Sans vouloir trop perturber votre trip “détenteur de la vérité, seul contre les mass media” (ne jamais réveiller un somnambule), la trajectoire des jihadistes yougoslaves est archi connue et documentée, de même que le financement occidental de ces mouvements. Ca a fait l’objet de reportages dans les pires torchons avant et après le bouquin d’Elsasser.

      C’est même sur Wikipedia. C’est dire si on viole le secret défense …

        +1

      Alerter
      • Leens // 17.11.2015 à 11h10

        Il est cependant toujours utile de diffuser les informations que les lecteurs du site ne connaissent pas nécessairement. Rien que le fait que Ben Laden travaillait en Yougoslavie pour les Américains et qu’il y a obtenu un passeport serbe, et mille autres informations rassemblées par l’auteur valent qu’on lise le livre, ce que je fis à l’époque de sa parution.

          +8

        Alerter
        • samos // 18.11.2015 à 00h45

          Leens Vous avez lu le livre à sa parution à l’époque, mais malheureusement
          très mal retenu l’essentiel Ben Laden n’a jamais obtenu le passeport SERBE , mais le passeport BOSNIAQUE des mains du Président Izetbegovic, en signe de reconnaissance pour son soutien de B et de ses djihadistes venu de l’Afghanistan et d’autres pays musulmans pour combattre
          les Serbes. LE PASSEPORT SERBE EST UN NON SENS.
          Ecoutez la présentation de l’Editeur Slobodan Despot link video.com proposée
          par Hellebora

            +1

          Alerter
  • HELLEBORA // 17.11.2015 à 01h24

    Chiffres alarmants. La situation en France est la suivante :
    Sur près de 3000 djihadistes européens, 1700 sont issus de la France soit 55%. Leur nombre a triplé en un an. La grande majorité est dans la nature alors qu’ils sont connus des services secrets. L’état islamique infiltre ses combattants parmi les migrants. La gestion chaotique par l’Europe du dossier des migrants et l’absence de contrôles aux frontières accélère encore plus l’arrivée de djihadistes en France.
    D’après les chiffres communiqués par le ministre de l’Intérieur en mai 2015, 1 683 individus ont été recensés, ce qui représente un triplement depuis janvier 2014…
    http://economiepolitique.org/triplement-des-djihadistes-en-france-1683-recenses-4091-signalements/

      +7

    Alerter
    • Sébastien // 17.11.2015 à 09h41

      Potentiellement, il y en a bien plus. Que peuvent devenir ces hommes seuls qui n’ont absolument aucun avenir dans une société en décrépitude?
      Tout cela est mécanique, anthropologique, donc prévisible.

        +3

      Alerter
      • Vincent // 17.11.2015 à 09h59

        C’est également démographique : les foyers les plus enclins à se radicaliser* ont en moyenne de 6 à 8 enfants.

        *attention, je crois avant tout au libre arbitre de chacun. Être né dans une famille nombreuse quand bien même elle serait pauvre et religieuse ne fait pas fatalement des terroristes.

          +1

        Alerter
        • Vanklaus // 17.11.2015 à 12h32

          regardez a la minute 9 minute 50 https://www.youtube.com/watch?v=bubq6kneQPU
          il est dangereux que les politiques utilisent des arguments de bistro du genre ” les terroristes pondent leurs œufs chez nous ” et que des enfants naisse forcement radicaux ou terroristes ou de mettre le terrorisme sur une ethnie ou une nationalité alors que les faits démontrent tout a fait le contraire . je vous rejoins dans votre dernière remarque toute les familles qui ont 6-8 enfants ne sont pas des cellules terroristes dormante . et à l’inverse il ya des terroristes qui sortent de famille éclatée avec des petite fratries .
          la solution n’est pas de chercher a castrer la population mais de l’immuniser des idéologies extrémistes du genre wahhabisme .

            +4

          Alerter
  • Jean-Baptiste // 17.11.2015 à 01h39

    Bonjour à tous,

    « Les Etats-Unis étaient-ils poussés par le noble idéal de l’autodétermination des peuples ? Ou bien poursuivaient-ils un but plus obscur dont le monde musulman, en définitive, aurait été le jouet ? »

    Question pertinente entre toute. Voici un élément de réponse :

    Personne n’est jamais complètement le jouet d’un autre. On peut toujours choisir sa réponse. Le stratégiste de l’État Islamique Abu Bakr Naji tient ainsi absolument à affirmer que tous les pacifistes, à commencer par Ghandi, ne sont que des illusions, des jouets, et que seuls les actions de terreur portent du fruit :

    « La vérité, c’est que la loi qui a contraint les Anglais à livrer le pouvoir à Gandhi, c’est le jihad lancé par les musulmans en Inde et les actions armées menées par quelques autres factions. […]
    Même les états démocratiques ont été bâtis après des guerres qui détruisirent tout jusqu’à la victoire d’un camp sur l’autre. Les vainqueurs de mettaient alors d’accord sur la forme d’un ordre politique. Telle est la réalité. […]
    Ces groupes disent s’inspirer de la méthode Gandhi. Certains des intellectuels de ces groupes vont jusqu’à mette cette méthode en pratique, essayant d’expliquer que la méthode Gandhi est une résurgence moderne de la vie du prophète à l’époque de La Mecque. Que la religion d’Allah soit exaltée par-delà leurs mensonges et leurs forgeries ! »

    Abu Bakr Naji, Gestion de la Barbarie, Éditions de Paris, 2007, 248 p., p. 194, 195

    Il faut réaffirmer le principe de la liberté individuelle, de conscience, de pensée et d’action. Affirmer que Solidarnosc n’était pas le jouet des soviétiques, Ghandi le jouet des anglais, Martin Luther King des élites blanches américaines, etc. mais qu’ils ont choisi — et réussi ! — à mettre à genoux la violence devant eux. Au contraire, ce sont les terroristes qui ont choisi — je dis bien choisi, même par défaut, inconscience ou autre, choisi — la violence, et qu’ils ne sont pas de pures victimes recourant au seul moyen disponible pour se défendre. En recourant eux-mêmes à la violence aveugle, les terroristes deviennent à leur tour coupables, quelle que soit la culpabilité de ceux qui leur ont fait du tort… ou les ont aidés et armés pour qu’ils aguerrissent et amplifient leurs pulsions violentes.

    La voie Walesa, Gandhi, King, etc. est toujours possible ; nul n’est une illusion inconsistante ne pouvant pas choisir autre chose que de réfléchir et d’amplifier la violence reçue.

    Amicalement,

    Jean-Baptiste Bersac

      +8

    Alerter
  • BA // 17.11.2015 à 08h49

    Lundi 16 novembre 2015 :

    Un djihadiste s’est fait exploser devant le Stade de France. Il avait un passeport syrien. Grâce à ses empreintes digitales, la police française a découvert qu’il était entré en Europe au milieu des migrants :

    La police grecque a confirmé que ce sont les mêmes empreintes digitales que celles d’un homme entré sur l’île grecque de Leros le 3 octobre.

    La police serbe a confirmé que cet homme était ensuite entré en Serbie, toujours au milieu des migrants. La police serbe l’avait enregistré dans le camp de réfugiés de Presevo, en Serbie.

    Le djihadiste infiltré a rejoint tranquillement la Croatie, toujours parmi les migrants.

    Son voyage s’est arrêté devant le Stade de France.

    Un avocat s’interroge sur la poursuite de la politique d’accueil des migrants.

    Thibault de Montbrial, avocat au barreau de Paris, était l’invité de BFMTV lundi soir. Spécialisé dans les questions de terrorisme, il a commenté la découverte d’un passeport syrien près du corps d’un terroriste qui s’est fait exploser lors des attentats de Paris.

    « S’il est établi que pour la première fois, un membre d’un commando infiltré parmi les migrants a participé à l’un des plus grands massacres de l’histoire européenne, alors c’est un tournant majeur et ça doit nous conduire à nous interroger sur la poursuite de cette politique d’accueil des migrants », a affirmé l’avocat.

    https://www.youtube.com/watch?v=tjZ9t2CvGmc

      +2

    Alerter
  • Eric // 17.11.2015 à 09h31

    L’arrivée du Jihad en Europe, c’est lors de la guerre de Bosnie, voir le documentaire dédié “Bosnie : Les combattants d’Allah” en partie 3 du lien suivant:
    http://puissantsetmiserables.fr/2015/11/02/dossier-comprendre-la-guerre-de-yougoslavie-et-donc-les-guerres-actuelles/

      +2

    Alerter
    • Lithan // 17.11.2015 à 10h18

      Guerre dans laquelle se sont aussi illustrés les islamistes du Gang de Roubaix, de triste mémoire.
      A noter que Jurgen Elsasser, l’auteur de “Comment le djihad est arrivé en Europe”, intervient dans le documentaire “Les combattants d’Allah”.
      Encore une fois, dans ce film, nous apprenons que les Américains ont largement appuyés la brigade El Moudjahidin contre les méchants Serbes – alliés des Russes.
      La stratégie qui a consisté à favoriser le vert (les islamistes) contre le rouge (ou l’ex-rouge) a continué bien après la chute de l’URSS.
      Les intégristes protestants et musulmans se sont bien trouvés tiens…
      A lire à ce propos : http://www.editions-jclattes.fr/une-mosquee-munich-9782709635356

        +6

      Alerter
      • Homère d’Allore // 17.11.2015 à 14h26

        Merci de la référence “Une mosquée à Munich”. Ça paraît fort intéressant et je commande ce livre derechef chez mon libraire !

          +2

        Alerter
  • Boyington // 17.11.2015 à 17h12

    Où en Europe ?

    Là où il n’y avait pas de musulmans ou plutôt là où il y avait beaucoup de musulmans qui offraient une sorte de couverture ?

    Djihad en Lettonie ou en France ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications