Loin de moi l’idée de vouloir justifier des violences physiques, surtout qu’elles ont sévèrement touché des personnes (rassurez-vous, c’étaient surtout des vigiles, pas des dirigeants… – je précise, vu que personne n’en parle), mais le traitement médiatique de ce qui n’est quand même qu’un fait divers – la “pov’ chemise déchirée à Not Bon’ Maitr’ – était quand même très étonnant, comme si virer 2 900 personnes dans le contexte actuel n’était pas aussi une petite “violence” (non, pardon, c’est juste  du “dialogue social”, merci Macron), et c’est bien connu que le chômage ne finit jamais mal… (dépressions, violences, suicides…).

C’est à peine si on a parlé du point de vue des salariés, sans se demander pourquoi une infime poignée en était arrivé là (et à voir la vidéo de la salariée, on commence à comprendre) – ce qui ne veut pas dire non plus que tous les salariés sont sans reproche…

Je n’ai pas creusé le sujet Air France, mais il ne semble pas si compliqué : une compagnie, ce sont des avions + du kérosène + des droits  aéroportuaires + du personnel. La concurrence par les coûts entre compagnies du même type ne se fait donc que sur les frais de personnel, et c’est donc la prime au moins-disant social, d’où Qatar Airways and co. Donc ou on protège raisonnablement notre compagnie nationale, ou elle mourra, c’est un choix.

Après, une chose me fait toujours rire : la réaction des pro-patrons qui hurlent toujours devant les avantages des pilotes. Or une compagnie est peut-être la SEULE entreprise où des salariés ont un pouvoir très important, et donc ils ont évidemment obtenu de gros avantages – peut-être fondés, peut-être pas (comme le salaire du pilote n’est pas encore 10 % du billet, moi je suis content qu’il soit très bien payé, heureux et tout et tout, pour qu’il m’amène à bon (aéro)port). Ça scandalise donc les “libéraux”, mais ils sont tout à fait d’accord avec la situation exactement contraire dans 99,9 % des entreprises, où c’est le patron qui a le pouvoir – là ce n’est jamais de l’abus des actionnaires, c’est une “gestion saine et responsable”.

Arrivera-t-on un jour à avoir des médias mesurés, expliquant la complexité des choses, même si c’est moins “vendeur” ?

Air France. Le choc après les violences qui ont fait sept blessés

Source : Ouest France, le 6 octobre 2015.

Le directeur d'Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants

Le directeur d’Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants | AFP

Alors que le CCE de l’entreprise annonçait des mesures, des salariés sont entrés aux cris de “De Juniac, démission”. Le DRH qui présentait le plan B a eu sa chemise arrachée.

Les incidents lors du CCE ont fait sept blessés, dont un grave. Il s’agit d’un vigile, qui est sorti du coma en fin d’après-midi. Le président François Hollande a réagi mardi et condamné des violences « inacceptables ».

Deux vigiles figurent parmi les blessés. Les cinq autres blessés sont tous des salariés d’Air France: le DRH Xavier Broseta, Pierre Plissonnier, responsable de l’activité long courrier à Air France, et trois autres membres de la direction.

Le président d’Air France, Frédéric Gagey, estime que les incidents « ne sont en aucun cas le vrai visage d’Air France ». Les syndicats ont majoritairement souhaité lundi soir que l’État s’engage plus dans les négociations.

Le DRH « choqué » et « déçu »

Le directeur-général adjoint chargé des ressources humaines (DRH) à Air France, Xavier Broseta, s’est dit « choqué » et « déçu » après avoir été violemment pris à partie lundi, mais a refusé que « l’opprobe soit jeté sur l’ensemble du personnel »« Je suis choqué et déçu à titre personnel, mais je ne voudrais pas que l’opprobre soit jeté sur l’ensemble du personnel d’Air France », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi.

« J’ai reçu des témoignages de sympathie par centaines de la part de représentants syndicaux et de collègues », a-t-il ajouté, en estimant qu’il sera « possible de continuer le dialogue social ».

Scandalisés

L’incident avait eu lieu dans un comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire a débuté à 9h30 au siège d’Air France à Roissy, où la direction présente officiellement son plan de restructuration et détaille ses conséquences sur l’emploi.

Le CCE est pour l’heure interrompu par une manifestation dénonçant des mesures drastiques. Selon les syndicats, le comité central d’entreprise d’Air France ne reprendra pas ce lundi. Cependant, la direction se déclare prête à reprendre les négociations avec les syndicats.

Le Premier Ministre Manuel Valls et le secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies se sont dit« scandalisés » par ces violences.

Air France porte plainte pour « violences aggravées »

Dans la matinée, des salariés d’Air France en colère ont malmené leur directeur des ressources humaines (DRH) après avoir envahi le comité central d’entreprise (CCE) qui discutait de mesures drastiques pour la compagnie.

Le DRH, Xavier Broseta, présentait ce « plan B » décidé par la filiale d’Air France-KLM à la suite de l’échec des négociations avec les syndicats, s’est enfui de la salle de réunion au siège d’Air France à Roissy, torse nu après s’être fait arracher sa chemise.

Le directeur d'Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants

Le directeur d’Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants | AFP

Air France va déposer plainte pour « violences aggravées » dont ont été victimes lundi des membres de sa direction après l’interruption d’un comité central d’entreprise (CCE) par une centaine de salariés, a déclaré un porte-parole de la compagnie.

Le directeur d'Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants

Le directeur d’Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants | AFP

« La direction d’Air France condamne fermement les violences physiques qui se sont déroulées en marge du CCE après qu’il a été interrompu », a dit un porte-parole de sa maison mère, Air France-KLM, sans confirmer l’identité des personnes visées.

« Ces violences sont le fait d’individus isolés particulièrement violents, alors même que la manifestation des personnels grévistes se déroulait jusqu’alors dans le calme », a-t-il ajouté.

Frédéric Gagey, Le PDG d’Air France, avait quitté la salle avant son envahissement par une centaine de salariés au bout d’une heure de réunion, entraînant l’interruption du CCE, ont également précisé des responsables syndicaux à Reuters. Air France n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat.

Une manifestation d’au moins 500 personnes depuis ce matin

Plusieurs centaines de salariés sont entrés aux cris de « De Juniac démission » (Alexendre de Juniac, PDG du groupe Air France KLM) et « On est chez nous ».

Plus de 500 personnes avaient commencé à manifester à 10h devant le siège, selon une source aéroportuaire. « Gagey dégage »« Le plan D? Démission de la direction » ou « Valls arbitre vendu! » pouvait-on lire sur les pancartes tenues par des salariés vêtus de leur uniforme.« Direction irresponsable » ou encore « ras-le-bol d’être mis les uns contre les autres », criaient certains devant les fenêtres du siège.

Suppression de postes, de lignes et annulation de commandes

De source syndicale, Air France a annoncé d’ici 2017 la suppression de 1700 emplois au sol, 900 chez les hôtesses et stewards et 300 chez les pilotes, confirmant le chiffre de 2900 postes au total sur les quelque 52 500 que comptait l’entreprise fin 2014.

Le CCE confirme également la suppression de 14 avions de sa flotte long-courrier (5 en 2016 et 9 en 2017). Son activité long-courrier serait ainsi réduite de 10% d’ici 2017. La compagnie dispose actuellement de 107 avions sur ce réseau, actuellement déficitaire pour moitié. En 2017, Air France fermera par ailleurs cinq lignes, en Inde et en Asie du sud-est, ont indiqué plusieurs sources.

Un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire a débuté à 9h30 au siège d'Air France, où la direction présente officiellement son plan de restructuration et détaille ses conséquences sur l'emploi

Un comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire a débuté à 9h30 au siège d’Air France, où la direction présente officiellement son plan de restructuration et détaille ses conséquences sur l’emploi | AFP

L’entreprise souhaite aussi annuler sa commande de Boeing 787, réduisant ainsi sérieusement sa voilure.

Trois syndicats (CGT, FO et Unsa) au niveau national, et la CFDT, dans le Sud, ont appelé à la mobilisation, mais le taux de grévistes demeure inconnu, certains agents optant pour quelques heures de grève, d’autres pour la journée, a expliqué samedi la compagnie.

Air France a estimé que « l’ensemble de ses vols serait assuré », sans exclure « quelques retards », notamment à l’enregistrement. 

Echec des négociations avec les pilotes

Ce lundi, la direction devait officiellement faire part de sa décision de mettre en oeuvre dès 2016 un nouveau plan de restructuration au Comité central d’entreprise (CCE), réuni au siège de la compagnie à Roissy. Les représentants du personnel devraient, eux, lancer une procédure « d’alerte » sur le futur plan.

Vendredi, la direction avait déjà esquissé en conseil d’administration les grandes lignes de ce projet, amené à remplacer l’initial Perform 2020, après « l’échec des négociations » avec les pilotes sur de nouvelles mesures de productivité.

=================================================

Dérapages à Air France : “Ces agissements sont l’oeuvre de voyous” dixit Valls

Source : Midi Libre, le 6 octobre 2015.

Dérapages à Air France : "Ces agissements sont l'oeuvre de voyous" dixit Valls

Manuel Valls était en fin de matinée au siège d’Air France.

Manuel Valls a déclaré mardi que les violences commises la veille contre des membres de la direction d’Air France étaient “l’oeuvre de voyous” qui méritaient des sanctions “lourdes”.

“Je suis venu ici à Air France parce que Air France est sous le choc et quand Air France est sous le choc, c’est toute la France qui est sous le choc”, a affirmé le Premier ministre depuis le siège social de la compagnie à Roissy, devant notamment les deux dirigeants agressés lundi en marge de la réunion du comité central d’entreprise d’Air France.

“On cherche à les humilier”

“Rien ne peut justifier de tels agissements. Ces agissement sont l’oeuvre de voyous. La justice devra identifier ceux qui se sont livrés à cette violence inqualifiable. La violence est inadmissible dans notre société. Elle doit être condamnée et il faudra des sanctions lourdes à l’égard de ceux qui se sont livrés à de tels actes”, a affirmé le Premier ministre. “Quand on s’attaque physiquement à des hommes, qu’on cherche à les humilier, avec une foule, ça n’a rien à voir avec la difficulté que connaît une entreprise”, a encore dit Manuel Valls, venu témoigner son “soutien”, sa “solidarité” et son “affection” envers des personnes victimes de ces violences.

Il n’y a pas à dire, il y a du Jules Moch dans cet homme – le “focialisme” ne meurt jamais…

Hollande pour un “dialogue social apaisé”, Sarkozy dénonce la “chienlit”

Le président François Hollande a dénoncé mardi les violences “inacceptables” commises la veille contre des dirigeants d’Air France, qui peuvent avoir des “conséquences sur l’image, sur l’attractivité” de la France. “Ca compte, le dialogue social. Et quand il est interrompu par des violences, des contestations qui prennent des formes inacceptables, on voit ce que ça peut avoir comme conséquences sur l’image, sur l’attractivité” du pays, a-t-il déclaré lors de l’inauguration de l’Ecole nationale supérieure maritime, au Havre.

Le chef de l’Etat en a profité pour prôner un “dialogue social apaisé”. Il faut, a-t-il souligné, “un dialogue responsable avec un patronat qui prend les décisions qui sont attendues et des responsables syndicaux qui jouent la carte, la seule possible, celle du compromis et de la négociation”.

Nicolas Sarkozy a estimé mardi devant les députés Les Républicains que les incidents à Air France marquaient “la chienlit, le délitement de l’Etat”, selon des propos rapportés par plusieurs parlementaires. “Nous ne sommes pas en 1793. Nous ne pouvons pas accepter que deux dirigeants soient au bord de se faire lyncher par des hommes en tenue de syndicaliste, avec des syndicats qui ont pignon sur rue et qui ont tous appelé à voter pour François Hollande en 2012”, s’est emporté l’ancien chef de l’Etat lors de la réunion du groupe Les Républicains à l’Assemblée.

“Plus rien n’est respecté, rien ne semble plus respectable”, a dénoncé M. Sarkozy, évoquant pêle-mêle le conflit social à Air France, le mouvement de grève des médecins ainsi que la fusillade au cours de laquelle un policier a été grièvement blessé en Seine-Saint-Denis. A propos de cette fusillade et du policier blessé, M. Sarkozy a lancé: “Que peut penser sa famille ? Comment peut-on autoriser une permission à un détenu avec un tel pedigree ?”. Le président de Les Républicains a aussi abordé la crise de l’élevage: “Les cours s’effondrent et que fait le gouvernement ?”. “C’est la chienlit, c’est le délitement de l’Etat”, a résumé l’ex-chef de l’Etat, en faisant référence à une phrase du Général de Gaulle lors des manifestations de mai 1968 .

L’image de la France entachée

Le chef du gouvernement a estimé que les images des dirigeants d’Air France agressés “font mal à notre pays” car elles “jouent sur l’image d’Air France et de la France”. “Chacun comprend bien que ces images d’hier ont fait le tour du monde, ont non seulement choqué nos compatriotes, soulèvent de légitimes débats, mais jouent sur l’image d’Air France et de la France, comme l’a rappelé le président de la République. Je sais combien la France est appréciée dans le monde. Je reviens tout juste d’un déplacement au Japon. L’image de la France change. Mais je sais aussi qu’une image de ce type, la violence à l’égard d’homme, est exploitée. Je sais aussi que cette image fait mal à notre pays”, a déclaré le Premier ministre.

“Chacun doit prendre ses responsabilités”

“Le gouvernement, l’Etat, soutient Air France qui a besoin de relever des défis considérables, ceux tout simplement de la concurrence (…)”, a encore dit Manuel Valls, en appelant à la “responsabilité des pilotes et du SNPL”, le syndicat national des pilotes de ligne, dans la résolution de la crise. “L’Etat assume et assumera ses responsabilités. Mais la solution pour Air France vient d’abord de l’entreprise elle-même”, a déclaré le Premier ministre. “Chacun doit prendre ses responsabilités, doit être lucide sur la situation d’Air France. C’est l’avenir de la compagnie qui est en jeu”.

Incidents Air France : ouverture d’une enquête en flagrance

Une enquête en flagrance a été ouverte après les violences lors du comité central d’entreprise (CCE) d’Air France lundi au siège de la compagnie à Roissy (Val-d’Oise), a-t-on appris mardi auprès du parquet de Bobigny. La compagnie aérienne a porté plainte lundi soir pour “dégradations” et “entrave au déroulement du CCE”, a déclaré le parquet joint par l’AFP.

Un porte-parole de la direction d’Air France, qui avait annoncé dès lundi son intention de saisir la justice, a précisé que cette plainte visait aussi des faits de violences aggravées. L’enquête a été confiée à la police aux frontières, compétente en zone aéroportuaire. Deux autres plaintes de personnes physiques ont également été enregistrées mardi matin par le parquet de Bobigny et concernent un cadre et un responsable des affaires sociales d’Air France, molestés lors du CCE, selon la même source.

En tout, selon la direction de la compagnie, cinq cadres de l’entreprise, dont le directeur des ressources humaines Xavier Broseta et Pierre Plissonnier, directeur des ressources humaines de l’activité long courrier, ont décidé de porter plainte. Lorsque des manifestants ont fait irruption en pleine réunion du CEE, Xavier Broseta s’est retrouvé torse nu, chemise déchirée, avant de s’échapper en escaladant un grillage. Pierre Plissonnier a été malmené de la même manière. Ces violences ont fait au total sept blessés dont un grave, un vigile, selon un porte-parole de la compagnie aérienne.

=========================================

Le cri du coeur d’une salariée d’Air France en colère

Source : Alexandre Arlot, pour Le Parisien, le 6 octobre 2015.

Postée dans la nuit de lundi à mardi, la vidéo de cette salariée d'Air France en colère qui interpelle lundi matin des responsables de la compagnie a déjà été vue plus de 650 000 fois.

Postée dans la nuit de lundi à mardi, la vidéo de cette salariée d’Air France en colère qui interpelle lundi matin des responsables de la compagnie a déjà été vue plus de 650 000 fois.

Au lendemain des débordements qui ont émaillé le comité central d’entreprise (CCE) d’Air France, lors duquel deux responsables de l’entreprise ont été pris à partie et déshabillés devant les caméras, une nouvelle vidéo tournée lundi matin est largement partagée sur les réseaux sociaux.

La violence physique laisse ici place à la colère émouvante d’une salariée, vraisemblablement une hôtesse d’accueil à en juger par son uniforme. Celle-ci évoque la violence, plus symbolique, des suppressions de postes annoncées plus tôt dans la matinée. La scène a été tournée quelques minutes après l’interruption du CCE et les incidents dont ont été victimes les deux responsables de l’entreprise. Selon l’auteure de la vidéo, une autre employée de la compagnie qui l’a postée sur Facebook, les employés présents n’étaient pas au courant des débordements qui venaient de se dérouler.

VIDEO. Conflit chez Air France : l’émotion d’une salariée

«On nous a demandé de faire des efforts, on les a faits, repète la femme à l’adresse de deux responsables d’Air France, le directeur des affaires sociales Pierre Mie et le directeur de cabinet du PDG Pierre-Olivier Bandet. Cela fait quatre ans que nos salaires n’ont pas évolué. Et c’est nous qui trinquons. Et on nous demande aujourd’hui d’être gentils et de comprendre ?»

La personne qui filme la scène fixe ensuite les deux responsables de la compagnie et demande à entamer une discussion avec eux. Pierre-Olivier Bandet esquisse un sourire gêné tandis que Pierre Mie se contente de répondre : «On n’est pas habilités, on n’est pas habilités». «Prenez-nous de haut, s’énerve la salariée quand certains de ses collègues se montrent vulgaires. Je touche 1 800 € par mois, c’est ça qui ruine Air France ?»

La direction «regrette l’interprétation qui a pu être faite de cette vidéo»

L’hôtesse en colère regrette ensuite que le plan de restructuration de la compagnie ait été dévoilé dans la presse. «C’est de la considération, ça ?, demande-t-elle au directeur des affaires sociales qui garde le silence. On n’est pas venu chercher le conflit messieurs, on n’est pas venu pour être violents, on n’est pas venu pour vous manquer de respect. On est venu pour voir des gens qui puissent nous apporter des réponses et avoir le sentiment, l’impression, d’être pris en considération. Juste ça. Mais même ça, vous ne pouvez pas nous le donner. Pourtant, nous on est fiers de le porter cet uniforme. Nous, on se bat pour notre compagnie.»

Face à la viralité de cette vidéo, qui comptabilisait près plus de 600 000 vues à 18 heures, Pierre-Olivier Bandet a réagi dans une vidéo publiée dans l’après-midi sur Youtube. «Je suis allé dans la salle du CCE pour deux raisons : comprendre ce qu’il s’est passé et aussi pour dialoguer avec les salariés présents. Je me suis d’abord entretenu avec les responsables des ressources humaines pour bien comprendre la situation. Je suis ensuite allé m’entretenir avec les salariés pendant un peu plus d’une heure. Je regrette l’interprétation qui a pu être faite de cette vidéo et je tiens à affirmer que, plus que jamais, la direction d’Air France place le dialogue social au coeur de ses priorités.»

===========================================================

La vision sociale du Président d’Air France

Pour mémoire, Alexandre de Juniac a vu sa rémunération augmenter de 72 % en 2014 (elle reste inférieure à la moyenne)

Repris de chez Charles Sannat

Qu’est-ce qu’on entend sur ces pauvres cadres dirigeants d’Air France qui se sont fait voler dans les plumes…

Pauvre petit DRH qui pensait qu’en mouillant la chemise pour supprimer le gagne-pain de 3000 personnes il ne risquait pas de la perdre!

J’ai tout de même, je dois le dire, bien ri quand j’ai entendu ces salariés en colère (ils vont perdre leur boulot) crier « A poil, à poil » joignant le geste à la parole.

Pas de quoi fouetter un chat et point de points de sutures en grand nombre…

Non, rien de bien méchant. Je note d’ailleurs l’absence de coup de fusil ou de fourche dans les arrières-trains de notre caste dirigeante.

Une caste dont le PDG de la même compagnie trouve parfaitement normal le travail des enfants… oui c’est nettement plus drôle que perdre sa chemise. Mieux vaut tuer à la tâche les minots…

Certains préfèrent l’humour des dominants… c’est ainsi. Vous n’avez pas de goût, vous, les manants….

Enfin, le boss d’Air France, qui a des pilotes pas faciles à diriger effectivement et sans doute responsables en partie de la situation, veut tout de même faire travailler les enfants et s’interroge doctement dans cette vidéo entre riches sur la « notion d’enfant » heuheuheu…. ou même de temps de travail, notion d’un autre temps (pas forcément faux), ou encore de retraite pourquoi pas à 90 ans…  Quant aux grévistes, ici chez nous c’est pas comme au Qatar (une grande démocratie) où on emprisonne les grévistes…

Alors avec un patron pareil  il est sur que côté climat social et dialogue l’ambiance doit être sacrément bonne… (ironique). Enfin, je trouve que sa prestation n’est pas à la hauteur de ce à qu’on pourrait attendre de la part d’un patron de cette envergure. Disons-le il est mauvais. Il s’agit tout de même du patron d’Air France… Il doit y avoir un degré d’exigence.

Charles SANNAT

(travail des enfants à 5’00, les grévistes en prison à 8’05)

===========================================================

La vente de Rafale au Qatar, coup dur pour Air France

Le Qatar avait mis une condition à l’achat de ces 24 avions : obtenir des droits de trafic supplémentaires vers la France pour sa compagnie aérienne, Qatar Airways. L’émirat a eu gain de cause. Les avions de Qatar Airways, qui desservent déjà Paris, pourront désormais atterrir à Lyon et à Nice, vraisemblablement trois fois par semaine. […]

Dans un communiqué, le syndicat national de pilotes de ligne d’Air France (SNPL) s’inquiète de la « mort à terme » de l’ensemble du secteur si de nouvelles lignes aériennes sont attribuées à Qatar Airways.

Le syndicat dénonce « la concurrence déloyale des compagnies du Golfe, qui touchent de la part de leur gouvernement des subventions colossales, estimées à plus de 40 milliards de dollars ces dernières années. »

« Le seul élément qui protège encore les compagnies aériennes européennes au sein d’une compétition absolument faussée, c’est la non délivrance d’autorisations de desserte supplémentaire des aéroports européens aux compagnies non respectueuses des règles de concurrence », souligne le SNPL.

A Lire ici

===========================================================

Des pilotes de Ryanair obligés de créer leurs propres entreprises défiscalisées en Irlande pour pouvoir travailler

À la différence d’Air France, qui a annoncé une vague de suppression d’emplois, la compagnie low cost Ryanair affiche une insolente santé financière et de faibles frais de personnel. Et pour cause : le système que dénonce un ancien pilote de Ryanair est scandaleux. Il a été contraint de créer sa propre entreprise immatriculée en Irlande pour travailler en tant que prestataire pour la compagnie à bas coûts, sans assurance maladie ni rémunération fixe. Il a décidé d’attaquer Ryanair en justice. Ce modèle se répand dans le secteur, un modèle qui a pour corollaire fraude fiscale et casse sociale.

A lire sur Bastamag

===========================================================

Petit florilège des médias

 

Amusant ce petit sondage (non représentatif) des lecteur du Midi Libre :

188 réponses à [Not Bon’ Maitr’] Air France : Sans-culottes 1 / Sans-chemises 0

Commentaires recommandés

franck Le 07 octobre 2015 à 06h32

JE SUIS VOYOU.

  1. bluerider Le 07 octobre 2015 à 04h02
    Afficher/Masquer

    Et si il y avait des agitateurs payés pour faire sauter le verrou syndical ? C’est une tactique banale des dominants, non ? Et les dominants qui vont lire cette réaction me taxeront de complotiste. Quoi qu’il en soit, l’exploitation démesurée et IMMEDIATE faite de cette échauffourée fait fi du temps nécessaire à la justice pour retrouver les casseurs et tenter de cerner leurs motivations. Lorsque VALLS et consorts s’en mêlent, ils désignent par AMALGAME tout le personnel AIR FRANCE mécontent, même si ils s’en défendent, du reste très mollement… cette affaire est trop profitable au patronat et au gouvernement pour qu’elle ne recèle aucune part d’ombre, notamment au vu des agissements des dominants actuels en politique étrangère et dans le sillage de l’affaires ramifiées [Je ne suis pas Charlie – Helric Fredou – secret défense pour les armes des frères Kouachi-Koulibali]… désolé mais je ne mords pas à cet HAMECON LA. Pas pour l’instant.


    • BHL Le 07 octobre 2015 à 08h17
      Afficher/Masquer

      Vous croyez vraiment que ceux que vous traitez de “dominants” vont lire votre prose shizophrène ?
      Pour le coup vous sombrez indubitablement dans le complotisme ,mais bon ,je suis peut être un chômeur dominant !


      • Charles Le 07 octobre 2015 à 15h02
        Afficher/Masquer

        A ne pas rater: Air France: Hue cite Jaurès puis se rétracte. Pression de Valls?
        http://wp.me/p5oNrG-ePT


        • Vladimir K Le 07 octobre 2015 à 16h43
          Afficher/Masquer

          En solidarité avec les dirigeants d’Air France, les grandes radios françaises ne diffuseront plus la chanson “Sans chemise, sans pantalon” de Rika Zaraï.


    • Interlibre Le 07 octobre 2015 à 09h09
      Afficher/Masquer

      Avec des médias aux ordres et des armées de services com il est très simple de profiter d une situation sans l avoir engendré. La nature humaine explique très bien ce qui c passé et c qu un debut. Leur posture pro dirigeants ils pourront pas la garder longtemps si la crise économique s aggrave. Ensuite c qu un DRH. Il fait ce qu on lui demande même si c un cynique de plus, ca le fera peut être réfléchir. Ceux qui méritent de se faire bousculer ce sont les dirigeants, conseils d administrations et actionnaires, bref les decisionnaires qui ont échoué. Dsl j’écris depuis un tel.


      • Francois Le 07 octobre 2015 à 10h47
        Afficher/Masquer

        Chers électeurs,

        Il y a des violences “inacceptables”: les vôtres… et – par conséquent – des violences “acceptables”: celles dont toutes les formes de pouvoir se réservent le monopole – y compris cette violence cachée qu’est le mensonge. C’est la vie: il y a des violents, des soumis, plus quelques égarés qui n’ont pas vraiment choisi leur camp et qui seront punis de façon exemplaire.

        Bienvenue sur la Terre des parasites dorés.


    • Jay SWD Le 07 octobre 2015 à 10h35
      Afficher/Masquer

      Echange avec un ami sur le sujet,réponse brillante à mes yeux,je vous la livre:

      “La classe dirigeante et les médias ne comprennent pas et traitent les gens qui défendent leur droit de vivre de voyous pendant que les honnètes braqueurs profitent de leurs permissions pour flinguer des policiers.Je suis un peu perdu,sans doute la faute d’une éducation républicaine”

      Valls et Macron hurleront au populisme,tant pis,juste du bon sens.


    • bhhell Le 07 octobre 2015 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Mais il n’y a pas de complots puisqu’il n’y a pas d’opposition! Le système dans son entier oeuvre de façon déterministe à l’extension du capitalisme. Prenez les gouvernements, les médias, les syndicats, ils ont vocation à valider ses développements successifs. C’est leur raison d’être. L’intermède des 30 glorieuses fait figure d’anomalie dans cette logique avec le contexte de la menace soviétique sur l’Europe et l’obligation pour nos dirigeants (sur le reculoir, car enfin si les mesures sociales ont été adoptées à partir de 1945, ce n’est pas parce que nos dirigeants étaient plus “humanistes” mais par pragmatisme) d’accéder à certaines attentes populaires. Mais jamais en deux siècles de capitalisme, nos dirigeants n’ont cherché à promouvoir l’intérêt général. Après des séquences de répression sanglante, des politiques de colonisation et deux guerres mondiales, puis un démantèlement opiniâtre de notre système social, cela devrait être clair pour tout un chacun.


    • jeanpaulmichel Le 07 octobre 2015 à 14h20
      Afficher/Masquer

      Et si tout cela, après la Grèce n’était qu’un test afin de voir jusqu’où les classes dominantes peuvent aller contre la société, le prolétariat ?
      Et si Air France n’était qu’un laboratoire social ?

      Après les salariés de SMART qui ont accepté de travailler 37 heures payées 39, le cas Air France est intéressant car c’est une trés grosse entreprise de renommée internationale qui propose à certaines catégories de travailler 39 heures payées 35, avant une probable extension à d’autres catégories de personnel.
      Lois Macron,code du travail réduit à des accords d’entreprise permettant de flexibiliser la durée du travail selon les besoins ou souhaits des employeurs-actionnaires, …

      Air France ne serait-elle pas un test en anticipation d’une plus large application à d’autres entreprises ?

      Avouons que 39 heures payées 35 cela doit en faire rêver plus d’un.
      Si cela passe à Air France, pourquoi pas ailleurs ?


    • luc Le 07 octobre 2015 à 23h14
      Afficher/Masquer

      “Et si il y avait des agitateurs payés pour faire sauter le verrou syndical ?”
      bonne question, ce lynchage est effectivement du pain béni pour macron et cie
      et les agitateurs, c’est un outil régulièrement utilisé
      le problème dans cette théorie c’est l’image d’air france à l’étranger qui est ternie


    • madake Le 08 octobre 2015 à 02h57
      Afficher/Masquer

      Taa Taaa Taaaa!!
      Nul besoin de massette pour faire sauter les verrous syndicaux. Il a suffit d’une vente de Rafales au Qatar…
      Comment ça je mélange foulards AirFrance et keffiehs?
      Ne croyez pas que ça n’aie rien à voir avec ce qui nous occupe.
      Car le contrat Qatari, n’est pas tombé du ciel si facilement, il y avait des contreparties…

      Oh! pardon, pas des contreparties…. Mais lisez ceci pour comprendre comment les choses se passent, et où sont les voyous qui eux, ne font pas la Une des médias.
      extraits :
      “Le Qatar avait mis une condition à l’achat de ces 24 avions : obtenir des droits de trafic supplémentaires vers la France pour sa compagnie aérienne, Qatar Airways. L’émirat a eu gain de cause. Les avions de Qatar Airways, qui desservent déjà Paris, pourront désormais atterrir à Lyon et à Nice, vraisemblablement trois fois par semaine….”
      et
      “Or, quand un avion long courrier est retiré de la flotte, ce sont 300 emplois directs en moins.”

      Faisons tourner la calculette offerte par “pole emploi” :
      A raison de 300 emplois pour 2 destinations, 3 fois par semaines, ça nous fait 300X2X3= 1800 emplois directs. On ajoute quoi comme coeff pour les emplois indirects dans l’aérien? 1/3?
      1800X(1/3) = 2400 emplois.
      Le plan de de Juniac c’est 2900.

      https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/10/06/le-contexte-international-de-ce-qui-se-passe-a-air-france/

      Merci à Lemoine pour ce précieux lien, et mes excuses de le poster en amont.
      Mais il éclaire d’un jour singulier la variable d’ajustement de la rentabilité d’Air France…


  2. DUGUESCLIN Le 07 octobre 2015 à 04h44
    Afficher/Masquer

    On ne peut que désapprouver la violence, c’est évident dans un pays qui se voudrait “civilisé”.
    Mais de là à l’instrumentaliser pour faire oublier le drame qui se joue pour des milliers de personnes, c’est enfoncer le clou du mépris dont font preuve ceux qui prétendent gouverner. Ce qui confirme le mépris qu’ils ont de la France et des français. Mais admettons à contre cœur que les nécessités économiques justifient leur position (ce qui pourrait être l’objet d’un vrai débat), mais de là à les traiter de voyous, c’est le comble.
    Dans cette affaire ces gouvernants, qui se montrent humanistes pour des raisons politiques et souvent contre nos intérêts, deviennent carrément inhumains face à des gens qui du jour au lendemain perdent leurs ressources en perdant leur travail. Ce sentiment d’être jeté comme un vulgaire mouchoir en papier usagé n’est pas supportable. Cela n’est pas digne de prétendus gouvernants qui se veulent fermes mais à mauvais escient, laxistes envers des vrais voyous et fermes envers de simples travailleurs floués par une politique déliquescente, contraire à nos intérêts.
    Le terme de voyou est inacceptable et devrait faire l’objet d’excuses publiques.


    • LeFredLe Le 07 octobre 2015 à 06h26
      Afficher/Masquer

      Quelle honte! Une si belle chemise ruinée pour quelques emplois…


    • ricard'eau Le 07 octobre 2015 à 07h42
      Afficher/Masquer

      “On ne peut que désapprouver la violence, c’est évident dans un pays qui se voudrait “civilisé”.”

      Oui a condition que on aille les outils necessaires a bien se defendre sans violence

      Les manifestations pacifiques ca commence a bien faire, le temps est venu de taper du poing …mais pas sur la table, car on est en train de devenir des esclaves modernes


    • lanQou Le 07 octobre 2015 à 08h52
      Afficher/Masquer

      Je pense qu’on peut approuver la violence.
      Par exemple quand elle se fait à la matraque et à la lacrymo pour faire respecter la loi écrite par des politiques vendus au grand patronat.
      Ou encore quand elle s’exprime dans les bombes d’un de nos rafales ou de ceux vendus à des dictatures moyennageuses.
      Cette violence là, on l’approuve à longueur d’antenne et d’éditoriaux avisés.
      Mais il est vrai que la violence des culs-terreux qui ont peur de se retrouver demain sans bouffe et sans toi, celle-là on ne peut que la condamner et la réprimer par tous les moyens.
      Il faut d’ailleurs remarquer que la chemise arrachée d’un scélérat qui s’enfuit sous bonne escorte soit de la violence et que le licenciement de 3000 personnes soit une nécessité économique tout à fait pacifique…


      • Emmanuel Le 08 octobre 2015 à 02h11
        Afficher/Masquer

        Hasard du calendrier, France culture a consacré une émission ce mercredi à des violences provenant des différents camps (pro, anti et régalien) au barrage de Sivens.
        A l’écoute des différents témoignages on peut se demander si la France est encore un Etat de droit… Malheureusement chez certains Français il y a une grande tolérance à une violence parfois illégale exercée par les ” forces de l’ordre “, pour peu – évidemment – qu’elle s’abatte sur d’autres personnes.
        http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-retour-a-sivens-zadistes-contre-brigade-anti-peluts-22-2015-10-07


    • Mil Le 07 octobre 2015 à 09h22
      Afficher/Masquer

      J’aime énormément les éditos de Charles Sannat et je vous laisse la citation de fin qui résume bien la situation de notre pays
      « À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)


    • scipio Le 07 octobre 2015 à 14h45
      Afficher/Masquer

      La raison du déchainement médiatique et politique sur ces faits est compréhensible (de leurs points de vue).
      En effet les salariés d’Air France ont littéralement parlant fait dégager des directeurs qui se sont carapatés quasiment en slip au vu du monde entier (face caméra) eux, leurs bonnes intention et leur idéologie.

      C’est un exemple insupportablement dangereux car un secret d’état vient d’être révélé: on peut les faire dégager!


    • Tromblond Le 07 octobre 2015 à 18h44
      Afficher/Masquer

      ” Voyou”??? Surtout de la part d’un premier ministre qui préfère amener ces enfants voir un match de foot en Allemagne aux frais du contribuable, au lieu de payer un billet Air France…


  3. Ahlalalalaliquette Le 07 octobre 2015 à 04h55
    Afficher/Masquer

    Encore un coup des sans dents, le prochain sur la liste le vilain ministre, kilelai =>
    https://www.youtube.com/watch?v=c3UcCTTQyAE


  4. atanguy Le 07 octobre 2015 à 05h38
    Afficher/Masquer

    Valls: Nous sommes tous des voyous! Garde a toi!


  5. Patrick Luder Le 07 octobre 2015 à 06h21
    Afficher/Masquer

    Durant des millénaires, il y avait 90 personnes sur 100 qui étaient dédiées à la production des biens de base (nourriture + vêtements + habitat). Avec le début de la mécanisation et l’industrialisation, il n’y avait plus que 50 personnes sur 100 dédiées à la production des biens de base, les autres étant occupés à produire des biens de luxe et une partie de service plus développée. Aujourd’hui avec l’automation, pour produire et biens de base et produits de luxe, moins de 10 personnes sur 100 sont nécessaires, les services ont été augmentés jusqu’à saturation économique et une partie toujours croissante de la population ne sert plus à rien sinon à consommer le plus possible. Demain avec la robotisation, seuls 3 personnes sur 100 produiront et biens de base et produits de luxe et services, les 97 autres désoeuvrés pourront ainsi librement faire l’amour ou la guerre … c’est ça le progrès et on n’arrête pas le progrès ;o)


    • Kiwixar Le 07 octobre 2015 à 07h39
      Afficher/Masquer

      La richesse n’intéresse pas les riches, car être riche dans un monde où tout le monde est “riche” (des robots s’occupant de la production et laissant les gens s’occuper de leurs loisirs et de leurs passions), c’est ne pas avoir d’esclaves humains, notamment sexuels.

      Donc ce qui intéresse les riches, c’est la pauvreté des autres, et non leur propre richesse. Avoir 100 millions d’euros ou 10 milliards ne fait aucune différence, par contre avoir 66% des gens qui doivent trimer tout le temps comme des esclaves sans aucun temps libre, sans avoir le temps de réflechir, et une grande partie qui sont à 500 euros d’être négatifs en fin de mois, c’est ça qui en fait des Seigneurs.

      Robespierre, 1788 : “La plus grande partie de nos concitoyens est réduite par l’indigence à ce suprême degré d’abaissement où l’homme, uniquement occupé de survivre, est incapable de réfléchir aux causes de sa misère et aux droits que la nature lui a donné.”
      (écouter sur youtube les conférences de Guillemin sur la Révolution, passionnantes)


      • Nicolas Anton Le 07 octobre 2015 à 11h29
        Afficher/Masquer

        Tout à fait d’accord!

        Ce qui domine le capitaliste ce n’est pas seulement le désir d’accumuler des richesses mais aussi la volonté de les retirer aux autres. Seul façon pour lui de maintenir la convoitise qu’il souhaite susciter.
        Effet pervers qui pose un petit souci à l’espèce humaine..


      • olivier69 Le 08 octobre 2015 à 00h21
        Afficher/Masquer

        Bonsoir patrick et kiwixar,
        je partage entièrement vos avis. Et je rajouterai que pour penser les causes, il faut revenir à la notion d’ “information”. Celui qui maîtrise l’information et les communications est en position dominante. La guerre des brevets illustre parfaitement cette quête. Les délits d’initiés et les conflits d’intérêts sont courants. Ils assurent la distribution des places….

        Regardez sur un plan économique, la déflation permet aux gros de manger les petits, on parle de phase de concentration (qui fabriquent les cycles ?). Pour prendre la propriété des techniques lors des révolutions techno, c’est imparable. Les populations servent alors de variable d’ajustement. Le progrès, c’est devenu un buziness…

        Les actionnaires sont masqués, les actifs monétaires sont détournés (paradis fiscaux), les produits financiers sont viciés, les actualités sont tronquées, les normes sont techniquement incompréhensibles et inapplicables, les lois sont interprétatives, l’éducation est bâclée, la pensée est unique,….

        Bref, l’information transparente, libre, clair, et loyale n’est plus suffisamment assurée pour espérer une égalité des chances. Distribuer, c’est manipuler l’information de base. Ce n’est pas la jungle, c’est l’enfer….


        • Charlie Bermude Le 09 octobre 2015 à 19h35
          Afficher/Masquer

          Je me permet un bémol là je n’aime pas le mot capitaliste utlisé à mauvais escient .
          ( Je comprends le coté sexuel , moi ce sont certaines hotesses que j’aurai aimer deshabiller ) .
          Le conflit là il est entiérement entre prolétaires , ceux qui tiennent le baton et ceux qui le recoivent . Quant aux Qataris qui seraient en arriére fond selon un calcul judicieux mentionné plus haut , ce sont des rentiers du pétrole . Les capitalistes laissont les habillés pour l’hiver . C’est bien l’argent , et ses compléments pouvoir et sexe , la motivation , mais le capital lui est out , méme la fed le prend à revers .
          C’est à mon avis le pb nouveau à résoudre les ( certains ) prolétaires ont le pouvoir , en profitent pour se vautrer dans le lucre , sous prétexte de sauver le capital .
          L’adversité est mal identifiée .


          • olivier69 Le 10 octobre 2015 à 03h23
            Afficher/Masquer

            Bonsoir charlie,
            oui ben, que voulez-vous ? Si vous maîtrisez l’information, vous pourrez probablement espérer maitriser l’hôtesse également (un regard suffit à déshabiller parfois). Techniquement dans le domaine de l’air, bien entendu. C’est tout un savoir-faire spatial, parait-il (un conseil que l’on m’a donné, je crois que l’humour est un atout).

            Sinon, effectivement, je comprends vos propos. Et, tout est fait sciemment pour que l’adversité soit non identifiable. Les qataris sont des seconds couteaux…..Certes, avec un certain zèle ! Le problème, c’est que nous sommes devenus “du capital” avec un rendement (seuil de rentabilité variable). Au lieu d’être Capital avec un grand C (la vie n’a pas de prix, pas de seuil) !

            L’information, elle, est perçue systématiquement comme une valeur marchande aussi (sans limite par ailleurs), mais capital avec un petit c (néanmoins avec un seuil de rentabilité maximal). Elle était pourtant un pilier du libéralisme (transparence). Je ne pense pas que l’on puisse en dire autant du féodalisme, du fascisme, du communisme,….

            Comme tout bon gestionnaire, l’élite compare malheureusement les différentes rentabilités des actifs (réels puisque financiers)…Elle a un intérêt mais probablement une folie (sa mission idéologique issue d’un culte).


    • Pierre Ratcliffe Le 07 octobre 2015 à 07h40
      Afficher/Masquer

      Bien d’accord avec vous. Mais le progrès va consister à distribuer tous les biens et services produits par les robots autrement. Jeunes commençant a travailler le plus tard possible. Vieux cessant de travailler le plus tôt possible. Malades et sans emplois entre ces deux âges 25-55 ans. A moins que tout cela ne conduise pas a l’effondrement de notre civilisation


      • Patrick Luder Le 07 octobre 2015 à 08h45
        Afficher/Masquer

        jusqu’à présent le progrès à surtout profité à quelques personnes au détriment de toutes les autres et de notre patrimoine terrestre …


      • Subotai Le 07 octobre 2015 à 17h58
        Afficher/Masquer

        Comme ils savent que ça n’est pas possible pour cause de planète finie; il faut éliminer le surplus inutile.


    • Pravda Le 07 octobre 2015 à 07h44
      Afficher/Masquer

      à Patrick Luder
      merci pour cette perspective, si vous vous rappelez de la source de ces chiffres, je suis preneur, merci d’avance


    • Xavier Le 07 octobre 2015 à 08h06
      Afficher/Masquer

      C’est une vision qui ne tient certainement pas compte de l’ensemble des pays où bcp de petites mains travaillent encore.

      Une des tactiques les plus utilisées dans tous les domaines est d’oublier de parler du référentiel étudié. Si on parle de travail et de production, on se doit d’être exhaustif et de voir pour chaque donnée si on peut considérer qu’elle est un élément limitant ou si la ressource est assimilable à l’infini. Système ouvert ou fermé, voilà la grande différence entre les années 1850 et 2015…

      La quasi totalité des ressources qui ont “permis” ce type de développement sont aujourd’hui dans des quantité où des coûts de production relatifs qui n’ont RIEN à voir avec quand nous étions 10 fois moins sur la terre et quand sur ces 10 fois moins, une infime partie “profitait” de ces produits, et encore dans des quantités infiniment inférieures qu’aujourd’hui.

      La guerre est inévitable tant qu’on voudra conserver ce type de “civilisation” productiviste expansionniste. Refuser de le voir ou de l’avouer c’est nous mener au casse-pipe, il va falloir sérieusement penser à débarquer ceux qui le font et à reprendre les manettes, mais aujourd’hui AUCUN mouvement ne va au fond du problème : un changement radical de vie pour éviter la mise en place de hiérarchies de dominance.


    • Papagateau Le 07 octobre 2015 à 16h08
      Afficher/Masquer

      Patrick Luder : du temps pour faire l’amour ou bien la guerre.

      Oui, et parmi les formes de guerre, il y a la guerre médiatique.
      Et ils sont nombreux a avoir choisi cette forme là : ça rapporte finalement plus que de tenir une matraque, et ça ne défroisse pas la chemise (dans une rédaction).

      Que voulez-vous, il faut bien vivre comme disait le voisin en 1941.


  6. Christophe Le 07 octobre 2015 à 06h28
    Afficher/Masquer

    A l’échelle de l’humanité, et dans un contexte de ressources limitées et de capitalisme débridé, l’industrie aéronautique de masse n’a probablement pas beaucoup d’avenir (sauf si vous croyez dur comme fer aux progrès technologiques bien sûr… du jus d’algues ?).

    Il n’empêche, Valls préfère stigmatiser la violence des sans culottes et ne leur propose aucun avenir durable.

    C’est vrai, l’Etat n’a plus de sous sauf du papier cul pour les banques.

    Pour la planète et ses habitants, il faudra aussi, un jour, se préoccuper du sort des travailleurs du nucléaire. Le climat social n’est pas bon, là non plus.


  7. franck Le 07 octobre 2015 à 06h32
    Afficher/Masquer

    JE SUIS VOYOU.


    • LA ROQUE Le 07 octobre 2015 à 07h11
      Afficher/Masquer

      JE SUIS VOYOU


    • BEYER Michel Le 07 octobre 2015 à 08h24
      Afficher/Masquer

      JE SUIS VOYOU!!!!
      Qu’est-ce que c’est que tout ce ramdam autour d’un incident grave, certes, mais qui ne mérite pas l’indignation nationale et internationale?
      Enfin dans peu de temps, on passera à autres choses. Poutine et Bachar feront bien quelques “vilenies” et mobiliseront le ban et l’arrière-ban.
      Pendant ce temps la tarte à la crème “dialogue social” nous est ressortie à toutes les sauces. “Dialogue social” pour annoncer près de 3000 suppressions de postes. C’est le summum de la non-violence. Dialogue social….Dialogue social….attrape-nigauds plutôt!!


      • LBSSO Le 07 octobre 2015 à 09h31
        Afficher/Masquer

        Bonjour Meyer Michel

        -“ne mérite pas l’indignation internationale”
        Vous avez raison. Toutefois, nous sommes en guerre économique . Tout ce qui peut affaiblir l’image de la France sera utilisé contre elle. Il est à remarquer que ce sont les media anglo-saxons qui s’en donnent à cœur joie. Les US et la GB sont sensé pourtant être nos grands alliés au sein du “bloc occidental”. Quand les dirigeants européens comprendront t il que la France est aussi la péninsule de l’Eurasie?

        -“ne mérite pas l’indignation nationale”
        Le climat social est lourd (“révolutionnaire” ?),en particulier en raison du chômage et de la précarité.
        Or, les images sont très symboliques. Air France porte le nom de notre nation. Si vous y ajoutez ,la foule et les chemises défaites des dirigeants, nous sommes alors dans la symbolique des condamnés à la guillotine dont, à la Révolution ,les bourreaux coupaient le col ou défaisaient la chemise avant l’exécution.

        Pour la petite histoire ,c’est le Général Berruyer ,qui fait rouler les tambours pour couvrir la voix de Louis XVI avant que ne tombe la lame.


      • Arnould Le 07 octobre 2015 à 09h44
        Afficher/Masquer

        “Incident grave” : en quoi? J’ai trouvé ce gag hilarant. Et j’en espère d’autres pour continuer à rire. Mais je préfèrerais que ça se passe dans les conseils d’administration, ce serait plus marrant.


    • yan Le 07 octobre 2015 à 09h45
      Afficher/Masquer

      JE SUIS VOYOU.
      ( faudrait ouvrir une page fb!)


  8. karima Le 07 octobre 2015 à 06h37
    Afficher/Masquer

    et si on parlait de l’entreprise Air France. A chacun de mes voyages sur cette compagnie, j’ai eu un coup de stress, une embrouille etc avec eux au point que cela fait 4 ans que je n’ai plus pris un seul de leur vol(et je suis, pourtant, grande voyageuse devant l’eternel …).
    Si les dirigeants de cette compagnie traitent leur salarié comme sont traités les clients alors je comprend la colère des salariés!! 😉


  9. Hansen Le 07 octobre 2015 à 06h42
    Afficher/Masquer

    pas spécialement choqué par cette ” violence” , au regard de la violence du libéralisme mondialiste , elle est je dirais , le minimum syndical .
    Les médias bon teint s’empressant d’opposer les cols blancs pilotes et nantis d’Air France aux mirobolants salaires à la restriction budgétaire nécessaire à la survie des dividendes des actionnaires.
    Car je crois que la messe est dite , Air France rejoindra la sidérurgie , les charbonnages , le textile , et bientôt le nucléaire et l’agriculture , décomposition de ce qui fit de la France une nation indépendante , face au mondialisme .Face au transport low cost ils ont déjà perdu depuis longtemps , le projet Transavia aurait pu sauver les meubles , les syndicats l’ont refusé , n’attendons pas un geste citoyen du genre ” volons français ” à la Montebourg , la rigueur budgétaire est également une priorité chez les consommateurs.


  10. Bruno Le 07 octobre 2015 à 06h53
    Afficher/Masquer

    Sur-réaction obscène des représentants du peuple. Ben oui : du peuple des rentiers.

    Tous avec ZEBDA : « Tomer la, tomber, tomber la chemise… ».

    Je pense que ces événements GRANDISSENT l’image de la France.


    • vloiseau Le 07 octobre 2015 à 08h41
      Afficher/Masquer

      Et c’est ce qui fait peur à cette oligarchie, comme il disent la France est ingouvernable… le modèle anglo-saxon est imposé et n’a jamais été discuté de façon profonde par quelques dirigeants ou potentiel que ce soit. Valls toujours forts avec les faibles, et faible avec les forts il devrait garder ce ton de matamore devant la commission européenne au lieu de ramper devant eux.


  11. GLEB Le 07 octobre 2015 à 06h59
    Afficher/Masquer

    La loi du marché = la loi de la jungle. C’est à dire qu’il n’y a que les règles du plus fort.
    Quand les “gueux” auront tout perdu, il leur restera toujours les dents et la rage.
    La confrontation physique est inéluctable …
    Messieurs en col blanc, Air France est un avant goût de ce que vous avez déclenché par arrogance, mépris, incompétence à diriger l’entreprise et votre soit disant “supériorité”.
    Achetez des chemises par lot de 10, ça risque de devenir un vrai bien “consommable”.


    • olivier69 Le 07 octobre 2015 à 12h58
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Quel marché ? Tant que les gens nommeront mal les choses, ils ne comprendront jamais ce qui leurs arrive. Si vous lisez correctement, vous avez pu constater que cette situation est le fruit d’une entente (et non d’un marché). C’est à dire le résultat d’une position dominante et d’un accord politique.

      Dire que c’est le marché, c’est ne pas voir les responsabilités des hommes qui se cachent derrière ces manipulations. C’est une façon de les dédouaner….Ce sont pourtant les lois du socialisme ! Et 60% de ma fiche de paie alimente cette oligarchie ! Vous croyez que si 100% de celle-ci était taxé, cela changerait les choses ? L’oligarchie aurait encore plus de pouvoir.

      Donc, si vous ne comprenez pas les “guillemets” dans le commentaire concernant justement le libéralisme, cela va être effectivement problématique pour la suite. Que font-ils de nos impôts ?
      Pour qu’il y ait un marché, faudrait-il pouvoir avoir le choix. Vous l’avez ? Pas moi….

      Protégeons le marché national (nos emplois) et les choses iront mieux. Le cadre des échanges est tronqué


      • olivier69 Le 07 octobre 2015 à 13h19
        Afficher/Masquer

        Lorsque le lion mange l’antilope, je ne pense pas que c’est un marché. La condition d’un marché, c’est d’avoir le choix. Le cadre d’un marché, c’est d’être humain et civilisé. Mais si vous pensez que les animaux de la jungle vont au marché pour s’alimenter, alors il serait tant que la nature leurs impose un impôt.

        Nous sommes dans “les lois de la distribution” (par une oligarchie) et le marché a disparu depuis longtemps….Dans cette distribution, il y a des hyènes (travail en groupe) ! Les hommes en font les frais. Et je suis scandalisé par le nombre de familles qui souffrent et vont souffrir prochainement.
        ps : Les slogans ne font pas avancer les choses.


        • olivier69 Le 07 octobre 2015 à 22h37
          Afficher/Masquer

          Charles de Gaulle :
          “Les gens de gauche ont rarement de grands projets. Ils font de la démagogie et se servent des mouvements d’opinion. La gauche tire le haut de la société vers le bas, par idéal d’égalitarisme. C’est comme ça que l’on a fini dans l’abîme en 1940… Les socialistes sont d’éternels utopistes, des déphasés, des apatrides mentaux. Ils gaspillent toujours la plus grande partie des crédits. On ne les a jamais vu dépenser efficacement les crédits… Je n’aime pas les socialistes, car ils ne sont pas socialistes… parce qu’ils sont incapables, ils sont dangereux.”


  12. hoc Le 07 octobre 2015 à 07h04
    Afficher/Masquer

    Le chef de l’Etat en a profité pour prôner un “dialogue social apaisé”. Il faut, a-t-il souligné, “un dialogue responsable avec un patronat qui prend les décisions qui sont attendues et des responsables syndicaux qui jouent la carte, la seule possible, celle du compromis et de la négociation”.

    “les décisions qui sont attendues….”

    Le socialisme à la française dans toute sa splendeur .


    • languedoc30 Le 07 octobre 2015 à 12h14
      Afficher/Masquer

      Oui, un dialogue social qui a été un peu agité, on va pas en faire un fromage. Pour une fois qu’on voit un DRH sans sa chemise et sa cravate on va pas nous gâcher le plaisir avec toute cette indignation , moi j’avoue que ça m’a fait rire. A la décharge des manifestants, Il faut rappeler, que dans ce pays, quand on se retrouve au chômage c’est avec l’assurance d’y rester jusqu’à la retraite, du travail, il n’y en a pas.


  13. abcinuits Le 07 octobre 2015 à 07h04
    Afficher/Masquer

    Nous voyons la chienlit politique s’ agiter face à la colère légitime des employés d’air France ,
    Eux qui ont instaurés la destruction de l’état français comme priorité afin de satisfaire les intêrets des multinationales et non celui de la France.
    Ils ont peur les félons de la république , car cela leur donne un avant gout de ce qu’il peut leur arriver !
    Il est grand temps de faire le ménage , qu’ils DEGAGENT LES FELONS !


  14. LA ROQUE Le 07 octobre 2015 à 07h09
    Afficher/Masquer

    A la radio ils n ‘ont pas hésité d’utiliser le mot ” tortionnaire ” pour qualifier les personnes qui s ‘en sont prises aux dirigeants. Excuser du peu !
    Lorsque les dirigeants de l’usine Smart demandent à ses salariés de travailler gratuitement alors que cette dernière fait des bénéfices comment doit t’on appeler cela ; des voyous ou des bienfaiteurs?


    • Varenyky Le 07 octobre 2015 à 10h24
      Afficher/Masquer

      Jadis l’esclave avait au moins l’espoir de devenir un homme libre.


  15. Kiwixar Le 07 octobre 2015 à 07h26
    Afficher/Masquer

    Macron : “Rien ne remplace le dialogue social”
    – T’es viré.
    – Est-ce qu’on peut en discuter?
    – Non, t’es viré.
    – Même pas un pot de Nutella comme pot de départ, ou un paquet de chips pour rendre la misère plus douce?
    – Non, t’es viré, et encore, sois content, on aurait pu en plus te foutre en prison pour “entrave au dialogue social”

    Comme disait jesaispuqui (Barroso?) “tant qu’il n’y aura pas des morts côté patronat, la situation ne va faire que se dégrader côté salariés”.


    • Varenyky Le 07 octobre 2015 à 10h17
      Afficher/Masquer

      C’est encore plus pervers que ça!
      “Le pot de Nutella c’est mauvais pour ta santé et comme je veux ton bien je ne peux t’en donner, quand aux chips il y a de l’huile de palme qui finance les dictateurs du tiers monde, serais tu a la fois contre la survie de ta planète et pour l’aide aux marchands d’armes ?”
      Devant tant de mauvaise fois présentée si calmement et avec tant d’aplomb le cerveau humain non formaté “Sciences Po” à quelques difficultés à penser rapidement et surtout sur un terrain autre que celui sur lequel on le place, cela déclenche la peur et sa conséquence la violence.
      Quelle merveilleuse répartie du mauvais élève Georges Marchais à Duhamel dans les années 70 “Ce n’est pas ma question”, “Oui mais c’est ma réponse”.
      C’est ce que montrait bien la vidéo de l’employée d’Air France si touchante surtout quand elle déclare à la fin “nous notre uniforme nous sommes fier de le porter”
      Son interlocuteur est ailleurs, il pourrait tout aussi bien vendre des Petit Lu et la fierté est pour lui un terme d’un millénaire passé.


  16. Xavier Le 07 octobre 2015 à 07h27
    Afficher/Masquer

    Petit rappel aux grands démagocrates :

    « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

    Déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen – Art. 35


    • Varenyky Le 07 octobre 2015 à 10h31
      Afficher/Masquer

      Quand cette phrase a été écrite, ceux qui l’ont rédigée devaient le penser.
      Maintenant c’est simplement un argument de marketing.
      Pourquoi donc Ségala peut conseiller tout autant un industriel de croquettes pour chien qu’un homme politique?
      La série de conférence d’Henri Guillemin sur la mise en place de la République par des royalistes montrent bien ce projet.


    • LBSSO Le 07 octobre 2015 à 14h26
      Afficher/Masquer

      Bonjour ,

      vous commettez une petite erreur fréquente, que je trouve très symptomatique de notre culture française, celle enfouie dans “notre inconscient collectif “:En effet:

      L’article 35 que vous mentionnez n’appartient pas à la “Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen” car elle n’existe pas !

      Soit il s’agit de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.Celle-ci a été adoptée par l’ONU (donc internationale) en 1948 (donc XXième siècle) et ne contient que 30 articles.
      http://www.aedh.eu/plugins/fckeditor/userfiles/file/Conventions%20internationales/declaration-universelle-droitshomme-1948pdf.pdf
      .
      Soit il s’agit de la “Déclaration des droits de l’homme et du citoyen” de 1793,qui fait suite à celle de 1789 .Donc France , XVIII siècle . Elle n’est pas “Universelle” mais contient l’art 35.
      Celle de 1789:https://fr.vikidia.org/wiki/D%C3%A9claration_des_droits_de_l'homme_et_du_citoyen_de_1789
      Celle de 1793 avec l’article 35 que vous citez:
      http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-constitutions-de-la-france/constitution-du-24-juin-1793.5084.html

      La portée n’est donc pas la même ,cela aurait été trop beau.

      Ca ne m’empêche pas d’avoir “liké” ! .


      • Xavier Le 07 octobre 2015 à 15h26
        Afficher/Masquer

        Merci pour la précision !
        Qui au passage montre (prouve si on l’inclue dans un grand faisceau d’éléments) que l’ONU n’a pas le rôle qu’on pourrait croire de protéger les peuples…


  17. valles Le 07 octobre 2015 à 07h30
    Afficher/Masquer

    Une petite pensée pour les deux vigiles, les seuls vrais blessés de l’histoire.


  18. LBSSO Le 07 octobre 2015 à 07h35
    Afficher/Masquer

    Le mot “voyou” est tombé en désuétude. On utilise plutôt le mot “racaille” ou sa variante en verlan “caillera”. Il a beaucoup été reproché aux politiques de ne pas l’utiliser pour nommer les “jeunes ” des banlieues. Vals s’en saisit donc pour montrer que fort de son autorité , il ose nommer les choses.
    Etymologiquement , “voyou” vient de “voie” ,évoquant ainsi un individu qui rôde dans les rues ,un vagabond.

    Le Larousse donne comme définition “individu de mœurs crapuleuses qui fait parti du mileu”.

    Aussi quand Vals dit :” Ces agissement sont l’œuvre de voyous” . De qui parlaient-ils ?Des salariés ,des dirigeants ? Rêvons un peu…Ah non ce doit être de l’Etat alors .

    Une des rares utilisations actuelle du mot “voyou” dans la langue française :quand il traduit l’expression américaine “rogue state” par ” Etat voyou”.
    Rêvons encore :M. Kouchner intervient au 20h et sur toutes les radios pour dénoncer le bombardement par un “Etat voyou” d’un hôpital de MSF ,ONG dont il est un des cofondateurs.

    Fin du rêve


  19. Xavier Le 07 octobre 2015 à 07h39
    Afficher/Masquer

    “JUSTIFIABLE” (donc, pour les médias) :

    – Distiller le chaos en Afrique et au moyen orient pour qu’un modèle de production d’énergie oligopolistique (le pétrole et le nucléaire) perdure (des millions de morts en Irak, Syrie, Libye, Soudan, Tchad, etc.),
    – Nier le droit des peuples à décider de leur avenir (traité européen de Lisbonne),
    – L’apartheid et la “purification ethnique” en Israël,
    – Le lent mais maintenant très avancé transfert du pouvoir politique des états vers les multinationales via les ONG et autres fantoches…

    “INJUSTIFIABLE” :
    – Critiquer les marchands d’armes et des banquiers qui les font vivre,
    – Vouloir retrouver des frontières historiques,
    – Comprendre que l’appétit du pouvoir et l’expansionnisme nous mène droit à la guerre et pas les mythes du “retour des années sombres” ou le “danger islamiste généralisé”,
    – Résister à la pensée unique,
    Etc.

    Commémoration des 60 ans de l’Appel à la résistance du CNR :

    Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la
    Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la
    France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre
    l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique,
    sociale et culturelle.
    Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et
    soeurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace
    n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.
    Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au
    profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais
    pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes
    et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne
    s’éteigne jamais :
    • Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités
    publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble
    l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans
    la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des
    ” féodalités économiques ” , droit à la culture et à l’éducation pour tous, presse délivrée
    de l’argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il
    manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales,
    alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération,
    période où l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques,
    intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser
    impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace
    la paix et la démocratie.
    • Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats
    héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité
    aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à
    leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau ” Programme de Résistance ” pour
    notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et
    de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.
    • Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grandsparents,
    les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique
    contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour
    notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la
    culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous
    n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts
    privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux
    ordonnances sur la presse de 1944.
    Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons
    dire avec notre affection : ” Créer, c’est résister. Résister, c’est créer “.

    Signataires : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier,
    Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-
    Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant,
    Maurice Voutey.


    • pittion Le 07 octobre 2015 à 12h24
      Afficher/Masquer

      Merci de nous rappeler l’Appel du CNR, largement ignoré de la presse, ces jours-ci, alors même qu’on officialise les 70 ans de la Sécurité Sociale dont la création, comme d’ailleurs les principales mesures de protection sociale ont été inspirées par cet Appel et – ce que l’on oublie aussi toujours de dire – mises en œuvre par les cinq ministres communistes du second goouvernement De Gaule


  20. LA ROQUE Le 07 octobre 2015 à 07h39
    Afficher/Masquer

    Sondage du Midi Libre
    Sur i télé il y avait le même sondage et à 8 heures les proportions étaient les mêmes.


    • Alain C Le 07 octobre 2015 à 08h17
      Afficher/Masquer

      Oui, ça m’a attristé d’ailleurs.
      Cela veux dire qu’il y a encore 47,5% de la population qui ne comprend pas encore ce qui se passe
      ceci dit, ya du progrès….


      • Micmac Le 07 octobre 2015 à 11h15
        Afficher/Masquer

        Après le matraquage médiatique, je trouve ce sondage plus qu’encourageant.

        Il y a quand même plus de la moitié des sondés qui ne se laissent pas enfumer par presque 100% des journalistes ou autres commentateurs… Je ne dirai pas que ce n’est pas si mal, je dirait que c’est vraiment très bien.


  21. Stéphane Le 07 octobre 2015 à 07h47
    Afficher/Masquer

    Autant j’apprécie la vision alternative souvent présentée dans ce blog, autant je trouve ce billet bien léger. Il ne faudrait pas faire ce qu’on reproche si souvent aux autres médias et sortir l’artillerie lourde sans justificatifs ou argumentaire.

    Donc oui, les déclarations des Valls, Hollande et de leurs acolytes de droite ou de gauche sont pathétiques et/ou écoeurantes. Oui nous vivons dans une société dans laquelle on écrase toujours plus l’immense masse des travailleurs pour l’enrichissement de quelques privilégiés. Oui le travail de la plupart des médias ressemblent plus à de la propagande qu’à de l’information.

    Mais il ne faudrait pas se tromper de coupables. Il ne me semble pas absurde de penser qu’il puisse être nécessaire de fermer des lignes déficitaires pour préserver le reste de l’entreprise. La concurrence est rude sur les vols longs courriers, et on a que l’embarras du choix pour prendre un vol vers Hong-Kong ou Singapour. Et ce n’est certainement pas à l’état (et donc à nous) de payer pour maintenir les avantages de pilotes dont, soyons honnêtes, le rôle est maintenant principalement cosmétique vu que cela fait des années que les avions sont capables de voler seuls, et qu’ils le font. Quels sont les résultats d’Air France ? Y a t’il eu des bénéfices fabuleux ces dernières années ? J’entends que la plupart des catégories de personnels de la compagnie ont accepté de faire des efforts sur leurs salaires ou leur conditions de travail, qu’ont fait les pilotes ? Que représentent leur salaires dans les coûts d’exploitation des vols longs courriers ?

    Je ne défends pas la direction d’Air France et ne connais pas suffisamment le dossier pour cela, mais sans réponses à ces questions, ce billet risque de ressembler à un article dans un “vrai” journal : un réquisitoire se servant d’une information partielle pour illustrer et promouvoir ses propres idées sans se soucier de la vérité ou de la vision d’ensemble du problème. Allons Olivier, nous savons tous que tu peux faire mieux que ça !


    • Louise Le 07 octobre 2015 à 10h15
      Afficher/Masquer

      “Oui le travail de la plupart des médias ressemblent plus à de la propagande qu’à de l’information.”
      Ben oui c’est juste ce qui est dit dans l’article.
      C’est ainsi intéressant de voir toute cette médiacratie s’identifier au DRH, elle sent le tissu de leur chemise de prix se déchirer. ¨Par contre aucune identification avec les salariés mis au chômage”. Très choquée la médiocratie grassement payée pour nous faire avaler l’austérité de voir tout d’un coup les moutons qui refusent d’aller à l’abattoir gentiment, en faisant la révérence devant le bon maître et qui se rebellent .. Hallucinant s’écriait la nouvelle Marie Antoinette, Daphné Burki, un cri du cœur. Pour une fois par de désinvolture, pas de légèreté ni de distance cynique à Canal +…. mais l’incompréhension, voire la trouille…Pour ce qui est du fond, le capitalisme après avoir créé la classe moyenne parce qu’il en avait besoin est en train de la laminer. La logique infernale du profit par le chômage et la baisse des salaires va arriver à son terme, car pour faire du profit il faut des consommateurs et les chômeurs ne consomment pas, et le fric fait non par la création de richesse mais par la spéculation va, lorsqu’un grain de sable va se mettre en travers nous conduire dans le mur.


    • Varenyky Le 07 octobre 2015 à 10h54
      Afficher/Masquer

      Voilà un bon exemple de commentaire de ce que peut faire la désinformation des médias
      “je connais pas suffisamment le dossier pour cela”
      “les avions sont capables de voler seuls” (ok bon courage surtout quand on connait le nombre de situations dangereuses créés par les programmes qui n’ont été sauvées uniquement que parce qu’il y avait des pilotes à bord)
      Les objectifs est de désigner des boucs émissaires, (les pilotes, les syndicats…) afin que la foule soit disant bien informée se charge de leur régler leur compte.
      Etonnant d’ailleurs cette information récente du trio propriétaire du Monde d’élargir leur empire.


    • Pavlo Le 09 octobre 2015 à 00h46
      Afficher/Masquer

      “nécessaire de fermer des lignes déficitaires pour préserver le reste de l’entreprise”

      Ou alors on pourrait avoir une entreprise NATIONALE dont le but ne serait pas de faire du bénéfice pour des actionnaires mais de GARANTIR une couverture de transports aériens; et de financer cela en fonction de l’importance nationale qu’on lui accorde.

      A force de tout privatiser on se retrouvera bientôt SANS indépendance aérienne. Et ainsi la France (dans ce cas d’exemple ci, mais c’est hélas aussi le cas pour bien d’autres pays) devra obéir à son maître sans quoi, couic, aucune liaison aérienne.


      • Sjoberg Le 09 octobre 2015 à 13h35
        Afficher/Masquer

        Tout a fait d’accord! Ce raisonnement devra s’appliquer à tout un tas de domaines essentiels à la collectivité et bien évidemment à chacun d’entre nous. Réfléchissons, redefinissons ensemble la “raison sociale” des entreprises, même privées!


  22. dupontg Le 07 octobre 2015 à 07h48
    Afficher/Masquer

    ça pourra peut etre donner des idées aux salariés de Lufthansa qui sont aussi dans des “negociations” tendues


  23. Pierre Ratcliffe Le 07 octobre 2015 à 07h49
    Afficher/Masquer

    On ne nous parle pas assez des raisons des déboires d’AF. Dans le paysage du transport aérien et de la concurrence de l’offre. Veut on que l’État reprenne le contrôle de l’entreprise et que ce soit le gouffre a subventions? Autrefois AF c’etait Air Chance. Des compagnies aériennes ont disparu dans le processus de destruction créatrice. Rappelez vous PANAM United et American Airlines et Swissair. Des joyaux en leur temps.


    • Lucas Le 07 octobre 2015 à 08h19
      Afficher/Masquer

      Je commence à en avoir ras le bol qu’on nous sorte cette fichue Destrctuon Créatrice à chaque fois qu’un secteur d’activité est en train d’être foutu par terre.
      Il faudrait commencer à réfléchir au concept de Déstruction Créatrice-de-Rien-du-Tout, si ce n’est bien sûr de chômage.


      • Joséphine Le 07 octobre 2015 à 09h01
        Afficher/Masquer

        Concernant le trafic aérien, il y a bien destruction créatrice: destruction de la couche d’ozone, de la biodiversité…création de l’effet de serre, de l’émission de CO2…
        Par ailleurs, et comme tout domaine économique: c’est aussi le choix des consommateurs de payer moins cher. Personnellement j’évite de prendre l’avion (une fois en 8 ans et c’était air France), mais en la matière, autour de moi, le calcul est vite fait, sans aucun état d’âme. Parce que, hein, c’est un droit de voyager pas cher. Un droit de l’Homme même.


        • Arnould Le 07 octobre 2015 à 09h47
          Afficher/Masquer

          Hors sujet, mais je le pense depuis 10 ans. Le transport aérien est le marqueur de la future très grande crise. Voilà un secteur qui fait des bénéfices alors qu’il ne sert à rien. Quand il n’en fera plus, ce sera très mauvais signe pour nos économies et notre civilisation.


    • Micmac Le 07 octobre 2015 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Faudrait aussi savoir quels sont les conditions de la concurrence qui ont mises Air France dans cette situation.

      Les salariés de Rayan Air, par exemple, payés par des sociétés écrans basées dans des paradis fiscaux, sociétés qu’ils doivent fonder eux mêmes (ils sont entrepreneurs sous traitant de Ryan Air), et qui ne peuvent cotiser ni pour leurs retraites ni pour leurs santés.

      Renseignez vous aussi sur les conditions de travail dans les nouvelles compagnies des pays du Golf.

      La question que je me pose : pourquoi accepte t-on de telles conditions de concurrence?

      Notre pays étant l’un des plus touristique au monde, et se trouvant en plus au milieu de pas mal de couloirs aériens internationaux, nous avons un bras de levier simple pour agir : sur les taxes aéroportuaires, ou encore, l’arme atomique, par l’interdiction de survol du territoire pour les compagnies qui ne respectent pas un minimum de droit sociaux pour leurs salariés. Ça changerait pas mal la donne, et je doute que de telles mesures fassent diminuer le tourisme ou le trafic aériens, à part de façon assez marginal. Lorsqu’on a les moyens de s’offrir des vacances à l’étranger, on a les moyens de payer un billet d’avion un peu plus cher. En ce qui concerne les voyages d’affaires, les voyageurs peuvent toujours payer…


      • dupontg Le 07 octobre 2015 à 13h19
        Afficher/Masquer

        un pilote de ligne revient à 400€ de l’heure..dans le meme temps un long courrier brule 7000€ de kerosene….alors le salaire de l’equipage est loin d’etre determinant.
        l’important c’est de bien remplir l’avion,de payer le kerosene le moins cher possible avec un appareil le plus economique possible……..et de se faire subventionner par les etats et les aeroports comme ryanair


    • PasGlopPasGlop Le 07 octobre 2015 à 12h53
      Afficher/Masquer

      Personne (merdias ?) pour nous parler de la baisse du pétrole depuis le début de l’année.
      Ça doit vachement influer sur le prix du Kérozène, non ?
      En fait les 2900 suppressions d’emplois sont dus à la baisse du prix du Kérozène …
      Pas mal, hein ! Ils sont bons quand même ces libéraux ! (ironie).
      Mais vous verrez que les “marchés” salueront comme il se doit “la bonne gestion” d’Air France une fois que les 2900 auront été “lourdés …”


  24. Homère d'Allore Le 07 octobre 2015 à 07h56
    Afficher/Masquer

    Manger l’herbe d’autrui ! Quel crime abominable !
    Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Le traitement médiatique vous rendra blanc ou noir.


  25. rakas Le 07 octobre 2015 à 08h03
    Afficher/Masquer

    Je trouve qu’il serait intéressant d’ajouter les déclarations de Alexandre de Juniac sur le travail des enfants, le droit du travail et les comparaisons avec le Quatar.

    “Les acquis sociaux ? Tout cela est « très flou ». Les 35 heures ? « La durée du temps de travail, qui paraît-il est un acquis social, qu’est-ce que cela veut dire ? ». L’âge de départ à la retraite ? « Est-ce que cela a un sens ? ».

    L’œil vitreux (de Juniac est intervenu après le déjeuner), il embraye ensuite sur le sujet de l’interdiction du travail des enfants. Une interdiction dont le bien fondé semble douteux au président d’Air France – KLM : « On a d’abord interdit aux enfants de moins de huit ans de travailler, puis l’interdiction a été portée à douze ans, puis à seize. (…) Qu’est-ce que c’est qu’un enfant ? Est ce qu’il faut les faire travailler, pas travailler ? Pas sûr ».

    Mais le comble est atteint lorsque de Juniac, évoquant la concurrence à laquelle sa compagnie doit faire face dans un monde globalisé, raconte une anecdote qu’il trouve manifestement croustillante : « Comme le disait mon homologue de Qatar Airways hier à propos de la grève, “M. de Juniac, chez nous, ce ne serait pas possible, on les aurait tous envoyés en prison” ». Salve d’applaudissements dans la salle. Le Qatar érigé en exemple, pays où comme le rappelle Mediapart, « les salariés émigrés, traités comme des esclaves, meurent par tombereaux sur les chantiers ».

    Tout au long de ces 20 minutes, de Juniac n’en rate pas une, taxant en filigrane ses employés d’ignorants : « Je pense qu’on se trompe sur le degré de conscience de nos troupes de ce qui se passe » (à propos des « enjeux mondiaux »), et empilant les maladresses. Au sujet du plan Transform 2015, qu’il a conçu à son arrivé à la tête d’Air France en 2012 et qui portait sur 10 000 suppressions d’emplois, réductions de coûts obligent, il précise qu’il a été au préalable expertisé : « Les meilleurs experts mondiaux sont venus, on a payé tout un tas de cabinets de consultants très cher. » Payer très cher des cabinets censés justifier les réductions de coûts drastiques pour cause de caisses vides, on admettra que c’est cocasse.”

    texte tiré de cet article : http://www.legrandsoir.info/quand-alexandre-de-juniac-pdg-d-air-france-klm-remet-en-cause-l-interdiction-du-travail-des-enfants.html

    vidéo du discours de Juniac: https://www.youtube.com/watch?v=b4kKEJ0KgXs


    • vloiseau Le 07 octobre 2015 à 10h08
      Afficher/Masquer

      C’est choquant, très choquant, il montre leurs vraies visages, je n’irais pas plus loin mais cette tradition est ancienne, elle remonte aux physiocrates, repris en cela par la Révolution Bourgeoise, et la contre-révolution et parfurme notre époque.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Physiocratie

      « La doctrine des physiocrates est un mélange de libéralisme économique et de despotisme éclairé […] la pensée des physiocrates s’ordonne autour de quatre grands thèmes : la nature, la liberté, la terre, le « despotisme légal » […] L’État doit être gouverné par des propriétaires fonciers ; eux seuls ont une patrie ; patrie et patrimoine sont joints. […] Les physiocrates sont donc hostiles à toute réglementation. Leur formule est « laissez faire, laissez passer » […] Les physiocrates sont partisans de la monarchie absolue. »


    • Jacko Le 07 octobre 2015 à 11h28
      Afficher/Masquer

      Il n’en rate pas une effectivement. C’est hallucinant comme dirait l’autre.
      En tout cas merci pour ce lien.

      Bon l’auditoire n’a pas l’air transporté, on voit bien que c’est l’heure de la sieste et que le déjeûner effectivement a dû être bon.
      Ah si, rires et applaudissements quand le sieur De Juniac raconte son anecdote sur le Qatar qui s’étonne du droit de grève en France et qui dit que chez eux, les grévistes seraient mis en prison.
      ça ça les a bien fait marrer. Impayable ce brave De Juniac, ah ah ah, qu’il est bon de se fendre la pense après se l’être bien remplie.
      ça me rappelle tellement de choses que j’ai vécu dans les différentes entreprises dans lesquelles j’ai bossé… soupirs…


      • Micmac Le 07 octobre 2015 à 11h38
        Afficher/Masquer

        J’avais vu cette vidéos il y a plusieurs mois déjà. J’avais aussi été frappé, bien sûr, par l’arrogance de ce bonhomme et par son cynisme. Et son allocution empattée (“L’alcool, non, l’eau ferrugineuse…”).

        Mais aussi par, manifestement, son incompétence totale. Voilà un gars qui contrôle une compagnie aérienne basée dans le pays le plus touristique du monde, et qui ne voit pas d’autres moyens pour développer son “entreprise” que réduire le coût de sa main d’œuvre, et qui le fait en s’appuyant sur des audits extérieurs… Autrement dit, il fout rien…


  26. Lucas Le 07 octobre 2015 à 08h07
    Afficher/Masquer

    J’Aimerais bien que nos dirigeants assument leur ligne politique et nous expliquent clairement que l’existence d’une compagnie aérienne francaise est absurde dans un contexte de mondialisation, et qu’il faut donc détruire Air France une bonne fois pour toute, ou bien sortir de la mondialisation.

    Peut-être même un petit référendum?


    • Bruno Le 07 octobre 2015 à 08h24
      Afficher/Masquer

      Votre première phrase contient deux termes totalement antinomiques : “nos dirigeants” et “assument”.


  27. Merome Le 07 octobre 2015 à 08h11
    Afficher/Masquer

    « Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclats de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continuent la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. […] Ainsi, tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, est toujours défini, toujours aisément frappé, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, elle se dérobe, elle s’évanouit dans une sorte d’obscurité. »

    Jean Jaurès, discours devant la Chambre des députés, séance du 19 juin 1906.


  28. douarn Le 07 octobre 2015 à 08h12
    Afficher/Masquer

    Bonjour
    La violence des réactions de nos grands hommes n’est pas étonnante, l’habit fait le moine. L’arrachage du costard est d’une symbolique hyper forte pour la classe dirigeante si l’on a pas conscience que le costard est un uniforme par lequel et dans lequel cette classe se reconnaît ainsi qu’un outil de positionnement et de manipulation des masses.
    Le torse nu du monsieur fait paraître ses défauts physiques à sa classe, le rabaisse au rang du quidam moyen avec ses bourlets, cela le fait paraître faible aux yeux des masses.

    Il faut à tout prix regarder la video suivante pour comprendre :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZvURR83ohcg&index=2&list=PLZUdS2EdDWN7_ysVCWYjiBtfMRwMclVNO


  29. Cédric Le 07 octobre 2015 à 08h14
    Afficher/Masquer

    quand je vois tous ces gens qui sont scandalisés, qui ils sont au fond d’eux-mêmes, je me dis que ce qui est arrivé n’est pas une mauvaise chose.

    je me dis autre chose aussi, que je garderai pour moi…


    • Cédric Le 07 octobre 2015 à 08h17
      Afficher/Masquer

      je voulais dire : on a quand même des tueurs d’enfants qui s’indignent pour deux chemises déchirées….


  30. woili woilou Le 07 octobre 2015 à 08h16
    Afficher/Masquer

    on pointe du doigt les pilotes qui gagnent soi disant de trop alors qu’ils ont la vie de centaines de passagers à chaque décollage dans leurs mains mais personne ne se pose de questions quant à la demande des actionnaires de gagner toujours plus…
    et les dirigeants d’air France… ils gagnent combien ?!

    le traitement médiatique est à gerber !


  31. Philippe30 Le 07 octobre 2015 à 08h17
    Afficher/Masquer

    Il faut envoyer la troupe pour réduire ces agitateurs.

    Des agitateurs qui refusent les licenciements de 2900 personnes pour nécessaire afin de payer l’augmentation de 72 % du salaire de Mr Alexandre de Juniac entre 2013 et 2014.

    375.000 à 645.000 € , il faut commencer par faire des économies dans les hauts salaires …..

    http://www.journaldunet.com/business/salaire/patron/alexandre-de-juniac

    Philippe


  32. Jeanne L Le 07 octobre 2015 à 08h20
    Afficher/Masquer

    Un paragraphe (d’hier matin) avec lequel je suis totalement en accord:
    ” La violence sociale est une réalité, tandis que la presse, le gouvernement n’ont pas assez de mots pour fustiger les travailleurs d’Air France et la colère qui les a poussé à arracher la chemise des cadres, rappelons qui est le PDG d’Air France et quelle est sa vision du travail dans l’entreprise, sa référence à des concurrents débarrassé du droit du travail, les monarchies du Golfe… Quoiqu’on en pense il y a une logique dans ce gouvernement socialiste: prendre comme alliés les dites monarchies, utiliser les travailleurs qualifiés qui fuient les bombes comme de la main d’œuvre taillable et corvéable à merci et à partir de là aller vers le retour au XIX siècle de la France. C’est ça leur Europe, celle qui appuie partout la guerre et la régression sociale. Il faut que la journée de lutte soit une grande réussite. (note de Danielle Bleitrach)
    https://histoireetsociete.wordpress.com/


    • Le basque Le 07 octobre 2015 à 09h04
      Afficher/Masquer

      Manifestement vous parlez parler d’un sujet que vous ne connaissez pas. Les conditions de travail à Air France sont assez bien protégé du capitalisme sauvage.

      Dois je vous rappeler qu’il n’y a pas un agent à temps plein à moins de 1800€ net par mois.
      C’est d’ailleurs un des problèmes dans la motivations des personnels, le manque de sélectivité dans les avancements. Une personnes qui se démènent aura au plus 25€ de plus / mois lors des augmentation que quelqu’un qui se contente de faire sont travail tranquillement.


      • Papagateau Le 07 octobre 2015 à 17h41
        Afficher/Masquer

        Ils sont en horaires décalés, avec travail de nuit du dimanche au 14 juillet.
        Quand vous avez mal dormi toute la journée, car la journée il y a des bruits qui viennent de partout, et que vous vous réveillez a 21h30 et que vous vous demandez ce que vous allez faire de votre nuit du mardi au mercredi, car c’est votre NUIT de congés.
        En attendant, alors que vous avez la bouche encore un peu pâteuse, votre moitié vous propose de manger un cassoulet au réveil. Une bonne occasion de discuter avec les enfants que vous n’avez pas pu voir du week-end.
        Maintenant 23h00, les enfants sont couchés et votre épouse vous dit bonne nuit.
        Mais qu’Est-ce que je vais faire de ma nuit de congés?

        Comparez maintenant


      • LEMOINE Le 07 octobre 2015 à 17h57
        Afficher/Masquer

        Un travail bien organisé est celui que l’on peut faire tous les jours, dans le temps prévu au contrat de travail, sans mettre en cause sa santé ou sa capacité à avoir en dehors des activités sociales. Ceux qui se “démènent”, ceux qui font l’impossible, qui “en veulent” et qui “se donnent à fond” etc, ont des comportements d’esclaves. Ce n’est pas normal d’avoir à travailler le soir chez soi, de prolonger sans se faire payer ses heures. Cette situation s’est imposée peu à peu, petit pas après petit pas, au cours des dernières décennies. De telles situations n’existaient pas jusqu’à la fin des années 80.
        Quant au salaire plancher de 1800 euros, il ne devrait pas choquer : il permet tout juste de se loger, d’élever à peu près dignement ses enfants. Ce qui est choquant, c’est de voir des gens qui reçoivent des émoluments qui devraient leur permettre de vivre plusieurs vies. Sont-ils donc des demi-dieux ? Ils en semblent persuadés. Ce n’est pas mal de les secouer un peu (cela peut se faire moralement, c’est mieux que physiquement).

        Montaigne au sujet des cannibales : “Ils dirent qu’ils trouvaient en premier lieu fort étrange que tant de grands hommes, portant barbe, forts et armés, qui étaient autour du Roi (il est vraisemblable qu’ils parlaient des Suisses de sa garde), se soumissent à obéir à un enfant, et qu’on ne choisisse plutôt quelqu’un d’entre eux pour commander ; secondement (ils ont une façon de leur langage telle, qu’ils nomment les hommes moitié les uns des autres) qu’ils avaient aperçu qu’il y avait parmi nous des hommes pleins et gorgés de toutes sortes de commodités, et que leurs moitiés étaient mendiants à leurs portes, décharnés de faim et de pauvreté ; et trouvaient étrange comme ces moitiés ici nécessiteuses pouvaient souffrir une telle injustice, qu’ils ne prissent les autres à la gorge, ou missent le feu à leurs maisons.”

        Oui, il est choquant de voir commander dans le travail, des gens qui n’ont pas été élus, qui n’ont d’autres légitimité que la propriété le plus souvent héritée. Cela est source d’inégalités insupportables.


  33. YpLee Le 07 octobre 2015 à 08h37
    Afficher/Masquer

    Je ne connais pas très bien la situation présente dans votre pays mais vu de l’extérieur je trouve plutôt ça jouissif de voir un de ces gros bonnet se faire à moitié lyncher.

    Ils ont voulu tâté les limites et elles ne sont apparement pas loin.
    Ils ont oublié que la colère du peuple peut être terrible.

    Je sais, ce n’est pas politiquement correct mais pour tout ceux qui souhaite vraiment des changements dans notre société on se réjoui à chaque fois de ce genre d’événement qui montre que le peuple n’est peut-être pas encore totalement endormis.

    Je suis sûr qu’on peut encore trouver des gros stock de fourches 🙂


  34. Alberto Le 07 octobre 2015 à 08h40
    Afficher/Masquer

    Et qu’attend Pujadas pour demander aux grévistes s’ils regrettent leur geste ?

    https://www.youtube.com/watch?v=56WjT1mqYvs


  35. Homère d'Allore Le 07 octobre 2015 à 08h41
    Afficher/Masquer

    A propos des mensonges de Jules Moch, très opportunément rappelés par Olivier, on notera une certaine similitude avec des stratégies actuelles.


  36. Le basque Le 07 octobre 2015 à 08h46
    Afficher/Masquer

    Je suis vraiment atterré de lire un tel article et de tels commentaires sur le blog d’Olivier !!!

    C’est digne de la propagande occidentale sur la guerre en Ukraine. Méchants directeurs qui se démènent pour sauver 40 000 salariés et leurs familles, gentils syndicalistes et agresseurs qui veulent tabasser du directeur.

    Etant salarié d’ Air France depuis maintenant 15 ans, simple développeur au service informatique, je soutiens totalement la direction de la compagnie.
    Bien sûr que c’est dramatique pour les personnes qui vont se retrouver licencier, mais la faute n’en revient en aucun cas à la direction, mais au corporatisme des pilotes et à certains syndicats qui jettent constamment de l’huile sur le feu.
    Toute violence est totalement inadmissibles et encore plus dans le cas présents. Si l’auteur de ce torchons avait fait preuve d’un peu d’objectivité, il aurait à la manière de ce que fais Olivier, repris l’ensemble des faits sur la situation économique de l’entreprise, les tentatives de négociations… Avant de se laisser aller à la lutte des classes !!!
    Dois-je vous rappeler qu’Air France aligne des pertes depuis maintenant 7 ans, que nous avons échappé déjà une fois à la faillite juste avant la nomination de M. De Juniac car notre dette était supérieur à nos capitaux propre. Situation qui se répète aujourd’hui.
    Si rien n’est fait dans 2 ans Air France perd sa licence de vol et sera déclarée définitivement en faillite laissant environs 40 000 personnes sur le bord du chemin !!!!
    Transforme 2015 visait à retrouver un bénéfice d’exploitation via une réduction de coût et de meilleurs process de travail sans aucun licenciement ni réduction d’activité. L’ensemble des personnels ont atteint leurs objectifs (-10%) à l’exception des pilotes qui n’ont fait que -3% au lieu des -5% sur lesquelles ils s’étaient engagés.
    La directions leur a donc demandé de solder le plan transforme dans les plus brefs délais pour lancer le plan Perform 2020 visant également des gains de productivité mais comportant aussi des investissements importants (nouveaux avions, nouvelle cabines) pour développer la compagnie. La direction demande aux pilotes de travailler environs 100 heures de plus par an à salaire également ce qui les amènerait à 900 heures maximum par an pour un salaire entre 6500€ et 16500€. Pour rappel les 35h représentent 1600 heures de travail annuel.

    J’espère qu’après ce résumer très rapide de la situation vous aurez compris que s’il y a des personnes à montrer du doigt ce n’est pas la direction mais nos “amis” pilotes qui sont par ailleurs 30% plus chères que ceux de British ou Lufthansa.

    Je précise de nouveau que je ne fais pas partie du comité de direction, mais que je suis un simple employé comme tant d’autre.


    • Bruno Le 07 octobre 2015 à 09h19
      Afficher/Masquer

      On ne défend pas forcement les pilotes qui ont leur part d’égoïsme, comme d’autres : médecins fonctionnaires de fait, mais surpayés, retraites en croisière 4 fois dans l’année, cadres + ou – supérieurs d’entreprises qui gagnent 2 ou 3 fois plus que la décence devrait les autoriser, etc…
      Air France, ses salaries et ses dirigeants se défendent comme ils le peuvent dans ce monde de chiens enragés pour conserver les emplois.

      Cela dit, le traitement médiatique de l’affaire n’en reste pas moins surprenant s’agissant d’une regrettable “bavure” à mettre en regard des 25000 nouveaux chômeurs mensuels depuis environ 5 ans et de la violence, y compris physique, qui leur est faite. Cela est-il en rapport avec le fait que toute la presse française ou presque est aux mains des patrons d’industrie, de préférence d’armement ?

      On aimerait également voir Valls dans un pareil état de colère, la bave aux lèvres, menton en avant, en apprenant les derniers chiffres du chômage. On aimerait voir les socio-démocrates du parlement européen éructer a la tribune en apprenant que le ministre-voyou Junker va être nomme a la tête de la commission européenne.

      C’est tout.


    • Astatruc Le 07 octobre 2015 à 09h23
      Afficher/Masquer

      Bonjour,

      “nos “amis” pilotes qui sont par ailleurs 30% plus chèrs que ceux de British ou Lufthansa.” on peut voir les choses sous un autre angle:”les pilotes de British et Lutthansa sont payés 30% moins cher que ceux d’Air France, dans ce cas, il faut augmenter le salaire des pilotes de British et Luthansa de 30 %.
      Je vois que vous étes pour le dumping salarial, je vous propose de donner votre emploi à quelqu”un pour 30% de moins que ce que vous gagnez, vous refusez?ben, votre tour va venir parce que des “simple développeur au service informatique” y en a qui accepte 30% de moins que vous.
      à qui le tour?
      ps:je me demandais quand , enfin, un des responsables serait conspué, c’est fait et je m’en réjouis profondément.J’espère que cela va se généraliser.
      ‘le dialogue social”?quand notre gouvernement négocie en secret le TAFTA, de qui se moque t-on?
      Dialogue?alors que le moumou nous sort le 49.3?


      • Le basque Le 07 octobre 2015 à 09h46
        Afficher/Masquer

        Je suis de votre avis sur la mondialisation qui nous place tous en concurrence les uns avec les autres et essai de nous aligner tous vers le moins disant.
        Malheureusement, nous vivons dans ce monde et il faut bien s’adapter sinon c’est pole emploie pour tout le monde.
        Ceci étant dit, il se trouve que ma femme est fiscaliste et traite bon nombre de dossiers de pilotes de British vivant en France. Malgré que ces derniers aient des conditions de travail moins favorables, ils sont très loin d’être dans le besoins. Ils tournent tous à plus de 10 000€ net par mois avec un nombre conséquent à 20 000€ net / mois. La différence avec les pilotes d’Air France est simplement qu’ils travaillent beaucoup plus…. mais toujours moins que l’ouvrier dans son usine.
        Vous m’excuserez donc de ne pas pleurer sur le sort des pilotes.
        Concernant mon cas, mon métier est déjà en concurrence frontal “grâce” à la mondialisation. Elle se manifeste part des centres de développements gigantesques en Inde mais aussi de la main d’oeuvre immigrées pays au rabat en France. Il y aura aussi beaucoup à dire sur les pratiques des sociétés de services informatiques (SSII).


        • kride Le 07 octobre 2015 à 13h01
          Afficher/Masquer

          Le basque,

          La mondialisation ne nous place pas tous en concurrence, oh que non ! Le “tous” que vous évoquez ne correspond qu’à un sous-ensemble selon le bon vieux principe du panier de crabes. Sous-ensemble dont ne fait évidemment pas partie “la direction”, autre groupe bien distinct, pour lequel le-monsieur-à-la-chemise-arrachée est le porte-flingue, métier qu’il exerce avec fougue mais avec quelques risques associés qu’il vient sûrement de découvrir avec surprise (et avec des gardes du corps… des gardes du corps pour un drh ???….)

          Si je vous comprend bien, les pilotes réajustent leurs 2% manquants, et tout va bien ? Les concurrents réajustent aussi : le Quatar laisse entendre que des grévistes (pilotes ou non) seraient emprisonnés. Après Perform et Transform viendra autre chose d’encore plus réjouissant, qui doit déjà mijoter tranquillement dans les arrières boutiques de gestions des ressources zumaines.

          Il faut donc pointer du doigt nos amis pilotes nous dites vous, et ne pas pleurer sur leur sort : diminuons donc leurs salaires et avantages, en le ramenant à ceux de British Airways, puis à ceux de Ryanair tant qu’on y est, puis pour finir mais là je suppute, à ceux des ouvriers en usine -tant qu’il en reste-. N’oublions pas au passage, de supprimer ou affaiblir fortement leur(s) syndicat(s).

          Ha, et aussi : soutraitons la maintenance d’une partie de la flotte en Chine : http://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2011/11/26/air-france-vis-manquantes-apres-un-entretien-en-chine et comprenons que bizness iz bizness, le quatar porté aux nues par Mr de Juniac, ayant des vues sur le tranport aérien, négocions à l’échelle internationale (et tant pis pour Air France) : https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/10/06/le-contexte-international-de-ce-qui-se-passe-a-air-france/

          Est-il possible d’appliquer le même traitement sur la rémunération et avantages de Mr de Juniac, et ceux de sa garde rapprochée ? Est-il envisagé qu’il soit aligné sur ceux de Ryanair par exemple ? où osons le rapprochement, avec ceux des sans-dents travaillant en usine ?

          Vous annoncez soutenir ces personnes formant la direction du groupe, ce qui me semble tout à fait respectable, mais extrêmement naïf. Je pense sincérement qu’ils se moquent du tiers comme du quart de votre soutien, qu’ils s’en contre-moquent à un point que vous ne soupconnez pas. Le prochain plan “Inform2015” (imaginé par mes soins je l’avoue) vous invitera à vous aligner sur le salaire de qui vous voudrez ailleurs dans le monde, mais peut-on encore parler de salaire ?, et de dégager la place séance tenante prié de ne pas faire de vague, ni d’arracher quoi que ce soit, non mais sans blague.

          J’ai personnellement vécu le chômage, la “ré-insertion” (ha ha ha ha), le “rebondir”, le “savoir se vendre”, le regard des autres, une certaine forme d’exclusion, de rejet de la part de ceux qui travaillent : le chômage est une faute qu’il faut expier voyez-vous. Je comprend donc la réaction violente de ces agressions. C’est une réaction normale à une autre agression, celle de l’exclusion toute aussi violente. Lorsque poussés dans leurs derniers retranchements, ces 2900 personnes n’ont plus d’autres moyens d’expression, cette réaction violente était entièrement prévisible et de loin, en particulier pour des drh, des vrais, pas des portes flingues. A-t-elle été anticipée, temporisée, ou renforcée ? des gardes du corps pour un drh… un drh a t-il vraiment besoin d’un service de sécurité ?


          • Le basque Le 07 octobre 2015 à 14h21
            Afficher/Masquer

            Quand je parlais de tous contre tous, j’exclue bien évidement les cadres supérieurs et dirigeants. Je ne suis pas aussi naïf que ça, c’est un autre monde.

            Je sais également que mes dirigeants ne sont pas tout rose, mais force est de constater que cette équipe dirigeante est la première depuis que je suis à Air France qui essai de sortir la compagnie de l’ornière pour lui faire retrouver la croissance. La réduction des couts est une facette de leurs mesures mais pas la seule, car comme vous le mentionner si bien nous aurons toujours quelqu’un de moins chère…

            Ca serait avez une grand joie de j’accepterais d’être aligner sur les conditions des pilotes British. Je connais très très bien le sujet, ma femme s’occupant de l’impôt sur les revenues de 350 d’entre eux vivant en France.


    • Non Aligné Le 07 octobre 2015 à 10h11
      Afficher/Masquer

      Sans défendre les syndicats de travailleurs contemporains et leurs actions, tant on peut avoir à dire sur leur gestion des CE et leur relation avec le grand patronat (les mallettes de l’UIMM ou autre, sans compter le fait qu’ils ne dénoncent jamais les vraies causes de notre débandade économique actuelle), le traitement médiatique de cet évènement, qui vous m’excuserez m’apparait, à l’échelle de la France et du monde plus que mineur, n’est-il pas disproportionné ?

      On dirait une nouvelle photo d’Aylan (ce petit garçon mort sur une plage de Turquie) : Média et classe politique à l’unisson (à quelques exceptions près), et des mots plus durs les uns que les autres pour dénoncer l’innommable : “sauvageries”, “inacceptable”, “choc”, “violence”, “scandale”….

      Pour peu on aurait droit à du “plus jamais ça”…

      C’est toujours cette même “violence” qui est pointée du doigt : celle de celles et ceux qui n’ont pas de moyens de se faire entendre, non pas les syndicalistes professionnels, mais “les gens lambdas”.

      Les déclarations de Juniac sur le travail des enfants ont-elles fait un tel tollé ?
      Ou celles lorsqu’il évoque la chance de son ami de la péninsule arabique qui lui n’a pas de problème car la grève est interdite chez lui ?
      Qui en a fait la une ?
      N’est-ce pas une violence faite aux français ?

      Peu importe le cas d’Air France, car en réalité, ce n’est pas la question de ce tapage médiatique.
      Quels articles traitent d’Air France ?

      Non en réalité il n’est pas question d’Air France, mais de la sauvagerie du peuple, de cette France irréformable, pas moderne, qui refuse l’air du temps mondialisé (ses conséquences en réalité).
      De cette même France qui refusait le traité de Lisbonne, vilipendée par la presse pour ce crime de lèse-majesté d’un peuple inéducable.

      Cet même vision de nos élites médiatiques : la France des beaufs, des gros cons, des sauvageons.

      La véritable question traitée est celle des formes du “dialogue social”.
      La destruction massive de pans entiers de nos industries et emplois, la mort des agriculteurs, les déserts ruraux, la fabrique à crétins qu’est l’Education Nationale, les déserts médicaux, l’outrancière fortune des riches, les ballons en plastique à 56 Millions d’€uros exposés à la figure de personnes incapables de payer le crédit qu’ils ont contracté pour s’acheter le dernier USphone VI…
      Non là n’y voyez aucune violence, c’est de l’évolution de civilisation : de la modernité.

      D’ailleurs ce n’est pas une question, mais une réponse : “inacceptable”.

      Mais qui dénonce l’inacceptable dérégulation économique de l’Union Européenne au nom des sacrosaints principes de libre concurrence et libre circulation de capitaux ?

      Qui explique qu’Air France va mal, certes par manque de vision stratégique (un positionnement perdu, certes car les dirigeants se goinfrent), mais surtout de par la concurrence déloyale de sociétés low cost qui ont émergées à coup de subventions européennes et de dumping fiscal (Ryanair) ou d’autres qui se sont développées à coup de pétrodollars de la guerre (Emirates…)?

      Les français sont à cran (les 90%, pas ceux qui s’enrichissent ou croient qu’il est possible de le faire), légitiment, car ils s’appauvrissent, et on leur expliquent sans cesse depuis 30 ans qu’ils sont envahis par les barbares (les arabes, ou musulmans), et on ne cesse de les opposer à coup de mariage pour tous, de droit de vote des étrangers, de débat sur la fin de vie et autres sujet sociétaux, parfaits ingrédients pour une guerre civile, entre individus sans liens, gavés à la consommation et son acolyte : l’addiction.

      Il y a bien, comme toujours, violence et violence : celle des riches et celle des pauvres.
      Pour nos élites, un point dans la gueule sera toujours plus violent qu’un troussage de soubrette, ou qu’une société dont les employés se suicident à tour de bras.


      • Xavier Le 07 octobre 2015 à 13h51
        Afficher/Masquer

        Assez juste sur tout (syndicats et patronat), mais la stratégie pour “réussir” au sens où on l’entendait dans un système ouvert n’est plus possible.

        La seule stratégie possible est celle de la fuite du système expansionniste, mais AUCUN politique élu ne l’assumera car la manipulation par l’expansionnisme et ses ersatz que sont le progrès et la croissance sont les seuls leviers de management des nantis du monde que nous sommes encore.

        Car in fine le système tient encore et si on ne cherche pas à comprendre pourquoi alors c’est que notre grille de lecture est incomplète voir fausse.

        Le système à analyser est forcément le système monde quand 75% des matières premières qui vous entoure au travail ou chez vous proviennent d’ailleurs et ont été transformées dans les mêmes proportions par des “gens d’ailleurs”…

        Je ressens comme beaucoup cette colère mais j’avoue douter fortement de notre capacité à en tirer les bonnes conclusions tant les “logiciels” de la gauche radicale ou de la droite identitaire refusent d’admettre que nous devons notre “civilisation” à notre expansionnisme et qu’aujourd’hui d’expansion il n’est plus question, sauf à faire des guerres qui nous impacteront, car on les fait depuis bien longtemps sans que les répercussions soient très importantes POUR NOUS…


        • Non Aligné Le 07 octobre 2015 à 14h50
          Afficher/Masquer

          Je suis parfaitement intéressé par vos sources sur cette notion d’expansionnisme (croissance), car effectivement, c’est le pilier de tout argumentaire macro économique, qui commence souvent par : atteindre la croissance pour … pouvoir faire quelque chose.

          Je viens de commencer à m’intéresser à la décroissance.

          Personnellement, je n’en suis pas au stade des recommandations, j’apprends à faire mon diagnostic, et j’en ai encore pour un moment.


          • Xavier Le 08 octobre 2015 à 06h53
            Afficher/Masquer

            Ma source de réflexion est le travail multidisciplinaire d’Henri Laborit et son opiniâtreté à rechercher des explications dans nos déterminisme biologique, ce que les dominants de tous poils veulent faire passer pour trivial car finalement simple. Or tout présenter comme complexe est le meilleur moyen de tenir éloignés les citoyens auxquels on prendra soin de donner Panem et circences…
            Plus sur http://www.nouvellegrille.info et dans la dernière newsletter (à demander par mail sur le site).

            Pour moi c’est la clef de voûte du système.


            • Xavier Le 08 octobre 2015 à 11h31
              Afficher/Masquer

              “déterminismes biologiques”, désolé…


    • PasGlopPasGlop Le 07 octobre 2015 à 13h03
      Afficher/Masquer

      Voilà où mène le “mazoutage médiatique des têtes”.
      Le jour où le DRH (que vous n’aurez d’ailleurs jamais vu sauf ce jour là …) viendra vous annoncer que l’on va vous “dégager” dans l’intérêt de l’entreprise, on sera tous curieux d’avoir votre ressenti …
      Rassurez vous, plein de gens ne sont pas directeurs et continuent à avaler la “soupe libérale” depuis 35 ans en contribuant ainsi à son développement en votant pour les mêmes …
      Les pilotes ont un certain degré de culture et d’instruction, c’est sans doute aussi pour cela qu’ils ne veulent pas avaler pas les couleuvres ultranéolibérales que la majorité du peuple avale, lui, au nom du sacro-saint “politiquement correct”.


      • Le basque Le 07 octobre 2015 à 13h28
        Afficher/Masquer

        Le jour où je receverais ma lettre de licenciement, et bien je partirai sans pour autant saccager mon entreprise ni tabasser mes directeurs.
        A mon humble avis nos idées ne sont pas si éloigné que cela. Je déplore totalement la mondialisation allant toujours vers le moins disant.
        Cependant, il ne faut pas confondre le cas des entreprise tel IBM qui ferme les activités avec un rentabilité inférieur à 10% quand bien même elle serait bénéficiaire.
        Nous parlons ici d’une entreprise qui aligne les pertes depuis 7 ans, et qui lutte donc pour sa survie. Si la direction d’Air France juge quelle dois se recentrer sur son métier et veut sous-traiter totalement son informatique pour se sauver, je prendrais acte et irait voir ailleurs. De quel droit j’irais condamner 40 000 personnes au prétrexte de la sauvegarde de mes petits avantages corporatistes ?
        Je n’ai aucun angélisme vis à vis du patronna, pas plus que pour les syndicats. Je m’attache ici à une situation que je connais bien pour la vivre au quotidien tout en faisant la part des choses.


  37. onaliva Le 07 octobre 2015 à 09h00
    Afficher/Masquer

    Ca alors ?
    Moi qui croyais que la lutte des classe c’était un truc du passé…


  38. Homère d'Allore Le 07 octobre 2015 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Très intéressante vidéo d’une conférence d’Alexandre de Juniac sur le blog de Charles Sannat.

    http://insolentiae.com/2015/10/07/pauvre-petit-drh-sans-chemise-sans-chemise-cest-mieux-que-sans-culotte-le-boss-dair-france-veut-faire-bosser-les-gosses/

    Où l’on apprend que l’on peut s’interroger sur les lois régissant, entre autres, le travail des enfants.
    Et où, lorsque le PDG d’Air France raconte que son homologue de Qatar Airways lui dit que, en cas de grève dans sa compagnie, c’est la prison pour les grévistes, les applaudissements se font brièvement entendre dans l’assistance.


  39. Jacko Le 07 octobre 2015 à 09h22
    Afficher/Masquer

    @Le Basque,

    Merci pour ton post intéressant, c’est toujours bien d’avoir l’avis d’un gars de l’intérieur.

    Bien d’accord avec toi sur les pilotes (les plus anciens surtout, de plus de 50 ans) qui sont un véritable état dans l’état. En sachant que ceux qui touchent les plus gros salaires sont ceux qui volent le moins (ou plus du tout) car ils ont su se planquer dans un syndicat de pilote ou se recaser dans un poste de cadre sup ou de direction au sol.
    Les jeunes eux par contre sont chez Transavia avec beaucoup moins de privilèges que leurs ainés.

    Moins d’accord avec toi sur la direction qui est depuis toujours en service commandé des politiques, qui a toujours baissé son froc devant les barons pilotes et qui préfèrera toujours sacrifier les gens de la base.
    Pleurer sur les DRH de ces grands groupes (âmes damnées des puissants) à qui ont a déchiré la chemise, sans moi…
    Je préfère en effet plus m’apitoyer sur le sort des deux vigiles qui eux ont vraiment été blessés pour protéger ces messieurs et dont presque personne ne parle.

    Honte aux journalistes qui vont nous rabâcher les oreilles avec les chemises déchirées pendant des heures et ne parler du plan social que quelques secondes.
    Mais bon, la propagande commence à avoir du plomb dans l’aile car selon le sondage montré dans l’article, la moitié des personnes interrogés ne sont pas choquées par l’agression des dirigeants d’Air France.
    Et l’agression des puissants sur le peuple, ça les choque les journalistes ?

    Les politiques, les Valls, Macron, Sarko, Hollande, lamentables, comme toujours.

    Une fois n’est pas coutume, très bon article de les-crises sur le sujet.


    • Le basque Le 07 octobre 2015 à 09h35
      Afficher/Masquer

      Je dirais plutôt que la direction essai de faire avec le politique qui malheureusement à le dernier mots. Il n’y a qu’à voir la grève des pilote de 2014. La direction de voulait rien lâcher, c’est le politique / actionnaire qui a “demandé” à De Juniac de se coucher.
      Au pays des kangourous le problème a été résolut plus simplement, tous les avions ont été cloués au sol par le directions jusqu’à obtention d’un accord. Maintenant Quantas est sortie de l’ornière, Air France sombre. Quel gâchis !!!

      Bien sur que je suis tout autant choqué part les violences envers la directions que celles subits par les vigiles. Et nombres de mes collègues le sont également.


    • LBSSO Le 07 octobre 2015 à 18h27
      Afficher/Masquer

      “Mais bon, la propagande commence à avoir du plomb dans l’aile car selon le sondage montré dans l’article, la moitié des personnes interrogés ne sont pas choquées par l’agression des dirigeants d’Air France.”

      C’est vous qui faîtes de la propagande.

      Attendons ,svp, des études sérieuses.

      D’ailleurs je trouve limite de mentionner le sondage du Midi Libre ,Vous ne pouvez argumenter sur la base d’un sondage “petit”, “amusant ” et “non significatif”. Allez voir la question sur le web.


  40. Agroforesterie Le 07 octobre 2015 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Parfaitement d’accord avec vous Olivier, je me suis fait la même réflexion. Qu’est-ce qui est le plus violent des deux ? Perso, je préfère avoir une chemise froissée et garder mon job, que perdre mon job ainsi que 2899 autres (dont des proches ou de la famille). Pour la chemise froissée, tu peux repasser, pour le job, tu peux toujours repasser…
    On voit tout de suite de quel côté sont nos dirigeants (ce qui ne surprend plus personne), dirigeants qui, au passage, non pas compris que la mondialisation condamne irrémédiablement Air France.


  41. Demoralisateur Le 07 octobre 2015 à 09h35
    Afficher/Masquer

    Et quand le PDG d’Air France explique en public que au fond le travail des enfants, il ne voit pas pourquoi c’est interdit.

    https://vimeo.com/116748738

    Entre autre atrocités, ça passe inaperçu ça par contre. Et on s’étonne que ces gens là se fassent déshabiller!!


  42. Pierre Ratcliffe Le 07 octobre 2015 à 09h43
    Afficher/Masquer

    On pourrait aussi se demander pourquoi les clients voyageurs ne remplissent pas les avions d’AF, notamment les longs courriers. Ce n’est probablement pas parce qu’AF est mal gérée. Les évènements d’AF me rappellent les canuts de Lyon ou les Luddites en Angleterre, notamment le West Riding of Yorkshire dont ma famille est originaire. Le vidéo de cette employée d’AF s’en prenant à la direction d’AF est significative: nous voulons parler avec la direction, pas être violents. Je ne suis pas spécialiste du transport aérien mais je peux témoigner d’expérience vécue car j’ai connu l’essor du transport aérien après la guerre 39-45: mes premières missions aux États-Unis par les super constellation avec escale en Irlande, l’arrivée des Boeing 707, les caravelles pour les courts et moyens courriers en France et en Europe. J’ai connu les premiers Boeing 747 d’AF revenant d’Inde; les DC10 de Suisse Air; le Concorde de Paris à New-York… Au début de ce essor du transport aérien en Europe – copiant ce qui se faisait sur le continent américain, nos compagnies aériennes européennes – Air France, KLM, British Airways, Sabena (Belge), Ibéria, desservaient les destinations de leurs anciennes colonies… A mesure que le traffic augmentait les autres pays d’Europe s’y sont mis – Luftansa, Alitalia, SAS… c’était un peu la suite de la colonisation c’est à dire de la suprématie technologique de l’Europe occidentale, y compris son rameau américain par les Panam, United airlines, American airlines. Quand j’allais en Afrique de l’Ouest ou en Afrique du Sud, Air France. A Santiago du Chili AF, à Pékin AF… au Brésil AF, à New Delhi AF…. Mais peu à peu tous ces pays se sont dotés de compagnies aériennes capables de prendre des clients en Europe et de les amener chez eux à des tarifs attractifs et avec les mêmes services à bord voire meilleurs. La concurrence s’est donc exercée sur les produits et services et les prix. Aujourd’hui si je retournais en Chine je prendrais sans doute Qatar; en Inde Air India, à Jakarta Garuda… On a donc un large choix aujourd’hui pour se rendre dans une destination lointaine du monde. AF n’est cependant pas condamnée à disparaître sauf si ses salariés le voulaient et c’est tout le débat actuel. Le classement des transporteurs par nombre de voyageurs publié par SkyTrax (figaro du 18/6/2015 lors du salon du Bourget) classe AF en 15è position en progrès depuis la 25è place au classement précédent. Voir ce classement commenté http://bit.ly/1FSTHXh


    • Le basque Le 07 octobre 2015 à 09h49
      Afficher/Masquer

      Encore un lecteur qui ne sait pas de quoi il parle. Justement, le drame d’Air France est que nos avions sont très bien remplis. Le problème est que les prix ne sont pas assez élevés pour couvrir nos couts.
      Il ne s’agit donc pas d’un problème d’attractivité, les clients sont là, mais de cout car ceux de nos concurrents sont moindre.


      • Olivier M Le 07 octobre 2015 à 20h30
        Afficher/Masquer

        Vous lire est, au départ énervant -pilotes privilégiés, pilotes étrangers moins chers-.

        Mais finalement, je vous appuie; mais, pour être crédible, demandez donc des demain une baisse de votre salaire de 30%, ben oui, faut montrer l’exemple, ne le faites pas pour vous, faites le pour sauver votre entreprise en fin de vie! Informaticien chez air france… ca doit etre bien mieux paye que chez tartanpion; vous me semblez être privilégié comparé aux informaticiens indiens en concurrence avec vous. Puisque vous êtes plus cher que vos amis indiens, remettez-vous donc en question des demain!

        En tant qu’informaticien, j’ai anticipe, je me suis déjà installe en Asie du sud-est afin de diminuer mes charges. Car diminuer mes revenus sans réduire mes charges, mon petit doigt me dit que c’est suicidaire (comme être pilote pour Ryan Air? ou comme être client chez AirAsia?)

        Je pense proposer prochainement mes services a bas cout a Air France. Si je suis responsable -indirectement bien sur-, de la suppression de votre poste, j’attends de vous que vous ne m’arrachiez pas ma chemise made in Bangladesh par des esclaves mais vendue 100 euros: faut être pragmatique n’est ce pas? La loi du marche, c’est comme un Ave Maria, c’est indiscutable, même quand il n’y a pas de marche libre et non fausse, comme le rappelle olivier69 sur ce blog, ici même dans les commentaires a ce post d’OB.

        Aux victimes de la Secte occidentale ultra-libérale dont le Graal est le cout tendant vers zéro pour les salaires et les dividendes toujours croissants pour les actionnaires: RIP (“Rest In Peace”, en français: “reposez en paix”).

        A Air France: RIP. Après faillite, renaissez donc au Qatar, employez des stewards philippins, des informaticiens indiens, et optimisez vos impôts dans les paradis fiscaux. C’est le prix a payer pour la rentabilité.

        Je suis sur que cette délocalisation ne choquerait pas Macron, qui ne manquerait pas d’en profiter pour nous promettre la croissance pour l’année prochaine, ou la suivante, ou la suivante encore…, enfin, la croissance, il la promettra jusqu’à sa mort, car c’est son Graal. RIP Macron, sans chemise, sans pantalon.

        Un basque soumis au Systeme, j’y crois pas, ça doit s’appeler un troll????


  43. le_chtis Le 07 octobre 2015 à 09h48
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Juste pour vous donner des liens intéressants et qui changent un peu du point de vue “émotion sur des images de violences + surexposition médiatique = condamnation unanime + surenchère dans la condamnation”:
    – la chronique de M. Schneidermann (http://rue89.nouvelobs.com/2015/10/06/air-france-les-violences-visibles-les-autres-261516)
    – un commentaire d’usager d’Air France sur le blog de Jorion (http://www.pauljorion.com/blog/2015/10/06/air-france-une-revolte-sire-par-michel-leis/)
    – un commentaire désabusé en réaction à la vidéo de la salariée d’Air France (http://www.pauljorion.com/blog/2015/10/06/qui-est-habile-par-zebu/)
    – dans la même ligne, un article sur le traitement médiatique (tv) de l’événement, sur Politis (http://www.politis.fr/Air-France-salauds-de-grevistes,32573.html)

    Voilà, il a tout de même quelques voix qui au moins s’interrogent, restons sur celles-ci et arrêtons de regarder et commenter les autres.


  44. bourdeaux Le 07 octobre 2015 à 09h48
    Afficher/Masquer

    La chemise et le costard en lambeau mais le brushing est resté nikel ! deux conclusions s’imposent : tant que les coiffeurs ne seront pas délocalisés la qualité restera, et la chemise n’est plus ce qu’elle était…
    Sur le fond, le transport aérien est à mon avis un secteur dont les tarifs sont complètement trafiqués, où subventions s’entremêlent avec recherche de rentabilité, bref, c’est illisible, car opaque. Pour moi le “low cost” en matière de transport aérien est une vue de l’esprit : choisir l’avion pour voyager devrait coûter cher et c’est logique : quand je monte dans un airbus je n’ai pas envie qu’on m’explique que le pilote est sur la corde raide et qu’il est anxieux pour payer les traites de sa maison,et je ne veux pas douter de la qualité de la maintenance de l’appareil. Tout cela se paye, et cher. C’est normal quand on veut atterrir à l’endroit et à la vitesse prévue.


    • Olivier M Le 07 octobre 2015 à 21h36
      Afficher/Masquer

      C’est tellement illisible que j’en suis arrive a ne plus choisir mes compagnies aériennes que sur l’age de leurs avions. Je prend le moins souvent possible l’avion, j’aime pas les torrents de boue provoqués par les tempêtes; les émissions des avions, c’est l’effet de serre démultiplié.

      L’entretien de l’avion? Un pilote SDF? Avion de moins de 5 ans, je prend le risque… La Secte ultra-libérale est la Norme, tout le monde s’en fout, tous abrutis par des smartphones, des réseaux sociaux dont le monde ne se sert que pour se montrer, pas pour s’informer. Qui sait que Colin Powell a avoue avoir menti devant l’ONU sur les armes chimiques de Sadam Hussein en Irak?

      Payer le vrai prix? Croire qu’on est plus en sécurité car on paie plus cher, c’est de l’utopie. Le Monde moderne n’a plus aucune valeur. Je volerai le moins possible, car ce n’est pas bon pour le climat, et car, quelle que soit la compagnie, la concurrence a la FOLIE est devenue la NORME, la sécurité et les droits de l’homme, pour les actionnaires, c’est secondaire.


  45. scipio Le 07 octobre 2015 à 09h49
    Afficher/Masquer

    Comme si le chomage dont sont menacés prés de 3000 salariés d’Air France n’était pas une violence!
    Etre au chomage dans notre société c’est être, de fait, hors jeu!

    Particulièrement pour les personnes qui n’ont que leur (maigre) salaire pour vivre.

    Tandis qu’au DRH il ferait mieux de se faire du soucis car la conséquence de moins de personnel veut dire moins de DRH.

    Toutefois nos bons média ne se demandent pas pourquoi le situation de cette compagnie est à ce point critique alors que les cours du pétrole ne sont pas au plus haut!


  46. emmanueL Le 07 octobre 2015 à 09h52
    Afficher/Masquer

    Je me demande s’il existe une autre solution que celle-ci (ie actes “injustifiables”) pour que les dirigeants (économiques, politiques, actionnaires…) en viennent à se poser cette question :

    “Que vaudront nos actions quand nous auront un vrai couteau sous la gorge ?”


  47. Sylvain Le 07 octobre 2015 à 10h25
    Afficher/Masquer

    Malheureusement toujours autant d’actualité :
    http://s-informer-pour-mieux-comprendre.com/2015/05/14/legitimer-la-violence/

    L’état justifie en permanence sa violence (emprisonnements, mutilations, meurtres.) Mais dès qu’elle ne va pas dans le bon sens (comprendre : du bas vers le haut), alors la tout d’un coup, elle devient “injustifiable”.
    Car le pauvre, le déclassé, le sans dent n’a pas le droit de se faire entendre ou voir, il ne peut que subir et se taire.

    Une fois de plus, les médias sont aux ordres pour relayer le point de vue de la classe dominante.


  48. Jacko Le 07 octobre 2015 à 10h52
    Afficher/Masquer

    En tout cas on la sent bien la petite musique actuelle qui se dégage de nos chers médias mainstream : privatisation totale, privatisation totale, privatisation totale… Pourquoi pas un reprise du capital encore détenu par l’état par Qatar airways ou Emirates ? Ils sont tellement cool et efficaces ! Et puis c’est pour la bonne cause, réduire la dette de la France 🙂

    On se rassure, ceux qui seront à la tête ne changeront pas, et seront toujours parachutés par le politique, par contre, ils pourront gagner plus et auront les mains plus libres pour tailler dans la masse.
    Quant aux pilotes qui ont encore du poids et de gros avantages, dans moins de 10 ans ils sont tous à la retraite. Ou alors ils empocheront de gros chèques pour se calmer et/ou partir avant en pré-retraite.


  49. Joanna Le 07 octobre 2015 à 11h17
    Afficher/Masquer

    J’ai apprécié l’info sur l’une des causes de la situation d’A.F. : les clauses scandaleuses du contrat de vente des rafales au qatar, on leur cède tout à ceux là …

    Lu ailleurs que le “canard” évoque 5000 autres “départs contraints” (sic) dans la 2ème phase du plan.

    un mot sur le « rien ne semble plus respectable » dénoncé par M. Sarkozy
    Faut dire qu’il a tellement donné l’exemple …



Charte de modérations des commentaires