Les données étant sorties, voici les statistiques sur la rémunération des traders français en 2012 :

Voici l’évolution récente par banque :

et pour le marché :

Voici la masse consacrée par les banques à la rémunération de leurs traders : 2,5 milliards, soit plus d’un millième du PIB :

Plus intéressant : le lien entre le seul bonus (variable) et le résultat de la banque d’investissement :

Pour le seul Débit Agricole :

Magique : les bonus sont distribués même sans résultat ! Drôle de conception d’un variable, mais bon…

Voici le ration Variable / Fixe :

Et plus amusant, pour les plus gros revenus :

C’est évidemment du délire, il faut plafonner drastiquement le variable pour ne pas inciter à la prise de risques déments.

On peut regarder le niveau d’intéressement que la banque d’investissement accorde à ses traders :

Sans surprise, c’est la banque à Kerviel qui gagne…

Terminons par l’évolution du nombre des traders :

On constate donc que BNP et Société générale dégazent énormément…

Je vosu renvoie enfin vers l’excellent Rapport Camdessus de 2011 sur ce sujet et ce papier de Rue 89.

68 réponses à 0403 La rémunération des traders

  1. Al Le 30 mai 2013 à 09h18
    Afficher/Masquer

    Bien vu, la publication des salaires au moment de la déclaration de revenus.
    La comparaison avec ses propres revenus n’est que plus douloureuse.


    • RICAUD Le 05 juin 2013 à 01h39
      Afficher/Masquer

      Bien vu, mais ces salaires de traders sont de la gnognotte à côté de ceux des trois plus grands dirigeants de hedge funds américains : à quand un billet décortiquant des salaires annuels de 2,2 milliards de dollars annuels, et dépassant ou frôlant les 1 milliard de dollars annuels ?

      Ils ne s’en cachent même pas tout est public : et bizarrement tous ces dirigeants de hedge fund sont…. anglo saxons… de là à faire le lien entre l’effondrement des pays les plus faibles de la zone euro et ceux qui gagnent des fortunes en spéculant sur leur dos : les montants des gains correspondent à peu près aux orts ensuite demandés à ces pays par la Troïka…

      http://www.forbes.com/lists/2013/hedge-fund-managers-13_land.html
      2012 Earnings ($mil)

      Company
      1 David Tepper 2200 Appaloosa Management
      2 Carl Icahn 1900 Icahn Capital
      3 Steve Cohen 1300 SAC Capital Advisors
      3 James Simons 1300 Renaissance Technologies Corp.
      5 George Soros 1100 Soros Fund Management LLC
      ….


  2. raloul Le 30 mai 2013 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Bonjour!

    Si je comprends bien et que j’observe les résultats des exercices 2011 et 2012 des secteurs “banque d’affaires” des établissements concernés, les chiffres sont très mauvais, ce qui n’empêche nullement les bonus de rester élevés. Correct? Où est donc passée l’idée de “salaire au mérite”, alors? Serais-je si naïf au point de n’oser imaginer une telle imposture?

    Et pendant ce temps, en Suisse…
    http://www.juso.ch/fr/1-a-12-texte

    1 à 12 est un rapport intéressant entre le salaire le plus haut et le plus bas dans une entreprise. Nous verrons en novembre prochain le résultat de cette votation suisse, qui va peut-être à nouveau surprendre les voisins européens 🙂


    • chris06 Le 30 mai 2013 à 12h46
      Afficher/Masquer

      Bonjour Raloul,

      les résultats des exercices 2011 et 2012 des secteurs “banque d’affaires” des établissements concernés, les chiffres sont très mauvais, ce qui n’empêche nullement les bonus de rester élevés. Correct?

      je ne sais pas à quoi vous voyez que les résultats des BFI en 2011 et 2012 sont très mauvais, voir le graphique plus haut:
      http://www.les-crises.fr/images/0400-financiarisme/0403-salaires-traders/41-resultats-et-bonus.jpg
      Les résultats des BFI en 2011 et 2012 ne furent pas très mauvais, mais à peu près dans la moyenne des 6 dernières années.Comparativement les bonus en proportion des résultats des BFI étaient beaucoup plus élevés en 2007 et 2008 qu’ils ne l’étaient en 2011 et 2012.

      Où est donc passée l’idée de “salaire au mérite”

      Les rémunérations des traders sont fonction des termes et conditions stipulés dans les contrats d’embauche. Pourquoi les employeurs signeraient ils de tels contrats s’il pensaient que les termes et conditions ne sont pas mérités?


      • raloul Le 30 mai 2013 à 13h17
        Afficher/Masquer

        Bonjour!

        Ce que je voulais dire, c’est que les résultats de 2011 et 2012, s’ils sont bel et bien dans une certaine moyenne sur 5 ans, sont sur une pente déclinante. Mais ceci ne semble avoir aucun impact sur les bonus ou rémunérations variables. Or, à mon avis une rémunération “bonus” ou variable devrait se faire au mérite, ou du moins être un minimum correlé aux résultats, ce qui ne semble pas être le cas, à moins que des subtilités comptables ne m’échappent… Ce qui m’étonne, c’est que 2012 est un exercice moins bon que 2011, mais que les bonus augmentent. Si cela continue en 2013, ce serait pour le moins étrange, non?

        Selon ma courte expérience, les entreprises (hors secteur financier…) se permettent de délivrer des primes spéciales (ou “cadeaux de fin d’année”, etc…) aux salariés “moyens” les années de bonne marche des affaires, en fonction des bénéfices. S’il y a une part de salaire variable, elle est distribuée “au mérite”, ou en fonction de “résultats” (on pourrait discuter longuement du bien-fondé de telles pratiques, mais bon…).

        Effectivement, comme vous le soulignez, en 2007 et 2008, ces bonus ont été proportionnellement supérieurs à 2011-2012; cela ne signifie à mon avis pas que parce que moindres en 2012 ces pratiques en deviennent acceptables. Ce qui s’est passé en 2008 est franchement totalement indécent (distribuer des boni en pleine crise!), je n’espère pas que vous prenez cela comme référence…

        Quant à expliquer pourquoi des employeurs sont prêts à de telles pratiques, ça n’a de cesse de fasciner l’homme de la rue. C’est un vaste sujet, un terrain miné sur lequel je ne m’étendrai pas.


        • chris06 Le 30 mai 2013 à 14h12
          Afficher/Masquer

          @Raloul,

          les résultats de 2011 et 2012, s’ils sont bel et bien dans une certaine moyenne sur 5 ans, sont sur une pente déclinante.

          oui, depuis 2009.

          Mais ceci ne semble avoir aucun impact sur les bonus ou rémunérations variables.

          ben regardez le graphique:
          http://www.les-crises.fr/images/0400-financiarisme/0403-salaires-traders/31-masse-remunerations-traders-evol.jpg

          Depuis 2009 les bonus ont décliné de 40%, c’est ce que vous appelez “n’avoir aucun impact”?


          • Jean-Luc Le 30 mai 2013 à 18h29
            Afficher/Masquer

            Ce qui est intéressant est de voir que le fixe augmente au fur et à mesure que le variable baisse.
            Donc -40% sur les variables ne sont “plus que” -15% sur le total.


        • chris06 Le 30 mai 2013 à 14h31
          Afficher/Masquer

          @Raloul,

          Quant à expliquer pourquoi des employeurs sont prêts à de telles pratiques, ça n’a de cesse de fasciner l’homme de la rue.

          Nous sommes dans un système capitaliste, non? Qu’est ce qui détermine les prix, à savoir les rémunérations des traders? Les rapports de force entre l’offre et le demande de bons traders, non?


          • vigneron Le 30 mai 2013 à 20h11
            Afficher/Masquer

            Et surtout qui se plaindra de voir cette manne de 2,5 milliards filer dans des poches salariales plutôt qu’en dividendes ? Uh ? Passer les bonus en fonds propres plutôt ? Nan, y’a pas assez…


          • Hajik Le 30 mai 2013 à 22h47
            Afficher/Masquer

            C’est le total des bénéfices potentiels qui détermine le réservoir potentiels. Le rapport de force ce situe entre le pool potentiel et le pool disponible.

            En sachant que les bénéfices potentiels ont clairement étaient sur-évalué, puisque le facteur long terme n’est pas pris en compte. Le pool disponible aurait dut être plus important que le pool potentiel et les salaires moindres probablement.

            Ils ce gavent puis font faillites.


          • Stéphane Grimier Le 31 mai 2013 à 10h32
            Afficher/Masquer

            Non nous sommes dans un systeme sophistique, à irresponsabilité généralisée qu’on appelle socialisme, où les profits sont privé et les dettes publiques. Un espèce de communisme de l’enfilade faux-cul qui se fait appeler capitalisme.


  3. raujol Le 30 mai 2013 à 10h07
    Afficher/Masquer

    j’avais lu quelques documents dans votre livre “les faits sont tetus”. Les chiffres impressionnent moins que ceux liés aux pertes bancaires mais effectivement que des banques distribuent ce genre de salaires est choquant même si ca ne leur prend qu’une partie infime de leur bilan total.


  4. orgent Le 30 mai 2013 à 10h22
    Afficher/Masquer

    Ainsi nos polytechniciens, dont la formation a été financée par l’état, se retrouvent payés a prix d’or dans des salles de marchés pour contribuer a une activité parasite et dangereuse pour toute la société, au lieu de mettre leur talent au service de la société. C’est de la perversion au sens propre du terme.


    • Vénus-Etoile du Berger Le 31 mai 2013 à 09h44
      Afficher/Masquer

      des polytechniciens ? des mathématiciens ? NON

      Fabrice Tourre, le jeune Trader au cœur du scandale Wall Street est diplômé École centrale de Paris


  5. Bill Le 30 mai 2013 à 10h49
    Afficher/Masquer

    Choquant; Le système est pourri et immoral. Pas les traders, mais les politiques corrompus qui le laissent œuvrer et les lobbys qui le protègent.


    • Amsterdammer Le 31 mai 2013 à 23h41
      Afficher/Masquer

      Les traders aussi sont pourris! Pour faire ce genre d’activités socialement nuisibles sans rougir en se regardant dans une glace le matin, il faut être soi-même amoral.

      Leur métier est une activité nuisible, qu’il faudra supprimer. Purement et simplement.
      Tout comme il faut supprimer les banques d’affaires, et non simplement les séparer des banques de dépôts & prêts.

      Un bon trader est un trader au chômage…


      • vigneron Le 01 juin 2013 à 00h29
        Afficher/Masquer

        L’ âme s’terre amère, ” Un bon trader est un trader au chômage…”, et les actuaires ? “Métier le plus heureux (i.e “pépère”) du monde” selon le classement du WSJ année après année…


        • Rycochet Le 01 juin 2013 à 09h08
          Afficher/Masquer

          Pourquoi ce fiel? Quel est le problème?


  6. medomai Le 30 mai 2013 à 12h11
    Afficher/Masquer

    ex avaritia sequitur monstrum


  7. Ploutopia Le 30 mai 2013 à 12h11
    Afficher/Masquer

    Bravo, enfin du visuel didactique témoignant de la partie émergée de l’iceberg!
    Sans commune mesure avec la critique primaire et réductrice des salaires des fonctionnaires, ministres et postes publics! Même le plus bas des revenus des traders dépassent celui de nos dirigeants Européens avec un salaire mensuel BRUT moyen de 15.000 Euros.

    Comment voulez-vous que ceux que l’on appelle nos « dirigeants » soient en mesure de « diriger » quoique ce soit puisque la première estocade devrait porter sur la main qui les nourrit ?!

    Article 108 du traité de Lisbonne
    Dans l’exercice des pouvoirs et dans l’accomplissement des missions et des devoirs qui leur ont été conférés par les traités et les statuts du SEBC et de la BCE, ni la BCE, ni une banque centrale nationale, ni un membre quelconque de leurs organes de décision ne peuvent solliciter ni accepter des instructions des institutions, organes ou organismes de l’Union, des gouvernements des Etats membres ou de tout autre organisme. Les institutions, organes ou organismes de l’Union ainsi que les gouvernements des Etats membres s’engagent à respecter ce principe et à ne pas chercher à influencer les membres des organes de décision de la Banque centrale européenne ou des banques centrales nationales dans l’accomplissement de leurs missions.

    Et la situation ne fait que s’aggraver avec le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) qui constitutionnalise les supers pouvoirs des banques et de la finance. Un pouvoir inconditionnel et irrévocable de gestion et de prélèvement sur les comptes des États-Membres.

    HITLER n’aurait pas réussi à garder un pouvoir si malfaisant pendant douze ans si tous les fonctionnaires allemands n’avaient pas entretenu ce double culte du “travail bien fait” et de “l’obéissance aveugle aux ordres”.

    Comme ne cesse de répéter des gens comme LIETAERD, ROBERTSON ou HOLBECQ invitons nos « dirigeants » Européens à prendre les dispositions nécessaires pour porter cette estocade douloureuse mais nécessaire et salutaire au système bancaire et monétaire lors du prochain sommet du G8
    http://www.avaaz.org/en/petition/End_the_debtbased_money_system/


  8. Romain Le 30 mai 2013 à 12h29
    Afficher/Masquer

    Nos camarades du Front de Gauche devrait en prendre de la graine, les traders sont plus efficaces quand il s’agit de la repartition des revenus entre capital et travail.

    Cependant ne nous meprenons pas, ces salaires representent simplement l’etat de l’offre et de la demande, il s’agit de postes tres qualifies ou la pression est enorme. Bien qu’eleves ces moyennes restent largement en dessous des 30.000 EUR fatidiques au dessus dequels Melenchon “prend tout”.

    Le vrai probleme, a mon sens, est l’inutitlite sociale, voire le danger, que cette activite represente. Tant d’energie et de matiere grise depensees pour rien!! N’oublions pas que le trading est un jeu a somme egale, les gains des uns sont les pertes des autres – sauf pour les actions ou la valeur ajoute creee par les entreprises contribue elle a faire grossir le gateau. Mais les banques francaise ne sont pas tres fortes dans ce domaine, nos mathematiciens sont des champions des produits derives.


    • Ploutopia Le 30 mai 2013 à 12h37
      Afficher/Masquer

      “sauf pour les actions ou la valeur ajoute créee par les entreprises contribue elle a faire grossir le gateau.” Ceci n’est plus vrai depuis le 8 mars 2009, date fatidique d’emballement de la planche à billet américaine évidement accompagnée d’une spéculation en déphasage complet avec la réalité. L’indice des actions mondiales (MSCI Monde) n’a jamais été aussi déconnecté de la trajectoire baissière du PIB mondial. http://ploutopia.over-blog.com/article-pas-de-fumee-avec-feu-pour-le-moment-118133726.html


    • Crapaud Rouge Le 30 mai 2013 à 20h10
      Afficher/Masquer

      “postes tres qualifies ou la pression est enorme” : certes, mais l’existence de tels postes, qui résulte d’une concentration excessive du capital et du pouvoir, est pour le moins contestable.


    • vigneron Le 30 mai 2013 à 21h28
      Afficher/Masquer

      Ah ok, adoncque “… le trading est un jeu à somme nulle…”, alors c’est quoi l’souci ? Va p’têt falloir commencer à bosser un peu l’sujet monsieur Romain…


      • jave Le 31 mai 2013 à 00h58
        Afficher/Masquer

        AHHHH, vigneron, le Zorro des blogs nationaux. On vous lit pas trop ici, c’est dommage.


    • Tikehau Le 31 mai 2013 à 13h54
      Afficher/Masquer

      Tiens, Melenchon ne gagne que 30 000 euros par mois… et ne se ferait donc pas “prendre” à son propre jeu !

      Chacun son métier de suceur de sang et les vaches, veaux et moutons seront bien gardés.


  9. Jojo Le 30 mai 2013 à 12h45
    Afficher/Masquer

    Mais notre trés “chére” Europe, n’avait-elle pas demandé aux banques de différer les bonus en fonction des résultats de la prise de risque du ou des traders ??


  10. Patrick Luder Le 30 mai 2013 à 12h46
    Afficher/Masquer

    Il est logique que les parasites les plus performants sont ceux qui gagnent le plus. Dans la nature un parasite à aussi son rôle à jouer, c’est une sorte de régulateur qui se renforce quand son hôte va bien et qui meurt quand son hôte périclite => Il n’existerait pas de traders s’il n’y avait pas de demande pour ce genre de sport …


    • toutouadi Le 30 mai 2013 à 14h42
      Afficher/Masquer

      Le trader n’est qu’un maillon. Le parasite c’est le rentier.


      • Patrick Luder Le 30 mai 2013 à 18h11
        Afficher/Masquer

        mais on ne demande rien aux rentiers, ce sont les caisses de pension qui doivent faire de chiffre, coûte que coûte … (finalement personne n’y peut rien ;o)


      • Romain Le 30 mai 2013 à 18h57
        Afficher/Masquer

        “Le parasite c’est le rentier” sorti tout droit de ‘Das Kapital’.

        Helas cette experimentation a deja eu lieu et ne s’est pas montree plus vertueuse.

        Pour ma part, je n’ai qu’une confiance tres limitee en la capacite de l’Etat de m’assurer une retraite decente dans une vingtaine d’annee. Je fais donc des sacrifices aujourd’hui pour me constituer un capital qui puisse me generer ‘une rente’ si j’ai la chance de vieillir jusque la.

        Le parasite vous salut bien bas.


        • step Le 30 mai 2013 à 19h13
          Afficher/Masquer

          ah mais le capital ne vous l’assurera pas non plus, demandez aux fonds de pension américain qui ont périclité et ceux qui vont venir.


          • Romain Le 30 mai 2013 à 19h26
            Afficher/Masquer

            Certes. Fort heureusement ce n’est pas l’option choisie… c’eut ete trop facile !

            Non j’ai monte une affaire, et c’est chaud chaud chaud…. je saurai en septembre si on pourra passer l’hiver. Sinon, je perds tout. Mais bon le parasit on s’en fout, c’est 5 employes qui comptent.

            Comme quoi ce n’est pas facile d’etre parasite.

            Pour ma part les fonds de pension je n’aime pas trop. Ce systeme est surtout concu pour engraisser les inombrables intermediaires, l’investisseur lui gagne des clopinettes: pourcentage percu au moment de l’investissement initial, pourcentage percu annuellement pour les frais de gestions (bien qu’il s’agisse de couts fixes!), pourcentage percu sur la performance (plus eleve celui la). Un ancien collegue actuaire avait fait une etude pour comparer le retour sur investissment net par rapport a la valeur d’un sous-jacent (S&P 500) sur 30 ans. Je ne me souviens plus des chiffres exacts mais c’etait de l’ordre de 70% pour l’investisseur alors que le sous-jacent avait lui progresse de plus de 300%.

            C’est cet argent qui paye les bonus mentionnes ci-dessus.


        • toutouadi Le 30 mai 2013 à 20h22
          Afficher/Masquer

          “Non j’ai monte une affaire, et c’est chaud chaud chaud…. ”

          Tsss !! Pas l’bon plan !! Les fonds pensions ont asséchés la demande… Les clients a p’us … ballot non?


      • toutouadi Le 30 mai 2013 à 19h28
        Afficher/Masquer

        Rien dans les mains, rien dans les poches, ni vu ni connu je t’embrouille et le petit épargnant cautionne ainsi un vaste système de spoliation dont il est en réalité une des premières victimes.
        C’est le petit épargnant salarié en autre qui finance les rentes des gros patrimoines par le biais du dumping social et salarial … Et en fin de course il a droit au chômage … Yeap !! génial !!


  11. niethil Le 30 mai 2013 à 13h24
    Afficher/Masquer

    Moi ce que j’aimerais bien avoir c’est la même chose mais en revenu MÉDIAN. En effet il n’y a pas de raison de supposer a priori que la distribution des revenus des traders est d’une forme différente de celle des revenus en général, ie. une loi de puissance. Je m’attendrais à ce que un petit nombre de traders gagnent énormément et la majorité beaucoup moins. D’ailleurs le graphe sur la distribution du ratio bonus/fixe des 400 premiers semble indiquer que c’est probablement ce qui se passe : ces 400 personnes ont probablement un salaire fixe relativement comparable, et leur rémunération varierait donc du simple au centuple environ (ratio bonus/fixe entre l’unité et la centaine).
    Auquel cas, la moyenne n’a aucune signification …
    Ce qui serait vraiment super ce serait d’avoir un graphique boite à moustache au lieu de simples batons. Comme ça on aurait toutes les infos au même endroit (mais ça me semble pas facile à faire).


    • Blackisto Le 30 mai 2013 à 14h44
      Afficher/Masquer

      Tout à fait. Ces chiffres sont délirants. Le salaire “moyen” d’un trader est une notion vide de sens puisque personne ne gagne ce salaire moyen, mis à part quelques personnes qui gagnent beaucoup beaucoup plus.

      Par ailleurs, et il me semble capital de le préciser, les salaires ci-dessus sont presque systématiquement des salaires Londoniens puisque tout le Front Office est aujourd’hui à Londres.
      Comparer des salaires à Londres (ou le moindre appartement de 45m² coûte 2500€/mois) aux salaires Français c’est malhonnête intellectuellement.
      En France, personne ne gagne 10,000€ net par mois de salaire fixe… Les salaires fixes dans la banque sont proches des salaires d’ingénieurs normaux (environ 45k€ brut annuel à l’embauche, et peut être 55k – 60k€ au bout de 5ans).

      Je ne dis pas qu’il n’y a pas de problème avec la politique salariale dans banques. Même les financiers le reconnaîtront aisément. Mais commençons peut être par comparer des chiffres comparables.


      • Surya Le 30 mai 2013 à 14h49
        Afficher/Masquer

        Heu, on fait avec le peu d’infos disponibles.


        • Blackisto Le 30 mai 2013 à 19h01
          Afficher/Masquer

          Certes, mais il conviendrait de clarifier ce point, sur le fait qu’il ne s’agit pas de salaires versés en France, mais à Londres: la ville ou le coup de la vie est ultra-élevé et ou (il est vrai) les salaires de la “Citi” sont très hauts et les bonus sont parfois délirants alors que la banque perds des sous ! (merci pour ces graph’ bonus versé vs profit de la banque).
          En France on est loin de ces excès; même si personne n’est blanc comme neige.

          Ceci étant dit, je revendique tout à fait que beaucoup d’activités de la banque d’investissement demeurent toxiques pour le contribuables.
          Le too-big-to-fail continue de récompenser la prise de risque asymétrique, c’est à dire la prise de risque qui consiste à gagner très souvent un peu d’argent (et il est pour la banque) et à perdre rarement énormément d’argent (et c’est le contribuable qui renfloue).
          C’est le profil de risque que l’on a lorsqu’on détient des obligations ou des CDS… et c’est ce qui a mené au scandale AIG. Sur ce point, rien ne change, et le contribuable continuera de mettre au pot puisqu’il semble l’accepter sans broncher.
          Cf: le débat sur la séparation des banques.

          Par ailleurs, au delà de leur rentabilité intrinsèque incertaine; beaucoup d’activité posent aussi le problème de leur utilité économique. Et là on rentre en plein dans le trading quantitatif qui est structurellement rentable (les algorithmes plument les pigeons, ça marche très bien) mais a un rôle ultra parasitaire. Les hedge-funds, bien cachés, réussissent pour l’instant à ne pas capter l’attention, dans la mesure ou le “trading haute fréquence” (je met des ” ” car la plupart de leurs activités ne sont pas du tout du trading haute fréquence) reste très mal connu.


        • niethil Le 31 mai 2013 à 20h38
          Afficher/Masquer

          J’avais bien compris que les données étaient limitées. C’est pour ça que je disais que ça paraissait difficile à faire.

          En même temps : j’ai entendu à la radio hier un type, député je crois, qui s’indignait de ce que le montant moyen des retraites sont différents pour les anciens salariés du secteur privé et du secteur publique. C’est pas mieux ! Quelqu’un devrait peut-être exiger des cours de remise à niveau en statistique pour les élus, parce que là le niveau est affligeant.


      • Jsword Le 30 mai 2013 à 17h34
        Afficher/Masquer

        Les salaires d’ingénieeurs “normaux” sont à peut près 5 à 10K€ en dessous de ce que vous annoncez, en tout cas dans les domaines que je connais (industrie et informatique) sauf portion minoritaire de gens sortis d’écoles type polytechnique. Pas étonnant que la finance attire les meilleurs ingé en sortie d’école.

        Justifier les salaires par rapport aux revenues c’est en partie justifié la cause par la conséquence, les loyers ne pourraient aps atteindre de tel prix si des gens ne touchaient pas de tels salaires. Et ça renvoi au problème des rentiers qui touchent ces loyers exorbitants.


        • Romain Le 30 mai 2013 à 19h09
          Afficher/Masquer

          Ces biens immobiliers sont typiquement adosses a des prets hypotecaires tout aussi exhorbitants… Il n’y a pas que des Rockfellers. Si on laisse de cote le haut du marche (Mayfair etc) qui est astronomique et que personne gagnant un salaire ne pourra jamais se payer, le reste du marche ce sont des gens qui bossent, ont un emprunts, des gosses, etc… et payent PLUS d’impots qu’en France. Pas de concept de foyer fiscal en UK, ni de quotient familial.
          On ne peut pas reprocher aux gens d’essayer de tirer leur epingles du jeu, c’est le systeme qui est bancal. Quelques lois simples permettraient de mettre de l’ordre la dedans – a commencer par Glass Steagall, mais nos elites corrompues n’ont pas le courage / les valeurs pour le faire.


  12. Simon Le 30 mai 2013 à 14h31
    Afficher/Masquer

    Bonjour à tous,

    Je pensais (naïvement) que la rémunération d’une personne était liée à ses performances, ou au moins à la création de valeur de cette personne (pour l’entreprise en premier lieu puis peut être un peu pour la société, on sait jamais on peut rêver hein…)

    Il serait intéressant de savoir quelle est la valeur créée réellement par ces personnes et la mettre en lien avec des personnes travaillant dans d’autres secteurs, puis de comparer leurs rémunérations respectives.

    Je m’explique : si on arrive à isoler la part de PIB afférente aux activités de marché. Que l’on divise cette valeur par le nombre de personnes travaillant dans ce secteur, on aura une idée de la valeur moyenne créee par individu dans ce secteur.

    Si cette dernière est 10 fois plus élevée que dans un autre secteur, alors peut être il est juste (économiquement) de rémunérer ces acteurs dix fois plus que les autres.

    Par exemple si on prend un exemple théorique et qu’on admet que la finance et la grande distribution représentent la même part de PIB (contribution à hauteur de 5%).
    D’un coté il y a disons 10000 personnes (finance) et de l’autre 100000 (grande distrib’). Alors la valeur moyenne créée par tête de pipe est 10 fois plus élevée en finance qu’en grande distrib. Ca peut éventuellement justifier économiquement des rémunérations moyennes 10 fois plus élevées.

    Si ce n’est pas le cas alors en plus d’être injuste socialement cela le devient économiquement.

    Quelqu’un a-t-il déjà essayé de faire ce type de calcul?

    Personnellement je suis (quasiment) convaincu que ce calcul ne donnerait pas des résultats suffisants pour justifier un tel écart de rémunération avec les autres secteurs d’activité.

    Cordialement,

    Simon


    • dadone Le 31 mai 2013 à 09h16
      Afficher/Masquer

      @Simon
      Votre raisonnement n’a a


    • dadone Le 31 mai 2013 à 09h32
      Afficher/Masquer

      @Simon
      Votre raisonnement n’a aucun sens.
      Dans une société, il n’y qu’un seule source de création de valeur : la production
      Par la suite on redistribue cette production dans différents secteurs.
      On peut qualifier ces secteurs d’utile, inutile, nuisible.
      Utile car par l’activité qu’exerce le secteur cela aura une influence directe ou indirecte sur la production future : Par exemple, l’éducation, la santé, la R&D.
      Inutile car par l’activité qu’exerce le secteur cela n’aura aucune influence directe ou indirecte sur la production : Exemple : les loisirs en générale
      Nuisible car par l’activité qu’exerce le secteur, le secteur détourne a son profit une partie de la production au détriment des secteurs utile et inutile. Exemple : la publicité , le marketing, une très grande partie de la finance.
      En conclusion, non seulement la finance ne sert à rien mais elle appauvrit le système. La justification de la rémunération des traders en découle…


      • Simon Le 31 mai 2013 à 11h28
        Afficher/Masquer

        @Dadone: Je partage totalement votre analyse en termes de secteurs positifs, neutres, néfastes au moins dans le sens où j’aurais tendance à ranger la finance dans ce dernier groupe.

        Néanmoins même si je partage un grand nombre de vos points de vue, je ne suis pas d’accord avec la classification que vous faites.

        “Inutile car par l’activité qu’exerce le secteur cela n’aura aucune influence directe ou indirecte sur la production : Exemple : les loisirs en générale”

        Un secteur n’est pour moi pas inutile s’il ne contribue pas directement à la production (critère que vous avancez). Un secteur est inutile si son activité n’a pas d’effet d’entrainement sur le reste de l’économie (un peu comme le concept des industries industrialisantes pendant la “révolution industrielle”)

        Les loisirs ne participent pas directement à augmenter la production dans le sens où les loisirs ne font pas de production matérielle (quoi que je n’en suis pas vraiment sûr) mais par contre ils peuvent y contribuer indirectement: les revenus des personnes travaillant dans les loisirs sont bien dépensés à hauteur de la propension à consommer de ces actifs. D’où un effet positif sur la production ex post.

        Néanmoins la Finance (pour une grande partie) est néfaste pour la société: là dessus nous sommes d’accords. Ce à quoi je voulais me livrer dans mon premier commentaire est un calcul purement économique. Valeur ajoutée créée par personne dans le secteur. A comparer avec d’autres valeurs ajoutés d’autres secteurs (néfastes, positifs ou neutres).

        Si on arrive à démontrer que leur rémunération est “injuste économiquement” (trop forte par rapport à la valeur créée pour l’industrie et de surcroit pour la société) alors il me semble que l’argument est beaucoup plus recevable (rationnel) que de juste dire la Finance c’est pas bien pour la société (même si c’est vrai). Ca aura tendance à convaincre bien plus je l’espère les personnes convaincues de la juste rémunération des traders (dont je ne suis pas).

        A vous lire,

        Simon


        • dadone Le 31 mai 2013 à 15h19
          Afficher/Masquer

          Un secteur n’est pour moi pas inutile s’il ne contribue pas directement à la production (critère que vous avancez).

          C’est purement une question de vocabulaire.
          L’inutilité c’est dans le sens de la production, les loisirs ne sont pas “inutiles” socialement, même au contraire…
          Mais les loisirs en tant que non productif sont possibles que par la distribution du productif.
          Sinon même si tu démontres que la rémunération de la finance est “injuste économiquement” honnêtement cela ne change pas grands chose à leur nocivité..


          • Simon Le 31 mai 2013 à 16h01
            Afficher/Masquer

            Ok, nous sommes donc complètement d’accords.

            Merci pour ton retour (je me permets de te tutoyer, j’espère que cela ne te gêne pas).

            Et je suis d’accord ça ne changara pas grand chose à leur nocivité mais ça permettrait peut être de convaincre quelques âmes de plus…on peut toujours rêver.

            En espérant qu’un jour cette prise de conscience permettra de détourner les rémunérations attractives vers des secteurs utiles socialement ET économiquement (un peu comme Olivier l’évoquait dans sa récente interview: faire en sorte que les rémunérations attractives soient faites pour attirer les meilleurs chez les chercheurs ou les entrepreneurs (peut être sous forme de soutiens financiers) plutôt que chez les traders (même si j’aime pas utiliser cette expression car ça met tout le monde dans le même panier..)

            A bientôt


  13. Simon Le 30 mai 2013 à 14h33
    Afficher/Masquer

    PS: j’ai oublié la bonne nouvelle de la journée … (mode cynique on je précise)

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/05/30/david-petraeus-se-recase-chez-kkr_3420636_3222.html

    Vous pensez que sa rémunération à lui reflétera bien ses compétences?


  14. Ankou78 Le 30 mai 2013 à 14h44
    Afficher/Masquer

    Le seul commentaire à voir tous ces chiffres n’est pas lié au fait de savoir si c’est justifié ou pas, et si c’est trop important ou pas, mais plutôt:

    A quoi ça sert dans l’Économie Réelle?

    Il faut changer ce Système Mondial injuste.

    Et remettre l’Homme au centre des choses et non plus la Finance.


    • Jules Le 30 mai 2013 à 16h23
      Afficher/Masquer

      Si vous envisagez l’homme tel qu’il est (entendre en mesure de prendre ses désirs pour la réalité), alors il y fort à parier qu’une finance au « centre des choses » ne soit qu’une façon absurde de démontrer qu’à ce centre-là, l’homme y batifole déjà !

      Comme un poisson dans l’eau, l’artiste ! Même s’il doit en chier des cordes quelquefois !

      Aussi, de deux choses l’une :

      – Soit vous admettez que l’homme est comme ça et vous êtes obligé de faire avec ; ou, si vous préférez, de tempérer certains de ses excès potentiels par une législation et, surtout, une éducation adaptées ;

      – Soit vous changez l’homme ; ou, mieux, vous créez de toutes pièces l’homme nouveau, celui dont tout le monde parle et que jamais personne ne verra ; en quoi je vous souhaite déjà bien du plaisir, n’étant pas suffisamment crapule que pour oser dire « bonne chance » … 🙂


      • Ankou78 Le 31 mai 2013 à 06h28
        Afficher/Masquer

        C’est (ou devrait être) le travail des politiques.

        Et démontre leur faillite.

        Simple, isn’t it?


    • Romain Le 30 mai 2013 à 19h13
      Afficher/Masquer

      Absolument! Cela veut dire scinder les banques.

      Sans la garantie de l’Etat, et des deposants des banques de detail, le cout du capital augmentera considerablement, et toutes ces transactions fumeuses cesseront d’exister. Celles qui persisteront seront celles liees a des transactions dans l’economie reelle, par exemple: couverture de change pour les exportateurs.


  15. yvan Le 30 mai 2013 à 16h39
    Afficher/Masquer

    En parlant économie :
    http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Transactions-financieres.-La-taxe-Tobin-videe-de-sa-substance-_6346-2197588-fils-tous_filDMA.Htm
    “Avec un taux de 0,1 %, la taxe Tobin (du nom de l’économiste qui la théorisa en 1972) pourrait permettre de lever jusqu’à 35 milliards d’euros par an. Mais, selon la dernière mouture du projet, ce taux serait ramené à 0,01 %, soit dix fois moins. En outre, la taxe ne serait pas introduite intégralement en 2014, mais de manière progressive jusqu’en 2016.

    Ce serait une victoire pour les banques et les intermédiaires financiers, hostiles à ce mécanisme.”

    “surprenant”, non..??


  16. jave Le 30 mai 2013 à 16h52
    Afficher/Masquer

    Je me demande si mon commentaire va être analysé par des robots traders. Il va peut-être influencer un bonus… qui sait ? Olivier, avouez que le robot trader de Delamarche a été entrainé en lisant votre blog 😉

    On justifie souvent les rémunérations des traders par les prouesses techniques réalisées. Elles sont énormes, il faut l’avouer ! Mais ces prouesses ne sont elles pas un soucis en elles mêmes ?
    Elles le sont évidemment quand un faux tweet déclenche un flash crash et cela pose la question de savoir si les banques peuvent devenir des espèces de ‘big brother’ ?
    C’est très complotiste !!! mais on voit que la technologie de l’information est prête, disponible et qu’on lui fait déjà confiance… En 2011, j’avais halluciné sur le Watson de IBM qui gagnait à jeopardy (http://www.youtube.com/watch?v=DywO4zksfXw).
    On peut penser qu’il y a maintenant un réseau mondial de Watson surveillant une partie de l’activité humaine et prenant des décisions pouvant être importantes.

    A quand une réforme bancaire écrite par un robot trader ?


    • jave Le 30 mai 2013 à 17h31
      Afficher/Masquer

      Je suis ‘in’. C’est le sujet du podcast de Jorion d’aujourd’hui (http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/les-temps-modernes/4924329-comment-repenser-la-banque-30-05-2013.html?f=player/popup#).
      Il y a chez Jorion, un mélange de fascination et d’angoisse sur la complexité informatique que je partage totalement.


    • jave Le 19 juin 2013 à 21h32
      Afficher/Masquer

      On peut penser qu’il y a maintenant un réseau mondial de Watson surveillant une partie de l’activité humaine et prenant des décisions pouvant être importantes.

      Confirmation avec PRISM six jours après ma sortie complotiste (6 juin 2013, merci à Edward Snowden) !

      Le renseignement américain, comme les banques, s’est lancé dans les big data. On peut maintenant se demander comment il utilise ces données. Quand Obama autorise une attaque de drones, qui a décidé de la cible, du lieu et de la date ? C’est Watson ? Non je ne veux pas y penser et en même temps j’ai du mal à croire que les petits génies du renseignement américain aient pu se priver de l’avis d’un Watson.

      Le raisonnement est provocateur, mais je pense que sa logique est implacable. Il y a des terroristes, des données, des Watson, des drones…

      Pour les drones, la prochaine étape est d’enlever toute validation humaine dans la décision d’attaquer et de les doter de l’arme nucléaire. Rien de nouveau sous le soleil, me direz vous : Kubrick y avait pensé en 1964 dans Doctor Strangelove !

      La scène de la doomsday machine en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=2yfXgu37iyI et une petite citation : ‘The doomsday machine is designed to trigger itself automatically.’


  17. BOURDEAUX Le 30 mai 2013 à 19h00
    Afficher/Masquer

    Ce que je trouve surprenant dans le gra ph « résultats et bonus distribués par les banques françaises, 2009-2012 », qui d’ailleurs démarre en 2007, c’est la grande régularité du volume des bonus distribués, comparativement aux grandes variations des résultats des BFI ; Particulièrement de 2008 à 2010, où la distribution reste assez stable quand les résultats, eux, passent d’une belle perte à de gras bénéfices. Si l’on estime que des bonus s’apparentent à des intéressements aux marges que pourrait percevoir un commercial classique, cette dé-corrélation entre ces bonus et les résultats est mystérieuse.


  18. chris06 Le 30 mai 2013 à 19h16
    Afficher/Masquer

    Triste anniversaire : 2 ans que le chômage augmente en France

    Malgré ces deux années de hausse ininterrompue, François Hollande conserve néanmoins son objectif de faire reculer le chômage d’ici fin 2013, une mission impossible selon de nombreux économistes du fait d’une croissance économique de la France désormais légèrement négative.


    • step Le 30 mai 2013 à 19h27
      Afficher/Masquer

      le ridicule ne tue pas en politique, sinon nous n’aurions pas de problème de renouvellement de cette profession.


    • dadone Le 30 mai 2013 à 22h58
      Afficher/Masquer

      Triste anniversaire :

      Et alors ?


  19. step Le 30 mai 2013 à 19h17
    Afficher/Masquer

    olivier une coquille dans les 2 derniers graphs non ? DE 2010 à 2012, le nombre de traders de bnp paribas se maintient à peu près (-213) alors que si on prend le graphique du dessous, on a -511+15-228 soit -734 sur la même période.

    Je n’ai pas compris quelque chose ?


  20. juni palacio Le 30 mai 2013 à 23h39
    Afficher/Masquer

    Tout ça pour ça…
    Ils gagnent moins qu’un notaire de province, qu’un dentiste et encore moins qu’un joueur de foot de ligue 1.


    • Stéphane Grimier Le 31 mai 2013 à 10h43
      Afficher/Masquer

      Pas vraiment l’impression que les footballeurs puissent couler l’économie de la planète, et anéantir des pays complets. De plus, ce qui est remarquable, c’est que malgré la crise pour tous, pour eux c’est la fiesta permanente. Votre “circulez rien à voir” est le résultat de décennies de désinhibition systématique qui fait qu’on en arrive à tout accepter tant qu’on a pas vu pire que ce qu’on connait déjà. “Moué c’est pas pire gnagna, ok on entérine alors”.


      • juni palacio Le 31 mai 2013 à 17h34
        Afficher/Masquer

        M. Grenier, votre méconnaissance de l’économie vous permet de tenir ces propos avec l’esprit apaisé de celui qui sait. Bienheureux l’ignorant qui croit savoir
        Les salaires des traders coûtent autant que les congés maladie de la fonction publique. Les traders ne sont responsables de rien. Ils agissent dans le cadre des lois votés par vos représentants.
        Il y a un scandale bancaire comme il y a un tas d’autres scandales. la manie des demi-instruits est de tout expliquer par une cause unique.. Continuez à apprendre…


        • Stéphane Grimier Le 31 mai 2013 à 18h23
          Afficher/Masquer

          Me parler de “mes” représentants dénote un cruel abrutissement qui frôle le grotesque. Quant à mettre sur le même plan les conséquences de congés maladies de fonctionnaires (illégitimes ou non) à une poignée de gens ultra payé pour n’avoir aucun état d’âme à voler la planète entière pour leurs commanditaires, est une pure forfaiture. Au mieux, votre échelle de valeur est adossée sur le dollar.
          Au vu de votre commentaire, je ne m’étonne pas que cela ne vous chagrine pas outre mesure.


Charte de modérations des commentaires