Les Crises Les Crises
14.janvier.201814.1.2018 // Les Crises

Une loi Macron contre les « fakes » ? Par François-Bernard Huyghe

Merci 372
J'envoie

Source : François-Bernard Huyghe, 06-01-2018

Dans ses vœux à la presse. E. Macron a glissé quelques phrases sur les fake news et sur la nécessité d’une loi pour les combattre : « J’ai décidé que nous allions faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles… Propager une fausse nouvelle [n’y] requiert que quelques dizaines de milliers d’euros et peut se faire dans l’anonymat complet». Et d’ajouter : « Les plateformes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publiques l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus
Il est un peu tôt pour critiquer le contenu de la future loi (qui, par définition devrait ajouter quelque chose à la loi de 1881 «La publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler, sera punie d’une amende de 45 000 euros. ».

La nouveauté pourrait donc être non pas de punir après coup des propos diffamatoires et destinés à provoquer des désordres (ce qui pouvait se concevoir avec de très sérieuses garanties juridiques) mais, en particulier en période électorale, de faire fermer des sites et des comptes. Ce qui, pour pousser l’hypothèse plus loin, suppose de contraindre les plateformes et les founisseurs d’accès, donc des acteurs techniques pas forcément domiciliés en France, à réaliser cette opération dans un délai rapide, comme c’est déjà le cas de facto pour les contenus terroristes.

E. Macron semble ici s’engager sur la même voie qu’Obama qui, sept ans après avoir exalté le rôle libérateur des médias sociaux dans le printemps arabe, se disait obsédé par le pouvoir de la désinformation en ligne.

On voit bien dans quel contexte interviendrait cette loi :

– Des émissions se multiplient pour mettre en garde le public ; des revues consacrent leur couverture au thème de la démocratie menacée par le faux « Y a-t-il encore une vérité ? », « Sommes-nous si faciles à manipuler ? », « Le vrai, le faux et le presque vrai » sans oublier les enquêtes sur les « théories du complot. Délires conspirationnistes ou armes de propagande » ou « L’ère de la désinformation ». La peur du fake devient une obsession contemporaine.

– Et ce n’est rien par rapport Aux médias anglo-saxons qui annoncent que Trump a tué la vérité, que nous vivons à l’ère de la post-vérité, que fakes, bullshit, hacks, trolls autre néologismes menacent la démocratie, que la croyance dans les certitudes scientifique est menacée par les obscurantismes. Ceci s’explique par le fait que les médias mainstreamd’outre-Atlantique ne peuvent admettre ni l’échec de Clinton qu’ils soutenaient très majoritairement, ni la propension de Trump à les traiter de « fakes eux-mêmes » et à affirmer des énormités justement destinées à provoquer les élites, ni le scepticisme des masse envers des thèmes comme le réchauffement climatique ou la société multiculturelle. Par un mécanisme de causalité diabolique qui rappelle la guerre froide, on en conclut vite que si le peuple pense faux, c’est qu’il est victime de mensonges délibérés, d’interférences étrangères et de complots idéologiques. Suivant son tempérament, on mettra l’accent sur les manœuvres diaboliques des russo-populistes, sur le ressentiment des petits blancs peu éduqués prêts à croire tout ce qui contrarie les élites, ou sur les mécanismes pervers des réseaux sociaux et leur « effet de bulle ». Mais l’idée générale est la même : nos démocraties sont menacées par une déviation de la liberté d’expression et par ceux qui l’exploitent au service d’idéologies illibérales.

– Cette mentalité est contagieuse : récemment le Monde titrait sur les interférences étrangères qui auraient pu fausser le Brexit, l’élection Trump et le référendum de Catalogne, notre propre élection présidentielle n’ayant échappé que de peu au phénomène. Beaucoup avaient suggéré que l’élection française avait failli être faussée avec les rumeurs sur Macron et la diffusion en dernière minute de courriels du mouvement en Marche. Notons au passage que Macron a plutôt bénéficié des attaques contre lui : les prétendues rumeurs sur son homosexualité lui ont donné l’occasion de bons mots, et les fuites (donc a priori la révélation de document authentiques et pas du tout de fakes) de courriels de son parti sont intervenues si tard (juste le dernier week-end) que personne n’en a parlé sur le fond, sauf pour le décrire comme victime d’un complot russe.

– Ce soudain intérêt pour les question est aussi lié à la crise de la presse menacée par l’information en ligne. Les médias « classiques » tendent à se relégitimer ou à justifier sa fonction de sélectrice et médiatrice des événements et multipliant les rubriques de fact-checking(les Décodeurs, cross-check, Désintox…). Assumant sa position de correctrice d’une information anarchique, la presse devrait aussi se poser la question du scepticisme qu’elle rencontre, elle.

– L’idée que c’est un coup des Russes et des fachos, que les électeurs finalement pas très malins se laissent abuser par des rumeurs et intoxications et qu’il faudrait contrôler et éduquer, cette idée a tout pour rassurer ceux qui les énoncent. Si les gens votent mal, c’est qu’ils sont niais, victimes de la manipulation illibérale ; s’ils croient ce que leur racontent d’autres naïfs sur les réseaux sociaux, nous avons bien raison de lire les journaux et de regarder les débats télévisés ; s’ils n’ont pas l’esprit critique comme nous, nous n’avons finalement qu’un problème de formation et de communication. Les « gens » pensent a) parce qu’ils sont victimes d’un quasi complot b) parce qu’ils sont rétifs à l’esprit critique et scientifique c) parce qu’ils sont habités par des peurs irrationnelles et fantasmes divers qui les amènent à croire n’importe quoi (phobies, stéréotypes, repli identitaire…) et à se défier des sachants. Il n’y a donc pas de cause objective, juste un dysfonctionnement que nous, les partisans de la vérité et de la rationnalité, devrions réparer scientifiquement.

Que pourraient être les conséquences d’une loi contre les fausses nouvelles ? En attendant que le projet prenne forme, nous conseillerions au législateur de réfléchir aux effets pervers qu’elle pourrait avoir.

– D’abord, bien sûr, un effet sur les libertés. Qui déterminera le vrai du faux et le condamnable de la simple erreur ? Le fait non avéré de l’égarement idéologique ? L’intention perverse de la méfiance excessive envers le discours dominant ? Le trucage de la critique ? L’intoxication de l’interprétation ? Pour cela, il faudrait à la fois établir les faits vrais, la sincérité de ceux qui les rapportent et les intérêts qu’ils servent. Mais c’est aussi la démarche de pays qui établissent la censure au nom de la lutte contre le mensonge. Ainsi le Vietnam vient de se doter d’une cyberbrigade, la force 47, pour lutter contre les « vues erronées » et pour faire pression sur les plateformes… Il va devenir un peu difficile de s’en indigner.

– L’effet boomerang : si vous vous adressez à des gens qui pensent que les médias leur mentent, que l’information est contrôlée et que la vérité est ailleurs, en retirant ou en signalant certaines informations comme officiellement fausses, ne risquez vous pas de les renforcer dans leur conviction ? Des études récentes montrent par exemple que le fait de signaler un contenu comme suspect ou controversé peut exercer un effet d’attraction et lui faire de la publicité.
Un exemple entre cent. Suivant Libération, un Français sur 5 doute aujourd’hui de la « version officielle » des attentats contre Charlie Hebdo. Le problème est-il à chercher dans la fachosphère, la complosphère et l’identitosphère qui auraient égaré de pauvres jeunes ? Ou faut-il se poser la question du scepticisme des masses et de l’impuissance des médias à faire adhérer au consensus ?

– L’effet marteau pour écraser une puce. Il est certes exact qu’il existe des contenus sponsorisés à des fins politiques (mais beaucoup moins qu’il n’existe de comptes qui publient des nouvelles politiques délirantes pour attirer des visites et des cliques à des fins de commercialisation publicitaire). Et gardons la proportion ; comme nous les signalisonquand on identifie 3.000 comptes « russses » avec un budget de 100.000 dollars sur Facebook, cela fait 0,1 % des revenus publicitaires quotidiens de la plateforme.

– L’effet de renforcement en faveur des grands du Net. Ce sont eux qui, finalement, ont le pouvoir de retirer un contenu, de fermer un compte, de créer les algorithmes qui signaleront les contenus dangereux ou illégitimes, de classer les contenus, d’en rendre certains inaccessibles à la recherche, etc. Tout ce que fera le politique avec sa lenteur, ses décrets et ses tribunaux ne deviendra efficace que si les acteurs économiques et techniques dédicent de surveiller, déréférencer et punir. Donc de censurer suivant leurs critères, après avoir créé cette économie de l’attention où justement le sensationnel, le choquant et surtout ce qui plaît au sein d’une communauté d’affinités est systématiquement favorisé. Comme le note la Quadrature du Net, « la propagation de fausses informations n’est que le symptôme d’un mal bien plus large cuasé par le ciblage publicitaire ».

– L’effet de myopie idéologique. On encourage ainsi l’idée que les erreurs politiques sont le produit mécanique des mauvaises influences et des désinformations. Avec un corollaire implicite qui est qu’une population préservée des pouvoirs du faux et bien éduquée serait naturellement libérale et plutôt satisfaite au moins du système politique. À poser un camp des véridiques contre un camp des irrationnels, on oublie que l’affrontement politique est aussi celui de valeurs et d’intérêts, pas seulement de vérités (there is no alternative) et de lubies.

Source : François-Bernard Huyghe, 06-01-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Guadet // 14.01.2018 à 08h01

Si on veut garantir la liberté d’expression, on ne peut pas empêcher les fausses nouvelles, que ce soient des erreurs ou des manipulations. Ce ne serait pas un problème si on avait une presse qui fait son travail, avec de vrais enquêtes rétablissant la vérité. Au lieu de cela on n’a que des leçons de morale, des accusations de complotisme sans preuve, des jugements arbitraires. Et ceux qui prétendent combattre les théories du complot sont les premiers à imaginer des complots, complots d’une mystérieuse mouvance gaucho-facho-russe contre le merveilleux néolibéralisme. Si Macron voulait aller jusqu’au bout de son idée, il devrait interdire tous les médias.

71 réactions et commentaires

  • Le Rouméliote // 14.01.2018 à 07h32

    Eh bien, on va se passer d’internet et revenir aux samizdats écrits sur papier avec un stylo et on ressortira les magnétos à cassettes pour écouter Vissotsky…

      +17

    Alerter
    • marie-p // 14.01.2018 à 14h08

      http://philippealain.blogspot.be/2018/01/fake-news-et-complotisme-comment-letat.html
      voir ici, le rapport avec la Fondation Jean Jaures,c’est édifiant .

        +8

      Alerter
      • Le Rouméliote // 14.01.2018 à 15h23

        Cet article est excellent : il faut vite l’imprimer avant qu’il ne disparaisse comme par enchantement !

          +4

        Alerter
      • Eric83 // 14.01.2018 à 16h43

        Merci pour ce lien et merci à l’auteur pour cette investigation.

        Macron 1er est bien le roi…de la manipulation.

          +4

        Alerter
      • Dorian // 14.01.2018 à 21h27

        Les gens de la fondation Jaurès poussent à faire des lois liberticides pour empêcher, disent-ils, les fausses nouvelles. Savent-ils seulement qui était Jaurès ?

        Jaurès, 1913, à propos de son journal : « C’est notre devoir et c’est notre honneur d’écarter toute publicité de finance. Car la finance et la politique sont aujourd’hui si étroitement mêlées, les rapports du capitalisme et de l’État sont si multiples, les concessions de tout ordre mettant si complètement aux prises les intérêts du capitalisme et ceux de la Nation, les emprunts extérieurs et la diplomatie s’enchevêtrent en de si étranges replis et des nœuds si multipliés qu’un journal n’est libre de son action nationale et internationale qu’à la condition de rejeter des subventions […]. »

        En 2018, les médias appartiennent au monde des affaires et de la finance ; ils n’acceptent pas la presse qui ne vit pas de pub car ils ne peuvent pas y diffuser leur idéologie.

          +9

        Alerter
  • Guadet // 14.01.2018 à 08h01

    Si on veut garantir la liberté d’expression, on ne peut pas empêcher les fausses nouvelles, que ce soient des erreurs ou des manipulations. Ce ne serait pas un problème si on avait une presse qui fait son travail, avec de vrais enquêtes rétablissant la vérité. Au lieu de cela on n’a que des leçons de morale, des accusations de complotisme sans preuve, des jugements arbitraires. Et ceux qui prétendent combattre les théories du complot sont les premiers à imaginer des complots, complots d’une mystérieuse mouvance gaucho-facho-russe contre le merveilleux néolibéralisme. Si Macron voulait aller jusqu’au bout de son idée, il devrait interdire tous les médias.

      +44

    Alerter
  • Nerouiev // 14.01.2018 à 08h24

    Je me demande si le but principal n’est pas de disposer d’une réglementation pour fermer certains sites gênants en vue de futures élections. Je pense en particulier à RT en français. N’a-t-on pas déjà annoncé qui serait LA future Présidente ?

      +21

    Alerter
    • Doctorix // 14.01.2018 à 09h25

      Pierre Levy écrit un article hilarant sur RT. Humour russe, bien sur, le meilleur.
      https://francais.rt.com/opinions/47022-incroyable-mauvaise-foi-rt-qui-inverse-propos-macron

        +23

      Alerter
      • Eric83 // 14.01.2018 à 16h32

        Excellent article.

        Lorsque nous ne sommes pas en période électorale, n’est-on pas en période pré-électorale ?…puisqu’en dehors de l’élection présidentielle, les élections pour les législatives, les communales, les régionales et qui européennes se succèdent.

        En conséquence, la loi envisagée par Macron 1er sur le contrôle des informations serait permanente…comme l’Etat d’Urgence.

          +7

        Alerter
  • UnJournaliste // 14.01.2018 à 08h28

    “Les plateformes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publiques l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent”
    On commencera donc par les comptes créés par des agences de com. sponsorisés par les partis politiques et on publiera bien d’identité des industriels qui contrôlent les médias à côté de chaque article publié?
    J’ai comme un doute.

      +22

    Alerter
  • Fritz // 14.01.2018 à 08h48

    Excellente analyse de M. Huyghe. Le discours contre les “fake news” est liberticide au sens propre, car il établit une censure a priori, bien différente du délit de diffamation sanctionné a posteriori selon la loi de 1881 (remarquez qu’on parlait français à l’époque : “nouvelles fausses”, avec l’adjectif placé après le nom).

    Les complots existent, c’est un fait (citons seulement l’assassinat de Jules César ou le 9 Thermidor an II). Le complotisme est une manie qui dénonce des complots partout, comme le faisait Hébert dans son Père Duchesne. L’anti-complotisme est une paranoïa plus grave encore, car il imagine des complots sans l’avouer (le complot russe contre Hillary, contre Emmanuel, pour le Brexit), et il consiste à dénoncer des “complotistes” dans tous les adversaires de la doxa libérale et atlantiste, même si ces adversaires n’allèguent aucun complot, et en les amalgamant avec divers cinglés.

    Et ils appellent ça “lutter contre l’obscurantisme”… Ça promet. En fait, nous assistons à la faillite intellectuelle de la classe dirigeante occidentale.

      +32

    Alerter
    • Tepavac // 15.01.2018 à 12h43

      Ce n’est pas une faillite intellectuelle, c’est juste le dernier refuge des charlatans et du mensonge.

      Cerné de partout par la seule force de la vérité, ils n’ont d’autres choix que celui des armes de destruction massive, celui de la censure et de la coercition penale et pécuniaire.

      Ce n’est plus de la dictature, c’est le chemin de la tyrannie. …

        +5

      Alerter
  • DUGUESCLIN // 14.01.2018 à 09h12

    « Les plateformes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publiques l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus.»
    Soros ne sera pas content.
    A moins que la loi ne s’applique à cette sponsorisation-là.

      +18

    Alerter
  • LBSSO // 14.01.2018 à 09h23

    “…. mais, en particulier en période électorale, de faire fermer des sites et des comptes” FB Huygue.

    C’est un point, “la période électorale” qui m’apparaît important.Régis de Castelnau nous a déjà expliqué :
    ” C’est astucieux puisque la communication pendant ces périodes fait déjà l’objet de règles particulières distinctes de celles du droit commun”.
    Tous les proches,pro-Macron à qui j’ai demandé si ils ne trouvaient pas bizarre de combattre les “fakes news” uniquement en période électorale, après hésitations ,ont fini en effet par exprimer un étonnement .
    E Macron est un technicien qui a vu un point faible ,une porte d’entrée possible et viable pour une modification du Droit.Mais c’est une faute tactique car politique .Il me semble qu’une partie de ses sympathisants,mêmes pour les moins au fait de ces questions , sur le simple fait de rappeler ” période électorale” font part d’une suspicion qui ,peut-être, fera son chemin.

      +9

    Alerter
    • Fritz // 14.01.2018 à 09h35

      Ouvrons leurs yeux, accompagnons-les dans ce chemin… En Marche vers la lucidité.

        +1

      Alerter
    • bm607 // 14.01.2018 à 13h14

      Mais pourtant c’est vrai que la période électorale est propice aux fausses nouvelles, ou disons aux “n’importe quoi-news” ou aux “matraquage-news”, il serait bon de faire du ménage, et en France en particulier.

      Les dernières présidentielles en sont un bon exemple. Et que je te donne l’avis de scientifiques sur Jupiter (dont certains se sont retrouvés élus LREM ensuite… mathématiques du hasard ?) dans Science et Avenir, car sans doute E=MC² c’est “Energie = Mc Rond” en fait, et que “la bombe Macron” (L’Express) n’a pas explosé ou c’était une fausse nouvelle, et que la “fusée Macron” (L’Obs) mais c’était un faux nulle fusée n’a été ainsi baptisée, “Macron le dynamiteur” (L’Obs encore) mais il n’a pourtant pas été arrêté pour terrorisme donc sûrement un faux, “Les visions de Macron” (Le Parisien), pourtant aucun cabinet de voyance annoncé ensuite, “Macron le coup de Poker” (L’express) sans doute à Las Vegas (ah non tiens, dommage là c’était une vraie nouvelle), etc…
      Sans parler des faux encore plus manifestes, comme “L’homme qui dérange” (Le Point), là l’ordre établi par les plus riches n’a pas trop été dérangé, c’était plutôt l’homme qui arrange (l’ordre des riches).

      Bref du boulot c’est vrai à remettre au pas tous ces médias.

      Mais je crains que Jupiter ne parle pas vraiment de ça.

        +8

      Alerter
  • Orion // 14.01.2018 à 09h42

    Les gouvernements, classe politique , sont de loin les premiers à émettre des informations mensongères .Je rappelle l’incident de Tchernobyl en 1986 et la communication mensongère des pouvoirs publics de l’époque. Il n’y a pas eue poursuite judiciaire contre les responsables . Depuis il y a eu profusion d’informations mensongères de la part des dirigeants politiques qui ont soulevés l’indignations. Mais ça s’est arrêté là. Le Président E. Macron à la tête de l’organisation la plus productive d’informations mensongères a un culot phénoménal de se présenter comme défenseur de la “vérité”. Les lois sanctionnant les informations mensongères existent. Il faut les appliquer. Le Président manœuvre sournoisement pour mettre en place une nouvelle législation restreignant encore plus la liberté d’ informer. Si le projet est adopté Journalistes et citoyens publiant des ” informations védiques” seront bâillonnés.

      +17

    Alerter
  • WASTERLAIN Serge // 14.01.2018 à 09h49

    Je ne serais pas surpris que la loi Macron prévoie l’invalidation de l’élection de ceux qui auront “bénéficié” des fausses nouvelles…

      +10

    Alerter
    • Fritz // 14.01.2018 à 09h58

      … toujours dans le but de « protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles », comme dit notre auguste président. Je propose de compléter sa loi par cet article : « Sera invalidée l’élection de candidats ayant bénéficié d’une campagne de fausses nouvelles, ou qui mettent en danger les valeurs républicaines et européennes ».

        +4

      Alerter
    • LBSSO // 14.01.2018 à 12h49

      Pour illustrer votre commentaire:
      ” Les fausses nouvelles, les mensonges, les diffamations, peuvent également être prises en compte si elles ont porté atteinte « à la sincérité du scrutin » et aboutir à une éventuelle annulation de celui-ci avec le retour devant les électeurs”.
      Régis de Castelnau le 4 1 18
      http://www.vududroit.com/2018/01/emmanuel-macron-president-neo-illiberal/
      (article repris ici également)

        +3

      Alerter
  • christian BERNARD // 14.01.2018 à 10h00

    ATTENTION TOUT DE MEME !
    L’ingérence dans les élections d’un pays étranger, ça existe bel et bien, il faut l’admettre :
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/01/11/a-rome-macron-fait-l-eloge-de-gentiloni-a-moins-de-deux-mois-des-elections-italiennes_5240610_3214.html

      +18

    Alerter
  • basile // 14.01.2018 à 10h02

    si déjà, les journaux dit d’info (radio et télé) n’étaient pas entre les mains d’un.e seul.e journaliste (qui répète ce qui tombe de l’AFP) qui ont fait de ces journaux des repoussoirs, tant n’importe qui est à même de sentir que toutes leurs infos sont partiales, triées, limitées à quelques minutes à la radio pour rapidement placer la pub.

    si donc on avait de vrais journaux d’info d’une heure pleine, avec contradicteurs, opposants, la confiance reviendrait, on n’aurait pas besoin d’aller chercher ailleurs.

    mais ce ne serait plus de la propagande, mais de l’info.

    il n’y aurait plus les gentils sur le plateau, qui désignent les méchants, restés à 3.000 km. Ils seraient aussi sur le plateau pour donner leur point de vue.

      +3

    Alerter
  • Eric83 // 14.01.2018 à 10h26

    J’ai vu sur un programme TV que Arte diffuserait mardi 16/1 un “Docs politique”. A la lecture du titre, du sous-titre et du résumé de ce qui attend le téléspectateur, cela s’annonce comme du très lourd sur Arte.

    Titre : ” Poutine contre les USA”.

    Sous-titre : “La Russie et les élections US. Un assaut contre la démocratie nord-américaine”.

    Une enquête qui résume les grandes lignes de l’ingérence russe dans les élections présidentielles américaines de 2016, qui ont mis Donald Trump au pouvoir”.

    En 18 mois d’enquête, aucune preuve d’ingérence russe n’a été prouvée par les agences et la justice aux US. A l’inverse, des preuves de plus en plus accablantes pointent un “Clintongate”, affaire qui deviendra probablement le plus grand scandale politique aux US depuis sa création.

    Dans quelle catégorie le documentaire d’Arte sera-t-il à ranger ?

      +22

    Alerter
    • Eric83 // 14.01.2018 à 10h45

      L’affaire “Clintongate” peut aussi être vue sous l’angle du”FBIgate” :

      https://fr.sputniknews.com/international/201801141034737955-presidentielle-us-ingerence-fbi/

      “Dans un article publié sur Consortiumnews.com, Ray McGovern constate que le Russiagate devient le FBIgate.”

      “«Nous avons soudainement la preuve documentaire que des éléments clés de la communauté du renseignement américaine essayaient de court-circuiter le processus démocratique américain. Il semble maintenant que ce ne sont pas les Russes qui ont essayé de truquer les résultats de l’élection américaine, mais les principaux responsables de la communauté du renseignement américain», écrit l’ex-analyste de la CIA.”

        +14

      Alerter
      • Fritz // 14.01.2018 à 11h25

        Dans quelle catégorie ranger le documentaire d’Arte ? Mensonge télévisé, intox, bourrage de crâne, crime contre la paix.

          +13

        Alerter
    • Denis // 14.01.2018 à 21h07

      Article dans le dernier Canard enchaîné qui en fait la promo: rubrique “la boite à images”,titrée Cœur de pierre.
      Étonnant!

        +0

      Alerter
  • Eric83 // 14.01.2018 à 11h07

      +5

    Alerter
    • Fritz // 14.01.2018 à 12h37

      “Ceci n’est pas un exercice”. Comme le 7 décembre 1941…
      Seulement voilà : il y a les bons et les mauvais bobards.
      Les mauvais : tout ce que disent les Russes, Chinois, Iraniens, Nord-Coréens, etc.
      Les bons : tout ce qui permet de désigner comme ennemis les Russes, Chinois, etc.

        +10

      Alerter
  • hédouin // 14.01.2018 à 11h59

    Les Russes ont une grande expérience du SOFT POWER ,ils ont appris cela des Asiatiques,de Gandhi ,des Anglais ,de La Boétie,d’Arsène Lupin etc ….Que certains ici ignorent ce pouvoir est assez consternant!

      +3

    Alerter
    • Alfred // 14.01.2018 à 12h48

      Si nous n’y prenons pas garde nous allons finir par utiliser des expressions russes à tout bout de champ (dans le domaine professionnel où les gens montrent toute leur bêtise en particulier). Ils vont nous coloniser mentalement ces satanés russes! Déjà la maskirovka est à la mode chez les suppôts de Poutine qui prétendent défendre la démocratie en sappant l’autorité naturelle de notre Apollon National (alors même qu’il tente de nous protéger des infâmes fausses nouvelles).

        +15

      Alerter
      • Fritz // 14.01.2018 à 13h05

        Les expressions russes envahissent notre langue, l’alphabet cyrillique s’étale dans nos villes, nos restaurants sont remplacés par des chaînes de restauration russe, nos télés diffusent des séries moscovites du matin jusqu’au soir, chaque jour nos radios diffusent les chœurs de l’Armée Rouge… Assez !

          +21

        Alerter
        • Kilsan Aïtous // 14.01.2018 à 13h48

          Et ne pas oublier la французский русский фундамент d’où sont issus nos молодые лидеры dont font partie nos élites.

            +5

          Alerter
          • basile // 14.01.2018 à 14h08

            vous avez réussi à écrire du cyrillique et c’est passé ? J’avais écrit il y a quelques temps это да, et j’ai eu un message : spam détecté, ça n’a même pas été en attente de modération

            édit : tiens ce coup ci c’est passé

            trêve de plaisanterie. J’ai retrouvé dans un tiroir un vieux double décimètre scolaire, avec 27 drapeaux européen. je n’ai pas cherché lequel manquait. Je l’ai regardé, et je me suis dit que tous ces drapeaux, tous ces noms de pays, c’est comme les machines à lavées qui ont 36 marques mais qui sortent de la même usine.

            Il n’y a plsu aucun intérêt à voyager en EU, tout est du même tonneau, même les langues, bientôt. Pour l’exotisme, ne reste que la Russie. Et l’Angleterre, tant qu’ils rouleront encore à gauche

              +4

            Alerter
            • Chris // 14.01.2018 à 14h30

              “Il n’y a plus aucun intérêt à voyager en EU, tout est du même tonneau”
              EU ? Disons plutôt, pays occidentalisés.
              Ça me rappelle une pub du couscous Carbit (1978) : c’est bon comme là-bas, dis !
              C’est une réflexion que je me fais depuis une bonne quinzaine d’années. Est-ce voulu pour ralentir les transhumances grande consommatrices d’énergie (pics énergétiques), ou serait-ce juste un dégât collatéral du globalisme insidieusement nuisible au PIB ?
              Par contre, ça n’a l’air d’affecter que les individus qui réfléchissent sur les sujets de sociétés, si j’en juge la courbe de croissance du tourisme !

                +0

              Alerter
        • Le Rouméliote // 14.01.2018 à 15h38

          C’est bien vrai ça ! Et ça ne date pas d’hier, puisqu’on va tous au bistro se jeter un petit Khrouchtchev maison…

            +1

          Alerter
        • basile // 15.01.2018 à 04h48

          dernière série moscovite sur nos écrans, la grande épopée de la conquête de l’espace, avec des acteurs dans le rôle des héros de l’époque.

          Pour ne pas stigmatiser les minorités, Gagarine est noir, Valentina Terechkova est lesbienne, Korolev mongolien, et le scénario rédigé en langage inclusif.

          On a vu également quelques images de la prochaine série consacrée à la Grande Guerre Patriotique. Le soldat qui plante le drapeau rouge sur le Reichstag y est hissé en fauteuil roulant.

            +3

          Alerter
  • William // 14.01.2018 à 12h44

    Deux points en démocratie :

    – la liberté d’expression (aux USA, il existe un parti nazi)
    – la bétise n’est pas délit, mais un droit (on a le droit d’être bête).

    …..on continue donc à glisser vers la dictature bobo.

      +3

    Alerter
    • Alfred // 14.01.2018 à 12h54

      Je suis bobo et je vous en… (J’ai voté CONTRE son Altesse à Rolex au deuxième tour de la présidentielle c’est à dire pour l’autre cruche, à la différence de pas mal de “non-bobo” qui se sont trouvés des excuses).
      À part ça la dictature je suis d’accord nous y arrivons. Ce qui aide beaucoup à sa mise en place c’est les raisonnements primaires et les catégories à la mords moi le noeud qui permettent aux salauds minoritaires de diviser la majorité. La bêtise est effectivement un droit mais louer un cerveau peut vous sauver la mise.

        +11

      Alerter
  • Dany // 14.01.2018 à 12h44

    Un peu fort que l’auteur n’a pas un mot sur les “fausses nouvelles” de nos dirigeants qui continueront d’être impunies du genre “nuage de Tchernobyl “contournant la France…

      +2

    Alerter
  • Ardéchoix // 14.01.2018 à 13h00

    “79 % des Français favorables à une loi sur les «fake news»” sondage figaro sondage odoxa etc .
    C’est qui, qui me dit si c’est une “fausses nouvelles”ou pas, j’y pige plus rien .
    En 14 les soldats allemands y mangeaient les mains des enfants, c’est vrai c’est la presse du gouvernement qui le disait.

      +10

    Alerter
    • Fritz // 14.01.2018 à 13h12

      79 % des Français, quelle horreur : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/01/11/97001-20180111FILWWW00352-les-francais-pour-une-loi-contre-les-fake-news-sondage.php
      Si ce sondage n’est pas bidonné, il révèle la décadence d’un peuple.
      Ne dites plus “Liberté-Égalité-Fraternité”, mais “Censure-Compétitivité-Délation”.

        +7

      Alerter
      • hédouin // 14.01.2018 à 15h25

        C’est évident que 4/5 des français sont contre la volonté délibérée de leur nuire.Ce qui n’a rien à voir avec une opinion partisane !

          +2

        Alerter
        • Fritz // 14.01.2018 à 15h41

          Vous avez raison sur ce point… Mais QUI a menti aux Français sur le Kosovo (les Serbes commettent un génocide), sur les armes de destruction massive de Saddam, sur la Libye (Kadhafi bombarde Benghazi), sur la Syrie (Assad tue des manifestants pacifiques et gaze son peuple) ?

          QUI a prétendu que “Poutine bombarde Donetsk” (Nicolas Poincaré d’Europe 1), ou qu’une colonne de chars russes avait été détruite en Ukraine (août 2014) ?

          Pas vraiment ceux qui sont visés par le président Macron et son projet de loi.

            +14

          Alerter
    • Alfred // 14.01.2018 à 13h45

      C’est vrai qu’il s’agit là d’une mise en abyme assez sublime. On atteint le niveau de la métaphysique de comptoir . Si je vous dis que je mens est ce que je suis en train de mentir?
      Je pense par contre qu’ils ne sont pas dupes de leur propre bêtise ni de l’hostilité qu’ils suscitent. Nous avons clairement affaire à un comportement pré-mafieux ou personne n’est dupe du prétexte et des mots faux et où la seule vérité passe par les actes: de même que l’on accepte ou pas la “protection” (et cela se joue physiquement), la seule vérité qui restera est: est ce que les gens sont sortis dans la rue? Ont ils incendié les médias aux ordres?

        +5

      Alerter
    • Tepavac // 15.01.2018 à 13h08

      Ce qu’ il ne précisent pas, c’est que les Français veulent une loi contre les mensonges médiatiques et politiques, pas contre d’obscures sites ou blog inconnu du grand public.

      Cela me rappelle l’histoire de ce prince de Transylvanie. Ses gueux demandaient à être délivrés de leur souffrance, il les exaucat en leur envoyant l’armée.. ..

        +1

      Alerter
      • hédouin // 15.01.2018 à 14h26

        Tout simplement parce que 4/5 des Français n’ont pas envie qu’on leur nuise et aussi qu’on nuise à la démocratie.Car les fake news c’est de la volonté de nuire ,de détruire .Ca n’a rien à voir avec les opinions partisanes.Beaucoup de confusion sur ce blog la dessus .

          +1

        Alerter
        • Alfred // 15.01.2018 à 16h32

          Vous avez l’air farpaitement confusioné vous même: Pensez vous que ce projet de loi a pour but de poursuivre instigateurs des fake news suivantes:
          – l’irak possédait des armes de destruction massive (colin powel était mandaté un tout petit peu pour nuire à l’irak non?)
          – l’amiante est sans danger pour la santé (oh pardon vouloir faire de l’argent au prix de la santé des autres ce n’est peut être pas vouloir nuire pour vous)
          – le dicateur nord coréen est fou (et même il fait executer les gens à coup de canon anti aerien ou les fait manger par des chiens) ETDONC il faut le virer du pouvoir au même au pri d’une guerre (conduire à la guerre avec des balivernes n’est pas vouloir nuire ou détruire? pardon c’est seulement nuire de façon partisane. rien à voir?)
          Bref la simple composition du capital des grands médias nuit DEJA lourdement à la démocratie. Vous n’êtes pasplutot partisan d’une loi sur ce sujet? Parceque ce projet macronien ne peut avoir que deux issues: Une issue absolument ridicule par effet boomerang ou bien une issue absolument tragique: la fin de la démocratie. Il est inquiétant que si peu s’en inquiètent.

            +5

          Alerter
          • hédouin // 15.01.2018 à 17h30

            Bien sûr que les medias portent des opinions partisanes en fonction de leurs intérêts propres.Bien sûr comme le dit La Maire de Calais ,que les associations de protection des migrants sont de leurs cotés avec des arguments spécieux ,car c’est leur gagne-pain;Bien sûr que l’OBS espère gagner quelques sous avec une UNE qui excite les gauchistes dorés,bien sûr que mon voisin qui est riche a soutenu Fillon jusqu’au bout avec des informations partisanes ,et … des fakes news(dont nous avons “souri” tous les 2,il n’était pas dupe!) ,mais lorsqu’il prit la parole en public dans un meeting,il s’est bien gardé de les sortir ces mensonges.Tout ce que demandera Macron, c’est que les propagandistes assument leur propagande et ne vendent pas l’ivraie pour du bon grain!

              +1

            Alerter
            • WASTERLAIN Serge // 15.01.2018 à 19h53

              C’est n’importe quoi ! ! ! Macron va exiger que TF1, LCI, BFMTV, etc… assument leur propagande ? Non, il va nous expliquer justement que ceux-ci donnent une information objective et que ceux qui ne propagent pas la doxa sont des “propagandistes”. Comme maintenant quoi, mais avec le petit rien en plus qui lui permettra de museler les médias dérangeants en le faisant fermer en référé et éventuellement invalider l’élection des élus qui auront été soutenus par eux… Faut être aveugle, ou complice, ou satisfait de ce qui va arriver pour ne pas voir le danger !

                +1

              Alerter
            • hédouin // 15.01.2018 à 21h59

              Au contraire les medias que vous citez assument parfaitement leur positionnement.Souvent en période électorale ils annoncent même clairement leurs choix .C’est plus flou du côté des medias de service public.Que demain Poutine dise “nous ferons tout pour faire gagner MLP parce c’est notre interêt ,mais aussi le votre”.Très bien .Et d’ajouter “nous utiliserons des informations qui ne sont pas des faits ,mais qui sont vraisemblables”,c’est une autre façon de résoudre le problème .

                +1

              Alerter
        • tepavac // 16.01.2018 à 00h00

          hédouin, 4/5 de Français c’est ceux qui regardent et écoutent les médias Français, celui qui reste, lit les Crises et autres réinfos.

          C’est donc bien contre les médias, que les Français demandent plus de rigueur professionnelle et moins de propagandes mensongères.

          voilà ce qu’ils veulent des médias;
          https://z5h64q92x9.net/proxy_u/en-fr.ru/https/ahtribune.com/world/north-africa-south-west-asia/syria-crisis/2096-bbc-journalistic-principles.html

            +0

          Alerter
  • LBSSO // 14.01.2018 à 14h07

    Les « Essais » d’illébéralisme de Raphaël Enthoven (invité dans l’émission ,Zemmour et Naulleau, Paris Première,du 10 1 8)

    Le philosophe explique :
    “Malgré les difficultés rencontrées par des organismes comme le Décodex ” ,« qu’est-ce qui permet de repérer une « fake news » .Ce n’est pas la vérité ou sa fausseté si on fait valoir qu’une information est issue de sites bidons ,qu’elle n’est pas sourcée et qu’elle ne veut rien dire (R E prend alors l’exemple de l’argument de M Le Pen, utilisé pendant le débat, du compte offshore d’E Macron) .
    Sans répondre à la question de la fausseté ou de la véracité , on peut démontrer qu’il s’agit d’une « fake news » .Montaigne dans « Les Essais » écrit : « Autant peut faire le sot, celuy qui dit vray, que celuy qui dit faux : car nous sommes sur la manière, non sur la matiere du dire. » . Ce qui compte ce n’est pas la matière mais la manière.Si le principe est la rigueur et non la vérité , alors il me semble que l’on peut concevoir des organismes (pour déterminer ce qui est une « fake news »).

    Vive le Décodex et ses acolytes bien connus pour leur rigueur…
    Heureusement, Monsieur Enthoven , que dans la page précédent votre citation Montaigne avait écrit :
    « Pour estre plus sçavans, ils n’en sont pas moins ineptes ».

      +8

    Alerter
    • Papagateau // 14.01.2018 à 20h02

      En gros : Peu importe de se tromper avec constance, l’important c’est la rigueur, l’intention de rigueur.

      Certes, certes, certes, mais si l’intention de rigueur n’a plus a être soumis au résultat, alors quel sera le critère?

      Et surtout QUI décrètera PAR AVANCE qui a l’intention d’être rigoureux, et qui ne l’a pas.

      Et QUI est capable de juger d’une INTENTION par avance ?

      Ah oui, j’ai compris…

        +3

      Alerter
  • enkidou // 14.01.2018 à 14h09

    Bonjour à tous et toutes,
    Je ne sais pas si ce commentaire sera publié par le blog mais essayons! Le nous n’est pas un nous de majesté mais juste une introduction à ce qui va suivre.
    L’état ou devrai-je dire la caste étatique car nous sommes l’état, plie toujours devant le nombre et pour combien de temps encore?
    Alors je voudrai poser deux questions à tous les lecteurs de ce blog ou les interventions et les échanges sont très souvent de grande qualité:
    Ou étiez vous quand l’Ardèche faisait plier le politique concernant les gaz de schiste?
    Ou serez vous quand à notre dame des landes il faudra être présent pour faire plier le politique?
    Les analyses derrière un ordinateur, en famille avec ses “amis de blog”sont une chose mais défendre ses idées sur le terrain c’est autre chose. Les risques sont pour l’instant de tout autre nature. Et Olivier nous montre bien que l’engagement est bien différent de l’implication.
    Bien à vous.

      +11

    Alerter
    • Chris // 14.01.2018 à 14h47

      Oui, bonnes questions.
      Car sur le terrain, il s’agit de prendre des coups, des vrais autant physiques que juridiques…
      J’avoue être plus active en paroles qu’en actions… mais afficher un avis importe aussi, non ? Ne serait-ce que pour renverser (ou du moins le tenter) le formatage d’opinions : là, par contre, je ne désarme pas. Grrrrr !

        +4

      Alerter
  • t2lt // 14.01.2018 à 16h31

    Une alternative intéressante.

    https://captainfact.io/videos/Jx6G

      +2

    Alerter
  • Nouréiev // 14.01.2018 à 16h59

    Comme en Afrique du Sud, nous aurons à ce moment là nous aussi notre jour de la Liberté : le premier avril.

      +0

    Alerter
  • Ardechois // 14.01.2018 à 17h46

    De toute façon il ne s’agit pas de bloquer les Flake,il s’agit simplement de combattre celles qui déplaisent….et surtout de pouvoir en répandre à volonté ,celles des puissants étant nécessairement exactes…Personne n’ a démenti en temps voulu,c’est à dire au moment efficace les Fakes de Bush….et nous connaissons tous, ce n’est pas une fake ,le bonheur et la liberté que nos avions ont portés en Lybie ,nous savons tous que les petits paysans grecs ,les pêcheurs ,petits commerçants …ont truqué les comptes de la Grèce car ils voulaient à tout prix rentrer dans l’Euro!!!!!et ces banquiers américains qui conseillaient à leurs clients des placements dont eux-mêlmes se débarrassaient…..tout ça ce n’était pas et ce ne sera jamais des Fakes(le banquier dit vrai ,c’est un économiste!!!!……..Mais le plus écoeurant dans cette histoire c’est l’état d’esprit de ceux qui veulent imposer la censure,ces fonctionnaires de basse police qui seraient employés auraient nécessairement l’intelligence de comprendre ce qui est faux alors que le commun des mortels serait incapable de porter un jugement sur l’information…..Nous marchons droit vers certaines théories des individus supérieurs et ce n’est pas le FN qui les propage…

      +9

    Alerter
    • Denis // 14.01.2018 à 21h27

      Allons plus loin!

      Pour sauver la démocratie et la république:
      il convient de les mettre sous tutelle.

      Tutelle désintéressée de personnes haut de gamme
      et d’une pureté immaculée , genre premiers de cordée.

      Je crois que le fruit est bientôt mûr, suffit de le
      cueillir! En fait, rien de bien nouveau sous le soleil!

      Bonjour chez vous.

        +0

      Alerter
  • Touriste // 14.01.2018 à 19h21

    Bonjour,
    Depuis que Manu-a-dit que les “fake news” c’est caca-boudin et y faut tirer (ou faire) la chasse, de nombreuses bonnes âmes éduquées crient “Au loup ! Au loup !” avec raison certes mais il n’y a plus grand monde pour expliquer comment fabriquer des pièges à loup !
    Comment rétorquer au sempiternel et accusateur “Haha ! Vous êtes complotiste !” ? En répondant par un péremptoire (mais souvent juste) “Et toi t’es qu’un gros c… !” sèchement ponctué d’un sonore claque-museau ?
    Comment révéler la fausseté d’une assertion officielle enrobée d’une fine pellicule de vérité ou d’évidence immédiate ? Autrement que par une explication un peu détaillée, nécessairement bien plus longue que la précédente sentence fumeuse et technocratique; explication qui assèche rapidement la maigre réserve de patience des présentalistes (présentateurs officiant comme clown-blanc, possédant une carte de presse trouvée en cadeau dans un paquet de lessive) officiant ad vitam et ad nauseam à la télé-radio ?

      +1

    Alerter
  • Cesar // 14.01.2018 à 19h26

    Ressortir tous les discours politiques de campagne et les soumettre aux autorités bon je dis ça !!!!!

      +4

    Alerter
  • Catalina // 14.01.2018 à 21h07

    https://gaideclin.blogspot.fr/2018/01/twitter-censure-vos-comptes-votre-insu.html

    Twitter censure vos comptes à votre insu si vous êtes politiquement incorrect !

      +1

    Alerter
  • Arcousan09 // 14.01.2018 à 22h14

    En fait nos génies de la politique de haut vol, si omniscients et si inspirés ne vous disent toujours QUE la vérité vraie ….. (enfin la leur)
    Alors toute autre information qui a tendance à faire réfléchir le citoyen est comme un poison hyper-toxique car elle ne reflète pas la seule et unique thèse valide de la sacro-sainte pensée unique …
    Les médias aux ordres qui relaient si fidèlement la pensée si géniale et si incontournable de nos politiques sont en perte de vitesse coté audience ce qui est très gênant car l’oeuvre de décérébration avance moins vite que prévu
    Heureusement Les Crises sont là pour sauvegarder nos neurones

      +1

    Alerter
    • Arcousan09 // 14.01.2018 à 22h29

      Ce ne sont pas les ouvrages sur le thème de “communication / manipulation” qui manquent

        +0

      Alerter
  • Ardechois // 15.01.2018 à 16h24

    Aujourd’hui,Alerte!!
    on apprend que la Russie critique notre loi -Macron sur les Fake….Il y a deux conclusions qui s’imposent ou tout au moins qu’on veut imposer: D’abord la Russie critiquant et étant notre ennemie c’est que c’est une bonne loi ;ensuite si vous approuvez cette critique c’est que vous êtes du côté de la Russie notre ennemie(Délit de trahison)….
    C’est vrai que la Russie est dangereuse, elle aurait fait échouer me Clinton ,c’est dire le danger…Faire échouer quelqu’un qui a mené une politique vraiment claire….et ajoutons que les Russes ,comble du danger, ont mené campagne dans les états pauvres des USA(oui ça existe)ceux qui ont coulé Clinton pour la remercier de son mépris,vous les voyez débarquer en Banlieue??Je ne viens d’écrire qu’une suite de “Fakes”

      +1

    Alerter
  • fanfan // 15.01.2018 à 22h11

    Fake News : La CIA a prié Moby de diffuser des “infos” sur la prétendue collusion Trump-Russie
    https://gaideclin.blogspot.fr/2018/01/fake-news-la-cia-prie-moby-de-diffuser.html

      +0

    Alerter
  • citoyen lambada // 18.01.2018 à 05h01

    J’ai l’impression d’être en pleine hystérie collective ici !
    Tout le monde semble vouloir absolument défendre les fakes news. A croire que les fakes news ont des vertues miraculeuses secrètes dont j’ignore tout. Pauvre de moi. Je commence à me demander si la différence entre Information et Désinformation est claire.
    Personnellement j’approuve le projet de lutte contre les fakes news. Les journaux ne peuvent pas relayer n’importe quelle information vraie ou fausse ; ils ont un devoir d’information. Il faut mettre un terme au copier/coller mensonger. Il faut même le condamner. Je ne vois absolument pas où est le problème avec cela.
    Quand je vois toute la désinformation faite sur la Russie – que seul ce site semble vouloir contredire d’ailleurs – je me dis que cette loi est vraiment devenue nécessaire.
    Je ne crains pas pour les sites d’information alternatif comme celui-ci car il faudra encore prouver qu’une fake news en est une pour la condamner.

      +0

    Alerter
  • hédouin // 18.01.2018 à 08h59

    Tout à fait d’accord c’est l’hystérie ici.Si la déontologie journalistique était si éclatante les médiateurs chargés par certains médias d’enquêter sur les fautes relevées par les lecteurs /auditeurs seraient plus nombreux et plus audibles .”Les confidences d’un conseiller qui a l’oreille de X…..”répétées des centaines de fois seraient moins fréquentes.Le pire c’est la dérive d’universitaires qui se prennent pour des super -sous journalistes qui abusent de leur crédit pour crédibiliser les fausses informations .Là on touche le fond qui mérite d’être poursuivi .

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications