Les Crises Les Crises
12.juin.202012.6.2020 // Les Crises

Quelle Économie après la pandémie de Coronavirus ?

Merci 80
J'envoie

Source : Foreign Policy
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

La pandémie va sans doute changer à jamais l’ordre économique et financier. Foreign Policy a interrogé plusieurs économistes mondiaux au sujet de leurs prévisions.

Après de nombreuses semaines de confinement, de pertes tragiques de vies humaines et de fermeture d’une grande partie de l’économie mondiale, l’incertitude radicale reste la meilleure façon de décrire ce moment historique. Les entreprises vont-elles pouvoir se relancer et les emplois reviendront-ils ? Voyagerons-nous à nouveau ? L’afflux d’argent des banques centrales et des gouvernements suffira-t-il à empêcher une récession profonde et durable, ou pire encore ?

Cela est certain : La pandémie entraînera des changements permanents dans le pouvoir politique et économique, d’une manière qui ne se manifestera que plus tard.

Pour nous aider à comprendre les changements qui se produisent sous nos yeux, Foreign Policy a interrogé plusieurs économistes mondiaux au sujet de l’avenir de l’ordre économique et financier.


Nous avons besoin d’un meilleur équilibre entre mondialisation et autonomie

par Joseph E. Stiglitz, professeur d’économie à l’université de Columbia, lauréat du prix Nobel d’économie en 2001 et auteur de People, Power, and Profits : Progressive Capitalism for an Age of Discontent, publié en poche en avril 2020.

Les économistes se moquaient autrefois des appels lancés aux pays pour qu’ils mènent des politiques de sécurité alimentaire ou énergétique. Dans un monde globalisé où les frontières n’ont pas d’importance, disaient-ils, nous pourrions toujours nous tourner vers d’autres pays si quelque chose arrivait chez nous. Aujourd’hui, les frontières ont soudainement de l’importance, car les pays s’accrochent fermement à leurs masques et à leur équipement médical et luttent pour s’approvisionner. La crise du coronavirus nous a rappelé avec force que l’unité politique et économique de base reste l’État-nation.

Pour construire nos chaînes d’approvisionnement soi-disant efficaces, nous avons cherché dans le monde entier le producteur le moins cher de chaque maillon de la chaîne. Mais nous avons fait preuve de myopie, en construisant un système qui, de toute évidence, n’est pas résistant, n’est pas suffisamment diversifié et reste vulnérable aux interruptions. La production et la distribution juste à temps, avec des stocks faibles ou inexistants, peuvent être capables d’absorber de petits problèmes, mais désormais nous avons vu ce système écrasé par une perturbation inattendue.

Nous aurions dû tirer la leçon de la résilience à la crise financière de 2008. Nous avions créé un système financier interconnecté qui semblait efficace et était peut-être capable d’absorber de petits chocs, mais il était fragile sur le plan systémique. Sans les plans de sauvetage massifs des gouvernements, le système se serait effondré lorsque la bulle immobilière a éclaté. De toute évidence, cette leçon nous a échappé.

Le système économique que nous construirons après cette pandémie devra être moins myope, plus résistant et plus sensible au fait que la mondialisation économique a largement dépassé la mondialisation politique. Tant que ce sera le cas, les pays devront s’efforcer de trouver un meilleur équilibre entre les avantages de la mondialisation et un degré nécessaire d’autonomie.


Cette atmosphère de guerre a ouvert une fenêtre sur le changement

par Robert J. Shiller, professeur d’économie à l’université de Yale, lauréat du prix Nobel d’économie en 2013 et auteur de Narrative Economics : How Stories Go Viral and Drive Major Economic Events.

Des changements fondamentaux se produisent de temps à autre, souvent en temps de guerre. Bien que l’ennemi soit désormais un virus et non une puissance étrangère, la pandémie de Covid-19 a créé une atmosphère de guerre dans laquelle de tels changements semblent soudainement possibles.

Cette atmosphère, avec des récits de souffrance et d’héroïsme, se propage avec la maladie. Le temps de guerre rassemble les gens non seulement au sein d’un pays, mais aussi entre les pays, car ils partagent un ennemi commun comme le virus. Ceux qui vivent dans les pays avancés peuvent éprouver plus de sympathie pour ceux qui souffrent dans les pays pauvres, car ils partagent une expérience similaire. L’épidémie nous rassemble également dans d’innombrables réunions « visio ». Soudain, le monde semble plus petit et plus intime.

Il y a également des raisons d’espérer que la pandémie ait ouvert une fenêtre sur la création de nouveaux moyens et de nouvelles institutions pour faire face à la souffrance, y compris des mesures plus efficaces pour arrêter la tendance à l’accroissement des inégalités. Peut-être que les paiements d’urgence versés aux individus par de nombreux gouvernements sont une voie vers un revenu de base universel.

Aux États-Unis, une assurance maladie plus efficace et plus universelle vient peut-être de recevoir un nouvel élan. Puisque nous sommes tous du même côté dans cette guerre, nous pourrions maintenant trouver la motivation pour construire de nouvelles institutions internationales permettant un meilleur partage des risques entre les pays. L’atmosphère de guerre s’estompera à nouveau, mais ces nouvelles institutions persisteront.


Le vrai risque réside dans l’exploitation de nos craintes par le monde politique

par Gita Gopinath, économiste en chef du Fonds monétaire international.

En quelques semaines seulement, une série d’événements dramatiques – pertes de vies humaines, paralysie des chaînes d’approvisionnement mondiales, interruption des exportations de fournitures médicales entre les alliés, et la plus grave contraction économique mondiale depuis les années 1930 – a mis à nu les vulnérabilités de l’ouverture des frontières.

Si le soutien à une économie mondiale intégrée était déjà en baisse avant le Covid-19, la pandémie va probablement accélérer la réévaluation des coûts et des avantages de la mondialisation. Les entreprises qui font partie des chaînes d’approvisionnement mondiales ont été les témoins directs des risques inhérents à leurs interdépendances et des pertes importantes causées par les perturbations. À l’avenir, il est probable que ces entreprises tiendront davantage compte de ces risques, ce qui se traduira par des chaînes d’approvisionnement plus locales et plus robustes, mais moins globales.

Dans les marchés émergents, dont l’adhésion à la mondialisation s’est traduite par une ouverture constante aux flux de capitaux, nous risquons de voir le rétablissement d’un contrôle des mouvements de capitaux, au moment où ces pays s’efforcent de se protéger de la déstabilisation induite par l’arrêt économique soudain. Et même si les mesures de confinement sont progressivement supprimées dans le monde entier, les gens peuvent évaluer eux-mêmes leurs risques individuels et décider de réduire indéfiniment leurs déplacements, ce qui inverserait un demi-siècle de mobilité internationale croissante.

Le risque réel, cependant, est que ce changement organique et intéressé des personnes et des entreprises qui s’éloignent de la mondialisation soit aggravé par certains décideurs politiques qui exploitent les craintes liées à l’ouverture des frontières. Ils pourraient imposer des restrictions protectionnistes au commerce sous le couvert de l’autosuffisance et restreindre la circulation des personnes sous le prétexte de la santé publique. Il appartient maintenant aux dirigeants mondiaux d’éviter ce résultat et de conserver l’esprit d’unité internationale qui nous a collectivement soutenus pendant plus de 50 ans.


La pandémie aggrave les conditions préexistantes de l’économie

par Adam Posen, le président du Peterson Institute for International Economics.

La pandémie va aggraver quatre conditions préexistantes de l’économie mondiale. Elles resteront réversibles grâce à des interventions chirurgicales majeures, mais deviendront chroniques et dommageables en l’absence de telles interventions. La première de ces conditions est la stagnation séculaire – combinaison d’une faible croissance de la productivité, d’un manque de retour sur investissement privé et d’une quasi-déflation. Cette situation s’aggravera à mesure que les gens resteront réticents au risque et épargneront davantage après la pandémie, ce qui affaiblira constamment la demande et l’innovation.

Deuxièmement, l’écart entre les pays riches (ainsi que quelques marchés émergents) et le reste du monde en ce qui concerne leur résistance aux crises va encore se creuser.

Troisièmement, en partie à cause de la fuite vers la sécurité et du risque apparent des économies en développement, le monde continuera à dépendre excessivement du dollar américain pour le financement et le commerce. Même si les États-Unis deviennent moins attrayants pour les investissements, leur attrait augmentera par rapport à la plupart des autres régions du monde. Cela entraînera un mécontentement permanent.

Enfin, le nationalisme économique amènera de plus en plus les gouvernements à isoler leur propre économie du reste du monde. Cela ne produira jamais une autarcie complète, ou quelque chose de proche, mais renforcera les deux premières tendances et augmentera le ressentiment de la troisième.


L’économie normale ne reviendra jamais

par Adam Tooze, professeur d’histoire et directeur de l’Institut européen de l’Université de Columbia. Son dernier livre s’intitule Crashed : How a Decade of Financial Crises Changed the World, et il travaille actuellement sur une histoire de la crise climatique.

Au début de l’immobilisation, la première impulsion a été de rechercher des analogies historiques – 1914, 1929, 1941 ? Depuis lors, ce qui est apparu de plus en plus clairement, c’est la nouveauté historique du choc que nous vivons. Il y a quelque chose de nouveau sous le soleil. Et c’est effrayant.

Les retombées économiques défient tout calcul. De nombreux pays sont confrontés à un choc économique bien plus profond et plus sauvage que ce qu’ils n’ont jamais connu auparavant. Dans des secteurs comme le commerce de détail, déjà soumis à une forte pression de la concurrence en ligne, le blocage temporaire peut s’avérer fatal. De nombreux magasins ne rouvriront pas, perdant ainsi définitivement leur emploi. Des millions de travailleurs, de propriétaires de petites entreprises et leurs familles sont confrontés à la catastrophe. Plus le verrouillage durera, plus les cicatrices économiques seront profondes et plus la reprise sera lente.

Ce que nous pensions savoir de l’économie et des finances a été radicalement perturbé. Depuis le choc de la crise financière de 2008, on a beaucoup parlé de la nécessité de tenir compte de l’incertitude radicale. Nous savons maintenant à quoi ressemble une incertitude vraiment radicale.

Nous assistons au plus grand effort budgétaire combiné depuis la Seconde Guerre mondiale, mais il est déjà clair que le premier cycle pourrait ne pas suffire. Il y a peu d’illusions sur les acrobaties sans précédent que les banques centrales sont en train de réaliser. Pour faire face au passif accumulé, l’histoire suggère quelques alternatives radicales, notamment une explosion de l’inflation ou un défaut public organisé (qui ne serait pas aussi drastique qu’il n’y paraît s’il s’agissait de dettes publiques détenues par les banques centrales).

Si la réponse des entreprises et des ménages est l’aversion au risque et la fuite vers la sécurité, elle aggravera les forces de stagnation. Si la réponse publique aux dettes accumulées par la crise est l’austérité, cela aggravera la situation. Il est donc logique de demander à un gouvernement plus actif et plus visionnaire de montrer la voie à suivre pour sortir de la crise. Mais la question, bien sûr, est de savoir quelle forme cela prendra et quelles forces politiques le contrôleront.


De nombreux emplois perdus ne seront jamais retrouvés

par Laura D’Andrea Tyson, professeur à la Haas School of Business de l’Université de Californie à Berkeley, et ancienne présidente du Conseil des conseillers économiques du président américain sous l’administration Clinton.

La pandémie et la reprise qui s’ensuivra accéléreront la numérisation et l’automatisation en cours des tendances du travail qui ont érodé les emplois moyennement qualifiés tout en augmentant les emplois hautement qualifiés au cours des deux dernières décennies et ont contribué à la stagnation des salaires médians et à l’augmentation des inégalités de revenus.

L’évolution de la demande, souvent accélérée par les bouleversements économiques provoqués par la pandémie, modifiera la composition future du PIB. La part des services dans l’économie continuera d’augmenter. Mais la part des services en personne diminuera dans le commerce de détail, l’hôtellerie, les voyages, l’éducation, les soins de santé et l’administration, car la numérisation entraîne des changements dans la manière dont ces services sont organisés et fournis.

De nombreux emplois de services en personne à bas salaires et peu qualifiés, en particulier ceux fournis par les petites entreprises, ne reviendront pas avec la reprise éventuelle. Cependant, les travailleurs fournissant des services essentiels tels que la police, la lutte contre les incendies, les soins de santé, la logistique, les transports publics et l’alimentation seront plus demandés, créant ainsi de nouvelles opportunités d’emploi et augmentant la pression pour augmenter les salaires et améliorer les avantages dans ces secteurs traditionnellement à bas salaires.

Le ralentissement économique accélérera la croissance des emplois atypiques et précaires – travailleurs à temps partiel, travailleurs à temps partiel et travailleurs ayant plusieurs employeurs -, ce qui entraînera la mise en place de nouveaux systèmes d’avantages sociaux transférables.

De nouveaux programmes de formation à faible coût, dispensés par voie numérique, seront nécessaires pour fournir les compétences requises dans les nouveaux emplois. La dépendance soudaine d’un si grand nombre de personnes à l’égard de la capacité de travailler à distance nous rappelle qu’une expansion importante et globale des infrastructures Wi-Fi, à large bande et autres sera nécessaire pour permettre l’accélération de la numérisation de l’activité économique.

Source : Foreign Policy
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

Patrick // 12.06.2020 à 20h56

Ils partent tous du principe que la crise économique qui arrive est juste causée par la crise sanitaire , ils sautent à pieds joints sur la situation économique réelle et le fait que les dettes totales étaient déjà hors de contrôle, mais qu’elles masquaient le fait que tout le système est en phase terminale.
Quant à la solution de créer plus d’institutions internationales, on a pu constater leur efficacité, pas la peine d’en faire plus.

14 réactions et commentaires

  • Gévaudan // 12.06.2020 à 09h37

    Permettez qu’on vous propose un bon antipoison. Lisez les analyses et éditoriaux de Bruno Bertez sur son blog. Vous n’y trouverez aucune complaisance pour les incompétents prétentieux et les prédateurs sans foi ni loi.

      +6

    Alerter
  • Alfred // 12.06.2020 à 09h58

    Quelle économie après le covid 19? La même: une économie de casino avec des croupiers véreux: https://trustmyscience.com/covid-19-2-milliards-doses-vaccin-non-valide-bientot-en-production/

      +24

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 12.06.2020 à 10h10

    Très drôle ! Tous ces braves économistes qui s’efforcent de discerner une tendance au doigt mouillé ! Ils feraient mieux de dire qu’ils n’en savent rien. Je préfère de loin Onfoncedanslemur qui fait le lien entre cette crise et l’effondrement pronostiqué par Meadows, et qui a au moins le mérite de poser une question importante : la première va-t-elle entraîner le second ? Une question dont les économistes se fichent comme de l’an 40 : en 72, ce sont eux et les politiques qui avaient enterré le fameux rapport. Lire ici : http://onfoncedanslemur.blog/2020/06/12/levolution-humaine-dans-limpasse

      +16

    Alerter
    • Alfred // 12.06.2020 à 16h04

      Pour compléter il est intéressant de lire le discours donné à Harvard par Soljenitisne en 1978. Tout comme le rapport meadows ça n’a pas vraiment été écouté et c’est toujours d’actalité plus de quarante ans après. Les deux sont admirablement complémentaires.
      Ceci est le lien avec les extraits les plus complets que j’ai pu trouver en libre accès:
      http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1680

        +7

      Alerter
  • DooDzy // 12.06.2020 à 10h12

    Toujours intéressant d’avoir le regard des « grands » économistes « respectés » de ce monde. Cela donne de la matière pour affiner son propre jugement. Merci !

      +4

    Alerter
  • Julien // 12.06.2020 à 10h51

    Une économie dématerialisée. Une économie toujours basée sur l’intérêt. Une économie qui permet aux riches de devenir plus riches et aux pauvres d’être plus pauvre. Une économie qui ne changera rien mais aggravera un peu plus la situation de Mr Dupont chaque jour. Une économie qui tient les gens par les couilles. En somme, la banque dans toute sa splendeur, rien ne changera. Arrêtez de rêver. On a déjà 300 milliards à rembourser en l’espace de 3 mois de confinement donc en 5 ans de quinquennat avec un banquier au poste de patron

      +5

    Alerter
    • TZYACK // 13.06.2020 à 17h57

      300 milliards de prêts uniquement pour relancer la demande superflue des « pauvres » qui est à l’évidence vitale pour les « riches » ! Qui a besoin le plus de l’autre ?

        +0

      Alerter
  • François // 12.06.2020 à 11h40

    Les mêmes causes auront les mêmes effets. Toujours plus globale, toujours plus pour résoudre un problème.

    L’histoire montre que c’est le plus fort qui gagne.

    Le citoyen de base devra s’adapter pour s’en sortir donc avoir une stratégie pour lui et son écosystème. Certains continue à faire du Black ou trouver des idées marchandes non déclaré. Les états n’aime pas car ils n’ont pas le contrôle…

      +8

    Alerter
  • calal // 12.06.2020 à 13h17

    Une prediction et un cycle de 4*30 ans possible expliqué par la creation et la manipulation de la monnaie:

    1915-1945 dernier hiver
    1945-1975 printemps
    1975-2005 ete
    2005-2035 automne
    2035-2065 prochain hiver

    Si on se fie a ce cycle,l’occident a mangé son pain blanc et tout va etre de pire en pire.

    Si vous avez des garcons de moins de 20 ans , ils seront appeles sous les drapeaux dans les annees a venir ( un homme est mobilisable de 18 a 45 ans historiquement, les 18-25 partent d’abord puis les 25-35 et en dernier les 35-45).Preparez les,preparez vous…

      +1

    Alerter
  • cyrano // 12.06.2020 à 16h36

    Ces économistes ! Ce sont leurs paradigmes de travail qui ne vont pas du tout et surtout un usage inapproprié des mathématiques. Ils devraient s’inspirer de la psychohistoiree lire Schachner, Asimov je ne sais pas quoi ! Le plus près de la réalité c’était peut être le regretté Bernard Marris (cf son livre écrit avec Gilles Dostaler : « Capitalisme et pulsion de mort). Bon pour ce qui est de cette crise du covid, elle devrait nous faire réfléchir, pour le coup, à une notion mathématique très opérante, l’exponentielle… beaucoup de temps pour changer ? Evoquons cette petite énigme très pédagogique en la matière…  » un nénuphar pousse dans une mare, il double sa surface tous les jours, au centième il couvre toute la mare. Quel est le jour où il en occupait la moitié ? » Voila… Meadows était plutôt (très) pessimiste, moi aussi.

      +4

    Alerter
    • Anfer // 13.06.2020 à 12h26

      L’usage abusif des mathématiques par les economistes orthodoxes rend l’économie incompréhensible pour la plupart des gens.

      Ce qui permet de ne pas discuter des hypothèses derrière ces équations d’apparence savantes.

      Les économistes orthodoxes sont comme des astronomes geocentristes qui cherchent à expliquer pourquoi les planètes passent derrière le soleil, sans envisager l’heliocentrisme.

      Alors ils inventent des « théories » et des « lois » farfelus, sauf qu’en économie, ça a une impact bien réel sur la vie (et la mort) de millions de gens.

        +2

      Alerter
  • Patrick // 12.06.2020 à 20h56

    Ils partent tous du principe que la crise économique qui arrive est juste causée par la crise sanitaire , ils sautent à pieds joints sur la situation économique réelle et le fait que les dettes totales étaient déjà hors de contrôle, mais qu’elles masquaient le fait que tout le système est en phase terminale.
    Quant à la solution de créer plus d’institutions internationales, on a pu constater leur efficacité, pas la peine d’en faire plus.

      +3

    Alerter
  • Crundchu // 13.06.2020 à 01h14

    Confier la résolution d’un problème au responsable du problème n’a jamais donné de bons résultats.

      +6

    Alerter
  • Père siffleur // 14.06.2020 à 16h45

    Voici une citation en rapport avec cet article:

    « Les économistes sont au volant de notre société alors qu’ils devraient être sur la banquette arrière. »

    John Maynard Keynes

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications