Source : GEAB, le 17 janvier 2016.

pic110-366x204

Depuis le 8 novembre 2016, l’Inde réalise une révolution monétaire d’une ampleur jamais vue par la taille de la population concernée et la profondeur de la transformation induite. En démonétisant les plus grosses coupures de 500 et 1000 Rs (roupies), le gouvernement indien tente de réintégrer la gigantesque économie parallèle, ou noire, ou plus simplement archaïque, du pays dans l’économie officielle. Dans une nation où 90 % des transactions s’effectuent en liquide, une part gigantesque de l’activité échappe à la connaissance du gouvernement central, et donc aux statistiques, à l’impôt et au financement des infrastructures.

fig-1-500x279

Figure 1 – Proportion des transactions en liquide par pays (bleu : en volume ; rouge : en valeur). Source : Bloomberg.

Les signes avant-coureurs

Il n’y a rien de nouveau dans le fait que le gouvernement central tente d’obliger sa population à déclarer ses richesses. Par exemple, entre 1951 et 1997, pas moins de dix projets d’amnistie avaient été lancés, incitant les citoyens à déclarer leurs revenus non-officiels en échange d’un simple paiement de l’impôt majoré1 Source : Economic Times of India, 10/03/2016. .

Lorsque Narendra Modi est arrivé au pouvoir le 26 mai 2014, son programme parlait de modernisation du pays selon les principes néolibéraux de privatisation et de dérégulation. Mais le ton a changé depuis de par le monde. En Inde comme partout, il est désormais bien plus question d’investissements dans les infrastructures, de keynésianisme et de fiscalité que d’assouplissement monétaire et d’endettement. C’est ainsi qu’en novembre 2015, Modi a commencé à mettre en perspective une nouvelle forme de modernisation, fondée celle-ci sur une très ambitieuse réforme fiscale (JAM2 Jan Dhan : bank accounts ; Aadhar : Personal identification ; Mobile : mobile phones. Source : Zeenews, 06/11/2015. ).

Le premier juin dernier, il a lancé son propre projet d’amnistie, ou plutôt son projet de déclaration de revenus, pour trois mois, demandant aux Indiens de profiter de cette période pour déclarer, sans encourir de peine, leurs liquidités non officielles moyennant une taxe de 45 % au lieu des 30 % habituels3 Source : The Indian Express, 21/07/2016. .

Le détail de l’opération de démonétisation

En revanche, l’opération de démonétisation des billets de 500 et 1000 Rs le 8 novembre (soit en pleine élection US) sur une période de 50 jours (jusqu’au 30 décembre) n’était pas annoncée, elle, et constitue un énorme choc, sachant que ces coupures représentent 86 % du liquide circulant en Inde, soit Rs 14 lakh crore (ou 14 000 milliards de roupies4 C’est l’occasion pour nous tous de nous familiariser avec les dénominations monétaires indiennes. Les Indiens n’aiment pas le zéro, bien que l’ayant inventé, et parlent donc en roupies (Rs, unité de base), en Rs Lakh (soit 100 000 roupies) et en Rs Crore (soit 10 000 000 de roupies). Au cours actuel, les billets de 500 roupies correspondent à peu près à 7 € et ceux de 1000 roupies à 14 €. ).

Du 8 au 24 novembre, il était prévu que toute personne échangeant ou déposant des montants de plus de 250 000 roupies (Rs 2.5 lakh) sans pouvoir les justifier paierait le double de l’impôt normal (30 %) sur ces sommes ainsi qu’une amende de 200 %. Durant cette première période de la mesure, des masses de billets ont ainsi été purement et simplement brûlées. Mais dès le 29 novembre, la chambre des représentants (Lok Sabha) jugeait cette règle non fondée légalement et votait un décret d’amnistie permettant aux personnes de déclarer les sommes au-dessus de 250 000 roupies moyennant le paiement d’un impôt de 50 %. Les 50 % restants sont ainsi réintégrés dans l’économie blanche. Mais ce n’est pas tout, la moitié de cette somme blanchie (soit 25 % du total) est bloquée dans un compte bancaire sous forme de bons pendant quatre ans… au bout desquels l’argent sera récupérable avec un intérêt (contrairement au bas de laine)5 Pour bien comprendre les deux temps, lire cet article. Source : BeMoneyAware, 28/11/2016. .

Il s’est ensuivi un vaste chaos. L’annonce-choc a provoqué une ruée vers les banques pour échanger ces billets ou les déposer. En une semaine, les Indiens avaient déposé 2000 milliards de roupies dans les banques6 Source : India Times, 13/11/2016. . Mais la moitié de la population indienne, malgré de nombreuses campagnes d’incitation, ne détient pas de compte en banque7 Source : The Indian Express, 10/11/2016. . Ces 600 millions environ de personnes sont donc en premier lieu forcées de faire la queue aux guichets des établissements bancaires pour échanger leurs coupures, provoquant des ruptures de liquidités, engendrant fermetures d’agences et interruptions de distributeurs d’argent8 Source : The Wire, 11/11/2016. .

C’est ainsi que l’annonce a été suivie d’une période de panique qui semble commencer à se résorber, où les gens n’avaient plus de liquide pour faire leurs courses, obligeant les magasins à fermer eux aussi et empêchant les agriculteurs de vendre leurs produits9 Par exemple dans le Kerala. Source : OnManorama, 13/11/2016. . La consommation s’est littéralement effondrée et les plus pauvres (en zone rurale surtout) se sont retrouvés les plus touchés10 Source : The Wire, 13/11/2016. . Les financiers du monde anticipent des points de croissance et du PIB en moins. Actuellement en expansion à plus de 7 %, Goldman Sachs annonce 6,8 % au prochain trimestre, Deutsche Bank, 6,5 %, et Ambit affole tout le monde en évoquant 3,5 %11 Source : Quartz India, 06/12/2016. .

L’opposition au nationaliste Modi se déchaîne. Rahul Gandhi menace de faire des révélations devant le Parlement concernant une affaire de corruption touchant le premier ministre12 Source : NDTV, 15/12/2016. . L’ancien premier ministre et architecte de la réforme économique, Manmohan Singh, parle d’« erreur monumentale de gestion », de « cas de pillage organisé et de mise à sac légalisée » et de risque de perte de 2 points de croissance13 Source : The Indian Express, 24/11/2016. .

fig-2-500x279

Figure 2 – Distributeurs automatiques de billets en Inde. Selon le jour de 2016, bleu clair = queue de plus de 15 minutes ; gris = pas de billets. Source : ZeroHedge.

Les États se plaignent de manque à gagner dans leurs budgets résultant de l’arrêt temporaire de l’économie et en profitent pour bloquer le grand plan de réforme fiscale qui doit faire entrer l’Inde dans le XXIe siècle, la Goods and Services Tax (GST14 Source : Business Standard, 08/12/2016. ).

Le supertanker indien tangue fort, mais chacun est conscient qu’une telle mesure ne peut pas être appliquée à une nation de 1,2 milliard d’individus sans provoquer des remous.

Et si ça marchait ?

Il existe des précédents en matière d’actions de démonétisation de ce genre, dont beaucoup furent des échecs. Notamment : Nigeria (1984, raté) ; Ghana (1982, raté : les gens se tournent vers les devises étrangères et les avoirs physiques) ; Myanmar (1987, raté : a conduit à des révoltes et des répressions) ; Zaïre (1990, raté : a provoqué de l’inflation et un effondrement de la valeur de la monnaie locale face au dollar) ; Corée du Nord (2010, raté : s’est combiné à une mauvaise récolte aboutissant à des pénuries alimentaires) ; Union Soviétique (1991, raté : provoque une perte de confiance et l’éviction de Gorbatchev)15 Source : The Economic Times of India, 16/11/2016. .

Quels sont les éléments qui amènent donc notre équipe à anticiper un succès de cette opération indienne ? …

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Notes   [ + ]

1. Source : Economic Times of India, 10/03/2016.
2. Jan Dhan : bank accounts ; Aadhar : Personal identification ; Mobile : mobile phones. Source : Zeenews, 06/11/2015.
3. Source : The Indian Express, 21/07/2016.
4. C’est l’occasion pour nous tous de nous familiariser avec les dénominations monétaires indiennes. Les Indiens n’aiment pas le zéro, bien que l’ayant inventé, et parlent donc en roupies (Rs, unité de base), en Rs Lakh (soit 100 000 roupies) et en Rs Crore (soit 10 000 000 de roupies). Au cours actuel, les billets de 500 roupies correspondent à peu près à 7 € et ceux de 1000 roupies à 14 €.
5. Pour bien comprendre les deux temps, lire cet article. Source : BeMoneyAware, 28/11/2016.
6. Source : India Times, 13/11/2016.
7. Source : The Indian Express, 10/11/2016.
8. Source : The Wire, 11/11/2016.
9. Par exemple dans le Kerala. Source : OnManorama, 13/11/2016.
10. Source : The Wire, 13/11/2016.
11. Source : Quartz India, 06/12/2016.
12. Source : NDTV, 15/12/2016.
13. Source : The Indian Express, 24/11/2016.
14. Source : Business Standard, 08/12/2016.
15. Source : The Economic Times of India, 16/11/2016.

48 réponses à Démonétisation : l’Inde ouvre en fanfare le bal des QE fiscaux

Commentaires recommandés

Gilles bernadou Le 18 janvier 2017 à 02h06

L’article ne parle pas de la confiscation des 22000 tonnes d’or et du fait que tout cela été pilote par la Goldman Sachs.
Aucune analyse du fond.
Très superficiel: l’ojectif n’est pas du tout de savoir si ça marchera ou pas; ceux qui pilotent cette opération s’en foutent completement: il s’agit pour le cartel bancaire de faire main basse sur les avoirs du peuple indien qui commençait a s’enrichir…les salots!

  1. Gilles bernadou Le 18 janvier 2017 à 02h06
    Afficher/Masquer

    L’article ne parle pas de la confiscation des 22000 tonnes d’or et du fait que tout cela été pilote par la Goldman Sachs.
    Aucune analyse du fond.
    Très superficiel: l’ojectif n’est pas du tout de savoir si ça marchera ou pas; ceux qui pilotent cette opération s’en foutent completement: il s’agit pour le cartel bancaire de faire main basse sur les avoirs du peuple indien qui commençait a s’enrichir…les salots!


    • Pascalcs Le 18 janvier 2017 à 09h03
      Afficher/Masquer

      Oui c’est assez superficiel d’autant que n’est pas abordé un des aspects les plus lucratifs (pour l’Etat Indien) de cette manipulation et dont peu de gens examinent en profondeur l’intérêt. Et pourtant, chacun sait que de nos jours, l’argent est dette. Donc mettre en place un mécanisme qui conduit à la destruction massive d’argent liquide, revient ni plus ni moins à faire disparaître d’un coup de baguette magique, des milliards de dette. L’article suivant en explique bien les mécanismes et nous devrions en prendre de la graine car cette géniale idée peut se retrouver adoptée par nos Etats en faillite.

      https://www.thequint.com/business/2016/11/17/demonetisation-aftermath-fear-of-illegal-cash-economy-looms-large-rs-500-note-1000-note-black-money-jan-dhan-modi


    • SkyLight33 Le 18 janvier 2017 à 12h46
      Afficher/Masquer

      je confirme, cet article porte les germes de la désinformation : zerohedge n’est pas une source d’information officielle d’une part, d’autre part je suis très curieux de savoir ce que le graphe de Bloomberg comporte comme information réelle : je vends des compteuses de billet au partout dans le monde et je peux vous dire que c’est le Japon qui est en tête de achats : les chiffres présentés ne reflètent pas du tout cette réalité. Je ne comprend pas la volonté de l’auteur de ce blog de ne pas utiliser des agences d’information orientales, pourquoi toujours se baser sur la pensée unique occidentale ?!!!


      • calal Le 18 janvier 2017 à 16h06
        Afficher/Masquer

        [Modéré : il ne sert à rien de citer le commentaire que vous commentez]

        bah pour avoir l’usage des compteurs de billets faut avoir beaucoup d’argent et utiliser beaucoup de cash.le japon entre dans cette double categorie l’inde non.un paysan indien qui utilise le cash va pas vous acheter un compteur,la petite coooperative de village non plus amha.

        de la a reprendre tout de suite des elements de langage comme “site d’information officiel” “desinformation”. D’ailleurs en premier vous reprochez a zerohedge de ne pas etre une source “officielle” puis vous mettez en doute les graphes de bloomberg qui en est une.


        • SkyLight33 Le 21 janvier 2017 à 10h23
          Afficher/Masquer

          les compteuses de billets dont je parle sont utilisées par les professionnels du secteur financier : les banques ! Je parle de compteuses dont le premier prix commence à 5000€ HT l’unité.
          Bref, cet article n’est “que” la traduction française de l’article GEAB, “think-tank” européen, ce n’est donc pas l’auteur du blog “les-crises” que je met en cause, mais les auteurs du GEAB qui reprennent la désinformation organisée sur ce sujet. Je met en doute le graphe Bloomberg et je suis curieux de savoir d’où ils tirent leurs chiffres. Comme dit Logic un peu plus loin dans les commentaires, il est un secret de polichinelle que l’on cherche à faire abolir le cash, et je suspecte cet article du GEAB de vouloir nous faire croire que les pays “développés” utilisent de moins en moins de cash. Je sais pour les pratiquer – je travaille chez Glory – que les Japonais ne font aucun paiement par carte (seulement des retraits GAB) mais seulement en cash.

          Si vous voulez des professionnels neutres et indépendants du secteur, voici où les trouver :
          https://www.rbrlondon.com
          Je suis en train de mener une investigation plus poussée. On verra bien, peut-être que les radiations de Fukushima ont modifié la psychologie des Japonais !


        • SkyLight33 Le 21 janvier 2017 à 12h01
          Afficher/Masquer

          l’article d’origine provient en réalité de PriceWaterHouseCoopers et fait apparaître l’indonésie comme premier pays où 100% des transactions sont réalisées en cash. Bloomberg est pris la main dans le sac de la manipulation des données des autres… Pour le reste l’investigation continue.


    • Logic Le 18 janvier 2017 à 15h55
      Afficher/Masquer

      Voici un article plus fouillé montrant que Washington est derrière l’expérimentation indienne, pour le profit des banques, la surveillance, et pour préserver l’hégémonie du dollar.
      Un secret de polichinelle bien gardé. Washington est derrière la brutale expérience indienne d’abolition de l’argent liquide. Par Norbert Häring.
      http://lesakerfrancophone.fr/un-secret-de-polichinelle-bien-garde


  2. Pascal Le 18 janvier 2017 à 02h10
    Afficher/Masquer

    Salut Olivier,
    Je reviens d’Inde, et j’y retourne bientôt. J”ai passé plus d’1 mois à Goa, état à la fois riche et très corrompu. J’ai vécu la démonétisation. Le gouvernement parle de faire de cet état, le premier sans cash. La réalité est bien différente, et la mise en application quasi impossible.
    En fait, la réalité, c’est que pour qu’un terminal de paiement fonctionne, il faut également une bonne connection internet, sinon la transaction peut dure jusqu’à 10mn… Même à Goa pour autant à la pointe ça marche difficilement… Je te laisse imaginer pour les autres états, c’est pas gagné tout ça.
    Les paiements via mobile arrivent doucement, mais pour les CB, on est loin du compte.
    As tu également lu que les banques voulaient prendre 1% de taxe sur toute les transactions des stations services. Elles se sont mise en grève des paiements CB, et le lendemain, les banques pliaient, et la taxe étaient annulé…


    • Papagateau Le 18 janvier 2017 à 23h03
      Afficher/Masquer

      Privatiser le droit de faire des transactions, c’est comme privatiser le droit de payer, ou d’être payé, c’est comme privatiser la TVA.
      Après l’eau, l’électricité et les routes, ça devait arriver.

      Sauf que pour l’eau, l’électricité et les routes, il y a un vrai service en échange, donc un juste prix. Mais pour la TVA, quel est le juste prix ?

      Pour la première fois, je vais utiliser le terme “grand capital”, et ça m’étonne moi-même :
      Le grand capital financier (pas industriel, ils ont besoin d’employés) est en train de nous réduire en esclavage.


  3. jp Le 18 janvier 2017 à 02h17
    Afficher/Masquer

    ça me semble être une belle arnaque de la population, surtout des plus pauvres

    ” moins de 2% de l’argent noir est détenu en devises. Presque tout a été soit converti en or (par tradition, l’Inde, qui n’a aucune mine d’or, possède de loin les plus grosses réserves privées d’or du monde), soit placé dans des achats de bijouterie, dans l’immobilier, le foncier, quand ce n’est pas dans les investissements financiers, l’ensemble de ces placements étant opéré pour une partie dans le pays, mais surtout à l’étranger. Quant à empêcher la corruption, les nouveaux billets de 2000 roupies vont plutôt la faciliter, en rendant les liasses plus minces.”
    https://lundi.am/La-frappe-chirurgicale-comme-outil-d-ingenierie-sociale

    couplé avec le fichage informatique

    “En Inde, une gigantesque base de données biométriques a déjà fiché plus d’un milliard d’habitants par Nadia Djabali 5 décembre 2016”
    http://www.bastamag.net/En-Inde-une-gigantesque-base-de-donnee-biometrique-a-deja-fiche-plus-d-un


    • Dominique Le 18 janvier 2017 à 14h49
      Afficher/Masquer

      « Quant à empêcher la corruption, les nouveaux billets de 2000 roupies vont plutôt la faciliter, en rendant les liasses plus minces. »

      Si tu sais que ces billets peuvent ne plus avoir aucune valeur du jour au lendemain s’ils ne sont pas échangés, donc déclarés, tu vas hésiter à les utiliser, en tout les cas frauduleusement.


  4. DocteurGrosDois Le 18 janvier 2017 à 04h58
    Afficher/Masquer

    Les Indiens disent souvent que la démonétisation c’est comme assécher un étang pour tuer 10 crocodiles. Et au final on aura tué 10000 poissons tandis que les crocodiles seront allés ramper vers un autre étang.

    Les populations rurales ont été les plus gravement touchées, et ce au moment des semis d’hiver. Les récoltes se feront en Mars, et coïncident avec les élections dans plusieurs États, dont le Punjab fortement agricole et pas des plus stables…

    Cette opération sera peut-etre un succès technique, mais c’est déjà un désastre politique.


    • Duracuir Le 18 janvier 2017 à 09h09
      Afficher/Masquer

      non, non, le but réel était bien d’asphyxier 10 000 poissons.


    • madake Le 19 janvier 2017 à 02h14
      Afficher/Masquer

      Il y a plusieurs aspects dans cette démonétisation, étonnement bien acceptée par la population car on la passe pour lutter contre la fraude fiscale et la corruption qui sévit à haut niveau.
      Mais que ce soit en Inde ou en Europe, les populations comprennent très mal les dangers qui résultent de la suppression du cash.
      Exemple immédiat et simple:
      Le dimanche, pour aller chercher le pain, vous ne pouvez envoyer vos enfants le chercher, car ils le devront le faire avec une carte bancaire.
      Vous me direz, je leur passe la mienne qui passe en Moneo, ou, ils en auront une!
      Voyez les implications: vous n’aurez pas de cash, ou vous devrez donner son argent de poche à votre enfant sur une carte bancaire, s’il a l’âge légal.
      Donc cet argent sera tenu par la banque. Et les espèces seront en disparition.
      Exemple au second niveau:
      Un crash bancaire survient, pire qu’en 2008, comme beaucoup l’annoncent.
      Les banques sont en faillite, les guichets de banque sont bloqués, les cartes inactivées ou plafonnées, faute de cash ou volontairement.
      Comment va-t-on renflouer les banques? dès lors que le cash aura quasi disparu?


      • madake Le 19 janvier 2017 à 02h32
        Afficher/Masquer

        On ira piocher directement dans les comptes des particuliers.
        Car la pression populaire se retournera, des banques, vers le gouvernement, dont chacun se demandera ce qu’ils fait?
        Les banques n’auront qu’à faire le dos rond en disant qu’elles n’y peuvent rien. Qu’il n’y a plus d’argent!!
        Même si ce sont leurs pratiques qui sont la source du crash.
        De fait, la population affamée, rappelez-vous, votre carte bleue est bloquée, vous n’avez pas de cash, et votre réservoir de voiture est vide, vous allez vous tourner vers qui?
        Vers les banques dont les rideaux de fer seront baissés?
        Le gouvernement?
        Eh bien les politiques endetteront l’Etat d’avantage, en empruntant aux mêmes banques, qui après avoir spéculé, et perdu, creuseront la dette publique, et se paieront grassement avec des intérêts.
        Et on aura une fois de plus changé la dette privée bancaire, en dette publique, et pire encore, nous en serons le principal instrument, et moyen de pression des banksters.
        Voilà où nous mènera ce monde merveilleux sans cash, où toute la richesse des nations sera dans la main avide de banquiers, et où nos politiques viendront picorer frileusement dans cette main nourricière qui pourra toujours leur tordre le cou.
        La devise du banquier c’est:
        Pile je gagne, face tu perds…


  5. marc Le 18 janvier 2017 à 06h09
    Afficher/Masquer

    Je pense que cela rompt la confiance avec le peuple, en Inde beaucoup utilise le “Hawala”, les gens ne vont plus déposer leur argent a une banque Indienne, mais a l’étranger par l’intermédiaire d’amis, de personne qui voyage, sans compter le bitcoin.

    De mon point de vue, toute sociétés sans cash, est vouée a la faillite.(contraction des échanges) Cela me fait penser que quand j’étais fonctionnaire, je mettais mis a tant partiel (80%), ça me faisais baisser d’une tranche d’imposition, pourquoi travailler plus pour le fisc ?

    Une société basée sur le cash résiste mieux, l’argent doit circuler de main en main, permet de continu la production.


    • red2 Le 18 janvier 2017 à 09h26
      Afficher/Masquer

      “je mettais mis a tant partiel (80%), ça me faisais baisser d’une tranche d’imposition, pourquoi travailler plus pour le fisc ?”

      La tranche d’imposition supplémentaire vous l’auriez payé uniquement sur l’argent que vous auriez gagné en plus… Donc vous auriez effectivement gagné en travaillant plus, stop à la désinformation sur les impôts !
      Si nos impôts étaient mieux acceptés, mieux payés et d’accord avec vous mieux faits, nous n’aurions pas de dette et nous ne nous serions pas mis dans les mains des riches qui sont ceux qui ont le plus profité des baissent d’impôts iniques de ces derniers 30 ans… Alors STOP à ces discours primaires anti-impots!


      • Exeuds Le 18 janvier 2017 à 09h47
        Afficher/Masquer

        L’IR est une arnaque. Il y a suffisement de taxes indirect pour renflouer les caisses. De plus, la majorité de cette impot, si il n’existait pas, serait réinjecter dans l’economie via une consommation accrut. Donc au final, tout le monde s’y retrouverait. Au sujet de la dette, ce sont les interets qui gonflent artificiellement celle ci et non un manque a gagner ou une hausse des depenses…


        • Alfred Le 18 janvier 2017 à 18h29
          Afficher/Masquer

          Réinjectée dans l’économie MONDIALE (et dans des produits chinois, etc…) parceque le protectionnisme n’est pas à la mode… donc bof cela reste à quantifier et dite ainsi dans le vague cette affirmation n’a que peu de valeur.


        • Didier Le 18 janvier 2017 à 21h23
          Afficher/Masquer

          Les taxes indirectes (payées de la même manière par tout un chacun, quel que soient ses revenus) est infiniment plus injuste que l’IR – basé justement sur les revenus.


        • black micmac Le 19 janvier 2017 à 22h54
          Afficher/Masquer

          Effectivement, et l’impôt sur le revenu est le plus sûr moyen pour nos créanciers d’être assurés que les interêts seront payés. puisqu’en plus on ne rembourse jamais la dette.

          Je mettrais même en parallèle le toujours plus de croissance pour pouvoir payer toujours plus d’interêts.

          J’avais lu il y a quelques temps que la France avait 2000 milliards de dettes en cours et qu’en interêt (depuis 1973 il me semble) on avait payés 1800 milliards. ( je ne retrouve plus la source).
          Si quelqu’un a des infos la-dessus je suis preneur.


      • UB Le 19 janvier 2017 à 01h19
        Afficher/Masquer

        1. Niveau 1: Celui qui aurait gagné le plus, ça aurait été l’état, et cela sans rien faire…
        2. Niveau 2: L’utilité marginale décroissante démultiplié par un taux d’imposition croissant font que vous décrochez assez vite. Cela a des conséquences macro-économiques assez graves.
        3. Niveau 3: Stop à la peur de se voir opposer des arguments

        a. Niveau 1: Si j’avais payé moins d’impôts, j’aurais pu rembourser ma dette…
        b. Niveau 2: La levée d’impôt n’a pas grand chose à voir avec le niveau de la dette publique. Il y a beaucoup de raisons à cela et nombre d’exemples faciles à trouver.
        c. Niveau 3: La fiscalité modèle le comportement. Si vous taxez les revenus, vous découragez de travailler. C’est pourtant simple.

        Comme c’est hors-sujet, je m’arrêterai là 🙂


  6. some Le 18 janvier 2017 à 06h18
    Afficher/Masquer

    Goods and Services Tax (GST14 ), je n’ai pu m’empêcher de lire la goldman sachs tax.. : /


  7. Catalina Le 18 janvier 2017 à 06h29
    Afficher/Masquer

    “Washington est derrière la brutale expérience indienne d’abolition de l’argent liquide.

    Début novembre, sans préavis, le gouvernement indien a déclaré invalides les deux billets de banque de plus grande valeur, abolissant plus de 80 % de la valeur d’argent en circulation. Malgré toute l’agitation et l’indignation qui en ont résulté, personne ne semble avoir pris conscience du rôle décisif qu’a joué Washington dans cette décision. C’est surprenant, car ce rôle a été à peine dissimulé.”

    http://reseauinternational.net/un-secret-de-polichinelle-bien-garde/


    • Eric83 Le 18 janvier 2017 à 10h01
      Afficher/Masquer

      C’est un article essentiel à lire pour comprendre ce qui s’est passé en Inde.
      La “démonstration” est édifiante sur le pourquoi, le comment et surtout le QUI – et pour quels intérêts -est derrière la démonétisation brutale intervenue en Inde.

      Des méthodes moins brutales mais tout aussi pernicieuses sont appliquées dans des pays dits développés pour éliminer le cash.


  8. Perret Le 18 janvier 2017 à 07h35
    Afficher/Masquer

    il y a démonétisation d’anciennes coupures et remplacement par de nouvelles d’un format différent (d’où les problémes avec les DAB qu’il faut modifier) et en nombre insuffisant. Il n’y a pas démonétisation globale comme cela a souvent été affirmé.


  9. juliettedesesprits Le 18 janvier 2017 à 08h47
    Afficher/Masquer

    J ai vécu la démonétisation des coupures indiennes au cours d un voyage au Radjhastan : en effet le 8 novembre au matin on nous a appris que nos coupures de 1000 et 2000 roupies ne valaient plus rien. Je vous laisse imaginer la stupéfaction et la désorganisation provoquée par cette mesure dans un état ou le tourisme est une source de revenus importante et où beaucoup de transactions se font en cash! Le pays est très mal organisé pour passer d une monnaie à une autre: peu de distributeurs bancaires et en rupture de monnaie au bout de 10 minutes! De toutes façons on ne pouvait tirer plus de 2000 roupies ( moins de 15 euros) par jour donc obligés d aller au distributeur tous les jours ou faire 3 heures de queue a la banque.Cette mesure a lourdement pénalisé le commerce notamment les petits marchands qui vivent au jour le jour! Mais ce qui est merveilleux c est que malgré cette …punition… Les indiens restaient zen…


    • Guillaume Le 18 janvier 2017 à 13h26
      Afficher/Masquer

      Il n’y avait pas de coupures de 2000 roupies avant le 8 novembre. Elle n’existaient pas.
      2000 roupies, c’est autour de 27 euros.


  10. moshedayan Le 18 janvier 2017 à 09h03
    Afficher/Masquer

    La démonétisation est une opération de contrôle et de surveillance de la population dans tous les pays. Le Pire : elle permet aux banques de se prémunir de l’obligation éventuelle de la garantie du remboursement total des dépôts des clients en cas de crise financière.
    Selon moi, c’est potentiellement une opération anti-démocratique, comme la tentative assidue “Big brother” des banques de favoriser les paiements électroniques (CB , tél.portables…) et l’élimination des billets et des chèques (au nom de l’efficacité…) Et pire, les banques ne peuvent pas plus garantir une sécurité absolue sur les paiements électroniques (bugs par surcharge des serveurs toujours possibles et piratages pas absolument exclus…) L’Inde aurait mieux fait d’effectuer un échange de billets…


  11. Duracuir Le 18 janvier 2017 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Et à Davos, on parle très sérieusement de pratiquer ça aux USA et en Europe.
    Achetez des louis d’or, ils exploseront.


    • Steph Le 18 janvier 2017 à 11h27
      Afficher/Masquer

      Les louis d or, on va vous les confisquer sauf si vous les achetez en cash, le cash ne laisse pas de ttrace. Le piege de la dictature se referme dans notre sympathique monde globalise.


      • Geoffrey Le 18 janvier 2017 à 11h38
        Afficher/Masquer

        et alors, ça se “perd” opportunément, des louis d’or…

        ça se cache aussi très bien…

        Geof’, neo-communiste – le communisme, c’est la gestion collective des richesses collectives, pas la mise en commun des avoirs de chacun, petit rappel….


      • triari Le 18 janvier 2017 à 16h04
        Afficher/Masquer

        Et si vous les dissimulez dans le potager de votre grand-mère ou dans une boîte de conserve au milieu de la collection de boîtes de conserve fantaisie de votre tante il fera comment l’état pour vous les confisquer ?

        “Désolé m. l’huissier, mais on dirait que quelqu’un me les a volé et que ce n’était pas vous !”


  12. stef1304 Le 18 janvier 2017 à 09h13
    Afficher/Masquer

    En France, on nous prépare sans doute la même chose “en douceur”:
    – CB avec paiement direct pour les moins de 15€
    – station essence ou on paye son café avec la même CB
    – boulangerie ou chaque pièce est passé par une boite noire
    – idem au supermarché
    Et je ne parle pas de la visite chez l’indépendant (médecin, kiné, etc), du restaurant, etc.
    Partout la CB.
    Bref, partout, l’utilisation des “espèces” est soit évité, soit rendu moins naturel, voir plus compliqué. Ou pour le reformuler autrement, une machine participe de la transaction. Et il n’est plus du tout question que l’argent passe de la main à la main.

    Ce changement d’habitude monétaire, personne ne semble s’en étonner, en discuter, voir le questionner… Pourtant le message implicite est clair : éviter les espèces, et n’importe quelle caissière de supermarché le comprends (j’ai vérifié).

    Bref, étonnant silence, sur un fait anthropologique majeur. Et quel contraste, avec le passage à l’Euro… par exemple.


    • moshedayan Le 18 janvier 2017 à 15h52
      Afficher/Masquer

      Merci , 100% d’accord avec vous, et je n’ai pas encore 70 ans, mais je fais l’essentiel de mes courses en espèces et par chèque de temps en temps (la CB uniquement pour le retrait d’espèces) à l’ancienne oui et refus de Big Brother surtout. Ma lutte individuelle contre ce plan pernicieux de “dématérialisation” du niveau de dépenses, du budget des familles au service des banques qui n’auront qu’un seul objectif : faire ce qu’elles veulent, comme elles veulent au mépris des gens… et avant le “grand chambardement”… (Non à la dictature ou diktat de la Finance… en dématérialisant l’argent, les gouvernements et leurs acolytes banquiers pourront à tout moment changer par un “seul clic” la Valeur (travail, produits, loisirs, transports… ce sera alors bien le pire…)


      • jp Le 18 janvier 2017 à 17h38
        Afficher/Masquer

        je fais “pire” que vous : j’ai rendu ma CB il y a 10 ans, excuse officielle : j’oublie tjs le code


      • black micmac Le 19 janvier 2017 à 23h16
        Afficher/Masquer

        Sans oublier que la banque saura tout sur nous. nos modes de vie, nos consommations.

        Et pourras nous bloquer d’un clic si nous n’allons pas dans le “droit chemin”. (elle ou l’Etat)
        Quid des libertés individuelles si d’un simple clic on réduit un citoyen un peu trop dissident à ne plus rien pouvoir acheter. Donc ne plus pouvoir vivre. une sorte de bannissement.

        Parlons également des taxes sur chaque transaction par CB reversé à visa par exemple. Cela représente des centaines de milliards voir plus et de la location des TPE pour que le commerçant puisse être payé par carte. nous assistons à un braquage en direct.

        Il y a encore quelques années je pouvais récupérer ma paie en espèces. C’est fini.

        perso je privilégie au maximum le liquide et dès que je peux je m’achète quelques pièces d’argent et pas à ma banque.(l’or est trop cher pour mes petits revenus).


  13. christian gedeon Le 18 janvier 2017 à 09h48
    Afficher/Masquer

    Dans les livres d’anticipation que je lisais tout jeune,la monnaie scripturale avait disparu et tout le monde payait en “crédits “,le tout dans des sociétés ultra violentes et dominées au sens littéral du terme par “les gens d’en haut”. On y est ,en quelque sorte…Vouloir abolir “l’économie parallèle ” ne vise que les gens d’en bas…les autres,légaux et théoriquement hors la loi,comme les trafiquants de drogue et de chair humaine,y échapperont…la démonétisation “sauvage “,c’est l’autre nom de la dictature…


  14. openmind Le 18 janvier 2017 à 13h00
    Afficher/Masquer

    En ExUrss, en 1991, dans la nuit de dimanche à lundi, 1000 roubles sont devenus 1 rouble…bien sûr le résultat fût notamment que les plus riches rachetèrent pour rien les avoirs au potentiel économique lucratif des plus démunis car ils avaient faim et une famille à nourrir…d’où le chaos oligarchique mafieux qui s’ensuivit…une guerre de crocodiles, Eltsine et Berezovsky en tête, mais les petits poissons sont bien les victimes essentiellement visées…espérance de vie passée à 53 ans…chute de la natalité, explosion de l’alcoolisme, de la haute délinquance: ‘Killer’ était un métier quasi normal au milieu des années 90 à Moscou et St Petersbourg. Bonne réflexion à tous, tant que c’est loin de notre réalité, on blablatte….mais en est-on si loin?


    • moshedayan Le 18 janvier 2017 à 16h02
      Afficher/Masquer

      Le pire c’est que l’inflation se poursuivit, mon compte modeste à la Sberbank qui sommeillait, à mon retour en ex-URSS devenue Russie fonda comme neige au soleil et quand je revins pour retirer de l’argent, j’avais presque plus rien. Je décidais de le fermer : écoeuré par ce qui s’était passé… Avec bien d’autres faits : misère, chômage, personnes âgées escroquées, je fus comme un Russe : écoeuré par ce Eltsine et son équipe et tous les “réformateurs” (des cons ! des vrais “vendus” au libéralisme…). Emu en passant devant la “Maison Blanche” avec des murs détériorés par des traces de mitraillage et une inscription : “Yeltsine xuya !” (Yeltsine de mes couilles !) Oui du vécu (pas dans un studio RTL ou Europe1…)


      • openmind Le 18 janvier 2017 à 19h52
        Afficher/Masquer

        On sent le vécu en effet, témoignage de la violence du tout social étatique à la loi du plus fort et de l’abandon des plus faibles aux prédateurs sans scrupules…il faudrait faire une série sur ce sujet qui doit être bien documenté désormais avec le recul…on aurait plein de choses à y apprendre sur nos amis russes à qui on ne peut plus a faire…z’aiment Poutine, ils savent ce qu’ils lui doivent…malgré les générations qui passent…


  15. SanKuKai Le 18 janvier 2017 à 18h41
    Afficher/Masquer

    Ces coupures ce n’est que du papier. A moins de vouloir acquérir des biens étrangers, les gens auraient pu continuer à utiliser ces coupures comme monnaie locale. Qu’est ce qui les en empêche?


  16. RGT Le 18 janvier 2017 à 19h06
    Afficher/Masquer

    La suppression de la monnaie fiduciaire est aussi allègrement en route dans l’UE…

    Les billets de 500 € qui avaient été créés pour satisfaire les allemands qui boudaient les banques ont été supprimés pour “éviter les trafics”… Mon œil !!!

    En fait, cette mesure va forcer les allemands (puis tous les habitants de la zone €uro suite à la suppression des autres espèces) à laisser leur argent dans les banques qui seront sauvées grâce aux “bail in” approuvés par la Kommission (bancaire) de Bruxelles.

    N’oubliez jamais que quand vous déposez du fric sur un compte bancaire vous n’en êtes plus propriétaire. Il appartient à la banque qui vous fournit une lettre de créance (en vous faisant payer des frais, il n’y a pas de petit bénéfice).

    Et cette créance, elle peut l’honorer…
    Ou pas, selon son “bon vouloir”, et sans que vous ayez le moindre recours pour faire valoir vos droits.

    Même la Mafia n’oserait pas…
    Contrairement aux banquiers, les mafieux un un semblant d’honneur.


  17. Goldfinger Le 18 janvier 2017 à 19h50
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,

    Et si l’information suivante est exacte (je n’ai pas essayé de la recouper), la démonétisation fiduciaire (au profit du tout à l’électronique) est aussi en marche en Europe … plus précisément en Grèce

    http://la-chronique-agora.com/grece-oblige-depenser-amende/

    A suivre donc !!!

    Très cordialement


  18. Alain Le 19 janvier 2017 à 06h44
    Afficher/Masquer

    Il y eu une opération réussie en 1944: la Belgique et le Luxembourg (union monétaire oblige) ont démonétisé quasiment l’ensemble des billets et pièces en argent pour éponger l’argent gagné pendant la guerre au marché noir et par la collaboration


  19. BrianDuSysCat Le 19 janvier 2017 à 14h59
    Afficher/Masquer

    en Chine la démonaitisation est également en marche, avec Alipay et Weixin, il est possible de payer littéralement n’importe quoi, même le bol de soupe dans la rue,par téléphone portable. On peut payer jusqu’à 20 000 yuans soit 2500 euros, sans payer de taxes ! pour l’instant hahahaha


  20. sassy2 Le 20 janvier 2017 à 08h26
    Afficher/Masquer

    La démonétisation indienne fait penser à des réformes type “grand bond en avant”. Oui c’est un fait anthropologique.

    En outre, il n’est pas impossible que l’économie se dollarise ou autre… La bonne monnaie chassant la mauvaise.

    La monnaie:
    “Gold is the money of kings, silver is the money of gentlemen, barter is the money of peasants – but debt is the money of slaves.”

    ― Norm Franz, Money & Wealth in the New Millennium: A Prophetic Guide to the New World Economic Order


  21. Betty Le 23 janvier 2017 à 11h23
    Afficher/Masquer

    Ce qui est en train de se produire en Inde est dramatique pour la population. Qui s’en soucie? Un génocide financier en quelque sorte car seulement 2% de la population utilise une carte bancaire (enquête réalisée par Mastercard…of course).
    Mais l’Inde est un formidable supermarché et une pays test visiblement pas choisi au hasard. Mastercard, Vodaphone, les fondations Gates et Dell, Visa, Samsung, etc… sont conviés à participer à cette “belle aventure” http://cashlesscatalyst.org/
    USAID a fait du bon boulot n’est ce pas? https://www.usaid.gov/india/press-releases/oct-14-2016-usaid-launches-catalyst-drive-cashless-payments-india
    Les Philippines, troisième mondial en terme de tansactions vers l’étranger sont de la partie: https://www.techinasia.com/philippines-cashless-society


Charte de modérations des commentaires