Les Crises Les Crises
9.juin.20139.6.2013 // Les Crises

[Média] BFM Business, Les Experts – 3 juin

Merci 0
J'envoie

Nicolas Doze m’a invité à son émission Les Experts le 3 juin, sur BFM Business (la radio filmée, pas BFM TV).

Voici la vidéo :

Partie 1 :

Partie 2 :

Prochain rv : le 24 juin.


N’hésitez pas à réagir en direct par mail sur cette émission via ce lien – Nicolas Doze consulte bien les mails en direct, et est très demandeur 😉 :

http://www.bfmtv.com/emission/les-experts/

(cliquez sur Lui écrire à droite)

113 réactions et commentaires

  • elgringo // 09.06.2013 à 07h17

    très pro Olivier !
    Très bien sur le fait de nuancer les dépenses publiques en fonction des prestations.

    Par contre je vous trouve un peu court de justifier la natalité française par les allocs, c’est bien plus vaste que cela ( dimension sociétale, d’école, de crèches, et aides maternelles…).

    Quand au quotient familial, il revient simplement à accorder une plus grosse remise fiscale pour les riches (à nombre d’enfant égal), cela se justifie par quoi : leurs gosses mangent plus, ont besoin de plus d’habits, ou de meilleurs vacances ?

      +0

    Alerter
    • Arnould // 09.06.2013 à 14h07

      J’avais lu il y a longtemps une théorie selon laquelle la très faible natalité allemande, liée au manque de crèches, de maternelles, aux horaires scolaires, etc.. est une décision du gouvernement Adenauer en réaction contre la politique nataliste nazie, qui avait fait des femmes allemandes des pondeuses de chair à canon. Et il est vrai que les Allemandes de l’est (la RDA était équipée grosso-modo comme la France) ont fait beaucoup d’enfants jusqu’à la chute du mur.

      Ce qui n’explique pas la faible natalité dans d’autres pays riches, certes…

        +0

      Alerter
    • Youpi // 09.06.2013 à 14h55

      Vision simpliste sur le qotien familial. Comme quoi la communication du gouvernement est efficace:
      La fiscalité sur les revenus fonctionne selon deux axes (entre autres):
      Le tau d’imposition qui redistribue en fonction des revenus du foyer
      Le quotien familial qui, a revenu fiscal identique, permet de faire payer moins les familles qui ont des enfants.
      Il faut vivre sur une autre planete pour penser qu’un enfant de coute rien aux familles et ne pas vouloir aider ces familles.
      Mais quand on considere que les gens qui paient des impots sont avantagés de ne pas en payer plus,… Tout raisonnement absurde est possible.
      Pourquoi ne pas taxer les gens qui font des enfants?
      Les enfants c’est sale, ça fait des betises, il faut que la société mette en place des crêches des écoles, ça oblige a acheter des prduits chinois qui dégradent la balance commerciale.
      Tout raisonnement est possible à partir du moment ou la seule logique est de taxer ceux qui ont de l’argent mais pas assez pour s’expatrier.
      A propos on est riche à partir de combien par mois?

        +0

      Alerter
      • Fab78 // 09.06.2013 à 16h52

        ” Pourquoi ne pas taxer les gens qui font des enfants? ”
        Effrayant, effectivement.
        Je cherche la faille logique …

          +0

        Alerter
        • Surya // 09.06.2013 à 17h03

          La Logique c’est que comme ils coûtent plus chers à la collectivité que ceux qui n’ont pas d’enfants, on adapte les recettes aux dépenses.

            +0

          Alerter
          • Fab78 // 09.06.2013 à 17h28

            à Suraya :
            Et en contre-partie, ceux qui n’ont pas d’enfant n’ont pas de retraite.
            Et ceux dont les enfants sont au chomage non plus.
            D’ailleurs, les chomeurs coutent à la collectivité, donc ils faut les taxer.

            Tout ça, c’est des arguments de philosophe, mais pas d’économiste (les vrais).

              +0

            Alerter
          • Surya // 09.06.2013 à 17h47

            La logique est que la retraite doit être financée par ses propres cotisations et non les cotisations des actifs qui sont en train de travailler 😉

            Par ailleurs, quand vous n’avez jamais travaillé, vous ne touchez pas le chômage puisque vous n’avez jamais cotisé, de plus les droits au chômage sont fonction de votre durée de cotisation.

              +0

            Alerter
        • sgmsg // 09.06.2013 à 17h53

          La terre est surpeuplé, il n’y a pas assez de ressource pour nourrir tout les humains. Et vos trouvez normal que ceux qui ont conscience de ce problème paient pour les inconscients.

          L’humain qui pollue le plus est le nouveau-né. L’humain qui appauvrit le plus sa collectivité est le nouveau-né. Tout ça pour qu’il devienne l’humain le plus exploité.

          Tout ça parce que les humains en place sont trop paresseux pour subvenir eux-mêmes à leurs besoins.

          Bienvenue chez les mongols!

            +0

          Alerter
          • chris06 // 09.06.2013 à 19h10

            L’humain qui pollue le plus est le nouveau-né. L’humain qui appauvrit le plus sa collectivité est le nouveau-né.

            c’est un peu fort de café! Faites vous partie des gens qui n’ont jamais été enfant?

            Même si je comprends parfaitement l’argument de ceux qui objectent à une politique visant à croître la population je suis content qu’il y ait des enfants et de payer des impôts pour qu’ils puissent bénéficier des mêmes avantages dont j’ai bénéficié quand j’avais leur âge.

            Faudrait quand même que le niveau de la discussion s’élève un peu, ne pensez vous pas?

              +0

            Alerter
            • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 20h04

              Oui mais non chris : si on estime que la planète est surpeuplée il ne faut pas inciter à avoir des enfants. Car à force, lorsque le moment de la décroissance inéluctable arrivera (la planète est finie et les gains de productivités seront de plus en plus faibles, voire négatifs au fur et à mesure que les ressources naturelles seront épuisée) et donc toue nouvelle générationi bénéficier de moins d’avantages que les générations anciennes. Cela a d’ailleurs probablement déjà commencé en France depuis quelques année
              En revanche, on peut faire en sorte que tous les enfants présents (on ne peut empêcher les parents d’avoir des enfants, quoi que en Chine …) puissent bénéficier des mêmes chances d’accéder au bonheur tant en terme de satisfaction des besoins élémentaires lorsqu’ils sont enfants (logement, alimentation, santé, transports, culture, ….)qu’en terme de chance d’accéder à des études supérieures (le système français a fortement régressé en ce domaine depuis quelques années). Mais pas pour aller aux sports d’hiver avec les parents “payé” par le quotient familial, avoir des cours particuliers “payés” par les parents grâce au quotient familial, . . .

                +0

              Alerter
          • sgmsg // 09.06.2013 à 20h17

            Je fais surtout partie des adultes qui ne veulent pas que sa progéniture ait a payé pour les abus des générations antérieurs.

            Or la plus grande erreur humaine dans lequel il s’enorgueillie est de faire des enfants parce qu’il aime ça et ce malgré l’absence de territoire adéquat, la dégradation de l’habitat, par l’appauvrissement du territoire, par l’inaptitude patente des humains de s’occuper de sa descendance.

            Si, l’enfant est la cause de la plus grande pollution, c’est justement parce que l’humain est en surpopulation. Et évidement si la surpopulation est déjà présente alors ajouter des individus aggrave la situation.

            Une fois l’individu est au monde, il faut l’éduquer ce qui nécessite encore plus de ressources, car les adultes ne sont pas disponibles pour s’occuper de gérer le territoire. Mais comme l’humain est surpeuplé, l’éducation qu’il donne a sa progéniture est futile car non utile à l’adaptation à son environnement.

            Mais après tout ça, une fois que cette enfants après tout les supplices de notre société avilissante, école où on nivellera son intellect par le bas afin de le former à être un toutou obéissant au 1% les plus riches, il devient un adulte (esclave) qui aura comme responsabilité de récupérer les erreurs des ses parents, puisque ses parents était trop occupés à se reproduire plutôt qu’à préparer (et réparer) un environnement propice à l’épanouissement d’un nouvel être.

            Dit de façon édulcoré, dans un langage comptable peut-être plus accessible, les générations futures auront non seulement la charge de leur vie mais en plus celle des déficits actuariels que leur auront léguer leur parents.

              +0

            Alerter
            • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 20h29

              Bien envoyé SGMSG. Complètement d’accord surtout lorsque je constate la désinvolture, voire l’inconséquence de la quasi totalité des parents qui ne font aucun, je dis bien AUCUN effort pour préserver l’avenir de leurs enfants d’un point de vue écologique. Il suffit de regarder ce qu’il y a aux encombrants* une fois par mois pour comprendre.

              ________________
              * eh oui, dans mon village on enlève encore les “encombrants” ou les végétaux gratuitement. Et c’est tellement plus facile d’y mettre des emballages non pliés plutôt que de les découper pour les mettre dans la poubelle ad hoc. Parce que c’est tellement plus facile de se débarrasser de ses tontes et de ses branchages plutôt que de ménager quelques m2 au fond de son jardin pour en faire du compost ou un abri pour les petits auxiliaires du jardin tels les hérissons. Perso, je n’ai jamais mis UN seul CM3 de végétaux à la poubelle, car quelque soit la taille du jardin, une faible part suffit toujours à y aménager un compost (très bon engrais bio gratuit si l’on utilise pas de biocides) et un tas de bois mort (très bon pour la biodiversité).

                +0

              Alerter
          • Hajik // 10.06.2013 à 00h39

            @sgmsg

            “Mais après tout ça, une fois que cette enfants après tout les supplices de notre société avilissante, école où on nivellera son intellect par le bas afin de le former à être un toutou obéissant au 1% les plus riches…”

            Bien je vois que je ne suis pas le seul à avoir compris cela (éducation et pas enseignement national, éducation). J’ai compris il y a peu pourquoi j’ai été “expulsé” par voix express de l’éduc national. Ce n’est pas une “erreur” du système, cette structure VEUT éliminer ceux qui n’obéissent pas assez, en infligeant une sorte de “gavage” mental mais c’est voulu (il y aurait bien d’autres méthodes pourtant).

            Concernant le reste je suis aussi d’accord.

              +0

            Alerter
          • chris06 // 10.06.2013 à 09h27

            @Christophe, sgmsg,

            mais enfin, même si on considère que la planète est surpeuplée, s’il n’y a pas de nouveau-né, on passera vite a une planète plus peuplée du tout.

            Ainsi, dire que les nouveau-né sont les humains qui appauvrissent le plus la collectivité est complètement stupide puisque sans eux, il n’y aura plus de collectivité.

              +0

            Alerter
          • sgmsg // 10.06.2013 à 13h24

            @chris06

            Il y a 100 000 ans, il y avait 1/2 million d’humain sur terre, ça nous laisse un peu de marge. Le Chine a instauré la politique de l’enfant unique depuis 1979, leur population est passé de moins de 1 milliard à 1,40 milliards aujourd’hui, et ce en omettant l’adoption international des petites chinoises et des petits handicapés chinois. Les chinois peuvent passer outre cette politique en payant 5000 yuan.

            Si on regarde la dégradation de l’environnement, la crise perpétuel du logement et les contaminations de nourriture de toute sorte en Chine, la politique de l’enfant unique est encore trop laxiste.

              +0

            Alerter
          • chris06 // 10.06.2013 à 14h21

            @sgmsg,

            la politique de l’enfant unique est encore trop laxiste

            alors que proposez vous concrètement? La politique du zéro enfant puisque, selon vous, les nouveau né sont les pires pollueurs et ceux qui appauvrissent le plus la collectivité?

            Bonne chance avec ça!

              +0

            Alerter
          • sgmsg // 10.06.2013 à 16h16

            Je n’ai besoin d’aucune chance.

            Je n’ai pas d’enfant à qui je dois ou devrai expliquer que je dois détruire la terre, voler mes semblables ou encore les tuer pour les nourrir.

            Pas besoin non plus de les maltraiter, pour qu’ils m’écoutent et m’obéissent et leur faire croire que je les aimes par manque affectif induit, et ce malgré que les déteste profondément car je me déteste profondément de ne pas avoir attendu que le milieu soit propice à leur venue sur Terre, comme le fond les superviseurs du territoire comme les loups.

            Alors bonne chance à vous, dans votre enfer.

              +0

            Alerter
      • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 19h55

        @Youpi : je vois trois raisons majeures pour lesquels la collectivié doit “subventionner” les enfants :
        1) Ils permettent de pouvoir disposer d’une retraite
        2) Ils sont plus efficace car on apprend mieux lorsqu’on est jeune et donc il est plus facile de s’adapter aux nouvelles qualifications nécessaires aux changement de mode de production et de biens et services rendus.
        3) Au nom de l’égalité du droit au bonheur, il faut que les enfants puissent en bénéficier indépendamment des ressources des parents

        Quoi que l’on pense des deux premières, c’est au nom de la 3e que l’on peut se poser la question de la pertincence du quotient familial qui “rapporte” d’autant plus que l’on paye d’impôts sur le revenu. Ainsi, comme le met en évidence T. Piketty ICI par un simple graphique, un enfant “rapporte” plus aux parents riches qu’aux parents pauvres grâce au quotient familial (les allocations familiales diverses étant indépendantes des revenus), sans parler du fait que statistiquement, les fils de riche profitent plus du service public de l’enseignement supérieur que les fils de pauvre. Par quel mécanisme le bonheur d’un fils de riche coûterait-il plus cher que celui d’un fils de pauvre ? Le fils de riche rapportera-t-il plus à la société que le fils de pauvre ? Est-il plus difficile d’élever un enfant lorsque l’on est riche que lorsque l’on est pauvre ? Les riches ne feraient-ils pas assez d’enfants si ils ne bénéficiaient pas du quotient familial (raison 2) ? … Le mieux serait donc que l’on allouent des bons éducation, transports, santé, culture, cantine, logement, … identique pour tous les parents, riches ou pauvres et par enfant dès le premier.

        Et malgré cela les enfants de riches bénéficieraient encore d’avantages matériels (et intellectuels). Que demander de plus.

          +0

        Alerter
      • Elgringo // 09.06.2013 à 21h25

        Le problème du quotient familial c’est qu’il est relatif au revenu : la remise pour 3 enfants est plus importante pour un foyer qui gagne 80000 € que pour celui qui gagne 40000€ or, ils ont tout les deux des enfants avec les même besoins non ?

          +0

        Alerter
    • olivier m // 09.06.2013 à 16h51

      On peut aussi se demander par quoi se justifient ces allocations?

      Avec l’augmentation prévue de la longévité humaine (200 ans d’ici 2050, puis combien ?), la robotisation et les progrès en intelligence artificielle, ce n’est surement pas ces enfants “subventionnés” qui financeront les retraites.

      Je pense que seules les familles n’ayant vraiment pas les moyens matériels d’élever et éduquer leurs enfants correctement devraient bénéficier d’aides et allocations, et que les autres familles ne devraient pas avoir de réductions fiscales. Notre planète étant déjà surpeuplée et surexploitée, toute mesure “incitative” à l’augmentation de la population me semble en effet contre-productive.

      Cette politique familiale fut un succès dans un monde en croissance à forte consommation de main d’oeuvre. Je ne vois pas en quoi elle le serait dans un monde en stagnation -si ce n’est pas en décroissance- avec un besoin de main d’oeuvre -humaine- décroissant.

        +0

      Alerter
      • sgmsg // 09.06.2013 à 17h57

        Bonne idée!

        Ceux qui sont le plus inadaptés, devraient être encouragés. C’est du Darwinisme inversé.

        Nivellement par le bas, youhou!

          +0

        Alerter
        • olivier m // 09.06.2013 à 19h11

          Merci d’expliquer pourquoi aider seulement ceux qui en ont réellement besoin serait du darwinisme inversé ou un nivellement par le bas.

          La France existait avant la seconde guerre mondiale.

            +0

          Alerter
          • sgmsg // 09.06.2013 à 20h24

            Parce dans la société perverse dans laquelle nous vivons, il serait à tout le moins minimal de s’assurer que celui qui se reproduit soit le plus adapter avec elle. Celui qui fonctionne le mieux dans nos sociétés, est celui qui en a la meilleur compréhension et qui tire le mieux son épingle du jeu. Celui qui ne comprend rien au système économique et qui fait des enfants sera inapte pour expliquer son fonctionner à ses enfants et donc vous subventionnez des mésadaptés sociaux pour qu’ils souffrent un peu plus.

            Les humains ont toujours été friands du Cirque (=souffrance des autres comme chez les Romains), ça leur permet de supporter leur vie exécrable. Donc en réservant la reproduction aux plus adaptés à la société, sans Cirque, ils devront comprendre leur société sans échappatoire pour fuir la réalité et finalement l’améliorer.

              +0

            Alerter
            • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 20h35

              Alors la pas d’accord du tout, à moins qu’il ne s’agisse de provoc. Car qui va définir qui est apte à avoir des enfants, qui ne l’est pas ? C’est un peu comme la démocratie : doit-on la réserver aux élites ? Si tel est le cas, les élites ne sont alors assurément pas ceux qu’on pense (énarques, avocat d’affaires, pour ne citer que les formations/professions de nos trois derniers “Chefs”).

                +0

              Alerter
          • sgmsg // 09.06.2013 à 20h55

            @Christophe Vieren

            Désolé de vous décevoir, mais la démocratie est réservée aux élites qui manipulent l’opinion du reste de la population (inapte ou encore trop occupé pour comprendre son système) et soudoie l’élite politique afin qu’elle préserve et fasse fructifier son patrimoine.

            Par exemple, les QE ont enrichi les plus riches aux US tout en appauvrissant les plus pauvres.

              +0

            Alerter
            • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 11h48

              Ah non vous ne me décevez pass du tout car je m’étais aperçu de cela depuis bien longtemps.
              Il n’empêche que toute personne âgé d’a minima 18 ans et non déchu de ses droits civiques suite à un jugement pour infraction à la loi, quel que soit son Q.I., quel que soit sa formation, a le droit de voter. Et c’est le suffrage universel qui a mes yeux différencie une dictature d’une démocratie, quand bien cette dernière pourrait être largement améliorée (stochocratie, medias libres et indépendants, référendum, conférence de citoyen, no cumul des mandats, …)

                +0

              Alerter
            • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 11h53

              En 1793, en 1870, en 1936, en 1945, en 1968, je doute que les mouvements populaires étaient voulus par les élites que vous décrivez. Certes les “leaders” d’opinions sont souvent des “élites” (= intellectuels, petit bourgeois, …). Cependant le peuple peut, dans une démocratie aussi imparfaite soit-elle telle que la nôtre, avoir toujours le dernier mot sans avoir à verser une seule goutte de sang. C’est plus ou moins difficile mais c’est possible.

                +0

              Alerter
          • vigneron // 09.06.2013 à 21h26

            Sgmsg, je conclue de vos dires (“la démocratie est réservée aux élites qui manipulent l’opinion du reste de la population (inapte ou encore trop occupé pour comprendre son système) et soudoie l’élite politique afin qu’elle préserve et fasse fructifier son patrimoine”) que vous êtes “des autres”, ceux qui n’auraient rien compris selon vous, “inaptes ou trop occupés”, puisque vous dites là très exactement ce que l’opinion la plus commune ne cesse de perroqueter, et c’est pas d’aujourd’hui…

              +0

            Alerter
          • sgmsg // 09.06.2013 à 21h42

            @vigneron

            Soit je fais parti des autres car noyé dans la masse, mais j’essai malgré tout de les réveiller.
            Soit je fais parti des 1%, mais j’ai assez de compassion pour mes semblables pour essayer des réveiller car même en étant au sommet de la pyramide je comprend que je pourrais être mieux si tous les humains étaient mieux.

            Peu importe l’âge du discours:

            Est-ce que la planète va mieux maintenant qu’il y a dix mille ans?
            Est-ce que la richesse se concentre dans dans de moins en moins de mains?
            Est-ce que les enfants ont un plus bel avenir que le nôtre?

            Force est de constater que les choix démocratiques des humains sont contraire à leurs intérêts personnels et ce même s’ils en étaient conscients (cela relèverait de la psychiatrie)

              +0

            Alerter
          • olivier m // 09.06.2013 à 21h46

            @sgmsg

            Selon votre raisonnement, en supposant que vous vous y connaissiez en économie, vos arrières-arrières-…-arrières-arrières grands parents s’y connaissaient aussi. Ils avaient surement aussi prévu les bulles de l’immobilier dans leurs grottes. 😉

            Nos gènes indiquant que nous provenons tous d’un petit groupe d’hominidés africains, en poursuivant à son terme ce raisonnement, nos tout-premiers ancêtres étaient tous experts en économie car nous sommes tous cousins.

            Plus sérieusement, il n’y a rien d’héréditaire dans l’intelligence, et l’économie est accessible à quiconque se donne la peine de “traduire” les termes folkloriques de l’économie moderne en langue de tous les jours.

            Gérer un budget est la base de l’économie, et contrairement à ce que vous prétendez, le budget des français est bien mieux géré que celui de la France, qui est pourtant gérée par ses élites. Avoir les pieds sur terre est souvent plus utile que de grandes théories économiques.

              +0

            Alerter
          • olivier m // 09.06.2013 à 22h10

            @sgmsg

            “Force est de constater que les choix démocratiques des humains sont contraire à leurs intérêts personnels et ce même s’ils en étaient conscients (cela relèverait de la psychiatrie)”

            Vous êtes sûr que le choix démocratique existe parmi nos partis politiques “raisonnables”?

            Pour en revenir au sujet, les humains sont aujourd’hui conscients que leurs “choix démocratiques” sont contraires aux intérêts de leurs enfants, mais ils s’en lavent les mains sous prétexte qu’à leur petit niveau ils n’y peuvent rien, que tout cela se joue en haut, et qu’en haut, ils sont soit très compétents, soit incompétents, soit pourris selon les avis.

            Donc pour conclure, je suis contre un système qui “subventionne” les enfants dans un monde où les actions et/ou l’inaction des parents met en péril leurs avenirs. Mais il faut garantir l’égalité des chances devant l’éducation, et c’est à partir de là que doit commencer la solidarité par la politique d’aide familiale.

            Je rejoins en cela Christophe dans la mise en place de bons plutôt que de distribuer de l’argent, ce qui garantirait que l’argent investi par la nation va réellement à ce quoi il est destiné, c’est à dire à l’éducation des enfants, et non pas à des dépenses de confort comme les vacances au ski par exemple. Vu l’état du monde, subventionner un des sports qui a le plus mauvais bilan
            écologique est une aberration!

              +0

            Alerter
          • sgmsg // 09.06.2013 à 22h18

            Votre humour est très subtil.

            Autant que la pertinence du discours sur l’origine de homo sapiens qui n’a de sage que le nom de l’espèce qui se l’ait auto-octroyé-congratulé.

            « Intéressant » de la part d’un digne représentant d’homo « sapiens », de ne pas avoir toute la « sagesse » pour comprendre que « quiconque se donne la peine » est réservé à une minorité. Si il y a bien un fait avéré des études sur l’intelligence c’est qu’elle est accessible uniquement quand le milieu est favorable. Dit dans un langage clair, ce n’est pas une poignée de dollars qui transforme un milieu défavorable en milieu favorable.

            Pour ce qui est de la bonne gestion du budgets des Français. Vous aurez besoin de ce savoir-faire et je dirais même vous aurez besoin d’exceller … Vous ergoterez moins dans quelques mois lorsque la France ne paiera plus ni retraites, ni fonctionnaires et que le chaos d’une population surpeuplée et longtemps réprimée en déroute pèsera sur elle-même.

              +0

            Alerter
          • olivier m // 09.06.2013 à 22h54

            @sgmsg

            A moins que la France ne décide de supprimer le RSA ou que le chômage des jeunes double, il ne se passera rien, les français assistés resteront devant leur TV gratuite, et les autres continueront à payer leur impôts ou a chercher un boulot.

            Aucun d’eux ne s’apercevra au début de l’inflation galopante qui va indirectement servir à renflouer les banques. Cette inflation se trouve déjà dans le conditionnement des produits.
            A quoi servent les QE? à part inflater les actifs correctement surévalués, ce qui correspond en fait à déflater les actifs surévalués, au bénéfice des propriétaires qui perdent moins que ce qu’ils devraient, et au détriment des autres dont le pouvoir d’achat baisse. L’inflation générée devrait permettre de resolvabiliser les états. Objectif 30 à 40% d’inflation en 5 ans!

            On va tondre les moutons, ils vont avoir un peu froid le temps que la laine repousse, et ca ira peut-être mieux après, à condition de se débarrasser d’ici là de nos dépendances énergétiques aux hydrocarbures naturels.

              +0

            Alerter
        • Inox // 09.06.2013 à 19h59

          Oui entièrement d’accord, d’ailleurs temps qu’on y est, laissons tomber les faibles et aidons les forts, heu pardon, laissons tomber les pauvres et aidons les riches, après tout c’est la nature. Et puis finalement nous ne sommes pas assez intelligents et évolués pour transcender les lois inéluctables et primaires de la nature. Alors inutile de se culpabiliser en plus. J’en profite pour dire que l’Etat providence, c’est bien seulement pour les riches, ce sont eux qui en ont le plus besoin. C’est très dur et difficile d’être riche de nos jours.

            +0

          Alerter
          • sgmsg // 09.06.2013 à 21h00

            Pas la fin de l’état providence. Seulement la fin de l’encouragement à la reproduction surtout des plus pauvres. Les plus aisés sont quant à eux, ceux qui se reproduisent le moins.

              +0

            Alerter
            • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 12h06

              La conclusion qui s’impose est plutôt : réduisons les inégalité de revenus (et de diplômes car c’est lié) par le haut, ainsi nous n’aurons plus de pauvres, plus d'”étlies” capable de comprendre la politique, et en outre moins d’enfant ! Merci sgmsg donc avoir abondé malgré vous dans ce sens. Je doute en effet que votre proposition de ne plue aider les pauvres et de ne pas les laisser participer à la politique, arrive un jour à être majoritaire en France. Je crois même que c’est pour cela que le peuple à conforté la révolution en 1793. Il a même étendu le droit de vote au femme en 1945, et les aides sociales se sont largement accrues depuis les années 70 (jusqu’il y a 22 ans concernant le RMI/RSA comme le montre J. Gadrey dans son récent article : 22 ans de décrochage scandaleux du RMI/RSA en trois graphiques

                +0

              Alerter
          • sgmsg // 10.06.2013 à 13h49

            @Christophe Vieren.

            Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

            Le point est n’aidez pas les pauvres à se reproduire.

            C’est pourtant évident, que depuis qu’on aide les pays pauvres en soins médicaux, en campagne de vaccination, et apport alimentaire que cela a eu comme effet de déplacer dans le temps et en gravité le problème de surpopulation.

            La seule aide qui était indispensable était le contrôle des naissances. Permettant ainsi aux humains miséreux de sortir de leur misère, de se développer et de s’adapter à leur environnement.

            Donner une poignée de dollars est tellement simple, facile et déculpabilisant. Mais quand on veut vraiment aider quelqu’un, on le sort de son milieu, on l’isole des mauvaises influences de son environnement, on l’éduque avec soi, on développe son intelligence, on lui donne des modèles.

            Donner des dollars à des pauvres fait preuve de la pire des lâcheté, vous libérez votre conscience en payant votre ticket pour ce cirque. Et en plus vous vous assurez d’en revoir dans les quelques années qui suivront, car vous n’aurez rien fait de significatif pour améliorer la vie de ses pauvres bougres.

            En leur donnant aucune stimulation pour qu’ils se reproduisent, au moins vous leur donner un minimum de chance qu’ils se développent eux-mêmes.

              +0

            Alerter
            • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 14h07

              @sgmsg : je n’avia spas compris qu’il s’agissait des pauvres des pays pauvres. Au temps pour moi. Cela étant, je ne suis pas sûr que l’explosion démographique des pays “pauvres” soient lié à l’aide des pays occidentaux (via les ONG ou pas). Je n’ai jamais étudié cela de près mais je pense que l’origine est dû au simple fait que de tout temps la croissance démographique a été exponentielle dans la mesure où chaque femme donnait naissance à plus de 32 enfants encore vivant en âge de procréer. La vaccination ou autre apport médical ne joue qu’un rôle secondaire par rapport à l’émancipation des femmes. La pauvreté de ces pays associé à la prégnance de religions monothéistes à probablement fortement limité cette émancipation des femmes (la christianisatino de ces payx par l’occident et la France n’a pas dû aider non plus). Ce fût également ainsi en France et dans nombre de pays à religion monothéiste. Les Japonais et les Chinois ont eu la chance de ne pas être vicitme de celles-ci

                +0

              Alerter
          • sgmsg // 10.06.2013 à 14h33

            C’est une dynamique semblable dans les pays pauvres que dans les pays développés.

            Si vous encouragez des pauvres à se reproduire sans prise en charge, le résultat est le même.

            Pour la vaccination, c’est comme toutes les découvertes des humains, enfin presque si on omet la pilule et le condom, servent à déplacer la mésadaptation et la surpopulation des humains dans le temps.

            L’agriculture à permis de franchir la première barrière, mais comme le développement psychologique n’a pas suivi, au lieu d’améliorer la qualité de vie de tous, seulement une minorité en à profiter.

            Ainsi de suite avec les autres technologies, jusqu’à nos jours :
            – bétail
            – utilisation de l’énergie animal
            – irrigation
            – éolien, moulin à farine
            – industrialisation
            – mécanisation agricole
            – énergie fossile
            – fertilisation
            – hygiène
            – santé publique
            – etc.

            Maintenant les limites de l’agriculture sont repoussées grâce aux OGM. La nocivité est tellement patente que l’exploitation des OGM est pire que les bénéfices courts termes espérés: disparition des abeilles et d’autres insectes indispensables aux cycles de vie des végétaux et empoisonnement directement et indirectement les humains. C’est à dire que l’utilisation des OGM semble aboutir à une diminution de la population.

              +0

            Alerter
          • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 15h14

            Il fallait bien sûr lire ‘2’ enfants et non ’32’ dans mon précédent message

              +0

            Alerter
            • Incognitototo // 10.06.2013 à 15h35

              Je n’ai pas d’idée arrêtée sur le type de politique familiale qu’il faudrait suivre ; d’autant que plus qu’une politique familiale, je pense qu’il est bien plus important de mettre le paquet sur les politiques d’éradication de la misère (par l’éducation, la culture, la satisfaction des besoins basiques, et cetera)… Mais certains trouveront sûrement que c’est trop “incitatif” à se reproduire… Pas du tout (même si ce n’est pas toujours vrai dans tous les cas), les statistiques et études sociologiques corrèlent plutôt “misère, bondieuseries et reproduction intensive”, et son corollaire “éducation, développement économique et limitation des naissances”.

              Par contre, la surpopulation est un vrai sujet, et on ne peut pas envisager l’avenir sans se demander, (comme déjà rappelé dans les commentaires précédents) : est-ce bien raisonnable de continuer à nous multiplier dans un environnement aux ressources finies ?… À l’évidence, non.
              Après c’est plus que compliqué d’aller dire à qui que ce soit “d’arrêter de procréer” – y inclus dans les pays pauvres – plus que le niveau de renouvellement de la population ne le demanderait…

              Pour information, une grande partie des raisons significatives qui motivent l’émigration chinoise, est totalement corrélée à la politique de l’enfant unique, qui a été insupportable pour une majorité de Chinois (au point que dans certaines Provinces les locaux se sont organisés pour cacher les enfants en surnombre, et que des agents de recensement ont été assassinés)…

              Encore pour information, Levitt et Dubner, dans “Freakonomics”, argumentent et corrèlent totalement la baisse de la criminalité aux USA, avec la libéralisation de l’avortement ; prenant à contre-pied toutes les disputent idéologiques (répression/prévention) habituellement avancées et débattues, pour expliquer cette baisse…

              On est donc bien dans des problèmes qui ne réagissent pas du tout à des politiques “d’affrontement direct” (comme très souvent d’ailleurs), mais bien à des contextes culturels, sociologiques et économiques très variés…

              Pour le reste, je suis assez pour que les pauvres arrêtent de se reproduire comme des lapins, mais je ne vois pas d’autre manière de les en empêcher, qu’en faisant qu’ils ne soient plus pauvres et en les éduquant pour qu’ils aient le choix… Et puis, je ne viens pas d’une famille tout à fait pauvre, mais pas loin, et avouez que ça serait dommage que je ne sois pas là 😉

                +0

              Alerter
          • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 15h47

            Rien de plus à rajouter au dernier post d Incognitoto : il faut aider à l’émancipation féminine. Regardez l’Iran (pourtant plombé par le monothéisme), un exemple parmi d’autre : le taux de fécondité a chuté de 8 à 2 en 35 ans, parallèlement à l’émancipation des femmes. Mais s’agissant de pays tiers, il est délicat d’aller s’ingérer dans leur décisions.

            Quand à la proposition “ne plus aider les pauvres à se reproduire” dans note pays, au delà de l’aspect éthique, le problème serait de définir techniquement ce qu’est un “pauvre” ! Cela étant je suis totalement opposé à toute mesure discriminatoire sur le droit ou non à avoir des enfants, et sûrement pas en fonction de la richesse matérielle.

              +0

            Alerter
          • sgmsg // 10.06.2013 à 16h52

            @Incognitoto

            Cela serait vrai, si les humains n’étaient pas déjà en surpopulation. Les humains ont la fâcheuse pensée magique que si ils agissent bien maintenant, cela effacera les péchés antérieurs seront pardonnés ou réglés.
            On parle d’une population en équilibre autour de 500 000 habitants et nous somme prêt de 20 fois plus. Les biologistes pensent qu’ils probablement trop tard. Donc ce n’est pas avec des voeux pieux et quelques mesurettes que l’on va se prémunir d’une grande catastrophe démographique.

            L’immigration chinoise n’existe que parce dans nos pays soit-disant civilisé ou l’éducation baisse la natalité, on remplace la dénatalité par une émigration débridée. Ce qui est du pareil au même, mais avec des problèmes raciale en prime. Du grand n’importe quoi.

            Je n’ai rien à dire contre l’avortement, si ce n’est que si les humains étaient en harmonie avec leur essence animal, ils ne compulserait dans la sexualité et n’aurait pas à se faire avorter pour réparer les conséquences de leur perversion, comme cela se retrouve chez les loups.

            L’humilité, c’est comprendre que notre absence ne changerait rien à l’utilité de existence. Mais notre absence changerait surement la qualité de vie des autres, qui eux pourraient être aimés à leur juste valeurs.

            @Christophe Vieren

            Pour ce qui est de l’émancipation de la femme. Elle sera émancipée quand elle sera femme en accord avec son essence et non à tenter de copier bêtement les comportements mâles.

            Si vous voulez vraiment émancipé les femmes, arranger vous pour qu’elles viennent au monde dans des familles qui les protègeras jusqu’à temps qu’elle trouve chaussure à son pied.

            À voir les avortement sélectif de fillette dans les pays du tiers-monde et maintenant dans nos pays car pas plus brillant qu’il faut en important les problèmes avec les immigrants. Ou encore l’adoption internationale des fillettes chinoises.

            À voir comment les jeunes femmes sont chassées de la maison familiale et qui ne leur laisse le choix que de prendre le premier dégénéré qui lui fait un sourire.

            Il faudrait peut-être revoir la notion d’émancipation de la femme.

            —-

            Un pauvre, c’est quelqu’un qui a besoin de l’aide l’état pour joindre les deux bouts. Quelqu’un qui ne mange pas à sa faim. Quelqu’un qui peine à subvenir à ses seuls besoins, quelqu’un qui ne comprend pas sa société…

            C’est vrai, pourquoi se baser sur le critère de richesse matérielle? Il n’y a pas une internaute ici qui s’intéresse au blogue d’OB pour s’enrichir. Tous sans exception c’est pour être plus pauvre:

            Vous pouvez m’envoyer vos surplus, j’en ferai bon usage. N’oublier pas de laisser la commission à OB au passage.

              +0

            Alerter
            • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 21h31

              @sgmsg : je ne suis pas sûr d’avoir tou compris à votre dernier message (en partculier : “Elle sera émancipée quand elle sera femme en accord avec son essence et non à tenter de copier bêtement les comportements mâles. “ ???).
              Mais apparemment on ne donne pas le même sens à “émancipation”. Concernant votre définition de pauvre, il dépend donc beaucoup de la politique menée, certains pays disposent, à richesses matérielles égales (=PIB/tete), de beaucoup plus de pauvres que d’autres. En outre ces critères “Quelqu’un qui peine à subvenir à ses seuls besoins, quelqu’un qui ne comprend pas sa société…” sont plus que subjectifs. Qui décide du seuil de “besoins” qu’il faut satisfaire (Bernard Tapie apparemment est un pauvre de ce point de vue là, DSK aussi sur un autre plan) ? Qui décide du seuil de compréhension de la société (selon moi, vous ne comprenez pas votre société et, selon vous, probablement je ne la comprend pas).

                +0

              Alerter
            • Incognitototo // 11.06.2013 à 01h53

              @ Christophe,

              Assez d’accord avec toi, et tes doutes… D’autant qu’il semble bien qu’il n’y ait qu’une corrélation secondaire entre fécondité et pauvreté… Cuba qui a un PPA 4 fois inférieur à celui de la France a un taux de renouvellement de 1,77… Il semble bien que la culture et l’éducation (99,7 % d’alphabétisation pour Cuba) soient le meilleur moyen de réguler la fécondité à la baisse… à moins que ce ne soit la dépression (Cuba a le plus fort taux de suicide de l’Amérique latine), ou encore la dépénalisation de l’homosexualité (depuis 1979 à Cuba, soit avant la France, en 1982) …
              C’est dingue ce que c’est compliqué de trouver des données indiscutables sur ce genre de problématiques… mais ce qui est sûr c’est qu’il y a plein de cofacteurs en jeux…

              @ sgmsg,

              Je ne suis pas du tout sûr de vous suivre, qu’est-ce que vous proposez concrètement pour faire face au problème de la surpopulation ?

                +0

              Alerter
          • olivier m // 10.06.2013 à 17h01

            Promouvoir l’émancipation des femmes, ça me paraît être indiscutable!
            Tout comme orienter en priorité les aides vers les enfants qui en ont le plus besoin.

            Il me paraît aberrant de “suventionner” des enfants qui auront, de part leur environnement familial, toutes les chances d’être employables, alors qu’on ne parvient pas à financer une seconde ou troisième chance à des 10aines de milliers d’enfants nés dans des environnements familiaux difficiles. Pas plus qu’aux chômeurs de longue durée…

            La politique familiale de la France consiste à favoriser la natalité pour ensuite ne pas mettre les moyens nécessaires pour s’assurer au minimum que ses enfants sachent au moins lire, écrire et compter. C’est totalement absurde quand on vit dans un monde de plus en plus automatisé et dépendant des technologies.

            La future employabilité de nos enfants doit être l’élément directeur de la politique familiale que l’on doit imaginer. Vu les prévisions d’augmentation importante de l’espérance de vie, et l’accélération des progrès techniques que l’on connaît déjà grâce à l’informatique, leurs métiers n’auront rien à voir entre leurs débuts et fins de carrières.

            Je pense qu’il faut repenser entièrement la formation initiale et la formation professionnelle. La formation initiale devrait se limiter aux bases: lire, écrire, compter, maîtriser 4 ou 5 langues, curiosité, esprit critique. La formation professionnelle continue prend ensuite le relais jusqu’à la retraite. L’Etat prend a sa charge la formation initiale, les entreprises gèrent la formation professionnelle continue. Et je ne pense pas que le mammouth y soit perdant! 😉

            Une fois qu’on a des enfants curieux et qui savent se servir de leurs cerveaux -esprit critique-, on a de bonnes chances d’obtenir des adultes employables à vie car aptes à apprendre de nouvelles choses et donc à s’adapter.

            S’il faut rendre les crèches obligatoires -sortir les enfants de leur milieu au plus tôt – afin d’y arriver, je n’y vois aucun inconvénient. Ce sera au contraire bon pour l’économie.

              +0

            Alerter
            • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 21h09

              Tout à fit : plus on donne de chances à tous les enfants, plus il y aura de chance que les meilleurs soient aux postes où ils apporteront le plus à la collectivité. Un peu comme en sport de compétition : plus le sport est pratiqué par la population, plus on à de chance de détecter le meilleur. C’est bien pour cela que certains pays excellent dans certains sports et pas dans d’autres, toutes choses égales par ailleurs bien sûr (infrastructures, encadrement, alimentation, …).

                +0

              Alerter
          • olivier m // 10.06.2013 à 17h29

            @sgmsg

            “Pour ce qui est de l’émancipation de la femme. Elle sera émancipée quand elle sera femme en accord avec son essence et non à tenter de copier bêtement les comportements mâles. ”

            J’ai comme l’impression que les femmes s’émanciperont de leur nature avant que les hommes n’y arrivent… mais s’il ne s’agit évidemment pas d’une course, seul l’objectif compte.

            Mais ne soyons pas trop pessimistes: les asexués se multiplient! 😉 L’espèce humaine va peut-être naturellement arriver à s’adapter aux résultats de son inconséquence… en disparaissant! 😉

              +0

            Alerter
      • Youpi // 09.06.2013 à 18h06

        Vos réponses dépassent mon imagination et…me térrifient !!
        On ne se connais pas mais je serais curieux de connnaitre vos ages respectifs.
        Pour ma part j’ai 47 ans avec 2 enfants (5 et 9 ans).
        J’emets une hypothèse : vous faites partie du troisième age. Celui ou on a oublié l’apport des enfants à la société (l’énergie, un cerveau neuf sans à priori, un bousculeur d’idées acquises, et plus techniquement un futur cotisant du régime de retraite et de l’assurance maladie ou il coute moins cher qu’un vieux). Le troisième age ou on trouve que les jeunes ne sont que bruit, perturbation, delinquance, …. Sauf ceux qu’on connait. Bref, le troisième age de la décomposition du vieil occident. Celui du terreau des nationalismes.

          +0

        Alerter
        • olivier m // 09.06.2013 à 19h24

          Hypothèse erronée: 41 ans, sans enfants.

          Vous qui avez des enfants, les auriez-vous faits sans les allocs?
          D’après ce qu’il se dit, personne ne répond non à cette question

          Rappel: la connerie ne dépend pas de l’âge.

          Le troisième âge actuel manque en effet beaucoup d’ouverture d’esprit. Je fais bien plus confiance à ma génération et aux suivantes pour devenir un troisième puis quatrième âge lucide.

          Think out of the box.

            +0

          Alerter
    • lsoulages // 09.06.2013 à 17h38

      Ce que je crois :
      D’après E.Todd (anthropologue) et H. Le Bras (démographe) qui ont étudié la question, comparée à l’Angleterre et à l’Allemagne, on peut attribuer aux spécificitées du système social Francais environ 0.3 points d’indice conjoncturel de fécondité (France = 2 ; Angleterre = 2 ; Allemagne = 1,4, chiffre de début des années 2000 je crois). Le reste s’explique par des différences culturelles, essentiellement liées aux différences de formes familiales entre ces 3 pays, la France étant un mélange (régionalement diversifié) des cas anglais et allemand.

      Ces auteurs (mais j’avais déjà entendu cela) souligne que les aides financières directes liées à la “possession” des enfants n’est pas la plus efficace. Le plus efficace au niveaest ce qui favorise travail + enfant des femmes (je ne dis pas des couples mais bien des femmes) et ce qui favorise l’autonomie et légalité financière des femmes par rapport aux hommes en général et à leur conjoint en particulier.

        +0

      Alerter
    • orgent // 09.06.2013 à 19h22

      Les familles qui n’ont qu’un enfant ne bénéficiaient pas des allocations familiales, mais du quotient familial. Ce seront les grandes perdantes, tous revenus confondus.

        +0

      Alerter
  • Bastien // 09.06.2013 à 07h40

    Bonjour,

    Belle intervention dommage que vous n’ayez pas assez, à mes yeux, la parole.

    Ce serait super que vous soyez sur “intégrale placement” avec “les points sur les i” comme Olivier Delamarche ou Philippe Béchade !

    Bonne journée et encore Merci !

      +0

    Alerter
  • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 07h47

    Très bien Olivier. Très bon rappel qu’une dépense publique peut n’être qu’une dépense privée issue de recettes (santé, retraites, …) passant par un organisme collecteur public (Sécu). Très bonne analogie avec le forfait portable : ce n’est pas parce que la dépense est privée qu’elle n’existe pas (e.g. dépenses de santé – essentiellement privées – aux USA >> aux dépenses – essentiellement publiques – de santé en France) !

      Est-ce un hasard (j’avoue ne pas avoir regardé Les experts depuis un certain temps mais là c’est dimanche !) ou cela se généralise-t-il : au vu de cette édition, j’ai l’impression que les désaccords entre les invités se réduisent. On va finir par s’ennuyer même si les arguments de tes “opposants” (puisque mis en face de toi) n’étaient souvent pas de haut niveau (pas pour cette édition mais pour les précédentes). N’iraient-ils pas chercher leur argumentaire exclusivement au FMI, à l’OCDE, …. plutôt que par leurs propres analyses à partir des VRAIS chiffres comme tu le fais si bien, ou chez des analystes “alter” (clin d’oeil à Alternatives économiques mais pas seulement) ?

      +0

    Alerter
  • Epsilon // 09.06.2013 à 10h18

    Cette émission ressemble juste à un outil de propagande de gros lobbies…Doze et les autres intervenants semblent faire comme si Olivier n’existait pas. Olivier prend la parole, on le laisse parler bien poliment, mais personne ne réagit, on change de sujet. On ne sait pas si ses interlocuteurs n’ont pas compris ce qu’il disait (ce n’est quand même pas très technique) ou si ils considèrent que ça ne vaut pas la peine d’y répondre.
    J’imagine que dans le cas de la sécurité sociale/assurance privée, leur espoir est de pouvoir faire des économies non seulement sur certaines médications inutiles, mais aussi sur celles qui sont utiles. En quelque sorte, de baisser leurs dépenses de santé pour augmenter leurs dépenses de consommation courante.
    Et de façon générale, le débat sur cette chaîne est tordu, les animateurs étant des nervis du court-termisme, de l’individualisme, de la concurrence et pire, de l’idée absurde que le politique aurait pour mission première d’adapter l’humain à l’économie, et non l’inverse.

      +0

    Alerter
    • olivier m // 09.06.2013 à 11h37

      Vous n’avez pas tord.

      Quand j’entends, par exemple Mr Lechypre, expliquer que l’origine de la crise actuelle est dans une bulle immobilière américaine (il n’y aurait donc pas de bulle immobilière en Europe? lol), et, un autre jour, que le libéralisme a démontré son efficacité depuis 60 ans, je me demande s’il est compétent ou s’il est seulement accroc aux intérêts à deux chiffres? Il semble comprendre qu’il y a des bulles, mais pense que l’argent créé par les banques et qui a alimenté ces bulles n’a joué aucun rôle dans la croissance de 1990 à 2008…

      Madelin gagnerai aussi à accepter sa part de responsabilité dans cette crise. Il semble avoir oublié qu’il fut ministre: ni responsable ni coupable… Heureusement qu’il semble bien informé et qu’il a parfois des éclairs de lucidité, car sinon je me demanderai vraiment quelle crédibilité il peut apporter à BFM Business.

      Plus globalement, BFM Business est à l’image du journalisme français: très peu d’esprit contradictoire, ou très rapidement avant de revenir inlassablement aux basiques de l’endoctrinement libéral des 20 dernières années.

      L’épisode des pigeons est révélateur de cela. Je n’ai entendu personne rappeler que ces entrepreneurs sont surtout pigeonnés par les multinationales. Multinationales qui, elles, font d’énormes bénéfices, ne paient presque pas d’impôts, et font leurs marges par une pression excessive sur leurs fournisseurs que forment les PME. Pigeonnés par l’état UMPS oui c’est certain, mais surtout par leurs trop gros clients!

        +0

      Alerter
      • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 12h31

        Fabrice écrit :“Multinationales qui, elles, font d’énormes bénéfices, ne paient presque pas d’impôts, et font leurs marges par une pression excessive sur leurs fournisseurs que forment les PME.”. Ce à quoi je rajouterais “se partagent les marchés publics” retrouvant une partie des impôts qu’ils ne paient pas ou presque. Un exemple ? Grand-stade de Lille : Eiffage pour le stade, Vinci pour les parkings . Université de Lille1 : Dalkia (Veolia ex-Vivendi) pour le chauffage, Dell pour l’informatique, Konica pour les photocopieurs, . . .

          +0

        Alerter
        • olivier m // 09.06.2013 à 15h54

          Ce sont aussi ces multinationales qui profitent le plus des subventions, les PME n’ayant souvent pas les compétences et moyens d’en profiter elles aussi.

          Ce qui nous ramène à la deuxième partie de la vidéo des experts au passage (14ème minute) sur la représentativité du MEDEF: sondage Gattaz 29%, Roux de Bézieux 58% des entreprises. Au final, Gattaz sera élu car ce sont les fédérations qui votent et non pas les entreprises…

          Avec un concept de démocratie (cf le putsch de Parisot lol) qui semble aussi avancé que celui pratiqué par l’UMP, ce n’est surement pas le MEDEF qui rétablira l’équilibre nécessaire pour que entrepreneurs ne se voient plus comme des pigeons.

          I have a dream…
          Après les printemps arabes, turc, un printemps au MEDEF?

            +0

          Alerter
    • Surya // 09.06.2013 à 16h35

      Plus le temps passe, moins j’écoute l’émission. Il est vrai que ça tourne souvent en rond mais c’est le format qui veut ça (l’actualité économique du jour / de la semaine / du week end), mais ce sont tout le temps les mêmes invités, et à 95% ils ressortent toujours le même discours (ils sont tous passés par le même centre d’endoctrinement ?); les plus insupportables étant Madelin tous les mardis et Jean-Marc Daniel.

      C’est assez saisissant d’ailleurs la variation du niveau des invités, entre Jean-Louis Mullenbach et agnès verdier-molinié (je crois qu’au niveau café du commerce on a jamais fait plus fort qu’elle…)

        +0

      Alerter
      • krugkeyrty // 09.06.2013 à 19h00

        vous avez raison surya

        de même pour moi

        c’est tjs pareil et pas très intéressant

        La pire c’st verdier molinié diplomée d’histoire et qui fait de la compta à la petite semaine en oubliant et/ ou en ignorant le bouclage macroéconomique.

        C’est la différence entre un think tank et un chercheur. Le premier a déjà trouvé et passe son temps à vouloir avoir raison. Le deuxième n’a pas d’à priori et teste ses hypothèses.

          +0

        Alerter
      • BOURDEAUX // 09.06.2013 à 19h20

        D’accord avec vous sur les 2 plus insupportables. Mais je vous suis moins sur VERDIER-MOLINIE : elle bosse pour l’IFRAP, dont les positions libérales sont connues. Elle défend en gros l’idée selon laquelle il faut s’affranchir au maximum du rôle de l’état dans l’économie.
        J’ai commencé à fréquenté ce blog en me disant libéral, mais les analyses d’Olivier m’ont amené à remettre en causes beaucoup de mes convictions, sans pour autant les avoir remplacées par d’autres. Faut-il faire d’avantage confiance à l’état et sa grosse machine administrative pour corriger les inégalités ? L’histoire nous enseigne –t-elle réellement qu’il est efficace pour le faire ? Si l’on est vraiment , comme je le suis, attaché à cet objectif – la correction des inégalités, l’harmonisation des sociétés dans le respect des libertés individuelles – on doit pouvoir se poser la question de l’efficacité des arbitrages entre l’état redistributeur ou la société civile. C’est pourquoi j’apprécie beaucoup par exemple quand OB démontre que la comparaison des coûts d’administration des différentes sécu des pays développés relativise beaucoup les critiques qui se font en France sur le coût de la nôtre.
        Je sors un peu du sujet, mais regardez le récent débat sur la fameuse taxe à 75% sur les revenus au-delà d’1M€ : Serait-ce efficace en terme de correction des inégalités ? Au risque d’en énerver certains, je crois qu’il serait bien plus efficace que le législateur contraigne, par des ratios qui resteraient à définir, les entreprises à diminuer la taille des fossés qui séparent les plus hauts revenus des plus bas : cela éviterait des transferts d’argent par bercy, et garantirait un effet redistributeur plus « direct ». Dans certains cas, il le semble que l’état serait donc plus efficace en utilisant juste son pouvoir de contrainte, plutôt que de toujours utiliser le canon fiscal, très efficace pour prendre, mais pas vraiment pour rendre…

          +0

        Alerter
        • Hajik // 10.06.2013 à 01h04

          Le problème c’est que nous ne pouvons pas la faire seul cette taxe.

          Par exemple dernièrement la France à voter (avec deux autres pays je crois) pour la taxation des panneaux solaires chinois (subventionner) et devinez quoi ? Les Chinois étudie une taxe douanière sur le vin…

          Les autres pays sont encore plus pourris que le notre, certains ne voudront jamais instaurer des mesures pour réduire les inégalités (et c’est une majorité), ce qui nous empêches de le faire sans nous suicider.

            +0

          Alerter
  • krugkeyrty // 09.06.2013 à 10h54

    les experts, c’est radio medef et/ou radio madelin.

    Le rève des libéraux de réduire la protection sociale.

    Ce qui est dommage c’est que l’on raconte bien souvent n’importe quoi dans cette émission.

    Alors merci de votre discours sur la dépense publique.

    Vous pourriez également rappeler que les prélévements obligatoires (po) ne sont pas des prelevements et que dans d’autres pays on paye autant (46% en france 28% aux usa) mais que la différence n’est pas socialisée.

    Je n’ai par ailleurs jamais entendu évoquer la notion de po consolidés et non.

    Des experts en commerce, oui. En économie non.

      +0

    Alerter
  • Fabrice // 09.06.2013 à 11h29

    Effectivement les invités vous ignorent allègrement (peur de n’avoir pas les arguments pour répondre à vos arguments ?) personnellement je pense que leur but n’est pas de réduire les dépenses de sécurité sociale mais bien de développer ce marché à des sociétés privées (à terme je pense que leur cible sera les mutuelles) qui permettront le reversement de dividendes…

      +0

    Alerter
  • Baratribord // 09.06.2013 à 12h42

    En effet, je suis moi même victime de Malakoff en ayant l’obligation de payer cette mutuelle négociée par les syndicats et ma société. Je suis furieux car c’est une atteinte à la liberté individuel quand au choix du prestataire ! Est-ce d’ailleurs légal ces accords de groupe, quel est le droit qui s’applique ?

      +0

    Alerter
    • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 13h14

      M’enfin, c’est pas toi qui paye la mutuelle, c’est l’employeur qui te fait un cadeau. Les charges sociales de l’employeur, c’est pas une partie de la plus-value que le patron (= les actionnaires) se fait sur ton dos, c’est une part de son profit qu’il t’offre parce qu’il t’aime bien. Allez, chante : “Merci patron, merci patron. Quel plaisir de travailler pour vous. On est heureux comme des fous, …” Merci patron ! par les Charlots.

        +0

      Alerter
      • step // 09.06.2013 à 14h36

        il y a la situation intermédiaire aussi ou le “merci patron” verse 10/15% de la cotisation, à charge au salarié de payer les 85% restant mais seulement à la mutuelle choisie, ou comment perdre sa liberté de choix contre des clopinettes (style 10E/mois).

          +0

        Alerter
        • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 19h22

          Ah ouais. J’ignorais. Merci pour la précision. Je pensais que le gentil patron il prenait la totalité de la complémentaire à sa charge vu que c’est lui qui choisit (avec certes les syndicats représentatifs si j’ai bien compris).

            +0

          Alerter
  • Toto // 09.06.2013 à 12h53

    Moi je me pose des questions au niveau de la représentativité du MEDEF, qui a bien su mener sa barque en s’imposant dans tout les débats.

    La CGPME, l’UPA, l’UNAPL, on en entend JAMAIS parler; c’est gens là n’ont absolument pas la parole.
    Il y a quand même plus de petites et moyennes entreprises que de grands groupes, alors pourquoi la CGPME n’apparait pas dans les médias?
    Fainéantise et facilité habituelle des journalistes qui cherchent l’interlocuteur qui passe bien à la caméra sans s’intéresser aux autres représentants des patrons.
    Il y a eu un véritable travail de fond aux alentours de l’an 2000 pour s’imposer et prendre le micro dans tout les débats de la part du MEDEF.
    Môssieur le baron de Seillière a fait un bon boulot à ce niveau là (beaucoup moins en tant que patron : kikoo Air Lib).

      +0

    Alerter
  • Blackisto // 09.06.2013 à 14h30

    J’exagère un peu mais cette édition devient intéressante à partir de la 16ème minute, partie 2.

    Sur tout ce qui a avant, la parole est confisquée.

      +0

    Alerter
  • fabien775 // 09.06.2013 à 15h01

    J’ai remarqué plusieurs fois que la plupart des intervenants n’apportaient pas de réponses aux interventions d’Olivier et ce, à chaque fois qu’ il est invité à cette émission. Je pense simplement qu’ils n’ont rien à répondre tant le discours d’ Olivier est pertinent. Cela donne l’impression qu’ il est l’invité témoin.

      +0

    Alerter
    • olivier m // 09.06.2013 à 16h14

      A force d’entendre Olivier Berruyer, ils finiront bien un jour -enfin!- à penser en dehors de la boîte. Une vraie discussion -pas un dialogue de sourds- pourra alors s’établir. OB me semble largement assez serein, patient et déterminé pour que ce jour arrive. Son sourire complice avec Nicolas Doze au sujet de la démocratie MEDEF (cf video partie 2 ci-dessus) me laisse à penser qu’OB est sur la bonne voie.

        +0

      Alerter
    • BOURDEAUX // 09.06.2013 à 20h25

      D’avantage qu’une question de pertinence, je pense que c’est plutôt la conséquence d’une différence de mise en perspective: les intervenants chez DOZE sont majoritairement “la tête dans le guidon”, préoccupé surtout par une résolution de cette crise à court terme, contrairement à Olivier qui aborde presque toujours les questions par une approche long-terme ET globale, c’est à dire pas limitée à l’approche économique, ce qui rend toujours évidemment ses interventions singulières.

        +0

      Alerter
  • Incognitototo // 09.06.2013 à 15h52

    C’est drôle, personne ne trouve anormal le statut des auto-entrepreneurs… qui exonère d’un certain nombre d’obligations et permet des cotisations réduites… Personne ne se demande qui paye les compléments ?… Ni même si c’est bien normal d’autoriser des gens à exercer des métiers réglementés sans qualification ?… Ou encore, si cette nouvelle forme d’exploitation de l’homme par lui même n’est pas la dernière entourloupe pour vider artificiellement les listes de Pôle Emploi…

    Mais la palme des faux-culs revient sans conteste aux organisations artisanales et libérales qui demandent entre autres, à être alignées sur le régime avantageux de cotisations des auto-entrepreneurs… Petit Quiz…

    Depuis, 1992, les entreprises soumises à l’IS, qui réalisent plus de 760 K€HT de CA (plafond actuel), payent une « Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés » (CSSS) de 0,16 % (taux actuel) assise sur leur Chiffre d’Affaires ; ceci, pour renflouer un organisme social chroniquement en déficit depuis sa création ; de quel régime s’agit-il ?

    La bonne réponse : il s’agit du RSI (Régime Social des Indépendants, anciennement l’Organic). À l’origine, la CSSS a été spécialement créée pour pallier aux déficits chroniques des régimes de protection sociale des non-salariés, c’est-à-dire à la fois du régime d’assurance maladie-maternité des travailleurs non salariés et des régimes d’assurance-vieillesse des professions mentionnées aux articles L.621-3, L721-1 et L.723-1 du code de la sécurité sociale.

    Depuis 2005, elle est affectée aux régimes d’assurance maladie et d’assurance-vieillesse des professions artisanales, industrielles et commerciales et des professions libérales, ainsi qu’au profit des fonds de solidarité vieillesse mentionnés à l’article L.135-1 du code de sécurité sociale et du fonds de réserve pour les retraites mentionné à l’article L.135-6 du même code.

    Vous comprenez mieux pourquoi, on n’entend jamais les indépendants (toutes catégories confondues : artisans, commerçants, libéraux, …) s’exprimer sur leurs protections sociales. Alors même qu’ils n’ont droit ni aux allocations chômages, ni aux indemnités journalières en cas de maladie. En fait, ils savent bien qu’ils ne peuvent rien demander de plus, vu qu’ils payent déjà beaucoup moins que ce qu’ils coûtent (et ont toujours coûté), et supportent beaucoup moins de charges sociales sur leurs revenus nets que les salariés (50 % en moins de charges, environ, par rapport à un salaire net, soit en gros la moitié) ; et cela fait longtemps, puisque dès la création de leur statut particulier (1948), l’État, puis la Sécurité Sociale des salariés, puis les entreprises ont toujours pourvoyé à combler les déficits chroniques de toutes leurs branches.

    À propos du différentiel de charges sociales, il est étonnant que personne ne remarque que ce passe-droit inique introduit une distorsion de concurrence (si chère, aux libéraux bon teint) sur les coûts de revient, entre ces indépendants et les entreprises qui font le même travail avec des salariés ! Et ce n’est certainement pas l’absence d’allocations chômages et d’indemnités de maladie, qui peuvent justifier que les entreprises payent en plus pour leurs concurrents !!! Aussi, c’est vraiment gonflé que les indépendants crient eux-mêmes à la concurrence déloyale de la part des auto-entrepreneurs…

    Les syndicats, patronaux et salariés, ont laissé faire, comme d’habitude, pour de mauvaises raisons, et personnellement, j’aimerais bien savoir ce que cela a déjà coûté à la collectivité… surtout pour que ces catégories puissent continuer, presque impunément, à faire partie des « fraudeurs fiscaux habituels », bien loin des sommes détournées par les entreprises internationales, mais quand même, bien plus en moyenne qu’un salarié ordinaire…
    Rappelons cependant qu’ils ne sont pas les seuls à bénéficier des largesses de l’État, des entreprises et de la Sécurité Sociale des salariés, certains régimes spéciaux – tels les agriculteurs ou encore les marins ou encore l’Opéra de Paris (oui, un régime pour eux tout seuls avec la Comédie Française) et bien d’autres – profitent également des « aides » mises en place au titre de la « compensation démographique » (Sic !).

    Le système paritaire actuel est vraiment devenu fou…

      +0

    Alerter
    • vigneron // 09.06.2013 à 16h25

      Et les privilèges gigantesques des intermittents du pestacle, maître toto, c’est au titre de quoi, de quelle compensation ? Ah oui, l’exception culturelle bien sûr…

        +0

      Alerter
      • Surya // 09.06.2013 à 16h38

        Je me demande comment vous pouvez extrapoler ça de son message…

          +0

        Alerter
        • vigneron // 09.06.2013 à 16h43

          Vous savez lire surya ? “certains régimes spéciaux – tels les agriculteurs ou encore les marins ou encore l’Opéra de Paris (oui, un régime pour eux tout seuls avec la Comédie Française) et bien d’autres – profitent également des « aides » mises en place au titre de la « compensation démographique » (Sic !).”

            +0

          Alerter
        • Incognitototo // 09.06.2013 à 16h54

          Laisse tomber Surya… Comme Vigneron s’exprime toujours par ellipse, c’est impossible de savoir ce qu’il pense vraiment… Tout le jeu consiste à ce que tu penses qu’il dit noir, pour qu’il puisse te dire qu’il pense blanc, mais surtout que t’as tort de penser ce que tu penses… 😉

            +0

          Alerter
          • vigneron // 09.06.2013 à 16h59

            Pas de noyage de limande Maître toto. Quid de mon objection ?

              +0

            Alerter
            • Incognitototo // 09.06.2013 à 17h12

              Quelle objection ? Quelle pensée et même quelle information ? Je comprends pas un mot de ce que vous dites…
              Faut développer un peu avant, sans élipse, sans sous-entendu et sans raccourci, si vous souhaitez une quelconque réponse…

                +0

              Alerter
          • vigneron // 09.06.2013 à 17h17

            Tu te fous de moi ou tu l’es vraiment ? Le monsieur te demande ton avis sur le régime des intermittents puisque tu causes si à l’aise de régimes favorisés.

              +0

            Alerter
            • Incognitototo // 09.06.2013 à 17h23

              Non, non, je ne me fous pas de toi… Personnellement je ne sais pas construire de pensée en langage SMS, ni en essayant de deviner ce que l’autre essaye de me dire…

              Et si tu nous donnais, toi, ton avis sur le statut des intermittents du spectacle… ça serait pas mieux ?
              D’autant que ce n’est pas du tout le sujet de mon commentaire, donc je ne vois pas le rapport.

                +0

              Alerter
          • vigneron // 09.06.2013 à 17h37

            “Pas le sujet de ton commentaire” ? Donc tu te fous bien de moi et des autres avec… Tu causes de régimes de protection censément privilégiés, je te demande “Et les privilèges gigantesques des intermittents du pestacle, maître toto, c’est au titre de quoi, de quelle compensation ?” Et tu captes pas le rapport ni la question ? C’est du grandiose maître, si si vraiment…
            Le régime des intermittents est proprement scandaleux selon moi.

              +0

            Alerter
            • Incognitototo // 09.06.2013 à 17h47

              Ha bon, et c’est quoi les privilèges des intermittents du spectacle ?

              Il ne t’aura pas échappé que je traite du régime des indépendants… et que la sortie sur quelques régimes spéciaux de salariés est juste là pour montrer que les délires ne sont pas que dans ce régime…
              Non accessoirement, tu me parles sur un autre ton, sinon, je coupe. Les urgences psy sont fermées le dimanche…

                +0

              Alerter
          • olivier m // 09.06.2013 à 19h36

            @vigneron

            je vous conseille de lire ce billet http://www.les-crises.fr/miscellanees-2013-06-05/

            Petit extrait:
            “VI. Commentaires

            Des dérives se produisant de plus en plus fréquemment, je rappelle que les commentaires ne sont ni un forum ni un tchat.

            Leur but est de confronter des points de vue, de nourrir le débat et la réflexion, dans le respect mutuel. Pas de s’invectiver.

            Je vais donc mettre en place une politique de rappels et bannissements temporaires puis définitifs.

            J’aimerais ne pas en arriver à devoir interdire les commentaires sur ce blog…

            Je compte sur vous…”

              +0

            Alerter
          • vigneron // 09.06.2013 à 20h10

            L’humour du comptable… toujours aussi navrant. On attend toujours le jugement définitif de maître toto sur le régime des intermittents et autres permittents du spectacle dans le cadre de son verdict tout aussi définitif sur le système paritaire en général…
            Mais bon, venant d’un expert-comptable de l’évasion fiscale qui n’avait jusqu’à hier jamais entendu parler d’Antoine Peillon…

              +0

            Alerter
          • Christophe Vieren // 09.06.2013 à 20h16

            @VIGNERON ET INCOGNITOTOTO : pourriez-vous, S.V.P arrétez vos échanges qui tourne au crépage de chignon ? Puisque Incognitototo a un blog, poursuivez-y donc votre “discussion” qui apparemment n’intéresse plus que vous deux. D’avance merci

              +0

            Alerter
            • Incognitototo // 09.06.2013 à 20h55

              @ Christophe,

              Heu, je pense que tu fais fausse route… ce genre d’échange ne m’intéresse pas du tout, tel que je l’ai signalé dès le début…
              Par contre, c’est vrai que je n’ai pas résisté pour savoir jusqu’où cet excité avec la bave aux lèvres était capable d’aller dans l’invective, la paranoïa, l’insulte, la projection, les pensées délirantes (quand on pense savoir ce que pense l’autre sans qu’il n’ait jamais rien dit, ça s’appelle du délire), la bêtise et la méchanceté crasse… je pense que je suis servi.

              Mes plus plates excuses à tous, je le referai plus.

                +0

              Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 10.06.2013 à 06h27

            Bonjour Olivier,
            Vos billets traitent souvent des inégalités.
            Dans un souci d’assurer un traitement plus “égalitaire”, il aurait été utile de bannir les deux pour une semaine.
            Cordialement.

              +0

            Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 10.06.2013 à 07h57

            Pour compléter mon commentaire :

            Ma remarque est neutre.

            De plus, je n’ai peut-être pas tous les éléments de la problématique car je prends juste connaissance des derniers commentaires.

            Ma remarque aborde du sujet les inégalités(traité dans plusieurs billets) dans un souci d’assurer un traitement plus “égalitaire”.

            Olivier, vous vous « fatiguez » à expliquer pourquoi il est important de réduire les inégalités, c’est donc fort dommage que tous vos beaux efforts soient balayés en une seule fois.

            Bien cordialement.

              +0

            Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 10.06.2013 à 16h05

            @incognitototo vous dites « et si vous me permettez….»

            Ma remarque était neutre, je l’ai bien précisé.
            Et mon commentaire ne vous était pas destiné.

            Excusez-moi mais lorsque nous lisons les derniers écrits en survolant, vous ne semblez pas être une victime dans vos derniers écrits, je vous cite « je n’ai pas résisté pour savoir… »

            Egalement, j’ai fait un complément à mon commentaire pour bien exprimer que je n’ai peut-être pas tous les éléments de la problématique car je prends juste connaissance des derniers commentaires.

            Olivier m’a répondu.

            Je fais confiance à Olivier comme je l’ai toujours fait.

            Votre commentaire n’a pas d’utilité.

            Je m’excuse donc sincèrement pour ma remarque générale et neutre.
            Mille excuses.

            Je vous saurai donc gré de ne pas donner suite à mon commentaire.

            Merci.

              +0

            Alerter
            • Incognitototo // 11.06.2013 à 02h14

              @ Vénus-Etoile du Berger

              Chère Madame,

              A priori quand on écrit sur un forum, même si c’est en s’adressant à quelqu’un en particulier, c’est pour rendre publique et partager une information ou une position… Exiger que tous ceux qui vous lisent se taisent, surtout s’ils sont en désaccord, est pour le moins étonnant ; d’autant que vous avez parfaitement la possibilité d’écrire directement à Olivier si ça ne doit concerner que lui.

              Je ne vois aucune neutralité dans les propos que vous avez tenus, puisque vous remettiez en cause la décision d’Olivier, en affirmant une position de principe en soi discutable, et tout en vous mêlant d’un problème dont vous dites vous-même que vous n’avez pas toutes les données…

              Aussi merci de me laisser juger par moi-même, dans le cadre des règles de ce forum, si mes commentaires ont une utilité ou pas…

              Bien cordialement.

                +0

              Alerter
          • Vénus-Etoile du Berger // 11.06.2013 à 08h32

            Cher monsieur,

            Vous jugez constamment autrui, c’est fort pénible.

            Vous me prêtez également des mots que je n’ai pas écrits, c’est vraiment très pénible.

            Les commentaires sont destinés à exposer ses idées sur le billet, non pas à parler des autres commentateurs.

            Olivier avait pris soin de répondre à ma remarque neutre, c’était donc suffisant.

            En plus, j’ai pris la peine de m’excuser, vous n’en avez pas du tout tenu compte.

            Etes-vous le seul à avoir droit aux excuses ?

            Je vous saurai donc gré de ne surtout pas donner suite à mon commentaire.

            Merci.

              +0

            Alerter
  • Alain34 // 09.06.2013 à 18h14

    J’ai décidément beaucoup de mal avec cette obsession du taux de natalité élevé.
    Alors que l’on sait bien que la croissance ne peut être infinie, que la durée de vie s’est sacrément allongée, que l’on va au devants de gros problèmes de ressources naturelles, que la compétitivité toujours plus élevé fait qu’il y a de moins en moins de boulot pour les gens…
    La course en avant !
    On se moque en permanence des Allemands et des Japonnais avec leur population vieillissante (ce qui est normal vu l’allongement l’espérance de vie) mais quand ils vont avoir ‘digéré’ leur baby boom, ils se retrouveront avec une pyramide des ages raisonnable, une population raisonnable, du travail, de quoi loger tout le monde, etc etc…

      +0

    Alerter
    • ploi // 12.06.2013 à 15h06

      D’après wikipedia, densité du Japon : 349 hab./km2 ; densité de l’Allemagne : 230 hab./km2 ; densité de la France : 114 hab./km2 (métropole) ou 97 pour l’ensemble.

      Donc on a une bonne marge, je pense.

      Pour la pyramide, je préfère la nôtre : http://populationpyramid.net/France/2010/

      en comparaison de : http://populationpyramid.net/Germany/2010/

      et : http://populationpyramid.net/Japan/2010/

        +0

      Alerter
      • Christophe Vieren // 12.06.2013 à 18h18

        @Ploir : et la pyramide de la population mondiale, qu’en penses-tu ? Sachant qu’il faut nourrir loger, habiller, déplacer, soigner, toute la population tant qu’à faire ?
        Et si vraiment on a plus assez de jeunes pour nous permettre la retraite, il n’en manque pas sur Terre. Tant que nous continuerons à avoir une vision nationale, nous continuerons à aller dans le mur.

          +0

        Alerter
        • ploi // 12.06.2013 à 19h18

          Je dis que j’en sais rien. Mais qu’avant de régler les problèmes du monde entier, on n’a qu’à commencer par s’occuper des nôtres.

          Qu’il doit être possible de faire qu’en France, l’ensemble de la population puisse de nourrir, se loger, s’habiller, … sans problème.

          Que je trouve risqué de compter sur une hypothétique aide extérieure plutôt que sur celle de tes compatriotes.

          On fait quoi si les gens sur qui tu comptes veulent pas venir chez nous? S’ils trouvent que c’est mieux chez eux où en plus ils ont pas à payer pour des vieux boulets?

          Et par rapport à ta dernière phrase, tu proposes quoi? Parce qu’on a déjà du mal à se mettre d’accord à l’intérieur d’un même pays, alors compter qu’on se mettre d’accord à 200 pays… Ça me paraît légèrement ambitieux 😉

            +0

          Alerter
          • Christophe Vieren // 12.06.2013 à 20h20

            @Ploi : ben je propose de réduire notre solde démographique naturel et de compléter, si vraiement c’est utile, par de l’immigration. T’inquiètes, les candidats pour fuir les dictatures ou la famine ne manquent pas. Et ne sons pas prêts de manquer. En terme de PIB/per capita(PPA) il reste 185 pays derrière nous selon le pire de nos classements (CIA). Et nombreux loin derrière.

              +0

            Alerter
          • ploi // 12.06.2013 à 21h21

            @Christophe Vieren (Le 12 juin 2013 à 20h20)

            Ça a l’air d’être ce que cherchent à faire les allemands. On verra ce que ça donne.

            Dans ton plan, je te souhaite bon courage pour expliquer aux gens de ne plus faire d’enfant et en même temps de faire venir des immigrés….

            D’autant que y a pas que l’économie dans la vie. En termes géopolitiques, culturels, moins on sera nombreux et plus les rapports de force seront à notre désavantage.

              +0

            Alerter
  • ThomBilabong // 09.06.2013 à 18h34

    Bonjour, nous sommes dimanche 9 juin. Impossible de voir les vidéos ni sur iPhone ni sur tablette androïd. Normal ?

      +0

    Alerter
    • Incognitototo // 09.06.2013 à 18h44

      A priori un problème local… parce que ça fonctionne chez moi… Cependant, il y a quelques minutes le serveur devait être en surcharge (“error 505” ; ce qui est quand même fort bizarre un dimanche, à moins que vu le temps, on soit tous scotchés à nos ordi 😉 )

        +0

      Alerter
    • ThomBilabong // 09.06.2013 à 20h13

      Ah ouf. J’ai un Pc de secours vieux comme D’elle… 🙂

        +0

      Alerter
  • descaves // 09.06.2013 à 19h19

    je trouve la video de olivier pertinente, comme toujours mais nicolas Doze est vraiment affligeant d’ultra-liberalisme. Dans toutes ces phrases il insinue que le pays est en déconfiture et que le pays est mal gouverné. On sent bien que si il avait son mot à dire il ferait passer sarko et madelin pour de gentils gauchos. Pourtant son travail devrait lui avoir montré que les pays qui ont choisi cette voie (le marché, rien que le marché) depuis 30 ans se trouvent dans la meme impasse que nous.
    Alors certes on est tres loin de la perfection en ce moment chez nous, mais si il veut s’exiler aux USA (avec 50 millions de personnes qui mangent grace à des tickets de nourriture) qu’il y aille, il ne nous manquera pas.

      +0

    Alerter
  • tepra // 09.06.2013 à 22h32

    bonjour,
    je vous écoutais sur radio ici et maintenant, et est trouvé ça toujours très intéressent.
    mais vous parliez de l incompétences de nos dirigeant nationaux ou européens. ils s entêtent dans la mauvaise direction…vous y voyez de l incompétences, j y vois une intention!la crise a bon dos pour casser notre modèle social et détruire les nations européennes. moi je les trouve tres compétent dans leurs taches et arrive parfaitement a leurs fins. il y a bien une stratégie pour permettre un mondialisme dirigée par une oligarchie apatride….

      +0

    Alerter
    • Christophe Vieren // 10.06.2013 à 12h20

      Bien évidemment qu’il ne s’agit pas d’incompétents. Ils ne servent pas les mêmes intérêts que 95% (a minima) de la population.

        +0

      Alerter
  • BenL // 09.06.2013 à 23h30

    Je suis un observateur silencieux qui prend plaisir a lire certains intervenants ou/et commentaires et qui essaye d’apprendre toujours en economie et sur la finance. Aujourd’hui je suis tout simplement outré et scandalise par des ecrits sur la natalite, les enfants et la veillesse. Avoir des enfants fait parti d’une decision du couple de prolonger un amour par un don a la vie. A lire certains, si des couples n’ont pas les moyens ils ne devraient pas procreer… cela me depasse. En aucun cas l’economie devrait etre un motif pour une consideration humaine. Je trouve que le modele societal actuel ne convient plus aux peuples et que l’importance du modele economique doit en etre diminuer. L’argent ne devrait servir que le modele societal et non l’inverse. Je prefere cent fois discuter avec un homme au sens general qu’avec un billet de banque. A lire certains , pour vivre heureux vivons sans les enfants et les vieux. Ils ont oublie certainement qu’ils ont ete enfants et qu’ils finiront vieux. Ils oublient egalement que beaucoup de savants sont issus de milieux modestes.

      +0

    Alerter
    • Hajik // 10.06.2013 à 01h34

      Je crois que personne n’a parlé d’argent mais bien de ressource, qui sont limités vous comprenez ? Pour manger, il faut de l’engrais et par exemple nous avons le pic de production du phosphore qui sera probablement atteint en 2030, pour l’instant à part recycler nos déjections (ça coûte cher en énergie et métaux) et l’espoir d’un champignon qui améliorerait l’assimilation du phosphore par les plantes il n’y aucune alternative.
      Les sources de phosphore sont essentiellement des déjections d’oiseaux/chauve souris concentrés là pendant des MILLIONS d’années et que nous allons épuiser en 300 ans…

      Maintenant si vous savez construire un synthétiseur et une centrale nucléaire à fusion vous pouvez nous envoyer les plans et vous pourriez “donner la vie” au temps de fois que vous en aurez envie…

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Synth%C3%A9tiseur_%28Star_Trek%29

        +0

      Alerter
  • Stumpjumper // 10.06.2013 à 11h46

    Vaste débat passionnant que celui de la politique de la natalité :
    Certains pays ont une politique dé-nataliste volontariste comme le Japon ou la Chine par exemple.
    Et oui, avoir des enfants coûte très cher à la collectivité.
    Et oui, la terre est aujourd’hui sur-peuplée par rapport aux ressources disponibles (le pic des matières et énergies).
    Des pays comme la France ont misé à fond sur la croissance de leur population par tous les moyens possibles comme la natalité favorisée et l’immigration massive.

    Mais faute de ressources, nous allons tous, ou tout au moins l’immense majorité d’entre-nous, nous appauvrir. Et ça a déjà commencé ….

    La meilleure solution à moyen terme consistera à réduire le nombre de têtes “gloutonnes” bien que cela aille à l’encontre des règles de la nature comme l’instinct de reproduction, le goût pour la croissance, et la fameuse “volonté de puissance”.
    Cette réduction de population se fera de façon volontaire comme au Japon ou en Chine, ou bien de façon subie avec des épidémies ou des guerres.

    Mais on n’y échappera pas, sauf à croire aux miracles de la technique qui nous sauvera tous et permettra de s’affranchir de la limitation des ressources disponibles et permettra l’accroissement perpétuel de la productivité.

      +0

    Alerter
  • yoananda // 10.06.2013 à 22h14

    Le retour de l’industrie … comme si ca signifiait le retour des emplois … lol
    Ce sont juste des robots qui sont installés, cf la robolution (3ème révolution industrielle) : http://www.youtube.com/watch?v=fB7TI_ggfqY

      +0

    Alerter
  • norbert // 11.06.2013 à 08h05

    Bonjour
    d’habitude je survole les commentaires et en fonction de ceux-ci j’y passe un peu de temps pour approfondir mes connaissances. Mais la, ou d’ailleurs, j’aurais du zapper de suite j’ai été surpris de lire les commentaires de certains intervenants, dont l’argumentation, le sens des propos me laisse perplexe quand à la capacité cognitive de l’individu reste bien loin du pragmatisme nécessaire à son évolution. Toute vérité n’est pas à dire pour le commun des mortels mais l”information se doit de circuler dans le respect d’autrui sans y être contraint par le bannissement. Nous vivons dans une société ou l’espace de liberté apparait comme libre et pourtant celui-ci est de plus en plus martelé. Tout support média doit rétablir la vérité sur le pourvoir de la manipulation.
    Yoananda@ votre commentaire est une réponse au nouvel ordre mondial.

      +0

    Alerter
  • Ded // 11.06.2013 à 08h38

    Se payer 1/2 heure de BFM TV (La TV ultra libérale qui oublie que l’état subventionne les entreprises à hauteur de 200 milliards) pour quelques remarques judicieuses.
    Bof !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications