Source : Youtube, La Maison de l’Image, 01-06-2017

François-Bernard Huyghe (directeur de recherche à l’IRIS)
Fake news, hoax, piratages de documents, astroturfing et stratégies d’influence… Banalisée par internet, la manipulation serait partout, et la vérité nulle part.

Source : Youtube, La Maison de l’Image, 01-06-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici, ; nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

15 réponses à [Vidéo] Conférence de François-Bernard Huyghe – De la désinformation à la post-vérité

Commentaires recommandés

Xavier Le 17 juin 2017 à 10h40

En réalité, ce qui me dérange, c’est qu’aujourd’hui on ait besoin de diplômes et d’appartenance à des organisations reconnues pour dire des choses d’une simplicité extrême.
Pourquoi écoutons nous cette conférence alors qu’elle n’apprend strictement rien à 90% des lecteurs de ce site ?
Pour pouvoir communiquer notre pensée, alors légitimée par cette organisation et ses diplômes.
Ne sommes-nous pas justement dans le vrai débat qui est qu’on ne peut pas tout savoir sur les faits et qu’il faudrait mieux comprendre les organisations, la systémique avec ses contrôles.

C’est le sens de ma démarche, de celle que Laborit a initiée en expliquant qu’on ne pourrait changer les règles de hiérarchie de dominance qui façonnent le monde qu’en faisant connaître les règles intrinsèque à l’être humain.

Tant que les citoyens n’auront pas l’équipement en terme de connaissances biologiques, thermodynamique, cybernétique, il sera très simple pour les dominants de nous noyer dans des flux d’informations que nous ne pourrons pas traiter.
L’enjeu est la saturation de nos capacités cognitives, ni plus ni moins.

Diversifier nos sources d’information sans comprendre comment notre système nerveux central les traite c’est un peu comme manger cinq fruits et légumes par jour sans réfléchir aux quantités ni aux moments : ça ne suffit pas.

  1. Ardéchoix Le 17 juin 2017 à 09h54
    Afficher/Masquer

    “Devenir autonome, chercher son information” voilà la conclusion de M.Huygens.
    Je m’en vais de ce pas sur fb publier.
    1) le lien de cette vidéo avec description.
    2) une photo d’un de mes petit chat.
    (Aie ça va certainement piquer un peu mes yeux)


    • Ardéchoix Le 17 juin 2017 à 13h41
      Afficher/Masquer

      Juste pour info
      Doc: 0
      Chat: 5
      Mais je comprend, ceci est juste un mauvais exemple.

      Tv: Affaire Grégory, tv 100%, la vie 0% , mais je comprend, ceci est juste un bon exemple.


  2. Xavier Le 17 juin 2017 à 10h20
    Afficher/Masquer

    Cette conférence est fort intéressante mais elle me laisse un arrière-goût d’eau tiède.
    J’entends déjà pensé certain que l’eau tiède serait la raison : ni chaude ni froide, j’explicite donc ma critique : l’eau tiède c’est ménager la chèvre et le choux pour conserver sa position, son financement, son exposition médiatique.

    A plusieurs reprises j’entends dire “le problème, c’est le scepticisme vis-à-vis de la tendance mondialiste pro-occidentale”.

    Pourquoi donc serait-ce un problème ?

    Premièrement, le scepticisme est la base de la démarche critique scientifique, il devrait être permanent, ensuite comment critiquer des personnes sur leur capacité à intégrer la dimension mondiale de leur existence du fait des produits et ressources qu’ils consomment et de l’impact des politiques qu’ils ont élu dans des guerres partout sur la planète ?

    Il y a un parti pris auquel se résous cette personne qu’on retrouve dans pas mal d’organisation qui restent toujours à la limite de la critique systémique mais profite bien de celui-ci.


  3. Xavier Le 17 juin 2017 à 10h40
    Afficher/Masquer

    En réalité, ce qui me dérange, c’est qu’aujourd’hui on ait besoin de diplômes et d’appartenance à des organisations reconnues pour dire des choses d’une simplicité extrême.
    Pourquoi écoutons nous cette conférence alors qu’elle n’apprend strictement rien à 90% des lecteurs de ce site ?
    Pour pouvoir communiquer notre pensée, alors légitimée par cette organisation et ses diplômes.
    Ne sommes-nous pas justement dans le vrai débat qui est qu’on ne peut pas tout savoir sur les faits et qu’il faudrait mieux comprendre les organisations, la systémique avec ses contrôles.

    C’est le sens de ma démarche, de celle que Laborit a initiée en expliquant qu’on ne pourrait changer les règles de hiérarchie de dominance qui façonnent le monde qu’en faisant connaître les règles intrinsèque à l’être humain.

    Tant que les citoyens n’auront pas l’équipement en terme de connaissances biologiques, thermodynamique, cybernétique, il sera très simple pour les dominants de nous noyer dans des flux d’informations que nous ne pourrons pas traiter.
    L’enjeu est la saturation de nos capacités cognitives, ni plus ni moins.

    Diversifier nos sources d’information sans comprendre comment notre système nerveux central les traite c’est un peu comme manger cinq fruits et légumes par jour sans réfléchir aux quantités ni aux moments : ça ne suffit pas.


    • Genuflex Le 17 juin 2017 à 12h18
      Afficher/Masquer

      Je cherche depuis un moment un ouvrage sur l’état d’avancement des neurosciences, et qui permettraient, entre autre, de se définir une discipline quand à l’économie de l’attention à laquelle vous faites allusion. Une idée ?


      • Xavier Le 17 juin 2017 à 12h28
        Afficher/Masquer

        Le problème c’est peut-être justement que le financement d’une critique du système est problématique…

        Les chercheurs modernes ne peuvent pas aller bien loin si ils n’ont pas des ni bénéficier de publications si ils n’ont pas la vision dans le vent.

        Donc je n’ai pas grand chose à fournir, à part 30 ans d’observations et de réflexions personnelles nourries de textes de Laborit…

        Pour moi, rien n’invalide cette vision, mais aucun chercheur reconnu n’ira perdre son temps, son argent, sa chaire à essayer de répondre.


    • Olivier Le 18 juin 2017 à 11h38
      Afficher/Masquer

      C’est une anthropologie scientiste et individualiste.

      C’est un rouage interessant, c’est le leur, et ils en maitrisent les aspects.
      Mais pourquoi se laisser enfermer dans cette reduction materialiste ? Pourquoi également se battre sur un terrain et dans un jeux que l’adversaire domine et ne fera que dominer, puisque il en ecris les regles ? Pourquoi ne pas opposer plutot un paradigme qui immuniserais contre ces tentatives subversives ?

      Les problèmes que nous rencontrons sont plus vieux que la formulation de la thermodynamie et de la cybernetique et ils continuerons encore longtemps après que ces champs de la connaissances soient décalrés obsolètes.

      Sur la question du diplôme et de la hierarchie, je crois que c’est un point important au contraire. Voir capital. La blouse blanche produit Milgram. Il faudrais plus de place pour creuser la question que l’homo hierarchicus de Louis Dumont ici.


    • Fabien Le 18 juin 2017 à 14h46
      Afficher/Masquer

      Croyez vous vraiment que “les dominants” ont les connaissances (scientifiques) en biologie, thermodynamique et cybernétique que vous leur prêtez?

      Et meme si c’était le cas, je ne vois pas trop le rapport avec leur statut de “dominant”.


      • Xavier Le 18 juin 2017 à 16h36
        Afficher/Masquer

        Jacques Attali a fait partie du groupe des 10 dans les années 70, il connaissait parfaitement les travaux d’Henri Laborit, d’Edgar Morin el autres, et croyez-moi, il fait partie de ces gens cyniques qui conseillent les puissants, pas dans l’intérêt des peuples…

        La théorie des élites qui se retrouveraient par hasard à leur place est aussi irréaliste qu’une théorie qui donne à celles-ci toutes les responsabilités. C’est un mélange de cynisme, d’intérêts, de désintérêt de la part des citoyens des choses complexes, de management social par le confort et la division qui crée la situation dans laquelle nous sommes.

        N’imaginez pas un seul instant que quand on est à la tête d’une multinationales qui pèse des milliards d’euros on puisse laisser au hasard certaines choses, point de complot mais une simple logique menée à son paroxysme, celui de la compétition et de la dominance.


      • Lysbeth Levy Le 18 juin 2017 à 17h46
        Afficher/Masquer

        Je profites de cet article de Mr F. B Huyghe assez biaisé pour en mettre un autre qui pourra faire contre-poids c’est un régal l’anonyme “anti-cons.wordpress : https://anticons.wordpress.com/2017/06/17/le-monde-a-lepreuve-de-la-methode-de-son-decodex Quoiqu’on pense de Mr Huyghe je le trouve trop engagé dans les médias dominants. Mais il est bon de connaitre son avis.


  4. Lysbeth Levy Le 17 juin 2017 à 12h19
    Afficher/Masquer

    Aucune différence entre les néoconservateurs français bien connus qui parle le même langage, “complotisme” “fake-news” avec ces “français” qui donnent trop de pouvoir aux “services secrets” (cest connu ces services n’auraient aucun pouvoir ?) Ou Poutine, la Russie est derrière le piratage des e-mails, le hacking russe ou son aversion typique envers Trump qui serait un vecteur de “fake-news” ! Ce type appartient à l’Iris et donc a des “comptes à rendre” a “ces chefs”. Il ne fait que répéter “ad nauséaum” la doxa du pouvoir. IL parle du mensonge mais celui du peuple, mais ne met jamais en question ceux du pouvoir, du “régime occidentalo-libéral”. Fin pour moi ce type est aussi un ancien de l’anti-soviétisme qui reprends les mêmes mensonges face à la Russie ou la Chine.et veux la guerre car c’est son métier de désinformer. .en plus c’est un ancien du GUD et d’autres partis d’extreme droite mais personne ne le relève ?.https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-Bernard_Huyghe
    Très drôle on attaque les Soral et autres vilains mais lui ça passe comme une lettre à la poste ..


  5. Pegaz Le 17 juin 2017 à 23h24
    Afficher/Masquer

    Une question par ce même conférencier ; Qui se souvient du petit Omran soudain réapparu ?
    Victimes, mensonges et vidéos
    http://www.huyghe.fr/actu_1476.htm

    Autre sujet quasi absent des médias à la vérité autoproclamées et au cynisme écoeurant par le silence radio sur cette ville et ses habitants aux lendemains de sa libération.
    “La guerre, c’est mon enfance détruite”: Myriam, 13 ans, raconte sa vie à Alep – https://www.romandie.com/news/ZOOM-La-guerre-c-est-mon-enfance-detruite-Myriam-13-ans-raconte-sa-vie-a-Alep/805387.rom


    • Lysbeth Levy Le 18 juin 2017 à 01h20
      Afficher/Masquer

      Et bien le livre de Myriam contredit les “avis biaisés” de Mr F. Bernard Huyghe sur la réalité des faits entre le “méchant Assad” et les “bons rebelles”, voilà qui risque de créer une grosse surprise en faveur de la vérité : http://www.france24.com/fr/20170606-journal-myriam-rawick-adolescente-guerre-syrie-alep-siege-philippe-lobjois “Myriam plonge le lecteur dans une réalité souvent ignorée : la partie ouest de la ville, pourtant loyale au président syrien, a elle aussi été assiégée. “Pendant 5 ans, on a cru que c’était les loyalistes qui assiégeaient Alep-Est, en fait c’était le contraire, souligne Philippe Lobjois. L’ASL et les islamistes, qui détenaient quasiment 70 % de la ville, assiégeaient ce minuscule quartier d’Alep-Ouest. C’est seulement à partir de juillet-août 2016 qu’il y a eu une inversion complète : les loyalistes, avec l’armée russe, ont commencé à bombarder tous les quartiers détenus par les rebelles et l’ASL. Là, c’était eux qui étaient assiégés. En Europe, personne n’avait vraiment compris ça”.


      • Pegaz Le 18 juin 2017 à 03h31
        Afficher/Masquer

        “avis biaisés” de Mr F. Bernard Huyghe sur la réalité des faits entre le “méchant Assad” et les “bons rebelles”

        Est-ce sur cette vidéo qu’il aurait cette avis aussi trancher ? Si oui, quand ? Ou si c’est à une autre occasion pourriez-vous sourcer, merci. Une chose est sûre, Mr F. Bernard Huyghe ne mérite pas d’être jugé sur cet avis aussi réducteur.

        L’article de france24 est certes plus conséquent et antérieur à celui que j’ai proposé, mais de part sa constructions, ses rappels à d’autres événements et ses liens sur d’autres articles, il en biaise le sujet de l’article “le témoignage de Myriam”. Ce que ne fait pas celui de romandie.


  6. christian gedeon Le 22 juin 2017 à 11h39
    Afficher/Masquer

    Donc…je répète ce que je dis depuis toujours. personne n’est obligé d’aller sur les mainstreams,et s’il y va de les croire…post vérité etc…ce ne sont que des mots pour essayer d’expliquer,voire d’excuser,l’intense abêtissement intellectuel des peuples occidentaux depuis quarante ans.Abêtissement auquel ils ont participé des deux neurones…cf la dégénérescence du système éducatif,applaudi comme il se doit par les syndicats majoritaires d’enseignants,mais aussi par les syndicats de parents complètement lobotomisés…ben quand on forme des abrutis,on a des abrutis..In fine,le peuple est toujours coupable.


Charte de modérations des commentaires