Les Crises Les Crises
4.septembre.20184.9.2018 // Les Crises

[Vidéo] Jeudi d’Acrimed avec Monique Pinçon-Charlot

Merci 34
J'envoie

Source : ACRIMED, Monique Pinçon-Charlot, 20-08-2018

Face au rouleau compresseur de la pensée dominante, que peuvent apporter la connaissance de l’espace médiatique et celle de la classe dominante à la lutte pour une appropriation démocratique des médias ? C’est à cette question qu’était dédié notre jeudi d’Acrimed du 26 avril 2018, sur le thème : « Dominants, médias dominants et médiatisation de la pensée dominante ».

Pour discuter ces questions, Denis Souchon, pour Acrimed, était aux côtés de la sociologue Monique Pinçon-Charlot. Elle et Michel Pinçon ont consacré l’essentiel de leur carrière et de leurs recherches à l’étude critique de la haute bourgeoisie, et plus largement, des stratégies d’agrégation (et de ségrégation) socio-spatiale des élites sociales.

L’intervention de Denis Souchon :

L’intervention de Monique Pinçon-Charlot :

Les échanges avec la salle :

Source : ACRIMED, Monique Pinçon-Charlot, 20-08-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 04.09.2018 à 12h21

Plutôt que de déposséder (et s’exposer ensuite à des procès et des compensations), je pense qu’il vaut mieux TAXER très très très lourdement le capital.

Exemple : les Etats ont vendu des aéroports, des barrages ou des îles grecques? On peut les récupérer en quelques années en taxant la possession de manière prohibitive. Tu as une île grecque à toi tout seul? La taxe foncière annuelle est de 1 milliard d’euros. Va falloir vendre rapidos, coco. Tu as acheté un barrage français? Paf, taxe sur l’utilisation de l’eau nationale à 100 euros le litre. Va falloir vendre mon coco. Aucune nationalisation ou dépossession. Uniquement de la persuasion fiscale.

68 réactions et commentaires

  • zx8118 // 04.09.2018 à 07h37

    Merci les pinsons de nous chanter la complainte des charlots qui nous volent notre air, notre eau, notre terre et notre feu.

     16

    Alerter
  • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 08h10

    Pas une seconde Denis Souchon et Monique Pinçon-Charlot n’envisagent de priver les puissants de leur propriété, ce qui les rendrait impuissants. Comme si la propagande capitaliste avait gravé dans leur esprit que la propriété était sacrée. Mais non, la propriété est relative à la loi !
    Preuve en est qu’en 1946, ceux qui avaient collaborés (Renault…) ont été dépossédés.

    De même qu’aujourd’hui on privatise, demain on pourrait nationaliser (ce qui supposerait que le peuple prenne le pouvoir politique comme après la guerre, ou l’on a nationalisé de grandes entreprises, mis en place la Sécurité sociale, etc.)
    Nous pourrions alors prendre le contrôle des médias pour y diffuser en particulier une « éducation populaire » à la place de leur propagande… et donner un sens bien différent à l’économie.
    (À noter qu’il ne s’agirait pas nécessairement de reconstruire une URSS… Bien d’autres options sont possibles… !)

    Je ne voudrais pas être lourdingue, mais ce livre expose la problématique, et il devrait bientôt être possible de “feuilleter” une vingtaine de pages : https://www.amazon.fr/dp/1719835306/ref=rdr_ext_tmb

     30

    Alerter
    • Sunny // 04.09.2018 à 11h03
      • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 13h50

        Le capitalisme a récupéré les “Experts”. Ils font partie du système…, tout comme l’École (on forme au système), et bien sur les médias de masse.

         7

        Alerter
    • Kiwixar // 04.09.2018 à 12h21

      Plutôt que de déposséder (et s’exposer ensuite à des procès et des compensations), je pense qu’il vaut mieux TAXER très très très lourdement le capital.

      Exemple : les Etats ont vendu des aéroports, des barrages ou des îles grecques? On peut les récupérer en quelques années en taxant la possession de manière prohibitive. Tu as une île grecque à toi tout seul? La taxe foncière annuelle est de 1 milliard d’euros. Va falloir vendre rapidos, coco. Tu as acheté un barrage français? Paf, taxe sur l’utilisation de l’eau nationale à 100 euros le litre. Va falloir vendre mon coco. Aucune nationalisation ou dépossession. Uniquement de la persuasion fiscale.

       54

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 13h43

        Bien vu, il suffisait d’y penser !

         5

        Alerter
      • DFilippi NZ // 04.09.2018 à 14h11

        Aux prochaines elections je voterai Kiwixar!

         13

        Alerter
      • Fred // 04.09.2018 à 14h50

        n’importe quoi !
        ça passera pas le conseil constitutionnel, et en plus taxer n’a jamais été une solution.

         5

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 16h20

          La proposition de Kiwixar suppose que le peuple ait écrit SA constitution. (Ce qui n’est pas encore fait, mais on peut l’espérer)
          Le conseil constitutionnel actuel n’aura pas grand chose à dire…!

          Par ailleurs taxer, dans le cas qui nous occupe, c’est pour qu’il devienne très pénalisant d’être propriétaire de biens communs, de sorte à ce que ces proprios aient intérêt à les revendre rapidement à la collectivité.

           17

          Alerter
          • Patrick // 04.09.2018 à 20h10

            comment définit-on un bien commun ?

             2

            Alerter
            • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 21h39

              Il s’agit des ressources indispensables à tous et à chacun, qui donnent un pouvoir exorbitant à ceux qui les détiennent.

              Ces Ressources sont en particulier :
              La biosphère en général, le sous sol, le sol.
              Ce qu’ont construit nos ancêtres : les infrastructures : (Santé, Éducation…), les réseaux de communications (transport physique, énergie, informationnel), les Grandes entreprises, les immeubles.
              Et aussi les médias qui, de fait, fabriquent «l’opinion», le Savoir, et la monnaie…

               17

              Alerter
    • zx8118 // 04.09.2018 à 15h15

      Petit livre interessant de 90 pages écrit en énormes caractères, qui pourrait donc en faire 20.
      L’idée est de mettre fin à la propriété de rétribution pour ne garder que la propriété d’usage qui serait au mains exclusives de la collectivité. Cela concerne toutes les ressources naturelles mais aussi la création monétaire et les banques qui sont alors des biens communs. Le capitalisme est freiné, fin de la spéculation financière, et redirigé. Chacun peut acheter des droits d’usage dont la rente permet, non plus l’enrichissement de quelques uns mais, la protection sociale, l’entretien et la réparation de l’écoystème. La libre entreprise subsiste mais seulement pour répondre aux besoins de la collectivité, tout en financant ses droits d’usage.

      Je vote pour.
      Même si je suis un peu sceptique quant à la domestication possible du capitalisme, penchant vers une solution plus radicale, la fin de l’argent sous toutes ses formes.

      Hélas des idées encore plus simples ne se sont pas imposées. Celle d’un banquier suisse de prélever un pourcentage sur toutes les transactions financières, permettant de remplacer tout prélevement d’impots. La nationalisation de la création monétaire a fait l’objet d’une votation en Suisse mais a été refusée. (…) Les Etats ne sont pas même capable d’éclairer la finance de l’ombre ou de mettre fin à l’évasion fiscale mais permet son optimisation. Aucune volonté politique de changer le système par ceux qui sont au pouvoir uniquement pour en profiter. Toute l’éducation et l’information contribue au statu quo. Et la tendance va vers le pire.

      Suggestion à l’auteur. Ecrire un livre plus lourd avec des propositions concrètes et détaillées, et distribuer celui-ci gratuitement.

       8

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 15h49

        Voici un lien vers un pdf de ce livre :

        https://www.dropbox.com/s/jklk9fuau4yfv3m/Comprendre%20l%27Arnaque%20qui%20nous%20m%C3%A8ne%20au%20d%C3%A9sastre.pdf?dl=0

        Oui, j’aimerais aussi rentrer dans les “détails”. Chaque paragraphe pourrait quasiment faire l’objet de discussion d’un chapitre, mais suppose un gros travail d’étude, et je n’ai pas forcément les compétences.

        Il m’a paru important d’exposer le plus simplement possible les idées générales. Les mettre à la portée du plus grand nombre, dans le style Power point…

        C’est une base de discussion. Conserver ou non du capitalisme fait partie de la discussion.
        Il faut bien voir que si le capitalisme a fait des ravages, il peut aussi faire des miracles si on sait l’orienter dans la bonne direction. Ce qui nous serait bien utile vu l’état de la planète.
        Si les ressources essentielles sont propriété collective, le profit ne peut servir à accumuler, si ce n’est des signes monétaires. Et comme ces signes monétaires ne peuvent être que dépensés en droits d’usage, le profit serait inoffensif, bien que toujours moteur.
        Plus de propriété = plus de pouvoir.

         4

        Alerter
        • patrick // 04.09.2018 à 18h51

          “Si les ressources essentielles sont propriété collective” alors tout le monde s’en fout et ça finit en gaspillage et destruction.

           0

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 19h13

            Non, pas si la collectivité les gère intelligemment : l’accès aux ressources ferait l’objet d’un droit d’usage justifiant un loyer, ou autre.
            Tout comme aujourd’hui, pour avoir accès à de l’eau de Vichy, il faut payer un droit à je ne sais quelle multinationale, qui elle se fout totalement des conséquences…

            La rente issue de ces droits d’usage permettrait à la collectivité de financer la restauration et l’entretien de l’éco-socio-système.

             8

            Alerter
            • Patrick // 04.09.2018 à 20h37

              l’eau de Vichy est mise en bouteille et distribuée par un groupe français qui paie des redevances pour utiliser les sources
              (1 million d’euros d’impôts locaux et 2 millions d’euros de redevance à l’État)
              http://www.vichy-economie.com/carnets-economiques/compagnie-de-vichy22042010

              Il y a toujours un droit d’usage, par contre ce que la collectivité fait avec tout ce fric reste un grand mystère

               2

              Alerter
            • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 20h54

              C’est donc que le gouvernement actuel fait très mal son travail, et c’est pour cela qu’il faut changer de système, à commencer par les méthodes de sélection des gouvernants…

              On peut imaginer beaucoup mieux que des élections bidonnées !

               5

              Alerter
        • zx8118 // 04.09.2018 à 19h32

          Merci pour le PDF (Pas pour moi j’ai le livre).
          Je pense que c’est une bonne idée de le mettre à disposition pour propager ses idées, et avoir une chance d’en faire un objet de débats. Peut-on en faire la promotion/diffusion ou c’est seulement un lien pour les commentateurs de Les Crises ?

          Passer des idées à la réalisation demanderait effectivement des études pluridisciplinaires.
          Le problème reste celui de prendre le pouvoir.

           3

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 19h50

            Pour le diffuser au maximum, je dois passer par un éditeur qui devra avoir le budget pour le faire connaître (pub, envoi a des personnes influentes, …), et s’engage à les mettre.

            Les éditeurs m’ont tous envoyer paître, excepté (peut être) Fayard, qui m’a conseillé de le faire réécrire pour le mettre aux normes de l’édition ! Ce que je suis donc en train de faire, via un écrivain professionnel…
            Je ne voudrais pas me couper les ponts avec un éventuel éditeur en le diffusant gratuitement, (bien que je donne régulièrement le lien sur des sites Facebook, et si on me le demande.)

            J’aimerais que l’éditeur accepte une diffusion numérique gratuite, sachant que des lecteurs préfèreront toujours une version papier…

            Prendre le pouvoir (autrement que par des élections bidonnées) suppose qu’un nombre suffisant de citoyens le souhaite.
            [modéré]

             10

            Alerter
        • John V. Doe // 04.09.2018 à 20h13

          Merci pour le lien, je suis impatient de me lire ce livre à tête reposée 🙂

           2

          Alerter
        • calal // 07.09.2018 à 14h19

          deux sortes de pouvoir: le pouvoir sur la realite et le pouvoir sur les autres.
          Le pouvoir sur la realie c’est la science et la technique,le progres qui font que chaque francais vit plus confortablement que louis 14.
          Le pouvoir sur les autres, c’est le pouvoir eternel,historique,lie a la nature de l’homme.c’est le pouvoir qui permet de satisfaire des desirs egoistes comme des penchants sadiques, accumuler les conquetes etc.

          en enlevant le droit de propriete, vous ne detruirez pas cette soif de pouvoir sur les autres consubstanciel a la nature humaine ( hierarchie au sein de la meute),voir meme vous empecherez certains proprietaires de garder leur independance vis a vis du pouvoir.
          la propriete est un outil comme un autre.

           1

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 07.09.2018 à 18h36

            Bien sur que certains voudront toujours dominer…
            Mais de quel pouvoir peut on disposer, si l’on ne possède rien ?
            Celui que procure ses talents utiles à la société, c’est tout.

            Seul le peuple, propriétaire, aurait le pouvoir que lui confère cette propriété.
            Tous nous serions soumis aux lois écrites par le peuple, sans pouvoir les contourner par l’argent.
            Sauf à être contre la démocratie, je n’y vois pas de point négatif.
            En quoi cela remettrait t-il en cause le “progrès” ?

             1

            Alerter
      • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 16h12

        ” Les Etats ne sont pas même capable d’éclairer la finance de l’ombre ou de mettre fin à l’évasion fiscale mais permet son optimisation.”

        Les gouvernements sont, depuis toujours !, partout mis en place par ceux qui tirent les ficelles : Les banquiers et les possédants. Par conséquent on ne peut espérer qu’il puisse en être autrement.

        Quand le peuple parviendra enfin à prendre le pouvoir politique, la première chose à faire sera d’abolir la propriété privée des ressources essentielles, à l’aide de taxes monstrueuses comme le propose Kiwixar, par exemple. (j’aime bien cette idée)
        Les puissants dépossédés seront à leur tour impuissants.

         5

        Alerter
      • Pinouille // 05.09.2018 à 09h27

        “La nationalisation de la création monétaire a fait l’objet d’une votation en Suisse mais a été refusée.”

        “Aucune volonté politique de changer le système par ceux qui sont au pouvoir uniquement pour en profiter.”

        N’y-a-t-il pas une contradiction dans vos propos?
        Dans le cas précis, c’est bien le peuple qui a refusé ce changement. Le politique a assumé ses responsabilités en portant ce sujet à la votation.

        Du coup, on peut raisonnablement se demander quelles sont les raisons qui ont conduit le peuple à décider de conserver le système actuel. Il m’est d’avis que c’est parce qu’il doit avoir certains avantages. Mais qui s’en soucie ici?

         0

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 05.09.2018 à 11h14

          Si le peuple n’a pas confiance en ses dirigeants pour gérer la création monétaire, c’est que la méthode de sélection et de contrôle des dirigeants n’est pas bonne…

          (Où alors que le peuple comporte une majorité de banquiers 😉 )

           0

          Alerter
    • patrick // 04.09.2018 à 18h47

      “en 1946, ceux qui avaient collaborés (Renault…) ont été dépossédés.”
      il aurait aussi fallu supprimer la SNCF qui a largement collaboré.
      Dans le cas de Renault, c’était pas plutôt pour faire plaisir au PCF ?

       2

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 19h04

        Peut être, mais cela illustre que la propriété n’est pas sacrée…

         8

        Alerter
        • Patrick // 04.09.2018 à 20h41

          Ben non , elle n’est pas sacrée. Il y a toujours eu des voleurs . Les pires sont ceux qui sont soutenus par l’ état.

           0

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 21h01

            L’Etat c’est une institution qui est dirigée par des gouvernements, qui donc sont nullissimes. Il est logique qu’ils soient corrompus vu la manière dont ils sont actuellement sélectionnés (par le fric).

            Il faut donc changer la méthode de sélection de nos dirigeants.

             8

            Alerter
          • bhhell // 04.09.2018 à 23h37

            [modéré] Mais j’imagine candidement que vous pensez peut être aux banques massivement financées à taux zero par ces mêmes Etats, ou au patronat qui interfère (et obtient) auprès de bruxelles ou de l’Etat en matières fiscale, de subventions, de marchés publiques, de santé, d’environnement, d’énergie, de tout quoi. Le capitalisme moderne c’est la fusion consubstantielle entre autorités de l’Etat et milieu des affaires. Cet état omnipotent que vous détestez et votre modèle libéral sont les deux faces de la même monnaie. Un capitalisme sans Etat, mais c’est comme de l’eau vichy sans bulles Patrick!

             5

            Alerter
            • Patrick // 05.09.2018 à 19h30

              “banques massivement financées à taux zero par ces mêmes Etats “, non par les banques centrales qui impriment du pognon pour faire tenir tout le système ( banques et états réunis ” .
              Les taux faibles asphyxient les banques mais si ils remontent ils tuent les états , quelque soit la solution choisie ça va mal finir.

               0

              Alerter
            • Patrick // 05.09.2018 à 19h32

              “Le capitalisme moderne c’est la fusion consubstantielle entre autorités de l’Etat et milieu des affaires ”
              Les libéraux appellent ça du capitalisme de connivence et ils sont contre.
              L’état doit se recentrer sur ses missions régaliennes et arrêter de se mêler du reste.

               0

              Alerter
    • JBB // 04.09.2018 à 22h32

      J’aime bien le côté révolutionnaire avec un lien Amazon 🙂

       4

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 22h43

        Amazon est le seul éditeur à avoir accepté ce manuscrit. De plus il l’imprime et le diffuse dans le monde entier.
        J’aimerais que de “vrais” éditeurs s’en emparent, mais bien que l’ayant envoyé à une bonne douzaine, ça ne les intéresse pas. Comment le diffuser si je refuse les services d’Amazon ?

        Par ailleurs, Amazon tout comme les premiers fabricants de métiers à tisser, ne font que utiliser les règles du jeu capitaliste, évidement à leur profit. On ne peut leur en tenir rigueur, surtout dans un pays qui vote Macron.

        Le capitalisme fournira la corde qui le pendra…

         12

        Alerter
    • calal // 07.09.2018 à 13h13

      pourquoi privatiser plutot que creer un nouveau media?parce que c’est plus facile d’acheter avec de l’argent des autres ou d’exproprier plutot que de creer ex nihilo?

      La france insoumise a cree son media …bravo a eux

      ps: y a quand meme eu un probleme de repartition de la richesse produite au sein du media ;)…
      reps: y a qu’a arreter les subventions et que les capitalistes qui veulent manipuler l’opinion le fasse en en payant le “vrai prix”,le vrai cout…

       0

      Alerter
  • Sunny // 04.09.2018 à 11h01

    Le constat paraît établi depuis longtemps.
    L’enjeu est aujourd’hui de comprendre les rouages de l’endormissement du peuple dans une léthargie contrôlée.

    Force est de constater que malheureusement le « clivage gauche-droite » et le « progressisme » sont de puissants outils d’aliénation de la pensée qui empêchent la prise de conscience de beaucoup.

    Le progrès est une religion, dans la mesure ou il est un dogme.
    Il est urgent de séparer la religion de l’état.
    Aucune libération ne se fera tant qu’un débat philosophique sur ce thème ne naîtra pas car il suffit à chaque fois au système de stigmatiser de « rétrograde » toute personne qui s’oppose à l’avancée technologique pour éluder les débats.

     7

    Alerter
  • bouine // 04.09.2018 à 14h36

    Etienne chouard évoque le problème de la main mise de la classe riche sur le reste de la population.
    Cette dernière est donc contrainte de subir les idées et mode de vie économique de la classe dominante
    qui corrompt à coup de valise les politiciens avides et non destituables.

    J’ai vraiment mal au coeur d’avoir été soumis à cette doxa depuis l’école, les études, la TV et les livres…

    Heureusement qu’il y a des blogs et des personnes sur le net qui m’ont éveillés mais la réalité est très sombre…

     15

    Alerter
  • Trombinacoulos // 04.09.2018 à 15h51

    Notre société repose sur 3 pouvoirs qui, s’ils fonctionnaient correctement, nous rendraient la vie simple.
    Exécutif, législatif, judiciaire.

    Un financier fait de la finance.
    Un garagiste répare ou vend des véhicules.
    Un vendeur vend.
    Un acheteur achète.
    Des lois encadrent ces métiers.
    Des lois existent pour tous les corps de métiers, toutes les situations.
    Appartenir à une nation implique respecter ces 3 pouvoirs.

    L’exécutif définit une politique.
    Il s’en suit des lois.(législatif)
    Qui, si elles ne sont pas respectées, donnent lieu à des sanctions (judiciaire).

    Notre société est malade car ces 3 pouvoirs ne fonctionnent plus correctement.

    Après, on peut passer des journées entières à discuter des conséquences de ce dysfonctionnement, mais c’est, à mon avis, une perte de temps.

    La question, pour moi, est: que faire pour retrouver une interaction correcte entre ces 3 pouvoirs?.

     3

    Alerter
    • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 17h13

      Il n’est pas de l’intérêt des puissants qui tirent les ficelles de corriger cela, bien au contraire. Il faut d’abord prendre le pouvoir politique, que jamais le peuple n’a encore eu… (excepté durant quelques mois après la guerre de 39-45.)

       5

      Alerter
    • patrick // 04.09.2018 à 18h49

      ça s’appelle les missions régaliennes , elles sont du ressort de l’état et uniquement de lui.
      Nos gouvernements préfèrent s’occuper de tout mais surtout pas de ces missions … et le pays va dans le mur.

       4

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 19h07

        Ils veulent qu’il aille dans le mur, comme la Grèce !
        Les peuples sont devenus inutiles, encombrants, et leur consommation génère des gaz à effet de serre.
        C’est leur manière à eux de résoudre la question du réchauffement climatique.

         4

        Alerter
    • herve_02 // 04.09.2018 à 19h40

      Le judiciaire n’est pas un pouvoir,mais une simple autorité. elle est d’ailleurs appelée l’autorité judiciaire.

       0

      Alerter
      • Trombinacoulos // 04.09.2018 à 20h47

        “Les régimes démocratiques sont organisés selon le principe de la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire afin d’éviter leur concentration entre les mains d’une seule personne. Certaines constitutions privilégient la stricte séparation des pouvoirs, d’autres leur permettent, tout en étant distincts, de disposer de moyens de contrôle les uns à l’égard des autres.

        Le pouvoir législatif est chargé de la rédaction et de l’adoption des lois mais également du contrôle de l’exécutif. Le pouvoir législatif est généralement exercé par le Parlement, composé d’une ou deux chambres. En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat.
        Le pouvoir exécutif met en œuvre les lois et conduit la politique nationale. À cette fin, il a le pouvoir d’édicter des règlements et il dispose de l’administration et de la force armée. Il peut détenir des moyens de contrainte vis-à-vis du pouvoir législatif (ex : dissolution de l’une des chambres). Le pouvoir exécutif est exercé par le chef de l’État, qui joue un rôle plus ou moins important selon les régimes, et par le Gouvernement.
        Le pouvoir judiciaire applique les lois pour trancher les conflits entre les particuliers ou entre l’État et ces derniers. Son indépendance est primordiale, puisqu’elle est la condition de son impartialité. C’est généralement la Constitution qui définit ses compétences et qui garantit son indépendance.
        Enfin, la Constitution définit également l’organisation des pouvoirs publics locaux. Elle distingue les compétences respectives de l’État central et des institutions locales.”

        http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/veme-republique/constitution-definition/quels-sont-differents-pouvoirs-definis-par-constitution.html

         1

        Alerter
  • christian gedeon // 04.09.2018 à 19h11

    Eh bé…déposseder,nationaliser,taxer et retaxer,et pourquoi pas emprisonner,guillotiner et puis quoi encore?! Que de réactions violentes et définitives. Comme chacun sait les recettes préconisées par nos bakounine en herbe ont remarquablement réussi partout où on les a appliquées…en Union soviétique,en Chine maoiste,au cambodge khmer rouge ou en Corée du Nord…l’avatar bolivaro-guevaro-zapatisto-madurien est un exemple de plus de ce soufflé qui ne retombe pas…parce qu’il n’est jamais monté.La “grande bourgeoisie ” dirige le monde??? quelle blague et quelle ignorance crasse…les plus grandes fortunes mondiales actuelles se sont constituées sur une ou deux générations et avant d’entendre le choeur des pleureuses,çà inclut les fortunes dites pétrolières…pour ce qui est du système financier,il n’aura échappé à personne je crois (avec une petite condition d’objectivité) qu’il a pris le pouvoir par le peuple…ce peuple censé être omniscient et qui est tombé comme une m….dans le piège des libertés et de la fin des frontières,du libre échange et des limites repoussées…ce peuple qui a envoyé aux orties l’Etat,le Plan,le patriotisme économique…pour quelques teeshirts à cinq euros de plus…. et mis à la barre les marchands de sable corrompus qui nous mené là… ce peuple qui pleure aujourd’hui pour le retour de l’état qu’il a conchié…vous voulez condamner? Condamnez le principal responsable…pour mémoire et pour ce qui concerne la France,c’est ce peuple qui a mis au pouvoir les voyous de la quatrième république,qui enfin réveillé a voté de Gaulle,et après dix petites années,n’ a pas supporté la grandeur de la politique gaullienne,ouvrant la voie à la dégénéresence de la nation qui a culminé avec Mitterand et le radsoc honteux qu’ a été Chirac,assassin politique de Seguin…la suite logique a été l’excité et le mollasson, et puis cet homme surgi de nulle part,et dont le vernis s’écaille chaque jour un peu plus…la grande bougeoisie,hein? je ne veux pas être méchant,mais cékiki a voté? les martiens?

     8

    Alerter
    • Patrick // 04.09.2018 à 20h44

      “emprisonner,guillotiner … ” , ça c’est la suite logique du programme.
      il suffit de désigner les “ennemis du peuple ” !! et voilà !! d’abord on vole ( oui, mais pour la bonne cause ) ensuite on emprisonne , on déporte , on fusille.

       2

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 22h54

        Pourquoi voulez vous emprisonner et guillotiner ? Peu importe qu’ils soient nos ennemis, pas forcément d’ailleurs. Toujours est il qu’ils accaparent des Ressources indispensables à tous et à chacun, et on se demande bien ce qui le justifie. Pourriez vous nous éclairer sur ce point ?
        Un jour quelqu’un a clôturè un champ, et déclaré : “ceci est à moi” . Mais pourquoi donc ?

        Notez que ceux qui détiennent les ressources indispensables à tous ont beaucoup moins d’état d’âme. N’avez vous pas remarqué ?
        [modéré]

         4

        Alerter
        • Sandrine // 05.09.2018 à 09h46

          @ Dominique Gagnot. Je n’ai pas encore lu votre PDF en detail mais une objection me vient à l’esprit par rapport à cette idée du droit d’usage qui devrait remplacer la notion de propriété privée pour les biens indispensables à la collectivité.
          On le sait peu, mais cela faisait partie d’une revendication du NSDAP (théorisé je crois par Darré ou un autre, je ne me souviens plus). Pour justifier leur position, ils donnaient cet exemple : un agriculteur a-t-il le droit de détruire sa récolte (sa propriété privée)- par exemple pour des questions de guerre des prix- alors que la communauté nationale a besoin de cette récolte pour survivre? Leur réponse était bien évidemment non. Ils rappelaient aussi qu’au moyen-age, la terre était un bien collectif sur laquelle les paysans (malgré leur statut de serfs…) avaient un droit d’usage.
          Ma conclusion : cette notion de droit d’usage n’est pas forcément une panacée et l’idée de propriété privée reste malgré tout une garantie de la liberté individuelle face à l’éventuel arbitraire de l’Etat.

           2

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 05.09.2018 à 11h06

            Attention ! Dans “ma” proposition, seules les ressources qui sont en début de chaine nécessaires pour produire quoi que ce soit, seraient propriété de la collectivité. (Ce que l’on appelle les ressources premières)
            Les produits issus de ces ressources, fruits du travail de celui qui en aurait un droit d’usage, n’en font pas partie. Elles sont propriété privée du producteur.
            Par conséquent un agriculteur conserverait le droit de détruire sa récolte.
            (La collectivité doit faire en sorte que les revenus de chacun soit suffisants pour subvenir à ses besoins élémentaires. Rappelons qu’elle dispose de la rente issue des droits d’usage…)

            Notez que si le produit incorporait des ressources premières, des ressources minérales par exemple, (tel des métaux…), il aurait à les restituer (afin de les recycler).

             3

            Alerter
            • Sandrine // 05.09.2018 à 12h05

              “Si le produit incorpore des ressources minérales, il aurait à les restituer”
              Ah, ben du coup, il ne pourrait pas détruire sa récolte puisque que pour pousser, les végétaux incorporent forcement des minéraux de la terre, de l’eau (elle-meme composée d’éléments chimiques potentiellement patrimoine collectif de l’humanité)

               2

              Alerter
            • Dominique Gagnot // 05.09.2018 à 13h16

              En l’occurrence une récolte détruite retourne à la terre. (enfin je suppose). Le recyclage aura bien été fait !

               0

              Alerter
            • Sandrine // 05.09.2018 à 15h50

              Le recyclage oui, mais quid du paysan?
              Dans la vision de W. Darre (qui n’est pas la votre bien sûr, je m’en doute pas), la conception du droit d’usage d’un bien collectif implique aussi qu’un paysan qui ne saurait pas bien mettre en valeur la terre dont la collectivité lui a concédé l’usage… peut également en être chassé, au profit d’un paysan plus efficace…
              Au final, le risque, c’est d’obtenir une sorte de kolkhoze libéral avec la même contrainte en terme de productivité mais avec la sécurité de l’emploi en moins…

               0

              Alerter
            • Dominique Gagnot // 05.09.2018 à 16h41

              Beaucoup de mes interlocuteurs abordent ce livre avec les filtres qu’ils ont dans la tête, et vous en êtes : tentez d’expliquer la trajectoire des planètes de notre système solaire à une personne convaincue que la Terre en est le centre…

              Commencez donc par lire le pdf en oubliant tout ce que vous croyez savoir. Ensuite seulement vous pourrez confronter…

              Par exemple, le droit d’usage dans le système dont je parle ferait l’objet du paiement d’un loyer… Ce qui n’est pas le cas… et ça change tout.

               0

              Alerter
    • Patrick // 04.09.2018 à 20h48

      cékiki a voté?
      je me marre , ce gars a été élu avec le support des retraités , de la guche , de la CGT … ( il fallait lutter contre la bête immonde !! )
      Alors je n’apprécie pas ce gars mais quand il leur botte le c.. et leur met une louchée d’impôts en plus , ça me fait plaisir.

       6

      Alerter
    • Dominique Gagnot // 04.09.2018 à 21h04

      Avant de juger, lisez le livre dont j’ai donné le lien… “Comprendre l’Arnaque qui nous conduit au désastre” Rien à voir avec les régimes que vous citez. Cela ne s’est encore fait nulle part.

      Si vous avez une meilleure idée, exposez là.

       4

      Alerter
  • Frexit // 04.09.2018 à 19h25

    Après avoir regardé ces” vidéos, j’ai le sentiment que l’explication de la situation actuelle qui nous est proposée est trop simpliste et surtout trop marxiste.
    1/ Pourquoi ne jamais évoquer l’Union Européenne? C’est pourtant cette dernière qui nous dicte notre politique économique et sociale
    2/ Pourquoi ne jamais évoquer l’euro? C’est pourtant la BCE qui définit la politique monétaire
    3/ Pourquoi ne jamais évoquer l’OTAN? C’est pourtant l’OTAN qui nous dicte notre politique de sécurité et de défense et qui nous entraine dans des guerres immondes et des massacres de population (1 bombe est larguée toutes les 12mn en moyenne par l’armée américaine et ses alliés de l’OTAN selon un article cité par “les crises”)
    Le problème n’est pas les média publics ou privés ni les autres catégories (instituts de sondage, pseudo-experts etc.), ni la dichotomie entre riches et pauvres, ni une soi-disant dynastie des riches. C’est une vision franco-française. Aux Etats-Unis, les GAFAM (GOOGLE, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ont été créées par des jeunes et ne sont pas des entreprises dynastiques.
    La seule vraie question : veut-on vivre dans une société “ultra-libérale” c’est à dire dominée par des grandes multinationales dont le pouvoir est immense (Apple = 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière), qui arrivent à imposer leur puissance aux états, qui voudraient bien transformer le monde en un immense marché (traités de libre-échange). L’Union Européenne est dirigée par un exécutif (la commission européenne) ultra-libéral. Veut-on cela?
    Le débat gauche-droite n’est plus pertinent. Encore une fois, si on ne veut pas vivre dans une société “ultra-libérale” où il n’y a plus de services publics, où tout absolument tout est considéré comme une marchandise (santé, éducation, culture, énergie, génome humain, eau, transports…), alors la première chose à faire est de sortir de l’UE, en votant pour des partis qui ont inscrit clairement cette sortie dans leur programme et rendre ainsi aux peuples la souveraineté qu’ils ont abandonnée par manque de réflexion. Ce peut être dans peu de temps; et alors un vent d’optimisme soufflera.

     6

    Alerter
    • Bardamu // 05.09.2018 à 06h41

      Justement, c’est le problème qui est évoqué ici.
      Pourquoi les peuples ne votent pas majoritairement pour les partis qui proposent cela si ce n’est parce que les médias instillent constamment l’idée que ce qu’ils proposent n’est pas possible/raisonnable/réaliste/moderne ?
      Les médias dominants et leurs petits roitelets à la Barbier font bien parti des choses à combattre en priorité.

       1

      Alerter
      • Pinouille // 05.09.2018 à 09h42

        “Pourquoi les peuples ne votent pas majoritairement pour les partis qui proposent cela si ce n’est parce que les médias instillent constamment l’idée que ce qu’ils proposent n’est pas possible/raisonnable/réaliste/moderne ?”

        Votre remarque présuppose que le peuple est trop influençable pour être autonome dans ses choix. Donc on lui retire son droit de vote?

        Concernant les médias, je remarque (et m’en désole) que les émissions télévisées qui abordent en profondeur les sujets de fond ont disparu faute d’audience, ou restent confinées sur des chaines que personne ne regarde (LCP, public Sénat notamment). Surveillez l’audience de la vidéo proposée sur cette page, et vous aurez la confirmation de ce que j’avance.

         1

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 05.09.2018 à 11h36

          Ce n’est pas tellement que le peuple est trop influençable, c’est que les moyens mis en œuvre pour l’influencer sont à la hauteur du résultat escompté… Par exemple les sujets importants seront traités d’une manière très ennuyeuse, sur des chaines sans grands moyens, et de manière sporadique de sorte que l’on ne retienne rien.

          C’est d’ailleurs le même traitement qui est offert aux personnages : vous verrez quasi quotidiennement les partisans du système, tandis que ceux qui en font une critique capable d’être entendue seront rarement invités. On a jamais revu Étienne Chouard depuis sa fameuse intervention face à Jacques Attali.

           3

          Alerter
          • Pinouille // 05.09.2018 à 15h10

            “vous verrez quasi quotidiennement les partisans du système, tandis que ceux qui en font une critique capable d’être entendue seront rarement invités”

            Ce n’est que mon avis personnel, mais si les critiques du système ressemblent à celles que je peux consulter dans les commentaires de ce site, elles ne sont pas entendables. Non pas parce que la vérité serait trop dure à entendre, mais parce qu’elles sont pour la plupart complètement hors sol: des constructions intellectuelles qui font fi de paramètres essentiels pour se concentrer sur des bribes de réalité qui font écho à des notions purement idéologiques qui reviennent en boucle. Bref, à mes yeux rien de réaliste si ce n’est la volonté inaltérable d’y croire (ce qui est à la fois beau et inquiétant).

            Votre exemple en est la parfaite illustration: croire qu’on puisse fabriquer des reportages soporifiques pour sciemment dégouter le spectateur de sujets sensibles… Comment dire… C’est peut-être vrai à la marge (et encore, mes doigts saignent à le taper sur mon clavier), mais élaborer une représentation globale sur la base de concepts de cet ordre est tout bonnement fantasmatique.

            L’ironie de l’histoire est que le bateau coule vraiment (en partie pour les raisons invoquées ici, mais pas que). Et on sent certains trépigner d’impatience d’avoir l’occasion de raser les ruines pour bâtir le nouveau monde à leur image. Je vais être rabat-joie: n’espérez pas qu’on vous laisse une seconde l’opportunité que cela arrive. Et quand bien même cela arriverait (encore faudrait-il mettre en phase vos idéaux respectifs), la plupart d’entre vous seriez les premiers à le regretter.

             1

            Alerter
            • Sandrine // 05.09.2018 à 16h29

              Penser que les gens ne regardent pas les émissions sur les sujets importants parce que cela les ennuie et qu’ils préfèrent les reality show est aussi une projection idéologique…
              Est-ce prouvé scientifiquement de manière « irréfutable » ?

               2

              Alerter
            • Dominique Gagnot // 05.09.2018 à 17h33

              Scientifiquement, il est prouvé que les émissions remettant (parfois) en cause l’idéologie dominante et qui obtiennent une audience certaine, ont toutes été supprimées.
              Voir Ce soir où jamais. Plus ancien : Droit de réponse, (et encore, c’était très superficiel et “soft” ) et quelques autres.
              Une autre à très forte audience : les Guignols de l’Info. Certes elle n’a pas été supprimée, on a simplement viré les auteurs (trop) talentueux…
              .

               1

              Alerter
            • Pinouille // 05.09.2018 à 18h45

              “… est aussi une projection idéologique…”
              Peut-être, mais ce n’est pas ce que je dis. Je me contente d’observer les chiffres de l’audimat et le nombre de vues affiché sur youtube.

               1

              Alerter
            • Pinouille // 05.09.2018 à 19h03

              “Scientifiquement…”
              Merci de laisser la science en dehors de cette histoire, elle n’a pas sa place dans une phrase qui contient les termes “idéologie dominante”.

              Actuellement, je constate que les chaînes TV qui diffusent les reportages/émissions les plus intéressants, les plus pertinents, les plus interpellants sont LCP et Public Senat: 2 chaînes anti-système.

               2

              Alerter
        • Bardamu // 05.09.2018 à 15h40

          L’audience la plus élevée, concernant l’information au sens large (bulletins d’info + chronique éco ou revue de presse, reportage court) est obtenue sur le créneaux 7/9 pour la radio et 19/20h pour la TV. Écoutez ce créneau sur le média que vous voulez et vous aurez toujours le même discours.
          Prenez France-Inter qu’on place plutôt à gauche et vous avez droit TOUS LES JOURS à la doxa dont D. Seux n’est pas le seul représentant mais sans doute le plus voyant.
          Tout le monde est influençable. Croire que d’entendre tous les jours plus ou moins le même point de vue (et chose plus pernicieuse en restant toujours dans le même cadre) n’a pas d’influence sur notre vision des choses est naïf. Nous vivons en société et sommes influencés par notre milieu social, notre milieu professionnel, et les médias dominants.
          Pour certaines choses ça marche moins que pour d’autres, notamment quand notre vécu des choses se heurte à la vérité contée par les médias. Allez dire à un chômeur qui se fait refouler de partout qu’il y a plein d’emplois non pourvu, il vous dira la suite. Mais pour le reste…
          Poutine n’est-il pas un dictateur et les russes d’indécrottables fascistes alcooliques.

           3

          Alerter
  • un citoyen // 04.09.2018 à 22h39

    Un travail approfondi qui est très utile pour essayer de comprendre en détails le contrôle des médias. Le cercle de la ‘raison’, les six couches dont il ne convient pas de se focaliser seulement sur la sixième, la réservation de la parole au public plus centrée vers un type d’expert qu’à d’autres, l’analyse de la classe aisée issue en partie par des rencontres sur le terrain (en particulier, le fait que la peur serait aussi présente dans l’oligarchie et pas seulement dans la partie “d’en bas” m’a fait méditer), …
    Beaucoup de choses à dire… Merci pour ce bilan d’une longue enquête.

     2

    Alerter
    • un citoyen // 05.09.2018 à 20h27

      Et à propos de cette crainte, cela m’a fait rappelé celle -surprenante- d’Alain Minc pendant l’été (le risque d’une insurrection populaire). Je suis tombé sur cet article dans Libération en essayant d’en savoir plus, je ne l’avais pas vu avant aujourd’hui. A.Minc y expose de façon franche le fond de sa pensée par une interview :
      http://www.liberation.fr/france/2018/07/08/alain-minc-l-inegalite-est-trop-forte-nous-risquons-une-insurrection_1665074

      (Edit dans mon précédent message : ‘la parole en direction du public’ et non ‘parole au public’ :-/ )

       0

      Alerter
  • Toutatis // 05.09.2018 à 17h10

    Une méthode qui irait beaucoup plus loin que toutes les suggestions révolutionnaires précédentes : liquider toutes les banques de données informatiques de la planète. Comme cela 90% au moins des preuves de propriété disparaissent, avec les fortunes, qui sont aussi virtuelles dans les mêmes proportions.
    D’ailleurs ça pourrait peut-être arriver naturellement si le soleil s’y met.

     0

    Alerter
  • Dominique Gagnot // 07.09.2018 à 07h36

    Pour info, le livre « Comprendre l’Arnaque qui nous conduit au désastre », dont j’ai donné un lien il y a quelques jours dans ce fil de discussion, vient d’être (sérieusement) révisé. Aussi je vous invite à mettre à jour la version que vous auriez éventuellement téléchargée.
    Je souhaite une diffusion restreinte aux lecteurs de « les Crises », pour éviter de me couper les ponts avec un futur éditeur…

    A nouveau voici le lien pdf (qui reste identique) : https://www.dropbox.com/s/jklk9fuau4yfv3m/Comprendre%20l%27Arnaque%20qui%20nous%20m%C3%A8ne%20au%20d%C3%A9sastre.pdf?dl=0

    Et le lien vers une version papier : https://www.amazon.fr/dp/1719835306/ref=rdr_ext_tmb

    Toutes remarques et suggestions concernant le contenu de ce livre sont bienvenues.

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications