Les Crises Les Crises
25.janvier.202125.1.2021 // Les Crises

Température mondiale : 2020 comparée à 2016 – par Johan Lorck

Merci 39
J'envoie

Source : Global Climat, Johan Lorck

D’après la réanalyse de dernière génération ERA5, la température globale en 2020 a connu une anomalie quasiment équivalente à celle de 2016, année marquée par un record de chaleur.

L’épisode de 2016 avait été favorisé par un événement El Niño exceptionnel, l’un des plus forts jamais observés avec celui de 1998. L’année 2020 n’a pas été réchauffée comme 2016 par le largage de chaleur dans le Pacifique, typique des événements El Niño.

Copernicus doit publier le bilan officiel de la réanalyse ERA5 le 8 janvier 2021 (dans quelques heures, au moment où cet article est écrit). 2020 devrait se situer légèrement derrière 2016 dans ce bilan officiel mais au vu du faible écart, Copernicus pourrait parler de quasi-égalité entre ces deux années. On ne peut qu’être surpris par ces anomalies équivalentes dans un contexte fort différent. Il ne fait ainsi aucun doute que le niveau exceptionnel atteint en 2016 et en 2020 est dû au réchauffement climatique. Sans El Niño et avec un cycle solaire au plus bas, l’influence des gaz à effet de serre n’en est que plus manifeste en 2020.

L’Europe a en outre connu en 2020 son année la plus chaude jamais enregistrée avec 1,6°C au-dessus de la période de référence 1981-2010 et 0,4°C au-dessus de 2019, l’année la plus chaude précédente.

Voici un comparatif des deux années. Les cartes ci-dessous montrent la différence entre 2020 et 2016 (Résultat = température de 2020 – température de 2016). La première montre la différence annuelle – 0,007°C – avec un contraste évident dans le Pacifique Est, une région déterminante pour les anomalies de température à court terme. Les cartes suivantes montrent les différences mois par mois. Six mois de 2016 ont été plus chauds que 2020 ; six mois de 2020 ont été plus chauds que 2016. Les anomalies sont relatives à la période 1981-2010.

Pour chaque mois, l’indice ONI est précisé pour le mois en cours et les deux mois précédents. L’ONI, qui reflète la température dans la région Niño 3.4 du Pacifique, est un indice clé d’ENSO : des valeurs supérieures à +0.5 montrent la présence d’El Niño, des valeurs supérieures à +2.0 sont le signe d’un événement exceptionnel. Des valeurs inférieures à -0.5 témoignent de conditions La Niña.

L’année 2016 avait connu les valeurs ONI les plus élevées jamais observées, avant d’évoluer vers des conditions La Niña faibles par la suite. L’année 2020 a été marquée par un ONI légèrement positif dans les premiers mois avant de voir émerger une La Niña modérée, juste sous le seuil qualifié de « fort ». Cet épisode devrait en principe tirer les anomalies vers le bas en 2021.

Janvier : plus chaud en 2020

Janvier 2016 : +0.742°C – ONI NDJ : +2.6

Janvier 2020 : +0.772°C – ONI NDJ : +0.5

Février : plus chaud en 2016

Février 2016 : +0.885°C – ONI DJF : +2.5

Février 2020 : +0.796°C – ONI DJF : +0.5

Mars : plus chaud en 2016

Mars 2016 : +0.82°C – ONI JFM : +2.2

Mars 2020 : +0.682°C – ONI JFM : +0.6

Avril : plus chaud en 2016

Avril 2016 : +0.712°C – ONI FMA : +1.7

Avril 2020 : +0.703°C – ONI FMA : +0.5

Mai : plus chaud en 2020

Mai 2016 : +0.576°C – ONI MAM : +1

Mai 2020 : +0.627°C – ONI MAM : +0.3

Juin : plus chaud en 2020

Juin 2016 : +0.435°C – ONI AMJ : +0.5

Juin 2020 : +0.534°C – ONI AMJ : 0

Juillet : plus chaud en 2016

Juillet 2016 : +0.527°C – ONI MJJ : 0

Juillet 2020 : +0.492°C – ONI MJJ : -0.2

Août : plus chaud en 2016

Août 2016 : +0.577°C – ONI JJA : -0.3

Août 2020 : +0.442°C – ONI JJA : -0.4

Septembre : plus chaud en 2020

Septembre 2016 : +0.554°C – ONI JAS : -0.6

Septembre 2020 : +0.63°C – ONI JAS : -0.6

Octobre : plus chaud en 2020

Octobre 2016 : +0.581°C – ONI ASO : -0.7

Octobre 2020 : +0.616°C – ONI ASO : -0.9

Novembre : plus chaud en 2020

Novembre 2016 : +0.642°C – ONI SON : -0.7

Novembre 2020 : +0.775°C – ONI SON : -1.2

Décembre : plus chaud en 2016

Décembre 2016 : +0.534°C – ONI OND : -0.7

Décembre 2020 : +0.434°C – ONI OND : -1.3

Source : Global Climat, Johan Lorck, 08-01-2021

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 25.01.2021 à 10h57

Quand on voit la grande tache rouge en haut à droite on s’aperçoit que ce sont encore ces sales russes qui tirent leur épingle du jeu et qu’il sera bientôt possible de cultiver des palmiers à huile en Sibérie…

Pile à l’endroit qui fût la cause de l’extinction massive du Permien (avec une certitude quasi-absolue) qui a éradiqué 95% des espèces vivantes : Les éruptions volcaniques massives qui ont été à l’origine des traps de Sibérie.

Une telle corrélation ne peut être fortuite et ce diable de Poutine a encore frappé comme il l’avait fait il y a 252 millions d’années.

Conclusion évidente : Ce ne sont absolument pas les activités industrielles occidentales qui sont à l’origine du changement climatique, ce sont ces sales russes qui font de la géo-ingénierie pour devenir le principal exportateur mondial d’huile de palme.

Bon, je sors…

24 réactions et commentaires

    • Christian Gedeon // 25.01.2021 à 17h16

      Je ne veux pas vous contredire mais le même Lorck écrivait dans un article paru sur les Crises il y a quelques jours que les émissions de CO2 avaient baissé de neuf pour cent en 2020, si je ne m’abuse. Mais bon, je dis ça comme ça, en passant. Et comme doit tous mourir demain ou après demain selon Chris Hedges, après tout on s’en fout, non?

        +5

      Alerter
      • Bouddha Vert // 25.01.2021 à 23h24

        L’inertie du CO2 dans l’atmosphère est telle que même un arrêt brutal et complet de toute émission terrestre ne changera rien à l’augmentation des températures pour les 30 prochaines années, donc votre contradiction est nulle et non avenue et ne résulte que d’un manque de connaissances sur le sujet.

        Mais aussi, et ne vous déplaise, ce ne sont pas 9 mais 7% de moins qu’en 2019.

        Quant à savoir si « on s’en fout », il semble, juste en passant, que pour vous la question ne se pose pas…

          +3

        Alerter
        • Christian Gedeon // 26.01.2021 à 00h37

          Je ne cherchais pas à contredire. Mes maîtres jésuites m’ont appris qu’il y a beaucoup de questions et peu de vérités. En fait s’il est indéniable que le réchauffement existe bel et bien, ses données n’existent que depuis un siècle et demi, à peu près. Alors j’écoute, j’observe et j’attends. Je doute d’être encore là dans trente ans à mon grand regret. Mais qui sait le grand badaboum est peut être pour demain… ou pas.

            +2

          Alerter
        • Patrick // 26.01.2021 à 09h56

          attention !! ne pas oublier dans tous vos calculs que les émissions humaines ne représentent que 3 à 4% des émissions totales. L’essentiel des émissions restent d’origine naturelles.
          Donc une diminution de 7% correspond en fait à 7% de 4% !! soit 0,28 % !! négligeable , l’épaisseur du trait.

            +2

          Alerter
          • VVR // 26.01.2021 à 17h12

            Dans les injections de CO2 « neuf », les émissions humaines représentent 99,8%.

            Les émissions par les organismes vivant et les océans sont cycliques: toute emission de CO2 est la resultante d’une absorption préalable du co2 de l’atmosphère: emission et absorption s’annulent en permanence (même si l’augmentation des température et du taux de co2 dans les océans menace sérieusement cet équilibre dans le futur).

            Pour faire augmenter rapidement le taux de co2, il n’y a que le carbone piégé dans le sol. Il est libéré principalement par les hommes et les volcans, les emissions humaines étant 600 fois supérieures a ce que rejettent les volcans. La seule chose qui, dans le futur, aurait le potentiel pour battre les émissions humaines serait la fonte du permafrost.

              +1

            Alerter
        • Loderunner // 27.01.2021 à 10h46

          Bonjour,
          j’avais entendu que si on arrêtait d’émettre brutalement de CO2, il en resterait un surplus dans l’atmosphère de 25% au bout de 1000 ans et 5% au bout de 10 000 ans. Il me semble aussi que c’est pour ça qu’on entend qu’on a perturbé le climat sur des échelles de temps géologique et qu’on parle d’anthropocène…
          Donc non, la température augmenterais quand même au-delà de 30 ans. Vous ne confondez pas avec l’effet d’inertie du CO2 (le réchauffement qu’on observe aujourd’hui est dû aux émissions d’il y a 20 ans…) ?

            +0

          Alerter
          • Bouddha Vert // 29.01.2021 à 18h42

            Tout à fait d’accord mais mon propos rappelait, c’est ce qui me semble avoir écrit, que la science énonce que: la dynamique à la hausse des changements de t° est à minima déjà inscrite pour les 30 prochaines années à condition que sur la même période une grande quantité de méthane ne vienne pas encore augmenter le forçage radiatif du dioxyde de carbone déjà en surplus.

              +0

            Alerter
      • LibEgaFra // 26.01.2021 à 02h08

         » les émissions de CO2 avaient baissé de neuf pour cent en 2020,  »

        Voyons voir… admettons que le taux de CO2 augmente de 2,5 ppm par an avant 2020, donc en 2020, il n’a augmenté que de 2,275 ppm. GROSSE différence, en effet!

          +2

        Alerter
      • mohamed.amerkanti // 31.01.2021 à 23h34

        franchement, je m’attendais à ce genre de commentaires: confondre un flux et un stock !
        Oui les émissions ont baissé en 2020 (grâce ou a cause du COVID), mais le stock accumulé depuis 200 ans lui a à peine bougé.

          +0

        Alerter
  • vert-de-taire // 25.01.2021 à 10h21

    **Le climat en Suisse se réchauffe de décennie en décennie. Depuis 1971, chaque décennie a été plus chaude que la précédente. La décennie 2011-2020, qui vient de s’achever, a été en moyenne 2,5 °C plus chaude que la période de référence préindustrielle 1871-1900. Elle est donc clairement la décennie la plus chaude depuis le début des mesures en 1864.**
    source:
    https://www.meteosuisse.admin.ch/home/actualite/meteosuisse-blog.subpage.html/fr/data/blogs/2021/1/decennie-la-plus-chaude-.html

    C’est clair le tronc commun des scénarios GIEC est respecté et sauf ‘accident’ la montée ne peut QUE continuer, vues les constantes de temps, les inerties, et l’incapacité de renoncer aux profits et à un niveau de vie exceptionnel que permettent les énergies fossiles …
    L' »accident » bête sera un vaccin un peu ‘raté’, quelques bombes et ou quelques volcans reveillés par hasard ou un peu aider (qqs megatonnes bien placées) ou autres tentatives dont les effets désastreux sont équiprobables des effets heureux, un effondrement économico-financier (il suffirait de bloquer tout u partie de l’Internet une semaine) etc …

    Je réitère une possibilité : en provoquant la mort de milliards de gueux, quelques ultra-riches pourront espérer survivre et continuer de profiter de la Terre vivable.

    On sait les pb et il ne se passe rien.

      +3

    Alerter
    • Euskadi // 25.01.2021 à 11h29

      A quelques détails prêt (dont je doute que les ultra-riches aient consciences) sans un minium de gueux pour travailler à leur place ils n’auront ni à manger, ni énergie, ni joue joue hi-tech, ni de quoi se vêtir, se chauffer, se divertir …

      De même sans un minium de demande solvable pour acheter les trucs que leurs entreprises produisent (qu’ils soient simple actionnaire de passage ou pas) leur fortune ne vaudra plus rien.

      C’est la « magie » de la finance et de l’économie moderne, où tout peut s’acheter. Tout ces milliards et ce confort apporter par cette argent virtuel peuvent disparaître du jour au lendemain, alors que savoir subvenir à ses besoins avec ses propres mains restera quoi qu’il arrive du monde économique.

        +5

      Alerter
      • Bouddha Vert // 25.01.2021 à 23h31

        Merci pour votre démonstration qui évitera à certains d’envisager que le pire pourrait être désiré par les puissants de ce monde et de rappeler que le bateau est le même pour tous, qu’on en soit conscient ou pas.

          +3

        Alerter
      • Patrick // 26.01.2021 à 09h59

        ça se prépare.
        Bill Gates est devenu le plus gros propriétaire de terres agricoles aux USA

          +0

        Alerter
    • Christian Gedeon // 25.01.2021 à 17h22

      Hollywood l’a déjà prévu en de multiples versions. Vous arrivez trop tard. Peut être une bonne mutation qui nous transformerait en poissons volants? Ou alors les reptiliens qui révèleraient enfin leur hideux visage et leur langue fourchue? Ou pire que tout, l’interdiction du foie gras! L’avenir est sombre. Je ne sais quel cretin a dit que la femme était l’avenir de l’homme! Ben quand vous regardez bien on y est presque ! Je précise que je rigole, que je présente mes excuses à toutes les femmes passées présentes et à venir, et aux portugais aussi, on ne sait jamais!😂

        +2

      Alerter
      • LibEgaFra // 26.01.2021 à 02h13

        En fait vous êtes désespéré ou désabusé, et vous le cacher sous votre cynisme.

        De rien la consultation est gratuite. En attendant vos commentaires tendent à être purement négatifs.

          +2

        Alerter
        • Christian Gedeon // 26.01.2021 à 12h28

          Merci docteur. Et diagnostic pour diagnostic je trouve votre vision très monoculaire. Sans rancune Parceque j’aime bien votre côté passionné. Mettons que êtes Hugolien et que je suis plus Racinien. Bonne journée.

            +1

          Alerter
  • RGT // 25.01.2021 à 10h57

    Quand on voit la grande tache rouge en haut à droite on s’aperçoit que ce sont encore ces sales russes qui tirent leur épingle du jeu et qu’il sera bientôt possible de cultiver des palmiers à huile en Sibérie…

    Pile à l’endroit qui fût la cause de l’extinction massive du Permien (avec une certitude quasi-absolue) qui a éradiqué 95% des espèces vivantes : Les éruptions volcaniques massives qui ont été à l’origine des traps de Sibérie.

    Une telle corrélation ne peut être fortuite et ce diable de Poutine a encore frappé comme il l’avait fait il y a 252 millions d’années.

    Conclusion évidente : Ce ne sont absolument pas les activités industrielles occidentales qui sont à l’origine du changement climatique, ce sont ces sales russes qui font de la géo-ingénierie pour devenir le principal exportateur mondial d’huile de palme.

    Bon, je sors…

      +18

    Alerter
    • Myrkur34 // 25.01.2021 à 16h13

      Les agriculteurs commencent à planter des pistachiers dans le sud-ouest. Au moins il nous restera de quoi faire un apéro quand le sud de la France ressemblera aux westerns spaghetti tournés en Espagne coté verdure. :o))

      https://jardinage.lemonde.fr/dossier-349-pistachier.html

        +1

      Alerter
      • LibEgaFra // 26.01.2021 à 02h17

        « quand le sud de la France ressemblera aux westerns spaghetti tournés en Espagne coté verdure. :o)) »

        Ce n’est peut-être pas le sud de la France qui sera transformé en désert, mais le nord-est et l’Allemagne. Le sud reçoit les épisodes méditerranéens et ils sont en augmentation.

          +1

        Alerter
        • mohamed.amerkanti // 31.01.2021 à 23h35

          le sud de la France ressemblera au nord de l’Afrique (Rif, Kabylie, Oranie).

            +0

          Alerter
  • calahan // 25.01.2021 à 13h54

    On a 20 ans de décalage entre ce que l’on émet en gaz à effet de serre et les conséquences sur le climat.On va encore en manger du climato-sceptique égaré ….

      +5

    Alerter
    • Bouddha Vert // 25.01.2021 à 23h41

      Heureusement non car grâce à la pédagogie sans faille opérée ici par « les crises », en 5 ans le nombre de climato-sceptique a fondu comme neige au soleil.

        +4

      Alerter
      • mohamed.amerkanti // 31.01.2021 à 23h38

        les-crises n’est malheureusement pas représentatif de la France, ni des médias français.
        Les climato-sceptiques qui confondent climat et météo sont encore nombreux.

          +0

        Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications