Les Crises Les Crises
12.mars.202212.3.2022 // Les Crises

Alstom, la France à vendre ? | OFF Investigation #E05

Merci 422
J'envoie

🔎 Synopsis : Le 10 février 2022, Emmanuel Macron annonce le rachat par EDF (dont l’Etat est actionnaire à 84%) des turbines “Arabelle”, dont il avait lui-même signé l’accord de vente aux Américains de General Electric sept ans plus tôt. Pourquoi ce rétropédalage ? Entre abandon de souveraineté industrielle, gâchis d’argent public, casse sociale et conflits d’intérêt… Enquête sur un scandale d’Etat devenu l’un des talons d’Achille d’Emmanuel Macron.

🎥 Réalisation : Lucile Berland

« Emmanuel, un homme d’affaires à l’Elysée », une série documentaire d’investigation en neuf épisodes produite par OFF Investigation.

À voir (ou revoir) :

Ep.01 | Affaire Kohler : le scandale qui menace Macron ⏯ https://youtu.be/jf6UBcPKlMM

Ep.02 | Le Monde, Macron agent double ⏯ https://youtu.be/3mnmNsjGVWw

Ep.03 | Gilets Jaunes, le maintien du chaos https://video.off-investigation.fr/w/8fy8mSnYYuTy8CJED3qRhG

Ep.04 | Gilets Jaunes, le maintien du chaos https://youtu.be/2tWVGLDbA2U

Commentaire recommandé

RGT // 12.03.2022 à 10h09

Nos « amis » américains ont très bien compris et adopté les techniques de « persuasion » d’Al Capone et l’utilisent sans restriction pour leur permettre de tordre le bras de leurs « alliés » afin de pouvoir ensuite les placer totalement en état de servitude.

Face à cela, « nos » politiciens « éclairés » prêts à satisfaire leur souverain laissent faire afin de ne pas le fâcher et afin de promouvoir leur carrière au détriment de l’intérêt de toute la population.

Il est possible de critiquer « l’ancien dictateur réactionnaire » mais au moins il savait taper du poing sur la table (voire même de la renverser) pour préserver à LONG TERME les intérêts de la France mais aussi de l’ensemble de la population.

Avec les traîtres qui pullulent actuellement au sommet de l’état (élus et « hauts fonctionnaires » dans le même panier) ainsi que les « grands capitaines d’entreprises » prêts à tout pour obtenir les faveurs de leur maître ou pour faire un « petit coup » qui leur permettra d’engranger des sommes qui permettraient à l’ensemble de la population d’avoir de meilleures conditions de vie toutes les ressources intéressantes seront finalement bradées à la découpe au plus prédateur de nos « amis ».

Petite question : Quand nos chers dirigeants se décideront à brader pour une bouchée de pain Ariane Espace (et le pas de tir de Kourou) à Jeff Bezos ou à Elon Musk ?

Comme ça, la boucle sera définitivement bouclée et le peu qui restait de l’héritage du « vieux con sénile » sera enfin annihilé et notre nation retournera à l’âge de pierre pour le plus grand bonheur de nos « grands amis ».

15 réactions et commentaires

  • Louis // 12.03.2022 à 09h32

    Sans doute le plus grand scandale depuis la dernière guerre. Adieu notre volonté d’indépendance énergétique décidée en 1973..

      +12

    Alerter
  • Vercoquin // 12.03.2022 à 09h59

    J’aime bien le panneau: « La grève des urnes », à 52:31.
    Il y a dans notre pays, des éditorialistes, des journalistes, des politiciens, des élites, des grands entrepreneurs, des financiers, des hauts fonctionnaires et d’autres personnages importants, qui se demandent jour après jour pourquoi les gens votent de plus en plus pour l’abstention, qu’ils visionnent ce film.
    Quand je dis « les gens », je ne parle pas de ceux cités dans la phrase précédente, je pense plutôt à ceux qui ne sont rien, qui sont de la merde.

    J’ai un autre argument pour valider la grève des urnes, c’est: « Les promesses ».
    Les promesses coûtent cher, et leur financement est obtenu en rognant sur les budgets de secteurs sociaux divers et aussi la police, la sécurité, la défense, l’hôpital, la retraite, le chômage, l’enseignement, diverses administrations etc…
    Par la réduction du nombre de fonctionnaires, les restructurations, les économiques magiques etc …

    C’est ainsi qu’aux prochaines élections, je voterai pour le candidat qui ne fera pas de promesses. Na !

      +3

    Alerter
    • Bats0 // 13.03.2022 à 07h56

      « Il y a dans notre pays, des éditorialistes, des journalistes, des politiciens, des élites, des grands entrepreneurs, des financiers, des hauts fonctionnaires et d’autres personnages importants, qui se demandent jour après jour pourquoi les gens votent de plus en plus pour l’abstention, qu’ils visionnent ce film. »
      Non, au contraire, ces gens-là (comme dirait J. Brel), sont très contents qu’il y ait de plus en plus de non-votants, car ils ont moins d’obstacle pour que leur poulain (il n’a plus besoin de faire de campagne pré-électorale) qui les représente soit au pouvoir.

        +10

      Alerter
    • Recits d’Yves // 14.03.2022 à 21h52

      Il y a 40 ans je croyais à la démocratie. Il y a 20 ans , j’en faisais ma propre analyse. Il y a 10 ans, je criai à la trahison. Aujourd’hui, une fourche m’est tendue, camarade, car il n’y a plus rien d’autre à faire.

        +2

      Alerter
  • Yann // 12.03.2022 à 10h06

    Le jour où Biden dit aux américains : « I want to emmerdate the unvaccinated », faudra admettre qu’on a plus grand chose à se faire piquer.

      +5

    Alerter
  • RGT // 12.03.2022 à 10h09

    Nos « amis » américains ont très bien compris et adopté les techniques de « persuasion » d’Al Capone et l’utilisent sans restriction pour leur permettre de tordre le bras de leurs « alliés » afin de pouvoir ensuite les placer totalement en état de servitude.

    Face à cela, « nos » politiciens « éclairés » prêts à satisfaire leur souverain laissent faire afin de ne pas le fâcher et afin de promouvoir leur carrière au détriment de l’intérêt de toute la population.

    Il est possible de critiquer « l’ancien dictateur réactionnaire » mais au moins il savait taper du poing sur la table (voire même de la renverser) pour préserver à LONG TERME les intérêts de la France mais aussi de l’ensemble de la population.

    Avec les traîtres qui pullulent actuellement au sommet de l’état (élus et « hauts fonctionnaires » dans le même panier) ainsi que les « grands capitaines d’entreprises » prêts à tout pour obtenir les faveurs de leur maître ou pour faire un « petit coup » qui leur permettra d’engranger des sommes qui permettraient à l’ensemble de la population d’avoir de meilleures conditions de vie toutes les ressources intéressantes seront finalement bradées à la découpe au plus prédateur de nos « amis ».

    Petite question : Quand nos chers dirigeants se décideront à brader pour une bouchée de pain Ariane Espace (et le pas de tir de Kourou) à Jeff Bezos ou à Elon Musk ?

    Comme ça, la boucle sera définitivement bouclée et le peu qui restait de l’héritage du « vieux con sénile » sera enfin annihilé et notre nation retournera à l’âge de pierre pour le plus grand bonheur de nos « grands amis ».

      +41

    Alerter
  • Pete Noisy // 12.03.2022 à 14h50

    Brader à des entreprises américaines dirigés par des fonds de pension séniles et avides de dividendes , Accepter les lois de libre échange TAFTA , Laisser l’Europe dépendante et perméable etc…: c’est bien parce que les US et l’OTAN c’est notre ADN, notre famille,notre garantie sur l’avenir!
    Vouloir ne pas s’aligner ,Préserver nos fleurons industriels et nos services publics, Investir en Russie ,Comprendre l’exaspération de Poutine sans pour autant condamner la manière : C’est pas bien !

      +16

    Alerter
  • Incognitototo // 12.03.2022 à 16h12

    À ma connaissance et sauf erreur, nous sommes le seul pays d’Europe (avec cependant la GB) qui depuis 1971 brade ses fleurons industriels, sans discontinuité de politique malgré les changements de dirigeants !
    Évidemment, on peut trouver plein de raisons à ce manque de vision à long terme sur la nécessité de maintenir (à n’importe quel prix) un secteur industriel fort (comme l’on fait les Allemands, par exemple, même dans la tourmente des années 70) : corruption, imbécillité, escroquerie, abus de bien sociaux, et cetera… Mais franchement, à part que tous ces gens qui ont pris ces décisions sortent des grandes écoles, ce n’est pas simple de trouver les éléments systémiques communs qui conduisent quasiment systématiquement aux désastres industriels.

    En outre, il faut se rappeler qu’il existait dans notre droit un crime qui s’appelait la « haute trahison » qui correspond totalement par ses critères à ce qui se passe dans ce genre d’affaire… Mais cette loi constitutionnelle (article 68) n’a jamais été appliquée, alors même que l’on comprend bien qu’il est assez évident que de nombreux scandales (en commençant par les comptes en Suisse de Barre) y correspondent pourtant.
    Mais ô, comme c’est « bizarre » et l’eusses-tu-cru, ce crime a été édulcoré en 2007 (au point que le terme de « haute trahison » ne figure même plus dans la loi) par Chirac juste avant qu’il cède sa place à Sarkozy, tandis que le crime de forfaiture avait déjà été abrogé en 92 par Mitterrand ; étonnant non ?

    Il n’y a vraiment pas de hasard à ce que Tartuffe ait été écrit en France et je me demande jusqu’à quel point l’annexion des comtés de Savoie et de Nice ne nous ont pas fait intégrer tout également les pratiques maffieuses 🙂 . Il faut en plaisanter parce qu’en réalité c’est tellement tragique que ça donne envie de recommencer à couper des têtes…

    P.-S. : Cela dit, quand je suivais des entreprises, toutes celles (sans exception) qui travaillaient avec les US ont toujours fini soit par se faire dépecer, soit par des procès contentieux… Il est impossible d’avoir une relation commerciale équilibrée avec ce pays peuplé de managers prédateurs (bizarrement comme en Russie).

      +19

    Alerter
  • Brigitte // 13.03.2022 à 08h40

    Sujet crève-coeur bien sur. Un aspect qui n’est jamais abordé alors même que l’on sait que la France n’a plus les manettes sur le plan de la stratégie économique, c’est le rôle de Bruxelles.
    Je ne suis pas experte mais il est peu probable que l’affaire Alstom soit un sujet franco-français.
    Quand il y a scandale d’état, c’est qu’il y a corruption et ingérence étrangère.
    Je serais curieuse de connaitre les ramifications bruxelloises de cette affaire.

      +1

    Alerter
    • Brigitte // 14.03.2022 à 09h19

      Personne n’a relevé mon commentaire, dommage. C’est quand même curieux que toute notre industrie ou presque a été vendue depuis les années 2000.
      Pourquoi diable ce fleuron national était endetté à ce point depuis les années 2000? Est-ce uniquement à cause des sanctions américaines?
      La même question se pose pour EDF, la SNCF, etc…des entreprises qui devraient être florissantes, non?
      Il ne faut pas être prix nobel d’économie pour comprendre que ces entreprises, si elles étaient bien gérées, seraient profitables. Alors, pourquoi sont-elles mal gérées depuis les années 2000 précisément?
      Si je me trompe dans le calendrier, je veux bien que l’on m’en fasse la remarque.

        +2

      Alerter
      • Incognitototo // 14.03.2022 à 15h21

        Personne n’a relevé parce que oui, vous vous trompez sur les causes et les origines.

        De mémoire, la plus importante période de désindustrialisation se situe dans les années 70, avec le binôme infernal VGE-Barre (et clairement par corruption idéologique et personnelle) qui a vendu ou a laissé faire faillite : les charbonnages, la métallurgie, les textiles, les manufactures … toujours de mémoire, perte de 1 million d’emplois directs ! Depuis nous n’avons jamais pu rattraper ce coup fatal et il est illusoire de penser que nous pourrions retrouver les autonomies productives perdues… D’autant que pendant que nous misions quasiment tout sur le développement du nucléaire (et du secteur bancaire), les Allemands faisaient le dos rond, maintenaient sous respirateur artificiel financier leurs industries, développaient leur R & D, et cherchaient de nouveaux débouchés commerciaux… et ont creusé l’écart avec nous.

        Ce déclin et ces renoncements ne se sont pas arrêtés depuis. À part les gouvernements Rocard et Jospin, qui ont eu de faibles et temporaires réussites, aucun n’a même jamais réussi à arrêter la chute et encore moins à redévelopper les emplois industriels.

        À partir de 1986 l’UE a « juste » accéléré les mouvements de concentrations et de spécialisations qui ont contribué à la désindustrialisation chez nous (plus que pour les autres pays !) ; mais à mon sens ce sont surtout les Accords de libre-échange du GATT (de cette même année) qui nous ont achevés en nous mettant en concurrence avec des pays (BRICS) pratiquant à grande échelle la concurrence déloyale.

        Bref, globalement nos « élites » ont fait preuve d’une totale « inconséquence » et à tous les niveaux ; un exemple (parmi tant d’autres possibles) : la loi polluer-payeur (1995), formidable ! Sauf que :
        – les industries les plus polluantes se sont tout simplement délocalisées dans des pays moins regardants,
        – nous importons maintenant ces produits d’ailleurs, et nous payons très cher (en emplois, en déficit commercial, en traitement social…) ces dépendances,
        – surtout, en aucune manière nous n’avons réglé le problème, puisque nous l’avons juste déplacé ailleurs, en faisant crever d’autres populations que nous.
        Le minimum du minimum de bon sens aurait voulu que nous interdisions l’importation des produits qui ne respectent pas nos normes de production, ou pour le moins que nous les surtaxions, pour permettre à nos industries de rester concurrentielles sur notre sol en s’adaptant à nos normes… mais non, rien, encéphalogramme plat de nos décideurs et élus…

        Question subsidiaire : jusqu’à quel point faut-il être bête ou corrompu pour n’avoir absolument aucune vision de ce qui est important et vital pour un pays ? Il y a d’ailleurs un beau sujet de doctorat toujours à traiter : pourquoi et comment l’enseignement de nos élites les rend « cons », ou, n’y-a-t-il que des « cons » qui se destinent à ces enseignements ?

          +5

        Alerter
    • Louis // 15.03.2022 à 09h43

      Depuis la nuit des temps il existe une compétition entre possédants et possédés et je dirais que la bourgeoisie à ce jeu possède toujours un coup d’avance par exemple la loi scélérate le Chapelier du 14 juin 1791 qui suivi d’un an la suppression des privilèges le 4 août 1789, passons sur le troisième empire. Plus près de nous l’Historienne Annie Lacroix-Riz pointe dans son travail la proximité entre les hautes bourgeoisies financières et industrielles et les partis Nazis, Fasciste et même vichysme, l’épuration fut douce pour les puissants. Je note que dans d’autres pays ces grandes familles sont restées en place jusqu’à nos jours, la famille Quandt par exemple (même si les enfants ne sont jamais responsables des crimes de leurs parents). Puis De Gaule, se trouble fête lucide nationalise l’outil français et fort d’une politique ambitieuse soutenue par de grands adjoints fait le travail que l’on sait. Puis vint la revanche par la privatisation de la création monétaire dite loi Pompidou – Rothschild qui pour réparer des finances malades j’en conviens organisa le retour de la bourgeoisie, il s’en suivi les privatisations jusqu’à l’affaire Alstom. Cette régression de notre pays fut aggravée par la création de l’Euro qui présente un écart en valeur de 20% en faveur de l’Allemagne et le transfert de nos pouvoirs vers des autorités supranationales même pas élues comme cette Reine Ursula. Désormais, la France n’existe plus et nous voyons le mur arrivé.

        +3

      Alerter
  • Jaicruvoir // 13.03.2022 à 14h01

    Le rachat par EDF de GS Alston Steam Power se fait avec 20% pour le russe Roatom.
    Cela veut dire que:
    1/ C’est pas encore fait à cause de l’Ukraine
    2/ le contrat de cession prévoit « cause exceptionnelle de rupture »
    2/ EDF ne sera pas seul maître à bord

    C’est pas encore fait!

      +3

    Alerter
  • Myrkur34 // 15.03.2022 à 16h47

    Copié/collé d’un paragraphe de « 2000 Watts » dans la revue de presse de cette semaine, sur les décisions fantastiques de nos cadors mâles ou femelles (dont la fameuse Anne Lauvergeon).

    « La décision du président Macron de construire six nouveaux réacteurs et huit en option, peut s’expliquer sous le prisme de la désindustrialisation du pays et de la perte d’expertise de sa puissance militaire nucléaire. La construction d’une dizaine de réacteurs rêve de maintenir ce savoir-faire réparti sur 160 000 emplois.

    Cependant en 2007, une erreur stratégique d’Anne Lauvergeon, l’ancienne directrice d’Areva, est venue contrarier cette perspective. Aveuglée par un marché prometteur, elle brada la construction de deux réacteurs EPR en Chine et céda les plans ainsi que la technologie.

    Aujourd’hui, Pékin a introduit dans son catalogue un EPR français made in China à 7 milliards d’euros, financement compris, contre plus de 12 milliards pour la version originelle. Au nez et à la barbe de la France, Pékin a vendu ses EPR au Pakistan et en Argentine. Seul succès d’EDF, les deux EPR en construction en Angleterre, qui ont vu le jour grâce à la participation financière de… la Chine.

    En France, le plan Macron coûterait entre 58 milliards et 80 milliards d’euros. La France n’aurait-elle pas intérêt à commander ses six nouveaux EPR à la Chine? »

    Bonnes réflexions de l’ingénieur ( 45mn 20s)après leur petite manifestation à 10 bien « encadrée » sur sa valeur en tant que citoyen. « On est considéré comme la merde d’en bas, le système est corrompu d’en haut ….. »

      +2

    Alerter
    • Temen // 18.03.2022 à 17h13

      Beaucoup comme lui, parce qu’ils sont ingénieurs ou des professions avec beaucoup d’années d’études, se sentent supérieurs à ceux qui n’en ont pas autant ou pas du tout.

      Le dieu diplôme est révéré en France..

      Là il vient de découvrir qu’il existe un échelon au dessus, avec une grande marche ,et qu’il est en fait au même niveau que ceux qu’ils considérait comme inférieurs. La réalité dans toute sa splendeur.

      Au vu de la situation actuelle, si j’étais lui, je passe a l’étranger. Assurer son futur quitte a ne pas être tout blanc car ,malheureusement de nos jours, le crime paie, et il paie très bien.

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications