Source : Le Figaro Vox, Fabrice Balanche, 12/12/2016

Crédits photo : George Ourfalian/AFP

Crédits photo : George Ourfalian/AFP

FIGAROVOX/TRIBUNE – La partie Est d’Alep, désormais contrôlée à 90% par l’Armée syrienne, devrait tomber. Fabrice Balanche établit plusieurs scénarios sur fond de pacte de non-agression entre la Russie de Poutine et la Turquie d’Erdogan.

Agrégé et docteur en Géographie, Fabrice Balanche est maître de conférences à l’Université Lyon-2 et chercheur invité au Washington Institute. Spécialiste du Moyen-Orient, il a publié notamment La région alaouite et le pouvoir syrien (éd. Karthala, 2006) et Atlas du Proche-Orient arabe (éd. RFI & PUPS, 2010).


La chute d’Alep-Est est imminente, mais il faudra encore plusieurs jours à l’armée syrienne pour réduire les dernières poches de résistance. La victoire à Alep porte un coup fatal à la rébellion qui ne peut plus apparaître comme une alternative politique et militaire face au gouvernement de Bachar al-Assad. L’armée syrienne et ses alliés sortiront renforcés sur le plan moral, stratégique et militaire puisque cette victoire libèrera 30,000 hommes, de l’artillerie et l’essentiel des capacités aériennes russo-syriennes pour lancer de nouvelles offensives. La question est de savoir si l’effort principal portera sur Idleb, capitale des rebelles dominés par l’ex-Front al-Nosra, ou sur Raqqa, capitale syrienne de l’Etat islamique. Pour tenter d’y répondre, il faut croiser la stratégie militaire et la géopolitique.

En finir avec le fief de la rébellion à Idleb

Après la reprise d’Alep-Est, il est important pour l’armée syrienne d’étendre désormais son territoire à l’ouest de la ville, car les rebelles ne sont qu’à quelques centaines de mètres des premiers quartiers loyalistes. Il suffit de passer le périphérique ouest pour se retrouver en zone rebelle. Même si une solide ligne de défense a été érigée autour d’Alep, la ville n’est pas à l’abri d’une nouvelle offensive menée par la branche syrienne d’al-Qaïda depuis son fief d’Idleb. Fatah el-Sham, l’ex Front al-Nosra, avait ainsi réussi à briser provisoirement le siège d’Alep-Est en août dernier, puis, en octobre, il avait de nouveau menacé les quartiers loyalistes d’Alep-Ouest. L’armée syrienne a donc intérêt à s’attaquer en priorité à la province d’Idleb. Il s’agit de la plus puissante concentration de rebelles en Syrie, avec plus de 50,000 combattants, regroupés dans la coalition Jaïch al-Fatah (l’armée de la conquête). Elle est menée par al-Qaïda, qui a éliminé quasiment tous les groupes «modérés» […].xvm6f16a78a-c05e-11e6-bdeb-07c988a4ee63-721x630

Lire la suite ici : Le Figaro Vox

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

38 réponses à Après Alep, le régime de Damas prépare une offensive contre le fief d’Al-Qaïda, par Fabrice Balanche

Commentaires recommandés

Morad Le 16 décembre 2016 à 12h43

Si on parle de “régime de Damas” dont le président est soutenu par 80% de son peuple, on pourrait peut-être aussi parle de “régime de Paris” dont le président est rejeté par 90% de son peuple?

  1. Jack Le 16 décembre 2016 à 02h01
    Afficher/Masquer

    Palmyre est aussi une option réaliste. La ville n’a pas grand intérêt pour les loyalistes mais la coalition vient de prévenir que si les russes ne réparaient pas les dégâts, ils le feraient. Pour comprendre il faut savoir que l’EI a capturé une énorme quantité d’armements à Palmyre dont des missiles antichar et selon certaines sources (non vérifiées) des missiles sol-air.
    Le barrage de Thawra et Raqqa sont hors de portée des loyalistes. Je m’étonne que Mr Balanche évoque cette option, on l’a connu mieux informé. Les forces arabo-kurdes des SDF sont en train de s’en occuper. Aux dernières nouvelles, ils ne sont plus très loin de Tabqa.


    • antoniob Le 16 décembre 2016 à 06h56
      Afficher/Masquer

      @Jack: la “coalition” ? laquelle? les arabos-“occidentaux”? les saoudo-qataro-islamistes? les anglo-américains? Vue la quantité de coups tordus et de faux drapeaux, la récente reprise de Palmyre laissée mal gardée peut aussi bien être le fait propre de l’EI qu’une opération encouragée par les américains.


      • Jack Le 16 décembre 2016 à 13h11
        Afficher/Masquer

        Il s’agit de la coalition dirigée par les américains. Ils ne veulent à aucun prix que le matériel capturé soit utilisé ailleurs.


        • antoniob Le 16 décembre 2016 à 14h49
          Afficher/Masquer

          je n’étais pas explicite dans mon commentaire, donc en clair: les islamistes et les Etats-Unis, c’est la même chose. L’EI vient d’Irak, qui est le domaine de la Mission Accompliché de 2003 laquelle a fait de l’Irak une riante suisse délicate, démocratique et prospère. Palmyre avait été initialement capturée par une avancée de l’EI depuis l’Irak. Les Etats-Unis apparemment ne les avaient pas vu avancer.
          Les stocks de minutions peuvent être un prétexte pour la coalition. Les Etats-Unis et le djihadisme sont deux entités qui marchent ensembles depuis les années 70. Le but de ces gens là en Syrie est de faire tomber le régime et à défaut de découper la Syrie et maintenir la pression via un désordre entretenu.


          • Jack Le 16 décembre 2016 à 15h25
            Afficher/Masquer

            Un prétexte? Je vous signale que ce matériel pourrait servir à écraser définitivement les défenses loyalistes de Deir ez Zor. Une ville stratégique en fâcheuse posture depuis qu’elle est assiégée par l’EI.


        • chb Le 16 décembre 2016 à 21h22
          Afficher/Masquer

          Et pourquoi alors Obama a-t-il accepté de fournir des missiles sol air aux rebelles, comme au bon vieux temps de l’Afghanistan ?
          C’est vraiment compliqué la politique…


          • Jack Le 17 décembre 2016 à 00h30
            Afficher/Masquer

            Quand aurait-il accepté de leur fournir ce genre d’armes?
            Si vous faites allusion à la levée des restrictions de ventes d’armes par le président Obama, le détail est le suivant :

            US officials said the waiver will not be used to arm groups in Aleppo, only groups fighting ISIS in northern Syria. “We’re talking about partner forces that we’re working with in northern Syria,” US State Department spokesperson Mark Toner said, in an indirect reference to the SDF forces.


  2. Catalina Le 16 décembre 2016 à 08h59
    Afficher/Masquer

    Bassam Tahhan : Attaque de Palmyre: orchestrée par les USA ?

    https://gaideclin.blogspot.fr/2016/12/bassam-tahhan-attaque-de-palmyre.html


  3. Bordron Georges Le 16 décembre 2016 à 09h03
    Afficher/Masquer

    C’est bizarre ce changement de langage.
    Il ne s’agit plus du combat des forces gouvernementales contre des rebelles mais contre Fatah el Cham ou Al Qaida éventuellement al-Nosra.
    Plus de révolution plus de front de libération, plus de gentils rebels!


    • Victor LIBON Le 16 décembre 2016 à 15h41
      Afficher/Masquer

      Mais notre propre RÉGIME néoconservateur antidémocratique gravé de façon irévocabe dans le marbre des traités européens, continue à parler de “””régime””” quand il s’agit de l’États syrien.


    • LS Le 16 décembre 2016 à 16h44
      Afficher/Masquer

      Malheureusement, non.

      Le FigaroVox n’est pas le Figaro, ce n’est clairement pas la même ligne éditoriale.

      De plus, quand on regarde les anciens papiers de F.Balanche, ses propos sont mesurés depuis longtemps. Je n’y vois pas de changement de langage par rapport à son papier d’aujourd’hui.


  4. PatrickLuder Le 16 décembre 2016 à 10h22
    Afficher/Masquer

    Olivier, pour avoir une information plurielle, serait-il possible (c’est du conditionnel, hein !) de prévoir un ou deux billets afin de comprendre le point de vue des “rebelles” : quelles sont leurs motivations (propre volonté ou simples mercenaires ? ), quelles sont leurs buts ou leurs requêtes, quels ralliements (ou non) d’une partie de la population, quelles sources de revenus pour quels moyens, quelles sont leurs actions (vie pratique / politique / buts militaires) … etc => car derrière cette image simpliste de “terroristes” que l’on veut nous faire avaler, il y a des hommes et des femmes réels avec leurs propres principes, leurs idéologie. L’acte terroriste ne me semble qu’un moyen de dernier recours pour essayer de faire entendre une autre voix que celle “officielle” …


    • PierreH Le 16 décembre 2016 à 11h30
      Afficher/Masquer

      Pareil, celà dit ça ne doit pas être facile de trouver quelque chose là-dessus…
      Après, j’ai du mal à demander quelque chose aux contributeurs alors que je n’ai pas (encore) contribué à quoi que ce soit… Ca devrait changer bientôt j’espère !


    • Catalina Le 16 décembre 2016 à 14h22
      Afficher/Masquer

      Patrick,
      Il y a ça, Fabriquer la contestation : La vérité en Syrie/Par Lizzie Phelan et Mostafa Afzalzadeh.

      https://www.youtube.com/watch?v=ECiZHvb6280

      Perso, le factuel. : il y a eu des manifestations pour que les choses évoluent en Syrie( comme chez nous…), il y a eu des snipers qui ont tué des policiers et des civils(comme en Ukraine), en amont, des musulmans wahhabites ont intégré des villages, se sont mariés, des réseaux internet d’opposition se sont déployés, des embrigadements financés ont été faits, des massacres orchestrés avec l’uniforme de l’armée syrienne, des éliminations de gens favorables à Assad, en parallèle, des hommes allaient dans les villages offrir de grosses sommes d’argent pour que les gens se déguisent ( voile, etc), bref, un plan très étudié et pas par les manifestants mais par ceux qui ont utilisé voire fomenté la “révolution”, c’est un plan et les premiers manifestants, ceux qui comme partout dans le monde gueulent quand le gouvernement va trop loin ont totalement disparu au profit de ceux qui avaient fait le plan, et pas dans l’objectif d’améliorer les conditions de vie des Syriens mais bien dans l’objectif d’imposer une dictature d’un islam totalitaire à cette grande partie du Moyen-Orient. Vous savez cet Islam qui est majoritaire chez nos amis saoudiens. Nos zalliés.


      • Jack Le 16 décembre 2016 à 16h19
        Afficher/Masquer

        La rébellion commence avec l’ASL. Une révolte bien réelle et, même si les frères musulmans ont joué un rôle, en aucun cas extrémiste. Le résultat est un échec désastreux causé par les divisions entre différentes factions avec des affrontements fratricides, une dérive criminelle avec le pillage du pays, des exactions contre la population civile et une dépendance de plus en plus grande envers les puissances étrangères. Les radicaux, Al Qaeda et EI en tête ont profité de ces échecs pour balayer l’ASL (et les frères musulmans) dont il ne reste plus que des factions divisées noyées dans la masse salafiste ou réfugiées chez les kurdes.
        Je ne comprend même pas pourquoi radio Damas/Moscou s’évertue à vendre ses théories fumeuses plus ou moins complotistes au sujet de la rébellion alors que la vérité est autrement plus grave.


        • Philibert Le 16 décembre 2016 à 19h24
          Afficher/Masquer

          Peut-être parce que Roland Dumas – qui ne fait pas partie de radio Moscou – a lui-même affirmé avoir été approché en 2011 par les services secrets britanniques qui lui annonçaient qu’il se préparait quelque chose en Syrie.


          • RV Le 16 décembre 2016 à 21h33
            Afficher/Masquer

            info relayée ici par Michel Collon

            https://www.youtube.com/watch?v=Mt8OEpD9sZM

            à voir ou revoir sans modération . . . !


          • Jack Le 17 décembre 2016 à 00h59
            Afficher/Masquer

            Il me semble que Roland Dumas est bien connu pour ses rapports aussi anciens qu’étroits avec les cercles du pouvoir à Damas.


        • Catalina Le 16 décembre 2016 à 20h34
          Afficher/Masquer

          Jack,

          apparemment, vous n’avez pas regardé la vidéo….
          Rien à voir avec radio Moscou Damas.
          et pour des théories fumeuses, les gens sur place sont tout de même de meilleurs témoins que vous.


          • Jack Le 17 décembre 2016 à 00h46
            Afficher/Masquer

            Un journaliste iranien et une journaliste britannique salariée de Russia Today.
            Je n’appellerais pas ça “des gens sur place”. Trouvez moi des témoins impartiaux pour démontrer vos dires.


            • PatrickLuder Le 17 décembre 2016 à 02h55
              Afficher/Masquer

              même des témoins impartiaux ne peuvent être témoins que d’un côté à la fois d’une situation multiple et complexe … une vision globale (et donc multilatéral) ne pourrait se faire que par une énorme travail d’investigation en allant partout et qui demanderait des mois, même un bon journaliste (impartial) ne peut rien faire en quelques jours (ou semaines).


        • Subotai Le 17 décembre 2016 à 05h28
          Afficher/Masquer

          Tss tss tss!
          Il y a d’abord un différent géostratégique avec des histoires de pipeline d’hydrocarbure.
          Il y a aussi une volonté affirmée (USA) de renverser le Gouvernement légal et reconnu de Syrie.
          Il y a ensuite la mise en œuvre d’un coup d’état en profitant du mécontentement populaire, soigneusement entretenu et soutenu.
          Rien de nouveau sous le soleil.
          Manque de pot, la Syrie qui n’est pas une République Bananière mais une entité politique à l’histoire millénaire n’a pas marché dans la combine. Malgré les moyens colossaux mis en œuvre pour la détruire, elle a su motiver suffisamment d’alliés et embrouiller suffisamment ses ennemis pour être en mesure de mettre en échec son démantèlement.
          Dites vous bien de Bashar Al Assad n’est pas pour grand chose dans l’histoire. Les Syriens ne sont pas des Barbares, quoi qu’on dise.
          Tout ce qui est écrit ci dessus est juste, parfaitement documenté et disponible. Si vous l’ignorez, renseignez vous.
          Inutile de me demander des références. Cherches et tu trouveras.


        • aleksandar Le 17 décembre 2016 à 08h50
          Afficher/Masquer

          “Une révolte bien réelle et, même si les frères musulmans ont joué un rôle, en aucun cas extrémiste”
          Tout le monde sait en effet que les frères musulmans ne sont pas du tout du tout du tout des extrémistes.
          Jack, votre nom de famille, c’est pas Juppé par hasard ?


    • aleksandar Le 16 décembre 2016 à 16h20
      Afficher/Masquer

      Sur le plan politique, il existe la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution syriennes, qui est financée par le Qatar et l’Arabie Saoudite.
      Elle n’a aucun appui en Syrie et de toute façon ceux qui décideront si la rébellion devait gagner, ce sont ceux qui seront sur place et armés. 
      Sur le plan militaire :
      – Etat islamique,
      – Front Fateh al-Cham ex Front al-Nosra, qui avait prêté allégeance à al-Qaïda,
      – Jaïch al-Islam (l’Armée de l’islam), le plus important groupe armé opérant dans la région de Damas,
      – Jaïch al-Cham (l’Armée du Levant), présente essentiellement à Alep,
      – Ahrar al-Cham (Libérateurs du Levant)
      – Jaïch al-Fatah (l’Armée de la Conquête).
      – Jund al-Aqsa
      – Noureddine Al-Zinki. ( célèbre pour avoir décapité un gamin de 12 ans )

      Ce qu’ils veulent ? La création en Syrie d’un état islamique.
      Aucun n’est laïc et démocrate.
      Le seul mouvement a peu près laïc dans la rébellion, l’Armée Syrienne Libre a complètement disparue, avalée par Al-Nosra.
      La guerre en Syrie n’a rien a voir avec une opposition sunnite-chiite comme le prétend la propagande de l’Occident. 86 % du gouvernement syrien est sunnite, 90 % de l’Armée, la tres grande majorité des généraux et officiers supérieurs.
      Si seuls les chiites soutenaient Assad, il y a longtemps que le drapeau de DAESH flotterait sur Damas.


      • Jack Le 16 décembre 2016 à 18h53
        Afficher/Masquer

        La composante sociale syrienne joue aussi son rôle. D’un côté, une bourgeoisie et classe moyenne urbaine en majorité sunnite qui soutient Assad plus par pragmatisme que par adhésion. De l’autre, les prolétaires urbains et les campagnards plus conservateurs sur le plan religieux qui avaient pris fait et cause pour la rébellion. Après le naufrage de l’ASL, une bonne partie d’entre eux soutient les islamistes pour des raisons religieuse et peut-être aussi par désespoir, la destruction du riche tissu industriel et économique qui les employaient leur ayant enlevé tout espoir d’avenir. A noter que cet ordre social était respecté à Alep où le quartier ouest était bourgeois et fonctionnaire tandis que l’est était prolétaire.


        • aleksandar Le 17 décembre 2016 à 08h58
          Afficher/Masquer

          Effectivement il y a eu une destruction du tissu industriel faite justement par les jihadistes et les turcs.
          Le seul problème concernant votre démonstration c’est que plus de 400 000 ” prolétaires ” d’Alep Est ont quitté ces quartiers pour se réfugier dans la zone Ouest loyale a l’état syrien. Votre division ” sociale ” n’est donc pas pertinente.
          Quand votre ville ou votre village est envahi par Al qaida-Nusra-Daesh, le syriens moyen subit plus qu’il n’adhère et c’est comme ça dans tous les pays en guerre.


    • Catherine Le 16 décembre 2016 à 22h22
      Afficher/Masquer

      PatrickLuder, derrière les “rebelles”, terme fourre-tout, il y a avant tout la Charia comme pilier d’une “autre” société, qui les met tous d’accord.

      Vous est-il difficile d’admettre que les syriens de cette Syrie Laïque, comme l’était l’Irak ou la Lybie, non seulement ne veulent pas d’une telle société, mais la redoute ?


  5. moshedayan Le 16 décembre 2016 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Un journaliste français dont j’ai oublié le nom (mea culpa) a dit dépité des propos de ce genre sur l’avis de Lavrov à propos des “rebelles modérés” en Syrie : les représentants de l’opposition syrienne ne représente plus que quelques milliers de réfugiés, logés dans des hôtels ou centres d’accueil confortables en Europe occidentale ou en Turquie. Je pense que ces propos n’ont rien d’officiel ni d’exact mais ils sont sûrement le reflet d’un sentiment sur une réalité très proche.


  6. christian gedeon Le 16 décembre 2016 à 12h04
    Afficher/Masquer

    Qu’on se le dise,on n’en est qu’au quasi début,contrairement aux apparences.Regardez bien ce qui se passe en Irak.L’offensive sur Mossoul fait du sur place…les voies de communication de l’EI (autre version d’Al Nosra et d’ Al Qaïda) sont intactes.Et l’offensive victorieuse sur Palmyre n’est qu’un des signes que les faucons US,le Qatar,l’Arabie et la Turquie,ne sont pas près de renoncer en Syrie.Le réservoir sunnite en hommes (et en matériel) est très loin d’être tari. La frontière jordanienne est une passoire aussi…regardez bien la carte des alentours d’Alep…les Al Qaïda sont à peine deux kilomètres des faubourgs de la ville….la guerre est encore là pour longtemps,et elle sera terrible.Surtout dans les prochains mois,Obama,comme Hollande,n’ayant rien à perdre,ils s’en vont.


  7. Morad Le 16 décembre 2016 à 12h43
    Afficher/Masquer

    Si on parle de “régime de Damas” dont le président est soutenu par 80% de son peuple, on pourrait peut-être aussi parle de “régime de Paris” dont le président est rejeté par 90% de son peuple?


    • BEOTIEN Le 17 décembre 2016 à 06h08
      Afficher/Masquer

      J’aimerais savoir de quel institut de sondage vient le chiffre*. Qui, même s’iil est vrai aujourd’hui s’inversera vite une fois la paix revenue.

      * parce que la dernière élection (farce) était plus près de 90 %


      • aleksandar Le 17 décembre 2016 à 09h03
        Afficher/Masquer

        Rien ne s’inversera, pour les Syriens, même des ex-opposants, Bachar a sauvé la Syrie d’une invasion americano-salafiste. Ce n’est bien évidement pas ce qu’on peut lire dans le Monde ou Libé, mais c’est le sentiment du peuple syrien aujourd’hui.


    • Van Le 18 décembre 2016 à 09h45
      Afficher/Masquer

      Parler de régime alors que c’est l’état syrien qui est visé cela reflète a lui seul l’hypocrisie occidentale, personnifier le conflit est une manipulation de plus, c’est une politique de destruction jusqueboutiste qui nie de surcroit un pays, cela ne traduire que les intentions et objectifs occidentales au moyen orient https://www.youtube.com/watch?v=jO9KtO9Xj-s


  8. Jean Marc Le 16 décembre 2016 à 15h34
    Afficher/Masquer

    Sinon les massacres d’ALEP qui nous font éteindre la tour Eiffel (oupss pardon les employés en grève ne l’allument plus depuis quelques jours mais la maire de Paris peu avare de compliments sur elle a pris la décision de s’attribuer cette extinction pour que cela serve quand même à quelque chose) ils sont passés ou ? Y’en a plus ? Libé ne fait plus ses unes avec, l’Obs et Les Inrocks ne débusquent plus les sites complotistes comme celui ci 😉 ?


  9. Alain Cavaillé Le 16 décembre 2016 à 18h49
    Afficher/Masquer

    Il semblerait que les islamistes se regroupent à Palmyre. Si c’exact, on pourra dire adieu à la plus belle ville Romaine de la partie orientale de l’Empire, hélas !


    • RV Le 16 décembre 2016 à 23h09
      Afficher/Masquer

      il semblerait que comme lors de la première prise de Palmyre, la coalition internationale qui a la maitrise de l’espace aérien à cet endroit ait laissé passé les colonnes de combattants . . .


      • Subotai Le 17 décembre 2016 à 05h38
        Afficher/Masquer

        Vous savez quoi, la maitrise de l’espace aérien c’est du flan. Les nations occidentales embringuées dans cette histoire sont exsangues.
        Encore un potentiel de puissance de feu impressionnant sur le papier, dans la réalité: gaspillage effroyable et manque d’argent, donc d’homme, de matériel et de motivation.
        Les militaires, des sergents et autres hommes de troupes, qui reviennent du terrain savent très bien au bénéfice de qui ils se battent. On est loin de la ferveur de celui qui se bat sur sa terre et pour sa maison.


  10. Dominique Le 18 décembre 2016 à 00h14
    Afficher/Masquer

    « … la province d’Idleb. Il s’agit de la plus puissante concentration de rebelles en Syrie, avec plus de 50,000 combattants »

    50 et zéro milième combattants ?!

    A moins que l’auteur ne connaisse que la représentation anglaise des nombres pour qui une virgule vaut séparateur de milliers. J’ai du mal à comprendre pourquoi tout doit être exprimé dans la langue de Shakespeare de nos jours, quitte à entraîner de la confusion.


Charte de modérations des commentaires