Les Crises Les Crises
26.septembre.201926.9.2019 // Les Crises

Dominique Bourg : «On identifie neuf limites planétaires, dont quatre ont déjà été franchies»

Merci 211
J'envoie

Source : Le Temps, Dominique Bourg, 18-09-2019

A l’aube de nouvelles manifestations pour le climat, le professeur et philosophe Dominique Bourg revient sur le modèle d’une «écologie intégrale» qui permettrait d’inverser la tendance actuelle à l’explosion des limites terrestres

Il n’est pas optimiste quant à l’avenir de la planète, et pourtant il continue à parler avec verve des changements que l’humanité devrait mettre en œuvre pour la sauver. Dominique Bourg est professeur à l’Institut de géographie et durabilité de l’Unil, mais aussi philosophe, auteur de nombreux ouvrages, et directeur de la revue en ligne Lapenseeecologique.com.

Il revient pour Le Temps sur le concept d’«écologie intégrale» qu’il développe dans son livre Ecologie intégrale: pour une société permacirculaire, corédigé avec Christian Arnsperger, également professeur à l’Unil. Un modèle de société qui permettrait d’inverser la tendance à l’explosion des limites planétaires, que dénonceront encore dès demain les manifestants pour le climat en Suisse comme à l’international. Dominique Bourg a aussi postfacé le Manifeste pour une écologie intégrale de Delphine Batho, ancienne ministre française de l’Ecologie, et publiera Le Marché contre l’humanité aux Editions PUF le 9 octobre.

Le Temps: Commençons par le vif du sujet. Quels sont les fondamentaux pour comprendre l’écologie intégrale?

Dominique Bourg: L’écologie intégrale passe par les aspects sociaux et écologiques, qui deviennent le centre de la société. C’est la première chose. La deuxième, c’est qu’on doit absolument, dans la compréhension des aspects sociaux, tenir compte des coûts écologiques. Pour cela, on dispose de deux indicateurs: les limites planétaires et l’empreinte écologique – nous en sommes aujourd’hui à consommer 1,7 planète en une année. On identifie neuf limites planétaires, dont quatre ont déjà été franchies (biodiversité, usage des sols, flux de phosphore et d’azote).

Les Etats-Unis ne satisfont pas tous les besoins sociaux et explosent les limites planétaires. Le Sri Lanka, lui, satisfait la santé, l’éducation, l’accès à l’énergie et se situe largement en deçà des limites

Pour ces limites, on peut inverser la tendance, mais pas revenir en arrière. En revanche, on peut améliorer notre empreinte écologique. En liant ces deux référentiels, on obtient, sur un schéma, un rapport entre l’état de transgression des limites et la satisfaction des besoins sociaux. A titre d’exemple, les Etats-Unis ne satisfont pas tous les besoins sociaux et explosent les limites planétaires. Le Sri Lanka, lui, satisfait la santé, l’éducation, l’accès à l’énergie et se situe largement en deçà des limites. Une société permacirculaire serait organisée autour d’une économie qui resterait en dessous de ces limites.

Delphine Batho, dans le Manifeste, parle d’une «régulation écologique de l’économie de marché». L’économie permacirculaire est donc toujours une économie de marché?

Oui, c’est toujours une économie de marché, mais avec une différence fondamentale, elle est fermée. C’est une économie qui arrêterait de détruire l’habitabilité de la Terre […]. Il y a, dans l’économie circulaire, trois niveaux différents et la permacircularité est le dernier. Au niveau précédent, «l’authentiquement circulaire», on applique les «5R» (réduire, réemployer, réutiliser, refabriquer, recycler) et on atteint une croissance économique faible. Mais une croissance toujours, qui continue d’exploser les limites. Dans un modèle permacirculaire, on contrôlerait tout ce qui rentrerait dans le système économique, les matières premières seraient issues du recyclage ou biosourcées (à base de végétaux) et on régresserait vers une empreinte écologique annuelle d’une planète. Donc, dans un premier temps, une décroissance.

Mais, concrètement, comment un tel type d’économie pourrait s’imposer?

C’est toute la difficulté. Elle ne pourra se mettre en place que lorsque les gens commenceront à comprendre que la logique actuelle détruit l’habitabilité de la Terre. Dans un système démocratique, ça ne pourrait passer que par un accord de la population. En Suisse, imaginez que l’initiative sur l’économie verte ait été votée, elle prétendait bien qu’on retournait à l’empreinte d’une planète d’ici à 2050 […]. Et, comme il faut un contrôle global de ce qui rentre dans le circuit, un tel système exige que l’on resserre les revenus.

Que l’on réduise l’écart des richesses?

Oui. Vous ne pouvez pas avoir une petite minorité de riches qui se goinfre et les autres qui réduisent. Tout le monde doit réduire, évidemment les plus riches davantage que les plus modestes. Les plus pauvres vont voir leur niveau de vie augmenter, les plus riches leur niveau de vie baisser.

Avez-vous observé des lieux où se font des essais qui tendent vers le modèle que vous prônez?

Absolument. Il y a plein d’expériences qui se conduisent, qui vont toucher essentiellement à la production de nourriture ou de biens et de services low cost. C’est là qu’on a des tentatives de faire les choses autrement.

Un exemple que j’aime bien, c’est la ville de Grande-Synthe, dans le nord de la France – il y a d’ailleurs un documentaire, Grande-Synthe, de Béatrice Jaud à son sujet. C’est paradoxal car ses habitants sont pauvres, mais la commune est plutôt riche parce qu’il y a 16 sites Seveso sur son territoire [sites industriels présentant des risques majeurs] qui paient des taxes non négligeables. L’argent que la ville récupère est employé en grande partie à racheter des terres pour les louer à bas coût, soit à des maraîchers bios, soit à des permaculteurs, de telle sorte que Grande-Synthe devienne autonome en capacité de production alimentaire […]. Damien Carême, l’ancien maire, a réussi à imposer la gratuité des transports publics de la communauté urbaine de Dunkerque. Leur fréquentation a explosé, les incivilités ont baissé, etc.

En Suisse, que pensez-vous d’une taxe sur l’aviation, envisagée par une commission spéciale du Conseil des Etats?

Elle est trop faible pour avoir un impact sur la fréquentation de l’avion. Donc je n’y vois aucun intérêt. Le peu d’argent qu’on récupérerait permettrait d’abaisser les seuils de prix en matière de train, c’est bien, mais on n’est pas du tout au niveau de ce qu’il faudrait faire. C’est comme lorsque le G7 dit: «Oui, le commerce international, on va faire attention, on va ralentir la vitesse des bateaux.» C’est à peu près du même ordre.

Pour revenir au terme d’écologie intégrale: il fait polémique car il peut sembler fort, certains lui ont même trouvé une résonance intégriste…

Quand nous avons rendu le manuscrit, il n’y avait pas cette expression. Et puis, avec l’éditeur, qui est un ami, on s’est dit que titrer «société permacirculaire» ne serait pas très vendeur. C’est lui qui a proposé «écologie intégrale», mais je ne m’attendais pas à ce que des gens discernent dans ce livre un complot papiste!

Avant le pape François, Jean Paul II et Benoît XVI mettaient en avant «l’écologie humaine» qui va du refus de l’avortement au refus de la PMA, etc. L’expression «écologie intégrale» du pape François dans son Laudato si’ [seconde encyclique] se veut plus large avec une focale sur le fait que les aspects sociaux et écologiques se recouvrent, mais il intègre aussi l’écologie humaine. Ce n’est pas notre cas. Nous le rejoignons sur le fait qu’on ne peut séparer les inégalités sociales des inégalités environnementales, simplement parce que les inégalités sociales découlent de l’inégal accès aux ressources.

Avez-vous, finalement, l’impression d’être entendu?

Non (rire). Il y a deux sens à être entendu: oui, le livre a fait sa place, etc. Mais c’est à mille lieues de ce qu’il y a dans la tête des décideurs. Et ils ne bougent pas. Il y a donc un succès d’estime, mais ce genre d’idée est totalement étranger à la quasi-totalité de toutes les forces politiques. En général, aujourd’hui, la tendance c’est de dire «ne vous inquiétez pas, on s’occupe de ça» et donc on met en place une taxe aérienne qui ne sert à rien. C’est la pensée magique, on pense que les choses vont s’arranger d’elles-mêmes.

Source : Le Temps, Dominique Bourg, 18-09-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Sandrine // 26.09.2019 à 08h03

Non, ce n’est pas notre meilleur espoir. L’explosion des prix ne fera qu’aggraver les inégalités entre « gagnants » et « perdants » de la mondialisation et s’accompagnera d’une explosion de la répression (policière ou militaire) à l’encontre des pauvres.
J’ai discuté avec des bobos parisiens dont les enfants sont engagés à fond dans les manifs pour le climat de la petite Greta : leur position est claire (voir même agressive): pas question de changer de système, il faut que tout change pour que rien ne change, mort aux gilets jaunes qui ont osé perturber la manif pour le climat de samedi (c’était pas dit avec ces mots mais l’idée était exactement celle-là)

106 réactions et commentaires

  • Kiwixar // 26.09.2019 à 07h39

    “Elle ne pourra se mettre en place que lorsque les gens commenceront à comprendre que la logique actuelle détruit l’habitabilité de la Terre”

    Je pense que les gens ont compris qu’on va dans le mur à court terme (pollution) et à moyen terme (changements clinatiques). Le problème c’est de proposer un changement de mode de vie radical en peu de temps, qui soit accepté par tous (donc juste : que les anciens riches vivent comme les anciens pauvres), et ce alors qu’on est désormais habitué à un confort exceptionnel et à un niveau de fainéantise encore plus exceptionnel.

    Quel serait le résultat d’un référendum vers un nouveau mode de vie où les kWh seraient rationnés, on aurait le droit qu’à 200 litres d’essence par an, les habitations à max 18°C et tout le reste pareil? Je doute fort qu’on ait la sagesse collective nécessaire à une vraie révolution. On est devenus trop fainéants.

    Notre meilleur espoir, ce sont les changements forcés liés à l’explosion des prix de l’énergie, à court terme.

      +37

    Alerter
    • Kiwixar // 26.09.2019 à 07h50

      Et les 10% du haut voudront, comme d’habitude, que les 90% du bas fassent 100% des sacrifices. Qu’ils crèvent donc (avec nous).

        +26

      Alerter
    • Sandrine // 26.09.2019 à 08h03

      Non, ce n’est pas notre meilleur espoir. L’explosion des prix ne fera qu’aggraver les inégalités entre « gagnants » et « perdants » de la mondialisation et s’accompagnera d’une explosion de la répression (policière ou militaire) à l’encontre des pauvres.
      J’ai discuté avec des bobos parisiens dont les enfants sont engagés à fond dans les manifs pour le climat de la petite Greta : leur position est claire (voir même agressive): pas question de changer de système, il faut que tout change pour que rien ne change, mort aux gilets jaunes qui ont osé perturber la manif pour le climat de samedi (c’était pas dit avec ces mots mais l’idée était exactement celle-là)

        +63

      Alerter
      • tassin // 26.09.2019 à 09h02

        Oui effectivement il y a en pas mal des comme ça. Ca se voit beaucoup moins en “province” comme ceux-là disent. Là on y voit de plus de plus de convergence de fait. Et notamment pas mal de gens qui sont dans les marches pour le climat depuis le début, qui étaient plutôt hostiles aux manifs émeutières il y a encore quelques mois et qui ont depuis basculé du côté GJ quand ils voient à quel point le gouvernement se contrefout de leurs manifs gentillettes. De même on voit de plus en plus de GJ dans les luttes écolos.
        Je ne sais pas si c’est une tendance majoritaire, mais c’est clairement ce que j’observe sur le terrain.

          +29

        Alerter
      • biblo // 26.09.2019 à 10h32

        Quelle importance? Convaincre des vieux c’est déployer des quantités d’énergie astronomique pour des résultats presque nul, par contre éduquer les jeunes est de loin ce qu’il y a de plus efficace, il est là notre (leur) meilleur espoir. De toute façon les gros problèmes seront pour leur pomme et celle de leur enfant pas pour celle des plus de 40 ans d’aujourd’hui. il serait temps d’avoir quelques coups d’avance…

          +10

        Alerter
        • calal // 26.09.2019 à 13h36

          ” par contre éduquer les jeunes est de loin ce qu’il y a de plus efficace”

          lol….
          vous devriez regarder le film sur la dechirure sur les khmers rouges. On y voit un enfant,”reeduqué”,supprimer d’une croix la main tendue entre parents et enfants sur un dessin representant une famille…reeduquer les enfants pour qu’ils denoncent,surveillent les parents est un classique des etats totalitaires…
          Ma mere me racontait souvent comment elle tannait ma grand mere pour avoir le droit d’aller chez les Bund Deutscher Mädel (BDM) parce que toutes ses copines y etaient et qu’elles avaient “un super uniforme”…

            +7

          Alerter
          • Sandrine // 26.09.2019 à 14h50

            Éloigner les enfants de leurs parents n’est pas seulement un fantasme de régimes totalitaires patentés ; c’est aussi ce que Julian Huxley, premier président de l’UNESCO préconisait lors de son discours d’ouverture dans cette vénérable institution en 1946
            https://vimeo.com/69709197

              +8

            Alerter
            • herve_02 // 26.09.2019 à 22h44

              Séparer les enfants de parents est le fantasme de tous les gouvernements, de mélenchon qui pense que l’école la république formera des “bons” (truc relatif) à macron qui passe l’école de 3 à 18 ans + 1000 jours avant 3 ans sous la surveillance de l’état).

              L’éducation nationale est une usine à embrigadement, Ils n’arrivent même pas à apprendre à lire à tout le monde en 10 ans, par contre ils sont fortiches sur la propagande.

              Nous vivons une dystopie.

                +5

              Alerter
        • raloul // 27.09.2019 à 02h30

          Bonjour,

          Il y a une autre solution, certes inavouable, c’est de “liquider” les “vieux”, pardon d’avance pour la dureté du propos.
          Je crains fort qu’à force de faire la sourde oreille (euphémisme), la génération des décideurs, qui ont largement plus de 50 ans en moyenne, ne voient pas venir le tsunami (vu comme ils sont le déni total).

          Attention, je ne dis pas que c’est ce que je souhaite, ni qu’une telle jeunesse revancharde et violente ne le soit pas du fait de manipulations grossières et d’un conditonnement idéologique sévère.
          Au contraire, je mets en garde car je crains que dans une époque qui a perdu pied avec la raison et vit sous une dictature de l’émotionnel, la porte à des phénomènes de comportements de foules imprévisibles soit béante.

          Réfléchissez bien à la sourde rage qui gronde dans l’inconscient des “jeunes” à qui l’ont assène que leur héritage est une planète ultra-polluée, en voie vers l’extinction massive, que l’on condamne à l’impuissance par un système qui leur est imposé dès la naissance, etc… et que ces générations voient très bien et très concrètement que c’est les “vieux” qui s’accrochent jusqu’à la mort à ce “système”…

          Ok j’avoue c’est une vision un peu parano et je grossis le trait, mais est-ce vraiment si anodin?

            +3

          Alerter
          • Séraphim // 27.09.2019 à 08h09

            Je propose que les jeunes fassent un procès à leurs parents pour les avoir fait naitre!

              +2

            Alerter
      • thecis // 26.09.2019 à 10h36

        Quand on est du bon côté de la classe dominante, parce qu’un bobo ne restera qu’un larbin, on préfère réprimer les faibles en leur faisant porter le chapeau.

        Je ne vois pas dans ces conditions comment fédérer pour agir pacifiquement. Les émeutes de la faim auront raison du système.

          +15

        Alerter
        • Louis Robert // 26.09.2019 à 13h41

          Je ne vois pas ….?

          Il faut mobiliser universellement et par contrainte, comme en temps de guerre, et proclamer l’adoption des mesures de guerre. La « paix en temps de guerre » est à ce prix. La police militaire a pour mission d’y veiller.

            +2

          Alerter
      • Madudu // 26.09.2019 à 10h48

        Il y a un certain écologisme qui ramène tous les problèmes écologiques, quels qu’ils soient et où qu’ils se posent, à la démographie mondiale.

        Cet écologisme divise l’humanité en deux : ceux qui sont en trop, et les autres.

        C’est un véritable projet d’extermination de masse qui s’apprête à être formulé par une certaine bourgeoisie mondialisée, la surdité pathologique et que l’on observe chez elle étant la première étape de notre déshumanisation.

        Leur haine grandissante à notre égard leur fera dire, petit à petit, le véritable fond de leur pensée. Je le connais pour avoir été de leur bord : il est absolument terrifiant.

          +26

        Alerter
        • Sandrine // 26.09.2019 à 11h51

          Oui. Cette mentalité fait sinistrement écho à l’état d’esprit dans lequel se trouvait une bonne partie de la population allemande entre-les-deux guerre en Allemagne : les pénuries liées au blocus à la fin de la première guerre mondiale qui avaient causé plus ou moins directement la mort de centaine de milliers de civils en Allemagne avaient levé les tabous de la mort de masse d’innocent par famine et favorisé la diffusion de l’idée selon laquelle pour que l’Allemagne ne souffre plus jamais de la faim, il fallait conquérir des territoires à l’est et en exterminer au moins 20 millions de leurs habitants (chiffre correspondant à des calculs démographique de l’époque). On sait ce qui s’est passé très peu de temps après.
          La relative indifférence de nos contemporains face aux noyades en Méditerranée (malgré quelques gesticulations de façade) est à ce titre de fort inquiétante et pourrait s’avérer être la préfiguration d’événements bien plus apocalyptiques encore que ceux que le 20e siècle a connus

            +19

          Alerter
        • vert-de-taire // 26.09.2019 à 12h33

          OUI
          “C’est un véritable projet d’extermination de masse qui s’apprête à être formulé par une certaine bourgeoisie mondialisée, ”

          La guerre est facile à lancer et ceux qui la lancent se croient épargnés : Donc le danger qu’une guerre advienne est immense.
          (certains de) Nos dirigeants (capitalistes) y trouveront une solution globale : beaucoup moins de gens (de gueux), beaucoup moins de production de GES donc une solution qui deviendra LA SOLUTION.

          Et après le rebond des affaires car il faut reconstruire et le travail est la fabrication de richesses donc de rentes.

          Et nous n’avons pas capacité à empêcher cela.
          On n’est même pas capable d’empêcher une dictature du capital …

            +2

          Alerter
          • Madudu // 26.09.2019 à 13h42

            Vous vous trompez, réduire la population mondiale n’aura aucun impact sur les émissions de GES : les pays surpeuplés émettent globalement très peu, à l’exception de la Chine mais cette dernière produit une part importante de ce qui est consommé dans des pays riches qui ne sont pas surpeuplés.

            Au contraire, en désorganisant les sociétés, un massacre à échelle mondiale ne pourrait que précipiter l’humanité dans une course à l’utilisation des toutes les ressources disponibles avec une faible efficience.

            Et vous avez tort également de croire que l’on ne peut empêcher la réalisation de ce noir dessein, car ceux qui le portent perdent chaque jour le peu d’assise qu’ils ont vraiment.

            N’oubliez pas qu’ils n’ont pas de pays, pas de repères tangibles, qu’ils ne savent rien faire qui soit utile, qu’ils ont besoin pour vivre d’un contexte sur-protégé et qu’ils sont globalement peu créatifs -sauf en matière de connerie, domaine où ils ont su prendre “le leadership de l’innovation inclusive” ou quelque chose comme ça.

            C’est une époque qui s’achève, et avec elle sa “pensée” dominante et ses “penseurs”. Pour le première fois de l’époque moderne, la classe dominante est sans doute trop altérée psychiquement pour produire un discours articulé sur lequel il puisse asseoir un semblant de légitimité.

            À moins que ça n’ait été le cas des vieilles noblesses d’Europe à l’heure où nombre d’anciens régimes sont tombés, auquel cas nous sommes en plein bégaiement.

              +22

            Alerter
            • Cyri // 26.09.2019 à 21h37

              Oui, oui et oui, mais ils ont la police et l’armée…

                +2

              Alerter
            • vert-de-taire // 27.09.2019 à 08h54

              Il est certain et souhaitable que j’aimerais me tromper !

              Seulement j’ai ~5000 ans d’histoire humaine pour me dire cela.
              Et les 100 dernières années ne me contrediront pas non-plus …

              Enfin je peux sans risque dire que tout est prêt : des fous va-t-en-guerre au pouvoir ou très proche, des armes partout comme jamais et des prétextes pour chacun de nous.
              Les étincelles ne manquent pas

              Je vous suis sur : “C’est une époque qui s’achève” sauf que la cause de sa fin n’est pas la raison ou les idées mais sa viabilité : incompatibilité du capitalisme avec la finitude – les limites bien connues depuis le rapport Meadows 1972 etc. Je reprends l’image de la très regrettée Danielle Mitterrand (Mot à mot, Le Cherche midi, 2010) « Le danger apparaît comme un nénuphar qui s’installe sur un étang et qui chaque nuit, double sa surface. Arrive le jour où il a recouvert la moitié de l’étang. Alors on peut se dire : ‘il a mis beaucoup de temps pour en arriver là, donc rien ne presse.’ Mais le lendemain, l’étang est entièrement envahi. L’urgence est là, mais nos dirigeants n’ont pas encore ouvert les yeux. »

              Nous sommes dans cette dernière nuit, ils ouvrent les yeux sur leur fin, c’est la panique. Les signes sont visibles : bunkers et réserves de survie, liquidités des biens, outils financiers aux limites, …

                +0

              Alerter
            • vert-de-taire // 27.09.2019 à 08h54

              « Et vous avez tort également de croire que l’on ne peut empêcher la réalisation de ce noir dessein, car ceux qui le portent perdent chaque jour le peu d’assise qu’ils ont vraiment. »

              D’accord avec le peu d’assise sauf qu’ils n’en ont jamais eu (nous avons voté pour eux et encore avec Macron, idem ailleurs!) : C’est DANS NOS TÊTES que cette assise diminue, ils n’ont jamais eu que la propagande et la violence que la fortune procurent.
              Ce qui change c’est que nous ne croyons plus à leur conte de fée CAR NOUS VOYONS maintenant les désastres et la crise systémique du capitalisme. Nous sommes des con-ditionné-s car il a fallu ces désastres pour nous ouvrir les yeux.
              Mais eux, les ultra-riches n’y ont jamais cru, ils dominent c’est tout. Leur panique vient de nos yeux ouverts.
              Note : les partis extrémistes de gauche vous le disent depuis plus de 100 ans mais comme ce sont des extrémistes… Ils ont raison depuis 100 ans (et plus) et vous ne les avez pas entendus ! « con-ditionnés ».

                +3

              Alerter
            • vert-de-taire // 27.09.2019 à 08h58

              Je pense depuis pas mal de temps que c’est le Système qui NOUS fait perdurer le Système. Chaque acteur (mais nous aussi les esclaves) n’agit que contraint (après que les ultra-riches eussent pris le pouvoir, notamment via l’UE). Rappel, une entité financière dont l’action ne monte pas disparaît (sauf exceptions temporaires). C’est marche ou crève. Cela n’empêche pas des ultra-riches de ce gaver. Tout au plus dans une guerre, ils risquent de perdre qqs milliards et alors ? Depuis toujours un affamé s’achète avec une poignée de $, un nanti avec un peu plus, et une population encore un peu plus, comme aujourd’hui.

              Alors oui une désorganisation plongerait “l’humanité dans une course à l’utilisation des toutes les ressources disponibles avec une faible efficience”

              Mais quelle (reste d’) humanité ? Une “bonne” 3ème guerre mondiale ramènerait l’humanité à quelques centaines de millions de gens, disons un milliard.
              Et carnage dans les zones riches : incapables très majoritairement de s’en sortir sans l’organisation industrielle et le pillage néocolonial.

                +0

              Alerter
            • Babar // 27.09.2019 à 09h01

              Oui les habitants des pays non développés et surpeuplés émettent peu de gaz de serre (GES). Mais leur émigration croissante vers les pays développés conduit mécaniquement à une augmentation des GES tout simplement car ces migrants et leurs enfants adoptent notre mode de vie. Cela compense très largement la transition démographique à l’oeuvre dans les pays développés. Cette année 2018 à vu 272 millions de migrants internationaux pour 102 millions de naissances….

                +0

              Alerter
        • Logique // 26.09.2019 à 16h26

          “Cet écologisme divise l’humanité en deux : ceux qui sont en trop, et les autres.”

          Quand on veut noyer son chien… dicton connu. Accuser les écolos de séparer les uns et les autres “en trop” est une malhonnêteté intellectuelle de première grandeur. Ce ne sont pas les écolos qui sont totalitaires, mais ceux qui leur prêtent de tels propos.

          Pour amorcer une décroissance démographique, c’est très simple. Il suffit de faire comme la Japon dont la population est en train de baisser. Bilan migratoire zéro. Ou comme la Chine, même qu’on peut se permettre deux enfants par couple et la population baissera.

          Ensuite, au lieu de piller le continent africain ce qui le maintient dans un état de pauvreté continuelle, commencer par arrêter de soutenir militairement tous les dirigeants corrompus qui ont leur fric planqué en Occident et des villas partout en France notamment. Remplacer la moitié des cultures commerciales (thé, café, cacao, coton, etc.) par des cultures vivrières pour assurer l’indépendance alimentaire base de toute indépendance et de tout développement.

            +3

          Alerter
          • Véro // 26.09.2019 à 17h16

            On peut se permettre deux enfants par couples ?
            Mais en France quel besoin a-t-on de mesures spéciales baisse de la natalité ? Il y a déjà moins de 2 enfants par femme.

              +1

            Alerter
          • Madudu // 26.09.2019 à 17h18

            Avez-vous noté que je parle là “d’un certain écologisme”, non pas de toutes ses formes, et que j’ai précisé que je parle de la forme “qui ramène tous les problèmes écologiques, quels qu’ils soient et où qu’ils se posent, à la démographie mondiale” ?

            Vous vous êtes senti visé sans doute.

              +0

            Alerter
            • Logique // 27.09.2019 à 02h16

              ” “qui ramène tous les problèmes écologiques, quels qu’ils soient et où qu’ils se posent, à la démographie mondiale” ?””

              Citez-moi un problème écologique qui ne soit pas dû à la surpopulation humaine.

                +0

              Alerter
            • Jean // 27.09.2019 à 08h45

              @Logique

              Les dommages irréversibles causés par la surconsommation des pays riches rendront notre planète inhabitable (vers 2030), soit bien avant que ne se pose le problème de la surpopulation (vers 2100).
              Mais les multinationales préfèreraient réduire la population de l’Afrique pour que nous puissions plus longtemps changer de portable tous les ans…

                +0

              Alerter
            • Madudu // 27.09.2019 à 08h59

              L’érosion des sols agricoles, qui a commencé avec les débuts l’agriculture.

              La bétonisation des surfaces cultivables en France, qui est liée à un urbanisme débile en France et non à la surpopulation du Nigeria.

              Le surpâturage par les troupeaux transhumants au Sahel, qui est lié au contexte culturel et politique local et non à la démographie du Bengladesh.

              L’usage excessif d’herbicides et d’insecticides par les particuliers des pays développés, qui est lié à des contextes légaux qui l’autorisent.

              La pollution aux particules fines en milieu rural français, qui est lié au chauffage bois individuel.

              Il y en a des milliers comme ça, pour la bonne raison que les problèmes écologiques ne sont pas des choses abstraites mais des choses situées dans l’espace.

              Même le changement climatique, car il va poser certains problèmes à tel endroit et d’autres problèmes à tel autre endroit, résoudre un problème là et en poser un insoluble ici.

              Tout ramener à la démographie mondiale c’est ne rien comprendre à la situation.

                +3

              Alerter
        • Pinouille // 26.09.2019 à 17h02

          Il existe un moyen très simple de réduire sans massacre la population de moitié en quelques années: 1 enfant par couple.

            +1

          Alerter
          • Véro // 26.09.2019 à 17h18

            Comme en Chine ? Et pour ceux qui ont plus d’un enfant, qu’est-ce qu’on fait ? On les met en prison ? On leur demande de payer des amendes ? On leur enlève leurs enfants ?

              +1

            Alerter
          • Madudu // 26.09.2019 à 17h28

            Il s’agirait donc d’imposer la chose au Bengladesh, au Nigéria, à Haïti, aux Comores … ?

            Les considérations simplistes de ce genre ne sont d’aucun secours.

              +0

            Alerter
            • Pinouille // 27.09.2019 à 10h42

              “Les considérations simplistes de ce genre ne sont d’aucun secours.”
              Si (et seulement si) il est avéré qu’une solution aux problèmes environnementaux que nous rencontrons passe par la diminution de la population, il me semble pourtant préférable d’envisager des moyens autres que des massacres…
              Vous noterez que je n’ai rien dit sur les modalités. C’est vous qui parlez d’imposer.

              Pour ma part, je considère qu’il existe très rarement de solutions simples à des problèmes complexes.
              Or les problèmes dont il est question ici sont d’une complexité sans mesure avec ceux rencontrés précédemment.

                +2

              Alerter
          • JBB // 26.09.2019 à 22h52

            Cette politique en Chine a conduit à un immense génocide des petites Chinoises. Il suffit de regarder leur pyramide des âges pour ce rendre qu’il en manque quelques millions.

              +0

            Alerter
        • Consolo // 26.09.2019 à 23h28

          Terrifiant en effet, mais, comment dire ?, inconsciemment.
          Dernièrement une dame charmante trouvait juste que la police réprime les gilets jaunes “parce que je suis contre toute cette violence, ces vitrines cassées, etc…”. Je lui ai gentiment répondu, d’une voix douce et posée, que pour ma part je trouvait d’une violence extrême que l’hypersensibilité à la vitrine cassée orchestrée par la sphère médiatico-politique, “justifie” dans l’esprit d’une grande partie de mes concitoyens qu’on envoie la police commettre de graves et irrémédiables amputations physiques … Réponse : des éborgnés ? Combien il y en a eu ? 2 ou 3 ? Et combien de policiers blessés ?…

            +5

          Alerter
    • Je me marre // 26.09.2019 à 08h04

      “Je pense que les gens ont compris qu’on va dans le mur à court terme (pollution) et à moyen terme (changements clinatiques).”
      Les gens non seulement n’ont pas compris qu’on va dans le mur (climato-septiques – orthographe assumée, refus de tout changement dans son comportement et ses habitudes, y a qu’à voir sur les routes…), mais ils s’en foutent. L’égoïsme est la “valeur” dominante et incontournable de l’immense majorité. Croissez et multipliez!

      Je me marre!

        +23

      Alerter
      • Geoffrey // 26.09.2019 à 15h40

        je ne suis pas d’accord.

        ils ne s’en foutent pas mais ils doutent de l’alternative, celle du partage : qui va faire le premier pas ? eux ? mais le risque existe que leur voisin ne suive pas le mouvement, ET qu’il en profite OR ils détestent leurs voisins !!! Hors de question d’être le cocu de l’histoire..

        je pense que c’est aussi bête que ça…

        une autre raison qui me taraude : les gens savent-ils d’instinct que si la masse boycotte les biens & les services du marché (par souci écologique), ils condamnent à très ct terme des 100 de milliers de prolo’ au chômage ?

        une main invisible les pousse-t-elle à consommer pour que le Système tienne debout ?

        Geof’

          +3

        Alerter
        • Logique // 26.09.2019 à 16h34

          “ils ne s’en foutent pas mais ils doutent de l’alternative, celle du partage : qui va faire le premier pas ? eux ? mais le risque existe que leur voisin ne suive pas le mouvement, ET qu’il en profite OR ils détestent leurs voisins !!! Hors de question d’être le cocu de l’histoire..”

          Vous avez bien sûr raison, mais vous donnez aussi raison à “Je me marre” quand il écrit:

          “L’égoïsme est la “valeur” dominante et incontournable de l’immense majorité.”

          Logique, non?

          J’ajoute que j’ai rarement vu des conducteurs aussi peu respectueux des autres sur la route. Je roule dans plusieurs grands pays européens et je peux vous dire que la France, c’est très spécial. La police pourrait se faire des millions, car peu respectent le code de la route. Oui, vous avez raison des PROFITEURS, l’essence même du système capitaliste, n’est-ce pas?

            +3

          Alerter
          • Madudu // 26.09.2019 à 18h13

            Et comme les gens sont le problème, la solution est qu’ils n’existent plus. J’ai bon ?

              +2

            Alerter
    • gotoul // 26.09.2019 à 08h19

      « Le niveau de vie des américains n’est pas négociable » dixit un président américain ( Bush jr je crois)

        +11

      Alerter
    • tassin // 26.09.2019 à 08h59

      Le problème c’est que la raréfaction de l’énergie ne va pas nécessairement entrainer d’explosion de son prix. C’est même plutôt l’inverse. Car l’économie mondiale va s’enfoncer dans la récession par tarissement des flux d’énergie extractible. Voir Jancovici ou Gail Tverberg qui expliquent très ce phénomène. Le prix de marché n’est pas un indicateur d’abondance ou de rareté. Tout au plus il fluctue entre le prix coutant de l’extraction et le prix maximum que les acheteurs peuvent payer.

        +13

      Alerter
      • Theoltd // 26.09.2019 à 12h25

        Le prix n’est pas indicateur d’abondance ou de rareté: c’est vrai selon moi.
        La raison invoquée est par contre a mon humble avis fausse.
        En effet, les marches financiers peuvent spéculer autant a la baisse qu’a la hausse d’un indice. De sorte que vous pouvez créer autant d’argent que vous voulez, a condition d’utiliser une partie de cette argent pour “shorter” une matière première, le prix de celle ci ne peut plus monter. De cette manière, le pétrole peut être de plus en plus rare, et la création monétaire de plus en plus importante, et pourtant vous pouvez néanmoins faire baisser son prix.
        Le prix du petrole est donc essentiellement un prix politique. Son niveau bas est dicté par deux necessités:

        – Contenir l’inflation, malgré la création monétaire.
        – Limiter le transfert de richesses vers les pays producteurs (Il n’est pas utile que des pays comme le Venezuela, la Russie ou l’Iran s’enrichissent).

        Vous allez me dire que cela porte atteinte a la production nationale, Mais dans la réalité, celle ci est justement financée par la création monétaire. Sa rentabilité n’est finalement pas aussi essentielle que les points cités plus haut.
        La dette (dont la charge diminue adroitement grâce a la baisse des taux d’intérêts, qui est permise grâce a la baisse du prix du pétrole, voyez que tout est lié!) permet de financer des secteurs largement déficitaires.
        Tout ceci est finalement bien bidouillé, et il est clair que nous ne payons pas le pétrole, au véritable prix des services qu’il nous rend. Pourvu que cela dure!

          +5

        Alerter
        • calal // 26.09.2019 à 13h43

          je suis d’accord avec vous sur la puissance de la speculation financiere sur les marches des matieres premieres surtout avec cette creation monetaire delirante. Par contre difficile a dire si ca specule plus a la hausse qu’a la baisse.
          La rarefaction du petrole tient d’avantage a la mise “hors service” de nombreux pays producteurs de petrole: venezuela,irak,lybie,syrie,sanctions sur la russie et l’iran…

          si la demande diminue pour cause d’appauvrissement et de baisse demographique en occident, les prix devraient baisser. Il faut alors diminuer la production si l’on veut maintenir les prix. Et il faut du baratin pour faire passer la pilule aupres des domines: d’ou les ecolos.
          l’avenir nous dira qui a raison: valar morgulis,tout homme doit mourir un jour …

            +1

          Alerter
      • Séraphim // 27.09.2019 à 08h17

        S’il vous plaît, pas dans le même sac Gail Tverberg qui fait des analyses économiques fines et Jancovici qui ne fait que le bilan de flux physiques

          +2

        Alerter
        • keuta // 27.09.2019 à 09h02

          Effectivement, on peut pas mettre dans le même sac quelqu’un qui manie les lois de la physique pour decrire le monde et faire de la prospective avec quelqu’un qui bidouille des statistiques pour contenter son camp idéologique.
          J’auraisnouhours plus tendance à faire confiance à ceux qui manient des sciences dures

            +2

          Alerter
          • Séraphim // 27.09.2019 à 13h47

            Bof, je “manie” des sciences dures, physique, thermodynamique, énergétique, alors ça ne m’impressionne guère…Gail Tverberg est bien la seule (ou la 1ère avant que Jancovici s’en inspire sans le dire) à démontrer que le pic pétrolier n’est pas là où on l’attend, dans la réserve physique, mais dans le monde économique à la convergence prix/accessibilité et que la raréfaction de la ressource ne conduit pas à une augmentation de son prix. Par ailleurs elle explique beaucoup mieux, sans fausse gouaille ni ironie, l’impossibilité des énergies renouvelables

              +0

            Alerter
      • Jean-Pierre Georges-Pichot // 27.09.2019 à 11h35

        L’accès au pétrole n’est pas régulé par le prix, et il n’y a pas de marché pétrolier. Si Total trouve le pétrole saoudien trop cher, il n’ira pas en chercher en Iran à la place : exemple de contrainte ouverte et radicale, mais en réalité typique. Le pétrole est une denrée stratégique allouée par les monopoles sur des critères politico-militaires. Ces monopoles sont en réalité tous étatiques : certains sont des dépendances d’un Etat, et dans certains cas c’est l’Etat qui est une dépendance des monopoles. Mais aucun groupe pétrolier n’a jamais fonctionné autrement que comme intégré à un état appuyant militairement ou diplomatiquement l’accès à la ressource et négociant les prix, qui du coup ne sont pas des prix de marché. Toutes les fluctuations que l’on peut observer sont des décisions politiques, ou à l’extrême rigueur des faits de concurrence marginaux, mais tenus à l’intérieur d’une enveloppe de contrainte politique.

          +5

        Alerter
        • Theoltd // 27.09.2019 à 11h44

          Enfin un commentaire intelligent. (si je peux me permettre d’en juger bien sur).

            +0

          Alerter
    • Bats0 // 26.09.2019 à 09h24

      @Kiwixar, malheureusement tout est fait pour que certains puissent se prendre le mur en pleine face, afin que la régulation de l’humanité soit opérée (on est passé à 7.7 milliards d’humains sur cette planète, alors qu’une minorité se permet de consommer une grande part de ces 1,7 planète en une année sans pour autant ne prétendre à vouloir changer de comportement, bien au contraire).
      Dans cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=-wLH8veaVrw , il est indiqué qu’en 1936 en Espagne, 70 années d’éducation auront été nécessaires afin que le peuple puisse prendre son destin en main. Mais malheureusement on connaît la suite; telle est l’avidité de l’humain.
      “Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine… mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue.” Albert Einstein
      « Nous n’avons pas mis fin à la croissance, la nature va s’en charger », par Dennis Meadows
      https://www.les-crises.fr/dennis-meadows-croissance/

        +5

      Alerter
      • vert-de-taire // 27.09.2019 à 09h14

        CE NOUS (« Nous n’avons pas mis fin à la croissance, la nature va s’en charger ») n’est pas tout-à-fait NOUS !

        Je, nous n’avons pas dévasté les océans ni les forêts tropicales ni toutes les eaux de France, ni l’air, ni provoqué 400 000 cancers par an.
        C’est un SYSTÈME capitaliste qui NOUS domine et nous empêche d’y remédier.

        Toutes les consultations citoyennes s’opposent à ces dévastations et NOS DIRIGEANTS ÉLUS, les ignorent a-démocratiquement. Ce qui Me fait dire que nous sommes en dictature et que NOUS ne voulons pas en sortir en votant Macron Fillon Lepen Sarko Hollande … ou en ne votant pas (vu leurs mensonges ).

          +4

        Alerter
  • Je me marre // 26.09.2019 à 07h51

    “Il n’est pas optimiste quant à l’avenir de la planète, et pourtant il continue à parler avec verve des changements que l’humanité devrait mettre en œuvre pour la sauver.”

    Ras le bol de cette prétention à “sauver la planète”. La planète ne va pas exploser, ni imploser, ni cramer, du moins pas avant quelques milliards d’années. Pas un mot sur la pullulation humaine qui réduit et détruit les écosystèmes et les populations animales et végétales. Pas un mot sur la décision du peuple suisse de réduire l’immigration, loi constitutionnelle sciemment violée par les autorités. Si la solidarité existait pour les riches cela se saurait.

    En attendant…

      +21

    Alerter
    • Véro // 26.09.2019 à 09h15

      Pas un mot sur la démographie dans l’article.
      petit extrait d’une interview https://www.millenaire3.com/Interview/croissance-verte-economie-circulaire-et-economie-permacirculaire “Si on veut que l’économie soit en harmonie avec les capacités du système Terre, il faut donc non seulement stabiliser, mais aussi réduire éminemment les flux qui entrent dans le système économique : à savoir l’énergie carbonée, bien entendu, mais aussi toutes les matières. Il faut donc réduire les volumes de toutes nos activités – et sans doute aussi notre démographie.”

      Il est comme beaucoup d’ “écolos”, il trouve qu’à part lui il y a trop de monde.

        +9

      Alerter
      • Logique // 26.09.2019 à 16h13

        “Il est comme beaucoup d’ “écolos”, il trouve qu’à part lui il y a trop de monde.”

        Un “écolo” qui fait en sorte de sauver une espèce, une population, un petit bout d’écosystème n’est jamais en trop. Les autres… comment disait-on déjà quand on parlait des rapaces? Ou plus récemment des loups? Ou des ours? Ou comment qualifiait-ont les herbes adventices?

        Qui à 40 ans n’a pas planté un arbre qui deviendra centenaire ou qui n’a pas posé un nid pour permettre à des oiseaux de se reproduire en sécurité a raté sa vie.

        Les Amérindiens respectaient la nature. Le christianisme a placé le sacré dans l’individu. Tout lui est donc permis.

        http://www.tlahui.com/medic/medic14/chef.htm

        Au sujet de l’Afrique: c’est le continent avec la plus grande mégafaune. Partout les populations sont en forte décroissance et certaines espèces gravement menacées. Le Rhinocéros de l’Ouest a déjà disparu.

        Ca n’a aucune importance, n’est-ce pas? Le prix de l’essence, c’est vachement plus important.

          +1

        Alerter
        • Véro // 26.09.2019 à 17h30

          Un écolo qui plante des arbres etc. n’est jamais en trop ? Mais personne n’est en trop.
          Je ne vote pas écolo mais j’ai planté quelques arbres aussi.
          Les écolos n’ont pas le monopole du désir de préserver l’environnement.
          Oui le prix de l’essence c’est très important. Vous trouvez ça secondaire, mais comment croyez-vous que vous pouvez utiliser internet ? L’énergie utilisée, la fabrication et la vente des ordinateurs, ça demande que des gens puissent mettre du carburant dans leur véhicule.
          Vous croyez peut-être que ceux qui regardent le prix du carburant se fichent des rhinocéros ? Bah non, pas plus que ceux qui se lamentent sans pouvoir rien faire de plus.

            +2

          Alerter
          • Logique // 27.09.2019 à 01h59

            “Mais personne n’est en trop.”

            J’en suis bien d’accord, sauf que c’est vous qui avez parlé de “trop de monde”. Vous ne savez même pas que des écolos pensent qu’ils sont en trop et il ne veulent pas avoir d’enfants. Je n’admets pas cette sorte de haine contre les écolos de la part de personnes qui ne veulent pas se remettre en question. La ville et la voiture rendent fous. Internet rend addict.

            Je pense que la grande majorité des gens ne savent même pas qu’une espèce de rhinocéros a déjà disparu. Je pense que vous ne le saviez pas. Et que vous n’avez pas cherché à le savoir avant mon commentaire.

              +2

            Alerter
        • calal // 26.09.2019 à 19h15

          “Le christianisme a placé le sacré dans l’individu. Tout lui est donc permis. ”
          il y a des regles dans le christianisme:tout n’est pas permis a l’individu…
          un type qui prie ne consomme pas pendant ce temps…toutes les religions appellent a la temperance dans les comportements,a depasser ses desirs “terrestres” pour developper une “spiritualité” qui consomme encore moins d’electricite que le numerique…

          c’est l’individu athee,celui qui ne craint pas le jugement de dieu, qui n’a plus aucune regle a respecter (YOLO) et qui doit “en profiter” avant de mourir…

            +4

          Alerter
          • Logique // 27.09.2019 à 01h49

            “toutes les religions appellent a la temperance dans les comportements,a depasser ses desirs “terrestres” pour developper une “spiritualité” ”
            Théoriquement même pas et pratiquement non. Très nombreux exemples historiques jusqu’à aujourd’hui. Relisez la bible, les évangiles et le coran.

            “c’est l’individu athee,celui qui ne craint pas le jugement de dieu, qui n’a plus aucune regle a respecter (YOLO) et qui doit “en profiter” avant de mourir…”
            Comme vous n’êtes pas athée, vous n’avez aucune idée de ce que pense un athée. Se mettre à la place de quelqu’un et de penser à sa place est un sophisme.

              +1

            Alerter
    • jmathon // 26.09.2019 à 09h41

      « “Le marché contre l’humanité”? Pas vraiment puisque le marché continue et que la seule décroissance qui ait un sens serait celle de la population humaine qui impliquerait toutes les autres. »

      Sans rire…. J’aimerais beaucoup connaître votre “véritable” motivation pour écrire cela.
      J’ai eu une discussion sur ce sujet, il y a quelques années, avec une personne qui défendait ce point de vue et à la fin de celle-ci j’ai fini par savoir ce qu’il en était. Merci à elle pour son honnêteté intellectuelle.

      Comme éléments de réflexion:
      https://www.bastamag.net/Faut-il-vraiment-limiter-la-population-mondiale-pour-sauver-la-planete
      https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/Faut-limiter-population-sauver-planete-2017-11-14-1200891981
      https://www.lepoint.fr/monde/sommes-nous-trop-nombreux-sur-terre-26-07-2017-2145872_24.php

      En attendant, cela ne me fait malheureusement pas marrer… mais seulement rire… jaune.

        +3

      Alerter
      • Chris // 26.09.2019 à 10h17

        Malheureux !
        Voudriez-vous “sabrer” d’actuels et futurs consommateurs et monnaie de singe dans les conflits géostratégiques de l’oligarchie financière ?

          +3

        Alerter
  • douarn // 26.09.2019 à 08h07

    Bonsoir Kiwixar
    “Notre meilleur espoir, // l’explosion des prix de l’énergie//”
    Ce cas “à la madmax” me semble être la promesse de tensions sociales. Les encore riches vont avoir accès aux ressources même si leurs prix a explosé en taillant dans certaines dépenses accessoires (ils en ont beaucoup). Les pauvres qui galéraient ne serait-ce que pour se nourrir vont exploser dès que leurs enfants pleureront devant leurs assiettes vides où l’absence de médicaments : ils n’auront plus rien à perdre.

    A l’échelle mondiale, les 1 % les plus riches émettent 175 fois plus de CO2 que les 10 % les plus pauvres. Les limites planétaires sont dépassées par les plus riches et sont à l’image des inégalités du monde néolibéral consumériste.

    L’autre option disons “à la new deal” serait de raboter les inégalités mondiales, d’abord dans les pays riches et de redistribuer une partie des économies de CO2 aux 10% les plus pauvre. Il en va de la stabilité de nos sociétés à court terme (migration, planing familial, éducation des filles, mesures pour assurer les productions agricoles en contexte de changement climatique, …). L’objectif serait de faire en sorte que toute personne habitant en zone OCDE ne puisse pas dépasser 1TEP/an (Costa Rica : 1TEP/an/hab, Fr: 4TEP/an/hab, USA : 8TEP/an/hab).

    Les utopistes sont ceux qui ne savent pas ce qu’est une exponentielle.

    https://www.20minutes.fr/planete/1742271-20151202-pollution-50-emissions-co2-10-habitants-plus-riches

      +6

    Alerter
    • Kiwixar // 26.09.2019 à 14h37

      Avec l’explosion des prix de l’énergie, je ne pense pas que les riches pourront continuer comme avant (parce qu’ils auront les moyens financiers de remplir le réservoir de la Range Rover). Je pense que les troubles sociaux deviendront tellement importants que les ghettos de riches (Neuilly, le XVIe à Paris etc) crameront avec tous les SUV du pays. Les Gilets Jaunes (indicateur) deviendront rapidement oranges (avertissement) puis rouges (“fallait nous écouter”).

      Quand il deviendra évident que la “République”, ce sont les privilèges des nantis, est-ce que les forces de l’ordre la défendront et tireront dans le tas, sur des pauvres, des femmes et des enfants?

      Pour passer les temps difficiles, il va falloir être unis, que tout le monde fasse les mêmes sacrifices. On sait pertinemment que les 10% du haut en sont totalement incapables. Leur seule utilité, ce sont les protéines (la viande).

        +6

      Alerter
      • Logique // 26.09.2019 à 16h47

        “Je pense que les troubles sociaux deviendront tellement importants que les ghettos de riches (Neuilly, le XVIe à Paris etc) crameront avec tous les SUV du pays.”

        Vous sous-estimez grandement les ressources des plus riches et leurs moyens de contrôle. Devant les brutalités policières, les Gilets Jaunes ont peur et se dégonflent déjà, hélas. Sans soutien extérieur, vos gilets oranges ou rouges se feront massacrer. Thiers, vous connaissez?

          +6

        Alerter
      • vert-de-taire // 27.09.2019 à 09h29

        Les riches se payeront des milices pour se protéger. Si la police ne suffit plus.

        La violence a toujours été la solution quand bien même c’est toujours la pire.
        Car le riche s’en protège facilement.

        La solution est de se passer du Système, des multinationales,
        des énergies importées,
        autant que possible donc massivement afin de le détruire.

        C’est difficile mais vu l’état économico-financier du monde il est hautement préférable de devancer les échéances.

          +1

        Alerter
        • Jean-Pierre Georges-Pichot // 27.09.2019 à 11h12

          Le dispositif “soleil vert” est déjà en cours d’expérimentation. Les Américains ont des “zones vertes” partout dans le monde, qui sont des bulles d'”American way of life” dans des océans de misère et de violence anarchique. Chez nous, depuis le début des manifestations des Gilets jaunes, Paris expérimente le même système tous les samedis, avec entrée réglementée, en gros réservée aux CSP plus, dans les beaux quartiers. Lors du G7 de Biarritz, c’est une zone urbaine de trente kilomètres de long sur vingt de profondeur, abritant normalement plusieurs centaines de milliers d’habitants, qui a été en pratique interdite de pénétration par une armée de dix-sept mille hommes. Pour ce qui est de l’accès aux ressources naturelles indispensables, cela fait longtemps que les “parcs naturels”, munis de réglementations spécifiques, ne sont d’ores et déjà plus d’accès libre. Il ne manque que les barbelés autour, mais c’est le plus facile à faire lorsqu’il s’agira d’en faire des zones de survie réservées protégées militairement.

            +5

          Alerter
    • Kiwixar // 26.09.2019 à 14h42

      “Costa Rica : 1TEP/an/hab, Fr: 4TEP/an/hab, USA : 8TEP/an/hab).”

      Comme mentionné plus haut, pour les Zuniens, “leur mode de vie n’est pas négociable”. Si les Iraniens bloquent le détroit d’Ormuz, ils les menaceront sans doute immédiatement de vitrification nucléaire (vu à quelle vitesse la famine tuera en Occident privé de pétrole).

        +5

      Alerter
  • Louis Robert // 26.09.2019 à 08h16

    Quand une nation est imminemment menacée dans son existence même par l’ennemi en armes, on assiste à une mobilisation générale immédiate. Tous les sacrifices sont alors consentis dans le but que soit protégé et que survive le plus grand nombre: temps de guerre!

    La présente menace d’extinction écologique, environnementale, mondiale, planétaire, exige pareille mobilisation qui seule peut raviver l’espoir de survivre dans un monde habitable. Parler en pareil cas de « terrorisme écologique », de « dictature écologique», est conduite criminelle envers l’humanité.

    Nous ne survivrons qu’à la faveur d’une mobilisation mondiale, planétaire, à la mesure des enjeux, comme, surmontant peur et terreur, on s’y résout en temps de guerre.

      +8

    Alerter
    • Véro // 26.09.2019 à 11h30

      Avant de dire que parler de terrorisme écologique est conduite criminelle envers l’humanité, il faudrait préciser quels sacrifices on attend de cette même humanité pour qu’elle soit sauvée. Quels sacrifices ? Qui doit les faire ? Comment les faire ?

        +1

      Alerter
      • Louis Robert // 26.09.2019 à 13h21

        Abrégeons!

        « La température de la planète grimpe deux fois plus vite que prévu » – « Il faudra donc tripler les ambitions des pays pour réduire les émissions de dioxyde de carbone, pour éviter que la température moyenne de la planète augmente de plus de 2°C, et les quintupler pour contenir le réchauffement au-dessous de 1,5°C. Il s’agit des deux objectifs fixés dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, adopté en décembre 2015. »

        http://www.lefigaro.fr/sciences/la-temperature-de-la-planete-grimpe-deux-fois-plus-vite-que-prevu-20190923

        J’abrège… « Quoi? Qui? Comment?», nous avons eu bien plus qu’un demi-siècle pour répondre. La guerre (menace d’extinction) venue, fin du bavardage. TOUS sont obligatoirement mobilisés pour survivre et chacun est responsable de soi et des autres. Qui trahit les siens ou collabore avec l’ennemi en subit les conséquences sans long et vain palabre ni délai indu: il s’agit de survivre.

        Bref, il faut l’être, revoyez comment les Soviétiques (et les Vietnamiens, et les Cubains, etc… ) ont fait en temps de guerre. Eux ont fait mieux que survivre, ils ont vaincu. On vous expliquera en chemin…

        Ce moment est arrivé et se précise précipitamment: Shakespeare, « Under which king, Bezonian / Speak or die! »

          +6

        Alerter
  • JPR // 26.09.2019 à 08h22

    Excellente analyse globale mais qui se limite à la dimension physique, sociale et économique. Les éléments permissifs fondamentaux ne sont dans ce texte pas abordés: l’énergie et surtout le levier de transmission, d’orientation et de régulation le plus puissant: le système financier, miroir au passif de l’économie réelle. Autant la réflexion scientifique sur toutes les composantes de l’écologie est riche et argumentée, autant l’analyse des circuits financiers irriguant le système est pauvre tant ce monde de l’argent est tabou à une analyse globale objective…

      +11

    Alerter
    • vert-de-taire // 27.09.2019 à 09h40

      Oui
      il faudrait oser dire on remet les compteurs à 0.
      les dettes, les comptes des établissements financiers (qu’il faut tous détruire)
      et repartir avec une monnaie basée sur l’activité réelle gérée démocratiquement.

      Nos dirigeants n’ont pas ce choix étant les valets du monde financier virtuel…

      Quel groupe social assez puissant pourrait prendre le pouvoir pour décider d’en finir avec les spéculations et les dettes délirantes d’un monde qui mélange scandaleuses ment les jeux de casino avec la société des humains ?
      On a les dirigeants qu’on élit donc le monde pourri qu’on accepte et les catastrophes que cela entraine.

        +0

      Alerter
  • BEYER Michel // 26.09.2019 à 09h18

    Je n’en suis pas au même niveau que la plupart, au risque d’en prendre plein la figure par les partisans de la dégradation du climat par les habitants de la planète.
    Ce matin, je viens de lire un appel de 500 personnalités scientifiques, en direction de l’ONU. Cet appel s’en prend à l’Alarmisme climatique. Je suppose que leur qualification de “scientifiques” a autant de valeur que celle de leurs adversaires.
    Qui a raison, qui a tort?
    Pour ma part, je m’efforce de respecter la nature. J’achète même “bio”….Mais le réchauffement climatique n’est-il pas un moyen pour nous détourner de mesures beaucoup plus sensibles à notre style de vie?

      +9

    Alerter
      • Véro // 26.09.2019 à 11h36

        en même temps, une tribune climato-sceptique signée par des climato-sceptiques c’est un peu logique non ?

          +3

        Alerter
      • Louis Robert // 26.09.2019 à 13h56

        Merci pour ce lien, tassin.

        La « Réaction »… déjà diligemment à l’oeuvre! Privilèges obligent.

        La situation se corse dangereusement… Vent de panique venu d’en haut. Préparée savamment depuis longtemps, la censure sera étouffante, impitoyable. C´est d’ailleurs commencé.

        Nous n’avons encore rien vu. RIEN. Éveil!

          +2

        Alerter
      • Logique // 26.09.2019 à 16h39

        On rigolera bien quand la plus grande partie de la Floride et du BenglaDesh sera sous les eaux.

        Mais rassurez-vous, vous serez mort avant. Ouf!

          +1

        Alerter
        • Louis Robert // 26.09.2019 à 18h21

          Morts avant? Pas si sûr… Cette fuite serait tellement commode, hein? — «… non-responsable! »

          C’est d’ailleurs pourquoi le Pouvoir fait tout pour nous convaincre du danger seulement en 2050 ou en 2100… en fait toujours plus tard… 3050? Ou peut-être jamais???

          Il faut être très naïf pour croire ce Pouvoir criminel, assassin…

          Lisez plutôt « Dormez tranquilles jusqu’en 2100: Et autres malentendus sur le climat et l’énergie » de Jancovici.

            +5

          Alerter
    • Subotai // 26.09.2019 à 18h41

      Ben non.
      Des milliers de scientifiques étudient la planète et son comportement en permanence. Ils analysent les données obtenues, publient les résultats, font des hypothèses, tirent certaines conclusions, font des projections.
      De tout ça ressort une certaine cohérence de FAITS regroupés dans un dossier “Global warming”.
      Il ne s’agit pas pour les scientifiques et pour le GIEC de défendre une thèse. Il n’y a pas un à priori de “Pour” le réchauffement GLOBAL, il y a un CONSTAT de celui ci.
      A contrario, les “Climato-sceptiques” se positionnent comme étant une OPPOSITION à un consensus. Sans parler de leurs motivations, pour beaucoup évidentes, ils ne se rendent pas compte que plus on nie un fait, plus on interpelle l’attention sur ce fait et plus on renforce l’opinion de sa réalité. 🙂
      Respecter la nature… acheter Bio… style de vie…
      Voici 3 expression que je vous invite respectueusement à examiner profondément le sens. Comprenez que je ne veux pas vous faire la leçon, ni être insultant.
      Pour vous donner une piste de réflexion sur la manière que je vous invite à réfléchir sur ces 3 expressions, je vais prendre une phrase célèbre:
      “Aime ton prochain comme toi même”
      Avez vous vraiment conscience que la phrase vous invite à d’abord faire la paix avec vous même, à vous accepter tel que vous êtes et à faire en sorte que rien dans vos propres actes ne vous amène à vous détester vous même? Avant de penser à aimer l’autre.
      Pour info, je ne parle pas de religion et je ne suis pas chrétien. 🙂 Mais cette phrase est universelle. 🙂

        +3

      Alerter
  • Ives // 26.09.2019 à 09h22

    De mémoire Yves Cochet prône la limitation des aides CAF au-delà de 2 enfants et n’a lui-même qu’une fille.

      +3

    Alerter
    • tassin // 26.09.2019 à 13h03

      Comme si c’étaient les aides CAF qui déterminaient le nombre d’enfants par femme 😀

        +9

      Alerter
    • Logique // 26.09.2019 à 16h42

      Je propose un impôt de 80% sur le revenu dès le 3me enfant. Et confiscation de la fortune dès le 4me.

        +2

      Alerter
  • Myrkur34 // 26.09.2019 à 09h35

    Le Sri Lanka, c’est 21 millions d’habitants sur 1/9 de la France en km2, 75 ans d’espérance de vie, 93% d’alphabétisation, 2.20 enfants par femme. Il y a pire comme statistiques.

    La dernière vue hier, une croisière d’une semaine équivaut à 20000 kms en voiture. En plus des cancers dans les ports d’attache, vu le fuel soufré consommé en permanence, même à quai.

    Pourquoi croyez vous qu’il y a juste une taxe (de plus) sur l’aérien, plutôt qu’une tva sur le kérosène? Lobbying des constructeurs d’avion et des compagnies aériennes. Par contre le clampin moyen avec sa voiture…..
    En tout cas, même revenir à “consommer” une terre par an et les cris d’orfraie arrivent aux oreilles.

      +4

    Alerter
  • Almire // 26.09.2019 à 09h48

    D. BOURG nous présente un mirage : celui d’une économie circulaire. La description linéaire de l’activité humaine par Athur KELLER, me paraît bien plus réaliste, même si elle est désespérante. “Les humains dégradent la nature grâce à l’énergie pour produire des déchets (entre autres le CO2), qui s’accumulent dans la biosphère.”.
    Nos productions deviennent toutes des déchets et quasiment rien de ce que nous produisons n’est directement réutilisable. La circularité impose une transformation qui nécessite encore l’utilisation d’énergie ! Voilà l’impasse.

      +2

    Alerter
    • vert-de-taire // 26.09.2019 à 13h53

      ” La circularité impose une transformation qui nécessite encore l’utilisation d’énergie ! Voilà l’impasse”

      Pas compris !

      En quoi l’utilisation d’énergie serait impossible ?

      C’est le recyclage qui est indispensable de par la finitude de la matière noble et des pollutions
      mais le flux d’énergie est constant, limité mais “infini” dans le temps.

      merci de préciser votre impasse théorique il me semble

        +0

      Alerter
      • tassin // 26.09.2019 à 13h55

        Je pense qu’il voulait dire que le recyclage engendre toujours une déperdition de matière et de l’entropie. A large échelle on peut tout à faire ravager les écosystèmes globaux même avec un système en recyclage quasi-parfait.

          +4

        Alerter
        • vert-de-taire // 27.09.2019 à 09h50

          Alors c’est une appréciation très restrictive du recyclage.

          Jusqu’à pas longtemps (150 ans ?) on recyclait presque tout.
          (ce qui n’a pas empêché des dévastations exemple baleines)
          Pas bien difficile de s’y remettre !
          Il suffit de quitter ce régime de dictature financière.
          à condition de bien comprendre que c’est LE blocage totalitaire actuel…

            +0

          Alerter
      • Almire // 26.09.2019 à 21h35

        Double impasse, parce que 1) notre société thermo-industrielle utilise principalement (80%) l’énergie solaire stockée (résultat de la photosynthèse) depuis des dizaines ou centaines de millions d’années dans le sous-sol et que cette extraction, transformation et utilisation est la source principale des émissions de CO2 et méthane, responsable du forçage radiatif. L’économie circulaire ne pouvant s’affranchir de l’utilisation massive de cette énergie carbonée, (même les énergies dites renouvelables en dépendent pour l’extraction, la confection de ses éléments et composants), ce modèle d’économie ne peut réduire le taux de GES . 2) Enfin les stocks d’énergie carbonée sont limités et leur extraction perdurera tant que l’énergie disponible sera supérieure à l’énergie utilisée pour la production. (EROI). S’agissant du pétrole l’échéance approche ! Par ailleurs s’agissant des alliages, le taux de recyclage est quasi nul. le recyclage est une illusion.

          +0

        Alerter
  • chr bernard // 26.09.2019 à 09h53

    “Tout le monde doit réduire, évidemment les plus riches davantage que les plus modestes. Les plus pauvres vont voir leur niveau de vie augmenter, les plus riches leur niveau de vie baisser”

    Extraordinaire naïveté ! Dans “Stratégie du Choc” Naomi Klein observe que les crises et disettes ne sont pas l’occasion de voir régner la solidarité, mais au contraire de voir monter les rivalités, conflits et autres marchés noirs.

    Servigné dans son “Comment tout peut s’effondrer” termine ce livre avec le même genre de propos naïfs, mais admet que, passé les premiers instants d’une catastrophe (où l’on voit courir les sauveteurs et aussi certains opportunistes, sacs de riz à l’épaule devant les caméras – suivez mon regard), aucune solidarité ne peut régner..

      +10

    Alerter
    • Véro // 26.09.2019 à 10h24

      tout-à-fait.
      J’ai même le sentiment que cet écologisme a pour objectif de chercher des solutions pour que rien ne change sur le plan économique et social.

        +3

      Alerter
    • vert-de-taire // 26.09.2019 à 14h11

      “passé les premiers instants d’une catastrophe … aucune solidarité ne peut régner..”

      Ceci est avéré dans un monde dans lequel nous sommes certains qu’il n’y a pas assez pour tous.
      Dans un monde de crétins qui ne pensent ou ne peuvent plus penser causé par la panique, la sidération, la terreur, le manque d’informations, .. dans un monde a-démocratique où nous n’avons pas accès aux décisions et leurs effets…

      MAis regardez, quand on est préparé à une catastrophe on ne devient pas fou, on agit solidairement ..
      Cela a un nom : éducation. Les tremblements de Terre au Japon, les armes à feu dans bien des pays …
      Certes c’est un long apprentissage mais c’est un CHOIX politique : se préparer aux catastrophes.
      ILS ne le feront jamais car cela voudrait dire qu’ils ne veulent ou ne peuvent rien y faire !
      Mais NOUS, les 99,9% n’avons pas ces critères ni ces mensonges à propager !

      Se préparer c’est s’autonomiser en nourriture, énergie, tout …
      Se passer de tout ce qu’on ne sait pas faire localement.
      Et comme on ne sait PLUS RIEN faire ensemble (sauf dans la contrainte d’emploi), il faut réapprendre ici et maintenant en groupes locaux, à faire ensemble, afin de ne pas voir les autres comme des prédateurs mais des membres de la tribu qui survit.
      C’est si compliqué ?
      Si compliqué de passer de touriste de marchés à individu social ?

        +9

      Alerter
      • chr bernard // 26.09.2019 à 14h44

        Oui, ce sera “si compliqué”.
        Les tribus des “yaka” et “fautcon” sont à la manœuvre ; il en résultera une masse de contraintes sur les plus faibles sans grand effet sur sinon de couler la démocratie.
        Les volontaristes se saoulent de mots et de formules (c’est particulièrement visible sur ce fil de discussion, où je vois même qu’on invoque les Vietnamiens (?) ou une citation de Shakespeare..). Et quand ils en font des livres, cela me donne à penser que le “green-washing” finit par gagner le monde la pensée.

          +4

        Alerter
        • vert-de-taire // 27.09.2019 à 10h05

          Mon propos est de dire que c’est NOTRE conditionnement de con-ditionné qui FAIT ce monde.

          Donc qu’il suffit de cesser de voter pour nos bourreaux pour s’en sortir (non sans maux) :

          Les nations qui essayent sont dévastées (Cuba est typique, Venezuela, Brésil un temps, Chili avant, l’Italie morte-née de Aldo Moro, …) Bref les tentatives de liberté existent et même la France a essayé : mai 68 a opportunément empêché De Gaulle de maintenir son indépendance. Plus récemment la progression de la FI a été très opportunément “traitée” par ce fascisme impérialiste qui nous pourrit la vie.

          Question de choix : on a choisi les salauds … faut pas s’en plaindre.

            +1

          Alerter
          • jcnello // 28.09.2019 à 05h26

            “il suffit de cesser de voter pour nos bourreaux pour s’en sortir”
            Bé non…ce serait trop simple ! n’avez-vous pas constaté que déjà les gouvernements qui nous oppriment ne sont plus élus qu’avec 10 à 15% de soutien de la population… demain ce sera 2 ou 3% et ça ne changera absolument rien !

              +1

            Alerter
  • Marie Pierre // 26.09.2019 à 10h00

    Ce qui me sidère dans le mouvement écolo-panique, c’est l’escamotage des budgets militaires toujours plus pharamineux et les conséquences sociales, économiques et écologiques des multiples guerres qui ravagent la planète.

      +17

    Alerter
  • calahan // 26.09.2019 à 10h07

    Normal que rien ne change puisque ceux qui sont censés détenir le pouvoir exécutif, législatif et judiciaire, c’est à dire certainement pas vous ni moi, ont pour mission principale de garantir le statu quo aux névrosés de l’oseille, du pouvoir et de tout ce qui va avec.

    Pour ce qui me concerne, croissance décroissance, je ne vois pas ce que ça pourrait changer comme dit Dominique Bourg pour l’immense majorité des êtres humains sur cette planète “devoir se serrer la ceinture” c’est quotidien !

    D’ailleurs c’est comme ça que l’être humain s’adapte et survit depuis l’essentiel du temps qu’il est humain (et même avant cette évolution), ce qui doit disparaitre (pas physiquement j’entends) ce sont les aberrations, les anomalies, les avatars, donc oui il va falloir dégraisser des mammouths à tout va.
    ça tombe bien on a besoin d’énormément d’argent dans la recherche pour les quelques siècles à venir !

      +7

    Alerter
  • Dominique Gagnot // 26.09.2019 à 11h41

    Une analogie permet de saisir l’HénÔrmité du problème :

    Imaginez une maison dans laquelle des habitants particulièrement irresponsables seraient libres de faire ce que bon leur semble.

    L’un irait brûler un morceau de charpente pour se chauffer, l’autre utiliserait le cuivre de l’installation électrique pour fabriquer on ne sait quoi, etc. Imaginez l’état de cet immeuble au bout d’un certain temps…
    C’est ce que nous faisons subir à la Terre, notre maison, sans nous préoccuper aucunement des désastres qui en résultent.

    Les constitutions de nos États permettent à des entreprises privées de se rendre « propriétaires » de ressources qui en fait sont des biens communs.
    Dans le cadre d’un système économique capitaliste dont le seul objet est le « profit », ils s’autorisent à détruire notre planète, au mépris des conséquences sociales et écologiques…

    De ce fait, il est absolument certain que notre histoire ne peut connaître qu’un épilogue désastreux. Nous sommes à ce moment de l’histoire.
    —————————–
    Extrait de http://bit.ly/capitalisme

      +14

    Alerter
  • Libvert.fr // 26.09.2019 à 14h08

    L’économie circulaire est un bel objectif, tout comme l’économie verte, bleue, de la fonctionnalité, symbiotique, mimétique, etc..

    Concernant la démographie, plus un pays est riche et éduqué plus la natalité baisse naturellement (donc attention aux politiques malthusiennes!). Mieux vaut donc se concentrer sur la liberté économique et une éducation de qualité, ni trop autoritaire, ni trop laxiste (pédagogies équilibrées de type 2)

    Les SDFs sont ceux qui ont la plus faible empreinte, et les riches sont ceux qui ont le plus de potentiel pour investir dans les projets verts (compersion :: je suis heureux pour eux)

    Heureusement, l’écologie de l’esprit est présente pour nous rappeler de modérer nos pensées et donc ensuite nos actes (importance de la communication bienveillante, de la gestion de ses émotions (QE), de la Justice restaurative, etc..) => “Les Verts de rage” sont donc non cohérents avec une partie de leur idéologie.

    PS : La France est tjrs 35me/35 en terme de compétivité fiscale d’après la Tax Foundation (et 71me/180 en terme de liberté économique (cf. lien avec la prospérité))

      +2

    Alerter
    • chr bernard // 26.09.2019 à 14h47

      Votre commentaire est assez sidérant (.. ou incompréhensible .. en tout cas incompris de moi).
      Si je vous suis bien, payer moins d’impôts (votre appel à la compétitivité fiscale) et stimuler la liberté économique va permettre de sauver le climat ..
      Au secours !

        +11

      Alerter
  • vert-de-taire // 26.09.2019 à 14h20

    “Mieux vaut donc se concentrer sur la liberté économique et une éducation de qualité, ”

    Quelle liberté économique ?
    De qui de quoi ?

    Celle des multinationales ? La votre pour acheter, pour entreprendre pour ?
    Dans quel cadre légal, social, historique, culturel ?

    Merci de préciser qu’on progresse avec vous.

    Pour l’éducation oui, mais ..
    L’Allemagne de 1930 était hyper cultivée …

      +4

    Alerter
  • LMD // 26.09.2019 à 16h02

    Ces jours-ci, chacun y va de son programme technocratique pour trouver une voie de sortie avant l’effondrement de la civilisation. Cet entretien avec Dominique Bourg en est un exemple parmi beaucoup d’autres. On peut avaler les contes pour enfants que sont le “développement durable”, “la croissance verte”, la “transition écologique” imaginaire, ou ces concepts fumeux d’économie “permacirculaire”, bref toutes ces tentatives de sauver le capitalisme et le mode de vie mortifère dont nul ne veut se défaire.
    On peut aussi se dire que pour conserver une chance de survivre à la surface de cette terre, il faudrait plutôt tout faire pour que cette civilisation de mort s’effondre le plus vite possible, sans quoi il ne sera bientôt plus possible de vivre humainement sans les innombrables prothèses dont nous accable la civilisation industrielle.
    Il y a déjà de très nombreuses personnes qui décident, chaque jour, de sauter en marche du train fou, de reconquérir leur autonomie, de vivre d’une manière décente, tout en se battant à chaque occasion pour faire s’écrouler ce monde et se débarrasser de l’oligarchie qui nous conduit dans le mur. Notre seule solution, c’est de combiner à la fois la sécession individuelle, le combat contre l’oligarchie (par exemple avec les gilets jaunes), et la restauration de morceaux de notre terre pour freiner l’extinction de la vie.
    Voir cet article qui développe ces idées :
    https://lemoinedefroque.home.blog/2019/09/13/face-a-leffondrement-decalage-du-point-de-reference-secession-et-restauration/

      +7

    Alerter
  • Bouddha Vert // 26.09.2019 à 22h37

    Monsieur Bourg semble toujours animé par les meilleurs intentions, mais je soupçonne que la politique soit désormais, avant la philosophie (?), son dada.
    Il adore parler et se positionner dans une pure éthique, cependant son manque de pragmatisme semble lui interdire à comprendre l’impossibilité physique d’assurer un continuum civilisationnel aux pays de l’OCDE et encore moins d’offrir aux autres des habitations confortables avec réseaux électrique, d’eau, d’assainissement, d’internet, de transports routiers, aériens, des services de santé pour tous les âges, des études longues, la retraite, les congés payés… bref ce que quelques un connaissent depuis 1945.
    Quant à son positionnement sur le recyclage, je l’invite à lire les ouvrages de monsieur Bihouix pour entendre le degré de complexité qu’a atteint notre métallurgie et qu’avec un peu de connaissances en thermodynamique comprendre que le recyclage “s’était pour demain”.
    Il nous reste encore beaucoup trop de pétrole pour ne pas massacrer nos biotopes mais plus assez pour entretenir la croissance, aussi je caresse par conséquent l’espoir que l’industrie des hydrocarbures ne crachant plus suffisamment de dividendes finisse par manquer de capitaux et par là nous faire basculer vers un autre monde où nous devrons faire sans toutes nos machines qui aurons été le moyen de massacrer notre monde et nous offrir notre cher, trop cher?, confort.
    Et puis, il y a son livre et son éditeur!

      +1

    Alerter
  • Tardieu // 27.09.2019 à 07h03

    Qu’est-ce qu’ils n’inventeraient pas pour cautionner l’existence du capitalisme.

    Et vous voudriez qu’on commente cela ?

      +1

    Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 27.09.2019 à 10h44

    Dominique Bourg dit à un moment “il faudra que les gens comprennent..”. Interrogez-vous sur l’implicite de cette proposition : si l’inversion du cours suicidaire dépend d’une prise de conscience populaire, cela signifie qu’elle suppose une révolution violente. Or tout projet de ce genre est massivement rejeté, en particulier par les milieux écologiquement conscients. JM Jancovici aborde par moments la question du dispositif efficace d’influence sur les événements pour les scientifiques éclairés. Lui aussi mise plutôt sur un changement d’attitude des oligarchies dominantes. A mon avis, on peut toujours attendre. Le comportement systématique des élites dans les grosses crises est d’aménager leur propre survie. Le projet “Soleil vert”.

      +0

    Alerter
  • Bouddha Vert // 27.09.2019 à 22h40

    Article effectivement intéressant qui, sous de faux airs de mansuétude, instille l’idée que Gore et Thunberg se feraient passer pour des savants (??), alors que tout le monde sait qu’ils ne sont que les porte parole des conclusions de travaux scientifiques:
    L’un pour des raisons certainement électoralistes et l’autre parce qu’elle est jeune et suffisamment intelligente pour comprendre que son avenir ne sera pas celui d’émérites chercheurs qui, pour la plupart, opposent leurs opinions à des domaines de recherche auxquels ils n’entendent que “COUIC!!”.
    Tout cela couronné d’un abyssale argument consistant à comparer la banquise d’aujourd’hui avec celle de 2012, bonjour la démonstration!!
    Avec ça nous pouvons dormir tranquilles jusqu’en 2100.
    Et puis Proust pour finir, ça en impose, même si c’est pour gifler les travaux d’une communauté scientifique mondiale qui profite d’un complot médiatique, également mondial, au profit de ceux qui nous empêchent de jouir tranquillement.
    [modéré]

      +2

    Alerter
  • Les Mouches // 30.09.2019 à 16h46

    Franchement pour les jeunes adultes d’aujourd’hui cela fait depuis que nous sommes enfants que l’on nous bassine avec “la fin du monde” pour causes écologiques (certaines ont variés dans le temps…).
    Et bien souvent, ces mêmes personnes adorent aller consommer pendant les soldes parce que “c’est pas cher”, trouvent logique d’aller extraire des minerais à l’autre bout du monde, c’est “l’ouverture” ou souhaite avoir le dernier cris en terme de technologie, font deux ou trois voyages en avion chaque année et j’en passe…ça commence à être lourd.
    Ces prédicateurs sont la version moderne de ceux qui annonçaient l’Apocalypse au Moyen-Âge sauf qu’en plus ils sont bien souvent les premiers coupables de part leurs modes de consommation.

    Nous produirons toujours de l’énergie, l’innovation saura le faire (il n’y a qu’à voir ce qu’est devenu le sacro-saint charbon), on en voit déjà les contours (fusion nucléaire et les centaines de nouvelles entreprises qui arrivent à créer de l’énergie à partir de pas grand chose…) mais reste le problème de la pollution…Et là il va falloir expliquer à tous que 400 millions d’occidentaux accros au “shopping” et aux voyages polluent bien plus que les autres…

    Relocalisation, circuit court, taxation de l’avion et du fret, etc…on connaît la recette, mais elle est souvent incompatible avec l’idéologie des donneurs de leçons donc forcément…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications