Je réagis rapidement à ce (nouveau) scandale bancaire.

Comme la presse a souvent écrit des bêtises, je vous renvoie vers le communiqué de presse de la BCE

Que va faire la BCE ?

Mario Draghi a annoncé un programme de rachat d’actifs de 60 milliards d’euros par mois de mars 2015 jusqu’à fin septembre 2016, soit un QE à plus de 1 100 milliards d’euros au total.

Les achats d’obligations souveraines seront réalisés au prorata de la répartition du capital de la BCE, c’est-à-dire qu’un montant réduit sera consacré au rachat des dettes des plus petits pays comme la Grèce. Ils concerneront les obligations des États membres de la zone euro et des Institutions européennes.

(Cela fait quand même la bagatelle maximale de 220 Md€ pour la France – soit presque 4 années d’impôt sur le revenu !!!)

La BCE achètera des obligations de 2 à 30 ans

Les taux des obligations à dix ans sont les plus souvent cités en référence, mais les interventions de la BCE porteront sur toutes les maturités : aussi bien sur des dettes à deux ans que sur des dettes à trente ans.

Pour ne pas déstabiliser les marchés, il est indiqué que la BCE ne rachètera sur le marché secondaire pas plus que 25 % du montant de chaque émission obligataire des différents États, et pas plus de 33% de la dette totale de chaque émetteur…

Les risques ne seront partagés que sur 20% des titres achetés

Dans le cadre du vaste programme d’achats d’actifs lancé jeudi par la BCE, seuls 20% des titres achetés seront susceptibles de provoquer des pertes assumées collectivement par l’ensemble des États de la zone euro, a annoncé Mario Draghi.

“20% des achats d’actifs supplémentaires seront soumis à un régime de partage des risques”, a expliqué Draghi, limitant ainsi le degré de solidarité entre contribuables européens lors des futurs achats massifs de dette publique et privée, qui doivent commencer dès mars prochain.

On notera que même les Echos n’ont rien compris… :

(bas, on ne parle que de 600 Md€ de solidarité en + ou en -)

Pourtant, le reste des journaux a compris, et la BCE est claire :

“En ce qui concerne le partage des pertes hypothétiques, le Conseil des gouverneurs a décidé que les achats de titres des institutions européennes (qui s’élèveront à 12 % des achats d’actifs supplémentaires et qui seront effectués par les banques centrales nationales) seront soumis au partage des pertes. Les autres achats d’actifs supplémentaires réalisés par les BCN ne seront pas soumis au partage des pertes. La BCE détiendra 8 % des achats d’actifs supplémentaires. Cela signifie que 20 % de ces achats supplémentaires feront l’objet d’un régime de partage des risques.”

Ainsi, ces 20 % se scindent en 12 % des achats concerneront les obligations des Institutions Européennes (donc a priori les institutions type MES servant à boucher les trous précédents…) et 8 % achetés directement par la BCE.

Les 80 % restant sont achetés directement par les banques centrales de chaque pays, SANS AUCUNE SOLIDARITÉ européenne !

Et donc cela revient à dire que c’est chaque banque centrale nationale qui va racheter les obligations de son propre gouvernement sur le marché secondaire…

C’est une vraie innovation (et j’avoue ne même pas voir comment c’est juridiquement possible) : jusqu’à présent, l’EuroSystème (= toutes les banques centrales nationales) était à 100 % solidaire…

D’où ce commentaire incroyable :

P.S. s’il y a des tabous, c’est pour une raison. L’avenir nous remontrera pourquoi…

Bah oui : on détricote 80 % de la solidarité, donc c’est un progrès vers l’Union.

Cela me semble être au contraire un sacré pas vers la dissolution de l’euro !

Lors de la fin de l’euro, ils nous diront encore que c’est une belle occasion d’aller vers plus d’union, vous verrez…

Bref, il ne faut pas s’étonner dès lors que “L’usage d’un tel programme comme instrument de politique monétaire a fait « l’unanimité » parmi les 25 membres du Conseil, a précisé Mario Draghi, et le choix de l’enclencher dès mars a seulement fait « consensus », car certains membres du Conseil ne voyaient pas l’urgence d’agir dès maintenant.”
L’Allemagne traine les pieds, mais elle ne s’est pas opposée ici à la mesure, vu que, au pire du pire, ne lui couterait qu’une cinquantaine de milliards – vu que 80 % de pertes seront pour les pays acheteurs de dette…

Hein ?

Bon, en résumé : la BCE va faire tourner la planche à billets (on appelle ça QE pour que les gens ne comprennent pas) pour racheter des dettes publiques à ceux qui en ont déjà acheté.

Et ça sert à quoi ?

1. Officiellement, “c’est pour lutter contre la déflation rampante” – et donc pour faire monter les prix.

En effet, c’est exactement ce qui s’est passé aux États-Unis, précurseurs :

Ah non, flûte – Caramba, encore raté…

P.S. je signale que ce n’est pas parce que cela semble marcher au début qu’il y a lien – on peut s’amuser à faire dire n’importe quoi à de tels graphiques, en mettant n’importe quelle donnée. En revanche, c’est un excellent moyen de “prouver négativement” qu’il n’y a pas de lien, quand on voit une divergence majeure comme ici…

Pourquoi cela ne marche-t-il pas ?

Il est vrai, qu’en général, par le passé, quand on faisait tourner la planche à billets, cela faisait de l’inflation. Mais pas là.

C’est lié au fait qu’on a désormais une énorme économie financière, au dessus-de l’économie réelle, qui modifie les flux financiers.

Economie réelle financière

Mais en fait, le principe est toujours vrai, simplement on a une mauvaise définition.

Car on appelle inflation l'”évolution des prix à la consommation”, donc ce que vous achetez tous les jours.

Et on ne compte pas là dedans les prix des actifs : actions, obligations, immobilier…

Regardez, on vous serine que la BCE a terrassé l’inflation depuis 20 ans (donc “que les prix ont peu augmenté”), mais si vous avez acheté un bien immobilier dans cette période, vous vous êtes normalement aperçu qu’il y avait un petit souci dans sa définition de l’inflation… Et vous auriez sans doute préféré une baguette plus chère mais les prix immobiliers de 1995…

C’est un peu comme si je disais qu’actuellement, on a une déflation cataclysmique de – 50 % – en vous précisant que, bien entendu, j’appelle “inflation” l’évolution des seuls prix du pétrole…

Et en fait, dans l’économie financiarisée actuelle, les actions de la banque centrale ont bien tendance à faire de l’inflation – mais de l’inflation des actifs. J’avais analysé ceci pour la Suisse il y a 2 ans (au vu des ses magnifiques séries historiques) :

Masse monétaire inflation suisse

Et quand on voit le cours actuel des actions (records historiques – ce qui est clairement du délire vu le contexte économique !!), des obligations, de l’immobilier, des taux d’intérêts, on voit bien qu’il y a bien un fort effet inflationniste – mais des actifs.

2. on a droit aussi à “c’est pour relancer la croissance

J’imagine que c’est de nouveau au vu du phénoménal succès américain :

Ah non, flûte – Caramba, encore raté…

Si des types dans une cave à Francfort pouvaient relancer la croissance, cela se saurait…

Je cite donc le grand et regretté J.K. Galbraith, ancien conseiller économique de plusieurs présidents américains (source dans ce billet : Action des banques centrales : l’élégante esquive de la réalité) :

“On estime que les mesures discrètes prises par la Federal Reserve sont les plus approuvées et les mieux acceptées des interventions sur l’économie. Elles n’en sont pas moins parfaitement inefficaces, elles n’ont pas l’effet qu’elles sont censées avoir. La récession et le chômage – ou le boom et l’inflation – se poursuivent. C’est un des mensonges auxquels nous tenons le plus. […]

Depuis 1913, date à laquelle la Federal Reserve a commencé à exister pleinement, le bilan de sa lutte contre l’inflation et particulièrement contre la récession a été d’une insignifiance totale et continue.  […]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, avec l’expérience du conflit précédent, on redoutait beaucoup l’inflation. Finalement, elle a été maintenue sous contrôle étroit et n’a laissé aucun souvenir vraiment désagréable. Les historiens ne voient même plus le problème. Un facteur de poids a pesé dans cet heureux résultat : on a tiré les leçons du passé et l’on n’a fait aucune confiance à la Federal Reserve. Il n’était pas question, dans cette période si difficile, de fonder la politique économique sur l’espoir ou la mythologie. Contenir l’inflation était l’une de mes tâches principales pendant ces années (j’étais administrateur adjoint chargé de la politique des prix à l’Office de contrôle des prix, donc immédiatement concerné par la lutte anti inflation), et j’étais bien persuadé, moi aussi, que la Federal Reserve n’avait pas la moindre importance. Et c’était exact.

Dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les menaces d’inflation et de récession ont été moins graves. La Fédéral Reserve, après des débats internes savants et souvent acharnés, a pris des mesures. Elles ont été très applaudies, ont donné lieu à des prévisions optimistes, et n’ont eu aucun effet.”

Je me permets enfin de rappeler que toutes ces mesures « non conventionnelles » n’ont jamais été testées à ce point dans l’Histoire. Je n’ai pas connaissance de cas dans l’Histoire où une Banque centrale ait pris tant de risques, et encore moins où elle se soit retrouvé en fonds propres très négatifs en cas de problèmes…

En théorie, ce n’est pas un drame vu que c’est une banque centrale, mais en pratique, on verra ce que ça donne en terme de panique et de défiance envers la monnaie…

En conclusion : quand les banquiers centraux rentrent dans cette logique à la Ponzi (la BCE doit faire des QU pour remplacer la Fed qui arrête et la BoJ qui limite aussi son aide aux marchés), ça finit en général très mal…

Ben alors, ça sert à quoi en vrai ?

Eh bien, c’est assez simple. un tel QE sert principalement à 2 choses :

1. Vous l’avez compris, à continuer la gabegie financière, à maintenir au cric des bulles gigantesques, indues et dangereuses – en évitant la vérité des prix (ce qui a à l’évidence des impacts négatifs sur l’économie réelle)

Ça permet aussi aux États de voir baisser le taux d’intérêt qu’ils payent (en ne payant pas le bon prix) – et donc de continuer à s’endetter encore plus. Ca semble bien comme ça, mais c’est en fait comme avoir de la drogue gratuite.

Et le jour où le système lâche et il faut payer le vrai prix sur le stock énorme de dette, c’est la banqueroute assurée…

2. Et mieux encore… À aider les banques privées !

Car que se passe-t-il lors d’un prêt à un État ?

Petite simulation comptable (désolé, c’est important) :

Quand tout se passe bien : (1) Disons que la Grèce reçoive 1 000 d’une banque pour un prêt à 20 ans. On note que la banque encaisse un intérêt de 7 %, donc ÉLEVÉ, contrepartie d’un risque de défaut (sans ce risque, les taux seraient toujours très faibles).

(2) au bout de 20 ans, la Grèce lève les impôts qui vont bien (ou ré-emprunte en vrai) et rembourse la banque. Tout va bien.

(3) mais problème, en cas de défaut, la banque a perdu son argent (et la Grèce l’a gagné vu qu’elle ne rembourse pas)

(4) et dans le cas du jour, alors que les inquiétudes augmentent sur la capacité de la Grèce à rembourser, et donc que le risque qui a été rémunéré 7 % semble voir approcher sa réalisation, la BCE s’interpose, rachetant l’obligation à risque achetée par une banque PRIVÉE qui a été rémunérée pour ce risque ! Donc elle reprend une obligation dangereuse au moment où le risque de défaut approche ! Merci pour le con-tribuable…

En effet, on voit bien que dans cette opération :

  1. les liquidités dans le système augmentent de 1000 (la banque est remboursée, mais la Grèce n’a encore rien payé) : du cash pour continuer à jouer…
  2. la banque récupère 100 % de sa mis, et pour juste 1 100 Md€ – merci Mario…
  3. la BCE récupère le risque pourri et le risque de défaut !

Ainsi, c’est un peu comme si 10 minutes avant que le Titanic ne tape l’Iceberg, la BCE arrive en barque, lance une corde à un milliardaire qui descend dans la barque et la BCE prend sa place sur le bateau – le tout en lui rachetant au passage son billet à plein tarif…

Elle est pas belle la vie ?

N.B. : vous apercevez ici dans (4) clairement comment est créé la monnaie (ici monnaie de banque centrale). Tout se joue d’un trait de plumes, PARCE QUE la banque (centrale) gère le “compte en banque” du client (ici une banque normale). En échange de la créance détenue par la banque normale, elle crédite simplement son compte en banque de 1000. Elle écrit 1000 de plus – et rien besoin d’autre. C’est une possibilité issue du privilège de tenir les comptes – exactement comme si vous tenez les comptes d’une partie de Scrabble ou de Poker, il vous suffit juste… bah de rajouter 1000 avec votre stylo. BIEN ENTENDU, cette possibilité est en général interdite – par principe même d’être teneur du compte, il faut respecter des règles (sinon les banques pourraient racheter le pays d’un trait de plumes!)… D’où le fameux adage “Les crédits (ou ici les achats de créances) font les dépôts” (c’est enseigné en 1ère année de cours d’économie).

Sinon :

Bah, tu m’étonnes…

Il ne doit rester que les imbéciles pour penser, après 8 ans de crise, que les Banques centrales agissent dans l’intérêt général…

OUPS, désolé…

Conclusion

Comme la déflation est en effet ennuyeuse, et que c’est le but proclamé par Mario, la conclusion est limpide :

(cela fait quand même 7 600 € par ménage européen, ou plus de 15 000 € pour la moitié des ménages les plus pauvres – ce qui aurait été une vraie bouffée d’oxygène pour eux…)

Et vous verrez que le jour où les citoyens demanderont à recevoir directement l’argent des QE sur leur compte en banque (ce qui aurait probablement alors un vrai effet inflationniste), on nous expliquera que finalement, ils ne sont pas efficaces et qu’il faut oublier cette idée…

P.S. Billet rédigé pour les Éconoclastes

P.P.S. Je mets à la suite ce billet du jour de Jacques Sapir :

Le QE de la BCE

22 janvier 2015

Par

Ainsi, Mario Draghi a bien utilisé le « bazooka ». L’annonce qu’il vient de faire le jeudi 22 janvier restera dans les annales. La Banque Centrale Européenne s’est donc converti à « l’assouplissement », ce que l’on appelle le « quantitative easing » (ou QE pour les initiés. Mais, il s’agit d’une mesure désespérée. Rien ne prouve qu’elle donne les résultats espérés. Elle soulève par ailleurs de nombreuses questions. En un sens, on peut y voir aussi, et c’est là peut-être le point le plus important, l’amorce d’une reconnaissance que la zone Euro ne fonctionne plus et qu’il convient d’en préparer la dissolution.

Les mesures annoncées.

Lors de sa conférence de presse Mario Draghi a donc fait une série d’annonce que l’on peut résumer comme suit :

  • –       La BCE a décidé de lancer un programme d’achat d’actifs étendu, qui rassemble mais aussi dépasse les programmes antérieurement annoncés (TLTRO). Ce programme, qui entrera en vigueur au mois de mars et se continuera jusqu’en septembre 2016, consistera dans des achats de titres obligataires privés et publics sur le marché secondaire pour un volume de 60 milliards d’Euros par mois.
  • –       Ce programme a été décidé en raison de l’effondrement de l’inflation et des risques que fait courir la déflation à la zone Euro.
  • –       Il sera mis en place sous une règle de proportionnalité à la contribution de chaque gouvernement au système de la BCE.
  • –       La BCE coordonnera les achats de titres qui seront effectués, dans les limites indiquées par les Banques Centrales Nationales (NCB). La prise en compte des risques sera couverte à 20% par la BCE dans le cadre d’un principe de solidarité à l’échelle de la zone Euro, et pour le reste reviendra à chaque Banque Centrale.
  • –       Les titres achetés pourront avoir une maturité allant jusqu’à trente ans.
  • –       Ce programme ne doit pas inciter les gouvernements au laxisme budgétaire.

Ces mesures étaient attendues par les opérateurs des marchés financiers, mais l’ampleur du programme a favorablement impressionné ces mêmes opérateurs. Le montant total de cet « assouplissement » atteignant ainsi 1140 milliards. L’Euro a amorcé un mouvement de baisse par rapport au Dollars des Etats-Unis. Mais, d’autres détails sont aussi à noter, et en particulier la règle de proportionnalité dans les achats de dettes (qui implique que trois pays en bénéficieront le plus, l’Allemagne, la France et l’Italie) mais aussi la règle de solidarité qui est limitée à 20% des achats.

Une mesure désespérée ?

On doit se demander si cette annonce faite par Mario Draghi n’est pas la toute dernière mesure prise en désespoir de cause devant l’évolution de la situation économique, mais aussi politique, de la zone Euro. Rappelons les faits :

  1. Mario Draghi avait brandi la menace d’une telle action dès le début du mois de septembre 2012. Si l’on s’en tient à la théorie de la crédibilité qui sert de base à la politique déclaratoire de la BCE, cette menace était faite pour ne pas être mise en pratique. Elle devait décourager de manière décisive les spéculateurs et tous ceux qui anticipaient une possible dissolution de la zone Euro. Or, il faut bien reconnaître qu’après environ un an où il fut cru sur parole, la crédibilité de Mario Draghi s’est lentement, puis de plus en plus rapidement, effritée. Ainsi, la dernière mesure visant les banques et datant de septembre 2014, ce que l’on appelle le « TLTRO » a été un échec. Cette perte de la crédibilité est un signe important de la crise que l’on connaît dans la zone Euro.
  2. Les mécanismes permettant à cet assouplissement monétaire de relancer l’inflation et par là même l’activité économique ne sont pas clairs. En effet, l’Europe n’est pas les Etats-Unis, et même dans ce pays les résultats des QE1, QE2 et QE3 sont pour le moins mitigés.
    • Le rôle du crédit dans la consommation et dans l’investissement est nettement moins important en Europe qu’au Etats-Unis.Si l’annonce de cet assouplissement va certainement donner un coup de fouet aux marchés des titres (en particulier les marchés d’actions) et conforter les banques et autres sociétés financières, la détention de ces titres dans les portefeuilles des ménages est limitée. Il n’y aura donc pas d’effet de richesse réel qui pourrait dynamiser la consommation.
    • Si la baisse de l’Euro par rapport au Dollar des Etats-Unis est une bonne chose, il convient de rappeler que les pays de la Zone Euro, à l’exception de la France, font entre 60% et 70% de leur commerce international au sein même de la zone Euro. La dépréciation de l’Euro face au Dollar n’aura donc pas les mêmes effets de relance de l’activité qu’une dissolution de la zone Euro avec des dévaluations plus ou moins importantes des pays d’Europe du Sud par rapport à l’Allemagne.
  • 3. Il y a une contradiction entre la déclaration faite par Mario Draghi sur la nécessité de maintenir des politiques budgétaires strictes et cet « assouplissement ». En fait, face au risque de déflation, c’est par la politique budgétaire, et non par la politique monétaire que l’on lutte contre une récession et une déflation. Le problème principal en Europe est la baisse de la part des salaires ouvriers dans la valeur ajoutée.

On constate donc que, pour spectaculaire qu’elle soit, cette annonce est une réponse à une question qui n’était pas posée. En fait, l’assouplissement monétaire est cohérent quand on est face à une crise de liquidités, comme en septembre 2008. Mais ce n’est pas le cas actuellement.

La fin de la zone Euro ?

Il y a un point qui mérite d’être analysé, c’est la décision de limiter le mécanisme de solidarité devant les risques à 20% des achats. Cela signifie que, pour 80% de ces mêmes achats de titres, le risque devra être porté par la Banque Centrale du pays considéré. Or, le principe de mutualisation est à la base du fonctionnement de la zone Euro. Il faut aujourd’hui reconnaître que l’on a régressé vers la situation de 1999, c’est à dire au moment de la mise en place de la zone Euro, en matière de mutualisation.

  • –       Il y a eu, depuis 2010, un mouvement très important de renationalisation de dettes (que l’on peut voir dans le compte TARGET-2), qui signifie la fin du marché unique des dettes au sein de la zone Euro.
  • –       Désormais, nous savons que cette mutualisation ne s’applique qu’à 20% des achats de titres à venir. Autrement dit, la Banque Centrale de l’Italie portera 80% du risque pour l’Italie, la Banque Centrale de Grèce 80% du risque pour la Grèce, et ainsi de suite.
  • –       Enfin, on n’a pas remarqué que Mario Draghi s’est bien gardé d’annoncer la mise en œuvre immédiate de son programme et qu’il l’a renvoyé au mois de mars. La raison en est simple. Il attend que la Cours de Justice Européenne lui donne le feu vert. Or, l’avis de l’avocat général, qui n’est nullement un arrêt, stipule bien que l’application d’un programme de la BCE (dans ce cas l’OMT) doit respecter le principe de proportionnalité et ne doit pas interférer avec l’établissement d’un prix de marché pour les titres qui seraient éligibles à ce programme[1].

Une possible interprétation des mesures prises par Mario Draghi est qu’elles représentent une action désespérée de la part d’une partie de la BCE qui, devant l’ampleur de la crise, cherche à tout prix à trouver une solution, ne serait-ce que provisoire. Mais, ce faisant, cette fraction de la BCE vient d’ouvrir la porte à une renationalisation de la politique monétaire par les pays membres de la zone Euro. Il est probable que tel n’était pas le but recherché. Néanmoins, il deviendra de plus en plus difficile aux politiciens de la Zone Euro de prétendre que nous nous trouvons dans un système fédéral, alors que la politique monétaire redevient désormais nationale. Pour cette raison, et pour cette raison uniquement, il convient d’accueillir les mesures d’assouplissement monétaire annoncées par Mario Draghi avec une certaine satisfaction.

Source


[1] « OPINION OF ADVOCATE GENERAL CRUZ VILLALÓN » Cas 62/14, article 263, 14 janvier 2015, http://curia.europa.eu/juris/document/document_print.jsf?doclan…eIndex=0&part=1&mode=req&docid=161370&occ=first&dir=&cid=205625

=================================================

Lire aussi dans Le Point l’interview du libéral Charles Gave :

“Il faut bien voir que les taux zéro reviennent à prélever un impôt sur les pauvres au profit des plus riches. Aux États-Unis, les dépôts bancaires, détenus en particulier par des petites gens, sont de 10 000 milliards de dollars. Si les taux étaient à 3 %, il y aurait à peu près 300 milliards de revenus supplémentaires à dépenser par an. C’est autant d’argent qui est retiré de la consommation. Ces 300 milliards sont transférés aux “Goldman Sachs” de ce monde [référence à la banque d’affaire américaine, NDLR] par les profits qu’ils réalisent grâce aux taux à zéro. Du point de vue de la justice sociale, il n’y a rien de plus abominable que des taux nuls. […] Il y a six ans, j’avais publié un article dans lequel j’avertissais que les taux zéro allaient augmenter les inégalités et entraîner une baisse de l’investissement. “

Pour l’histoire, ce lien vars “l’analyse” du Nouvel Obs : BCE : super Mario Draghi, applaudi de toutes parts

“La presse ne tarit pas d’éloge à l’égard du président de la Banque centrale européenne, qui vient d’annoncer une décision historique : la planche à billets pour l’euro. [OB :c’ets bien pour ça que la presse crèvera à terme] […]

Il y a au moins un banquier intelligent en Europe : Mario Draghi”, écrit Laurent Joffrin dans “Libération”, dont la Une montre le plombier de Nintendo le poing levé, entouré de pièces d’or. […]

Quand un banquier central arrive à mettre d’accord à la fois les banquiers et les économistes militants contre l’austérité… Une fois n’est pas coutume.”

324 réponses à [Hold-Up à 1 100 000 millions d’€] QE : comment la BCE se moque du monde !

Commentaires recommandés

Chaban Le 22 janvier 2015 à 20h58

J’essayais surtout de faire passer le message que le peuple n’aura jamais son mot à dire dans toutes ces histoires.

Les élites se foutent complètement du peuple.

Et puis c’est vrai qu’à la base les moutons, les zombies, sont tellement manipulables…

Il suffit de slogans creux du type “Je suis…” pour les activer, ou désactiver.

  1. Chaban Le 22 janvier 2015 à 19h57
    Afficher/Masquer

    C’est une machine infernale. Ca n’arrêtera jamais. Ils peuvent fabriquer de la “monnaie” à partir de rien indéfiniment pour maintenir leur pouvoir… ils sont au sommet de la pyramide… alors qui pourrait les en empêcher?


    • purefrancophone Le 22 janvier 2015 à 20h03
      Afficher/Masquer

      Chaban;
      LE PEUPLE !
      Normalement seul souverain .Il y a tout intérêt à s’allier pour sortir de cette spirale infernale que nos enfants , petits enfants et arrières petits enfants paieront !!!!


      • Chaban Le 22 janvier 2015 à 20h08
        Afficher/Masquer

        Ha ha ha! le “peuple”… ha ha ha!

        Bonne chance!


        • purefrancophone Le 22 janvier 2015 à 20h42
          Afficher/Masquer

          Chaban;
          Je sais , il ne s’intéresse pas à l’économie , et pourtant !!


          • Chaban Le 22 janvier 2015 à 20h58
            Afficher/Masquer

            J’essayais surtout de faire passer le message que le peuple n’aura jamais son mot à dire dans toutes ces histoires.

            Les élites se foutent complètement du peuple.

            Et puis c’est vrai qu’à la base les moutons, les zombies, sont tellement manipulables…

            Il suffit de slogans creux du type “Je suis…” pour les activer, ou désactiver.


            • Bobby Le 23 janvier 2015 à 09h03
              Afficher/Masquer

              Le peuple a une arme beaucoup plus efficace que toutes les manifs : la débancarisation ! En fait, Eric Cantona avait raison avant tout le monde !


            • papipo Le 23 janvier 2015 à 20h39
              Afficher/Masquer

              bien dit, le peuple est bien trop stupide pour s interessé a l economie,
              charlie a reussi a rassembler ce peuple dans la rue,
              mais pour ce qui est de l economie tout le monde sen fou


          • interlibre Le 22 janvier 2015 à 22h57
            Afficher/Masquer

            Quand ils pourront plus s’acheter à bouffer il va bien devoir ouvrir les yeux le peuple. Reste à espérer qu’il ne ferra pas encore les mêmes conneries et qu’il s’attaquera aux responsables de ce bordel le peuple et pas encore à un énième bouc émissaire. (les musulmans, les russes, les russes musulmans mangeurs d’enfants ?…)


            • Balthazar Le 22 janvier 2015 à 23h58
              Afficher/Masquer

              En Grèce, il a la gueule bien enfarinée le peuple, pourtant comme dirait Marie Antoinette on lui file de la brioche avariée depuis quelques années maintenant.
              Alors bien sûr , ils avaient fait bombance entre 2001 et 2008, mais le régime minceur a bien fonctionné. Depuis 7 ans.
              On (les grands méchants) va vite voir s’il ouvre les yeux , le peuple, lors des prochaines élections, ou s’il a en plus du caca dans les yeux pour citer Pierre Richard dans “La Chèvre”.


            • rustik Le 23 janvier 2015 à 09h54
              Afficher/Masquer

              en fait, à ce sujet (révolte populaire),j’ai eue les prémices d’un début de commencement d’espoir en cette fin d’année 2014 vue l’ampleur du désastre conjuguée à l’incompétence de nos “élites” et une certaine grogne naissante …..
              puis, un certain 11 janvier est arrivé (condoléance aux familles des victimes) avec son cortège de récupération politique, de slogans vides, et de phrases creuses sur fond de pseudo consensus populaire contre l’adversité …. entraînant dans son sillage une liberté d’expression à 2 vitesses (tout dépend du sujet), l’idée (de plus en plus concrète) d’un “patriot act” à la française ou une “loi des suspects 1793” sauce 2015, une surveillance accrue (restriction de liberté ??) pour cause de danger imminent, une abstraction médiatique de tout autre événement (économique, financier, social, industriel, …) et là le “cocktail tsunamique” BNS-BCE accueilli au champagne par nos maîtres …
              alors, je me dit que même l’assiette et les poches vides, la technique du chiffon rouge a de beaux jours devant elle, alliée à celle de la carotte et du bâton …. je ne suis que trentenaire et je ne pense pas la voir de mon vivant !


          • DUGUESGLIN Le 23 janvier 2015 à 07h29
            Afficher/Masquer

            Le peuple? Il suffit de lui coller une nouvelle religion ( le charlisme par exemple) un faux drapeau celui d’une société meilleure et on le transforme en supporteur de choses qui n’existent pas. A ce peuple on a volé l’esprit critique et le bon sens, pour mieux le manipuler. Pourtant c’est pour lui que l’on devrait se battre et le réconcilier avec une vraie culture pour qu’il puisse choisir, sinon il perd sa souveraineté. Allez les bleus, allez les verts, allez les jaunes, etc.. et il croit défendre la bonne cause. Un petit slogan par ci, une chansonnette par là, un attentat par ci un scandale par là et le tour est joué, on fait faire au peuple le contraire de ce qu’il souhaite réellement.


            • Christophe Le 23 janvier 2015 à 11h38
              Afficher/Masquer

              et puis le jour ou j’ai plus rien a manger, avec ou sans drapeaux j’irais la ou ils me disent d’aller


            • nulnestpropheteensonpays Le 25 janvier 2015 à 22h47
              Afficher/Masquer

              y’a un match a la tele et des bieres dans le frigo le peuple, allez va on s’occupe de tout !


        • Gaïa Le 22 janvier 2015 à 23h26
          Afficher/Masquer

          @ Chaban

          Quand il sera tout nu , sans culottes et sans dents avec tout le reste en place mais flageolant , je gage qu’il dira :<> à tous les Sarkozy sur cette terre.


          • Gaïa Le 22 janvier 2015 à 23h30
            Afficher/Masquer

            Tasse-toi pauvre C…

            Pourquoi censurer? Ce n’est pas moi qui l’ai dit mais lui!


      • Eric Le 22 janvier 2015 à 23h43
        Afficher/Masquer

        Le problème c’est qu’il dort le peuple depuis pas mal d’année déjà !!!
        Va-t-il se réveiller ? N’est-il pas déjà trop tard ?


        • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 10h02
          Afficher/Masquer

          Trop tard par rapport à quoi?

          Les conscients républicains étaient désespérés car ils ne voyaient rien venir quelques jours avant et même la veille du grand jour de 1789. L’histoire nous apprend aussi à être en même temps réalistes et optimistes.


      • François Le 23 janvier 2015 à 20h29
        Afficher/Masquer

        Et on paye déjà tous depuis nos arrières-arrières-arrières-nuits-des-temps: les rivières coulent vers leurs sources pour vider l’océan. Le plan c’est de voler la vie des gens. Ça porte un nom: l’esclavage. Certain dirait la servitude volontaire. Mais c’est peut être un manque de volonté, justement.


      • Jean-Paul ROBERT-ROMPILLON Le 30 janvier 2015 à 16h02
        Afficher/Masquer

        Le peuple peut quelque chose ou du moins la partie du peuple qui est conscient de la situation.
        Il faut rappeler une chose à nos banquiers et politiques qu’un système monétaire repose sur la confiance et que si le peuple perd confiance en sa monnaie, il se dépêche de retirer ses sous des banques et le système s’effondre. Qui a le plus à y perdre dans ce genre d’événement, les financiers et leurs banques et les politiques financés par ces banques.
        Nous pouvons le faire savoir par une pétition européenne mais je suis assez d’accord, ils s’en moquent.

        Virer nos politiques inféodés à la finance comme en Grèce. Pour cela en France, l’échéance est à la fois lointaine et assez proche en 2017. Par contre notre système électoral n’est pas fait pour que les électeurs participent à la construction du programme des candidats et donc notre seul choix se fait entre le moins mauvais et le pire, ce qui renvoie à la situation décrite sur ce blog.

        Comme j’ai du mal à accepter cet état de fait, j’ai réfléchi avec les méthodes que j’enseigne en milieu industriel et de services. Il s’agit des méthodes d’analyse et de résolution de problèmes. Une solution possible serez de lancer sur toute la France une collecte des propositions de toutes les personnes qui se sentent concernées, elles seraient mise sur un site web et chacun pourrait échanger, amender, améliorer et chaque fois qu’il y aurait consensus sur une proposition elle s’inscrirait comme partie du programme. Ce travail pourrait également se faire par groupe de travail (cela crée du lien social). Des priorités seraient votées sur la totalité du programme.

        La phase suivante après la réalisation du programme serait d’inviter ceux qui se sentent la motivation de le réaliser à se présenter comme candidat, ils devraient expliquer pourquoi ils sont compétents et s’impliqueraient dans ce programme. Il y aurait une primaire pour choisir le meilleur candidat et tous ceux qui se sentiraient concernés pourraient votés sur internet et pour éviter la manipulation des votes, chaque groupe qui aurait travaillé sur le programme, se chargerait du contrôle des votants sur sa zone géographique.

        Cela permettrait enfin d’avoir un candidat qui porterait notre programme dans lequel il y aurait l’encadrement des banques. Elles seraient enfin responsables de leur engagement financier et l’Etat français retrouverait son autonomie de gestion.


    • Renaud 2 Le 22 janvier 2015 à 23h24
      Afficher/Masquer

      Les actionnaires de la FED (JP Morgan, Goldman Sachs, etc) et de toutes les autres banques centrales ne sont rien d’autre que des parasites. C’est ce système basé sur l’usure qui les nourrit. Il n’y aura de changement qu’au moment de l’effondrement du système. Notre civilisation n’est pas différente des précédentes (excepté par son ampleur), elle s’effondrera comme toutes les autres. Nous sommes bien engagés dans la phase de déclin. Dans quelques décennies, nos descendants auront honte de leurs ancêtres, dilapideurs de vraies richesses pour de la monnaie créée ex nihilo.


      • Kiwixar Le 23 janvier 2015 à 01h06
        Afficher/Masquer

        “C’est ce système basé sur l’usure qui les nourrit”

        D’où la diabolisation de l’Islam, qui interdit l’usure.


        • dono Le 23 janvier 2015 à 06h14
          Afficher/Masquer

          Si seulement c’était vrai….la finance islamique se porte très bien…et si elle est florissante c’est parce qu’elle est en expansion parallèlement à l’islam et surtout qu’elle est très rentable!
          Si elle est très rentable, c’est sans douter qu’elle produit une forme d’usure déguisée mais pas stricto-sensu…


      • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 10h10
        Afficher/Masquer

        @ Renaud 2

        Jadis, on était plus sage et conscient du danger. On annulait les dettes pour que l’économie et les échanges repartent. Le système se donnait des anticorps maintenant il prend du poison en grande quantité et le diffuse partout en guise de remède. L’effondrement des civilisations est surtout lié à la guerre et à l’écologie.


        • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 10h38
          Afficher/Masquer

          Quand je parle d’écologie, je parle de problèmes d’atteintes graves au milieu naturel et donc au milieu de vie de ces civilisations, bien sûr.


          • François Le 23 janvier 2015 à 20h33
            Afficher/Masquer

            C’est un tout apparemment. la pollution est d’abord mentale, puis elle se communique à l’environnement.


        • Renaud 2 Le 23 janvier 2015 à 14h11
          Afficher/Masquer

          Gaïa, tout à fait d’accord avec vous. Le problème avec ce système d’argent-dette, c’est que l’impression de papier monnaie rend possible la perpétuation du pillage des ressources de la Terre avec comme corollaire la pollution des sols, l’acidification des océans, le changement climatique, etc, sans parler de l’exploitation humaine. Si les ressources naturelles étaient prises en compte dans le PIB, on agirait autrement. Comme tout ce système est lié et cohérent, il me paraît essentiel de combattre ceux qui sont tout en haut : les JP Morgan, Goldman Sachs, ExxonMobil, et tous les fameux et fumeux thinks tanks style RAND Corporation, etc. Nous vivons dans un monde où seul l’intérêt privé a du pouvoir.


    • Delphin Le 23 janvier 2015 à 13h02
      Afficher/Masquer

      (Hors sujet, mais ça devrait vous intéresser Olivier Berruyer)

      http://www.tdg.ch/monde/europe/Sur-l-Ukraine–lEurope-sest-completement-trompee/story/11092422

      (Hélène Carrère D’Encausse dans la Tribune de Genève du 20 de ce mois)

      Amicalement,

      Delphin


      • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 15h14
        Afficher/Masquer

        Une experte à prendre avec des pincettes aussi:
        Depuis la révolution orange de 2004, l’Europe s’est complètement trompée. La Commission européenne a mal travaillé, dit-elle.
        Je regrette de vous dire Hélène Carrère d’Encausse que, l’Europe ne s’est pas trompée. Elle était d’accord avec toutes les soi disant révolutions de couleurs et mêmes avec n’importe quelle dissidence plus ou moins crapuleuse et non réellement révolutionnaire d’un point de vue de droits sociaux( on peut en évaluer déjà les résultats) dans l’unique but d’ affaiblir géopolitiquement l’ Union Soviétique et par la suite la Russie. La guerre froide n’a jamais quitté la stratégie des planificateurs et défenseurs de l’OTAN qui veulent élargir toujours un peu plus leur sphère d’influence. Ce qui est nouveau c’est que cette stratégie d’isolement est de moins en moins rentable en effet.

        Ensuite vous dites : La Russie est en difficulté mais les conséquences de la chute des prix du pétrole sont beaucoup plus graves que les sanctions. Son économie n’est pas assez diversifiée. La grande responsabilité de Poutine et Medvedev. Ils n’ont pas conduit les réformes nécessaires.

        Poutine vient quand même de faire une manœuvre pour racheter à bas prix tous les actifs étrangers concernant le pétrole et le gaz sur son territoire, a fait le nécessaire pour s’indépendantiser du dollar dans ses échanges commerciaux avec l’Inde et la Chine. Ce n’est pas rien! Et puis, il a le pétrole, oui-da ! La fragilité économique de l’Europe me paraît bien plus importante avec ces politiques de sanctions et d’austérité sans fin pour satisfaire des bulles et spéculations financières.
        A mon avis le regard que porte Sapir sur la Russie est moins simpliste:

        http://russeurope.hypotheses.org/3315


        • Roscanvel Le 23 janvier 2015 à 16h16
          Afficher/Masquer

          Pour moi la déclaration de Mme Carrère D’Encausse est positive, dans le sens que c’est une personnalité qui s’inscrit à contre-courant. Bien sûr, vous me direz, elle est russe d’origine. Oui, mais c’est aussi une référence parmi les médias occidentaux.


          • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 16h37
            Afficher/Masquer

            Surtout pour les médias occidentaux, je vous l’accorde. Je l’ai bien étudiée quand j’étais étudiante et bien suivie. Elle n’était pas trop à contre-courant.


  2. LA ROQUE Le 22 janvier 2015 à 20h03
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier pour cette analyse.
    Il me semble que l’on peut faire un parallèle avec les assignats.
    Impressions colossales jusqu’au moment ou le doute c’est installé sur la valeur de
    ces derniers puis énorme perte des détenteurs.


    • Chaban Le 22 janvier 2015 à 20h15
      Afficher/Masquer

      Non, c’est différent. Il existait des valeurs refuge à l’époque. Les gens bien connecté par exemple pouvait s’arranger pour obtenir des monnaies étrangères, qui elles n’étaient pas dévaluées.

      Aujourd’hui les banques centrales coordonnent leurs actions afin qu’aucune des monnaies qu’elles impriment ne s’effondre. Les élites cosmopolites, qui n’ont aucune fibre patriotique et se foutent complètement des peuples, ont compris qu’il leur fallait travailler ensemble pour préserver leur hégémonie dans leurs pays de résidence.

      Si par exemple la FED avait imprimé sans que les autres banques centrales ne suivent, nous aurions eu là, effectivement, une situation comme celle qui suivit la révolution française.

      Aujourd’hui je ne vois vraiment pas ce qui peut arrêter toute cette folie.

      J’ai cru pendant un temps que Poutine serait la solution, en refusant par exemple de vendre ses ressources naturelles contre du papier monopoly, mais je l’avais, comme beaucoup je pense, surestimé.


      • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 00h21
        Afficher/Masquer

        Pourtant j’ai entendu dire tout le contraire de ce que vous dites.
        En fait la Russie vient de racheter pour trois fois rien presque tous ses actifs gaziers et pétroliers détenus par des financiers. C’est ce qu’a annoncé début janvier la chaîne RT en citant comme source le portail d’information “InSerbia”.
        “La Russie a fait un coup de “mat à l’étouffé”, – écrit la source. Grâce à la chute du rouble, Moscou a réussi à récupérer la plupart de ses actifs en possession chez des détenteurs étrangers, et en plus gagner 20 milliards de dollars seulement en quelques jours”.


      • achriline Le 23 janvier 2015 à 10h55
        Afficher/Masquer

        @chaban
        Sachant d’où revient la Russie il faut lui laisser un peu de temps pour qu’elle ait les moyens de contrer ce système. Les américains l’ont bien compris qui veulent par n’importe quel moyen empêcher ce retour.
        Les accords avec la Chine, les transactions avec divers pays en monnaies nationales, la mise en place d’un système alternatif au système swift, la création d’une alternative au FMI sont autant de choses qui vont dans le sens d’une remise en cause du système actuel mais tout cela ne se fait pas sur un claquement de doigt.
        De toute façon les seuls à pouvoir faire ça sont la Russie et la Chine si possible ensemble comme ça semble être le cas actuellement
        Ah non … j’oubliais, le pire des ennemis pour le système est … le système lui-même.


    • pat_mail Le 22 janvier 2015 à 21h33
      Afficher/Masquer

      A l’époque des assassignats, les petites gens, ceux qui ne comprennent jamais rien, préféraient l’or.Mais refuser les assassignats pouvait être considéré comme acte antirévolutionnaire ->la guillotine !

      Comme l’or n’a plus court (il sera interdit à nouveau, franchement ou par la ruse ).
      Alors acheter quoi ?
      Du dollar qui monte bien en ce moment ? Les USA font déjà les gros yeux : le dollar est trop fort parait-il…
      Sauver son livret A va être difficile.

      Je m’interroge.
      Je n’avais pas oublié que chaque pays de la zérozone avait gardé sa banque centrale.
      En cas d’attaque spéculative sur un pays, (allé au hasard l’Italie). L’Italie peut acheter les obligs pour 17% du QE total. Mais si çà ne suffit pas, que fait-on pour le reste ?
      Un pays fera-t-il son petit QE en cachette , au nez et à la barbe d’Angelle ?
      Admettons qu’elle fasse semblant de ne pas voir.
      Que se passera-t-il dans 10 ans. Certaines banque centrales auront des bilans à vomir, et alors que d’autres n’auront que des mauvais.
      Que se passera-t-il si une banque centrale ne peut plus faire face ?
      On arrête cette farce , on casse l’euro ou on trouve au autre truc ?
      Remarquez, on aura gagné 10 ans.


      • Chaban Le 22 janvier 2015 à 21h44
        Afficher/Masquer

        Ouais… nous sommes coincés de tous les côtés. C’est d’ailleurs le but recherché. Ils ne veulent pas que les gens épargnent.
        Ils ne veulent que deux choses: qu’ils dépensent absolument tout ce qu’ils gagnent, ou qu’ils spéculent (avec tous les dangers que celà comporte).
        En fait ils détestent les gens qui gèrent leur argent raisonablement en dépensant moins que ce qu’ils gagnent.
        C’est le monde à l’envers.
        Bienvenu dans “1984”.
        Quel beau futur devant nous…


      • theuric Le 22 janvier 2015 à 21h59
        Afficher/Masquer

        10 ans?
        Je suis, semaine après semaine, comme ce mec qui tombe du haut d’un gratte-ciel et qui à chaque étage dis: “pour l’instant tout va bien”.
        Aujourd’hui, 22 Janvier, tout va bien!


      • Homère d'Allore Le 22 janvier 2015 à 22h06
        Afficher/Masquer

        Sur l’interdiction de détenir de l’or, les USA avaient fait fort en 1933 !

        http://www.telegraph.co.uk/finance/personalfinance/investing/gold/9968494/Roosevelts-gold-confiscation-could-it-happen-again.html

        L’executive order 6102 pourrait avoir sa remise au goût du jour en cas de défiance grave sur la monnaie.
        Maintenant, je vois mal les français ( pour ne pas parler des italiens…) aller remettre leur or physique à la banque.


        • Charlemagne Le 22 janvier 2015 à 22h37
          Afficher/Masquer

          l’or a été interdit et confisqué en 33 parce que les américains acceptèrent qu’ils le fut. A cette époque, le sentiment était que l’Etat était juste, qu’il travaillait pour le bien commun, et c’est ainsi que des milliers d’américains ont remis leur or. Plus personne ne croit à l’honnêteté et au bon sens de nos élites, heureusement.
          Si vous possédez de l’or ou de l’argent physique, rien ne vous empêchera de le revendre. Sauf bien sûr si vous l’avez déclaré au fisc qui vous le réclamera.
          L’euro, puis ensuite le dollar, s’effondrera. l’or et l’argent vous protégeront toujours.


          • Chaban Le 22 janvier 2015 à 22h49
            Afficher/Masquer

            Acceptèrent qu’il le fut? C’est comme ça que vous appelez des peines de prison de 10 ans pour refuser de se plier à la loi?


        • Lamonette Le 22 janvier 2015 à 22h49
          Afficher/Masquer

          Mon choupi,

          Zavez raison.

          C’est un risque qu’on prend ou non…


      • MrExplication Le 22 janvier 2015 à 22h13
        Afficher/Masquer

        L’or et le métal argent restent et resteront une valeur refuge.
        Sinon, vous pouvez vous tourner vers les crypto-monnaies.
        Elles sont totalement décentralisé, aucuns intermédiaires, vous êtes votre propre banque, aucuns états ou organismes ne pourraient décider de bloquer votre compte, impossible techniquement.

        Leur émissions est dégressive, enfin du moins pour le bitcoin, darkcoin, litecoin,…et toutes les autres crypto-monnaies dite minable.
        Exemple, pour le bitcoin, au début, il y avait 50 bitcoins créés toutes les 10 minutes, 4 ans après 25 bitcoins, 4 ans après 12.5 bitcoins, et ainsi de suite jusqu’à atteindre les 21 millions de bitcoin.
        Ni plus, ni moins, ici aucunes planches à billets.

        Il est par exemple impossible de faire un faux bitcoin, alors que des faux billets de banque circulent en masse, et même des faux lingots d’or.
        Avec les crypto-monnaies vous pouvez envoyer de la valeur 24h/24 7j/7 n’importe où dans le monde, quasiment sans frais et ceci en moins de 10 minutes.

        Envoyer de l’argent devient aussi facile que d’envoyer un email.
        Donc, oui, ils existent des valeurs refugent hors de contrôle des états et banques privées.


        • Alexandre Hanin Le 22 janvier 2015 à 22h53
          Afficher/Masquer

          Pas de planche à billets, effectivement. Juste des monnaies archi-déflationnistes où ceux qui ont les poches pleines s’engraissent et où les autres crèvent.


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 00h11
            Afficher/Masquer

            Parce qu’actuellement ceux qui ont les poches pleines ne s’engraissent pas ?
            Le QE de Draghi ne va pas aller remplir les poches de ceux qui en ont déjà plus qu’il n’en faut ?
            Je vous invite à regarder cette vidéo, valable pour l’Europe

            Inégalité de la répartition des richesses aux Etats-Unis d’Amérique
            https://www.youtube.com/watch?v=e1-mAf6n4zo


            • Surya Le 23 janvier 2015 à 00h20
              Afficher/Masquer

              à part les supers riches, ceux qui ont les poches pleines ne s’engraissent pas (je parle de patrimoines à quelques M€) parce que eux aussi ont les rendement à 0 (et ils ont l’ISF à payer 🙂 ). S’ils veulent le rendement ils ont le risque qui va avec en face. Je peux vous indiquer des produits qui peuvent sortir du 8% par an. Par contre vous risquez jusqu’à -40% sur votre capital investi si ça se passe mal (regardez par exemple ce qu’est un produit structuré à capital protégé de type autocall ou autres turbos)


        • Surya Le 22 janvier 2015 à 23h47
          Afficher/Masquer

          Les crypto-monnaies ? Ces machins hyper opaques, plus ou moins en bulle et où les derniers arrivés sont les dindons de la farce du “minage” ?


          • MrExplication Le 22 janvier 2015 à 23h57
            Afficher/Masquer

            Hyper opaque, vous parlez bien d’open source ?
            Je crois que vous n’avez pas compris ce que sont les crypto-monnaies.
            Voilà un peu d’aide 😉
            Pour rappel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Open_source

            Les mathématiques et la cryptographie réinventent la monnaie : Le Bitcoin
            https://www.youtube.com/watch?v=7pkr7pZo6Dc

            14h42 #10 : Bitcoins, Altcoins & Cie, on décrypte la crypto-monnaie
            https://www.youtube.com/watch?v=RH_B7hgpYUs

            Bitcoin vs. Pouvoir politique. La révolution des crypto-monnaies. Stefan Molyneux
            https://www.youtube.com/watch?v=dRbrKy5L8CU

            Bitcoin et Crypto-monnaies avec Andreas Antonopoulos
            https://www.youtube.com/watch?v=JJlvxCsBlZc


            • Surya Le 23 janvier 2015 à 09h40
              Afficher/Masquer

              L’opensource, le truc dont personne ne regarde le code ? (voir la dernière faille openssl)

              Vous avez audité le code vous-même ?


            • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 22h30
              Afficher/Masquer

              Et un pôle bancaire et financier public, ça ne serait pas mieux?


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 00h02
            Afficher/Masquer

            Pour compléter

            Andreas M. Antonopoulos educates Senate of Canada about Bitcoin (Oct 8, FR)
            https://www.youtube.com/watch?v=nq2-IWjmpio

            L’innovation fait peur 😉


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 01h09
            Afficher/Masquer

            Donc à vous entendre, les banques ne sautent pas ?

            Les plates formes d’échanges sont ce qu’elles sont, bitcoin a été créé pour se passer d’intermédaire et de centralisation.
            Si il y a des spéculateurs qui décident de laisser une grosse partie de leurs crypto-monnaies sur un échange afin de spéculer et que ce dernier se fait hacker, tant pis pour eux.

            Au moins, ce ne seront pas les citoyens qui devront payer, à la différence de ce qui se passe avec les banques.

            Pour ce qui est de la volatilité, l’euro n’est pas en reste, tout comme le pétrole, et bien d’autres choses.

            Les fraudes, il y en a partout, les fraudes à la carte banquaire sont juste énorme, et encore ce n’est que la pointe de l’iceberg.

            Pour une mode pour geek, elle dure longtemps.
            6 ans que le bitcoin existe, plus de 100 000 transactions par jour, un réseau ayant une puissance de calcul des milliers de fois supérieurs aux 500 plus gros supercalculateurs.

            Non, j’ai bien peur que vous argumentiez sur quelque chose que vous ne connaissez vraiment pas du tout.
            Le bitcoin est open source, savez vous ce que veut dire open source ?

            Le fait que vous mentionnez le mot opacité veut tout dire…


            • Kiwixar Le 23 janvier 2015 à 04h26
              Afficher/Masquer

              Je comprends votre enthousiasme pour le bitcoin, mais je souhaite tempérer vos certitudes sur la “valeur refuge” :

              1) “impossible de faire un faux bitcoin” : à partir du moment où un groupement de “gros joueurs” (pensez JPMorgan + GSachs + Western Union + NSA) voudra faire la peau du bitcoin, ils mettront l’argent qu’il faut pour prendre 51% du réseau et le tuer… adios bitcoinos!

              2) Peu probable, mais possible : si j’étais une organisation gouvernementale cherchant à tuer d’un coup toutes les transactions illégales (drogue, armes, darknet) ET détruire les finances de tous les dissidents de la planète, je créérais un “pot-à-miel” crypté, “100% fiable” … une fois que toutes les mouches seraient posées dessus, je ferais exploser le truc… adios dissidentos!

              3) Exposition aux gouvernements : possibilité que les crypto-monnaies deviennent illégales, ou bien que le réseau soit coupé

              4) Difficultés de garder un porte-monnaie inviolable : les ptits malins des “services” style NSA doivent utiliser les logiciels de leur employeurs pendant leurs pauses-café pour essayer de chourrer les bitcoins des gars qui se croient à l’abri derrière leur triple firewall de la mort qui tue

              Note sur les “faux lingots d’or” : oui, des Chinois fourreurs de tungstène ont pignon sur rue, c’est pour ça qu’il ne faut jamais acheter plus gros qu’1 once, et toujours de gros revendeurs agréés.


            • Surya Le 23 janvier 2015 à 09h38
              Afficher/Masquer

              ok. Je vais prendre un peu plus de temps pour vous expliquer en quoi les crypto monnaies sont un jouet et le resteront :

              – en dehors des geeks personne ne sait ce que c’est. Pour un truc mondial qui représente la possible monnaie du futur (lol) vous avez conscience que 100 000 transactions/jour c’est rien ? Votre boulangère sait-elle ce qu’est le bitcoin ? La caissière à Auchan sait-elle ce qu’est le bitcoin ? Pouvez-vous payer vos impôts en bitcoin ?

              Ce truc n’a pas cours légal, et donc en conséquence 99% des gens s’en foutent complètement.

              Pourquoi c’est un truc pas sérieux aujourd’hui : avez-vous déjà vu des factures d’entreprises émises en bitcoin ? Comment une entreprise fait-elle pour avoir des couvertures de change dans cette devise ? Je peux faire de l’affacturage de créances en bitcoin ? Ha ben non c’est pas possible….

              Quant à votre argumentaire sur les fraudes c’est risible, en France les utilisateurs sont hyper protégés par la Loi. Il se passe quoi légalement quand une plate-forme d’échange saute ? Ces trucs ont un agrément de l’ACPR pour exercer en France ? Y a un contrôle des fonds propres ? Ha ben non…

              Sinon je constate que vous n’avez pas répondu sur l’argument principal des “anti bitcoins” (auquel il n’y a rien à répondre) : les derniers entrés dans le système sont bien les dindons de la farce puisque les premiers à miner se sont accaparés toute la richesse. Au moins quand on part sur de véritables actifs tangibles (métaux : or / argent ou autres) il n’y a pas ce phénomène, et contrairement au bitcoin, l’Or et l’Argent tout le monde sait ce que c’est.


            • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 11h11
              Afficher/Masquer

              @Eriste, Mon Dieu que vous mélangez tout.
              Le FBI a saisit des bitcoins sur Silkroad, normal, des gens avait déposer leur bitcoin sur le compte de silkroad.
              Un peu comme un échange qui se fait pirater.

              Laissez de l’argent en banque peut donner le même genre de risque, saisie direct sur le compte, faillite de la banque, braquage,…

              Avec le bitcoin l’utilisateur est sa propre banque, si après il décide de passer par un tier qui n’est pas de confiance, libre à lui de le faire.
              Il connait les risques, mais au moins là, ce n’est pas le contribuable qui devra payer le note à la fin.

              Le bitcoin est pseudonyme et non anonyme, c’est à dire que normalement ont ne peut pas relier une adresse bitcoin à un nom.
              Bien-sûr si vous passez par un site d’échange euro-bitcoin, il y a de forte chance qu’il vous demande de prouver votre identité.
              De ce fait par la suite, ils pourront mettre une nom sur une adresse bitcoin et voir toutes les transactions qu’à faire cette adresse.

              Vous vous voulez de l’anonymat total, ils existent d’autres crypto-monnaies, la plus célèbre et possédant le plus grosse communauté est le Darkcoin, en ce moment il est à 1,4€, il a démarré à 0,4€
              Là, les transactions de la blockchain sont totalement anonymisé, même si vous connaissez le nom qui pourrait être reliée à une adresse, vous ne pourrez jamais voir les transactions qu’il a fait.

              Mais ce n’est pas la seule, il y a aussi Dark Wallet qui est une surcouche pour anonymiser le bitcoin, il y aussi Monero, ShadowCash,.. qui eux utilisent une autre technologie.

              Toutes les crypto-monnaies sont open source, et leur créateur est connu, il ne se cachent pas.
              Bien au contraire, avec l’aide d’autres personnes, elles aussi connues, ils continue de les faire évoluer.

              Je préfère de loin faire confiance à des individus avec un protocole robuste comme le Bitcoin qu’aux banques qui peuvent à tout moment bloquer mon compte, faire faillite et envoyer la note aux états pour que le citoyen paye.

              L’opensource est partout, Internet, serveurs, embarqués, monde de la sécurité, il a depuis longtemps que c’était la meilleure solution dans le domaine de l’informatique.
              Un programme propriétaire restera toujours obscur et l’utilisateur ne pourra jamais lui faire confiance.

              Ce qui n’est pas le cas en ce qui concerne l’opensource.

              6 ans que le réseau Bitcoin est en place, aucunes failles, bien au contraire, il devient chaque jour e plus en plus solide.
              Sa puissance de calcul est des milliers de fois supéreirs aux 500 plus gros supercalculateurs au monde 😉

              Le seul moyen de stopper le Bitcoin serait de couper totalement Internet sur toute la planète.


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 10h55
            Afficher/Masquer

            Arrêtez de répondre sans que je puisse faire pareil également.
            Oui opensource comme openssl, qui est corrigé depuis.
            Vous voulez que je vous montre tous les correctifs qui sont déjà sorti pour l’ensemble des programmes opensource ?

            Arrêtez de dire n’importe, vous n’y connaissez rien dans le domaine de l’opensource.
            Sans opensource, pas d’Internet, pas de serveurs, donc pas de site web, pas d’évolution dans le domaine de l’embarqué.

            Concernant Bitcoin, grâce au fait qu’il soit opensource sont code a pu être amélioré, audité, patché, bref il évolue.
            6 ans que son réseau est en place et pas une faille qui a pu le faire tomber.

            Vos arguments sont vides, dommage pour vous, mais heureusement pour les autres personnes qui nous lirons 😉


            • Kiwixar Le 23 janvier 2015 à 11h33
              Afficher/Masquer

              “et pas une faille qui a pu le faire tomber”

              C’est vrai et c’est faux. Aucune faille ne l’a encore fait tomber, mais le bitcoin a une “fatal flaw” des 51% de la puissance de calcul permettant de foutre un bordel dont le bitcoin ne se remettrait pas. Donc le jour où des gros joueurs (FED, Western Union, primary dealers) voudront la peau du bitcoin, ce sera “game over”.

              http://www.motherboard.vice.com/blog/bitcoins-fatal-flaw-was-nearly-exposed


            • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 12h39
              Afficher/Masquer

              @Kiwixar

              Je vais encore me répéter, parce que j’ai l’impression que vous ne lisez pas ce que j’écris.

              La puissance de calcul du bitcoin est des milliers de fois supérieur aux 500 plus gros supercalculateurs du monde.
              vous voyez ce que ca veut dire ?
              Amener 51 % d’une telle puissance est quasi impossible, même avec des dizaines de milliards de dollars que les banques pourraient mettre sur la table.

              Sans parler de la mise en place d’une telle chose, le nombres de personnes qu’il faudrait, intermédiaires, fabricants de puces, bref rien ne se passera sans que cela se sache.
              Cela ferait un buzz énorme, la mise en place d’une telle attaque prendrait des années et pendant ce temps, la puissance du réseau continuerait à progresser, ce qui fait que le jour ou votre projet est en place et prêt à être mis en route, il n’offrira pas assez de puissance pour avoir 51% 😉


            • Eriste Le 23 janvier 2015 à 13h03
              Afficher/Masquer

              @Eriste, Mon Dieu que vous mélangez tout.

              Ah? Quand je vois ce genre de commentaire, je ne peux m’empécher de penser à ça: http://xkcd.com/538/

              «Le FBI a saisit des bitcoins sur Silkroad, normal, des gens avait déposer leur bitcoin sur le compte de silkroad.
              Un peu comme un échange qui se fait pirater.»

              C’est vrai que tout d’un coups, c’est beaucoup plus rassurant de voir que le plus grand porte monnaie en bitcoin soit détenu par les USAs (http://www.wired.com/2013/12/fbi_wallet/).

              «Avec le bitcoin l’utilisateur est sa propre banque, si après il décide de passer par un tier qui n’est pas de confiance, libre à lui de le faire.
              Il connait les risques, mais au moins là, ce n’est pas le contribuable qui devra payer le note à la fin.»

              Je suis d’accord.

              «Le bitcoin est pseudonyme et non anonyme, c’est à dire que normalement ont ne peut pas relier une adresse bitcoin à un nom.
              Bien-sûr si vous passez par un site d’échange euro-bitcoin, il y a de forte chance qu’il vous demande de prouver votre identité.
              De ce fait par la suite, ils pourront mettre une nom sur une adresse bitcoin et voir toutes les transactions qu’à faire cette adresse.»

              Vous n’avez probablement pas lu tous les liens que j’ai pu mettre à votre disposition alors.

              1. Le réseau bitcoin s’appuit sur internet. Internet n’est pas anonyme et ne risque pas de l’être pendant un sacré bout de temps. Toutes les données relatives à la connexion sont sauvegardés.

              2. outre le fait que bitcoin s’appuit sur internet, il s’appuit également sur des échanges de données. Ces données sont loggués (étant adminsys, je peux dire que j’en stocke des données de connexions). Si ces données ne sont pas directement stockées dans bitcoin, elles le sont probablement au niveau d’un routeur, d’un firewall, d’un proxy… Bref. Effectivement, pas évident de récupérer toutes les données, mais quand on est un état, ça devient tout de suite plus simple.

              3. Actuellement, les seuls “vrais” moyens d’être anonyme sur le web c’est de passer par des réseaux de proxy type “tor” ou de passer par des darknets type “freenet”. Dans le premier cas, le réseau est corrompus, et ceux pour plusieurs raisons (voir les liens que j’ai donnés). Pour le deuxième, freenet étant un “internet au dessus d’internet”, bitcoin ne fonctionne pas dessus (à ma connaissance mais je peux me tromper)

              4. Une simple recherche sur google montre des travaux prouvant que l’anonymat de bitcoin n’existe pas… Un parmis tant d’autres: http://arxiv.org/pdf/1107.4524v2.pdf

              «Vous vous voulez de l’anonymat total, ils existent d’autres crypto-monnaies, la plus célèbre et possédant le plus grosse communauté est le Darkcoin, en ce moment il est à 1,4€, il a démarré à 0,4€
              Là, les transactions de la blockchain sont totalement anonymisé, même si vous connaissez le nom qui pourrait être reliée à une adresse, vous ne pourrez jamais voir les transactions qu’il a fait.»

              Ou zerocoin (http://diyhpl.us/~bryan/papers2/bitcoin/Zerocoin:%20anonymous%20distributed%20e-cash%20from%20bitcoin.pdf).

              «Toutes les crypto-monnaies sont open source, et leur créateur est connu, il ne se cachent pas.
              Bien au contraire, avec l’aide d’autres personnes, elles aussi connues, ils continue de les faire évoluer.»

              Ah? C’est marrant ça, c’est pas ce que wikipedia dit à propos du fondateur du protocole de bitcoin Satoshi Nakamoto (http://en.wikipedia.org/wiki/Satoshi_Nakamoto).

              «Je préfère de loin faire confiance à des individus avec un protocole robuste comme le Bitcoin qu’aux banques qui peuvent à tout moment bloquer mon compte, faire faillite et envoyer la note aux états pour que le citoyen paye.»

              Je suis d’accord sur le point des banques. Pas d’accord sur le reste. C’est bien beau bitcoin, mais sans internet, sans technologie, ça reste une “innovation”. Mais ne soyons pas pessimiste, nous ne sommes pas en état de conflit mondiale.

              «L’opensource est partout, Internet, serveurs, embarqués, monde de la sécurité, il a depuis longtemps que c’était la meilleure solution dans le domaine de l’informatique.
              Un programme propriétaire restera toujours obscur et l’utilisateur ne pourra jamais lui faire confiance.»

              Convertir un convertis… Pas facile.

              «6 ans que le réseau Bitcoin est en place, aucunes failles, bien au contraire, il devient chaque jour e plus en plus solide.
              Sa puissance de calcul est des milliers de fois supéreirs aux 500 plus gros supercalculateurs au monde ;-)»

              Aucunes failles? Vous rigolez? Merci d’aller regarder les liens que j’ai mis précédemment… Il y a au moins eu une attaque qui a fait assez mal, ils ont même du revenir un peu en arrière au niveau des transactions. Ne parlons pas des DDoS (qui sont assez inutile par ailleurs vu que c’est décentralisé), et des nombreuses attaques contre le protocole en lui même.

              Je vous invite tout de même à regarder les liens que j’ai posté… Des personnes qui parlent des problèmes de la crypto-monnaie bien mieux que vous et moi.


            • Eriste Le 23 janvier 2015 à 13h12
              Afficher/Masquer

              Je me permet de faire une dernière réponse…

              «Oui opensource comme openssl, qui est corrigé depuis.»

              Vous habitez sur quelle planête? Pas dans le monde de l’informatique à ce que je vois! Parce que des failles sur OpenSSL tombent – pratiquement – tous les jours! C’est d’ailleurs pour ça que le projet OpenBSD à forker récemment en créant LibreSSL pour pallier à bon nombre de problème en provenance direct des dev d’OpenSSL.

              Vous ne devez surmement pas connaitre non plus le marché des 0days qui est assez attractif, surtout pour la NSA d’ailleurs, vu l’argent qu’ils investissent dedans (dans mes souvenirs, selon les leaks de snowden, quelques millions de dollars en jeu).

              «Sans opensource, pas d’Internet, pas de serveurs, donc pas de site web, pas d’évolution dans le domaine de l’embarqué.»

              hum. Partiellement vrai. Malheureusement déjà…

              1. Internet, ce sont des interconnexions de routeurs/switchs, tous propriétaire (ou en grande majorité), cisco, juniper, huawei… Le tout _dérivé_ de logiciel open-source (juniper est basé sur FreeBSD par exemple).

              2. Effectivement, la quasi-totalité des serveurs à travers la planête fonctionnent sous des logiciels open-source ou du moins, avec un socle libre.

              3. L’embarqué est encore largement fermé… Le modèle Open-Hardware n’est pas vraiment encore à la mode, si vous parlez d’arduino, déjà, ça limite beaucoup. Pour ce qui est de l’embarqué pure à base de MIPS/ARM, le prix augmente déjà un peu, et tout n’est pas encore une fois forcement open source. D’ailleurs, dans le monde du hardware, rare sont les constructeurs qui offrent les caractéristiques – même partielles – de leurs fabrications.

              «Vos arguments sont vides, dommage pour vous, mais heureusement pour les autres personnes qui nous lirons ;-)»

              Puis-je vous retourner le compliment?


            • Surya Le 23 janvier 2015 à 14h48
              Afficher/Masquer

              J’ignorais que les routeurs Cisco et les serveurs IIS étaient opensource. Ho wait… Vous devez sûrement vivre sur une autre planète. (je vous accorde néanmoins que Bind est opensource et massivement utilisé sur Internet)


            • Eriste Le 23 janvier 2015 à 17h04
              Afficher/Masquer

              @Surya «J’ignorais que les routeurs Cisco et les serveurs IIS étaient opensource. Ho wait… Vous devez sûrement vivre sur une autre planète. (je vous accorde néanmoins que Bind est opensource et massivement utilisé sur Internet)»

              Oh… Wait… Je crois que je n’ai pas dis ça: «Internet, ce sont des interconnexions de routeurs/switchs, tous propriétaire (ou en grande majorité), cisco, juniper, huawei…»

              Pour information:
              – Cisco: propriétaire
              – Redback: basé sur NetBSD (http://wiki.wireshark.org/RedBack)
              – Juniper: basé sur FreeBSD (http://en.wikipedia.org/wiki/Junos)
              – Alcatel-Lucent: propriétaire (mais avec composante open-source, bootloader basé sur red hat)
              – Huwai: propriétaire (VRP OS)
              – D-Link: basé sur Linux avec module proprio
              – 3Com: basé sur Linux avec module proprio
              – routeur type “box”: majorité basé sur du linux avec rajout module propriétaire.

              Mais bon pour vous rassurer un peu, il existe des solutions open source pour le routage, comme “ClearOS” ou “BSD Router Project” (voir http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_router_and_firewall_distributions), malheureusement encore trop peu utiliser de nos jours.


            • Surya Le 23 janvier 2015 à 17h06
              Afficher/Masquer

              Vous avez du remarquer que ma réponse ne vous était pas destinée 😉

              Quant aux équipements backbone ce sera toujours du closed source pour des raisons évidentes de performances liées aux asics qui tournent en dessous 🙂

              Sinon Cisco se base désormais sur du Linux Centos pour NXOS (gammes Nexus / MDS) et pour IOS XE et IOS standard depuis la version 15 (routeurs + switchs Catalyst).


            • Kiwixar Le 23 janvier 2015 à 20h37
              Afficher/Masquer

              J’ai lu votre commentaire. Comme indiqué dans un autre commentaire, Antonopoulos avait estimé le coût de cette opération pour tirer profit du “fatal flaw” à 500 millions de dollars. Et c’était une conférence de l’année dernière, pas d’il y a 3 ans.
              Allez, soyons royaux, estimons-la, à … 10 milliards de dollars. Vous ne pensez pas que ceux qui contrôlent la planète (les actionnaires de la FED) peuvent créer “out of thin air” 10 milliards de dollars et acheter ce qui faut (via le Pentagone et la NSA) pour écraser le moucheron qui commence à ennuyer leur monopole et leurs potes de Western Union?
              … Et, en cas de troubles (qui vont venir, prix du pétrole oblige) je n’aime pas dépendre d’un réseau pour une transaction.


            • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 23h54
              Afficher/Masquer

              @Eriste
              “Aucunes failles? Vous rigolez? Merci d’aller regarder les liens que j’ai mis précédemment… Il y a au moins eu une attaque qui a fait assez mal, ils ont même du revenir un peu en arrière au niveau des transactions. Ne parlons pas des DDoS (qui sont assez inutile par ailleurs vu que c’est décentralisé), et des nombreuses attaques contre le protocole en lui même.”

              Faire une attaque DDoS sur du décentralisé, je crois que vous confondez site d’échanges ou site Internet et protocole Bitcoin.
              Les états-unis possèdent le plus gros poterfeuille bitcoin suite à la saisie de Silkroad, mais ils en ont déjà vendu une partie.
              Ils les remettent en circulation 😉

              J’en apprend une nouvelle, que le réseau Bitcoin a du revenir en arrière dans le blockchain 😉
              Vous pouvez fournir un lien, parce que là ce serait une grande première pour moi ?

              Pour ce qui est de l’opensource, IIS est rien comparé au serveur Apache, Nginx,…
              Comme dit plus haut, HTTP, SMTP, TCP/IP, UDP, DNS, ICMP,… bref tout ce qui fait Internet, ce sont des protocoles ouverts.
              Sans parler des languages de programmation, PHP, Perl, Python, C/C++, Ruby, Ada, Java,..
              Sans eux pas d’Internet ou même de système d’opération.

              Même le blog sur lequel nous discutons et fait avec WordPress qui est opensource 😉


            • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 00h05
              Afficher/Masquer

              @Kiwixar

              L’argent ne suffit pas pour mettre en place ce type d’attaque.
              Le nombres de personnes que cela demandera, le savoir faire, le matériel, et j’en passe
              Tout cela ne passera pas inapercu, la communauté aura largement le temps de réagir 😉

              Mettre en place un tel projet sans aucunes fuites, je demande à voir.
              Vous croyez que abracadabra, il suffit d’amener de l’argent pour pouvoir développer une puissance équivalente.
              De plus, cette puissance devra être rassemblé en un pool.
              Dès que ce pool arrivera il se fera DDoS par la communauté 😉

              La révolution est en marche et elle ne s’arrêtera plus.
              Le bitcoin, ainsi que d’autres crypto-monnaies basée sur d’autres technologies sont là, certaines sont nativement résistantes à une attaque de 51%.

              http://coinmarketcap.com/all/

              Il y a un avant et un après la venue des crypto-monnaies.
              Plus les états ou institutions privés veulent lutter contre une certaine liberté, plus il y a d’outils les empêchant d’agir.
              P2P, réseau chiffré “I2P, TOR, GNUnet, Freenet,…”, protocole de chiffrement,

              https://prism-break.org/en/all/


            • Surya Le 24 janvier 2015 à 00h06
              Afficher/Masquer

              Avoir des spécifications de protocoles ouvertes n’a aucun rapport avec l’opensource.

              à l’inverse on peut avoir des solutions opensource qui travaillent sur des protocoles / formats fermés par reverse engineering (genre la compatibilité de open/libreoffice avec les formats microsoft)


            • Eriste Le 24 janvier 2015 à 08h18
              Afficher/Masquer

              Les commentaires sur ce commentaires commencent à être… compliqués à suivre! Ça sera mon dernier pour moi, je vais juste répondre rapidement

              @Mrexplication: Oui, 2 gros problèmes pour bitcoin (https://bitcoinmagazine.com/3668/bitcoin-network-shaken-by-blockchain-fork/), en gros, en 2010, plusieurs millions de bitcoins généré, faille de type integer overflow (sympas à corriger ce genre de problème). Plus récemment, après une mise à jour de bitcoin en client 0.8, un fork de la chain de base est apparu, les devs ont du tranchés. Je vous invite à lire le lien que je viens de vous donner, il y en a d’autres, mais j’ai pris celui qui était le plus condensé.

              @Surya: autant pour moi! Le problème avec les commentaires sur ce genre de sujet, c’est que déjà, on a l’impression qu’il y a de l’agressivité dans l’air, et encore plus, que les personnes en faces sont omniscientes et pensent tout savoir… Le plus drole, c’est que le premier commentaire que j’ai envoyé était là juste pour rajouter un peu de rationnalisme sur la crypto-monnaie qui n’est aujourd’hui qu’une innovation, pour moi, et rien de plus.

              «Quant aux équipements backbone ce sera toujours du closed source pour des raisons évidentes de performances liées aux asics qui tournent en dessous»

              Naa… Il ne faut pas être aussi fermé sur ce point là! On voit arriver de belles améliorations coté FreeBSD pour l’optimisation des perfs en fonction des nouvelles architectures qui arrivent, idem dans le monde linux. Ne pas oublier aussi qu’OpenBSD n’est pas très loin et fournit dors-et-déjà un support de protocole important, et une très très bonne compatibilité hardware. Et puis… Ces derniers ont des projets intéressants en tête (http://www.openbsdfoundation.org/gsoc2014.html). =)

              «Sinon Cisco se base désormais sur du Linux Centos pour NXOS (gammes Nexus / MDS) et pour IOS XE et IOS standard depuis la version 15 (routeurs + switchs Catalyst).»

              Oh? Je ne savais pas! Intéressant pour la game Nexus, je ne suis plus trop dans le réseau ces derniers temps, donc, je n’ai plus l’occasion de faire de hack sur ce genre de bécanes! 🙂

              @all: Juste une petite remarque… L’erreur est humaine, et elle est problématique dans le monde de la sécurité, car c’est le maillon le plus faible. Je vous invite à lire les très bon livre de Bruce Schneier (https://www.schneier.com/) sur le domaine de la cryptographie Appliquée mais aussi sur le domaine plus vaste de la sécurité, d’aller regarder les cours de Dan Boneh (https://www.coursera.org/course/crypto) et de vous faire une réelle idée de la complexité des algorithmes ainsi que de leur mise en place. C’est bien beau d’être entousiaste sur une technologie, mais ça ne reste qu’une technologie, qui plus est… Basé sur d’autres technologie, donc dépendante. L’or, l’argent, le paladium ou autre, ce sont des “valeurs” réellent, pas des 0/1 dans un ordinateur. Déplacer le problème dans un environnement encore plus compliqué qu’il n’est déjà, est, à mon sens, une absurdité absolu. Soyons un peu plus rationnel, et n’oublions pas que la nature a ses droits et elle nous le fait bien savoir dans le monde de l’informatique (http://ieeexplore.ieee.org/xpl/login.jsp?tp=&arnumber=654409&url=http%3A%2F%2Fieeexplore.ieee.org%2Fiel4%2F5260%2F14255%2F00654409)


            • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 15h32
              Afficher/Masquer

              @Eriste
              Les problèmes c’est résolu de lui même, le protocole Bitcoin est concu pour résoudre se problème automatiquement.
              ” The split lasted for 24 blocks or 6 hours, finally resolving itself when one version of the chain conclusively pulled ahead of the other at block 225454, leaving the other chain largely abandoned, with only a small number of miners that are incapable of recognizing what has now become the main chain still mining it, while the bulk of the network quickly returned to normal.”

              Les autres problèmes sont liés à un fork et date de 2010, Bitcoin étant sorti en 2009 😉
              Nous sommes en 2015, le réseau est bien plus robuste et fiable, personne n’a perdu ses bitcoins suite à un problème dans le protocole.
              6 ans et toujours et ce malgré une utilisation de plus en plus grande.

              Bitcoin à l’ordre du jour au forum économique mondial
              http://le-coin-coin.fr/1902-bitcoin-lordre-du-jour-au-forum-economique-mondial/

              Les crypto-monnaies sont là et plus rien ne peut les arrêter.


        • lateo Le 23 janvier 2015 à 00h47
          Afficher/Masquer

          Je suis très enthousiaste concernant les expériences sur les crypto-monnaies.

          Ceci étant dit, je ne vois pas comment on peut raisonnablement conseiller à quelqu’un de mettre son capital là-dedans : c’est immature, très fluctuant, et surtout… ça ne marche pas si internet est tout cassé.

          Non, franchement, inciter les gens à tester et comprendre le truc : oui (un «investissement»/risque minime est suffisant pour jouer avec une crypto-monnaie) ; par contre prétendre que les crypto-monnaies sont une valeur refuge… franchement : non (elles le seront peut-être… ou pas. C’est un pari et rien d’autre.).

          Par contre j’aimerais bien qu’un gars qui «touche» en économie évalue la faisabilité de la création d’une monnaie d’état secondaire 100% électronique. Ça pourrait être intéressant je pense, et un chouette terrain d’expérimentation pour des trucs un peu révolutionnaires comme le revenu universel & compagnie.


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 01h24
            Afficher/Masquer

            Qui aurait idée de mettre tous ses oeufs dans le même panier ?
            Dans le cas de Bitcoin, c’est un réseau opensource, décentralisé, contrôlé par personne, aucuns états ou institutions privées peuvent le stopper.

            Cela fait 6 ans qu’il est là, le réseau est d’une robustesse sans faille.
            Le seul moyen de stopper les crypto-monnaies, c’est de pouvoir couper totalement Internet.

            Attendez que les banques fassent comme à Chypre avec un pays un peu plus gros, et vous comprendrez tout le potentiel des crypto-monnaies 😉


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 01h39
            Afficher/Masquer

            Les banques ne fonctionnent pas non plus si l’Internet est tout cassé comme vous dites 😉
            Même les DAB sont reliés au réseau des réseaux.


            • Kiwixar Le 23 janvier 2015 à 04h35
              Afficher/Masquer

              Oui mais c’est justement le problème : en cas de “gros” problème financier (avant 2020 à mon avis) et/ou de pétrole à 200$ la baril, on aura rapidement des émeutes un peu partout dans le monde, voire pire (guerre civile dans les pays éthniquement divisés comme la France). Le premier geste du gouvernement sera de couper les moyens de communication (internet, téléphone), et votre bitcoin sera inutile.

              Dans une zone de guerre style Yougoslavie ou Donbass, ou en effondrement (URSS), un bitcoin ne vaudrait rien. Par contre, une bouteille de gnole, 1 once d’or ou 1 pièce d’argent auront une valeur de troc immédiat (contre de l’essence par exemple).


            • artiguste Le 23 janvier 2015 à 09h55
              Afficher/Masquer

              On débat un max ici sur le bitcoin et je pense que c’est normal. Toute chose révolutionnaire dérange un peu le côté conservateur de chacun ; même si on pense être très progressiste.

              Pour l’histoire des 500 millions de JP Morgan pour défoncer le bitcoin. JPM est une banque. Ok ils peuvent mettre 500 000 000 sur la table mais après c’est un projet humain, d’informaticiens/pirates/geeks/nerds:mettez-le-terme-que-vous-voulez. Et ça, ce n’est pas le métier d’une banque. Avec leur 500 millions, ils peuvent plutôt faire comme la BNS en intervenant sur une grande place de marché et faire un PEG BTCUSD à 1$ par exemple. Et avec 10 ou 100 milliards, la partie risque d’être gagnée par les banques.

              Moi ce que je propose au gens à propos du bitcoin c’est de se renseigner et d’ouvrir un peu son t esprit. Dire que le mec qui a pensé le code (qui est open source, chacun peut allé le lire mais il faut un bon niveau technique ok) est inconnu est donc il pourrait éventuellement bossé pour la CIA n’est pas un argument valable.
              Empiriquement, je peux dire que la probabilité de l’avènement du bitcoin est plus forte que un dégât des eaux ou un incendie dans votre appartement ou que vous renversiez une personne en voiture qui devra vous demandé une allocation handicapé toute sa vie.

              Qu’est ce que je veux dire par là ?
              Diminuez vos couts d’assurance, de banque et toute les choses quasiment inutiles ou surpayés. Et avec ces économies, achetez des napoléons et des bitcoins.

              Vous n’utiliserez probablement jamais votre multirique-habitation ou l’assurance de votre carte. Alors que je suis sûr que lorsque vous liquiderez vos BTC ou vos Nap, vous serez bien content 🙂


            • artiguste Le 23 janvier 2015 à 10h29
              Afficher/Masquer

              Et je rajouterai d’autres réponses sur les affirmations qui tende à décrédibilisé le BTC.

              Le BTC c’est obscur, on y comprends rien
              Et le système bancaire vous y comprenez quelque chose ? Et vous avez combien d’argent dans ce truc obscur ?
              Ce n’est pas obscur car le code est ouvert et toute les transactions sont visibles sur la blockchain (cherchez sur google).

              Le BTC c’est pour les gangsters.
              Et le dollar c’est pour les honnêtes gens ? Allons ! Le marché des armes c’est 50 milliard par an. Et tout est transigé en dollars. Le btc n’est pas plus la monnaie des mafieux que toutes les autres monnaies.

              Le BTC est trop volatil.
              Ca c’est vrai ! Mais la masse monétaire du BTC est de 4 milliards de dollars (à mettre en comparaison avec le QE de la BCE de 1 100 milliards ! ! ! ). C’est très étroit dans il y a beaucoup de volatilité. Lorsque la masse de bitcoin représentera 400 milliards ou 4 000 milliards, quand une baleine du marché liquidera ses bitcoins, le cours sera à peine chatouillé.

              Tous les ans y’a une plateforme qui se fait piraté.
              C’est vrai aussi ! Mais nous sommes au tout début de cette monnaie. C’est encore le farwest. Les braves gens au début du XIX siècle dans l’ouest américain n’avait pas confiance en les banques car où le patron était un truand (rien à changé) ou la banque se faisait braquer régulièrement (ça arrive encore voir les fraudes à la carte de crédit mais on nous le dit pas et on recrédite sans faire de bruit). Alors les gens gardaient leurs dollars au chaud. Ils ne comptaient que sur eux-même.
              Pour stocker du bitcoin, il faut une sauvegarde (sur un papier ou dans une clé USB par exemple), un mot de passe solide et une connexion internet (seulement pour les envoyer, pas besoin pour les “stocker”). On peut donc se débrouiller tout seul.


            • Kiwixar Le 23 janvier 2015 à 11h03
              Afficher/Masquer

              Je vois d’autres inconvénients/risques au bitcoin :

              – Western Union (1 milliard $ de benef par an, 10 milliards d’assets) qui souhaiterait lui faire la peau
              – des gros joueurs (FED, JPM, GSachs) qui voudrait lui faire la peau si le bitcoin commence à sortir du cercle “confidentiel”
              – servir de pigeon sur une bulle en phase “pigeon”, c’est-à-dire un investissement ayant atteint la phase “public” (on en parle en bien dans les médias) où les gros investisseurs attirent les pigeons (via les medias) pour aspirer l’épargne, puis parient à la baisse, puis font poper la bulle (lire le célèbre article de Matt Taibi “Goldman Sachs, la machine à bulles)

              Personnellement, je n’investis jamais dans quelque chose si les médias commencent à en parler, en bien. C’est que le truc est en phase “pigeon”, et que ça va bientôt être le carnage.

              “Si vous ne savez pas qui est le pigeon de l’affaire, c’est que c’est vous” (Warren Buffet)

              C’est le paradoxe du bitcoin : il ne peut être intéressant en tant qu’investissement ou monnaie QUE si il sort du cercle “confidentiel”. Mais dès qu’il sort du cercle “confidentiel”, les “gros joueurs” lui feront la peau. A coups de HFT et/ou en prenant 51% du minage et/ou en le rendant illégal.

              (à part ça, c’est vraiment génial)


            • nourredine Le 23 janvier 2015 à 12h22
              Afficher/Masquer

              @MrExplication, lisez cet article pour comprendre que l’internet va bientot ne plus exister, mais beaucoup d’autres formes de communication se mettent en place.
              http://rt.com/news/225451-internet-disappear-google-chairman/


            • artiguste Le 23 janvier 2015 à 13h02
              Afficher/Masquer

              @Nourredine

              Merci pour ce lien.
              Vous aussi vous devriez lire l’article entier et pas simplement lire que le titre racoleur.
              Le monsieur google ne dit rien de plus que l’internet sera extrêmement intégré à notre vie de tous les jours.
              Par extrapolation, il parait évident que les échanges de valeur se feront essentiellement par internet. Si on pense aux produits que proposent et proposeront les banques, qui seront ratatinés avant même que l'”internet qui colle aux vêtements” de M. Google existe, ils n’existeront sûrement plus.
              Ce sera peut-être une crypto-monnaie. Et ce sera peut-être le bitcoin ou une crypto-monnaie sans ses défauts (anonymat total de la transaction, confirmation de transaction plus rapide, moins gourmand en énergie, blockchain plus courte, capacité à confirmé un plus grand nombre de transactions simultanément etc.).


        • achriline Le 23 janvier 2015 à 11h03
          Afficher/Masquer

          Et vous faites comment si par hasard internet venait à être régulé voir coupé ?


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 11h22
            Afficher/Masquer

            @Kiwixar

            Vous me faite rire avec votre argument d’une attaque orchestré par les banques contre le réseau Bitcoin.
            Elles peuvent mettre tout l’argent qu’elles veulent sur la table, ce n’est pas demain qu’elles pourront mettre en place 51% de la puissance du réseau Bitcoin.

            C’est ca la force du P2P, l’argent ne fait pas tout.
            Des milliers de fois la puissance de calcul des 500 plus gros supercalculateurs ne se mettent pas en place, même si vous y mettez des dizaines de milliers de dollars.

            Elles auraient du le faire au tout début du Bitcoin, mais à ce moment personne ne savait que les crypto-monnaies allaient prendre autant d’ampleur, maintenant c’est trop tard pour leur attaque.
            Mais si vous avez peur, il existe d’autres crypto-monnaies où l’attaque des 51% est impossible à faire de part leur conception.

            @Surya
            Au début de la carte banquaire, est-ce que les gens savaient utiliser un DAB, un terminale de paiement ?
            Est-ce qu’au début d’Internet, votre boulangère savait ce que c’était un email, est-ce que la caissière du supermarché le savait ?
            Non, pourtant, cela n’a pas empêché que ces technologies se développent au point d’être indispensable au bon fonctionnement de notre société.

            Les crypto-monnaies c’est la même chose, nous sommes comme en 1994 pour Internet, peu de gens connaissent et maîtrisent, mais le potentiel futur est tout simplement énorme 😉


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 11h29
            Afficher/Masquer

            Si Internet venait a être cassé, pensez-vous que seul les crypto-monnaies seraient impactées ?
            Si cela arrive, cela veut dire que nous aurions quitté la normalité pour entrer dans quelque chose que nous ne connaissons pas.
            Je peux même affirmer que cela ne serait rien de réjouissant pour les citoyens.

            Bien-sûr, c’est pour cela que je dis de ne pas mettre toute son épargne là dedans, si demain, c’était la guerre, les pièces d’or et argent restent un bon placement.
            Quoi que, il faut déjà voir si c’est une guerre mondiale ou non, car actuellement, même en période de conflit, les accès Internet persistent ou sont mis en place par des résistants, donc les crypto-monnaies pourraient jouer tous leurs rôles.

            C’est une forme de résistance au système de ce débanquariser 😉


            • reneegate Le 23 janvier 2015 à 12h27
              Afficher/Masquer

              Le propre d’internet est d’être résistant et particulièrement aux coupures (même pas mal). De plus avec le réseau TOR (plus de domaines de nom DNS détenus par les US) c’est encore plus résistant, c’est du point à point (P2P) en passant par des ponts (bridges et relais) on reconstruit calmement son réseau de proximité qui s’étend ensuite “piano va sano” par capilarité. Enfin ce P2P a eu la riche idée de cacher les 2 extrémités et avec le cryptage de garantir la confidentialité. Autant dire que le futur sur le papier ce n’est pas le web, c’est TOR (avec raison)
              Je vous le donne en mille, qu’elle est la prochaine cible de Valls (lisez Obama)? TOR.
              Enfin quant aux BitCoin, cette monnaie ultra liquide, je n’ai pas cherché à comprendre sinon que c’était mathématique, anonyme, lavable, titrisable dans un sens puisqu’on peut mélanger des tranches de BitCoin. Mais pourquoi est ce si volatile? Si quelqu’un pouvait m’éclairer simplement? En tout cas ça ne va pas plaire aux allemands cette monnaie qui fait des bonds 🙂


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 11h37
            Afficher/Masquer

            @Kiwixar

            Le réseau est devenu tel, qu’une attaque de 51%, même avec des milliards de dollars serait peine perdue.
            Puis vous imaginez la nouvelle 😉

            Parce que mettre en place une telle puissance de calcul prendrait un temps fou, ferait intervenir plein de gens, dont des spécialistes des crypto-monnaies.
            La communauté pourrait réagir bien avant que cela soit en place.

            Sans parler du buzz, les banques veulent tuer le Bitcoin, j’ose même pas imaginer 😉
            Déjà mettre en place un supercalculateurs ca prend du temps, alors mettre en place une puissance de calcul qui serait des milliers de fois supérieurs aux 500 plus gros supercalculateurs, je suis juste plié de rire.

            Sans parler que chaque mois, la puissance du réseau augmente, ce qui complique la tâche 😉


            • Kiwixar Le 23 janvier 2015 à 21h16
              Afficher/Masquer

              Personnellement je trouve ça très plausible, pour la simple et bonne raison que les crypto-monnaies s’attaquent au monopole de la FED, qui peut se défendre (1) en créant de l’argent de manière illimitée (2) en s’associant avec le gouvernement US pour que l’opération “kill bitcoin” soit une opération de sûreté nationale (Pentagone, NSA, organismes qui peuvent acheter les supercalculateurs qu’ils veulent, pour contrer à l’augmentation de la cryptographie, et en se faisant les dents sur bitcoin).

              Evidemment, si le but est de tuer LES crypto-monnaies de manière définitive, la cible sera bitcoin (avec sa faille des 51%), et il faut attendre un peu que le bitcoin soit juste un peu populaire pour que ça marque le maximum d’esprits.

              Je ne dis pas que ça va arriver, je dis que c’est plausible et que le risque est réel, car (1) le bitcoin a cette faille des 51% et (2) il s’attaque à des adversaires qui ont de l’argent de manière illimitée.


            • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 15h45
              Afficher/Masquer

              @Kiwixar

              Ils existent d’autres crypto-monnaies résistant nativement à une attaque des 51%.
              Bitcoin est pow “proof of work”, d’autres pos “proof of stake, certaines marient les deux.
              D’autres encore utilise une technologie appelé masternodes, notamment le Darkcoin, qui en plus est développé pour être anonyme nativement.
              NXT lui fait du forgeage à la place du minage.

              Comme dit plus haut, il y a un avant et un après 😉


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 12h45
            Afficher/Masquer

            @nourredine

            Lol Internet ne plus exister, j’en rigole encore.
            Comme si c’était Google qui décidait si Internet pouvait exister ou non.
            Internet est là, c’est tout.

            Savez-vous que les sites comme Google, yahoo, amazon, liberation, et même votre blog préféré, bref tout ce qui est accessible par l’utilisateur lambda, c’est à peine 10% d’Internet ?

            Les autres 90% sont cachés ou dans des réseaux utilisant Internet, tel que TOR, Freenet, I2P,…
            Ils sont incontrôlable.
            Les crypto-monnaies savent déjà utiliser ces réseaux 😉


            • nourredine Le 23 janvier 2015 à 13h37
              Afficher/Masquer

              @MrExplication, Google va bientot etre sous le joug de ali baba qui rachette google


            • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 14h16
              Afficher/Masquer

              @nourredine

              Et alors que Google soit sous le joud de Alibaba ?
              Comme dit plus haut, Google, Facebook, Alibaba, et j’en passe, ce n’est que 10% du réseau Internet.

              Les 90% qui restent ne sont pas sous leur contrôle, que ce soit TOR, Freenet, GNUnet, I2P,…

              Jérémie Zimmermann & Benjamin Bayart : Conférence de clôture du Capitole du Libre 2013
              https://www.youtube.com/watch?v=4Gh4F8rxkFw


        • O2source Le 23 janvier 2015 à 12h24
          Afficher/Masquer

          Peu de gens connaissent encore cette techno.
          Il serait bon d’en faire un billet ^^


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 12h49
            Afficher/Masquer

            Bonne idée, mais à ce moment là, il faut aller interviewer des personnes qui s’y connaissent vraiment dans ce domaine.
            Parce que vu les commentaires de certains, ils argumentent sans même savoir comment fonctionne une blockchain, le chiffrement, un réseau décentralisé et le partage et maintient d’un code opensource via github.


            • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 14h56
              Afficher/Masquer

              @Eriste

              OpenSSL est opensource, sans cela il aurait été impossible de créer LibreSSL, qui corrige les problème d’OpenSSL.
              Il y a donc bien correction de la communauté 😉
              Et point de fork possible si OpenSSL était propriétaire.

              Pour ce qui est d’Internet, point d’Internet sans opensource.
              TCP, UDP, SMTP, HTTP, FTP, DNS,… sont des protocoles ouverts.
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Request_for_comments

              http://www.ietf.org/rfc.html

              Sans cela, pas d’Internet.
              Vous le dites vous même, Cisco, Juniper and co sont des dérivés de BSD open source.
              Et je parlerais même des languages de programmation, Python, Perl, C/C++, Java, ADA “Airbus, TGV,…”, Ruby, Javascript, HTML5
              Donc, point d’Internet sans opensource.


            • Surya Le 23 janvier 2015 à 15h32
              Afficher/Masquer

              Le fait qu’un protocole soit ouvert via des RFC n’implique en rien que l’implémentation en soit opensource (j’ai un scoop : les routeurs Cisco ne tournent sur une base Linux que depuis 2 ou 3 ans max)

              Votre assertion comme quoi l’opensource est à l’origine d’internet relève du révisionnisme historique. Internet vient d’Arpanet (réseau de la défense US) sur lequel se sont greffées ensuite les universités américaines. Ce n’est qu’au début des années 90 que l’internet grand public s’est developpé (il y avait plus de monde sur Compuserve que sur “internet”)

              Le premier navigateur internet de l’histoire (NCSA Mosaic) était d’ailleurs totalement fermé.


            • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 00h11
              Afficher/Masquer

              @Surya

              Aller, je vais clarifier les choses, point d’Internet grand public sans les logiciels libres.
              Quoi que : Le réseau Arpanet adopte le 1er janvier 1983 la suite de protocoles TCP/IP qui sera la base d’Internet1.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Suite_des_protocoles_Internet

              Sans parler que sans le C pas de routeur, OS,…
              Aussi un language ouvert :

              https://fr.wikipedia.org/wiki/C_%28langage%29


            • Surya Le 24 janvier 2015 à 00h18
              Afficher/Masquer

              Je vais répéter encore une fois parce que ça ne rentre pas : avoir des specs ouvertes n’a aucun rapport avec de l’opensource.

              ps : vous n’avez vraiment pas de chance, les protocoles réseaux c’est mon métier depuis 10 ans.


            • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 00h19
              Afficher/Masquer

              @Surya
              Nous savons tous ce qu’est devenu Mosaic et son sucesseur Netscape 😉
              De plus Mosaic n’est pas le premier navigateur, mais soit.

              Sans HTML et Javascript qui sont ouvert pas de pafe web, donc pas de navigateur.
              Sans parler que ce même navigateur est sans doute développé en C, qui lui aussi est ouvert.

              Actuellement, ce sont Firefox et Chromium qui sont leader, deux projets opensource.


            • Surya Le 24 janvier 2015 à 00h21
              Afficher/Masquer

              Rigolo quand on sait que l’essor du browsing web est arrivé quand Internet Explorer détenait 95% des parts de marché vu que c’était le navigateur par défaut de windows, sans doute des logiciels opensource.

              Ho wait…


            • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 16h01
              Afficher/Masquer

              @Surya

              L’essor du browsing web ? quesako ?
              IE a détenu 95% de part de marché entre 2002 et 2003, avant cela c’était Netscape, qui depuis est passé en opensource et a donné Firefox par la suite.

              De plus Bill Gates a failli ratter le tournant Internet en 1995, il pensait que cela n’allait jamais se développer.

              Maintenant ce sont bien les navigateurs opensource qui domine, le propriétaire c’est fait balayer.
              Ces même navigateurs exploitent des technologies elle même opensource ou aux format ouvert

              Même les plus gros supercalculateurs sont dominés par l’opensource, quasiment 99%
              http://www.top500.org/statistics/list/
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_ouvert

              HTML5, PHP, Javascript, Ruby, Python,…
              Même Microsoft s’y met, en rendant .NET opensource.


          • MrExplication Le 23 janvier 2015 à 14h48
            Afficher/Masquer

            Bitcoin pourrait profiter à la Réserve Fédérale

            http://le-coin-coin.fr/1895-bitcoin-pourrait-profiter-la-reserve-federale/


            • NOURREDINE Le 24 janvier 2015 à 21h10
              Afficher/Masquer

              @MrExplication, il y a un autre coin qui fonctionne tres bien c’est maxcoin cree par Max Keizer, voici un lien
              https://www.startjoin.com/maxkeiser
              J’espere que la connection passe.


          • Kiwixar Le 23 janvier 2015 à 21h27
            Afficher/Masquer

            “Il serait bon d’en faire un billet”

            Bonne idée, mais à ce moment là il faudra interviewer des gens qui n’ont PAS un intérêt financier à attirer des nouveaux chalands vers le bitcoin (principe de ponzi), et qui n’essaient pas de cacher les problèmes ou les risques en se gargarisant du côté technique à coups de “vous n’y comprenez rien, taisez-vous”… 🙂


            • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 18h58
              Afficher/Masquer

              Principe de Ponzi, mon Dieu qu’est-ce qu’il ne faut pas lire.
              Renseigné vous sur le fonctionnement de l’émission des bitcoins.
              Ce n’est pas du tout un Ponzi.

              Il y a quelques années, avant que le vocabulaire venu d’outre-Atlantique ne se soit imposé, on préférait évoquer la chaîne pyramidale pour l’escroquerie qu’on appelle aujourd’hui système de Ponzi. L’astuce consiste pour les initiateurs de la chaîne à utiliser les fonds apportés par les nouveaux adhérents pour fournir une rémunération attractive à ceux qui leur ont confié leur capital pour les rassurer pendant qu’ils s’approprient le dit capital. Tout l’art est de disparaître avec la caisse au moment où les nouvelles adhésions vont cesser de suffire à maintenir le versement des intérêts et où les souscripteurs vont demander le remboursement de leur capital évanoui.

              Certains affirment que le bitcoin serait un tel système de chaîne pyramidale, généralement au prétexte que les premiers bitcoins n’ont guère coûté aux fondateurs du système qui en possèdent de gros montants, et que les acheteurs actuels du bitcoin paient très cher pour une valeur en réalité arbitraire. Pourtant, le bitcoin ne possède pas les attributs caractéristiques d’une chaîne pyramidale :

              – Il n’y a pas d’utilisation de l’apport des nouveaux entrants pour maintenir les anciens dans l’illusion de l’intégrité de leur capital. Les vétérans de la cryptomonnaie semblent pour la plupart garder leurs bitcoins sous leur matelas — fin 2012, 78% des bitcoins étaient dans des comptes dont rien n’était jamais ressorti — mais s’ils les échangent, c’est dans des transactions loyales dans lesquelles ils se dessaisissent de leur bien à sa valeur de marché. D’ailleurs, rien ne distingue le bitcoin « de fondateur » d’un bitcoin miné la minute précédente.

              – Charles Ponzi utilisait un argument de bon sens, dont le principe était vérifiable par chacun mais l’application se révélait en pratique irréalisable, pour convaincre les épargnants de lui confier leur argent : il aurait acheté en Italie des coupons postaux internationaux de réponse payée, valides partout, au cinquième de leur prix de remboursement aux USA. Il aurait suffit à l’une de ses victimes d’essayer de se faire rembourser un coupon aux USA pour constater que les choses n’étaient pas si simples… Le bitcoin est à l’exact inverse un système dont seuls quelques spécialistes bac+X parviennent à maîtriser les principes, mais dont tout un chacun peut expérimenter sans grande dépense la pratique dans les bars branchés de Californie ou à Union Square le lundi après-midi.

              – Bernard Madoff disposait d’une fausse salle de marchés, qu’il montrait à ses clients pour les convaincre. Toute escroquerie, et les chaînes pyramidales n’échappent pas à la règle, est ainsi basée sur la dissimulation au pigeon de la véritable nature du système. Or par construction, un tel secret est parfaitement impossible dans le cas du bitcoin où la totalité des spécifications et de l’implémentation est dans le domaine public. Avant d’acheter ses bitcoins, chacun peut vérifier qu’il n’y a pas le moindre vice caché à son désavantage, et s’il n’en était pas convaincu, personne ne l’obligera à utiliser le bitcoin comme moyen de paiement.

              On notera que les monnaies fiat ne passent pas, elles, le filtre de ces critères avec la même aisance.

              Imaginons qu’en 1967, Berny Wagner, entraineur d’athlétisme à l’Université de l’Orégon, se soit rendu chez un bookmaker pour parier un gros montant que son poulain, 5e à la hauteur aux championnats universitaires US avec une technique peu orthodoxe, serait l’année suivante champion olympique compte-tenu des avantages techniques qu’il voyait dans la dite technique. La cote aurait été énorme. Mais au fur et à mesure que Dick Fosbury devenait en 1968 champion indoor des USA, puis se qualifiait pour les JO, puis pour la finale, sa cote aurait baissé considérablement. Quand à Mexico, Fosbury remporta le titre olympique, Berny Wagner aurait touché le jackpot, et ce sont tous les parieurs ultérieurs qui le lui auraient versé, ceux qui avaient parié contre Fosbury, certes, mais ceux qui avaient parié pour lui auraient pu se sentir frustrés, ou même entraînés dans un système à la Ponzi où avec la même mise, Wagner touchait cent ou mille fois plus qu’eux. Mais quand on parie, on prend ses responsabilités, on connaît les cotes, les athlètes, et on est libre de ses choix.

              Supposons maintenant que de manière analogue, un entraîneur basque soit allé parier en 1955 sur un champion de barra vasca de 40 ans, inconnu en athlétisme, pour l’épreuve de javelot des jeux de Melbourne. Au début de 1956, Félix Erausquin lança, avec la méthode « barra vasca », le javelot au delà du record du monde de l’époque. La cote baissait. Puis la Fédération alertée changea le règlement, prohibant de fait le « lancer à l’espagnole ». Aux jeux de Melbourne, le pari n’aurait plus rien valu.

              Nul ne sait si l’avenir du bitcoin sera un flop à la manière Fosbury ou un lancement à la manière Erausquin. En revanche il est certain que parce qu’il laisse les individus libres de leurs choix tout en leur donnant toutes les informations pour les faire, sa « blockchain » n’est pas une chaîne à la Ponzi.

              http://www.contrepoints.org/2014/01/27/154632-le-bitcoin-est-il-un-systeme-de-ponzi


        • François Le 23 janvier 2015 à 20h39
          Afficher/Masquer

          Une monnaie dite “minable”, ça ne donne pas envie…


          • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 00h22
            Afficher/Masquer

            L’or ca vous donne envie ?
            Pourtant il y a des mine d’or, ou au début la capacité d’extraction était énorme, puis à commencée à diminuer.
            Les chercheurs d’or qui trouvaient de l’or directement dans les rivières, pour ensuite devoir creuser des mines.

            Il faut extraire de plus en plus de terre pour avoir de moins en moins d’or.
            Le bitcoin fonctionne sur le même principe.
            Au départ, il est facile à miner, par la suite cela devient plus compliqué.
            Sauf qu’au départ, le bitcoin ne valait rien, 1 ans après sa sortie, un dollar valait 1000 bitcoins.

            Pourtant l’or est une valeur refuge que personne ne remettra en doute.


          • MrExplication Le 24 janvier 2015 à 19h10
            Afficher/Masquer

            Andreas M. Antonopoulos : Bitcoin “The Potential of Blockchain Technology”

            https://www.youtube.com/watch?v=r8JopZWlvtw

            Son livre en anglais “Mastering Bitcoin” au format epub

            http://s000.tinyupload.com/?file_id=82283267532090744918


    • Alexandre Hanin Le 22 janvier 2015 à 22h39
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas la même chose :

      1) Les assignats étaient basés sur les “biens nationaux”. Les monnaies actuelles ne sont basées sur rien de concret, ce qui les rend paradoxalement plus solides.

      2) L’Europe actuelle est tout de même moins chaotique que la France de la fin du XVIIIe, et la force du monnaie dépend de la force politique de celui qui l’émet.

      3) Les QE réduisent les taux d’intérêt ; ils n’accroissent pas en soi les actifs financiers en circulation.


    • boduos Le 23 janvier 2015 à 03h20
      Afficher/Masquer

      pas de panique,en cas de chute, si on prolonge le système par mansuétude, on fera un moratoire :remboursement de 10% en 10ans et basta,
      sinon “reset” avec un étalon or argent platine sans monnaie dominante.
      cas probable : on est reparti pour un tour avec les mêmes dérives en soutenant des dictatures de + en + fortes. dollar au forceps , tu choise!
      quid de l’interference des brics ?
      Olivier ?


  3. cepamoi Le 22 janvier 2015 à 20h07
    Afficher/Masquer

    Ca va j’ai des ACA et des GLE …


  4. bili Le 22 janvier 2015 à 20h14
    Afficher/Masquer

    le QE est une très bonne chose, cela permet une dévaluation de la monnaie, qui à pour conséquence de rendre les produit made in euro plus competitife tant dans le marcher intérieure que extérieure… (les importation coute plus chère )

    et deuxièmement cela permet au état de ce financer gratuitement in fine, contrairement a ce que montre le dessin , la bce ne file pas l’argent au banques mais au états directement,ce qui est formellement interdit en théorie par le traité de Lisbonne soit dis en passant… comme quoi comme dis le dictons nécessité fait loi, et comme avait dis De Gaule , les traité des qu’il nous entube on les déchire.

    Les seul qui devrait ce plaindre de ce QE ce sont les rentier qui on des millions dans leur compte qui vois la valeur de leurs euros diminué et rapporter moins en intérêt ( ho les pauvres une petite larme pour eux svp ) et ceux qui sont partisan du fouet pour faire travailler les chômeur et de l’esclavage, qui voudrais que les pauvres paye plus d’impôts et gagne moins et ainsi permettre un budget équilibré et éviter tout QE et permettre aux rentier de siroté leur jus au iles-caillement assuré que la dettes seras bien remboursé sans dévaluation…


    • Chaban Le 22 janvier 2015 à 20h55
      Afficher/Masquer

      Non… logique bancale. Pourquoi?

      Parce que se servir de la dévaluation pour “être plus compétitif à l’exportation” entraîne forcément une fuite en avant…

      L’europe dévalue pour être plus compétitive?
      Les U.S. répondent en dévaluant pour être plus compétitifs.
      L’europe répond en re-dévaulant pour être plus compétitive…
      Les U.S. en remettent une couche pour être plus compétitifs…

      Et ainsi de suite…

      D’ailleurs aujourd’hui des voix s’élèvent déjà aux Etats-Unis (au congrès) pour en remettre une nouvelle couche…

      Qui est-ce qui paye le prix fort dans tout ça? les petites gens… ils devraient avoir le droit à une monnaie stable, qui préserve sa valeur, donc leur épargne, donc la sueur de leur front…

      La compétition ne devrait se faire qu’au niveau de l’innovation, de la productivité, de l’imagination, etc.


      • bili Le 22 janvier 2015 à 21h07
        Afficher/Masquer

        comme tu l’ as dis plus bas , tout ça ce fait avec l accord de l empire et maitre americain , accord des bq centrauc entre eux et donc les us ne dévaluerons pas en retour, et ceux ci peut être pour remercier l’Europe d ‘avoir sacrifier ces intérêts économique dans le conflit russe… pour faire plaisire a oncle same mais bon ca ce n’est que supposition.


        • Chaban Le 22 janvier 2015 à 21h10
          Afficher/Masquer

          Non, justement, l’action de la BCE ouvre la porte à la Fed pour encore plus d’impression, vu que le dollar va prendre de la valeur par rapport à l’euro…

          Vous n’avez pas encore compris à quel jeu ils jouent tous?

          Ils se passent le relai, chacun à leur tour: FED, banque d’Angleterre, banque nationale suisse, banque du Japon, BCE…


      • Homère d'Allore Le 22 janvier 2015 à 21h24
        Afficher/Masquer

        Ce n’est pas une dévaluation.

        Les QE peuvent être utiles. Comme l’ont prouvé ceux de Ben Bernanke après la crise financière de 2008.
        Mais le problème, c’est qu’il s’agit de rachat sur le marché secondaire. Et, en effet, les gagnants seront les banques.

        Une autre solution, malheureusement non retenue aurait pu être la suivante:
        Rachat massif des dettes souveraines ou de collectivités locales par la BCE aux banques puis abaissement du taux desdites dettes au taux refi de la BCE soit 0,050 %.

        Le poids des intérêts de la dette, non négligeable pour certains pays ou certaines collectivités locales disparaîtrait.
        Ce qui permettrait de subir moins de restrictions budgétaires et de baisser les impôts locaux.


    • Chaban Le 22 janvier 2015 à 21h03
      Afficher/Masquer

      J’avais raté votre dernier commentaire… en fait c’est exactement tout le contraire qui se passe.

      Les grosses fortunes placent leur argent dans des actifs qui augmentent automatiquement avec l’impression monétaire: actions, immobilier, terrers, art, etc.

      Par contre, le salarié lui voit son pouvoir d’achat s’effondrer parce que les prix de tout autour de lui (voir plus haut, et ce que les riches ont toujours compris) augment beaucoup plus rapidement que les salaires (quand ils bougent d’ailleurs).

      C’est pour ça que le fossé entre riches et classes moyennes/pauvres s’est élargi ces cinq dernières années pour atteindre un record historique fin 2014.


      • Chaban Le 22 janvier 2015 à 21h07
        Afficher/Masquer

        Dommage que l’option pour modifier nos messages ait disparu…

        Dans mon dernier message je parlais du fossé aux Etats-Unis… après cinq ans “d’assouplissement” (euphémisme pour l’impression de monnaie ex-nihilo).


      • bili Le 22 janvier 2015 à 21h21
        Afficher/Masquer

        les actifs que tu sites , actions , immobilier , terre… sont des actif qui monte mais pas aussi liquide que des euros sur compte, l’effet richesse est toute relatif et leur prix n’est pas aussi li” que tu le pensse à la valeur de la monnaie

        c’est dernier années l’euro montais et le prix de l’immo aussi , on verra si avec cette dévaluation les prix de l’immo vons s’ajuster à la hausse , j’en doute fort…

        pour les action il suivent plutôt l’évolution des marges des entreprises et prévisions de croissance et de la liquidité disponible entre autre paramètre le taux de change est l’un de ces paramètre mais loin d’être déterminant.

        mais si je te résume tu pensse que l’inflation (crée par la dévaluation ) est une bonne chose pour les épargnante ? ! bah sa serais une idée assez iconoclaste que tu défends mais je pensse pour ma part tout le contraire


        • Chaban Le 22 janvier 2015 à 21h39
          Afficher/Masquer

          Non, je dis précisément que les épargnants sont les gros perdants dans cette affaire. Epargnant est différent de spéculateur.

          Et puisque TU te permets de me tutoyer, laisse-moi te dire que visiblement tu n’as vraiment rien compris au film.

          D’ailleurs, en mettant la question technique de côté… comme si Mario Draghi et ses potes se faisaient du soucis pour le petit peuple… franchement!

          Regarde les indices boursiers aujourd’hui… toutes les grandes fortunes mondiales disent un grand merci à Mario… en une journée leur patrimoine a déjà grimpé d’à peu près 2%… en une journée.

          Qu’est-ce qu’il a gagné le petit peuple en une journée? Rien évidemment. Et tu pourrais me répondre que c’est normal, que ça prend du temps, etc.

          Mais ma démonstration est simplement de te prouver que pour les élites… et bien c’est automatique.

          Quand à l’argument sur Bernanke un peu plus haut, je n’y souscris pas du tout. L’intervention Bernanke n’a servi qu’à récompenser les criminels de 2008.


          • Homère d'Allore Le 22 janvier 2015 à 21h52
            Afficher/Masquer

            Bien sûr, les épargnants seront les perdants. Sauf ils ont fait confiance à la signature de Napoléon III plutôt qu’à celle de Mario Draghi…
            Maintenant, si il faut des perdants, autant que ce soient les épargnants. Le problème, c’est que ce ne sera même pas pour un vrai programme de relance par l’investissement.


            • Chaban Le 22 janvier 2015 à 22h01
              Afficher/Masquer

              Je plussoie.

              Encore que pour Napoléon III, il faut prendre en compte les énormes ventes à découvert pratiquées par les banques centrales pour manipuler le prix de l’or… vers le bas… ou en tout cas le maintenir le plus bas possible.

              Encore une fois… je ne comprends absolument pas le manque de réaction de Poutine et de la Russie par rapport à toutes ces manipulations.

              Si quelqu’un pouvait élaborer sur ce sujet… je serais intéressé.


            • Jo Le 22 janvier 2015 à 22h54
              Afficher/Masquer

              “POUTINE, UN FIN STRATÈGE !

              EN QUELQUES JOURS LA RUSSIE A RACHETÉ

              PRESQUE TOUS SES ACTIFS GAZIERS ET PÉTROLIERS

              POUR TROIS FOIS RIEN.”

              “Comment Poutine a roulé dans la farine les investisseurs occidentaux.

              En quelques jours la Russie a racheté pour trois fois rien presque tous ses actifs gaziers et pétroliers détenus par des financiers.

              La chute du rouble :

              Ainsi les bruits qui ont couru que la Banque Centrale de la Russie n’avait pas de moyens pour le consolider ce qui allait provoquer aussi la dévalorisation des actions, y ont grandement contribué. C’est ce qu’a annoncé début janvier la chaîne RT en citant comme source le portail d’information “InSerbia”.

              “La Russie a fait un coup de “mat à l’étouffé”, – écrit la source….”
              http://vol370.blogspot.fr/2015/01/2001-poutine-un-fin-stratege-en.html


    • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 08h43
      Afficher/Masquer

      Je ne suis pas si optimiste. Les bénéfices de ce QE retourneront à ceux qui contrôlent bien la machine. L’effet sur la compétitivité? Sur le plan externe on l’a perdu en sabordant notre industrie entre autre et sur le plan interne, tant qu’il n’y aura pas une politique réelle de relance économique et qu’on continue à faire une économie de baisse de salaires et d’austérité pour payer la dette, ce QE , bof…un autre mirage.


    • François Le 23 janvier 2015 à 20h53
      Afficher/Masquer

      L’euro baissait déjà avant le QE.
      De toute façon l’essentiel du commerce d’export se fait à l’intérieur de la zone euro, ça ne change donc pas grand chose sur ce plan là.
      Les rentiers ont des portefeuilles bien diversifiés qui résistent très bien à ce genre d’accident de parcourt.
      Le travail des hommes n’est plus un facteur de production significatif, il est donc inutile de continuer à nourrir des milliards d’oisifs.
      La guerre est probablement la prochaine étape pour que tous ceux qui n’ont ni actifs, ni activité, s’entre-tuent et laissent la Terre à quelques centaines de milliers de transhumains, parfaitement beaux et quasi-immortels.
      (Ce qui veut quand même dire aussi qu’ils resteront des mortels, qui simplement s’emmerderont plus longtemps…)


  5. Rmei Le 22 janvier 2015 à 20h23
    Afficher/Masquer

    En ce moment, il y a une pression à la baisse sur les salaires et bientôt il y aura une grosse envolée du prix des actifs.
    Les perdants seront ceux qui n’ont rien; les jeunes, les sans patrimoine, les plus modestes.


    • bili Le 22 janvier 2015 à 20h36
      Afficher/Masquer

      plus facile de réajuster les salaires à la hausse quand il y a relance de l ‘activité…
      quand il y a crise , deflation et stagnation , c’est pression sur les salaire + de chomeure… pas sur que les sans dent sen sorte mieux…


      • Chaban Le 22 janvier 2015 à 21h14
        Afficher/Masquer

        La déflation c’est bon pour les pauvres, mauvais pour les riches.


        • Homère d'Allore Le 22 janvier 2015 à 21h45
          Afficher/Masquer

          La déflation n’a pas laissé de bons souvenirs aux USA lors des années 30 et pas seulement à Wall Street !
          “Hard Times” de Studs Terkel a donné la parole au petites gens plongés dans la misère par le chômage de masse de cette époque.


          • Chaban Le 23 janvier 2015 à 15h16
            Afficher/Masquer

            Je ne suis pas d’accord. Ce n’était pas la déflation le problème… c’était tout autre chose, mais nous entrons là dans un sujet très technique (et machiavélique de la par des élites).

            Sous le standard 100% or, les Etats-Unis traversèrent une périod d’à peu près 150 ans avec une légère déflation jusqu’à la fin (à peu près du 19ème siècle): les foules s’en portaient très bien et le pays se développa à une vitesse phénoménale).

            Vous vous êtes tous fait avoir par la propagande des élites sur le fait que la “déflation c’est mal”.

            C’est tout le contraire. Pourquoi pensez-vous que tous les plus grands banquiers internationaux, tous les plus grands financiers (George Soros est un bon exemple), toutes les plus grands fortunes, etc. réclament toujours plus d’inflation?


            • toutouadi Le 23 janvier 2015 à 16h39
              Afficher/Masquer

              “Vous vous êtes tous fait avoir par la propagande des élites sur le fait que la “déflation c’est mal”. ”

              La BCE, le FMI et l’Europe, que l’on pourrait à Juste titre qualifié de représentant de l’élite, disent exactement le contraire… “l’inflation c’est le mal”
              Tu fais un contresens.


            • toutouadi Le 23 janvier 2015 à 17h06
              Afficher/Masquer

              Il n’y a pas forcément besoin d’augmentation de la masse monétaire pour alimenter la rente, un simple transfert de M1 en M2 et + suffit. La lutte contre l’inflation, que l’on aura auparavant diabolisée, justifiera alors le développement de la sphère financière, puissant agent déflationniste.

              Le transfert de M1 en M2 et + se faisant par la compression des salaires, le dumping social et par les privatisations.


            • toutouadi Le 23 janvier 2015 à 17h15
              Afficher/Masquer

              “C’est tout le contraire. Pourquoi pensez-vous que tous les plus grands banquiers internationaux, tous les plus grands financiers (George Soros est un bon exemple), toutes les plus grands fortunes, etc. réclament toujours plus d’inflation?”

              Favoriser la finance, sous prétexte de lutter contre l’inflation, est une chose, entrer dans un processus déflationniste qui risque de faire exploser tout le système financier et réduire leurs actifs à la valeur d’un noyau de cerise est une autre chose…


        • Nux Le 22 janvier 2015 à 23h01
          Afficher/Masquer

          C’est l’inverse: l’inflation rogne la rente, la déflation la gonfle; ou si vous préférez l’inflation diminue le coût du crédit, la déflation l’augmente. Le salaire étant par nature soumis à des variations par la négociation entre les employeurs et les salariés ou la Loi, il vaut mieux postuler qu’il fluctue (avec retard certes) dans le même sens que l’inflation.
          Par ailleurs cet argent ne va pas dans la poche des Etats, puis qu’il en sort: pour reprendre les propos de Delamarche, l’Etat sort de sa poche droite un montant de dette qu’elle remet dans sa poche gauche par la mécanisme du QE, en laissant une commission à l’agent intermédiaire (la banque) qui avait acheté la dette (ils faut bien qu’ils vivent ces gens-là…). Du coup, ce surplus de liquidités ne sera bien entendu pas investi dans des projets pour l’économie réelle, mais dans l’achat et la vente d’actifs (actions, immobilier etc..) et du coup, on va bien entendu voir les prix des actifs s’envoler, pour un résultat sur l’économie réelle à peu près nul.


        • toutouadi Le 23 janvier 2015 à 07h26
          Afficher/Masquer

          “La déflation c’est bon pour les pauvres, mauvais pour les riches.”

          C’est l’inverse.


          • toutouadi Le 23 janvier 2015 à 07h31
            Afficher/Masquer

            La déflation peut être vue comme un marqueur de la paupérisation du travail au seul bénéfice de la rente.


            • Chaban Le 23 janvier 2015 à 15h09
              Afficher/Masquer

              Non, pour que la rente fonctionne il faut qu’il y ait une augmentation perpétuelle de la masse monétaire, donc inflation.

              Si j’obtiens d’un seul coup un gros capital et que je veux devenir rentier, par exemple dans l’immobilier, ce que je fais est que j’achète un immeuble dans l’optique que sur les 30-40 prochaines années, l’augmentation de la masse monétaire (inflation) fera que ce bien augmentera en prix et qu’à cause de l’infation (augmentation de la masse monétaire) je pourrais réajuster mes loyers à la hausse périodiquement.
              L’investisseur aguerri, par ailleurs, n’aura pas investi tout son capital dans ce bien au moment de l’achat. Il fera un emprunt à la banque qui résultera en des mensualités FIXES pour lui sur les 30 prochaines années.
              Donc, je résume:
              -mentualités fixes sur 30 ans
              -prix du bien qui augmente sur la période à cause de l’augmentation de la masse monétaire
              -réajustement périodique des loyers à la hausse que permet de mettre en place l’inflation.

              Grand gagnant: rentier.
              Très, très grand perdant: le salarié (l’immense majorité de la population).


  6. Erwan Le 22 janvier 2015 à 20h28
    Afficher/Masquer

    Excellent article d’utilité publique : clair, argumenté et pédagogue.


    • Jeanne L. Le 22 janvier 2015 à 20h39
      Afficher/Masquer

      Je sortais de manger ma soupe devant la télé et j’étais abasourdie par les explications de tous les “économistes”, ça monte”,”ça descend”, “si ça monte alors les banques auront plus d’argent qu’elles pourront donner et la production remontera”.
      Bref, après les explications de ces messieurs dames et la remarque de mon mari qui mangeait sa soupe avec moi :”cela veut dire qu’ en 2016 nos retraites qui n’auront pas bougé ne vaudront plus rien!” .je me suis dit que tout était mystérieux pour moi.
      Macro, micro économie, même médio économie je n’y comprends rien.
      Heureusement, ce billet !
      Je crois avoir compris où était le loup et qu’il y a pas que moi qui trouvait les explications des étranges lucarnes confuses: en fait elles étaient fausses.
      En même temps je remarque que cela paraît juste à la veille des élections grecques, pour couper l’herbe sous le pied de la solution Syriza ?
      Mais je dois voir le mal partout ?


      • Roscanvel Le 23 janvier 2015 à 09h52
        Afficher/Masquer

        J’en suis au même état que vous. J’essaie de comprendre!!! En plus des économistes de la Télé qui savent tout et qui savent rien, la lecture des commentaires rajoute à mon désarroi. Tout le monde se contredit à plaisir. Alors je m’en rapporte à mon économiste préféré: Jacques SAPIR.
        Dites-moi, je me permets une indiscrétion/ J’espère que la soupe était bonne?


        • Jeanne L. Le 23 janvier 2015 à 10h30
          Afficher/Masquer

          @Roscanvel,
          Poireaux /pommes de terre du jardin, j’avais mis deux ailerons de poulet pour donner du gout . Poulet acheté dimanche à mon voisin qui les élève dans sa basse-cour …
          Voilà pourquoi je ne comprends rien aux discours économistes: j’en suis restée à penser que la valeur des choses tient au travail des hommes qui transforment la nature pour satisfaire leurs besoins.
          Mais ce doit être une façon de penser primitive, j’avais compris dans ma jeunesse que le système distinguait valeur d’usage: ma bonne soupe et valeur d’échange: la soupe Leibig (ou Royco…) que M. Leibig (ou Mme pour la parité) ne mange pas mais sous laquelle il fait du profit.
          En outre, maintenant si j’ai bien compris il n’y a plus besoin de soupe du tout pour faire des sous …
          Moralité, de toute façon on en aura de moins en moins dans l’assiette …!


          • nourredine Le 23 janvier 2015 à 10h42
            Afficher/Masquer

            @Jeanne L.,
            Voila je mets deux videos pour t’eclaircir et aussi les autres, la deusieme comme dit le dicton
            “la verite sort tjrs de la bouche d’un enfant” et “on a tjrs besoin d’un plus petit que soi”
            alors on devrait tous en prendre conscience de cela
            https://www.youtube.com/watch?x-yt-ts=1421914688&v=QNbCAzzXw14&x-yt-cl=84503534
            https://www.youtube.com/watch?x-yt-ts=1421914688&v=Wkv9ZYfk7fs&x-yt-cl=84503534#t=17


          • Roscanvel Le 23 janvier 2015 à 16h37
            Afficher/Masquer

            Ce devait être excellent!!! Quand au débat, je plane. Je suis âgé, avec une petite retraite. Je n’ai que mon certificat d’études. Mais ce n’est pas interdit de s’éduquer à tout âge.
            Ceci pour dire que le débat , par exemple, sur les cryptomonnaies me passe au-dessus de la tête. Je ne dois pas être le seul!!!
            Au fait, combien va-t-il me rester de “bitcoins” à la fin du mois? Vu, l’absence d’augmentation des retraites depuis plusieurs mois, je sais que je ne pourrais pas me tromper dans les calculs, cryptomonnaies ou pas.


  7. pucciarelli Le 22 janvier 2015 à 20h35
    Afficher/Masquer

    La fin de l’Euro paraît programmée. Si vous avez quatre sous de côté, faites gaffe! On est sur la dernière pente. Que faire face à la vague scélérate? Attendre, à la cave, que le pire soit passé.


    • Chaban Le 22 janvier 2015 à 20h48
      Afficher/Masquer

      Bien au contraire… l’événement d’aujourd’hui prouve d’ailleurs qu’ils feront tout pour le préserver.

      Une fois encore, les “experts” s’étaient trompé quant au fait que l’Allemagne n’autoriserait jamais ce genre d’action.

      Il faudrait peut-être lire un peu plus de livre d’histoire, de philosophie et de psychologie pour comprendre… tout ça était vraiment prévisible.

      Autre prédiction tiens, pendant que j’y suis… la Grèce ne sortira pas de la zone euro. Syriza est un parti du système (sinon pourquoi serait-il aussi exposé médiatiquement), et les gens vont encore se faire avoir.


      • Homère d'Allore Le 22 janvier 2015 à 22h21
        Afficher/Masquer

        En effet, le cours de l’or est sans doute manipulé vers le bas.

        Raison de plus pour en acheter maintenant. Ça ne durera pas autant que les impôts.
        D’autant plus que pour éviter les taxes diverses, de plus en plus de gens se vendent et s’achètent des 20 F or ou des unions latines au cours du jour sans passer par la case “achat or agréé” et son carnet de flicage fiscal.


        • chaban Le 22 janvier 2015 à 22h53
          Afficher/Masquer

          Vous avez des conseils pour l’achat d’or? où, comment, etc.? Je dois avouer que je n’en ai jamais acheté…


          • Jeanne L. Le 22 janvier 2015 à 23h41
            Afficher/Masquer

            Conseils d’une vieille pour l’or :
            Il faut acheter un louis d’or pour le deux février, jour de la chandeleur, faire de la pâte à crêpe, en faire sauter une en tenant le Louis dans la main.
            Le fin du fin c’est de lancer la crêpe assez haut pour qu’elle reste un an sur l’armoire et on a de l’argent toute l’année.
            Conseils de ma grand-mère (qui était née en 1884).
            [En fait, on faisait sauter avec une pièce jaune de 20 centimes de franc et on a jamais réussi à la faire sauter assez haut : et le résultat inverse de celui attendu dans la recette type est bien sûr advenu:on n’a jamais eu d’argent ].
            Qui sait si la recette de Mario n’est pas du même type ?…


            • Roscanvel Le 23 janvier 2015 à 16h40
              Afficher/Masquer

              Décidemment, votre humour me plaît de plus en plus…..j’adore les crêpes!!!


          • K Le 22 janvier 2015 à 23h59
            Afficher/Masquer

            Les transactions en or ne sont pas intéressantes pour les résidents français. Il y a une taxe de 10% de la valeur de la vente (10% de la vente et non pas 10% de la plus value).


          • Homère d'Allore Le 23 janvier 2015 à 09h06
            Afficher/Masquer

            @chaban

            Le mieux est de faire cela de la main à la main avec des particuliers détenteurs.
            Autrement, il existe des tas de boutiques agréées mais qui encaisseront les taxes.

            Contrairement aux diamants où il faut s’y connaître, le napoléon de base (20F or) ne demande pas d’être un expert. Les pièces avant 1855 sont plus chères car plus rares, elles s’adressent aux collectionneurs. Mais, en gros de 1855 à 1914, appliquez le cours du jour dans des transactions entre particuliers.

            Bien sûr, ce que je viens de vous dire, c’est comme le téléchargement illégal, c’est mal.


          • Roscanvel Le 23 janvier 2015 à 09h56
            Afficher/Masquer

            Je dois avouer que je n’ai pas les moyens d’en acheter!!!


      • Renaud 2 Le 22 janvier 2015 à 23h36
        Afficher/Masquer

        Je vous suis à 100%. Tout ce qui est sous les feux des projecteurs fait partie du jeu du système. Tout ce qui est “marketé” a été au préalable broyé par la machine, afin de retirer toute essence subversive.


    • theuric Le 22 janvier 2015 à 21h34
      Afficher/Masquer

      La fin de l’euro n’est pas programmé, tout au contraire, tout cela est fait pour faire survivre cette monnaie et toutes les autres, j’ai bien écris “toutes”.
      Mais quoi qu’il en soit, plus est retardé la crevaison de l’ensemble des bulles spéculatives et elles sont très nombreuses, pas qu’en Occident en plus, plus la chute sera violente et soudaine parce que rapide.
      Alors, que faire?
      Des réserves de ce dont vous avez besoin au tout les jours plus de quoi faire du troc.
      Personnellement j’ai les placards pleins, ce qui fait bien rire mes proches, ça fait bien dix ans que j’avais prévu le coup et je pensais que 2008 serait celui-là.
      J’ai l’impression que ce Q.E. sent le sapin (mais non, pas lui…).
      Ce qui m’amuse le plus dans cette histoire c’est que ces bons du trésor racheté aux banques le seront par une monnaie qui, déjà, ne vaut plus grand chose et si la monnaie capote, les banques capoteront avec, allez faire des crédits avec une monnaie qui ne vaut plus rien, on vous rira au nez.
      Votre barque, Monsieur Berruyer, ne serait-elle pas celle-là qui, à moteur, se dirigeait vers le même iceberg et qui, de plus, prenait déjà l’eau?
      Quand aux économies, que feront, à votre avis, les états lorsque tout le système s’effondrera, il nationaliseront les banques à l’euro symbolique, à la petite cuillère, comme le précisait Monsieur Lordon.
      Le reste dépendra essentiellement de la vitesse de réaction des gouvernements respectifs et, avec un peu de chance, de leur préparation à un tel cataclysme.
      Parce qu’il s’agira d’un cataclysme égal aux films catastrophes dont les U.S.A. eurent beaucoup de plaisir à produire et à nous montrer.
      Il faut bien comprendre que ce sera l’ensemble de l’économie mondiale qui s’arrêtera d’un coup, gloup, plus rien, toutes les bulles spéculatives auront explosé quasiment en même temps par un effet domino.
      Je te tiens, tu me tiens par la barbichette, le premier qui coulera entrainera les autres, youpiiii !!!


  8. kinimodo Le 22 janvier 2015 à 21h06
    Afficher/Masquer

    C’est bien une pure création monétaire et l’effet immédiat est la baisse de l’Euro qui n’en finit pas de chuter face au dollar.

    Si cette baisse peut représenter un intérêt pour les exportations, les analystes qui se réjouissaient de la baisse du pétrole pour relancer la croissance, risquent de se raviser avec cet euro qui s’affaiblit face au dollar.


    • GLEB Le 22 janvier 2015 à 21h30
      Afficher/Masquer

      Mouais .. exporter si et seulement si les US veulent bien.
      On s’est fait couper le marché de la Russie (et surement l’accès au BRICS) par les sanctions .. On va exporter où ?
      Euro fort ou faible, ça changera rien à nos affaires qui sont jugulées.
      Donc la création de monnaie, fait de la dette et, avec encore plus de certitude que pour les QE US, il n’y aura aucun impact positif sur notre économie réelle


      • Chaban Le 22 janvier 2015 à 21h50
        Afficher/Masquer

        D’autant plus qu’environ 70% du commerce européen se fait à l’intérieur même de l’U.E.

        Quand je pense que ce sont des dessinateurs qui se sont fait massacrer il y a 10 jours…

        Par contre les banquiers centraux, eux… les pires ordures sur terre… responsables de centaines de conflits, de pénuries, de morts, etc.


        • jules Le 22 janvier 2015 à 22h58
          Afficher/Masquer

          Mmm !… Les banquiers centraux n’agiraient pas comme ils le font s’ils n’avaient la caution des politiciens. Donc…

          Moi, je m’intéresse surtout à ceux qui permettent aux « pires ordures sur terre » de faire leur trou.

          Ce n’est pas Danton qui prétendit que le peuple n’avait qu’un ennemi : ses dessinateurs, euh… son gouvernement ?

          Re-donc…

          —–

          PS : Pour ceux qui se posent la question de savoir à qui l’Europe va fourguer sa camelote puisque, malgré l’effet dévaluation probable du QE sur l’Euro, la zone a eu l’intelligence de se priver de ses principaux marchés d’ouverture à l’exportation (en dehors d’elle-même évidemment), — je répondrai que le but N’EST PAS de favoriser les exportations de la zone Euro, mais bien de contraindre celle-ci à se saigner à blanc pour importer ce dont elle a viscéralement besoin.

          Il ne s’agit pas de relancer la machine économique européenne en favorisant soit les exportations, soit le marché interne, mais de l’étrangler définitivement en la contraignant à importer au-dessus de ses moyens…

          Cherchez à qui le crime profite.

          Ceci dit, si l’Europe n’est plus en mesure d’acheter de la corde, elle pourra toujours pendre qui de droit aux réverbères avec leurs tripes. Une révolution de couleur en quelque sorte…


    • Papagateau Le 23 janvier 2015 à 01h48
      Afficher/Masquer

      Avant de me faire plumer, j’ai un peu boursicoté. L’euro a toujours baissé par rapport au dollar quand le pétrole baisse (et inversement).
      C’est tout à fait naturel car les exportateurs de pétrole sont nos clients. Et s’ils gagnent moins, ils achètent moins, en fait ils achètent moins cher, car aucun fabricant ne veut être celui qui ne vend plus car il a gardé ses anciens prix. La baisse du taux de change, c’est le rabai de l’entreprise France quand les exportateurs de pétrole gagnent moins.
      La baisse du change compense en parti la baisse du pétrole… à l’échelle des états, à cette échelle seulement.
      Et les USA ? Ils produisent encore la moitié de leur pétrole sur leur sol. Et ils ont de très grosses participations dans les gisement étrangers.
      Bien malin qui peut savoir qui gagne et qui perd dans ces grands mouvements. Sauf à aller voir état par état. Et pour les USA région par région.


      • Papagateau Le 23 janvier 2015 à 02h07
        Afficher/Masquer

        Exemple de détails à prendre en compte :
        La France n’a pas de pétrole mais son Electricité est presque entièrement nucléaire.
        La Russie est gros exportateur d’énergie, mais aussi avec une grosse industrie diversifiée.

        Quel est la puissance de l’effet compensateur pétrole-dollar-euro ? Je réponds par une question : avez-vous l’impression d’être 2 fois plus riches depuis que le pétrole est 2 fois moins cher ? Étiez-vous 2 fois plus pauvre avant ?
        Non, 50% sur le pétrole fait 1 ou 2 % sur votre confort global (pour un salarié d’une entreprise modérément énergivore).

        Pour les liens réels et profonds entre économie et pétrole, voir le site de jancovici.


        • Papagateau Le 23 janvier 2015 à 02h32
          Afficher/Masquer

          Tant que la baisse de l’euro est la moitié de celle du pétrole, c’est normal et la BCE n’y est pour rien.
          Ils bougent juste pour faire croire que c’est eux qui décident (et qu’ils méritent 10’000 euros par mois).
          Pour moi X % de baisse sur le pétrole à toujours, régulièrement, immuablement provoqué une baisse de X/2 % de l’euro.


  9. Beatrix Le 22 janvier 2015 à 21h23
    Afficher/Masquer

    A chaud, voilà ce que dit
    Jacques Sapir @russeurope
    Suivre

    BCE: 80% du risque porté par les BC nationales. Cela revient à reconnaitre que l’Euro, de fait n’existe plus. Surprenant? #QE #BCE
    15:01 – 22 Janv 2015
    http://www.tdg.ch/economie/suivez-direct-decisions-bce/story/16312802

    Cette perspective devenant de plus en plus une évidence concrète a dû être la stupeur de la BNS: Une montagne d’euros dont le volume exact pour trois années n’a jamais été révélé, qui, progressivement, ne vaut plus rien ou presque rien parce que personne ne garantit quoi que ce soit…!

    J’en déduis que les 80% des risques reviennent aux banques centrales des pays et 20% de risques mutualisés au travers de la BCE et non pas le contraire comme l’a écrit Olivier.

    Je crois qu’on est toujours dans la configuration d’un crash bancaire et financier avec propagation de créances toxiques comme en 2007-2008. Cette fois-ci, elle provient de l’Union monétaire européenne. La toxicité est émise depuis la BCE, elle polluera tous les emprunts. Les obligations revendues et titrisées par les banques du pays ne rapportent qu’aux revendeurs, c’est-à-dire les banques de détails. En somme, nous devons payer deux fois la dette souveraine parce que nous sommes incapable d’en payer une.

    Ce qui est génial, c’est que la BCE et les gouverneurs de BCs ont fait passer ce crash pour un coup de pouce en faveur du redémarrage de la croissance exhorté par la Commission.
    Les effets négatifs vont durer. Ça c’est sûr.

    A qui profite cette opération?
    J’ai l’impression que la BCE est gouvernée par la FED à distance et que les USA ont besoin que l’Europe se sorte de son coma, recommence à produire et à consommer pour trinquer à leur santé. 1000 milliards de dollars par an pour les guerres – sans compter la dette intérieure – il faut bien trouver ces ressources quelque part n’est-ce pas?
    Le volume des dollars diminuant, circulant moins vite, et est moins répandu par la faute des sanctions, rapporte moins. L’Europe, serait-elle la principale alternative à ce manque à gagner?

    La BNS a parfaitement raison de retirer le plancher de 1.20 chf pour 1€ qui n’avait servi qu’à alimenter la bulle financière européenne, ainsi que la sienne et au niveau de près de 100 milliards de francs par mois. C’était donc bien plus que le PIB suisse (autour de 950 milliards) en un an, c’était un naufrage programmé et délibéré. Heureusement la BNS s’est ressaisie et l’a fait, et mieux vaut tard que jamais.
    Dans cette aventure, le peuple suisse a payé par ses impôts, sa consommation et ses effets de changes, la réelle cherté de l’opération à hauteur de 40% de la valeur de l’euro et non pas 20%. Si on déduit les gains de l’exportation, le solde est plutôt négatif pour le pays. Seules les sociétés exportatrices ont été bénéficiaires. Vulgairement, les Suisses ont financé leurs exportateurs.

    Autre question cruciale pour tous les pays qui ont financiarisé à outrance leur économie: Pour éviter le phénomène d’effondrement de cycle court, quel système pourrait ramener l’équilibre entre finance et économie réelle, gage d’une stabilité plus longue?
    Quels seraient les outils?


    • kinimodo Le 22 janvier 2015 à 22h17
      Afficher/Masquer

      Je soupçonnerais quand même la BNS de vouloir maintenir, et donc soutenir, la parité Euro-Franc suisse à 1 pour 1 qui est un seuil important et psychologique.
      La baisse importante de l’Euro d’aujourd’hui n’a pas pour autant valorisé le franc Suisse en conséquence, ce qui est assez étrange. Baisse du jour de l’ Euro de 2.46 % par rapport au dollar en ce moment. Quelle chute !

      cours eur-usd à suivre en direct:
      http://fr.investing.com/currencies/eur-usd-advanced-chart


  10. emile Le 22 janvier 2015 à 21h24
    Afficher/Masquer

    Merci pour cet article, super Mario, super grand guignol, il joue avec l’euro des familles européennes, en fait il fait tourner la planche à billets pour les banques ainsi il appauvrit les peuples pour mieux servir les banksters. Cet homme devrait être arrêté au plus vite, on sait ce que la planche à billet à fait émerger en Allemagne, l’histoire est un éternel recommencement, les fous ont le pouvoir !


  11. Polipolo Le 22 janvier 2015 à 21h26
    Afficher/Masquer

    Pourquoi plutôt que d’injecter de l’argent dans le système bancaire qui va circuler dans tout les sens en rémunérant aux passages plein de gens pour leur loyaux service ne pas directement distribuer de l’argent aux citoyens ?

    J’y vois pourtant les bénéfices suivant :
    1. La pédagogie nécessaire pour bien comprendre la différence entre les deux cas.
    2. L’effet inflation est rapide car tout le monde possède directement du pouvoir d’achat en plus.
    3. C’est une redistribution puisque l’argent donné sera beaucoup plus significatif pour un pauvre que pour un riche.

    Merci de m’aider à mieux comprendre.

    Une remarque sur l’interposition de la BCE qui rachète la créance de la grèce. Elle ne l’achète pas au prix de l’émission mais au rabais et c’est pour ça qu’elle rapporte 9% aujourd’hui à 10 au lieu des 4.5% lors de l’émission. Après on peut certes considérer que les prix sont faussés par les actions de la banque centrale et que les 9% sous évaluent le risque réel.


    • Chaban Le 22 janvier 2015 à 21h56
      Afficher/Masquer

      Pourquoi permettraient-ils aux gens de distinguer la “Matrix”?

      Encore une fois, il faut bien que vous vous rendiez compte que ces gens ne travaillent pas pour vous et moi.


      • polipolo Le 23 janvier 2015 à 09h24
        Afficher/Masquer

        très constructif comme commentaire… je travaille dans le secteur financier, je ne défends pas la “matrix”, personne ne comprends tout, peu de gens comprennent bien, peu de gens sont intentionnellement malhonnête, l’intelligence collective avance en souvent en contradiction avec les intelligences individuelles parce qu’elles ont capitulées… depuis toujours.


        • Chaban Le 23 janvier 2015 à 15h24
          Afficher/Masquer

          Moi aussi je travaille dans ce secteur, mais je ne suis qu’un petit poisson. Quand je parle des banquiers, je parle de ces énormes fortunes qui agissent toujours dans l’ombre, par exemple les propriétaires des banques centrales, qui sont toutes des banques privées appartenant aux mêmes élites depuis très, très longtemps… ce que très peu de gens savent.

          “Peu de gens sont intentionnellement malhonnête”… quelle est pas belle la vie de bisounours au pays des “je suis Charlie”?

          C’est vraiment mignon…


          • Roscanvel Le 23 janvier 2015 à 18h04
            Afficher/Masquer

            Vous savez certainement l’histoire de la Banque de France, créée par Napoléon. La Banque dite “de France” n’a été nationalisée qu’à la Libération. Jusqu’à cette époque les différents gouvernements allaient se présenter devant le Gouverneur de la banque pour recevoir les directives. Même Napoléon était aux ordres.


  12. burno Le 22 janvier 2015 à 21h40
    Afficher/Masquer

    on a déjà un bon historique des qe que ce soit aux usa et au japon
    on peut dire sans risque de beaucoup se tromper que ceux qui ont un peu d argent sur des livrets ou des plans d epargne vont évidemment l avoir dans l os en priorité ; ça sera à priori mieux quand même pour ceux un peu plus inspirés qui ont des obligs ou autres assurances vie …


  13. red2 Le 22 janvier 2015 à 21h41
    Afficher/Masquer

    C’est dégueulasse, les banques qui ont prêté aux Etats notamment la Grèce ont pris un risque qui a été rémunéré par un taux d’intérêt plus qu’élevé (bien plus que 10% en Grèce au Portugal ou en Irlande par exemple… c’est de l’usure à ses niveaux). Elles ont joué gros, gagné beaucoup et doivent perdre gros si les Etats se retrouvent dans l’impossibilité de rembourser.

    Or que se passe-t-il maintenant?

    La BCE rachète sur la marché secondaire, c’est à dire qu’elle rachète les dettes à des porteurs qui les ont déjà, attention ce n’est pas un rachat direct aux Etats. En clair, ça revient à nettoyer le bilan de nos connards de banquier aux frais du contribuable. Ils ont pris des risques inconsidérés en se payant sur la bête tels des charognard et vont rien perdre pour continuer a s’en mettre plein les poches…et nous, le bas peuple, les sans dents, on continu à manger de l’austérité budgétaire plein la gueule et à voir notre vie devenir de plus en plus difficile . C’est vraiment dégueulasse, il y a des jours ou des rêves de guillotine place de grève me revienne >:-(


    • Gaïa Le 23 janvier 2015 à 09h00
      Afficher/Masquer

      Autrement dit ces banques s’en foutent de ”perdre” si la Grèce ne paie pas toute sa dette puisqu’elles ont beaucoup de parapluies et qu’elles ont déjà gagné plus qu’elles ne perdront. Mais l’effet domino fera un petit cataclysme dans le circuit tout de même.


      • red2 Le 23 janvier 2015 à 11h35
        Afficher/Masquer

        Les banques ne vont rien perdre puisque leurs créances douteuses sont rachetées par la BCE, c’est donc la BCE et donc le contribuable qui va essuyer la grande majorité des pertes… Merci qui?


  14. theuric Le 22 janvier 2015 à 21h42
    Afficher/Masquer

    Allez, je recopie ce texte, je l’aime bien, vous pouvez effacer l’autre, le même, plus haut.
    La fin de l’euro n’est pas programmé, tout au contraire, tout cela est fait pour faire survivre cette monnaie et toutes les autres, j’ai bien écris “toutes”.
    Mais quoi qu’il en soit, plus est retardé la crevaison de l’ensemble des bulles spéculatives et elles sont très nombreuses, pas qu’en Occident en plus, plus la chute sera violente et soudaine parce que rapide.
    Alors, que faire?
    Des réserves de ce dont vous avez besoin au tout les jours plus de quoi faire du troc.
    Personnellement j’ai les placards pleins, ce qui fait bien rire mes proches, ça fait bien dix ans que j’avais prévu le coup et je pensais que 2008 serait celui-là.
    J’ai l’impression que ce Q.E. sent le sapin (mais non, pas lui…).
    Ce qui m’amuse le plus dans cette histoire c’est que ces bons du trésor racheté aux banques le seront par une monnaie qui, déjà, ne vaut plus grand chose et si la monnaie capote, les banques capoteront avec, allez faire des crédits avec une monnaie qui ne vaut plus rien, on vous rira au nez.
    Votre barque, Monsieur Berruyer, ne serait-elle pas celle-là qui, à moteur, se dirigeait vers le même iceberg et qui, de plus, prenait déjà l’eau?
    Quand aux économies, que feront, à votre avis, les états lorsque tout le système s’effondrera, il nationaliseront les banques à l’euro symbolique, à la petite cuillère, comme le précisait Monsieur Lordon.
    Le reste dépendra essentiellement de la vitesse de réaction des gouvernements respectifs et, avec un peu de chance, de leur préparation à un tel cataclysme.
    Parce qu’il s’agira d’un cataclysme égal aux films catastrophes dont les U.S.A. eurent beaucoup de plaisir à produire et à nous montrer.
    Il faut bien comprendre que ce sera l’ensemble de l’économie mondiale qui s’arrêtera d’un coup, gloup, plus rien, toutes les bulles spéculatives auront explosé quasiment en même temps par un effet domino.
    Je te tiens, tu me tiens par la barbichette, le premier qui coulera entrainera les autres, youpiiii !!!


    • theuric Le 22 janvier 2015 à 21h55
      Afficher/Masquer

      Ce sera l’astéroïde monétaire du Yucatan mais à la place des dinosaures ce seront les banques qui disparaitront, ainsi que les monnaies.


  15. Alae Le 22 janvier 2015 à 21h52
    Afficher/Masquer

    Ça fait longtemps que je me dis in petto que le pognon des QE, ce serait bien de le donner directement aux gens. Ça relancerait illico la consommation et, par voie de conséquence, la croissance. En plus, ça ne coûterait que le papier et l’encre d’impression des biffetons. Puisque tout s’achète et se vend avec des billets de Monopoly au niveau mondial, allons-y à fond !

    Je n’ai jamais osé le dire par peur d’avoir raté quelque chose d’important et de passer pour ce que je suis en économie, à savoir une bille.
    Merci de me rassurer. 🙂


    • jducac Le 23 janvier 2015 à 11h57
      Afficher/Masquer

      @ Alae Le 22 janvier 2015 à 21h52

      Ça fait longtemps que je me dis in petto que le pognon des QE, ce serait bien de le donner directement aux gens. Ça relancerait illico la consommation et, par voie de conséquence, la croissance.

      Ce serait bien, mais hélas, il faut tenir compte des limites planétaires.

      Elles se posent en termes physiques impossibles à contourner, puisque c’est la physique qui fait marcher le monde, y compris le monde des vivants auquel les humains réalistes appartiennent.
      Certes, il est possible de croire que les humains appartiennent à d’autres mondes tels ceux nés de leur imaginaire, leurs croyances.

      Il y a celui qui oriente vers des voies religieuses, lesquelles entrent en conflit et s’éliminent mutuellement. Celles qui triomphent sont celles qui cherchent à atteindre la meilleure efficacité énergétique, quitte à s’affranchir des principes moraux et éthiques auxquels les autres se conforment.

      Il y a celui qui emprunte la voie des pseudosciences lesquelles surfent sur d’autres croyances, souvent en opposition avec les précédentes. Elles s’appuient beaucoup sur les sciences humaines, sciences moles par excellence. Elles utilisent à fond les manipulations mentales dans le domaine politique et financier, souvent en ne s’embarrassant pas, elles non plus, de principes éthiques et moraux.
      Au bout d’un certain temps, elles prouvent leur incapacité à conduire les foules vers l’éden qu’elles leur promettent et perdent leur crédibilité.

      Je crois que l’humanité en est là aujourd’hui et qu’elle ne s’en sortira pas sans y laisser des plumes. Elle doit probablement se préparer à subir un important décrochage de son niveau de vie moyen, de sorte à retrouver un niveau de ressources en rapport avec ce qu’exige la perpétuation de son espèce.

      http://www.countercurrents.org/chefurka201109.htm

      Je ne suis pas certain de vous rassurer.


  16. Picsou Le 22 janvier 2015 à 21h54
    Afficher/Masquer

    au lieu de dire “caramba c’est raté”, j’aurais plutôt dit que les résultats aux USA ne sont pas nuls dans l’absolu et dans le présent ( 2% de croissance par habitant ), mais que relativement aux risques encourus à l’avenir par la FED, on est très loin du compte.
    Le problème c’est qu’aux USA les résultats des QE sur la croissance par habitants ne sont pas à la hauteur des risques encourus !
    Sinon excellent article !


  17. Tony A Le 22 janvier 2015 à 21h56
    Afficher/Masquer

    Cela ressemble à : “tenez, un petit dernier pour la route”.

    L’euro est en phase terminale – pronostic vital : de quelques semaines à 20 mois – et Super Mario offre un dernier cadeau à ses potes les banquiers.
    La faible croissance, le chômage de masse et les règles (d’or !) absurdes de l’eurozone créent de la récession et de la déflation.
    D’où l’idée géniale, sortie d’un cerveau monétariste, de créer de la monnaie ex-nihilo en espérant produire une chaîne de causalité inverse : + monnaie –> + d’inflation –> + de croissance
    C’est le règne de la pensée magique, avec le raisonnement suivant :
    – si, par miracle (un vrai de vrai) ça marche, on passe pour des héros ;
    – si ça foire, tout cet argent planqué en suisse ou ailleurs, ne sera pas perdu pour tout le monde.

    Remarquons cependant, que l’opération aura au moins un avantage. Syriza, s’il gagne les élections, saura qu’il ne pourra pas compter sur la solidarité des autres pays. Puisque le message est clair : débrouillez-vous avec votre dette.
    Super Mario, vient d’envoyer un signal fort pour un Grèce exit : retour à la drachme + dévaluation = dette allégée.


    • theuric Le 22 janvier 2015 à 22h05
      Afficher/Masquer

      Pour Siriza, en fait, ce sera plus simple, il attend que tout explose, il nationalise ses banques pour rien, il se refait une monnaie toute neuve (trois semaines environ) et les autres pays se démerdent dans leur coin.
      Eh oh! Monsieur le Président, vous aussi vous pourriez commencer à préparer notre nouvelle monnaie, il y aurait bien quelques graveurs au chômage, non?
      De l’argent un petit peu plus franc, non?


  18. visiteur Le 22 janvier 2015 à 21h58
    Afficher/Masquer

    Dans cette construction baroque, il y a quelque chose qui n’est pas clair.

    Si, comme le dit OB, “chaque banque centrale nationale va racheter les obligations de son propre gouvernement sur le marché secondaire”, alors une banque centrale nationale peut-elle ne _pas_ participer au programme dans l’ampleur prévue ?

    Je pense principalement au cas de l’Allemagne, où le légalisme dans l’interprétation des traités européens et les actions auprès de la cour suprême allemande peuvent pousser la Bundesbank à respecter strictement l’interdiction de monétiser la dette de l’Etat.

    Est-il possible que le message de la BB soit “Très bien vous autres, vous pouvez racheter les dettes d’Etat, mais nous, nous ne le pouvons pas, désolé”. Du coup, 25% du programme QE-BCE disparaît.


  19. Olposoch Le 22 janvier 2015 à 22h04
    Afficher/Masquer

    Il en est des dettes souveraines comme des “produits toxiques”…
    Lorsque les banques privées seront à l’abri, le défauts sur les dettes ne seront plus inevisageables, à la charge bien sûr de ceux qui les auront récupérées…
    Et d’ailleurs, la question des “produits toxiques”, qui ne valaient plus rien et qui plombaient le bilan des banques, ou c’est-t-y qui sont aujourd’hui? ont-ils retrouvé leur valeur, sont-ils toujours au bilan des banques?… mais que sont -ils devenus? disparus?


    • theuric Le 22 janvier 2015 à 22h09
      Afficher/Masquer

      Il n’y a d’abri pour quiconque.
      Et demain, plus vous aurez, plus vous aurez à perdre.
      Et vive l’égalité, repartons à zéro!


  20. Patrice Le 22 janvier 2015 à 22h11
    Afficher/Masquer

    La parallèle avec le QE des Etats-Unis est erroné, il méconnait le role du dollar. Ou alors, au contraire, la BCE veut positionner l’euro et l’Europe. Parce que si l’Euro doit etre une alternative au dollar, il y a quelques petites choses à faire!

    1/ L’Europe “n’en a pas grand chose à faire de sa dette” (surtout intra-européenne!), elle imprime des euros.
    2/ L’Europe va peut-etre (sans doute) avoir une politique monétaire et budgétaire

    Bref, la BCE pourrait commencer à jouer le role de la FED. Au moment ou les Chinois ont annoncé qu’ils n’achèteraient plus comme avant la dette américaine, et où la FED arrete son QE – coincidence surement. Et “curieusement synchronisé” avec la décision de la BCS d’abandonner son plancher Euro.

    Rendez-vous en mars 2015 pour voir ce qui se passera au congrès pour le nouveau plafond de la dette US.

    En conclusion, ne pas confondre pseudo-orthodoxie financière et géo-stratégie financière.
    Nos “eurocrates” ne sont peut-etre pas si mauvais ni inconscients.


  21. Benjamin Franklin Le 22 janvier 2015 à 22h11
    Afficher/Masquer

    L’annonce de la BCE est plus subtile encore que ça.

    Déjà, 80% du QE sera souscrit par les banques centrales nationales. C’est une nuance très importante. Les échanges en base monétaire entre banques de pays différents de la zone euro doivent être compensés au niveau de leurs banques centrales. La responsabilité de chaque banque centrale sur son QE, ça veut dire que la banque centrale d’un pays exportateur aura le droit de refuser un actif transféré par la banque centrale d’un pays importateur en paiement d’un achat si elle estime cet actif surévalué.
    En gros, la Bundesbank pourra refuser les titres de dette de l’Etat grec que la banque centrale grecque proposerait en paiement des importations grecques si elle estime que ces titres sont surévalués. Autrement dit les pays de l’eurozone qui procèderont à un QE au-dessus de la valeur du marché (la source de l’effet inflationniste d’un QE) ne pourront pas utiliser la base monétaire émise pour payer des importations ! Donc en pratique, les banques centrales nationales ne procèderont pas ou très peu à des achats au-dessus de la valeur de marché.

    Les 12% de QE financés par le MES ne seront pas inflationnistes non plus, puisqu’ils seront payés avec des actifs déjà existant et pas de la nouvelle base monétaire.

    Reste les 8% qui seront directement achetés par la BCE au niveau euroland. Draghi a annoncé que les dettes seraient achetées au prorata de la participation de chaque pays dans la BCE.
    France+Espagne+Italie+Portugal+Grèce = environ 48% du capital de la BCE
    Les pays du Nord et de l’Est de l’eurozone sont sur la ligne allemande : l’inflation jamais. Donc leurs banques centrales achèteront très probablement de la dette au prix du marché, pas plus.

    Draghi a annoncé 1140 milliards d’euros de QE. En réalité, il n’y aura d’effet planche à billets que sur la moitié de 8% de cette somme, ce qui réduit grandement l’ampleur des dégâts.
    Si l’inflation continue de baisser, ce qui ne va pas manquer d’arriver vu le pétard mouillé de Draghi, les banques centrales pourront revendre facilement à bon prix les obligations publiques saines qu’elles auront achetées, vu que leur valeur aura augmenté avec la déflation.

    Comme pour les LTRO auparavant, la BCE pourra alors repurger son bilan, d’ici deux à trois ans.

    Pour la énième fois depuis le début de la crise, la très orthodoxe et très ordolibérale BCE a fait croire à toute la presse qu’elle lâchait les rotatives alors qu’il n’en est rien.
    De mon point de vue, c’est une excellente nouvelle.


    • Chaban Le 22 janvier 2015 à 22h24
      Afficher/Masquer

      Il faut vraiment arrêter avec ces foutaises de “baisse de l’inflation”…


      • Benjamin Franklin Le 22 janvier 2015 à 22h29
        Afficher/Masquer

        Les foutaises ça se vérifie très simplement en regardant les masses monétaires de l’eurozone. Vu qu’elles stagnent, globalement les prix stagnent.

        Il peut très bien y avoir de l’inflation élevée sur certains produits ou secteurs, mais globalement, l’inflation baisse.


    • Homère d'Allore Le 22 janvier 2015 à 22h30
      Afficher/Masquer

      Benjamin Franklin, vous avez sans doute malheureusement raison. Il s’agit plus de poudre aux yeux que de vraie création monétaire.

      Toutefois, l’effet psychologique peut être moins bien contrôlé. Puisque l’un des tabous est tombé, pourquoi ne pas réclamer plus et donc une VRAIE création monétaire pour sauver les états et collectivités locales en faillite par un rachat direct de leur dette et quasi abolition des intérêts de celle-ci, seul le capital restant dû.
      Je sais, ce n’est pas possible avec nos traités, mais le QE, c’était très peu probable… Et l’éclatement de la zone € devient de moins en moins improbable.


      • chaban Le 22 janvier 2015 à 22h40
        Afficher/Masquer

        Le problème avec cette logique est que, si c’était si simple, alors pourquoi les gens s’embêteraient-ils à travailler?

        La seule solution est une retour à une monnaie honnête, basée sur le bimétallisme, comme préconisé par le général De Gaulle… qui a presque terrassé le dollar et fût récompensé avec une “révolution colorée”, suivie d’une destruction complète de la France éternelle.


    • Delphin Le 22 janvier 2015 à 23h32
      Afficher/Masquer

      Ca me fait tout drôle de plutôt adhérer à cette présentation du très libéral Benjamin Franklin.

      Mario Draghi a déjà montré qu’il excelle dans la rouerie efficace : “Je ferai tout…”

      Amicalement,

      Delphin


    • Surya Le 23 janvier 2015 à 00h07
      Afficher/Masquer

      Ben c’est surtout que la crise actuelle (depuis 2008 quoi) a montré que le modèle néoclassique qui sourçait l’hyperinflation dans la dégradation de la base monétaire est faux vu le fonctionnement actuel de l’économie financière….


      • Benjamin Franklin Le 23 janvier 2015 à 00h32
        Afficher/Masquer

        Toute la théorie néoclassique est bonne pour les orties de toutes façons.

        Mais l’absence d’inflation enregistrée n’est pas seulement due à la concentration des billets frais dans des bulles localisées comme le pense Olivier. C’est une raison, mais mineure.

        La vraie raison, c’est que pour que le multiplicateur de crédit joue, il faut que les gens souscrivent des crédits. Lors de crises “mineures”, la demande de crédit n’est jamais complètement brisée, et baisser le prix du cash suffit à la relancer. L’inflation retrouvée permet alors de purger (de manière très malsaine) les mauvais investissements.

        Mais dans une crise comme celle actuelle, la quantité d’investissements pourris est telle que les gens n’ont plus envie de crédit du tout, et ne pensent qu’à une chose, se désendetter (ce en quoi ils ont plutôt raison d’ailleurs). Faire baisser le prix du cash ne relance pas la demande de crédit, parce que la réaction, saine, de 99% des gens surendettés quand les taux d’intérêt baissent n’est pas de souscrire de nouveaux crédits mais de renégocier les anciens.
        Donc dans une crise majeure d’accumulation de mauvais investissement comme l’actuelle, les banques centrales peuvent déverser toute la base monétaire qu’elles veulent aux banques commerciales, comme les gens ne veulent pas de crédit, l’inflation ne redémarre pas, et le cash reste dans les caisses des banques.

        Pour résumer, c’est M1, M2, M3 qui déterminent l’inflation, et pas seulement M0. Sans demande de crédit, un QE n’augmente l’inflation que de QE/M2, c’est à dire pas grand chose au final.

        Si on voulait vraiment relancer l’inflation avec la banque centrale, il faudrait distribuer directement les billets frais à la population, ou d’une manière plus “politique”, faire financer directement sur le marché primaire un gros déficit public par la banque centrale. Et là bienvenue à Weimar ou au Zimbabwe.


        • toutouadi Le 23 janvier 2015 à 07h50
          Afficher/Masquer

          “Toute la théorie néoclassique est bonne pour les orties de toutes façons.”

          Hou! le crypto marxo-keynesien ! 🙂
          Je te reconnais plus ! Es-tu le même Benjamin Franklin ?


          • Benjamin Franklin Le 23 janvier 2015 à 11h22
            Afficher/Masquer

            Tiens, je pensais qu’on avait eu suffisamment d’échanges sur le blog pour que tu aies vaguement conscience qu’il existait des libéraux qui n’avaient rien à voir avec la théorie néoclassique.

            La valeur est subjective, les marchés sont en déséquilibre constants, aucun modèle mathématique ne peut rendre compte de la complexité de l’économie parce que c’est un phénomène humain (et donc toute planification est vouée à l’échec). Bienvenue dans l’école autrichienne.


            • toutouadi Le 23 janvier 2015 à 12h17
              Afficher/Masquer

              Ha! Enfin je retrouve mon Ben !
              C’est vrai que l’École de Chicago c’est du libéralisme de gonzesse. 🙂


        • Homère d'Allore Le 23 janvier 2015 à 09h17
          Afficher/Masquer

          Entièrement d’accord avec votre analyse, Benjamin Franklin !

          Sauf la dernière phrase. “Weimar ou le Zimbabwe”. Non, ça peut être la quatrième république et le début de la cinquième.

          Et vous conviendrez que c’ est moins repoussant que les exemples que vous avez choisis pour illustrer les méfaits supposés de l’inflation.

          Mais, bon, pour un libéral tel que vous, c’est un peu logique, on vous en veut pas…


          • Benjamin Franklin Le 23 janvier 2015 à 11h27
            Afficher/Masquer

            Pour le début de la cinquième république, je me permets d’émettre des doutes : la dévaluation de de Gaulle est une dévaluation saine, car elle ne fait que reconnaître les effets des excès monétaires précédents. De Gaulle ramène en fait le franc à sa valeur de marché. Une fois cela fait, il va s’acharner pendant tout son mandat à pratiquer une politique monétaire ultra-orthodoxe : pas de planche à billets, pas de taux d’escompte artificiellement bas. Et aussi pas de déficit public, donc aucune raison de le financer avec la planche à billets. C’est simple, il envisageait de revenir à l’étalon or, qui est à peu près l’antithèse d’une politique monétaire laxiste.

            Mais je suis content de voir que toutes mes analyses ne vous hérissent pas !


    • Patrice Le 23 janvier 2015 à 21h52
      Afficher/Masquer

      Argumentation bien jolie en théorie, irrecevable en pratique. Parce que c’est bien de couverture de la dette (du déficit) par de la monnaie qu’il s’agit: si un état européen X veut continuer à vendre beaucoup à un état européen Y avec lequel il réalise un excédent, il va devoir accepter les titres de dettes correspondants… Cela pour maintenir ou développer son activité tout comme celle de son “débiteur”.

      Ou comment faire en intra-européen bien mieux et plus utile que ce que les USA on fait avec le reste du monde: on n’a pas de pétrole, mais on a des idées!

      D’où la panique chez les libéraux “atlantistes” accros au dollar.


      • Benjamin Franklin Le 24 janvier 2015 à 04h55
        Afficher/Masquer

        Les keynésiens pensent effectivement :
        -que quand un commerçant fait un rabais ou un crédit à un client, c’est le commerçant qui fait une affaire
        -que quand les prix des exportateurs sont trop élevés, c’est à l’Etat de faire baisser les prix réels à coup d’inflation, et pas à l’exportateur de baisser ses prix nominaux

        Sauf que les allemands ne sont pas du tout keynésiens, pour la grand majorité. Quand un industriel allemand a du mal à exporter à la Grèce ou à l’Espagne, le gouvernement allemand lui dira plutôt :
        -baisse toi-même tes prix
        -va trouver d’autres clients
        Ce qui est nettement plus sain.

        Le gouvernement allemand étant moins orthodoxe que la banque centrale, il a déjà dépensé un peu d’argent du contribuable allemand pour solvabiliser la Grèce, mais ça n’ira guère plus loin.

        La Bundesbank n’acceptera pas du papier sans valeur des clients de l’Allemagne en paiement. Elle a une longue histoire d’orthodoxie monétaire derrière elle pour le prouver.


  22. Lamonette Le 22 janvier 2015 à 22h14
    Afficher/Masquer

    Enorme.

    Car déjà, c’était étrange voire même con, à 50 millions/ pardon, milliards par mois, comme annoncé.

    Pas de pb les choses vont tellement bien qu’on rajoute 10 milliards mensuels de plus.

    Alors là, à titre perso, je m’insulte, je me ricane à la tronche: comment j’ai pu laisser passer le moment où il convenait d’acheter de l’or, à nouveau, ou de l’argent?

    Pette conne, je crois …


    • Lamonette Le 22 janvier 2015 à 22h29
      Afficher/Masquer

      Certes, car je le peux, j’ai poussé mes feux ce matin aussi pour la pierre… Ricanons ensemble.
      Incroyable…là où je savais lâcher du lest il y a un an et demi en qualité de vendeur , tout le monde s’énerve auj…..Et je comprends bien pK…

      Bon, si je survis au proprio, je vais gagner…..

      Mais, c’est juste inaudible….


  23. Guadet Le 22 janvier 2015 à 22h18
    Afficher/Masquer

    Arrêtez-moi si je dis une bêtise mais, en fait, depuis 2008, on n’arrête pas d’arroser d’argent les banques en attendant que ça produise quelque chose.
    Une banque, c’est comme un champ de patate ? ça produit quelque chose de mangeable ?


    • Delphin Le 22 janvier 2015 à 23h18
      Afficher/Masquer

      On n’arrose pas les pommes de terre.

      Enfin, on n’arrosait pas. Car depuis l’arrivée de Mac Cain, on arrose pour qu’elles soient plus grosses.

      Maintenant, on arrose donc les pommes de terre. Et comme pour l’économie, ça n’apporte rien. Elles ont simplement plus d’eau.

      Delphin


      • Guadet Le 22 janvier 2015 à 23h30
        Afficher/Masquer

        J’ai au moins appris quelque chose sur la culture des pommes de terre, merci.


        • Delphin Le 22 janvier 2015 à 23h45
          Afficher/Masquer

          De rien, ce n’était qu’un clin d’oeil.

          Cependant, de plus en plus de champs de pommes de terre sont maintenant arrosés par d’immenses jets d’eau. Ca signifie qu’on pompe partout la nappe captive et qu’on infiltre les pesticides encore plus dans ces dites nappes.

          L’économie réelle devient, en elle-même, irréelle.

          Delphin


    • Renaud 2 Le 23 janvier 2015 à 11h21
      Afficher/Masquer

      Trop d’humidité favorise la croissance des parasites et de la moisissure.
      Blague à part, il faudra bien se rendre compte que ce sont les banques qui ont réellement le pouvoir. Quand vous voulez acheter une maison, il vous faut bien quelqu’un pour financer. A qui appartient votre maison tant que vous avez un crédit sur le dos ? Pourquoi serait-ce différent avec un gouvernement national ? Il cherche des financements aussi, et reste esclave, comme tout un chacun, de ses financeurs, financeurs, qui, on le voit, créent de la monnaie à partir de rien.
      Donc pour répondre à la question : non, la banque ne produit rien, ce n’est qu’un parasite, un intermédiaire inutile entre le producteur et le consommateur.


  24. gouel Le 22 janvier 2015 à 22h18
    Afficher/Masquer

    la période que nous vivons depuis 2008, sur le plan financier, notamment, fait froid dans le dos, car
    l’issue est, hélas, aisée à prévoir. La ruine nous attend, nous le petit peuple. L’Allemagne est en train de nous amener dans une voie sur laquelle la dignité humaine sera réduite à néant.
    Peuple, réveille-toi


  25. Carabistouille Le 22 janvier 2015 à 22h28
    Afficher/Masquer

    J’aimerai bien comprendre:
    l’euro est trop fort? c’est catastrophique pour les forces de travail et seulement bon pour les rentiers.
    On fait un QE , ça fait baisser l’euro et c’est une catastrophe?
    Je ne comprends plus rien.

    Pour moi, ce soir, on rompt avec 25 ans de dictature monétariste et on euthanasie(Keynes) les rentiers en rendant de la compétitivité aux productions de zone euro.

    Si ça perdure, c’est sûr les iphone, les fringues, les écrans plats et les tablettes seront plus chers mais on va commencer à à relocaliser, à être compétitif à l’étranger.

    La BCE nous nique? Et alors, depuis 40 ans la finance internationale nous nique? Ce QE ne va-t-il pas permettre de rouler notre dette vis à vis des financiers mondiaux en monnaie de singe?

    Alors, je commence à en avoir marre d’entendre systématiquement des avis négatifs sur ce qui se passe. ça devient lassant. Comme chez Jorion, qui se plante dans ses prévisions catastrophistes depuis 5ans ou Delamarche qui nous fait le même numéro depui la même époque.

    Y en a marre merde, arrêtez de râler et dites une bonne fois pour toute ce qu’il faudrait faire. Sans déconner, ça devient chiant.
    Ce soir, tout ce que je vois, c’est une révolution où on rompt avec 25 ans de dogme monnétariste.

    Bordel de merde, ça fait 15 ans que je vous entends tous dire que cette politique est injuste, suicidaire et inepte.
    On rompt, et ça y est, on fait encore la fine bouche. Y en a marre, vraiment marre.
    L’euro monte? c’est pas bon. Il baisse ? hou la la, catastrophe en vue. Les Allemands forcent-ils à une monnaie forte et une inflation 0? salop d’Allemands égoïste qui vont finir par avoir la peau de l’euro et de l’UE avec leur chimère. On passe au dessus des Allemands pour en finir avec cette chimère? Hou la la , on va à la cata.

    Soyez clairs. Parce que vous aussi, les alters-experts, on finira par ne plus vous suivre.


    • Homère d'Allore Le 22 janvier 2015 à 22h43
      Afficher/Masquer

      @carabistouille

      On ne rompt pas avec l’ordolibéralisme comme l’a bien exposé Benjamin Franklin ( qui défend celui-ci).
      On fait croire que l’on assouplit les règles pour empêcher une explosion brutale style sortie de l’Italie de la zone €.
      Et, comme l’a bien montré Olivier Berruyer, les banques seront les seules bénéficiaires.
      Si on rompait avec l’ordolibéralisme, il y aurait une VRAIE création monétaire et, soit chaque ménage recevrait un chèque de la BCE, comme suggéré par Olivier Berruyer, soit les états et collectivités locales verraient leur dette rachetée par la BCE et le taux d’intérêt de cette dette ramenée au taux refi, c’est à dire quasi rien.


      • Carabistouille Le 22 janvier 2015 à 22h48
        Afficher/Masquer

        Cher Homère, permettez moi de me foutre de la rationalité des marchés financiers comme de ma première chemise. Aujourd’hui, c’est le rentier européen qui en prend plein la gueule. Et vous voulez que je pleure?
        De toute manière, ce QE est très probablement une avancée vers la dissolution de l’euro et c’est une bonne nouvelle. Il maintiendra l’euro faible et c’est une bonne nouvelle. Il rompt avec un dogme vieux de 43 ans en France qui interdit à l’état à emprunter à la banque centrale, donc c’est une bonne nouvelle. Pour le reste, de toute manière on allait au mur.
        Ce que je comprends moins, c’est le satisfecit des fédéralistes.
        Notre monde devient fou, on en arrive à des situation ou plus personne ne comprends la même chose.


        • Chaban Le 22 janvier 2015 à 22h57
          Afficher/Masquer

          Oui, vraisemblablement vous n’avez rien compris.


          • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 07h12
            Afficher/Masquer

            Et bien expliquez monsieur le gros malin.


            • Surya Le 23 janvier 2015 à 09h49
              Afficher/Masquer

              L’auteur de ce blog s’est déjà exprimé 500 fois sur la dissolution de l’€.


    • Jo Le 22 janvier 2015 à 22h45
      Afficher/Masquer

      Pourtant avec l’umps vous avez les Lumières !!


    • Chaban Le 22 janvier 2015 à 22h48
      Afficher/Masquer

      Euhhh, non… ils ont toujours imprimé. La grosse différence aujourd’hui c’est l’échelle du machin.

      Les prix ont-ils augmenté ou baissé ces trentes dernières années? Ils ont augmenté parce que l’impression de monnaie ex-niholo dans un système de monnaie fiduciaire ne s’arrête jamais.

      La dette de la France grimpe-t-elle ou diminue-t-elle? Elle grimpe. Comment sont financés les déficits bugétaires? en imprimant…


    • kinimodo Le 22 janvier 2015 à 23h13
      Afficher/Masquer

      Je n’aurais pour ma part, rien contre les dettes d’états si elles sont judicieusement utilisées pour investir sur le long terme dans une économie réelle qui profite à tous.

      Je crains que ce QE n’aura pour effet que de continuer à alimenter un système financier qui en a besoin pour survivre. De l’argent frais pour faire durer le système de Ponzi sur lequel une minorité profite bien.

      Le temps nous dira si ces milliards serviront d’une manière ou d’une autre l’économie réelle.
      J’en doute fort


    • Olposoch Le 23 janvier 2015 à 09h45
      Afficher/Masquer

      On rompt avec des dogmes, certains sont négociables, pas d’autres qui décide…?
      15 ans de politique injuste, un rompage de dogme, un euro que l’on veut fort puis non finalement….l’Allemagne règne, puis non en fait on va planchabiller… tout en se protégeant des effets (qui se protège?)
      Toutes ces incohérences, ces revirements, l’argent public caca, mais pas si dans ma besace, ces dogmes que l’on renverse, ces traités que l’on signe mais que l’on ne respecte pas, ces articles non-négociables sur lesquels on s’assoit si la conjoncture, aka la réalité, le commande…
      Le seul point commun, le fil rouge dans ce chaos, c’est que tout est fait pour servir un but précis, variable et adaptable, mais toujours pour servir les intérêts d’une minorité de fait toujours gagnante quelles que soient les décisions prises.
      Ce qu’on vous explique de longue dans ces sources alternatives, en être conscient est un bon début.
      La colère certes, mais ciblée c’est mieux.


  26. theuric Le 22 janvier 2015 à 22h31
    Afficher/Masquer

    Il nous fait tourner la planche
    Pom pom pom pom pom pom
    Çà c’est de l’euro tout plein
    Pom! pom pom pom pom pom pom
    Une vrai avalanche
    pom! pom pom pom pom pom pom
    Bientôt on n’aura plus rien.
    Pom! pom pom pom pom pom pom

    De quoi me faire tourner la tête,
    Non?


  27. Jo Le 22 janvier 2015 à 22h42
    Afficher/Masquer

    En clair, leur système est systolique !
    quoi le Luxembourg participe que pour 0,3 !!!!


  28. Resolix Le 22 janvier 2015 à 22h56
    Afficher/Masquer
  29. luckyboy Le 22 janvier 2015 à 23h01
    Afficher/Masquer

    Accessoirement, la BCE permet aux banques de réaliser les plus value énormes jusqu’à présent uniquement latentes sur les obligations qu’elles possèdent au bilan.

    Pour reprendre l’analogie avec le titanic et la barque qui est excellente 🙂 : la BCE rachète 150 le billet que le milliardaire avait acheté 100 (et qui vaut zéro évidemment)


    • Surya Le 23 janvier 2015 à 00h04
      Afficher/Masquer

      Non. Les banques et assureurs n’ont pas attendu la BCE pour réaliser leur plus values latentes car à peu près tous les marchés sont liquides.


  30. L Le 22 janvier 2015 à 23h52
    Afficher/Masquer

    En effet, après l’échec des QE américains (croissance due au gaz de schiste et non au QE) et japonais, la zone euro s’y met. Je ne vais pas refaire du Delamarche.
    C’est sur que si on donnait l’argent aux pauvres, ça créerait bcp plus d’inflation qu’en le donnant aux banques mais ce serait du “socialisme”.
    En fait, le monde de la finance a créé un régime hybride qui cumule les avantages du communisme et du libéralisme à son avantage et au détriment de l’intérêt général.

    Pour le volet libéral :
    – Déréglementation financière pour permettre une prise de risque plus importante (au profit des actionnaires) au détriment des déposants et des contribuables.
    – Rémunérations indécentes.
    – Délégitimation de la progressivité de l’impôt (au nom de l’efficacité économique ou de la menace de l’exil fiscal).

    Pour le volet communiste :
    – Sécurité de l’emploi pour les cadres des banques (aucun limogeage après les scandales).
    – Mise à disposition de la signature de l’Etat à des fins privées.
    – Protection de l’Etat si les intérêts des banques sont menacés.
    – Entre soi et pistonage au sommet des banques.

    Je me pose aussi une question : ce QE est-il due à l’approche de la victoire de la gauche en Grèce (J-3) ? En effet, cette victoire provoquerait une perte sèche pour les banques (défaut partiel de la Grèce ou dévaluation si sortie de l’euro) avec un effet domino. L’argent frais issu de ces QE prend alors tout son sens.


    • Bruno Le 23 janvier 2015 à 10h13
      Afficher/Masquer

      Autre manière de dire la même chose et c’est un grand classique du rire depuis 300 ans:

      Volet libéral : accaparement des profits et transformation de ces derniers en cigares et en yachts de longueurs varies.

      Volet communiste : mutualisation des pertes et épongeage de ces dernières par les contribuables.

      Les QE en sont une illustration splendide.


  31. xma Le 23 janvier 2015 à 00h19
    Afficher/Masquer

    L’article résume en disant que la BCE rachète la dette avant le défaut, alors qu’au début de l’article on dit qu’en fait c’est les banques centrales de chaque pays qui rachèteront leur propre dette. Donc j’ai l’impression que pour simplifier on force juste les Etats à rembourser leur propre dette, donc que le QE est juste un prétexte plus ou moins juridique d’imposer aux Etats de ne pas faire défaut (en plus de remettre une pièce dans la machine financière).

    Pour reprendre l’analogie avec le Titanic, j’ai l’impression que c’est comme si avant que le Titanic heurte l’iceberg la BCE qui viennait sur un radeau enfermer Leonardo di Caprio dans la cale pour l’obliger à couler avec le Titanic. J’aurais bien vu une Kate Winslet jouée par Bernard Maris venir délivrer Léonardo comme dans le film (j’imagine Bernard Maris aurait peut être pu faire quelque chose au moins médiatiquement en tant que membre du conseil d’administration de la Banque de France).


  32. Dami1 Le 23 janvier 2015 à 00h31
    Afficher/Masquer
  33. reneegate Le 23 janvier 2015 à 00h48
    Afficher/Masquer

    Je disais dans un ancien commentaire que les commentateurs de marché noyaient toujours le poisson, vous n’êtes donc pas un commentateur de marché.
    Toujours dans un ancien commentaire, les politiques étaient soit des imbéciles soit des loups dangereux. Moscovici n’est pas un loup.


  34. Archanonyme Le 23 janvier 2015 à 01h08
    Afficher/Masquer

    Je me permet de faire le lien entre les QE et cet article paru sur Reuters le 2 décembre.
    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRKCN0JG0WS20141202?sp=true

    Monsieur Draghi va faire d’une pierre trois coups :

    – Il va renflouer les banques européen (elle ne sont pas encore remise de la crise financière de 2007)(reuters http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRKCN0JG0WS20141202?sp=true
    )
    – Il va faire baisser les taux d’intérêt des dettes public national dans la zone euro
    – Il va faire en sorte que l’euro-system devient bailleurs des pays européen (les pays seront pieds et poing lier à l’euro-system. Si les politique n’applique pas le bon chemin sur la fédéralisation, il montera les taux d’intérêt des dettes du pays, il est le nouveau bailleur)

    Important. Il ne va pas annuler les dettes des états membre. Il va simplement baisser le taux d’intérêt des dettes rachetée. Donc c’est encore pire que ce que vous expliquez. les 7600 euro par ménage c’est les états qui les payerons avec les impôts des contribuable (en faite ils en on déjà payer une partie, ils en paient tout les jours), et se sera plus que 7600 euro sur le long-terme car il va baisser les taux mais pas annuler supprimer les dettes et leurs intérêts.

    Ce qui me choque le plus c’est que se principe ressemble de plus en plus a une dictature oligarchique soviétique (seulement les initiés et les oligarchique, dirige gagne, aux profites de l’ensemble “socialisme soviétique”). Et la démocratie s’estompe et se meurt …..


    • Archanonyme Le 23 janvier 2015 à 01h18
      Afficher/Masquer

      Je me permet de vous partager cette vidéo de Vladimir Boukovski (écrivain, ancien dissident soviétique) car elle décris exactement ce qui est en train de se passer à propos de la soviétisation de l’Europe https://www.youtube.com/watch?v=aXNAwEpOkC0


  35. polo Le 23 janvier 2015 à 02h01
    Afficher/Masquer

    bonsoir olivier, j’ai une question à vous poser dans le blog de j.p chevallier il le dit souvent que la fed avec ses qe ne fait pas de la création monétaire mais bien de la circulation monétaire puisque ses de l’argent donc elle dispose déjà alors que la bce fait de la création monétaire je voudrai avoir ton avis si ses possible,merci


    • Surya Le 23 janvier 2015 à 15h13
      Afficher/Masquer

      Sa condamnation par le collège des sanctions de l’AMF pour “diffusion de fausses informations” ne vous suffit pas pour comprendre que ce gars là écrit n’importe quoi depuis des années ?


  36. boduos Le 23 janvier 2015 à 03h43
    Afficher/Masquer

    il faut revisiter l’histoire de Law, le premier à nous avoir baisé:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Law_de_Lauriston
    à qui profita le crime?


  37. Alain Le 23 janvier 2015 à 04h47
    Afficher/Masquer

    J’ai été très positivement étonné des opinions négatives émises au cours des émissions C’dans l’air et Le décodeurs de l’éco; réactions allant jusqu’à dire qu’il s’agit d’un gigantesque transfert des classes moyennes vers les plus riches. En général les invités sont plus politiquement corrects


  38. Joanna Le 23 janvier 2015 à 07h33
    Afficher/Masquer

    Je ne vais surement pas me joindre à la cohorte des « bravos pour cette analyse », car, en exagérant à peine, elle me semble écrite par un expert pour des experts.

    La marmite des choses financières, je ne suis pas tombée dedans quand j’étais petite ni même plus tard d’ailleurs et mon bac+x et mes études faites dans d’autres domaines ne me servent en rien pour décrypter et synthétiser tout ça et il va sans dire que ça m’agace fortement. Ecrivez donc en mandarin et le résultat sera presque le même. J’exagère à peine. Et j’en ai plus qu’assez de souvent lire tout et son contraire sans être capable de reconnaître le bon grain de l’ivraie. Je rejoins donc assez Carabistouille dans ce qu‘il a exprimé précédemment.

    Ce « coup de gueule », volontairement un peu excessif, n’est pas gratuit, car je suis consciente qu’il serait plus qu’utile que le grand public y comprenne quelque chose et donc que les grands experts toujours ravis d’étaler leur science et leur jargon prennent conscience qu’il est peut-être plus important d’être compris du plus grand nombre et donc de se mettre autant que possible à la portée de ce « grand public ».

    J’espère voir des changements en ce sens sur ce site, que je consulte bien plus depuis qu’il y est question de la désinformation scandaleuse sur l’Ukraine et la Russie notamment. Faut dire qu’avant je m’étais très vite lassée des commentaires tournant à la conversation de salon entre experts financiers autosatisfaits.

    J’en profite pour dire également mon mécontentement envers la modération, dont je reconnais le principe utile et nécessaire, mais qui, dans la mesure où elle n’a par principe pas besoin de se justifier, me semble parfois s’exercer curieusement. Et quand je lis « merci pour votre compréhension » sachez que celle-ci atteint dans ces cas souvent ses limites.

    Il n’en demeure pas moins que je continue de penser le plus grand bien de ce site où M. Berruyer est bien l’un des seuls en France à dénoncer les grandes ignominies de notre temps.
    Et c’est parce que je vous apprécie et entends bien continuer à vous suivre que j’exprime aussi ce qui, pour moi, va moins bien. Et ceci n’est donc que mon avis personnel, bien entendu.

    Ceux qui seraient tentés de répondre par l’ironie peuvent se la garder !

    MESSAGE DE LA MODERATION: repensez à la somme de tout ce que vous avez apporté à ce blog et demandez vous si ça vous permet d’y critiquer quoique ce soit. Merci pour les modos qui font en sorte, au maximum, de vous éviter les trolls, les polémiques stériles interminables, les liens véreux, les invectives et insultes et qui, dans la mesure du possible, ont la correction de motiver leur modération. Si vous connaissez des endroits où la modération est meilleure, merci de nous l’indiquer pour que nous prenions un peu plus encore sur nos temps de vie et de travail pour aller y chercher l’exemple.


  39. Patrick Luder Le 23 janvier 2015 à 07h51
    Afficher/Masquer

    “””Relancer l’économie par de la dette””” => trop stupéfiant comme idée !
    Alors soit on veut encore vivre sur le dos des générations futures,
    soit on essaie de profiter encore un peu d’un système monétaire artificiel …
    … avant qu’il n s’effondre totalement.

    OK, je ne suis pas contre cette idée, mais si nous faisons une montagne de dette “artificielle”, ne peut-on pas au moins l’utiliser à bon escient, c’est à dire transformer nos sociétés vouées au déclin, en sociétés du futures (encore que l’on ne sait pas trop quoi y mettre dans cette société du future).


  40. Macarel Le 23 janvier 2015 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Il s’agit de gagner du temps, encore une fois. Mais ce n’est que reculer pour mieux sauter…

    “We are doomed” comme dirait P.C Roberts


    • nourredine Le 23 janvier 2015 à 10h07
      Afficher/Masquer

      @Macarel,
      Et ne pas oublier Marc Faber Gloom, Boom and Doom!!!!!!!!!!!!


  41. Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 08h40
    Afficher/Masquer

    LES NEGATIVISTES.

    Hier soir, j’étais en colère. Contre Olivier. C’est rare, j’adore ce site, je le trouve exemplaire et indispensable, et je trouve de boulot de notre hôte digne d’éloges et pour tout dire, incroyable.

    Cependant.

    Cependant, j’ai toujours considéré qu’une critique était intéressante dans la mesure où elle était assortie d’une proposition. A partir de là, on n’est pas obligé de sortir une proposition à chaque critique mais disons que si on faisait déjà du 1 pour deux, allez, du un pour trois, on serait pas mal.
    Mais le problème est qu’il y a une sorte de délectation morbide de la critique, un sorte d’hybris de la critique. C’est comme la polémique, on s’y laisse entrainer et on finit par s’y complaire.

    Le net a permit l’émergence de nouvelles pensées, d’une nouvelle contestation. Et c’est fantastique. L’idée d’être contemporain de la naissance d’une imprimerie 2.0 , d’assister en direct à la perte du contrôle de la Parole par les possédants et leurs mercenaires intellectuels, de cette cléricature moderne intello-médiatique, est quelque chose d’absolument jouissif. Les tours d’ivoire d’intellos institutionnalisés qui s’effondrent les unes après les autres, sous le propre poids de leur nullité par la sape joyeuse de penseurs iconoclastes et courageux, hier inconnus, aujourd’hui”hui , voix de poids.

    Le problème est ce que j’appelle “l’effet Diplo”.

    C’est quoi l’effet Diplo. Je lis le Diplo depuis 30 ans. Non, je mense, j’achète le Diplo depuis 30 ans. Je suis même abonné au Diplo depuis 10 ans. Et j’ai même offert l’abonnement au Diplo à mon frère. C’est dire si je considère qu’il est essentiel. Mais depuis 27 ans, je ne lis plus le Diplo. Car le Diplo est systématiquement négatif, pour tout. Déjà en 85, le Diplo prévoyait l’effondrement imminent … des USA. Lire le Diplo chaque semaine, c’est être certains de se pendre ou de se mettre une balle dans la tête à pus ou moins brève échéance. Je n’ai jamais lu le Diplo dire ” ho tiens, ça c’est bien”. A moins qu’il ne s’agisse d’une coopérative de sans-terre au Bresil ou truc dans ce genre. JA-MAIS.
    Un peu comme ce mec dans l’entreprise, à l’intelligence et la lucidité reconnue, à l’honnêteté indiscutable…mais qui est toujours dans la critique. Systématiquement, alors au début on l”écoute, puis il commence à lasser le patron, puis ses collègues finissent par se rendre compte qu’il s’agit quasiment d’une posture, un personnage dans lequel le type s’est plus ou moins consciemment inconsciemment enfermé lui même. Quel confort dans l’absence d’engagement, de proposition. Quelle jouissance dans l’aura du juge, du sage. FInalement, plus personne ne l’écoute, il s’aigrit, devient carrément chiant, et finit soit dans un placard soit à la porte.

    Il en va de même pour beaucoup de blogueurs ou alter experts “stars”.
    Jorion: blog passionnant, détonnant et qui a été essentiel dans la levée de certains voile et la compréhension de mécanismes essentiels. Bravo. Mais chez Jorion, il y a F. Leclerc. Si quelqu’un a lu la moindre chose positive chez Leclerc, qu’il fasse signe. Quelque soit le sujet: bashing.

    Lordon: Lordon a la merveilleuse capacité de dire en 20 pages ce qu’il pourrait dire en 20 lignes. ça sélectionne déjà un peu le lecteur souvent abasourdi par ce déluge de logorrhées plus ou moins intelligible et accessible à l’esprit moyen de qui n’a pas un bac +7. Et bien on fait quand même cet effort car on pressent que ce monsieur dit des choses importantes. Et quand on arrive au bout, épuisé, lessivé, on se dit que oui, c’était chouette mais pourquoi il a mis tant de mot à dire si peu? Et surtout, tout ce qu’il dit se résume à cinq mots quand on a lu le sujet: “c’est de la merde”. Donc, on ne lit plus Lordon, on regarde le sujet et on sait qu’il va mettre 20 pages à vous faire le Otis d’Astrix mission Cléopâtre, pour vous dire : c’est de la merde”. Jamais une propositon, un satisfecit.

    Sapir: Lui c’est différent, il a une proposition de base: SORTIR DE L’EURO. Sorti de ça, c’est comme Lordon, tout ce dont il va parler, c’est pour dire “c’est de la merde”. Dieu merci, il est infiniment plus concis et court que Lordon. Alors on lit Sapir.

    Delamarche: lui n’est pas bloggueur mais c’est un alter-expert qui évolue dans cet esprit. La première fois qu’on entend Delamarche sur BFM, c’est carrément jouissif, au bout de 10 fois qu’on le voit, on sourit. Après deux ans, on ressent comme une gène consterné devant le clown de service invité, je crois à ce titre, par BFM. Delamarche, quelque soit le sujet, depuis des années que je l’écoute. Et je dis bien, quelque soit le sujet. C’est un petit sourire narquois et ” ha ba si vous croyez que faire…. ça va faire avancer les choses, ha ha ha, désolé de vous decevoir mais…. ” Il a une autre phrase culte ” Ha ben oui c’est sûr, si vous prenez ça comme ça vous allez voir ….”. Un peu comme le tavernier de Kaamelot . Un vrai don de comique. Je n’ai JAMAIS entendu Delamarche dire ” ça c’est interessant” ou encore “il faut impérativement…”. Même pas “il faudrait…”.

    Donc, y en a marre de de négativisme qui vire à la pathologie.

    Etant entrain de faire une critique, il faut que je l’assortisse d’une proposition. Une au moins.

    J’en ai deux.

    Olivier, sur une semaine, on compte combien tu édites d’article(tous critiques) et pour dix articles critiques, on s’efforce d’en faire un qui parle de quelque chose de sympa qui se passe dans le monde, quelque chose d’encourageant, de constructif, porteur d’espoir.
    Ensuite, pour dix articles de critique, un article de proposition.

    Voilà ma propositon: sur 10 articles publiés, 1 de proposition et 1 sur une info sympa dans le monde.

    Je ne sais pas ce qui serai fait de cette critique. Mais je tenais à renouveler mon attachement total à ce blog.


    • Olposoch Le 23 janvier 2015 à 09h32
      Afficher/Masquer

      L’optimisme implique une certaine satisfaction, et n’est pas un bon outil pour faire bouger les choses.
      L’optimisme c’est ce qui fait croire que la colère sert à quelque chose.


      • Jeff Le 23 janvier 2015 à 09h47
        Afficher/Masquer

        La colère on l’a, ça pète, encore gentiment, de tous les côtés. Ca rejoint aussi l’analyse de Bricmont republiée récemment par OB disant que la Gauche est essentiellement anti-, pas pro-, depuis 30 ans.

        Ce qui manque c’est une vision motivante qui donne envie d’aller de l’avant, JM Jancovici l’explique très bien à propos des problèmes climatiques et énergétiques par exemple.

        Quel projet de société pour les 20 ans qui viennent et qui soit enthousiasmant ? Ah oui, on a Je-suis-Charlie, c’est vrai…


      • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 10h06
        Afficher/Masquer

        l’optimisme n’est pas mon propos, l’optimisme n’est pas du domaine présent de la satisfaction mais du domaine futur de la foi. Moi, je ne parle même pas de positivisme, je parle seulement de ne pas sombrer dans la complaisance critique, dans la pathologie critique.


        • Olposoch Le 23 janvier 2015 à 11h13
          Afficher/Masquer

          Ce système appelle à la critique (d’accord?)
          On le critique, grave, parce que d’aucuns jugent la situation grave.
          “complaisance” critique ou “pathologie” critique dites-vous, merci de préciser le niveau et la forme de critique acceptable…


          • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 11h55
            Afficher/Masquer

            OLPOSOCH il y a quelque chose de profondément discourtois et insupportable chez ceux qui se permettent de la ramener sans avoir lu. Et je suis désolé mais Votre demande prouve que vous n’avez pas lu. Car il ne s’agit nullement de niveau de critique mais de complément à la critique.
            Alors s’il vous plait, ayez le minimum d’intelligence et de courtoisie de lire avant de la ramener.


            • olposoch Le 23 janvier 2015 à 14h28
              Afficher/Masquer

              Mes excuses si j’ai loupé le sens de vos propos…
              A la ramener moins je m’engage.


    • 4lterg Le 23 janvier 2015 à 09h48
      Afficher/Masquer

      Je suis d’accord avec vous (Diplo et les-crises). La mode est aux lanceurs d’alerte non aux lanceurs d’idées. Toutefois il y a quelques propositions, noyées.

      Ici, il y a l’idée du bitCoin. Je ne la partage pas, trop… volatile, non tangible.
      Une autre : Et les monnaies locales ?


    • Macarel Le 23 janvier 2015 à 10h03
      Afficher/Masquer

      Pour le POSITIVISME vous avez le choix, entre tous les grands canaux de communication, tous les grands mass medias, particulièrement aux heures de grande écoute.

      Personne n’est obligé d’acheter Charlie Hebdo, personne n’est obliger de lire les articles des NEGATIVISTES.

      Il faut écouter les uns, les autres, et se faire sa propre opinion, il me semble…Dans le but de cerner
      au mieux la réalité, ce qui n’est pas simple du tout, dans toute l’avalanche d’informations à laquelle nous sommes soumis quotidiennement.

      Le NEGATIVISTE comme vous dites n’est pas quelqu’un qui se complaît dans la morosité, mais qui a “la faiblesse” de penser que la direction dans laquelle nous allons n’est pas la bonne, que nous devrions en changer pour que le futur de nos enfants soit plus riant que celui qui se profile, si l’on se contente de dormir, et de se laisser guider par les bergers actuels dans une direction qui leur profite surtout à eux.

      Un NEGATIVISTE, c’est un OPTIMISTE en fait, car il ne cède pas au fatalisme ambiant, et il pense que l’on peut encore sauver le Titanic du naufrage. Alors que beaucoup de POSITIVISTES, préparent en douce leurs chaloupes, et au moment fatidique laisseront tous les autres dans l’eau glacée.


      • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 10h16
        Afficher/Masquer

        Non, les medias mainstream ne sont nullement positifs. Votre vision est viciée. Ils sont souvent catastrophiques, déclinologues ou alors ils sont dans l’incantation pure et simple.
        Le positivisme, ce n’est pas la danse de la pluie, c’est alerter sur les risques de secheresse, puis lancer une reflexion sur les moyens d’y pallier, puis creuser des réservoirs et faire des canaux, planter des haies et veiller à ce que personne ne soit exclu de l’eau.
        Vous voyez, ça fait une différence quand même.
        Ha oui, j’oubliais, les médias sont presque tout le temps intellectuellement malhonnêtes donc disqualifiés.


        • Macarel Le 23 janvier 2015 à 10h33
          Afficher/Masquer

          c’est alerter sur les risques de secheresse, puis lancer une reflexion sur les moyens d’y pallier, puis creuser des réservoirs et faire des canaux, planter des haies et veiller à ce que personne ne soit exclu de l’eau.

          Avec cette phrase je suis d’accord, ma vision est viciée ? Peut-être…

          En fait je crois que je me suis fait mal comprendre, les déclinologues officiels, font peur aux gens pour pouvoir mieux appliquer la “Stratégie du Choc”, telle que la décrit Naomi Klein, effectivement ils ne souhaitent pas aller au fond des choses, et remettre en question le dogme qui nous a conduit dans l’impasse actuelle.
          En ce sens effectivement leur rôle n’est pas positif.


    • Merle Le 23 janvier 2015 à 10h13
      Afficher/Masquer

      Je partage votre constat sauf pour l’un d’entre eux : Lordon cible bien le problème, l’actionnariat mondialisé, libre de circulation, ultra-glouton, refusant d’investir si vous ne lui sortez pas 15% de rentabilité. Il investira plutôt dans une banque jonglant avec de la dette. Il a une proposition contre cela, le SLAM, qui vaut ce qu’elle vaut mais qui est une solution au problème à la base de tous nos problèmes.


    • bourdeaux Le 23 janvier 2015 à 11h35
      Afficher/Masquer

      @ carabistouille
      Tout cela est bien rédigé, et c’est déjà beaucoup (j’ai bien ri à votre évocation du tavernier de kaamelott, cruelle mais assez juste). Ceci dit, c’est une critique qui est souvent faite aux critiques, que celle qui consiste à leur dire :”vous critiquez cette décision, mais vous ne proposez rien à la place”; mais peut-on toujours opposer aux “négativistes” cet argument de gérant de meublé : si vous cassez, vous remplacez ?
      Sans prétendre faire le tour complet de la question, permettez-moi de vous rappeler que Delamarche et Berruyer, par exemple, ont déjà répondu à ce genre d’objections, en disant, en gros :” Des âneries ont été commises depuis 20, 30 ans, c’es trop tard, on va les payer. Je demande juste que, si cela ne dérange personne, on puisse cesser d’en faire et d’aggraver le problème.”


      • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 11h59
        Afficher/Masquer

        Désolé, je n’accorde aucune, mais alors aucune crédibilité à quelqu’un qui serait toujours et exclusivement dans la critique. Comme je n’accorde aucune crédibilité à celui qui est toujours dans le satisfecit. Dans le premier cas, on est dans une complaisance proche de la pathologie, dans le second on est dans la simple incantation du petit enfant qui chantonne dans le noir pour chasser la peur… et qui n’y arrive pas.


      • Merle Le 23 janvier 2015 à 12h11
        Afficher/Masquer

        Le réchauffement climatique : on ne revient pas en arrière, on va faire du développement durable.
        La démographie : on ne revient pas en arrière, on va faire de l’immigration.
        L’économie : on ne revient pas en arrière, on va faire des QE.
        L’international : on ne revient pas en arrière, on va faire la guerre.

        Je sais pas vous, mais moi les solutions qui résolvent les problèmes, j’en ai marre, surtout quand l’unique issue est de revenir en arrière et d’accepter de payer les conneries que l’on a fait pendant trente ans.


    • Emile Le 23 janvier 2015 à 11h38
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Un peu d’accord :
      Proposition :
      On peut parler de ce chef d’entreprise américain qui après avoir lu Piketty augmente ces salariés.
      De l’espérance démocratique avec Podemos et syrriza…
      Pour commencer !


    • Pierre Le 23 janvier 2015 à 11h48
      Afficher/Masquer

      Vous exprimez un sentiment que je commence à partager. Ca n’enlève rien à la pertinence de la critique mais on finit par relativiser…


    • reneegate Le 23 janvier 2015 à 12h05
      Afficher/Masquer

      Vous vous sauvez in extrémis mais vous restez globalement négatif mister. Le diplo a sorti une proposition et une analyse du financement de la presse parfaitement positives, et pour ma part je trouve les 20 pages de Lordon truculeusement positives pour mon moral et ma confiance dans nos valeurs communes. Je vous trouve tendencieusement négatif. Long négatif en somme.


      • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 12h11
        Afficher/Masquer

        Certes, je sais que certains jubilent dans le “non” permanent et éprouvent une délectation à apprendre les ratages et à écouter des Cassandres qui, heureusement, se plantent autant de fois que les “experts” institutionnalisés qu’ils dénoncent.
        Socrate disait que si on mettait un homme devant une fenêtre où défilerait en permanence toutes les horreurs du monde, il deviendrait inévitablement fou.


        • Vasco Le 23 janvier 2015 à 15h46
          Afficher/Masquer

          Cette fenêtre s’appelle : Journal télévisé.
          Un programme de grande audience. Allez savoir pourquoi ?


    • Renaud 2 Le 23 janvier 2015 à 16h02
      Afficher/Masquer

      Chaque chose en son temps mon cher Carabistouille. Avant d’agir, il est important de connaître comment fonctionne le système. En grattant sur à peu près n’importe quel sujet, on se rend compte que le système est vicié PAR NATURE. On ne peut donc être que négativiste quant aux propositions qui nous tombent des grandes institutions.
      Ceci étant dit et sachant cela, il y a bien évidemment énormément de choses positives à faire ! C’est par exemple ce qu’essaient d’entreprendre les Villes en Transition (mouvement créé par Rob Hopkins au milieu des années 2000). Il s’agit de relocaliser l’économie, se défaire progressivement des énergies fossiles, afin d’accroître la résilience des territoires (voir aussi le site de Benoît Thévard : Avenir sans pétrole). Ce qu’il faut donc développer c’est la solidarité à l’échelle locale : privilégier les circuits courts, acheter aux artisans et commerçants de la ville, privilégier le vélo à la voiture, isoler son habitation, récupérer l’eau de pluie, planter des arbres fruitiers et faire son potager, etc, il y a même des monnaies locales qui ont été créées (le Bristol pound par exemple). Pour l’instant c’est surtout la classe moyenne écolo qui s’engage là-dedans, mais le but est d’intégrer également les personnes défavorisées.
      Sinon depuis 15 ans en France existent les AMAP, associations pour le maintien d’une agriculture paysanne, c’est aussi un premier pas.
      PS : si vous êtes anglophile il y a le site resilience.org qui mêle articles similaires à ceux d’ici ou d’Oil man (blog de Matthieu Auzanneau) à d’autres sur toutes les initiatives positives concernant l’environnement et l’énergie.


    • hema Le 23 janvier 2015 à 22h46
      Afficher/Masquer

      J’ai été ce matin à une présentation du financement participatif (Crowd funding).
      Ca marche pour l’investissement http://www.happy-capital.com, pour le prêt avec intérêt http://www.unilend.fr/2015 , pour les dons avec ou sans contrepartie http://www.helloasso.com .
      Je suis en général assez critique sur tout, à l’instar du public de ce blog, mais j’ai trouvé ce système, que je connais encore assez mal, formidable, ça m’a semblé plutôt plus convaincant, ou plutôt, plus dynamique, que la banque éthique (Nef) que je trouve aussi très utile.
      Le principe est d’offrir une offre alternative aux banques pour les entrepreneurs de tous types (en restant dans la catégorie TPE/PME) et pour les donateurs/prêteurs/investisseurs de savoir ou va l’argent.


      • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 22h51
        Afficher/Masquer

        Merci. Comme disait l’Autre ” frappez, on vous ouvrira, demandez, on vous donnera” 🙂


    • Renaud Le 24 janvier 2015 à 11h01
      Afficher/Masquer

      Par exemple, quand sur BFM Olivier Delamarche se trouve en face de Marc Riez, on a là le tandem idéal médiatique, quoiqu’à la petite semaine. Olivier Delamarche a “tort” dans l’économie du mensonge et Marc Riez a “raison” dans cette même économie du mensonge. Car, avec la monnaie de crédit telle qu’elle est crée et contrôlée par la pègre en col blanc, c’est l’économie du mensonge qui triomphe sur la vraie économie qui forme ces 2% misérables du total mondialisé. Mais ces “2%” sont rigoureusement les seuls à être indispensables à la vie. Le reste, les 98%, c’est potentiellement de la m… rien de plus. En très résumé, la monnaie ne reflète nullement les réalités socio-économiques, la création monétaire et son contrôle échappent complètement aux producteurs hélas sont ignorants pour l’essentiel dans leur rôle majeur qui, pourtant, sont les seuls et uniques à donner de la valeur à la monnaie. La monnaie qui sans les producteurs, sans le savoir-faire, n’aurait aucun sens.
      Le vrai travail de vérité économique a effectuer, c’est de rendre aux producteurs la valeur en monnaie de vrai pouvoir d’achat aux producteurs, à la société civile en générale, et ceci, à l’abri des banques et du fisc, ces deux derniers (donc les actionnaires et l’État) se servant d’ “autorité” sur la monnaie qu’ils dirigent faussement en leur faveur usurpée, en ne laissant pas grand’chose pour les producteurs, et ce, à n’importe quelle échelle.


  42. nourredine Le 23 janvier 2015 à 09h01
    Afficher/Masquer

    @Eric,
    non seulement comme tu dis le peuple, il dort, mais il s’est fait berne par ce que l’on appelle democratie.

    Democratie= le pouvoir au peuple, c’est comme ceci que la Grece a invente ce mot.
    Demos=peuple Cratos=pouvoir

    Aristocracie=le pouvoir au meilleur les meilleurs ont le pouvoir et etablissent les lois.
    Artisos=le meilleur Cratos=pouvoir

    Oligarchie=un petit nombre qui a le pouvoir
    Oligos= petit nombre Cratos=pouvoir

    En France, on est sous un regime representatif, tous les 5ans on demande au peuple d’elire ces representants parmi un nombre de gens politique denomee classe politique,
    Ces representants ecrivent et votent les lois pas le peuple, nous somme donc en oligarchie.
    Une fois elus ces representants n’ont plus rien a voir avec le peuple,les electeurs n’ont aucun controle sur la politique menee ni sur les legislations etablies.
    Les representants votent selon leurs opinions, leurs interets, leurs complicites ou leurs carieres politiques.
    Ceci depuis 1830 pour tromper l’opinion poblique et xeci continue, donc il y a un travaille a faire pour reveiller ce peuple pour qu’il prenne le taureau par les cornes et qu’il dise qu’il faut changer ce systeme alors j’apporte mon eau au moulin a travers mes commentaires


  43. Cherchieur Le 23 janvier 2015 à 09h03
    Afficher/Masquer

    Pas étonnant que personne ne s’intéresse à ça, c’est indigeste à souhait! Il faut un peu de vulgarisation, on le fait en science, pourquoi pas en économie? C’est vraiment le point noir de ce blog à mon sens, car même si je vous suis régulièrement et que j’arrive à comprendre quelques notions en cherchant un peu, ca reste très flou. Le but du blog n’est-il pas informatif? Car là, vous n’informez que ceux qui ont déjà compris.


    • Olposoch Le 23 janvier 2015 à 09h26
      Afficher/Masquer

      et si vous faisiez vous-même votre propre éducation, ce ne sont pas les sources qui manquent, pourquoi attendre que tel ou tel blogger vous mâche le travail?


      • 4lterg Le 23 janvier 2015 à 09h51
        Afficher/Masquer

        Ainsi naquit “Charlie”


  44. Olposoch Le 23 janvier 2015 à 09h12
    Afficher/Masquer

    Une pensée émue pour les auditeurs de France Inter ce mââatin (baillement), qui s’ils ont entendu distraitement Guetta vont passer une bonne journée dans l’optimisme. petit compte rendu:

    “une décision de la BCE beaucoup trop timide, certains économistes le disent.”
    (la timidité, ce fléau des élites)

    “les gauches s’en félicitent, toutes les gauches”
    (les gauches de temps en temps sont du bon côté)

    “une grande partie des droites partage la satisfaction des marchés”
    (eux, savent)

    “la BCE prouve son indépendance en contrebalançant les politiques européennes de reduction de dépense et de l’endettement”
    (on préfèrerait peut-être les voir ramer dans un même sens)

    “peut-être aurait-il fallu frapper plus fort encore et mettre plus d’argent sur la table”
    (Guetta n’a aucune notion de la valeur que représente la série de zéros… on n’est plus à 4 ou 5 zéros près, mais Guetta a grandi avec les anciens francs)

    “le bon sens l’emporte”
    (..celui de la BCE et de la commission européenne, non élus, sur les gouvernements, élus ou “sort of”…)
    (après toutes ces décennies de mauvais sens?)

    “conclusion essentielle, l’unité européenne n’est pas en elle-même un projet libéral”
    (il n’y a que des contribuables nationaux à éponger)

    Et là attention, chef d’œuvre, lisez attentivement cette phrase:
    “on ne peut ni ne doit assimiler l’union européenne aux politiques choisies par la majorité politique constituée (…) par les gouvernements des pays qui la composent. Cette majorité est tantôt libérale conservatrice, tantôt sociale démocrate, cela ne dépend que des électeurs, QUE DES E-LEC-TEURS…
    (je viens d’entendre que c’est la BCE et la commission européenne qui savent ce qu’il se doit de faire, et qui prennent les bonnes décisions éventuellement contre des gouvernements bêtement élus et donc manquant de constance et de fiabilité, que vient donc faire ici la notion d’ “électeurs”? mystère)

    “l’ère du tout libéral, mais oui mon cher Patrick touche à sa fin…”
    (demain Guetta t’explique l’Arabie Saoudite)

    http://www.franceinter.fr/emission-geopolitique-geopolitique-493


    • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 10h31
      Afficher/Masquer

      ça en dit surtout long sur la santé mentale de B. Guetta sur laquelle réellement je m’interroge.

      Je me force à lire ces chroniques chaque matin sur le site de F.I. et franchement, sa vision du monde est délirante. Quand je pense que tout ce beau monde traite tout “déviationniste” de complotiste, de paranoïaque, voir ce type, jour après jour, dessiner un monde complètement imaginaire est stupéfiant.
      Ce type affirme quand même que c’est bien Assad qui a utilisé l’arme chimique(ce que rien ne prouve, la seule étude émanent du MIT disant qu’au contraire il s’agit très probablement d’une provocation de ce qui était “les défenseurs de la liberté” d’alors, nos grands amis de ….daesh)
      Ce type est asser tordu pour prétendre que si on avait bombarder la Syrie à temps, ça aurait permis aux rebelles laïcs de prendre le pas sur DAESH. Hallucinant. Et le pire, c’est que je viens de lire Hollande dire la même chose. Sont-ils tous devenus fous?
      Ce type assène que c’est bien Ianoukovitch qui a ordonné aux Berkout de faire un massacre à Maïdan(sans preuve, le nouveau régime ayant fait disparaitre toutes les douilles et balles et refusant une enquête internationale), que ce sont les rebelles qui ont descendu le Boeing (sans aucune preuve) que des hordes de troupes Russes ont envahi le Donbass.
      Tous les six mois, il nous dit que la paix en Palestine est pour demain(sauf depuis 6 mois où il commence à avoir des doutes.
      A chaque initiative, chaque désastre de l’euro, il déclare que ça y est, la grande fédération est en route.

      C’est incroyable.


      • Carabistouille Le 23 janvier 2015 à 10h35
        Afficher/Masquer

        Je suppose qu’il va finir par nous dire que la guerre c’est la paix, l’oppression la justice, et le totalitarisme bureaucratique la liberté;

        Il faudrait une maison de repos pour quelques cinglés qui délirent chaque jour sur les médias. Quatremer est pas mal aussi, Semo, Despic-popovic, Leparmentier, Leboucher, Fressoz, Smolar, Attali(dont la dernière chronique propose ni plus ni moins que d’inaugurer un mélange de Big Brother et Minority Report) liste non exhaustive. 🙂


  45. Jeff Le 23 janvier 2015 à 09h40
    Afficher/Masquer

    Pour rebondir sur l’image de l’épargne des français en feu avec Mario Schwarzy : je lis beaucoup de choses sur “la tonte des français”, mais je me demande si c’est bien le coeur du problème quand je lis ça : “37% des consommateurs avouent avoir des difficultés à joindre les deux bouts en fin de mois, révèle un sondage LH2 pour CA Com et BFTV ce lundi 3 novembre. Cette proportion est en hausse de six points en l’espace de huit mois et même de quinze points depuis janvier 2013.

    Etant donné la conjoncture économique compliquée actuelle, 23% de Français sont obligés de puiser dans leurs économies pour boucler leurs fins de mois. Autre solution : faire un emprunt. Le nombre de consommateurs contractant un crédit pour joindre les deux bouts est en hausse. Ils sont aujourd’hui 14%, soit six points de plus par rapport à juin 2013. Au quotidien, la situation oblige 60% de Français à devoir se contenter de l’essentiel.” (http://www.ladepeche.fr/article/2014/11/03/1984102-plus-plus-francais-ont-mal-boucler-fins-mois.html)

    Quel est le niveau d’épargne de ces 60% de français ? Compte tenu des cataclysmes que nous annoncent les “négativistes” de Carabistouille, savoir ce qui va advenir aux 200Keuros d’épargne de quelques français est-il si important ? Je précise que c’est une authentique question et non une provocation.


    • Toutatis Le 23 janvier 2015 à 11h38
      Afficher/Masquer

      Oui c’est important, si on prend en compte que les manips de Mario n’arrangeront en rien le sort de ceux qui ne les ont pas ces 200 k€, voire même l’aggraveront. Ce sera une destruction pure et simple.


  46. Bruno Le 23 janvier 2015 à 10h04
    Afficher/Masquer

    Elément de réponse pour JEFF :

    Si cela servait vraiment à quelque chose d’utile et juste (éducation, investissement, solidarité, remboursement de dettes publiques dont je profite depuis quelques décennies…), je serais prêt à sacrifier 200kEUR d’épargne. Je n’ai pas de problème avec cela.

    Mais le jour a l’on me piquera 200kEUR, ce ne sera pas pour la bonne cause. Ce sera pour renflouer des rentiers ou des banquiers, qui auront perdu en spéculant et qui exigeront une mutualisation des pertes après à voir raflé tous les profits. C’est à cela que servira mon épargne. Hélas.

    Donc oui, cela me pose un problème.


    • Bruno Le 23 janvier 2015 à 10h19
      Afficher/Masquer

      Rappel: un yacht, cela coute environ 1MUSD le mètre. Donc mes 200kEUR, seront transformés en environ 23 centimètre de yacht.

      Permettre a un rentier de se payer 23 cm de yacht, ce n’est pas une belle satisfaction ça ?


  47. duparc Le 23 janvier 2015 à 10h15
    Afficher/Masquer

    Je ne comprends pas pourquoi on prêtent aux états avec intérêts…


    • Surya Le 23 janvier 2015 à 10h25
      Afficher/Masquer

      N’hésite pas à prêter le contenu de tes comptes bancaires à l’Etat sans intérêt. Tu nous diras si c’est intéressant ou pas.


    • bourdeaux Le 23 janvier 2015 à 11h45
      Afficher/Masquer

      Moi je ne comprends pas pourquoi on prête aux états, tout court 🙂 ! Ils disposent de tout l’argent qu’ils veulent puisqu’ils lèvent les impôts. Donc, quand un état emprunte, j’ai dans l’idée le vague soupçon qu’il n’a pas l’intention de rembourser…


  48. Macarel Le 23 janvier 2015 à 10h24
    Afficher/Masquer

    Si j’ai bien compris, corrigez moi, si je me trompe, tout le but du jeu est de se refiler le Mistigri.

    La BCE rachète de la dette douteuse ou pourrie aux grands investisseurs (Banques, spéculateurs de tout poils), ils encaissent le pognon pour le jouer dans le grand casino financier mondial, et faire encore de l’argent avec l’argent : faire gonfler des bulles.

    Quand toutes les créances pourries seront dans la “bad bank BCE”, les grands argentiers annonceront que ces créances qui ne seront alors détenues que par des petits investisseurs de la classe moyenne (pour simplifier) -ayant encore des capacités d’épargne-, alors ils annonceront que ces créances ne valent rien, et tous les petits et moyens épargnants n’auront plus rien sur leur compte, où quelque chose qui aura fondu comme neige au soleil. Puisque derrière beaucoup de produits d’épargne, dont des assurances vie, il y a des obligations d’Etats.

    Mission accomplie, les gros seront sauvés, les petits boiront la tasse. C’est ça le “hold up”, non ?

    En 2008, ce sont les citoyens des différents pays, ceux du sud an particulier qui ont fait les frais des folies du monde financier : politiques d’austérité draconiennes, hausse des impôts, etc.

    En 201?, ce seront les petits épargnants de tous les pays qui régleront l’addition.

    Merci de me dire si j’ai bien compris !

    Désolé pour ce point de vue, négativiste…

    Pour le point de vue positiviste, on le connaît : le QE de Draghi va relancer la croissance, et un peu d’inflation, car des banques vertueuses vont prêter aux entreprises et aux ménages, qui vont , pour les premières, investir pour renforcer leur politique de l’offre, pour les seconds consommer ce que les précédents offriront, avec à la clé une baisse du chômage, plus de rentrées fiscales, une réduction des déficits, et donc de la dette, etc.

    Si c’est ce qui se passe effectivement dans les mois et les années à venir, je m’inclinerai très humblement, devant les positivistes, promis, juré !


  49. JA Le 23 janvier 2015 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Tout ça est un peu difficile pour des ignares comme moi et je remercie O.B. pour ses explications, parmi les plus claires que j’ai pu lire sur cette histoire.
    Cela me rappelle un débat datant de la campagne présidentielle, dans lequel J. Généreux, présentant le programme économique de Mélenchon, expliquait que rien n’empêchait la Banque de France (ou la banque centrale grecque) d’acheter directement les émissions de dette nationale (en totalité ou en partie), éventuellement même avec un taux d’intérêt nul. Ce qui faisait rire aux éclats les “spécialistes orthodoxes”. Or, je vois que la BCE ne dit pas autre chose, sauf qu’elle s’arrête en chemin, comme l’explique bien OB, en limitant l’action à des rachats sur le marché secondaire ; mais elle délègue bien la planche à billets aux banques centrales nationales, ce qui prouve qu’il serait possible d’effectuer la même action sans continuer à payer les taux d’intérêts pharaoniques que subissent les pays méditerranéens actuellement.

    Après, on peut penser qu’une telle action tendrait à faire éclater la zone euro, mais bon, au point où l’on en est, ce ne serait peut-être pas la manière la plus mauvaise d’y arriver.


  50. Alae Le 23 janvier 2015 à 11h08
    Afficher/Masquer

    Hors-sujet : Alstom aurait été éjecté du projet de TGV Moscou-Pékin au profit d’une firme russe.
    Un effet Mistral ?
    http://www.malaysia-chronicle.com/index.php?option=com_k2&view=item&id=434581:moscow-to-beijing-in-48-hours-russia%E2%80%99s-billion-dollar-train&Itemid=4#.VMIaFbaKWT6


    • Olga Le 23 janvier 2015 à 19h50
      Afficher/Masquer

      Plutôt un effet Malaisie, souvenez-vous du 7 janvier? Ah non, du MH 17. Le fait est que cette Malaisie est un leader du banking islamique (sans intérêts), voilà pourqoui ses avions disparaissent.



Charte de modérations des commentaires