Les Crises Les Crises
10.juin.201810.6.2018 // Les Crises

[Vidéo] François Ruffin, sans filtre : Journaliste VS Politique ? Par Thinkerview

Merci 13
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 31-05-2018

Interview de François Ruffin en direct le 31/05/2018 à 19h.

Source : Thinkerview, Youtube, 31-05-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

SimaQian // 10.06.2018 à 07h18

Le côté neullysard de l’interviewer est vraiment horripilant

entre les masses décérébré et les gens sont trop con à cause des perturbateur
par moment j’ai envie de donner des baffes

je sais pas si c’est de la provoque volontaire

toujours est il que cette façon de parler, de se considérer comme “ceux” qui savent, et de mépriser les “masses” ne va pas vraiment aider à amener les gens sur ces terrains

cette supériorité affiché est agaçante, surtout pour quelqu’un qui ne s’est pas toujours montré brillant dans ses interventions, et qui n’affiche jamais sa tête.

Ruffin dit beaucoup de chose intéressante, notamment sur le fait que les gens COMPRENNENT les enjeux politique, (contrairement à ce que dit l’autre) , ou sur le rythme de l’assemblé national qui n’est pas sans rappeler louis 14 qu’il évoque à un moment

41 réactions et commentaires

  • SimaQian // 10.06.2018 à 07h18

    Le côté neullysard de l’interviewer est vraiment horripilant

    entre les masses décérébré et les gens sont trop con à cause des perturbateur
    par moment j’ai envie de donner des baffes

    je sais pas si c’est de la provoque volontaire

    toujours est il que cette façon de parler, de se considérer comme “ceux” qui savent, et de mépriser les “masses” ne va pas vraiment aider à amener les gens sur ces terrains

    cette supériorité affiché est agaçante, surtout pour quelqu’un qui ne s’est pas toujours montré brillant dans ses interventions, et qui n’affiche jamais sa tête.

    Ruffin dit beaucoup de chose intéressante, notamment sur le fait que les gens COMPRENNENT les enjeux politique, (contrairement à ce que dit l’autre) , ou sur le rythme de l’assemblé national qui n’est pas sans rappeler louis 14 qu’il évoque à un moment

     54

    Alerter
    • Alfred // 10.06.2018 à 09h13

      Vous le sortez les mots de la bouche. J’aime beaucoup cette chaîne pour le choix des “interviewés” mais la personne qui conduit les interviews est tellement contre-productive que j’hésite quasi systématiquement à les partager.

       31

      Alerter
    • Manuel // 10.06.2018 à 09h57

      toujours est il que cette façon de parler, de se considérer comme “ceux” qui savent, et de mépriser les “masses” ne va pas vraiment aider à amener les gens sur ces terrains

      C’est comme un chien de garde, mais dans le camps opposé. Je n’ose imaginer un interviewé dire ce que l’interviewer n’apprécierait d’entendre sans un soupir d’exaspération ou sans son mépris.

      Maintenant c’est son style, son format et ils arrivent à avoir des personnes de qualité… à part Lordon !

       5

      Alerter
      • SimaQian // 10.06.2018 à 11h01

        certes

        j’aurai cependant naivement imaginé que la présence d’invité de marque amène a plus d’humilité

        mais je suppose que dans son univers se montré vaniteux et rentre dedans est une loi.

        les invités sont toujours intéressant, il est juste dommage que l’échange se fasse avec un individu d’aussi médiocre compagnie, une fois il avait été remplacé c’était largement mieux.

         10

        Alerter
    • Riboul // 10.06.2018 à 14h32

      Qu’est ce qui vous gène? C’est qu’il ne soit pas policé comme les “journalistes” habituels?
      Cette chaine est excellente et l’interviewer a son style, il n’est pas formaté. Moi ce que je lui demande c’est d’avoir des invités de qualité et qu’ils puissent exprimer clairement leur position, et les attaquer et les provoquer de temps en temps est un moyen efficace de les faire parler un peu plus profondément que le discours politiquement correct.
      Cette équipe fait excellemment son boulot c’est tout ce qui importe et on se fiche bien de savoir si ses spectateurs ont envie d’aller passer une soirée avec celui qui pose les questions.
      Il y a des réactions qui sont le résultat d’un formatage inconscient de longues années de visionnage télé. L’important c’est de savoir si l’invité donne un entretien interessant, et là comme souvent sur cette chaine, c’est le cas.

       20

      Alerter
      • Alfred // 10.06.2018 à 15h49

        Il faut tellement bien son boulot que je ne regardé plus aucune de ses interviews. Déjà pas le temps de tout faire alors pas le temps de me faire ch.. à bondir : ” mais qu’il ferme sa..” Et si je perds mon temps à le dire ici c’est parceque c’est à regret.

         17

        Alerter
        • Kiwixar // 10.06.2018 à 21h58

          Pareil pour moi. J’ai regardé la première, et depuis je passe, pour la même raison. Il faudrait plutôt qu’on le voie mais qu’on ne l’entende pas. Dommage, vu la qualité des invités.

           9

          Alerter
          • RGT // 11.06.2018 à 08h21

            Je suis sans doute plus “tolérant” que vous car je regarde chaque fois ces “entrevues” (en français dans le texte).

            Pour les invités qui donnent des informations et des opinions très intéressantes.
            L’inquisiteur, je m’en fous même si parfois il m’horripile tant je le trouve bouffi de suffisance (“nous”, les “hackers”, nous savons tout)…

            Je n’espère qu’une seule chose : Qu’il comprenne un jour qu’on ne sait jamais jamais rien, ou si peu, et qu’il faut faire preuve d’humilité vis à vis des autres.

            D’un autre côté, si de véritables “journalistes” remplaçaient leur aplaventrisme par sa morgue les citoyens seraient sans doute mieux informés (imaginez “Laisse d’Or” se comporter ainsi avec Sarközy, Hollande ou Micron, ça serait bien).

            Par contre, malgré ses coupures de parole très inopportunes il laisse quand-même parler son interlocuteur qui peut délivrer son message et surtout se défendre face à la caméra.

            Dernièrement, il a invité Jean-Pierre Petit (qu’il a VRAIMENT fortement bousculé), mais “pappy les ovnis” se marrait à chaque question inquisitrice et donnait sa version des faits en reconnaissant qu’il avait fait des conneries dans le passé (ce qui est un gage d’honnêteté).
            Ils ont même utilisé un “vérificateur de faits” pour déceler les “fèques” que pourrait inventer cet homme : CaptainFact, site collaboratif dans lequel les internautes vérifient les dires de l’invité en sourçant les réponses (dans le cas de JPP il ne raconte pas tant de conneries que ça).

            Je doute qu’un jour Zupiter ou un membre de sa Cour accepte de se soumettre à un interrogatoire qui serait vérifié et sourcé en temps réel…

            En tout cas, dans le cas de la venue de François Ruffin c’était un vrai bonheur d’entendre un “politicien” (pas un politichien) répondre sincèrement et avec ses tripes à un interrogatoire “serré”.

            Merci François et merci Thinkerview (j’aurais préféré un nom plus “gaulois”) pour ce moment intéressant.

             4

            Alerter
      • Patrick // 10.06.2018 à 17h40

        Non, l’interviewer ne fait pas bien son boulot ! Sans parler de la forme effectivement exécrable (pas confondre l’insolence avec le caractère… le type va parfois jusqu’à menacer ses invités, hallucinant…), ses questions -toujours les mêmes avec 10-15 éléments de langage sensés marquer sa signature, j’imagine- sont souvent complètement à côté de la plaque par rapport aux développements de l’invité. Il croit connaître ses sujets comme personne… Non seulement ce n’est visiblement absolument pas le cas, mais surtout il ne sait pas articuler sa pensée (ce qui revient en fait à dire qu’il ne sait pas penser). Il ne pense pas quoi, il vocifère des slogans avec un air supérieur. J’ai fini par le considérer comme dangereux, ce type. Un véritable gâchis, à la vue de la qualité générale des intervenants…

         9

        Alerter
    • Anti-communautariste // 10.06.2018 à 15h07

      Exact, cet interviewer est absolument exécrable. Sa désinvolture, sa tendance au tutoiement, tout est fait pour éprouver une gêne au cours de l’interview. Et on ne comprend rien à ses relances, il parle dans sa barbe, l’interviewé est souvent obligé de le faire répéter. Et qu’il arrête de souffler du nez à chaque fin de phrase, c’est crispant…
      Voir en particulier une récente interview de Jean-Pierre Petit : https://www.youtube.com/watch?v=VanOVShKsCM&t=351s
      L’interviewer y est insupportable du début à la fin.
      Ce que je ne comprends pas, c’est son incapacité à se remettre en question : et toutes les remarques qui lui sont faites sous les vidéos de Thinkerview sont systématiquement virées.

       16

      Alerter
  • THMOS // 10.06.2018 à 08h18

    Très intéressant : les Insoumis ne VEULENT PAS “sortir de l’ UE ” ! Comme Sarko, Wauquiez, etc ils prétendent vouloir NEGOCIER !!! On sait ce que veut dire cette habileté marketing qui dit aux gens ” On va pas payer les amendes ! ” – sans remettre en cause l’illégitimité du flic de Bruxelles , ni la financiarisation (pas sérieusement) ni ni … Donc aux prochaines européennes l’ UE fera en France environ 60% avec autant de votes pro Bruxelles dont ceux de la liste Mélanchon … C’est loin l’ Italie ?

     34

    Alerter
    • Aristome // 10.06.2018 à 09h45

      Opposer les pro et anti-Bruxelles est étrange dans la perspective d’élections européennes. Mettre F. Ruffin, auteur de “Faut-il faire sauter Bruxelles ?”, dans le panier des “pro”, est franchement incompréhensible. Il ne remet pas en cause la légitimité du flic de Bruxelles, la financiarisation ?! A ce compte, vous ne trouverez pas beaucoup de compagnons de route pour accomplir vos objectifs politiques… Je vous rappelle que, même en Italie, ni Lega ni M5S ne sont disposés à sortir de l’eurozone… Je vous conseille plutôt de rester parmi nous, et de comprendre que nous pouvons rester solidaires sur les fins tout en divergeant sur les moyens. La sortie sèche de l’UE est l’unique moyen dans l’esprit formaliste du juriste, sans doute, mais les problèmes ne trouvent pas toujours leurs solutions par le droit.

       23

      Alerter
      • Thomas Savary // 10.06.2018 à 10h26

        « L’esprit formaliste du juriste » : peut-être, mais voilà précisément ce qui caractérise l’État de droit. Et l’Union européenne est d’abord une construction juridique. Le droit est un bouclier, comme j’ai pu m’en rendre compte lors de la crise traversée par une association dont j’étais membre, au règlement général hyper tatillon, qui s’est avéré indispensable pour régler ladite crise. Le droit s’oppose à la loi de la jungle.
        Le droit, certes, est aussi une arme de domination, quand il est instrumentalisé par une minorité soucieuse d’asseoir son pouvoir. L’Union européenne est une construction juridique fondamentalement antidémocratique au service de l’oligarchie financière, soigneusement verrouillée pour n’être pas réformable (article 48 du traité sur l’Union européenne).

        Si vous croyez que l’on rester dans ce cadre pour refonder la construction européenne, c’est, je le crains, que vous n’avez pas lu les traités ni compris de quel bois étaient faits nos « partenaires européens », à commencer par la République fédérale d’Allemagne, où le droit régit tout.

         22

        Alerter
        • Aristome // 10.06.2018 à 13h20

          Je connais le contenu des traités, pour l’avoir enseigné à l’université, et je suis conscient de l’enracinement culturel, quasi-religieux, dont jouit l’orthodoxie monétaire en l’Allemagne. Nous sommes embourbés dans une situation délicate, c’est le moins qu’on puisse dire.
          Je reviens un instant sur “le droit s’oppose à la loi de la jungle” qui me semble binaire, partiel et pouvant induire en erreur. L’amitié, de façon plus générale la reconnaissance sociale de l’autre nous sort d’emblée de l’état de nature supposé par les théories juridiques de la société (contrat social). Les conflits entre copropriétaires, ou les problèmes de couple en mariage, ne dégénèrent pas tous devant les tribunaux et c’est heureux, tant bien même le mariage et la copropriété sont des constructions juridiques. Entre la juridification totale et la guerre de tous contre tous subsiste la figure idéale de la société entre amis, en perspective de laquelle les deux premières se ressemblent bien plus qu’à première vue.
          Tout ceci, je crois, peut être pensé également dans les relations internationales. Si l’article 50 est un bouclier, comme vous dites justement, c’est aussi, comme la procédure de divorce, une arme qui ne peut être employée qu’en dernier recours, une fois clairement établi que nos partenaires n’en sont plus. En êtes-vous sûr ? Avons-nous tout essayer ? Ne sous-estimez l’onde de choc diplomatique que pourra générer une sortie solitaire de la France, qui n’est pas la Grande-Bretagne (beaucoup moins intégrée dans les politiques européennes).
          Croire que la sortie est une solution pacifique à la situation, c’est rester coincé dans un monde de papier. Songez un instant à la réaction des Etats européens, et de l’oligarchie financière, si ça arrive. Pour sûr, les uns ne seraient plus partenaires du tout, et les autres ne se gêneront pas pour nous faire tomber. Nous aurons respecté les formes, et leur réaction nous donnera rétrospectivement raison : la belle affaire !

           13

          Alerter
          • Thomas Savary // 11.06.2018 à 08h15

            Pour l’Allemagne, il ne s’agit pas seulement de l’orthodoxie monétaire, mais du rapport au droit même. Les Allemands sont bien plus légalistes que nous. Et, pour parodier Mélenchon, l’Allemagne, « qui va lui dire non ? »

            Sur le droit, oui, ma présentation est binaire, d’autant que je ne suis pas juriste, mais la limite du nombre de caractères des commentaires sur « les Crises » nous oblige à faire court. L’amitié ne nous sort pas vraiment de l’état de nature, puisqu’on peut la constater chez les animaux, même si je crois comprendre ce que vous exprimez — « la loi marque toujours une défaite, celle de la morale », disait mon frère, dans une formule volontairement excessive et provocatrice, mais je crois aux vertus de l’excès : il ne s’agit pas de prendre l’énoncé au pied de la lettre, mais d’en saisir l’esprit.

            Sur l’UE, renversons le problème. Pour moi la question n’est pas « Pourquoi quitter l’Union européenne ? », mais « Pourquoi l’Union européenne ? » Honnêtement, quel est le sens de ce machin ? Pourquoi s’être engagé dans cette voie plutôt que dans celle d’autres formes d’association, de collaboration, de partenariat ?
            Le choc diplomatique que vous évoquez pourrait aussi être un vent de soulagement et d’enthousiasme en dehors du bloc occidental, voire au sein de celui-ci (Belgique, Italie, Espagne…).
            Les attaques ? Oui. Et les soutiens ? Surtout, relisons « le Loup et le Chien ».

             5

            Alerter
          • step // 12.06.2018 à 11h27

            “. Entre la juridification totale et la guerre de tous contre tous subsiste la figure idéale de la société entre amis”
            “Les états n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts “. Charles de gaulle, qui n’était pas vraiment un juriste.
            Je pense qu’il faut éviter de nous refaire le coup du “couple franco-xxx” avec qui que ce soit en Europe. Même si mes origines m’inclinent plus à des sympathies latines que nordiques, je ne fait pas personnellement l’erreur de m’imaginer que les inclinaisons personnelles peuvent influer sur les intérêts de mon pays.
            Après ne peut être intégré dans une structure qui pose des problèmes démocratiques et sociaux ne veut pas dire qu’on a un mauvais relationnel avec ces pays (tant que ces problèmes ne distordent pas la politique de ces pays vers des aventures inquiétantes). Même si la séparation est toujours une épreuve, il vaut mieux parfois la faire proprement que ne pas la faire…. et pour le coup, là, c’est un avis très personnel. Quant à ne pas faire quelque chose parce que les marchés… façon matarella, c’est oublier un autre conseil du général (qui n’est pourtant pas mon obédience politique):
            ” la politique de la France ne se fait pas à la corbeille”.

            “Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront.” (rené char).

             1

            Alerter
            • Aristome // 12.06.2018 à 16h57

              Je voulais simplement signifier qu’il y a de bonnes raisons d’hésiter sur la méthode à employer vis-à-vis des institutions européennes. La subversion par la désobéissance peut aussi susciter “un vent de soulagement et d’enthousiasme” chez nos voisins. Il est agaçant d’entendre les upéristes rabâcher que le désaccord avec eux sur la sortie témoigne d’une ignorance des traités, puis d’une collusion avec un axe du mal que seul pape François du Saint-Frexit combattrait avec héroïsme et raison. Ne vous laissez pas avoir par sa rhétorique du “seul contre tous”…
              Merci de m’avoir fait découvrir “Le loup et le chien”, fameux !

               1

              Alerter
            • step // 12.06.2018 à 19h42

              hum je n’y crois pas du fait de la nature humaine même. Si tu fais ce que les autres rêvent de faire en silence tu ne reçoit pas leur assentiment mais leur opprobre pour leur avoir montré leur lâcheté.

               0

              Alerter
    • SimaQian // 10.06.2018 à 11h05

      Ruffin le dit lui même, personne n’est d’accord sur tous le programme dans la FI à part mélanchon lui même

      donc à partir de là on ne peut pas tirer de conclusion, y a t’il de bonne solution dans l’absolue?

      moi j’ai entendu des gens me dire que l’europe a permit pas mal d’amélioration dans certains domaine

      ce qui est un discours totalement entendable

      donc il est logique qu’il n y ait pas de consensu absolue sur le sujet

      mélanchon est aussi frileux et ne veux pas être calqué avec les fasciste, je pense que y en a un peu marre, soit on assume ses idée soit on les assume pas, mais l’entre deux n’est pas une solution, soit partir de l’ue soit rester,

       3

      Alerter
    • Riboul // 10.06.2018 à 14h40

      Ne pas payer les amendes ce n’est pas remettre en cause? Ça remet tout en cause bien au contraire.
      Et dire que la FI ne remet pas en cause sérieusement la financiarisation en Europe c’est quand même n’importe quoi.
      Vous devriez réécouter ou relire les positions de la FI sur le sujet.
      Ça sent un peu le parti pris et l’arrangement avec la réalité votre histoire.

       8

      Alerter
      • Thomas Savary // 11.06.2018 à 07h54

        Comment ne paierait-on pas les amendes, car, si j’ai bien compris, leur montant est déduit des fonds européens perçus par l’État à l’amende ? En décidant de diminuer sa contribution au budget européen ? Ou comment se mettre à dos tous les pays bénéficiaires…

         1

        Alerter
  • Bob Dinard // 10.06.2018 à 10h15

    Le format de cette émission est intéressant.
    Mais l’interviewer est à se pendre.
    Le côté péremptoire, non préparé et pseudo rebelle des interruptions dilue grandement l’intérêt de ce temps long.

    Quand l’invité à le temps de développer son propos on apprend des choses. Mais pour Ruffin c’est un calvaire. Il est vraiment bonne pâte de se prêter à la longue première partie où il n’a pas un instant pour dérouler le fil de sa pensée ou partager son expérience.

    Sur le fond Ruffin excelle dans le récit social et on analyse de bon sens des nombreuses raisons de la lutte des classes.
    Paradoxalement il a des choses à dire sur la géopolitique mais se laisse impressionner par l’interviewer.

    Bien sûr pour ce qui est des avancées sociales issues de l’Europe il faut absolument regarder cette précieuse compilation de 38 ans de promesses d’une Europe sociale :
    https://m.youtube.com/watch?v=pMRgQQ7TNrs#

    pour comprendre à quel point c’est similaire à la promesse du retour de la croissance depuis 40 ans :
    https://m.youtube.com/watch?v=tbAR2z-VAk8#

    J’ai vu un interview de John Palais qui lui est bien plus respectueux et instructif.

     21

    Alerter
    • Suzanne // 10.06.2018 à 13h41

      Après votre commentaire, je suis allée voir l’interview de John Palais. Au début, ça fait un peu douceâtre et pas très intéressant, mais ensuite, c’est passionnant !! Merci beaucoup pour l’idée, et voici le lien :
      https://www.youtube.com/watch?v=pOl8ZYQLF8I

      Allez tous voir ! Parce que d’abord la description de leurs actions est à mourir de rire, et ensuite, quelle efficacité dans la non-violence. Cela donne d’excellentes, excellentes idées sur ce qu’il faut faire, parmi d’autres formes d’action (je ne dis pas que ce soit les seules formes possibles).

       6

      Alerter
    • RGT // 11.06.2018 à 18h22

      Comme vous le montrez si bien, nos “dirigeants bien aimés” sortent leurs griffes pour défendre une €urope sociale et vont chercher la croissance avec les dents.
      Dans leurs discours aux imbéciles qui les croient et les assimilent au Père Noël.

      Si au bout de 40++ ans de pipeautage vous n’avez toujours pas compris je pense que votre cas est désespéré.

      Tant que les lobotomisés se précipiteront dans les bureaux de vote rien ne changera.

      Coucou les français !!! Arrêtez de gueuler et prenez simplement votre destin en main au lieu de le confier à des types qui n’ont ni la volonté, ni le pouvoir et encore moins la vertu pour vous défendre réellement vis à vis des ploutocrates.

      Le seul moyen de réellement prendre son destin en main, c’est de ne surtout pas le confier aux autres.

      Les ploutocrates l’ont bien compris et ils tiennent les “élus” en laisse en leur imposant les endroits où ils peuvent pisser.
      Sinon la schlague !!!

       0

      Alerter
  • Efke // 10.06.2018 à 10h52

    Ruffin c’est le mec qui a voté macron ? Qui a dit qu’il ne voulait pas attaquer macron sur la réforme du travail mais plutôt sur des “conneries” ? Qui propose de faire du protectionnisme mais ne veut pas ô grand dieu sortir de l’UE ou de l’euro en se gardant bien d’en dénoncer les effets délétères pour notre pays ?
    Personnellement, cette droite complexée ne m’intéresse absolument pas du tout .

     13

    Alerter
    • Suzanne // 10.06.2018 à 12h32

      Ruffin, son vrai adversaire dans les milieux où il travaille, c’est le Front National. Il a ramé pour détourner des gens du FN, il y est arrivé, il a voulu leur présenter une autre alternative. C’est donc parfaitement compréhensible, dans le contexte pourri de la dernière élection, qu’il ait finalement décidé de voter Macron. Pragmatique, il a décidé de ne plus voir ce qui avait amené à ça, mais voir la situation concrète du ici et maintenant. Je ne suis pas d’accord avec lui, mais moi, je ne vis pas dans les régions crucifiées par le capitalisme financier dans lesquelles il vit, je ne suis pas confrontée constamment, tout le temps, à des actions où la gauche arrive quelque part pour agir, et trouve immanquablement le FN déjà sur les lieux. Je ne suis pas d’accord, mais je comprends parfaitement son mode de pensée. Et ce mode de pensée, très près des gens mêmes, est indispensable à l’assemblée et à la France Insoumise, que j’espère il rejoindra pour de bon.

      D’autre part !! Penser Ruffin à droite, c’est vraiment le faire exprès : protectionnisme, lois sociales, partage des richesses, tout ça bien sûr c’est de droite.

       19

      Alerter
      • step // 12.06.2018 à 11h33

        “Penser Ruffin à droite, c’est vraiment le faire exprès : protectionnisme, lois sociales, partage des richesses, tout ça bien sûr c’est de droite”… attention au pipeautage, tout ceci ne peut pas se pratiquer dans le cadre des traités européens. Le choix “tsiprasien” se présentera très vite à la FI si tant est qu’elle dirige le pays. Que fera-t’elle ?

        Le ps aussi proposait cela, on voit ou cela l’a mené dans le giron de l’euro. Au discrédit.

         0

        Alerter
  • jules vallés // 10.06.2018 à 10h55

    Euh… Ruffin ce n’est pas le même qui a appelé à voter MacRonds?

     11

    Alerter
  • SanKuKai // 10.06.2018 à 11h26

    Le problème de la vision très Franco-Française de Mr Ruffin et de ne pas s’Intéresser un minimum aux problèmes internationaux est que le jour où il obtiendra le pouvoir et pourra enfin essayer de mettre en place ce dont il parle (Prix planchers pour l’agriculture, lois contre les licenciements pour les multinationales profitables, etc.), il ne va pas comprendre pourquoi tous les médias dénonceront la dictature Ruffin; il ne comprendra pas pourquoi des ONG bien implantées demandent et organisent son départ pour le bien de la démocratie; il ne comprendra pas pourquoi des manifestants bien organisés braveront les autorités et n’iront plus place de la République mais en face de l’assemblée ou de l’Elysée. Il ne saura pas qui sont les snipers de la place de la Concorde…

     7

    Alerter
    • Suzanne // 10.06.2018 à 12h35

      A mon avis, ce n’est pas du tout parce qu’il ne s’y intéresse pas, c’est qu’il est pour l’action, pour l’efficacité de l’action, de la petite action, petite rivière qui fera les grands fleuves. Et donc, il s’intéresse plus, et il agit plus, pour ce qui est immédiatement autour de lui. Il s’estime la voix des non-écoutés, et ce travail-là lui prend déjà tellement de temps qu’il n’en reste plus pour le reste. Mais comme il n’est pas seul à la FI, je ne vois pas le problème. Chacun son domaine de lutte.

       12

      Alerter
  • gracques // 10.06.2018 à 11h27

    Heu …. nous sommes devenus le 51 ème état des USA ?

     2

    Alerter
  • Mr K. // 10.06.2018 à 12h15

    Très intéressante vidéo. Les parties sur le fonctionnement de l’assemblée nationale et le cursus de Macron sont à ne pas rater.

    Par contre le discours de François Ruffin est je crois particulièrement bancal sur le problème de l’appartenance à l’union européenne.Cette ambiguïté est due sans doute au tabou politique établi médiatiquement sur cette question.

    Par exemple à un moment François Ruffin parle du “bateau France” qu’il convient de réorienter.
    Gros problème :
    Tenons compte par exemple de la libre circulation des capitaux avec le monde entier autorisée par les traités de l’UE, que François Ruffin dénonce énergiquement parce qu’elle autorise les délocalisations.
    Le “bateau France” de François Ruffin ne peut que faire des ronds dans l’eau de la piscine intérieure du “paquebot Union Européenne” sur cette question (et bien d’autres).

    Exemple :
    Une société américaine veut délocaliser son usine française au Bangladesh. La France dit non et désobéit aux traités.
    La société concernée va saisir la juridiction européenne qui va condamner la France.
    Elle peut aussi par l’intermédiaire de l’administration américaine faire attaquer la France devant l’Organisation Mondiale du Commerce.

    Si la France ne paye pas les amendes qu’elle aura forcément et ne se plie pas aux traités qu’elle a signé, elle se verra saisie de ses biens à l’étranger ou subira des sanctions économiques contraignantes…

    Le meneur d’entretien en fait trop dans l’interruption et à persister à aborder des sujets pour lesquels François Ruffin se déclare incompétent. Peut-être fait-il intervenir des sentiments personnels dans son travail?

     6

    Alerter
  • Suzanne // 10.06.2018 à 12h24

    En voyant que Thinkerview avait enfin invité Ruffin, j’étais vraiment très contente ! Et puis, pouf, je suis déçue par l’étouffement de sa voix, on l’empêche quasiment de parler, de dire vraiment ce qu’il a à dire, qui n’est pas dans des phrases particulières, mais dans l’expression générale d’une personnalité.
    François Ruffin est une voix originale, indispensable, complémentaire de Mélenchon, Lordon, Sapir, Lancelin, Chouard, Friot, Deneault, Pinçon-Charlot et j’en passe et des dizaines tous aussi riches les uns que les autres, toutes les très grandes voix de notre époque.
    Il a pour lui une vraie fraicheur et une naïveté, une foi en l’être humain, une expérience très poussée d’investigation, de cinéaste, d’éditorialiste, si c’était moi qui interviewais je me sentirais très très modeste.
    Tout se passe comme si l’interviewer avait des comptes à régler, mais avec qui? Certainement pas avec Ruffin lui-même, qui parvient d’ailleurs, à certains moments rares de l’entretien, à avoir la main et enfin être seul maître à bord.
    Ce monsieur qui mène la conversation mériterait de ne JAMAIS avoir Lordon en face (puisque visiblement c’est ça qu’il désire), ça lui apprendrait 🙂

     17

    Alerter
    • RD // 11.06.2018 à 11h36

      François Ruffin n’est que l’un des tristes représentants de la gauche du capital… Aucun recul, aucune autocritique, rien…

       3

      Alerter
  • Renard // 10.06.2018 à 14h35

    Je retiens quand même qu’il ne connait rien et ne rien savoir de la géopolitique et refuse catégoriquement l’idée de se présenter aux présidentielles ce qui me déçoit quand même car avec Ruffin on aurait pu être sur que la volonté du peuple aurait été au pouvoir et avec Mélenchon je suis tout sauf sur !

    PS : je suis d’accord avec vous toujours ce gros problème avec l’interviewer de thinkerview !

     3

    Alerter
  • Riboul // 10.06.2018 à 15h24

    Très bonne chaine, je ne vais pas revenir sur le questionneur qui peut paraitre au premier abord méprisant mais qui dans le long temps fait concrètement un excellent boulot et c’est bien ce qu’on lui demande.
    Ruffin, on voit ses limites, mais c’est justement tout l’intérêt du bonhomme, le surhomme qu’on veut nous vendre en politique n’existe pas, et Macron n’est pas plus compétent que Ruffin sur la plupart des sujets, mais sa com gomme ces manquent. Ruffin ne triche pas, et je crois que ça peut donner à chacun l’envie d’agir en citoyen sur les sujets qu’il maitrise.
    C’est cet exemple qui me plait chez Ruffin. Ensuite les critiques sur les détails des positions de chacun par les djihadistes de la pensée qui expliquent que seule leur version est la bonne mais qui surtout ne font rien car leur pureté en serait entachée, ça n’a jamais aucune espèce d’importance dans la vie réelle, c’est juste de la gesticulation. Ruffin agit avec toute son énergie selon ses convictions, c’est ça qui est honorable chez ce monsieur même si je ne suis pas en accord avec tout ce qu’il défend.
    Sur cette chaine il y a plein de choses à voir, et même sur le non politique, dernièrement l’entretien sur le boson de Higgs par Étienne Klein est vraiment excellent, même si vous n’êtes pas mathématicien ou physicien, c’est l’occasion de comprendre un peu comment fonctionnent les particules dans l’univers.

     9

    Alerter
  • Frexit // 10.06.2018 à 19h12

    François Ruffin? Inculte en géopolitique (il le reconnaît lui-même); interview de bas niveau où les vrais sujets ne sont pas abordés sérieusement ce qui est inadmissible pour un député:
    1/ Politique étrangère et de sécurité: Faut-il rester dans l’OTAN , quand on sait que cette organisation est à l’origine de nombreuses guerres illégales (au sens de la charte des Nations Unies) et qu’elle est entièrement sous contrôle américain? Quid de la PESC? Quid de la force de dissuasion française?
    2/ Politique économique : les traités européens (TUE et TFUE) sont basés sur une idéologie dénoncée en son temps par Maurice Allais (“prix Nobel d’économie”). Cette idéologie, il l’avait appelée le “laisser-fairisme”; elle a provoqué les dégâts qu’on observe aujourd’hui et qu’il avait prévus: les inégalités sociales, les délocalisations, la désindustrialisation, le chômage de masse; elle a été même néfaste pour les ETATS-UNIS. D. TRUMP lui-même la remet en cause. Comme toute idéologie, le “laisser-fairisme” se heurte inévitablement un jour ou l’autre à la réalité (pensons à une autre idéologie qui a échoué: le socialisme de l’ex URSS); d’autres politiques économiques sont possibles (par exemple, celle menée en France pendant les 30 glorieuses)
    3/ Politique monétaire : une monnaie plurinationale est-elle viable lorsque les pays qui l’ont adoptée ont des politiques différentes, des régimes sociaux différents, des politiques budgétaire différentes? Dix huit ans après la création de l’euro, on ne peut constater (si on fait preuve d’un minimum de bonne foi) que les espérances auxquelles on a cru ne se sont pas concrétisées; c’est même le contraire qui s’est produit (divergence des économies, plus de chômage, moins de croissance que les pays comparables qui n’ont pas adopté l’euro)
    4/ Création monétaire (monnaie scripturale) : est-il normal d’avoir laissé à des banques privées le droit de création monétaire. Rappelons que les banques peuvent créer de la monnaie ex nihilo (à partir des crédits : “les crédits font les dépôts”). Maurice Allais considérait qu’elles étaient des “faux-monnayeurs”. Il proposait de scinder les banques en trois groupes distincts sans porosité entre eux: les banques de dépôt, les banques de prêt (les prêts à long terme étant financés par une épargne à long terme) et les banques d’affaires. Il a beaucoup alerté sur les conséquences catastrophiques de l’excès de crédit qui est, selon lui, à l’origine des crises financières (1929, 2007).
    Toutes ces questions ne sont pas abordées (sérieusement) dans l’interview.
    Pourquoi? Tout est dans une phrase de F. Ruffin : “il faut une adhésion populaire” pour changer les choses. Et si on évoque la sortie de l’OTAN, le FREXIT (sortie de l’UE) et la sortie de l’euro, La France Insoumise comme les partis d’extrême-droite craignent la réaction de peur des français (“le saut dans l’inconnu”) et donc de ne pas être suivis par leurs électeurs.
    Le seul point sur lequel je le rejoins est l’apathie de la majorité de la population; c’est la résignation qui domine ou pour certains la désignation de boucs-émissaires.
    La Politique au sens noble du terme, n’a plus cours dans notre pays. Pas de débats dignes de ce nom; des émissions politiques orientées (dans le sens de la pensée dominante). C’est triste…

     16

    Alerter
  • Suryavarman // 10.06.2018 à 22h05

    Il est pas allé assez loin notre «ben», M. Ruffin joue au débuté de la nation sans vouloir combler ses lacunes (politique internationale, l’histoire de France, …..). Il amène la parole d’une partie de la population, d’accord mais dans ce cas qu’il ne disent pas ce qu’il faut faire. Il doit juste rapporter sinon on ouvre des livres de diplomatie, on ouvre les traités, on s’entoure de professionnels pour combler ses lacunes. Mais non lui il reste un petit homme qui rapporte la parole du bon peuple. Raaa que j’aime pas les gens qui se la joue à la «regardez moi je suis qu’humain ayez pitié».

     6

    Alerter
  • Brigitte // 11.06.2018 à 09h02

    Faut-il un gagnant et un perdant dans cet entretien, comme dans un match de tennis?
    L’esprit sportif en moins, ce jeu bien français du “crachat dans la soupe” me parait dangereux. Quel est le plus important, parler de Ruffin ou du commentateur?
    Ce média est ce qu’il est, imparfait mais nécessaire pour faire entendre les voix dissonantes et dissidentes.
    J’étais curieuse d’entendre celle de Ruffin, en dehors de l’hémicycle. C’est visiblement un homme de terrain et non un idéologue. Dommage quand même qu’il ait éludé les questions internationales, ce qui dessert sa force de conviction médiatique. Il aurait pu les trancher d’un bon mot au lieu d’une moue dégoutée. Quand on fait de la politique, il faut avoir réponse à tout. Il faut avoir une idée sur le monde, même fausse.
    C’est un homme de gauche, un survivant, qui croit encore à l’égalité. ” liberté, égalité, fraternité ” Triptyque fondateur de notre nation, qui est désormais derrière nous, qui s’éloigne dans le rétroviseur.
    Il n’y a rien devant, sur l’autoroute du libéralisme d’inspiration anglo-américaine, que des convois de marchandises et d’humains pressés, sans avenir en commun.
    Tout est à réinventer. Les moteurs comme les valeurs. ça va prendre du temps.
    Ce qui manque aux politiques, aux idéologues, c’est la capacité de proposer une autre voie. Critiquer ne convainc plus, la violence fait peur, le sacrifice est vain, il faut donc armer l’espérance, proposer un avenir commun, une sortie et non un plan B…..

     1

    Alerter
  • Scriptsmith // 12.06.2018 à 05h51

    Mais vous prenez Ruffin pour un imbécile? Evidemment qu’il a des idées sur la geopolitique, il a publié plusieurs bouquins sur l’UE ou le protectionnisme. Mais il maitrise son message. Il dit “je ne suis pas un homme d’Etat”. Pas encore mais ça va venir, mais il n’est pas pressé de se prendre des Venezuela et autres bouchers de Bagdad dans la poire à chaque interview pendant les dix prochaines années par les larbins de l’ordre otanesque. Il a parfaitement raison amha. Tout viendra en temps utile. Ou pas; mais certains ont besoin de gourous à la parole surplombante semble-t-il.

     3

    Alerter
    • Alfred // 13.06.2018 à 09h14

      C’est très bien vu. Je pense que vous avez tout à fait raison. Ce type n’est pas la moitié d’un imbécile. Il est très très imparfait mais il reste un des meilleurs que nous ayons sur l’étagère en ce moment et je nous souhaite qu’il progresse et qu’il en inspire d’autres.

       1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications