Les Crises Les Crises
28.octobre.201928.10.2019 // Les Crises

La France sur le point de devenir le premier pays de l’UE à utiliser une application de reconnaissance faciale à l’échelle nationale

Merci 3203
J'envoie

Source : The Telegraph, Henry Samuel, 03-10-2019

La France assure que son nouveau programme de reconnaissance faciale d’identité numérique garantit le respect de la vie privée Crédit Reuters

La France est sur le point de devenir le premier pays européen à utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique sécurisée, une décision que les critiques estiment prématurée compte tenu des enjeux que cela représente pour la vie privée.

En novembre prochain, plus tôt que la date initialement prévue de Noël et après une phase expérimentale de six mois, le gouvernement du président Emmanuel Macron s’apprête à mettre en place un programme d’identification baptisé Alicem.

Alicem – acronyme pour « authentification en ligne certifiée sur mobile » – est une application permettant à « tout individu qui décide de l’utiliser de prouver son identité sur Internet de manière sécurisée », précise le site du ministère de l’Intérieur.

L’application lit la puce sur un passeport électronique et recoupe la photo biométrique qui y est apposée avec l’utilisateur du téléphone par reconnaissance faciale afin de valider son identité.

Une fois celle-ci confirmée, l’utilisateur peut accéder à une foule de services publics sans autre vérification.

Cependant, la CNIL, l’autorité française de régulation des données personnelles, a averti que le programme viole la règle européenne du consentement parce qu’il n’offre aucune alternative à la reconnaissance faciale pour accéder à certains services.

Des craintes concernant les normes de sécurité de l’État ont été soulevées en début d’année après qu’un pirate informatique a mis environ une heure pour pénétrer une application de messagerie « sécurisée » du gouvernement, mettant ainsi en question l’ affirmation de celui-ci selon laquelle une telle technologie était pratiquement inviolable.

La nouvelle application française de reconnaissance faciale d’identité va recouper l’image biométrique des passeports avec les images de selfie sur le smartphone d’un utilisateur. Crédit : Reuters

Le ministère de l’Intérieur continue cependant d’aller de l’avant, prévient Martin Drago, avocat de La Quadrature du Net, un groupe de protection de la vie privée qui conteste cet outil devant la plus haute juridiction administrative française.

« Le gouvernement veut forcer les gens à utiliser Alicem et la reconnaissance faciale. Nous nous dirigeons vers une utilisation massive de la reconnaissance faciale. (Il y a) peu de considération quant à l’importance du consentement et du choix », a-t-il précisé à Bloomberg.

La France ne fait que suivre ainsi une tendance mondiale vers les « identités numériques » qui permettent un accès sécurisé à une gamme de services allant des comptes bancaires aux déclarations fiscales. Singapour a signé un accord pour aider le Royaume-Uni à préparer son propre système de reconnaissance faciale.

Les critiques mettent en garde contre le fait que de tels outils posent de sérieux risques pour la vie privée, alors que des pays comme la Chine intègrent la biométrie de reconnaissance faciale dans les bases de données contenant l’identité des citoyens.

La France insiste cependant sur le fait qu’elle ne fera pas de tels recoupements et que les images utilisées pour la reconnaissance faciale seront effacées « dans les secondes qui suivent » l’enregistrement.

« L’utilisation de la reconnaissance faciale française pour l’identité numérique peut être vue de deux façons », a déclaré Patrick Van Eecke, spécialiste de la vie privée et des données chez DLA Piper à Bruxelles. « Ou cela va trop loin en termes de vie privée, ou alors ils mettent en place la plus sûre des nouvelles technologies. Sont-ils des pionniers ou dépassent-ils les bornes ? »

Source : The Telegraph, Henry Samuel, 03-10-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 28.10.2019 à 07h06

Ah je modèle chinois qui fait tant rêver nos dirigeants à quand le permis citoyens à point, la possibilité de déterminer à l’avance les comportements déviants (pas forcément criminels mais contraire à la volonté du gouvernement en place) minority report passera à terme comme dépassé au moins dans plusieurs régions du monde (Usa mais en douce et officiellement en Chine et en France).

56 réactions et commentaires

  • Fabrice // 28.10.2019 à 07h06

    Ah je modèle chinois qui fait tant rêver nos dirigeants à quand le permis citoyens à point, la possibilité de déterminer à l’avance les comportements déviants (pas forcément criminels mais contraire à la volonté du gouvernement en place) minority report passera à terme comme dépassé au moins dans plusieurs régions du monde (Usa mais en douce et officiellement en Chine et en France).

      +53

    Alerter
    • M.Smith // 28.10.2019 à 19h49

      ‘Alicem – acronyme pour « authentification en ligne certifiée sur mobile »’

      A(authentification en) li(gne) ce(rtifiée sur) m(obile). Les premier et dernier mots (authentification, mobile) donne leur première lettre (A,m), et les deuxième et troisième mots (ligne, certifiée), leurs deux premières lettres (li, ce).
      Une lettre pour chaque mot aurait donné : Alcm.
      Deux lettres pour chaque mot : Aulicemo.
      Deux lettres pour chaque mot sauf le dernier : Aulicem.
      Deux lettres pour chaque mot sauf le troisième : Aulicmo.
      Deux lettres pour chaque mot sauf le deuxième : Aulcemo.
      Deux lettres pour chaque mot sauf le premier : Alicemo.
      (Autres possibilités : Alcem, Alicm, Aulcm, Alicm, etc.)
      On a préféré : Alicem. Ainsi on a le prénom Alice (facilitant la mémorisation, comme dans Alicemo) + la lettre M (comme Macron ?).
      Alice est un simple prénom, c’est aussi celui de l’héroïne de Lewis Caroll : Alice au pays des merveilles, repris dans le film Matrix et bien avant dans des programmes de la CIA concernant le contrôle des esprits, MK ultra (M pour Mind, K pour Kontrolle (en allemand). Pourquoi pas C pour Control (en anglais) ? car l’origine du programme remonte à l’après guerre avec la collaboration de scientifiques nazis rapatriés aux USA par l’opération Paperclip).
      Simple coïncidence ou clin d’œil macronien : En marche pour le terrier du lapin ? (Je n’affirme rien, je pose la question).
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Paperclip

      ALICEM : la biométrie de l’identité numérique sur mobile fait tiquer la CNIL
      https://www.nextinpact.com/news/107883-alicem-biometrie-identite-numerique-sur-mobile-fait-tiquer-cnil.htm

        +14

      Alerter
  • Galvan // 28.10.2019 à 07h08

    Le problème principal de la biométrie est la localisation du stockage de l’empreinte numérique : oū est stockée l’image de référence de votre visage (par exemple) ?
    – chez vous, par exemple sur une carte a puce ou votre smartphone, a considérer que ce dernier soit vraiment sécurisé et exempt de toute « backdoor »
    – au sein d’une base de données centrale.

    Dės l’instant que le stockage est vulnérable, votre identité peut se retrouver en de mauvaises mains, et être utilisée par d’autres que vous pour usurper vos actions.

    Quand on sait qu’aucun système n’est invulnérable, en particulier face à des groupes très organisés (autres etats ou sociétés privées), on est en droit d’être méfiant et de demander à mettre sous contrôle du peuple ce type de système, ou bien s’en passer.

      +27

    Alerter
    • Fabrice // 28.10.2019 à 07h40

      Le plus dangereux n’est-il pas le principe en lui même, qui met la liberté et la vie privée sous surveillance ?

      Contester les méthodes de stockage si c’est certe utile n’est ce pas accepter la surveillance ciblée et individualisée elle même ?

        +46

      Alerter
      • Louis Robert // 28.10.2019 à 11h43

        « La vie privée sous surveillance »? C’est quand la vie privée n’existe plus… et chacun parle le novlangue (Newspeak) comme il respire!…

          +11

        Alerter
    • charles // 28.10.2019 à 09h08

      c’est trop facile de blâmer l’outil informatique, le bug se situe le plus souvent entre la chaise et le clavier!

      Ceci mis à part, à l’heure de l’informatique quantique on ne peut que difficilement, ou avec folie, parier sur la sécurité d’un système informatique.
      Rappelons que toute les méthodes de hachage repose sur le postulat d’un calcul plus difficile à renverser qu’à produire pour établir un niveau de sécurité. Hors, avec le quantique, le postulat ne tient plus!

      Tout cela va sans dire que la techno d’IA derrière l’algorithme de reconnaissance en est encore à balbutier et que l’expérience informatique démontre que les bugs sont innombrables dans ces systèmes qui ont peu d’expérience… pour les plus réfractaires à cette idée, y’a qu’à voir la base de données CVE pour s’en convaincre. Et n’imaginez pas que la popularité d’un outil aide ou protège, on a retrouvé des failles dans IE vielle d’une dizaine d’années….

      On pourrait attaquer cette nouveauté par l’argument climat, à l’heure des grandes réductions énergétique pour sauvegarder notre cocon planétaire, prendre la direction du tout numérique est un contre sens sans équivalent!

      Il n’y a aucune bonne raison à instaurer ce changement autre que de signer le basculement de régime que nous vivons.

        +13

      Alerter
      • chr bernard // 28.10.2019 à 17h03

        @ Galvan : ” le bug se situe le plus souvent entre la chaise et le clavier !”

        Vous n’avez pas bien lu l’article : il est question de sites administratifs (à l’heure où on remplace précisément les services ‘en chair et en os’ par internet) auxquels vous ne pourriez PAS avoir accès AUTREMENT qu’en ayant fait enregistré votre “bobine” !

        cf : “l’autorité française de régulation des données personnelles, a averti que le programme viole la règle européenne du consentement parce qu’il n’offre aucune alternative à la reconnaissance faciale pour accéder à certains services.”

          +5

        Alerter
  • LA ROQUE // 28.10.2019 à 07h11

    La prochaine étape sera l’obligation pour chacun d’avoir une puce RFID d’implantée ? Pour notre sécurité bien sûr .
    Tout se met en place pour tuer dans l’œuf toutes prochaines contestations.

      +29

    Alerter
    • M.Smith // 28.10.2019 à 08h00

      Sans oublier la suppression du cash.
      Ainsi chacun sera tenu par les burnes. Plus aucune contestation possible sans risquer de se retrouver sans ressources.

      Rêvons de ce meilleur des mondes.
      Fin de l’anonymat et de la vie privée dans l’espace public et chez soi (objets connectés). Identité numérique avec ADN, nécessaire pour toute transaction financière, y compris pour acheter sa baguette de pain, mais aussi pour se connecter à internet dont la connexion deviendra permanente.
      Avec le contrôle total de l’information et la possibilité illimitée des manipulations numériques non seulement votre identité mais aussi votre historique est malléable à merci. Tout cela à l’échelle mondial.

      L’humanité 2.0 sera heureuse comme un troupeau de bétail dans une ferme modèle. Dirigée par quelques psychopathes augmentés par une IA.

        +45

      Alerter
      • Anouchka // 28.10.2019 à 09h29

        “A l’échelle mondiale”.
        Sans doute faudra-t-il compter sur le fait que , avec la raréfaction des ressources et des sources d’énergies, ce monde béni du contrôle mondial ne concernera que des zones ultra-urbanisées. Il restera aux inadaptés et inadaptables des espaces ruraux où ils pourront vivre en état de régression technologique croissant après avoir avoir abandonné leurs banlieues en déshérence. Petit à petit se créa deux espèces comme jadis le genre homo se séparait en multiples variétés. Laquelle de ces deux espèces « s’éteindra » en premier ?

          +13

        Alerter
        • M.Smith // 28.10.2019 à 13h36

          Ou alors se met en place une réduction drastique de la population pour pouvoir la contrôler entièrement, par des moyens divers (la fécondité est déjà en chute libre) et dissimulés (par ex. guerres dont on cache les intentions, maladies). Bref avec une information et une technologie totalement sous contrôle (nanotechnologie, manipulations génétiques,…) le totalitarisme est un jeu d’enfant et une variété de dystopies devient possible. D’où la nécessité de ne pas mettre la main dans l’engrenage en se soumettant à une surveillance généralisée.

            +8

          Alerter
      • s // 28.10.2019 à 12h22

        Depuis avril ou mai, on doit présenter ses papiers pour acheter, même en liquide, un billet de train, et personne ne semble réagir à ce genre de mesures. La CNIL dit bien que voyager anonymement est un droit, je dirais de base, mais la CNIL, qui s’en soucie ? Qui proteste ? Pourquoi sommes-nous si obéissants ?

          +16

        Alerter
        • Anouchka // 28.10.2019 à 12h36

          Et de plus en plus, pour le moindre achat dans un commerce, on vous demande votre nom.

            +1

          Alerter
          • jp // 28.10.2019 à 14h29

            pas de problème, je donne toujours un faux nom pour ce genre de c….rie (sauf électroménager où il y a une garantie).

              +3

            Alerter
            • Tavarmany // 29.10.2019 à 09h12

              N’oubliez pas qu’une garantie est la plupart du temps cessible, vous pouvez donc acheter votre électroménager avec un faux nom.

                +1

              Alerter
          • FPOLE // 28.10.2019 à 16h02

            pas encore partout, au marché, on ne vous demande pas vos papiers et vous pouvez encore payer en espèces.
            Merci à s
            c’est toujours le même principe : la CNIL combien de divisions?

              +6

            Alerter
            • Ouvrierpcf // 31.10.2019 à 11h50

              Regardez la file d attente aux DAB distributeur automatique de billets près des grands marchés et pour sortir un billet l informatique vous demande votre identité votre espèces est fichée suivie conditionnée

                +0

              Alerter
      • Kaki // 28.10.2019 à 20h05

        Et finalement il se pourraient que nous décidions d émigrer en Afrique

          +2

        Alerter
        • Ouvrierpcf // 31.10.2019 à 11h58

          Sauf que au Sénégal au Mali au Maroc en Algérie la moindre baraque de vente est connectée a internet ils vous envoient même des demandes de western union bank un de mes amis m a versé de l argent que r je ne lui ai jamais demandé la police française arrêtant les procédures en vertus des accords commerciaux

            +1

          Alerter
    • raloul // 28.10.2019 à 18h40

      Bonjour,

      Le jour où le scénario catastrophe que vous décrivez devient réalité, je prends littéralement le maquis. Plutôt mourir armes à la main que subir ça. Et tant pis pour les moutons qui accepteraient une telle horreur. Ils devront choisir leur camp.

      Ça vous paraît peut-être «extrême», mais cela répond à un totalitarisme extrême qui ne dit pas son nom et passe sous les radars.

        +4

      Alerter
      • Florent // 29.10.2019 à 13h00

        Le problème c’est que ce genre de chose ne se met pas du jour au lendemain, et d’un beau matin on ne se réveille pas dans une société totalitaire d’un claquement de doigt.

        C’est progressif, donc le jour où vous déciderez de prendre la maquis et bien ce sera probablement déjà trop tard.

          +1

        Alerter
        • Peter Bu // 29.10.2019 à 13h50

          Florent,
          La société que vous craignez et la révolte contre elle sont bien décrits dans le roman “Globalia” de Rufin.

            +0

          Alerter
    • D.T // 28.10.2019 à 18h49

      Lors de mon renouvellement de CNI dernierement j’étais deja surpris qu’on exige mes empreintes digitales. Pourquoi personne n’en a parlé à l’époque ou ca a été decidé ?

        +4

      Alerter
      • charles // 29.10.2019 à 09h37

        ah oui. Je vous raconte pas pour les gens malade, faut faire déplacer quelqu’un pour recueillir le forfait. Et puis c’est devenu vachement cher…. 89 E pour un passeport valable quelques années! Alors que la date de validité des CNI existante est administrativement prolongée, sûrement pour des raisons budgétaires, on nous prend vraiment pour le dernier des idiots fini au lubrizol urinaire…

          +2

        Alerter
  • monsipoli // 28.10.2019 à 07h36

    « …pour donner aux citoyens une identité numérique sécurisée »… ça n’a pas l’air d’être si certain puisqu’on nous dit par ailleurs que cette «… technologie était pratiquement inviolable ». Qu’il est timide ce « pratiquement ». L’honnêteté consisterait à avouer qu’elle comporte des failles, donc “sécurisée” ne tient pas non plus…

    «l’utilisateur peut accéder à une foule de services publics sans autre vérification. » De quels services publics parle-t-on qui disparaissent les uns après les autres et/ou sont déjà quasiment inaccessibles pour bon nombre via le web, et qui ne le sont carrément plus par téléphone sauf à y perdre son quant-à-soi  ?!

    « La France ne fait que suivre ainsi une tendance mondiale » Tout le monde dit ça : on ne fait que suivre. Ce qui permet d’exonérer chacun de sa responsabilité, en cas de pépin c’est très pratique. Les lâches sont fans de cette excuse, les fourbes aussi. Là ils sont les deux…

    « La France insiste cependant sur le fait qu’elle ne fera pas de tels recoupements et que les images utilisées pour la reconnaissance faciale seront effacées « dans les secondes qui suivent » l’enregistrement… »
    Nous n’avons aucune raison de ne pas les croire, s’ils le disent c’est que c’est vrai. La technique du Plus c’est gros plus ça passe est toujours utilisée lorsqu’on ne parvient pas à trouver les éléments de langage adéquats ou un argumentaire recevable.

    Ils n’abordent pas « les points citoyens » à la chinoise, chaque chose en son temps, ça ferait peut-être beaucoup en une fois, mais on peut gager que c’est dans les tuyaux.

      +30

    Alerter
  • charles // 28.10.2019 à 08h30

    J’en connaît un autre qui était heureux comme un cochon pas propre d’avoir reçu sa nouvelle machine à identifier, trier, classifier, mouliner, compter, catégoriser les humains.

    Ptet que lui aussi se soucier de la vie privée de ces concitoyens, qu’en sait on ? Ptet que lui aussi se disait que de toutes façons c’était le progrès et qu’il fallait en passer par là ?

    https://www.liberation.fr/evenement/2001/02/13/ibm-fournisseur-trop-zele-du-iiie-reich_354464

    Pas de laïus sur la démocratie à géométrie hyper variable, c’est trop désespérant.

      +7

    Alerter
  • Louis Robert // 28.10.2019 à 08h31

    Quand sous un simulacre de démocratie,

    1. le peuple, unique souverain, devient l’ennemi intérieur,

    2. son exercice exclusif du Pouvoir souverain n’est plus considéré que vulgaire populisme par l’oligarchie régnante, usurpatrice de ce Pouvoir,

    ou bien le peuple saisit et se réapproprie son Pouvoir légitime,

    ou bien, masse informe dépossédée, misérable il sombre, asservi, dans l’oubli.

    Shakespeare: . “Under which king, Bezonian? Speak or die”.

      +18

    Alerter
  • Caton77 // 28.10.2019 à 08h31

    ON COMPREND ENFIN POURQUOI LE GOUVERNEMENT CHINOIS NOUS ADMIRE!
    Déjà, pour la répression des gilets jaunes, il était venu nous féliciter et prendre des conseils! Manque de pot, ça marche pas trop bien du côté de Hong Kong! C’est incroyable comme nous fonçons droit vers une tyrannie à la George Orwell sans que personne ne voit ce danger monstrueux arriver à la vitesse d’un TGV!
    -Puçage RFID
    -Reconnaissance faciale
    -Abandon du cash
    -Interconnexion de toutes les bases de données personnelles
    -le fisc scrutant les réseaux sociaux
    etc…etc….
    Vous ne le voyez pas venir le gros danger?

      +25

    Alerter
    • Dominique65 // 28.10.2019 à 10h41

      Je me rappelle un candidat aux présidentielles exigeant il y a quelques années l’interdiction du puçage humain. Ça faisait se plier de rire Patrick Cohen : « pucer les humains, quelle idée ! »

        +12

      Alerter
  • Vincent P. // 28.10.2019 à 10h21

    Pour garder espoir, je mise tout sur l’effondrement :
    Lorsque toutes ces technologies dépendantes de sources d’énergie n’en auront plus, il me restera à rigoler des choix des “progressistes” aliénés qui pensent vraiment que ce système est pérenne.
    Et si l’effondrement ne survient pas, il serait bon d’envisager de le précipiter un peu. La technologie était supposée libérer l’humain.
    Si nous nous laissons asservir par elle, alors nous aurons mérité notre sort.
    Pour ma part, je n’ai toujours pas de smartphone, et croyez le, c’est viable !! étonnant, non ?

      +16

    Alerter
    • charles // 28.10.2019 à 11h07

      mauvais plan stratégique selon moi. Il s’organiseront pour vous faire subir leur désagréments. Si par ailleurs vous travaillez activement à l’effondrement, ils vous feront payer votre déstabilisation pendant qu’ils continuent de se mettre au chaud.. par ailleurs vous avez peut être pas de smartphone, mais vous avez (très probablement*) un travail, vous payez des impôts, vous participez activement à votre déception, point final.

      Vaudrait mieux en attraper un par les cheveux pour faire comprendre aux autres que les bêtises ça suffit car ce n’est que par la participation de toute la société qu’on peut espérer s’en sortir, si l’une des parties décide de jouer le pire, alors les autres parties joueront aussi le pire.

      Ce n’est pas tant que je promeuve la violence, mais ils ne plieront que si ils constatent que **collectivement** on est prêt à dépasser nos entendements personnels pour faire preuve de force de foi à notre volonté. que d’utopie!

      * et si ce n’est pas le cas je faute de généralisation, mais pour l’exercice de la démonstration, qu’on me le pardonne.

        +6

      Alerter
      • Kaki // 28.10.2019 à 20h13

        mais ils ne plieront que si ils constatent que **collectivement** on est prêt à dépasser nos entendements personnels pour faire preuve de force de foi à notre volonté. que d’utopie!

        Faudrait déjà que les gens voient clair dans le jeu des politiques ( le peril du voile en ce moment) et c est pas gagné, en conclusion je propose rien

          +3

        Alerter
    • chr bernard // 28.10.2019 à 19h37

      “Pour garder espoir, je mise tout sur l’effondrement”
      Très, très optimiste de croire qu’une crise profonde remet les compteurs à zéro et les gens sur pied d’égalité !
      Au contraire, elle exacerbe les inégalités et les violences servant les plus forts !
      (cf. Noamie Klein, dans la Stratégie du Choc)

        +7

      Alerter
      • Vincent P. // 29.10.2019 à 10h56

        Je ne suis pas naïf : ce sera violent. Si nous ne sommes pas à l’origine de ces violences pour leur botter le c.., alors ce seront eux qui déclencheront la guerre pour nous distraire du fond en même temps que nous éliminer puis ré-écrire l’histoire.
        Je n’ai jamais prétendu être optimiste, ni même que l’optimisme soit un positionnement intelligent par les temps qui courent.
        J’ai misé sur des patates maison, la disponibilité de la ressource en eau, et je me chauffe avec mon propre bois.
        En temps de survie, les autres seront le cadet de mes soucis.
        Et j’ai lu Naomi Klein il y a sans doute pas loin de 15 ans.

          +2

        Alerter
        • chr bernard // 29.10.2019 à 18h17

          … vos patates, votre eau pure et votre bois de chauffage, faudra le défendre à coups de fusil…

            +0

          Alerter
          • Vincent P. // 30.10.2019 à 12h36

            Exactement : nous sommes finalement d’accord.

              +1

            Alerter
  • Dominique65 // 28.10.2019 à 10h38

    « La France insiste cependant sur le fait qu’elle ne fera pas de tels recoupements et que les images utilisées pour la reconnaissance faciale seront effacées « dans les secondes qui suivent » l’enregistrement. »
    Les promesses n’engagent que ceux qui les croient, n’est-ce pas. Celle-i sera tenu un temps raisonnable, c’est à dire tant que la population l’aura encore dans les oreilles.

      +11

    Alerter
  • chris // 28.10.2019 à 11h00

    Bonjour,

    Plus on a d’objets connectés, qui nous facilitent la vie plus on risque d’être surveillés manipulés.
    La technologie va que dans un sens maîtriser pour mieux surveiller et orienter.
    Ce qui fait peur, c’est que l’on arrive a des extrémités, ou il faut être connu et reconnu pour avoir droits à des informations ou d’autres privilège.
    Pour être heureux, vivons cachés mais avec l’obligation d’être ignorant?

      +2

    Alerter
  • plipploup // 28.10.2019 à 12h31

    Je comprends pas du coup il va falloir un smartphone pour ces trucs ? L’état le fournit ?

      +10

    Alerter
  • Larousse // 28.10.2019 à 12h58

    Le président Macron, son gouvernement sont directement responsables de ce choix. Les conseillers de l’Elysée sont en lien réguliers avec des “start – upers” du numérique. Ils y voient de “nouveaux marchés du sécuritaire numérique” et ont des ambitions mondiales. Je n’invente rien, il suffit de “compiler” les nombreux discours officiels autour du numérique et les propos tenus lors d’expositions ou forums commerciaux du numétique -l’engouement a été révélé lors de la rencontre annuelle de Las Vegas, quand Bercy s’y est impliqué directement. Dans la même veine, les Banques françaises veulent la disparition de la monnaie papier. Dans une vision globale, elles veulent qu’aucune valeur monétaire ne puisse physiquement circuler afin de contrôler et surtout de pouvoir même jouer sur la valeur numéraire, quand elles le voudront.
    Ceci s’appelle le retour de l’esclavage -numérique pour la technique. Des économistes sérieux ont averti qu’une telle volonté de faire disparaître la monnaie papier aura des conséquences catastrophiques à cause de la rigidité du système, mais les ploutocrates au pouvoir (dirigeants et banquiers français) sont aveuglés par leur idéologie du “tout numérique”.

      +10

    Alerter
  • Ferek // 28.10.2019 à 14h43

    Quand ce sont les chinois qui le font, il s’agit d’une dictature, et quand c’est la France qu’est ce que c’est ? Bienvenus au royaume de l’hypocrisie. Les pays dits du tiers monde, qui n’ont pas cette technologie , seront plus libres que les thurifèraires de la démocratie, des libertés etc…. Un jour viendra ,qui n’est pas loin, sûrement où les “occidentaux harassés ,pliant sous le poids des impôts, des fake news, des taxes, du vol institutionnel, de la morosité , de la tristesse etc.. “demanderont l’asile politique aux pays africains . L’Afrique magnanime le leur accordera sans hésiter !!!

      +10

    Alerter
  • serge // 28.10.2019 à 16h23

    Ben, vu déjà le tas de données engrangées par les GAFAM lors de plein d’opérations de vie courante du pékin moyen (achats, information, discussion…), qui sont “louées” aux états pour leurs “statistiques” ou leurs logiciels d’IA, et la propension de l’Etat a récupérer un tas de documents pour la moindre démarche administrative (voire plusieurs fois et en étendant le nombre), c’est juste une couche de plus. Maintenant, au même titre que les dealers dérangés dans leur commerce, tous ces outils de surveillance sont d’excellentes cibles d’entrainement. A voir combien de temps l’Etat acceptera de remplacer encore et encore ces concentrés de technologie…

      +3

    Alerter
    • Antoine Block // 29.10.2019 à 09h04

      @Serge :

      Si vous envisagez la destruction physique des caméras et autres capteurs, vous rêvez.
      Premièrement, il existe des possibilités de les blinder, les mettre hors de portée et les multiplier, telles que leur éradication devient impossible. On arrivera toujours à en détruire un ici ou là, mais c’est déjà intégré dans la maintenance et cela ne remettra pas en cause le fonctionnement global.

      Deuxièmement, ces capteurs recèlent leur propre protection : ils sont en mesure d’identifier, d’enregistrer et de transmettre l’identité (puisque c’est leur fonction) de tout individu qui tente de les détruire.

      Troisièmement, le fait même de s’en prendre à ces capteurs sera assimilé par la loi à un délit extrêmement grave, bien pire que la simple dégradation de biens public : acte terroriste, complot contre l’État, etc.

      Quant tout, tout le temps, partout, est filmé, identifié, enregistré, de jour comme de nuit, de près comme de loin, depuis l’acte d’achat jusqu’à l’expression d’une opinion en passant par la moindre démarche administrative, il n’y a aucune échappatoire.
      C’est cuit. Nous avons perdu.

        +8

      Alerter
  • Vladimir K // 28.10.2019 à 17h04

    Avec un tel système, si par exemple je me prenait un projectile de LBD 40 au visage – ce sont des choses qui arrivent – alors je ne pourrais plus m’identifier pour certains services gouvernementaux ?

      +11

    Alerter
    • DVA // 28.10.2019 à 18h56

      lol…certains services gouvernementaux vous auront identifié à la manif et donc …affaire classée très vite en ce qui vous concerne…Humour à part…j’espère juste qu’il nous restera un peu d’électricité ds le futur…histoire de rallumer mon pc et de relire mes notes pr savoir où ça a bogué…

        +4

      Alerter
    • D.T // 28.10.2019 à 19h15

      Ca fera une raison de plus pour vous placer en GAV.

        +5

      Alerter
    • Bobam // 31.10.2019 à 10h05

      Oui, Idem si sortant d une discothèque avec l esprit embrumé, vous cognez un lampadaire, vous fracassant le nez et une arcade sourcilière , ne parlons pas de rixes, de rage de dents avec une joue enflée , etc etc . D ailleurs que faites vous à portée de tir d un LBD ? ah les vidéo surveillances vont répondre….

        +1

      Alerter
  • Omelette // 28.10.2019 à 17h16

    Question relativement liée au sujet, l’impact écologique de l’IA.

    Ici elle ne serait pas loin de sauver le genre humain :
    https://sharesource.com.au/artificial-intelligence-help-save-environment/
    https://www.ecomena.org/artificial-intelligence-environmental-sustainability/
    https://blogs.ei.columbia.edu/2018/06/05/artificial-intelligence-climate-environment/

    Mais dans le fond, je pense ne pas me tromper (pas trouvé d’études spécifiques après une recherche rapide, à votre bon coeur) en disant que l’énergie à déployer pour faire tourner ces systèmes complexes (calculs pour l’apprentissage et la perception, bases de données gigantesques) est autrement plus importante que celle, déjà considérable, nécessaire pour faire tourner tout l’arsenal numérique existant sur lequel elle se greffe (appareils domestiques, centres de données, câblage, applications classiques, etc…). Sans parler du fait que les applications soulignées ne remettent pas en cause la matrice de surproduction/surconsommation qui définit notre société.

    https://data-economy.com/data-centres-world-will-consume-1-5-earths-power-2025/
    http://www.electronicsilentspring.com/real-amount-energy-power-internet/

    La voie anticipée dans un épisode de Black Mirror “Qunize millions de mérites”, où l’individu moyen a pour seul activité de pédaler pour créer de l’énergie, avec la carotte d’acheter un statut de star, le reste étant implicitement accompli par les machines et décidé par on ne sait qui, est peut-être visionnaire…

      +4

    Alerter
  • RGT // 28.10.2019 à 18h52

    Je vous conseille de chercher QUI est derrière ce dispositif et QUI a développé le merdiciel et vous comprendrez tout.

    Nous allons nous retrouver avec la même merde que cette ignoble ANTS qui doit m’envoyer des documents depuis près d’un an.

    Je n’attends qu’une chose : Me faire verbaliser par la maréchaussée pour absence de documents afin d’avoir un très bon prétexte pour traîner cette (entreprise privée) devant les tribunaux.

    Il part où le fric du con-tribuable ?
    Il faut quand-même préciser qu’un service public qui fonctionne est une hérésie pour nos “divins énarques”.
    Quant à attaquer les entreprises qui ont développé ces merdes, n’y comptez pas trop. Une partie des profits ont été ré-investis dans le “mécénat politique”, d’où l’absence totale de poursuites judiciaires.

      +5

    Alerter
    • Lalaz // 29.10.2019 à 14h30

      QUI? Avez-vous la réponse? Et où la chercher? Partagez vos informations, si elles sont fiables…

        +0

      Alerter
  • Kasper // 29.10.2019 à 09h58

    L’ennui avec ce truc c’est que moi je sécurise mes mots de passe en les changeant régulièrement.

    Je vais avoir beaucoup plus de mal à changer mon visage régulièrement…

      +2

    Alerter
  • Dominique // 29.10.2019 à 11h16

    Les mafias et grands criminels vont pouvoir s’en donner à coeur joie …

    – ou bien en rentrant dans la base et en modifiant le code visuel (déjà ceux qui gèreront le logiciel …) : ingénierie sociale pour infiltrer des réseaux de services publics divers dont secrets et de grands groupes ; ça existe déjà …
    – ou bien en montrant la tête (morte ou vive) d’un individu pour rentrer dans sa base universelle

    sans compter l’espionnage de toute la population évidemment …

    qui sont les irresponsables-incompétents (plus politiquement correct que “fou-crétin”) qui décident de cela ?

    Il suffit qu’une startup leur vende leur dernière trouvaille pour qu’ils achètent ?

      +1

    Alerter
  • Grim // 29.10.2019 à 11h19

    C’est bien qu’on soit obligé de regarder les médias étrangers pour être informé de ce qui se passe en France. Au moins on sait à quoi sert notre redevance audiovisuelle et les subventions publiques qui portent la quasi-totalité des journaux français à bout de bras !

      +2

    Alerter
  • Peter Bu // 29.10.2019 à 13h55
  • calal // 30.10.2019 à 07h32

    je ne peux resister au plaisir de partager cela:

    https://www.zerohedge.com/technology/masturbating-australians-may-soon-have-use-facial-recognition-access-online-porn

    Enjoy…

    ps: apres s’etre identifie,peut on remettre le scotch sur la camera de l’ordinateur?

      +1

    Alerter
  • AR24 reconnaissance faciale // 30.10.2019 à 21h19

    La reconnaissance faciale est déjà utilisée en France par une “starUp” dénommée AR24, pour la délivrance de message avec accusé de réception, notamment de communications de notaires envers leurs clients.

    “La loi oblige la vérification d’identité du destinataire pour accuser réception d’une lettre recommandé électronique, comme pour un recommandé papier pour lequel le facteur effectue cette vérification en vous demandant une pièce d’identité et en la comparant avec la personne en face de lui. Ce procédé a été qualifié par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information.

    AR24 a obtenu une qualification eIDAS qui la place comme Prestataire de confiance reconnu par l’Etat français.

    La qualification eIDAS nous demande de vérifier l’identité du destinataire avec un niveau substantiel de confiance. Ce niveau substantiel de confiance s’obtient grâce au procédé vidéo qui vous est demandé pour accuser réception de votre courrier.”

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications