Les Crises Les Crises
22.octobre.201722.10.2017 // Les Crises

Xi Jinping: l’homme le plus puissant du monde, par Pascal Boniface

Merci 79
J'envoie

Source : Le blog Mediapart, Pascal Boniface, 18-10-2017

Le 18 octobre 2017 s’est ouvert le 19e congrès du Parti communiste chinois (PCC) qui va consacrer, pour les cinq ans à venir (date du prochain congrès), son secrétaire général, Xi Jinping.

Avec 89 millions de membres, le PCC représente une force sans aucun équivalent. La légitimité du pouvoir ne réside pourtant pas dans les œuvres de Marx ou de Mao, mais bien dans la réussite économique du pays. Depuis le virage pragmatique opéré par Deng Xiaoping au début des années 1970, 700 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté.

S’il fallait désigner aujourd’hui l’homme le plus puissant du monde, ce serait Xi Jinping. Certes, le PIB des États-Unis est encore nettement supérieur à celui de la Chine. Mais Donald Trump est empêtré dans une série de difficultés intérieures quand Xi Jinping a les mains entièrement libres. En effet, même avec 700 millions d’internautes, le PCC exerce toujours un contrôle étroit de la population et la Chine, à défaut d’être un État totalitaire comme au temps de Mao, demeure un système autoritaire. Xi Jinping profite des difficultés de la démocratie américaine pour souligner les avantages du régime chinois. Contrairement à son homologue américain, le chef de l’État chinois peut ainsi bénéficier d’une vision à long terme des intérêts de son pays. De plus, alors que les États-Unis se sont retirés de l’accord de Paris, signé en décembre 2015, destiné à lutter contre le réchauffement climatique, la Chine apparaît comme le bon élève en la matière.

La montée en puissance de la Chine ne pouvait que bouleverser les équilibres mondiaux. Mais, si cette montée en puissance pose un défi au reste du monde, chacun réagit de manière individuelle. Il n’existe pas de réflexion collective. La Chine affirme le caractère « pacifique » de cette montée en puissance assumée. Mais ses revendications, notamment en mer de Chine, inquiètent ses voisins. De plus, le projet de « nouvelles routes de la soie », lancé par Xi Jinping, afin d’améliorer les infrastructures de certains pays, va permettre à la Chine d’exporter davantage ses produits et de développer ses liens politiques. Lorsqu’il a lancé ce projet phare, en 2013, le président le présentait comme « le plus important plan de développement de l’Histoire moderne ». Nul doute qu’il sera, en effet, un sujet stratégique majeur des années à venir. Les Chinois s’amusent à souligner que lorsque les Américains exportent des guerres, eux bâtissent des infrastructures sans, de plus, imposer des conditions politiques, au nom du principe de non-ingérence.

Curieusement, les États-Unis, s’ils apparaissent toujours obnubilés par la « menace russe » – dont les dépenses militaires ne représentent que 10 % des leurs et dont le PIB est six fois inférieur à celui de la Chine -, ont du mal à définir une position à l’égard du défi stratégique lancé par la constante montée en puissance de la Chine. Il n’y a pas, à l’heure actuelle, d’affrontement comparable à celui qui existait auparavant entre les États-Unis et l’URSS. La Chine ne souhaite pas détruire le système existant, représenté par les États-Unis, mais en prendre la tête. Elle met en œuvre les moyens pour le faire. La question n’est plus de savoir si Pékin va économiquement dépasser Washington, mais de savoir quand cela se produira.

En réalité, les économies chinoise et américaine dépendent l’une de l’autre. La Chine nécessite l’accès au marché américain pour soutenir sa croissance (même si elle échange davantage avec l’Union européenne) et les États-Unis ont besoin des importations chinoises pour consommer plus qu’ils ne produisent. D. Trump a rapidement réalisé qu’il ne pourrait pas tenir sa promesse électorale de taxer les importations chinoises à hauteur de 45%, sauf à sanctionner l’économie américaine en relançant l’inflation, en diminuant la consommation et en réduisant la compétitivité des entreprises qui dépendent des pièces détachées venant de Chine.

Au sommet de Davos de février 2017, Xi Jinping s’est présenté comme un partisan de l’économie de marché et de la globalisation, au moment où D. Trump mentionnait des interdictions de visas pour les ressortissants de certains pays musulmans et de construire un mur à la frontière mexicaine. Ce n’est pas la Chine qui est à l’origine de la globalisation, mais elle est certainement le pays qui en a le plus profité. Dans son discours du 18 octobre 2017, Xi Jinping n’a pas hésité à affirmer publiquement les ambitions chinoises d’être un acteur majeur des affaires mondiales.

Source : Le blog Mediapart, Pascal Boniface, 18-10-2017

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 22.10.2017 à 09h50

Il me semble que la Chine a une direction extrêmement collégiale, avec des clans qui rivalisent sur le contrôle des points clés (parti, armée, etc).

Parler de Xi comme s’il dirigeait le pays tout seul sans contre-pouvoir me semble très loin de la réalité. Ou alors, c’est pour faire peur dans les chaumières : après le méchant Saddam, le méchant Vladimir, voilà le mechant euh, c’est Xi son prénom ou Jiping (humour)?

« La Chine ne souhaite pas détruire le système existant, représenté par les États-Unis, mais en prendre la tête. »

Vouloir être UN acteur majeur (discours de Xi)(multipolarité) ne signifie pas souhaiter être LE pays dirigeant le système à la place des USA (unipolarité).

Donc, pour résumer la méthode de journaliste à 2 balles :
– gros titre : Xi maître du monde (perso)
– texte : la Chine veut diriger le monde (unipolarité, gros méchants)
– discours de Xi : ben non finalement (multipolarité)

51 réactions et commentaires

  • vivian // 22.10.2017 à 08h16

    Qui formulera un mythe fondateur du nouveau siecle, alternatif au NewWorlOrder ? Au moins du point de vue français. Regarder la Chine et le monde en essayant d’être objectif est utile, mais laisse un vide. Entre la mort de l’occident décrite par M.Onfray et le retour aux fondamentaux de gauche ou de droite prôné par d’autres, qui osera redonner un sens a l’histoire, qui s’aventurera a rappeler l’histoire de la fin l’histoire, a l’échelle individuelle et collective, pour remettre en perspective les événements qui se deroulent sous nos yeux ?

      +3

    Alerter
  • Duracuir // 22.10.2017 à 09h28

    Ce qui est vraiment effrayant avec la Chine, c’est qu’elle pourrait mettre 300 millions de Chinois en Europe, autant en Afrique, autant en Amérique du nord et autant en Amerique du sud et rester un pays de 300 millions d’habitants.
    Et il ne faut pas se laisser impressionner par la grandeur apparente du pays sur une carte. Entre l’Himalaya thibétain, et les immenses déserts de l’ouest et du nord, à peine un tiers de la surface de ce pays est réellement exploitable.
    Et ce tiers est pollué, eau, air, terre. pourri jusqu’à la moelle. Incapable de faire vivre durablement 1.5 milliards d’individus.

      +4

    Alerter
  • Kiwixar // 22.10.2017 à 09h50

    Il me semble que la Chine a une direction extrêmement collégiale, avec des clans qui rivalisent sur le contrôle des points clés (parti, armée, etc).

    Parler de Xi comme s’il dirigeait le pays tout seul sans contre-pouvoir me semble très loin de la réalité. Ou alors, c’est pour faire peur dans les chaumières : après le méchant Saddam, le méchant Vladimir, voilà le mechant euh, c’est Xi son prénom ou Jiping (humour)?

    « La Chine ne souhaite pas détruire le système existant, représenté par les États-Unis, mais en prendre la tête. »

    Vouloir être UN acteur majeur (discours de Xi)(multipolarité) ne signifie pas souhaiter être LE pays dirigeant le système à la place des USA (unipolarité).

    Donc, pour résumer la méthode de journaliste à 2 balles :
    – gros titre : Xi maître du monde (perso)
    – texte : la Chine veut diriger le monde (unipolarité, gros méchants)
    – discours de Xi : ben non finalement (multipolarité)

      +42

    Alerter
    • Madudu // 22.10.2017 à 12h11

      Ce qui est étonnant c’est qu’ils reprochent à la Chine de vouloir mettre en place le système injuste actuellement imposé par les états-unis, mais je ne crois pas qu’à côté ils s’inquiètent ou se plaignent des états-unis ^^

      “[Pascal Boniface] est éditorialiste pour les quotidiens La Croix (France), La Vanguardia (Espagne), Réalités (Tunisie), Al-Ittihad (Émirats arabes unis) et tient un blog, hébergé par Mediapart. Il a contribué au Plus de l’Obs. Par ailleurs, il intervient dans les médias audiovisuels, notamment sur France 5 dans C dans l’air.”

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Boniface

      C’est exactement dans la même veine que le “documentaire” d’Arte relayé ici même il y a un ou deux jours : en définitive ce qui est inquiétant c’est qu’ils pourraient nous faire subir ce que nous faisons subir actuellement aux autres, car c’est ça la puissance pour un occidental.

      1/2

        +14

      Alerter
      • Madudu // 22.10.2017 à 12h13

        Alors même que la Chine n’en prend justement pas le chemin. Ce que l’on peut remarquer c’est précisément qu’elle procède autrement et que son rapport avec l’extérieur n’est pas le notre.

        Elle ne cherche pas à imposer aux autres son propre système politique (qui n’est transposable nulle part de toute façon), elle ne dispose pas de l’armement nécessaire à des agressions militaires à l’états-unienne, elle ne dispose pas de l’aura culturelle et de l’industrie de la propagande nécessaires pour les rendre acceptables sur la scène internationale, elle n’a pas besoin de forcer la main de ses alliés pour faire avancer ses projets (coopérations à bénéfices mutuels), …

        Bref, la Chine n’est toujours pas impérialiste. Et nous, en “Occident”, le sommes toujours.

        2/2

          +27

        Alerter
        • olivier // 22.10.2017 à 16h00

          Oui, tres juste.

          Une remarque, je suis gêné par la conclusion. Ils n’ont pas (encore – mais ils le cherche) d’universalisme a répandre, mais pour survire, il leur faut s’exporter. Rome ne c’est pas faite en un jour et il y a d’autres voie que les armes, globalisation oblige.

          Leur rapport avec Taiwan, le Japon (Senkaku) ou la mer de chine sont loin d’être apaisés. J’entend qu’ils défendent leur ‘zone d’influences’ (colonies ?). Mais si nous sommes loin de l’impérialisme romain (encore que : leur histoire) leur volonté de domination est bien réelle. La Chine en Afrique s’accapare les terres agricole, recrute peu, et n’est pas toujours bien perçue (Ghana, Zimbabwe…). Leur modèle politique n’exige qu’une allégeance.

          Culturellement attention. Corée et Japon sont bien implanté (manga, K-pop, arts martiaux, films, cuisine, dessins animés…) Arts mx diffusés dans une lutte culturelle des le début du siècle. Ce qu’avais compris le Japon n’a pas échappé à la Chine. http://lemde.fr/29IMjAv L’expansion du cinema chinois a l’export ou les investissements (http://lemde.fr/2dRvs0r) est le signe d’un changement de braquet.

          Je ne suis pas sur que l’on puisse tout réduire à votre conclusion dans ce rapport de force. Cette volonté multipolaire prend sa source dans un rejet, celui du dominant. Je suis moins confiant sur la suite. Un effrondrement amenera un vide, et Vae victis.

            +7

          Alerter
          • Chris // 22.10.2017 à 17h52

            Leur rapport avec Taiwan, le Japon (Senkaku) ou la mer de chine sont loin d’être apaisés. J’entends qu’ils défendent leur ‘zone d’influences’ (colonies ?).
            S’agissant de Taiwan, c’est un peu l’Alsace-Lorraine chinoise !
            Quant aux Iles disputées au Japon (*), aussi longtemps que la VII flotte américaine et ses multiples bases militaires stationneront dans les parages, qu’elle multipliera les provocations en Mer de Chine et qu’elle menacera de blocus au prétexte de sécuriser les voix maritimes, le conflit durera.
            Le projet des nouvelles routes de la soie est justement une manière d’échapper à cet endiguement.
            https://www.humanite.fr/etats-unis-chine-la-nouvelle-guerre-du-pacifique
            * Vers la fin du XIXe siècle, le Japon s’est emparé de ces îles par la guerre de 1894 contre la Chine. Après la Seconde Guerre mondiale, des actes juridiques internationaux, notamment la Déclaration du Caire et la Déclaration de Postdam, exigent que le Japon restitue à la Chine « tous les territoires qu’il a volés aux Chinois », y compris les Diaoyu Dao.

              +13

            Alerter
            • ceusette // 23.10.2017 à 09h57

              C’est méconnaître les Taïwanais, car ce sont eux les grands oubliés dans l’Histoire. En premier lieu, les dits accords ont été accordés à la République de Chine (ROC), et non à la RPC, et sont très contestables. Taïwan est un État indépendant de fait (j’en sais quelque chose), l’attitude chinoise est totalement absurde. C’est comme Israël, que l’on soit d’accord ou pas, ces États existent de facto et ont plus de réalité que bien des pays à qui ont a accordé l’indépendance ou à qui on souhaiterait accorder l’indépendance. C’est un peu comme si la France réclamait le Québec ou la Louisiane. Dans l’histoire, les Ricains ne sont pas forcément les méchants (et pourtant, je suis loin d’être pro-américain!).

                +3

              Alerter
          • Madudu // 22.10.2017 à 18h52

            Que l’on entende vaguement parler de leurs productions culturelles est dans l’ordre des choses, où est le rapport avec l’impérialisme ?

            Ils achètent des terres en France, en Afrique et ailleurs : c’est une pratique largement répandue, ils ne sont pas les seuls et ils ne le font pas sous la menace des armes (contrairement à d’autres, puisque vous parlez du Zimbabwe …).

            Si un État ne veut pas qu’ils achètent des terres il peut le leur refuser, si cela se fait c’est parce c’est autorisé par les autorités (en France les traités européistes nous contraignent à l’accepter, néanmoins).

            Vous supposez qu’ils auront nécessairement “un universalisme à défendre”. Pourquoi donc ? Et en quoi est-il nécessaire que leur universalisme soit-disant à venir se présente sous la forme d’un impérialisme ?

            La déclaration universelle des droits de l’homme n’a par exemple rien à voir avec l’impérialisme, il s’agit même historiquement du fondement philosophique et politique sur lequel les anti-impérialismes se tiennent.

            Bref, vous dites “très juste” pour ensuite dire tout le contraire de ce que j’ai proposé ^^

              +8

            Alerter
            • Pierre Tavernier // 22.10.2017 à 21h07

              Bonsoir Madudu
              Je ne pense pas qu’Olivier dit tout le contraire de ce que vous avez proposé, je pense qu’il tente de modérer votre propos, probablement d’en élargir la vision. Dire que la Chine n’est pas impérialiste me parait être, à moi aussi, un raccourci un peu simpliste (sans volonté de ma part de manquer de respect à votre point de vue). Il me semble plus juste de dire que la Chine a une approche non-impérialiste des relations internationales et de sa politique extérieure (tout comme la Fédération de Russie, d’ailleurs), mais comme toute puissance, la Chine (i.e. les dirigeants chinois) privilégie ses intérêts propres, ce qui est d’ailleurs le comportement logique de ceux qui veulent maintenir leur position à la tête du pouvoir.
              Cordialement

                +4

              Alerter
            • fanfan // 22.10.2017 à 21h17

              Dans un pays immense comme la Chine (3è pays le plus vaste du monde, les étendues désertiques recouvrent déjà plus d’un quart du territoire), nourrir une population nombreuse sur un territoire aussi étendu a toujours constitué un casse-tête. Des famines en Chine se sont produites en grand nombre tout au long de l’histoire de la Chine. Les derniers plans de sécurité alimentaire, par la force des choses, ne sont plus seulement des plans d’autosuffisance. Ils admettent une part “appropriée” d’importations. Mais la Chine, se tournant ainsi davantage vers l’extérieur, veut avoir plus de prise sur ces ressources, notamment en achetant des terres agricoles.

                +2

              Alerter
            • Madudu // 22.10.2017 à 21h31

              Il fait le parallèle entre Rome et la Chine, d’où il conclu que cette dernière doit trouver un truc universel à imposer.

              Il suggère d’amalgamer “zone d’influence” et “colonie” en ce qui concerne la Chine.

              Il parle de “volonté de domination” “bien réelle”, toujours en faisant le parallèle avec l’empire romain.

              Il prétend que “l’expansion du cinéma chinois” confirme son diagnostic.

              Et pour terminer il fait cette remarque d’impérialiste occidental typique qui ne parvient pas à considérer les choses autrement que sous le prisme de l’impérialisme : si la place se libère la Chine deviendra le nouvel empire …

              Il a donc bien dit tout le contraire de ce que j’ai proposé ^^

                +5

              Alerter
            • Pierre Tavernier // 22.10.2017 à 21h54

              @fanfan
              Ne croyez vous pas que les US sont dans la même logique vis-à-vis des ressources énergétiques ? Simplement, les Chinois, et c’est tout à leur honneur, s’y prennent d’une façon infiniment plus intelligente !
              @Madudu
              Votre ligne, c’est : j’ai raison, il a tord ? Bon, si vous détenez la vérité universelle, ouvrez votre blog, allez dans les églises ou sur les places publiques et prêchez la bonne parole.

                +3

              Alerter
            • Madudu // 22.10.2017 à 22h32

              Moi, m’adressant à Olivier :

              “Bref, vous dites “très juste” pour ensuite dire tout le contraire de ce que j’ai proposé ^^”

              Vous, me répondant :

              “Je ne pense pas qu’Olivier dit tout le contraire de ce que vous avez proposé, je pense qu’il tente de modérer votre propos, probablement d’en élargir la vision.”

              Je vous réponds donc que vous vous trompez, il a bien dit tout le contraire de ce que j’ai proposé après son “très juste”. Et j’ai détaillé, pour ne pas être péremptoire et être bien compris.

              La prochaine fois vous lirez ^^

                +1

              Alerter
            • olivier // 23.10.2017 à 00h39

              Non ,Tavernier a bien résumé. Je nuançais votre conclusion. Le reste étais bien (1/2 et 2/2). Ce que je soulève n’est pas en faveur d’un simple « on va restez simplement chez nous ». Vous caricaturez.

              L’impérialisme c’est la « tendance d’un État à mettre d’autres États sous sa dépendance politique, économique, culturelle ». Armé – ou pas. Ne pas confondre avec la colonisation.

              Ils ne disposent pas de l’aura culturelle, mais la cherche : Institut Confucius : 1 en 2004, 510 dans 140 pays en 2016. Ce n’est pas « vaguement ». Ce que vous jugez « normal » est en fait un changement notable. Militairement, la Chine n’est pas la suisse (l’Inde, Corée, Cambodge, Vietnam…). Economiquement ? à l’image du Quatar, ils investissent partout. Explosion en 10 ans et maintenant ce ne peut être qu’au bénéfice de la Chine. Afrique ? il n’y a jamais de corruption dans les affaires… Il y a manière et résultats : se servir et laisser une ville vide : http://bit.ly/2yHl0Eh un marché de dupe ? d’expérience, faire des affaires avec eux est « compliqué ».

              Universalisme ? (je parle de répandre, il le défende déjà, et je ne dis pas « doit ») si vous vous souvenez d’autres discussions : ils rejettent le notre et cherchent en eux un néo-confucianisme (tentative déjà faite, 80 90) pour résister et rayonner. Et dire que notre humanisme n’a rien a voir avec l’impérialisme est ridicule : il agissait aussi d’apporter les « lumières » (Ferry).

              Bref, c’est une guerre culturelle, économique et politique. Bien malin qui pourra en prédire l’issue. Mais le vide créée ne le restera pas car la nature en a horreur. Ce sera un rééquilibrage et on peut supposer qu’elle en prendra sa part. De la à me taxer d’impérialiste… pffff.

              Je ne crois pas que la Chine deviennent un jour un empire sur le modele US car comme vous le soulignez, le rapport à l’autre est différent. Mais sera-t-on gagnant ? j’en doute. La mentalité asiatique peut-être très brutale.

              Une chose est certaine : Ils sont engagé dans un mouvement centrifuge mondial, une première dans leur histoire.

                +4

              Alerter
            • Gilles // 23.10.2017 à 03h02

              Je peux vous apporter Un temoignage concret: j’ai travaille 10 ans en Chine en tant que chef d’entreprise et je vis encore en Asia.
              Voila comment ca se passe : si vous etes le plus fort, on vous respecte; si vous montrez le moindre signe de faiblesse, on en profite pour vous ecraser.
              Voila, c’est tres simple.
              Quand ils seront les plus forts, ils imposeront leur style; relisez Sun Sze, l’art de la guerre…
              Ceci ne veut pas dire pour autant que je prefere l’imperialisme americain; je l’ai en horreur.
              Je dis simplement qu’il ne faut pas faire d’angelisme dans l’autre sens, et a ce niveau Olivier a parfaitement raison.

                +5

              Alerter
            • Owen // 23.10.2017 à 07h01

              Mes expériences confirment votre impression Gilles: comme ces petits bonshommes en caoutchouc, on a beau les tordre ou donner des coups de marteau, ils reprennent tout de suite la forme initiale, comme neufs (les hommes comme les femmes). Ils sont plus durs au mal que nous.

              Rappelons-nous (années 80) que la France a laissé filer le secteur industriel à la Chine en prétendant qu’elle allait dominer avec le secteur tertiaire à forte valeur ajoutée. Et “les chinois ne savent qu’imiter, pas inventer”. Ils ont joué le jeu, on a les résultats des règles qui ont été définies chez nous.

              La question ne devrait pas être de savoir si on préfère les amirecains ou les chinois, mais quelles forces on se donne, quel développement on se choisit, quel destin on se propose. Ce ne sont évidemment pas les autres pays qui viendront répondre aux questions qu’on n’arrive plus à se poser pour le nôtre.

                +7

              Alerter
            • Madudu // 23.10.2017 à 12h11

              En fait le problème pour vous c’est qu’ils sont chinois ^^

              Vous voyez d’un bon oeil que les pays d’Europe se développent et rayonnent, vous acceptez que les US nous imposent leur système politique par la force (guerre économique, bases militaires sur le sol européen, construction politique européenne à leur botte, …), vous acceptez que le Japon se soit développé et rayonne culturellement, etc.

              Mais quand il s’agit des chinois ça ne vous convient pas, vous avez peur. Le simple fait qu’en effet ils se relèvent, qu’ils se montrent capables, qu’ils réussissent dans leurs entreprises, tout ça vous terrorise.

              Vous leur reprochez ce que vous acceptez chez d’autres, et votre seule raison c’est la mauvaise image que vous avez des chinois : impérialistes cachés, ils ont des revendications territoriales (l’Inde, le Pakistan, le Vietnam, les Philippines, la Russie, le Japon, … sont dans le même cas), ils sont “durs”, ils sont méchants, …

              Avouez simplement que ce ne sont pas des sous-hommes, qu’ils sont capables, qu’ils ont une grande et honorable histoire, et qu’ils sont nombreux : c’est dans l’ordre des choses qu’ils impriment leur marque, jusqu’à un certain point, dans la nouvelle Eurasie à venir.

                +5

              Alerter
            • olivier // 23.10.2017 à 14h40

              Caricaturer notre pensée en nous renvoyant a des instincts primaire (peur, terreur) ce qui relève d’une analyse etayée par des arguments ne grandis pas vos propos à posteriori, mais démontre plutôt que vous êtes coincé dans une impasse intellectuelle. Si votre seul argument c’est de nous faire passer pour des imprérialistes pro-us, c’est que vous êtes dans une simplification manichéenne que l’on retrouve dans votre conclusion plus haut : la même critiquée ici. On a glissé du fond a l’attaque ad personam.

              Si je retournais vos arguments je dirais que vous êtes terrorisé a l’idée qu’ils ne réussissent pas a s’imposer face a l’impérialisme US.

              Personne ne les considère en sous-hommes et rien de ce qui est écris ici ne vous permet de l’écrire. Je n’accepte rien, je constate. Ou plutôt j’accepte le réel tel qu’il est, ce qui ne m’empêche pas de le critiquer. J’apprécie beaucoup cette culture, mais j’en ai une image apparement plus précise et nuancée. L’avenir parlera 🙂

              Personnellement, plutôt que de m’enthousiasmer avec la Chine ou la chute du système auquel nous sommes rattaché bon gros mal grès, je préférerais que nous rayonnions à nouveau (Sur ce point, ils sont plus intelligent que nous), car les places sont en nombre limitées. On devrais plutot parler de pluri-polarité. Le latin multus invite le terme “abondant”, ce qui n’est pas pertinent.

                +4

              Alerter
            • léon // 23.10.2017 à 15h42

              Je pense qu’un développement économique qui intégre plusieurs pays d’asie centrale, même si ce n’est pas fait par pure humanisme, est toujours mieux que des guerre et des destruction de pays, oui la chine laisse les pays vivre leur vie, comme ils le veulent, et nous on serait bien de faire de même.

              J’ajoute que le progrès politique social et culturel ne peut se faire que par l’echange des idées, les partenariat culturelle, l’ouverture au monde, et quelque soit le pays, il a toujours quelque chose à apporter au monde, et à recevoir.

              Les guerre démocratique les invectve, ne favorisent pas le progrès, on l’a vue avec la syrie en passe de se démocratiser se retractant à cause de la guerre d’irak et du classement de la syrie par les usa comme état voyous.

              Bref cette route fera plus de bien que de mal, maintenant aux état dd’être responsable et de dire non si cela ne leur convient pas, car à 2000% les chinois ne feront ni de coup d’état, ni de guerre, ni d’ingérence, ils iront faire leur buisnesse ailleurs

                +5

              Alerter
        • ceusette // 23.10.2017 à 09h51

          Oui, leur rapport à l’extérieur est effectivement différent puisqu’ils considèrent Taïwan, par exemple, comme “leur” intérieur, même chose pour la mer de Chine méridionale… Oui, en effet, ils ne sont pas impérialistes, puisque c’est “chez eux”! Ils ne font que réclamer ce qui leur appartient! Et c’est à cause de méchants Occidentaux qui les ont déposséder de toutes ces eaux territoriales (regarder les cartes et leur revendications). Les Vietnamiens par exemple, ont l’outrecuidance de réclamer au-delà du “raisonnable”. Franchement, en termes d’impérialisme, les Chinois n’ont rien à nous envier!

            +1

          Alerter
    • rosecestlamort // 22.10.2017 à 14h30

      d’un autré coté, prendre le discours d’un politique au pied de la lettre, fût-il chinois, euh comment dire… Tu t’attendais sérieusement à ce qu’il dise qu’il veut mettre fin au dollar, ruiner les Etats-Unis et prendre leur place… tout en étant entouré de 400+ bases militaires US ? Je pense pas que Xi Jinping soit abruti à ce point là quand même (ni abruti tout court)
      C’est pas une question de gros méchant, tout le monde veut devenir calife à la place du calife, certains ont juste plus les moyens de leurs ambitions que d’autres, et la Chine est très largement en tête de ce point de vue.

        +3

      Alerter
      • Madudu // 22.10.2017 à 15h14

        “C’est pas une question de gros méchant, tout le monde veut devenir calife à la place du calife”

        Cette remarque typiquement impérialiste indique que vous n’avez pas compris le projet multipolaire, dans lequel la Chine se projette.

        Le projet multipolaire est la conséquence d’une conclusion à laquelle le monde entier est arrivé désormais, à l’exception des états-unis et de leurs vassaux : l’impérialisme ne peut pas durer, à long terme il s’agit d’un projet nécessairement échoué et dont on se rend compte à la fin que le peuple qui en a eu la prétention est une victime parmi les autres de cette aspiration démesurée, destructive.

        Ni la Chine ni la Russie n’ont de projet impérialiste non par pure charité d’âme, mais parce que ce n’est pas dans leur intérêt, parce que ce n’est dans l’intérêt de personne.

        L’impérialisme est quelque chose comme une pathologie socio-économique qui ne peut trouver son terme que dans un effondrement, pacifique (comme l’a été la dissolution de l’URSS) ou non.

        Lorsque les US seront -enfin- tombés en tant qu’empire, le monde adoptera une physionomie toute différente, qu’annonce actuellement le projet multipolaire porté par les grandes puissances non-impérialistes (BRICS, OCS, le 4+1, …).

          +18

        Alerter
        • JMD // 22.10.2017 à 17h58

          Je suis d’accord, il s’agit fondamentalement d’établir une nouvelle architecture globale, un monde multipolaire pour remplacer le monde unipolaire de l’après guerre froide..
          Voici un passage du discours de Vladimir Poutine en 2007 à la Conférence sur la sécurité à Munich
          « J’estime que le modèle unipolaire n’est pas seulement inadmissible pour le monde contemporain, mais qu’il est même tout à fait impossible. Non seulement parce que, dans les conditions d’un leader unique, le monde contemporain (je tiens à le souligner : contemporain) manquera de ressources militaro-politiques et économiques. Mais, et c’est encore plus important, ce modèle est inefficace, car il ne peut en aucun cas reposer sur la base morale et éthique de la civilisation contemporaine. »

            +9

          Alerter
        • rosecestlamort // 22.10.2017 à 23h43

          et “cette réponse typiquement à coté de la plaque” indique que vous croyez au Père Noël. Il n’y a pas besoin d’être pro-impérialiste pour remarquer que les empires existaient de looongs siècles avant les Etats-Unis et continueront bien après, un livre d’histoire peut servir à l’occasion, Mais c’est tellement mieux de tout voir avec des lunettes binaires, pro/anti impérialiste (?!) – mono/multi-polaire et autres fariboles pour crédules qui croient enfin tenir “LA” solution. Evidemment qu’un relatif equilibre des forces est préférable à un numéro de petite frappe qui projette la terreur le plus loin possible, quel scoop. Mais une fois qu’on a dit ça, normalement on se réveille, et on tient compte de l’histoire…

            +0

          Alerter
          • Madudu // 23.10.2017 à 11h56

            Parce qu’il y a eu des empires par le passé il devrait nécessairement y en avoir ad vitam æternam ?

            Tous les empires se sont disloqués, ces choses-là ne sont pas faites pour durer. La plupart des puissances l’ont aujourd’hui compris, ils n’ont pas intérêt à l’impérialisme, cela les détruirait eux-aussi tôt ou tard.

            C’est malheureusement très occidental de toujours voir chez les autres ce dont on se rend coupable soi-même : nous sommes impérialistes, nous pensons comme tels, nous nous projetons dans l’avenir comme tels, et nous reprochons aux autres de le faire également … quand bien même ils nous expliquent et nous montrent à longueur de décennies qu’ils ne voient pas les choses comme ça.

              +4

            Alerter
            • olivier // 23.10.2017 à 18h45

              (Pardonnez moi d’intervenir mais il me semble que vous faite fausse route)

              Tout est mortel. Même les civilisations.

              Empire azteque
              Empire Mongole
              Empire chinois
              Empire Anglais
              Empire Athénien
              Empire macédonien
              Empire Japonais
              Empire Russe
              Empire D’akkade
              Empire ottoman
              Empire égyptien
              Empire Ethopien
              Empire magadhan
              Empire sassanide
              Empire khmer
              Empire Durrani
              Empire inca
              Empire koguryŏ
              Empire tongien
              Empire chola
              Empire pagan

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Empire

              Il faudrais éventuellement arrêter de juger l’occidental comme la source de tous les maux. A vous lire on a l’impression que vous leur en voulez beaucoup. L’histoire enseigne et renseigne sur la nature humaine. Vous pariez sur l’intelligence et la sagesse mais est-ce bien sage ?

                +1

              Alerter
            • rosecestlamort // 25.10.2017 à 11h20

              l’espoir fait vivre certes, mais les bons sentiments n’ont jamais fait une politique. enfin vous voyez bien ce que vous voulez voir, mais quand on se rencarde un minimum, on s’aperçoit que la Chine fait pression sur tous ses fournisseurs de petrole pour qu’elle remplace le dollar par le…yuan. J’ai beaucoup de mal à voir une approche “multipolaire” là-dedans, juste un concurrent qui essaie de piquer la place à la ptite frapppe qui a imposé ses regles puis surtout sa monnaie depuis les années 70. La russie vient d’accepter, et l’arabie saoudite est fortement “incitée” à en faire autant, ce qui reviendra à décapiter le petrodollar pour le remplacer par le yuan comme nouveau metre-etalon. Alors bon les discours “Multipolaires”, c’est mimi mais pendant ce temps les chinois dansent pas exactement la ronde de l’amitié, ni plus ni moins que les autres, occidentaux ou pas

                +1

              Alerter
      • vinel // 22.10.2017 à 23h08

        Des lors que les USA conservent un leader chip manifeste sur la planète,La Chine se developpera, sans trop marcher sur les pieds,en respectant autant que possible les Etats.
        S’ils devaient se trouver dans l’avenir en position de leader très marquée,je ne suis pas certains qu’elle ne modifierait pas leurs relations extérieures et en profiterait pour naturellement jouer à l’impérialisme!

          +1

        Alerter
        • rosecestlamort // 25.10.2017 à 22h57

          leader “cheap” c’est le cas de le dire ^^

            +0

          Alerter
    • karl_vincent // 23.10.2017 à 10h57

      Malheureusement P.BONIFACE fait preuve d’un manque de professionnalisme de plus en plus marqué, il fut un temps ou sa critique etait eclairante, mais depuis qu’il ne dicerne plus le relativisme qu’il applique sur certains sujets (communautaires), sa mauvaise fois est parasitante.
      dommage.

        +2

      Alerter
  • Alfred // 22.10.2017 à 10h00

    Il est dit dans le texte que la Chine a encore besoin des us en raison de leur énorme marché interieur bien qu’elle commerce davantage avec l’europe. Mr Boniface devrait donc déduire que la Chine à davantage besoin de l’Europe que des us. Il ne le fait pas mais (car?) il passe sous silence l’énorme dette us envers la Chine. La Chine a besoin des us au titre du passé davantage qu’au titre du futur. Enfin la tendance à l’appauvrissement des classes moyennes occidentales ainsi que l’enrichissement des classes moyennes tierces (sud ouest asiatique, Afrique, etc) va dans le sens d’une dépendance progressivement moindre de la Chine envers les occidentaux pour ses marchés (même s’ils lui restent indispensables). Enfin l’augmentation de la demande intérieure (contrariée par le “mur” environnemental et la fête privée) tendent aussi à diminuer cette dépendance. Bref quelque soit le scénario la Chine semble sortir renforcée de toute complexification des échanges.

      +13

    Alerter
    • SARTON Bernard // 22.10.2017 à 16h27

      La Chine est un pays de grande civilisation historique bien avant l’Europe et les Etats-Unis . Aujourd’hui elle a retrouvé , grâce au PC Chinois , toute sa créativité économique et politique . Elle est déjà la 1ère puissance mondiale sur le plan économique grâce au travail de son peuple . Presque tout le peuple chinois est sorti de la misère et dans 5 ans il n’y aura plus de pauvres . 1 Million d’ingénieurs par an sont formés par le système éducatif chinois , 1 million de cerveaux supplémentaires chaque année pour améliorer le système économique . Presque 90 millions d’adhérents du PC chinois jouent un rôle majeur dans ces résultats rapides époustouflants , la corruption , grâce à ses camarades honnêtes et travailleurs , est combattu de haut en bas contre des dirigeants et des fonctionnaires qui utilisent leur pouvoir pour s’enrichir et ainsi spolier le peuple . La vision occidentale sur la Chine est pervertie par duplicité et jalousie et les médias aux mains des capitalistes ne font que salir ce grand pays attachant avec aussi une cuisine de qualité . Alors soyons objectif , ce qui n’empêche pas la critique pour corriger les défauts , ce qui est normal dans tout processus historique .

        +16

      Alerter
      • Pierre Tavernier // 22.10.2017 à 21h39

        En ce qui concerne la cuisine, euh … personnellement j’ai une nette préférence pour la cuisine thaïlandaise, vietnamienne ou cambodgienne, ou encore, dans un autre registre la cuisine japonaise (la vraie, pas celle des restaurants à sushis détenus majoritairement en France par des Coréens, d’ailleurs). La cuisine traditionnelle chinoise, c’est plutôt sur-gras et pas très variée. Quant à la corruption, elle est combattue de façon très radicale selon nos normes occidentales, c’est-à-dire assez souvent par une condamnation à mort (ce sur quoi je me garde de prononcer un jugement moral, c’est simplement que, par rapport au caractère définitif de la condamnation à mort, j’oppose la notion d’erreur judiciaire). Bref, je ne m’oppose pas à votre propos, notons tout de même que c’est la Chine elle-même, qui en se repliant sur elle-même au XV-XVIe siècle, a abandonné sa position de domination hégémonique (https://www.cultivoo.com/index.php/histoire/moderne/16eme/2379-la-chine-des-ming). Mais soyez assuré que je ne vous contredis pas quand vous dites que “La Chine est un pays de grande civilisation historique bien avant l’Europe et les États-Unis”.

          +2

        Alerter
        • SARTON Bernard // 23.10.2017 à 15h59

          En effet la peine de mort est une bêtise que la Chine doit corriger . Les crimes de sang odieux posent question , mais la peine de mort n’empêche pas de nouveaux crimes tout aussi odieux comme la guerre en Syrie nous le démontre . Alors le débat reste permanent tant que l’humanité n’est pas en paix partout . Les crimes sont une maladie humaine atroce comme le cancer ,les morts sur les routes ou les accidents de la nature. Si l’humanité veut bannir tous ces morts il faut qu’elle exige O mort partout comme objectif . Ainsi elle pourra mettre en place tout l’attirail nécessaire en hommes et matériels pour guérir cette malfaisance progressivement . Notre génération devrait pouvoir déjà interdire toutes les armes et le désarmement et ainsi créer les conditions pour aller vers cet objectif O mort . Utopie quand tu nous tiens ???

            +2

          Alerter
          • olivier // 23.10.2017 à 19h10

            Oui, utopie, et dangereuse car ce que vous décrivez n’est plus humain. Ce qui reviens à vouloir changer l’homme (encore une fois). Ce que le PC à deja tenté avec les malheurs que l’on sais. Polemos, pere de toutes choses.

            Dire que dans 5 ans il n’y aura plus de pauvres est tres « publicitaire ». Pari tenu (la Chine ne se résume pas aux belles villes brillantes : les campagnes restent assez « rurales » et cela ne changera pas demain). Quant au 90 millions d’adhérents (obligatoire)… j’y croirais quand on y trouvera de la pluralité politique. Le PC à suivis le mouvement et c’est fait avaler par la tradition chinoise (Mao l’empereur rouge). Dire que la chine est 100% communiste… il faut être communiste pour y croire. Sachez que je partage une partie de votre enthousiasme malgré tout.

            Mais 100% d’accord sur la cuisine. II n’y a que 2 grandes cuisines à travers le monde, la notre et la leur. @Tavernier, la véritable cuisine chinoise est d’une richesse exceptionnelle, mais il faut mettre la main dessus.

              +1

            Alerter
            • SARTON Bernard // 24.10.2017 à 14h58

              Je pense qu’au sein du PC Chinois il y a des tendances plus ou moins socialisantes d’où cette économie dite mixte contrôlée plus ou moins par les directions à tous les niveaux . On ne peut pas contrôler 1 milliard et demi de gens , c’est impossible , même avec une police fidèle au pouvoir . Les dirigeants qui ont de la vertu et une morale sont appréciés par le peuple , d’où la lutte contre la corruption . Mais c’est une bataille permanente car l’homme malfaisant sait toujours cacher son jeu de diverses manières. Nous le voyons en France et ailleurs … Multipartismes ou Parti Unique , chaque peuple a le choix devant l’histoire .

                +1

              Alerter
  • Freddi // 22.10.2017 à 11h08

    Route de la soie, infrastructures, développement du marché, etc….
    Et tout cela bien entendu sans aucun impact sur la croissance des gaz à effet de serre!
    Schizophrénie quand tu nous tiens!

      +2

    Alerter
    • Sébastien // 22.10.2017 à 11h30

      Chez nous Macron donne des leçons à Trump et met des centaines de bus sur des routes déjà saturées.
      Il est impossible de circuler en France mais Macron et sa bande de potes démantèlent à tout va la SNCF, avec la bénédiction de Monsieur TF1-L’Oréal-Hulot.
      Un vrai scénario à la Tati.

        +19

      Alerter
  • Albert // 22.10.2017 à 11h17

    Tout autour de chez moi et dans toute l’Occitanie, les vignobles se vendent aux Chinois et les viticulteurs se plient à leurs revendications. De fait, les Occitans ne sont pas plus sourcilleux de leur autonomie que l’ensemble des Français ou des Européens. Et que se passera t-il demain (ou bientôt, peut-être) quand, au moindre différend politique de nature territoriale financière ou internationale, les dirigeants chinois menaceront de chômage ceux qui ne se soumettent pas aux visées du nouvel Empire du Milieu ? Pour avoir une idée de ce qui peut nous arriver, il suffit d’interroger les pêcheurs vietnamiens philippins et indonésiens, ou tout simplement la population tibétaine. Nous sommes en train (en fait depuis les années 90 surtout) de changer de paradigme quant à la la lutte contre les impérialismes: il va falloir maintenant penser à l’impérialisme chinois, de toute urgence, si on veut éviter de se réveiller un beau matin en pleurant d’avoir été si naïfs…

      +12

    Alerter
    • Sébastien // 22.10.2017 à 11h34

      Je préfère des Chinois qui investissent dans le patrimoine français et le préservent que des Américains et des Qataris sui nous “offrent” Disneyland et du foot.
      S’il y a bien des pays nuisibles à la France, ce sont à des années-lumière devant ces deux derniers. Le jour où vous verrez des Mac Do chinois à tout les coins de rue et environ 300 séries chinoises qui tournent 7/7 24/24 sur les 17 chaines “françaises”, faites moi repenser de me parler de l’impérialisme Chinois.

        +33

      Alerter
      • René // 22.10.2017 à 22h56

        Tout à fait d’accord avec vous, et je suis dans le domaine viticole.

          +3

        Alerter
    • Raphaël // 24.10.2017 à 22h49

      Euh, les viticulteurs qui ont vendu aux chinois, qui leur a mis un pistolet sur la temps pour signer ?

        +2

      Alerter
  • Jean // 22.10.2017 à 11h33

    Je crains que nous ne soyons ruiné par l’impérialisme américain, faute d’avoir préparé l’alternative au dollar, avant d’avoir à nous soucier de l’impérialisme chinois.

      +16

    Alerter
  • isidor ducasse // 22.10.2017 à 12h18

    Bonjour,

    Monsieur Boniface ferait mieux de nous parler de l’impérialisme Américains, comme le dit Sébastien, qui détruit la France. Impérialisme dont la commission européenne est la courroie de transmission.

    Monsieur Boniface ferait mieux de vérifier ses informations concernant le PIB de la chine 17.8% et des US 15.8 % ( http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/10/05/20002-20161005ARTFIG00181-le-fmi-ne-veut-pas-admettre-que-la-chine-est-la-premiere-economie-mondiale.php).

    Monsieur Boniface ne devrait pas nous assener des évidences sur la volonté chinoise de dominer l’économie mondiale, c’est l’histoire de tout les empires, c’est l’histoire de l’humanité.

    Monsieur Boniface devrait savoir que les régles économiques avantages la Chine mais pas nous car si les Chinois achétent les vignobles Français, les Français ne peuvent pas acheter de terre en Chine puisque eux protégent leur marché, mais pas les européens dont l’article 63 interdit ” toutes restrictions aux mouvements de capitaux entre les états membres et les PAYS TIERS ( comme la Chine).

      +16

    Alerter
    • Kiwixar // 22.10.2017 à 12h50

      Les Chinois ne peuvent pas non plus acheter de terre en Chine. Quant aux constructions qui sont dessus, ce sont généralement des contrats pour 70 à 99 ans.

        +5

      Alerter
  • claudius // 22.10.2017 à 14h36

    la chine n invente rien elle pratique aujourd hui la politique occidentale qui devient un desastre pour les USA et les européens.elle propose la multipolarite sans puissance hegemonique et un marche sans restrictions surtout a cause du dollard et des sanctions que les USA et l europe appliquent a certains pays (russie iran etc)pour demolir leur economie .quand verrons nous une autre monnaie ou autre moyen pour sortir du dollard.

      +4

    Alerter
  • Vincent P. // 22.10.2017 à 14h37

    Quel super journaliste indeed !
    Et sinon, depuis le collège au début des années 90 mes profs d’histoire-géo nous disaient que nous étions la génération qui verrait la Chine redevenir 1ère puissance mondiale !
    Il serait peut-être temps d’arrêter de s’en étonner, non ?

    De plus, il faudrait peut-être considérer la puissance chinoise sur une une frise chronologique un peu plus longue, car il me semble qu’à l’exception d’un siècle américain qui s’achève et qui a prolongé un autre siècle anglo-saxon, la Chine a toujours été la 1ère puissance commerciale du monde, pendant à peine 20 petits siècles !

    L’étroitesse de vue de M. Boniface n’est sans doute que le pendant de l’arrogance occidentale, elle même symptôme (ou cause ?) de notre propre déclin.

    Heureusement les commentaires sont rassurants. Mais n’ont pas l’auditoire de l’auteur de ce ramassis de suffisance.

      +10

    Alerter
  • Koui // 23.10.2017 à 14h59

    La plupart des gens ignorent jusqu’au nom de ” l’homme le plus puissant du monde”. Nous sommes très mal informés sur la politique intérieure chinoise. Même en étant sur-informé, on ne nous dit rien de la sociologie, idéologie, ressources, mœurs des dirigeants chinois, a part quelques généralités sur la lutte des anciens contre les modernes et la fausse campagne anticorruption pour éliminer les perdants. Dés qu’Obama disait un truc, tout le monde s’extasiait, si c’est Trump, on crie haro sur le baudet, si c’est Xi qui cause, c’est du chinois pour nous, on s’en fout.

      +4

    Alerter
    • Raphaël // 24.10.2017 à 22h58

      Et c’est du chinois pour de vrai, même de l’intérieur, difficile de savoir ce qui se passe dans les arcanes du pouvoir chinois. Les chinois font simplement confiance au parti unique qui agit pour l’intérêt national en communiquant peu. Un truc vraiment étrange pour nous de fait.

      Inversement, pour les chinois, le faux multipartisme, la communication sans actions et les grandes leçons de droits de l’homme venant de criminels de guerre ou de pédophiles c’est vraiment étrange. On est tout le chinois de quelqu’un d’autre…

        +2

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications