Les Crises Les Crises
27.octobre.201927.10.2019 // Les Crises

Interdit d’interdire – Rouen, Notre-Dame, nucléaire : faut-il faire confiance aux autorités ?

Merci 232
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’Interdire, 07-10-2019

Frédéric Taddeï reçoit :

– Lucile Schmid, co-fondatrice de la La Fabrique Ecologique

– Thomas Arciszewski, chercheur en psychologie sociale

– Marc Laimé, consultant pour les collectivités locales

– François-Marie Bréon, représentant de l’Association Française pour l’Information Scientifique

Source : Russia Today France, Interdit d’Interdire, 07-10-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Julien // 27.10.2019 à 09h24

La fabrique du consentement. Les français sont un des peuples les plus manipulés de cette planète tout en étant persuadé d’être un des peuples les plus à l’avant-garde ou les plus informés… Parlez autour de vous d’évènement de ce type vous constaterez la bêtise abyssale qui anime 80% de la population. Le bon sens a disparu et a laissé place a la naïveté totale et sans limite sous couvert de progressisme (je pense à des sujets d’actualité bien particuliers…)  notre pays est foutu depuis longtemps et cela va empirer…. « ici c’est racisme et vente d’armes, des clodos à chaque station, tu l’appelles mère patrie, je l’appelle damnation (dame nation) » Alpha Wann.

23 réactions et commentaires

  • RGT // 27.10.2019 à 08h38
  • Julien // 27.10.2019 à 09h24

    La fabrique du consentement. Les français sont un des peuples les plus manipulés de cette planète tout en étant persuadé d’être un des peuples les plus à l’avant-garde ou les plus informés… Parlez autour de vous d’évènement de ce type vous constaterez la bêtise abyssale qui anime 80% de la population. Le bon sens a disparu et a laissé place a la naïveté totale et sans limite sous couvert de progressisme (je pense à des sujets d’actualité bien particuliers…)  notre pays est foutu depuis longtemps et cela va empirer…. « ici c’est racisme et vente d’armes, des clodos à chaque station, tu l’appelles mère patrie, je l’appelle damnation (dame nation) » Alpha Wann.

      +36

    Alerter
    • polo // 27.10.2019 à 12h12

      Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que vent.

      George Orwell

        +19

      Alerter
    • Pierre // 27.10.2019 à 18h14

      Un journaliste qui vante les mérites de Séralini, dont la méthodologie de ses études plus que controversées sur les OGM a été proprement démontée et qui fait tranquillou la promotion du sulfate de cuivre (“Le manifeste du Cu”), polluant qui s’accumule dans les sols et est produit industriellement par décapage à l’acide sulfurique ?
      On peut être en désaccord avec certaines positions de l’Afis sur les OGM, mais justifier de discréditer cette association avec de tels arguments est pour le moins extrêmement faible.

        +2

      Alerter
      • Sophia // 29.10.2019 à 19h39

        Le mérite de Séralini, avec son article qui a fait grand bruit sur la prétendue toxicité du maïs tolérant au Roundup, a été de montrer à quel point les protocoles couramment utilisés par l’industrie (sur lesquels il a calqué le sien) étaient complètement mal ficelés. Ou très bien conçus, au contraire, pour que des effets de toxicité non massifs et non immédiats passent complètement sous le radar des manips. Avec des collègues biologistes, à l’époque, on a pas mal discuté de la (non-)validité de son protocole expérimental. Ses pauvres rats, ils les a sacrifiés pour rien. Et pourtant, parmi toutes les polémiques auxquelles on a eu droit dans les médias grand public, cet aspect n’a jamais été évoqué.
        C’est là que j’ai commencé à me demander quel était le crédit à accorder à toutes ces “recherches” financées par les multinationales agroalimentaires ou du secteur médical: tailles d’échantillon inadaptées, absence de groupes contrôles adéquats, durées d’expérimentations inappropriées, a-priori expérimentaux non identifiés, etc… Il se dit même, parmi les plus cyniques, que l’objectif de ces publis est moins d’avancer l’état des connaissances que d’avoir une caution scientifique pour appuyer les argumentaires des lobbys…

          +2

        Alerter
    • Mes vingt-cinq centimes // 29.10.2019 à 13h49

      Jérôme Quirant, membre de l’AFIS particulièrement attaque par Fabrice Flipo, a répondu ici :
      https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-planete/20130829.RUE8433/afis-information-scientifique-ou-manipulation-de-l-opinion.html
      Il me semble qu’il ne reste pas grand-chose des attaques de Flipo.

        +1

      Alerter
  • Louis 29 // 27.10.2019 à 09h31

    A la lecture du bouquin témoignage de Juan Branco préfacé par Denis Robert “Catastrophe” j’ai tout lieu d’être pessimiste – Extrait : “ils ne sont pas corrompus, ils sont la corruption”. Ce point est confirmé par le classement de Transparency (2016) la France y est classée 23ième entre l’Estonie et le Chili – inquiétude légitime. Hors la différence entre le chimique et le nucléaire c’est l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) qui possède de grosses connaissances pour ces domaines très techniques et encore une belle indépendance, à titre d’exemple les non-conformités des soudures de l’EPR sont détaillées sur leur site dans un rapport de 200 pages, belle transparence, aux politiques de prendre leurs responsabilités, le font-ils ? A très court terme je plaide pour que nos politiques créés une Autorité de Sureté Chimique dont l’organisation serait clonée sur celle de l’ASN – le retour de la confiance passe par des outils de ce type. Dernier point, il faut sortir du discours sur Tchernobyl, accident d’un réacteur instable mis dans un hangar à vélo et vivre avec la catastrophe de Maïak survenue en 1957, construisons le futur.

      +8

    Alerter
  • Supernovae // 27.10.2019 à 09h43

    Tous font le lien avec le grand mensonge lié à Tchernobyl. C’est plus compliqué que cela. Aujourd’hui, la confiance entre gouvernement et administrés est cassée, certes à cause de ce précédent, mais surtout parce que les entreprises privées sont protégées coûte que coûte. Donc leur responsabilité, et les dommages causés seront toujours minimisés. Ajoutez à cela des ministres hors sol qui ne font que de la comm. et qui s’adossent à une bureaucratie lèche-botte qui minimise chaque catastrophe pour préserver le pouvoir et se faire bien voir…

    L’incendie de Notre-Dame et l’effroyable pollution au plomb, étouffée par les différents acteurs intervenant sur le site en sont un exemple criant.

      +14

    Alerter
    • MS // 27.10.2019 à 15h46

      Les gens font le lien avec Tchernobyl, mais aussi avec Decazeville ou les environs de la mine de Salsigne dans le sud de la France : tous ces endroits ont été pollués par des industries qui sont parties depuis longtemps en laissant un sol tellement pollué qu’il y est déconseillé de faire pousser des légumes de consommation. Les cancers y sont en proportion bien plus élevée qu’ailleurs. Et qu’ont fait les politiques pour obliger les pollueurs à payer ? Rien du tout !
      On peut aussi citer Toulouse ou bien des dégâts et problèmes de santé dus à l’explosion d’AZF n’ont pas pu être reconnus comme tel (problèmes d’audition notamment…)
      Les rouennais ont bien raison d’être inquiets : quand ils ne feront plus les gros titres tout le monde se désintéressera de leur sort.

        +13

      Alerter
    • xc // 27.10.2019 à 17h17

      Tchernobyl est, en quelque sorte, devenu la référence à travers laquelle tout ce qui s’est passé après est interprété.
      Et pourtant.
      Le Professeur Pellerin n’a jamais dit que la radioactivité de Tchernobyl était restée à l’écart de notre pays, mais que les seuils constatés ne présentaient pas de danger pour la population. C’est Noël Mamère qui a caricaturé son propos en “nuage qui s’est arrêté à la frontière”. Auparavant, une journaliste météo avait dit que nous étions protégés par l’anticyclone. L’effet des anticyclones étant d’arrêter les nuages, c’était probablement vrai. Mais les anticyclones ne sont pas éternels. Il faudrait chercher ce qui était dit dans les bulletins ultérieurs. Mamère a été condamné pour diffamation en première instance et appel, arrêt confirmé en Cassation. La Cour européenne de Justice, saisie par lui, a estimé qu’il y avait de sa part exagération, mais qui restait dans les limites de la liberté d’expression. Pas de désaveu de la justice française sur le fond,donc.
      Les malades soufrant d’un cancer de la thyroïde qui ont poursuivi Pellerin pour mise en danger de la vie d’autrui ont perdu, faute de pouvoir prouver leurs dires. Et aucune augmentation significative du nombre de cancers de ce type n’ayant été constatée, relève la Justice dans cette affaire, force est de constater que Pellerin avait raison.
      https://www.penser-critique.be/loi-de-brandolini/

        +6

      Alerter
  • ALIN JAVIER // 27.10.2019 à 10h17

    La fabrique du consentement le mal français des élites contre le peuple:
    http://prochetmoyen-orient.ch/lhiver-de-la-democratie-a-commence/

      +4

    Alerter
  • rama // 27.10.2019 à 11h28

    La fabrique écologique, financée notamment par Véolia, La Poste et Reed Smith (cabinet d’avocat américain spécialiste des fusions acquisitions et ayant comme client 25 des 35 plus grosses sociétés pétrolières du monde). Aucune crédibilité non plus hélas.

      +4

    Alerter
  • Louis Robert // 27.10.2019 à 12h03

    Dans les circonstances invraisemblables que nous connaissons tous, compte tenu de tout ce qui a été délibérément voire savamment tu, tout ce que nous ignorons donc encore et toujours… quiconque fait encore confiance aujourd’hui aux dites «autorités » mérite d’être trompé… et à n’en pas douter le sera.

      +7

    Alerter
  • tepavac // 27.10.2019 à 17h58

    “Le monde ancien dévastateur de la planète, contre le nouveau monde protecteur du climat bienfaiteur”

    il ne manque pas de culot ce bonimenteur, tout droit sortie de l’école des Chicago-boys, le vieux monde d’un Président qui éteignait les lumières du “château” comparé à la jet set débridée du nouveau monde. Ayant posé cette invraisemblable contre vérité, il vient ici nous parler de l’honnêteté et de la confiance que l’on peut accorder à autrui…
    Bon courage O.B; et aux bénévoles.
    cdlt

      +1

    Alerter
  • Phil // 27.10.2019 à 18h54

    Etude et parade aux risques c’était un de mes coeurs métier.
    Quand j’ai appris pour Rouen, j’ai récupéré le PRTT (492 pages) de Lubrisol pour avoir les produits, les risques. Ensuite j’ai regardé les actions de la préfecture ainsi que les relevés disponibles sur le site de la préfecture.
    Le classement seveso 2 était dû au stockage de produits toxiques aquatique.
    Le plan Polmar s’est fait rapidement, les bouchons sur les égouts et les barrages flottants étaient en place.
    Par rapport aux données PRTT et la liste de stockage* obligatoirement à la préfecture et les conditions météo l’Ineris a modélisé le panache avec la distribution de la polution.
    Les relevés de pollution athmosphérique et surfacique fait rapidement par le SDIS76 était bien placés.
    Le plan d’action d’urgence de la préfecture a été bien fait et appliqué. C’est ce que je voulais savoir principalement. En 2018 il y a eu 1800 accidents sur des sites seveso en France, les rapports sont sur le site du ministère de l’environnement.
    C’était avant la surmédiatisation, j’avais toute les billes, rien de caché pour celui qui connait. En juillet il y avait eu un accident sur un autre site seveso toxique aquatique qui avait fait du dégât par rapport aux risques mais qui n’avait eu que peu de répercutions médiatiques. Un peu quand même, 3 tonnes de poissons crevés dans Seine c’est visible.
    17% d’hypocondriaques en France.
    La préfecture n’a pas communiqué en tenant compte de ces 17%. Par contre elle n’a rien de caché les relevés étaient sur le site de la préfecture et les bonnes consignes données.

      +5

    Alerter
    • chris // 27.10.2019 à 21h05

      Bonjour Phil,

      Effectivement toute les informations peuvent être disponible, mais il faut savoir ou chercher.
      Mais le problème pour lubrizol ne viens pas du SEVESO mais du site à coté au régime Déclaration (pour lequel on ne savait pratiquement rien) et pourtant dans le PPRTT ou dans les documents transmis en préfecture quelqu’un ou quelque chose aurai du attirer l’attention sur le faite que les produits stockés sont les mêmes que sur le SEVSO et à des quantités à l’origine sous les seuils, mais je dit bien à l’origine……;
      Malheureusement, qui dit site à Déclaration = PEU D’enjeux, pas de visibilité, pas d’inspection sauf sur plainte;
      Les industriel ont bien compris; Pour vivre tranquille, il vaut mieux déclarer 10 sites à Déclarations qu’un bon gros site SEVESO……..

        +1

      Alerter
      • Phil // 28.10.2019 à 13h28

        Complètement d’accord avec vous, le stockage chez le voisin c’est une faute grave.
        Si ce n’est pas une faille dans la législation j’espère que la punition sera sévère.
        S’il y a un risque on met une parade, si on augmente le risque sans prévenir la parade risque d’être insuffisante. Quand un site seveso ne déclare pas assez vite, l’astreinte est entre 1500 et 15000€ par jour.
        Je l’avais écrit dans mon commentaire mais j’ai dû élaguer pour excès de mots.
        J’ai vu la liste des produits stockés qui est arrivé 5 jours après l’incendie, certains n’ont pas de composition, très léger le suivi chez Normandie logistique.

          +1

        Alerter
    • Louis Robert // 27.10.2019 à 22h51

      @ Phil

      Dans cette affaire il n’y a pas eu sur- mais bien sous-médiatisation de la part des dites  « autorités ». Là est toute la question.

      Lors d’une catastrophe de cette ampleur, le devoir absolu des autorités est non seulement de renseigner immédiatement et exhaustivement, mais aussi d’éduquer la population sur tous les aspects du drame, à commencer sur la nature et la dangerosité des substances impliquées et répandues dans l’environnement… puis de lui venir en aide. S’empresser et se contenter de tenter de rassurer est suspect, ne suffit pas et tue tout reste de confiance dans la population.

      Je vous rappelle du reste que pour les lois à caractère social, le principe «nul n’est censé ignorer la loi» a été mitigé, au motif de l’impossibilité pour un administré se retrouvant «dans les dédales de l’administration publique» de connaître la multitude de lois et de règlements. De même, dans le cas du drame chez Lubrisol à Rouen, il n’appartenait pas alors aux citoyens victimes, de procéder, dans l’urgence, à des recherches comme les vôtres afin de savoir ce qui s’était passé, ce qui se passait, et quelles en étaient ou seraient les conséquences pour les citoyens. La responsabilité des autorités d’informer, d’éduquer et de protéger les citoyens avec diligence et une efficacité maximale demeure, en pareil cas, incontournable.

      Cela dit, comme vous, tout citoyen est bien sûr toujours libre — mais non tenu — d’engager, à sa convenance, toutes recherches élaborées visant à connaître toute la vérité sur le drame Lubrisol de Rouen.

        +3

      Alerter
      • Louis 29 // 29.10.2019 à 11h12

        Le devoir absolu des autorités est de s’assurer que de tels accidents ne peuvent se produire en temps de paix mais pour cela il faudrait une volonté politique et des outils pour gérer et contrôler ces domaines éminemment techniques…Dans l’oreillette on me dit qu’ils ne veulent pas!

          +1

        Alerter
  • Arcousan09 // 28.10.2019 à 10h36

    Confiance aux autorités ?
    La réponse est non …. mille fois non
    Quel que soit le problème posé il n’y a jamais, au grand jamais de soucis … le petit monde politique si imbu de sa science infuse, lui, sait …. Il est infaillible … il ne dit toujours que la vérité !?!? …. enfin SA vérité ….. qui n’a aucun rapport avec la réalité des faits.
    Précision: je ne fais pas partie des 17% d’hypocondriaques
    Ce n’est pas à 75 ans passés que l’on apprend aux vieux singes à faire la grimace … j’en ai entendu des mensonges d’état et en général plus c’est gros mieux ça passe ….
    lire: http://prochetmoyen-orient.ch/lhiver-de-la-democratie-a-commence/

      +1

    Alerter
  • petitjean // 28.10.2019 à 13h12

    et nous attendons toujours de connaitre les CAUSES de ces incendies. C’est curieux ça semble n’intéresser personne. Nous cache-t-on quelque chose ?
    je me souviens très bien d’AZF……………….

      +2

    Alerter
  • onna // 29.10.2019 à 19h27

    je suis entre le quadra et le quinqua, donc environ 45 ans de vie dans ce pays qui se fait appeler “France”, un exercice simple est d’ouvrir les yeux, les oreilles, attendre des années les répercussions ou les constats de décisions ou de projets pour pouvoir se faire un avis définitif, dans tous les domaines, ce pays et par extension “l’occident” ont glissé sérieusement dans le néant. Mais ne vous inquiétez pas la propaganda-politic nous assure depuis des décennies que tout va bien, que les problèmes sont gérés et pris à bras le corps, un point temporel pourrait être le grenelle de l’environnement ou l’envie de se suicider avec un pistolet à grenaille. Car mis en parallèle, à la même époque, avec les prédictions des chercheurs climatiques de l’ONU, nous avions un espoir certain, les grands de ce monde se félicitant des accords passés à coup de champagne, se réveillant le lendemain, la gueule de bois et aucun souvenir de la veille, avec un chèque dans la poche, puis ils se réveillent 20 ans plus tard la gueule dans le caca, avec les alertes rouges qui sonnent de partout. cette civilisation est basé sur le fossile à hauteur de 80%, tout ce qui vous entoure contient du pétrole, peu importe la nature. Mais le seul et unique discours des politichiens de tous bords est que nous citoyens, consommateurs nous devons changer nos habitudes de consommation, en aucun cas le système doit changer, à partir de là vous avez la réponse à la question qui anime ce sujet.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications