Les Crises Les Crises
10.mars.202210.3.2022 // Les Crises

Ultra-riches : La richesse absurde et grandissante des milliardaires sape la démocratie

Merci 1362
J'envoie

La richesse obscène des milliardaires du monde entier ne signifie pas seulement qu’ils peuvent mener une vie de luxe. Elle signifie également qu’ils ont un contrôle presque total sur l’économie – un contrôle qui est fondamentalement antidémocratique et injuste.

Source : Jacobin Mag, Grace Blakeley
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Lorsque l’on mesure l’ampleur de la richesse de Jeff Bezos, on ne regarde pas seulement à quel point il est riche – on regarde aussi à quel point il est puissant. (Axelle/Bauer-Griffin/FilmMagic via Getty Images)

Le dernier rapport d’Oxfam sur l’inégalité des richesses dans le monde dresse un tableau sombre des changements intervenus dans l’économie mondiale au cours de la pandémie.

Selon les recherches de l’organisation caritative, les dix hommes les plus riches du monde ont doublé leur richesse au cours de l’année écoulée, ce qui signifie qu’ils ont gagné l’équivalent de 1,3 milliard de dollars par jour.

Pour mettre ce chiffre en contexte, considérez ces graphiques de la différence entre un million et un milliard. Si vous deviez compter les chiffres d’un million, il vous faudrait douze jours ; mais si vous deviez compter les chiffres d’un milliard, il vous faudrait trente-deux ans. Si vous deviez dépenser un million de dollars en un an, vous devriez dépenser environ 2 700 dollars par jour ; pour dépenser un milliard de dollars en un an, vous devriez dépenser environ 2,7 millions de dollars par jour.

Ces dix hommes sont désormais si riches que même s’ils perdaient 99,999 % de leur fortune, ils auraient toujours plus que 99 % des habitants de la planète.

Ces chiffres sont si importants qu’ils sont difficiles à comprendre, même avec des graphiques. Mais il est extrêmement important que nous essayions de comprendre l’ampleur des inégalités dans l’économie mondiale à l’heure actuelle. En effet, l’inégalité des richesses ne nous renseigne pas simplement sur les divergences de niveau de vie et de chances de vie des personnes se situant dans des tranches d’imposition différentes ; elle nous renseigne sur les différences de pouvoir entre les riches et tous les autres.

La richesse des milliardaires ne se trouve pas seulement sur des comptes bancaires qui rapportent des intérêts ; elle existe sous la forme d’actifs, comme des actions, des biens immobiliers et des obligations. Nombreux sont ceux qui, à droite, s’en réjouissent lorsqu’ils critiquent la méthode utilisée par Oxfam pour calculer l’inégalité des richesses, arguant que nous ne devrions pas considérer la richesse de Jeff Bezos comme équivalente à la valeur de ses actifs, car s’il devait vendre tous ses actifs en même temps, leur valeur chuterait brutalement.

Mais cette critique passe à côté de l’essentiel. Le problème de l’inégalité entre les milliardaires et tout le monde n’est pas seulement qu’ils peuvent se permettre d’acheter plus de choses que tout le monde ; c’est qu’ils contrôlent les ressources dont le reste d’entre nous dépend pour survivre.

Prenons l’exemple de Jeff Bezos, dont la richesse se présente essentiellement sous la forme d’actions Amazon. Lorsque l’on mesure l’ampleur de la richesse de Bezos, il ne s’agit pas seulement de sa richesse, mais aussi de son pouvoir. Le fait que Bezos contrôle personnellement environ 10 % de l’une des plus grandes et des plus riches entreprises du monde signifie qu’il a un contrôle considérable sur le fonctionnement de l’économie.

Il peut influencer les salaires fixés par Amazon, qui déterminent les revenus de millions de personnes dans le monde. Il peut influencer les décisions d’investissement de l’entreprise, qui déterminent non seulement le nombre d’emplois créés dans l’économie, mais aussi les types de biens, de services et de technologies susceptibles d’être développés dans les années à venir. Il participe à toute une série de décisions qui ont un impact considérable sur le reste de la société, qu’il s’agisse de l’empreinte écologique de l’entreprise ou du montant total de ses impôts.

On peut dire la même chose des autres milliardaires qui contrôlent la plupart des ressources du monde. Les magnats de l’immobilier fixent nos loyers et influencent les prix des terrains et des biens immobiliers dans le monde entier. Les financiers déterminent la répartition des investissements, ce qui façonne toutes sortes de tendances sociales, comme l’évolution technologique, l’intensité carbonique de la production et la géographie de la production. Enfin, les magnats des médias contribuent à façonner les informations que nous recevons pour comprendre ces tendances.

Les décisions prises par cette petite poignée d’hommes ont un impact énorme sur presque tous les domaines de notre vie – y compris nos salaires, nos loyers et la température de notre planète. Et pourtant, ils exercent cette quantité extraordinaire de pouvoir avec peu ou pas de responsabilité.

Aucune personne saine d’esprit ne soutiendrait qu’il s’agit d’une manière rationnelle d’organiser une économie. La plupart des économistes classiques soutiennent que des personnes comme Jeff Bezos n’ont pas vraiment autant de pouvoir que nous le pensons. Les décisions d’Amazon sont, selon eux, entièrement déterminées par les tendances générales du marché. Ce n’est pas Bezos qui prend les décisions, mais le marché.

Pourtant, dans un monde caractérisé par des niveaux extrêmes d’inégalité, des taux élevés de concentration du marché et la mainmise des entreprises sur l’État, ce point de vue devient beaucoup plus difficile à défendre. Lorsque dix hommes peuvent perdre presque tout ce qu’ils possèdent tout en étant plus riches que presque tout le monde sur la planète, il est absurde de prétendre qu’ils ne contrôlent pas la situation parce que le marché le fait.

Ces hommes sont le marché – littéralement, dans le cas de Jeff Bezos.

Si Bezos décide de perfectionner le vol spatial commercial, c’est ainsi que les ressources limitées de l’humanité seront utilisées dans un avenir prévisible ; tout comme si Amazon décide de réduire sa masse salariale, les revenus des plus démunis diminueront, tandis que les bénéfices des plus aisés augmenteront.

L’inégalité n’est pas seulement importante parce qu’elle est injuste ; l’inégalité est importante parce que la richesse de ceux qui sont au sommet dépend de la pauvreté de ceux qui sont au bas de l’échelle.

Oxfam insiste précisément sur ce point dans le rapport de cette année, en affirmant que « l’inégalité extrême est une forme de violence économique, où les politiques et les décisions politiques qui perpétuent la richesse et le pouvoir de quelques privilégiés ont pour conséquence de nuire directement à la grande majorité des gens ordinaires dans le monde et à la planète elle-même. »

Cela n’a jamais été aussi évident que dans les réponses de nos gouvernements et de nos banques centrales à la pandémie, qui ont déversé des milliards de dollars dans les poches des plus riches, tout en laissant les plus démunis se débrouiller seuls.

La prochaine fois que quelqu’un vous dira que Jeff Bezos a gagné son argent et qu’il devrait pouvoir le dépenser comme il l’entend, rappelez-lui qu’il ne l’a pas gagné : il l’a extorqué au gouvernement, à l’environnement et à ses travailleurs.

Source : Jacobin Mag, Grace Blakeley, 06-02-2022
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 11.03.2022 à 08h54

« Heureusement qu’ils sont raisonnables et ne l’ont pas fait… ce qui serait un vrai cauchemar pour notre démocratie »

Toutafé…

Je vous approuve à 100%, les oligarques n’ont jamais profité de leur pouvoir pour faire imposer une politique qui favorise leurs intérêts.

Toute affirmation contraire serait issue de complotistes jaloux de leur grandiose réussite.

Nous en avons la preuve chaque jour en écoutant les discours honnêtes et bienveillants de « nos » dirigeants si impliqués dans le bien-être des peuples.

43 réactions et commentaires

  • Christian Gedeon // 10.03.2022 à 12h16

    Ça me fait doucement rigoler. Non que ce ne soit pas vrai, car c’est vrai. Mais parce sur l’auteur n’évoque à aucun moment les causes de cet état de fait. Vous vous rappelez de il est interdit d’interdire? Non? Et des Derrida Foucault et autres destructuralistes fous?Non? Et de la liberté de mouvement des hommes … et des capitaux? Non? Ben c’est bien dommage. Sous les pavés la plage et sous les milliards les gueux. La cigale et la fourmi ça vous dit quelquechose? Vous avez chanté? Eh bien dansez maintenant, au son de l’orchestre mondial des milliardaires!

      +3

    Alerter
    • Micmac // 10.03.2022 à 17h08

      Non, les principaux responsables sont Milton Friedman et la révolution conservatrice qui a fini par imposer sa doctrine au monde entier.

      Ces gens ont oblitéré toutes formes d’opposition à leur théorie débile à coup d’escadrons de la mort en Amérique Latine, de trucage d’élections, déstabilisation de gouvernement, propagande, guerres terribles (Moyen Orient), et j’en passe, mais jamais à travers un débat démocratique sincère.

      Relire Naomie Klein et sa « Stratégie du Choc » à ce sujet, c’est particulièrement d’actualité aujourd’hui. Il n’y a pas de différences entre les néoconservateurs et les néolibéraux : ce sont les mêmes personnes.

      Et que dit cette doctrine ? Que l’avidité, c’est bien, qu’elle est le moteur de l’économie (« greed is good »), que s’enrichir, c’est bien, car tout le monde en profite au final (ruissellement), et toutes sortent d’autre débilités du même genre. Notez que penser comme ça est la porte ouverte à toutes formes de corruptions : si tout le monde profite au final de mon enrichissement personnel, je n’ai pas besoin, moralement, de me préoccuper de la façon dont je m’enrichis…

        +18

      Alerter
      • Aérosol // 10.03.2022 à 20h22

        Lire Hayek surtout.
        «  Le pouvoir que peut exercer sur moi un multi-millionnaire (qui est peut-être mon voisin, ou mon patron) est infiniment inférieur à celui que peut exercer le moindre fonctionnaire dépositaire du pouvoir coercitif de l’État, de l’emploi duquel dépendront ma vie et mon travail, et les conditions qui les rendent possibles. »
        — Friedrich Hayek, La Route de la servitude

          +4

        Alerter
        • Micmac // 10.03.2022 à 22h33

          Sauf que l’on a un contrôle démocratique direct sur la fonction publique. Elle est au service du pouvoir que nous élisons. Un « fonctionnaire tatillon » peut se faire remettre à sa place s’il tatillonne trop, soit par éviction du pouvoir qu’il représente, si ce pouvoir en est responsable, soit par sanction s’il tatillonne de sa propre initiative. C’est la démocratie et l’État de droit.

          Par contre, je n’ai aucun contrôle sur nos oligarques. Ils peuvent se payer toute la presse et faire élire le pouvoir qu’ils veulent, et se faisant, faire directement appliquer une politique conforme à leurs intérêts. Heureusement qu’ils sont raisonnables et ne l’ont pas fait… Sinon cela voudrait dire que le pouvoir que peut exercer un millionnaire est infiniment supérieur à celui qu’exerce l’État lui même, ce qui serait un vrai cauchemar pour notre démocratie.

          Heureusement que nous n’en sommes pas là, n’est-ce pas?

            +5

          Alerter
          • RGT // 11.03.2022 à 08h54

            « Heureusement qu’ils sont raisonnables et ne l’ont pas fait… ce qui serait un vrai cauchemar pour notre démocratie »

            Toutafé…

            Je vous approuve à 100%, les oligarques n’ont jamais profité de leur pouvoir pour faire imposer une politique qui favorise leurs intérêts.

            Toute affirmation contraire serait issue de complotistes jaloux de leur grandiose réussite.

            Nous en avons la preuve chaque jour en écoutant les discours honnêtes et bienveillants de « nos » dirigeants si impliqués dans le bien-être des peuples.

              +19

            Alerter
        • calal // 11.03.2022 à 09h21

          et c’est la qu’intervient la corruption: quand les fonctionnaires ont beaucoup de pouvoir,le meilleur investissement c’est de les corrompre.

          Les questions sont toujours les memes: que faites vous de votre argent? qu’etes vous pret a faire pour obtenir de l’argent? quelle est la plus haute valeur a vos yeux? la satisfaction de votre femme,de votre ego,le montant de votre compte en banque,le sourire de vos enfants, suivre les commandements de votre dieu , progresser dans le systeme hierachique de votre pays ?
          et quand vous avez a choisir entre deux de ces valeurs,laquelle choisissez vous?

            +2

          Alerter
  • Dominique Gagnot // 10.03.2022 à 12h58

    Ce n’est que dans la logique criminelle de notre système capitaliste libéralisé.

    Extrait de « Comprendre l-Arnaque du capitalisme, Imaginer le système d’Après !  » :

    Depuis des siècles nous baignons dans une idéologie capitaliste qui nous apparait évidente
    comme la pluie et le beau temps. Le capitalisme a sans aucun doute favorisé l’explosion de nos savoirs et réduit l’extrême pauvreté, mais notre espèce risque de disparaître car dans le même temps nous avons détruit les équilibres planétaires.

    Il est tout à fait étonnant, pour ne pas dire extravagant, que, pour ainsi dire, jamais on ne discute du système économique qui induit cette destruction.

    La représentation commune de notre monde ne permet pas de le comprendre dans sa réalité.

    Notre système capitaliste n’a rien de naturel. Il s’agit d’une construction humaine particulière que nous vous proposons de remettre à plat afin d’en cerner les tares.
    Nous exposons une critique argumentée et non une prise de position idéologique. D’ailleurs le capitalisme a des vices mais aussi des vertus comme nous le verrons.

    Partant de ce démontage nous proposons dans une 2ème partie une alternative proche du capitalisme, mais débarrassée de ses aberrations et adaptée au futur de l’humanité entière et de son habitat.

    Suite ici : https://bit.ly/4capitalisme

      +12

    Alerter
    • Christian Gedeon // 10.03.2022 à 14h49

      Vous ne voulez pas comprendre…vous en êtes encore à Marx. Je comprends. Changer de logiciel, se faire mal en remettant en cause une doxa confortable, c’est loin d’être simple. Le capitalisme n’est qu’un des nombreux outils de l’ultra libéralisme ( a défaut d’autre mot) . J’appelle ça et je me comprends l’amoralisme financiaro industriel. Le dessossage de toutes les valeurs des plus infimes au plus fondamentales sans états d’âme. C’est un virus sans cesse mutant vers le pire. Et ça vient très directement des gens tant admirés par la gauche et déjà les libéraux dans les années soixante. Oubliez gauche droite Smith ou Marx. c’est un alien monstrueux auquel vous avez affaire.

        +0

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 10.03.2022 à 17h43

        Visiblement vous n’avez pas lu mon livre, mais peu importe.
        Leur Pouvoir est dans la propriété des Ressources premières, et le contrôle de la monnaie.
        Il faut et il suffit de remettre ça aux mains de collectivités éclairées, et le problème sera réglé.
        C’est là tout le Problème. En effet, privé de ressources que voulez vous qu’ils fassent ?

        (Cela suppose d’avoir la force militaire de notre côté…)

          +6

        Alerter
        • Christian Gedeon // 10.03.2022 à 19h16

          J’adore la parenthèse. Et vous comptez vous y prendre comment urbi et orbi? 😄

            +0

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 10.03.2022 à 21h51

            Cela ne dépend pas de moi, et je ne connais pas l’avenir.
            Je ne fais que constater et souligner un état de fait curieusement ignoré.

            Faute d’avoir compris ces bases basiques, on ne peut que s’égarer dans des discours qui ne mènent à rien de solide, et qui sont hélas la norme. Même des gens aussi brillants que Aurélien Barrau ou Jancovici n’ont pas compris ça…

              +3

            Alerter
            • Christian Gedeon // 10.03.2022 à 23h51

              Admettons. Pouvez définir collectivités éclairées? Ça m’intéresse particulièrement.

                +2

              Alerter
            • Dominique Gagnot // 11.03.2022 à 05h09

              Cette expression fait référence à Nicolas de Condorcet :
              Un peuple éclairé confie ses intérêts à des hommes instruits, mais un peuple ignorant devient nécessairement la dupe des fourbes qui, soit qu’ils le flattent, soit qu’ils l’oppriment, le rendent l’instrument de leurs projets et la victime de leurs intérêts personnels.
              https://citation-celebre.leparisien.fr/citations/198240

                +6

              Alerter
    • Serge Bellemain // 11.03.2022 à 07h24

      Une version soft du capitalisme, quoi! Plus présentable pour les sans-dents et les riens…le rêve social- démocrate, quoi, avec sa trahison toujours renouvelée ! Et si la démocratie commençait par la maîtrise par les citoyens de l’économie, qui en réalité nous dirige? Que les citoyens soient propriétaires collectifs des outils…bah me direz vous, ça a déjà été essayé, et est encore essayé par quelques peuples voués aux gémonies par les adeptes des valeurs de Wall Street! Alors laissons le monstre capitaliste nous dévorer…

        +2

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 11.03.2022 à 10h36

        Vous m’avez lu un peu rapidement. Les sans dents et sans rien auraient à décider des objectifs du système économique (lire le livre…). Par conséquent il n’y aurait plus de sans dents sans rien.

          +2

        Alerter
  • Casimir Ioulianov // 10.03.2022 à 13h16

    Je vais encore me faire l’avocat du diable mais rendez vous compte de la souffrance psychologique pour les milliardaires de les priver de leur droit divin de nuisance ? Vous voulez leur retirer l’utilité sociale de la bouche ! Bande de monstres !
    Blague à part, quand on veut on peut , mais j’imagine que c’est plus facile de piquer le pognon d’un « oligarque » que d’un « milliardaire » (les guillemets sont la pour rappeler qu’on a ici deux mots qui se définissent pareil au final). Quelle loi ils ont enfreint les « Oligarques » qui justifient l’amende ? Aucune ? Ça tombe bien , Bezos aussi il a légalement le cul propre.
    Je vais moi aussi voler un truc russe vu que c’est la mode mais leur mot à eux c’est « voleur dans la loi », dire ça avec tant de poésie c’est presque touchant de la part de gens qui éventrent des mannequins blondes aux yeux bleus au missile thérmobarique ^^.

      +6

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 10.03.2022 à 14h21

      « Ces hommes sont le marché-littéralement, dans le cas de Jeff Bezos. »

      « Quand on veut, on peut… », dites-vous…
      Chacun-e de nous peut décider de ne pas vouloir acheter quoi que ce soit sur Amazon…ou sur Alibaba… ou, plus généralement, « en ligne »…
      Il me semble qu’il existe une nouvelle « tendance » (depuis une vingtaine d’années-qui s’exprime fort peu sur internet) parfois nommée « de transition », pratiquée par beaucoup de gens « ordinaires » qui ont choisi cette option, de trouver de quoi combler leurs besoins dans des petits commerces de proximité, ou directement du producteur au consommateur.
      Également, se développe une nouvelle forme de « consommation raisonnable » qui consiste à échanger, réparer, recycler la plupart des « biens » de nécessité courante(aussi pour ne pas grossir les montagnes de déchets), qui conduit à la constitution d’une multitude de petits groupes informels de citoyen-ne-s plus « responsables », qui se rencontrent et se parlent, dans une convivialité retrouvée.
      Qu’on en témoigne peu dans les médias ne signifie pas que cela n’existe pas.
      Peut-être un moyen de faire couler le « Marché », ou du moins de prévoir son effondrement en organisant un « vivre ensemble » de résistance et de résilience?

        +8

      Alerter
      • Christian Gedeon // 10.03.2022 à 16h39

        Vivre ensemble? Il y a des tas de gens avec lesquels je n’ai aucune envie de « vivre ensemble ». Esprit civique si vous voulez.

          +3

        Alerter
        • Grd-mère Michelle // 11.03.2022 à 13h28

          Envie ou pas, c’est comme ça, il faut « vivre avec ».
          Sans oublier la multitude des autres êtres vivants dont nous sommes dépendant-e-s: voir le drame des insectes pollinisateurs en voie de disparition(entre autres).
          À moins que vous préfériez dépendre des sociétés US qui cultivent les céréales OGM en Ukraine, avec l’ambition de « nourrir l’Europe »?

            +1

          Alerter
          • Christian Gedeon // 12.03.2022 à 22h32

            J’aime déjà mieux vivre avec. Idéalement ce serait à côté en respectant les règles d’une bienséance élémentaire. Pour le reste j’aquiedce bien volontiers à vos propos, « écriture » dite inclusive en moins.

              +0

            Alerter
      • Dominique Gagnot // 10.03.2022 à 17h52

        Grd-mère Michelle,

        Tout au plus on leur donnerait ainsi des petits coups de griffes.
        Le problème ne se résume pas à Amazon. Le problème est dans les règles du jeu capitaliste…

        Quand au recyclage, encore faudrait il que les appareils soient conçus pour. Sinon recycler sera globalement sans grand effet.
        Mais ok, ça ne fait de mal à personne, et du bien à quelques uns.

          +2

        Alerter
        • Grd-mère Michelle // 11.03.2022 à 13h10

          « Le problème est dans les règles du jeu capitaliste »
          Le problème est que les humains « jouent » à faire société, à y tenir un rôle plus ou moins avantageux, alors que la vie n’est pas un jeu mais une réalité plutôt dure(car brève) à laquelle il faut faire face si on veut qu’elle soit satisfaisante, au moins assez que pour en perpétuer le désir.
          Or, vivre en société est le moyen que les humains, ces petits mammifères plutôt faibles, ont trouvé pour « croître et se multiplier ».
          Arrêtons de nous (laisser) illusionner, de jouer(au monopoly et/ou au stratego!), et vivons pleinement, selon nos possibilités/particularités respectives, afin de donner une chance à notre espèce de durer encore un peu…

            +1

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 11.03.2022 à 13h46

            Grd mère,

            La question que vous devriez vous poser est « qui décide de notre jeu de société ? »
            R: Contrairement à ce que « tout le monde » pense, ce n’est ni vous ni moi, si ce n’est à la marge.
            Ce sont les ultras riches. (lire https://bit.ly/4capitalisme )

            Question suivante : « D’ou vient leur pouvoir ? »
            R: De la propriété des Ressources premières.

            Conclusion : pour décider des règles du jeu, le peuple (nous) devons leur reprendre le Pouvoir, et donc la propriété des Ressources premières, biens communs de l’humanité.

            Si on ne commence pas par là, on arrivera à rien.
            Si seulement tout le monde comprenait ça, ce serait un grand progrès.

              +2

            Alerter
        • Cévéyanh // 12.03.2022 à 10h27

          A Dominique Gagnot,
          Dans l’article : « Les décisions d’Amazon sont, selon eux, entièrement déterminées par les tendances générales du marché. Ce n’est pas Bezos qui prend les décisions, mais le marché. […] il est absurde de prétendre qu’ils ne contrôlent pas la situation parce que le marché le fait. »

          Nous pouvons prendre l’exemple des caisses automatiques. Est-ce une demande du marché, des clients et clientes en prime abord ? ESt-ce eulles qui ont imaginés ce concept de leur faire faire le travail des caissiers et caissières sous prétexte de rapidité alors que des magasins pourraient en embaucher plus pour ouvrir des caisses de moins de 10 articles ? Donc est-ce les consommateurs qui ont voulu l’achat part internet ou un concept d’abord imaginé par ces gens ? C’est après que les gens ont vu les avantages et ont accepté de « l’utiliser » sans savoir tous les inconvénients aussi (et le chemin qu’ils font, chacun, prendre à la société:
          – prix attractif (car pas de magasins à tenir et surexploitation des salariés et des transporteurs),
          – gain de temps à ne pas parcourir les magasins (donc possibilité de plus d’achats, disparition peu à peu des commerces, permet ainsi de pas se rendre compte du temps de travail)
          – achats possible d’objets dans le monde entier sans passer par des magasins

          Edgar Morin définit « l’humain comme une trinité. Il est à la fois individu, société et espèce. Chacun de ces termes produit l’autre. Ils sont à la fois distincts et indissolubles » (https://www.letemps.ch/culture/livres-edgar-morin-lhumain-definis-individu-societe-espece) (1/2)

            +2

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 12.03.2022 à 23h54

            En effet il ne faut pas tout jeter dans Amazon qui sur un plan logistique est fabuleuse.
            Amazon contrôlée par un mix employés/citoyens, dans un système économique conçu pour servir les humains et la biosphère (et non pour accumuler des fortunes), aurait un rôle à jouer.
            Par ailleurs on peut imaginer des formes de relations sociales en ville autres que les commerces. Vaste sujet.

              +2

            Alerter
            • Cévéyanh // 13.03.2022 à 16h23

              Ce que je voulais vous faire comprendre est que nous sommes arrivés à ce stade du capitalisme car nous l’avons, en général, toustes accepté sans remettre en cause ou nuancer la direction que certaines personnes nous faisaient prendre.
              Nous n’apprenons pas à être des vrais citoyens et citoyennes (avoir des informations de différents points de vue, ne pas être dans un effet bulle de pensée, géopolitique…). Ce qui auraient permis certainement prendre d’autres directions. L’individualisme de nos sociétés ne permet pas d’être des citoyens et citoyennes mais des consommateures.

              En France, à la télévision sera diffusée une émission avec 8 des 12 personnes candidate à la présidentielle. Les humains politique invités ne devraient déjà ne pas accepté de participer à cette émission au nom de la démocratie. Et les téléspectateures ne devraient même pas regarder cette émission tronquée pour eulles. Si cette émission n’intéresse personne, il n’y aurait plus d’émission avec seulement une partie des candidats. L’accepter, c’est-il pas de dire que les 4 autres ne sont pas importants donc ne pas les respecter (respecter les personnes qui les ont parrainer, les potentielles personnes votant pour eulles) ? (1/2)

                +1

              Alerter
            • Cévéyanh // 13.03.2022 à 16h34

              Un groupe individus donne donc une vision de la démocratie à la société. Si la société (groupement de plusieurs individus) rejette cette vision, elle en donne une autre à ce groupe d’individus qui reprendra la vision de la société. C’est ce que Edgar Morin parle quand il dit que « les termes sont à la fois distincts et indissolubles. » (2/2)

                +1

              Alerter
        • Cévéyanh // 12.03.2022 à 10h39

          Nous sommes chacune la millionnième personne et pensons que c’est vain de ne pas « jouer » à ce « jeu », alors nous jouons à ce « jeu », c’est aussi cela qui permet qu’il puisse perdurer. Chaque personne peut « jouer » autrement et ce qu’elle peut faire (nous n’avons pas le même porte-monnaie et le temps libre). Chaque personne est différente (diversité de l’humanité) et si elle veut un monde autrement ou du moins en harmonie avec son « moi », il faut bien que cela commence aussi par elle. Certaines personnes disent que c’est des « petits gestes », ce n’est-elle pas se dédouaner pour ne pas changer et peut-être attendre qu’un chef le fasse pour elle ? Et « les petits gestes » sont aussi instrumentalisés pour un autre but et donc l’information des réelles conséquences sont importantes (exemple de l’éco-blanchiment – greenwashing).

          Le court-métrage français « Society game » (jeu de société) de Les Parasites fait un parralèle avec notre société (Celui appelé « Crise d’empathie » est révélateur sur ce qu’il peut advenir de notre société) https://www.youtube.com/watch?v=EwK9glIxIoo (2/2)

            +0

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 12.03.2022 à 14h21

            Cévéyanh

            Bien sur il faut changer de jeu. Mais le problème est que sans accès aux Ressources premières (propriété des joueurs de l’ancien jeu), les conditions de vie dans ce nouveau jeu seront insupportables. C’est le problème des communautés qui se voudraient indépendantes.
            Déjà il faut être propriétaire d’un terrain. Et compter sur le Système pour récupérer toutes sortes de choses : panneaux solaires, batteries, machine à laver, ampoules led, ordinateur, vêtements, divers objets industriels, et l’accès aux infrastructures (routes, hôpital,…)
            En fait, à part la nourriture et peut être le bâti, les ressources proviennent toutes de l’ancien système.

            Changer de système suppose de reprendre la propriété des Ressources premières (celles qui sont à la base de tout) des mains des ultra riches et quelques autres.

              +0

            Alerter
            • Cévéyanh // 14.03.2022 à 19h54

              J’ai écrit : »elle veut un monde autrement ou du moins en harmonie avec son « moi » » Ce n’est pas « moi » mais « soi ». https://www.jepense.org/difference-moi-soi/

              Quand j’écrivais de « jouer autrement », ce n’est pas qu’en refusant tout le « jeu ». Chaque personne qui peut choisir (cela dépend de sa liberté lié à l’argent et au temps libre) de suivre la direction de la société ou non.

              Par exemple, celui qui est l’auteur du site de Bonpote.com, ancien trader, a décidé de ne plus l’être (qui permet d’avoir un très bon salaire et tout ce qui s’ensuit) pour se consacrer à son site en faveur de l’écologie qui est devenu important pour lui en étant rémunérer par des dons : https://bonpote.com/pourquoi-jai-enfin-quitte-mon-travail/
              Nicolas Chabanne et Laurent Pasquier ont créé la marque « C’est qui le Patron » (CQLP) en 2016 pour aider les producteurs de lait français qui faisaient face à une crise en les rémunérant au juste prix leur permettant de vivre de leur travail et aussi d’avoir un produit de qualité. Aujourd’hui, ils aident avec des sociétaires d’autres secteurs. Les consommateurs peuvent choisir d’acheter cette marque afin de mieux rémunérer les producteurs. https://lamarqueduconsommateur.com/lhistoire-de-la-demarche/
              Des journalistes, des personnes ont créés des sites d’informations ou chaînes de vidéos en se faisant rémunérés par des dons. Une nouvelle façon qui n’existaient pas y a des années pour les journalistes afin de pouvoir travailler autrement et donc ne travaillent pas dans les médias grand public. Les dons permettent aussi de proposer la disponibilité au plus grand nombre de gens sans passer par la publicité. (1/2)

                +1

              Alerter
            • Cévéyanh // 14.03.2022 à 20h05

              La multiplication de différentes volontés de faire autrement, émanant de plusieurs personnes avec leurs différences peuvent modifier la direction de la société. Ces personnes peuvent montrer l’exemple et inciter d’autres.

              Les Ultra riches n’extraient pas eulles-mêmes les ressources premières. C’est la société qui y « consent » (plus ou moins) à travailler pour eulles pour les chercher (sous-traitants, travailleures…) comme elle « consent » à acheter des ordiphones (smartphones), à acheter en ligne, à acheter le dimanche en magasins, à utiliser le paiement sans contact, à partir en vacances en avion, à se faire livrer des colis en 24h… (2/2)

                +0

              Alerter
      • Bouddha Vert // 10.03.2022 à 23h50

        Merci Grand-mère, j’ajoute que les français ont voté et revoterons (??) pour celui qui désire plus de milliardaires français…
        Cherchez l’erreur.

          +3

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 11.03.2022 à 05h14

          De même que les moustiques sont attirés par la lumière, « les français » admirent et font confiance à ceux qui « réussissent ».

            +2

          Alerter
    • RGT // 11.03.2022 à 09h43

      « voleur dans la loi »

      Croyez-vous que ce soit une spécificité des oligarques russes ?

      De tous temps et partout sur cette planète les oligarques ont toujours abusé de leur influence auprès de TOUS les dirigeants, qu’ils soient « élus », autocrates totalitaires ou monarques absolus.

      Même le « Roi Soleil » a été contraint de composer avec les plus puissants oligarques (appelés « nobles » à l’époque – les plus fortunés pouvant acheter un titre comme nous achetons une baguette de pain) et de décréter des lois qui leur étaient favorables s’il espérait se maintenir au pouvoir.

      Selon vous, comment Louis XIV a-t-il réussi à financer son beau château et se belles campagnes militaires ?

      Et tant que la LOI permettra, en la respectant STRICTEMENT, de pouvoir acquérir une puissance financière démesurée (la seule qui permette de TOUT acheter) les « généreux mécènes » vivront dans l’opulence sur le dos des « moins que rien » en leur interdisant de contester le statut quo.

      Quand on souhaite faire croître son « business model » il suffit simplement de faire voter (par des godillots corrompus) des lois qui lui permettent de le rendre « légal » et qui permettent surtout de le préserver de toute possibilité de remise en cause.

      Et ne pensez surtout pas qu’une « révolution » (de couleur ou pas) permette de changer quoi que ce soit.
      Comme les humains ont besoin de « guides » qu’ils portent aux nues il suffit simplement de le « convaincre » de protéger son propre intérêt au détriment de l’ensemble de la population.

      Pourquoi selon vous le mandat impératif est-il INTERDIT dans l’ensemble des « démocrassies » ?

        +3

      Alerter
      • Grd-mère Michelle // 11.03.2022 à 15h19

        Pouvez-vous m’expliquer ce qu’est le « mandat impératif »?

        Oui, « les révolutions…parlons-en des révolutions…il s’en prépare toujours une quelque part… » (Léo Ferré, dans « Y’a plus rien »)

        Mais la « désobéissance civile », prônée par des mouvements citoyens comme Extinction/Rébellion(et beaucoup d’autres dès les années 50, lorsque certain-e-s ont compris l’illusion funeste que représente la « prospérité » et la soumission qu’elle suppose), pacifique et obstinée, a le mérite de changer les choses lentement mais sûrement… La gamme de ses moyens d’action, délictueux mais non criminels, est très large et a concouru à changer les mentalités et les lois(dans la résolution de procès faisant juridiction).
        Sauf que, n’ayant pas de « guides » pour la promouvoir, elle est ignorée, méconnue, de la plupart des mécontent-e-s(qu’ « on » distrait en leur distribuant des « miettes » pour pouvoir continuer à les exploiter à l’aise). Reste le bouche à bouche, malgré les masques qu’on a toujours pu glisser sous le menton…
        Et sauf que les nouveaux moyens de contrôle numériques voulus par les « autorités » se mettent en place pour l’endiguer…

          +1

        Alerter
        • RGT // 11.03.2022 à 21h24

          Le mandat impératif signifie que l’élu doit obligatoirement respecter les engagements qu’il a signé auprès de ses électeurs.

          S’il ne les respecte pas il se fait virer comme un vulgaire « moins que rien » de n’importe quelle entreprise. Ce qui serait tout à fait dans la lignée de l’idéologie qu’il défend plus ou moins ouvertement.

          Et si d’aventure un sujet qui n’a pas été abordé lors de sa campagne se présente il devra AUSSI demander l’avis de ses électeurs ET LE RESPECTER sous peine de se faire éjecter.

          Sans oublier que sa décision scélérate sera annulée à la demande de ses électeurs bien sûr.

          Et dans tous les cas il risque de se retrouver embastillé pour haute trahison (à Cayenne de préférence pour faire comprendre aux autres qu’on ne plaisante pas) et pourra faire une croix sur sa carrière politique.

          Pour survivre il devra se recycler dans le récurage de fosses septiques (avec la langue), fonction pour laquelle il aura prouvé ses grandes compétences.

          Et bien sûr, les élus seront fliqués en permanence (comme un vulgaire gilet jaune qui n’a AUCUN pouvoir rappelons-le) ce qui les empêchera de commettre les petites « indélicatesses » dont ils sont friands dans les « démocrassies modernes ».

          Vous comprenez pourquoi les « constitutions » interdisent STRICTEMENT le mandat impératif ?

          Ce serait la fin de la « fête du slip » pour toutes les « élites » qui devraient se soumettre à la volonté des « gueux ».

          Totalement INADMISSIBLE !!!

            +1

          Alerter
          • Incognitototo // 12.03.2022 à 01h24

            Il y a plus abouti que le mandat impératif, c’est ce qu’ont expérimenté certaines communautés et entreprises anarchistes : pas d’élus du tout, démocratie directe et juste des exécutants des décisions prises (je l’ai vécu moi-même et ça fonctionnait très bien).
            Il y a encore quelques années, cela aurait été une totale utopie et c’était réservé à de petites communautés. Mais avec les moyens de communication actuels, on peut très bien imaginer des RIC permanents locaux, régionaux et nationaux sur tous les sujets, sans élus et juste avec une administration pour la mise en œuvre des décisions (d’ailleurs les Belges ont parfaitement démontré qu’un pays pouvait se passer de politiques).

            En tout état de cause, si on changeait cette Ve République, pourvoyeuse de toutes les perversions, en votant pour des programmes et plus pour des personnes, ça serait déjà un progrès. D’ailleurs, à l’exception de l’UP qui a un vrai programme (et quoi qu’on en pense), quand on essaye de savoir ce que les autres proposent, c’est le grand vide des déclarations d’intentions sans aucune consistance concrète.
            Je ne sais même pas comment certaines personnes arrivent encore à se passionner et prendre parti, alors même que l’on comprend bien que la seule chose qui intéresse les prétendants, c’est d’avoir un mandat pour faire ce qu’ils veulent… et le plus incroyable, c’est qu’il y ait encore des gens pour leur donner ce pouvoir… vraiment ils ne sont pas lassés de se faire rouler dans la farine (pour rester poli).

              +0

            Alerter
  • max // 10.03.2022 à 19h33

    Ne pas oublier que les super-riches sont autant aux USA que en Russie et en Chine, l’épisode des yachts des riches Russes est la pour nous le rappeler et de plus ils préfèrent vivre et dépenser sans compter chez les Anglos avec de l’argent qui aurait été mieux utilisé par leurs salariés.
    J’habite dans les Hautes-Alpes et quand je voyais a Courchevel les riches Russes et Ukrainiens (sauf erreur pays le plus pauvre d’Europe) y venir en avions privés et être reçus comme des nababs.
    Idem pour la Chine même si les autorités ont donnés un coup de vis a certains d’entre eux.
    Les supers-riches de tous les pays ont les mêmes travers.
    Regardez sur Youtube Bling bling

      +3

    Alerter
  • Fernet Branca // 11.03.2022 à 07h41

    Il n’y a pas que Bezos.
    Chez-nous il y a les Bretons.
    Bolloré: 6 milliards d’euros de bénéfice en 2021, dopé par la cession d’Universal Music
    information fournie parAFP•10/03/2022 à 20:48

    Petit extrait :
    « Toutefois, la Compagnie de l’Odet, la holding familiale présidée par Vincent Bolloré qui possède 64% du groupe, a parallèlement annoncé une hausse de 20% de son dividende à 3,6 euros par action.

    Cette société a également annoncé la nomination de Sébastien Bolloré, fils aîné du PDG, au poste opérationnel de directeur général délégué… »

    https://www.boursorama.com/bourse/actualites/bollore-6-milliards-d-euros-de-benefice-en-2021-dope-par-la-cession-d-universal-music-ccc09ed60375cf322e9a012aea48616a

      +0

    Alerter
  • RGT // 11.03.2022 à 09h20

    Avant de boycotter Amazon ou Alibaba (qui le méritent bien) il serait largement plus judicieux de faire de même avec Carrefour, Casino, Leclerc, la FNAC ou Castorama qui ont « vaporisé » la concurrence des petits commerces locaux et qui sont désormais en situation de monopole et prennent en otages TOUS les fournisseurs (même les plus puissants comme Nestlé, pourtant tout aussi nuisible).

    Désormais la grande distribution est passée en mode « préservation de acquis » et leur fausse pub’ de « c’est moins cher chez moi » qui n’est qu’une escroquerie supplémentaire avec leur promesse de « rembourser la différence si vous trouvez moins cher ailleurs – chez leurs « concurrents » avec lesquels ils passent des ententes en vendant des produits identiques mais labellisés différemment pour ne pas avoir le prétexte de ne rien rembourser car ce n’est strictement le même produit…

    Et ne vous en faites pas, si la DGCCRF, si elle est prompte à allumer les petits fraudeurs (ce qui est normal) n’ira jamais chatouiller ces géants car ils tiennent désormais en otage l’ensemble de la population (citadine du moins, ce qui représente la majorité de la population « influente »).

    Avant d’aller hurler contre Amazon ou Alibaba, commencez déjà par balayer devant votre porte car vous ne pouvez pas sortir de chez vous sans marcher dans la M****.

    Contentez-vous de regarder les profits de ces entreprises et les dividendes versés aux actionnaires et vous serez fixés.
    Pendant ce temps, les salariés de ces mammouths se font presser comme des citrons au prétexte de « la crise »… Pas pour tout le monde.

      +8

    Alerter
  • Anfer // 12.03.2022 à 11h31

    Effet structurel.

    Le « marché », s’il n’est pas étroitement régulé, va vers le monopole.

    Sauf que si pour fonctionner correctement, l’organisation en marché nécessite une forte régulation, alors à quoi bon un marché ?

      +1

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 13.03.2022 à 15h55

      Si « le marché », ou « le commerce » (achat, stockage, transport et vente de « biens ») est un moyen pratique (avec l’aide de la monnaie) d’échange, de distribution, de répartition de diverses productions plus ou moins manquantes en certains lieux/moments, qui permet à énormément de gens qui ne produisent rien d’en vivre, et à d’autres de ne pas manquer du nécessaire,
      le « Grand Marché » mondialisé, autrement appelé capitalisme avec son principe d’accumulation et de financiarisation, hyper-productiviste et néo-colonialiste/esclavagiste, est devenu un monstre et l’instrument de Pouvoir des plus avides et paranoïaques d’entre les humains(et des pays qui leur sont soumis/livrés): pour devenir plus riche pour devenir plus fort (surtout:plus armé!) afin d’écraser sans scrupules ses voisins proches et/ou lointains.
      Il est totalement en opposition avec l’idée « d’économie » (conserver sagement les surplus en période d’abondance, pour les utiliser en périodes de disette), provoquant des manques et des désirs artificiels pour fourguer des productions inutiles et nuisibles à l’ensemble des populations (particulièrement en exploitant abusivement les ressources naturelles et humaines, ce qui déstabilise les équilibres nécessaires au phénomène de la vie).

        +0

      Alerter
  • Albator // 18.03.2022 à 07h55

    Pour l’exemple de Jeff, tant qu’on achètera sur amazon nous contribuerons à son enrichissement. C’est tout simplement nous les moteurs, alors qu’il est possible de trouver ailleurs et moins cher en cherchant un peu. Réfléchissez un peu !…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications