Les Crises Les Crises
18.novembre.201918.11.2019 // Les Crises

[Recension] ADP : « Pouvoir dire STOP – Le ciel est à NOUS », de Daniel Schneidermann

Merci 170
J'envoie

Le nombre de soutiens validés au référendum d’initiative partagée (RIP) portant sur le caractère de service public des Aéroports de Paris (ADP) a récemment dépassé les 900 000 signatures.

Le challenge reste encore est énorme mais néanmoins crucial : pour qu’un référendum soit organisé sur la privatisation d’ADP, 4 717 396 signatures doivent être réunies d’ici mars 2020.

Si vous n’avez pas encore signé la pétition, nous vous proposons de suivre pas à pas notre guide en 5 étapes : https://www.les-crises.fr/tuto-notre-guide-pour-signer-la-petition-referendumadp/

À ce sujet, voici notre recension du dernier ouvrage de Daniel Schneidermann, Pourvoir dire Stop – Le ciel est à Nous » (Les Arènes, 2019), réalisé par le site Les-Crises.Fr.

******

Si vous pensiez trouver ici un ouvrage spécialisé et laborieux sur la politique commerciale aéroportuaire, alors passez votre chemin. Le récent livre de Daniel Schneidermann est un véritable coup de poing sur la table, et un coup de poing éminemment politique.

En effet, le scandale d’une prochaine privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) a convaincu Daniel Schneidermann de reprendre la plume, dans un texte court mais percutant, avec l’objectif d’informer et de mobiliser autant que possible les citoyens français autour de la possibilité d’un référendum sur cette question.

Un référendum nécessaire

Page après page, l’auteur nous dévoile les véritables enjeux de la privatisation d’ADP, et nous fait prendre conscience de la responsabilité qui se retrouve tout à coup entre nos mains de citoyens. Peu importe notre avis sur cette privatisation : que l’on soit pour ou contre, l’essentiel est que la décision nous revienne par référendum.

Ainsi, pour nous en convaincre un peu plus, l’auteur prend soin de rapporter les arguments des opposants et des partisans de la privatisation d’ADP, allant jusqu’à interroger le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire.

Cet ouvrage permet au lecteur de s’extirper des flux d’informations incessants, en lui offrant tout le recul nécessaire, notamment à travers une brève histoire des privatisations et des différents scandales politiques sur le sujet. Sont évoqués, entre autres, la privatisation de l’aéroport de Toulouse et de Lyon, ainsi que celle des autoroutes. À la lecture de ces pages, le lecteur réalisera notre fâcheuse tendance à oublier les forfaits et les mensonges de la classe dirigeante.

« Pouvoir dire Stop » évoque également la genèse du Référendum d’Initiative Partagée (RIP). D’où vient cette idée ? Comment ce projet a-t-il été adopté ? Et surtout peut-on réellement parler « d’initiative partagée » ? Daniel Schneidermann revient ainsi sur le parcours du combattant qui a précédé l’adoption du RIP, de l’émergence de l’idée jusqu’au premier déclenchement de la procédure pétitionnaire par Christophe Castaner.

L’ouvrage n’est pas en reste quant à la critique des médias. Daniel Schneidermann nous délecte d’une série de citations illustrant la vive hostilité de la sphère médiatique à l’égard du RIC, et plus largement envers ce qui peut s’apparenter à une forme de démocratie directe. L’auteur en profite également pour nous offrir une comparaison entre l’incroyable médiatisation du « Grand Débat » d’Emmanuel Macron, et celle quasi inexistante du RIP d’ADP.

Une dimension écologique cruciale

En insistant sur les enjeux qui entourent cette privatisation, le livre est également un coup de poing écologique. Ainsi, Daniel Schneidermann s’interroge : « Pourquoi le kérosène n’est-il pas taxé ? », et revient sur l’origine de cette politique anti-taxe. D’autre part, il s’étonne de « l’aveuglement collectif » que nous vivons, alors même que les alertes et les rapports écologiques ne cessent de prendre de la place sur la scène médiatique. Daniel Schneidermann nous prévient : « l’avion est une bombe écologique. […] l’avenir est la sobriété aéronautique […] Si l’on veut réduire les émissions de CO2, il fait aussi une décroissance du trafic aérien. Pas d’autre solution ».

Après être revenu sur la part du trafic aérien dans le réchauffement climatique, l’auteur remet en cause les pseudos solutions du transport aérien pour diminuer l’impact climatique, en commençant par les systèmes de quotas carbone puis les biocarburants. Sont ainsi rapportés les faux arguments et autres stratégies de communication des PDG des compagnies aériennes, repris trop souvent sans nuance par la sphère politico-médiatique. Les promesses écologiques entendues à la radio, à la télévision ou dans l’hémicycle sont aussi scrupuleusement analysées. Enfin, l’auteur décrit la compromission entre un certain nombre d’experts médiatisés et les compagnies aériennes.

Ainsi, pour Daniel Schneidermann, le RIP est une occasion qui ne se présente pas deux fois. Il est donc de notre devoir, en tant que citoyens, de changer les choses et de convaincre. Plus largement, ce remarquable ouvrage propose une réflexion sur la nécessité d’inventer de « nouveaux rapport sociaux et politiques, de nouvelles manières de décider ensemble. Une nouvelle démocratie ».

Au final, un livre indispensable pour celles-et-ceux intéressés par l’évolution démocratique – certes limitée dans cette forme – que représente ce référendum.

Pour savoir où trouver l’ouvrage « Pouvoir dire Stop » de Daniel Schneidermann :

Les Arènes – Site Editeur

http://www.arenes.fr/livre/pouvoir-dire-stop/

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Larousse // 18.11.2019 à 08h42

J’ai réussi en 10 mn ma signature sans le tuto, parce que j’avais à un moment omis un détail : à savoir, une case concernant la localisation. Je trouvais que c’était particulièrement mal fait par le gouv.fr et induisait en erreur et puis enfin la validation de ce détail n’était pas très rapide -ce qui laissait à penser que ça ne fonctionnait pas.
Mais j’ai pu après la fin de la procédure enregistrer en .pdf le récépissé de ma signature.
Ce que je trouve absolument anormal, c’est qu’en France les Parlementaires ne sont à aucun moment pécuniairement et civilement en partie responsables de leurs actes législatifs.
Exemple
La privatisation des autoroutes “coûte un pognon de dingues” Monsieur le Président par le manque à gagner (et l’équipe de M. Lemaire s’apprête à faire de nouveau un tour de passe-passe avec Vinci et consorts pour faire croire aux Français qu’«à la prochaine “Ils” paieront bien plus» . Je dis : foutaise… !!!
Pareil pour ADP….
Ces députés EM seront-ils jugés et appelés à participer de leurs deniers au préjudice financier que les Français vont subir avec cette privatisation. Le manque-à-gagner est certain et le gouvernement a bidouillé les analyses et rapports pour faire cette opération.
C’est écrit : la privatisation d’ADP sera le grand scandale du Président Macron et de ses députés.
Il est temps que les Français exigent une vraie loi Constitutionnelle sur la responsabilité du Parlement et du Président de la République civilement, financièrement.

16 réactions et commentaires

  • Barbe // 18.11.2019 à 07h14

    Une idée pour agir à notre niveau.
    Nous qui n avons pas accès à la télévision.

    https://www.legrandsoir.info/votre-forfait-pour-se-declarer.html

      +8

    Alerter
  • LBSSO // 18.11.2019 à 08h06

    Une remarque
    A ceux qui seraient rebutés par une inscription reputée longue et complexe sur le site du gouvernement , je voulais témoigner qu ‘avec le ” tuto ” des Crises cité dans ce billet, il m’ a fallu , disons 3mn…et ces quelques lignes pour vous encourager .

      +23

    Alerter
  • hannah // 18.11.2019 à 08h26

    ça ne marche pas ? je n’arrive pas à remplir l’étape 2 et la suite

      +0

    Alerter
  • Larousse // 18.11.2019 à 08h42

    J’ai réussi en 10 mn ma signature sans le tuto, parce que j’avais à un moment omis un détail : à savoir, une case concernant la localisation. Je trouvais que c’était particulièrement mal fait par le gouv.fr et induisait en erreur et puis enfin la validation de ce détail n’était pas très rapide -ce qui laissait à penser que ça ne fonctionnait pas.
    Mais j’ai pu après la fin de la procédure enregistrer en .pdf le récépissé de ma signature.
    Ce que je trouve absolument anormal, c’est qu’en France les Parlementaires ne sont à aucun moment pécuniairement et civilement en partie responsables de leurs actes législatifs.
    Exemple
    La privatisation des autoroutes “coûte un pognon de dingues” Monsieur le Président par le manque à gagner (et l’équipe de M. Lemaire s’apprête à faire de nouveau un tour de passe-passe avec Vinci et consorts pour faire croire aux Français qu’«à la prochaine “Ils” paieront bien plus» . Je dis : foutaise… !!!
    Pareil pour ADP….
    Ces députés EM seront-ils jugés et appelés à participer de leurs deniers au préjudice financier que les Français vont subir avec cette privatisation. Le manque-à-gagner est certain et le gouvernement a bidouillé les analyses et rapports pour faire cette opération.
    C’est écrit : la privatisation d’ADP sera le grand scandale du Président Macron et de ses députés.
    Il est temps que les Français exigent une vraie loi Constitutionnelle sur la responsabilité du Parlement et du Président de la République civilement, financièrement.

      +38

    Alerter
    • bruno.60@free.fr // 18.11.2019 à 17h35

      mais elle existe cette loi,elle s’appelle…destitution.

        +0

      Alerter
  • till // 18.11.2019 à 10h03

    ce n’est pas compliqué de signer. Ca m’a pris 3 minutes 5 jours après le lancement du référendum.

      +5

    Alerter
    • vert-de-taire // 18.11.2019 à 10h22

      La preuve, peu de gens y parviennent.

      Comparez la difficulté de se connecter aux services des impôts (je ne parle pas de comprendre le jargon) donc authentification tagada et ce referendum ?
      Preuve facile incontestable et incontestée de la volonté a-démocratique, donc illégale (félonne), de la macronie pour mieux nous soumettre à sa volonté.

      Ceci a un nom : XXXXXXX (autocensure pour cause de XXXXXXXX ambiant).

        +11

      Alerter
  • Roberton // 18.11.2019 à 12h42

    Privatisons avant d’avoir des infrastructures inutiles, franchement, faudrait prouver que nous aurons encore suffisamment de pétrole en 2030 pour faire voler tous ces avions, c’est un jeu de dupe, le pic de production va intervenir dans les 10 ans qui viennent, ce n’est pas un problème de stock mais de flux.
    Depuis les années 80 nous consommons plus que ce que nous trouvons, depuis 2000, 100 milliards trouvés pour plus de 400 milliards de barils consommés, rappelons que en 2016 les compagnies pétrolières ont trouvées 2,8 milliards de barils pour une consommation de 34 milliards. Tout ce que nous utilisons ne sont que des matières premières transformées grâce à l’énergie, pas de transformation sans énergie et pas d’énergie sans transformation. Le pétrole conventionnel décline à 5 % l’an, nous devrons trouver et produire l’équivalent de 55 millions de barils jours en 2035 (entrevue Christophe de Marjorie 12/02/2013 sur BFMTV). Mr Patrick Pouyanné en remet une couche. Où sont les champs qui produiront comme 5 Arabie Saoudite ou les 10 Mer du Nord qui nous manquent? Et la Russie avec ses vieux champs (30% de notre conso) ? Le schiste avec 300 milliards de dette aux USA ?
    https://imgur.com/a/6dEDt
    http://dai.ly/x1bw879
    https://www.youtube.com/watch?v=LnaEsByCmCE

      +9

    Alerter
  • catherine // 18.11.2019 à 14h26

    De mémoire, j’ai en tête que le montant des dividendes distribués annuellement par les sociétés autoroutières est le double du montant ce que leur vente a rapporté une seule fois à l’état lorsqu’il les a vendues.
    Est-ce que quelqu’un aurait les chiffres ?
    J’ai trouvé ça :
    https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/autoroutes-la-manne-des-peages-n-a-jamais-ete-aussi-importante-1359096.html (écouter aussi la video).

    Le pouvoir nous le voyons, a tous les pouvoirs. Une poignée d’individus peut disposer à a sa guise du patrimoine de toute une nation.

      +10

    Alerter
  • Ellilou // 18.11.2019 à 14h50

    Si je peux me permettre ce court message pour les signataires du soutien: vérifiez quelques jours après votre signature (entre 5 et 8) qu’elle ait bien été prise en compte. Quelques “bugs” ont déjà eu lieu et des soutiens n’ont pas été enregistrés, alors un citoyen avisé en vaut deux 😉

      +5

    Alerter
  • serge // 18.11.2019 à 16h01

    Le problème de ces privatisations est que pendant les décennies qui suivent les “acheteurs” développent une palanquée de commerces ou zones de chalandise dans une palanquée de bâtiments, voies d’accès et autres infrastructures bien lourdes et bien valorisées. Ce qui amène à un prix de récupération possible par l’Etat, si la date de fin n’est pas reportée sans arrêt comme les autoroutes, tout à fait prohibitif et donc que jamais ces biens, au départ nationaux, ne le redeviendront. Voir ce que va se passer avec la gare du Nord à Paris et la nouvelle mouture d’Europacity qui, bien que “retoquée” en l’état va ressortir sous un autre vocable.

      +5

    Alerter
  • Damien // 18.11.2019 à 22h37

    J’ai déjà signé, cela m’a pris seulement quelques minutes sur Internet. mais bon, j’ai l’habitude des formulaires administratifs. Mais j’ai trouvé aberrantes toutes ces demandes d’informations, on nous en demande moins le jour du vote ou pour une demande de casier judiciaire! Ce n’est qu’une demande de référendum! Le RIP est une arme à double tranchant, si au moins 5 millions de personnes signaient n’importe quel RIP, cela signifierait un quasi plébiscite.

      +2

    Alerter
  • Catalina // 19.11.2019 à 09h19

    Bonjour,
    Venant de castaner, cette proposition sent bien mauvais, perso, je pense que l’affaire est déjà conclue et que le rip est juste de la poudre de perlimpinpin, macron a été élu avec promesse de retour sur investissement, pour moi, ADP est déjà vendu et le RIP juste là pour faire croire aux gens qu’ils ont un moyen de décision.

      +0

    Alerter
    • Narm // 23.11.2019 à 11h22

      Une manière de ficher les signataires 😉
      jusqu’à la couleur de leur slip

        +0

      Alerter
  • RV // 19.11.2019 à 22h42

    La PDG de Radio France Sibyle Veil a refusé de diffuser les spots de parlementaires appelant à participer à la consultation pour le référendum sur la privatisation d’ADP.
    Le vrai scandale est cette invisibilisation de laquelle participe cette interdiction, alors qu’il devrait y avoir une campagne nationale d’information.
    C’est l’Etat, à défaut d’une commission électorale indépendante, qui devrait organiser la publicité.
    Sans information pas d’exercice de la démocratie.

      +4

    Alerter
  • Narm // 23.11.2019 à 11h24

    EXCELLENTE initiative que l’envoi de SMS à son carnet de contact !

    message :
    ” Bonjour
    Les véritables enjeux de la privatisation d’Aéroport De Paris sont de faire prendre conscience que peu importe notre avis cette privatisation, que l’on soit pour ou contre, l’essentiel est que la décision nous revienne par référendum. « Pouvoir un jour dire Stop » La responsabilité qui se retrouve tout à coup entre nos mains de citoyens.
    https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1
    Faire passer, merci.”

    quelq’un aurait un meilleur texte plus concis ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications