Source : Le Monde, Benjamin Barthe, 15-03-2016

4883275_3_f2d1_jamal-ma-arouf-ici-le-16-juin-2013-dans-la_ae5984d271f6c07a958e34410711b0ee

Jamal Ma’arouf, ici le 16 juin 2013 dans la province d’Idlib. DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Au sein de l’opposition syrienne, le nom de Jamal Maarouf suscite des commentaires diamétralement opposés. Certains sont reconnaissants à cet ex-ouvrier du bâtiment, qui commanda le Front des révolutionnaires syriens (FRS), une brigade rebelle modérée, d’avoir été le principal artisan de « la deuxième révolution syrienne », à savoir l’expulsion des djihadistes de l’Etat islamique (EI) des provinces d’Idlib, de Hama et de la ville d’Alep, en janvier 2014.

D’autres, vouent aux gémonies ce chef de guerre de 41 ans, éphémère favori de l’Arabie saoudite et des Américains, qui a sali l’image de la révolution et contribué à affaiblir son bras militaire, l’Armée syrienne libre (ASL), en se livrant à des exactions dans les régions sous son contrôle. Depuis son exil forcé en Turquie, à l’automne 2014, suite à l’écrasement de ses troupes par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaida, Jamal Maarouf était resté quasiment silencieux. Le Monde l’a rencontré en janvier dans une banlieue du sud de la Turquie où il réside. 22[…]

N’avez-vous pas vous-même contribué à cette situation ? On vous a accusé de racket, de trafic de pétrole et même d’avoir éliminé certains de vos opposants au sein de la rébellion.

Ces accusations ne reposent sur aucune preuve. Je n’ai pas de compte en banque, même pas d’appartement à moi, ni ici ni en Syrie. C’est le gouvernement turc qui me loge, me nourrit et pourvoit à toutes mes dépenses. Si quelqu’un pense que je suis corrompu, qu’il porte plainte et je répondrai devant un tribunal. Quant aux accusations d’assassinats, formulées par Nosra [les djihadistes s’étaient filmés en train de sortir des cadavres d’un puits, dans le QG de Maarouf, dans la province d’Idlib], c’est un stratagème pour me salir. Ce sont eux qui ont jeté des corps dans le puits. Où sont les parents de ces morts dont on m’accuse ?
Quant aux accusations d’assassinats, formulées par Nosra, c’est un stratagème pour me salir

Avez-vous gardé des contacts avec l’Arabie saoudite et les Etats-Unis qui vous ont armé et financé pendant un temps ?

Le MOM [la cellule de soutien aux rebelles, installée en Turquie, sous l’égide des services secrets américains] a cessé tout soutien le jour où j’ai fui en Turquie. Depuis, je n’ai plus eu de contact avec les Américains et les Saoudiens. A vrai dire, ils m’ont complètement lâché. Ils savaient que j’étais assiégé par Nosra. J’ai appelé le MOM et j’ai demandé des bombardements sur les positions de Nosra, en leur fournissant des coordonnées GPS. Mais ils n’ont pas réagi. Seule la Turquie a facilité ma fuite, en ouvrant la frontière sur mon passage.

Quels types de soutien receviez-vous du MOM ?

Aujourd’hui, l’ASL est sous la coupe de Nosra

Un soutien financier essentiellement. De juillet à octobre 2014, on a reçu chaque mois la somme de 250 000 dollars, à diviser entre 4 500 combattants, soit environ 50 dollars par personne. Le soutien militaire était plus faible. Ils nous fournissaient des balles principalement. On avait déjà des armes, qui provenaient pour l’essentiel des entrepôts du régime, dont nous nous étions emparés. Nous avons reçu une seule cargaison de missiles anti-tanks TOW [livrés par l’Arabie saoudite, avec l’assentiment de la CIA]. Il y en avait dix. L’offensive contre l’EI, en janvier 2014, a été menée sans le moindre soutien international. Pas une seule brigade de l’ASL n’a pu rééditer ce que nous avons fait à cette époque. Car aujourd’hui, l’ASL est sous la coupe de Nosra.

Que voulez-vous dire ?

Les chefs actuels de l’ASL sont obligés de composer avec Nosra, qui prélève une partie de l’aide humanitaire et militaire qui leur est envoyée. Les leaders de Nosra leur laissent les missiles TOW car ils ne sont pas bêtes. Ils savent que s’ils les saisissent, les livraisons cesseront aussitôt. Et ils ont besoin de ces missiles pour détruire les tanks du régime. En gros, Nosra dit à l’ASL où et comment les utiliser. Les principaux chefs de l’ASL, comme Farès Bayoush et Ahmed As-Saoud [le chef de la « divison 13 », dont les bases à Maaret Al-Nouman ont été récemment saisies par Nosra] sont obligés de se faire tout petits. L’ASL est terriblement handicapée, mais c’est toujours mieux que rien.

Suite à lire sur  Le Monde, Benjamin Barthe, 15-03-2016

6 réponses à Jamal Maarouf : « L’Armée syrienne libre est sous la coupe d’Al-Nosra »

  1. Pampita Le 22 mars 2016 à 01h57
    Afficher/Masquer

    C’est une évidence. Et c’est toute l’intelligence de Poutine d’avoir saucissonné la rébellion grâce à sa proposition de trêve : les groupes peu importants mais médiatiques de l’opposition modérée ont arrêté le combat, laissant les djihadistes (majoritaires) continuer les hostilités. Les Occidentaux sont mis devant leurs contradictions et ne pourront plus soutenir l’insoutenable.

    En Syrie, les combats contre Daech et Al Qaeda continuent, dans le silence assourdissant de l’appareil médiatique. Quant aux Russes, ils manient avec dextérité la carotte et le bâton : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/03/la-carotte-et-le-baton.html


  2. Didier Le 22 mars 2016 à 03h39
    Afficher/Masquer

    Sans vouloir être bêtement critique, c’eut été pas mal de nettoyer cet article des liens vers… le dictionnaire de conjugaison du Monde, qui apportent à mon avis assez peu à la lecture.

    Ça peut se faire de manière automatique…


    • gerbille Le 22 mars 2016 à 05h56
      Afficher/Masquer

      Ou sinon les remplacer par un lien redirigeant vers un site qui ne fasse aucune pub pour des journaux subventionnés, comme http://www.conjugaison-verbe.fr/ , celui que j’utilise quand je veux chercher une terminaison sans aller sur tous ces sites proposés en tête de première page sur mon moteur de recherches.


  3. DUGUESCLIN Le 22 mars 2016 à 05h27
    Afficher/Masquer

    C’est donc eux ces gars “qui font du bon boulot”.


  4. ARDUS Le 22 mars 2016 à 09h24
    Afficher/Masquer

    Nourri, logé et blanchi par le Gouvernement turc, mais pas corrompu !


  5. Sami Le 22 mars 2016 à 13h12
    Afficher/Masquer

    Ce qui se passe au Moyen Orient ressemble furieusement à un atroce psychodrame, une farce sanglante, une tragicomédie d’un goût ignoble… les mots même excessifs ne suffisent plus à dire l’insondable gâchis.
    On est là, on lit, on essaye de comprendre, puis on est pris de nausée…


Charte de modérations des commentaires