Les Crises Les Crises
5.octobre.20195.10.2019 // Les Crises

Température mondiale : 2e mois de septembre le plus chaud. Par Johan Lorck

Merci 112
J'envoie

Source : Global Climat, Johan Lorck, 02-10-2019

Avec +0,632°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, le mois de septembre 2019 se classe au 2e rang depuis 1948, date du début de l’archive NCEP-NCAR. L’année 2019 est pour le moment à la deuxième place derrière 2016.

Les réanalyses comme NCEP-NCAR intègrent de multiples observations dans un modèle permettant de suivre quasi quotidiennement l’évolution du climat. Les données sont donc immédiatement publiées, contrairement aux bilans mensuels des stations au sol. Les réanalyses permettent ainsi de se faire une idée des futures annonces des agences comme la NASA, la NOAA et le Met Office qui ne sont pas faites avant le milieu du mois suivant (en l’occurrence à la mi-octobre).

Le top 10 des mois de septembre les plus chauds

Avec +0,632°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, le mois de septembre 2019 est le 2e plus chaud des annales NCEP-NCAR, derrière 2016 (+0,68°C). Depuis 1948, sur les cinq mois de septembre les plus chauds, on trouve dans dans l’ordre 2016, 2019, 2015, 2017 et 2013. L’anomalie de température mondiale est en hausse par rapport à août 2019 (+0,56°C).

Top 10 des mois de septembre les plus chauds depuis 1948. Anomalies par rapport à la moyenne 1981-2010. D’après NCEP-NCAR.

On peut voir ci-dessous l’évolution de la température mondiale en septembre avec une tendance de fond au réchauffement depuis 1948. La tendance est de +0,158°C par décennie depuis le début de l’archive, avec une accélération sur les 20 dernières années à +0,236°C/décennie.

Anomalies de température mondiale en septembre par rapport à la moyenne 1981-2010. D’après NCEP-NCAR.

2019 pour le moment la deuxième année la plus chaude des archives

Dans ce classement provisoire, les neuf premiers mois de 2019 sont comparés à des années pleines. 2019 devrait faire partie des trois années les plus chaudes et se positionne pour le moment à la deuxième place, juste devant 2017. Après un petit El Niño, des conditions neutres prévalent désormais dans le Pacifique.

Top 10 des années les plus chaudes depuis 1948. Anomalies par rapport à la moyenne 1981-2010. D’après NCEP-NCAR.

Les anomalies régionales en septembre 2019

La moyenne globale reste élevée malgré le refroidissement qui continue au niveau des Tropiques. Les anomalies positives se confirment dans l’Arctique, tandis que l’Antarctique renoue avec des valeurs inférieures à la normale.

Carte d’anomalies pour le mois de septembre 2019. D’après NCEP-NCAR.

+1,175°C en septembre 2019 par rapport à l’ère préindustrielle

On peut remonter plus loin dans le temps, en utilisant les archives de la NASA, et en retenant comme base la période 1880-1899 (représentative de la période préindustrielle). L’anomalie est de +1,175°C en septembre 2019, donc sous l’objectif le plus ambitieux de la COP 21 (+1,5°C).

Source : Global Climat, Johan Lorck, 02-10-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Patrick // 05.10.2019 à 10h54

Confusion assez classique entre climat et météo.

C’est un peu triste car beaucoup de personnes n’arrivent pas à faire la différence 🙁

https://youtu.be/1jsWbxu0lYE?t=270

107 réactions et commentaires

  • Je me marre // 05.10.2019 à 09h13

    Que vont trouver à dire les climato-septiques pour nier l’évidence? Jusqu’à présent ils affirmaient que le réchauffement “faisait une pause”… alors que les tendances sont pratiquement partout à la hausse et plus spécialement en arctique.

      +10

    Alerter
    • Anouchka // 05.10.2019 à 10h20

      Ils trouveront des arguments, ne vous inquiétez pas pour eux.
      Je me fais quand à moi plus de soucis par rapport à cette hyper-focalisation sur le climat qui masque les vraies dangers qui sont devant nous :
      -la crise économique qui va laisser sur le carreau les plus faibles et dont on dira qu’ils ont été tués par le réchauffement climatique.
      -les guerres qui s’annoncent pour l’accès aux matières premières en voie de raréfaction et qui va jeter sur les routes des cohortes de déshérités dont on dira qu’ils sont victimes du changement climatique
      -la pollution par des matières chimiques de synthèse qui met en péril la perpétuation de la vie naturelle et que l’on met actuellement sur le même plan que la « pollution » au co2
      -etc. etc

        +23

      Alerter
      • Bouddha Vert // 05.10.2019 à 22h07

        Anouchka bonjour,
        Je me faisais une joie en lisant votre phrase introductive, mais dès votre développement il existe, à mon sens, un problème…
        Mes précédentes interventions sur le site, dès qu’il est question de climat, mais surtout des interventions des climato-sceptiques-réalistes (je m’esclaffe) m’ont engagés à utiliser un ton qui pouvait laisser entendre que je manifestai peu de compassion à l’intention des terriens les plus démunis.
        Lire qu’il y aurait de plus gros problèmes que le changement climatique pose problème:
        Si notre biotope devient incapable d’assurer une continuité alimentaire de la terre de feux jusqu’à la Norvège quel intérêt porter à une quelconque crise économique.
        L’économie est fondée sur l’exploitation des ressources, l’alimentation en premier lieu, et il est à craindre pour de nombreux pays de voir leur population crever parce qu’ils n’ont pas organisé d’autonomie alimentaire: Syrie, Egypte, Algérie, Tunisie etc… Et si, pire qu’en 2010, une nouvelle défection sur les céréales se fait cruellement sentir sur les marchés mondiaux ce n’est pas de printemps Arabes, ou Africains ou que sais je dont nous parlerons mais de morts de faim.

        Même si je partage vos inquiétudes sur les pollutions engendrées par la chimie , phytosanitaires, plastic dans le chaîne alimentaire… de grâce, arrêtons de comparer le changement climatique avec une crise économique.
        La crise éco on s’en remet plus ou moins difficilement, en revanche changer notre climat aux vitesses actuellement en cours ne nous permettra pas de rebondir avant que notre biotope ne s’en remette.

          +7

        Alerter
        • Et pourtant elle tourne // 06.10.2019 à 09h58

          Je suis consciente des problèmes d’émeutes(et de migrations) de la faim que vous évoquez. Mais pour mois elle entraient dans la catégorie “crise économique”.
          Je me suis peut-être mal exprimée mais ce que je voulais dire c’est que le réchauffement climatique serait moins un problème en soi si il n’y avait pas en même temps le problème économique (le système actuel qui ne sait pas gérer les crises et organiser la redistribution de manière équitable ni gérer le renouvellement des ressources) et le problème de la pollution chimique qui aggrave considérablement les problèmes de fertilité des sols lié aux modifications climatiques.
          Les hommes par le passé se sont adaptés à des changements climatiques brutaux (fin de la dernière glaciations par exemple) mais leur mode de production de leurs moyens de subsistance étaient très différent ce qui leur a permis de s’adapter.
          Je ne veux bien sûr pas nier la réalité des changements climatiques actuels mais simplement souligner qu’inverser la tendance à court terme par des mesures humaines volontaristes est très très illusoire.
          Par contre agir sur les autres problèmes que j’ai mentionné est tout à fait à notre portée.
          Conclusion: même si les activités humaines aggravent l’effet de serre, les discours catastrophistes sur le climat et la focalisation sur le CO2 sont-ils vraiment adaptés à la situation? J’en doute.

            +2

          Alerter
          • Bouddha Vert // 06.10.2019 à 17h36

            Le démarrage de l’holocène il y a environ 12 000 correspond à la sortie de la dernière glaciation, elle a duré environ 8000 ans pour élever la température moyenne de la terre de 25, 15, pardon 5°C, ce qui a provoqué la remontée de tous les océans d’environ 120 mètres.
            Ces 5°C ont rendu les latitudes moyennes tout à fait confortables pour l’humanité, correspond à la période humaine appelée néolithique et a vu l’humanité depuis croître et embellir grâce à une remarquable stabilité de cette ère climatique.
            Depuis le néolithique l’Homme n’a globalement jamais eu à encaisser de changements climatiques brutaux sauf à considérer que 0,1°C par siècle est un choc, je ne parle pas des changements à l’échelle de continent mais bien globaux.
            La question du biotope, de la pédofaune et la végétation en particulier à pouvoir suivre la dynamique climatique en cours relève d’une spéculation qui affole la communauté des naturalistes et des paléoclimaticiens.
            L’humanité s’en sortira, aucun doute là dessus, en revanche quid de la population restante en nombre et avec quelles ressources alimentaires?
            Les inquiétudes scientifiques à propos d’un sujet systémique me semblent raisonnablement plus légitimes que les appréciations individuelles ou même de groupes scientifiques qui refusent d’être jugés par leurs pairs.
            Mais on a toute liberté de croire à ce que l’on veut.
            Cordialement

              +4

            Alerter
      • Serge F. // 07.10.2019 à 02h45

        Tous les problèmes que vous évoquez sont interconnectés. Il faut les traiter tous en même temps si l’on veut avoir une chance de ne pas aller vers un effondrement de la civilisation humaine.

        On peut touner 10 fois autour du pot, il nous faut aller vers un changement radical de civilisation. Il faut que l’animal-humain, comme l’appelait Ostad Elahi, aille enfin vers l’humain.

          +2

        Alerter
    • JB // 05.10.2019 à 12h01

      Aucun climato dit sceptique ne nie l’évidence d’une hausse moyenne des températures, aussi minime soit-elle. Tout le monde est d’accord sur les données collectées ou presque. En revanche, les climatologues sont extrêmement divisés sur l’origine et les conséquences à moyen et long terme.
      De plus, il est vrai qu’on a vécu sur un plateau pendant une 15 aines d’années sans hausse moyenne observée.
      Bref, le débat ne se situe pas là du tout, et le terme “climato sceptique” est complètement incorrect. Il ne sert que de moyen rhétorique pour discréditer des scientifiques aussi sérieux que ceux qui annoncent une hausse de 7m du niveau des océans d’ici la fin du siècle.
      En clair, compte tenu que le climat n’est jamais le même sur Terre siècle après siècle, avec des phases de réchauffement très important au premier millénaire, et une mini ère glacière au deuxième, il est très difficile de vouloir parler de moyenne pour les températures, en sachant qu’une moyenne est d’avoir la tête dans le four et les pieds dans le congélo. Il est donc très difficile d’en tirer des conclusions radicales comme le GIEC les recense.
      De plus, il ne faut pas confondre la pollution humaine qui est réelle, et les aléas climatiques qui sont de multiples facteurs, l’Homme ayant certainement sa part mais peut-être pas autant qu’on ne le dit. Et c’est un climato normal qui vous le dit.

        +29

      Alerter
      • Bouddha Vert // 05.10.2019 à 22h17

        Le “climato normal” peut il donner ses sources concernant:

        *L’extrème division “sur l’origine et les conséquences à moyen et long terme”
        *”des scientifiques aussi sérieux que ceux qui annoncent une hausse de 7m du niveau des océans d’ici la fin du siècle”
        *Les phases de refroidissement et de réchauffement que vous évoquez ne concernent effectivement pas la Terre mais l’Europe, à moins que vous ne divulguiez vos sources.
        *Votre conclusion “l’Homme ayant certainement sa part mais peut-être pas autant qu’on ne le dit” c’est du doigt mouillé ou disposez vous de sources.

        Impatient de vous lire.

          +7

        Alerter
      • Matt // 06.10.2019 à 00h08

        Boudha Vert

        Il me semble que ce sont les scientifiques du GIEC (groupe 1) qui évoquent une montée des eaux de plus de 10 mètres :

        • si le réchauffement global se poursuit à +2°, ce sera entre 3 et 6 m du seul fait du réchauffement des océans et surtout de la fonte de l’Arctique, et si j’ai bien saisi d’ici quelques siècles du fait des boucles de rétroactions positives

        • et si la partie ouest de l’antarctique se détache cela double l’élévation (https://youtu.be/j48hBShnfB0?t=2406)… plusieurs siècles mais cela pourrait lâcher bien plus vite, scénario catastrophe.

        Ce qui est inquiétant c’est que généralement parmi les scénari du GIEC, ce sont les pires qui se confirment de rapports en rapports.

          +6

        Alerter
    • Seraphim // 05.10.2019 à 14h14

      Il n’y a nul besoin de chercher à dire quoi que ce soit de tordu. Tout plateau statistique est précisément l’endroit où se trouvent tous les maxima. Avec quelques chouillas d’écart en plus ou en moins. Pour faire une courbe ascendante continue, il faudra encore attendre au moins aussi longtemps que le dit plateau avant de conclure, soit 20 ans. Les déductions et les paris faits auparavant sont ce qu’on veut, mais pas de la science

        +6

      Alerter
    • NulH // 05.10.2019 à 18h43

      Pb de lecture et de mesure physique …. en simplifié…

      La courbe Top 10 n’est pas f (t). Et en première lecture, rapide, donne l’impression d’une fonction croissante, ceci, en plus, à condition de faire une transposition des ordonnées en abscisses et vice versa.

      De ce fait, la courbe suggère… une augmentation systématique… de plus en plus forte… alors que ce n’est pas le cas…

      Il y a un pb entre la “légende” et cette courbe.

      Par ailleurs, de la réalité de l’augmentation de 0,20 degré depuis 2006. C’est-à-dire, la question de la précision des appareils de mesure de température ainsi que de leur condition d’usages, locales pour chaque appareil.

      Ça pose pas des questions de réalité (pour faire simple)…

      Alors quelle position prendre, au mieux… sceptique ou pas sceptique ?

      Z’attise ze question. … brûlante ! !!!

        +4

      Alerter
  • Fritz // 05.10.2019 à 10h01

    Bof. En France, septembre 2011 a été nettement plus chaud que septembre 2018 et 2019. Les trois premières semaines du mois dernier ont vu aussi des températures matinales remarquablement fraîches, en raison de l’anticyclone, comme l’a noté Météo France.

    Je m’attends à des réponses indignées, mais à quoi bon s’énerver ? Tous les papiers traduits ou publiés sur ce site concernant les questions climatiques vont dans le même sens. Alerte ou débat ?

    Il y a trente ans, j’étais angoissé au moment de la sècheresse des années 1988-1990 (pire que celle de 1976, mais on l’a oublié). A Toulouse, l’herbe était jaune comme un paillasson au bout de six mois, en février. Dans les médias, les annonceurs météo nous rassuraient en disant qu’on était « protégés par l’anticyclone » (sic). Puis d’un coup d’un seul, les médias ont asséné l’effet de serre, alors qu’ils n’en parlaient pas auparavant.

      +21

    Alerter
    • Patrick // 05.10.2019 à 10h54

      Confusion assez classique entre climat et météo.

      C’est un peu triste car beaucoup de personnes n’arrivent pas à faire la différence 🙁

      https://youtu.be/1jsWbxu0lYE?t=270

        +40

      Alerter
      • Et pourtant elle tourne // 05.10.2019 à 11h43

        Cette distinction quoique très savante relève un peu du sophisme, ne trouvez-vous pas?
        Elle oblitère en tout cas la vraie question : dans quelle mesure notre civilisation moderne est en capacité de s’adapter aux changements environnementaux – dont le réchauffement climatique.
        C’est la seule vraie question qui vaille, mais on continue de s’interroger sur le sexe des anges ( l’espèce humaine est-elle responsable ou non de son malheur climatique, le réchauffement actuel constaté est-il un phénomène naturel ou non, etc.)

          +4

        Alerter
      • Matt // 05.10.2019 à 15h00

        “Cette distinction quoique très savante relève un peu du sophisme, ne trouvez-vous pas?”
        Il ne s’agit pas d’une distinction savante mais de définitions enseignées au collège. La météo est un photographie à un instant T, le climat est un film sur une longue période.

        “on continue de s’interroger sur le sexe des anges”
        Il ne s’agit pas d’une controverse byzantine mais d’une analyse des phénomènes physiques. Vous ne pouvez pas agir sur le rayonnement solaire mais vous pouvez agir sur la part anthropique des Gaz à effet de serre (GES). Savoir d’où provient le phénomène et savoir le quantifier, c’est savoir où et comment il faut agir pour être efficace.

        Exemple : savoir qu’un aller / retour New-York en avion correspond au bilan carbone annuel d’une personne qui ne prend jamais l’avion doit faire réfléchir. A la fois celui qui utilise ce mode de transport, mais également les pouvoirs publics. Est-il cohérent de développer des aéroports alors que l’on s’est engagé à réduire les émissions de CO2 de 40% d’ici 10 ans ?

          +8

        Alerter
        • Et pourtant elle tourne // 05.10.2019 à 18h11

          La question que je pose est : notre civilisation est-elle en mesure de renoncer aux aller-retours Paris-New York?
          Quelqu’un comme G.Giraud propose Cuba comme horizon d’une société raisonnable au niveau de ses émissions de CO2. Qui parmi les dirigeants actuels est pret à se “lancer” dans ces conditions, selon vous?

            +5

          Alerter
          • Bouddha Vert // 05.10.2019 à 22h26

            Aucun dirigeant ne vous oblige à prendre l’avion, donc plutôt que de nous faire croire que les citoyens font là et quand on leur dit de faire, ce qui donne une toute petite image de ce que nous sommes réellement en capacité de choisir, soyons simplement responsables et conséquents.
            Mais peut être êtes vous aux ordres de nos gouvernants?
            Donc, garde à vous!

              +2

            Alerter
            • Et pourtant elle tourne // 06.10.2019 à 09h32

              Je n’ai pas de chiffres mais je doute profondément que la majorité des passagers des vols Paris-new York soient des touristes. L’immense majorité doit être bien plutôt constituée par salariés d’entreprises multi-nationales.

                +3

              Alerter
          • Matt // 05.10.2019 à 23h34

            @Boudha vert

            Je crois que l’interrogation du contributeur est sincère et qu’il s’agit d’une vraie question.

            Agir seul dans son coin est essentiel, et d’ailleurs faire des écogestes n’est plus un choix à partir du moment où un Colibri est venu nicher dans notre conscience. C’est un réflexe.

            Son interrogation est celle que nous avons tous, enfin il me semble. Comment faire influer sur les irresponsables / incapables qui nous gouvernent… car il paraît évident qu’ils n’agiront que sous contrainte.

            Je viens de visionner (en basse déf, Colibri oblige 🙂 ) une conférence de M. Jancovici. C’est tout frais et le thème est abordé au cours de la longue séance de questions : https://youtu.be/QP4DxHo7ZCM?t=6517

              +3

            Alerter
            • Bouddha Vert // 06.10.2019 à 12h32

              Merci pour vos remarques.
              Si vous avez visionné Jancovici, vous n’aurez pas manqué un de ses leitmotiv “la démocratie est un phénomène remontant”.
              En effet si le désir des citoyens n’est pas pris en compte, peut on encore parler de démocratie?
              Tant que nous bénéficions de démocratie, il me semble que nos actions et nos requêtes influes sur la marche du système, donc modifier nos comportements pour moins de confort, mais répondre à une éthique, et rappeler que cela n’entrave aucune de nos liberté permet de faire bouger les choses et les consciences.
              Idéalement, s’il n’y a plus de clients pour l’avion il n’y a plus d’industrie de l’aviation !(Apparemment, pour la France, 50% des voyageurs font du tourisme: https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/ENPA_2015_2016.pdf)

              Il n’est donc pas nécessaire d’attendre que l’on nous dise quoi faire pour agir, il n’est pas non plus nécessaire de voir les choses bouger pour persévérer.
              Donc, agissons sans interrogations futiles, comme dans la vie.

                +3

              Alerter
          • Dominique65 // 06.10.2019 à 11h29

            « Qui parmi les dirigeants actuels est pret à se “lancer” dans ces conditions, selon vous? »
            Raoul Castro 😉

              +0

            Alerter
      • Bats0 // 05.10.2019 à 19h17

        “Météo et climat, c’est pareil ?” Jean-Marc Jancovici
        https://jancovici.com/changement-climatique/aspects-physiques/meteo-et-climat-cest-pareil/
        Une approche différente, peut-être plus détaillée.
        Par contre dernière conférence de JMJ à AgroParisTech le mardi 24 septembre 2019 :
        https://www.youtube.com/watch?v=j48hBShnfB0
        Conférence intéressante car sans diaporama, donc plus de détail dans les explications orales, et surtout les intervenants lors de la séances questions/réponses, ont des questions plus pertinentes que celles lors de la dernière conférence à Sciences Po (un vrai désastre pour des futurs prétendants à la politique politicienne).

          +6

        Alerter
      • Serge F. // 07.10.2019 à 02h31

        Votre remarque est juste, mais trop simpliste (et votre vidéo aussi). Vous pouvez facilement comprendre que dans un climat donné, les températures ont des bornes infranchissables (difficile, en effet, d’imaginer 100°C à Paris en hiver).

        Prenez le cas des 44,3°C enregistrés à Istres le 28 juin 2019. Cette station est de classe de qualité de site 1, c’est-à-dire le top du top :

        https://donneespubliques.meteofrance.fr/metadonnees_publiques/fiches/fiche_13047001.pdf

        Regardez sa fiche climatologique :

        https://donneespubliques.meteofrance.fr/FichesClim/FICHECLIM_13047001.pdf

        Si je disposais d’une archive longue de données observées, j’utiliserais la distribution de Pareto Généralisée (GPD) pour estimer au mieux les valeurs extrêmes de cette station avant l’évènement très chaud (on peut se faire aider par le site de Meteociel pour les données). Je ne serais pas surpris, à la vue du tableau des records, de constater qu’il est impossible de calculer une durée de retour de plus de 44°C. Si cela est avéré, soit le climat a changé, soit l’archive d’Istres est trop courte. Le problème est que pour atteindre 44,3°C, il faudrait sans doute un échantillon à climat constant monstrueusement long, tellement que l’hypothèse du climat constant ne pourrait plus être garantie.

          +2

        Alerter
        • Serge F. // 07.10.2019 à 20h27

          Voici un article de Robert Vautard et al. qui confirme ce que j’ai écrit pour le cas de la vague de chaleur du mois de juillet 2019 sur l’Europe :

          https://www.worldweatherattribution.org/wp-content/uploads/July2019heatwave.pdf

          Extraits :

          – En combinant les informations provenant de modèles et d’observations, nous constatons que de telles vagues de chaleur en France et aux Pays-Bas auraient eu des périodes de retour environ cent fois plus élevées (au moins 10 fois) sans changement climatique. Sur la France et les Pays-Bas, de telles températures auraient très peu de chance de se produire sans l’influence de l’homme sur le climat (périodes de retour supérieures à environ 1000 ans).

          – Dans tous les endroits, un événement comme celui observé aurait été de 1,5 à 3 ºC plus froid dans un climat inchangé.

          – Il est à noter que chaque vague de chaleur analysée jusqu’à présent en Europe ces dernières années (2003, 2010, 2015, 2017, 2018, juin 2019 et cette étude) a été rendue beaucoup plus probable et plus intense en raison du changement climatique induit par l’homme. D’autant plus que cela dépend très fortement des caractéristiques de l’événement: lieu, saison, intensité et durées. La vague de chaleur de juillet 2019 était si extrême sur le continent européen occidental que les magnitudes observées auraient été extrêmement improbables sans le changement climatique.

            +0

          Alerter
    • Dominique65 // 06.10.2019 à 11h33

      « puis d’un coup d’un seul, les médias ont asséné l’effet de serre »
      Non, ce ne sont pas les médias, mais les scientifiques.

        +3

      Alerter
      • Fritz // 07.10.2019 à 11h52

        Cher « tu » :

        je maintiens mes dires. Faut-il ressortir les archives radio et télé des années 1989 et 1990 ?
        J’ai découvert la théorie de l’effet de serre dans la revue La Recherche, pendant les années 1970. Mais les médias n’en parlaient quasiment jamais à cette époque.

          +0

        Alerter
        • Dominique65 // 07.10.2019 à 12h43

          Je ne comprends pas. Tu dis toi-même que c’est grâce à une revue scientifique, dans laquelle s’expriment les scientifiques que tu as découvert l’effet de serre… Et tu conclus que se sont les médias qui l’imposent (alors qu’ils n’en parlaient pas, ajoutes-tu) ?!
          Je dirais plutôt qu’ils ont mis du temps à relayer les scientifiques. Merci de m’expliquer où est la faille dans ma compréhension de tes propos.

            +1

          Alerter
          • Fritz // 07.10.2019 à 17h23

            Eh bien voilà : dans les années 1970, les médias ne parlaient pas de réchauffement, et ils ignoraient l’effet de serre. Ils n’ont parlé de l’un et de l’autre qu’en 1989-90, lors de la terrible sécheresse qui s’expliquait d’abord par des conditions anticycloniques persistantes. Si tu veux, ils ont été les premiers à confondre climat et météo.

              +0

            Alerter
  • RGT // 05.10.2019 à 10h13

    Juste à titre indicatif, habitant à Grenoble, à la fin des années 60 et au tout début des années 70 la saison de ski commençait début novembre et se terminait à la fin des vacances de Pâques…

    Désormais, les stations de moyenne-montagne n’ouvrent même plus car il n’y a plus de neige, ou si peu et pendant une durée si courte qu’il est totalement stupide de les ouvrir.

    Ce qui fait qu’en plein hiver on se balade à pied au milieu de remontées mécaniques désaffectées en marchant sur de “l’herbe à vaches” totalement dénuée de tout flocon.

    Et cette année, toujours à Grenoble, nous avons mesuré “pour de vrai” des température supérieures à 30° pendant la majorité du mois de septembre, ce qui est assez “étonnant”, les températures moyennes étant habituellement comprises entre 20 et 25°C.

    Quand je rencontre un climato-sceptique, je lui demande simplement de m’expliquer pourquoi je constate des faits qui sont contraires à ses prédictions.
    Étrange, il élude souvent la conversation ou me répond qu’il ne faut pas généraliser une situation locale qui ne reflète en rien la réalité de la planète.

    Il a “peut être raison”, mais j’avoue que mon cas “local” est quand-même préoccupant et qu’il ne répond pas à ma question.

      +14

    Alerter
    • galou // 05.10.2019 à 10h25

      Au moins un sceptique se pose des questions et refuse la présentation simplistes des faits : Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse.
      Certains devrait s’étouffer de prendre pour argent comptant ce qui est présenté comme la Vérité par les médias et des agences de psy op financés par des milliardaires en mal d’investissement.

        +20

      Alerter
      • Dominique65 // 06.10.2019 à 11h36

        « ce qui est présenté comme la Vérité par les médias »
        Non, ce ne sont pas les médias, mais les scientifiques. Et ils ne parlent pas de vérité mais de projections.
        « un sceptique se pose des questions et refuse la présentation simplistes des faits »
        Les scientifiques qui travaillent sur le sujet depuis des décennies apprécieront.

          +5

        Alerter
        • JB // 10.10.2019 à 20h03

          Ce qu’il veut dire, c’est que les médias sont un prisme qui montre des choses et en occulte d’autres.
          Tout ce qui touche aux intérêts des propriétaires de ces médias, est hautement susceptible d’être traité dans un sens ou dans un autre en évitant tout débat.
          Ce n’est pas un point de vue complotiste. Même YouTube nous met en garde des vidéos postées par RT France, au prétexte que ce média est financé par le Kremlin alors que les journalistes sont tous français.
          Sinon, d’une manière générale, pour que la science avance, il faut tous les sons de cloches. Si on s’interdit ou se moque de ceux, même peu nombreux, qui ne sont pas en phase avec un consensus dont on ne perçoit pas les contours, alors c’est mort pour la science.
          Par ailleurs, ceux que l’on appelle “sceptiques” ne sont pas si sceptiques que ça puisqu’ils pensent globalement tous qu’il y a un réchauffement climatique. Le débat sérieux qu’il devrait y avoir, c’est s’il est anthropique ou non, et si les projections sont surestimées ou non. On constate aujourd’hui que la messe est dite et qu’il n’y a pas à revenir là-dessus.

            +0

          Alerter
      • gracques // 07.10.2019 à 07h38

        Et vous ? Vous êtes la figure même de celui qui avale n’importe quelle stupidité colportee , pourvu qu’elle corresponde à ses préjugés …..
        Pardonnez la véhémence , mais c’était juste un miroir , tout ce chambard sur le changement climatique n’est pas une affaire de média , mais le résultats constant des travaux scientifiques les plus rigoureux depuis plus de trente ans maintenant.
        Au bout d’un moment il faut se poser la question de’son propre aveuglement.

          +1

        Alerter
    • Toutatis // 05.10.2019 à 11h14

      Les climato-sceptiques ne font pas des prédictions, ce sont les autres qui en font. D’autre part oui, il ne faut pas généraliser une situation locale qui ne reflète en rien la réalité de la planète, sinon les habitants du nord des Etat-Unis, après l’hiver dernier, seront convaincus du refroidissement climatique.

        +6

      Alerter
      • Louis Robert // 05.10.2019 à 17h07

        « Les climato-sceptiques ne font pas des prédictions, ce sont les autres qui en font. »

        FAUX. ARCHI-FAUX.

        Les plus réputés de ces « autres », à commencer, il y a déjà un demi-siècle, par les Meadows du MIT, ont répété ad nauseam n’avoir jamais présenté des prédictions. Ces « autres » qui leur ont emboîté le pas ont, comme eux, présenté des PROJECTIONS à partir d’HYPOTHÈSES et de MODÈLES explicatifs, diversifiés et jugés aujourd’hui très (trop?) conservateurs, reposant sur ces hypothèses. Dans sa présentation au Smithsonian, 40 ans après la publication de « Limits To Growth », Dennis Meadows a passé en revue comment la version «business as usual » du modèle présenté était confirmée aujourd’hui par l’état réel de notre monde.

        Après un demi-siècle, ce n’est pas trop demander, me semble-t-il, que l’on cesse de répéter ces faussetés depuis si longtemps éculées.

          +5

        Alerter
    • Micmac // 05.10.2019 à 15h04

      Grenoblois aussi, je confirme.

      Quand j’étais gosse (années 70), on commençait à skier pour les vacances de la Toussaint. Et pas à Tignes, en moyenne montagne, dans toutes les Alpes du Nord.

      En février, des températures autour de -10° le matin étaient courantes dans les années 90. On appelait la cuvette grenobloise la petite Sibérie. Aujourd’hui si on atteint -5° c’est l’alerte générale… les gens on la mémoire courte.

      Les saisons sont nettement retardées : hiver et printemps plus tardifs, mais surtout l’hiver. Ce dernier est donc plus court.

      Les étés sont plus chauds, mais l’air est aussi plus sec, donc la température est plus supportable. C’était vraiment étouffant Grenoble avant… Moins de nos jours, même la canicule est moins étouffante que les journées de chaleurs humides des années passées, à condition de ne pas trop bouger. C’est mon ressenti en tout cas.

      Le climat a vraiment changé de façon impressionnante! Les gens ne font pas énormément attention à la météo et ne s’en rendent souvent pas compte. En tant que cycliste feignant, je suis toujours à regarder la météo pour voir s’il ne fait pas trop chaud ou trop froid pour mon tour en Vercors ou en Chartreuse, donc je fais gaffe depuis longtemps au temps qu’il fait.

        +4

      Alerter
      • Micmac // 05.10.2019 à 15h22

        J’ai vraiment du mal à comprendre tous ces gens qui se prétendent climatologues. J’ai une formation poussé en physique dure, mais je ne suis pas spécialiste des questions climatiques, j’ai donc tendance à croire ceux dont c’est la spécialité. D’autant plus que le consensus scientifique heurte frontalement la masse des intérêts privés.

        Parce que oui, il y a consensus de l’immense majorité des climatologues sur la question du réchauffement climatique dû au CO2, contrairement à ce que j’ai lu sur ce fil. Et parce que oui, la diminution de l’émission de CO2 est contraire aux intérêts des plus riches.

        Le libre échange et le libéralisme en général, les intérêt des multinationales quelles qu’elles soient sont menacés par la lutte contre l’effet de serre. Parce qu’elles sont multinationales justement. La limitation des transports, la relocalisation des productions sont des politiques qui deviennent urgentes et nécessaires, puisque près d’1/3 des émissions sont dues au transport maritime à lui seul. En plus les camions qui vous trimballent des trucs sur des milliers de km, alors que la même chose est produite à côté…

        Et c’est tout le problème : dés que cette question a été soulevée, des masse d’avis de personnes plus ou moins compétentes sur le sujet se sont mis à circuler un peu partout… Comme c’est bizarre. Des gens comme Courtillot on été ouvertement payé par des intérêts privés pour publier des noqueries. Et il n’est pas le seul. Ce qui m’étonne vraiment, c’est qu’il y ait autant de gens pour les croire.

          +18

        Alerter
        • XCO // 08.10.2019 à 15h58

          C’est exactement ça. Tant que c’est resté dans le cercle académique (je suis géophysicien et j’ai eu Allègre comme prof, déjà considéré comme une quiche périmée dans le milieu dès le début des années 90), aucune voix discordante ne venait nous dire que nous apprenions/étudions des âneries.

          Depuis que le réchauffement climatique a été identifié comme le symptôme d’un système et non pas une crise isolée en silo, le nombre de climatologues venant des horizons les plus improbables s’est multiplié plus vite que les petits pains, pour balancer des fadaises rhétoriques sans jamais mettre les mains dans la physique dure sous jacente et ses multiples validations par les observations paléo-climatiques (encore de la physique dure en partie là aussi).

          Ça fait 30 ans que je vois la civilisation industrielle patauger dans le marasme de cette pensée qui veut que la parole de chaque individu a le même poids, quel que soit son niveau de compétence sur le sujet. Le statut quo que cela inflige est en train d’en saper les bases, tant pis pour sapiens.

          By the way, je peux vous faire une prédiction sur la base de la physique qui sous-tend la climatologie : nous taperons les 1.5°C vers 2030, les 2°C vers 2050 (question d’inertie, multiplier ces moyennes par 1.6 au dessus des continents seuls), la trajectoire au delà dépend de ce que nous ferons à compter de demain matin au petit déjeuner et les années qui suivent. A noter que nous avons les moyens de rapprocher ces échéances avec une pichenette sur l’accélérateur.

          PS : les lois de la physique se foutent de l’avis qu’on en a.

            +0

          Alerter
    • Theoltd // 06.10.2019 à 10h40
      • Theoltd // 06.10.2019 à 12h17

        Mon message s’adresse a RGT, sur la précocité des hivers et chutes de neige a Grenoble.

          +0

        Alerter
    • corh // 10.10.2019 à 11h59

      “la saison de ski qui commençait partout a partir de Novembre”???
      C’est pas bien d’affirmer des choses qui sont inexactes, cela dessert la cause qu’on entend défendre.
      Pour avoir fait systématiquement du ski tous les hivers pendant de longues années a partir de 5 ans c’est a dire 1954, j’affirme de mon coté que c’ est clairement faux, a moins de skier a haute altitude, qu’il y avait assez souvent peu de neige pendant les vacances de Noel,( je m’en souviens avec amertume!), l’expression” Noél au balcon, Paques aux tisons” bien plus ancienne que moi en témoignera encore mieux.

        +0

      Alerter
      • Gilles // 10.10.2019 à 12h19

        [modéré]
        Moi, j’habitais dans un petit village du Doubs à 330 m d’altitude et je peux, au contraire, vous affirmer que chaque hiver,
        pendant les vacances de noël, nous pouvions nous luger ou skier et je ne parle pas des petites stations situées à 800-1000 métres d’altitude (Maîche ou Charquemont), qui fonctionnaient tout l’hiver jusqu’à fin mars.
        Je peux aussi ajouter que chaque hiver la rivière “Le Doubs” était prise par les glaces et sur laquelle on faisait du patin à glace et ce jusque vers les années 1960-65.
        Encore une remarque: Il est devenu très rare que ces petites stations (Maîche et Charquemont) réussissent à faire fonctionner leurs installations plus de quelques (entre 5 et 10) jours dans l’année. (je parle de ski de descente)

          +0

        Alerter
  • fox23 // 05.10.2019 à 10h15

    Il n’y a pas pire sourd… Je me marre, à part quelques irréductibles, OUI, il y a un réchauffement climatique, la différence entre les individus se fait sur les causes;
    Vous avez le droit de poursuivre dans votre croyance sans esprit critique, mais permettez-moi de vous conseiller une visite sur Google en tapant “sécheresse 1718″… si je ne suis pas censure avant que vous puissiez me lire.

      +9

    Alerter
    • Je me marre // 05.10.2019 à 10h52

      C’est fou, dès qu’il est question de climat, on répond météorologie. N’est-ce pas Fritz et consorts?

      Rat des villes et rat des champs. Les paysans – qui sont au contact de la nature – savent à quoi s’en tenir. Les citadins rivés devant un écran ont perdu le sens des réalités; ils sont dans le virtuel de leurs émotions et de leur porte-monnaie (surtout pas de taxe carbone!).

        +5

      Alerter
      • fox23 // 05.10.2019 à 11h01

        Etant dans la Creuse, département particulièrement touché par ce réchauffement, ce qui n’empêche pas de réfléchir.
        Je réitère donc ma proposition d’aller sur Google, il y a même un article de Libé !
        Peut-être aurez vous la gentillesse de nous indiquer la différence entre climat et météo, je crois bien que 1718 (et tout un tas d’autres date de notre Histoire) se place surtout dans la rubrique climat, non ?

          +3

        Alerter
        • Dominique65 // 06.10.2019 à 11h42

          « ce qui n’empêche pas de réfléchir. »
          Tu penses vraiment que les scientifiques ne réfléchissent pas ou que ta réflexion leur est supérieure ?

            +2

          Alerter
        • Serge F. // 06.10.2019 à 23h57

          @fox23
          Mon pauvre ami, procurez-vous le livre d’Emmanuel Le Roy Ladurie “Les fluctuations du climat – De l’an mil à aujourd’hui” pour comprendre que vous enfoncez des portes ouvertes (grâce à vos amis climatosceptiques au passage).

          [modération] billet beaucoup trop long

            +1

          Alerter
        • Serge F. // 07.10.2019 à 01h35

          (suite)

          Pensez-vous un instant que les milliers de scientifiques qui travaillent sur le changement climatique d’origine anthropique ne sont pas au courant de ce qui s’est passé en 1718 ? Mais ce n’est rien en comparaison des méga-sécheresses médiévales. Celles-ci proviennent très probablement d’une anomalie de la température de la mer. On soupçonne les oscillations ENSO et NOA d’en être la cause :

          http://www.pastglobalchanges.org/products/7500

          Cependant, il est encore très difficile aujourd’hui de comprendre ce qui s’est précisément passé, vu le peu de données dont on dispose :

          https://advances.sciencemag.org/content/1/10/e1500561.full

          En Amérique, il est probable que les méga-sécheresses médiévales proviennent des oscillations ENSO :

          https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5956231/
          http://ocp.ldeo.columbia.edu/res/div/ocp/drought/medieval.shtml
          http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/47082/meteo_1999_27_33.pdf

          Une équipe de chercheurs australiens a trouvé une nouvelle méthode pour retracer les épisodes El Niño sur une très longue période :

          https://www.nature.com/articles/s41561-019-0353-3

            +1

          Alerter
        • Serge F. // 07.10.2019 à 01h36

          Vous devriez lire cet article qui fait état des découvertes récentes sur l’optimum climatique médiéval:

          https://www.earth.columbia.edu/articles/view/3266

          Extaits :

          «Il devient de plus en plus clair que la période médiévale chaude était fragmentée et non globale», a déclaré l’auteur principal Nicolás Young, géologue spécialiste des glaciers à l’Observatoire de la Terre Lamont-Doherty de l’Université de Columbia. «Le concept est eurocentrique, c’est là que les observations les plus connues ont été faites. Ailleurs, le climat n’aurait peut-être pas été le même.» Les climatologues ont cité la période chaude médiévale pour expliquer les anomalies de précipitations et de températures dans les régions les plus reculées, du sud-ouest américain à la Chine. L’étude paraît aujourd’hui dans la revue Science Advances.

            +1

          Alerter
      • Véro // 05.10.2019 à 14h09

        Paysans des champs ou paysans des villes, on trouve les mêmes types de réactions, et les mêmes appréhensions vis-à-vis de la taxe carbone (taxe carbone qui est là surtout en fait pour qu’à terme l’impôt sur le revenu soit supprimé – et non ce n’est pas du complotisme, c’est juste la lecture des textes du paquet climat de l’UE).

          +3

        Alerter
        • Bouddha Vert // 05.10.2019 à 22h33

          Si vous avez un lien, je suis preneur, merci.

            +0

          Alerter
    • Séraphim // 05.10.2019 à 12h13

      C’est pourtant simple. La température moyenne (c’est une convention de langage, puisqu’on ne peut faire une moyenne de valeurs intensives, physique élémentaire) de la terre était de 15,55°C elle est désormais de 15,77°C. Bonjour au p’tit malin qui ”ressent”’ la différence. Ceci dit la maman de Greta T. dit que son extraordinaire fillette voyait le CO2. Avec ses yeux…

        +12

      Alerter
      • Jean-Marc Bonnamy // 05.10.2019 à 14h09

        J’applaudis au fait que vous soulignez que la température est une variable intensive mais j’aimerais savoir d’où proviennent les 15.55 et 15.77 que vous mentionnez.
        [modéré]

          +1

        Alerter
  • Michel Le Rouméliote // 05.10.2019 à 10h54

    “Les réanalyses comme NCEP-NCAR intègrent de multiples observations dans un modèle permettant de suivre quasi quotidiennement l’évolution du climat.” Pourrait-on avoir les références d’articles sur ce process ?

      +2

    Alerter
  • Isidor // 05.10.2019 à 11h21
    • Jean D // 05.10.2019 à 11h37

      Isidor

      Vous trouverez toujours des climato-sceptiques pour dire le contraire de ce qu’affirme l’ensemble de la communauté scientifiques (depuis des décennies).

      Savez-vous qui est derrière cette association dont vous partagez les écrits ?
      Un piste : https://www.contrepoints.org/author/benoit-rittaud

      Question subsidiaire : êtes-vous au clair avec vous-même ? pourquoi êtes-vous enclin à croire cet électron libre plutôt que les milliers de scientifiques qui étudient le climat ?

      Il est courant sur les forums de discussion de lire que les scientifiques ont des intentions cachées / un agenda propre, celui d’imposer une “dictature verte”.

      Ceux qui expriment ce genre d’opinion complotiste (“on ne nous dit pas la vérité, on nous manipule”, “on en veut à nos libertés” …) sont généralement les plus naïves, les moins aptes à critiquer les sources auxquelles ils s’abreuvent et confortent leurs opinions.

      Le fait que l’expression de ces opinions que se veulent “disruptives” s’expriment principalement sur le web indique que l’anonymat y encourage. Aussi la structuration du web en bulles cognitives. Et enfin la volonté d’exprimer une opinion non pas pour les arguments qu’elle contient mais simplement pour dire j’existe.

        +18

      Alerter
      • Séraphim // 05.10.2019 à 12h20

        Et John Christy, c’est un anonyme complotiste payé par le lobby pétrolier ? Ah, non c’est un vrai climatologue, lui, et un des plus brillant et jeune diplômé de la médaille de la Nasa! Ah c’est lui qui a inventé la mesure de température atmosphérique par satellite. Ah, et qui confirme par ses dernières mesures ce qu’il disait déjà il y a 30 ans (faible sensibilité du climat au CO2, 0,13°C/100ppm). Ah d’accord, merci!

          +13

        Alerter
        • Bouddha Vert // 05.10.2019 à 22h56

          Et il est tout seul ton John? Comme Wayne, un cowboy solitaire.
          Ça pèse pas lourd comme argumentation, pas plus que “la médaille de la nasa”, même en plomb?

          Il y a 30 ans il affirmait qu’il avait des convictions (?), grand bien lui fasse, depuis les carottes antarctiques ont permis d’analyser des glaces vieilles de 800 000 ans et d’assurer une corrélation entre CO2 et température, ce qui n’empêche pas John de bien se servir d’un satellite.

            +2

          Alerter
        • Serge F. // 05.10.2019 à 23h42

          J’ai dit que je n’interviendrai plus sur ce site à cause de la censure qui y règne (message non publié évidemment), mais j’en ai marre de voir le nom de John Christy utilisé par les climatosceptiques !

          Christy est un tricheur :

          « Christy et son collègue Roy Spencer ont été les premiers chercheurs à analyser les températures dans la troposphère, une couche de l’atmosphère inférieure, à l’aide d’enregistrements satellites. Ils ont identifié le refroidissement – pas le réchauffement – des dernières décennies, une surprise dans une ère de réchauffement climatique. Mais lorsque d’autres, dont Carl Mears, chercheur principal de la société de recherche Remote Sensing Systems, ont réexaminé les travaux de Christy au début des années 2000, ils ont découvert des erreurs qui, corrigées, révélaient un réchauffement de la troposphère. Christy a reconnu l’erreur, selon le New York Times. En 2017 encore, de nombreux scientifiques ont corrigé ou inquiété la manière dont l’équipe de Christy analysait les données satellitaires.

          Néanmoins, Christy a déclaré: “Dans nos travaux publiés, nous avons démontré que les modèles climatiques surestimaient le réchauffement d’un facteur deux environ. Je pense que c’est la perspective que voudra l’EPA.”

          Lors de son témoignage devant le Congrès sur le changement climatique, Christy a vanté ses propres estimations des températures atmosphériques en dépit de ses erreurs, tirant des plaintes de «tergiversations politiques» du climatologue de la NASA, Gavin Schmidt, dans une analyse de 2016 révélant des distorsions dans les données présentées par Christy aux législateurs.

          Par téléphone, Christy a rejeté les corrections passées des estimations de température de son équipe comme étant “des discussions sur des choses d’il ya 10 ans”. »

          https://www.buzzfeednews.com/article/danvergano/john-christy-climate-skeptic-epa-advisory-board

          John Christy est un libertarien et un pote à Trump, le climatosceptique. Ses thèses sont largement réfutées :

          https://skepticalscience.com/John_Christy_quote.htm

            +5

          Alerter
          • Serge F. // 06.10.2019 à 00h15

            Christy est aussi un enfumeur :

            http://sogeco31.blogspot.com/2018/12/retour-sur-le-graphique-de-john-christy.html

            Cet homme est une honte pour le monde scientifique !

              +7

            Alerter
          • Serge F. // 06.10.2019 à 09h57

            « «Il [John Christy] a fait de nombreuses déclarations devant le Congrès et ailleurs qui contredisent les preuves scientifiques en raison de son système de valeurs personnel. Malheureusement, il n’est pas un candidat approprié pour ce comité consultatif », a déclaré Kevin Trenberth, un scientifique éminent distingué du Centre national pour la recherche atmosphérique, qui était l’un des directeurs de l’école doctorale de Christy.

            Trenberth a souligné que la première carrière de Christy en tant que missionnaire au Kenya et ses conceptions religieuses – à savoir que les personnes démunies ont besoin de combustibles fossiles et que la providence contrôle l’environnement – colorent excessivement son opinion de la climatologie.

            «À mon avis, cela a nui à son objectivité scientifique», a déclaré Trenberth. »

            https://www.buzzfeednews.com/article/danvergano/john-christy-climate-skeptic-epa-advisory-board

            « En 1990, Roy Spencer et John Christy, scientifiques de l’Université d’Alabama à Huntsville, ont créé un ensemble de données permettant d’estimer la température de l’atmosphère de la Terre à l’aide d’instruments embarqués sur des satellites (sondes hyperfréquences) qui mesurent le rayonnement hyperfréquence dans l’atmosphère. Selon leurs dernières estimations, la basse atmosphère terrestre s’est considérablement réchauffée depuis le début des mesures par satellite en 1979, mais elle n’est pas aussi rapide que les mesures thermométriques des températures à la surface de la Terre.

            Lorsqu’on lui a posé des questions sur les données émanant d’agences gouvernementales contredisant leurs croyances opposées concernant les dangers associés au changement climatique, Christy a déclaré:

            « NASA, NOAA, EPA, DOE sont des agences. Les dirigeants d’agence sont nommés par le gouvernement, par l’administration actuelle. Ils ne représentent pas des organisations scientifiques indépendantes objectives. Ils ne peuvent pas. Ils sont nommés par la tête. Ils essaient. Les personnes qui ont des points de vue différents au sein de leurs organisations se trouvent écrasées. Il y a un ordre du jour dans ces agences … Il y a des sceptiques dans la NASA et la NOAA, bon nombre. Mais ils sont silencieux. Ils savent que dans cette administration, ils ne parlent pas. »

            C’est une réponse ironique compte tenu des récentes révélations selon lesquelles des scientifiques de Floride ont été empêchés d’utiliser des expressions telles que «changement climatique» et «réchauffement de la planète». De même, l’administration de George W. Bush a été accusée de censurer les rapports du gouvernement sur le changement climatique. Ce sont les opposants qui ont essayé d’écraser la recherche scientifique qui dérange, pas ceux qui acceptent le consensus scientifique sur le réchauffement climatique causé par l’homme.

            L’entrevue comportait également une discussion approfondie sur les combustibles fossiles, Roy Spencer déclarant:

            « Quand je parle avec des scientifiques qui devraient être objectifs avec une bière à la fin de la journée, je discuterai avec eux et leur position finale sera toujours: «Ouais, mais nous devons quand même nous éloigner des combustibles fossiles». D’où vient cela? Êtes-vous un expert des sources d’énergie alternatives et de leur coût? Combien de pauvres allez-vous pénaliser ? Combien de personnes pauvres allez-vous créer à cause de la pauvreté énergétique parce qu’elles paient cinq à dix fois plus pour leur énergie? »

            Roy Spencer n’est bien sûr pas un expert en énergie ou en économie. Les experts dans ces domaines qui ont publié des recherches sur le sujet ont constaté que les combustibles fossiles sont incroyablement coûteux, compte tenu de tous leurs coûts. Par exemple, une étude récente a estimé de manière conservatrice qu’aujourd’hui, le charbon coûte environ quatre fois plus cher que l’énergie éolienne et trois fois plus que l’énergie solaire. De plus, les pays les plus pauvres sont généralement les plus vulnérables aux impacts du changement climatique. John Christy a fait les mêmes arguments en arrière,

            « Le dioxyde de carbone fait pousser les choses. Le monde avait cinq fois plus de dioxyde de carbone qu’aujourd’hui. Les plantes aiment ce genre de choses. Cela crée plus de nourriture. Le CO2 n’est pas le problème… Il n’ya pas de doute que l’énergie au carbone assure une vie plus longue et meilleure. Cela ne fait aucun doute. »

            L’argument «Le CO2 est un aliment végétal» est une simplification excessive. Par exemple, l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone augmente l’effet de serre, provoquant le réchauffement de la planète, ce qui intensifie les sécheresses. Comme on le voit actuellement en Californie (le Golden State virant au brun), ce n’est pas bon pour les plantes.

            Christy a également commis une erreur essentielle dans ces commentaires. L’énergie donne aux gens une vie plus longue et meilleure, mais il n’ya aucune raison que l’énergie provienne de sources de combustibles fossiles à forte intensité de carbone. En fait, mon collègue John Abraham aide les pays en développement d’Afrique à déployer des sources d’énergie propre.

            Christy et Spencer ont également été associés à divers groupes de réflexion conservateurs financés par des combustibles fossiles. Spencer fait partie du conseil d’administration de la Cornwall Alliance – un groupe religieux qui croit fondamentalement que Dieu ne laisserait pas un changement climatique dommageable se produire. Spencer a également fait des commentaires controversés, appelant ceux qui sont en désaccord avec lui «les nazis du réchauffement climatique» et déclarant «J’aime FoxNews» et disant:

            « Je vois mon travail un peu comme un législateur, soutenu par le contribuable, pour protéger ses intérêts et minimiser le rôle du gouvernement. »
            »

            https://www.theguardian.com/environment/climate-consensus-97-per-cent/2015/apr/06/revealing-interview-with-top-contrarian-climate-scientists

              +1

            Alerter
      • Patrick // 05.10.2019 à 13h03

        Bonjour Séraphim,

        Pourriez-vous nous communiquer un lien qui nous permettrait de juger du sérieux de la controverse engagée par ce scientifique ?

        _________

        Cela dit, la question posée par l’intervenant précédent demeure pertinente à mes yeux : qu’est-ce qui vous pousse à donner du crédit à 1 scientifique plutôt qu’aux centaines de chercheurs mobilisés par l’ONU / le GIEC ?

        On rappellera que le travail du GIEC consiste justement à compiler les études scientifiques sur l’évolution du climat :
        • êtes-vous certain que le GIEC ne tienne pas compte des écrits de ce scientifique ? qu’ils n’ont pas trouvé la “faille” dans son raisonnement hétéroclite ?
        • s’ils n’en ont pas tenu compte, pourquoi ?

        _________

        … cela fait beaucoup de questions. Mais vos réponses pourront sans doute nous éclairer un peu plus que cette simple assertion “c’est un vrai climatologue, lui,” 🙁

        Merci.

          +9

        Alerter
        • Seraphim // 05.10.2019 à 16h35

          Désolé, je ne suis pas fournisseur d’archives ni de notes bas de page. Mais vous cherchez John Christy sur Wikipedia, déjà vous saurez qui c’est. Ensuite vous allez chercher ses publications ou bien ne serait-ce qu’une conférence sur YouTube, et en quelques minutes d’un effort pas surhumain, vous saurez tout!

            +5

          Alerter
        • Patrick // 05.10.2019 à 16h55

          Séraphim

          Je suis déçu qu’aucune de mes questions ne trouve de réponse. Il y en avait 4 🙁

            +5

          Alerter
          • Bouddha Vert // 05.10.2019 à 23h12

            Ne cherchez plus, il suffit d’aller sur Wikibéral pour comprendre la position de celui qui parle sans références.
            Vous apprendrez que s’il n’est pas complotiste, il en vois partout, ce qui doit revenir au même.
            https://www.wikiberal.org/wiki/John_Christy
            Bonne réception

              +1

            Alerter
          • Michel Le Rouméliote // 06.10.2019 à 18h07

            Nous sommes ici en plein débat (vigoureux !) entre tenants de thèses opposées. John Christy a droit à un procès sur ses opinions politiques davantage que sur ses résultats scientifiques. Gavin Schmidt qui l’accuse de “distorsions” dans ses données est accusé à son tour de “trafiquer” ses données : https://wattsupwiththat.com/2014/07/03/giss-hockey-stick-adjustments/
            Lorsque l’on rentre dans ces débats sur les données, ça tourne tout de suite à la foire d’empoigne politique aux États-Unis. Les physiciens sont insupportables ! (second degré !) C’est pourquoi je préfère les géographes…

              +1

            Alerter
            • Serge F. // 07.10.2019 à 02h16

              Faux ! John Christy est un tricheur et un enfumeur sur ses résultats scientifiques relatifs au changement climatique. C’est facile à prouver.

              En outre, si vous pensez que l’on peut prendre au sérieux un libertarien qui pense que Dieu ne laisserait pas un changement climatique dommageable se produire, comme son collègue et ami Spencer qui appelle ceux qui sont en désaccord avec lui «les nazis du réchauffement climatique», libre à vous. Personnellement, ces deux là ont un grand effet repoussoir sur moi.

                +2

              Alerter
          • Séraphim // 07.10.2019 à 09h01

            J’ai bien sûr essayé de répondre, en particulier je soulignais que je n’avais cité John Christy que comme un contre-exemple parmi d’autres…Mais mon post a été censuré pour avoir dit que, non, John Christy n’était nullement déconsidéré par ses pairs, loin de là. En revanche c’est Michael Mann, lui, qui est très déconsidéré: il vient ce mois d’aout de perdre un procès contre Tim Ball au Canada (https://principia-scientific.org/breaking-news-dr-tim-ball-defeats-michael-manns-climate-lawsuit/); ses données pour établir sa fameuse courbe en crosse de Hockey avaient été estimées frauduleuses (http://www.uoguelph.ca/~rmckitri/research/MM03.pdf) avec des “erreurs de calculs, des oublis caractérisés, des mauvaises localisations géographiques, d’injustifiables extrapolations de données source”.
            Je m’en tiens aux faits, même quand ils sont déplaisants

              +2

            Alerter
            • Serge F. // 07.10.2019 à 20h01

              Petite mise au point au sujet du procès entre Michael Mann et le créationniste Tim Ball :

              http://sogeco31.blogspot.com/2019/09/le-scientifique-michael-mann-versus-le.html

              Extrait :

              Le site Quora reprend les « points à retenir » :

              – La Cour de la Colombie-Britannique n’a jamais conclu que Mann n’avait pas produit de données.
              – Le juge a trouvé l’attaque écrite contre Michael Mann trop ridicule pour être de la diffamation.
              – Ball a demandé qu’il soit mis fin au procès.
              – Michael Mann n’a donc pas perdu l’affaire.
              – La crosse de hockey n’est pas cassée, elle est toujours plus forte que jamais.
              (…)
              Ainsi le Frontier Centre for Public Policy a présenté ses excuses à Michael Mann pour l’avoir injustement diffamé, quant à Tim Ball, lui, il se contente d’aller pleurnicher chez son pote Tony Watts.

              https://medium.com/@NLMR/laffaire-mann-v-ball-9ce22194bb6e

              Extrait :

              De façon très intéressante, ce jugement concerne aussi un procès en diffamation contre le même Tim Ball à l’instigation d’Andrew Weaver. Ici, un jugement a bien été rendu (la plainte n’a pas été rejetée comme dans le cas qui nous occupe). Et le plaignant, Weaver a été débouté. En d’autres termes, Tim Ball a gagné! Pourtant, en lisant le jugement, vous verrez que ce n’est pas la justesse des propos de Ball qui l’a fait gagner mais notamment l’absence de crédibilité de ses propos et conséquemment le faible impact qu’ils ont pu avoir sur la réputation de Weaver et que donc les demandes de ce dernier étaient exagérées voire infondées au regard de la liberté d’expression.

                +0

              Alerter
            • Séraphim // 08.10.2019 à 12h37

              Ca bien sûr c’est toute la propagande de Mann. Qui prétend n’avoir “pas eu le temps de remettre ses données” alors qu’elles lui sont demandées depuis 2017. Il cherche un évitement sur le fond. Pas dupe, le juge l’a donc condamné aux dépens, c’est à dire qu’il devra bel et bien payer des millions de dollars de frais de justice à Tim Ball. Ce qui est incroyable et était prévisible néanmoins: ce genre de fraudeur préfère payer des millions de dollars plutôt que de voir exposer sa fraude sur la place publique. L’article précis sur les aspects techniques par McIntyre & McKitrick rappelé ci-dessus est irréfutable et d’ailleurs irréfuté

                +1

              Alerter
      • Serge F. // 07.10.2019 à 14h37

        Benoît Rittaud est président de l’association des “climatos-réalistes”. Voici une recension de son livre « Le mythe climatique » :

        http://www.hprevot.fr/Comm-B-Rittaud.html

        Et une histoire de plantage récent de l’auteur :

        http://sogeco31.blogspot.com/2017/02/benoit-rittaud-se-plante-en-beaute.html

        Il n’est pas le seul mathématicien climatosceptique. Bernard Beauzamy l’est aussi. L’un de ses articles a été repris récemment sur le site AgoraVox :

        https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-plus-grosse-arnaque-de-tous-les-218263

        Celui-ci est un tissus d’âneries. Rien de surprenant quand on connait le personnage (n’oubliez pas de lire les commentaires de cette note de blog, vous allez apprendre des choses complémentaires intéressantes) :

        http://sogeco31.blogspot.com/2016/05/bernard-beauzamy-le-nouveau-clown-du.html

        Le plus amusant chez les auteurs climatosceptiques, c’est qu’ils défendent des thèses qui parfois s’opposent, ce qui ne déclenchent aucune réaction de rejet de leur part. Pourvu que ça aille de le sens climatosceptique, même si c’est manifestement faux, là est l’essentiel. Pourtant, il existe des différences importantes de niveau entre un François Gervais qui racontent des énormités et un Benoît Rittaud plus fin. Cette attitude entre les climatosceptiques montrent qu’ils ne respectent pas un minimum de rigueur scientifique. Ils partent dans tous les sens sans aucun contrôle de leur part (je ne parle même pas d’une validation de leurs thèses par des pairs).

          +1

        Alerter
    • Dominique65 // 06.10.2019 à 12h01

      « Plutôt que de parler de previsions maintes fois démenties par le reel »
      C’est vrai qu’en 2006, Al Gore, citant les scientifiques prédisait que l’Arctique se retrouverait sans banquise en été « d’ici 50 à 70 ans ».
      https://vimeo.com/30044218 à 2 mn 30s
      Les scientifiques, aujourd’hui, prévoient une échéance malheureusement plus courte. Les prévisions d’Al Gore se trouvent donc démenties.

        +1

      Alerter
  • monsipoli // 05.10.2019 à 11h24

    J’entends tout et son contraire sur le climat, aussi le non-spécialiste que je suis se gardera de trancher la question.
    Ce que je sais, par contre, c’est que le potager “naturel” (permaculture, disent certains mais ce terme m’agace un poil) – jamais aucun produit ajouté, quel qu’il soit – que je cultive depuis des années donnent des résultats beaucoup moins homogènes depuis 5 ou 6 ans. Que les besoins en eau sont de plus en plus importants. Que certains fruits et légumes semblent perturbés dans leur développement et présentent des caractéristiques très variables d’une année à l’autre alors que ce n’était pas le cas auparavant.
    En observateur non-scientifique et ouvert à toutes les hypothèses, je ne parlerai pas de « réchauffement » quant à moi, mais plutôt de « changement climatique » avec l’idée sous-jacente de « perturbations inattendues »

      +5

    Alerter
    • Myrkur34 // 05.10.2019 à 15h31

      Pour information(stade local),
      2012, dernière année où il a gelé à Montpellier en hiver. Depuis 1 ou 2 gelées blanches par an sur les espaces verts devant ma terrasse. Et 30 cm de neige le 1er mars 2018 mais température légèrement positive.
      De toute façon, même quand la totalité de la France sera sous climat méditerranéen, il y en aura encore pour chipoter à la marge.

      Les poissons de la mer rouge se retrouvent de plus en plus en méditerranée et ceux de la méditerranée dans la Manche par exemple.

      Sinon on est même pas capable de construire des voitures légères ou de remettre les camions sur les trains et la voie fluviale, donc la messe est dite.

        +8

      Alerter
  • Ploplop // 05.10.2019 à 13h20

    Le réchauffement climatique est un fait. La responsabilité de l’Homme dans destruction de notre environnement en est un aussi et nous n’avions pas besoin des scientifiques pour nous en rendre compte…
    Mais pourquoi produire des articles aussi mal fichus pour le dire ?
    Les deux histogrammes sont honteusement trompeurs et digne d’une campagne de propagande des plus mal ficelée.
    On ne peut pas prétendre parler d’un phénomène unique dans l’histoire de la terre et réduire cette analyse aux 10 années qui nous vont bien sur un graph…
    De plus, le choix des couleurs qui n’apporte rien aux données, l’agencement des années dans le désordre pour montrer une méchante courbe exponentielle font tomber cette article dans le domaine de la propagande et non de la diffusion d’information.
    Dans le texte il est dit que la hausse de température annoncée est relative à une courte période de la fin du 19ème, pourquoi ? Cette période de l’histoire correspond t-elle à l’étalon indépassable de la normalité ?
    L’auteur compare la température moyenne sur les 9 premiers mois de 2019 par rapport à la température moyenne des années précédentes. Ça ne choque personne ? Moi oui. Il faut comparer ce qui est comparable d’autant plus que les derniers mois de l’année ne sont pas parmi les plus chauds.
    Les chiffres présentés ici sont tous vrai mais mal construits. On a l’impression qur l’auteur veut faire peur et que l’information essentielle passe après.
    Cette façon de procéder est une insulte à l’intelligence. C’est un procédé “pute à clic” qui ne sert qu’à faire vendre du papier (ou du bit…) et decridibilise une position sur un sujet important, c’est dommage.

      +6

    Alerter
  • JP // 05.10.2019 à 15h11

    Toute pensée dogmatique ou religieuse est fondée sur une vérité qu’il est interdit de discuter au risque d’y laisser sa vie. C’est à l’opposé fondamental de la Pensée OUVERTE rationnelle bâtie sur le Doute Cartésien.
    Pour les conséquences d’une évolution climatique, seul l’avenir vécu pourra nous dire ce qu’il en sera vraiment.
    Attribuer à l’homme seul son propre malheur ne peut servir qu’à l’enfoncer encore plus dans son malheur.
    Cultiver habilement le malheur des autres est le meilleur moyen de les faire manger dans votre main.
    Une quantité de cycles s’enchainent depuis toujours ainsi que des épisodes parfois catastrophiques comme l’immense réchauffement qui a mis fin au premier grand Empire Pharaonique sous Pepi ou le Petit Age glacière dramatique sous Louis XIV par exemple.
    Il y a un certain temps on avait dit que le réchauffement climatique permettrait d’atténuer l’effet d’un nouvel âge glacière possible. Mais être optimiste est en passe de devenir un crime contre l’Humanité.

      +10

    Alerter
    • Matt // 05.10.2019 à 16h49

      “C’est à l’opposé fondamental de la Pensée OUVERTE”
      Etrange que vous ne prononciez pas le terme qui vient habituellement à l’esprit. L’opposé à la pensée dogmatique est la pensée scientifique. C’est à dire un discours basé sur l’expérience et réfutable (en épistémologie, on dit “falsifiable”). Puis en lisant la suite de votre argumentaire on comprend mieux …

      —-

      “Pour les conséquences d’une évolution climatique, seul l’avenir vécu pourra nous dire ce qu’il en sera vraiment.”
      Non, les scientifiques peuvent nous donner des informations sur le futur (augmentation globale du niveau des océans, raréfaction de l’eau, accidents climatiques plus brutaux et plus nombreux, extinction de masse, …). Ils ne peuvent pas prédire l’avenir, ce pourquoi : ils élaborent des scénarios, tout en prévenant que les fortes différences temporelles et d’intensité sont explicables par l’imprévisibilité des boucles de rétroaction (https://fr.wikipedia.org/wiki/Emballement_climatique)

      —-

      “Cultiver habilement le malheur des autres est le meilleur moyen de les faire manger dans votre main.”

      Et hop, petit appel fraternel, mine de rien, aux théories complotistes (“on nous manipule”) selon lesquelles scientifiques + medias mainstream + politiques nous manipulent en vue de l’asservissement des foules. Sinistre auto-asservissement de mon point de vue.

      —-

      Pour finir, combo Nuremberg / Louis XIV … Décidément, quel que soit son champ d’application – climat ou histoire – vous n’aimez pas la science 🙁

        +4

      Alerter
  • Louis Robert // 05.10.2019 à 17h36

    Maintenant que prémonitoire, signe des temps à venir, Paradise, Cal. a été anéantie, rasée par ce méga-feu sans qu’il ne laisse, souvent, AUCUNE TRACE de survivants ni des victimes, trois recommandations de documentation pour s’y retrouver:

    1. Voie brévissime (4:22):

    Jancovici, « Changement climatique : +5°C, c’est juste un pull en moins? »

    https://www.youtube.com/watch?v=hfLrXS8rEzc

    2. Voie normale, populaire (21:05):

    « Jancovici : La planète brûle – 05/09/2017 »

    https://www.youtube.com/watch?v=tMT_PY75fGE

    3. Voie avancée (2:24:40):

    « Jancovici : CO2 ou PIB, il faut choisir – Sciences Po – 29/08/2019 »

    https://www.youtube.com/watch?v=Vjkq8V5rVy0

      +3

    Alerter
  • fox23 // 05.10.2019 à 18h05

    Finalement, JP est le moins agité des intervenants !
    Heureusement, au moins une personne se réfère encore à Saint Descartes plutôt qu’à Saint TF1 (ou Saint BFM selon les goûts).
    Oui, mes contemporains m’inquiètent. Sans la moindre réflexion, ils sont maintenant capables de croire tous les prophètes de mauvaise conscience du Net.
    C’est tellement plus jouissif que de se référer aux attaques précédentes du moteur à crottin. Quelles études avez-vous suivi pour être aussi malléables ? La séance journalière d’informations bidonnée ne vous a-t-elle laissé aucun répit pour réfléchir sur les réalités historiques ?
    Outre le site indiqué plus haut, vais-je être contraint de vous parler de la possibilité de traverser le Rhin à pied durant l’été 1132 ou celle de faire la même chose sur la Seine en 1835 ?
    La plupart en est arrivé au stade de la croyance et c’est grave sur un site censé amener une réflexion personnelle sur des sujets d’intérêt général.

      +8

    Alerter
    • Matt // 06.10.2019 à 02h53

      Toujours cette confusion climat / météo, couplée à une incapacité à mesurer les échelles de temps.

      Le climat qui s’est mis en place il y a 10 000 ans (naissance du néolithique) est en train de sortir de ses variations habituelles du fait de la société thermodynamique développée depuis deux siècles. On ne parle pas d’accident météorologique, on parle de dérèglement climatique … et c’est commencé !

      Mais je soupçonne bien pire dans votre incrédulité. Avoir raison contre tous, fussent le groupement des meilleurs scientifiques de la planète, donne le sentiment d’exister.

      Je pense à rebours donc je suis. Une relecture du Discours de la méthode s’impose car il est à craindre que vous ne pensiez pas en bonne méthode.

        +4

      Alerter
  • Araok // 05.10.2019 à 22h22

    Je remets une remarque déjà faite en d’autres occasions. Pourvu que la modération la laisse. Elle ne prend pas bcp de place. Voici.
    Compte tenu des prédictions du GIEC, si nos dirigeants y croyaient, il faudrait qu’ils arrêtent immédiatement au moins la moitié de l’activité de notre pays. Sinon c’est la mort sans phrase dans 50 ans.
    Ils n’y croient pas.

      +6

    Alerter
    • Louis Robert // 05.10.2019 à 23h13

      Mais il y a d’abord beaucoup trop de simples citoyens qui ont le droit de vote… et qui n’y croient pas non plus… y compris ironiquement sur les crises.fr…..

      Le véritable problème, il est là et nulle part ailleurs: déficit d’éducation desdites élites, mais surtout des masses. Ignorance généralisée menant directement, à la vitesse grand V, à l’autodestruction mondiale, planétaire. C’est commencé depuis longtemps; ça ne fait que s’accélérer pour bientôt devenir incontrôlable. Ce sera très bientôt évident, rendant ces conversations totalement inutiles et pure perte de temps.

      Quand la maison brûle et qu’il reste un peu d’espoir, on se la ferme et on lutte pour éteindre l’incendie. Dans ce cas-ci, tandis que l’on se délecte à rationaliser puis à parler pour ne rien dire, il est clair et audible qu’il n’y a plus d’espoir… plus du tout.

        +4

      Alerter
      • Fritz // 06.10.2019 à 03h22

        « il y a d’abord beaucoup trop de simples citoyens qui ont le droit de vote »
        La solution : retirer le droit de vote à tous ces citoyens qui n’acceptent pas l’évidence du réchauffement climatique, et les frapper d’indignité civique. Ça vous convient ?

          +6

        Alerter
      • chr bernard // 06.10.2019 à 07h07

        “il y a d’abord beaucoup trop de simples citoyens qui ont le droit de vote… et qui n’y croient pas non plus”

        L’écolo-totalitarisme existe ! je l’ai rencontré …

          +7

        Alerter
        • Fritz // 06.10.2019 à 08h04

          C’est consternant, en effet. Et dire que le succès de ce blog vient de ce qu’il contrait la propagande… Il va dans le sens du courant sur la question climatique, et certains en rajoutent en voulant limiter les libertés. Faut-il continuer à lire et commenter ce blog ?

            +9

          Alerter
          • Louis Robert // 06.10.2019 à 12h55

            Je m’adressais à Araok, qui ne s’en prenait qu’aux dirigeants.

            Dit tout simplement, vous vous amusez à dénaturer ma pensée.

            Il ne s’agit pas de limiter les libertés de penser et de voter, mais bien d’informer et d’éduquer les citoyens. Il s’agit en outre de reconnaître 1. que les citoyens ne sont pas que des victimes, 2. qu’ils sont responsables d’estimer sans fondement raisonnable, le cas échéant, que les documents, des Meadows jusqu’au GIEC inclus, ce n’est que de la propagande, 3. responsables aussi de voter en conséquence pour le Pouvoir qui nous mène tout droit à cette catastrophe mondiale, planétaire.

            Cela dit, que nous vivions déjà dans une société sous contrainte énergétique est un fait dont Jancovici traite abondamment avec pertinence. Ce fait entraînera nécessairement que nous soyons bientôt obligés, forcés même, par ce Pouvoir, de vivre sous contrainte sociale et politique, y compris rationnés comme en temps de guerre. Nous n’aurions pas été réduits à ça si seulement nous n’avions pas laissé faire et laissé aller, comme nous avons fait.

            PS — Parlant de solution, j’ironisais à partir de votre interprétation outrancière.

              +2

            Alerter
          • Sandrine // 06.10.2019 à 17h17

            En ce qui me concerne. La réponse est clairement non.
            Ce que j’ai constaté ces derniers jours confirme ce que j’avais découvert (naïve que j’étais!) à l’occasion du billet du 4/8/2019 : les points donnés par le biais des pouces bleus sont artificiellement gonflés par les gens qui sont aux commandes en fonction du commentaire qu’ils veulent mettre en évidence. Les commentateurs sont ainsi instrumentalisés par ce biais et par le biais du filtrage des commentaires.
            Et après ça, le site publie des articles critiquant Facebook qui utilise ses membres comme de la marchandises ! Mais c’est exactement la même chose ici!
            Je ne sais pas qui paie pour tout ça (je me suis personnellement fait avoir et j’ai souvent contribué financièrement au site mais visiblement il y a des financements d’une autre ampleur que ceux venant d’idiots utiles comme moi).
            Ces méthodes grossières ne peuvent que desservir la cause que vous prétendez soutenir. Honte à vous.
            Comptez sur moi en tout cas pour vous faire une belle publicité!

              +7

            Alerter
            • Bouddha Vert // 06.10.2019 à 18h01

              Je ne suis pas certains de comprendre votre indignation, vous parlez du nombre de “pouces” de Louis Robert pour ses 3 dernières saillies?
              A 17H57 j’en compte 1!

              Qui sont “les gens qui sont aux commandes” de les-crises? En tout cas ce ne doit pas être FesseBouc!

              Honte à “les-crises” (?) parce qu’ils ne vont pas dans le sens de leurs contributeurs?
              Vous n’êtes pas dans un conseil d’administration mais sur un blog! Ou alors on m’aura menti!

              “Comptez sur moi en tout cas pour vous faire une belle publicité!” Des menaces à quelles fins?
              Je vous conseille une tasse de camomille et de revenir discuter plus tard avec, pourquoi pas, une petite excuse.

                +2

              Alerter
            • Sandrine // 06.10.2019 à 19h15

              @bouddha vert, [modéré] lorsque je parle du billet du 04/08/2019, je ne parle pas du commentaire de Louis Robert mais de ça :
              https://www.les-crises.fr/le-rechauffement-climatique-actuel-plus-rapide-quau-cours-des-2-000-dernieres-annees-par-johan-lorck/
              A bon entendeur salut

                +5

              Alerter
            • Narm // 06.10.2019 à 19h41

              Le sujet du climat est hypersensible.
              j’ai déjà mis ailleurs, mais pas retrouvé la mention que l’on va vers une ère glacière.
              J’ai vraiment du mal à comprendre. Qui dit centre de la planète qui refroidie et ère glacière…..
              Bref, j’essaye d’écouter tout le monde. Mais un truc me mets le doute, Greta par exemple, sujet fort bien traité par Olivier sur la critique venant subitement de toutes part.
              Derrière chaque camp, une machine de guerre médiatique.
              [modéré]

                +2

              Alerter
            • Narm // 07.10.2019 à 18h39

              [modéré]
              donc il y a des sujets modérés systématiquement et on ne peut pas s’exprimer correctement ?
              ne pensez vous pas que justement cela est contraire à ce que vous défendez ?
              Donc si on n’est pas de l’avis du site, on coupe nos phrases ?
              Respectez vos contributeurs semblait être un minimum
              Pour l’avenir du site il serait bon de se poser des questions

                +3

              Alerter
          • Subotai // 09.10.2019 à 19h12

            Parce que si je comprend bien le BLOG ne devrait pas appuyer que le soleil se lève le matin à l’Est pour contrer ceux qui le mette en doute, sous prétexte devrait être du coté de ceux qui conteste?
            Mes amis, vous n’avez pas compris que la propagande est faites par ceux qui contestent le réchauffement climatique global?
            Que ce réchauffement et tous les bouleversements qu’il entraine soit prétexte à “se faire du fric” “opprimer le peuple” “profiter de la naïveté” etc, ouais, mais dites moi où quel moment vous vous êtes convaincu que les humains étaient des Saints? Et en quoi ça change les FAITS?

              +0

            Alerter
    • Subotai // 06.10.2019 à 04h39

      Ce n’est pas qu’il n’y croient pas; c’est qu’il n’y a pas de solution.
      Leur position est la suivante:
      Si je décide de faire la bascule, je risque de me retrouver sur la bascule, vu que soit je suis au pouvoir depuis longtemps – donc je suis responsable – soit je suis au pouvoir depuis peu, MAIS sur un programme TINA, ce qui met ma tête sur le billot comme les autres.
      Mon alternative est donc la suivante:
      Soit: je me casse de ce merdier et je vais voir ailleurs ce que je peux faire – C’est Hulot
      Soit : Je reste en essayant, tout en même temps, de marier la carpe et le lapin, de changer en douce les choses sans que ça se voit trop, de maintenir le système en vol plané le plus longtemps possible en espérant le miracle, vivre au jour le jour – advienne que pourra – avec au fond de soi le: “Ah que je fais quoi si ça pète demain?” tout en se disant : “Non, c’est pas possible que ça finisse comme ça!.. Il va se passer quelque chose…” L’humain quoi.
      Aussi, les changement radicaux nécessaires ne pourront avoir une chance de faire qu’avec quelqu’un faisant table rase, brulant ses vaisseaux et n’ayant rien à perdre ni à gagner ayant sa vie derrière lui: ça passe ou ça casse…Mais on aura tenté.

        +2

      Alerter
    • Narm // 06.10.2019 à 18h04

      à Araok
      arrêter oui, mais au niveau mondiale, nous ne représentons moins d’ 1%
      Alors ça ne changera pas grand chose.

        +1

      Alerter
  • chr bernard // 06.10.2019 à 07h12

    A mon très humble avis, il ne faut pas mélanger 3 questions distinctes que le terme de Climato-sceptique recouvre confusément :
    – y-t-il réchauffement ? oui, semble-t-il.
    – imputable à l’Homme, au moins pour partie ? probable
    – peut-on y échapper par des mesures collectives ? NON
    (comme le dit un intervenant – ARAOK – pour éviter les deux degrés, il faudrait “arrêter” nos sociétés et, plus encore, arrêter la montée vers le “progrès” du reste du monde)
    Quant au fantasme des “solutions locales pour un problème global”, c’est de la rigolade (une sorte de sado-masochisme purificateur).

      +3

    Alerter
    • Bouddha Vert // 06.10.2019 à 18h37

      “une sorte de sado-masochisme purificateur”
      En quoi répondre individuellement au message de la communauté scientifique qui accepte le jugement de ses pairs est il masochiste?
      Personnellement je ne trouve pas grande souffrance à m’interdire l’avion, utiliser une voiture que lorsque c’est absolument nécessaire, ne manger de la viande qu’une fois par semaine, du poisson une fois par mois, prendre grand soin du peut d’outil électronique que je possède, me nourrir localement, chauffer peu etc…
      Les pollutions qui nous menacent ne sont que la somme des pollutions individuelles, il est donc raisonnable d’interroger nos consommations et les comparer à celles de nos aïeux pour jauger de ce qui fait la qualité d’une vie.
      Je vous avoue que l’écovillage me semble une excellente solution individuelle et globale… j’y travaille.

        +1

      Alerter
      • Fritz // 06.10.2019 à 18h50

        @Bouddha Vert, je vous rejoins entièrement. On peut « agir local ». Pour ma part, je n’ai pas de voiture, pas de téléphone mobile, pas de congélateur, pas de lave-vaisselle, mon réfrigérateur date de 1992, mon ordinateur de 2013 et j’en prends soin ; comme vous, je ne prends jamais l’avion. La température dans mon logement ne dépasse pas 17°C, sauf en période de canicule.

        Bref, nous pouvons agir dans le même sens, même si nous divergeons sur le diagnostic.

          +1

        Alerter
  • Louis Robert // 06.10.2019 à 19h39

    S’il se trouve encore ici des gens qui aimeraient entendre qu’il existe des SOLUTIONS, de nombreuses solutions à ce problème mondial, planétaire, et lesquelles (liste dans le désordre et non-exhaustive), voici ce qu’en a dit Jancovici, en septembre 2015 notamment, dans:

    « Leçon inaugurale à Ponts ParisTech », @ 1:17:55 sq., en réponse aux questions des étudiants, et tout particulièrement @ 1:26:07 sq. pour la liste de « choses à faire».

    https://jancovici.com/videos/2h-lecon-inaugurale-aux-ponts/

    Modeste source d’espoir, pour terminer…

      +1

    Alerter
  • Xav69 // 07.10.2019 à 15h41

    Bon ben concernant le climat,on lit sur ce site pratiquement les mes arguments que sur : le Monde,l’Obs,l’Express, Libe,Le Figaro ,etc……. le climatorabachage veut nous effrayer. Par contre en effet Jancovici est très intéressant, grâce à lui on découvre,sinon l’histoire des mois et années les plus chauds me font plutôt froid dans le dos

      +1

    Alerter
  • FIL // 08.10.2019 à 09h17

    Une seule remarque : le climat n’est pas stable et ne l’a jamais été.
    (ne pas confondre avec l’intérieur de chez soi équipé de thermostat etc)

      +1

    Alerter
    • Subotai // 09.10.2019 à 19h27

      D’habitude, il évolue suffisamment lentement pour que la vie ait le temps de s’adapter. Le constat est que là ça bouge vite et en peu de temps. Ça fait beaucoup.

        +0

      Alerter
  • METZGER // 09.10.2019 à 00h11

    3 à 7 mètres d’augmentation du niveau des mers en un siècle, c’est beaucoup trop lent pour me garantir que je vais pouvoir mettre à l’eau le bateau que je construis dans le jardin !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications