Les Crises Les Crises
20.octobre.201720.10.2017 // Les Crises

Avertissement de l’Armée sur le réchauffement climatique, par Daniel C. Maguire

Merci 62
J'envoie

Source : Daniel C. Maguire, Consortium News, 11-09-2017

Les militaires américains, qui sont appelés pour faire face aux troubles liés au réchauffement climatique, prennent la menace climatique au sérieux contrairement aux politiciens civils qui ne se soucient que d’ intérêts particuliers, affirme l’éthicien Daniel C. Maguire.

Cela n’était pas supposé se passer ainsi. L’idée américaine bien carrée, était que l’enthousiasme des militaires pour le combat serait restreint par le jugement mesuré du gouvernement civil. Mais la perception répandue internationalement est que les généraux du président Trump sont les derniers garde-fous du bon sens au sein d’une Maison Blanche troublée.

L’image de la Terre se levant sur la surface de la Lune, photo prise par les premiers astronautes américains en orbite autour de la Lune

Admettons le. Les militaires pourraient avoir raison. Le secrétaire d’état Colin Powell, général en retraite, avait averti le Président George W. Bush en privé, de l’invasion folle de l’Irak bien que plus tard il ait trahi son propre bon sens et ait rejoint la conspiration criminelle.

Ce que les militaires reconnaissent et pas le gouvernement civil, c’est que la plus grande menace de sécurité, la plus grande menace de sécurité que notre espèce doive affronter en 10 000 ans, est le réchauffement climatique. Les militaires n’appellent pas cela un canular. La revue quadriennale de défense de 2014 appelle le changement de climat « un accélérateur d’instabilité » et un « multiplicateur de dangers ».

En octobre 2015, un groupe d’experts divers, comprenant trois anciens Secrétaires de la Défense, a dit que le changement de climat « modelait un monde plus instable, limité en ressources, violent et sujet aux catastrophes ».

Le cas de l’Afrique est à mettre en exergue. Andrew Holland de Scientific American écrit : « Dans le nord du Nigeria, la déforestation, le pâturage excessif et la chaleur s’accentuant, à cause du réchauffement climatique, a rendu ce qui était avant une terre agricole productive et de savane, en une extension du Sahara désertique. Le lac Tchad a perdu plus de la moitié de sa taille originale à cause de la sécheresse , de la mauvaise gestion et du gaspillage ».

La population déjà surpeuplée d’Afrique va sans doute doubler avant 2050 conduisant à des situations explosives déjà évidentes.

C’est précisément au sein de ce chaos de mélanges toxiques que des groupes extrémistes comme Boko Aram sont nés. Les militaires le savent. Le Proceedings of the National Academy of Sciences USA a déclaré que le changement climatique a alimenté la guerre civile en Syrie. De longues et sévères sécheresses, provoquées par le changement de climat, a conduit des milliers de gens de leurs fermes vers les villes comme Alep et Raqqa, préparant un environnement idéale pour Dash, Al Qaida et autres groupes djihadistes.

Le New York Times rapporte que, comme des terres à pâturages sont desséchées dans des endroits comme le Kenya, des batailles violentes et meurtrières se sont déclenchées juste pour obtenir de l’herbe pour le bétail. Le changement climatique est un facteur conduisant à tout cela. C’est un multiplicateur de risques, et les menaces ne s’arrêtent pas aux frontières des nations les plus pauvres concernées. Le désespoir est global, et explose dans nos rues, et dans les rues en Europe et partout.

Un aperçu de la situation pour les négationnistes.

Le Président Trump appelle le réchauffement climatique anthropique un « canular », il s’est retiré de l’accord sur le climat de Paris et il a dépouillé l’Environmental Protection Agency. Peut-être que ses généraux peuvent rendre leurs uniformes, faire asseoir Trump, et lui donner un petit aperçu de la menace d’époque sur la sécurité de la planète. Voici cet aperçu.

Le président Donald Trump et la Première dame Melania Trump arrivent au Palace Murabba, escortés du roi d’Arabie Saoudite Salman le 20 mai 2017 à Riyad, Arabie Saoudite, pour assister à un banquet en leur honneur. (photo officielle de la Maison Blanche de Shealah Craighead)

Nous avons connu 378 mois avec une température au-dessus des moyennes. Ce n’est pas un canular. les Scientifiques disent que la glace de l’Arctique est dans une spirale mortelle. Ce n’est pas un canular. Les gens pêchent au large du Bangladesh à où il y avait alors un marché poissonneux animé avant qu’il ne soit envahi par la montée des eaux . Ce n’est pas un canular.

Les températures en Irak et au Koweït jusqu’à 54°C en juillet 2016 et 44°C dans certaines régions d’Italie et de France. Ce n’est pas un canular.

« Les scientifiques agricoles ont calculé que pour chaque degré Celsius d’augmentation de température, la récolte de blé tombe de 10% dans le milieu plus chaud de la Terre ». comme le rapporte Alan Weisman dans son livre nommé bien à propos : Countdown (Compte à rebours). Ce n’est pas un canular.

Les réfugiés environnementaux n’arrivent plus des îles comme les Maldives ou Tuvalu ni du Bangladesh. Ils arrivent de Houston et de Floride, et ils viendront des cités inondées de nos côtes.

En plus de tout cela, nous avons réveillé le géant endormi au centre de la Terre. Comme le vulcanologue Bill McGuire l’a dit, le réchauffement climatique déclenche des tremblements de terre, des tsunamis et des éruptions volcaniques, libérant des forces qui font paraître ridicules nos forces de destruction. Les tempêtes Harvey et Irma dynamisées par les eaux chaudes de la mer, sont porteurs de « la nouvelle normalité ». Les records ont été battus. Ce n’est pas un canular.

Le climatologue Clive Hamilton rapporte que « la conclusion à regret du plus éminent climatologue est que le monde va à présent vers un futur très déplaisant et que c’est trop tard pour l’arrêter ». Il décrit le sentiment des scientifiques comme étant « une panique à peine réprimée ». Il déclare cela dans son livre lugubrement titré « Requiem pour une espèce ».

Stephen Hawking a aussi peu d’espoir pour l’humanité sur cette planète et dit que notre futur à long terme devra être dans l’espace. (On peut s’interroger sur cette idée que nous devrions transposer nos échecs dans l’espace !) La racine du problème dit-il, est que l’humanité a un « instinct égoïste et agressif ».

En d’autres termes, selon Hawking, ce n’est pas un problème scientifique, mais moral. Un problème éthique pour une espèce à l’éthique faussée. Ces expressions proches du désespoir ne sont pas des canulars.

Y-a-t-il un espoir quelque part ?

La peur est notre besoin le plus grand : le déni est notre talent le plus enraciné et redoutable. Une peur aiguë peut attiser l’action. On a eu peur de la variole, et un effort international y a mis fin. On a vraiment été effrayé de la réduction de la couche d’ozone sur l’Antarctique et il y a eu une réponse internationale. Durant la Deuxième Guerre Mondiale, les États-Unis ont changé la totalité de leur économie et leur production industrielle en quelques mois. Le problème est que nous ne sommes pas effrayés d’une imminente apocalypse, même si la télévision en parle bruyamment.

Nous n’avons rien à craindre à part l’absence de peur. Nous avons besoin de la peur. Une peur bleue. En une sorte de médecine homéopathique, nous devons ajouter du « vert » à l’appât du gain. Des expériences créatives dans de nombreux pays montrent qu’il y a de l’argent à gagner en maîtrisant les énergies renouvelables naturelles.

Premier travail pour les généraux, est de détecter le danger et sonner la sirène d’alarme. Peut-être que les généraux deviendront nos Paul Revere écologistes. Peut-être.

Daniel C. Maguire est Professeur de Théologie morale à l’université Marquette, une institution catholique Jésuite à Milwaukee, Wiskonsin.

Source : Daniel C. Maguire, Consortium News, 11-09-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Commentaire recommandé

EchoGmt7 // 20.10.2017 à 06h35

Bonjour,

Et revoilà l’usine à peur.

La peur est un marché qu’il faut stimuler par mille bobards :

“”Comme le vulcanologue Bill McGuire l’a dit, le réchauffement climatique déclenche des tremblements de terre, des tsunamis et des éruptions volcaniques, libérant des forces qui font paraître ridicules nos forces de destruction.””

Cette phrase est absolument bourrée de n’importe quoi. Elle me rappelle les armes de destruction massive de Saddam.

185 réactions et commentaires

  • EchoGmt7 // 20.10.2017 à 06h35

    Bonjour,

    Et revoilà l’usine à peur.

    La peur est un marché qu’il faut stimuler par mille bobards :

    “”Comme le vulcanologue Bill McGuire l’a dit, le réchauffement climatique déclenche des tremblements de terre, des tsunamis et des éruptions volcaniques, libérant des forces qui font paraître ridicules nos forces de destruction.””

    Cette phrase est absolument bourrée de n’importe quoi. Elle me rappelle les armes de destruction massive de Saddam.

      +63

    Alerter
    • Chris // 20.10.2017 à 08h43

      Pardonnez-moi, mais quel âge avez-vous ? Je vous demande cela, non pas par curiosité déplacée, mais pour tenter de comprendre votre raisonnement.
      Voici 60 ans que j’observe consciemment le monde; je dis consciemment car je suis plus âgée, que je connais bien le monde rural autant que citadin, un grand nombre de pays sous des climats, mentalités et us divers et que mes connaissances pluridisciplinaires me permettent d’en appréhender les réalités et mesurer les directions.
      Vous n’imaginez pas la dégradation environnementale que je constate, malgré et/ou à cause des développements scientifiques (je n’ose pas dire “progrès”) : j’observe une nette accélération sur la dernière décennie qui va de pair avec la dégradation sociétale d’ailleurs. Ce qui n’a rien d’étonnant puisque nous sommes à la fois spectateurs et acteurs.
      Faire l’autruche en tenant le chant de la cigale… C’est bien ce que nous dit ce billet !

        +54

      Alerter
      • Kiva // 20.10.2017 à 10h11

        Vous rendez vous compte que votre réponse est le type de réaction d’aveuglement dogmatique qui vous dessert complètement.

        “”Comme le vulcanologue Bill McGuire l’a dit, le réchauffement climatique déclenche des tremblements de terre, des tsunamis et des éruptions volcaniques, libérant des forces qui font paraître ridicules nos forces de destruction.””

        Dans cette citation le simple fait de lier réchauffement climatique avec tremblement de terre et éruptions volcaniques alors qu’aucune étude (ni le bon sens d’ailleurs) ne permet d’y voir une quelconque cause à effet, rend toute votre démarche caduque.

        Vous ne pouvez pas accepter tout et n’importe quoi seulement parce qu’un article va dans votre sens idéologiquement parlant. Un individu qui m’affirme que les séismes et les éruptions volcaniques sont provoqués par le réchauffement climatique…il va falloir qu’il avance quelques preuves très solide avant que j’y prête attention…

          +24

        Alerter
          • Kiva // 20.10.2017 à 10h36

            Lisez les liens

            Le premier dit : “Il ne faut cependant pas en conclure que le réchauffement climatique va entraîner une plus grande fréquence de puissants séismes”

            Le deuxième c’est même le fameux Bill McGuire “C’est un non sens de dire que ces événements (des séismes, ndlr;) sont dus au réchauffement climatique car l’élévation des températures ne va pas provoquer plus de tremblements de terre” ajoute-il, et de conclure “mais il y a quand même un brin de vérité là-dedans”
            Comme quoi l’article relayé ici fait une citation incomplète du vulcanologue (il est bien plus nuancé).

            Le troisième lien est encore sur McGuire et voilà la conclusion :

            “Toujours selon Mc Guire, les modélisations des effets du réchauffement climatique, suggèrent une augmentation des risques géologiques, en même temps que les observations indiquent que c’est peut être déjà le cas”

            Il y a donc 0 démonstration à l’heure actuelle.

            On remarquera que c’est quasiment toujours le fameux Mc Guire qui popularise cette idée… On est loin d’une démonstration scientifique.

              +33

            Alerter
          • Didier Mermin // 20.10.2017 à 11h10

            C’est le dernier lien qui me semble le plus pertinent, et il cite un autre lien encore mieux : http://www.ddmagazine.com/457-Comment-le-rechauffement-provoque-des-seismes.html. Je crois volontiers que la fonte des glaces, au pôle nord et sur les montagnes, change la répartition des masses d’eau et donc des forces de pression, ce qui doit logiquement affecter le mouvement des plaques tectoniques, certaines se trouvant allégées et d’autres alourdies. Mais que les pluies déversées par une mousson ou un ouragan soient aussi une cause me semble plus incertain, sauf au titre de la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

              +10

            Alerter
            • jbaptiste // 20.10.2017 à 11h36

              l’augmentation des masses d’eau??? heu meme si l’eau monte d’un metre cela ne fera que 0,1% de l’épaisseur des océans… et encore…

                +3

              Alerter
            • Chris // 20.10.2017 à 12h23

              Pas seulement les activités météorologiques “débordantes” mais aussi les activités humaines. On sait que le fracking mais aussi la géothermie profonde provoquent des séismes.
              Pomper les nappes phréatiques, ne pas réhabiliter des mines provoquent des affaissement de terrains et ruptures diverses, etc…

                +6

              Alerter
            • Didier Mermin // 20.10.2017 à 14h37

              Franchement vous lisez mal, jbaptiste, j’ai écris “répartition”, pas “augmentation”. En fondant, les masses de glaces se font disperser, et cela ne peut qu’alléger les Alpes dont les glaciers finissent dans la Méditerranée. Le problème, avec ce genre de phénomènes, c’est que l’on n’a aucune idée des ordres de grandeurs, donc on n’est pas sûr que l’impact soit non négligeable, mais sur le plan logique c’est imparable.

                +3

              Alerter
            • olivier // 20.10.2017 à 15h01

              Encore faut-il que les glaces fondent selon le modèle.
              – Au sud ce n’est pas le cas
              – Les modèles du GIEC sont erronés. http://www.nature.com/ngeo/journal/v10/n10/full/ngeo3031.html Myles Allen / Oxford l’admet : « Nous n’avons pas constaté cette accélération rapide dans le réchauffement que les modèles du GIEC nous prédisaient ».
              – Un niveau record de l’épaisseur des glaces du Groenland. http://beta.dmi.dk/en/groenland/maalinger/greenland-ice-sheet-surface-mass-budget
              – La revue Hydrological Sciences Journal relativise la régression de la banquise arctique http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02626667.2017.1324974

              Qu’on veille réduire le climat a vue humaine n’est pas pertinent. Le climat n’a pas d’équilibre et les variations arrivent aussi sans l’intervention de l’homme. OB : Bill McGuire est un vulcanologue qui nous parle de climat. On a aussi un président qui traite des questions politique comme le terrorisme et qui en fait un lien avec le climat. Peut-on comparer ? pas sur. Est-ce crédible pour autant ? pas sur non plus.

                +12

              Alerter
          • jbaptiste // 20.10.2017 à 11h14

            il y a quand même une bonne blagues, mis à part le fait qu’il ne savent pas faire un copié coller sans faire de fautes:
            “ces ouragans ont provoqué une érosion accélérée des terrains meubles, ainsi que la survenue de mouvements de terrain : ajoutées les unes aux autres, ces petites modifications du poids exercé sur la faille de Léogâne pourraient ainsi avoir accéléré sa rupture… qui serait de toute façon survenue un jour ou l’autre.”

            genre quelques millier de tonnes de terre déplacé vont faire augmenter le poids d’une plaque tectonique… lol heu quid des bâtiments que l’ont construit, quid d’un avion qui attérit…
            bein oui ç’est du même poids (quelques milliers de tonnes et pas genre des milliards de tonnes de la plaque tectonique)
            j’aurais plus pensé a l’eau qui lubrifie la jonction entre les plaques… mais encore faudrait il qu’elle pénètre sur plusieurs dizaines de Kilomètre plus la lubrification des 100 kilomètre (environ) d’une plaque.

            90% voire plus des jonctions sont sous la mer…

              +6

            Alerter
            • Chris // 20.10.2017 à 12h25

              “90% voire plus des jonctions sont sous la mer…”
              D’où les “gentils” tsunamis…

                +0

              Alerter
            • Didier Mermin // 20.10.2017 à 14h45

              Je disais à l’instant qu’on ne connaît pas les ordres de grandeur, mais il suffit de “googler” => https://www.consoglobe.com/voir-fonte-glaces-eau-1945-cg Lire “Fonte en milliards de tonnes de glace avec la marge d’erreur” : 2 milliards de tonnes pour les Alpes. Pas négligeable. En revanche, pour la “lubrification”, je suis d’accord avec vous.

                +2

              Alerter
          • Raphaël // 20.10.2017 à 12h11

            Un lien direct vers le papier, qui est en effet crédible scientifiquement, vaut mieux que 100 dépêches de l’AFP et autres blogs pseudo-scientifiques :

            https://perso.univ-rennes1.fr/laurent.husson/PAP/iaffaldanoetal11.pdf

              +0

            Alerter
          • SVL // 21.10.2017 à 12h01

            il est evident que nous avons en tant qu’être humain dévasté la planète pour s’en accaparer les resources nécessaire à ce que certains appellent le Progrès…

            Ce dont très peu osent parler, ce sont les activités de notre cher Soleil qui produit des perturbations sur le champ magnétique de la Terre

            Qui dit perturbation du champ magnétique dit séisme et changement climatique…

            Exemple types parmi tant d’autre le nombre de naufrages de cétacés qui se perdent…

            Ce phénomène est connu depuis la nuit des temps d’où l’extinction de certaines formes de vie sur Terre…et des changements climatiques que la Terre est pu bien connaitre.

            Gérer les ressources de la planète est un fait et possible à faire d’une certaine maniéré même si très sincèrement il ne faut pas trop rêver non plus, vu la démographie mondiale à venir…

            Notre système solaire est un organisme vivant qui bouge constamment… et nous ne pouvons rien y faire mis a part s’adapter..

              +2

            Alerter
          • Seraphim // 23.10.2017 à 02h46

            Déjà, en soi, un lien “en train d’être démontré” ça ne fait pas trop scientifique, non? Soit il est démontré, tout va bien, soit il ne l’est pas et tout est possible, y compris son contraire…
            Être à moitié démontré, c’est comme être à moitié enceinte…

              +0

            Alerter
        • bats0 // 20.10.2017 à 14h05

          “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”
          Et je rajouterai, tout acte, toute parole engendre des conséquences., car cette loi de Lavoisier, ne s’applique pas uniquement à la thermodynamique, à la physique, ou bien à la chimie, mais c’est une loi universelle.
          Maintenant, si c’est trop compliqué, ou bien trop prise de tête, d’essayer de se remettre en question, d’essayer d’analyser les conséquences de nos actes, , de chercher fondamentalement ce qui pourrait nous permettre de trouver un équilibre avec la nature (nous, être humain, en faisons partie) qui nous entoure, faudra pas se plaindre des conséquences que nous avons engendrées, soit par notre laxisme, soit par notre incompréhension de l’environnement, soit par notre bêtise…

          « Les hommes naissent ignorants mais pas stupides. C’est l’éducation qui les rend stupides. » [Bertrand Russell.]

            +4

          Alerter
        • Subotai // 20.10.2017 à 18h58

          Tu sais quoi? Depuis 2004 j’en suis persuadé. Quand j’ai relié le séisme indonésien et la fonte des glaciers
          Très simple, c’est que de la physique primaire et du raisonnement.
          La plaque tectonique indienne pousse sous l’Himalaya. Ca c’est connu.
          La glace de l’Himalaya fond à grande vitesse. Ca aussi c’est connu.
          Moins de poids sur la montagne = mouvement plus rapide et plus brutaux de la plaque indienne qui entre dessous.
          Et le truc rigolo c’est que de l’autre coté, ça n’est pas sans effet; chaque fois qu’il y a un mouvement dans le nord de l’Inde, il faut s’attendre à quelque chose du coté de la Nouvelle Zélande et ou le long de ligne de faille qui va de l’Indonésie au Samoa et Tonga.
          Donc oui, le bouleversement climatique en faisant fondre les masse de glace sur les montagne, les allège et de ce fait modifie les équilibres, avec pour conséquence des séismes et/ou des éruptions volcaniques aux lignes de rencontre des plaques tectoniques.

            +4

          Alerter
        • vinel // 20.10.2017 à 22h21

          Même attitude et raisonnement que Trump!
          Si vous êtes intéressé un tant soit peu à l’écorce terrestre ,à ses mouvements latéraux,aux mouvements verticaux vous seriez plus réserve.
          Dans certaines zones le sol descend dans d’autres il s’élève(La Hollande s’enfonce).
          Ces mouvements naturels sont accompagnés par des modification des charges de l’écorce terrestre.
          Ces charges et décharges sont la fonte des glaces,la modification des cotes,le défoncement des sous sol pour les gaz de schiste…

          Des milliards de tonnes d’origines diverses dont l’eau,des hydrocarbures,des gaz se déplacent,sont déplacés et constituent des variations de charge et de tructure de l’écorce terrestre.Les modifications climatiques y sont grandement liées
          Voici qqs éléments de réponse à une interrogation autoritaire pessimiste.
          Je ne suis pas spécialiste,en cherchant vous trouverez d’autres sources plus compétentes et plus complètes..

            +3

          Alerter
        • fanfan // 21.10.2017 à 02h50

          Tout phénomène qui modifie la répartition des masses sur la Terre a potentiellement un impact sur la sismicité.
          Jean-Philippe Avouac, professeur de sciences de la Terre à Caltech, a contribué à mettre en évidence le rôle joué par les moussons sur la cyclicité des séismes en Himalaya.
          http://www.tectonics.caltech.edu/outreach/highlights/seasonal_eq/
          http://tectonics.caltech.edu/publications/pdf/bettinelli_avouacEPSLfeb08.pdf
          http://tectonics.caltech.edu/publications/pdf/Bollinger2007GRL.pdf

            +2

          Alerter
        • PatateMystere // 23.10.2017 à 11h31

          Pas de bon sens?

          L’augmentation de la température moyenne donne des tempêtes plus forte et un niveau des océans plus élevé. Les tempêtes sont des zones de dépression atmosphérique qui ont un effet réel sur les marées terrestre et donc sur les séismes.
          De la même manière, l’augmentation de la masse d’eau verticale sur une faille dans le fond de l’océan peut entraîner une plus grande instabilité.

          Ce ne sont pas des certitudes mais des effets possibles. Ca ne veux pas dire que ça arrivera mais en tout cas ça n’aide pas.

            +0

          Alerter
      • Northern // 20.10.2017 à 19h55

        Le progrès scientifique n’est pas un problème.. C’est ce qu’on en fait au nom du profit qui plus est dans un système économique qui ignore les externalités négatives qui est un problème…
        Par contre le non progrès scientifique depuis plusieurs années est un vrai problème, par exemple, quand on sait que le plan de développement du nucléaire français que l’on continue de suivre à été conçu par des personnes décédées il y à plusieurs décennies….

          +4

        Alerter
      • Alain // 21.10.2017 à 04h41

        Si ce n’est que le billet met aussi en exergue la gestion désastreuse des ressources naturelles qui sont probablement bien plus en cause dans les désatsres écologiques que le réchauffement climatique. On oublie toujours que le Moyen Age était plus chaud qu’aujourd’hui.

        Je viens de lire un article – dont je ne peut juger de la pertinence – disant qu’un décès sur 6 dans le monde était une conséquence de la pollution.

        J’ai toujours l’impression que le réchauffement climatique est l’arbre que l’on désigne pour cacher la forêt des mauvaises pratiques humaines en matière environnementale. Il est devenu très rare que l’on parle de la vraie pollution: celle des produits toxiques (dont le CO2 ne fait pas partie) qui rapporte tellement aux “élites” économiques!

        Et si on voulait vraiment lutter contre le réchauffement, pourquoi ne pas interdire une série d’activités et de pratiques totalement inutiles pour les bien-être de l’humanité et dont la suppression ne réduirait en rien le confort de la population: sports mécaniques, éclairage des monuments et des vitrines des magasins après leurs heures d’ouverture, …. Non, on veut investir des sommes énormes alors qu’il existe des économies gratuites. Bref une fois de plus il s’agit d’engraisser quelques uns avec un business juteux socialement acceptable

          +10

        Alerter
      • chrislait // 21.10.2017 à 12h32

        moi ,agriculteur en bretagne ,je remarque depuis une vingtaine d’année que l’on peut semer du maiis beaucoup plus tot, que l’on récolte beaucoup plus tot ,avec des variations de rendement énorme ,idem pour les patures des vaches et les autres cultures…

          +3

        Alerter
    • Ophélie // 20.10.2017 à 09h17

      Le problème c’est qu’on devrait vraiment avoir peur cette fois-ci. Parce qu’il ne s’agit pas de complot, mais de notre responsabilité et de notre avenir à tous.
      Voir le lien, résumé de la situation, factuel, sec, flippant ET réel :
      https://www.youtube.com/watch?v=WgsoOzfrlYo

        +5

      Alerter
    • Loxosceles // 20.10.2017 à 09h33

      @Echo

      En effet. Le millénarisme climatique en action, qui se prévaut prétendument de la raison.

      Oui il y a de vastes problèmes environnementaux en cours. Je déplore que le climat serve d’arbre qui cache la forêt, comme lorsqu’ici s’en empare un théologien de la morale… L’hystérie climatique a essentiellement pour fonction (que ce soit pour le meilleur ou pour le pire reste à déterminer) de focaliser les peurs environnementales humaines, au risque d’occulter tout le reste, même si le reste est peut-être, en fin de compte, infiniment plus urgent et plus concret. Cette fixation sur le climat, qui a toujours connu et connaitra toujours des fluctuations nécessitant une réponse adaptative de notre part (influence humaine ou pas) me semble extrêmement dommageable, et pire, voulue.

        +21

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 20.10.2017 à 10h05

        Cette focalisation sur le climat sert à justifier les “énergies vertes”, le “développement durable”, et ce pour une raison bien simple : l’on sait fabriquer des éoliennes et des centrales solaires, mais pas obtenir une croissance négative, cette solution logique étant irréaliste. D’un autre côté, le réchauffement climatique est le meilleur indicateur qui soit de l’ensemble de la pollution, le “meilleur” parce qu’il est le plus étudié/vérifié, le plus global et qu’il fait l’objet d’un large consensus. Annoncer que les insectes volant sont en perdition, (https://m.usbeketrica.com/article/insectes-volants-catastrophe-imminente), ne peut pas avoir le même impact sur les consciences.

          +3

        Alerter
        • vasyfrancky // 20.10.2017 à 22h27

          bonsoir
          nous sommes ignorants sur le climat ! dedefensa parle d’inconnaissance…et rappelle que le Système est le premier coupable/responsable du réchauffement et le premier soutien des “réchauffistes” …

            +0

          Alerter
          • amsterdammer // 24.10.2017 à 00h45

            Vous voulez dire que le système est le premier adversaire des ‘réchauffistes’, sans doute…

            S’il y a un lobby avec de gigantesques intérêts économiques en jeux, c’est bien celui qui s’escrime à répondre le doute sur les effets environnementaux calamiteux de ses activités industrielles. Faut-il préciser plus?

            En comparaison de ça, le ‘lobby’ des énergies renouvelables etc, c’est des cacahouètes.

              +0

            Alerter
      • Haricophile // 20.10.2017 à 10h21

        Cette fixation sur le climat, qui a toujours connu et connaitra toujours des fluctuations nécessitant une réponse adaptative de notre part (influence humaine ou pas) me semble extrêmement dommageable

        Euh…….. On était là a l’extinction des dinosaures ? et des précédentes ? Le problème est que justement une fluctuation qui se produit a cette vitesse, ça semble du jamais vu. Donc se fier à la réponse adaptative… C’est carrément vous qui sous couvert d’être raisonnable délirez complètement sur ce coup. N’est de pire sourd que celui qui ne veut entendre.

        Malheureusement tout dit que votre petit confort intellectuel est tourné vers le passé, et que vos descendants s’il y en a vont le payer très très très cher si on ne fait rien en urgence !

          +16

        Alerter
        • Loxosceles // 20.10.2017 à 11h50

          Ne me parlez pas de confort intellectuel, s’il vous plait, quand j’apporte des réflexions allant à l’encontre d’un dogme… Ce terrorisme intellectuel manié par les tenants du réchauffisme, lui, par contre, est vraiment une posture confortable en tout point, surtout moralement et socialement.

          Par ailleurs, voyez-vous, le catastrophisme manié par cette même mouvance est totalement stérile et sans effet.

          Enfin je ne suis pas du tout d’accord sur l’idée que le réchauffement soit le meilleur indicateur qui soit d’un problème environnemental, quand sa théorie est basée sur des simulations… Par contre, la déforestation, la perte de biodiversité, cela se mesure de manière beaucoup plus objective. Ce ne sont que des exemples. Le flou autour du climat permet l’entretien d’un faux débat et d’un manichéisme alarmiste assez désolant.

            +15

          Alerter
          • Luc // 20.10.2017 à 22h40

            Il me semble que le débat sur le climat est surtout révélateur de la fragilité de notre civilisation actuelle.
            Il y a 15000 ans, au sortir de la glaciation de Wurm, le niveau des mers s’est mis à remonter de 80cm à 100cm par siècle (il était 120 m plus bas que maintenant), Neandertal et Cro-Magnon se sont simplement déplacés.
            Aujourd’hui le niveau monte de 20cm par siècle (combien du au changement climatique, combien du à l’érosion des sols du à l’agriculture intensive ?), ce qui est modeste au regard des 15000 dernières années, mais les frontières qui broquent les populations, le foncier (propriétés et villes en bord de mer), les centrales nucléaires, la surpopulation, etc. font que tout changement même modeste, devient simplement catastrophique….
            Mais personne, pas même le GIEC, n’empêchera le climat de changer. Et bien peu s’interroge sur nos sociétés et la fragilité de nos modes de vie modernes.

              +8

            Alerter
            • Evariste // 21.10.2017 à 08h36

              D’accord avec votre commentaire sauf sur un point: les néandertaliens avaient disparu depuis 15000 ans ou presque il y a 15000 ans..

                +1

              Alerter
            • Luc // 21.10.2017 à 09h49

              C’est vrai, vous avez raison. Néandertal aurait peut être même été exterminé par Sapiens… Mais certains pensent plutôt à une fusion de néandertal avec sapiens. La guerre ou l’amour ? Je préfèrerai la deuxième solution.

                +1

              Alerter
            • Patrick // 21.10.2017 à 16h44

              Les européens ont une partie de l’ADN venant des Néandertaliens mais on ne sait pas si mamy Sapiens était consentante

                +1

              Alerter
          • amsterdammer // 24.10.2017 à 00h48

            La “posture confortable”, c’est surtout celle des négationnistes du climat : tous ceux qui refusent d’envisager d’abandonner leur confortable mode de vie moderne, extrêmement polluant et destructeur.

            Leurs enfants en paieront le prix. Merci les parents…

              +0

            Alerter
    • Doctorix // 20.10.2017 à 10h52

      On peut lire:
      ” Le Proceedings of the National Academy of Sciences USA a déclaré que le changement climatique a alimenté la guerre civile en Syrie.”
      Gonflés, quand même les mecs…
      Ils viennent (avec nous) bousiller, avec l’aide de mercenaires jihadistes qu’ils payent grassement, un pays qui était avec la Libye le plus avancé de ces régions, et vont ensuite nous dire que la guerre civile est due au RCA.
      Manquent pas d’air, ces militaires…

        +18

      Alerter
      • Chris // 20.10.2017 à 12h35

        Un fait réel, amplifié par la capture du plateau du Golan (le château d’eau du coin) par nos “amis” israéliens qui privent les pays limitrophes de 60 à 70% des ressources hydriques dont ils disposaient auparavant.
        Situation qui a forcément un impact sévère sur leurs productions agricoles, la faune et la flore.
        Et permet à Israël d’exporter…

          +13

        Alerter
      • Catherine // 20.10.2017 à 22h53

        C’est pourtant vrai.
        Les premières manifestations du mécontentement de la populationont été attisées par qui l’on sait sur la base de récoltes catastrophiques dans les deux ou trois années précédentes, avec toutes les conséquences induites dans ces cas là (hausse des prix, pénuries alimentaires, chute des revenus agricoles etc.).

          +7

        Alerter
      • Seraphim // 21.10.2017 à 11h23

        En effet, la clairvoyance des militaires doublée de celle d’un théologien jésuite pour éclairer le monde. Non seulement gonflés, mais comiques! Le ridicule ne tue pas, ça va donc durer!
        Sur ce même site ne s’est-on pas gaussé d’un professeur de théologie se faisant analyste technique des circonstances de la chute des tours de New York en 2001?
        Deux poids, deux mesures?

          +3

        Alerter
    • Nasir // 20.10.2017 à 11h23

      La peur a certes été utilisée dans de nombreux cas de manipulation de l’opinion pour servir des intérêts particuliers, mais ici il s’agit d’intérêt général. Qui oserait dire que la situation aujourd’hui n’est pas dramatique ?

      Et si la réaction nécessaire avant l’imminence de la catastrophe ne vient pas de notre capacité à raisonner (ce que semble prouver l’échec des tentatives d’avertissements répétés de ces 40 dernières années), elle doit venir de notre instinct de survie ! Oui, la peur est parfois bonne conseillère, lorsque tout le reste à échoué !

        +6

      Alerter
  • Stella2b // 20.10.2017 à 06h35

    Hélas, les seuls qui seront sensibles à ce SOS sont ceux-là même qui sont mobilisés sur ces questions et qui mettent déjà en œuvre tout ce qu’il leur est possible de faire dans leur quotidien.
    Quand aux autres, aveuglés par un quotidien esclavagisant qui ne leur laisse plus d’espace pour réfléchir à leur condition ou alors ceux à qui ce crime profite, ils continueront d’ignorer les avertissements croissants que chaque jour qui passe nous mène vers l’inéluctable.

      +28

    Alerter
    • phypsi // 20.10.2017 à 08h18

      bonjour,
      je me permets une petite remarque. Vous dites : “Quand aux autres, aveuglés par un quotidien esclavagisant qui ne leur laisse plus d’espace pour réfléchir à leur condition”. Mais à part leur trouver une excuse pour soulager leur inconscience, je ne suis pas d’accord. ils trouvent le temps de s’abrutir devant la télévision. C’est donc un choix que de ne pas trouver d’espace pour réfléchir, pas une fatalité.
      Cordialement.

        +15

      Alerter
      • JNX75 // 20.10.2017 à 10h40

        Peut-on reprocher à quelqu’un d’être fondamentalement égoïste et totalement désintéressé du sort de son prochain, à fortiori quand celui-ci n’est pas encore né ?
        Je n’ai jamais réussi à dépasser philosophiquement cette question.
        Je vous conseille la lecture de R. OGIEN, mort au printemps dans l’indifférence générale, on y retrouve plus de questions que de réponse, mais n’est-ce pas le rôle du philosophe ?

          +3

        Alerter
        • JNX75 // 20.10.2017 à 10h44

          Le corollaire de ma question est qu’à mon humble avis il est (malheureusement) vain de placer la question sur un terrain moral, en distinguant les uns (“sensibilisés”) et les “autres” (aveuglés).

          Dans l’absolu le comportement du “sensibilisé” – qui se drape dans sa bonne conscience (je me met dedans) et encore plus critiquable que celui de l’aveuglé : l’aveuglé peut plaider qu’il n’est pas au courant, alors que le sensibilisé ne peut pas nier que son action individuelle est presque sans impact et qu’au lieu d’acheter bio et de rouler en Zoé il ferait mieux de militer pour déplacer le débat de l’éthique individuelle vers le Droit. Droit fondamentaux de préserver les conditions de vie des générations futures, droit écologique (taxe carbone, rénovation thermique des bâtiments), droits commerciaux (douane aux CO2) et etc., quitte à subir une baisse drastique de ses conditions de vie de bobo. Voila pour mon autocritique

            +5

          Alerter
    • fanfan // 20.10.2017 à 12h00

      Pâturage & Gestion holistique. Allan Savory: Comment transformer nos déserts en prairies et inverser le changement climatique
      « La désertification est un joli mot pour la terre qui se transforme en désert », commence Allan Savory dans ce puissant discours. Et de manière terrifiante, ça arrive à peu près aux deux tiers des prairies dans le monde, en accélérant le changement climatique et en poussant des sociétés pastorales à sombrer dans le chaos social. Savory a consacré sa vie à arrêter cela.
      https://www.youtube.com/watch?v=vpTHi7O66pI
      Version plus longue (58:30) : Keeping Cattle: cause or cure for climate crisis? – Allan Savory (2009), lien https://www.youtube.com/watch?v=wlJ6uq1Gln0

      André Voisin : https://www.youtube.com/watch?v=5A1_nBQa6Hg

      Le bœuf, c’est bon pour le climat !

        +2

      Alerter
      • Luc // 20.10.2017 à 22h57

        Je ne porte pas beaucoup de crédit à cet Allan Savory, qui a fait abattre 40 000 éléphants en Zambie dans les années 60….
        Quand à la lutte contre la désertification par le pâturage, il faut voir les ravages des sols par l’élevage bovin en lieu et place des bisons, dans les plaines américaines….
        A l’évidence, les troupeaux qui paissent ne sont pas nécessairement la solution… les choses sont surement moins simplistes que çà.

          +2

        Alerter
  • Fabien // 20.10.2017 à 06h38

    Les exemples concernant l’Afrique sont très contestables.
    La déforestation est la conséquence de la pression démographique et non du réchauffement.
    Le lac Tchad quant à lui a toujours été sujet à des variations de taille importantes, que ce soit à l’échelle des temps géologique ou historique ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_Tchad#.C3.89volution )
    Enfin le réchauffement n’implique pas nécessairement la sécheresse, il peut même être la cause de précipitations plus abondantes par suite de l’augmentation de l’évaporation.

      +0

    Alerter
  • isidor ducasse // 20.10.2017 à 07h17

    Sans rapport avec l’article, mais le roi d’Arabie Saoudite porte des San diag !

      +3

    Alerter
    • Chris // 20.10.2017 à 07h57

      Normal, vu son état de délabrement, seules les Santiags tiennent l’aplomb du corps, aidées par la canne. Des babouches seraient catastrophiques pour avancer…

        +4

      Alerter
  • Perret // 20.10.2017 à 07h28

    Nier le changement climatique reviendrait à nier l’évidence, mais poser la question de l’impact de l’activité humaine sur ce changement est devenu politiquement incorrect. Je suis persuadé que cet impact est marginal.
    Comparer la lutte contre la variole à celle contre le changement climatique est juste aussi crédible que de dire que l’on va chasser l’éléphant avec un peigne à poux.
    C’est de la manipulation.

      +19

    Alerter
    • Loxosceles // 20.10.2017 à 09h55

      L’expression “changement climatique” pose problème parce que c’est une tournure politique. C’est dans la nature essentielle du climat que de changer… évoluer, etc. On impose une sorte de pléonasme. C’est un autre exemple de débat pollué par une novlangue et des intérêts politiques (les industriels, aussi bien des hydrocarbures que du nucléaire, financent les deux camps). Il serait plus sain de parler du climat dans des termes plus raisonnables, mais les notions d’urgence, de culpabilisme et la sémantique de la peur occupent tout le champ qui serait nécessaire à la réflexion. Il est devenu presque interdit d’émettre non pas seulement une critique, mais une simple objection à cette dynamique politique. Le public est intoxiqué par une vaste propagande servie par une novlangue, l’empêchant de prendre la mesure précise du problème et ses multiples dimensions. Il est plus simple de désigner les “négationnistes” pour les stigmatiser que de nourrir une réflexion profondément écologique, subtile et non captive des émotions primaires projetées dans l’esprit du public par le mastodonte médiatique.

        +15

      Alerter
      • Alex Hanin // 20.10.2017 à 10h30

        @Loxosceles

        Dire les choses avec pompe ne rend pas votre négationnisme plus respectable.

        On sait parfaitement que la Terre se réchauffe à une vitesse très probablement inédite à cause de l’accumulation dans l’atmosphère des gaz à effet de serre que nous rejetons. Il s’agit d’un constat scientifique reconnu. La politique, c’est vous qui la faites.

          +15

        Alerter
        • Loxosceles // 20.10.2017 à 11h52

          Dire les choses avec morgue ne rend pas votre tentative de terrorisme intellectuel plus respectable ou plus raisonnable. Ce que vous prétendez comme acquis et certain fait encore l’objet de débats.

            +14

          Alerter
          • JNX75 // 20.10.2017 à 13h27

            J’espère que vous trollez dans une tentactive de protéger le cours de vos actions Total et ExxonMobil mais qu’au fond vous vous doutez bien que le changement climatique est conceptuellement quasi hégémonique dans la communauté scientifique, et que malheureusement il commence à s’imposer empire que ment à tous. La Californie et le Portugal flambent fin octobre et une tempête tropicale finit en Irlande. Non mais Allô quoi

              +11

            Alerter
      • Seraphim // 21.10.2017 à 11h33

        L’expression “changement climatique” a été adoptée suite aux différends entre le GIEC et un certain nombre de savants sur le sens de ce changement. Auparavant intitulé “réchauffement climatique” il s’est rebaptisé “changement” pour donner…le change! Conforme au contraste entre le flou des preuves, la confusion des données présentes et historiques (courbe de Mann en particulier), et l’impératif tranchant des objurgations politiques

          +3

        Alerter
    • Haricophile // 20.10.2017 à 10h31

      mais poser la question de l’impact de l’activité humaine sur ce changement est devenu politiquement incorrect.

      Effectivement, finalement il n’y a que l’ensemble de la communauté scientifique mondiale qui s’est posé cette question, et a lancé un grand nombre d’études pour y répondre.

      Bizarrement, il y a aussi eu un leak ou l’on a constaté que Exxon avait déjà fait des études dans les années 80 il me semble, et ou la réponse avait été positive. C’est d’ailleurs pour ça que pour préserver leurs intérêts, et bien avant que les autres commencent à s’en préoccuper, ils ont commencer à dépensé des fortunes en lobbying, a corrompre politiques et scientifiques douteux pour nier le fait et préserver leur gros business.

      Mais toi tu as tes certitudes.

      «Heureux ceux qui ont des certitudes, ils n’ont pas besoin de chercher la vérité »

        +7

      Alerter
    • Geof’ // 20.10.2017 à 10h43

      et dans l’article, c’est même assumé, mais en catimini, à la va-vite…

      “Le Président Trump appelle le réchauffement climatique anthropique un « canular »”

      le mot important étant “anthropique”.

      ceci étant, le capitalisme, vecteur de l’hybris de la gourmandise et de la volupté (bouffer comme un porc et baiser..euh ben comme un porc, aussi), conduira certainement (le mot important est certainement) l’humanité à des guerres sanglantes, car les ressources sont limitées/monde fini…etc…

      le seul espoir, selon moi, c’est la gestion collective des richesses collectives (déf de base du communisme)

      Geof’, neo-communiste

        +5

      Alerter
      • olivier // 20.10.2017 à 15h04

        Le collectivisime à super bien fonctionné dans l’histoire. Pas de raison qu’il ne refonctionne pas à nouveau non ?

          +2

        Alerter
        • porcinet // 21.10.2017 à 07h55

          Et le capitalisme aussi, non ?
          Il fonctionne super bien !

            +6

          Alerter
          • olivier // 21.10.2017 à 09h55

            Non plus. Mais il a eu de bien meilleurs résultats, c’est indéniable : votre éducation, votre regard critique, votre ordinateur et votre message sur ce blog le prouve. L’autre est un echec totale sur toute la ligne. Ce ne sont pas les experiences qui ont manquées pourtant. Vu la gravité du sujet, je ne pense vraiment pas qu’il soit prudent de s’en remettre a une solution aussi défaillante en se disant que « ce coup ci, ca va marcher, c’est sur ».

            Ni l’un ni l’autre : il faut autre chose encore, avec un peu des deux.

              +3

            Alerter
            • raloul // 21.10.2017 à 10h53

              Bonjour!

              C’est vrai que le programme spatial de l’URSS était un échec complet, c’est évidemment car l’éducation y était défaillante, les ordinateurs inexistants, etc…

              Ce serait possible de sortir un jour du machiavélisme primaire, svp?

                +3

              Alerter
            • olivier // 21.10.2017 à 15h26

              Manichéisme, non pas machiavélisme, si je puis me permettre.
              Sinon oui, tout a fait. 🙂 vous avez noté ? ” avec un peu des deux. »

              Outre que l’on peut discuter du fait que le tupolev tu-144 ou la navette Burane ne sont pas vraiment des produits “pur souche” soviétique, on ne va pas refaire le debat pour-contre avantage-défaut. Guerre froide oblige : l’un a echoué face à l’autre, simple constat.

              Le temps est l’épreuve ultime : http://bit.ly/2gzxIP9

              Hors de question pour moi de souscrire à la vision de Geof’ : echec assuré et catastrophe planétaire en vue.

              Ce serait possible d’arreter d’idéaliser un jour ?

                +0

              Alerter
        • Geof’ // 21.10.2017 à 15h26

          @Olivier

          anti-communisme primaire…

          et le christianisme, il a bien fonctionné ? lui qui a permis l’esclavage des africains, la conquête des Amériques, l’inquisition, les croisades….

          il n’y a aucune raison pour que le communisme du XXIème siècle ne soit pas démocratique : Lénine a imposé en ’17 une dictature du prolétariat – analphabétisme oblige – mais RIEN ne nous y oblige aujourd’hui, que je sache…

          une gestion démocratique des richesses collectives – terres, mines, rivières, carrières, forêts, mers – ne me paraît pas insurmontable ; bien sûr les cupides n’y trouveront pas leurs comptes…

          Geof’

            +2

          Alerter
          • olivier // 23.10.2017 à 01h04

            Apres autant de morts, on peut en effet être primaire. Et pourtant j’évite, même sur ce sujet.

            Utopie et idéalisme de l’homme nouveau. Vous avez raison, il n’y a aucune raison et surtout pas la nature humaine (la fameuse ‘cupidité’)…

            Sans moi.

              +0

            Alerter
  • patrick // 20.10.2017 à 07h55

    L’objectif des militaires américains est d’augmenter leurs crédits encore et encore.
    Avant ils prétextaient la défense de la liberté et de la démocratie dans le monde , maintenant le changement climatique est vachement plus porteur , ça leur laisse 20 ou 30 ans pour trouver un autre prétexte avant le changement ne prenne le même chemin que le reste.

      +15

    Alerter
  • TC // 20.10.2017 à 08h15

    S’il est déjà trop tard comme certains l’affirment et ce je crois moi aussi, alors il est vain de faire quoi que ce soit. On parle de Trump comme étant le responsable de l’arrêt de la transition énergétique mais il n’est pas le seul aux Usa – ça à toujours été le cas. Le fait justement que les élites américaines dénoncent le réchauffement climatique comme étant anthropique n’est il pas le signe que’ils savent ?

      +4

    Alerter
    • Chris // 20.10.2017 à 09h09

      Tout à fait. Les Américains ont trainé des pieds aussi longtemps qu’ils ont pu et n’ont toujours pas ratifié le protocole de Tokio.
      Le Canada s’en est même retiré en 2012, pour ne pas avoir à payer de lourdes pénalités (exploitation des sables bitumeux encore plus polluante que le gaz de schiste). Harper l’inimitable est même allé jusqu’à dire : “Kyoto est essentiellement un complot socialiste qui vise à soutirer des fonds aux pays les plus riches”. Là, on touche le fond de la théologie capitaliste.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Protocole_de_Kyoto
      “Pour que le protocole entre en vigueur, il fallait que les pays signataires cumulent au moins 55 % des émissions de CO2 en 1990. En l’absence des États-Unis, responsables de 23 % des émissions de CO2, c’est la ratification par la Russie (17% pour 20% authorisés) qui a permis au traité, signé en 1997, d’entrer en vigueur le 16 février 2005″…..

      A noter toutefois que certains états US et provinces canadiennes l’appliquent.

        +7

      Alerter
    • Haricophile // 20.10.2017 à 12h11

      Ils savent au minimum depuis que Exxon, au top des premiers pollueurs de la planète, a fait des études qui l’ont confirmé dans les années 80 je crois (il faut vraiment que je potasse mes archives) , et que par la suite ils ont agit en toute conscience et pleine responsabilité, quand bien même leurs études comportaient beaucoup moins de données que celles actuelles.

      Ils savent qu’ils sont des criminels, c’est pour ça qu’il passent des millions de dollards en lobbying et en désinformations, dont celles consistant à payer des “dénialist” même parmis quelques scientifiques pourris pour donner caution à leur crimes, ne se différenciant en rien des criminels de l’industrie du tabac, de l’amiante, de Servier chez nous, du nucléaire au passage….

      Mais ceci dit, il y a quelques trolls sur cette liste qui sont peut-être payés aussi, ou sont-ils simplement assez stupides pour croires plutôt les criminels que la communauté scientifique mondiale ?

        +5

      Alerter
      • Romuald // 20.10.2017 à 17h06

        C’est vraiment pénible ce ton. Ne pouvez-vous pas rester pondéré ?

        On n’a pas de modèle fonctionnel, juste des hypothèses. Il est suffisant de dire que par précaution et pour tout un tas de bonnes raisons il est de bonne politique de faire comme si ce réchauffement était grave. Point n’est besoin de vouer au Gémonies la moindre personne faisant état des doutes existants…

          +7

        Alerter
  • Macarel // 20.10.2017 à 08h16

    Comme dirait notre Jupiter : “Foin de passions tristes, il faut positiver !”

    Dès lors que vous refusez de voir la réalité économique, sociale, environnementale en face : tout va bien dans le meilleur des mondes !

    Les Cassandre ne font que démoraliser le peuple, Trump a raison le réchauffement est un canular et Dieu a créé la Terre en 7 jours.

    La science n’est bonne que lorsqu’elle nous permet de développer des techniques qui nous permettent d’exploiter les hommes et la biosphère pour faire du profit pour quelques-uns. Par contre lorsqu’elle nous dit que nous déconnons en privilégiant un productivisme débridé, et un consumérisme aliénant, alors il faut ignorer ce que dit la science. Et plutôt écouter les charlatans de la “religion économique” qui nous affirment sans rire qu’une croissance infinie dans un monde fini est possible.

    « Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste. »

    — Kenneth E. Boulding, cité dans Jump the Curve (Jack Uldrich, 2008)

    Nous vivons aujourd’hui dans l’ère du déni de réalité. Les histoires qu’ont envie d’écouter les peuples et celles qui vont dans l’intérêt des profiteurs ont statut de réalité, tandis que la réalité est présentée par les prêtres de la religion dominante comme un fantasme de quelques intellectuels masochistes aux passions tristes.

      +26

    Alerter
    • Macarel // 20.10.2017 à 08h18

      La Terre est plate et le Soleil tourne autour d’elle, je pense que Trump est tout à fait d’accord.

        +5

      Alerter
  • Chris // 20.10.2017 à 08h17

    Ce que disent les généraux décrit tout à fait les conclusions du Rapport du Club de Rome… Ils ont dû en décortiquer chaque projection. Ce que j’ai fait au moment de sa parution.
    La décennie à venir, et suivantes si on passe le cap sans trop de convulsions et dommages, vont être explosives, assassines et effrayantes.
    Les immigrations actuelles -autant dues aux guerres et pillages qu’au changement climatique par surexploitation gaspillage et charge excessive de la surpopulation- apparaitront comme une banale mise en bouche sans grande gravité.
    C’est notre modèle économique de croissance illimitée dans un monde fini qui est en cause.
    Les “Lumières” n’ont pas éclairé là où il fallait ! Et ce n’est pas l’utilisation que nous faisons des avancées scientifiques qui arrange nos affaires. Bien au contraire. Nous nous évertuons à créer des objets sans valeur aucune, mais qui détériorent notre environnement physique comme mental.
    Le seul pays qui a pris des mesures pour juguler sa surpopulation car c’était urgent, est la Chine avec sa politique de l’enfant unique (1975-2015). A noter d’ailleurs la corrélation avec la date de parution du Rapport (1973).

      +16

    Alerter
  • affreuxjojo // 20.10.2017 à 08h22

    “nous avons réveillé le géant endormi au centre de la terre”! Les bououles!
    Qu’est ce qu’il fait déjà Maguire? Ah tiens “professeur de théologie morale”…
    Je sais pas si ça va aider les réchauffistes…

      +10

    Alerter
    • Alex Hanin // 20.10.2017 à 10h52

      Quand on explique que 97 % des spécialistes et 99 % des organismes scientifiques de la planète sont “réchauffistes”, on nous répond que “la tyrannie des experts blablabla…”, “la communauté scientifique est corrompue par Greenpeace…”, etc.

      Quand c’est un professeur de théologie qui s’exprime, on ricane parce que le RCA, c’est décidément une religion.

      Apparemment, la seule bonne source d’informations, ce sont des pseudo-scientifiques discrédités depuis des lunes et rémunérés par l’industrie pétrolière.

        +9

      Alerter
      • Seraphim // 21.10.2017 à 13h02

        Ne liriez-vous pas trop M. Al Gore ? D’où vous vient cette rengaine du 97%? Un sondage interne de 2013 fait par la respectable Société Américaine des Métėorologistes, 1800 membres tous experts qualifiés, n’en a trouvé que 50%.
        Evidemment, ils n’ont pas sondé les glaciologues, les activistes politiques, les théologiens ni les actuaires.
        Le même sondage fait maintenant serait peut-être encore plus décisif.

          +0

        Alerter
    • Haricophile // 20.10.2017 à 12h24

      Ça a l’air de rapporter d’être dénialiste, tu es payé combien en net mensuel ?

        +2

      Alerter
      • affreuxjojo // 20.10.2017 à 14h11

        J’aimerais bien être payé! Ho Exxon tu entends?
        Plus sérieusement j’ai le droit d’avoir un avis, même s’il déplaît à certains. Mais qu’on sorte les Ayatollahs pour convaincre son monde me semble déplacé; le réchauffisme devient une religion, avoir ne serait-ce que des doutes nous amènera bientôt au bûcher(ce qui ne va rien améliorer)

          +10

        Alerter
        • patrick // 20.10.2017 à 15h16

          Quand on voit tout le pognon qui va être claqué si les accords de Paris sont appliqués , moi ça me fait mal de pas pouvoir en profiter.
          Tout ce bon pognon des contribuables qui va finir dans les poches des grandes entreprises bien placées et de quelques dictateurs du tiers-monde.
          Quelqu’un a une idée pour profiter de cette manne ?

            +6

          Alerter
  • Crapaud Rouge // 20.10.2017 à 08h38

    Et si Trump ne prenait pas ça pour un canular, qu’est-ce que ça changerait ? On consomme environ 15 milliards de litres de pétrole PAR JOUR, (https://www.planetoscope.com/petrole/209-consommation-mondiale-de-petrole.html), à quoi il faut ajouter le charbon et le gaz. Même si le chiffre est exagéré, (il représente 97 millions de barils par jour, alors que ce serait plutôt 80 selon Jancovici – https://www.youtube.com/watch?v=9G5KH9lxNWU), la seule vraie solution serait une croissance négative comme Meadows le dit lui-même, (https://onfoncedanslemur.blog/2017/08/29/interviews-de-dennis-meadows/), mais une croissance négative MONDIALE alors qu’elle était encore de 2,4% en 2016. (http://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2016/06/07/world-bank-cuts-2016-global-growth-forecast)

      +8

    Alerter
  • eric // 20.10.2017 à 08h57

    il faisait bien plus chaud en l’an 1000, quand les paturages foisonnaient au “greenland”…

    c’est comme ca il y a des cycles. Alors ca va foutre le b…, ok, mais commencons deja, pour etre serieux, a arreter le postulat sur l’origine anthropique (il suffit pour cela de regarder les courbes non pas depuis 1850 mais depuis 5000 ans).

    les données sont disponibles. Quand on aura une approche sincère de ce qui est un vrai problème (pour nous), on pourra commencer non pas a lutter contre quelque chose d’inexorable mais a s’adapter (humblement)

    Et commencons par remettre en cause notre régime alimentaire délirant, ca sera un bon debut…

      +26

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 20.10.2017 à 11h53

      Ah oui, l’histoire du “Groenland vert”. Voici ce qu’en disait Olivier en mars 2013 : https://www.les-crises.fr/le-mythe-du-groenland-vert/ : “le Groenland n’a jamais été le pays de Cocagne que certains imaginent. En effet, les températures y étaient en moyenne bien plus basses qu’aujourd’hui, donc, dans tous les cas de fluctuations ponctuelles, elles ne pouvaient être plus élevées qu’aujourd’hui…”

        +3

      Alerter
      • Haricophile // 20.10.2017 à 12h26

        Il a été “vert” en été, puisque les Vikings l’on noté. Mais le climats était tellement sympa que les petites populations Viking qui se sont implantés là bas ont disparu les unes après les autres.

          +4

        Alerter
        • raloul // 20.10.2017 à 21h43

          Bonjour !

          Je me permet de vous conseiller de lire «effondrement» de Jared Diamond, cela peut vous aider à nuancer vos propos. Oui, les populations de vikings n’ont pas survécu, mais cela ne signifie pas que le climat y était invivable. C’est l’incapacité d’adaptation qui les a condamnées.

          C’est trop court pour pouvoir résumer clairement, si vous êtes curieux lisez ce livre (600 pages en gros).

            +5

          Alerter
        • Fritz // 20.10.2017 à 22h52

          La disparition des colons islandais du Groenland s’explique en partie par le rafraîchissement du climat aux XIVe et XVe siècles.

            +2

          Alerter
          • Patrick // 21.10.2017 à 09h51

            Ça s’appelle le petit âge glaciaire
            On est simplement en train d’en sortir

              +3

            Alerter
    • Chris // 21.10.2017 à 12h13

      Ok, Eric. Mais il n’y avait pas 7 milliards de bouches à nourrir, ni de villages/conurbations au bord des plages et rivières (pas fous !), ni d’usines crachotant leur venin pour nourrir les 70% d’une population hors sol entassée sur 3 à 15 étages ou en bidonvilles, ni un standard de consommation pour les 30% planétaires qui fait que les ressources renouvelables sont déjà épuisées en aout.
      Les communautés humaines vivaient plus ou moins en autarcie, mue par l’énergie humaine et animal, l’espérance de vie était au moins de moitié, etc…
      Voilà qui change terriblement la donne.
      Quand on parle de réchauffement, il faut l’envisager sous tous ses aspects, concrètement, dans la vie quotidienne : là on a affaire à un changement civilisationnel… surtout le nôtre !
      Et notre bon Bush et ses successeurs de nous répéter à l’envi : notre niveau de vie n’est pas négociable, repris en coeur par les Young Leaders européens, chantres d’un néocoloniasme à peine masqué.
      Suite…

        +2

      Alerter
    • Chris // 21.10.2017 à 12h13

      Suite
      C’est pour toutes ces raisons que le rapport Meadows (1973) souleva un tel tollé parmi les thuriféraires du “progrès” et de la “modernité”, auxquels s’ajoutèrent au fil du temps “les droits de l’Homme”, la “démocratie” et “l’ingérence humanitaire” (jamais à court d’imagination !) : pas question de louper le festin, y’avait encore à piller largement chez les autres. On verrait plus tard, le développement scientifique y pourvoirait…
      L’être humain est ainsi fait : les yeux toujours plus gros que le ventre et s’emparer des biens (et vies) des autres quand ça vient à manquer : c’est le rôle que remplit l’OTAN.

        +3

      Alerter
  • rêveur // 20.10.2017 à 09h51

    L’armée américaine s’inquiète du réchauffement climatique,” pauvres types”! La “monstration” de ce texte serait aussi crédible que l’annonce où Charon annoncerait la gratuité lors du passage du Styx aux âmes errantes. Navrant. Didier

      +5

    Alerter
    • Haricophile // 20.10.2017 à 12h39

      C’est pas parce que l’armée américaine est un des premiers contributeur du réchauffement que certains ne s’en inquiètent pas.

      En particulier des stratèges, parce que là il s’en inquiètent du point de vue stratégique uniquement, dans l’optique de maintenir la grandeur de la nation ce auquel ils croient et de faire bien le boulot pour lequel ils sont payé.

      Et leur conclusion est que ça va créer très bientôt du bordel comme on a de la peine à l’imaginer, et que jusqu’à présent on en a a peine effleuré la surface.

      C’est d’ailleurs marrant à quel point le climat entre en conjonction de la fin des empires et des civilisations dans l’histoire humaine, y compris dans notre modeste petite révolution française si on lit mieux les écrits des historiens et qu’on fait moins confiance à l’exhaustivité de nos manuels scolaires…

      Nous n’allons pas échapper à la règle. La seule chose à determiner c’est comment nous allons faire la transition (ou gérer la fin définitive de l’histoire au rythme où on va).

        +4

      Alerter
  • Raphaël // 20.10.2017 à 09h52

    Il a bon dos le réchauffement climatique. Je ne nie pas son existence, mais l’exploitation catastrophiste qui en est faite et qui en sera faite par le grand capital est tout simplement à vomir, comme l’exploitation des attentats en France, ou la repentance éternelle envers la colonisation. Vous allez en bouffer des réfugiés climatiques, et avec la bénédiction du MEDEF !

    Par contre j’ai bien compris un truc, quand il n’y aura plus de pétrole et qu’on crèvera de chaud, le 0.1% se baladera toujours en hélico climatisé et nous à vélo.

    A propos sinon, quelqu’un à juste une référence scientifique crédible (je dis bien crédible) pour montrer en quoi ce serait mal d’avoir un réchauffement climatique ? Non, parce que là où j’habite, il y avait un glacier de 1000 m d’épaisseur il y a quelques milliers d’année et maintenant c’est une vallée fertile. Je dois pas être le seul au monde, non ?

      +13

    Alerter
    • Alex Hanin // 20.10.2017 à 10h12

      @Raphaël : Si vous n’avez pas trouvé de “source crédible”, c’est probablement que vous n’avez pas cherché. Si vous n’avez pas cherché, c’est probablement que vous n’êtes pas de bonne foi.

      Il vous suffirait d’aller consulter la page Wikipedia consacrée aux effets attendus du réchauffement climatique pour trouver de nombreuses références, mais j’imagine que Wikipedia est de toute façon contrôlé par le Medef.

        +7

      Alerter
      • Raphaël // 20.10.2017 à 10h39

        Effets attendus ? Je veux des preuves statistiques et publiées, y’en a pas. Jusqu’à preuve du contraire, Wikipédia est très bien pour la culture générale, peut-être très sérieux sur certains points mais n’est pas soumis à un comité de lecture par des pairs et connu pour un certain nombre de biais sur les articles “politisés”. On reste donc sur du catastrophisme de bistrot. Et je précise que je ne nie pas l’existence du réchauffement, j’en nie les conséquences géopolitiques.

          +6

        Alerter
        • Alex Hanin // 20.10.2017 à 11h49

          Vous voulez des preuves statistiques sur des événements à venir ? Vous réalisez que les statistiques ne peuvent pas décrire le futur et que “preuve statistique” est un oxymoron ?

          J’ai recommandé de consulter Wikipedia pour “trouver de nombreuses références”, dont le contenu n’est pas sous le contrôle de Wikipedia. Votre objection (déjà peu convaincante) n’a donc pas lieu d’être.

          De nombreuses articles peer-reviewed ont été publiés sur la question. Ils sont notamment repris dans les rapport du GIEC, disponibles gratuitement en ligne.

          Vous parlez de “catastrophisme de bistrot”, mais vous n’avez apparemment jamais lu les études soumises à comité de lecture que vous réclamez. Plus grave, vous ignorez qu’elles existent. Qui tient des propos de bistrot, sinon vous-même ?

            +8

          Alerter
          • Loxosceles // 20.10.2017 à 11h58

            Votre argument : les sceptiques sont des ignorants qui refusent de se référer à wikipédia comme à une bible. On croit rêver.

            Pour ma part, après avoir longtemps bu l’histoire du réchauffement anthropique, j’ai commencé à peser les arguments des deux côtés, à lire des documents scientifiques, à les mettre en perspective, et à repérer des biais des deux côtés… Là, on commence à pouvoir parler du sujet, contrairement à ceux qui ne font qu’absorber comme une éponge le catastrophisme médiatique, et à réaliser que les choses sont plus compliquées et moins manichéennes qu’on nous l’annonce. Le monde médiatique, lui-même non scientifique, ne fait que relayer une propagande et alimenter des peurs.

              +7

            Alerter
        • Haricophile // 20.10.2017 à 12h45

          Wikipedia n’est en aucun cas un éditeur scientifique, ou de quoi que ce soit. Il n’est pas là pour CRÉER du contenu, mais pour DIFFUSER du contenu, en particulier avec pleins de liens vers des sources bibliographiques qu’il faut au minimum suivre.

          En plus si vous constatez des erreurs, plutôt que de râler comme quoi c’est pas fiable, au minimum insérez vous dans les discussions… quoique peut-être pas, parce que même si Wikipedia est loin d’être parfait comme toute œuvre humaine, pour risquez de ne pas passer la rampe en n’apportant pas une contradiction constructive et documentée.

            +6

          Alerter
          • Crapaud Rouge // 20.10.2017 à 14h51

            A vous lire, Haricophile, je deviens haricophilephile. 🙂

              +5

            Alerter
    • Didier Mermin // 20.10.2017 à 10h27

      “juste une référence scientifique crédible (je dis bien crédible) pour montrer en quoi ce serait mal d’avoir un réchauffement climatique” ?

      Comme la plupart des gens, et c’est là tout le drame, vous ne pensez que “chaleur” alors qu’il y a aussi… l’eau ! Lire https://onfoncedanslemur.blog/2017/10/13/manifestations-de-la-soif/ où j’explique pas mal de choses à partir d’une info de Sciences et Avenir et avec une vidéo de Jancovici comme référence (https://www.youtube.com/watch?v=yiBrP7N9FkA).

      Conclusion : “L’on constate ainsi que 80% des modèles sont d’accord pour prévoir une très forte baisse des pluies au Maroc et dans le sud de l’Espagne, c’est-à-dire exactement dans la région où surviennent aujourd’hui ces « manifestations de la soif »…”

        +6

      Alerter
    • mégalo // 20.10.2017 à 11h12

      « A propos sinon, quelqu’un à juste une référence scientifique crédible (je dis bien crédible) pour montrer en quoi ce serait mal d’avoir un réchauffement climatique ? Non, parce que là où j’habite, il y avait un glacier de 1000 m d’épaisseur il y a quelques milliers d’année et maintenant c’est une vallée fertile. Je dois pas être le seul au monde, non ? » — Raphaël

      Un brin nombriliste, non ?

      Quand 250000 réfugiés climatique déferleront dans votre « vallée fertile » parce que la leur se sera transformée en désert stérile, il sera un peu tard pour vous vous sortir les doigts [MODERE]…

        +9

      Alerter
      • Raphaël // 20.10.2017 à 11h48

        Ils y déferlent déjà avec la bénédiction du patronat, je vous rassure, mais pas pour profiter du climat frais et de la bonne eau des ruisseaux. Vous en voulez chez vous, on est très généreux par chez moi ?

          +8

        Alerter
    • Didier Mermin // 20.10.2017 à 12h06

      Vanter la “vallée fertile” à la place du “glacier de 1000 m d’épaisseur”, c’est particulièrement savoureux ! C’est en été que les glaciers restituent de l’eau aux vallées, donc au moment où elles en ont le plus besoin, et c’est pour ça qu’elles sont “fertiles”…

        +2

      Alerter
      • Chris // 20.10.2017 à 12h55

        D’autant plus savoureux qu’une fois le glacier disparu (ce qui arrive de plus en plus en plus en Suisse), l’eau devient rare.
        A ce rythme, d’ici 2 à 3 décennies, la Suisse réputée pour ses barrages hydro-électriques de haute montagne n’aura plus grand chose à turbiner !
        De même que les centrales nucléaires qui refroidissent leurs tours le long de fleuves… alanguis par la sécheresse et un étiage de plus en plus bas.
        Mais bon, ne désespérons pas.
        Une étude publiée en juillet 2017 dans la revue scientifique Nature révèle qu’une équipe de chercheurs a inventé un procédé permettant de transformer le dioxyde de carbone (CO2) en méthane (CH4) grâce à la lumière solaire et un catalyseur moléculaire.
        Cette découverte promet-elle une nouvelle source d’énergie propre basée sur le recyclage du CO2 ?
        10 aout 2017 – http://sciencepost.fr/2017/08/produire-de-lenergie-co2-pari-fou-realisable/
        Ou est-ce comme disent les Vaudois simple “musique d’avenir” ?
        Reviendrons-nous aux pratiques d’antan : Urine, un fertilisant naturel riche azote, potassium, phosphore
        http://www.actu-environnement.com/ae/news/urine-or-vert-fertilisant-agriculture-28275.php4#video&xtor=EREC-107

          +3

        Alerter
        • Crapaud Rouge // 20.10.2017 à 18h55

          @Chris : bien d’accord avec vous, j’avais vu passer le post cité, c’est le genre de truc qui m’énerve parce qu’on en fait une réponse à un “défi majeur de notre société” alors que c’est expérimental ou au niveau de l’usine pilote, et que rien n’est dit de ce qu’il en serait à grande échelle. En 1900, le pétrole ne posait aucun problème…

            +1

          Alerter
    • Arnould // 20.10.2017 à 14h18

      C’est justement un débat que j’aimerais avoir également: n’a-t-il que du négatif dans le réchauffement climatique? Et s’il y avait aussi du positif? Puis essayer de mettre le négatif et le positif sur une balance…

        +2

      Alerter
      • Subotai // 20.10.2017 à 19h37

        Assis dans un transat sur le pont du Titanic, je m’interroge sur le coté positif du début de la gite du navire…
        Il n’y a pas à débattre, ill y a à admettre que :
        1) bouleversement il y a
        2) ça modifie DEJA le comportement des animaux – humains compris – et des végétaux
        3) que ça ne va pas s’organiser à priori à notre bénéfice
        A partir de là chacun détermine ses priorités et fait ses choix.

          +5

        Alerter
    • Pierre Tavernier // 21.10.2017 à 02h25

      Le problème n’est pas le réchauffement (ou le refroidissement) climatique en soi. Le problème est dans la rapidité avec laquelle il se produit, ainsi que les rétroactions positives que l’on a du mal encore à quantifier, mais susceptibles de créer un effet “boule de neige”, si j’ose dire.

        +3

      Alerter
  • Alex Hanin // 20.10.2017 à 09h59

    Au niveau mondial, il ne faisait pas “bien plus chaud en l’an 1000”. Informez-vous avant d’écrire.

    “Les données sont disponibles” : raison de plus pour que vous alliez les consulter.

    Ce que vous dites est réfuté par des dizaines d’années de recherches et virtuellement tous les grands organismes scientifiques de la planète.

    L’accumulation de gaz à effet de serre… accroît l’effet de serre. Si vous ne comprenez pas ça, la situation est désespérée.

      +11

    Alerter
    • Loxosceles // 20.10.2017 à 12h01

      Le discours typique d’une personne qui n’a aucune idée des mécanismes et dynamiques en jeu, de leur complexité ainsi que de celles des possibles rétroactions et saturations… Avec l’argument-massue habituel qui consiste à renverser la charge de l’ignorance.

      En l’occurrence, l’effet de serre est soumis à débats quant à son mode de fonctionnement et notamment sur la question de la saturation. Ce n’est pas exactement comme verser plus de sel dans de l’eau douce stagnante, c’est même très différent.

        +5

      Alerter
      • Alex Hanin // 20.10.2017 à 12h16

        Je ne fais que rapporter l’avis de l’écrasante majorité des experts et de toutes les principales organisations scientifiques de la planète. Inutile de “renverser la charge de l’ignorance”, qui pèse dès le départ résolument sur vos épaules.

        “l’effet de serre est soumis à débats” : vous devriez traîner moins sur les sites complotistes et plus dans les revues spécialisées.

          +7

        Alerter
        • Haricophile // 20.10.2017 à 14h00

          Surtout moins les sites appartenant ou financés par les plus grands pollueurs de la planète qui ne sont pas “très objectifs” sur le sujet pour dire ça poliment.

          Mais si ça se trouve il fait partie de ces gens là, donc inutile de polémiquer à l’infini après avoir donné une réponse argumentée.

            +3

          Alerter
        • patrick // 20.10.2017 à 14h13

          Plus je me renseigne et plus je m’aperçois qu’il n’y a pas vraiment une écrasante majorité d’experts pour ça.
          Les “experts” que l’on nous sert à longueur de JT sont toujours les mêmes.
          Le mythe des 97% a été sorti par un politicien style AlGore ( ou accoquiné ) avec suffisamment d’applomb pour être gobé par le peuple mais sans être vérifier.
          Et il semblerait que la majorité des experts soient plutôt ” ni pour , ni contre , bien au contraire”. En fait personne ne sait exactement comment se forme le climat et tous les modèles du GIEC sont faux.

            +8

          Alerter
          • Didier Mermin // 20.10.2017 à 15h08

            “tous les modèles du GIEC sont faux” : libre à vous de ne pas y croire, mais cela ne vous autorise pas à balancer des contre-vérités aussi monstrueuses. Vous êtes encore plus dans le faux que ceux que vous accusez, parce que votre “modèle” à vous, on se demande où il est.

            Les modèles du GIEC sont vérifiables, amendables et amplement confirmés. J’ai déjà posté Le 20 octobre 2017 à 10h27 : “L’on constate ainsi que 80% des modèles sont d’accord pour prévoir une très forte baisse des pluies au Maroc et dans le sud de l’Espagne, c’est-à-dire exactement dans la région où surviennent aujourd’hui ces « manifestations de la soif »…”

              +5

            Alerter
            • patrick // 20.10.2017 à 15h27

              toutes les prévisions de hausse de température et de disparition de la banquise que le GIEC nous avait sorties se sont révélées fausses , la courbe de température ne suit pas ce qui était prévue. D’ailleurs le GIEC ne donne plus des prévisions à court terme mais uniquement à très long terme , c’est moins facile à vérifier.
              Etude faite par gens d’Oxford ; le GIEC se plante régulièrement
              http://www.nature.com/ngeo/journal/v10/n10/full/ngeo3031.html

                +7

              Alerter
            • Crapaud Rouge // 20.10.2017 à 19h02

              Vous avez cité un article payant, j’espère que vous l’avez vous-mêmes acheté et lu avant de le balancer comme “référence”. Merci de nous en citer un passage, je demanderai à Google de me le traduire.

                +2

              Alerter
            • patrick // 20.10.2017 à 20h41

              ici c’est gratuit , l’auteur explique que oui mais non , en fait c’est pas la peine d’être alarmiste et que le GIEC n’a jamais dit que les températures allaient beaucoup augmenter et que finalement on a toujours dit “pas plus de 1,5 degré d’augmentation et en fait on connait pas trop le mode de fonctionnement de tout ça ”
              Donc voilà , y’a pas de quoi s’affoler !! arrêtons le délire.

              https://www.theguardian.com/environment/2017/sep/21/when-media-sceptics-misrepresent-our-climate-research-we-must-speak-out

                +5

              Alerter
  • Isidor // 20.10.2017 à 09h59

    “Le Proceedings of the National Academy of Sciences USA a déclaré que le changement climatique a alimenté la guerre civile en Syrie.”
    C’est passionnant. je m’étais toujours demandé comment l’état islamique avait pu surgir dans le désert, équipé de pick up Toyota flambant neuf sans que les satellites les repairent et avec quelles ressources ils avait pu tenir.
    C’est vraiment affreux ce réchauffement…

      +18

    Alerter
    • Didier Mermin // 20.10.2017 à 10h36

      Le lien est mal formulé et mal démontré, mais il existe très probablement. Le réchauffement impacte la pluviométrie, puis les récoltes, puis un mécontentement populaire massif dans lequel on peut voir une condition nécessaire, (quoique insuffisante), pour faire descendre les gens dans la rue. Ensuite, comme l’a montré le printemps arabe en Tunisie, une étincelle suffit. Comme elle n’a rien à voir avec le réchauffement et les pénuries d’eau, l’on peut penser que le réchauffement n’y est pour rien.

        +4

      Alerter
      • Haricophile // 20.10.2017 à 14h06

        Concernant les révolution colorées, je vais mettre un bémol pour la Tunisie, mais “l’étincelle” est très généralement une opération de barbouzage démarré de longue date dans l’objectif d’un “government change” comme en Ukraine, et même en Afganistan ou l’on a maintenant les preuves que les USA ont commencé leur manœuvre longtemps à l’avances par rapport à ce qui est officiellement reconnu, afin de fourvoyer les Russe dans un piège, ce qui a très bien marché. Enfin, au début ça a excellemment bien marché, après le merdier provoqué s’est retourné contre eux et est devenu tellement incontrôlable qu’ils y sont encore.

        «Guerre partout, victoire nulle part.»

          +8

        Alerter
        • patrick // 20.10.2017 à 14h15

          on s’aperçoit que le réchauffement climatique se déclenche surtout là où il y a du pétrole ou des pipelines .
          finalement c’est vrai qu’il y a un lien entre réchauffement climatique et énergies fossiles 🙂

            +10

          Alerter
      • Chris // 21.10.2017 à 12h39

        Oui il y a eu raréfaction de certaines denrées alimentaires, mais pas seulement pour raisons climatiques.
        Mais comme vous le savez (j’espère), les traders des banques se sont emparés de ces “marchés” pour spéculer. Ce qui contribue au déséquilibre des prix, des volumes et devient une arme géopolitique redoutable.
        La concentration de la production agro-alimentaire aux mains de quelques multinationales et les lois mises en place pour délégitimer les producteurs primaires, deviennent très angoissants, d’autant plus angoissant que la population en général en ignore l’existence et les implications, anesthésiée par la profusion en supermarchés.
        Une configuration qui n’est pas sans rappeler le thème du film “Solyent green” (Soleil vert, 1973) et son corolaire sur la désinformation-coercition “la Cabina” (1972) sur le fascisme.

          +1

        Alerter
    • Madudu // 20.10.2017 à 10h59

      C’est bien le changement, et non pas le réchauffement, qui est désigné ici.

      Car le réchauffement global a pour conséquence des changements pour d’autres paramètres que la seule température, comme par exemple la répartition des pluies.

      Le bassin méditerranéen connaît une baisse tendancielle forte des précipitations, en accord d’ailleurs avec les modèles. La Syrie n’était plus auto-suffisante lorsque la sécheresse record en Russie (2010) a conduit à l’arrêt des exportations de blé depuis ce pays, par ailleurs le plus gros exportateur de la région en année “normale” (avec la France).

      Cela a entraîné une hausse forte des prix sur les marchés, et par suite à des révoltes dans tous les pays loin de l’auto-suffisance … les “printemps arabes”.

        +6

      Alerter
      • patrick // 20.10.2017 à 14h16

        bonne nouvelle , les récoltes sont à un niveau record en Russie depuis 2 ou 3 ans , c’est donc la fin du réchauffement climatique.

          +8

        Alerter
        • Subotai // 20.10.2017 à 19h24

          L’ironie frôle la bêtise.
          Dites “Bouleversement climatique”.
          Le mouvement est en marche. 🙂 C’est une dynamique.
          Nul ne sait quand, comment et dans quelle position l’équilibre se rétablira. Possible qu’il se remettre à faire très sec en Russie avec des pluies abondantes en Syrie…
          Par chez moi depuis 15 ans (observé) bizarrerie dans la répartition des pluies. En ce moment nous devrions avoir commencé la saison des pluies, donc temps chaud et vent du nord faible à modéré (venant de l’équateur) avec une pluie lourde et continue par cycle de 15 jours 3 semaines séparé par environ une semaine de sec.
          Nous avons vent fort du sud et sud est (frais) mais chargé; il pleut des cordes par bourrasque sur les cotes sud-est, il fait sec au nord-ouest et des échappées de pluie par chez moi au nord-est. Peut être que ça ne dit rien aux citadins ou aux vacanciers, mais du beau temps c’est quand on a de la pluie régulière et à la bonne saison…

            +3

          Alerter
    • Raphaël // 20.10.2017 à 11h50

      Le pire c’est que les américains, même lettrés, y croient dur comme fer à cette théorie. Une sorte de phénomène naturel, de génération spontanée. Problème, quand on demande des références, ça coince…

        +1

      Alerter
  • Dieselito // 20.10.2017 à 10h07

    Il est étonnant (ou non!) qu’aucune étude n’aie été faite sur l’impact, en terme de bilan carbone, des conséquences (et de la préparation à) des conflits qui ravagent le monde ces dernières cent années… Les Armées sont certainement les plus gros contributeurs de la part humaine de ce réchauffement… normales qu’elles se sentent “intéressées” au sujet…..

      +6

    Alerter
    • Haricophile // 20.10.2017 à 14h18

      SI si, il y a des gens qui s’y sont intéressé, et pour autant que je sache ils ont dans les chiffres du GIEC. En tout cas j’ai déjà vu des études sur le sujet, et effectivement l’armée américaine fait partie des très principaux contributeurs de pollution dans ce pays en tête de la pollution mondiale.

        +5

      Alerter
  • Shaolin // 20.10.2017 à 11h15

    De pire en pire les commentaires… oui il y a eu plusieurs changements climatiques drastiques au cours du temps… mais dont le processus s’étalait sur des milliers d’années! Là, le truc se fait en 150/200 ans!!!!! Pareil pour les disparition d’animaux/d’espèce; les scientifiques ont un barème dont je ne me rappelle plus le nom, à la louche, on était constant, genre 1 disparition tous les 1000 ans; là encore ces chiffres explosent! tous les chiffres inquiétants grimpent en flèche, 98% des scientifiques sont en consensus la dessus, mais il y a encore des gens pour qui l’activité humaine n’a rien ou peu à voir la dedans! Pourtant la seule variable par rapport aux précédents changements climatiques…

      +12

    Alerter
    • Alex Hanin // 20.10.2017 à 11h24

      Le pire, c’est que ce sont les mêmes “arguments” négationnistes qui circulent depuis au moins 10 ans. Le fait que les soi-disant sceptiques continuent de répéter des bêtises réfutées depuis très longtemps en dit long sur leur curiosité intellectuelle. Voir qu’un commentaire sur l’an 1000 et les “cycles” climatiques récolte 8 likes, c’est déprimant.

        +9

      Alerter
      • Shaolin // 20.10.2017 à 11h36

        Triste en effet… au moins ces gens peuvent s’enorgueillir de ne pas se laisser “manipuler”……………………

          +6

        Alerter
      • kasper // 20.10.2017 à 11h41

        Si on jette un coup d’oeil sur les commentaires des articles sur les attentats du 11/9.2001, vous verrez le même phénomène d’arguments mille fois répétés, mille fois contredits mais inusables auprès de gens peu soucieux de remettre en cause leur propre point de vue.

          +4

        Alerter
        • Loxosceles // 20.10.2017 à 12h03

          Et vice versa. Mais il est toujours aisé, pour ne pas écouter un argument opposé, de dire que c’est l’autre qui n’a pas écouté au départ.

          L’ennemi est idiot. Il croit que c’est nous l’ennemi, alors que c’est lui.

            +8

          Alerter
          • Alex Hanin // 20.10.2017 à 12h23

            On écoute vos arguments ; dans le cas contraire, ils n’auraient pas été démontés (très facilement d’ailleurs).

            Toutes ces âneries sur le refroidissement imminent, l’absence de réchauffement depuis 1998, les ondes cosmiques “confirmées par le CERN”, la responsabilité des océans, du soleil ou du magnétisme, Mars qui se réchauffe, les glaciers qui gagnent du terrain, le scandale-des-emails-des-chercheurs-menteurs, l’an 1000 qui était plus chaud, la crosse de hockey, etc. Vous n’avez pas honte ? Vous trouvez qu’on n’a pas perdu suffisamment de temps avec ces bêtises ?

              +5

            Alerter
        • patrick // 20.10.2017 à 14h57

          Al Gore avait annoncé que la banquise aurait disparue en 2005.
          Depuis les trolls essaient de nous faire croire qu’elle existe toujours.

            +6

          Alerter
      • Haricophile // 20.10.2017 à 14h19

        … ou ce sont des trolls payés pour le faire…

          +0

        Alerter
    • patrick // 20.10.2017 à 14h55

      Consensus de de 98% ? non … légende de politicien.

      Les chiffres explosent , grimpent en flèche ? non , en fait ça dépend beaucoup de la façon dont ils sont présentés et quels sont les points de départ , parfois on dirait du Piketty 🙂 . Et on se pose même des questions sur les valeurs utilisées lorsqu’elles sont corrigées sous prétexte de biais difficiles à démontrer.

      Donc :
      Réchauffement ? oui , un peu
      Catastrophique ? ça reste à démontrer
      Origine

        +7

      Alerter
      • Shaolin // 20.10.2017 à 16h47

        Le réchauffement oui un peu… ce peu suffit pour bousculer tous les équilibres… Tous!!!!! Je répète: les précédents changements climatiques s’étalaient sur des milliers d’années, graduellement, avant le gros coup d’accélérateur. C’est un phénomène unique sur cette planète d’assister a un changement aussi RAPIDE, en à peine 200 ans… c’est aussi l’acidification des océans, la disparition entière d’espèce partout dans le monde, donc des chaînes alimentaires, donc de la richesse biologique, l’épuisement des sols, la grande barrière de corail qui meurt tranquillement et elle n’est pas la juste pour faire jolie, j’en passe, j’en passe, j’en passe… dans la nature, tout est lié et tout a une fonction; enlever un ou deux éléments, ça passe encore, ça s’adapte… en enlever par brouette, et pas le temps de s’adapter, ca part en sucette! Et la on va se marrer!

          +4

        Alerter
        • Patrick // 21.10.2017 à 09h59

          Non, j’ai mis un lien plus bas sur l’evolution des glaciers en Suisse, les changements sur les 2000 dernières années ont été assez rapides avec une amplitude équivalente à celle d’aijoud’hui.
          Période chaude ( optimum médiéval ) suivie d’une période froide qui se termine vers 1850

            +1

          Alerter
  • Jean-Charles // 20.10.2017 à 11h34

    L’atmosphère contient env. 400 molécules de CO2 par millions de molécules.

    De ces 400 env. le 5% résultent de activité humaine, soit 20 molécules sur un million de molécules à effet de serre.

    Diminuer de 20% les émissions de CO2 reviendrait à diminuer les molécules de CO2 de 4 sur un million, à supposer que l’espérance de vie du CO2 soit infinie.

    Hors elle est d’env. 6 ans.

      +1

    Alerter
    • Alex Hanin // 20.10.2017 à 11h56

      La concentration de CO2 dans l’atmosphère est passée de 280 à plus de 400 ppm depuis la révolution industrielle. D’après vous, les activités humaines sont à l’origine de 20 de ces 120 ppm de différence. D’où proviennent les 100 autres ?

      Pourquoi parlez-vous de 20 % de réduction des émissions ? L’objectif réclamé par les scientifiques est de 100 % ou presque.

      D’où tenez-vous que la durée de vie du CO2 est de 6 ans ? Il persiste en réalité 100 ans dans l’atmosphère.

      Merci de vérifier vos informations avant de commenter !

        +8

      Alerter
    • Didier Mermin // 20.10.2017 à 12h30

      “De ces 400 env. le 5% résultent de activité humaine” : c’est manifestement faux, tout comme la durée de vie du CO2 de “6 ans”, vous êtes manifestement un “négationniste”. Mais ça ne gêne pas, dame nature n’a que faire des opinions humaines, elle ne connaît que ses propres lois, elle relève d’une “juridiction souverainiste” si l’on peut dire.

      En revanche, je pense que c’est regrettable pour vous-même. A nier les phénomènes réels et gigantesques qui sont à l’œuvre, vous passez à côté de quelque chose de passionnant. S’efforcer de “se rendre compte” de ce qui se passe à l’échelle de la planète, avec ses 7 milliards d’habitants et ses milliers de milliards de machines, est autrement plus intéressant que prétendre qu’il ne se passe rien. (Cf. https://www.facebook.com/onfoncedanslemur/)

        +6

      Alerter
  • Jean-Charles // 20.10.2017 à 12h32

    “L’objectif (de réduction des émissions) réclamé par les scientifiques est de 100% …ou presque. Assez osé…pour ces scientifiques!

    Les scientifiques établissent des modèles en accord avec les mesures. Tous ne sont d’accord et les divergences sont discutées entre eux, sans discriminations.

    Pour certains scientifiques la température terrestre dépendrait surtout de l’activité solaire. Qu’en pensez-vous?

    https://crioux.wordpress.com/2013/08/16/duree-de-vie-du-co2/

    https://fr.wikipedia.org/wiki/István_Markó

      +2

    Alerter
    • Alex Hanin // 20.10.2017 à 12h49

      Votre premier article est malheureusement un torchon : “Le CO2 ne cause pas le réchauffement, le CO2 monte toujours depuis des décennies, mais la température ne monte pas depuis la fin du 20e siècle.” Alors qu’on vient de battre le record de température 3 années de suite, avouez que c’est gratiné.

      Quant au deuxième… Que voulez-vous que je vous dise ? Que citer un scientifique qui publie dans Breitbart News plutôt que dans la presse spécialisée, ce n’est pas très sérieux ?

      “Pour certains scientifiques la température terrestre dépendrait surtout de l’activité solaire. Qu’en pensez-vous?” J’en pense que c’est une lapalissade. Rassurez-vous, *tous* les scientifiques savent que la température terrestre dépend fortement de l’activité solaire. Cela étant dit, les très nombreuses études réalisées sont on ne peut plus claires : l’augmentation de la température n’est pas d’origine solaire. Mais si j’ai bien compris, vous niez l’augmentation ; j’avoue que j’ai un peu de mal à cerner votre opinion.

        +5

      Alerter
      • Jean-Charles // 20.10.2017 à 21h14

        Pour moi, soit l’augmentation de température suit l’augmentation de la concentration de CO2 soit c’est le contraire, ce qu’affirme le premier document annexé à mon post de 12h32,où il est écrit :

        “Les carottes de glace de Vostok avaient montré que depuis des centaines de milliers d’années et de façon cyclique, la température augmente et le CO2 augmente APRÈS. C’est la température qui fait augmenter le CO2 et non pas l’inverse. D’autres études sont venues appuyer ces faits. Il s’agit ici de faits réels, de données, et non pas d’hypothèses ou modèles informatiques. Donc le CO2 n’a rien à voir avec les variations climatiques”.

        Dans le deuxième document en annexe au même post de 12h32 il est mentionné l’hypothèse du dégazage des océans libérant du CO2.

        Ce serait là l’explication des 100 molécules mentionnées dans votre post de 11h56.

        Je l’admets ” j’ai tapé dans le tas” dans mon premier post sur un ton péremptoire.

        Reste tous les scientifiques ne semblent d’accord et je reste perplexe.

          +1

        Alerter
    • patrick // 20.10.2017 à 14h31

      Certains astronomes ont montré une parfaite corrélation entre les cycles solaires et l’évolution du climat.
      Il y a déjà deux siècles un astronome anglais avait fait scandale en déclarant qu’il pouvait deviner l’évolution des cours du blé en fonction des taches solaires 🙂

      Selon ces cycles , nous devrions donc arriver bientôt à un stade de refroidissement , vers 2030. C’est pas loin on pourra vérifier plus facilement que les projections du GIEC pour 2150 🙂

        +7

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 20.10.2017 à 15h19

        “Certains astronomes ont montré une parfaite corrélation entre les cycles solaires et l’évolution du climat.” : oui, à l’échelle des centaines de millions d’années, pas depuis que l’on a inventé la machine à vapeur.

          +1

        Alerter
        • patrick // 20.10.2017 à 15h32

          non , non en fait il y a des cycles assez courts , le plus court est de 11 ans.
          En fait l’équipe Anglaise dirigée par une chercheuse Russe a mis en évidence des phénomènes complexes à l’intérieur du soleil ( un truc comme un double moteur ) et la combinaison de ces différents cycles.

            +6

          Alerter
  • kinimodo // 20.10.2017 à 12h40

    Après le nucléaire, le militaire !… nous assistons depuis le tout début avec ce dossier à une lutte du lobby pétrolier contre les lobbys nucléaires et militaires (CEA, AIE, NASA pour les deux domaines…)
    Un dossier intéressant sourcé de l’implication de ces derniers depuis le début sur ce sujet :
    https://blogs.mediapart.fr/ano/blog/141116/jean-jouzel-et-les-cea-giec-i-les-rejets-ionisants-propres.

    Sans nier le réchauffement climatique factuel, il faut quand même se rendre à l’évidence que le réchauffement climatique est et sera utilisé à des fins qui peuvent aussi faire peur : ingérence, développement à grande échelle de centrales nucléaires, maitrise de la population et frein au développement des pays pauvres…

      +4

    Alerter
    • Patrick // 21.10.2017 à 10h54

      Eh oui
      L’occasion de nous parler de gouvernance mondiale avec un beau et grand gouvernement qui veillera au bien être de toute l’humanite.
      C’est le côté le plus effrayant de tout ce bazar.

        +1

      Alerter
  • Vincent P. // 20.10.2017 à 12h46

    Certains commentaires sont (tristement) édifiants.
    L’humain a avant tout un problème de responsabilité individuelle, sur tous les plans.
    Transposé à l’humanité, ça donne un problème global de responsabilité collective.
    On attend les conséquences du réchauffement climatique comme on attend de voir si Dieu nous punira un jour pour nos actes, comme on attend encore le messie ou les extra-terrestres ou bien d’un président qu’il résolve tout pour nous…
    Nous sommes des enfants qui cherchent la limite en attendant qu’un parent vienne nous mettre une fessée pour nous la montrer !
    Nous prendrons donc une fessée d’autant plus cinglante.

    Parallèlement, avoir fait du réchauffement un moyen de produire de nouvelles taxes toutes légitimes (comme Hulot les adore ) ou de nouveaux marchés comme celui du carbone, n’aide pas vraiment la populace à adhérer à l’idée.
    Quant aux petits bourgeois aliénés qui nient tout ce qui les invite à remettre en considération une partie de leur pseudo confort indécent, ceux là sont aussi perdus (ou les mêmes) que ceux qui votent Macron en pensant que c’est positif…

      +8

    Alerter
    • patrick // 20.10.2017 à 16h08

      c’est clair que pas mal d’éléments nous pousse à nous poser des questions sur notre responsabilité réelle sur le sujet :

      – des politiciens qui nous rebattent les oreilles avec: j’ai adoré quand Ségolène a expliqué l’intérêt de poser une sonde sur une comète parce que cette comète n’était pas soumise au changement climatique !!! c’était beau !!

      – des taxes et des règlements comme s’il en pleuvait , on voit bien où ils prennent le pognon mais on a du mal à comprendre où il va.

      – des grandes messes hystériques ( on appelle ça des COPxxx ) avec tout le gratin qui vient en jets privés.

      – des ours blancs qui devaient disparaître ( avec photos bidons à l’appui ) et qui finalement se portent bien.

      – et puis quand même des théories qui ne collent pas vraiment à la réalité mais c’est la réalité qui a tord .

      ben non !! on ne marche pas , désolé.

        +10

      Alerter
      • Raphaël // 20.10.2017 à 16h59

        Arrêtez, vous allez vous faire sauter à la gorge par les pères la morale ! Vous ne voudriez pas vous faire traiter de négationniste quand même !?

          +3

        Alerter
    • Crapaud Rouge // 20.10.2017 à 19h35

      @Vincent P : 100% d’accord avec vous. Et les contestataires de service ci-dessus n’en finissent pas de nous présenter les inévitables turpitudes de certains comme des “arguments” contre la scientificité du RCA. Comme pour le 9/11, on part perdant à cause de “La loi de Brandolini ou l’asymétrie dans l’argumentation” : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2896 Je cite : “la quantité d’énergie nécessaire pour réfuter une idiotie est supérieure d’un ordre de grandeur à celle nécessaire pour la produire”. Wikipedia ajoute : “Il en ressort que la désinformation a un avantage important, rétablir la vérité étant particulièrement coûteux.”

        +4

      Alerter
      • Vincent P. // 21.10.2017 à 12h28

        C’est dingue ! les mecs sont juste préoccupés par la qualité de leur argumentation !!
        Quand la calotte du Groënland aura fondu, ils diront :

        “Ah ! on ne peut pas dire que j’avais tort car ma méthodologie réflexive elle, était meilleure que celle de ceux qui affirmaient que ça fondrait sans l’exprimer de manière suffisamment pompeuse pour impressionner l’auditoire ! ”
        C’est juste incroyable !
        Tu leur parle de responsabilité individuelle, les mecs te parlent de manipulation !!

        Franchement, la connerie abyssale dont certains font preuve ici n’a d’égale que la totale prégnance de leur égo, qui circonscrit toute capacité de réflexion à un simple mécanisme de pure vanité : avoir raison à tout prix.

        Hallucinant et si triste de constater que ce qui devrait nous unir absolument est devenu un nouveau clivage savamment orchestré par ceux qui nous clivent en tout.

        Désespérant. Vivement que ça fonde tiens! si ça pouvait fermer quelques clapets…

          +3

        Alerter
  • loki // 20.10.2017 à 12h58

    Je crains que tous ces débats sur les détails du changement climatiques en perspective dans ce forum n’éludent la préoccupation des militaires américains qui, pragmatiques comme toujours se positionnent dans l’instrumentalisation du phénomène climatique afin de pérenniser une hégémonie géopolitique.
    Car enfin expliquer que l’instabilité de la Syrie trouve son origine dans un déplacement de populations, n’explique en rien comment ces braves gens ont pu trouver des armes de guerre ! Comment la famine dans la bande du Sahel n’a aucun lien avec les spéculations sur les matières premières de la finance ?

    Mieux vaut être prudent sur les bonnes intentions des uns comme des autres !

      +8

    Alerter
  • patrick // 20.10.2017 à 15h36

    A propos de cycle , les Suisses ont fait un travail intéressant sur leurs glaciers.
    Bon cette étude mériterait d’être brûlée puisqu’elle montre le “petit âge glaciaire ” ( on est en train d’en sortir avec la fonte des glaciers ) et l’optimum médiéval ( disparition des glaciers ).

    http://www.unifr.ch/geoscience/geographie/ssgmfiches/glacier/2405.php

    donc rien de nouveau ni d’effrayant sous le soleil.
    A noter que l’optimum médiéval a été une période plutôt sympa ( plus de chaleur, donc de meilleures récoltes ) contrairement au petit âge glaciaire. Vivement que ça se réchauffe.

    En ce qui concerne la disparition des glaciers , j’ai vu un reportage sur le recul des glaciers. Le journaliste semblait désemparé quand le guide annonçait que le glacier en question avait totalement disparu au moyen-âge ( et mon CO2 alors ??? )

      +7

    Alerter
  • Raphaël // 20.10.2017 à 16h18

    Juste pour apporter de l’information, le très sérieux Nature reste assez critique quant aux modèles prédisant le réchauffement climatique par rapport au réchauffement réel :

    https://www.nature.com/news/global-warming-hiatus-debate-flares-up-again-1.19414

    L’article ici : https://www.nature.com/articles/ncomms13676

    Les données sont plus récentes que celles du GIEC et le débat sur la pertinence des modèles de prédiction reste donc ouvert scientifiquement.

      +6

    Alerter
  • Yohan // 20.10.2017 à 18h59

    C’est pas la première fois que je remarque certains commentaires sur ce sujet.
    Il n’y a aucun débat à avoir sur le réchauffement climatique de manière anthropique (et depuis longtemps). On peut se demander les effets que cela induit ou pas (catastrophes naturelles – fréquence ou amplitude, le nombre de degrés dans quelque année, les impact sur nos mode de vie, le rythme de fonte des glaciers et pole).
    Les débats sur ces sujets là tout comme le livre “marchands de doute” l’explique sont un cancer qui installe le doute chez le lecteur et le pousse à ne pas agir. Le danger est là. On est tous en partie responsable, à un moment il faut arrêter de dire que c’est la faute du voisin ou du député du coin. Certes tout est lié et nous avons aussi besoin d’une meilleure représentation du peuple, de médias plus variés, d’un meilleur système d’éducation… Nous avons aussi besoin de consommer moins et de faire attention à ne pas gâcher, d’utiliser moins d’électricité ou la voiture.
    Réduire nos émissions de CO² et de certains autres gaz est vital, pas un choix politique ou moral voir une expérience de pensée.

      +4

    Alerter
  • Subotai // 20.10.2017 à 19h03

    Ca m’énerve chaque fois que je entend parler de la “Surpopulation africaine”!
    Bon sang! Inde, Chine, Europe, c’est ça le trio gagnant. Pas l’Afrique.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Densit%C3%A9_de_population

      +2

    Alerter
    • Chris // 21.10.2017 à 01h31

      Parce que les terres arables africaines, majoritairement en latérite, s’épuisent rapidement. Les sols latéritiques sont des sols maigres, lessivés et appauvris en silice et en éléments nutritifs fertilisants (Ca, Mg, K, Na). De plus, elle laisse filtrer l’eau. C’est bon pour les réserves aquifères, mais pas pour la production agricole.
      Pour restituer la fertilité d’une terre cultivée, il faut la mettre en jachère au minimum 7 ans avec avec des intrants, qui eux sont chers et d’importation.
      Oui, il y a bien surpopulation africaine : ce continent est incapable d’assurer sa suffisance alimentaire, phénomène qui s’étend depuis le XXe siècle.
      La Chine régulièrement confrontée aux famines a mis en place le contrôle des naissances pendant 40 ans dès 1975. Elle est également en constantes recherches de terres à louer dont en Russie… et Afrique pour nourrir sa population !

        +4

      Alerter
      • Subotai // 21.10.2017 à 03h35

        Supposons qu’on arrête la production destinée à “l’Occident” et qu’on augmente la surface cultivée avec ce qui pousse pour nourrir la population locale…
        Parce que si la Chine trouve de la terre en Afrique pour nourrir SA population, on peut supposer que les Africains pourraient aussi… :-/
        Le problème de l’Afrique c’est l’Occident ET la sous population.

          +2

        Alerter
        • Patrick // 21.10.2017 à 10h03

          Tout le monde semble capable de cultiver en Afrique sauf les Africains.
          Y aurait pas un problème sur place ?

            +2

          Alerter
          • Chris // 21.10.2017 à 13h07

            Oui, en premier lieu les investissements !!!
            Les responsables africains préfèrent s’enrichir personnellement et par réactions claniques (et dieu sait le nombre de clans et d’ethnies!), ne favoriseront que les leurs.
            Difficile en ces conditions de construire des plans de développement.
            Ne pas oublier la pression INTENSE néocoloniale qui profite de cet état.
            Pensez aussi aux effets débilitants et monotones des climats tropicaux et subtropicaux sur les populations : 35°-40° à l’année incline plutôt à la vie au jour le jour. En Afrique, il n’est guère que les Occidentaux et Asiatiques qui s’excitent… au début.
            Un climat tempéré et/ou froid nous oblige à prévoir, gérer, étaler. Ça modèle le mode de pensée et la culture.

              +4

            Alerter
  • mumen // 20.10.2017 à 19h25

    1°) Le réchauffement est sans doute un fait réel. Il n’a sans doute pas une grande importance par rapport aux 10 ou 20 derniers millénaires, mais il impliquerait néanmoins des conséquences terrifiantes pour la civilisation actuelle en terme de destructions, de migrations, etc., s’il persistait. Ce n’est certes pas une plaisanterie, mais c’est tout de même une projection, car personne n’a de boule de cristal, malgré les certitudes auxquelles nos modélisations prétendent.

    2°) La cause anthropique du réchauffement est un postulat qui implique que l’on pourrait peut-être intervenir sur le réchauffement, à moins qu’il ne soit déjà trop tard. Toute la discussion tourne actuellement autour de la capacité qu’aurait l’humanité à prendre en charge la décroissance drastique d’émission de CO2, de méthane, etc., dans l’objectif d’enrayer le réchauffement. Non seulement c’est un postulat sur un postulat, mais encore absolument personne, hormis quelque hippies dans le Larzac (c’est une métaphore), ne désire réduire dès aujourd’hui ni demain d’ailleurs, sa consommation émettrice : c’est un cul de sac.

      +0

    Alerter
    • mumen // 20.10.2017 à 19h27


      Quasiment tout le conflit tourne autour de ce cul de sac qui n’est pas dissocié du premier point, s’emberlificotant constamment dans des empoignades, stériles.

      En vertu de constat, il ne nous reste qu’une alternative : regarder sans rien faire (en s’engueulant si vous voulez) ou penser les conséquences et tenter de prévoir les actions réalistes à appliquer si les signes envisagés se mettent à arriver, du style comment recevoir les migrants, comment protéger/délocaliser les habitats, les productions, etc. Pour l’heure, la décision implicite liée à la foire d’empoigne généralisée est “laissons les crever”, “on verra bien” : absolument rien d’autre n’est envisagé.

      L’aspect culpabilisant du point numéro deux est la dérivation d’une réalité DISTINCTE du réchauffement : nous sommes des pollueurs, des tueurs d’espèce, mais c’est un autre problème qui n’a pas à être amalgamé avec le réchauffement climatique, du moins au moment crucial de la réflexion au niveau mondial.

        +0

      Alerter
  • marc // 20.10.2017 à 20h04

    Propagande étasunienne anti-trump … C’est gros quand même.

      +3

    Alerter
    • Narm // 21.10.2017 à 02h27

      c’est même tellement gros que je dirais énorme

        +0

      Alerter
    • Narm // 21.10.2017 à 02h36

      et pour la crédibilité :

      “”Premier travail pour les généraux, est de détecter le danger et sonner la sirène d’alarme. Peut-être que les généraux deviendront nos Paul Revere écologistes. Peut-être.

      Daniel C. Maguire est Professeur de Théologie morale “”

        +0

      Alerter
      • Chris // 21.10.2017 à 13h23

        Si la “théologie morale” consiste à nous rappeler nos responsabilités individuelles, alors je suis partante.
        Et s’inscrit parfaitement dans le précepte de Martin Luther King : “Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots”.
        Lui aussi, un moraliste ?
        La morale consiste à prendre en compte la conséquence de nos actes, ce qui requiert un peu de réflexion. Nos sociétés sombrent par rejet de ce processus, par une application absurde du slogan : “il est interdit d’interdire”.

          +2

        Alerter
        • Vincent P. // 21.10.2017 à 14h12

          Exactement.
          Mais c’est une vaste réflexion dont la portée spirituelle est certainement trop dense pour un simple commentaire.
          Nous ne sommes simplement séparés de rien, et seul l’égo peut cliver l’être au point qu’il puisse fouler jusqu’à sa propre conscience.
          Tout ramène à la peur de la mort, à l’ignorance de ce que sont l’impermanence et la vacuité, du rejet de ce que sont dieu et la nature même de la conscience, du rejet de soi donc.
          Les conséquences sur notre monde sont la projection de ce que nous refusons de traiter en nous-même. Autant d’invitations à l’introspection que nous remettons à demain … d’ailleurs (suite)

            +0

          Alerter
          • Vincent P. // 21.10.2017 à 14h19

            (suite)
            Dans le docu “Demain”, voilà ce que j’ai retenu :
            Tous les modèles de société viables et alternatifs montrés ( basés essentiellement sur des cultures locales, des fermes urbaines, des communautés les plus autonomes possibles, des modèles politiques recentrés sur la gestion locale, etc), tous ces modèles donc ne sont jamais mis en place par anticipation, mais toujours après une crise importante qui aura poussé ces populations à s’adapter pour survivre.

            Bref. @Chris : j’ai apprécié le fil de votre pensée: ça fait du bien, merci !

              +2

            Alerter
  • Sébastien // 20.10.2017 à 21h25

    Les militaires américains comme source d’information sur le réchauffement climatique. Décidément mon pauvre Berruyer vous creusez plus profond que jamais.
    Les militaires américains doivent consommer à peu près la moitié du pétrole consommé annuellement aux Etats-Unis.
    Sérieusement, si vous voulez sabordez le peu de crédibilité qu’il reste à votre blog, surtout ne vous arrêtez pas!
    Ce ne sera pas le dernier naufrage de ce genre.

      +5

    Alerter
    • Narm // 21.10.2017 à 02h24

      Le blog met en avant toutes sortes d’idées 😉
      La diversité des points de vue est une nécessité

      votre remarque sur les militaires américains est très pertinente
      d’ailleurs rien que ça, m’a fait tomber de ma chaise :

      ””C’est précisément au sein de ce chaos de mélanges toxiques que des groupes extrémistes comme Boko Aram sont nés. Les militaires le savent. Le Proceedings of the National Academy of Sciences USA a déclaré que le changement climatique a alimenté la guerre civile en Syrie””

      non, mais faut arrêter de d
      et le réchauffement a aussi brûlé Jeanne d’Arc ….

      aujourd’hui on ne parle plus de réchauffement mais de dérèglement… trouvez pourquoi et vous comprendrez.
      Changez d’échelle et vous verrez que les températures ont toujours varié et fluctué. Nous poluons, c’est certain, le problème est là.

        +2

      Alerter
  • Opps’ // 21.10.2017 à 00h08

    Voilà des millénaires que le climat change , et parfois brutalement . Dans la petite dernière dizaine de millier d’années , dans la toute petite période de l’antiquité et même les derniers siècles on a observé des variations de températures et climats de plus grande amplitude que ce que nous vivons.
    La relative avancée technologique , le sentiment que nous aurions la maîtrise des choses , l’idée que nous sommes le point de référence nous amène à une sorte d’excitation semblable à celles qui ont saisi les prédicateurs et les annonciateurs de fin du monde dont l’argument fondamental a toujours été la culpabilisation.

    Il est possible d’ailleurs qu’une part de vérité existe , mais l’intéressant c’est , face aux difficultés , d’une part d’établir une spécificité vraiment hors du commun du réchauffement observé, d’autre part d’établir une véritable causalité anthropique au lieu de simples corrélations difficiles à interpréter, d’observer le rouleau compresseur avec toute ces tentatives hystériques d’infantilisation de ceux qui ne pensent pas selon le courant principal, ce recours à la science comme simple croyance , au gouvernement des “experts” devant lesquels , là, on nous demande de nous coucher parce qu’il y aurait un consensus … consensus dont d’ailleurs ils déplorent en permanence qu’il est battu en bêche … Et a chaque fois qu’une objection de taille leur est proposé par … des scientifiques aussi chevronnés que ceux du consensus , aussitôt c’est une avalanche de nouvelles théories de rétro-actions et corrélations plus ou moins capillotractées.

      +3

    Alerter
  • Alfred // 21.10.2017 à 09h40

    Dans l’article, ce que j’ai bien aimé c’est le passage sur le déni, la peur, la prise de conscience et enfin la réaction forte.
    Pour l’instant l’humanité est dans la situation du homard qui cuit tranquillement et progressivement sans réagir dans sa marmite.
    Serions-nous collectivement aussi stupide qu’un simple crustacé ?

      +5

    Alerter
  • Opps’ // 21.10.2017 à 15h11

    Le paradoxal est cette propension des réchauffo-anthropiques à rendre responsable les sceptiques de la difficulté à mettre en oeuvre l’arsenal des mesures devant sauver la planète.

    Car enfin le caractère anthropique du réchauffement est une donnée qui irrigue tout le champ médiatique , toute la population, tous les inconscients : dès lors les quelques irréductibles qui , au risque de perdre leur poste, d’être disqualifiés moralement, ou de passer pour des réactionnaires révisionnistes , négationnistes, infantiles et à la limite de la stupidité, seraient donc responsables de l’échec à inverser les choses ?

    C’est vrai qu’il faut souvent un bouc émissaire, une faute initiale à construire , une sorte de variable d’ajustement qui permet de faire tenir l’ensemble de la construction, de la légitimer , de la protéger , et à défaut d’obtenir un vrai consensus , d’en faire une clé de voute multifonction.

    D’ailleurs on sent bien que le climato-sceptique doit forcément être également anti-écolo , anti-nature, anti-scientifique, anti-démocrate, anti-réalité , anti-évidence, pro-industrie, pro-banque etc , soit un sale ‘type’, soit un pauvre ‘type’. Bon j’exagère mais y’a de ça quand même.

    Une idée me vient toutefois : et si , malgré tout (et peut-être dans le doute) cette grande croisade n’était pas inutile , si (le système étant tellement lourd à manoeuvrer) en fin de compte , même dans une certaine erreur fondamentale , ce qu’il restera du résultat n’était pas négatif , sur d’autres plans , ne serait-ce qu’une nouvelle façon de penser le monde ? (très ‘idéologie globaliste’ j’en conviens)

    Ce serait une sorte de pari pascalien : si j’y crois et que c’est vrai je serai dans la vérité, et si j’y crois à tort je ne perds pas grand chose (sauf peut-être les milliards un peu mal alloués?, mais il y a tellement d’autres danseuses).

    Mais il vaut mieux que les populations croient .. à ce qu’elles croient sous peine d’une destruction ou perversion des valeurs de vérité réalité et action collective. Et laisse aux spécialistes vaccinés contre le cynisme et le nihilisme , le maniement de ces concepts délicats et explosifs

      +0

    Alerter
  • TuYolPol // 21.10.2017 à 18h19

    Revoyez 40 ans après “Les limites de la croissance” – Rapport Meadows du Club de Rome
    Qui a fait flèche de tout bois pour semer le déni ? Le camp Républicain en 1983.
    En 2017, quelle importance ? Il est trop tard, ils ont “gagné”, définitivement. La fenêtre est fermée.

      +2

    Alerter
  • Betty // 25.10.2017 à 13h14

    In “Le syndrome de l’Autruche: Pourquoi notre cerveau veut ignorer le changement climatique”:
    «(…) Dans ces conditions, les discours purement scientifiques sur la catastrophe climatique sont incapables de déclencher un mouvement social tourné vers l’action. Et les récits conçus par les militants ou à forte teneur politique pour inciter à tempérer le réchauffement du climat par l’action individuelle et/ou collective sont en général trop fortement associés à des valeurs écologistes et de gauche dans lesquelles l’essentiel du public ne se reconnaît absolument pas et auxquelles il reste donc insensible. (…) » https://books.google.fr/books?id=ZHw2DwAAQBAJ&pg=PT1&lpg=PT1&dq=Le+Syndrome+de+l%27autruche:+Pourquoi+notre+cerveau+est+programm%C3%A9+pour+ignorer&source=bl&ots=RMcIcEKYYx&sig=1whBSDjW3acONWgvZO8ZSdKXej4&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjx5fqU0IvXAhWMvBoKHb5xCt8Q6AEITjAG#v=onepage&q=Le%20Syndrome%20de%20l'autruche%3A%20Pourquoi%20notre%20cerveau%20est%20programm%C3%A9%20pour%20ignorer&f=false

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications