Les Crises Les Crises
23.septembre.201823.9.2018 // Les Crises

[Vidéo] Entretien avec Gabriel Galice, par Alimuddin Usmani

Merci 75
J'envoie

Source : Gabriel Galice, Youtube, 06-09-2018

Le président de l’Institut International de recherches pour la paix à Genève, Gabriel Galice, s’exprime sur le conflit armé en Syrie.

Source : Gabriel Galice, Youtube, 06-09-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 23.09.2018 à 06h40

Il est à noter que le parti baath (baas) est un parti socialiste d’inspiration marxiste pan-arabique et laïque qui regroupe entre autres des alaouites et des chrétiens et se veulent indépendantistes.
Ce parti était reconnu par l’internationale socialiste.
C’est le parti de Bachar el Assad et de feu Saddam Hussein.
Curieusement la gauche française, dont est issu le président Macron, adepte de la laîcité, participe à la destruction de ce parti laïque et socialiste en soutenant et en participant aux bombardements contre les pays arabes dirigés par des baasistes, alors que des pays non laïques comme l’Arabie Saoudite, dont la dictature religieuse est connue, est considérée comme une alliée.
La gauche française peut-elle expliquer cette prise de position paradoxale, ou encore nous avouer que cette gauche n’est qu’un leurre au service d’une autre internationale, mais non socialiste, celle-là?

20 réactions et commentaires

  • DUGUESCLIN // 23.09.2018 à 06h40

    Il est à noter que le parti baath (baas) est un parti socialiste d’inspiration marxiste pan-arabique et laïque qui regroupe entre autres des alaouites et des chrétiens et se veulent indépendantistes.
    Ce parti était reconnu par l’internationale socialiste.
    C’est le parti de Bachar el Assad et de feu Saddam Hussein.
    Curieusement la gauche française, dont est issu le président Macron, adepte de la laîcité, participe à la destruction de ce parti laïque et socialiste en soutenant et en participant aux bombardements contre les pays arabes dirigés par des baasistes, alors que des pays non laïques comme l’Arabie Saoudite, dont la dictature religieuse est connue, est considérée comme une alliée.
    La gauche française peut-elle expliquer cette prise de position paradoxale, ou encore nous avouer que cette gauche n’est qu’un leurre au service d’une autre internationale, mais non socialiste, celle-là?

      +51

    Alerter
    • Charles Michael // 23.09.2018 à 07h09

      Macron est de droite,
      Eurpéiste, Atlantiste, neocon-libéral Macron est de droite issu dela Hollanderie Atlantiste, Européiste, libérale modérée nouillasse.
      le “en “même temps” ou “ni de droite , ni de gauche” était une entourloupe pour les neux-neux de la classe supérieure sociétale, se pensant communément de Göche.

      Young leaders tous ensemble contre les peuples, hypocrites socialistes et libéraux soumis aux normes US, tous interventionnistes coloniaux..

        +34

      Alerter
      • DUGUESCLIN // 23.09.2018 à 07h57

        Le problème en France, c’est que ceux qui ne se disent pas de gauche sont réputés de droite.
        Mais ceux qui ne se reconnaissent pas dans le libéralisme dévoyé au service de la haute finance internationale, et qui ne se reconnaissent pas non plus dans la gauche idéologisée, sûre de sauver l’humanité contre elle-même, sont de quel bord? De droite ou de gauche?
        Le néo-libéralisme est considéré comme de droite par la gauche, mais avec une gauche au pouvoir qui soutient ce néo-libéralisme.
        Il est à noter que ces visions politiques en principe antinomiques, ont un point commun, c’est leur caractère internationaliste (transnational) et de ce fait, ont la fâcheuse tendance à bâillonner le peuple soit pour l’exploiter soit parce qu’il ne sait pas ce qui est bon pour lui.
        Si je n’accepte pas, d’un côté, d’être soumis et exploiter et que, de l’autre côté, je n’accepte pas qu’on m’explique ce que je dois penser et être, qui suis-je? De droite ou de gauche?

          +17

        Alerter
        • Charles Michael // 23.09.2018 à 08h22

          Ah, sur, vous avez raison, les étiquettes ont été soigneusement brouillés et les virulents minoritaires du plus que fracturé Front de Gauche se sont perdu dans l’électoralisme. Un peu aussi le RN dont le principal cheval de bataille reste l’Emigration et ses appendices.
          les deux non-conformes à la pensée unique étant classés extrémistes, populistes, donc goulagisés d’office.

          Pourtant ce qui séparent vraiment ces deux populismes ce sont surtout les sujets sociétaux Immigration, LGBT, sécurité, etc…donc ni souveraineté du territoire, ni justice sociale.

          Dommage, car l’alternative à Macron, si alternative il y a, risque fort d’être du pur jus façon Edouard Philippe, Bruno LeMaire ou Wauquiez. C’est à dire même atlantisme, même Euronouillerie, même mondialisation heureuse.

            +13

          Alerter
          • Marie // 23.09.2018 à 17h35

            L’immigration est maintenant un sujet qui divise en son sein la France Insoumise comme le parti allemand Die Linke.
            Ce sujet touche la Droite et la Gauche,grossièrement pour rester dans la caricature, la première pour ce qui est de l’insécurité culturelle et la deuxième pour l’insécurité économique mais pour moi les deux se rejoignent face à l’entreprise de destruction massive de nos élites “progressistes”.

              +5

            Alerter
        • Sandrine // 23.09.2018 à 09h37

          A droite, on explique aussi ce que les gens doivent penser (notamment que le capitalisme, c’est bon pour les gens…).
          Mais je suis d’accord avec vous. Les notions de droite et de gauche sont trop floues, elles varient trop d’une époque à l’autre, d’un pays à l’autre pour être signifiantes.
          En France, je pense qu’on les utilise par conservatisme; elles donnent l’illusion d’etre un repère culturel dans un monde totalement changé depuis leur naissance à la révolution française.
          A l’époque elles signifiaient le camp progressiste contre le camp conservateur, le camp de l’autonomie (ce qu’on appelait liberté et égalité) contre le camp du corporatisme et de la hiérarchie.
          Maintenant, on connaît le revers de toutes ces médailles. La réalité se structure différemment à nos yeux.

            +3

          Alerter
          • DUGUESCLIN // 23.09.2018 à 11h59

            D’un côté on nous explique que le capitalisme et le pognon qu’il génère est une bonne chose pour toute la planète, ce qui permet aux financiers de ramasser au passage un pognon dingue, grâce à la mondialisation et la disparition des frontières, d’imposer leur système et mettre en place une gouvernance mondiale.
            De l’autre il faut “sauver” l’humanité d’elle-même, parce qu’elle est mesquine, égoïste avec un esprit petit bourgeois, individualiste. Il faut donc supprimer les nations et fabriquer un peuple mondial qui grâce à l’idéologie (idéalisée) deviendra un monde juste et égalitaire grâce à une gouvernance mondiale au main de ceux qui pensent pour nous, pour le peuple mais un peuple dépourvu de choix, zombifié.
            Dans les deux cas le peuple n’a qu’un droit, c’est de la fermer. Entre ces deux systèmes mondialistes totalitaires qui parfois convergent et s’utilisent mutuellement, je ne me reconnais pas.

              +14

            Alerter
            • Marie // 23.09.2018 à 18h15

              Et oui, bienvenue dans l’ère de l’illimité:
              financière et économique, high-tec, consumériste,anti-spéciste, sexuelle (théorie du genre), sans-frontièriste, interventionniste, transhumaniste etc…
              Tout ça pour arriver à l’individu interchangeable sans aucune particularité et particularisme qui fera les délices du néo-libéralisme.
              Je crois que Macron illustre parfaitement cette synthèse libérale-libertaire oû s’engouffrent les libéraux de gauche comme de droite.

                +3

              Alerter
        • Pierre D // 23.09.2018 à 09h55

          Le parti Baas est aussi connu pour sa faculté à générer des dictateurs.

          Vous pouvez ajouter Kadhafi, Ben Ali et Moubarak à cette sensibilité.

          La question est de savoir si ces dictatures, sont la conséquence de la doctrine Baas, ou du découpage colonial et arbitraire du Moyen-Orient.

          Comment peut-on imaginer que la communautarisation des états du Proche Orient puisse fonctionner dans l’ancien empire Ottoman, alors qu’elle est en échec permanent dans les états protestants dont elle est l’origine?

          Devant une situation imposée par la SDN (qui prudemment ne reconnaissait pas le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes) y avait-il d’autres possibilités que la dictature pour assurer la souveraineté de ces entités?

          La réponse française a été sans ambiguïté à ce sujet. Après les tâtonnements de la Révolution et de la Terreur, il a fallu attendre Napoléon 1er pour qu’elle devienne véritablement “Une et Indivisible”.

            +3

          Alerter
          • DUGUESCLIN // 23.09.2018 à 10h41

            Que Saddam Hussein se soit imposé par la force, par conséquent qualifié de dictateur, admettons, mais cela permettait, néanmoins, aux différentes religions de cohabiter et aux tribus de vivre en paix. Le premier ministre de Saddam Hussein,Tarek Aziz, était chrétien. Dictature, peut-être, mais dictature de paix.
            Qu’en est-il maintenant? L’Irak détruite, des millions de morts, sous prétexte de descendre le dictateur. Ce n’était donc qu’un prétexte. L’indépendance par rapport à la mondialisation, affichée par ce pays, lui a valu le qualificatif de dictature et le massacre au nom des droits de l’homme, dont le but, non affiché, était d’aligner un non aligné, en vue d’exploitation de ses richesses au détriment du peuple irakien.
            Il en est exactement de même pour la Syrie qui vivait en paix jusqu’à ce que, à l’instar de Saddam Hussein, Bachar El Assad soit décrété dictateur avec constitution et construction de groupes “rebelles” armés. Mais cette fois il y a eu une résistance qui fait que Bachar est soutenu par son peuple, toutes confessions et religions confondues, comme cela est visible parmi les volontaires qui se sont engagés dans l’armée nationale syrienne pour combattre daesh, armée par procuration des atlantistes.
            Et qu’en est-il concernant la dictature de la finance apatride qui impose ses lois contre la volonté des peuples?
            Qu’en est-il d’un président qui dispose, à son gré, de l’armée française, comme s’il en était propriétaire, alors qu’elle appartient à la France, pour bombarder les pays indépendants? despotisme, dictature, au service de qui? Du peuple français? Du peuple syrien?

              +24

            Alerter
            • Pierre D // 23.09.2018 à 11h16

              Oui, la dictature n’est pas la tyrannie.

              Il y a des situations ou il n’y a pas d’autre alternative.

                +4

              Alerter
          • Emmanuel // 23.09.2018 à 21h17

            Merci de nuancer l’appréciation sur les partis bassistes. Dans un pays du Sud où j”ai habité plusieurs années, j’ai fréquenté certaines personnes appartenant au parti baassiste, et j’ai pu observer à la fois un côté moderniste presque pro-occidental, un côté très pro-arabe dans des pays où les composantes ethniques sont loins d’être homogènes, et un côté nettement raciste (a l’égard des communautés subsahariennes notamment) ; un côté nationaliste autoritaire, et effectivement un côté laïque, disons très agréable pour nous autres français….en revanche, je n’avais pas remarqué le côté “socialiste”.

              +3

            Alerter
        • Vinnie Reb // 25.09.2018 à 16h29

          Non, la question que vous devez vous poser est : est-ce que je suis du côté des classes dominées ou bien des classes dominantes ?

            +0

          Alerter
    • Ovni de Mars // 23.09.2018 à 19h08

      Macron de gauche !!! Trollage ? la seule fois où Macron m’a semblé de gauche en plus d’un an de mandat, c’est lors qu’il s’est exprimé sur Naudin et l’Algérie. Et encore, il l’a probablement fait cyniquement au vu des derniers sondages désastreux.

      Pour le reste, capitalisme oligargique, libéralisme économique dans tous les domaines, impôts sur les petites retraites, etc : une politique bien de droite

        +4

      Alerter
    • Vinnie Reb // 25.09.2018 à 16h27

      C’est pour cela que le clivage gauche/droite n’a plus aucun sens et il ne fait plus aucun sens pour la vaste majorité de nos concitoyens.
      Le véritable clivage, c’est celui entre classes dominantes vs. classes dominées.
      Lorsque de LFI à LREM, toutes ces organisations sont européistes et ont accepté ou s’accommode du capitalisme, elles se retrouvent du côté des classes dominantes, soit en alliés objectifs soit en promoteurs de l’agenda de cette “autre internationale” que vous citez, qui n’est autre que celle du Kapital.
      Et là, les choses sont plus claires dans ce qui reste une histoire complexe : les capitalistes ont intérêts à la guerre.
      Enfin, les partis baathistes étaient non seulement laïcs mais surtout, ils tenaient à la conservation de leurs nations, à l’intégrité de leurs territoires, et à leur souveraineté. Ce que nous avons perdu. Et c’est cela que les capitalistes veulent détruire.
      Saddam, en tant que laïc, a été utile aux Occidentaux, face aux théocrates iraniens. Mais lorsqu’il a voulu poser un acte de souveraineté en voulant vendre son pétrole en euros, là il devenait l’ennemi à abattre. Idem pour Khadafi (qui sans être baathiste, avait des idées du même genre) : lorsqu’il a voulu mettre en place le dinar-or pour les Africains, il s’est fait dégommer.
      Et au bout du bout, c’est toujours le même clivage : les peuples/classes dominées vs. les capitalistes/classes dominantes.

        +2

      Alerter
  • weilan // 23.09.2018 à 10h30

    Excellent entretien, sans langue de bois.
    Merci de nous faire savoir qu’un organisme tel que l’Institut International de recherche pour la Paix à Genève existe.
    Combien de lecteurs de ce blog en avaient ils connaissance ?
    Ce qui m’attriste profondément est de constater son degré d’influence proche de zéro tant sur nos sinistres médias que sur l’évolution des stratègies politiques de la pseudo “communauté internationale”
    A force de semer le vent…..

      +11

    Alerter
  • –gilles– // 23.09.2018 à 12h07

    Il y a aussi l’Institut Suisse pour la Paix et la Recherche sur l’Énergie, le SIPER : Swiss Institute for Peace and Energy Research qui travaille sur les causes des guerres qui est présidée par Daniele Ganser :

    Une vidéo de 2h 08 mn de Daniele Ganser sujet : Terrorisme, Syrie, Afghanistan, Libye : pourquoi la France veut-elle la guerre ? Stratégies des guerres masquées – Exposé réalisé dans le cadre des conférence/rencontres de la Coalition Anti Censure (Anti-Zensur-Koalition) en Suisse :
    https://www.youtube.com/watch?v=kWbYVq1ePv0

    Plus court une vidéo de 13 mn de Daniele Ganser sur la différence entre les populations germaniques et françaises concernant la sensibilité aux thèmes de la guerre et de la paix :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZyicdFoanSU

      +7

    Alerter
  • RI² // 24.09.2018 à 14h35

    On notera que le bonhomme ne fait pas dans la précision. La France n’a pas vendu d’avions Rafale à l’Arabie Saoudite qui bombarde principalement avec ses F-15 américains et ses Eurofighters germano-britannico-italiens. Seul le Qatar a commandé des Rafale (toujours pas livrés) mais s’est fait suspendre de la coalition depuis 2017. Cependant des Dassault Mirage-2000 emiratis et qataris ont participé aux opérations. Reste qu’il est trompeur de sous-entendre que la France a vendu des capacités de bombardement à la coalition depuis 2015.

      +0

    Alerter
  • clauzip // 02.10.2018 à 21h52

    Bien que de sensibilité democratique puriste je suis persuadé que dans certaines configurations politiques et sociales aucune methode democratique ne peut etre mise en oeuvre.
    Une autorité determinee par la force peut etre temporairement la solution pour acquerir cohesion et pacification du pays.
    Pour preuves il suffit de relire l’histoire du XXeme siecle en Europe.
    Toutes les destructions de dictatures se sont transformes en guerre civile :Yougoslavie,Irak,Lybie…
    Pour approfondir lire Hanah.Arend-le systeme totalitaire

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications