Les Crises Les Crises
4.août.20194.8.2019 // Les Crises

Le réchauffement climatique actuel plus rapide qu’au cours des 2 000 dernières années. Par Johan Lorck

Merci 153
J'envoie

Source : Global Climat, Johan Lorck, 25-07-2019

Une nouvelle reconstruction des changements de température à la surface de la planète au cours des 2 000 dernières années identifie les principales causes des changements climatiques à l’échelle de la décennie. L’histoire du climat de la Terre suggère que l’ampleur presque mondiale du réchauffement actuel est sans précédent au cours des 2 000 dernières années.

L’analyse du Consortium PAGES 2k suggère que le taux de réchauffement actuel, causé par les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines, est supérieur à tout ce qui a été observé précédemment. Les résultats ont été publiés le 24 juillet 2019 dans la revue Nature Geoscience, conjointement à une autre étude publiée dans Nature.

D’après les chercheurs, les particules en suspension dans l’air provenant d’éruptions volcaniques furent les principales responsables de plusieurs brefs épisodes de refroidissement global avant la révolution industrielle du milieu du XIXe siècle. Mais depuis l’industrialisation, ce sont bien les émissions anthropiques de gaz à effet de serre qui aiguillent le climat terrestre.

Taux de réchauffement/refroidissement au cours des 2000 dernières années. La ligne verte montre que le taux de réchauffement maximum sans influence anthropique est de 0,6°C/siècle. Les modèles (pointillés oranges) reproduisent cette limite haute. Avec plus de 1,7°C/siècle, le réchauffement récent est significativement plus important que ce que l’on peut attendre des fluctuations naturelles. Les données instrumentales (en noir) depuis 1850 confirment la reconstruction. Source : Université de Berne.

L’histoire du climat de la Terre est ponctuée par une succession d’intervalles, associés à des changements prolongés vers des conditions plus chaudes, plus froides, plus humides ou plus sèches.

Pour relativiser le réchauffement récent, on entend souvent l’objection selon laquelle le climat a constamment changé dans le passé. Ce qui est vrai. Mais le plus important reste l’ordre de grandeur et l’étendue des fluctuations. Et lorsque les scientifiques regardent plus loin dans le passé, ils ne discernent aucun événement qui soit à peu près équivalent au réchauffement des dernières décennies.

Au cours des 2 000 dernières années, les deux époques climatiques les plus connues sont le petit âge glaciaire et la période chaude médiévale. La première est une période fraîche qui s’est étendue du XVIe à la fin du XIXe siècle. L’optimum médiéval est une période chaude et sèche entre 950 et 1250 apr. J.-C.

Faute des mesures directes de l’air avant 1850, il faut utiliser autre chose que les thermomètres pour retracer l’évolution climatique et évaluer avec précision la portée réelle des fluctuations. Les chercheurs ont donc dû s’appuyer sur des archives de données indirectes pour élargir notre perspective du climat.

Les arbres des forêts arctiques ou alpines froides ont des cernes annuels avec des largeurs et des densités de bois qui reflètent les variations annuelles de la température estivale. Et comme la composition chimique de l’eau de mer dépend de sa température, les coraux massifs construisent des endosquelettes contenant un enregistrement géochimique permanent du réchauffement et du refroidissement antérieurs. Les autres archives géologiques et biologiques qui encodent les informations de température dans leur structure physique, leur substance ou leur composition géochimique comprennent les sédiments lacustres, les glaciers et les mollusques bivalves (tels que les palourdes, les huîtres et les moules). Ces archives servent de paléothermomètres qui enregistrent des températures s’étendant sur des centaines, voire des milliers d’années.

Sources des reconstructions sur les 2000 dernières années. Source : NASA/Raphael Neukom.

Toutes ces preuves permettent de dresser un portrait global détaillé des températures de surface couvrant les deux derniers millénaires. Elles ont ainsi servi d’input à la base de données de température proxy, PAGES 2k7. Cette compilation comprend près de 700 enregistrements d’arbres, de glace, de sédiments, de coraux, de dépôts de grottes, de preuves documentaires et d’autres archives.

D’après ces proxys, il s’avère que les intervalles comme le petit âge glaciaire et la période chaude médiévale n’ont probablement pas eu un impact global comparable à la période récente. Ces épisodes climatiques et les périodes antérieures des 2000 dernières années n’ont pas eu la portée quasi mondiale du réchauffement actuel induit par l’homme.

Même si le petit âge glaciaire fut l’époque la plus froide du millénaire passé, les températures les plus basses ont varié d’un endroit à l’autre. Le petit âge glaciaire n’a pas été une période froide ininterrompue et globalement synchrone. Les températures les plus froides ont été relevées au XVe siècle dans l’océan Pacifique central et oriental, au XVIIe siècle dans le nord-ouest de l’Europe et au sud-est de l’Amérique du Nord et au milieu du XIXe siècle dans la plupart des régions restantes.

Siècle contenant la période de 50 ans la plus froide. Source : Université de Berne.

Au plus fort de l’anomalie climatique médiévale, seulement 40% de la surface de la Terre a atteint des températures maximales en même temps. En utilisant les mêmes mesures, le réchauffement planétaire est sans précédent : pour 98% de la surface de la planète, la période la plus chaude de l’ère commune s’est produite à la fin du XXe siècle. Et il faut dire que l’analyse des auteurs n’englobe même pas le réchauffement continu du début du XXIe siècle.

Siècle contenant la période de 50 ans la plus chaude. Source : Université de Berne.

La nouvelle reconstitution de la température est également largement conforme aux simulations de modèles climatiques sur la même période. Cela vaut pour les changements de température causés par les aérosols volcaniques et les gaz à effet de serre, ainsi que pour les fluctuations aléatoires du climat se produisant aux mêmes échelles de temps.

Siècle contenant la période de 50 ans la plus chaude. Source : Université de Berne.

On peut en déduire que les modèles climatiques actuels représentent probablement avec précision les contributions de divers facteurs du changement climatique mondial et sont capables de prédire correctement le réchauffement climatique futur.

Les reconstructions ressemblent au fameux graphique de Michael Mann en forme de crosse de hockey représentant la variation de la température mondiale qui a été reconstruit pour la première fois il y a plus de vingt ans.

La nouvelle reconstruction, sur 2 000 ans, améliore les efforts antérieurs en utilisant la base de données la plus détaillée et la plus complète en son genre jamais créée. On peut donc présenter ce travail comme la meilleure reconstruction possible en l’état actuel des connaissances.

Cet ensemble de données, minutieusement compilé par les chercheurs de PAGES, provient de toutes les régions continentales de la Terre et des principaux bassins océaniques.

En comparant les nouvelles reconstructions avec les simulations climatiques existantes générées à l’aide des modèles climatiques CMIP5 (Coupled Model Intercomparison Project 5), l’équipe de recherche PAGES a pu déterminer les contributions relatives de plusieurs facteurs sur les températures du globe au fil du temps. Celles-ci comprennent des influences naturelles, telles que les fluctuations solaires et l’effet de refroidissement des particules éjectées par des éruptions volcaniques, ainsi que l’influence des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine.

Les résultats montrent le rôle prépondérant de l’activité volcanique avant 1850. Sur la période 1300-1800 ap. J.-C., les éruptions volcaniques majeures (ou l’absence de telles éruptions) furent le principal facteur à l’origine des fluctuations froides (ou chaudes) qui ont persisté pendant plusieurs décennies. Les changements dans les concentrations de gaz à effet de serre ont eu une empreinte moindre, mais décelable. L’équipe estime que les variations de la puissance de rayonnement du Soleil n’ont pas affecté la température globale moyenne de manière significative cours de la même période.

Après 1850, les gaz à effet de serre sont devenus le facteur le plus déterminant du climat mondial.

Cet accord entre les reconstructions basées sur les données des chercheurs et les simulations CMIP5 donnent du crédit aux modélisations climatiques existantes, dont on peut attendre qu’elles sont capables de prévoir les futurs changements de température dans le monde au cours des prochaines décennies. Toutefois, ces simulations dépendent fortement des choix futurs, notamment la quantité de carbone émise.

Source : Global Climat, Johan Lorck, 25-07-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

gracques // 04.08.2019 à 10h10

Lisez avant de dire des contreveritees
Le forçage radiatif du soleil est parfaitement connu depuis longtemps , et calculé , il est indiqué dans l’article que cette cause n’est pas importante .
Les ‘proxy’ sont des types différents de source se données , exemple les troncs d’arbres , les coraux , les vases des lacs , les glaces des pôles …. réfuter les mesures en émettant une remarque sur les troncs d’arbres (arbres qui peuvent avoir été abattus il y a’plusieurs centaines d’années) est donc inoperant.
Si dans le passé il y a eu une période relativement chaude , mais moins qu’aujourd’hui , il s’agissait non de’l’antiquité , mais de la’période 950 .1250 comme’indiqué dans l’article .
Létude citee par l’article avait pour but d’avoir une base de données irréfutable et la plus complète possible sur les changements observés sur 2000 ans et les’comparer aux résultats obtenus en simulation .
Il en résulte qu’en simulant par ordinateur l’ensemble des facteurs connus pouvant faire varier le climat , les simulations sont en accord avec les’constatations de cette base de données.
On peut donc en déduire sans trop de risque de se tromper que si on pousse le taux de gaz à effet de serre (GEZ) dans’les simulateurs et que l’on optien une élévation de température , déjà perceptible dans la réalité , alors notre futur sera celui prédit par les simulations.
Mais bon , on peut toujours faire des remarques de cours de recreation’ sur des travaux de chercheurs pour paraître ‘critique’

244 réactions et commentaires

  • Sandrine // 04.08.2019 à 07h57

    Comment peut-on être sûr que seules les éruptions volcaniques ont eu une incidence sur les variations du climat depuis 2000ans ? On parle généralement aussi de l’activité du soleil, il n’en est pas question ici.
    D’autre part, à l’echelle géologique, 2000 ans c’est court. Quelle ont été les causes de la fin de la dernière glaciation il y a 10000 ans?
    Dernière remarque sur l’utilisation des arbres comme source de données sur le climat: les arbres vieux de plus de 2000 ans ne sont pas légion : est-ce qu’on n’en trouve pas surtout dans certaines zones dotées d’un micro-climat?
    J’ai souvenir enfin, d’avoir appris à l’ecole que le climat à l’époque de l’empire romain était beaucoup plus chaud qu’aujourd’hui. Dans tous les articles de vulgarisation actuels que je lis sur le réchauffement climatique, il n’est jamais question du climat pendant l’antiquité. Manque de sources fiables ? Mais alors comment peut-on étudier les grandes glaciations à l’échelle de plusieurs milliers d’année?

      +79

    Alerter
    • gracques // 04.08.2019 à 10h10

      Lisez avant de dire des contreveritees
      Le forçage radiatif du soleil est parfaitement connu depuis longtemps , et calculé , il est indiqué dans l’article que cette cause n’est pas importante .
      Les ‘proxy’ sont des types différents de source se données , exemple les troncs d’arbres , les coraux , les vases des lacs , les glaces des pôles …. réfuter les mesures en émettant une remarque sur les troncs d’arbres (arbres qui peuvent avoir été abattus il y a’plusieurs centaines d’années) est donc inoperant.
      Si dans le passé il y a eu une période relativement chaude , mais moins qu’aujourd’hui , il s’agissait non de’l’antiquité , mais de la’période 950 .1250 comme’indiqué dans l’article .
      Létude citee par l’article avait pour but d’avoir une base de données irréfutable et la plus complète possible sur les changements observés sur 2000 ans et les’comparer aux résultats obtenus en simulation .
      Il en résulte qu’en simulant par ordinateur l’ensemble des facteurs connus pouvant faire varier le climat , les simulations sont en accord avec les’constatations de cette base de données.
      On peut donc en déduire sans trop de risque de se tromper que si on pousse le taux de gaz à effet de serre (GEZ) dans’les simulateurs et que l’on optien une élévation de température , déjà perceptible dans la réalité , alors notre futur sera celui prédit par les simulations.
      Mais bon , on peut toujours faire des remarques de cours de recreation’ sur des travaux de chercheurs pour paraître ‘critique’

        +80

      Alerter
      • Arcousan09 // 04.08.2019 à 10h39

        Pas nécessaire de s’affoler les génies transcendants de la politique géniale et incontournable, possédant la science infuse sur tous les sujets …… ont la solution ……
        Une bonne petite taxe (de derrière les fagots) et vous ne transpirerez plus et respirez beaucoup mieux
        Les taxes sur le CO2 ont démontré une efficacité redoutable par le passé sur …. le climat … pas sur notre portefeuille.
        C’est si reposant et sécurisant d’avoir ces génies autoproclamés au pouvoir ….

          +47

        Alerter
        • charles // 04.08.2019 à 11h10

          c’est très précisément pour ce genre de commentaire que le monde entier rigole des gilets jaunes.

            +5

          Alerter
          • joe // 04.08.2019 à 11h20

            c’est pour cela que ce signe distinctifs est repris avec fierté dans tut les manif du monde…

              +31

            Alerter
          • Catalina // 04.08.2019 à 11h51

            ah bon les gilets jaunes disent TOUS cela ?
            Généralité quand tu nous tiens, de plus, “le monde entier” ?
            Ah ben, la Russie ne fait pas partie du monde entier ? là-bas mes amis ne rigolent pas du tout des revendications des gilets jaunes, ils nous admirent même (je ne parle pas des 1500 navalnystes-sorosistes détestés par la majorité des Russes)

              +40

            Alerter
            • Arcousan09 // 04.08.2019 à 12h51

              Ma fille vit en Russie et c’est exact que les Gilets jaunes étonnent surtout dans la durée.

                +21

              Alerter
          • Pascalcs // 04.08.2019 à 14h33

            Passant le plus clair de ma vie hors de France, je peux témoigner du fait que les gilets jaunes sont loin, voir très loin d’être la risée que vous avancez. Bien au contraire, beaucoup de par le monde, y voient, comme souvent par le passé, le temoignage de la “maturité et profondeur” de la pensée sociale française. La maturité d’un pays qui connait par sa culture enracinée les règles et contraintes de l’harmonie sociale que s’évertuent de tuer quelques apprentis sorciers néolibéraux qui se prennent pour des demis-dieux et qui ne resteront, en réalité, qu’un détail funeste de l’histoire. M. Macron et tout le poulailler bruxellois ont beaucoup de souci à se faire.

              +73

            Alerter
          • Gerald B // 04.08.2019 à 16h59

            « que le monde entier rigole des gilets jaunes »
            @CHARLES
            Pour savoir ça, tu dois beaucoup voyager et passer ton temps à faire des sondage dans le monde entier. Ou bien, tu as des sources ailleurs, auquel cas merci de nous les communiquer.
            A moins que tu ne sois tout simplement un Charlot !?

              +18

            Alerter
            • Julien // 06.08.2019 à 11h02

              non Charles est juste un bourgeois. Les bourgeois ne supportent pas les gilets jaunes. encore pas plus tard que ce weekend, diner avec mes parents et leurs amis (plutôt bourgeois, maison de vacances, bons revenus etc) ils ne comprennent absolument pas la crise sociale des gilets jaunes, ils ont été totalement absorbé par les mensonges et la manipulation des médias et politiques sur le sujet. ils ont un mépris hallucinant des petites gens alors qu’ils sont commerçants et que ces petites gens sont ceux qui font tourner leurs boutiques …

                +5

              Alerter
        • Bouddha Vert // 04.08.2019 à 11h25

          Le but des taxes sur les hydrocarbures est d’enrayer la dynamique de leur combustion (c’est à dire de leur oxydation), à moins que vous “pensiez” que le CO2 ne participe pas de “l’effet de serre” terrestre, alors que c’est ce que nous indique la communauté scientifique.
          La question intelligente, parce que politique, est de savoir quoi faire du produit de ces taxes?
          Pour rappel, au niveau mondial, ce sont encore plus de 80% d’hydrocarbures qui “nourrissent” l’immense armée des machines qui nous donne la “dolce vita”.

          Que devons nous mettre en place pour remplacer les noria de voitures qui assurent le transport, et souvent la survie sociale de nos concitoyens?
          L’organisation spatiale de nos territoires est elle résiliente face aux stocks des ressources disponibles? Nier les rôle des GES par oxydation n’empêche de toute manière pas la déplétion sur toutes nos ressources (énergétiques, minérales, métalliques, halieutiques, forestière…)

          Encore une fois l’amaigrissement de votre porte feuille ne fait le bonheur de personne, et encore moins du capital qui verra ses recettes fondre.
          Il faut prendre un peu de hauteur et s’attacher à réfléchir à des problèmes qui ne sont pas le fruit d’un complot mais d’une réalité physique bien tangible, quand on modifie le monde cela a des conséquences!!
          Toute tautologie porte en elle un brin de sagesse!!

            +14

          Alerter
          • calal // 04.08.2019 à 13h37

            fraude a la tva sur la taxe carbone en europe: des milliards qui se sont enfuis des caisses des etats. Et ce n’est que le debut de la taxe carbone…

              +13

            Alerter
            • Rémi // 04.08.2019 à 20h58

              Il est interdit de dir du mal des glorieux entrepreuneurs qui ont développés la Start-up nationgr²ace a de savant montage de taxe carbonne.
              Qyue les GJ paient le manque à gagner.

                +4

              Alerter
          • Véronique // 04.08.2019 à 20h16

            Le capital ne fait pas de projet à long terme, il se fiche pas mal qu’il y ait davantage de pauvres. Il prend l’argent là où il y en a sans se poser de question. Et vu le nombre de consommateurs potentiels sur la planète, il a encore de quoi faire.
            D’ailleurs ça ne le gêne pas du tout, quand des gens se retrouvent au chômage, ou des petites entreprises en faillite.
            Alors effectivement il n’y a aucun complot, ni dans un sens pour appauvrir les gens, ni dans l’autre pour chercher à préserver le pouvoir d’achat.

              +5

            Alerter
      • Bili // 04.08.2019 à 10h51

        L actualité récente nous montre que même les modèles les plbus fiable : simulateur cosmologique (qui eux sont basé sur des modèles beaucoup plus fiable et poussé : théorie de la relativité générale ) ce sont cassés les dents. Lors de l observation d un trou noir par le télescope Hebul et qui à trouvé un disque autour d un trou noir que les théories ne prédisaient pas… du coup les scientifiques vont révoir leur modèle cosmologique.
        Alors permettez de douter sur les modèles climatique.
        Le réchauffement climatique n est pas un fait dramatique et c est peut-être une opportunité pour l humanité.
        La fonte des glaces du pôle Nord va donner accès à du pétrole et gaz qui etais inaccessible.
        Et ainsi éviter une guerre mondiale pour l acces au dernier réserve de pétrole.
        Et ceux sursis va permettre de développer et finaliser l énergie propre de demain ITER avec la fusion nucléaire,
        Qui est une source d energie inépuisable.
        Wait and see avec sérénité.

          +21

        Alerter
        • Gerald B // 04.08.2019 à 18h13

          « Le réchauffement climatique n est pas un fait dramatique et c est peut-être une opportunité pour l humanité.
          La fonte des glaces du pôle Nord va donner accès à du pétrole et gaz qui étaient inaccessibles. »
          T’a raison, que du bonheur ^^
          https://climate.nasa.gov/interactives/global-ice-viewer/#/ : Ice, which covers 10 percent of Earth’s surface, is disappearing rapidly.
          Glaciers : 400 billion tons approximate total glacier loss per year since 1994
          Greenland and Iceland : 294 billion metric tons approximate ice loss per year
          Antartica : 127 billion metric tons approximate ice loss per year
          Arctic : 12.8 percent per decade approximate decrease in annual Arctic minimum

          https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/08/03/en-une-journee-onze-milliards-de-tonnes-de-glace-ont-fondu-au-groenland_5496303_3244.html
          En une journée, onze milliards de tonnes de glace ont fondu au Groenland
          La calotte glaciaire fond trois fois plus vite qu’en temps normal, impactée par le réchauffement climatique.

            +5

          Alerter
        • Marco // 08.08.2019 à 09h59

          A L’ATTENTION DE BILI !
          Je suis désolé monsieur mais vous dites là du n’importe quoi et je n’irai pas plus loin dans ma réponse, elle est complétement débile votre intervention !

            +1

          Alerter
      • KIM // 04.08.2019 à 10h53

        LES PARAMÈTRES DE MILANKOVIC

        https://www.youtube.com/watch?v=FTzmqjDNMmM

          +7

        Alerter
      • Freddi // 04.08.2019 à 12h18

        C’est toujours pénible de lire et relire ces commentaires doutant du RC avec des arguments contre argumentés depuis des années par les scientifiques du climat.
        Sandrine: faut s’informer sérieusement avant d’émettre des doutes qui n’existent plus.
        On sait d’ailleurs que l’influence des cycles solaires reste désormais très faible par rapport aux effets des GES.
        Et quand bien cet effet devient négligeable, rappelons nous que nous sommes actuellement au plus bas du cycle d’environ 11 ans alors que les températures battent des records.

          +16

        Alerter
        • Fritz // 04.08.2019 à 13h04

          Des records de chaleur ont été battus en France cet été, je vous l’accorde. Mais l’été est plutôt frais au Portugal, et très frais à Moscou (13°C au moment où j’écris).

            +18

          Alerter
          • gracques // 04.08.2019 à 16h17

            Et donc la base de donnée évoquée par l’arricle , c’est du pipi de chat ?

              +12

            Alerter
        • Pascalcs // 04.08.2019 à 15h37

          Dans le domaine scientifique ( comme d’autres d’ailleurs), il faut toujours être dans le doute. L’histoire est constellée de certitudes d’un jour, legendes le lendemain.
          Sortir de ce principe de base est dangereux. Toutes les theories doivent avoir cours et la critique doit être tolérée.

            +24

          Alerter
          • Bouddha Vert // 04.08.2019 à 21h56

            Historiquement les académies scientifiques et plus tard les revues scientifiques à comité de lecture ont eu pour tache essentielle de lever les doutes qui n’ont jamais manqué, aussi bien du côté des religieux dogmatiques que des opinions profanes en général, voir des margoulins.

            Dire “Toutes les theories doivent avoir cours et la critique doit être tolérée” est acceptable dans des domaines comme la mode, la cuisine, les sports, les passe-temps mais il est des domaines dans lesquels l’opinion n’a pas lieu d’être!
            Sinon, nos journalistes devraient tolérer la confrontation de “platistes” avec des astronomes… inutile de continuer les exemples.
            Il n’en reste pas moins que, historiquement, des aveuglements ont pu apparaître (Kelvin et l’âge de la terre), ce qui, au regard de ce que nos sciences et les cadres mis en place est véritablement un moindre mal.
            Evidemment vous avez le droit de penser le contraire!

              +9

            Alerter
        • Séraphim // 05.08.2019 à 08h56

          Soyons juste. Ce qui est pénible en fait c’est de lire et relire les mêmes psaumes, de franchir et refranchir les mêmes portes ouvertes, quelquefois enfoncées, et de supporter ce déballage interminable des clichés les plus niais sur la nature mignonne et l’homme si méchant, de devoir écouter les trompettes de la catastrophe, non pas tenues par des anges brillants aux quatre coins du ciel, mais par des clampins, des nains intellectuels et des fraudeurs

            +11

          Alerter
      • Araok // 04.08.2019 à 12h20

        Que le modèle colle bien au passé, c’est la moindre des choses, il a été conçu pour ça. J’attends qu’il colle bien au futur. Et là ce n’est apparemment toujours pas gagné…

          +25

        Alerter
        • Pascalcs // 04.08.2019 à 15h45

          Oui, qui ne se souvient pas du film d’Al Gore primé par un Oscar en 2006, “unconvenient truth” et qui soutenait mordicus, preuves scientifiques à l’appui, que la terre n’en avait plus que pour 10 ans avant de “rôtir “. Dans le domaine scientifique, écouter, regarder, modeliser, mais toujours être dans le doute.

            +19

          Alerter
          • gracques // 04.08.2019 à 16h23

            Ils n’ont pas la moindre idée de ce dont ils parlent , mais ils causent ….
            Incroyable d’entendre de telles inepties , on croirait avoir affaire à des ados.

            Les modèles ne sont pas construits pour coller au’passé , ils sont CALIBRES par les données physiques constatés et c’est pour ça qu’ils peuvent avec peu de chance de se tromper prétendre prévoir un scénario futur en fonction des GES émis.
            Mais comprenez vous même ce qu’est une simulation ?

            Quant à l’épistémologie développée par Pascalc …. non rien .

              +11

            Alerter
            • Pascalcs // 04.08.2019 à 17h16

              Règle première dans une discussion: ne prenez pas vos interlocuteurs pour des niais et des ignorants. C’est le propre de l’élite en France et ailleurs d’ailleurs que de cultiver cette attitude et l’on voit au quotidien où cela mène.

                +26

              Alerter
            • Michel // 04.08.2019 à 17h31

              Le calibrage d’un modèle ne certifie en rien sa bonne prédiction. La prédiction dépend des variables choisies qui expliquent le passé constaté mais il reste que le modèle va reposer sur les prévisions faites sur ces variables. Et c’est là qu’il peut y avoir des incertitudes puisque personne ne peut prédire avec certitude une variable (ex. le trafic routier dépend du prix du pétrole, du PIB d’un pays etc et ce sont bien des facteurs avec de nombreuses incertitudes on l’a vu en 2008 par exemple). En tout cas c’est vrai que ça donne une bonne tendance, mais pour le climat il y a tellement de paramètres qui peuvent changer les prévisions que la simplification de dire que le modèle est bien calé donc prédit bien le futur me semble un peu simple? (C’est une question ouverte au débat pas une affirmation 😉

                +10

              Alerter
          • Subotai // 07.08.2019 à 20h05

            Parce qu’elle n’a pas commencé à rôtir..?
            Le petit truc important, mais je constate sous estimé, est le pourcentage d’anomalie de température en MÊME TEMPS sur la planète: 98%
            Et l’anomalie est : augmentation de la température.
            Le rôtissage est commencé.

              +3

            Alerter
      • Sébastien // 04.08.2019 à 16h07

        @ Gracques

        C’est bizarre, je tiens dans la main un livre co-signé par Jean Jouzel qui indique que le soleil n’est pas pris en compte dans les modélisations. On voit le sérieux…

          +7

        Alerter
        • gracques // 04.08.2019 à 16h27

          Votre bouquin date de quand ?
          Vous savez que les modèles s’afinent ?
          Et savez vous que le forçage radiatif du soleil est calculé depuis au moins 70 ans ? Et que …. ben la variabilité de l’activité solaire ET les caractéristiques de l’orbite terrestre peuvent faire varier la température terrestre de …. 0.1 degré ….. a quelque chose près .

          Au fait votre bouquin il dit pourquoi’les modèles cités ne prennent pas en’compte cette variation ?

            +5

          Alerter
          • Sébastien // 04.08.2019 à 16h43

            Parce que l’activité solaire est insignifiante dans le phénomène de l’effet de serre. LOL

              +2

            Alerter
            • stephp // 04.08.2019 à 19h39

              @Sébastien
              Mais c’est un sacré scoop que vous tenez-là !!!
              Le LSCE (donc le CEA) est ignorant des cycles solaires !! Proposez lui d’urgence votre candidature, qu’il puisse ainsi profiter de votre grand savoir !! 😀 LOL

                +5

              Alerter
            • DoumeNZ // 06.08.2019 à 05h10

              Votre argument est d’autant plus risible que les labos qui étudient les éruptions solaires en France sont aussi des labos du CEA.
              Les lois physiques des modèles climato ont évolué avec l’augmentation de la puissance de calcule disponible. Mais avec ou sans les derniers raffinements (les modèles AR4 intègrent la circulation océanique, la végétation, la couverture nuageuse, la chimie atmosphérique, le cycle du carbone, les aérosols…), les modèles qu’ils soient US, japonais, chinois, canadien, australien, russes, français…. , ils disent sensiblement la même chose en ce qui concerne le réchauffement anthropogenique lié au GES… et ce depuis les débuts de la modélisation climatique. Les lois physiques sont têtues…..
              Quand a l’effet des fluctuations solaires, évidement que leur impact sur le climat est connu,c’est même le béaba de la discipline…. mais les physiciens ont évalué comme négligeable, leur impact sur l’augmentation de la température lors de ces 100 dernières années par rapport au GES.
              Maintenant, que des sociétés et des personnes se soient gavées sur le changement climatique ( taxe carbone/les éoliennes/le photovoltaique…) c’est certain, qu’il y ait de gros scandales bien pourris dans ces industries vertes, j’en suis convaincu…. mais ces mêmes personnes/sociétés se gaveront demain sur la privatisation d’ADP, sur la privatisation des hôpitaux, sur la spéculation des denrées alimentaires et ce qui restera de terre arables… Mais ça ne change rien sur le fond quant aux conclusions scientifiques sur le réchauffement climatique.

                +6

              Alerter
            • DoumeNZ // 06.08.2019 à 05h11

              Mais que les négationnistes soient heureux, ils ont gagné. Rien n’a été fait depuis 25 ans (juste du blabla de politicien et des jouets pour bobo-ecolo), le CO2 continue a augmenter de manière exponentielle comme si de rien n’était et la consommation d’énergie fossile explose!

              C’est la fête sur le Titanic!!!

                +8

              Alerter
        • mikatypa // 04.08.2019 à 22h53

          https://youtu.be/R6eywXdssMw
          Voilà les connaissances sur les cycles solaires…

            +1

          Alerter
      • Chalpitek // 05.08.2019 à 16h58

        Soyez moins agressif svp. Il y a une autre théorie qui dit que lorsque le soleil a une faible activité, son champ magnétique est faible et le rayonnement cosmique augmente et crée une couche nuageuse plus dense, ce qui refroidit la Terre (Zharkova / Svenmark). Cette théorie prédit des années froides de 2020 à 2035. La bonne nouvelle c’est qu’on devrait voir un effet dès cet hiver, si elle est valide. Honnêtement, je préfère de loin le travail de cosmologistes à celui de soi-disant scientifiques du climat, qui n’ont pas de données de température fiables (70% des sondes sont dans des aéroports !!!) et dont les modèles sont en désaccord total les uns avec les autres.

          +3

        Alerter
        • Vvr // 07.08.2019 à 01h07

          Tout ce que dit le nouveau modèle des cycles solaire, c’est que le soleil devrait rentrer dans un cycle froid d’ici 2025, équivalent à celui de la petite aire glaciaire.

          Ce que vous ne semblez pas comprendre, c’est qu’à aucun moment ces scientifiques sérieux ne parlent du climat qui en résulterait, parceque leur truc c’est le soleil, pas la terre et encore moins son atmosphère.

            +3

          Alerter
      • Julien // 06.08.2019 à 11h10

        non Charles est juste un bourgeois. Les bourgeois ne supportent pas les gilets jaunes. encore pas plus tard que ce weekend, diner avec mes parents et leurs amis (plutôt bourgeois, maison de vacances, bons revenus etc) ils ne comprennent absolument pas la crise sociale des gilets jaunes, ils ont été totalement absorbé par les mensonges et la manipulation des médias et politiques sur le sujet. ils ont un mépris hallucinant des petites gens alors qu’ils sont commerçants et que ces petites gens sont ceux qui font tourner leurs boutiques …

          +1

        Alerter
    • Océan de sagesse // 04.08.2019 à 10h20

      “Mais alors comment peut-on étudier les grandes glaciations à l’échelle de plusieurs milliers d’année?”
      Tout simplement en récoltant des carottes de glace dans le sol aux poles ?
      Carottes qui elles aussi sont la depuis des milliers d’années !
      C’est dingue que ce sujet soit toujours suivi d ‘une avalanche de négationistes n ‘ayant pas la moindre compétence en la matière !
      Autant j ‘adore ce site autant je méprise son lectorat de complotistes incultes !!!
      On ne peut que conseiller aux gens sensés de lire les articles et d’ignorer superbement les réactions pour la plupart loufoques bien que pittoresques ,elles ne font que réaffirmer les préjugés de gens inaptes a comprendre !

        +26

      Alerter
      • Fritz // 04.08.2019 à 10h26

        Traiter son interlocuteur de négationniste et de complotiste, c’est un bon début pour une discussion courtoise et constructive.

          +52

        Alerter
        • Océan de sagesse // 04.08.2019 à 10h36

          La vérité est une et indivisible !
          Je constate , je ne traite rien ni personne !
          Comment voulez vous qu’on vous appelle ?
          Distingué climatologue bardé de diplomes ?
          Parlons de votre réaction courtoise et constructive a la lecture de l ‘article !

            +14

          Alerter
          • Fritz // 04.08.2019 à 10h41

            J’ai commencé à lire l’article de Johan Lorck et je prendrai le temps de l’assimiler, avant de réagir prématurément. J’aimerai seulement que les articles proposés à notre réflexion sur les-crises soient moins univoques, concernant la question vitale de l’évolution climatique.

            Une suggestion : pourriez-vous écrire quelques phrases sans point d’exclamation ou d”interrogation ? Un point simple, c’est plus reposant.

              +25

            Alerter
            • Séraphim // 04.08.2019 à 11h53

              Johan Lorck, journaliste de formation, qui “travaille actuellement dans une société d’étude des médias”. Bardé de diplôme en “à la va comme j’t’embrouille” qui vous recycle la courbe de Mann, comme on fait refaire un référendum, après quelques années, quand le résultat ne plait pas.

                +16

              Alerter
            • gracques // 04.08.2019 à 16h34

              Le truc , c’est que la question climatique ne fait plus débat chez les gens sérieux et lire des …. ‘gens non informes’…. continuer à sortir des balivernes maintes et maintes fois invalides par les scientifiques, fatigue ceux pour qui la question cruciale est celle des solutions …. question autrement plus difficile car aussi politique (et la il, s’agit d’opinion ou effectivement un être humain égale une voix… enfin dans l’ideal).
              Et c’est peut être pourquoi les articles sur la question, climatique vous paraissent si univoques ….

                +15

              Alerter
          • Arcousan09 // 04.08.2019 à 10h43

            Si vous possédez la vraie vérité vraie vous avez bien de la chance … le progrès dans toute science c’est le DOUTE. Pas de doute = pas de remise an question = pas de progrès. CQFD

              +28

            Alerter
            • bhhell // 04.08.2019 à 11h39

              Oui, et vous vous êtes un propagateur de doute. Celui qui sert à discréditer la science en général, par exemple la causalité en cigarette et cancer. Vous mettez dans le même emballage doute raisonnable et l’au delà du doute raisonnable. Si le doute raisonnable sert à remettre en cause une théorie pour faire avancer la science, le doute non raisonnable discrédite la science, propage le fantasme et la superstition. C’est ainsi que les créationnistes américains (au pays où il est devenu interdit de faire référence au changement climatique) enseignent aux petits enfants que la science est systématiquement faillible. Et que par conséquent les dinosaures vivaient il y a 6000 ans, et avaient de grosses dents pour casser la coque des aliments qu’ils ingurgitaient. La théorie au delà du doute que la Terre a 5 milliards prête à leurs yeux de bigots fortement au doute. Ce qui leur permet de démolir tout simplement la science. Grâce au doute non raisonnable, chacun détient la vérité: créationnistes, wahhabites, sorciers…

                +17

              Alerter
            • Mohamed // 04.08.2019 à 12h18

              après observation, analyse, modélisation, le doute fait place à la certitude, sauf si une nouvelle observation vient tout remettre en cause.
              or aujourd’hui aucune nouvelle observation ne vient remettre en doute les modèles, le réchauffement climatique anthropique qui n’était encore qu’une hypothèse, il y a 20 ans, et maintenant une quasi certitude.
              Des améliorations et précisions pourront toujours être abordées, mais elles ne changeront pas la compréhension globale que nous en avons.
              Je suis assez d’accord avec “Océan de Sagesse” (en dépit de son pseudo qui se la pète). Les délires climato-sceptiques (trop souvent ignorants de la science) n’apportent rien à la discussion.
              Si vraiment, vous souhaitez mettre en doute les modèles du GIEC, commencez donc par lire les rapports, reconstruire un nouveau modèle à partir des observations qui sont disponibles et libres d’accès et faites une thèse, vous deviendrez alors très riche, car de nombreuses industries vous financeront.

                +23

              Alerter
          • Sébastien // 04.08.2019 à 16h08

            Aaaa, les détendeurs de Véritude homologuée et copyrightée….Ayatollah?

              +9

            Alerter
            • gracques // 04.08.2019 à 16h39

              Ben oui , postuler que la vérité ou plutôt la connaissance objective existe est le postulat nécessaire et implicite à toute discussion constructive , sinon on reste dans la croyance ou une opinion en vaut une autre et ou rien n’avance …..

                +14

              Alerter
        • bhhell // 04.08.2019 à 10h53

          D’où parlez vous? D’où tirez vous vos conclusions? Pas de la science manifestement puisque ce sujet n’est plus débattu et a fait place à la certitude avec un nombre incalculable d’études. La discussion porte désormais sur la vitesse du processus (linéaire ou exponentiel). Vous en appelez à une conversation courtoise et constructive. Mais pour déterminer quoi? Et sur quelles bases, sinon celles établies unanimement par la science? A moins que vous ne considériez que la science est une imposture ou qu’elle est massivement manipulée. Dans ce case, je propose de lancer sur ce site une discussion courtoise et constructive sur le sexe des anges, la platitude de la terre ou la position géographique de l’Eden.

            +15

          Alerter
          • Sam // 04.08.2019 à 11h23

            L’Eden, c’est entre le Tigre et l’Euphrate. Selon un référentiel égocentré la Terre est plate et le soleil tourne autour de moi, et il semblerait que les anges ne soient pas fait de chair.

            Pour ma part, c’est l’inverse, je n’ai que peu confiance en la science : beaucoup d’impostures et manipulée.
            Pourtant, je me rends bien compte que le climat pète un plomb sur Terre (j’y habite et c’est assez flagrant).
            D’ailleurs, cette question climatique me parait accessoire à coté de la destruction des espèces et de la mort par asphyxie des océans même si le climat procède de cette même pulsion morbide et libérale de tout brûler.
            L’âge du feu probablement. Cela nous passera quand il n’y aura plus rien à brûler…

              +9

            Alerter
      • Marie // 04.08.2019 à 20h51

        Chacun ses lectures et i ‘y a pas la de quoi mépriser qui que ce soit, ils sont plus de 1000 experts à nier ce que le Giec et autres orgaismes d’état tentent de nous faire comprendre, écoutez les à commencer par Vincent Courtillot

          +12

        Alerter
    • catherine // 04.08.2019 à 16h54

      http://alles-schallundrauch.blogspot.com/2019/06/der-irrglaube-der-glaubigen-der.html

      “Mais pendant que de tels scénarios d’horreur sur le climat sont constamment repris et diffusés par certains médias, tous de connivence entre eux, d’autre part un silence absolu, pour ne pas dire embarrassant, prédomine.

      Manfred Petritsch, par exemple, a repris un de ces scénarios dans son article du 10 juin 2019 : Jusqu’à l’automne 2018, les visiteurs du centre du parc national de Glacier aux Etats-Unis étaient confrontés à un panneau portant l’inscription suivante : « Adieu Glacier : En raison du changement climatique dû à l’homme, les simulations numériques montrent que les glaciers « disparaîtront » tous d’ici 2020. » Cette « disparition d’ici 2020 » a été largement rapportée dans le New York Times, le National Geographic et de nombreux autres médias internationaux. Sur Wikipedia, on peut lire tout un essai sur le recul des glaciers du parc national.

      Mais maintenant les équipes de recherche de l’Université Lysander Spooner, qui visitent le parc tous les mois de septembre et mesurent les glaciers, ont révélé ce qui suit : Les glaciers les plus célèbres du parc, comme les glaciers Grinnell et Jackson, se sont même développés depuis 2010 et n’ont en aucun cas diminué ! Tous les autres glaciers sont encore là. Donc ce qui s’est réellement passé est exactement le contraire de ce qui avait été si horriblement prédit.

        +25

      Alerter
    • catherine // 04.08.2019 à 16h55

      (suite)
      “Manfred Petritsch écrit : [Voix off:] « Au lieu d’informer les visiteurs que les glaciers n’avaient pas disparu, contrairement à leur pronostic, mais qu’ils s’étaient même développés, l’administration du parc n’a rien communiqué mais a simplement retiré le panneau. Les médias n’ont pas été informés non plus. L’administration du parc n’admet pas son erreur. »”

        +24

      Alerter
      • DoumeNZ // 06.08.2019 à 08h08

        Le travail de l’ESA indique tout le contraire de ce que vous dite. La fonte des glaciers de montagne, de l’Arctique et de l’Antarctique est estimée a 9000 GT (giga tonne) depuis 1961 ce qui correspond a une élévation des océans de 27mm. Et ça continue a toute berzingue!

        https://m.esa.int/Our_Activities/Observing_the_Earth/Glaciers_lose_nine_trillion_tonnes_of_ice_in_half_a_century

        Mais c’est vrai, les satellites mentent, les marégraphes mentent, les radars altimétriques mentent, les images aériennes mentent, les carotes de glaces mentent, les mesures hydrologiques mentent. Tout n’est qu’un vaste mensonge! Un grand complot réchauffiste!

        L’armée américaine a declasser des images satellites espions des années 70. Ces satellites basse orbite ont une résolutions tres fines comparable aux satellites haute orbite d’aujourd’hui. Du coup il a été possible de quantifier le recul des glaciers, par exemple en Himalaya. Bilan ça fond très vite!

        C’est partout sur le net mais j’ai volontairement trouve une source qui a les pieds bien profond dans l’industrie du petrole!
        https://www.aljazeera.com/news/2019/06/spy-photos-reveal-himalayan-glaciers-melting-faster-190619203144783.html

        Quant a l’Université Lysander Spooner quelle grosse farce! Il n’y a aucun labo de recherche, c’est une une sorte de secte libertarienne obsédé par le socialisme et le gouvernement, il n’y a qu a voir leur site. Une bande de taré oui….

        Il viendra d’où votre prochain argument? De l’université de scientologie? De l’académie des sciences pentecôtistes?

          +4

        Alerter
    • Didier29 // 04.08.2019 à 17h12

      Qui de l’œuf ou de la poule?…………
      Selon certain, c’est la hausse des températures qui précède la libération de CO2 principalement d’origine océanique…..
      Selon d’autre, c’est la poule!
      Lorsque Philippe Verdier, chef météo France 2 a contesté le GIEC, il s’est fait viré:
      https://www.youtube.com/watch?v=t3gWPzs_O1w
      Il y a quelque décénnie, alerte, la mer monte et des ilots vont se faire engloutir mais pourtant rien ne se produit.
      Il n’y a pas de hausse significative du niveau des océans voir ici:http://refmar.shom.fr/fr/evolution-niveau-marin-brest
      Pourtant:https://www.liberation.fr/planete/2019/07/31/en-europe-la-france-fait-partie-des-pays-les-plus-menaces-par-la-submersion-marine_1741624
      Qui croire? L’article de Libé ou le SHOM (Service Hydrographique et Océanographique de la Marine)
      J’ai plus confiance aux relevés. Mais quand Libé affirme “L’élévation du niveau de la mer s’accélère : elle est désormais de 3,2 millimètres par an en moyenne (pour la période 1994-2014), alors que pendant les trois derniers millénaires, le rythme d’élévation se situait autour de 0,5 millimètre par an.” c’est une fake news.

        +11

      Alerter
      • Logique // 04.08.2019 à 22h42

        Si le gaz carbonique n’y est pour rien dans la hausse des températures, expliquez-moi
        1) pourquoi on dit que c’est un gaz à effet de serre?
        2) pourquoi avec un soleil moins chaud il faisait plus chaud à l’ère secondaire avec des forêts jusqu’aux pôles?
        3) pourquoi actuellement loin de relâcher du CO2 les océans en absorbent de grandes quantités ce qui contribue à leur acidification et à freiner l’augmentation du taux atmosphérique?
        4) pourquoi les périodes glaciaires?

        Le plus triste aujourd’hui, c’est que même ceux qui ni connaissent rien ont un avis, qui plus est un avis péremptoire. Surtout, surtout ne pas renoncer à son petit confort et à ses petits gaspillages. L’être humain en effet n’est jamais responsable de rien.

          +4

        Alerter
        • Patrick // 04.08.2019 à 22h54

          GES ? avec un taux qui est passé de 0,03% à 0,04% , pas de quoi fouetter un chat
          Pourquoi les températures ont-elles baissé des années 40 aux années 70 en plein 30 glorieuses alors que les émissions de CO2 étaient en augmentation constante ? ( même chose fin du XIX ème siècle ? )

          Pour le reste , les astro-physiciens découvrent des trucs intéressants : https://www.nature.com/articles/s41598-019-45584-3 , cycles de 1000 ans .. avec un point bas au XVIIème siècle et une remontée des températures depuis .
          Le CO2 ? même pas utile dans leurs conclusions

            +10

          Alerter
          • Logique // 04.08.2019 à 23h42

            “Pourquoi les températures ont-elles baissé des années 40 aux années 70 en plein 30 glorieuses alors que les émissions de CO2 étaient en augmentation constante ? ( même chose fin du XIX ème siècle ? )”

            Parce que vous confondez climatologie et météorologie. Il y a des rétroactions négatives et positives. Encore un sujet d’étude. L’augmentation des températures n’est pas linéaire.

            ” avec un taux qui est passé de 0,03% à 0,04% , pas de quoi fouetter un chat”

            Et pourtant si. Durant les périodes glaciaires ce taux était de 140 ppm. En le doublant fini les périodes glaciaires.

            Je note que vous ne répondez à aucune de mes questions ci-dessus. Mais je ne suis pas surpris.

            Sur votre lien: c’est pas magnifique d’annoncer des cycles de mille ans quand on n’a pas un siècle d’observations détaillées du soleil? Je note qu’on nous prédit 3 décennies d’un grand minimum depuis cette année, mais accompagné d’un accroissement de l’irradiance solaire totale. Cela tombe bien, les dix dernières années ont été parmi les plus chaudes enregistrées depuis plus d’un siècle et donc le modèle envisagé nous annonce une baisse de la température. Je suis impatient de voir le résultat…

              +3

            Alerter
          • VVR // 09.08.2019 à 03h03

            passer de 0,03% à 0,04%, c’est +33% de captage radiatif en plus, c’est énorme.

            99% des composant de l’atmosphére sont incapable de capter les infrarouges. Ce qui signifie que sans ces 0,03%, la terre ne serait qu’une boule de glace.

            Quand a Zharkova qui est encore une fois mise a contribution, la conclusion finit par:
            These oscillations of the estimated terrestrial temperature do not include any human-induced factors, which were outside the scope of the current paper.

            ce qui ne veux pas dire ‘même pas utile dans leurs conclusions’, mais ‘pas utile pour ce papier qui parle du fonctionnement du soleil, pas du climat’

              +0

            Alerter
        • Chalpitek // 05.08.2019 à 16h48

          1) pourquoi on dit que c’est un gaz à effet de serre?

          C’est indubitablement un gaz à effet de serre. La vapeur d’eau aussi. La question c’est de savoir si son effet est minime ou pas.

          2) pourquoi avec un soleil moins chaud il faisait plus chaud à l’ère secondaire avec des forêts jusqu’aux pôles?

          Le CO2 a SUIVI l’augmentation de la température et non précédé. La cause est donc ailleurs.

          3) pourquoi actuellement loin de relâcher du CO2 les océans en absorbent de grandes quantités ce qui contribue à leur acidification et à freiner l’augmentation du taux atmosphérique?

          Faux. Quand la température monte les océans relâchent du gaz carbonique (loi de Henry)

          4) pourquoi les périodes glaciaires?

          Cycles cosmologiques
          Variations de la luminosité du Soleil
          Variations du champ magnétique solaire, qui influe sur le rayonnement cosmique et sur la couche nuageuse
          Variations de la densité de l’atmosphère terrestre

            +3

          Alerter
    • Emmanuel Florac // 04.08.2019 à 17h43

      Sur l’utilisation des arbres: l’arbre n’a pas besoin d’être vivant pour servir de marqueur. On utilise justement des arbres qui ont été coupés il y a des siècles, ou qui ont été engloutis dans des lacs ou des tourbières, aussi bien que des arbres fraîchement coupés. Les spécialistes ont passé de nombreuses années à corréler des séquences de bois de différents âges et différents lieux pour reconstruire le climat européen. Ça leur a pris 150 ans, mais ça permet d’avoir des marqueurs saisonniers un peu partout à l’année près, sur environ 2000 ans (justement parce qu’on manque de bois plus vieux que cela).

      On utilise le carottage glaciaire pour analyser l’atmosphère et le climat. En carottant les glaciers alpins, on peut remonter 5000 ans en arrière. En carottant le Groenland, on pouvait encore récemment (avant les grandes fontes récentes qui ont rendues confuses les couches supérieures) remonter 300 000 ans en arrière. En Antarctique, on peut remonter 800 000 ans en arrière.

      Enfin je précise l’élément indubitable qui prouve sans aucun doute possible l’influence de l’homme sur le climat: la structuration de l’effet de serre. L’effet de serre retient les infrarouges émis par la surface terrestre. L’effet de serre fait augmenter la température nocturne, ce qui permet évidemment de clairement distinguer cet effet de la variation de l’activité solaire (qui par définition, est nulle la nuit). En mesurant la dérivée seconde de la température nocturne, on démontre donc le rôle de l’effet de serre (la source anthropique des gaz à effet de serre ne faisant elle aucun doute).

        +14

      Alerter
      • Pascalcs // 04.08.2019 à 19h19

        La corrélation directe entre la concentration de certaines molécules présentent dans l’atmosphère et la capacité de piégeage de chaleur de ces mêmes molécules est difficilement contestable.
        Toutefois, et dans des modèles complexes tels que le sont ceux qui prétendent simuler les comportements climatiques, nombreux sont les paramètres et inconnues qui interfèrent et interagissent suivant des règles que, je pense, nous devons avoir l’humilité de croire que nous sommes loin, très loin de toutes les comprendre et maitriser.
        J’évoquais plus haut la nécessité de toujours rester dans le doute par rapport aux sciences. Comme le mettent en avant ces articles scientifiques publiés très récemment, d’autres éléments sont étudiés dans les mecanismes de rechauffement climatiques et jettent le doute sur certaines “certitudes”. Voir et discuter de ces publications récentes japonaises et finlandaises:
        https://arxiv.org/pdf/1907.00165.pdf
        http://www.kobe-u.ac.jp/research_at_kobe_en/NEWS/news/2019_07_03_01.html

          +4

        Alerter
        • Bouddha Vert // 04.08.2019 à 22h28

          Vos références au blog de Jacques Henry et de tout ce qu’il peut trouver comme parution universitaire est sans objet face au consensus de la communauté.
          Franchement, cherchez par vous même plutôt que de vous cacher derrière un climato-sceptique sans aucune référence scientifique, merci.

            +4

          Alerter
      • Marie // 04.08.2019 à 20h58

        vous paraissez ne pas savoir qu’il n’y avait aucun marqueur sur les océans et donc il y a comme un manque dans les calculs, les carottages de glace ne sont valables que pour les régions dont ils sont issus et non pour la totalité du globe, ce sont des déductions.
        Quant à l’influence de l’homme sur l’effet de serre il est minime et plutôt environnemental

          +7

        Alerter
        • Bouddha Vert // 04.08.2019 à 22h31

          Merci pour votre pensée claire, simple et limpide, vous m’apaisez alors que de trop nombreuses lectures m’agitaient (inutilement ?) le carafon, où peut-on rejoindre votre secte?

            +5

          Alerter
        • Logique // 04.08.2019 à 22h45

          “Quant à l’influence de l’homme sur l’effet de serre il est minime et plutôt environnemental”

          Hum, le taux de CO2 est seulement passé de 280 ppm à 415 ppm. Or un doublement de ce taux équivaut à une augmentation de la température globale de 5°. Effet de serre tout ce qu’il y a de plus minime, en… effet.

            +2

          Alerter
      • Chalpitek // 05.08.2019 à 16h52

        L’homme influe certainement sur le climat. Maintenant est-ce de 0,01C ou de grandes valeurs comme le soutiennent les alarmistes (qui ont un agenda politique et qui ne se soucient pas tellement des faits)?

          +3

        Alerter
        • Bouddha Vert // 06.08.2019 à 00h57

          Certes les politiques ont un agenda, pour la communauté scientifique, en général, elle cherche la renommée pour le plus longtemps possible: Copernic, Carnot, Lemaitre, Friedmann… eux on ne les oublie pas et on les aime.
          De quels personnages politiques alarmistes parlez vous? Je crois qu’on ne les connait déjà plus.

            +1

          Alerter
    • gogogadget // 04.08.2019 à 22h49

      @Sandrine : [modéré]
      On ne manque pas de sources pour le climat avant l’an 0, simplement il s’agit ici d’un choix délibéré de cibler l’étude qui est une méta-analyse sur cette période et cela permet de cartographier plus précisément les variations en son sein.
      Évidemment, il y a peu d’arbres bimillénaires, mais le recouvrement des périodes de vie de nombreux sujets pallie largement le problème qui n’en est pas vraiment un car ces données sont statistiques avec de larges échantillons.
      En ce qui concerne le climat des temps préhistoriques, vous allez devoir vous familiariser avec les carottes galiciaires et les isotopes de l’oxygène. L’étude du climat ne se fait pas au doigt mouillé, les chercheurs croisent de multiples sources de données (sédimentaires, fossiles, paléoatmosphériques, astronomiques…) avant de donner des résultats de modélisation, passés ou futurs. C’est imparfait, par nature, mais mieux que tout autre discours a priori. C’est quand même consternant que tout un chacun s’improvise des compétences en climatologie sous prétexte que c’est un sujet d’intérêt collectif majeur. Allez vous expliquer à votre médecin comment poser son diagnostic ? A votre pâtissier comment faire des macarons ? Non ? Alors…

        +5

      Alerter
      • Sandrine // 05.08.2019 à 11h18

        Mon propos n’était pas une seconde de “m’improviser des compétences en climatologie” et mon message était on ne peu plus cair la dessus : aucune affirmation péremptoire, seulement des INTERROGATIONS.
        Ceux qui y ont lu un plaidoyer climato-sceptique, à mon avis, ont surtout été outré qu’un message comme le mien ait pu recevoir tant de suffrages et été placé en tete de gondole… d’où leurs réaction quelque peu hypocrite au sujet de mon post, à l’instar de la votre.
        Seulement des interrogations, donc, et qui, de plus, visaient spécifiquement l’article qui nous était proposé à la lecture, un article de vulgarisation, dois-je le rappeler, destiné, donc, à convaincre les ignorants comme moi ,et qui, loin de respecter la démarche scientifique que vous semblez tenir en haute estime, nous présentait des conclusions à mon sens, partiales, partielles et orientées… tellement orientées que même la béotienne que je suis en la matière s’en est rendue compte, c’est dire…

          +10

        Alerter
        • Séraphim // 07.08.2019 à 15h37

          À la limite, je ne vois pas pourquoi vous ne vous improviseriez pas des compétences en climatologie! Croyez-vous que les tortionnaires de ce blog en aient de quelconques? Ils ressemblent à de pauvres gens se cherchant une existence par la foule. Ils bêlent comme dénonçait Baudelaire, pour être sûrs qu’ils sont en rang serré. On ne leur voit pas la moindre connaissance, même microscopique, en thermodynamique, ou en physique, ou en rayonnement, convection etc. Ils répètent sans rien comprendre les cris d’orfraie algoristes et les approximations jouzéliennes. Sont allés jusqu’au bac et savent lire Science & Vie. La belle affaire !

            +3

          Alerter
    • Pinouille // 05.08.2019 à 11h40

      @Sandrine
      Je doute qu’il existe en ce monde quelqu’un qui puisse répondre à l’ensemble de vos questions. Pour la simple et bonne raison qu’il faudrait qu’il soit à la fois expert en volcanologie, en astronomie, en physique, en climatologie, en biologie végétale, en histoire de l’antiquité, et j’en passe…
      Les personnes qui répondront à votre commentaire seront tout au plus spécialistes d’un de ces domaines, ou auront lu de la vulgarisation (ce qui n’est déjà pas mal).
      C’est bien là toute la difficulté de la problématiques abordée: elle fait la synthèse d’une quantité extraordinaire de résultats scientifiques de spécialités très diverses.
      Or chacun son boulot: certains (experts/spécialistes) produisent de la connaissance scientifique dans leur domaine, d’autres la valident, d’autres encore consolident ces connaissances éparses pour donner une vision d’ensemble, d’autres encore la vulgarisent, etc…
      Le processus fait intervenir plusieurs milliers (millions?) de personnes et personne ne peut se prévaloir de maîtriser chacun de ses aspects. En cherchant bien, on trouvera d’ailleurs quelques erreurs dans cette mécanique complexe. Cet état de fait prête donc le flanc à certains (climato) sceptiques.
      La question est donc moins d’avoir la réponse à toutes nos questions pour être convaincu du réchauffement climatique, que de faire confiance (pas aveugle: il y a des contrôles) au processus d’élaboration de la connaissance scientifique. D’autant plus qu’une énorme majorité des scientifiques concernés converge vers l’existence factuelle de ce réchauffement.

        +4

      Alerter
      • Sandrine // 05.08.2019 à 14h36

        Je veux bien faire confiance au processus d’élaboration de la connaissance scientifique, mais à lire l’ensemble des commentaires de ce billet, il me semble qu’il n’y a a pas unanimité au sein de la communauté scientifique sur le sujet qui nous intéresse ici.
        Or, comme le rappelle plus haut le message de @Catherine, “nous devons tout d’abord être bien conscients que la méthode scientifique exige que ce soient les faits, et non le nombre de croyants qui d’une conjecture font une théorie scientifique consolidée.”
        En outre, comme j’ai répondu plus bas à @Septique (04.08.2019 à 16h26) qui me faisait à peu près la même objection que vous, les enjeux économiques et géopolitique impliqués dans la question du climat sont tels, que l’on est en droit de chercher à “savoir”. Sinon, il est vain de prétendre être animé par un quelconque idéal démocratique. On se laisse gouverner par des experts dont on espère qu’ils cherchent à faire notre bonheur et on n’en parle plus.

          +8

        Alerter
        • Pinouille // 05.08.2019 à 18h31

          “mais à lire l’ensemble des commentaires de ce billet”
          Peu, voire aucun, n’est rédigé par un scientifique travaillant dans un des domaines concernés par votre commentaire. Ils n’ont donc qu’une valeur relative.

          “il me semble qu’il n’y a a pas unanimité au sein de la communauté scientifique sur le sujet qui nous intéresse ici”
          Il sera impossible d’obtenir l’unanimité, même scientifique, sur un sujet aussi complexe. A noter tout de même que l’écrasante majorité valide le réchauffement.

          “la méthode scientifique exige que ce soient les faits, et non le nombre de croyants qui d’une conjecture font une théorie scientifique consolidée.”
          Mais ces faits sont tous vérifiés et validés par des comités: il ne peut en être autrement. Donc il ne s’agît pas de croyances mais de connaissances. Que certains pans de ces connaissances soient discutés ou remis en cause par tel ou tel, ne remet pas en cause l’ensemble du constat. Dans le cas contraire, nous le saurions.

          “on est en droit de chercher à “savoir””
          Je pense que l’ensemble de la documentation scientifique est disponible sur internet. Il vous faudra juste quelques années/décennies pour vous former à chacun des domaines concernés pour ensuite lire et comprendre les articles.
          Sinon il y a la vulgarisation.
          L’idéal démocratique ne passe pas par la connaissance de la totalité de la production scientifique: c’est impossible. En revanche, il est grandement facilité par le fait que toute cette connaissance est accessible.

          “On se laisse gouverner par des experts…”
          Un scientifique produit de la connaissance, pas du bonheur.

            +5

          Alerter
          • Sandrine // 05.08.2019 à 19h31

            Ok pour vos objection, globalement.
            Sauf pour votre formulation “l’ecrasante majorité” qui n’est pas très scientifique😊 surtout que vous veniez de dire avant qu’aucun d’entre nous ici n’est spécialiste de ces questions (donc vous non plus..).
            Pour pouvoir affirmer qu’il s’agit bien de “l’écrasante majorité”, il faudrait connaître le nombre exact de scientifiques suffisamment spécialistes de ces questions pour qu’on puisse considérer qu’il est raisonnable de prendre en considération leur avis et faire une compte précis en tenant compte de toutes les nuances (ceux qui pensent que le réchauffement est très grave, ceux qui pensent qu’il ne l’est pas tant que ça, ceux qui pensent qu’il est directement lié à l’activité humaine, ceux qui pensent que ce n’est pas si clair que ça, etc., etc.)

              +5

            Alerter
    • Nico // 05.08.2019 à 11h50

      Non vos sources ne sont visiblement pas fiables. Toutes ces questions sont connues et ont des réponses. Ceux qui disent le contraire (et que vous avez visiblement écouté) ne sont pas fiables puisqu’ils vous présente des arguments biaisé.

      Vous croyez vraiment qu’après des siècles d’études du climat tous ces sujets n’ont pas déjà été débattus et étudiés ??? Réfléchissez 2 minutes et quand verifiez sérieusement vos sources

        +1

      Alerter
    • Soizic // 05.08.2019 à 20h30

      Sandrine
      “On parle généralement aussi de l’activité du soleil, il n’en est pas question ici.”
      Ah bon, je me demande si vous savez lire?:
      “…L’équipe estime que les variations de la puissance de rayonnement du Soleil n’ont pas affecté la température globale moyenne de manière significative cours de la même période…”
      Quand à vos remarques sur les arbres et sur le climat de l’antiquité (dont je n’ai jamais entendu parler), elles ne sont étayées par aucune source ni preuve scientifique que ce soit.
      Quoi qu’il en soit, quand on n’a rien à argumenter face à des recherches scientifiques, et celles publiées dans la revue Nature sont toujours d’un très haut niveau, il est préférable de s’abstenir au risque sinon de se rendre ridicule.

        +3

      Alerter
      • Sandrine // 06.08.2019 à 08h36

        Avouez que régler son compte au rôle du soleil dans le climat de terre, par un “on considère que ce n’est pas significatif pour la période concernée” est un peu court non…
        Quand au climat de l’antiquité dont vous n’avez jamais entendu parler, je vous renvoie aux détails donnés par certains commentaires dans le fil où vous pourrez prendre connaissance de la totalité du graphique reproduit (très) partiellement dans l’article

          +4

        Alerter
    • Bats0 // 07.08.2019 à 00h51

      Pour tous ceux qui ont encore des doutes à propos du rapport entre les comportements de l’être humain et et le changement climatique :
      Le bug humain – Sébastien BOHLER
      https://www.youtube.com/watch?v=GPMSADqi3A8
      Sébastien Bohler, les mystère de notre cerveau
      https://www.youtube.com/watch?v=r6ezBMIny3Y
      Contribution des activités humaines à la vague de chaleur record de juin 2019 en France
      http://www.cea.fr/presse/Pages/actualites-communiques/environnement/vague-chaleur-juin-2019-climat.aspx
      La canicule de juillet 2019 aurait été quasi-improbable dans un climat non modifié par l’homme
      http://www.cea.fr/presse/Pages/actualites-communiques/environnement/canicule-juillet-2019.aspx

        +1

      Alerter
  • Fabrice // 04.08.2019 à 08h25

    Je me demande à quoi sert ce type de post vu que nous aurons les mêmes débats du genre c’est pas la faute de l’homme, c’est la faute de l’homme en fait les deux mon général…

    A part certains obtus si les causes diverges la plupart s’accorde à dire que le changement de climat est réel sauf souvent convaincu par les arguments financés par les lobbies carbonés

    Mais au final on fait quoi rien parce que réponse :

    1- le système en place est le problème on n’y peut rien,
    2- c’est pas la faute de l’homme que la terre se débrouille,
    3- on verra pas le pire donc on en profite un max bonne chance les enfants,
    4- ça ouvre des perspectives sur des zones inexploitees faudrait être fou de l’empêcher,
    5- j’ai piscine.

      +18

    Alerter
    • gracques // 04.08.2019 à 10h13

      Faux ! Certains agissent
      Les hommes font l’histoire , même si’ils ne savent pas l’histoirebqu’ils font (marx)
      En d’autre termes , que vous agissez dans un sens ou que vous n’agissez pas , d’autres agissent …. certains en aveugles, mais toute action ou non action entraîne une conséquence.

        +14

      Alerter
      • Jean // 04.08.2019 à 11h47

        Pour l’instant, la seule réponse des politiques, et notamment ceux qui se réfèrent sans cesse au Protocole de Paris, c’est Tafta et Mercosur.
        Ces articles pseudo scientifiques : 2000 ans comparés aux milliards d’années de la Terre ne servent qu’à alimenter un faux débat.
        Que tous ces gens qui nous font des beaux discours et de belles taxes commencent par changer leurs habitudes illiberales.

          +29

        Alerter
      • Mohamed // 04.08.2019 à 12h22

        la grande majorité n’agissent pas. Certes l’histoire politique est faite par la minorité agissante, mais l’histoire écologique (démographie, économie) est faite par la majorité silencieuse.
        Or cette majorité (les 3/4 de la planète) ne rêve que d’une chose: atteindre le mode de consommation prédateur du modèle occidental.

          +12

        Alerter
      • Patrick // 04.08.2019 à 13h16

        agir dans le mauvais sens ou de façon inutile ne peut que conduire au gaspillage des ressources ( ex : mettre des éoliennes partout ).

          +6

        Alerter
        • Domica // 04.08.2019 à 13h39

          mettre de éoliennes partout pour engraisser les fonds de pension US (La Grande Finance > Black Rock) et nous vendre leur gaz US bien plus coûteux que le gaz russe (guerre commerciale et Nord Stream 2) … sauver le capitalisme revient à mettre le chaos énergétique en Europe et provoquer un génocide de masse, comme ils savent le faire.

            +10

          Alerter
          • gracques // 04.08.2019 à 16h50

            Bon OK , la on est dans la polémique politique , personnellement eu égard à la réalité du changement climatique et autres desordres écologiques et à ma crainte d’une probable dictature lorsqu’il va vraiment falloir prendre des mesures , je suis tout à la foi contre la signature de traités de libre échange , pour une économie régulee sinon’dirigée , pour une égalité sociale et sobre , et pour le maintien d’une énergie nucléaire … et tous ces sujets peuvent être mis sur la table .

            Mais plus cette fausse polémique du changement climatique d’origine anthropique.

              +8

            Alerter
    • Logique // 04.08.2019 à 22h51

      6- après moi le déluge.
      7- l’être humain n’a pas l’intelligence pour gérer ce type de problème
      8- parce que tout est centré sur son égo
      9- croissez et multipliez, emplissez la Terre (jusqu’à ce qu’elle déborde…?)
      10- la régulation se fera par la pollution ou les virus ou la guerre ou les famines

        +6

      Alerter
      • Mohamed // 04.08.2019 à 23h36

        triste constat que je partage malheureusement. Nous sommes des primates qui ont crû trop vite et trop loin, la nature se chargera de nous remettre à notre place. Dans le futur, les hommes se souviendront de notre époque comme d’un âge d’or inatteignable !

          +3

        Alerter
  • isidor ducasse // 04.08.2019 à 08h51

    mais moins rapide que ces 4000 dernières années selon une étude de Yakitori Wasabi basée sur l’analyse de l’écume de mer fossilisée.

    On en est ou avec le trou dans la couche d’ozone.

      +10

    Alerter
  • Theoltd // 04.08.2019 à 09h08

    Et ou en sont toutes les stations de ski de moyenne altitude qui devaient fermer, déjà en 2005? Et bien elles se portent si bien que Tony Parker a décider d’en racheter une !
    Il y a les articles, les études, les graphiques, de plus en plus compliques pour faire sérieux, et il y a la réalité. Si nous battons un record de 1947, c’est qu’il a fait très chaud en 1947. Nul doute que nous battrons aussi des records de froid comme nous l’avons déjà fait dernièrement.. Il ne peut y avoir de changement climatique, car le climat change tout le temps. Marre des devins qui envahissent les médias comme a la Rome antique. Aucun d’entre eux ne sera la dans 100 ans pour répondre de ses écris, alors ça y va! L’avenir nous est a tout jamais inconnu. Soyons prophèto-sceptiques!

      +37

    Alerter
    • bhhell // 04.08.2019 à 11h05

      Et puis c’est vrai, si la Terre elle était ronde, on tomberait, et si la Terre tournait autour du soleil, on verrait pas le soleil en mouvement. Rien ne vaut le bon sens commun. Il ne faut s’en remettre qu’à son propre jugement, au lieu se laisser manipuler par des pseudo experts

        +15

      Alerter
      • stephp // 04.08.2019 à 19h48

        C’est vrai, j’ai toujours douté de ces savants fous mal coiffés qui prétendent que le Terre est sphérique comme un ballon de foot.
        Chez moi quand je sors de la maison c’est tout plat !
        Toute cette histoire de Terre soit-disant ronde c’est pour nous faire payer encore plus de taxes moi j’vous l’dis !!

          +12

        Alerter
    • Séraphim // 04.08.2019 à 12h01

      La question n’est même pas là. Pourquoi faudrait-il qu’on garde ces foutus glaciers, ces stations enneigées? L’Arctique n’a que 5 millions d’années. Avant, y’avait…rien. Si, des mammouths et des lions en Sibérie, des oiseaux, des fleurs toute l’année…

        +5

      Alerter
      • Theoltd // 04.08.2019 à 12h38

        Les mammouths ont disparu bien avant votre apparition, et vous pourriez manger des carottes au fond d’un trou pendant 100 000 ans que cela ne les ferait pas revenir. Bon courage.

          +2

        Alerter
        • Séraphim // 04.08.2019 à 13h10

          Tiens, du coup c’est vous qui “manquez d’humour”!! Le réchauffement on s’en balance, et pourquoi? Parcequ’il a été quantifié de façon stricte, sérieuse, mathématique, physique et observationnelle par les meilleurs savants dans le domaine, pas par l’ingénieur en chemins de fer qui a dirigé le GIEC…John Christy par exemple, médaille d’or de la Nasa, inventeur de la mesure des températures de la troposphère par satellite, qui a refait jusqu’à cette année toute une série de mesures confirmant, en tous cas jusqu’à fin 2018, que la sensibilité du climat au CO2 est de 1,1°C/doublement de la concentration de CO2. Point final.

            +5

          Alerter
          • stephp // 04.08.2019 à 19h56

            Ouais et même que les moteurs diesels ça purifie l’air (dixit un ancien patron de Peugeot, sans rire). Allons-y, à fond sur le champignon !

              +5

            Alerter
            • glamas // 06.08.2019 à 19h19

              Ah ah oui ! et je me souviens très bien de son silence gêné après que son interlocuteur lui ait proposé de rester dans un garage clos avec une Peugeot moteur en marche, pour voir… (mais ce n’étais pas le patron de Peugeot j’en suis certain, plus un lobbyiste ou un chargé de com dans mon souvenir )

                +1

              Alerter
    • Logique // 04.08.2019 à 15h03

      “Aucun d’entre eux ne sera la dans 100 ans pour répondre de ses écris, alors ça y va!”

      Ah, je vois, encore un partisan d'”après moi le déluge”.

        +4

      Alerter
    • Logique // 04.08.2019 à 22h54

      “Et ou en sont toutes les stations de ski de moyenne altitude qui devaient fermer, déjà en 2005?”

      Vous avez entendu parler des canons à neige, oui?

        +5

      Alerter
  • Shock // 04.08.2019 à 09h17

    Ce qui fait problème outre la rapidité de la montée des températures c’est la destruction, le morcelage et la pollution des écosystèmes de telle sorte que les populations animales et végétales n’ont plus la possibilité de s’adapter ou de migrer hormis certaines d’entre elles comme le moustique tigre. Et finalement la cause première des émissions de CO2, de l’épuisement des ressources et des menaces sur les écosystèmes, c’est la faramineuse croissance de la démographie qui a triplé en l’espace d’une vie.

      +15

    Alerter
    • Theoltd // 04.08.2019 à 09h25

      On va tous mourrir, c’est horrible. Propageons donc la peur et la haine contre soi meme. C’est ça la solution. Ou alors, allons vivre dans une grotte, comme le voudraient nos dirigeants, qui pendant ce temps la se pavanent en avion et yachts de luxe tout en nous terrorisant de prophéties apocalyptiques, pour pouvoir continuer,.

        +28

      Alerter
      • charles // 04.08.2019 à 11h30

        Oh quelle nouvelle illuminante, on va tous mourir! Qu’on est bien avancé avec ce genre de platitudes.

        Un adage antique dit que vivre c’est apprendre à mourir.
        La question est très précisément celle là, de savoir dans quelles conditions nous vivrons et ce que cela nous laissera de possibilités pour élaborer notre départ.
        Paisiblement, aidé par la médecine supporté par le progrès et l’exploitation de nos ressources ou dans la souffrance et l’indigence de ceux à qui tout manque ?
        pas d’éco système viable, pas d’économie stable.
        pas d’économie stable, pas de paix social.
        pas de paix social, pas de vie paisible.
        pas de vie paisible, pas de mort paisible.

        Quand les anti douleurs viendront à manquer pour vos défaillances corporels
        vous comprendrez qu’on oublie vite le bien être,
        mais que la douleur tout le temps vous hante.

        Le reste de votre commentaire est inepte. Vos gouvernants n’ont jamais attendu une quelconque prophétie apocalyptique pour se faire des buffets de homards à vos frais, ils vous ont simplement fait croire à aux fadaises du mérite pendant que eux prenaient les raccourcis pour s’assurer que vous payiez la note.

          +11

        Alerter
        • Theoltd // 04.08.2019 à 12h43

          Vous manquez d’humour Charles, détendez vous.

            +12

          Alerter
          • Bouddha Vert // 04.08.2019 à 22h46

            Quand certains manquent d’humour, d’autres pêchent par manque de pragmatisme, réveillez vous.

              +2

            Alerter
      • Logique // 04.08.2019 à 13h36

        ” Ou alors, allons vivre dans une grotte”

        Non, il n’y a pas assez de grottes disponibles.

        “On va tous mourrir”

        Nous sommes mortels et je suis heureux de vous l’apprendre. Quant à l’humanité aucune “chance” qu’elle disparaisse. Songez à tous ces “dirigeants” et milliardaires qui ont préparé leur refuge sur certaines îles.

        Visiblement vous manquez d’empathie pour le reste du monde vivant. Et moi et moi et moi…

        “Propageons donc la peur et la haine contre soi meme.”

        Déni de réalité. Il ne s’agit pas d’avoir peur, mais d’être lucide. Les contraintes ne viendront pas des dirigeants, mais de la réalité et notamment de la raréfaction d’une énergie abondante et bon marché.

          +5

        Alerter
    • Sandrine // 04.08.2019 à 09h54

      Et si, avant de tirer toute conclusion sentencieuse, on commençait par interroger les dogmes et la façon dont ils ont été construits : l’écosystème et son équilibre, le biotope, la biosphère, la biodiversité…

        +9

      Alerter
      • charles // 04.08.2019 à 11h31

        faits donc. Quand vous aurez finit de faire le tour de vos interrogations vous nous expliquerez comment se défaire de nos instincts de survie.

          +3

        Alerter
        • Sandrine // 04.08.2019 à 11h45

          Je ne vois pas le rapport. D’ailleurs l’instinct chez l’homme est aussi un concept très connoté qui a été déjà de nombreuses fois remis en question

            +4

          Alerter
          • Logique // 04.08.2019 à 14h36

            “D’ailleurs l’instinct chez l’homme est aussi un concept très connoté qui a été déjà de nombreuses fois remis en question”

            Ce n’est pas tout de le dire, encore faut-il le démontrer. Instinct de survie, instinct sexuel, instinct de prédation, instinct de confort… On en voit la manifestation tous le jours.

            Ici même aussi.

              +3

            Alerter
          • gogogadget // 05.08.2019 à 22h52

            Je réponds ici ne pouvant le faire plus bas. J’insiste : si vous acceptez l’évolution telle que proposée par Darwin et ses successeurs (néo-darwinisme), ce qui, aux dernières nouvelles fait consensus dans la communauté scientifique, vous avez un problème avec l’existence de l’âme, le fait de vous considérer comme ayant des différences fondamentales avec les autres êtres vivants, tout ça… Si vous ne voyez pas pourquoi, c’est qu’il vous faut y revenir de façon plus approfondie (lisez aussi Yuval Noah Hariri dans “Sapiens”). Vous savez, les fondamentalistes ne s’y trompent pas : ils rejettent toujours en bloc la théorie de l’évolution. Les catholiques “papistes” ont amendé leur position et déclaré (Pape J.P. II, 1996) qu’il s’agissait de “davantage qu’une hypothèse”. Les malheureux… La genèse devenu un mythe et non un récit historique, c’est tout l’ouvrage (le dogme) qui se détricote sous nos yeux.
            Ah oui, encore une chose : Alexis Carrel était un eugéniste patenté, ce n’est pas pour autant que ses travaux sur la circulation extracorporelle ou la culture in vitro des tissus sont à jeter aux orties. Personne n’est monolithique, c’est réducteur et simpliste. Vous savez la démarche scientifique n’est pas une option parmi d’autres sur le plan intellectuel : je vais être tout à fait clair : c’est LA grande découverte mère de toutes les autres. Il n’y aucun autre moyen d’appréhender le réel que la méthode scientifique, telle que décrite par des épistémologistes comme Karl Popper par exemple. Le reste est du verbiage et ne produit rien d’utile à la compréhension du monde.

              +3

            Alerter
      • Logique // 04.08.2019 à 14h33

        Il faut laisser les dogmes aux religions. Dans quel monde vivez-vous pour parler ainsi des écosystèmes et de la biodiversité? Je comprends que vous n’avez rien à faire de la disparition des espèces.

        https://duckduckgo.com/?q=disparition+des+populations+animales&t=ffsb&ia=web
        https://duckduckgo.com/?q=extinction+des+rhinoc%C3%A9ros&t=ffsb&ia=web

        Ne faut-il pas être égoïste pour rester insensible à l’extinction de populations animales (et végétales)? De ne se préoccuper que de son petit confort personnel. Mais rassurez-vous rien ne changera, nous sommes dans une course à l’abîme et tout le monde s’en fout dès qu’il faut se remettre en question même un tout petit peu. Et c’est vrai que ceux qui s’en fichent le plus sont ceux qui ont le plus d’argent, les capitalistes et leurs larbins.

        Bonne nuit!

          +5

        Alerter
        • Sandrine // 04.08.2019 à 17h52

          “Je comprends que vous n’en avez rien à faire de la disparition des espèces “.
          Je regarde juste les choses telles qu’elles sont. Les tigres aux dents de sabre et les dinausaures ne sont plus… Dois-je me couvrir la tête de cendre et me lamenter sur ce monde si mauvais qu’il autorise la disparition de ces espèces pourtant si belles et si uniques?!

          Votre réaction est typique du discours (supposément) écologique qu’on sert aux masses dans les médias actuellement (A. Barrau en tête). “Sauver la beauté de ce monde”. “Chaque espèce est irremplaçable”…. En réalité, il s’agit d’une projection anthropocentrique très typique des classes bourgeoises citadines. C’est une nouvelle forme de romantisme : on se désole de ce que “son” environnement se modifie et sera à jamais perdu parce que, par la, on prend conscience de sa propre finitude et de sa propre contingence. On rêve d’un retour à un supposé équilibre passé éternel…
          Les romantiques du XIXe accusaient le froid rationalisme des lumières d’avoir détruit la beauté du monde, le romantisme ecolo d’aujourd’hui accuse aussi les lumières. Il va plus loin cependant en attaquant l’humanisme, les religions monothéistes ; il prétend refonder une nouvelle spiritualité et un nouveau rapport au monde.

          Oui, décidément, le terme “dogme” en ce qui concerne les fondements de sa pensée est adapté, en dépit l’habillage scientifique dont il se pare.

            +9

          Alerter
          • gogogadget // 05.08.2019 à 13h10

            Et tant que j’y suis, je n’en ai pas terminé. Vous parlez de “romantisme écolo”, ce qui m’apparaît comme une façon en soit de décrédibiliser l’écologie scientifique, qui n’a que peu de rapport avec le discours politico-médiatique qui se revendique du terme. Dire que l’écologie est bourgeoise, c’est un peu comme Lyssenko qui prétendait dans l’URSS de Staline que la sélection darwinienne était un concept bourgeois auquel les céréales et autres organismes cultivés soviétiques ne sauraient être soumis… On sait ce qu’en a retenu la postérité.
            Pour le reste, il est fort heureux que l’écologie questionne et remette en cause les fondements culturels et religieux issus du (j’assimile ici les 3 variantes principales) monothéisme. Désolé, mais si vous arrivez à soutenir encore en 2019 la dualité homme/animal ou matière/esprit, vous avez manqué quelques épisodes cruciaux des découvertes scientifiques. Adoptez la spiritualité de votre choix, mais si celui ci est de vous référer à des croyances de l’ère pré-scientifique (en gros tout ce qu’il y a avant 1750 à de rares exceptions) ne cherchez pas par pitié à en tirer argument. Oui, un paradigme s’est effondré. Non, l’Humanité n’a pas vocation à “gérer” la nature qui n’est pas un décor hollywodien. Comme quelqu’un qui s’élève au-dessus du sol va nécessairement retomber, nous avons à grand coup d’énergie abondante et de pillage des métaux accessibles accédé à un affranchissement apparent et temporaire des règles de l’évolution biologique et du second principe de la thermodynamique, mais je vous garantis que cela touche à sa fin…

              +5

            Alerter
            • Sandrine // 05.08.2019 à 14h55

              “Désolé, mais si vous arrivez à soutenir encore en 2019 la dualité homme/animal ou matière/esprit, vous avez manqué quelques épisodes cruciaux des découvertes scientifiques”… Quand j’entends ce genre d’arguments scientistes… je ne sors pas mon revolver… Mais, j’ai pas trop envie de discuter quand même…

              Cependant sur le fond : ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : je ne conteste pas la validité de l’écologie en tant que science, quoique je pourrais vous rappeler qu’elle a été portée à son origine pas des savants qui étaient d’avis que le racisme lui aussi relevait de la science (ils étaient nombreux à cette époque à penser ça):
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Ernst_Haeckel
              Mais cela n’invalide pas pour autant, à mes yeux, l’intérêt de l’écologie en tant de science du milieu dans lequel les organismes vivent.
              Cependant quand on entend à tout bout de champ des communicants brandir les concepts de “biodiversité”, “bioshpère”, “ecosystème” pour jeter des anathèmes sur les uns et les autres… je suis désolée, mais on est dans tout autre chose que la science.

                +3

              Alerter
            • Logique // 05.08.2019 à 17h08

              “Cependant quand on entend à tout bout de champ des communicants brandir les concepts de “biodiversité”, “bioshpère”, “ecosystème” pour jeter des anathèmes sur les uns et les autres… je suis désolée, mais on est dans tout autre chose que la science.”

              Des concepts???? Non, désolé, ce ne sont pas des concepts ou alors la Terre, la Lune, chaque espèce animale ou végétale et vous-même êtes des concepts. Ces mots ont une signification parfaitement claire et utile, et votre allergie à ces mots ne juge que vous-même.

              C’est vous qui utilisez un discours religieux (anathèmes). Les scientifiques et tous ceux qui ont de l’empathie pour les autres espèces animales et végétales (et non les “communicants”) sont dans leur rôle d’informer sur les menaces qui pèsent sur les écosystèmes et la disparition de populations animales et végétales, quand ce n’est pas leur extinction.

                +1

              Alerter
            • Subotai // 09.08.2019 à 19h13

              La Bête Humaine n’a pas compris -hé hé hé – (a oublié) qu’elle EST la planète.
              Il n’y a pas de transcendance dans l’espace de nos “six” sens… 🙂
              Et s’il y en a une en dehors, il est sans intérêt du fait de notre impossibilité à l’appréhender.
              Nous faisons partie de la planète (poussière, etc… 🙂 ) et nous participons à son évolution, notre disparition ne changera pas grand chose pour elle; nos actes, en modifiant notre environnement, l’ont rendu impropre à notre survie. On peut passer le temps qui nous reste (personnellement et collectivement) à s’étriper sur notre responsabilité ou non. On peut aussi revenir aux fondamentaux et passer son temps à cultiver son jardin… 🙂

                +0

              Alerter
          • Logique // 05.08.2019 à 16h54

            “Je regarde juste les choses telles qu’elles sont.”

            Non, voir plus bas.

            ” Les tigres aux dents de sabre et les dinausaures ne sont plus… Dois-je me couvrir la tête de cendre et me lamenter sur ce monde si mauvais qu’il autorise la disparition de ces espèces pourtant si belles et si uniques?!”

            Ô le magnifique sophisme! Qui parle des tigres aux dents de sabre ou des dinosaures? Du reste les dinosaures “sont” toujours. Mais on ne peut pas vous demander de tout savoir. Il est question des espèces animales et végétales actuellement vivantes et en danger. Du fait de l’être humain et de ses activités. Dois-je comprendre que vous soutenez ceux qui s’enrichissent par la chasse à la baleine, aux éléphants (ivoire), aux rhinocéros (cornes), aux requins (ailerons)? Ou qu’à tout le moins, vous vous en fichez?

            Chaque espèce est non remplaçable – comme le pétrole – car il faut des dizaines de milliers d’années – soyons optimistes – d’évolution pour en créer une.

            Donc selon vous aucune espèce n’est irremplaçable. C’est bien ça?! Est-ce que ça vaut aussi pour l’espèce Homo “sapiens”?

              +1

            Alerter
            • Sandrine // 05.08.2019 à 17h53

              Dernier point la biodiversité, contre laquelle, j’ai apparemment dit des choses très blasphématoires :
              Si si, la “biodiversité” (et le reste aussi, mais concentrons-nous sur la biodiversité, parce que c’est le point nodal) est un concept.
              Un concept assez récent, d’ailleurs : https://fr.wikipedia.org/wiki/Biodiversit%C3%A9#Histoire_du_concept
              Non je ne travaillaille pas pour Bayer, je ne cautionne pas la chasse à la baleine, je ne me réjouis pas que des milliers d’espèces disparaissent chaque jour : je constate simplement que la biologie de la conservation d’où est issue ce concept de biodiversité a des fondements avanjt tout spirituels et ensuite scientifiques. C’est pas moi qui le le dit, c’est écrit dans wikipédia :
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Biologie_de_la_conservation#Histoire_de_la_biologie_de_la_conservation
              En plus de cela, les fondements scientifiques de cette biologie de la conservation sont très liés à l’eugénisme scientifique, et en particuliers aux travaux de Ronald Fisher, matématicien génial, mais eugéniste enragé et malthusien convaincu qui proposait de supprimer les allocations familliales aux pauvres pour les donner aux riches…
              Cette proximité congénitale de l’eugénisme et de cette idée de biodiversité n’est pas étonnante puisque la “biodiversité” traite avant tout de “populations”, de leur “nombre”, des “conditions matérielles de leur survie”… (https://www.researchgate.net/publication/301295597_La_biologie_de_la_conservation_-_de_la_theorie_a_la_pratique_et_retour)

                +1

              Alerter
      • gogogadget // 05.08.2019 à 11h59

        A lire l’ensemble de vos commentaires, pour une “béotienne” qui émet des “INTERROGATIONS” selon vos mots, je vous trouve vous même fort péremptoire. Vos interrogations cachent mal des remises en questions de la qualité des travaux présentés. Oui, la conclusion d’un travail scientifique est “orientée”, puisque des résultats sont obtenus. Ce serait un comble qu’on en déduise rien et qu’on reste perpétuellement dans l’expectative au nom de la prudence, parce qu’on a 5% de chance d’avoir une prochaine étude qui soit partiellement contradictoire.
        Vous parlez de dogme à propos des notions d’écosystème, de biotope, biosphère, biodiversité. Ce sont des propos confus (où voulez vous en venir ?) qui laissent à penser que les scientifiques se comportent comme les adeptes d’une religion. Vous vous méprenez lourdement sur la nature de la démarche scientifique et même s’il existe de la mauvaise science et des scientifiques ayant des conflits d’intérêt, ils sont plutôt à chercher dans les équipes financées par les multinationales de l’énergie ou de l’agrochimie par exemple. Ce n’est pas le cas ici manifestement et il n’y a aucun rapport avec des concepts scientifiques bien mieux définis que vous ne semblez le savoir. Ouvrez donc un ouvrage d’écologie universitaire, au hasard “Ecologie générale” de Robert Barbault, recommandé en licence de Biologie Biochimie Terre et Environnement, il vous en coutera 30€, et ce sera de l’argent mieux employé qu’un abonnement à “Science et….”.

          +5

        Alerter
        • Logique // 05.08.2019 à 16h57

          Je vous remercie pour votre commentaire qui remet quelques pendules à l’heure. Puisqu’on en est aux recommandations, un livre sur la paléoclimatologie ne ferait pas de mal non plus. Ne serait-ce que pour comprendre que le climat des périodes glaciaires est une exception dans l’histoire de la Terre.

            +3

          Alerter
        • Sam // 05.08.2019 à 17h42

          Le mot ne défini pas le concept creux, c’est celui qui l’utilise : le communicant (comme le dit très bien Sandrine).
          Même si la Terre est folle de rage, il est légitime de s’interroger sur ceux qui communiquent à ce sujet. Nos dirigeants passent leurs vies à favoriser l’industrie et la finance au détriment de la planète, mais viennent communier tous les jours à la télé en nous parlant d’écologie.
          Ainsi, beaucoup voient bien que le climat est détraqué, mais voient aussi très bien qu’on se fout de leur gueule à ce sujet (De Rugy, Borne, Poirson, …). D’où un certain scepticisme, à mon avis…

          “Vite, vite, il faut sauver la planète”, disent ils en riant sous cape pendant qu’ils construisent des bunkers, sachant bien que c’est foutu puisqu’ils ne font RIEN pour sauver la planète…

            +4

          Alerter
  • Brigitte // 04.08.2019 à 09h19

    En lisant le résumé de l’article de Nature Geoscience, source principale de ce papier, on note d’abord la prudence du langage scientifique, qui n’affirme jamais mais suggère. Ensuite, ce sont des analyses statistiques de corrélation basées sur des données disparates. Il faut lire l’article princeps pour bien les cerner. Que les résultats des différentes méthodes convergent vers une même périodicité des variations climatiques signifie-t’il que les méthodes sont fiables ou que les données sont assez fiables pour comparer ensuite avec la période actuelle?? Car les données actuelles sont bien plus nombreuses et surtout différentes: températures réelles et non plus indirectes comme en paléoclimatologie.
    Loin de moi la remise en question du réchauffement climatique global mais pour en comprendre les causes, il faut garder la tête froide….

      +9

    Alerter
    • gracques // 04.08.2019 à 10h17

      Quant à la’prudence du langage scientisme voici selon le GIEC ce que cela veut dire .
      Quant il est indiqué qu’une chose est provoquee ‘très probablement’ par une autre cela veut dire pour unscientique qu’il’y à 90 % de chance pour que cela’soit vrai.
      Alors en langage commun ‘très probable’ veut dire à quasi coup sûr !

        +12

      Alerter
  • –gilles– // 04.08.2019 à 09h38

    Le constat est fait, l’activité thermo-industrielle et son dégagement de CO² sont la cause essentielle du réchauffement climatique. De fausses solutions compatibles avec une économie de marché existent qui permettent de ne rien changer : la séquestration du carbone, la compensation carbone et donner une valeur de marché aux éco-systèmes. Le battage émotionnel réalisé autour de Greta THUNBERG risque de nous faire adopter ces solutions sans y avoir réfléchi.

    http://www.entelekheia.fr/2019/08/03/une-instructive-lecon-de-manipulation-de-masse-par-cory-morningstar/

      +15

    Alerter
  • douarn // 04.08.2019 à 10h28

    Bonjour
    Plus que l’étude, qui ne reste qu’une étude, je trouve que la réaction de bien des gens d’ici et d’ailleurs interroge. Je pense que ce qui fait bondir certains, c’est l’idée que les limites physiques du monde soit incompatibles avec l’imaginaire collectif et finisse par se mettre en travers du chemin de ce dogme devenu religion, une sorte de scientisme consumérique préservant l’homme des contingences naturelles, pour faire court.
    Entendu sur une radio publique pas plus tard qu’hier : “… en 2050, 2/3 de la population mondiale vivra en ville, il faut inventer la mobilité de demain. Je suis sûr qu’il y aura des taxi-robots et des voitures autonomes. L’énergie sera solaire, éolienne, issue de la biomasse, ….”. Avec 10 milliards de terriens, il faut vraiment avoir la foi pour croire cette fable.

    Contrevenir à ce dogme, émettre des doutes sur la capacité du système à rester compatible (climat, fertilité des sols, ressource en eau douce, biodiversité, …), c’est être un mécréant et traité comme tel, comme cela a pu se faire dans l’histoire.

      +29

    Alerter
    • Catalina // 04.08.2019 à 12h12

      Si vous ne ccroyez pas à la thèse de la responsabilité principale de l’homme dans le changement climatique, vous serez envoyé à Guantanamo, donc 47% des 103 géologues qui doutent y seront seront illico transférés ainsi que tous ceux qui ne prennent pas pour argent comptant ce que dit le GIEC; “À l’inverse, seulement 47 % des 103 géologues interrogés pensent que l’activité humaine est un facteur significatif du changement climatique. En conclusion l’enquête affirme:

      « Il semble que le débat sur l’authenticité du réchauffement global et sur le rôle joué par les activités humaines soit largement inexistant parmi ceux qui comprennent les nuances et les bases scientifiques des processus climatiques à long terme14. »”

      Que pensent les 10% de scientifiques qui ne se déclarent pas ?
      Parce que si cela était sûr et certain, pourquoi donc des scientifiques tout à fait capables de faire les mêmes calculs que leurs confères sont réservés ?
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Positionnement_de_la_communaut%C3%A9_scientifique_envers_le_r%C3%A9chauffement_climatique
      http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Ftigger.uic.edu%2F~pdoran%2F012009_Doran_final.pdf

        +14

      Alerter
    • Sandrine // 04.08.2019 à 12h25

      J’ai plutôt pour ma part l’impression que le dogme du moment est exactement l’inverse de ce que vous dites. Partout j’entends que nos ressources sont limitées, que le mode de développement des trente “glorieuses” a été l’une des pires erreurs de l’histoire de l’humanité, qu’il est temps d’expier les péchés de nos parents si nous ne voulons pas que nos enfants nous vouent aux gemonies (a l’instar de la tres virulente Greta ).
      On convoque la science pour lui faire dire que l’homme est un incorrigible jouisseur qui se croit tout permis et qui se prend pour Dieu sur terre…
      ok, moi je veux bien, mais ce qui me gêne, c’est que ce discours est loin d’etre neuf…
      Ce que je sais aussi, c’est que dans l’histoire récente, le discours culpalisant l’hubris humaine et “l’esprit de jouissance” a été porté par des forces politiques réactionnaires défendant l’ordre social en place et terrifiées par la prolifération des pauvres et leur organisation dans des partis politiques de partageux
      Mais après tout, c’est peut-être eux qui ont raison…
      – pas sûr cependant que ce soit exactement ce que vous vouliez dire😊

        +14

      Alerter
      • Totote // 04.08.2019 à 12h57

        “par des forces politiques réactionnaires défendant l’ordre social en place et terrifiées par la prolifération des pauvres et leur organisation dans des partis politiques de partageux”

        vous trouvez que le monde est régit par des partis politiques partageux ? Sans déconner, vous vivez sur quelle planète ?

          +7

        Alerter
        • Sandrine // 04.08.2019 à 14h42

          Non, par partis politique partageux, je faisais allusion aux partis communistes de diverses obédiences

            +2

          Alerter
        • Logique // 04.08.2019 à 14h50

          “par des forces politiques réactionnaires défendant l’ordre social en place et terrifiées par la prolifération des pauvres et leur organisation dans des partis politiques de partageux”

          Les “forces réactionnaires” ne sont nullement terrifiés par la prolifération des pauvres, ils la soutiennent de toutes leurs forces au contraire! Main d’oeuvre la moins cher possible et chair à canon pour la guerre ce qui permet de s’enrichir encore davantage. Pourquoi croit-on que l’Allemagne a ouvert les portes à une vague de migrations sans précédent? Pour le plaisir de partager? Non bien sûr pour exploiter et diviser.

          Quant à être terrifié par l'”organisation (des pauvres) dans des partis politiques de partageux”, on voit ce que cela donne. Ils sont où ces partis de partageux? Je n’en vois aucun. Chacun est là pour SE servir plutôt que servir. Et il n’y a pas que les homards. A moins… à moins que le RN soit vu comme un parti de partageux?! Ce qui voudrait dire si on suit la logique que “les forces politique réactionnaires” sont terrifiées par elles-mêmes.

            +4

          Alerter
          • Sandrine // 04.08.2019 à 17h11

            Ben oui, les partis “partageux” ont des scores au raz des pâquerettes parce que tout le monde a les yeux rivés sur l’écologie et le réchauffement climatique…

              +3

            Alerter
            • Shock // 05.08.2019 à 08h09

              Selon vos dires les partis partageux ne veulent donc rien partager avec les autres espèces, mais seulement les exploiter et finalement les détruire. Les partis partageux auraient-ils choisi de faire leur l’idéologie réactionnaire de Nietzsche sur la volonté de puissance?

              Bref, en vous lisant cela ne donne pas envie du tout de voter pour le parti que vous défendez.

              C’est tellement facile de mettre des scores piteux aux élections sur le dos des autres plutôt que de se remettre en question.

                +1

              Alerter
            • Sandrine // 05.08.2019 à 11h29

              La volonté de puissance de Nietzsche concerne aussi les plantes et les animaux, dois-je vous le rappeler Shock .
              Michel Onfray (que je n’apprécie pas par ailleurs) avait fait un cours à ce sujet :
              https://www.franceculture.fr/emissions/breve-encyclopedie-du-monde/botanique-de-la-volonte-de-puissance

              La nature est belle, mais elle est marquée du sceau de la prédation. Et c’est ce qu’oublient un peu trop vite ceux qui veulent coûte que coûte faire coïncider leur nostalgie de l’amour christique avec leur vision du monde moniste (matérialiste) et vitaliste.

                +3

              Alerter
            • Shock // 06.08.2019 à 07h24

              “La volonté de puissance de Nietzsche concerne aussi les plantes et les animaux, dois-je vous le rappeler Shock ”

              C’est effectivement la pensée de ce fou. Cela ne veut pas dire que c’est vrai.

              “Michel Onfray (que je n’apprécie pas par ailleurs)”

              Pourquoi j ne suis pas surpris?

              ” avait fait un cours à ce sujet :”

              MO n’a pas compris grand chose à Nietzsche tellement il est dans l’admiration béate.

              Vous semblez aussi admirer la pensée de cet Allemand… qui a bien servi au fondateur du national-socialisme… quand je lis la suite:

              “La nature est belle, mais elle est marquée du sceau de la prédation.”

              Tout autant que du sceau de la coopération, de la symbiose, etc.
              Tout résumer par la prédation est simpliste. La plupart des animaux tuent pour se nourrir (ou pour se défendre), pas par plaisir. Ce serait du gaspillage d’énergie.

              “Et c’est ce qu’oublient un peu trop vite ceux qui veulent coûte que coûte faire coïncider leur nostalgie de l’amour christique avec leur vision du monde moniste (matérialiste) et vitaliste.”

              Que vient faire “l’amour christique” dans cette galère? C’est oublier qu’il a été crucifié avec deux complices pour rébellion contre l’empire. Quelle nostalgie???

              Vous avez la fâcheuse habitude de prêter aux autres vos propres élucubrations hors sol. Cela ne facilite pas la discussion.

                +0

              Alerter
            • Sandrine // 06.08.2019 à 10h11

              Ce n’est pas moi “qui admire la pensée de cet allemand” mais vous qui accusez “les partis partageux [d’avoir fait le choix] de faire leur l’idéologie réactionnaire de Nietzsche sur la volonté de puissance”…
              Quand on lance un truc comme ça, on anticipe qu’il y aura peut-être une réaction de la part de celui qui est visé (calomnié serait plus juste)…
              Je tenais simplement à vous rappeler que le vitalisme (ce qu’implique la notion de volonté de puissance – celle-ci n’étant que la version littéraire de de formulations plus scientifiques comme l’instinct de survie,de reproduction, etc.) est une option philosophique commune à Nietzsche et aux écologistes (… et d’ailleurs aussi au nazisme puisque visiblement vous tenez à faire le lien …)
              Mais pas commune aux partis partageux, justement, qui, comme le soulignait récemment fort justement Gael Giraud sont beaucoup plus proches de l’église catholique (du christianisme tout court) qu’ils ne le pensent.

                +0

              Alerter
          • Séraphim // 06.08.2019 à 08h47

            Non, Il n’a pas été crucifié ”avec deux complices”, ni pour ”rébellion”. Mais en même temps que deux autres condamnés pour vol & meurtre, et, Lui, pour blasphème selon le tribunal juif ayant autorité en la matière.
            Par ailleurs, que Nietzsche ait ”servi”’ au National socialisme est un hoax complet. Comment peut-on en effet ”discuter”’ avec autant d’ âneries?

              +2

            Alerter
      • douarn // 04.08.2019 à 18h58

        Bonjour Sandrine
        ” … le dogme du moment est exactement l’inverse de ce que vous dites. Partout j’entends que nos ressources sont limitées …”

        Seuls les mécréants (ou à peu près) font état des limites de notre monde physique. Ils sont pour l’instant dénigrés, ignorés, méprisés ou combattus mais ce ne sont que des porteurs de messages. Dans ce cadre, il est compréhensible que les scientifiques qui évoquent ces limites (cf. texte original) soient prudents dans leurs propos s’ils veulent être le plus largement et longuement audibles.
        En fait c’est la réalité physique qui s’oppose au rêve techno-scientiste consumériste, pas les mécréants. Tout point de vue est bon à entendre calmement, même/surtout les plus dérangeants.

        Enfin, vous vouliez plutôt dire que ce sont les réserves, et non les ressources, qui sont limitées. Les réserves sont les parts des ressources exploitables dans des conditions technico-économiques “pas trop déconnantes”. Par exemple, la ressource d’uranium présente dans l’eau de mer est suffisamment importante pour théoriquement alimenter les centrales nucléaires pour 1000 ans. Seulement cela risque de ne rester qu’une ressource inexploitable tant que l’énergie à dissiper dans l’extraction de l’uranium de l’eau de mer est globalement défavorable à l’opération.
        https://energieetenvironnement.com/2019/06/23/pour-en-finir-avec-luranium-marin/

        – Effectivement 🙂 mais peut être n’ai je pas été assez clair dans ce que j’ai écrit.

          +3

        Alerter
        • Séraphim // 04.08.2019 à 19h21

          Va falloir réviser votre histoire des sciences, ou vos préjugés. C’est en 1926 qu’un grand savant, prix Nobel de chimie 1921, publie “Wealth, Virtual Wealth and Debt. The solution of the economic paradox”, qui décrit le monde économique comme dépendant des ressources naturelles. Il sera repris plus tard par Maurice Allais. Il s’agit de Frederick Soddy, anglais génial ayant découvert la désintégration de l’uranium; eh oui!

            +3

          Alerter
          • douarn // 05.08.2019 à 09h59

            Bonjour Séraphim
            Oui, Soddy fait la distinction entre la richesse soumise aux lois de la thermodynamique (infrastructure, nourriture, …) et la richesse virtuelle représentée par les signes monétaires indépendantes des considérations thermodynamiques.
            Soddy est à l’opposé de Jean-Baptiste Say :« Les richesses naturelles sont inépuisables, car, sans cela, nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant être ni multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques » (Traité d’économie politique, 1803).
            Je ne savais pas que Soddy avait découvert la désintégration de l’uranium, merci pour l’info.
            Cependant, pardonnez moi, mais je ne vois pas le rapport entre votre réponse et mon commentaire. Votre message m’était il destiné?

              +0

            Alerter
  • Niya // 04.08.2019 à 11h00

    Chacun ayant droit à l’erreur, on peut remettre en cause le quasi consensus scientifique sur les modifications climatiques liées à l’utilisation massive des énergies fossiles en les confondant avec les instrumentalisations qui en sont faites par les tenants du capitalisme. N’empêche !
    Juste un exemple tiré des Macron Leaks sur la taxe carbone conçue pour compenser l’allégement des cotisations patronales.
    https://wikileaks.org/macron-emails/emailid/50207?fbclid=IwAR1LJZoncZgs91rOymUZzmjMui5Zo3k6I-bDuTz9HIgKPc_cpi_XHloy_p4
    L’instrumentalisation actuelle n’ayant pour but de permettre aux possédants de maintenir leurs patrimoines voire d’accroître les possibilités de rapine et de captation sur la grande majorité des populations.
    L’accumulation capitaliste ne peut être ni contenue, ni limitée !
    Comme revenir à une évolution fondée sur la frugalité ne fait pas recette même lorsqu’associée à un effort équitable de chacun, il est possible que nous passions un seuil irréversible où se pose la question de la survie de “l’espèce intelligente (sic)”
    Ça reste tout de même quelque peu sidérant d’en être réduit à rappeler cela à quelques commentateurs sur le site des Crises !
    Bon dimanche

      +15

    Alerter
  • Michel Le Rouméliote // 04.08.2019 à 11h53

    Puisqu’on parle science, un article fondamental paru dans Nature, ici : https://www.nature.com/articles/srep15689
    Et quand je lis dès la première question “Une nouvelle reconstruction des changements de température à la surface de la planète au cours des 2 000 dernières années…”, j’ai des doutes, que l’article n’arrive pas à m’enlever.

      +5

    Alerter
    • Freddi // 04.08.2019 à 12h32

      Jean,
      Qu’on soit en colère contre ce système économique létale pour notre biosphère ne doit pas nous faire oublier que le RC actuel est extrêmement rapide par rapport aux cycles historiques principalement dus à la variabilité des facteurs entre autres de l’inclinaison et de l’orbite terrestre.
      Donc oui, nos gouvernements prennent des mesures inadaptées et contre productives, mais non on ne peut pas comparer l’épisode de RC actuel à ceux du passé.

        +7

      Alerter
      • Jean // 04.08.2019 à 13h15

        Freddi,
        Difficile de nier que nous vivons certainement un RC. De là à affirmer que c’est le pire que la Terre est connu, il ne semble pas que les moyens à la disposition des scientifiques permettent de l’affirmer. De même que les causes soient exclusivement anthropiques.
        Difficile de nier également que les les moyens mis en œuvre ne répondent en rien aux enjeux que ce RC soit d’origine anthropique ou un phénomène naturel.

          +10

        Alerter
    • Patrick // 04.08.2019 à 13h23

      en complément :
      https://www.nature.com/articles/s41598-019-45584-3

      et ça colle beaucoup mieux que les équations du GIEC 🙂

        +7

      Alerter
      • gracques // 04.08.2019 à 17h25

        Mais le GIEC ne fait pas d’équation , ile compile TOUTE la littérature scientifique sur le sujet …. alors sortir un ou deux articles qui parfois ne sont même pas publiés dans une revue à comité de lecture et qui seront oubliés ou contredit dans six mois ……

          +5

        Alerter
        • Patrick // 04.08.2019 à 22h18

          Non, le GIEC ne compile pas toute la littérature , il compile ce qui l’intéresse et va dans le sens de ses objectifs.
          En lisant le rapport AR5 , on constate que le GIEC a isolé un ensemble de modèles très divergent , les graphiques montrent que la réalité ( courbes des observations ) ne correspond pas aux modèles mathématiques. La réalité doit être fausse 🙂

          Les comités de lecture ne garantissent pas la véracité de ce qui est écrit.
          En ce qui concerne les articles cités , il y avait bien un comité de lecture.

            +10

          Alerter
  • Sceptique // 04.08.2019 à 12h01

    L’actualité récente nous montre que même les modèles les plus fiables : simulateur cosmologique (qui eux sont basés sur des modèles beaucoup plus fiables et poussés : théorie de la relativité générale… ) se sont cassée les dents lors de l’observation d’un trou noir par le télescope Hubble. Le télescope a trouvé un disque autour d’un trou noir que les théories ne prédisaient pas… Du coup les scientifiques vont revoir leur modèle cosmologique.
    Alors permettez de douter des modèles climatiques. Le réchauffement climatique n’est pas un fait dramatique et c’est peut-être une opportunité pour l’humanité.
    La fonte des glaces du pôle Nord va donner accès à du pétrole et gaz qui était inaccessible. Et ainsi éviter une guerre mondiale pour l’accès aux dernières réserves de pétrole. Et ceux sursis va permettre de développer et finaliser l’énergie propre de demain ITER avec la fusion nucléaire, qui est une source d’énergie inépuisable.
    Wait and see avec sérénité.
    https://www.clubic.com/mag/sciences/conquete-spatiale/actualite-863816-nasa-detecte-trou-noir-inhabituel-contredire-theories-univers.html

      +9

    Alerter
    • septique // 04.08.2019 à 14h25

      Au moins copier mon pseudo correctement…septique…..ITER..le prototype ne sera pas en route avant 2035..et très loin d’une réalisation pratique possible.

        +0

      Alerter
      • Logique // 04.08.2019 à 14h53

        “Au moins copier mon pseudo correctement…septique….”

        Ne pas confondre la fosse et le doute.

          +12

        Alerter
      • Séraphim // 04.08.2019 à 19h02

        Vous vous trompez. Lourdement. ITER ne prétend pas être convaincant (ce qui ne veut pas dire opérationnel, avant 2050. Le but d’ITER n’est que de construire un plasma fournisseur net d’énergie -non récupérée, non utilisée- pendant….6mns!! Il sera suivi d’un démonstrateur dont on devrait “récupérer” l’énergie produite. Personne de sensé n’attend de production industrielle de fusion nucléaire avant environ 2100. Et alors? C’est ça qui est bien figurez-vous, la capacité à se projeter dans le long terme, contre la capacité à se faire peur tout de suite!

          +2

        Alerter
  • kiva // 04.08.2019 à 12h02

    Cet article est juste hallucinant. On va continuer longtemps comme cela a se moquer de nous ?

    Le graphique de reconstruction du “taux de réchauffement” des 2000 dernières années est impossible. On a des milliers et des milliers de sources historiques qui attestent d’un optimum climatique romain et d’un optimum médiéval. Des centaines (ou plus) d’historiens (Le Roy ladurie en tête) ont reconstruit à travers ces sources les grandes variations climatiques (je parle de tendances pas à la précision au ° près) donc si nous ne voyons pas distinctement ces 2 périodes sur un graphique sensé reproduire l’évolution du climat sur les 2000 dernières années c’est qu’il est faux.

    Il y a un livre récemment sorti de l’historien Kyle Harper très bien documenté qui approche la fin du monde romain sous l’aspect climatique. On peut critiquer la causalité entre effondrement et climat, en revanche les sources sont nombreuses et précises aussi bien historiques que plus récentes de climatologie (dendrologie etc) et il n’y a aucun doute sur l’existence de cet optimum romain (phénomène dont on a des traces aussi bien en Chine qu’en Amérique du nord).

    Il est donc parfaitement scandaleux d’avoir des graphiques où l’on ne voit pas clairement sur les 2000 dernières années l’optimum romain et médiéval qui sont des phénomènes attestés depuis des siècles dans toutes les grandes civilisations de ces époques.

      +17

    Alerter
    • Freddi // 04.08.2019 à 12h37

      Kiva,
      N’inventez pas une fausse polémique.
      Croyez vous vraiment que les climatologues n’ont pas étudié ces récentes évolutions climatiques?
      Vous les prenez pour des amateurs?
      Informez vous dans la vraie littérature scientifique nom de Zeus!

        +8

      Alerter
      • kiva // 04.08.2019 à 14h59

        Il n’y a aucune fausse polémique. Juste des centaines de chercheurs qui à chaque fois signalent cela et on se retrouve à chaque fois avec une fin de non recevoir.
        On en arrive même à des délires ou Michel Petit, président du conseil d’administration de l’Institut océanographique, sur Europe 1 était atteint du “Tchernobylisme” puisqu’il a osé dire que l’optimum médiéval n’avait touché que la France…
        Source : https://www.europe1.fr/emissions/Europe-1-Midi2/Europe-1-midi-Marielle-Fournier-09-08-12-101306
        Minutes : 42’20…

        Des amateurs ? A vous de m’expliquer pourquoi on a ce type de délire au point d’être dans la négation absurde.
        Et avant d’appeler à la “vraie” littérature scientifique, il faudrait déjà que vous l’ayez fait vous même…ce dont je doute fortement…

          +11

        Alerter
        • gracques // 04.08.2019 à 17h47

          Mais personne ne nie la,réalité d’optimum , la question est de connaître leur intensité …. et la franchement quest-on précision ,,un historien ne fait pas le,poids .
          Simplement’parce qu’il na’ pas les bonnes sources …. (‘à ce sujet ne pas confondre dentrochronologie et étude climatique des troncs d’arbres).

            +3

          Alerter
          • kiva // 05.08.2019 à 20h30

            C’est quand même énorme ce genre de post, je donne un lien avec une négation en bonne et due forme et vous sortez “Mais personne ne nie la réalité d’optimum”….
            De même belle affirmation péremptoire classique de gens qui ne lisent pas les travaux de ces historiens. Et en plus on a le classique sophisme très proche de celui de l’homme de paille ici attribuant une supposée confusion de concept alors que rien de tel n’existe.
            Les historiens ont les bonnes sources autant que les physiciens, les océanographes et autres vous êtes juste dans la dénégation et l’argument d’autorité ubuesque vu que la climatologie n’est pas une discipline universitaire (il n’y a pas de diplôme de climatologie)

              +2

            Alerter
            • VVR // 07.08.2019 à 11h42

              La seule chose qu’on peut lui reprocher, c’est d’aller un peu loin en disant “en france et pas ailleurs”.

              Si il y a une cinquantaine d’années on considérait que l’optimum était mondial, on a bien finit par constater qu’on n’en trouve aucune trace par exemple en asie. Il suffisait de s’interresser a autre chose que l’europe pour s’en rendre compte, et pour ça il a fallut attendre la fin des années 70.

              On a alors considéré l’optimum comme purement Européen. L’état actuel des connaissances, c’est qu’il était en fait lié a l’Atlantique Nord, et probablement à une modification des courants chauds.

              Mais le sujet principal, c’est que l’optimum medieval est une augmentation locale, et ne concerne pas la temperature mondiale.

                +1

              Alerter
    • Serge WASTERLAIN // 04.08.2019 à 13h29

      Tout comme était scandaleuse le graph sur l’évolution du réchauffement en forme de crosse de hockey du sieur Michael Mann qui pour l’obtenir avait, entre autres, tout bonnement sucré les températures de la période de l’optimum médiéval.
      Mais bien sûr, seuls les scientifiques climato septiques ‘’manipules’’ les données pour minimiser le réchauffement et exonérer l’influence des activités humaines sur son évolution…
      https://www.wikiberal.org/wiki/Courbe_en_crosse_de_hockey

        +11

      Alerter
      • gracques // 04.08.2019 à 17h57

        La courbe de Mann qui’date …. datant de 1998 remettait en cause non l’existence mais l’ampleur de l’optimum du moyen âge ! Et depuis , elle a été affinée mais pas remise en cause .
        Emmanuel le Roy la durie ( dont j’avais lu ‘le climat depuis l’an 1000) est un historien et il n’à jamais’propose de mesure de température cela n’est pas de sa compétence , il avait juste note et une époque relativement chaude au moyen âge et une période plus fraîche à compter du XVII siecle.
        C’est drôle d’ailleurs car ayant lu ce petit livre au début des années 90 , je doutait de l’à origine anthropique du changement climatique tel que les média commençaient à en faire la,pub vers 2002 me semble t il.
        C’est en’lisant les rapport du’giec que j’ai’été convaincu de cette réalité et de son origine ( et encore cela était en nonce comme hypothèse probable au début puis confirme par la suite.

          +4

        Alerter
    • septique // 04.08.2019 à 15h06

      Le graphique de reconstruction du “taux de réchauffement” des 2000 dernières années est impossible.

      Ce n’est pas vrai. Ce sont les carottes glaciaires qui donnent avec précision la composition de l’atmosphère ce n’est pas de la magie mais de la science. Et on peut remonter a – 40.000 années.

        +1

      Alerter
      • kiva // 04.08.2019 à 15h27

        Lisez le post entier au lieu d’isoler une phrase sans la suite… Je n’ai jamais dit qu’il était impossible de reconstruire l’évolution du climat sur 2000 ans mais que ce graphique précis (celui publié) est impossible car il ne montre aucunement l’optimum climatique romain et médiéval.

        Donc n’essayer pas de justifier l’injustifiable avec un argument de l’homme de paille…

        En passant voilà le graphique fait par l’une des sources que le journaliste en question utilise :

        https://andthentheresphysics.wordpress.com/2013/04/23/the-pages-2k-consortium/

        Bizarre là on a une vraie courbe cohérente avec les sources historiques…
        Qui s’est planté le journaliste (et vous) ou les sources en question…

          +6

        Alerter
        • gracques // 04.08.2019 à 18h06

          Et que dit cette source sur les conclusions de l’étude scientifique ?
          Le XX est probablement le plus chaud (et on bat les erccors au XXIeme)
          L’optimum du moyen âge n’est pas GLOBAL , mais à lieu dans es périodes différentes selon,les regions’du monde .
          Et puis regardez les marges d’erreurs des donnes sur le graphique …

            +3

          Alerter
  • Louis Robert // 04.08.2019 à 12h41

    « Après 1850, les gaz à effet de serre sont devenus le facteur le plus déterminant du climat mondial. »

    Si quelqu’un ici s’intéresse encore à ces gaz, à leurs effets, à la COP21 et aux initiatives possibles(?), nécessaires, afin de ne pas dépasser le seuil de seulement 2 degrés de réchauffement… ces deux petits chef-d’œuvres:

    « Jancovici : “De Daech à la COP21” le 19/11/2015 à l’ESPCI »

    https://www.youtube.com/watch?v=yiBrP7N9FkA

    « Jancovici : La COP21, début d’un monde nouveau ? – 18/02/2016 »

    https://www.youtube.com/watch?v=gW8BBC8idho

      +6

    Alerter
    • Patrick // 04.08.2019 à 16h27

      Jancovici : COP21 !! grosse augmentation du CA de ma petite boite 🙂

        +3

      Alerter
      • Scriptsmith // 04.08.2019 à 23h47

        Il est X-telecoms, pro-nucleaire, pro-business: il gagnerait 10x plus en ayant suivi les rails normaux plutôt qu’avec un petit bureau d’études qui peine à vendre des bilans carbone au cac40…

          +6

        Alerter
    • tepavac // 04.08.2019 à 20h09

      Premier lien, les explications du graphique de l’évolution Syrienne à la 14eme mn sont hasardeuses et surtout ignorent la guerre comme motif de baisse de la production céréalières.

      Ce qui me pousse a croire que les alarmistes créés eux mêmes les conditions du scepticisme envers leur agitation.

        +4

      Alerter
      • Patrick // 04.08.2019 à 22h22

        Réfugiés climatiques !! forcément ça “chauffait” chez eux avec toutes les c..ies de nos gouvernements.
        Le mythe des réfugiés climatiques fait partie de la propagande déversée tous les jours par la presse.

          +8

        Alerter
  • calahan // 04.08.2019 à 12h45

    Dame nature a de la mémoire, ce serait vraiment dommage de ne pas nous en servir.

      +3

    Alerter
  • max // 04.08.2019 à 12h59

    Je ne sais pas si réchauffement il y a, mais si réchauffement il y a, c’est mieux que les activités humaines en soient responsables, car si ce sont d’autres causes sur lesquelles nous n’avons pas de possibilités de réagir on est mal barré.
    Cela dit, rien n’empêche de toiletter la planète notamment en ce qui concerne la pollution et les économies d’énergie et la société de consommation.

      +5

    Alerter
    • Sandrine // 04.08.2019 à 15h03

      Je suis assez d’accord avec votre commentaire. Ceci étant, si on dit que le réchauffement est d’origine humaine alors qu’il ne l’est pas, ça change beaucoup de choses sur le type de mesures à prendre pour s’y adapter. J’ai même envie de dire ça change tout.
      Si c’est l’activité industrielle de l’homme qui est responsable, la décroissance (cad la baisse du niveau de vie d’une part importante de l’humanité) se trouve moralement plus acceptable que si le développement technologique humain n’y est pour rien. Dans ce dernier cas, les solutions high-tech au réchauffement retrouvent de facto une certaine légitimité alors que dans le premier cas, l’attitude “bio-conservatrice” et le choix du “low-tech” semblent s’imposer.

        +5

      Alerter
      • gracques // 04.08.2019 à 18h15

        Je suis assez d’Accord avec la façon dont vous posez le,problème , mais pas forcément avec vos conclusions….dont l’exposé à peut être été simplifie.
        Si nos sommes responsables et compte tenu de la sobriété à mettre en oeuvre et en’ayant pour souci un certain’confort démocratique , alors la,ressource technologique comme le nucléaire est indispendable'(bien’que dangereuse )
        Je pense que’l’avenir ne pourra être q’un compromis entre sobriété low tech et solution techno la question est ou’placer le curseur et qu’elle société en résultera t il. En filigrane la technique est elle détachable d’une société ou’le capitalisme’fait sa loi ?

          +6

        Alerter
        • Fritz // 04.08.2019 à 18h44

          Voilà, nous sommes enfin d’accord. Quelle que soit l’évolution climatique, la sobriété s’impose : moins de transports, moins de libre-échange, moins de bagnoles, moins d’avions… et ne renonçons pas inconsidérément à l’énergie nucléaire. Mais pour retrouver une sobriété, il faut neutraliser ou même liquider la caste prédatrice qui fait de notre planète un enfer. Allez, je vous plussoie.

            +12

          Alerter
          • Loic // 05.08.2019 à 14h18

            @ Fritz et @Gracques
            Votre solution n est pas réaliste/possible Car notre société industrielle basée sur le crédit et les ressources abondantes a besoin de croissance et de pillage pour survivre…donc détruire la planète et notre avenir.

            Votre compromis idéal – low tech/ high tech ne pourrait intervenir qu après une crise économique et écologique monumentale qui conduira forcément à des guerres pour l accaparement de ce qui reste.

            Ce qu il.faut c changer les règles économiques, interdire la spéculation le prêt à intérêt, la prééminence du financier sur le réel…
            Or c la finance qui a le pouvoir donc seule la guerre/révolution permettra de casser le cercle vicieux dette/pillage.
            C triste mais c la réalité…alors le débat sur le réchauffement n est qu un leurre pour nous détourner de la seule action d envergure valable: le renversement de l oligarchie et du règne de l argent.

            Sinon on agit au niveau local
            – réduction drastique de la consommation
            – autosuffisance alimentaire
            – constitution d une communauté d interets partagés et d entraide
            – retour aux valeurs traditionnelles et à la spiritualité
            Bon courage à tous…ça va pas.être simple!

              +6

            Alerter
            • Sandrine // 05.08.2019 à 15h00

              “Retour aux valeurs traditionnelles” Leqsuelles? Celle qui jugent de la prospérité d’une famille à la fertilité des ses femmes.
              Pas si simple, donc

                +1

              Alerter
  • affreuxjojo // 04.08.2019 à 14h51

    20 ans minimum qu’on nous ressasse le changement climatique. Pourtant dans la douce contrée que j’habite, la Bretagne, la rapidité de celui-ci ne me paraît pas évidente. On a certes eu un mois de juillet chaud (c’est le climat) mais on a dû faire du feu en mai (c’est la météo). le mois d’août a l’air bien parti pour être plutôt pourri (comme souvent depuis toujours, après un bel été 2018).
    Donc je m’interroge: s’il n’y avait pas eu un tel patacaisse des médias et des politiques (le seul consensus), aurais-je ne serait-ce que soupçonné un changement quelconque? Et vous même dans vos régions?
    Pendant la sécheresse de 1976, je campais près d’un étang à moitié asséché: c’était un champ couvert de cadavres d’énormes carpes. le moindre trou d’eau grouillait d’anguilles, de tanches, de gardons, de carpes..L’apocalypse..
    On ne parlait pas du tout de réchauffement à l’époque. Sans cela j’y aurais sans doute cru (j’étais jeune et naïf).
    Curieusement, depuis que nous subissons un réchauffement jamais vu ultrarapide, le niveau de l’étang ne bouge pas.

      +18

    Alerter
    • Fritz // 04.08.2019 à 17h55

      Tiens ? Vous n’avez pas encore reçu une réfutation furibarde de @gracques ?

        +5

      Alerter
      • gracques // 04.08.2019 à 19h28

        Bof , habitant la Provence depuis,plus de vingt ans ,,mais originaire du’sud ouest , j’ai pu’constater la présence de cigales de Provence des le début des années 80 à Toulouse (études obligent) , puis dans les années 90 je les ai entendues dans le lot (cahor) et le tarn et Garonne (moissac) , il y a une dizaine d’année , elles ont accompagnées une visite que je faisait du château de Marqueysac (dordogne) et depuis 3 ou 4 ans quelques aventurières se sont pointées du côté de l’astarac et du magnoac (hautes pyrenees) mais l’âge venant cela doit venir d’un problème d’audition …..
        Ha … chasseur au harpon dans les environs de concarneau , des conversations entre passionnés m’àprennent que depuis 20 ans les balistes ne sont plus rares en Bretagne …. du sud , il, est vrai….. encore des imigrés clandestins.

          +2

        Alerter
  • septique // 04.08.2019 à 14h54

    On peut se demander si les gens qui commentent savent comment un modèle mathématique fonctionne et le principe de base des itérations successives. Le GIEC utilise aussi les travaux sur les carottes glaciaires qui permettent de connaître l’historique de la composition de l’atmosphère de la terre tout comme d’autre données (croissance des arbres, etc).

    Je vais rappeler que nous avons eu le même type d’opposition et de négationnisme lors de l’interdiction des CFC dont l’utilisation a cessé (sauf en Chine ou reste une utilisation résiduelle importante). Ici les lobbies pétrolier et charbonnier financent en permanence les climato-septiques.

    Pour ces septiques on peut noter qu’une fondation dirigée par Bill Gates, avec l’université Harvard, va mettre en place la première expérience à grande échelle de géo modification de l’atmosphère terrestre…ici…

    https://thefreethoughtproject.com/harvard-geoengineering-particles-stratosphere/

    A tous ces négationnistes ici rassemblés…Une question..Vous pensez que ces gens complotent pour vous faire acheter des voitures électriques ou c’est parce qu’ils sont mieux renseignés et plus compétents que vous ?

    Dans ce lien il y a aussi un discours de de Brennan (ex directeur de la CIA) qui parle de l’injection d’aérosols stratosphériques, ce qui montre que lui et la CIA ont probablement envisagé cette possibilité depuis un certain temps.

    La CIA est sûrement mal renseignée….

      +7

    Alerter
    • Sandrine // 04.08.2019 à 16h26

      Septique,
      Vous savez aussi certainement que la CIA est instruite par de grands savants de la trempe de E.Bernays dont la génialité n’a d’égal que le mépris (et la peur) des masses dont vous et moi faisions partie… Et vous savez donc aussi certainement qu’une part importante de son activité consiste à orienter l’opinion publique…
      Comment pouvez-vous abandonner votre droit de comprendre le monde dans lequel vous vivez, votre libre-arbitre, comment pouvez-vous vous en remettre aussi aveuglément à des experts, proclamés tels pour la plupart par un petit cénacle au fonctionnement opaque? Comment pouvez-vous accepter- justifier, même- qu’on vous traite comme un enfant qui aurait besoin, pour son bien, d’être formaté, programmé, manipulé par une propagande subtile et “sans douleur… afin qu’il accepte docilement ce que les “experts” pensent qui est le mieux pour lui (c’est à dire aussi pour eux, n’est-ce pas).

      Et si la panique autour du changement climatique était une “stratégie du choc” comme une autre, nécéssaire pour faire avaler au bon peuple les réformes structurelles nécessaires pour que tout change afin que rien ne change ?

        +18

      Alerter
    • Séraphim // 04.08.2019 à 19h11

      Le “Lobby pétrolier”?Rien que ça !… Et le grand méchant loup? On n’y a pas droit? Les pétroliers (Total, BP, CNPC, Schell etc.) font tous des énergies “renouvelables”. Ca vous a échappé? Et pourquoi? Pour s’acheter une conscience peut-être, avec la marmotte et son papier alu aussi? Tout simplement parce qu’en contraignant 20% de renouvelables dans le mix électrique, ils s’en garantissent 80% contre le nucléaire, leur seul concurrent

        +3

      Alerter
    • Véronique // 04.08.2019 à 20h28

      Rien n’empêche les experts du climat d’avoir raison, et en même temps d’utiliser leurs conclusions pour défendre des intérêts particuliers.
      C’est même une évidence. Oui la voiture électrique est mise en avant actuellement parce qu’il faut bien un retour sur investissement. Et se baser sur des conclusions scientifiques justes donne une meilleure publicité.

        +2

      Alerter
      • Catalina // 05.08.2019 à 07h55

        Tiens, à ce propos, il y a un truc bizarre, pour le moins, les assurances vous font payer 50% de moins pour une voiture électrique, en fait, si vous avez une voiture électrique, vous avez donc 50% de chance en moins d’avoir un accident !!!!
        Tous aux voitures électriques pour faire disparaitre les accidents de la route !!!!
        ;o)
        “Vous pouvez assurer votre voiture électrique ou hybride de la même façon que les voitures classiques. Les assurances apprécient les voitures dont l’émission est inférieure à 12g/km et proposent souvent des tarifs préférentiels aux propriétaires de véhicules hybrides et électriques. De plus, ces voitures présentent moins de risque d’accidents.”

        https://www.euro-assurance.com/assurance-facile/avant-souscription/assurance-voiture-electrique-hybride

        ps : un collègue en a une, il a failli m’écraser plusieurs fois ou un autre de mes collègues, ben oui, on l’entend pas arriver.

          +4

        Alerter
  • Louis Robert // 04.08.2019 à 16h25

    Lisant ces nombreuses « conversations » sur le réchauffement climatique, les dérèglements climatiques, la détérioration de l’environnement, la disparition de tant d’espèces et l’effondrement systémique en cours qui s’accélère, me revient à l’esprit ce souhait récemment exprimé devant moi par un climato-sceptique autoproclamé, en des termes qui seyaient parfaitement à un homme de son âge admirablement courageux: «Puissé-je mourir dans mon sommeil! ».

    Ce souhait exprime au mieux, je crois, l’attitude de la masse de nos concitoyens: « Va pour tout cela, l’effondrement y compris, pourvu que je n’en sache rien, surtout, que je ne m’en rende même pas compte… comme si de rien n’était! »

    Alors donc: « Dormez tranquilles jusqu’en 2100 » (Jancovici)

      +6

    Alerter
    • Philippe // 04.08.2019 à 20h52

      Bonsoir,
      Vous pensez que ceux qui doutent du dérèglement climatique, ou tout au moins que ceux qui doutent des risques que cela entraine pour notre survie, se complaisent dans un sommeil confortable.
      Je pense le contraire. Ceux là, à mon sens, expriment dans leur déni une volonté de survivre à l’inéluctabilité de la crise écologique. De continuer cette vie plutôt agréable d’abondance relative. Je ne crois pas que cette attitude soit raisonnable, mais je la crois respectable.
      On peut certes juger cette attitude comme incantatoire au vu de la convergence des crises, économique, financière, écologique, migratoire etc. Mais ne relève elle pas d’une volonté de survivre malgré tout?

      A contrario je pense que ceux qui se complaisent dans ce qu’on appelle collapsologie, expriment leur lassitude de vivre.
      Non pas une lassitude romantique qui mènerait au suicide à volonté d’exemplarité ou au sacrifice héroïque, c’est passé de mode.
      Mais à une attente quasi jouissive de “la crise que nous attendons tous” (l’expression est de l’historien David Engels) et qui solutionnerait tout en remettant le compteur à zéro.
      Attitude de pessimisme extrême très occidentale quand on connait l’optimisme des chinois et des asiatiques, qui eux croient en un avenir meilleur.
      Je vois là une conscience du déclin de notre civilisation occidentale, nous sentons que nous pouvons disparaitre et nous souhaitons inconsciemment que le monde ne nous survive pas.
      Cordialement

        +5

      Alerter
    • Séraphim // 06.08.2019 à 08h59

      Ce n’est pas vraiment ça. Mais, comme Houellebecq le dit quand on lui demande de comparer ‘maintenant’ et ”avant”’, eh bien ”avant, c’était peut être pas mieux, mais c’était plus in-té-res-sant”. Cette espèce de fausse communauté pour sauver la planète, c’est ch…t, c’est vraiment pas intéressant. Quand ce qui est proposé c’est d’un côté adopter des normes allemandes aux 5 poubelles, d’un autre faire des cauchemars entretenus par graphiques et Barrau dans les medias, ça me paraît sain de s’en désintéresser. La théologie écolo a vraiment un problème de Public Acceptance; faut retravailler ça

        +1

      Alerter
  • Babouchka // 04.08.2019 à 18h53

    Encore un p’ti coup de Jancovici

    https://youtu.be/xgy0rW0oaFI
    Cours magistral à l’ecole Des Mines 2019, je n’ai rien écouté d’aussi passionnant, et instructifs.
    Le meilleur moyen de se coucher moins bête, Et d’eviter de poser les mauvaise questions. Environs 10 h de cours .
    Je me les suis tous écouter ,

      +5

    Alerter
  • stephp // 04.08.2019 à 20h34

    Les gens qui confondent ‘mesures’ et ‘théories’ dans la démarche scientifique et en déduisent des âneries sont fatiguant à la fin.
    Le doute sur une mesure concerne sa marge d’erreur. Pour diminuer la marge d’erreur on multiple donc le nombre de mesures. Aujourd’hui il n’y a plus de débat au sujet de la tendance du réchauffement car on a suffisamment de ‘mesures’. De même il a été mesuré que la rapidité de ce réchauffement est inédite dans l’histoire de la Terre (hors événement cataclysmique comme l’éruption d’un super-volcan ou la chute d’un astéroïde de plusieurs km de diamètre).
    En ce qui concerne une ‘théorie’, il s’agit là d’un pur résonnement, qui doit être validé par des ‘mesures’. Tant qu’aucune mesure ne confirme une théorie, le doute sur cette théorie est bien sur de mise. Et quand bien même une ou plusieurs mesures donne satisfaction, rien n’empêche à ce que la théorie soit plus tard invalidée par une autre.
    Les modèles climatiques ne sont pas des théories, les théories sous-jacentes utilisées sont validées depuis belle lurette (thermodynamique, chimie,…), mais des tentatives d’extrapolation à partir de notre compréhension des interactions entre l’océan global, l’atmosphère, les paramètres astronomiques de la Terre… et les émissions de gaz due à l’activité humaine . Ces extrapolations donnent des tendances avec des probabilités, rien de plus.

      +7

    Alerter
  • Véronique // 04.08.2019 à 20h35

    Bon, on continue à parler climat. C’est bien. Comme ça on commence vraiment à prendre conscience du réchauffement climatique. Dommage que la plupart d’entre nous n’aient aucun moyen efficace pour enrayer le processus.
    Donc la première question : pourquoi marteler sans arrêt que le climat se réchauffe ? Quelle acceptabilité veut-on obtenir ?
    Deuxième question, encore plus intéressante : et s’il n’y avait pas de réchauffement climatique (si c’était prouvé sans aucun doute possible – ce qui n’est pas le cas actuellement), notre monde serait-il parfait ? Dit autrement, avons-nous vraiment besoin du réchauffement climatique pour vouloir changer le système ?

      +4

    Alerter
    • Arcousan09 // 04.08.2019 à 23h04

      Le réchauffement climatique c’est une religion d’état.
      Vous devez y croire …
      Un de mes profs à la fac de médecine nous a toujours affirmé que: “croire c’est ignorer”
      Si vous ne croyez pas vous êtes un mécréant qui relève des châtiments les plus sévères voire l’excommunication
      Alors que les grands prêtres de cette religion commencent par nous montrer l’exemple … Anne Hidalgo s’est bien déplacée en falcon afin de promouvoir …. le vélo …. Bilan carbone ??????

        +6

      Alerter
  • jules vallés // 04.08.2019 à 20h36

    1 milliard d’euros pour alimenter le doute sur le réchauffement climatique…
    https://lesmoutonsenrages.fr/2019/08/04/1-milliard-deuros-pour-alimenter-le-doute-sur-le-rechauffement-climatique/#more-122600
    Ce n’est pas très compliqué de créer des débats interminables… il suffit d’avoir 1 milliard (minimum) et d’appliquer la stratégie du doute mise au point par les grands manufacturiers du tabac (Les marchands de doute Erik M. Conway, Naomi Oreskes Editeur :LE POMMIER ) il s’ensuit l’organisation de notre impuissance à changer quoi que ce soit….
    Diviser pour régner , vieux comme le monde,provient du latin « Divide ut regnes ». La phrase correspondante en grec ancien est « Διαίρει καὶ βασίλευε » ( Diaírei kaì basíleue ). En politique et en sociologie , diviser pour régner est une stratégie visant à semer la discorde et à opposer les éléments d’un tout pour les affaiblir et à user de son pouvoir pour les influencer.
    fr.wikipedia.org/wiki/Diviser_pour_régner

      +12

    Alerter
    • Fritz // 05.08.2019 à 00h21

      A l’inverse, les prophètes du réchauffement climatique sont dépourvus de tout moyen financier, médiatique et politique, c’est bien connu.

        +10

      Alerter
  • Jean-Charles // 04.08.2019 à 23h30

    De 300 ppm d’avant la période pré- industrielle à env. 400 ppm aujourd’hui, soit de 1 molécule de CO2 anthropique sur 10’000 en plus contribuant à effet de serre. En présence de 2.5% de molécules de vapeur d’eau soit 250 molécules sur 10’000.

    Elle change quoi cette molécule de CO2 anthropique sur 250 de H2O vapeur?

    Il semble qu’une molécule H2O contribue à l’effet de serre comme 10 molécules de CO2. Quelqu’un peut-il confirmer?

      +7

    Alerter
    • stephp // 05.08.2019 à 10h31
    • Shock // 05.08.2019 à 10h55

      “Il semble qu’une molécule H2O contribue à l’effet de serre comme 10 molécules de CO2. Quelqu’un peut-il confirmer?”

      La vapeur d’eau est un gaz à effet de serre, rétroaction positive.
      Mais les nuages bloquent le rayonnement solaire, rétroaction négative!;
      Et nul ne sait où se situe le point d’équilibre.
      Cela peut expliquer certaines anomalies.

        +2

      Alerter
      • Jean-Charles // 05.08.2019 à 23h26

        Le réchauffement climatique libère énormément de molécules de CO2 stockées dans l’eau des océans. Par analogie à votre commentaire il s’agit d’une rétroaction positive. Pourtant il existe des équivaleneces CO2 pour les gaz à effet de serre.

        Pas pour la molécule H2O présente à 25’000 ppm…

          +0

        Alerter
        • Shock // 06.08.2019 à 13h00

          “Le réchauffement climatique libère énormément de molécules de CO2 stockées dans l’eau des océans.”

          Non c’est le contraire, les océans sont en train d’absorber une partie duu CO2 émis par les activités humaines, environ un quart et sont en train de s’acidifier. Ce qu peit poser un problème aux mollusques et aux coraux.

          “De 300 ppm d’avant la période pré- industrielle à env. 400 ppm aujourd’hui”

          Non de 280 à 415 ppm. Et donc 45 ppm ont été retirés de l’atmosphère par les océans.

            +1

          Alerter
  • loic // 05.08.2019 à 06h41

    C’est impressionnant de voir a quel point nous sommes capables de polémiquer, et nous quereller à propos de controverses qui dépassent largement les connaissances de la majorité alors que nous y avons en tant que citoyens un intérêt commun (vs oligarchie dont l’intérêt est opposé au nôtre) sans jamais revenir à l’essentiel :
    – cette polémique peut elle déboucher sur des décisions utiles à la communauté
    – avons nous choisi cette polémique et est elle vraiment essentielle, prioritaire?
    – cela ne serait il pas une manipulation? créer des dissensions dans la population pour éviter qu’elle ne se retourne vers les responsables (diviser pour mieux régner)
    ou préparer les populations aux pénuries à venir?

    Le problème majeur est la destruction systématique de tout ce qui participe au maintien de la vie sur terre.
    La cause majeure est le mécanisme financier: chaque entreprise doit croître et pour cela investit en utilisant l’effet de levier de l’emprunt :
    c a d que notre monde fonctionne sur la nécessité de gagner/vendre plus pour rembourser les intérêts d’emprunt et générer un surplus de valeurs. La croissance est un impératif économique.
    l’accélération du pillage et le prêt à intérêt sont les moteurs de nos sociétés industrielles.

    Il est urgent d’agir, c a d développer sa résilience au niveau local, le seul sur lequel nous avons une réelle influence :
    – réduire sa consommation
    – fonctionner en circuit court et en communauté
    – développer une autonomie alimentaire et énergétique.
    – redécouvrir la dimension spirituelle

      +11

    Alerter
    • Véronique // 05.08.2019 à 11h35

      Mais ce n’est possible que s’il y a des décisions politiques qui le permettent.
      Parce que nous dépendons trop des importations actuellement.

        +0

      Alerter
  • Aquitanis // 05.08.2019 à 08h06

    Je suis étonné que personne ne parle du point de vue d’un VRAI CLIMATOLOGUE. Ne serait-ce que pour en débattre :
    Marcel LEROUX : https://vdrpatrice.pagesperso-orange.fr/leroux0.pdf

      +5

    Alerter
    • Shock // 05.08.2019 à 10h46

      Ah, donc un “vrai” climatologue est celui qui nie le réchauffement climatique…

      Il suffit de consulter les graphiques ici pour constater que ce “climatologue” a tort:

      https://nsidc.org/arcticseaicenews/

        +3

      Alerter
      • Shock // 05.08.2019 à 10h57

        Et il n’a pas vécu assez longtemps pour constater que les dix dernières années ont été parmi les plus chaudes enregistrées. RIP.

        Apparemment il n’avait pas compris que la grande majorité des glaciers reculent et que ceux qui avancent le doivent à des précipitations neigeuses plus abondantes, autre effet régional du réchauffement par l’augmentation de l’évaporation.

          +1

        Alerter
      • Michel Le Rouméliote // 05.08.2019 à 11h48

        Marcel Leroux était bien un VRAI climatologue : il a soutenu une thèse de climatologie en 1983 sur les climats d’Afrique occidentale, dirigée par Pierre Pagney qui était aussi un VRAI climatologue !
        PS : J’ai aussi étudié la climatologie durant mes études de géographie et je vous recommande la lecture du précis de Climatologie de C. P. Péguy (éd. Masson, 1970), ainsi que La Dynamique du temps et du climat (éd. Dunod, 2è éd. 2004) de Marcel Leroux.
        Votre graphique montre un événement lié à la météorologie, pas au climat et on peut lire ça aussi, en sens inverse : https://wattsupwiththat.com/2012/05/17/new-paper-using-radarsat-data-antarctic-ice-shelves-slowed-down-have-not-been-changed-in-a-significant-way-in-the-past-12-years/

          +6

        Alerter
      • Aquitanis // 05.08.2019 à 14h41

        ” Ah, donc un “vrai” climatologue est celui qui nie le réchauffement climatique…”
        Comme vous y allez un peu vite … !
        Non, un vrai climatologue, juste en consultant son CV !

          +4

        Alerter
  • Dbon // 05.08.2019 à 09h24

    Je suis incapable de prendre position sur ce sujet, mais les différentes théories sur la fin du monde , des colapsologues , des gourous et du dernier avatar de la mouvance finmondiste , la jeune fille autiste Greta, m’herissent le poil.
    Tous ces gens nous ordonnent de s’adapter, d’être frugal, d’être résilient, de cesser de croitre, voire de diminuer le nombre d’humains sur la terre, afin de sauver l’espèce humaine!!.
    Mais en fait il y a déjà la moitie de la population sur la terre qui n’a pas de quoi se nourrir, à qui on demande de rester en état.
    Des guerres incessantes, tuent des millions des gens recement, voir Yémen, l’Irak ou l’intervention Américaine, à provoqué 6 millions de morts,.
    L’exploitation colonialiste du continent Africain provoque des flux de migration.
    Alors des catastrophes probables du changement climatique on en parle abondamment, jusqu’ à à la nausée, mais les catastrophes réelles actuelles sont oubliées. Pourquoi??

      +14

    Alerter
  • manup // 05.08.2019 à 10h54

    Moi, il y a quand même un truc qui m’échappe dans cet article, quand je lis :
    « …Mais le plus important reste l’ordre de grandeur et l’étendue des fluctuations. Et lorsque les scientifiques regardent plus loin dans le passé, ils ne discernent aucun événement qui soit à peu près équivalent au réchauffement des dernières décennies. »

    Pourtant, en 2008 il me semble que suite à une expédition de carottage dans le Groenland (projet NorthGrip, coordonné par Dorthe Dahl-Jensen), des climatologues éminents totalement reconnus par le GIEC ont publié un article dans la revue Science (cf. référence 1 plus bas). Cet article semble dire qu’ils sont parvenus à la conclusion que les changements climatiques lors de la fin de la dernière période glaciaire, il y a « seulement » 15000 ans, ont été extrêmement brusques : gain de 10 degrés en l’espace de 1 à 3 ans.
    10 degrés en trois ans ça fait quand même une grosse fluctuation !!!
    L’article de science n’est pas accessible au non-abonnés. Cependant il est repris par des articles de vulgarisation (du figaro et de sciencemag, référence 2 et 3 plus bas).

    Du coup, soit je n’ai pas compris un truc (ce qui est ma foi parfaitement possible, je ne suis pas du tout climatologue), soit Johan Lorck devrait s’intéresser à ce qu’écrivent ses confrères.

    https://science.sciencemag.org/content/321/5889/680

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2008/06/23/01008-20080623ARTFIG00362-intense-rechauffement-terrestre-il-y-a-ans.php

    https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/climatologie-derniere-glaciation-arretee-moins-an-15970/

      +9

    Alerter
    • Fritz // 05.08.2019 à 12h55

      Quel dommage que vous n’ayez pas été le premier à commenter l’article de M. Lorck…
      La discussion aurait été moins polémique et plus factuelle.

        +7

      Alerter
      • Sandrine // 06.08.2019 à 11h25

        En tout cas, y en a que se battent encore aujourd’hui d’arrache-pied pour la première place…
        J’en suis baba:))
        Mais en meme temps, c’est, en soi, très instructif…

          +1

        Alerter
        • Fritz // 06.08.2019 à 11h38

          Je l’ai remarqué aussi, Sandrine. J’espère que vous resterez « en tête de gondole ».
          Et ma réponse à @gracques (dont le commentaire vous accusant de « contre-vérités » risque de passer en tête) a été supprimée.

            +1

          Alerter
        • Bili // 06.08.2019 à 11h55

          Evidament qu un commentaire fort intéressant et apportant une news qui est réellement instructive, mérite une meilleure visibilité pour avoir une plus grande audience et ceux-ci par pur altruisme désintéressé.
          Mais comme votre commentaire est instructif… naillé aucune crainte vous garderez votre 1 er place ^^

            +0

          Alerter
  • Fritz // 05.08.2019 à 11h17

    Tout le monde se souvient des deux dessins de Caran d’Ache, un dîner en famille :
    – Surtout ! Ne parlons pas de l’affaire Dreyfus !
    – ils en ont parlé…

    Si on veut éviter que ce blog devienne un ring, faudra-t-il cet avertissement :
    – Surtout ! Ne parlons pas du climat !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_dîner_en_famille#/media/Fichier:Caran-d-ache-dreyfus-supper.jpg

      +4

    Alerter
  • Denis // 05.08.2019 à 14h06

    C’est fou comment les gens sont énervés en ce moment!

    Certains ont la chance de détenir la vérité vraie, mais d’autres,
    tout aussi sûrs d’eux, ont une autre version de cette vérité vraie!

    Comment s’y retrouver?

    Un peu de modestie et de patience, un peu de sagesse, ce qui manque
    de toute façon, devrait pouvoir réconcilier la carpe et le lapin. Qui finiront, de
    toute façons, cuits: rôtis, selon les uns, bouillis, selon les autres!

    En plus d’une certaine élévation des températures, à moins que ce ne soit, une élévation certaine des températures, les pollutions innombrables commises par une minorité d’humains, une fin envisagée des matières premières facilement exploitables, une augmentation continue des populations humaines, une extinction massive de beaucoup d’espèces animales jugées inutiles laissent entrevoir des lendemains qui chantent….

    Continuons nos conversations de haut niveau sur le sexe des anges! 🙂

    PS attention: canicule en vue!

      +4

    Alerter
    • loic // 06.08.2019 à 03h55

      c’est le but de cette polémique médiatique orchestrée : détourner l’attention et diviser pour mieux régner.
      Je suis surpris de la tournure de foire d’empoigne qu’a pris cet espace commentaire en tous cas sur ce sujet – c contre productif.
      Pas de remises en cause de l’essentiel à l’origine de nos problèmes :
      – La civilisation industrielle (ère de la transformation mécanique) n’est possible qu’avec surabondance de ressources naturelles et principalement l’énergie ce qui conduit irrémédiablement à la destruction/pollution des écosystèmes indispensables a notre survie
      – Le système économique productiviste/capitaliste basé sur la dette (levier financier par le prêt à intérêt) a besoin de croissance infinie.

      Ceci a été très bien expliqué/démontré il y a déjà 40 ans par les modèles du rapport sur la croissance du club de Rome mais également dans le livre “Franchir le rubicond de Mickael Ruppert”, dans les conférences de Jancovici…

      Le constat est sans appel, il faut d’urgence passer aux propositions/actions concrètes :
      – renversement de l’oligarchie en place
      – organiser la résilience locale en low tech, en communauté, en auto-suffisance alimentaire…

        +5

      Alerter
      • Véronique // 06.08.2019 à 11h42

        Cela est démontré depuis beaucoup plus longtemps parce que le mécanisme est simple. Voir par exemple Le droit à la paresse de Paul Lafargue (1880). Et de manière systématique, ce processus conduit à des crises de surproduction.
        Pas besoin du climat pour montrer que ce système est nuisible à la société.

        Si on pouvait mettre en place un système vraiment équilibré, avec limitation de l’enrichissement personnel, ainsi que du pouvoir personnel, on n’aurait pas besoin de faire appel aux consciences écologistes.

          +4

        Alerter
  • PITON Jean-Pierre // 05.08.2019 à 14h59

    Pourquoi une étude sur nos derniers 2000ans alors que l’on sait, parfaitement documenté, que l’ancien Empire pharaonique égyptien s’est terminé en raison d’une immense sécheresse générale, survenu durant le très long règne de PéPi, qui a durée 3 générations. L’eau d’un grand lac avait baissé de 100m le Nil était très bas, le désert progressait beaucoup. Ensuite l’eau est remontée et un nouvel Empire Pharaonique a suivi aussi prospère et aussi long que le premier?

      +4

    Alerter
  • Chris // 05.08.2019 à 17h17

    Ma conviction : la survie de l’humanité ne sera pas confrontée au réchauffement climatique, qui certes existe, mais bel et bien aux pollution industrielles et technologiques qu’on balaie artistiquement sous le tapis médiato-polititique.

      +4

    Alerter
  • Sam // 05.08.2019 à 17h59

    Vu sur le net (un graphitti) :
    Le réchauffement climatique, ce n’est que le symptôme.
    La maladie, c’est le capitalisme…

      +5

    Alerter
  • Chantal // 05.08.2019 à 23h32

    Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète ?
    https://www.franceinter.fr/emissions/co2-mon-amour/co2-mon-amour-09-mars-2019

      +0

    Alerter
  • Philip // 06.08.2019 à 10h34

    Bonjour,
    Voici quelques graphiques dont celui du GISP2 sur une échelle de 10000 ans environ.
    Les hausses et les baisses de température semble aussi rapide voir plus rapide que le réchauffement en cours. https://jonova.s3.amazonaws.com/graphs/lappi/gisp-last-10000-new-a.gif
    https://curryja.files.wordpress.com/2017/04/figure-36.png
    http://www.dandebat.dk/images/1570p.jpg
    https://curryja.files.wordpress.com/2017/04/figure-37.png
    Philippe

      +4

    Alerter
  • jean pale // 07.08.2019 à 02h56

    Il semble que le touffu rapport du GIEC soit contredit par de nombreuses contre-études. Il me parait en conséquence clair que personne ne sait réellement ce qu’il en est quant aux mécanismes de variation des températures, mais plusieurs choses me semblent avérées :
    1) Nous avançons chaque jour dans le sens de la dégradation de notre planète (pollutions diverses et variées, disparition des ressources etc..)
    2) Nos élites capitalistes et financières sont de plus en plus prédatrices, et ne se soucient plus du tout du bien commun. Elles font tout pour développer leur contrôle sur les masses humaines (affaiblissement des nations/”démocraties”, multiples technologies de contrôle, abrutissement généralisé, maîtrise de la propagande etc..).

    Nous nous dirigeons donc vers des temps difficiles, et il va de soi qu’une forte évolution du fonctionnement des sociétés humaines est à attendre, de manière contrainte par les éléments naturels mais aussi de manière plus ou moins pilotée concernant l’organisation des groupes humains. A propos de ce dernier point, soit nous continuons à mener des conversations sur le sexe des anges en laissant les oligarques décider et en nous dirigeant vers un avenir d’esclavage, soit nous arrivons à nous organiser en dehors des circuits balisés pour hardiment rentrer dans le lard des élites financières et industrielles (et le plus tôt sera le mieux) afin de conserver une chance de préserver à minima l’intérêt général dans des formes de fonctionnement collectif qu’il sera toujours temps de définir.
    Nous aurons ce que nous aurons mérité.

      +4

    Alerter
  • Jm2b // 07.08.2019 à 08h15

    En admettant qu’il y ai réchauffement… la théorie des gases à effet de serre reste… fumeuse. On nous a abreuvé d’alarme à propos de la couche d’ozone… on n’en parle plus. On nous bassine avec les taux de carbone… ils sont infime et sans incidence (sauf au raz des paquerettes).

      +3

    Alerter
  • Jacolclodo // 07.08.2019 à 12h36

    A chacun sa catastrophe !

    La surface émergé de la Terre va cramer => Planter des forêts qui créent des poches d’humidité, ensemencent le ciel pour la formation de nuages, recyclent le CO2 dans la chaine trophique…

    La biodiversité s’effondre => Planter des forêts qui remettent de l’organique dans le sol, développent la pédofaune, fabrique de l’argile, supportent toute la faune, complexifient/diversifient les chaines trophiques…

    On est trop nombreux, on va tous se bouffer => Planter des forêts qui restaurent les capacités nourricières du sol, remplissent les nappes phréatiques, décontaminent (en partie) les sols et l’air, augmentent les rendements de l’agriculture (au moins pour certaines cultures), stabilise les saisons…

    Invasion extraterrestre, météorites, bolides, guerre nucléaire => Planter des forêts, parce qu’il n’y a rien de vraiment mieux à faire…

    Camarade, choisit ta maladie… quand au(x) remède(s)…

      +1

    Alerter
  • stanlolo // 09.08.2019 à 11h07

    L’échauffement médiatique parisien semble à peu près symétrique à celui lié au refroidissement des grands lacs américains de cette fin d’hiver . Une amie de Chicago venue nous voir en avril nous a parlé de la durée et de l’intensité du phénomène et qu’ une certaine presse locale se moquait du Giec. On a bien discuté sur le sujet en évoquant les ondes de Rossby qui régissent la dynamique de la circulation de l’atmosphère . Ce phénomène de circulation a bien été observé sur la distribution des points de haute et basse pression mais on comprend mal pourquoi ces points sont plus ou moins géostationnaires .Des courants froids venus du Nord ou les courants chauds venus du Sud pendant une durée incertaine ,ça c’est la météo!. Les modèles de RCA actuels nous prédisent un réchauffemenrt global et continue plus ou moins intense sans aléas, ils ne sont pas faux pour autant tout est dans les chiffres de près de 1° à 2° par siècle et 1 a 2mm pour le niveau des mer.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications