Udo Ulfkotte, un ancien rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung (qui est l’un des plus grands journaux Allemand), a décidé de rendre publique sa participation dans la corruption des «nouvelles» des médias occidentaux, estimant que celles-ci entraînent l’Europe vers une guerre nucléaire contre la Russie, provoquée par l’aristocratie américaine via la CIA.

Il a été un des conseillers du gouvernement Helmut Kohl. Entre 1986 et 1998, Ulfkotte a vécu en : Iraq, Iran,  Afghanistan, Arabie saoudite, Oman, Émirats arabes unis, Égypte et en Jordanie. Il  est membre du German Marshall Fund et a fait partie de la Fondation Konrad Adenauer de 1999 to 2003. Il a gagné le prix civique de la Fondation Annette Barthelt en 2003.

Il a été cofondateur d’un mouvement de paix contre l’extrémisme islamique naissant en Allemagne.

Et maintenant, il sort un livre qui prétend que les États-Unis sont en réalité la plus grande de toutes les menaces à la paix. Le livre est disponible uniquement en allemand, Gekaufte Journalisten, qui signifie «journalistes achetés.” (en tête des ventes dans sa catégorie sur Amazon.de – si un germanophone se sent de faire une fiche de lecture ce serait génial, contactez moi)

 

Voici des extraits de son témoignage à la télévision Russe :

 

Je suis journaliste depuis 25 ans, et j’ai été éduqué à mentir, à trahir, et à ne pas dire la vérité au public. Mais voyant actuellement et durant ces derniers mois, jusqu’à quel point… comment les médias allemands et américains essaient d’apporter la guerre aux Européens, d’apporter la guerre à la Russie. C’est un point de non-retour, et je vais me lever et dire … que ce que j’ai fait dans le passé n’est pas correct, de manipuler les gens, de faire de la propagande contre la Russie et ce que font mes collègues et ont fait dans le passé, parce qu’ils sont soudoyés pour trahir le peuple pas seulement en Allemagne, mais dans toute l’Europe.

La raison de ce livre est que je suis très inquiet d’une nouvelle guerre en Europe, et je ne souhaite pas que la  situation se reproduise, parce que la guerre ne vient jamais d’elle-même, il y a toujours des gens derrière qui poussent à la guerre, et ce ne sont pas seulement les politiciens, ce sont les journalistes aussi.

J’ai juste écrit dans le livre comment nous avons trahi dans le passé nos lecteurs juste pour pousser à la guerre, et parce que je ne veux plus de cela, j’en ai marre de cette propagande. Nous vivons dans une république bananière, et pas dans un pays démocratique où nous aurions la liberté de la presse, les droits de l’Homme. […]

Si vous regardez les médias allemands, et plus spécialement mes collègues qui, jour après jour, écrivent contre les Russes, qui sont dans des organisations transatlantiques, et qui sont soutenus par les États-Unis pour faire cela, des gens comme moi. Je suis devenu citoyen d’honneur de l’État de l’Oklahoma. Pourquoi au juste ? Juste parce que j’écris pro-américain. J’ai écrit pro-américain. J’étais soutenu par la Central Intelligence Agency, la CIA. Pourquoi? Parce que je devais être pro-américain.

J’en ai marre de ça. Je ne veux plus le faire ! Et alors j’ai juste écrit le livre non pour gagner de l’argent, non, ça va me coûter de nombreux problèmes, juste pour donner aux gens dans ce pays, l’Allemagne, en Europe et partout dans le monde, juste pour leur donner un aperçu de ce qui se passe derrière les portes closes.

[…]

Oui il y a de nombreux exemples de cela : si vous revenez sur l’histoire, dans l’année 1988, si vous allez dans vos archives, vous trouverez en mars 1988 qu’il y a eu en Irak des Kurdes qui ont été gazés avec des gaz toxiques, ce qui est connu du monde entier. Mais en juillet 1988, ils m’ont envoyé dans une ville appelée Zubadat qui est à la frontière de l’Irak avec l’Iran. C’était la guerre entre les Iraniens et les Irakiens, et j’ai été envoyé là-bas pour photographier comment les Iraniens ont été gazés par du gaz toxique, par du gaz toxique allemand. Vous l’appelez LOST, sarin, gaz moutarde, fabriqué par l’Allemagne. Ils ont été gazés et j’étais là pour prendre des photographies de comment ces gens ont été gazés par du gaz toxique venant d’Allemagne. Lorsque je suis revenu en Allemagne, il n’y avait qu’une seule petite photo dans le journal, le Frankfurter Allgemeine [Zeitung], et il y avait un seul petit article, ne décrivant pas comment c’était impressionnant, brutal, inhumain et terrible, de tuer la moitié… de tuer, des décennies après la seconde guerre mondiale, des gens avec du gaz toxique allemand. Ainsi, ce fut une situation où je me suis senti abusé d’avoir été là-bas et juste pour donner un documentaire sur ce qui s’était passé, mais ne pas avoir été autorisé à dévoiler au monde ce que nous avions fait derrière les portes fermées. Jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas bien connu du public allemand qu’il y a eu des gaz allemands, qu’il y a eu des centaines de milliers de gens gazés dans cette ville de Zubadat.

Maintenant vous m’avez demandé ce que j’ai fait pour les agences de renseignement, alors s’il vous plaît, comprenez que la plupart des journalistes que vous voyez dans les pays étrangers prétendent être journalistes, et ils pourraient être journalistes, des journalistes européens ou américains… Mais nombre d’entre eux, comme moi dans le passé, sont soi-disant appelés : « couverture non officielle ». C’est comme ça que les Américains les appellent. J’ai été une  « couverture non officielle ». La couverture non officielle, ça signifie quoi ? Cela signifie que vous travaillez pour une agence de renseignement, vous les aidez s’ils veulent que vous les aidiez, mais jamais, au grand jamais, […] lorsque vous êtes attrapés, lorsqu’ils découvriront que vous n’êtes pas seulement un journaliste mais également un espion, ils ne diront jamais : « celui-ci était l’un des nôtres ». ils ne vous connaîtront pas. Voilà ce que veut dire une couverture non officielle. Ainsi, je les ai aidés à plusieurs reprises, et je me sens honteux pour cela aussi désormais. De la même manière que je me sens honteux d’avoir travaillé pour des journaux très recommandés comme le Frankfurter Allgemeine, parce que j’ai été soudoyés par des milliardaires, j’ai été soudoyé par les Américains pour ne pas rendre compte exactement la vérité. […] J’imaginais juste lorsque j’étais dans ma voiture pour venir à cet entretien, j’essayais de me demander ce qu’il se serait passé si j’avais écrit un article pro-russe, dans le Frankfurter Algemeine. Et bien je ne sais pas ce qui se serait passé. Mais nous avons tous été éduqués à écrire pro-européen, pro-américain, mais de grâce pas pro-russe. Alors je suis très désolé pour cela…. Mais ce n’est pas la façon dont je comprends la démocratie, la liberté de la presse, et je suis vraiment désolé pour cela.

[…]

Et bien oui je comprends très bien la question. L’Allemagne est toujours une sorte de colonie des États-Unis, vous le verrez dans de nombreux points; comme [le fait que] la majorité des Allemands ne veut pas avoir des armes nucléaires dans notre pays, mais nous avons toujours des armes nucléaires américaines. Donc, oui, nous sommes encore une sorte de colonie américaine, et, étant une colonie, il est très facile d’approcher les jeunes journalistes au travers (et ce qui est très important ici est) des organisations transatlantiques. Tous les journalistes appartenant à des journaux allemands très respectés et recommandés, des magazines, des stations de radio, des chaînes de télévision, sont tous membres ou invités de ces grandes organisations transatlantiques. Et dans ces organisations transatlantiques, vous êtes approchés pour être pro-américain. Et il n’y a personne venant à vous et disant : « nous sommes la CIA. Voudriez-vous travailler pour nous ? ». Non ! Ce n’est pas la façon dont ça se passe.Ce que font ces organisations transatlantiques, c’est de vous inviter pour voir les États-Unis, ils paient pour cela, ils paient toutes vos dépenses, tout. Ainsi, vous êtes soudoyés, vous devenez de plus en plus corrompus, parce qu’ils font de vous de bons contacts. Alors, vous ne saurez pas que ces bons contacts sont, disons, non officiels. Des couvertures non officielles ou des personnes officielles travaillant pour la CIA ou pour d’autres agences américaines. Alors vous vous faites des amis, vous pensez que vous êtes ami et vous coopérez avec eux. Et ils vous demandent : « pourriez-vous me faire cette faveur- ci ? Pourriez-vous me faire cette faveur-là ? ». Alors votre cerveau subit de plus en plus un lavage de cerveau par ces types. Et votre question était : est-ce seulement le cas avec les journalistes allemands? Non ! Je pense que c’est plus particulièrement le cas avec les journalistes britanniques, parce qu’ils ont une relation beaucoup plus étroite. C’est aussi particulièrement le cas avec les journalistes israéliens. Bien sûr avec les journalistes français, mais pas autant que pour les journalistes allemands ou britanniques. … C’est le cas pour les Australiens,les journalistes de Nouvelle-Zélande, de Taïwan, et de nombreux pays. Des pays du monde arabe, comme la Jordanie, par exemple, comme Oman, le sultanat d’Oman. Il y a de nombreux pays où ça se passe, où vous trouvez des gens qui déclarent être des journalistes respectables, mais si vous regardez plus derrière eux, vous découvrirez que ce sont des marionnettes  manipulées par la CIA.

[…]

Excusez-moi de vous interrompre, je vous donne un exemple. Parfois, les agences de renseignement viennent à votre bureau, et veulent que vous écriviez un article. Je vous donne un exemple [ne venant] pas d’un journaliste bizarre, mais de moi même. J’ai juste oublié l’année. Je me rappelle seulement que le service de renseignement allemande pour l’étranger, le Bundesnachrichtendienst (c’est juste une organisation sœur de la Central Intelligence Agency, elle fut fondée par cette agence de renseignement) […] est venu à mon bureau au Frankfurter Algemeine, à Francfort. Et ils voulaient que j’écrive un article sur la Libye et le colonel Mouammar Kadhafi. Je n’avais absolument aucune information secrète concernant le colonel Kadhafi et la Libye. Mais ils m’ont donné toutes ces informations secrètes, et ils voulaient juste que je signe l’article de mon nom.

Je l’ai fait. Mais c’était un article qui fut publié dans le Frankfurter Algemeine, qui originellement venait du Bundesnachrichtendienst, de l’agence de renseignement pour l’étranger. Donc pensez-vous réellement que ceci est du journalisme ? Des agences de renseignement écrivant des articles ?

[…]

Oh oui. Cet article que j’ai reproduit partiellement dans mon livre, cet article était : « Comment la Libye et le colonel Mouhamar Kadhafi a secrètement essayé de construire une usine de gaz toxiques  à Rabta ». Je crois que c’était Rabta, oui. Et j’ai obtenu toutes ces informations… c’était une histoire qui fut imprimée à travers le monde entier quelques jours plus tard. Mais je n’avais aucune information à ce sujet, c’était l’agence de renseignement qui voulait que j’écrive un article. Donc ce n’est pas la manière dont le journalisme devrait fonctionner, que les agences de renseignement décident de ce qui est imprimé ou pas.

[…]

Si je dis non, je vous donne un exemple, un très bon exemple de ce qui se passe si vous dites non. Nous avons secouru des unités en Allemagne avec des hélicoptères dévolus aux accidents de la route. Ils se nomment eux-mêmes les « anges jaunes ». Il y avait un type qui ne voulait pas coopérer, c’était un pilote du service d’hélicoptères des anges jaunes en Allemagne. Ce type a dit non au service de renseignement pour l’étranger, le Bundesnachrichtendienst, lorsqu’ils l’approchèrent et voulurent qu’ils travaillent en tant que couverture non officielle pour l’agence allemande de renseignement pour l’étranger, tout en prétendant être un membre des anges jaunes. Alors ce qui arriva, c’est que cet homme perdit son travail. Et [au] tribunal en Allemagne, le juge décida qu’ils avaient raison parce qu’on ne peut pas faire confiance à un tel type. Il a été viré de son travail parce qu’il n’a pas coopéré avec le service de renseignement pour l’étranger. Ainsi, je savais ce qui arriverait si je ne coopérais pas avec les services de renseignement .

[…]

J’ai dû avoir une, deux, trois… six fois ma maison a été perquisitionnée, parce que j’ai été accusé par le procureur général allemand de divulgations de secrets d’État. Six fois ma maison perquisitionnée ! Et bien, ils espéraient que je ne refasse jamais encore cela. Mais je pense que c’est pire, car la vérité sortira un jour. La vérité ne mourra pas. Et je me fiche de ce qui va arriver. J’ai eu trois crises cardiaques, je n’ai pas d’enfants. Donc s’ils veulent me poursuivre ou me jeter en prison… La vérité en vaut la peine…

110 réponses à Un journaliste Allemand dévoile le contrôle de la presse par la CIA

Commentaires recommandés

dupontg Le 24 novembre 2014 à 02h33

merci Monsieur…..respect

  1. dupontg Le 24 novembre 2014 à 02h33
    Afficher/Masquer

    merci Monsieur…..respect


  2. Grandloup74 Le 24 novembre 2014 à 06h15
    Afficher/Masquer

    On le sait depuis longtemps car il faut être aveugle pour ne pas s’en rendre compte. Mais l’aveu d’un homme concerné a son importance pour ceux qui en doutaient encore. Ça demontre aussi que la loi du silence ne peut plus tenir sous la pression morale pour ceux qui en ont encore une (morale) ! Reconnaissons à cet homme son courrage et sa conscience. Faute avouée…


    • Van Le 24 novembre 2014 à 20h34
      Afficher/Masquer

      arrivé a 25 ans de carrière je crois qua sa place je ferai mieux daller me bronzer sur une belle plage et claquer mon fric .
      dans la situation ou les usa ne cache plus leur ingérence ce témoignage n’est pas un scoop et dans la perspectif de l’accroissement des tension en Europe voulu par les usa ce journaliste avec son passif peut être gênant pour n’importe quelle partie ,
      l’intention de déballer dans un livre peut être aussi un moyen de se protéger d’un assassinat et pas uniquement une démarche de repentance .


  3. pucciarelli Le 24 novembre 2014 à 06h19
    Afficher/Masquer

    Quand on commence en France à évoquer sur les ondes et dans certains journaux les “réseaux Poutine”, ce que l’on peut traduire notamment par “un tissu de gens influents appuyant la politique russe moyennant finance et/ou avantages matériels”, (que chacun trouve sa propre traduction!), il n’y a pas de raison de songer qu’il doit bel et bien exister aussi des “réseaux Obama”, et disons plus largement américains qui appuient sans discernement les politiques engagées à l’ombre de l’Oncle Sam. Quelle que soit la réalité des compromissions sous entendues par ce type d’appellation, nul ne s’étonnerait que l’idéologie atlantiste si envahissante dans les médias repose sur des pratiques proches de celles que dénonce ce journaliste allemand. Il reste que les Etats Unis sont la puissance dominante du moment. L’histoire du XIX e siècle et du XXe siècle (notamment: souvenons nous de l’or perse dans les cités grecques déjà ) nous montre que toute hégémonie mondiale s’accompagne d’achat des consciences et de trafic d’influence, et avec ce que l’on sait de la diplomatie US, il est à parier que la France n’est pas épargnée. Via un comparatif des puissances économiques US et russe, il est également à parier que si ces réseaux existent chez nous, le réseau occidentaliste doit bénéficier de bien plus de moyens et d'”agents” que son alter ego russe. Nous saurons cela tôt ou tard, quand des “repentis” sortiront du bois pour une raison ou une autre. Mais la France se résumant à Paris en terme de pouvoir et de moteur idéologique, les traîtres seraient prestement chassés du paradis germanopratin. Fortune faite?


    • DUGUESGLIN Le 24 novembre 2014 à 16h01
      Afficher/Masquer

      Dans tous les pays, il existe des associations d’amicales,de club d’échange culturel ou autre. Cela existe entre la France et l’Allemagne, par exemple, et entre bien d’autres pays. Le but étant d’échanger, de se faire connaître, de voyager, les jumelages entre les villes jouent aussi ce rôle. Le but est diplomatique et culturel, mais n’a pas de vocation politique et propagandiste.
      Je ne pense pas qu’il y ait des réseaux propagandistes russes en France, qui soudoient et fassent des pressions sur des journalistes. Mais cela n’est qu’un point de vue, qui demande à être infirmé ou confirmé.
      En voici les raisons:
      La diplomatie russe a délibérément choisi de jouer franc-jeu pour rompre avec l’image propagandiste de l’époque soviétique. Tout nous le montre dans les discours de Poutine comme ceux de Lavrov. On entend des discours de bon sens et de paix qui ne laissent pas de place à la haine et aux accusations gratuites. La diplomatie russe joue la clarté et montre qu’elle n’a pas de volonté impérialiste. Elle défend ses intérêts et ceux qu’elle a toujours eu avec les pays de l’ex-union soviétique et ceux qu’elle souhaite développer avec les autres pays d’Europe.
      Je ne pense pas que la diplomatie russe tente de soudoyer des journalistes en France. Dans le contexte actuel, elle pourrait se faire piéger par des sous-marins et être dénoncée et accusée de tous les maux comme au temps du soviétisme où les occidentaux voyaient le KGB partout. Les faux repentis feraient la une des journaux avec la preuve de sommes versées, et diffusé selon le copier-coller normalisé.
      La Russie veut au contraire en finir avec l’image du passé soviétique et de “l’œil de Moscou”.
      C’est pourquoi la meilleure carte qu’elle a choisit est de jouer est la sincérité qui fera, à la longue, apparaître la vérité, que le déroulement des événements montreront que la Russie a été honnête dans sa politique et qu’elle parle sans double langage. Sachant que les menteurs finissent par se contredire.
      Il me semble que c’est ce à quoi nous assistons.
      Plus la Russie se montre pacifique et respectueuse, plus les accusateurs s’énervent et tombent dans l’exagération, à tel point qu’ils se contredisent et se décrédibilisent.
      Ceux qui ont intérêt à déformer la position pacifique de la Russie sont ceux-là qui se prennent aux mensonges et ne savent plus faire marche arrière.
      Mais cela n’empêche pas que la Russie fait savoir qu’elle peut se défendre, mais sans mensonges et sans tricheries, elle ne le désire pas et n’en a pas besoin.
      Cela est peut-être discutable, car outre les faits qui parlent d’eux-mêmes, il y a aussi une impression globale de ma part.


  4. DUGUESGLIN Le 24 novembre 2014 à 07h29
    Afficher/Masquer

    Les pressions dénoncées par ce journaliste sont possibles, mais avec quelques réserves.
    Dans la pratique bon nombre de journalistes opportunistes pratique une sorte d’auto-censure.
    Ils savent ce qu’il faut dire ou ne pas dire pour conserver leur poste, sans qu’il soit nécessaire de leur “expliquer”.
    Dans tous les cas de figure la presse a perdu sa liberté. Mais la veulerie y est aussi pour quelque chose. Que ce soit sous la pression ou par intérêt financier ou par auto-censure, le résultat est visible, tant la désinformation est systématique concernant la Russie.
    Quand à d’éventuels “réseaux” pro Poutine on peut constater qu’ils sont peu efficaces dans les médias officiels, papiers et télévisuels, car il est quasi impossible de trouver des articles qui soutiennent la politique russe.
    Les soutiens de la Russie n’émanent pas d’une pression ou d’intérêts financiers, mais de gens qui ont réfléchi, qui connaissent l’histoire et sont sincères concernant leurs opinions.
    Ils ne sont pas pro Poutine, mais pro vérité, avec ou sans Poutine. D’autant plus que les russes ont à cœur d’être sincères et de ne pas être pris en défaut, c’est un choix politique délibéré, dont ils pensent qu’il portera des fruits.
    L’inversion des charges fait aussi parti des méthodes de journalistes propagandistes, qu’ils soient auto promus ou soudoyés.
    La soit disant liberté de la presse est à revoir, et devra à un moment ou un autre être prise en considération et réglementée honnêtement pour conserver un minimum de démocratie. Mais c’est un débat futur à suivre.


    • R.-M. Mukarutabana Le 24 novembre 2014 à 10h17
      Afficher/Masquer

      “… sans qu’il soit nécessaire de leur ‘expliquer’:
      C’est effectivement le témoignage d’Andrew MacGregor Marshall, qui a quitté Reuters, suite a une “prise de conscience”: on s’autocensure, pour mieux entrer dans le moule, et éviter d’etre pointé du doigt, marginalisé. Au début, on éprouve un certain malaise, mais on s’y fait. Bien sur, il y a aussi les “intéressements”, voire des menaces, mais pour la plupart des journalistes, c’est le désir de “faire come tout le monde” qui les anime.
      Mais le moment finit quand meme par arriver, lorsqu’on vous force à mentir ou à masquer la vérité – ou alors à la taire. link to rt.com


    • Manuel Baptista Le 24 novembre 2014 à 17h22
      Afficher/Masquer

      Réonse à Dugueclin: Je suis d’accord avec ce que vous dites, mais il faut voir aussi que quelques-uns se trouvent être des «va-t-en guerre» du côté pro-Russe. Je trouve çá insolite, d’autant plus que ces gens pensent (sincerement?) que cette position est la meilleure pour eviter une confrontation mondiale. Je pense que la Russie doit avoir encore bien présente la destruction provoquée par la IIe. Guerre Mondiale sur son sol, par ses 20 millions de morts, d’une part. D’autre part, la population sait comme le jeu «de l’Empire» a été un facteur décisif de la fonte et démembrement de l’URSS (années post-guerre et surtout le cauchemart Afghan). Aprés l’implosion de l’URSS, la population a subit la plongée aux abîmes, une population entierement laissée pour compte, dans une économie éventrée par toute sorte de mafias (souvent, des gens de la nomenklatura du régime soviétique). Donc, la population n’accèpte pas de nouvelles aventures impériales, tout simplement. Poutine et son régime seraient incompréensibles si seulement les portraits que l’on peint de lui et de son gouvernement avaient un semblant de vérité. Au contraire, ce qui explique sa popularité c’est que sa politique va dans le sens d’épargner à la population les souffrances découlant de nouvelles confrontations et que son discours est cohérent avec les actes.


      • DUGUESGLIN Le 24 novembre 2014 à 18h32
        Afficher/Masquer

        C’est vrai qu’il y a des opposants à Poutine qui sont des va-t-en-guerre, ils souhaitent une intervention russe au Donbass. Mais ce serait faire le jeu des américains qui n’attendent que ça pour justifier leur propre ingérence. Mais ils sont ultra-minoritaires et les russes dans leur grande majorité ont compris le piège. 85% des russes soutiennent Poutine dans sa position stratégique, et lui font confiance. Par contre les opposants interventionnistes qui se présentent comme nationalistes sont bien entendus encouragés par les US via les ONG ou autres mais sans succès dans l’opinion publique russe.Le choix politique de Poutine est la clarté et le franc jeu, ce qui, à la longue portera ses fruits. Par contre, si pour des motifs fallacieux l’OTAN intervenait la riposte serait très sérieuse.


        • Manuel Baptista Le 24 novembre 2014 à 18h43
          Afficher/Masquer

          Je pense aussi que les populations européennes occidentales sont sujettes à un barrage de propagande et que les gens courageux comme ce journaliste allemand aident à dévoiler la situation de fausse liberté d’information.
          Cependant, une masse trop grande de gens sont soumis à des stéréotypes, qu’on leur repète sans cèsse. Les pouvoirs ont beau jeu d’utiliser la tromperie, les monsonges les plus éculés car ils savent que la soit-disant citoyenneté est anesthésiée.
          Goebbels disait «qu’un mensonge répété mille fois devient une vérité», ce qui est mis en pratique par tous les politiques au pouvoir en Europe…


  5. Nerouiev Le 24 novembre 2014 à 08h24
    Afficher/Masquer

    En plus de Poutine et Barenboim, je rajoute Udo Ulfkotte dans ma liste des Nobelisables qui ne le seront jamais.


  6. Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 09h52
    Afficher/Masquer

    Ce qu’il dit est probable. Mais le type est tellement “complotiste” qu’il se décridibilise. Et puis, il peut être la boule d’un “billard à trois bandes”, méthode bien connue des agences de désinformation. Lorsqu’une vérité devient impossible à travestir, la faire d’abord connaître par un histrion peu crédible pour que tout relais sérieux reprenant l’information soit obligé de se référer à la première source et ainsi affaiblir l’argumentation.
    C’est ce que Volkoff appelait dans le Vade-mecum du “Montage”, la modification du contexte.


    • Anne Le 24 novembre 2014 à 18h57
      Afficher/Masquer

      Je ne vois pas en quoi il pourrait être complotiste.

      Si dénoncer les pressions et la corruption, c’est être ” complotiste “, selon vous, c’est que vous, H d’A, avez au moins. un sérieux problème de vocabulaire… à moins que vous n’utilisiez délibérément la méthode des désinformateurs professionnels, en criant au complot contre ceux qui dénoncent courageusement….

      Tous ceux qui complotent clairement en donnant des directives aux journalistes. qui organisent des forums réunissant élus, lobbyistes. éminences grises… afin de s’entendre. en dehors de toute démocratie. pour décider à l’insu des populations et des électeurs, de ce qui les regardent pourtant directement, tout cela pour le bénéfice de groupes non identifiés, de gouvernements étrangers, de groupes d’intérêts dont le public n’a souvent jamais entendu parler, dans une pure négation de toute démocratie, sont eux les véritables complotistes.

      Ceux qui surveillent au moyen de de techniques sophistiquées les dirigeants, les journalistes, les chefs d’ entreprises, vous n’appelez pas cela les comploteurs ou des complotistes ?

      Par contre selon vous, ceux qui les dénoncent sont les comploteurs ? Pour vous le blanc est noir et le noir est blanc.

      Allons allons, vous nous prenez pour des imbéciles.

      Ensuite contrairement à ce que vous dites ce journaliste est tout à fait crédible, sa carrière en témoigne… et en plus il est courageux.

      Les comploteurs sont ceux qui soudoient, qui organisent en coulisse, ceux qui exercent des chantages.

      Ceux qui agissent dans l’ombre, en utilisant tous les moyens d’influence sur les élus en dévoyant la démocratie en vidant de sa substance en maintenant les électeurs dans l’ignorance.

      Vous essayez de semer la confusion en utilisant les grosses ficelles usées du mystère, de l’ombre et du roman d’espionnage, pour discréditer ce journaliste qui témoigne de ce que fut sa carrière des pressions qu’il a subi des tentations auxquelles il n’a pas résisté.

      Lisez donc les “Confessions d’un Assassin Économique”, ” Confessions of an economic hitman”, les confessions de Udo Ulfkotte relèvent plus de cette démarche de lanceur d’alerte ou d’homme qui regrette la façon dont il s’est laissé utiliser, plutôt que le sombre héro de romans d’espionnage d’une époque clairement révolue… Il y a plus éclairant que Volkoff de nos jours…


      • Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 20h52
        Afficher/Masquer

        @Anne
        Je me suis mal exprimé ou vous m’avez mal compris.
        Je suis plutôt d’accord avec ce qu’exprime ce journaliste. En effet, il est probable que diverses officines américaines travaillent à la désinformation de l’opinion publique européenne.
        En revanche, le bonhomme, vu ses sorties précédentes sur le “djihad fécal” et autres calembredaines passe déjà en Allemagne comme un hurluberlu.
        Le meilleur moyen de décridibiliser une information réelle, c’est de la faire divulguer par une source peu fiable.
        Si vous n’aimez pas Volkoff, qui reste malgré ses idées réactionnaires, une référence sur le sujet ( et pas que dans des romans mais aussi des essais étudiés à St Cyr…), vous pouvez vous souvenir de Jean Edern Hallier qui, sous Mitterrand, avait sorti tous les frasques de ce dernier ( fille cachée, maladie, amitié avec Bousquet, “suicide” de Bérégovoy…) mais que personne ne prenait au sérieux et surtout que personne n’osait relayer de peur de passer pour un clown.


      • Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 21h10
        Afficher/Masquer

        Sur les élucubrations précédentes du bonhomme:
        link to loonwatch.com
        Voilà la raison pour laquelle je pense que ce type, bien qu’il ait raison, n’est pas crédible…
        Et il est trop facile pour l’adversaire, ensuite, de faire l’amalgame entre ces bêtises et les vérités qu’il pourra faire connaître.


        • Homère d'Allore Le 25 novembre 2014 à 08h14
          Afficher/Masquer

          Autre argument tiré du “Montage” de Volkoff, désolé !
          Il est souvent contre productif de se jeter à corps perdu sur un témoignage isolé donnant une vraie information.
          En effet, le surlendemain, ce même témoignage peut se rétracter ou l’adversaire peut apporter des preuves ( vraies ou pas, peu d’importance) que la source est achetée ou fait partie des services adverses, etc.
          Après cette méthode, dénommée “fil de fer” dans le Vade-mecum de Volkoff (car pour casser un fil de fer, il faut le tordre dans les deux sens), toute personne reprenant la vraie information devient inaudible !
          Anne, vous dites que Volkoff appartenait “à une autre époque”. C’est inexact. D’abord, formellement, car, mort en 2005, deux de ses derniers romans, “l’enlèvement” et “le complot” traitent justement de la stratégie américaine visant à abaisser la Russie et ses alliés.
          Et les premières pages du “complot” reprennent justement l’argumentaire que vous avez développé pour dénoncer l’anathème sur les “complotistes”. J’espère avoir dissipé tout malentendu.


        • harvest Le 25 novembre 2014 à 15h51
          Afficher/Masquer

          Homère d’A.
          Puisque vous voyez du complotiste chez Ulfkotte, poussez un peu plus loin et vous verrez peut-être le complot de la CIA pour “bouffer” de l’islamiste.
          Après tout son djihad fécal fait peut-être partie des articles pré-écrits par la CIA.


          • Homère d'Allore Le 25 novembre 2014 à 16h29
            Afficher/Masquer

            [On évite les hypothèses trop délirantes svp, merci]


            • Homère d'Allore Le 25 novembre 2014 à 17h05
              Afficher/Masquer

              Selon Ulfkotte, les émeutes de 2005 en France étaient fomentées par le Mossad. C’est sur sa fiche Wikipedia.
              Je ne vois pas l’intérêt de la CIA là dedans…
              Il est grillé, point barre….


            • Eric Le 25 novembre 2014 à 17h49
              Afficher/Masquer

              L’intérêt de certaines agences, étrangères ou pas, à déstabiliser des pays ? Et bien les déstabiliser justement, pour ensuite les coller sur le dos de tiers et/ou faire passer des lois diverses et variées nous amenant vers un contrôle des citoyens de plus en plus coercitif. Je ne connais pas ce sujet précis mais on utilise bien des opérations type false flag pour toutes sortes de choses. Sans parler des révolutions colorées et j’en passe. Bref, il se passe des tas d’événements qui malheureusement peuvent nous incliner à ne pas être catégorique, voire à ne plus douter de rien 🙂


    • DUGUESGLIN Le 24 novembre 2014 à 19h02
      Afficher/Masquer

      Il est vrai que pour décrédibiliser celui qui dit des choses vraies (mêmes si elles ne sont que partielles ou amplifiées), on l’accuse de faire dans le “complotisme”. Ce mot prend un sens péjoratif du genre “encore un qui voit du mal là où il n’y en a pas”, sous-entendu encore un qui n’est pas bien dans sa tête, ou qui a des arrières pensées.


  7. Mina Le 24 novembre 2014 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Ce témoignage donne un éclairage nouveau sur les Wikileaks, où les relations entre “personnes publiques” et les ambassades US ici et là apparaissent au grand jour. Mais cette fois-ci, avec Assange assigné en résidence, cela ne fera aucun bruit.


  8. Franck Le 24 novembre 2014 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Tant que l’on autorisera de grands groupes industriels ou des personnes très riches à posséder des médias de grande audience, rien ne changera en ce bas monde occidental. Ils continueront de nous faire avaler tout ce qu’ils veulent, en nous manipulant autant que faire ce peu.
    La solution est pourtant fort simple à mettre en œuvre. Interdire par la loi la possession de médias autrement que spécialisés pour ces grand groupes industriels. Et pour les médias de masse, qu’il ne soient financés que par des actionnaires citoyens, avec des limites de possession de titres, et avec une majorité claire de titres allouée aux employés des dits médias.
    Et là, clairement, on pourra alors parler de médias indépendants…


    • Vincent Le 24 novembre 2014 à 11h12
      Afficher/Masquer

      Bof… Je crois surtout que le rôle de la presse ne doit plus être considérée comme si important.
      Aujourd’hui l’argent est puissant donc la presse appartient à des groupes financiers. Demain si l’armée devient le première puissance (pas crédible, mais bon…), la presse appartiendra à l’armée. Si c’est un Parti, la presse appartiendra au Parti.

      L’aura du journalisme doit disparaître. On donne une valeur trop importante à l’information au détriment de la connaissance.

      Le financement par les citoyens ne serait en rien une garantie de qualité des articles, d’intégrité et d’indépendance des journalistes. Ce sera juste une mécanique opaque comme le sont les élections dans nos modèles de démocratie.


      • Nerouiev Le 24 novembre 2014 à 15h14
        Afficher/Masquer

        Les journaux je m’en sers principalement pour allumer le feu ou comme support pour faire de la rocaille en béton. C’est presque dommage qu’il y ait de l’encre avec.


    • yanis Le 24 novembre 2014 à 19h13
      Afficher/Masquer

      @franck SANS OUBLIER les dizaines de millions de subventions que l’étât français distribue aux médias

      français , qui les acceptent en acte de soumission à la classe politique dominante du moment.

      soumission à leurs financiers et aussi à la classe politique , cherchez la contenance du mot

      LIBERTE …….


  9. Alae Le 24 novembre 2014 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Que ce monsieur soit crédible ou non, il n’en reste pas moins que Mélenchon décrit le même processus de séduction par les Américains ici, en France.
    link to agoravox.tv


    • Vincent Le 24 novembre 2014 à 11h13
      Afficher/Masquer

      Et Mélenchon est crédible ?


      • Alae Le 24 novembre 2014 à 11h29
        Afficher/Masquer

        Mélenchon est plus ou moins crédible, c’est selon vos opinions politiques. Quoi qu’il en soit, je serais très étonnée s’il s’était secrètement mis d’accord avec Udo Ulfkotte pour raconter la même chose. 🙂
        Les deux décrivent ce qu’ils ont vu, point barre.


      • languedoc 30 Le 24 novembre 2014 à 17h22
        Afficher/Masquer

        Oui Mélenchon est parfaitement crédible et honnête. On peut ne pas partager toutes ses idées politiques, mais je ne l’ai jamais pris en flagrant délit de mensonge.


      • DUGUESGLIN Le 25 novembre 2014 à 13h22
        Afficher/Masquer

        A propos de la crédibilité de Mélenchon comparée à celle de Udo Ulfkotte, j’ai à cœur de m’exprimer à ce sujet.
        En premier lieu je tiens à préciser que je ne partage pas le projet de société de Mélenchon, ma vision est différente, de même que mes choix politiques, mais cela n’est pas le sujet.
        Par contre je me félicite qu’il puisse exprimer haut et fort ses opinions.
        Son analyse sur les causes de la crise, tant morale, qu’économique et financière me parle. Sa compréhension géopolitique concernant l’attaque aberrante contre la Russie et toute l’Europe en soutien d’intérêts oligarchiques non avoués, me touche et je la partage.
        On peut parler de consensus entre différents français d’origine politique différente, tant ils se rejoignent dans le ras-le-bol.
        Ras-le-bol d’être taxés pour soutenir des politiques qui nous conduisent au chaos.
        Ras-le-bol de financer une presse qui nous méprise avec des mensonges éhontés.
        Ras-le-bol que le peuple soit méprisé et exclu en lui retirant sa souveraineté.
        Ras-le-bol du détournement de la démocratie utilisée sournoisement pour des intérêts occultes.
        Ras-le-bol de l’appauvrissement injustifié.
        Ras-le-bol de la fracture entre les élus et le peuple.
        Et j’en oublie sûrement.
        Comme tout bon français, Mélenchon, avec son bon sens populaire et son franc parler, exprime ce ras-le-bol et sait très bien situer les causes de notre crise.
        Je me félicite de cette expression de la démocratie que Mélenchon ne contourne pas, il dit clairement ce qu’il a sur le cœur, il n’entre pas dans le moule de l’hypocrisie comme un grand ensemble de la classe politique.
        A Monsieur Mélenchon j’ai envie de dire que ma vision de la société est à l’opposé de la sienne, mais que je le respecte et lui exprime toute mon affection pour sa sincérité et ses analyses.


        • Patrice Sanchez Le 26 novembre 2014 à 02h10
          Afficher/Masquer

          Bonsoir,
          Mélenchon est surtout plus malin que ses petits camarades, il a senti le vent tourner et aura changé son fusil d’épaule, n’oublions pas qu’il aura été un cacique du parti socialiste pendant des lustres !


  10. Ztong Le 24 novembre 2014 à 11h11
    Afficher/Masquer

    Cet homme me fait le même effet que Snowden.
    Il a l’air d’enfoncer des portes ouvertes, de dire ce que tout le monde sait déjà (ou se doute bien, avec un peu de jugeote).

    Espérons que cela provoquera les mêmes réactions !

    Pour ma part j’en doute et je pense qu’il subira l’effet exposé par Homère d’Allore (ouaf ouaf, le pseudo !) : la catégorisation comme “complotiste”.
    Circulez, ya rien à penser…

    Encore que : son témoignage d’insider est particulièrement convaincant. Je ne suis pas partisan ici du jeu à 3 bandes. Il me fait trop penser à Michael RUPPERT.

    Il dit sans doute la vérité : cette manipulation mi-carotte mi-bâton des journalistes dont RSF défend la prétendue “indépendance”.

    Regardez que de vos politiciens au pouvoir a fréquenté la French American Foundation. VALLS, tu nous fais visiter ?


    • harvest Le 25 novembre 2014 à 15h58
      Afficher/Masquer

      “dire ce que tout le monde sait déjà” : ça c’est aller un peu vite en besogne: à moins que vous ne viviez en ermite détaché du monde, vous pourriez demander à vos voisins, collègues, etc, si ils savaient que la plupart des journalistes recopiaient des articles écrits par la CIA.


  11. purefrancophone Le 24 novembre 2014 à 11h19
    Afficher/Masquer

    Mes commentaires sautent , et pourquoi donc ?????


    • robin Le 24 novembre 2014 à 11h49
      Afficher/Masquer

      le mien aussi a été accepté puis enlevé, messieurs les modos je respecte votre travail et je sais bien que tous les commentaires ne sont pas à garder, mais je donnais je pense des éléments importants quant à la personnalité de Ulfkotte, j’aimerais bien qu’on me dise au moins pourquoi on efface mon commentaire? (que je puisse ne pas faire la même erreur la prochaine fois parce que là je ne vois pas du tout…)


      • purefrancophone Le 24 novembre 2014 à 12h16
        Afficher/Masquer

        robin ;
        Comme pour mes commentaires , je ne comprends pas leurs suppressions après qu’ils aient été mis sur le site !!!!!


      • Olivier Berruyer Le 24 novembre 2014 à 12h37
        Afficher/Masquer

        (pour vérifier – merci)


    • Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 12h18
      Afficher/Masquer

      @Ztong
      Merci d’apprécier mon sobriquet.
      N’attendons pas Valls pour la liste :
      link to frenchamerican.org
      D’ailleurs, je voudrais préciser que, contrairement à ce que pensent les complotistes qui imaginent l’influence de sociétés secrètes type “Illuminati”, les réseaux d’influence se tissent pour la plupart au grand jour y compris dans les universités américaines où le recrutement est connu de tout un chacun. Ce qui ne veut pas dire que ces réseaux n’agissent pas.


      • Ztong Le 25 novembre 2014 à 10h36
        Afficher/Masquer

        Merci pour le lien, Homère d’A.
        Mais je m’étonne, je ne trouve pas notre Valls…

        Je trouve un certain Macron (bigre !) et notre future première ministre, V. Pécresse.
        Mais il manque aussi le futur président, Fillon.

        Ils ont dû monter en grade.

        Je rejoins ton analyse, mais partiellement. Les réseaux s’affichent très superficiellement, ils n’expliquent pas ce qui se dit derrière la façade. Le non initié aura du mal à cerner le potentiel de la liste publiée par la French American Foundation. Mais cela, c’est l’aspect insaisissable des réseaux, qui ouvre la voie à tous les fantasmes à leur sujet, encore que parfois la réalité puisse dépasser la fiction !

        Reste l’idée centrale : le continent européen fait l’objet d’une vaste reprise en main par Big Brother US via les réseaux. Win hearts and minds !


    • Olivier Berruyer Le 24 novembre 2014 à 12h39
      Afficher/Masquer

      parce que “Avez vous souvent vu ou entendu François ASSELINEAU??????” n’est pas en lien direct avec le sujet évoqué.

      Alors oui, on connait, merci, on en a déjà parlé – et on reparler a de lui et de ses intéressantes conférences…

      Donc pas la peine de poster ce genre de commentaires plusieurs fois par jour comme c’est le cas actuellement (je ne m’adresse pas à vous ici, c’est général)


      • purefrancophone Le 24 novembre 2014 à 12h44
        Afficher/Masquer

        Olivier , merci pour cette réponse .
        Je donnais cette info tout simplement en rapport à ce billet car il fait une analyse des médias et des journalistes qui me semble pertinente .
        Je prends acte de votre réponse


    • Chris Le 24 novembre 2014 à 13h05
      Afficher/Masquer

      Probablement “de joie” !


  12. Daniel Le 24 novembre 2014 à 11h25
    Afficher/Masquer

    En connaissant l’activité tentaculaire de la CIA, il est fort probable que se passe de même chez nous, le contrôle US en se faisant auprès des propriétaires de la presse parisienne (ces “hommes de paille” de banquiers, de patrons de l’armement et d’autres éminences grises).

    Mais aura-t-il un de nos journalistes le culot pour le dénoncer ?


  13. Mireille Rilhac Le 24 novembre 2014 à 11h42
    Afficher/Masquer

    En effet, ses diverses prises de position le discréditent considérablement et il semble qu’il y ait des passages pour le moins douteux dans ce livre même (critique sur le journal en ligne “Nachdenkseiten”). Il existe une thèse, d’Uwe Krüger, de 2013, “Meinungsmachts” (pouvoir/puissance des médias), qui formule la même critique de manière peut-être moins “croustillante” mais plus fiable. Il relève en particulier le rôle des réseaux dans la fabrique de l’opinion. Cela a été repris dans l’émission “die Anstalt” du 29.04.2014, déjà citée ici à propos du traitement médiatique de l’Ukraine. En particulier, on pouvait voir des tableaux montrant les “think tanks” et autres groupes politiques auxquels sont affiliés des journalistes connus de plusieurs journaux. L’un d’eux, l’éditeur de “die Zeit”, a intenté un procès au ZDF.
    Accessoirement, cette émission a incité deux étudiants à concevoir “cahoots”, qui, une fois installé sur l’ordinateur permet d’afficher les réseaux auxquels appartiennent les journalistes. Je ne l’ai pas encore testé, mais ce serait peut-être à essayer aussi en France?


  14. RichardB Le 24 novembre 2014 à 11h49
    Afficher/Masquer

    Cet homme est couillu, c’est certain. Mais attention de ne pas tomber dans trop de manichéisme, tous les pays qui en ont les moyens agissent de même en ce qui concerne les manipulations de la presse d’information ou d’autres médias.
    Le problème est que les USA ont des moyens disproportionnés et que toute rivalité ou toute dénonciation sont vite étouffées.
    Et au milieu coule l’Europe.


  15. Astrolabe Le 24 novembre 2014 à 12h20
    Afficher/Masquer

    On peut bien sûr débiner tout le monde, mais je pense que ce journaliste a un certain courage. Ce ne sont pas des choses qu’on peut dire à la légère.
    En revanche, je pense qu’on n’insiste pas assez sur le rôle déterminant (et la responsabilité) des Allemands dans ces affaires. Olivier Todd a parlé beaucoup de l’Allemagne, mais pas assez du passé qui sert de base à tous ces événements:
    1) l’Allemagne est présente en Russie depuis l’éternité: Novgorod était une ville qui faisait partie de la Hansa vers l’an 1000. Elle a fêté ce millénaire en 2008 ou 9.
    2) Grâce à de nombreux tsars d’origine allemande, les allemands ont été massivement présents en Russie depuis cette époque. Une bonne partie du commerce allemand et baltique passait par la Volga jusqu’en Perse.
    3) les Allemands ont eu dans les années 1920-1930 une République autonome des Allemands de la Volga avec 700.000 habitants environ, déportés en 41 par Staline vers l’Oural et le Kazakhstan.
    4) ATTENTION, en 1944- 45, 12 millions d’allemands ont été déportés des territoires de l’est ( l’Ukraine, Pologne, etc…) vers l’Allemagne (notamment vers la Bavière où on trouve beaucoup des leurs à la CSU, et à la CDU également)
    5) l’Allemagne a été extrêmement présente en Union soviétique (conseillers techniques) grâce à l’Allemagne de l’est. D’aiielrs beaucoup sont restés dans ces régions après la réunification.
    6) depuis 1989, 3 millions d’Allemands “ethniques” sont rentrés en Allemagne (1,3 millions du Kazakhstan, les autres de Russie et d’autres républiques de l’ex-URSS, etc.)

    Et ceci n’est qu’une petite partie de ce qu’on pourrait dire sur ce sujet.

    Ces rapatriés ont une connaissance proche ou lointaine de ces régions, des langues de la région, ont gardé des contacts, ce qui a évidemment facilité leur ré-implantation économique dans l’est de l’Europe depuis la chute du mur.
    Ce qui se passe actuellement ravive les rancoeurs, les frustrations, les souffrances aussi, peut-être à l’image de tous les sentiments qu’ont pu ressentir les français chassés d’Afrique du nord ou d’Afrique. Mais là, c’est un sujet que je ne connais pas, et je ne peux pas en parler.


    • tepavac Le 24 novembre 2014 à 23h19
      Afficher/Masquer

      “astrolabe”

      juste pour l’Histoire

      link to atil.pagesperso-orange.fr

      mais pour les plus exigeant il y à la lecture par l’analyse génétique….


    • nuner Le 29 novembre 2014 à 15h14
      Afficher/Masquer

      Et ce sans parler des allemands présents ax USA ou au RU.
      Les empires ne se batissent ni ne se maintiennent comme à l époque du “saint empire romain
      germanique”
      La trahison de l allemagne à de Gaulle, en dit long sur les intérêts de son élite dirigeante.
      Sans oublier que 70% de tous les conflits armés dans lEurope des 5 derniers siècles, avec
      mention d honneur pour le dernier se y sont fomentés.
      Et qu el fut le rôlle de la Russie là dedans ?
      Sacrifice et sauvetage.
      Il serait temps que le peuple européen, commence à reconnaître ce qu il doit à son peuple
      frère de la RUSSIE.
      Je dis cela en tant que franco-espagnol et athée politiquement.


      • Lesag Le 29 novembre 2014 à 15h47
        Afficher/Masquer

        Il faudrait nous lister(avec références de préférences) ces fameux “tous les conflits armés ont été fomentés en Allemagne” depuis 1514…


  16. Alae Le 24 novembre 2014 à 13h32
    Afficher/Masquer

    A mon sens, rien d’étonnant à ce que les premières salves de la contre-attaque viennent d’Allemagne. On oublie un peu trop rapidement que ce peuple, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a vécu dans une culpabilité perpétuelle. Un passé nazi, c’est affreusement lourd à porter, et beaucoup d’Allemands avaient même du mal à regarder leur drapeau ou à écouter leur hymne national.
    Ajoutons-y le mépris à peine voilé d’autres pays… Je me souviens d’une émission de télé, dans les années 90, où une journaliste allemande expliquait qu’étant donnée la chute de la natalité dans son pays, à terme, il n’y aurait plus d’Allemands. Réponse du journaliste français qui lui faisait face, “je connais des juifs que ça ne dérangerait pas le moins du monde”.
    L’Allemande a pâli et n’a plus décroché un mot.
    Alors, j’imagine la rancœur de tous ces Allemands culpabilisés pendant des années, qui découvrent aujourd’hui que l’anti-nazisme de leurs leaders – et des autres pays de l’UE – est à géométrie variable, et qui doivent fort justement en retirer l’impression qu’on s’est fichu d’eux dans les grandes largeurs.
    Le débat doit être houleux en ce moment en Allemagne. Et le bouquin d’Ulfkotte, complotiste ou pas, bat logiquement des records de vente.


  17. Olpososch Le 24 novembre 2014 à 13h39
    Afficher/Masquer

    En même temps quand on écoute un Paoli sur France Inter faire une émission sur une enquête d’étudiants en sociologie du 93 sur la perception dans le 75008 des “classes sociales”, Le Paoli avouer qu’il n’a aucune idée des différences de revenu entre les 2 arrondissements, avant de confondre Deleuze et Bourdieu…

    Le même traitant de l’épineux sujet des “gesticulations de Poutine” la semaine suivante…

    La CIA n’a plus d’ “intelligence” à rédiger, les moutons incultes avancent dans la bonne direction.


  18. Judabrutus Le 24 novembre 2014 à 14h16
    Afficher/Masquer

    Le nom du trésorier, secretaire général et grand gourou en majesté a un nom en -ev ou en -eff, quelque chose comme Berroyev ou Berruyeff
    la dernière réunion de l’AG, ben ……c’est qu’ici fonctionne le principe du politburo permanent, domicilié à Moscou
    les comptes sont tenus par un cabinet de Moscou, hébergé dans le même immeuble que le bureau permanent, c’est plus commode ! Quant à l’etablissement et l’approbation des comptes, notre secrétaire trésorier s’ en charge, ce qui est très gentil de sa part, vu le boulot qu’il abat par ailleurs.
    Vous voulez savoir si les-crises est une secte? On peut dire ça comme ça, mais vous savez ceux qui s’ expriment sur ce blog ne se posent pas trop de questions: ils se satisfont du chèque en roubles, virés sur leur compte personnel.


    • Judabrutus Le 24 novembre 2014 à 14h20
      Afficher/Masquer

      Vous pouvez supprimer cette contribution, c’etait une réponse à une intervention plus que bizarre et que vous avez fait disparaître.Elle n’a donc plus de raison d’être


  19. girardo Le 24 novembre 2014 à 14h55
    Afficher/Masquer

    Quelques précisions concernant Ulfkotte et son bouquin que je suis en train de lire.

    Il y a quelques semaines, quand j’ai acheté le livre,il était en tête des ventes en ligne en allemagne sans qu’aucun média officiel n’en parle.(lors d’une réunion de la presse mainstream,celle-ci décida de l’ignorer, une action en justice n’étant pas sans risques).

    Ulfkotte complotiste ? après 17 ans au Frankfurter Allgemeine Zeitung , journal équivalent au Monde en France ? difficile à croire, mais désespéré sans aucun doute.

    Ce qui a décidé Ulfkotte à tout balancer c’est quand un parlementaire CDU lui a demandé d’espionner un parlementaire SPD, devant témoin, le traitant sans égard comme un larbin.
    A ça s’est rajouté la conscience de la menace d’une guerre en Europe (Ukraine) dont il ne veut pas, contrairement à ses confrères ,être complice.
    Enfin,Ulfkotte n’a plus grand chose à perdre. Il a compromis sa santé en Irak ou il a été intoxiqué par des gaz de combat; pour pas grand chose. Son article avec photo qu’il voyait sur une page entière a été réduit à la taille d’un timbre poste.
    Normal, le gaz meurtrier était de fabrication allemande; génant.

    Certains diront qu’Ulfkotte enfonce des portes ouvertes, surtout en France ou la corruption ne choque pas grand monde . Mais en Allemagne ou la morale est moins rélachée, l’effet est désastreux, la vente des journaux déjà en chute (comme en France) s’est encore accélérée le mois dernier .

    On peut espérer une prise de conscience, mais j’en doute, la presse est le reflet exacerbé du système, liée au même destin.


  20. David D Le 24 novembre 2014 à 15h04
    Afficher/Masquer

    Il est strictement impossible que la CIA soit derrière toute la presse occidentale, comme il est impossible que la CIA soit sûre de n’avoir ne fût-ce que 40% de gens qui se taisent, pendant leurs fonctions corrompues aussi bien qu’après ! Il est également impossible que les ressorts et réflexes communs de l’humanité aient changé au point que les journalistes qui révèlent le scoop au mépris des pressions disparaissent !
    Il y a d’autres raisons à l’omerta sur la crise ukrainienne : le noyautage de la presse, le fait de se taire sur quelques sujets pour conserver son gagne-pain, le désintérêt des politiques en vue pour l’international, le fait que l’économicopolitique européen est conçu sur des bases américanophiles depuis trop longtemps et que le réseau se maintient avec carriérisme battant, une complaisance idéologique des journalistes à fustiger l’autoritaire Poutine, le parasitage des associations financées par les américains, le fait que les gens à la tête de médias (cela rejoint en partie la question du noyautage) distribuent les postes clés et écartent les gens dont le discours ne leur sied point, enfin il y a le problème en démocratie de la longévité des organes médiatiques ou politiques : ils deviennent des institutions inamovibles mais alors qu’à leurs débuts ils permettent la promotion de trublions^, qu’ils peuvent se surprendre à trouver des meneurs qui en valent la peine, ils deviennent des cercles mondains dont le système opaque de cooptation nie toute valeur démocratique (ceci dit sans adhérer à des solutions du type Chouard, comme le choix au hasard du dirigeant, solution pour moi probablement pire que le mal) !


    • Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 15h29
      Afficher/Masquer

      Plutôt d’accord avec vous David D.
      Les élites françaises ( y compris les rédacteurs en chef) se comportent comme la bourgeoisie “comprador” de Colombie ou du Guatemala.
      Point besoin de corruption directe, sauf dans de rares cas, mais un habitus culturel proche des US, des réseaux d’amitié et de business, souvent une langue commune, l’anglais “Wall Street” ( à ne pas confondre avec l’anglais James Joyce). Le fait aussi d’envoyer sa progéniture dans les universités du Massachusetts ou de Californie…
      Maintenant, quelques officines plus brutales peuvent avoir des résultats rapides à obtenir ( type désinformation rapide sur fond de crise internationale comme aujourd’hui) et, là, ne pas lésiner sur les valises de biftons au bon endroit…
      Ce n’est pas contradictoire et le plus efficace, c’est toujours quand l’idéologie rejoint l’intérêt !


    • Caramba! Le 24 novembre 2014 à 15h35
      Afficher/Masquer

      “Il est strictement impossible que la CIA soit derrière toute la presse occidentale, comme il est impossible que la CIA soit sûre de n’avoir ne fût-ce que 40% de gens qui se taisent, pendant leurs fonctions corrompues aussi bien qu’après !”
      vous avez raison, il est plus probable que la CIA ait des antennes partout dans le monde.
      Vous avez raison, la CIA est sûre d’avoir 99,9% des gens qui se taisent…..


    • Caramba! Le 24 novembre 2014 à 15h37
      Afficher/Masquer

      pire que le mal!!ben, expliquez moi ce qui serait pire qu’une dictature deguisée sous un gouvernement socialo!


      • theuric Le 24 novembre 2014 à 15h54
        Afficher/Masquer

        Nous ne sommes pas sous un gouvernement socialo mais européo-junkerien, nuance.
        Et puis, ne sommes-nous pas une colonie américaine?
        J’aime les questions dépassant celles venant au premier abord, ainsi nous pouvons nous demander ce qu’il se passera lorsque toutes les personnalités aux ordres ne recevront plus de message de Tonton Sam, que diront-ils?
        Et comment feront tous ceux qui, très nombreux, vouent une immense dévotion pour les États-Unis-d’Amérique, sans que, pour cela, ils reçoivent d’ordre de qui que ce soit.
        Dollar, disent-ils, que ta volonté soit faite…
        Ne serait-ce pas cela la loi du marché?

        Étant entendu que je n’ai rien contre les U.S.A., ce pays agit en tant que colonisateur, les Romain que nous glorifions tant n’étaient-ils pas de même?
        Ah, ce rapprochement que nous poucons faire entre les relations Grèce / Rome et Amérique / Europe….


        • Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 16h13
          Afficher/Masquer

          Certes, nous sommes sous un gouvernement européo-junkerien et le fait d’avoir le young leader Hollande à l’Elysée dessert sûrement le “socialisme” comme ils disent…
          Maintenant, la référence aux “Vies Parallèles” de Plutarque pour définir la relation USA/Europe est née dans les milieux Néo-cons ( Victor Davis Hanson, Paul Wolfowitz…) et doit donc être maniée avec précaution !


          • theuric Le 24 novembre 2014 à 16h39
            Afficher/Masquer

            Je vous suis, bien que je ne savais pas que cette idée, germée aussi dans mon cerveau fécond, était soutenue ailleurs, dans cette haute société étasunienne agressive.
            Mais ce modèle historique n’est pas, à mon sens, le seul, les relations qu’entretiennent l’Inde et la Chine me font aussi songer aux relations entre la France-Angleterre et l’Allemagne-Autriche-Hongrie du début du XX° siècle.
            Mais un modèle historique n’est que ce qu’il est, un modèle, et ne sert qu’à préciser des relations dynamiques intra et/ou extraterritoriaux et non pas à copier/coller une situation sur une autre, ce qui serait absurde et souvent anachronique.
            Ce que les néocons ne peuvent comprendre.
            Ainsi, l’U.E. ne peut devenir l’Empire Romain d’Orient, adieu, dès lors, une Byzance européenne.
            Tout simplement parce que le XXI° siècle, en plus d’être spirituel sera spatial, ou ne sera pas.
            Le voyage stellaire et celui au sein de notre esprit, voilà vers quoi nous allons, voilà la nouvelle dualité et, comme toujours, les centristes véritables auront du mal à trouver leur chemin.


        • theuric Le 24 novembre 2014 à 16h20
          Afficher/Masquer

          …pouvons et non pas poucon, mes doigts ont tremblé…

          Vous rendez-vous compte du traumatisme que représenterait pour un si grand nombre de gens, souvent haut placé, la disparition, sous une forme ou une autre, des États-Unis-d’Amérique?
          Et pas qu’en France…
          Et soyez sûr qu’un certain nombre de ceux luttant contre Tonton Sam souffriraient également de cette disparition: être contre une puissance c’est déjà la reconnaître en tant que telle, d’autant plus lorsque cette lutte donne un sens à son existence, fait existence sociale.
          N’oublions pas la différence entre le “ce que je suis”, soit l’existence sociale, et le “qui je suis” qui est l’existence de soit en soit, ou l’individualisation comme le nommait K.G. Jung, soit l’émancipation en sa propre vie.
          Mais peut-on gouverner des êtres émancipés?
          Oui parce que l’être émancipé est, par nature, responsable devant lui-même et, dès lors, en société.
          La liberté ne consiste-t-elle pas, tout d’abord, de comprendre ses propres contraintes et donc soi-même?
          La seule façon de ne pas être manipulable consiste à ne pas manipuler, mais qui ne manipule jamais l’autre, d’une manière ou d’une autre, pour une raison ou une autre?
          Les passions humaines, pensez y, nos passions qui, si facilement, nous envahissent avec, centrales, toutes les relations aux pouvoirs et les culpabilités, passées, présentes et, même, parfois, futures.
          Pour tout dire.


      • David D Le 24 novembre 2014 à 18h11
        Afficher/Masquer

        Ben au hasard, vous pouvez élire un caïd de la drogue, un assassin, une masse d’incompétents qui s’en remettra aux élites financières, aux politiciens déjà en place, etc, etc, bon bref je passe le détail des possibles !


        • Caramba! Le 24 novembre 2014 à 18h23
          Afficher/Masquer

          oui,, en effet, sauf que les caids et assassins ont un casier donc ils ne sont pas éligibles….
          On pourrait aussi avoir de très bons représentants à même de concevoir ce que c’est que de vivre avec un smic……et à même de trouver des solutions originales, nouvelles.
          Faites-vous partie de cette caste qui pense que les électeurs sont assez bons pour voter mais pas pour représenter???
          euh, y a un truc là qui n’est pas cohérent….
          Pourquoi avoir un président?Pourqui ne pas avoir un gouvernement à la Suisse avec des représentants de chaque partis, et une votation soit amenée par les citoyens soit par le gouvernement?
          Personnellement, je suis contre donner les clés du pays à un seul, on a vu ce que cela donnait….
          Pour moin tout commence à la base et donc dans les comités de villages qui font remonter.


          • David D Le 24 novembre 2014 à 19h36
            Afficher/Masquer

            Je donnais deux exemples d’extrêmes – et ils n’ont pas forcément de casier, et puis la majorité, la masse des gens incompétents qui s’en remettraient à ce qui existe déjà ou qui auraient des convoitises!
            Les castes m’ont plutôt broyé, mais là ce n’est pas le sujet!
            Ce que je dis, c’est 1) que le hasard a des chances quasi nulles de tomber sur plus compétent que ceux en place, 2) que le verrouillage vient de l’existence ou non d’un réseau!
            Je ne suis pas fan des solutions de Chouard, mais il y a des parties de diagnostics que je peux partager, il a raison sur le fait que les partis nous proposent leurs candidats et sur le fait que la politique du pays ne sort que partiellement des urnes, car préalablement orientée par l’ingénierie des partis!
            En même temps, je me méfie des choix des sympathisants, ils votent pour des têtes qui leur paraissent sympathiques, le problème est radical au plan du parti socialiste : dans les années 80, ils avaient l’air sérieux, mais là c’est farfelu!
            Je pense qu’il faut quand même que les gens compétents soient au pouvoir et cela ne peut pas être déterminé par le vote de tout un chacun, et en même temps il faut que le principe démocratique assuré par le vote soit maintenu, mais ça demanderait de repenser la question des partis, j’ai pas fait de recherches, mais je pense que les solutions de Chouard sont dans la dérobade à cette recherche laborieuse d’une solution !
            Je pense qu’il faut de nouveaux partis aujourd’hui que ceux en place pour relancer la dynamique, mais plus profondément je pense que la France est foutue de chez foutue, et que si on garde un sens civique, c’est pas parce qu’on croit en l’avenir, mais juste parce que c’est ce qui nous plaît et motive.
            Enfin, je trouve que l’idée de CIA omniprésente ne tient pas, car il y a un discours contradictoire sur l’Ukraine, notamment en Allemagne où la CIA a oublié de prendre le contrôle de la chaîne qui propose l’émission satirique du type “L’Asile”, parce que Merkel a essuyé agacée des critiques sur ce qu’elle fait en Ukraine! Je considère qu’il faut pas mal envisager les forces d’inertie, le métro-boulot-dodo, qu’il faut aussi mieux cerner et localiser la propagande réelle, plutôt que de recourir à une explication géante qui n’explique rien et rend inutile tout combat, tout étant métaphysiquement verrouillé.


          • theuric Le 24 novembre 2014 à 19h39
            Afficher/Masquer

            Vous avez raison mais un fait est là: nous sommes sous le régime de la V° République, le moins démocratique des régimes démocratiques, trop porté sur l’exécutif, mais c’est celui sous lequel nous sommes…
            Cela n’a pas empêché, en Italie, ayant un pouvoir très proche de ce que fut nos III° et iv° République, centré autour du législatif de subir une sorte de coup d’état lors du renversement de Berlusconi et, ce dernier, d’avoir conservé le pouvoir en tant que premier ministre pendant de fortes longues années, plus porté à son intérêt qu’à celui de sa nation.
            La démocratie n’est pas parfaite, loin de là, et aurait bien besoin d’un coup de renouveau, pour cela il faudrait qu’un travail théorique se fasse en amont.
            De plus, du-moins en France, ne sachant pas ce qu’il en est pour les autres pays, la séparation des pouvoirs fut, depuis des décennies, largement malmenée, d’autant que de nombreux autres pouvoirs ont pris naissance et/ou puissance, et ce, depuis le siècle des lumières, soit le XVIII° siècle, époque où émergèrent bon nombre de réflexions sur lesquelles s’appuient nos institutions, il en est ainsi du journalisme, des sciences, des communications, de la puissance monétaire et j’en passe…
            Quand bien même ces pouvoirs étaient, dès cette époque, déjà une réalité ou tout simplement en ébauche.
            Comme vous le voyez, nous devons redéfinir les institutions démocratiques pour l’ensemble de ses bases théoriques en rendant compte des fantastiques transformations que les sociétés, pas seulement occidentales, ont subit sur les deux à trois siècles précédents.


        • Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 19h45
          Afficher/Masquer

          @caramba!
          C’est vrai, le hasard permet cela ! Mais cela reste peu probable car le nombre de caïds de la drogue, etc, est très faible par rapport au corps électoral désormais appelé corps “stochocratique”. Alors que les élections avec des candidats sélectionnés par des partis constitués de young leaders ( voir liste plus haut dans l’une de mes interventions) sont certaines de mettre au pouvoir des seïdes de l’Empire ( au sens d’Antonio Negri).
          Donc, le tirage au sort des parlementaires serait une amélioration et cela même sans docimasie.
          En cas de docimasie, on peut écarter du corps “stochocratique” tous les citoyens qui ont eu une condamnation infamante.
          Ce qui réduit encore les possibilités de mettre des pourris comme législateurs.
          Ce système est d’ailleurs employé pour constituer les jurys d’assises dans de nombreux pays.


      • yanis Le 24 novembre 2014 à 20h04
        Afficher/Masquer

        @ CARAMBA« l est strictement impossible que la CIA soit derrière toute la presse occidentale, »
        Comment la CIA contrôle les médias meanstream en France ?
        En France nous pouvons voir la conjoncture d’un gouvernement suivant les injonctions de washington , donc du bureau de propagande US ,et de l’otan,
        Sans oublier Bruxelles antichambre de berlin .
        Comment la CIA en plus des financiers qui détiennent des parts importantes du capital
        Des médias meanstream , peut elle imposer la version américaine ?
        Par le gouvernement et les politiques français .

        Le système actuel, , est contrôlé, à tous les stades, par les services du Premier ministre : détention de la moitié du capital de l’AFP, réductions conditionnelles des charges sociales et de la TVA, subventions directes aux « grands » quotidiens, censure des chaînes de radio et de télévision par le CSA, 

        Les journalistes, s’ils sont enregistrés par la Commission de la carte où siègent des représentants du Premier ministre, où si l’administration le décide discrétionnairement, font bénéficier leurs employeurs de cotisations sociales réduites et en bénéficient eux-mêmes, ainsi que d’une déduction fiscale supplémentaire. Les journaux doivent, eux, être enregistrés par la Commission paritaire de la presse où siègent d’autres représentants du Premier ministre pour bénéficier du taux réduit de TVA à 2,1% au lieu de 19,6%. Ils bénéficient alors aussi de tarifs ultra-préférentiels à La Poste. À ce subventionnement indirect s’ajoute un subventionnement direct par les services du Premier ministre des quotidiens nationaux. Le refus ou le retrait d’un de ces agréments vaut toutes les censures : il condamne généralement le journal concerné à la faillite immédiate. 
        La presse se nourrit aussi de revenus publicitaires. L’État intervient à nouveau pour déterminer les secteurs commerciaux ayant accès à la publicité sur les supports écrits et sur les supports audiovisuels de manière à maintenir des équilibres artificiels
        La presse écrite est diffusée par des messageries coopératives. Il est obligatoire d’adhérer à l’une d’entre elles pour être diffusé en kiosques et il est impossible de les vendre autrement puisqu’il est interdit de colporter des journaux à proximité des kiosques. .
        Dans le cas de la presse audio-visuelle, la pénurie de fréquences hertziennes a conduit le législateur à instituer un Conseil supérieur de l’audiovisuel chargé de les répartir aux « mieux-disants culturels ». Mais, outrepassant ses compétences, ce Conseil, dont les membres ne sont pas élus mais nommés par copinage, s’est érigé d’abord en censeur des chaînes hertziennes, puis des chaînes par satellites ou par câble.
         l’émergence des nouvelles technologies. Aussi a-t-on, au cours des dernières semaines, voté une loi sur l’économie numérique qui fait sortir la liberté d’expression sur internet du cadre général. Désormais, le droit n’est plus le même selon que le journaliste s’exprime directement sur le Net ou qu’il republie sur le Net un article déjà publié dans un journal .

        Ainsi au travers du gouvernement et des politiques , washington , insuffle sa politique,à PARIS,
        Qui est répercutée sans coup férir comme nous l’avons constaté jusqu’à présent pour l’Ukraine.


    • ISTINA Le 24 novembre 2014 à 17h26
      Afficher/Masquer

      Il est strictement impossible que la CIA soit derrière toute la presse occidentale, comme il est impossible que la CIA soit sûre de n’avoir ne fût-ce que 40% de gens qui se taisent, pendant leurs fonctions corrompues aussi bien qu’après ! Il est également impossible que les ressorts et réflexes communs de l’humanité aient changé au point que les journalistes qui révèlent le scoop au mépris des pressions disparaissent !
      *****************************************************************************************************************
      Vous semblez être très renseignés.
      Est-ce que la C.I.A, impose à ses agents de la fermer, comme chez-nous durant cinquante ans, sur ce qu’ils ont v u, entendu ou participé ?
      Avec garanties, après signature ?

      Une chose est certaine, aux U.S.A, nul ne peut parler ou écrire si le sujet n’est pas
      déclassifié.


      • David D Le 24 novembre 2014 à 18h06
        Afficher/Masquer

        Je n’ai pas besoin d’être renseigné, l’idée d’une CIA capable de contrôler de par le monde individus et sociétés est paranoïaque. La CIA contrôlera mieux quelques personnes embauchées, ça c’est différent, mais un journaliste c’est quelqu’un qui se lance dans le métier et qui se retrouve pris dans un circuit malsain qui va l’éjecter ou l’amener à se taire ou l’amener à se corrompre ou l’amener à être bête et servile, je ne vois pas ce que la CIA a à voir là-dedans. En plus, moi, ce que je n’arrive pas à comprendre c’est comment le personnel politique peut être mieux verrouillé que l’opinion, car il y a bien des mécanismes de déniaisement, des réactions surprenantes qui peuvent corriger le tir à défaut de changer radicalement le point de vue! Les jugements émis sur ce blog et la rigueur implacable des billets qui y sont mis, ça doit bien arriver aux oreilles et aux conversations des députés, je ne comprends pas bien comment ils peuvent être aussi bêtes et arriver à un tel consensus inébranlable.
        Or, une théorie où tout le personnel politique est corrompu, outre qu’elle est absurde, empêche définitivement de vraiment enquêter sur une pareille énigme.
        Qu’est-ce qui fait qu’à Bercy il ne pense pas l’économie en étant plus alertés ? Qu’est-ce qui fait que Juppé, Hollande, Le Maire, etc, etc, aient une telle absence d’intelligence en politique internationale ?
        C’est comme s’il n’y avait pas de continuité humaine d’eux à nous, comme si on observait des animaux en laboratoire, mais des animaux complètement coupés de la réalité.
        Voilà plutôt ce que je perçois d’effarant en 2014 !


        • theuric Le 24 novembre 2014 à 20h21
          Afficher/Masquer

          Suivant les emplois et les époques, il existe un discours professionnel partagé, le discours étant ici dans son sens le plus large, même parfois inconscient.
          La mode actuelle de l’américomania, qui n’intéresse pas seulement l’élite politique et économique européenne, est visible partout en France, ne serait-ce sur les devantures des boutiques de vêtements ou perceptible par les expressions employées: business, job, free, live, box, etc….., la liste est très longue.
          Ce rêve américain (je le dis et le répète, je n’ai rien contre les américains) se conjugue à toutes les sauces, aussi bien pour la nourriture, le commerce et l’industrie, l’orthographie, les mots usités, la représentation du monde…, là encore, la liste est longue.
          Cette représentation du monde et, dès lors, de la société, si elle touche les classes populaires, est d’autant plus puissante lorsque l’on observe les autorités au plus haut de la hiérarchie sociale.
          Voilà les raisons du blocage idéologique actuel: faire de l’U.E. les U.S.A. et donc copier le maître à en être caricatural (c’est plus complexe que cela encore).
          Si vous y rajoutez le verrouillage institutionnel européen et dès lors celui de tous les pays le composant, même la Suisse est pris dans la nasse, les intérêts économiques nationaux et européens de cours termes animés par des pressions continuelles sur nos décideurs politiques, les pressions exercés par Tonton Sam, le verrouillage médiatique, la domination naissante de l’Allemagne sur l’Europe vous avez là, déjà, sûrement, qu’une partie des causes de ce qu’il se passe actuellement.
          Face à une telle puissance de paralysie, et le Front National fait parti de ce processus, en est même l’un des outils, nous ne pourrons nous en défaire que lors d’un choc puissant et seul celui dû à la disparition des États-Unis-d’Amérique sera à la mesure de notre libération.
          Avant cela, la seule chose qu’il nous reste à faire c’est de nous y préparer.
          Parce que ce choc sera rude, très rude.
          Discutez en avec un représentant de Lutte Ouvrière, vous verrez, cette idée même lui fera péter un câble, par deux expériences je l’ai vérifié.
          Vous voyez, même l’extrême gauche est touchée par l’américanomania, c’est pour tout dire.


        • Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 20h25
          Afficher/Masquer

          @David. D
          D’accord, l’ensemble du monde politique n’est pas corrompu mais une bonne part ( buonaparte) !
          Le terme corrompu n’est d’ailleurs pas adapté. Je préfère le terme “comprador”. Je ne vais répéter ce que j’ai écrit plus haut.
          Lorsque vous trouvez dans la liste des young leaders, pèle mêle, Francois Hollande, Alain Juppé, Arnaud Montebourg, Nathalie Kosciusko Morizet, Emmanuel Macron, Jacques Toubon, Fleur Pellerin, Marisol Touraine, Pierre Moscovici, Jean-Marie Colombani, Alain Minc, Laurent Joffrin, Erik Israelewitz, Christine Okrent et de nombreux cadres dirigeants de grandes entreprises françaises, on peut parler de caste comprador !
          Donc, si Bercy ou les autres ministères paraissent coupés d’une “continuité humaine” ou si les journalistes honnêtes ne peuvent publier leurs enquêtes, vous pouvez quand même y voir certains rapports de cause à effet.


          • David D Le 24 novembre 2014 à 21h14
            Afficher/Masquer

            Il y a à l’évidence une infiltration intéressée des partis et des médias, mais ce que je ne comprends pas, c’est que si les entreprises ont un certain poids et ont des contacts quotidiens avec les gens au pouvoir, pourquoi personne n’explique à Juppé et Hollande que la non livraison du Mistral c’est un grave manquement à la parole donnée ? Pourquoi des entreprises ne font pas mieux entendre que les sanctions contre la Russie, c’est du n’importe quoi ?
            Certes, l’américanophilie est bien desservie, mais comment les politiques peuvent s’engouffrer dans le non aveu des morts en Ukraine, ne pas être capables de comprendre les intérêts de l’Europe qui ne sont pas les intérêts américains? Ne pas comprendre que la Russie va gagner cette guerre et qu’il faudra faire profil bas plus tard? Je pige pas, je vois pas les intérêts qui sont défendus, je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas de divergence d’opinions, alors que la divergence n’est pas réservée à opposer les puissants et les faibles, je pige pas bien le verrouillage!


            • Homère d'Allore Le 24 novembre 2014 à 21h29
              Afficher/Masquer

              Je répète: Hollande et Juppé sont des “young leaders”.
              Ils ont autant de proximité avec Washington que pouvaient en avoir en son temps Battista, Rios Montt, Hugo Banzer…
              Certes, ils sont moins sanglants, c’est déjà ça !


            • theuric Le 25 novembre 2014 à 01h40
              Afficher/Masquer

              Je me souviens d’une époque ou, en voiture, lorsque je me sentais égaré, j’avais tendance à suivre la file où roulaient le plus de véhicules.
              Il s’agit là d’un des nombreux biais cognitifs qui perturbent continuellement nos décisions.
              En fait, hormis ces biais, il y a aussi de nombreux processus inconscients comme peuvent l’être l’angoisse de décider, et oui, les élus peuvent angoisser pour cela parce que leur est fourni des solutions et décisions clef en main depuis longtemps, ou le réflexe de vouloir faire survivre une Union-Européenne déjà moribonde.
              Les excitations étasuniennes doivent toutefois faire réfléchir bien des décideurs parmi les plus intelligents mais, comme je l’ai déjà écrit, que peuvent-ils faire, voyez ce qu’il se passe en Hongrie, et, en France, il y a un personnage en remplacement, il, ou plutôt elle s’appelle Marine Lepen.
              Le verrouillage est sur plusieurs plans, idéologique, nous venons de le voir, politique, voyez la pression sur François Hollande et marine Lepen attendant son heure.
              Institutionnel quand nous savons qu’en Europe les réunions des ministres ou des chefs de gouvernements ne peuvent servir à prendre de quelconque décision puisque tous doivent être d’accord, l’assemblée ne sert pas à grand chose puisqu’elle n’a quasiment pas de pouvoir et que les membres du conseil européen, du gouvernement de l’U.E. sont choisis pour leur, comment dire, leurs capacités restreintes.
              C’est pourquoi, dès que les U.S.A. ont montré leur faiblesse c’est le pays le plus puissant du moment, l’Allemagne, qui a pris naturellement la tête de l’U.E., le vide demandant à être comblé.
              Ce qu’a montré Monsieur Todd c’est la tendance naturelle de ce dernier pays à poursuivre une logique, même délirante, jusqu’au bout, n’oublions pas que lors de la guerre de trente ans, se situant surtout en Germanie, ce fut la guerre de religion allemande, il fut des régions ayant perdu près de 70% de leur population, sans même parler de 14/18 ou 39/45.

              Un réel homme d’état décide d’abord et essentiellement pour les seuls intérêts de sa patrie et il fait tout pour s’entourer de personnalités compétentes, où voulez-vous que Monsieur Hollande ou son prédécesseur, Monsieur Sarkozy, sans juger de la qualité de leur action, et quand bien même seraient-ils de valeur, où voulez-vous qu’ils aient pu, l’un et l’autre, trouver des personnes compétentes pour les seconder?
              En sachant qu’ils ne peuvent, l’un et l’autre, se délester de leurs affidés politiques, se serait part trop les affaiblir.
              Idéologique, politique, institutionnel, tout est cadenassé!
              Dès lors, je le dis et le répète, seule l’effondrement économique étasunien et mondial nous débarrassera de tout cela, du balai!

              Quand à la Russie, croyez bien qu’un homme d’état tel que le devient Monsieur Poutine oubliera très vite les petites mésaventures actuelles, seuls comptant la dynamique du présent dans sa vision du futur, soit la géopolitique et la géostratégie.
              Sachez ainsi que juste avant que la France s’allie à l’Angleterre au tout début du XX° siècle, ces deux pays risquèrent de très peu de se faire la guerre.
              Cela ne les empêcha pas de se battre ensemble en 1914.


    • Ztong Le 25 novembre 2014 à 10h44
      Afficher/Masquer

      Votre opinion, David, je ne la partage pas.
      Mais il faut s’entendre sur ce que vous entendez par ” être derrière “.

      Le but de la CIA n’est pas de dicter les articles des journalistes, encore que cela ne semble pas si impossible, vu leur propension à repomper sans vérification d’AFP, comme on l’a vu sur ce site. Vous voulez influencez ? Infiltrez l’AFP.

      Le but de la CIA est plutôt d’ordre global : créer un climat favorable, une ambiance américanophile. Et ça passe par la fondation Coca Cola, ou l’USAID dans les pays de l’Est. La NED a plein de relais. Et quand on a de l’argent gratuit, c’est plus facile.

      Ce qui n’empêche pas les actions ponctuelles, tous bords politiques confondus. Jospin et Cambadélis ont dû admettre avoir travaillé pour la CIA.

      Et de fait, depuis l’épisode Chirac, il est fait en sorte de cadenasser la situation pour que “plus jamais ça”.


      • David D Le 25 novembre 2014 à 15h51
        Afficher/Masquer

        L’AFP, Reuters, oui, cela s’infiltre, comme Le Monde et Libération sont des organes de presse sous contrôle, il est possible également de pirater un article au moment de la mise sous presse dans de telles maisons ! Il est clair qu’il y a une propagande fortement organisée au sujet de la crise ukrainienne et de fortes pressions.
        Mais, je ne crois pas pour des raisons de bon sens à une omniprésence de la CIA ni au tirage au sort béat de nos représentants!
        Oui, il y a la philosophie “young leaders”, etc.
        Mais il ne faut pas toujours fantasmer sur la toute-puissance américaine, d’autant qu’ils se sont ridiculisés en Somalie au passage, et voilà qu’ils seraient derrière toute la presse mondiale, ce qui suppose une force de déploiement qu’ils n’ont bien sûr pas, et on aurait depuis longtemps des explications détaillées à ce sujet des proches des politiques et du milieu journalistique.
        La propagande sur la crise ukrainienne est sui generis en Europe, les Etats-Unis viennent la renforcer !
        Il y a aussi un problème de bêtise généralisée et pas qu’un système machiavélique qui sans bien comprendre ses intérêts se rattacherait à une cause mystique depuis des décennies, c’est la bêtise qui fait la farce tragique ambiante actuelle.
        Enfin, Margerie était contre les sanctions envers la Russie et il était un symbole de ceux qui ont le pétrole, donc je ne comprends pas bien comment le discours est unilatéralement verrouillé par ceux qui s’imaginent vaincre la Russie, et maintenant que celle-ci va gagner, car une victoire ukrainienne ne peut plus avoir de sens sans se poser la question du sort des civils du Donbass et au-delà, par quel prodige il n’y a aucun principe de précaution dans la politique européenne consistant sans désavouer leurs positions russophobes à jouer des coups pour ne pas se mettre en une position insoutenable dans un proche avenir ? Qu’est-ce que c’est que ce cirque de ne pas achever la vente des Mistral à la Russie, car au-delà de la parole donnée, du contrat, ils n’ont aucune valeur militaire clef en soi, la seule valeur militaire clef c’est les séjours déjà effectués des russes en France pour apprendre ce que c’est dans la marine qu’un vaisseau de commandement, comment les français fonctionnent, point faible russe auquel ils ont alors dû bien remédier ? Les bateaux, c’est rien du tout en soi et on les vend.
        Vous croyez avoir affaire à un truc savant et machiavélique des américains qui contrôlent tout, dont la puissance serait absolument intouchable, avec un enrégimentement de tous les gouvernants européens qui n’auraient pas le choix, je trouve ça complètement farfelu, moi je vois de la bêtise en acte, des européens qui se sont eux-mêmes mis dans l’inertie de coopérer avec l’Amérique, avec certes quelques officines américaines qui agissent, mais elles sont cassables, je vois que la population est anti-Poutine et anti-russe facilement et depuis longtemps, sans travail de la CIA, certes avec travail des journaux. Je vois que le journal Le Monde il est contrôlé par une coterie BHL, etc, mais avec toutes les dynamiques médiatiques en place, c’est cassable la loi de plomb propagandiste.
        Dernière difficulté, la loi de cooptation dans les partis qui fait qu’un programme pro-américain y est lissé, mais le débat public rend encore une fois cassable ce programme, sinon plus rien n’a de sens!


        • Vincent Le 25 novembre 2014 à 18h44
          Afficher/Masquer

          La population occidentale n’est pas si anti-Russe ni anti-Poutine que ça.

          Elle a juste le réflexe : Russe = espion ou mafieu = mensonge, violence et cynisme.
          Ce réflexe est largement dû au cinéma. Les méchants vraiment méchants se doivent d’être Russe (OK, parfois ils sont également nazi).
          Depuis la guerre froide c’est ce qu’on fourre dans la tête du grand public.

          Mais la population a en général bien le sentiment que c’est du cinéma.

          Si ce n’était pas dirigé contre des Russes ce serait considéré comme du racisme.

          Ensuite, lorsque ce réflexe doit être utilisé a des fins géopolitique, il est bien utile d’utiliser des journalistes pour exploiter ce filon. Et les agences de renseignement américaines ne s’en privent pas.
          D’où autant d’articles ou de livres anti-Russes de la part de quelques journalistes. Ça permet de donner un vernis de vérité intangible au réflexe conditionné.


        • Homère d'Allore Le 25 novembre 2014 à 22h54
          Afficher/Masquer

          @David.D
          Ce soir, avec l’annonce concernant la suspension de la vente des Mistral, croyez-vous encore à la bêtise de nos gouvernants ? C’est la preuve par l’absurde que ce ne sont que des agents d’influence infiltrés au plus haut niveau ! Personne ne pourrait être assez bête pour casser un si gros contrat, fragiliser les potentiels contrats sur les Rafales en Inde, etc !
          Donc, ils sont dans une autre logique ! La logique des intérêts US…


      • Homère d'Allore Le 25 novembre 2014 à 20h20
        Afficher/Masquer

        @Ztong.
        Nous partageons la plupart des constats.
        Mais je ne pense pas que Jospin et Cambadélis aient admis avoir travaillé pour la CIA.
        Que certains pensent que les lambertistes ont été financés par les américains pour gêner le PCF, ça oui.
        Que Jospin et Cambadélis aient commencé leur vie politique dans ce groupuscule, ça oui.
        Mais le reste est hypothétique. C’est bien possible mais ne peut être présenté comme des faits. Et, comme pour Ulfkotte, je n’aime pas les accusations boomerang qui finissent par décridibiliser un discours par ailleurs véridique !


  21. Kellhus Le 24 novembre 2014 à 15h26
    Afficher/Masquer

    Je vous conseille le lien suivant:
    link to rt.com

    Il s’agit d’un échange extrêmement tendu entre la journaliste vedette de CNN Christiane Amanpour et une journaliste de RT qu’elle interviewe concernant la “guerre de propagande menée par la Russie” (Russia’s media propaganda war). Cette dernière ne se laisse pas faire et indique que si RT montre en effet le point de vue russe sur le monde et ne cache pas son financement par le Kremlin, CNN est bien mal placée pour critiquer RT car elle ne fait que pousser la ligne du département d’Etat américain sans aucun esprit critique. Sa mise en cause d’Amanpour dans son traitement des guerres américaines successives depuis la Yougoslavie est savoureuse. Tout comme la réaction outrée de celle-ci devant un tel crime de lèse-majesté. Entretien censuré sur CNN mais heureusement enregistré dans son intégralité par RT….


  22. Guy Fawkes Le 24 novembre 2014 à 16h00
    Afficher/Masquer

    La CIA a infiltré les médias pendant des décennies et depuis au moins les années 50. (voir les auditions de l’opération Mockingbird). En ce sens, ce n’est pas un scoop.

    link to dailymotion.com

    Il n’y a pas de raison que ça se soit arrêté bien évidemment.

    En son temps, le projet Mk Ultra avait aussi été révélé, soit disant arrêté…et pourtant continué dans la clandestinité. Pareil pour les armes chimiques.


    • harvest Le 25 novembre 2014 à 16h15
      Afficher/Masquer

      Mais non, ce n’est pas possible: La preuve: vous avez des David D. “qui n’ont pas besoin d’être renseignés” (ce sont ses propos) et qui vous disent que c’est impossible.


  23. Mina Le 24 novembre 2014 à 16h58
    Afficher/Masquer

    Parfaite illustration de l’article
    link to lemonde.fr
    et ce lien qu’on trouve dans les commentaires
    link to mediapart.fr

    Mais l’AFP et Le Monde n’en ont pas parlé. Tiens, tiens….


  24. Fabrice Le 24 novembre 2014 à 18h54
    Afficher/Masquer

    Que la CIA soit derrière tous les journalistes, je doute par contre que les journalistes aient perdu toute éthique et semblant de probité pour bénéficier des bonnes grâces du système, là je ne doute pas.

    On peut parler de Panurge ou pire de courtisans faisant tout pour satisfaire la pensée prédominante c’est certain, ils suivent le modèle des politiciens qui ne travaillent plus pour le bien commun mais pour leur intérêt personnel voir dogme.


  25. Pascal Le 24 novembre 2014 à 19h08
    Afficher/Masquer

    En 1985 Edwy Plenel révélait l’affaire du Rainbow Warrior. Il portait ainsi préjudice à notre force de frappe nucléaire, donc à notre indépendance, à notre liberté. Dans La face cachée du Monde Pierre Péan et Philippe Cohen parlaient de piges pour la CIA d’un grand quotidien du soir dirigé à partir de 1994 par le triumvirat Jean-Marie Colombani, Edwy Plenel et Alain Minc. Bush père aurait averti François Mitterrand du fait que le journal travaillait avec la CIA. La collusion des gauchistes et des libéraux avec l’Empire est une constante quand il s’agit de nuire aux intérêts de la France.


  26. Zasttava Le 24 novembre 2014 à 19h27
    Afficher/Masquer

    Les révélations, ou aveux, de ce journaliste sont éloquentes, mais pas surprenantes.
    Dans son documentaire “Wars on Democracy” (dispo sur Youtube en VOSTF), John Pilger interroge des journalistes américains et britanniques sur leur travail durant la guerre en Irak de 2003 : tous reconnaissent les pressions directes, l’impossibilité d’obtenir des infos autrement que par les autorités gouvernementales…etc.
    Je résume, mais ce doc est vraiment riche en info, tant sur les pratique que sur le fonctionnement institutionnalisé des médias.
    Pour ma part, j’en ai conclu que les gouvernements (quels qu’ils soient !) ne manipulent pas les médias, mais ils les orchestrent, les dirigent.


    • Anne Le 24 novembre 2014 à 21h31
      Afficher/Masquer

      Je pense que la situation à évolué en bien pire depuis 2003.
      Il y avait les journalistes “embarqués”, les journalistes sous contrôle, par exemple pendant la guerre d’Irak.

      Il y a désormais :

      – des groupes de presse, possédant tous les médias: télévision, radios journaux, appartenant à des oligarques, représentant eux mêmes des intérêts financiers liés souvent à des marchands d’armes, et qui influent directement sur le financement des partis politiques.

      Par leur puissance financière ils ont une grande puissance de corruption sur le monde politique au point qu’ils en soient arrivés à en faire les employés serviles.

      Ils ont de ce fait une maîtrise politico-financière-médiatique sur les pays.

      Le phénomène est mondialisé, avec supériorité écrasante en terme de puissance de nuisance, de la part des grosses firmes liées au complexe militaro industriel des USA et de l’OTAN et du gouvernement US par conséquent.

      – une corruption de plus en plus active des journalistes, qui leur doivent totalement leur boulot, ils sont littéralement inféodés à ces groupes ou bien ils sont éjectés du système et privés de ressources, et de parole.

      Il existe des liens de plus en plus courants et personnels entre le monde des média et le monde politique.
      En effet :
      Ils sont les salariés des mêmes oligarchies, cela les rapproche…

      Cela devient un milieu (dans tous les sens du terme)… hybride, de plus en plus toxique pour la démocratie qui ne peut exister qu’avec des pouvoirs et contre pouvoirs organisés et biens lisibles pour le citoyen.

      Et un milieu toxique aussi par le fait que politiques et journalistes deviennent les employés (les mercenaires) de ces grands groupes oligarchiques.

      On en arrive à une quasi mafia ou existe l’omerta, et l’obéissance à la ligne dictée par les intérêts oligarchiques, et où il n’est pas étonnant que ces milieux soient de plus en plus va t en guerre, car employés pour le bénéfice justement des marchands d’armes.

      Les hommes ou femmes politiques dans l’ancien sens du terme n’existent plus dans le monde occidental, nous avons les ” employés ” “salariés” (acteurs clowns ou comédiens comme Obama ou bien des larves comme Hollande, ou de bons petits soldats comme Merkel ou des complices comme Cameron, des opportunistes comme Barroso et autres pantins de l’UE) employés de l’empire militaro industriel US/UE.

      Et tous ces gens n’ont aucun souci du bien public.


      • Homère d'Allore Le 25 novembre 2014 à 11h07
        Afficher/Masquer

        Anne, je suis tout à fait d’accord avec votre constat ! J’espère d’autant plus que le malentendu du début du fil des commentaires est dissipé.
        Nous sommes dans le même camp.


  27. laurentdup Le 24 novembre 2014 à 20h23
    Afficher/Masquer

    Bel entretien d’Emir Kusturica:
    “C’est pareil chez vous. L’Amérique fait de la propagande et les gens ont beaucoup de mal à creuser pour découvrir la vérité.”
    link to arretsurinfo.ch


  28. Marco Le 24 novembre 2014 à 21h11
    Afficher/Masquer

    Rien a voir avec le sujet du billet, mais Graham Phillips a été blesse et cela me peine.
    link to french.ruvr.ru

    En espérant que cela ne soir pas grave…


  29. Cédric Le 24 novembre 2014 à 21h13
    Afficher/Masquer

    Il nous avoue quand même ici que la presse française semble moins corrompue qu’au RU ou qu’en Allemagne … on en déduit donc que c’est surtout la fainéantise qui nous mène .


    • Michel Le 25 novembre 2014 à 08h05
      Afficher/Masquer

      Ce qui m’a étonné! Alors que sur ce blog, les articles de journalistes repris ou les émissions de télévision allemandes postées semblaient de meilleure qualité que ce que nous trouvons en France …
      L’hypothèse de la fainéantise est très bonne !
      Mais on sait qu’il existe en France une assez forte connivence entre grands journalistes, éditorialistes etc. et le pouvoir (exécutif et économique):
      Les nouveaux chiens de garde
      = link to youtube.com
      Acrimed / Patrick Cohen
      = link to acrimed.org


  30. Papagateau Le 24 novembre 2014 à 21h33
    Afficher/Masquer

    Pourquoi les journalistes sont-ils si faibles ?
    Parce que depuis les médias de masse, on peut les filtrer.
    Il n’y a qu’un seul type à sélectionner quand la voix d’un seul type peut couvrir un million de maisons.

    Pourquoi les journaux mentent-ils autant ?
    On pourrait invoquer l’effet AFP, mais l’AFP vit de cotisations des journaux, il faut donc voir ailleurs.

    Qui est le maître du journal ?
    C’est le patron, au sens actionnarial, c’est bon de le rappeler.

    Quel est l’intérêt du patron ?
    Ordinairement , le patron cherche à faire de l’argent avec son placement. La norme de la presse montre des journaux avec des déficits d’un million par MOIS.
    Et qui dit déficit permanent, dit renflouement permanent, donc une autre entreprise qui fournit l’argent.

    Cette entreprise sera industrielle , c’est à dire sensible à la règlementation et aux exportations. C’est à dire que ses bénéfices sont éminemment dépendant du pouvoir politique national et mondial.
    La règle étant celle-ci : si un politicien frappait sur mon entreprise , je le frapperai en retour avec mon journal.
    Le journal est donc utile à “l’entreprise nourricière” (industrielle).

    Mais le problème est que dans une économie ouverte, l’entreprise industrielle est aussi sensible aux règlementations étrangères, et spécialement du premier PIB de la planète : les USA.

    On se retrouve donc avec des patrons de presse français qui sont puissants en France mais qui sont soumis aux USA , car ils ne pourraient que souffrir de coups en tant que patron d’industrie, sans pouvoir les rendre comme patron de presse.

    Le choix est vite fait.

    Presque tout les actionnaires de journal sont aussi industriel. Je vous recopie la liste avant minuit. Pour les impatients : voir les notes de bas de page du “Monde Diplomatique” d’octobre, page 20.


    • Papagateau Le 24 novembre 2014 à 23h29
      Afficher/Masquer

      Voici la liste (par ordre de fortune) :

      Le journal “les échos” et “radio classique” appartiennent à M. Bernard Arnault (1ère fortune française, selon Forbes), “le point” à M. François Pinault (3ème), “le figaro” à Serge Dassault (4ème), “libération” à M. Drahi (6e), “le monde” et “le nouvel observateur” à M. Xavier Niel (7e), “direct matin” et “canal plus” à M. Vincent Bolloré (10).

      Messieurs Martin Bouygues (TF1-LCI), Jean-Paul Baudecroux (NRJ), Alain Weill (RMC, BFMTV) et Arnaud Lagardère (Europe 1, Paris match, le journal du dimanche) comptent également au nombre des plus grosses fortunes de France.


  31. Zoungloubs Le 24 novembre 2014 à 22h06
    Afficher/Masquer

    Bof. Un monsieur qui explique qu’il a menti ou dissimulé la vérité pendant 25 ans n’arrivera pas à retourner l’opinion publique en faisant un mea culpa sur RT. Pourquoi faudrait-il le croire aujourd’hui?


    • Anne Le 24 novembre 2014 à 22h49
      Afficher/Masquer

      C’est parce qu’il se rend compte des conséquences de ce qu’il a fait et qu’ont fait et continuent de faire des centaines d’autres journalistes comme lui.
      Que ces conséquences sont dramatiques car elles font dériver le monde occidental vers le totalitarisme et des risques de guerre.

      Qu’il a vendu sa conscience pour le bénéfice du lobby militaro industriel au pouvoir aux USA et qui tend à prendre un pouvoir total sur le monde occidental y compris l’UE inféodée, et qui mène à ce que l’on voit en Ukraine actuellement, une guerre civile abominable, qui mène le monde au bord d’une troisième guerre mondiale.
      Et qu’il y a lieu de voir la gravité de la situation.


      • Van Le 25 novembre 2014 à 21h16
        Afficher/Masquer

        peut etre quil a seulement peur pour sa vie !


  32. Serge Le 24 novembre 2014 à 22h14
    Afficher/Masquer

    Pas besoin d’être complotiste pour comprendre que les “States” ont des moyens colossaux pour inluencer et modeler notre pensée et nos vies !
    Entre toutes les fondations ,ONG,think tank,Hollywood …le fait qu’on a adopté leur modèle de société sur tous les plans (économique,culturel,ethnique …),la servitude volontaire du colonisé etc etc …

    Quant aux journalistes,pas besoin de les soudoyer ou de leur donner des ordres : ils sortent tous du même moule :”Science Pipo”,centre de formations du journalisme,de la communication ,réseaux amicaux ou familiaux .
    A part quelques rares exceptions,lls sont tous formatés par la même idéologie gôgôche-libérale mondialiste et atlantiste .

    Sinon,sur la désinformation,lire ou relire Volkoff .On trouve ça facilement sur le net .


    • Homère d'Allore Le 25 novembre 2014 à 18h09
      Afficher/Masquer

      Entièrement d’accord, Serge.
      Et je vois que je ne suis pas seul à apprécier Volkoff. Même si les présupposés idéologiques de cet auteur sont à l’opposé des miens, ses descriptions techniques sont implacables.
      Seul bémol, ne trouvez pas ses ouvrages “sur le net” et n’engraissez pas Amazon qui fait partie du camp ennemi ! Allez chez votre libraire pour commander des livres ! C’est le même prix, c’est aussi rapide et ça permet l’existence de circuits de diffusion de la pensée non contrôlés par les officines que nous vomissons tous !


  33. Eric Le 24 novembre 2014 à 22h23
    Afficher/Masquer

    Et j’oubliais, l’Express y est aussi allé de la même partition. À qui le tour ? Faites vos jeux ! Allez, je me lance : le Nouvel Obs.


  34. LS 92 Le 25 novembre 2014 à 00h14
    Afficher/Masquer

    Je signale une erreur de traduction à la fin du texte.

    Il est écrit: “c’est pire pour la vérité”

    En fait M. ULFKOTTE a dit « It’s worth for the truth” (La vérité en vaut la peine)


  35. Le Sudiste Le 25 novembre 2014 à 03h08
    Afficher/Masquer

    Ah… la propagande… la presse… la CIA…

    A remettre dans son contexte et donc n’ayant rien à voir avec des sculptures qui pourraient se gonfler et se dégonfler sur des places parisiennes, ce documentaire pour Arte: “Quand la CIA infiltrait la culture”
    link to youtube.com

    Un doc indispensable sur la subversion: Une présentation faite aux Etats-Unis par Tomas Schuman en 1983. A remettre donc aussi dans son contexte. Tomas Schuman ou plutôt Youri Bezmenov avait travaillé pour l’agence Ria Novosti mais surtout pour le KGB et “passera à l’Ouest” en 1970 en pleine guerre froide.
    link to dailymotion.com

    Sous un angle moins vicieux, moins pervers (donc moins abouti et partiel aussi), le non moins indispensable et salutaire documentaire: “La Presse sous contrôle – Les nouveaux chiens de garde”
    link to nemesistv.info

    Les trolls financés par l’Union Européenne lors des dernières élections
    link to agoravox.fr
    link to youtube.com

    Et puis, n’oublions pas… ce que l’on ne voit pas…


  36. Klemens Le 25 novembre 2014 à 12h20
    Afficher/Masquer

    Ken O’Keefe – 2nd International Conference of Independent Thinkers
    link to youtube.com

    MUST SEE!


  37. El hierro Le 27 novembre 2014 à 16h34
    Afficher/Masquer

    C’est tout de même impressionnant.
    Que la personnalité de Udo Ulfkotte soit contestée, admettons; mais qu’aucune citation de son nom n’existe dans Libé ou Le Monde devrait étonner quelques naifs, non ?
    Le Monde: 0 éléments trouvés (0.002 sec.) “depuis 1944” avec l’expression “ulfkotte” dans “texte…
    Libé : 0 résultats pour votre recherche:


  38. SOLEIL LEVANT Le 27 novembre 2014 à 17h50
    Afficher/Masquer

    Il faut fermer les écoles de journaleux. Les connards internationaux agency ne se cachent même plus pour faire ce qu’ils appellent leur “boulot”.


  39. dhantschotter johny Le 12 décembre 2014 à 06h34
    Afficher/Masquer

    c est normal u s a merkel et la mafia prépares a bruxl avec fransa des u s a trot de monde sur la planète chomage mais surtouts la crisse financiéres plus que les humains qui les préocuppent l argent les gens il en meurent déja tands de misèrent alors ont cherches à éliminé encore le plus possibles mais sans la bombe atomiques et cette mafia de bruxl et les menteurs et voleurs de nos dirigeants organisses et font des menaces aux russes c est pas pour des prunes il cherche àcomment détruires une parties du monde mais avant cela trouvées comment mettre à l abrie cette mafia bruxel et les dirigeant qui sont tous pourries avec leurs fortunes ont ce fou de nous du monent que leurs bienhétre soit et ont reconmencent aprés et avec bonne consiance car il diront que c etait un mal nécéssairres pour l humanitées mais surtout pour eux et le nouveaux pouvoir


Charte de modérations des commentaires