Source : Marianne, Jean-François Kahn03/01/2017

Concernant la Syrie, une vision, purement idéologique, s’est substituée à la prise en compte objective d’une situation qui échappait totalement au confort intellectuel d’un tel schématisme binaire.

Illustration. Ici, un homme agite un drapeau syrien alors que des membres de l'opposition sont évacués d'Alep dans un convoi - CHINE NOUVELLE/SIPA

Illustration. Ici, un homme agite un drapeau syrien alors que des membres de l’opposition sont évacués d’Alep dans un convoi – CHINE NOUVELLE/SIPA

Aussi respectable et même juste soit-elle, une cause justifie-t-elle que, pour la défendre, on abolisse le réel à partir du moment où il devient dérangeant, jusqu’à se construire un monde complètement imaginaire ?

Cette remarque vaut même pour les cas limites. Ainsi, il ne fait pas de doute que tout démocrate se devait, pendant la guerre d’Espagne, de se ranger aux côtés des Républicains contre le camp fascisto-franquiste. Pour autant, fallait-il s’interdire, surtout si on était journaliste, de rapporter les terribles exactions anticléricales commises par les anarchistes ou la façon dont les communistes – héroïques par ailleurs – liquidèrent, sur l’ordre de Moscou, des militants antistaliniens ?

Le cas syrien est certes moins limite. Il n’en était pas moins louable, a priori, de se déclarer solidaire d’une rébellion qui entendait lutter contre une implacable dictature. Est-ce à dire qu’il convenait de plier totalement, comme on l’a fait, le réel à une vision manichéenne que rien de dérangeant ne devait brouiller ? L’approche journalistique devait-elle à ce point se transformer en approche ultra militante ?

Car il va bien falloir, à la fin, l’admettre : la façon dont certains grands médias ont rendu compte de cette épouvantable tragédie correspondait de moins en moins à la vérité complexe de ce drame. Pour des raisons sans doute respectables, on s’est de plus en plus raconté des histoires, auto-intoxiqué. Une vision, purement idéologique, s’est substituée à la prise en compte objective d’une situation qui échappait totalement au confort intellectuel d’un tel schématisme binaire.

Récemment Le Monde rapportait, incidemment, qu’en 2013, les rebelles d’Alep-est avait bombardé l’université située à l’ouest, faisant plus de 80 morts parmi les étudiantes et les étudiants. Or, à cette époque, presque naturellement, parce que confrontée au parti du diable, la rébellion ne pouvait être qu’exemplaire. C’est donc à l’armée du régime que fut imputé ce forfait.

Récemment, lors de la destructrice reconquête d’Alep-est, l’ONU fit état, avec des réserves, de deux informations : l’une selon laquelle les forces pro-Assad avait exécuté, au cours de leur progression, 80 civils ; l’autre selon laquelle les rebelles avaient, eux, pour éviter un retournement de la population en leur défaveur, exécuté également 80 civils.

Dans les deux cas, aucune preuve, bien que ce fut a priori crédible. Dès lors, deux approches médiatiques étaient possibles : soit on donnait de l’importance aux deux informations, mais assorties, dans les deux cas, de réserves. Soit on les relativisait toutes les deux, mais on enquêtait sérieusement pour savoir ce qu’il en était. Or, on a tout simplement mis en exergue, sans recul, la première assertion et quasiment occulté la seconde.

Une fois la ville reconquise, les Syriens et les Russes ont prétendu avoir découvert des charniers, mettant ces exécutions sur le compte des rebelles. Là encore, l’affirmation ne vaut pas preuve. Et, peut-être, s’agissait-il de victimes de la soldatesque pro-Assad. Une contre-enquête s’imposait donc. Que s’est-il vraiment passé à l’est d’Alep sous contrôle de la rébellion ?

Pour l’instant, il semble que personne n’ait vraiment envie de connaître la vérité. En fonction de quoi chacun, chaque camp, impose la sienne. Et toutes les propagandes peuvent impunément se déchaîner.

Ce qui fait une victime de plus : la crédibilité médiatique.

C’est donc avec raison que Le Monde soulignait, le 3 janvier, les dangers « d’une consommation communautaire de l’information, par « bulles cognitives », où chacun s’enferme dans ses convictions ».

Source : Marianne, Jean-François Kahn03/01/2017

A lire aussi l’article du Monde dont il est fait mention : Les risques de la société « post-vérité »

---

Les commentaires sont fermés.

Charte de modérations des commentaires