Dans cette affaire pour le moins emblématique, Ylies 6 ans, de confession musulmane, est malmené de manière odieuse par son école. Les autorités s’en prennent à sa mère, et tentent de les faire taire tous les deux.

Pour mieux comprendre les rouages infernaux de l’islamophobie ambiante dans lesquels ont été pris ce garçonnet et sa mère, revenons sur le contexte et le déroulé chronologique des faits.

Contexte: La maman est convertie à l’islam, mariée à une personne d’origine maghrébine. Son nom de famille ainsi que le prénom de son fils sont donc identifiables comme étant “musulmans”. Dans cette petite ville de l’Eure, où les personnes de confession musulmane sont peu nombreuses, elle a bien senti le regard et l’attitude des gens changer dès lors qu’elle a décidé de porter le foulard.

Chronologie des faits:

15 janvier, 9h20 du matin. La mère reçoit un appel du directeur de l’école, qui lui pose une série de questions étranges et surtout inappropriées. “Est-ce que vous avez des revendications contre mon école?”, “avez-vous de la colère ou de l’agressivité à mon égard ou à l’égard de l’école?”, question qu’il posera à trois reprises. Prenant soin de ne jamais mentionner les attentats, le directeur lui demande quel est son “ressenti”. Puis, il lui demande carrément s’il doit faire un signalement auprès de l’inspection académique concernant son fils et elle-même.

Choquée et abasourdie par cette conversation téléphonique, la maman se rend alors au commissariat pour rapporter les propos inquiétants tenus par le directeur de l’école de son fils. Elle est auditionnée et lesdits propos sont recueillis par les gendarmes.

Dès lors, le comportement du corps enseignant et du directeur change, pour devenir extrêmement hostile et agressif à son égard. Une succession d’événements surviennent.

20-22 janvier: Le petit garçon de 6 ans rapporte à sa maman qu’il a été puni plusieurs fois et que le directeur l’a saisi par le bras (au niveau du poignet) de manière violente et agressive. La maman emmène le petit chez le médecin qui délivre une interruption scolaire de deux jours. Ylies ne veut plus aller à l’école et montre des signes d’angoisse importants, comme l’apparition d’un eczéma.

23 janvier: La maman dépose plainte au commissariat pour violences à l’encontre de son enfant.

27 janvier: Elle reçoit, dans le cahier de correspondance de Ylies, un courrier étrange de l’inspection académique qui signale que le garçonnet se jette par terre et se cogne, volontairement, la tête contre les murs… Etrange en effet que ce courrier survienne à peine 4 jours après le dépôt de plainte de la mère qui signalait justement des violences physiques à l’encontre de son enfant.

Dans la foulée, elle apprend une chose ahurissante. L’école de son fils a organisé un “spectacle” avec les petits de CP, qui consistait à reproduire l’attaque contre Charlie Hebdo. Et le directeur a désigné son fils de 6 ans pour jouer le rôle d’un des tueurs…

La mère comprend alors avec horreur que son enfant est devenu l’élément exécutoire de l’école suite aux attentats, à tel point qu’on se sert de lui pour représenter les tueurs.

Elle diffuse son histoire sur Internet, les réseaux sociaux relaient l’information. Les langues se délient. Les enfants commencent à raconter à leurs parents que le directeur se montre parfois agressif à l’encontre du petit garçon, qu’il l’a bien désigné d’office pour jouer le rôle d’un des frères Kouachi et l’a tiré par le bras. Dans le même temps, le directeur cherche des éléments à charge de la maman, en appelant directement les parents d’élèves pour les questionner sur cette dernière.

Le CCIF, saisit par la mère d’Ylies, a en sa possession le procès-verbal de plainte et les différents échanges avec les autorités, ainsi que des témoignages de parents d’élèves. Éléments qui illustrent le comportement violent et abusif du directeur de l’école à l’encontre du garçonnet, et qui illustrent également le comportement des autorités après que la maman les ait alertées.

En effet, le 23 janvier, elle reçoit une convocation de la mairie de sa commune, qui l’invite à venir se présenter pour une “conciliation”, en présence de la mairesse, du directeur de l’école, du corps enseignant, de l’inspection d’académie et de la brigade de gendarmerie. Demandant des explications sur le motif de cette convocation auprès de la mairesse elle-même, celle-ci lui répond qu’elle doit venir car elle est “mise en cause”! Quand la maman avertit qu’elle viendra accompagnée d’un avocat, on lui refuse catégoriquement, la mairesse lui disant que dans ce cas, “ce n’est même pas la peine de venir, madame”.

De victime, la maman est devenue coupable. De la même manière que dans l’affaire de Ahmed 8 ans, dès lors que les victimes d’islamophobie commencent à parler et à dénoncer des dysfonctionnements de la part des services publics (ici, l’école), la machine se met en marche pour tenter de les faire taire et d’étouffer l’affaire. Le système asservit leurs pensées, puis leurs droits, en se basant sur le principe de la menace : on s’en prend à ton enfant, puis à toi, tout en laissant planer une menace sur ta famille, ton honneur, ta réputation.

Mais pour tout mensonge d’un élu, d’un ministre, ou d’un représentant de l’Etat, le CCIF rétablira une vérité. Le gouvernement s’est engagé, à plusieurs reprises, à ne pas faire d’amalgame ni de stigmatisation. François Hollande a officiellement appelé à lutter contre l’islamophobie. Alors au-delà de vaines paroles, nous exigeons des actes fermes et exemplaires pour lutter contre cette violence physique et symbolique qui s’abat sur les citoyens de confession musulmane, dès leur plus jeune âge. Le directeur de l’école va t-il être auditionné aussi vite que le petit Ahmed de Nice, le petit Ayman de Villers-Cotteret ou la petite de 10 ans à Valbonne ?

Source : CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France)

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

42 réponses à [Reprise] Ylies 6 ans, traité comme un terroriste

Commentaires recommandés

Michel Ickx Le 19 avril 2015 à 08h15

Si réellement ce directeur a fait jouer aux élèves l’attentat de Charlie Hebdo et a demandé à cet enfant de 6 ans de jouer le rôle d’un des tueurs, cet homme est un psychopathe.

Il est inimaginable, dans la patrie de Françoise Dolto, que des petits puissent être dans les mains d’un personnage sadique et aussi dangereux.

  1. dupontg Le 19 avril 2015 à 02h17
    Afficher/Masquer

    derapage kafkaien du systeme en fin de course


    • boduos Le 19 avril 2015 à 12h38
      Afficher/Masquer

      j’ai honte pour la France, “cela” est l’augure “des années qui seront les plus sombres de notre histoire”


    • eskape Le 19 avril 2015 à 22h13
      Afficher/Masquer

      ce n’est pas un derapage. c’est “juste” la prochaine phase mise en place consciencieusement et “opportunément” par le système dans son programme prévu de longue date d’asservissement des masses. en cela c’est effectivement la période la plus noire et sombre que nous vivons, mais pas seulement dans “notre” histoire, mais dans l’histoire de l’humanité, qui entre ainsi, depuis qu’elle se bat depuis l’antiquité à démontrer son humanité et sa différence avec les animaux, dans sa période la plus rétrograde, bestiale, inhumaine, et même anti-humaine, en niant 5000 ans d’efforts et d’accumulation de bagage historique, civilisationnel, culturel, scientifique, qui croyait-on pouvaient nous préserver d’une telle barbarie. tout cela anéanti en quelques dizaines d’années par une bande de représentants les plus abrutis et les plus repugnants de ce que je n’oserais pas appeler de l’humanité.


      • denton Le 23 avril 2015 à 14h16
        Afficher/Masquer

        SVP ne pas introduire de comparaison avec les animaux. Par exemple que veut dire : “démontrer son humanité et sa différence avec les animaux” ? Que je sache, les tortures, les exécutions publiques (par le feu, la roue, la pendaison ou plus près de nous le sabre ou le couteau) ne font pas partie des pratiques animales qui pour les carnivores ne tuent (dans la très grande majorité) que pour se nourrir. La barbarie est dans nos gènes et ce depuis très très longtemps et on ne s’en extirpe pas si facilement. Quant aux périodes noires et sombres, il y en a eu d’autres assez gratinées et il y en a encore aujourd’hui sous d’autres latitudes.


        • mohammed Le 20 mai 2015 à 04h05
          Afficher/Masquer

          Alors tout va bien, on est humain (voire trop humain!) et il y a probablement pire ailleurs, il faudrait d’ailleurs préciser la responsabilité de bien des états démocratiques dans le soutien à de nombreuses dictatures!


  2. Dizalc'h Le 19 avril 2015 à 06h04
    Afficher/Masquer

    Plus qu’un dérapage du système, ce sont Des Fautes Graves…
    Des atteintes Fondamentales aux Libertés et au vivre ensemble…
    Il est beau le “Liberté, égalité, fraternité”… ces gens devraient être viré sur le champ… Ils sont la honte de notre pays… C’est pathétique…
    Mais le traitement des évènements par les médias et certains politiques à l’époque, n’est pas étranger aux comportements ci-dessus… ils ont participé indirectement à cela…


    • Sansillusion Le 20 avril 2015 à 14h24
      Afficher/Masquer

      Attention !
      Il ne faut pas confondre “liberté” de penser du peuple et “liberté” financière et économique pour les grands groupes supra nationaux, banquiers et joueurs boursiers de tous poil.
      Les mots “liberté” et “libéralisme” sont pour la seconde catégorie.
      La Chine applique magnifiquement bien ce principe (économie ultra capitaliste sous un régime de pensée communiste) et on voit ce que cela donne …


  3. Dany Le 19 avril 2015 à 07h35
    Afficher/Masquer

    C’est vraiment scandaleux cette histoire!

    C’est le directeur de l’école qui devrait être mis en examen et démis de ses fonctions dont il n’est manifestement pas digne.

    Cette ambiance de chasse aux sorcières fait vraiment froid dans le dos.

    Mais comme le dit Dizalc’h, le discours politique et médiatique ne sont certainement pas étrangers à cette radicalisation d’une partie du pouvoir institutionnel.

    Quoi qu’il en soit, ça fait peur cet esprit moutonnier de la part des représentants de l’ordre qui sont sensés défendre la population et non la mettre au ban des accusés sans raison!


  4. Babar Le 19 avril 2015 à 08h09
    Afficher/Masquer

    Espèrons que la ministre de l’école républicaine interviendra pour sanctionner ce comportement inacceptable de l’administration aussi vite que lorsqu’il s’agit de pédophilie.


  5. Michel Ickx Le 19 avril 2015 à 08h15
    Afficher/Masquer

    Si réellement ce directeur a fait jouer aux élèves l’attentat de Charlie Hebdo et a demandé à cet enfant de 6 ans de jouer le rôle d’un des tueurs, cet homme est un psychopathe.

    Il est inimaginable, dans la patrie de Françoise Dolto, que des petits puissent être dans les mains d’un personnage sadique et aussi dangereux.


    • Louve Bleue Le 19 avril 2015 à 09h10
      Afficher/Masquer

      Surtout pervers, ce qui est encore plus dangereux…


    • Karl-Groucho D. Le 19 avril 2015 à 15h37
      Afficher/Masquer

      Doucement sur la « patrie » « de Françoise Dolto ».

      · · · · ·

      Dolto : « Dans l’inceste père-fille, la fille adore son père et est très contente de pouvoir narguer sa mère !
      Question : La petite fille est toujours consentante ?
      Dolto : Tout à fait.
      Question : Mais enfin, il y a bien des cas de viol ?
      Dolto : Il n’y a pas viol du tout. Elles sont consentantes. »

      Interview dans « Choisir », novembre 1979.

      Cité par l’adorable Christiane Rochefort, en annexe, à la fin de « La Porte du Fond », roman costaud sur l’inceste père-fille.


  6. purefrancophone Le 19 avril 2015 à 08h51
    Afficher/Masquer

    Mais ou est l’intérêt de faire reproduire à des enfants au travers d’un spectacle , les attentats de Charlie hebdo? Il est cinglé ce directeur ; l’équipe adulte de l’école avec !!
    Merci la transmission de la violence aux enfants , ils en voient assez comme çà !!
    Et pendant que l’on s’acharne sur un enfant et sa mère “musulmans ” on laisse des prédateurs s’occuper , s’approcher des nos enfants !
    Il y a vraiment des choses qui ne vont pas dans ce pays !


  7. voronine Le 19 avril 2015 à 09h32
    Afficher/Masquer

    L’école de la république a , dans ce domaine souvent pèché par son manque d’exemplarité , et par la mise au rencart des enfants issus de parents “différents”.Dans les années 30 , ma mère , fille de russes “blancs”, agée de 5ans est un jour tombée dans la cour de l’école , allant voir la maitresse , celle ci lui a répondu : -“tu n’as qu’à aller te faire soigner dans ton pays “. Dans les années 50 j’ai vu la meme chose avec des enfants dont la mère, allemande , avait à la fin de la guerre épousé un militaire français de l’Armée de LATTRE …Si le corps enseignant faisait preuve d’intelligence…


    • denton Le 23 avril 2015 à 14h20
      Afficher/Masquer

      Très triste et surtout très juste. Il n’y a malheureusement rien de nouveau sous le soleil ..


  8. chris Le 19 avril 2015 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Bonjour, j’encadre des enfants dans une association et je souhaite monter un spectacle. Mon idée est de faire jouer une scène de décapitation, ça tombe bien j’ai un petit Ahmed dans mon association est je crois qu’il est tout indiqué pour jouer le rôle du boucher ! Le clou du spectacle est bien sur la scène de décapitation par Ahmed au cris de Allah Akbar, devant les autres enfants qui porteront un écriteau “Je suis Charlie”.
    Je crois qu’on va bien s’amuser !


    • denton Le 23 avril 2015 à 14h21
      Afficher/Masquer

      Bonjour ! Vous avez un avenir certain dans le monde qu’on nous prépare.


  9. Tunk Le 19 avril 2015 à 10h15
    Afficher/Masquer

    Ce témoignage manque gravement de contradiction – Et j’aimerais alerter les commentateurs d’au-dessus ! vous réagissez à cet article aussi bêtement et rapidement que les “Charlie” ont réagis aux attentats : tout dans l’émotion, sans recherche ni recul.

    En prenant 5 secondes, j’ai trouvé ça :
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/06/gamin-6-ans-force-a-jouer-kouachi-histoire-folle-raciste-257533

    Pour moi, cette affaire pose beaucoup de question, et le CCIF n’est pas plus neutre qu’un autre pour en parler.


    • boduos Le 19 avril 2015 à 12h54
      Afficher/Masquer

      il y a eu quand même ,de l’aveu de l’enseignante ,reconstitution et dramatisation pour des gamins de 6 ans.!
      ou est la sanctuarisation de l’école ?
      doit on plonger des mômes de cet age dans l’enfer de l’actualité?
      que se passe -t-il dans la tête de ces enseignants?

      y-a-t- il un lien avec toutes les révélations bi hebdomadaires de pédophilie vers une reprise en main par la culpabilisation d’un milieu professionnel?

      avec “big brother” les grandes manœuvres?


      • Tunk Le 19 avril 2015 à 13h36
        Afficher/Masquer

        “il y a eu quand même ,de l’aveu de l’enseignante ,reconstitution et dramatisation pour des gamins de 6 ans.!”

        Je n’ai lu cela nulle part…


        • eskape Le 19 avril 2015 à 22h32
          Afficher/Masquer

          c’est clairement dit dans le reportage. qui n’est encore que l’illustration du manque de professionnalisme et d’objectivité, voire de collaboration, de la profession actuellement. tout pour instiller le doute, sans conclure, tout en n’interrogeant que l’une des deux parties. un coup donc pour rien, mais pas tant que ca, si le but est justement de desorienter et brouiller la vérité. du beau boulot, de capot.


          • Alain Le 19 avril 2015 à 23h22
            Afficher/Masquer

            Hein?? Mais non, Ce qui est clairement dit dans le reportage c’est un jeu de rôles avec un choix de couleurs et “on va pas se tuer pour des couleurs”


            • Tunk Le 20 avril 2015 à 00h59
              Afficher/Masquer

              Propos eux même rapportés par quelqu’un qui n’était pas dans la pièce, du on-dit de on-dit…

              Autant dire, du néant.


    • denton Le 23 avril 2015 à 14h32
      Afficher/Masquer

      Vous avez raison de faire appel à la réflexion. Attendons la suite car cette affaire n’est pas claire du tout. Pour moi c’est cette histoire de minute de silence qui pose problème. L’école dans son ensemble national n’aurait jamais dû être mêlée à tout cela. La neutralité s’impose plus que jamais !


  10. fatalerror Le 19 avril 2015 à 10h27
    Afficher/Masquer

    On va se féliciter qu’ils n’ai pas eut l’idée de leur faire jouer du porno…étant papa, j’aurais changé mes gamins d’école illico, voir même école à la maison pour couper court.


  11. Paixdumonde Le 19 avril 2015 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Sans juger du comportement imbécile de toute cette clique peut on pour autant les en blâmer…
    Certains politiques de gauche comme de droite ( sans bien sûr oublier le FN ) alimentent d’une façon honteuse cette discrimination avec une seule différence et pas des moindres beaucoup le font volontairement pour exciter les extrêmes…
    Les médias ne sont pas en reste quand ils amalgament volontairement islam et terrorisme…Le racisme est un sentiment qui a une définition bien précise mais malheureusement de nos jours il est souvent dilué semblable à un sirop dans une eau minérale histoire de le rendre plus fluide et moins perceptible dans la bouche de certains….


  12. L. A. Le 19 avril 2015 à 11h10
    Afficher/Masquer

    D’accord avec Tunk.
    Rien ne permet de mettre en doute a priori cette histoire copiée-collée depuis le site de l’Association de défense des droits de l’Homme – Collectif contre l’islamophobie en France (ADDH-CCIF).
    Mais rien non plus ne permet de lui accorder crédit : on n’en connaît ni l’auteur, ni les sources, les faits étant à peine situés dans une ” petite ville de l’Eure “.
    Or, en ce qui me concerne, info non signée, non sourcée, non vérifiable = blabla voire bidonnage de type journalistique (chat échaudé craint l’eau froide), jusqu’à preuve du contraire.
    Ce qui ne m’empêche pas de savoir que les actes racistes et stupides, y compris envers des enfants, se multiplient dans ” notre beau pays ” (ou qu’on en parle davantage, car il s’en commet de monstrueux depuis bien des lustres).

    P. S. : je ne vois pas en quoi cet enfant a été ” traité comme un terroriste ” (ainsi que sa mère, donc), comme le proclame le titre du présent article. Ils ont plutôt désignés comme boucs émissaires ou, pardonnez cette vieille locution, comme ” têtes de Turcs “. Un terroriste, on l’a bien vu, on le mitraille à défaut de le mettre en prison après un procès ; on ne le force pas à jouer dans une pièce de théâtre scolaire en lui tordant le bras.


    • L. A. Le 19 avril 2015 à 11h18
      Afficher/Masquer

      Erratum : dans le dernier paragraphe, lire ” ils ont plutôt été désignés ” (en lieu et place de ” ils ont plutôt désignés “).


  13. Philippe Le 19 avril 2015 à 11h40
    Afficher/Masquer

    Ce qui m’étonne c’est que vous reprenniez cela tel quel sans chercher de contre information … Ce n’est pas dans les habitudes du blog.

    Qu’a-t-il fait ou dit le petit Ylies pour que le Directeur agisse ainsi ?

    Egalement, après l’appel du Directeur alors pourquoi la mère va directement porter plainte sans aller voir le Directeur et demander une explication ? Quand on a rien à se reprocher alors on va d’abord chercher une explication mais on ne passe pas d’abord par la case plainte …

    De même, la réunion de conciliation organisée par la mairesse se fera en présence d’un avocat ? Comme c’est étrange …

    Je pense que tout ceci est monté en épingle et qu’il manque une information pour comprendre l’attitude de la mère qui entre de suite dans une confrontation via la Justice.

    Il faut savoir que beaucoup des associations de lutte contre le racisme ou d’aide aux immigrés encouragent à agir ainsi pour que ceux en face n’osent plus se plaindre de ce que les dites victimes ont faites ou dit, et c’est comme cela que l’on voit ensuite les français exprimer leur raz-le-bol sur l’immigration ou encore ce que certains appellent l’islamisation en France.

    Si vous avez des infos complémentaires alors elles sont les bienvenues.

    Mon commentaire n’a pas pour but de prendre parti pour l’une ou l’autre partie, mais d’essayer de rester objectif. Néanmoins, j’ai eu dans le passé l’occasion de militer dans une association dite anti-raciste et ce que la mère a fait me rappelle exactement ce qu’il se faisait dans cette association.

    Néanmoins, l’attitude du Directeur à faire jouer les enfants la scène de l’attentat est plus que condamnable, et en particulier en ayant pris un enfant pour jouer le rôle des tueurs …


    • Tunk Le 19 avril 2015 à 14h04
      Afficher/Masquer

      “Néanmoins, l’attitude du Directeur à faire jouer les enfants la scène de l’attentat est plus que condamnable, et en particulier en ayant pris un enfant pour jouer le rôle des tueurs …”

      Surtout qu’il est possible que cela soit une invention pure.

      http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/06/gamin-6-ans-force-a-jouer-kouachi-histoire-folle-raciste-257533


      • Philippe Le 19 avril 2015 à 14h38
        Afficher/Masquer

        Vous avez raison de le souligner, j’ai lu le lien que vous avez donné plus haut, mais j’avais aussi trouvé un article qui allait dans le même sens …

        Le pire dans cette histoire c’est qu’un enfant (et son innocence) soit pris en otage dans un sens ou dans l’autre pour des raisons peu honorables.


        • personne Le 19 avril 2015 à 21h49
          Afficher/Masquer

          NE PEUT ON PENSER QUE C’EST UN PEU TOUTE LE FRANCE QUI S’EST LAISSE EMPORTER PAR CE MOUVEMENT DE FOULE; ON M’A TOUJOURS APPRIS QUE LES MOUVEMENTS DE FOULE SONT A_PRIORI SUSPECTS D’EXCES ET DE DEBORDEMENTS A EXAMINER; QUI ETAIT EN MESURE DE DISCRIMINER ET DE FAIRE LA PART DES CHOSES SUR LE MOMENT ? DIFFICILE DANS CES CONDITIONS DE NE PAS SE MONTRER TOLERANT DEVANT LES REACTIONS OUTREES DES UNS ET DES AUTRES; IL EST VRAI QUE JE N’AI PLUS D’ENFANTS EDUQUER


  14. Louis Robert Le 19 avril 2015 à 11h47
    Afficher/Masquer

    Disons-le, en France, l’arabophobie, transformée désormais en islamophobie, ne date pas d’hier. Il faut avoir vécu la période (l’époque!) algérienne, sans même entrer dans les détails… pour le savoir.

    Maintenant, ce qui est le plus préoccupant, c’est cette hystérie post-Charlie qui mène tout droit, et d’entrée de jeu, à s’en prendre aux petits enfants. Elle s’apparente à rien de moins que de la persécution.

    On s’étonne que le peuple français ne s’insurge pas déjà massivement contre ce cancer foudroyant et qui se répand si rapidement. Comme aux USA (ironiquement “the land of the Free”) après l’effondrement de ces deux tours, nous assistons à l’érosion accélérée des libertés civiles, cette fois ironiquement au pays de “Liberté, Égalité, Fraternité”. — Voilà qui est extrêmement troublant. D’autant plus que si l’on considère l’état où se trouvent les “grands” médias français…


  15. Franck Le 19 avril 2015 à 14h25
    Afficher/Masquer

    Lorsque l’on s’en prend aux enfants des autres, il faut s’attendre à de véritables représailles. Si ceux qui abusent de leurs pouvoir se cachent derrière l’administration et la loi qu’ils contrôlent, ils ne peuvent absolument rien contre ceux qui passeront outre la loi, qui n’en auront plus peur. Et ce jour là, si tout le monde en fait autant en même temps, alors ce sera un bain de sang.
    C’est absurde de pousser les gens à la faute pour mieux pouvoir ensuite les blâmer. Cela ne fait qu’accroitre la haine et le désir de vengeance, et ceux qui jouent avec le feu n’ont aucune idée de ce qu’ils déclenchent ainsi.


    • Louis Robert Le 19 avril 2015 à 15h32
      Afficher/Masquer

      Aucune idée?

      Et s’ils savaient plutôt parfaitement ce qu’ils font?


      • Papagateau Le 20 avril 2015 à 00h24
        Afficher/Masquer

        27 janvier: Elle reçoit, dans le cahier de correspondance de Ylies, un courrier étrange de l’inspection académique qui signale que le garçonnet se jette par terre et se cogne, volontairement, la tête contre les murs… Etrange en effet que ce courrier survienne à peine 4 jours après le dépôt de plainte de la mère qui signalait justement des violences physiques à l’encontre de son enfant. (…)
        De victime, la maman est devenue coupable. (…) la machine se met en marche pour tenter de les faire taire et d’étouffer l’affaire. Le système asservit leurs pensées, puis leurs droits, en se basant sur le principe de la menace : on s’en prend à ton enfant, puis à toi, tout en laissant planer une menace sur ta famille, ton honneur, ta réputation.

        Commentaire :
        Je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec la réaction de l’OTAN face aux crimes de leur alliés néo-nazis ukrainiens : ils attribuent toutes traces matériels de leurs crimes aux autres même si la simple analyse des motivations et des moyens désigne leur alliés comme principal suspect (bombardement de Donetsk, tuerie d’Odessa, meurtres de députés du gouvernement d’avant le coup d’état).
        Mais comparaison peut être poussée plus loin : la panne de l’organisme régulateur.
        -Ukraine : complicité complète des médias.
        -école : solidarité totale de la hiérarchie (jusqu’au ministère).

        Nous vivons dans le monde du monde du mensonge de masse, mais à TOUTES les échelles.

        Notre représentation de la vie quotidienne est probablement aussi un mensonge (sincérité des élus, indépendance journalistique, théorie économique, but réel et caché de la banque privé/centrale qui est l’inverse du but qu’elle s’attribue).


  16. Emmanuel Le 19 avril 2015 à 15h25
    Afficher/Masquer

    Je regrette un peu que la source de chaque article ne soit pas mieux précisée (au lieu de mentionner dans le titre ” reprise “), en y ajoutant date et nom de l’auteur (ou pseudonyme usuel) dès le haut de la page. Ecrire ” par Les-Crises.fr xx ” alors que personne du site n’en est l’auteur (à part d’éventuels commentaires) me semble inadéquat.
    Par ailleurs, certains articles d’actualité sont repris assez tardivement ici, je ne suis pas le premier à l’écrire. Autant faire une synthèse largement a posteriori, dans un article rédigé – pour le coup – par une personne du site, comme dans ces cas d’enfants non charlis (adjectivation…) contre lesquels la machine judiciaire s’est mise en route, une synthèse pour essayer de distinguer ce qui n’aura été que des faits passagers dans l’actualité et des évolutions plus durables de la société française.


    • Tunk Le 19 avril 2015 à 21h42
      Afficher/Masquer

      “Je regrette un peu que la source de chaque article ne soit pas mieux précisée”

      C’est exactement ce que je me disais.
      Il suffirait d’un bandeau en tête d’article, citant la source, et le positionnement de la source vis à vis de l’affaire, pour faire prendre un peu plus de recul au lecteur.

      Préciser la source en queue d’article me semble, dans ce cas là au moins, un peu léger.


  17. Golgo Le 19 avril 2015 à 19h01
    Afficher/Masquer

    MESSAGE DE LA MODERATION: sources svp. Sources “sérieuses”.


  18. chb Le 19 avril 2015 à 19h21
    Afficher/Masquer

    Allez, j’enfonce la porte ouverte :
    Cette affaire est étrange, mais vraisemblable vu la crispation tant des Charlie Charlots que des islamophiles (dont je serais plutôt, là). Le fait est que de nombreux actes islamophobes ont été perpétrés – et enregistrés par l’assoce CCIF – depuis les attentats contre l’hebdo et la supérette cachère. La tendance à l’amalgame / choc des civilisations se nourrit du peu clair 11 septembre 2001, d’al Qaeda et de ses avatars, de la (dé)colonisation mal digérée, et du chômage, entre autres.
    Il y a aussi le rejet du voile parce qu’on est laïques et féministes (merde quand même !) ou qu’on essaye de l’être, et y a la propagande agrémentée d’instrumentalisation du terrorisme et de false flags par ci par là. Les apprentis rebelles partis courageusement (en jihad “brigades internationale”) en Syrie reviennent : paf, terroristes ? La liberté d’expression vire à l’espionnage BigBrother ? Les pétrodictateurs faux dévots tuent au Yémen pour la démocratie ? Les troupes printanières de la place Tahrir sont pour beaucoup en taule, et décimées par l’état égyptien policier ? L’Europe encense des nazis parce qu’ils taillent dans le vif l’ex empire soviétique ?
    Y a de quoi y perdre la zénitude bourgeoise !
    Ni une maman néo voilée, ni un directeur-hussard ne sont en capacité d’être sereins, et c’est le gamin qui trinque…


  19. jpcd Le 20 avril 2015 à 11h56
    Afficher/Masquer

    Rue89 avait fait la contre-enquête à l’époque:
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/06/gamin-6-ans-force-a-jouer-kouachi-histoire-folle-raciste-257533

    Si la conclusion du papier est bizarre, les éléments récoltés suggèrent très clairement une vengeance de la mère.


  20. chb Le 20 avril 2015 à 21h52
    Afficher/Masquer

    35 000 euros, seulement, pour le CCIF ? Le dit Soros ne doit pas croire tant que ça à leur entregent et à leur capacité de nuisance, à l’aune de cette contribution plutôt chiche.

    Quant au fond de l’affaire, il s’agissait tout de même d’imposer aux musulmans de pleurer (et même, de se sentir responsable, de se flageller) à l’occasion de l’assassinat de gens qui les vomissaient ostensiblement.
    Imposée dans l’école “laïque”, la minute de silence spécifique alors que des milliers de crimes sectaires ou autres impérialistes ressortent à peine de la rubrique chiens écrasés, ça faisait mal au ventre. La couverture médiatique complaisante de plusieurs jours contribuait à une montée des animosités, le tapis rouge à divers responsables dictatoriaux idem.
    Le fait que cet enfant (peut-être très con malgré son jeune âge, peut-être poussé par une mère folle, va savoir) soit hissé en symbole de la stigmatisation par une organisation ou une autre relève peut-être aussi de la complaisance mal intentionnée ?
    Il n’en reste pas moins que, sous prétexte de défense de la liberté d’expression, la campagne para-gouvernementale JeSuisCharlie a des relents ignobles, et a donné libre cours à une répression sacrément schizo de la dite liberté. Des peines de prison ont été prononcées, savez-vous, pour lèse-Charlie ! !
    Sans oublier que “l’esprit du 11 janvier” a été instrumentalisé pour pousser les feux de contre-réformes libéralo-solfériniennes, et pour justifier l’envoi en OpEx otanasiées d’encore une flopée de nos pipoupious. Dégueulasse sur toute la ligne.


Charte de modérations des commentaires