Les Crises Les Crises
10.novembre.201910.11.2019 // Les Crises

Revue de presse du 10/11/2019

Merci 55
J'envoie

ALLEMAGNE

L’Allemagne portera ses dépenses militaires à 2% du PIB d’ici 2031, promet Mme Kramp-Karrenbauer

"Il est déjà acquis que l’Allemagne ne dépensera pas l’équivalent de 2% de son PIB pour ses forces armées [Bundeswehr] en 2024, l’objectif qu’elle s’est fixé étant de seulement 1,5% du PIB. Et encore, il n’est pas certain qu’elle y arrive, notamment en raison des tiraillements à ce sujet entre chrétiens-démocrates de la CDU/CSU et sociaux-démocrates du SPD au sein de la « grande coalition » dirigée par la chancelière Angela Merkel. Le 7 novembre, lors d’un discours prononcé devant des officiers de la Bundeswehr réunis à Munich, Mme Kramp-Karrenbauer a plaidé pour que l’Allemagne soit plus active au niveau militaire pour lutter contre le terrorisme et protéger « ses propres intérêts ». Pour cela, elle a proposé de mettre en place un « Conseil de sécurité nationale » et dit souhaiter vouleur accélérer les décisions parlementaires."

Source : Opex 360

DÉMOCRATIE

Opposé à l’engagement politique de son patron, le directeur général du quotidien « Paris-Normandie » évincé.

"Frédérick Cassegrain, directeur général de Paris-Normandie, a été évincé du journal en raison d’un désaccord avec l’engagement pour les élections municipales à Rouen du propriétaire du quotidien, Jean-Louis Louvel, a fait savoir jeudi 31 octobre l’intéressé. « Je ne suis pas d’accord qu’il fasse de la politique en étant propriétaire du journal. C’est très ancien monde », a déclaré M. Cassegrain."

Source : Le monde

ENVIRONNEMENT

Le sale business des éoliennes d’EDF au Mexique

"Les projets éoliens d’EDF dans l’isthme de Tehuantepec, dans le sud-est du Mexique, provoquent la colère des habitants de la région, et en premier ceux de Unión Hidalgo. Une délégation de ProDesc (Proyecto de Derechos Económicos, Sociales y Culturales), collectif de soutien juridique aux communautés indigènes, est venue en France au début du mois d’octobre pour les dénoncer. La plaine istmeña est colonisée depuis une douzaine d’années par les compagnies éoliennes, pour la plupart espagnoles mais aussi françaises et danoises. Une région entière se trouve transformée en parc industriel, destiné à produire de l’énergie bon marché pour des multinationales de l’agroalimentaire et de la grande distribution. Une région entière est sacrifiée par des multinationales pour que d’autres multinationales puissent continuer d’empoisonner la santé des Mexicains (Coca-Cola, par exemple, compte parmi les grands bénéficiaires de ces projets)."

Source : REPORTERRE

EUROPE

L’Oncle Sam exige que l’Union européenne intègre tous les pays des Balkans

"L’envoyé spécial américain insiste pour accélérer l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine à l’UE, alors que le sujet suscite l’opposition des dirigeants français et néerlandais, inquiets de l’impopularité d’une telle perspective. L’émissaire spécial des Etats-Unis pour les Balkans est en tournée dans cette région. Après s’être rendu au Kosovo puis en Macédoine du Nord, Matthew Palmer était le 4 novembre à Belgrade, où il a notamment rencontré le président serbe, Aleksandar Vucic. Le diplomate américain a saisi l’occasion pour critiquer vertement la décision récente de l’Union européenne : lors du Conseil européen des 17 et 18 octobre, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-sept n’ont pu se mettre d’accord sur le lancement des discussions d’adhésion à l’UE de la Macédoine du Nord et de l’Albanie. Cela revient dans les faits à geler cette perspective."

Source : RUPTURES

FRANCE

Ce n'est pas la protection sociale qui provoque les déficits : la preuve

"Au rang de premier accusé des déficits budgétaires structurels, il y a le coût de la protection sociale. Cela sonne comme une évidence. Sans surprise, le poids des dépenses publiques est positivement corrélé au poids de la protection sociale. Emblématique de cela, l’économie française, double palme d’or de la dépense publique et de la dépense sociale parmi les pays de l’OCDE. Faut-il pour autant, sur la base du cas français en tirer une loi générale, associant générosité de l’État-providence, tendance au déficit et à la dérive de l’endettement public ? Non car c’est tout simplement contrefactuel. Je me focaliserai d’abord ici sur la dernière décennie. Regardons les données de façon abrupte."

Source : XERFI CANAL

Cadeaux des labos aux médecins : une étude confirme leur influence néfaste sur les prescriptions

" Dans le cadre de nos « Pharma Papers », nous avions révélé que les laboratoires pharmaceutiques ont versé plus de 3,5 milliards d’euros aux professionnels de santé en France entre 2012 et 2018. Une étude s’est penchée sur les conséquences concrètes de ces cadeaux aux médecins. Elle confirme qu’ils influencent effectivement les prescriptions de ces derniers en les orientant vers des médicaments plus chers et moins utiles. C’est une pratique répandue : la plupart des médecins reçoivent des cadeaux de la part des « visiteurs médicaux » mandatés par des grands laboratoires pharmaceutiques. Offrir un petit déjeuner, un repas, ou même une invitation à un séminaire au soleil [1] sont d’usage lors de ces visites commerciales pour vanter les mérites d’un médicament et tisser un lien avec le professionnel de santé. Le laboratoire pharmaceutique espère ainsi que l’ascenseur sera rendu, et qu’il sortira gagnant de ces « petits gestes » : ceux-ci leur ont tout de même coûté au moins 260 millions d’euros en 2016, selon la base Transparence Santé, où ils sont recensés depuis 2013, suite au scandale du Mediator."

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

La SNCF coûte moins cher que les accidents de la route

"Octobre 2019, la Cour des comptes publie un rapport dénonçant le coût élevé des TER, 8,5 milliards d’euros par an, pour une efficacité qu’elle juge faible. Certes, le transport n’est jamais gratuit. Le maillage du territoire et la desserte des villes moyennes et petites nécessitent des moyens. Et des économies sont sans doute possibles, comme le disent les régions. Mais ce raisonnement comptable oublie que la route coûte également cher, et même très cher. Le coût, pour la société, des seuls accidents de la route, dépasse celui de la SNCF tout entière. A ce sujet, voici l’article publié sur ce blog à propos du rapport Spinetta, en mars 2018."

Source : Le blog d’Olivier Razemon

INEGALITES

Climat, le désir de sécession des riches

"Nous vivons une période profondément anxiogène. La crise environnementale actuelle semble une crise de fin du monde. Tout laisse à croire que sans un véritable tournant, tout pourrait s’effondrer : nos modes de vie, l’organisation sociale et économique, le confort de la société moderne (déjà réservé à une fraction de la planète), les quelques régimes politiques non autoritaires qui subsistent… Tout pourrait disparaître. La survie même de l’humanité semble être en jeu. Et les puissants s’en contrefichent."

Source : LE COMPTOIR

« Les élites néolibérales ne veulent plus transiger avec le corps social »

"Ce que j’ai essayé de montrer, c’est quelle était la nature du néolibéralisme, qui est souvent mélangée avec d’autres notions par les milieux militants, notamment l’ultra-libéralisme ou simplement le libéralisme etc. Or il me semblait quand même que le moment actuel, enfin depuis 40 à 50 ans, avait une particularité par rapport à ce qu’on a pu connaître dans d’autres phases du capitalisme, notamment avant la crise de 1929 ou au XIXe siècle, qui étaient aussi des moments très libéraux. Mais la grande différence par rapport à ces moments-là, la caractéristique du néolibéralisme, c’est qu’on a, au niveau mondial, un mode de gestion du capitalisme qui s’appuie sur un État au service du capital contre le travail."

Source : Le vent se lève

LIBERTÉS

Le parlement doit rejeter le flicage fiscal des réseaux sociaux

"Le gouvernement, à travers l’article 57 du projet de loi de finances pour 2020 (PLF2020), veut permettre à l’administration fiscale et aux douanes de surveiller les plateformes Internet. Le texte est encore en discussion à l’Assemblée nationale mais cet article 57 doit être rejeté en bloc. Auditionné·es la semaine dernière à ce sujet par le rapporteur (Philippe Latombe, groupe MoDem) de la commission des lois, saisie pour avis, nous avons demandé la suppression de cet article. Notre appel n’a pas été entendu et nous le déplorons fortement. Désormais, nous appelons l’ensemble des député·es à supprimer cet article."

Source : LA QUADRATURE DU NET

Alerte sur la sophistication des techniques d’endettement illégitime via la téléphonie mobile

"A l’ère de la téléphonie mobile généralisée, on assiste à une sophistication des techniques employées par certaines firmes capitalistes pour généraliser l’endettement illégitime des classes populaires. Au Kenya, pays de 50 millions d’habitants, considéré comme à la pointe de la téléphonie mobile et de la digitalisation, des firmes capitalistes ont développé les crédits par téléphone en proposant différentes applications qui permettent aux usagers de contracter un crédit très rapidement et facilement. La phase actuelle de la microfinance est caractérisée par l’essor des services « bancaires » octroyés par des entreprises qui n’ont pas de licence bancaire (c’est-à-dire qui n’ont pas l’autorisation d’exercer le métier de la banque) et qui, en conséquence, ne doivent rendre des comptes ni aux autorités de régulation du secteur bancaire ni à la banque centrale."

Source : CADTM

MATIÈRES PREMIÈRES

Libéralisation du secteur de l’électricité : la grande arnaque

"Initialement justifiée par une promesse de prix plus bas pour les consommateurs français, la libéralisation du secteur de distribution de l’électricité aux particuliers s’est finalement traduite par une envolée des tarifs réglementés de vente (TRV) d’EDF et des prix du marché privé au cours de la décennie 2010. Le 1er août dernier, les TRV ont encore augmenté de 1,23 %, cette hausse faisant suite à un renchérissement spectaculaire de 5,9 % intervenu le 1er juin dernier. La libéralisation est également responsable d’une explosion des abus des fournisseurs d’énergie à l’encontre des ménages français, dont s’alarme aujourd’hui le Médiateur National de l’Énergie. Elle nous enjoint à questionner la pertinence de la privatisation et de la mise en concurrence systématiques des anciens marchés dits « de monopole public »."

Source : Le vent se lève

RÉFLEXION

À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle

"Le présent article est en grande partie une synthèse de l’enquête de Cory Morningstar visant à mettre au jour les manipulations du mouvement Climat par d’importantes entreprises et ONG. Enquête que ceux qui tiennent à pleinement saisir les acteurs impliqués dans toute cette affaire, ainsi que les tactiques qu’ils emploient, devraient lire sur le site de Cory, « Wrong Kind of Green »."

Source : Le Partage

SOCIETÉ

Derrière la polémique sur le voile, l'assimilation française heurtée par le néolibéralisme

”La rémanence du débat [islam et voile], son intensité et parfois sa violence, suffisent à indiquer qu’il y a bien là un sujet, même s’il dérange. En revanche, peut-être la question est-elle mal posée. Car il ne s’agit pas d’une question de laïcité. Il s’agit d’une question bien plus vaste. De mœurs notamment, et il faut essayer de comprendre pourquoi la visibilité de la religion – musulmane en l’occurrence – et le port du voile en particulier, posent davantage problème en France qu’ailleurs, notamment que dans les pays anglo-saxons."

Source : Marianne

ÉCONOMIE

"La croissance est une mythologie économique"

"Se focaliser sur le PIB, le produit intérieur brut, « rend borgne au bien-être économique, aveugle au bien-être humain, sourd à la souffrance sociale, et muet sur l’état de notre planète ». C’est le constat d'Eloi Laurent, économiste senior à l'OFCE (Centre de recherches en économie de Sciences Po, Paris), professeur à l'École du management et de l’innovation de Sciences Po et professeur invité à l'Université Stanford. Faut-il en finir avec l’obsession de la croissance ? Ne faudrait-il pas mieux se focaliser sur le bien-être plutôt que sur le PIB ? Débat avec l'économiste Eloi Laurent, qui publie « Sortir de la croissance. Mode d’emploi » aux éditions Les Liens qui libèrent." (Débat à partir de 26min40)

Source : France Inter

ÉTATS-UNIS

Quand l’État profond se venge de Trump

"C’est une lutte à mort qui est engagée aux Etats-Unis. Pas tant entre Donald Trump, les Républicains d’un côté et les Démocrates de l’autre, mais entre Donald Trump et le Deep state, l’État profond. Car la procédure d’impeachment engagé par la majorité démocrate de la chambre des représentants est le point d’orgue, la partie émergée d’un gigantesque iceberg. Depuis son élection, Donald Trump est en butte à l’hostilité de la Haute administration américaine."

Source : Polony TV

Commentaire recommandé

Gribouille // 10.11.2019 à 08h22

Clash entre Pierre Grosser et Daniel Costelle dans l’émission du cours de l’histoire de vendredi, au sujet du documentaire “apocalypse, la guerre des mondes”, sur France Culture. Pierre Grosser a reproché au documentaire de présenter l’URSS comme l’agresseur dans la période de la guerre froide, et non comme un conflit entre deux impérialismes rivaux (Les Etats-Unis contre l’URSS pour la domination du monde). On retrouve l’idée des russes qui sont forcément les méchants car ils sont russes (vous savez le méchant Poutine). Le problème est que cette émission destinée au grand public va présenter une vision tronquée de la réalité qui ne fera que conforter et justifier la russophobie ambiante.
https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/actualites-1989-et-apocalypse-la-guerre-des-mondes

64 réactions et commentaires

  • Gribouille // 10.11.2019 à 08h22

    Clash entre Pierre Grosser et Daniel Costelle dans l’émission du cours de l’histoire de vendredi, au sujet du documentaire “apocalypse, la guerre des mondes”, sur France Culture. Pierre Grosser a reproché au documentaire de présenter l’URSS comme l’agresseur dans la période de la guerre froide, et non comme un conflit entre deux impérialismes rivaux (Les Etats-Unis contre l’URSS pour la domination du monde). On retrouve l’idée des russes qui sont forcément les méchants car ils sont russes (vous savez le méchant Poutine). Le problème est que cette émission destinée au grand public va présenter une vision tronquée de la réalité qui ne fera que conforter et justifier la russophobie ambiante.
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/actualites-1989-et-apocalypse-la-guerre-des-mondes

      +52

    Alerter
    • Je me marre // 10.11.2019 à 09h56

      L’URSS a constamment été en état de siège. Et c’est plus que jamais le cas avec la Russie.

      Cf. invasion de l’URSS en Extrême Orient par des troupes yankees. (La réciproque? Ah oui! Dans quelque navet hollywoodien où les “”Rouges” sont représenté par des lézards…)

      Cf. Opérations Pike et Unthinkable durant la 2e GM.

      Cf. les plans de frappes nucléaires yankees “préventives” contre toutes les villes de l’URSS et des pays de l’Est.

      Cf. les bases yankees assiégeant plus que jamais la Russie.

      Cf. les armes nucléaires entreposées (seulement entreposées?) dans plusieurs pays européens et la Turquie.

      Cf. le racisme viscéral des yankees et des anglo-saxons qui ont commis de nombreux génocides jamais sanctionnés (Amérindiens, Japon, Corée, Vietnam, etc. – à comparer avec la Sibérie).

        +25

      Alerter
    • Jean-Pierre Georges-Pichot // 11.11.2019 à 10h01

      Tout le monde aujourd’hui méprise les médias installés et corsetés par l’argent. C’est un système en pleine déliquescence. Les journalistes et auteurs qui font l’apologie de l’état des choses sont si méprisés et haïs qu’ils servent ce qu’ils dénoncent. Un dissident russe l’expliquait à l’époque soviétique, où il était de fait que la presse était plus pluraliste, libre, indépendante et respectée à l’Ouest qu’à l’Est : “chez vous, si les journaux disent que manger trop de beurre donne du cholestérol, les gens se mettent au régime. Chez nous, ils disent seulement : “qu’est-ce qu’ils ne vont pas inventer pour justifier le rationnement! ” ” Nous en sommes à peu près là.

        +7

      Alerter
  • Louis Robert // 10.11.2019 à 08h35

    « Climat, le désir de sécession des riches — “Nous vivons une période profondément anxiogène. La crise environnementale actuelle semble une crise de fin du monde. Tout laisse à croire que sans un véritable tournant, tout pourrait s’effondrer : nos modes de vie, l’organisation sociale et économique, le confort de la société moderne (déjà réservé à une fraction de la planète), les quelques régimes politiques non autoritaires qui subsistent… Tout pourrait disparaître. La survie même de l’humanité semble être en jeu. Et les puissants s’en contrefichent.” »

    *

    Indifférence voire cynisme, des images qui valent bien des mots: alors que tout flambe autour et que Paradise, Cal. est rasée, anéantie, tranquillement, sereins, ces messieurs poursuivent puis achèvent leur partie de golf.

    1. « Northern California town of Paradise lost 90% of its population after Camp Fire, data shows »

    https://www.usatoday.com/story/news/nation/2019/07/11/paradise-california-population-camp-fire-california-wildfire-fund/1710525001/

    2. « ‘I Saw It While Skydiving’: The Story Behind the Viral Eagle Creek Fire Golf Photo»

    https://fortune.com/2017/09/07/eagle-creek-oregon-golf-picture/

      +12

    Alerter
  • Dominique Gagnot // 10.11.2019 à 08h46

    “La croissance est une mythologie économique”

    Par croissance il faut entendre la croissance du PIB, ou encore celle de l’agitation économique. Dans le système actuel, peu importe ce que l’on produit ou détruit. C’est ce qui fait le bonheur des capitalistes, car leurs revenus augmentent.

    Or, dans un système capitaliste – par définition – ce sont les propriétaires des moyens de production qui décident des finalités de l’économie. Dans un système capitaliste, débattre de la pertinence du PIB versus bien être des populations n’a pas lieu d’être, sauf à chercher l’audimat.

    A quand le capitalisme en débat sur sur les ondes nationales ? Hmmm…
    A défaut, on le trouve ici : http://bit.ly/capitalisme

      +14

    Alerter
    • Je me marre // 10.11.2019 à 09h41

      Critiquer le capitalisme et en même temps utiliser dropbox, jolie contradiction. De plus en masquant l’url de manière à tromper, je n’apprécie pas du tout. Je boycotte ces sociétés qui ne sont que des chevaux de Troie qui pistent les utilisateurs.

        +9

      Alerter
      • chokk // 10.11.2019 à 13h24

        Vous faites un sophisme de la solution complète.
        N’utilisez aucun moyen du système pour critiquer le système, c’est un excellent moyen pour qu’on n’entende pas cette critique. A qui profite le crime ?
        Quel PC utilisez-vous ? Qui a fabriqué ses puces, son processeur ? Aucun équipement CISCO n’a été utilisé pour acheminer cette page web sur votre écran ? Et cetera.

          +13

        Alerter
        • Wollaston // 10.11.2019 à 17h59

          les américains insistent pour accélérer l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine à l’UE…
          Ça n’est pas la première fois et c’est une indication sur la composition de l’état profond européen… une (ou des) forces soumises aux dictat américain !

            +6

          Alerter
      • Dominique Gagnot // 10.11.2019 à 13h26

        Que j’utilise ou non dropbox ne change rien au capitalisme.
        Nous utilisons tous internet, fruit du capitalisme…
        Votre remarque tient des « bons sentiments » qui n’ont jamais rien changé au cours des choses.
        Pire, c’est s’affaiblir que de ne pas utiliser les outils du capitalisme pour le combattre. D’autant qu’il est pour l’essentiel, partout en monopole. Absurde.

          +4

        Alerter
        • Je me marre // 11.11.2019 à 08h00

          “Que j’utilise ou non dropbox ne change rien au capitalisme.”

          Désolé, mais c’est avec une telle mentalité qu’effectivement rien ne change. Même les fleuves sont faits de gouttes d’eau. Donc utilisons Uber! Du moment que MOI j’y gagne, tant pis pour les taxis et tant pis pour la précarité des chauffeurs “indépendants”! L’égoïsme est l’un des principaux ressorts du capitalisme.

          “Nous utilisons tous internet, fruit du capitalisme…”

          Bien au contraire!

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Internet

          Vous confondez l’internet décentralisé par nature avec ceux qui cherchent à acquérir un monopole comme gg ou dropbox. Comparez donc les Gilets Jaunes (décentralisés!) avec les partis qui prétendent avoir le monopole de la parole et du pouvoir.

          Il n’est pas question de “bons sentiments”, mais de cohérence.

          Utiliser les “outils” du capitalisme quand il y a le choix fait de vous un soutien de celui-ci.

            +1

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 11.11.2019 à 19h00

            Je me marre,

            Peu importe qui je suis. Le sujet c’est l’analyse d’un système, en l’occurrence notre système capitalisme. Mon rapport personnel au capitalisme n’a rien à y voir.

            Si le système en question était l’organisation économique et sociale d’une fourmilière, quel comportement devrais je avoir ?

              +2

            Alerter
      • Dominique Gagnot // 10.11.2019 à 16h14

        Pour satisfaire tout le monde, voici le document hébergé en France…

        https://www.fichier-pdf.fr/2019/11/10/comprendre-l-arnaque-capitaliste-imaginer-le-systeme-dapres-/

          +3

        Alerter
    • pat // 10.11.2019 à 13h51

      Je ne crois pas avoir déjà lu quelque part la cause du besoin de “croissance” et j’ai l’impression (peut être à tort) que pas grand monde a réfléchi à cette question (surtout les politiciens qui le répètent pourtant tout le temps).
      La logique voudrait qu’il y ait “croissance” si les besoins (réels) augmentent. A défaut pour quelles raisons a t on besoin de croissance ? Qui peut donc bien me le dire ?
      Est ce que je donne le résultat de ma réflexion de suite ou bien est ce que j’attends pour voir si je ne suis pas seul à y avoir réfléchi …
      Alors, quelles sont vos idées sur la question ?

        +4

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 10.11.2019 à 16h29

        Dans un système capitaliste la croissance accroît les profits, réduit le chômage (en principe…), et est “source de bonheur” puisque la consommation augmente.
        Le gaspillage des ressources augmente aussi, de même que la pollution, etc., mais peu importe car ce sont des “externalités”. (Du point de vue capitaliste)

          +4

        Alerter
        • pat // 10.11.2019 à 18h54

          Ici je parle de “croissance” au sens macro, on pourrait imaginer une croissance du PIB positive mais une baisse des profits des multinationales et du monde de la finance (certes c’est impossible car ils possèdent la gestion du capital et empêchent la concurrence des “petits” gens, ceux qu’ils méprisent).
          La façon dont la “croissance” est rabâchée, encore et encore, montre que c’est un objectif (global), je dirai même que c’est L’objectif. Donc cette “croissance” est “obligatoire”, elle est primordiale.
          J’ai peur de ne pas avoir d’autres réponses que la vôtre.
          En fait la croissance est un élément décisif pour la survie du système capitaliste. Sans elle, le système s’effondre. C’est pour cela que quand c’est la catastrophe absolue, il n’y a plus de “main invisible du marché” qui tienne, l’Etat, avec l’argent des citoyens (et très peu celui des plus riches), intervient et sauvent les très riches.

            +3

          Alerter
          • obermeyer // 10.11.2019 à 20h44

            Le PIB est directement lié à la quantité d’énergie que vous brûlez . Comme il s’agit pour 75% d’énergie issue de combustibles fossiles , le Pib ne pourrait augmenter qu’en brûlant plus d’hydrocarbures . Dans tous les cas , une fois passé le pic ” toutes énergies ” la récession et son cortège de malheurs individuels apparaitront , ce qui ne manquera pas d’arriver dans un court laps de temps . La seule question qui vaille , c’est comment partagerons nous la décroissance à venir ( et en cours dans la plupart des pays ) sans se taper dessus pour les dernières ressources . La première chose acceptable pour les peuples ça serait de voir ceux ” d’en haut ” montrer l’exemple . On n’est pas sorti de l’auberge !

              +3

            Alerter
            • pat // 10.11.2019 à 23h35

              Ceux d’en haut, comme vous le dites, sont des adeptes d’idéologies profondément violentes, comme le darwinisme social (théorie farfelue). Ils ne voient la société qu’à travers les rapports de force, donc la violence, la prédation. Bien sûr ils utilisent les mots “compétition” ou “concurrence” pour faire plus beau, mais tout ceci n’est qu’une façon de manipuler l’opinion, c’est de la propagande utilisant la langue de bois, une sorte de novlangue.
              Le problème c’est qu’ils ont réussi à contaminer l’ensemble des gens de leur idéologie de psychopathe. Je suis plutôt pessimiste sur la réaction des gens d’aujourd’hui en France dans une situation chaotique, j’ai peur qu’ils se combattent les uns et les autres …
              Il est vrai que les gilets jaunes ont montré au contraire de la fraternité malgré leur différence, mais d’un autre côté les forces de l’ordre oligarchique ont montré leur plus haute cruauté, leur bêtise et leur asservissement total au pouvoir dominant. Les gens sont tout cela en même temps, alors comment réagiront ils dans la situation que vous décrivez …

                +3

              Alerter
        • pat // 10.11.2019 à 19h03

          Le capitalisme (propriété individuel des moyens de production) va de paire avec le système monétaire, l’un et l’autre sont interconnectés. Donc pour comprendre pourquoi il faut de la croissance, il faut comprendre le système monétaire et ce que représente en réalité la “monnaie”.
          La masse monétaire a un instant donné ne permet pas de rembourser l’intégralité de la monnaie en cours (qui n’est rien d’autres qu’une dette qui doit s’annuler au final), donc pour rembourser il faut tout simplement créer de nouvelles dettes qui permettront de rembourser les intérêts des dettes précédentes (les banques gardent leur plus valus pour spéculer, cela part très peu dans la masse monétaire du monde réel). Le système monétaire n’est rien d’autres qu’une pyramide de ponzi.
          Comprenant cela, vous devez maintenir une croissance économique perpétuelle ou bien tout s’écroule. D’une part parce que le système financier ne perçoit plus sa rente, et d’autre part car la masse monétaire va se réduire à néant et empêcher les échanges commerciaux. Bref la “croissance”, cela ne regarde que les très riches (on est dans leur système), ce n’est pas une obligation pour le peuple, il suffit de changer le système et le rendre égalitaire et juste (démocratique), et alors entreprendre deviendra possible pour tous.

            +7

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 10.11.2019 à 20h01

            Oui, je suis d’accord avec ce que vous dites. Et il est un point essentiel jamais évoqué :

            Le capitalisme obéit aux propriétaires des ressources (ce qui est moins ambigu que “moyens de production” par ex. le sol est une ressource, les océans sont des ressources,…), et en l’occurrence l’objet de notre capitalisme est d’accumuler des fortunes privées.

            Mais si les peuples étaient propriétaires… à la place des actuels, le capitalisme obéirait aux souhaits des peuples qui pourraient être de remettre en état la planète. Auquel cas la croissance serait vertueuse dans un système qui par ailleurs peut être libéral, avec des entreprises privées et profits monétaires (moteur extraordinaire à ne pas négliger) !
            Autrement dit, il s’agirait de mettre l’efficacité du capitalisme au service de la restauration des éco-socio-systèmes, et non plus de leur destruction.
            C’est ce que je développe dans la 2èm partie du bouquin en lien dans mes précédents messages.

            Je n’ai jamais vu cette idée nulle part (Gaël Giraud s’en rapproche) je ne comprend pas pourquoi. (je n’ai pas tout vu non plus)

              +0

            Alerter
      • calal // 10.11.2019 à 19h17

        la croissance du pib est une necessite comptable pour garder intact le decor “village potemkine” de l’economie de la finance mondialisée (ratio dette/pib qui doit etre <x. Si le pib n'augmente pas,vous ne pouvez justifier l'augmentation de la dette et donc la creation de monnaie suplementaire. Ou alors faut augmenter x,la limite d'endettement acceptable mais ca rend la plebe suspicieuse et anxieuse ( le mouton anxieux fait de la viande de moindre qualite et est plus difficile a tondre))
        Regardez les innovations: qu'est ce qui a changé dans vos vies et y a apporté une plus value reelle depuis 20-30 ans.Pour moi,il n'y a qu'internet,tout le reste c'est plus ou moins pareil que dans les annees 80,avec un peu plus de confort.Ceci est la preuve du mensonge de la croissance du pib depuis les annees 80.

          +4

        Alerter
      • Patrick // 10.11.2019 à 22h27

        Les fonctionnaires et les politiciens ont besoin de croissance.
        Plus de croissance , donc de PIB signifie plus de taxes et d’impôts qui rentrent dans les caisses et surtout la possibilité de faire encore plus de dettes.
        Les libéraux n’ont pas besoin de croissance, surtout quand elle consiste à faire encore plus de dépense publique.

          +3

        Alerter
        • pat // 10.11.2019 à 23h17

          Dommage que vous ne lisiez pas ce que j’ai essayé de vous expliquer. De façon générale, le problème que les gens ont (dont vous) c’est qu’ils regardent les choses à l’intérieur d’un “cadre” et qu’ils n’essaient pas d’en sortir. Il faut outrepasser tout ce que vous avez lu et entendu ici et là (surtout dans les médias oligarchiques, dit mainstream) et chercher plus loin, vous ouvrir l’esprit.
          A priori, on lit dans vos propos que vous surfez sur le libéralisme, mais celui-ci n’est rien d’autre qu’un capitalisme sans règle, sans limite (la loi du plus fort ou plutôt du plus riche), et jamais il n’a créé quelque chose de bon (sauf pour les riches), vous n’avez qu’à regarder l’état pitoyable du Chili, chef d’œuvre des Chicago boys.
          Les impôts et les taxes s’appliquent très généralement sur la marge (voir le bénéfice), pas sur le chiffre d’affaires (grosso modo le PIB si je ne dis pas de bêtises). Hors les multinationales, par de multiples jeux malsains comme les prix de transfert, etc, paient très peu d’impôts, et pire elles profitent très largement d’un ruissellement (mais à l’envers, du bas vers le haut). Donc un PIB plus fort ne signifie pas forcément plus de recettes pour l’Etat.
          Un bon exemple de libéraux, en Argentine où ils ont perdu les élections ces jours-ci, ils ont réussi en quelques années à gonfler la dette public de 35 à 90% du PIB, voilà la réalité du libéralisme (qui n’a rien à voir avec le mot “liberté” d’ailleurs, on devrait plutôt dire le “déréglementarisme”).

            +6

          Alerter
          • calal // 11.11.2019 à 08h28

            le “vrai” capitalisme c’est comme la “vraie” democratie: ce sont les MOINS MAUVAIS sytemes. Les autres choix possibles presentent plus d’inconvenients et moins d’avantages.Ce qui veut dire que la democratie comme le capitalisme ont des defauts,connus depuis longtemps, qu’il faut compenser,corriger,surveiller.
            Et donc que les ennemis de la democratie et du capitalisme jouent sur ces defauts,angles morts des systemes pour les detourner a leur profit.Et que ceux qui beneficient des avantages du “vrai” capitalisme et de la “vraie” democratie doivent se battre pour maintenir ces systemes dans les “clous”, eviter leur derive hors des limites permises. Pour cela il faut egalement diffuser les connaissances sur ces systemes et non pas se contenter de gaver les enfants des ecoles avec du “vivre ensemble”de bisounours (cf le film captain fantastique par ex ou les enfants eduques “hors ecole” connaissent les articles de la constitution us et des jugements de la cour supreme us par coeur tandis que les enfants “de l’ecole publique” sont des zombies consommateurs).

              +3

            Alerter
            • Jean-Pierre Georges-Pichot // 11.11.2019 à 09h29

              La faille dans votre argumentation, qui a le mérite d’être à contre-courant, ce qui inspire toujours le respect, c’est que pour la valider il faudrait procéder à une recension précise, longue et pour beaucoup fastidieuse des conditions précises de ce que vous appelez “démocratie”. Pour moi, le principal théoricien de ce système reste Rousseau, et le modèle achevé d’institutions mettant sa théorie en pratique pour un pays comme la France est la constitution révolutionnaire de 1791. Je vous assure, lisez ces textes, et vous verrez que dans nos pratiques la démocratie ne retrouverait pas ses petits. Nous sommes dans un régime de mensonge et de trahison, et c’est en pratique cela que vous défendez avec la meilleure foi du monde. Désolé!

                +2

              Alerter
            • pat // 11.11.2019 à 14h17

              [modéré]
              L’argument du moins mauvais système est bien connu depuis longtemps (par exemple Churchill il me semble), il sert à étouffer toutes idées hétérodoxes. C’est comme faire croire qu’il y a (ou avait) soit le capitalisme, soit le communisme … Comme si autre chose n’était pas possible. A travers l’histoire toutes révolutions qui n’étaient pas favorables aux riches (ou plutôt très riche, les dominants), ont été tuées dans l’œuf. Regardez par exemple comment le RIC, aujourd’hui, est considéré très majoritairement par la caste dominante …
              [modéré]

                +1

              Alerter
            • pat // 11.11.2019 à 14h19

              On peut parler de système capitaliste d’un point de vue économique, mais par contre la démocratie n’est pas un système, c’est plutôt une qualité (ou une caractéristique, une tendance) qu’on peut dire ou non d’un système. Le système capitaliste réel, c’est à dire celui qu’on connaît depuis 2 à 3 siècles (et non la théorie), présente bien peu d’aspects démocratiques, c’est plus une usurpation du mot qu’autre chose (au mieux on a quelques libertés et on peut choisir la tête d’affiche pour 5 ans, parmi une liste prédéfini bien sûr). Le système capitaliste va de pair avec une hiérarchisation des gens, donc certain sont considérés comme moins important que d’autres (ce qui s’est vu par exemple avec l’esclavage et la notion absurde de “racisme” qui en a découlé). Et cette idéologie a contaminé toute la population, le rapport de force, de dominant à dominé, est devenu omniprésent et est accepté (peut être par résignation) par quasi tout le monde (pas moi au moins).
              Le capitalisme à pris de multiples facettes, passant de la dictature nazie d’Hitler ou la dictature néolibérale de Pinochet, jusqu’à l’état providence. Il revêt un caractère autoritaire et violent lorsqu’il perd pied (c’est le cas actuel, en France notamment).

                +1

              Alerter
            • pat // 11.11.2019 à 14h22

              Il n’y a pas de “ennemis” du capitalisme, il y a simplement des personnes qui en accepte ses dogmes et d’autres pas, vous n’êtes pas ennemi d’une idéologie, soit vous y adhérez, soit non. A la rigueur il y a “ennemi du capitalisme” (comme actuellement) parce que celui-ci agresse la population pour imposer ses dogmes et sa domination (mais les ennemis sont ces gens qui se voient imposer de force une idéologie qui est rigoureusement contraire à leur intérêt, donc ils se défendent, c’est une résistance). Bien sûr les médias oligarchiques (dit mainstream) inversent toujours les positions : l’agresseur devient l’agressé et l’agressé devient l’agresseur. C’est à priori ce que vous tentez de faire ici.
              Vous ne pouvez pas mettre ensemble les ennemis de la démocratie et du capitalisme, le second ayant plus souvent démontré sa haine des principes démocratiques qu’autre chose. A priori l’histoire nous montre que la cohabitation des deux ne se passe pas très bien (voir même le présent, où là il n’y pas photo, on le vit en ce moment même).

                +2

              Alerter
            • pat // 11.11.2019 à 14h24

              Il m’est difficile de comprendre votre dernier argumentaire. A priori vous voulez qu’on endoctrine plus les enfants avec l’idéologie dite “libérale”, plutôt qu’on leur fasse croire à un conte de fée qui leur dit qu’ils sont en démocratie avec la séparation des pouvoirs et une formidable devise “liberté, égalité et fraternité”. Si c’est cela, je suis d’accord pour mettre fin à cette propagande déplorable, mais pas pour la remplacer par les lectures des théoriciens du libéralisme.
              Souvent je ne comprends pourquoi les gens cherchent des réponses dans des concepts inventés il y a longtemps (Marx, Smith, etc), il suffit de réfléchir ensemble, de créer une intelligence collective, et il n’y a aucune raison pour qu’on ne puisse pas créer un monde meilleur qui satisfasse tout le monde, à l’exception des psychopathes bien évidemment.

                +1

              Alerter
      • Jean-Pierre Georges-Pichot // 11.11.2019 à 09h45

        La réponse la plus simple est toute bête : si la population croît, une croissance zéro de l’économie signifie que le niveau de vie régresse. De façon plus intéressante : il faut se plonger dans les analyses marxiennes, et discerner que le capitalisme est un système fondamentalement contradictoire et qui ne tient en équilibre que par le mouvement, comme un coureur ou une bicyclette. Je ne détaille pas, mais en gros il est de type dévorateur et doit sans cesse élargir le cercle de son activité pour maintenir les profits. Cela tient aussi à son essence darwinienne, dont vous parlez ailleurs : et vous semblez dire que l’éloge de la “compétition” serait une sorte de prétexte, alors que c’est le fondement du système. Le capitaliste individuel doit grossir pour que ses concurrents ne le mangent pas. L’image adéquate est : une bande de poissons carnivores dans un trop petit aquarium. C’est ça la dure vie des patrons, dont les ouvriers, qui en subissent les conséquences reportées, n’ont pas idée et qui ne leur inspire pas assez de compassion. Je rigole.

          +0

        Alerter
      • vert-de-taire // 14.11.2019 à 08h23

        Je dirais au risque de me tromper que la croissance nécessaire au capitalisme est le besoin de rentabiliser le capital ou dit autrement, si l’argent dont je dispose ne fait pas des petits je le perds à jamais puisque je suis contraint d’en utiliser une partie pour vivre..

        J’ai 100, pour que ce 100 me rapporte, je dois le placer avec intérêt.
        J’en consomme une part et rebelote, le surplus s’accumule et ne me sert QUE placé.
        Je cherche donc en permanence des intérêts à mon accumulation de capital.
        Sans l’intérêt, donc sans la croissance que peut dégager mon capital, je ne gagne rien.
        Ne rien gagner n’est dérangeant qu’étant plongé dans une course folle où d’autres cherchent aussi naturellement de l’intérêt, où ne pas gagner signifie se faire dévorer sur le marché.

        Pour survivre je suis contraint de dégager du surplus.
        Le Système est auto-croissant.

        On voit bien que la croissance est LE problème des capitalistes.
        Le travailleur qui crée les consommables donc le nécessaire à la vie se passe de cette croissance.
        Le capital n’est (devrait être) qu’un prêt temporaire social, un choix concerté pour un effort de tous pour le bien pour tous. Et non pas une fin en soi devenant une nécessité de survie d’une élite prédatrice des richesses.

          +0

        Alerter
  • Brigitte // 10.11.2019 à 08h52

    Beaucoup de pépites dans cette revue de presse. Merci à l’équipe des Crises!

      +23

    Alerter
  • Eric83 // 10.11.2019 à 09h03

    Le 22 / 10, une grève importante a été annoncée en Finlande pour la période du 11 / 11 au 24 / 11. Cette grève est à l’initiative du syndicat PAU et concerne la Poste et ses services associés. En cause, la tentative d’imposition d’un changement de convention collective très défavorable aux salariés. ( Merci l’UE ).

    Pas un mot sur cette grève dans les “médias” français, annoncée il y a près d’un mois. Il ne faudrait pas donner de “mauvaises idées” au peuple français en ces temps de réformes massives et impopulaires de l’ère jupitérienne.

    La seule mention de cette grève – recherche google – apparaît dans…la Revue de Presse de l’Ambassade de France en Finlande. Le hic, c’est que le traitement de l’information fait l’impasse sur les conséquences majeures du changement de convention collective et à l’origine du mouvement de grève.

    https://www.pau.fi/en/communication/news/posti-forces-its-employees-to-extensive-strikes.html
    https://fi.ambafrance.org/Revue-de-la-presse-du-vendredi-8-novembre

    PS : l’info sur cette grève en Finlande est mentionnée sur un site marchand qui avertit des problèmes de courrier et de livraison à venir du 11 au 24 / 11.

      +29

    Alerter
  • P // 10.11.2019 à 09h14

    Bonjour

    On trouvera une traduction complète de l’enquête de C. Morningstar sur le site Enthelekeia, sous la forme du découpage originel en 6 billets, dont voici le le lien du premier :

    http://www.entelekheia.fr/2019/07/18/la-fabrication-de-greta-thunberg-pour-consentement-acte-i-leconomie-politique-du-complexe-industriel-a-but-non-lucratif/

    Sur le site suivant, un ensemble d’articles portant sur les inquiétudes que soulèvent ce capitalisme “vert” qui prétend solutionner le changement climatique induit par l’homme en continuant à générer une croissance sans fin :

    https://winteroak.org.uk/climate-capitalists/

    On pourra entre autres y visionner la vidéo de Tatiana Ventôse :

    https://www.youtube.com/watch?v=6Jujrmiyn18

      +8

    Alerter
    • Je me marre // 10.11.2019 à 10h16

      Et alors? Circulez, il n’y a rien à voir? On continue avec le capitalisme non “vert”?

      Comme s’il n’y avait pas de problèmes avec la surpopulation, la surconsommation, les gaspillages, l’environnement et la biodiversité. L’acte révolutionnaire concrètement je la vois plus dans ceux qui réduisent leur consommation de viande, voire deviennent végétariens ou végans que dans ceux qui critiquent Greta.

        +6

      Alerter
      • P // 10.11.2019 à 11h18

        Si vous lisiez ces articles, vous constateriez que le “capitalisme non vert” n’est pas le propos.
        Et qu’il n’est pas non plus de critiquer Greta. Qui n’est pas le sujet, d’ailleurs.

          +10

        Alerter
  • astap66 // 10.11.2019 à 09h16

    Dans l’un de ses écrits d’avant guerre, Bertold BRECHT avait écrit:
    “Le capitalisme ne peut plus essayer de se maintenir contre sa crise, désormais stabilisée, sous la forme d’un libéralisme craintif, cédant à toutes les « pressions » de son prolétariat, mais uniquement sous sa forme la plus pure, en recourant aux pires brutalités
    Dans un bref délai, la bourgeoisie entière aura compris que le fascisme est le meilleur type d’État capitaliste à l’époque présente, comme le libéralisme était le meilleur type d’État capitaliste à l’époque antérieure (…)”.
    Aujourd’hui, si nous analysons concrètement la situation, comme l’a fait Romaric GODIN dans son livre, nous comprenons que le capitalisme ne peut se maintenir contre sa crise qu’en renforçant son pouvoir au sein des Etats, dont il tente de faire des instruments à son service exclusif, grace à la finance et à son contrôle total des échanges internationaux.
    Ce pouvoir ne peut être maintenu que par la contrainte : guerre, pression économique, déstabilisation des Etats résistants, répression des mouvements populaires …
    L’armée américaine, et à une moindre mesures les armées françaises et britanniques, sont à son service.
    Toutefois, ce pouvoir entre en contradiction avec le principe démocratique, sur lequel est bâti tout l’édifice idéologique occidental.
    Alors, pour détourner les masses de cette question, il s’efforce, à grand renfort de unes de journaux, de créer une “menace” islamique et de fausses polémiques destinées à ce que la seule alternative soit le néo fascisme, qui servira encore mieux ses intérêts.

      +33

    Alerter
    • charles // 10.11.2019 à 10h25

      les faits vous donnent raisons. Peut être qu’une analyse médiatique fera jour pour parler du traitement médiatique d’un jeune universitaire qui s’immole par le feu, un évènement que je juge pour ma part plus terrible et plus grave encore qu’une usine seveso en flamme car il en dit bien plus encore sur l’état mentale d’une société qu’un accident industriel, tant bien même ce dernier à de très sérieuses et très sévères répercussions sur les populations.

      Il m’a semblé, mais je n’ai vu cela que d’une oreille distraite, qu’ils ont préféré parler, à longueur d’interminables et répétitives antennes, de voile et d’islam, de ceux qui parlent de voile et d’islam, de ceux qui le vivent ou qui le supportent, bref de tout ce qui peut se rapprocher de près ou de loin à ce fichu foulard pour empoisonner le débat publique.

      Cependant, accuser le foulard c’est ignorer que le débat est organisé. Ce n’est pas tant le foulard que ceux qui en parlent qui injectent le poison…

        +18

      Alerter
      • calal // 10.11.2019 à 19h19

        les males sont disposables a volonte.Reveillez moi quand ce sera une jeune femme de 20 ans qui se sera immolee…

          +4

        Alerter
        • Totote // 12.11.2019 à 00h49

          les jeunes femmes de 20 ans ne s’immolent pas, elles se font défoncées la gueule par leur petit ami.

            +1

          Alerter
      • pat // 11.11.2019 à 00h20

        Quelqu’un en sait il plus sur ce fait ? Était ce quelqu’un avec des problèmes psychiatriques ? Ou bien au contraire quelqu’un de désespéré ?
        La propagande joue sur les émotions pour mieux manipuler l’opinion. Il faudrait que vous preniez l’habitude d’écouter votre propre corps pour déchiffrer les émotions que vous vivez. Ensuite, une fois expérimenté, il faut immédiatement analyser votre réaction (donc vos émotions) face à une nouvelle médiatique. Si cela vous affecte émotionnellement (en positif ou négatif), vous devez tout de suite reprendre le dessus avec votre part rationnelle (c’est à dire oublier votre cerveau primitif) et vous demander si vous n’êtes pas manipulé (il y a de grandes chances que ce soit le cas, les informations tv et la pub par exemple sont construites comme cela).
        Ici, si quelqu’un s’immole à cause de l’omniprésence de la violence de cet Etat capitaliste oligarchique, cela peut créer un déclencheur dans la population (elle pourrait sortir de son état d’apathie et de docilité (cf Tunisie)). C’est alors une nouvelle à cacher ou alors il faut inventer une histoire pour masquer la vérité.
        Des gens par exemple sont sortis récemment de cet état apathique en voyant la violence des forces de l’ordre oligarchique agresser les gilets jaunes. Cela a été un déclencheur, comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase, d’un seul coup tous les mensonges appris depuis l’enfance s’effondrent et on voit la réalité.

          +5

        Alerter
        • pat // 12.11.2019 à 21h46

          J’ai vu depuis hier les informations complémentaires concernant cette personne qui s’est immolé, et c’est malheureusement la pire des solutions ci-dessus (le désespoir du système) qui est la bonne.
          J’ai regardé vite fait les articles repris par la presse oligarchique et les autres, on voit quand même nettement une approche très différente du sujet, notamment dans le choix du passage du post facebook de la personne, c’est triste de constater chaque jour cette propagande mensongère, d’autant qu’elle atteint son but encore pour beaucoup, beaucoup trop de gens.
          C’est quand même triste de constater que c’est sur des médias russes (c’est donc aussi oligarchique, il ne faut pas se tromper quand même), en français, dont vous connaissez les noms, qu’on a le plus de chance d’avoir une information de qualité, triste pays que cette France dont la civilisation s’effondre sous mon nez …
          Dommage qu’on ne puisse pas proposer ses propres articles au site, parce qu’il serait intéressant de faire une étude comparative sur l’approche de ce sujet selon les médias.

            +0

          Alerter
        • pat // 15.11.2019 à 19h30

          Et voilà ce dont je parlais : https://www.youtube.com/watch?v=L-hpHAR_Aow

          J’ai un gros doute sur le fait qu’on entende ce discours à la télévision des médias oligarchiques, je ne sais pas pourquoi …

          Juste une reprise du récit de cette syndicaliste étudiante :
          “J’ai l’impression que la musique, elle est particulièrement claire. On fait de la sélection sociale pour que tous les pauvres ne puissent pas aller à l’école. Et ceux qui veulent quand même y aller, ceux qui veulent se battre pour les études, ils finissent tellement précaire, tellement dans des situations intenables mentalement, psychologiquement, physiquement, qu’en fait soit ils arrêtent les études, soit ils se flinguent. Est ce que c’est cela aujourd’hui la France ? Est ce que ce sont des étudiants à qui on refuse les études, qui vont se cramer devant des CROUS, bah non je ne crois pas …”

            +0

          Alerter
    • Jean-Pierre Georges-Pichot // 11.11.2019 à 09h15

      Très bien analysé. Mais je ne suis pas sûr pour la restriction que vous introduisez avec “dans une moindre mesure l’armée française”. Si l’on en croit cet ancien d’Action directe que Hollande a fait remettre en prison parce qu’il refusait de s’enthousiasmer pour nos guerres néo-coloniales au Mali et ailleurs, la France a toujours été en pointe dans l’organisation et la recherche stratégique en matière de contre-insurrection. Elle collabore étroitement, non seulement avec l’armée américaine, à laquelle elle est même intégrée, mais aussi et plus significativement avec Israel, qui est le terrain d’expérimentation le plus riche et le plus instructif en la matière. Lequel Israel conseille tous les régimes fascisants , et notoirement le Brésil, pour ses méthodes d’extermination extra-légale de ce que le pouvoir y nomme “délinquance”, et qui est pour l’essentiel les expédients de survie des classes misérables. Tel est le paysage.

        +4

      Alerter
  • monsipoli // 10.11.2019 à 09h29

    Élites néolibérales

    « Il est très difficile de faire le lien entre toutes ces luttes et surtout de les transcender pour que ces luttes se transforment et puissent proposer un changement de paradigme économique et social. Le défi est là. »

    Et c’est bien là que le bât blesse. La convergence des luttes supposerait des citoyens éclairés – au moins manifestant un intérêt continu aux faits – aux plans historique, politique et économique parmi d’autres encore, or et hélas la réalité oblige à constater qu’une majorité d’entre nous n’accorde aucune attention à ce qui pourtant détermine nos existences.
    La diversion spectaculaire a gagné tant d’esprits, dont la dernière préoccupation étant de ne pas perdre le peu qu’il leur reste, occulte toute velléité de combat. On préfère ne pas penser la guerre, on n’utilise surtout pas le mot, on ferme les yeux, on affirme que le terme est très exagéré. On se persuade que nous pourrons continuer à vivre « comme ça, tant que ça tiendra » (bien qu’on ne puisse empêcher cette trouille au fond du ventre en permanence).
    Cette majorité-là se trompe en imaginant que cette soumission est ce que, du bout des lèvres, elle nomme « la paix ». Car plus nous accepterons cette paix-là plus on nous la fera payer cher.
    Combien de fois sommes-nous plus nombreux que nos assaillants pourtant ?!… NOUS sommes les producteurs de richesses, privons-les de notre collaboration et ils s’écrouleront. Ils ne savent rien faire sans nous. Puisqu’ils ne savent rien faire, sinon nous piller !

      +23

    Alerter
    • monsipoli // 10.11.2019 à 10h51

      ” La diversion spectaculaire a gagné tant d’esprits occupés à ne pas perdre le peu qu’il leur reste qu’elle occulte toute velléité de combat.”
      Comme ça c’est plus clair…

        +11

      Alerter
      • Jean-Pierre Georges-Pichot // 11.11.2019 à 09h05

        Une formule que Guy Debord aurait voulu trouver….

          +1

        Alerter
  • Fritz // 10.11.2019 à 09h33

    Enfin, un article qui dénonce les éoliennes du fric. Merci.
    Quant au coût des TER… ces m’sieurs-dames de la Cour des comptes le dénoncent d’autant plus qu’ils roulent en taxi, tous frais remboursés, quand ils n’ont pas leur chauffeur. En fait, la route capitaliste coûte plus cher à la collectivité que le rail collectiviste. Mais comme elle est capitaliste, elle sait bien externaliser ses coûts.

      +34

    Alerter
  • charles // 10.11.2019 à 10h10

    > https://comptoir.org/2019/11/01/climat-le-desir-de-secession-des-riches/

    > on peut être certain qu’ils [les 1%] montreront leur vrai visage en cas de grave crise sociale ou environnementale.

    non! Ils embauchent des pantins macronistes pour parler en leurs noms!

    > Le mouvement social et écologique en cours doit prendre acte de cette volonté de sécession des riches et, sans attendre quoique ce soit des élites dominantes, inventer lui-même les formes d’émancipation qui pourront assurer un avenir à l’humanité.

    En focusant la problématique sur l’établissement de moyens de subsistance vous feignez d’ignorer la bataille de pouvoir dont il est question et dont nous ne pouvons sortir que vainqueur pour, peut être, survivre à la question environnementale! Si nous perdons la bataille des pouvoirs, c’est un laminoir à double lame qui s’occupera de nous mettre en coupe réglée!! Un monde invivable, devenu ultra dangereux par la réapparition de la vie sauvage, ultra dangereux par sa classe de possédant qui n’auront plus aucun remords (comme pourrait il en être autrement après avoir participé, si ce n’est pas carrément souhaité, à la destruction de son monde ?) et finalement un monde ultra dangereux de part ses changements environnementaux!! Le reste des pauvres ne pourra plus que choisir de vivre sous le joug de la folie des possédant ou sous le joug du courroux de la nature.

    Il n’est pas pensable que cette troupe d’écolo réformiste findemondiste envisage de laisser subsister cette horde de 1% accapariste éhonté. Ce serait une folie..

      +7

    Alerter
    • Dominique Gagnot // 10.11.2019 à 17h05

      Les riches ne resteront pas tous riches !
      L’effondrement touchera, et c’est la première fois dans l’histoire du capitalisme, nombre de ceux qui jusqu’alors étaient des ultra privilégiés, ardents défenseurs de l’ordre établi.
      Eux aussi seront contraints de se poser des questions.
      Et, espérons le, comprendre qu’il faille changer de système…

        +3

      Alerter
      • Patrick // 10.11.2019 à 22h33

        Une grande partie des richesses est constituée de papier ( actions, obligations … ) dont la valeur peut facilement être divisée par 2 ou 3 , ou réduite à zéro. Donc , oui, ça risque de s’effondrer.

          +4

        Alerter
      • pat // 10.11.2019 à 23h56

        On est bien d’accord, c’est la raison pour laquelle je ne comprends pas que beaucoup de monde, plus ou moins privilégié, suivent ainsi cette ordre. Dans la réalité ils restent des pions, certes mieux lotis que bien d’autres, mais ils sauteront comme les autres et la chute risque d’être très difficile.
        Une piste à suivre est la récente modification des accords de Bâle pour revaloriser l’or dans le système bancaire, j’ai l’impression que certains (les 1%) se couvrent dans l’attente d’une apocalypse financière entraînant la chute du dollar comme monnaie d’échanges internationaux. Ce n’est pas certain mais c’est une piste sérieuse.
        Une autre théorie à relever est que le chaos (la crise financière) profitent en réalité à certains (ceux qui ont pris de l’avance ou pire), ils peuvent en effet faire leur emplette à un coût négligeable et ainsi toujours plus concentrer leur pouvoir (ainsi qu’éliminer la concurrence). On sait bien que quelques fonds (BlackRock, etc) seulement possèdent toutes les multinationales du monde.
        Cela me rappelle les guignols de l’info et les deux de la world company qui disent “ca y est, on y est arrivé, on a tout le capital pour nous, oh non on est devenu des coco …

          +3

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 11.11.2019 à 03h52

          L’ordre actuel permet à certains de vivre très très bien, jusqu’au jour ou leur train de vie va s’effondrer avec le reste. Ainsi les journalistes des gros médias pourraient bien retourner leur veste, ce qui serait décisif pour la suite. Sinon, oui, la poignée de méga hyper riches du sommet de la tour Eiffel ramassera tous les actifs, comme au Monopoly, et pourront les réorganiser pour les servir exclusivement.

            +2

          Alerter
      • Araok // 11.11.2019 à 09h58

        Quand les gros maigrissent les maigres meurent. Confucius

          +4

        Alerter
  • X-101 // 10.11.2019 à 11h04

    Mr Jouvence évince Mr. Cassegrain, “en marche” vers les Médias, merci au journal Le Monde de Mr Niel, journal indépendant et libre de cet ” entre-soi”, de nous révéler placidement cet événement si exceptionnel.

      +3

    Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 11.11.2019 à 09h02

    “L’Oncle Sam exige que l’Union européenne intègre tous les pays des Balkans” : voilà qui répond à ceux qui parlent d’isolationnisme américain, se lamentent que les Etats-Unis ne s’intéressent plus à l’Europe, ou se demandent si les Etats-Unis sont favorables, hostiles ou sans opinion par rapport à la construction européenne ! Excellent.

      +4

    Alerter
    • vert-de-taire // 14.11.2019 à 08h58

      L’Empire lutte contre les Empires concurrents.
      L’UE est un vassal utilitaire.

        +0

      Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 11.11.2019 à 10h15

    L’islam et la Laïcité en France : c’est bien simple, et parler de laïcité est à la fois une façon inévitable et inefficace de traiter le problème. La laïcité en France est la clé de voûte de la paix civile et des institutions : elle tient la place, dans un pays déchristianisé par la révolution et l’installation d’une république principalement soutenue par un peuple libre-penseur, de la référence à une religion hégémonique, qui reste institutionnelle dans la plupart des autres pays, mais qui a été refoulée dans une position marginale dans le nôtre. La laïcité est un sacré républicain venu en remplacement de l’hégémonie catholique, mais que l’Islam vient contester parce qu’il n’a pas été partie prenante des conflits et des compromis qui ont abouti à la situation actuelle. Sans la laïcité de l’état, en France, la société explose. Mais les musulmans n’ont aucune raison déterminante d’adhérer à ce qui s’est fait en dehors d’eux. La laïcité est donc bien la question, mais pas la solution.

      +4

    Alerter
  • Jean // 11.11.2019 à 12h38

    “L’Amérique du Sud, laboratoire de réformes néolibérales radicales durant plusieurs décennies, puis terrain d’expérimentation des alternatives institutionnelles et extra-institutionnelles qui y ont été apportées, semble plus que jamais requérir l’attention de qui s’intéresse à l’impact du néolibéralisme sur les sociétés contemporaines.”

    https://lvsl.fr/amerique-latine-le-bloc-neoliberal-vacille-sous-le-coup-des-revoltes/

      +1

    Alerter
  • Jean // 11.11.2019 à 16h44

    Newsguard : La CIA s’intéresse-t’elle aux médias français ?

    https://www.acrimed.org/Reponse-a-NewsGuard-arbitre-auto-designe-des

      +2

    Alerter
  • Jean // 11.11.2019 à 17h29

    Lettre ouverte à Emmanuel Macron sur le statut des lanceurs d’alerte :

    “Début octobre, une directive européenne a été adoptée afin de mieux protéger les lanceurs d’alerte, ces nouvelles règles doivent être transposées par les États membres d’ici à deux ans. Une cinquantaine de syndicats, ONG et SDJ mobilisés de longue date interpellent le Président afin d’être associées au processus: « C’est d’autant plus nécessaire que la mise en place du secret des affaires se traduit par un recul de l’information citoyenne ».”

    Source : https://www.anticor.org/2019/11/07/lettre-ouverte-a-e-macron-sur-le-statut-des-lanceurs-dalerte/

      +2

    Alerter
  • Jean // 12.11.2019 à 07h10

    Costa-Gavras : Entretien avec François Ruffin.

    “Ils vont vous tuer.” Dans ‘Adults In The Room’, le nouveau film de Costa-Gavras, il y a cette phrase, lancée à Yanis Varoufakis. Ils voulaient les étrangler, les détruire, lui, son Premier ministre, son gouvernement, Syriza, le peuple grec. Et à travers eux, tuer tout espoir de voir renaître, en Europe, une gauche bien de gauche, radicale face à la Commission européenne, l’Allemagne, la France et leurs banques…”

    https://www.youtube.com/watch?v=kHbKqgaOEZ0

      +3

    Alerter
  • Jean // 12.11.2019 à 07h27

    Gilets jaunes, un an après : Jérôme Rodrigues

    https://youtu.be/bhipUxHF8Q0?t=194

      +1

    Alerter
  • Jean // 14.11.2019 à 10h26

    «L’hôpital public s’écroule» : 70 directeurs médicaux tirent la sonnette d’alarme :

    A la veille de la manifestation du 14 novembre à Paris, 70 chefs de départements médico-universitaires signent une tribune dans Le Monde pour alerter sur la situation de l’hôpital public en France.

    https://francais.rt.com/france/67850-hopital-public-ecroule-70-directeurs-medicaux-tirent-sonnette-alarme

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications