Les Crises Les Crises
25.janvier.202025.1.2020 // Les Crises

Ces financiers qui dirigent le monde BlackRock

Merci 2428
J'envoie

Source : Arte, Youtube, 23-09- 2019

En dehors de Wall Street, qui connaît BlackRock, le plus puissant gestionnaire d’actifs de la planète ? Enquête sur un acteur discret mais influent de la vie économique et politique mondiale.

Si l’argent ne fait pas le bonheur, il ouvre sans nul doute les portes du pouvoir. Une maxime que le groupe de gestion d’actifs BlackRock, avec ses 6 000 milliards de dollars américains passés, soit plus de deux fois le PIB de la France, connaît bien. Sociétés, gouvernements et banques centrales : l’entreprise tentaculaire ne cesse d’étendre son influence dans toutes les directions, depuis sa création, en 1988, par Larry Fink.
La force de ce géant américain de la gestion réside dans les milliards de dollars que lui confient ses clients, pour la plupart des gros poissons de la finance : multinationales, institutions financières et fonds d’investissement ou de pension. Grâce à cette manne financière, le groupe a mis le grappin sur de nombreuses multinationales.
Actuellement, BlackRock est entre autres présent dans le capital d’Apple, de Microsoft, de Facebook, de McDonald’s, de Siemens, ainsi que de nombreuses entreprises du CAC 40.
Non content d’investir dans les entreprises les mieux cotées du monde, le gestionnaire d’actifs est aussi dans les petits papiers de gouverneurs de banques centrales, de ministres des finances et même de chefs d’État, à qui il prodigue de précieux conseils. Et pour cause : il dispose non seulement des meilleurs experts financiers, mais aussi d’un algorithme de prévision conjoncturel sans égal,
Source : Arte, Youtube, 23-09- 2019
(4 500 milliards de dollars d’actifs gérés...)

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 25.01.2020 à 09h17

« Grâce à cette manne financière, le groupe a mis le grappin sur de nombreuses multinationales. »

Ainsi que sur les représentants de nos « démocraties » représentatives.
Le cours des actions doit être soutenu artificiellement (Plunge Protection Team). Les taux d’intérêts décidés de manière indépendante (des Etats, des citoyens). Les taux de change figés (peg de l’euro) ou bien soigneusement contrôlés (ententes entre banques). Le taux de change or/papier contrôlé au profit du papier (fixing de Londres), parce que le papier, c’est moderne depuis Gutenberg (crédit) alors que le métal, c’est une relique barbare (propriété).

Ce n’est plus du « marché libre », c’est du très grand banditisme en bande très organisée, et très dangereuse. Elle est belle, notre « démocratie ». Il faut faire partie des 20% du haut (bourgeoisie) pour y croire encore, avec des trémolos dans la voix.

61 réactions et commentaires

  • Kiwixar // 25.01.2020 à 09h17

    « Grâce à cette manne financière, le groupe a mis le grappin sur de nombreuses multinationales. »

    Ainsi que sur les représentants de nos « démocraties » représentatives.
    Le cours des actions doit être soutenu artificiellement (Plunge Protection Team). Les taux d’intérêts décidés de manière indépendante (des Etats, des citoyens). Les taux de change figés (peg de l’euro) ou bien soigneusement contrôlés (ententes entre banques). Le taux de change or/papier contrôlé au profit du papier (fixing de Londres), parce que le papier, c’est moderne depuis Gutenberg (crédit) alors que le métal, c’est une relique barbare (propriété).

    Ce n’est plus du « marché libre », c’est du très grand banditisme en bande très organisée, et très dangereuse. Elle est belle, notre « démocratie ». Il faut faire partie des 20% du haut (bourgeoisie) pour y croire encore, avec des trémolos dans la voix.

      +121

    Alerter
    • Danjou // 25.01.2020 à 09h39

      Et c’est plus facile de faire tourner la photocopieuse à biftons que de trouver de nouveaux gisements d’or !

        +16

      Alerter
    • Daniel // 25.01.2020 à 10h12

      Ne serait-ce pas la définition d’une Oligarchie financière ?
      le pouvoir dans les mains de quelques puissants n’ayant à cœur que leurs intérêts propres.
      A quand une action contre eux ?
      Il y a l’exemple historique du Glass Steaggal Act : loi anti-trust faite par F.D.Roosevelt pour lutter contre les conglomérats financier est à reproduire aujourd’hui.
      suite à cette loi, il est possible de mettre en liquidation judiciaire tout le secteur financier en faillite (Deutch Bank, SG etc …)
      A cela, il faudra forcément effacer les dettes illégitimes : le critère de sélection est de ne garder que les dettes reliées directement au physique ou à une activité humaine (adieu la spéculation)
      puis que chaque Nation reprenne le contrôle de l’émission monétaire.
      Alors, on se rapproche plus d’un monde où chaque pays peut décider de son avenir par lui même (si le peuple est à la hauteur)

        +42

      Alerter
    • Emmanuel // 25.01.2020 à 11h30

       » Il faut faire partie des 20% du haut (bourgeoisie) pour y croire encore, avec des trémolos dans la voix.  »
      La classe en question devrait mieux y réfléchir. Selon Emmanuel Todd il n’y a que 0,5 à 1 pour cent de la population qui continue à s’enrichir en France ; le niveau de vie du reste de la population, soit 99 à 99,5 pour cent (excusez du peu), a commencé à décliner significativement, et ce n’est qu’un début.
      Voilà pourquoi il n’y a pas – à première vue – d’accroissement des inégalités patrimoniales dans notre pays, exception faite de la frange très supérieure déjà mentionnée. Sans ce détail révélateur, on pourrait même feindre que le pays ne va pas si mal.

        +28

      Alerter
      • Recits d’Yves // 27.01.2020 à 16h05

        Le dernier livre de Todd semble être passionnant sur ce sujet.
        C’est pourtant visible. Le déclassement social à commencé dans les années ’70 par les couches intermédiaires pour atteindre les cadres moyens dans les années 2000.
        En 2020, c’est le tour aux cadres sup’ mais cela sera un plus difficile car ces derniers s’accrochent encore à leur église néolibéral..

        Un point que Todd n’a pas relevé (mais jepense que ce n’est pas le sujet d’étude de son ouvrage).
        Si les ouvriers et assimilés, ont obtenu dans le passé des avancées sociales importante, c’est plus que le patronat avait besoin d’eux comme organes de l’appareil de production (il fallait des gens en bonne santé physique, morale, financière).
        Or ce type d’emplois semble destinés a être mécanisé ou robotisé dans les années à venir. Aussi, pourquoi le patronat contribution au bien être social de cette population si elle ne lui sert plus à rien?
        Mieux, pourquoi chercher à lui assurer une retraite convenable?
        Et plus encore, n’y a t-il pas nécessité à « aider la planète à débarrasser la planète de ces être violents et qui ne comprennent rien tel que les Gilets Jaunes » ?
        Le vieux rêve de l’entre-soi absolu, peut être?

          +4

        Alerter
    • Excfdt // 25.01.2020 à 23h20

      Votre article sur black rock est la parfaite illustration pourquoi le banquier a été élu, par les Banquiers pour les Banquiers et surtout pour mettre au pas le petit pauple ces salauds de pauvres vont pas nous emmerder nous les énarques qui avons la science infuse alors oui le méprisant président vas faire en sorte que le peuple de France soit sous ‘e joug de ses amis de black rock

        +9

      Alerter
  • isidor ducasse // 25.01.2020 à 09h49

    Ou comment la classe dirigeante américaine achète la France avec leurs collaborateurs euro-atlantistes qui crachent sur la souveraineté de la nation.
    L’union européenne a été conçue pour permettre la privatisation de toute l’économie et la destruction des états nations protecteur du bien public.
    Quant à Blackrock c’est la filiale d’une banque publique américaine, PNC Bank:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/PNC_Financial_Services
    Tous ceux qui veulent rester dans l’UE nous livrent aux appétits financiers de cette cours internationale dont le Versailles se trouve à Washington.

      +51

    Alerter
    • sergeat // 25.01.2020 à 10h38

      Tant que nos dirigeants de droite comme de gauche seront formatés par les « young leader » cela continuera .

        +31

      Alerter
    • EugenieGrandet // 25.01.2020 à 13h36

      Pnc bank, ce n’est pas « la » filiale, ce n’est qu’ « une » filiale, et en plus minoritaire. Pnc Bank ne détient que 22% de Blackrock.
      Avec ça, vous ne contrôlez pas grand chose. Vous influez mais ne contrôlez pas.
      D’ailleurs Blackrock ne pèse « que » 80 milliards de dollars.
      A comparer aux Microsoft 1 000, Amazon 950, Apple 920, Alphabet (Google) 780, Facebook. 550, Berkshire W Buffet 500, Alibaba 450, Tencent 430, Visa 380, Johnson 375.

        +3

      Alerter
      • Narm // 25.01.2020 à 22h44

        mais si le vent se met à soufler, tout cela ne pèse plus rien 😉

          +1

        Alerter
        • Papagateau // 25.01.2020 à 23h48

          Mais comme ils possèdent les médias, ils possèdent le vent.

            +10

          Alerter
  • Julien // 25.01.2020 à 10h43

    Attention ceci n’est pas un appel à la révolution juste une suggestion, ces gens qui dirigent le monde puisque propriétaires de toutes les richesses sont quelques milliers dans le monde. Nous sommes des milliards. Il suffit juste d’aller les déloger. Voilà bonne journée 😉

      +22

    Alerter
    • Catalina // 25.01.2020 à 12h04

      les déloger est compliqué mais on peut aussi empêcher les livraisons, couper l’eau, l’électricité, ça nous, les petites mains, on sait le faire ! et puis ça peut se faire absolument partout ! en même temps !
      ;o)
      Et ceci je le précise est une science-fiction, en aucun cas un appel à une révolution. Puisque j’ai encore le droit d’écrire de la SF, (ou pas ? )
      ;o)

        +13

      Alerter
    • EugenieGrandet // 25.01.2020 à 13h44

      Si vous les délogez sans changer le système, d’autres prendront leur place.
      Il faut les taxer à 70 voire 90% sur les dernières tranches (comme dans les années 60 – celle des trente glorieuses)
      Là vous récupérerez des marges de manœuvre financière pour de la redistribution.
      Ils menacent de quitter la France, qu’ils partent.

        +18

      Alerter
      • barbe // 25.01.2020 à 15h06

        Une seule chose à faire, qui les embêtera vraiment : reprendre collectivement la création monétaire ; donc sortir de la monnaie dette, celle par laquelle on devient esclave de ce système ; faire que le seul moyen de s’enrichir soit par le travail, et non par la dette, la prise de risque…

          +16

        Alerter
      • Anouchka // 25.01.2020 à 17h50

        Qu’il partent. Mais alors qu’ils rendent aussi leur passeport, comme aux US. Alors ils apparaîtront pour ce qu’ils sont, des apatrides.

          +5

        Alerter
    • Arno // 26.01.2020 à 00h21

      « Attention ceci n’est pas un appel à la révolution » : Pourquoi ? Les modérateurs d’OB sont contre la révolution, ici ?

        +3

      Alerter
  • Macarel // 25.01.2020 à 10h50

    Je crois que l’on se trompe ici de cible, si les financiers « dirigent aujourd’hui le monde », c’est que les politiciens qui sont sensés nous représenter – nous le peuple-, ont volontairement « donné les clés du camion » à ces mêmes financiers.

    Cela se vérifie plus particulièrement dans le cadre de l’UE, où les lobbies de toute sorte pullulent à Bruxelles. Et où des gens non élus imposent des règles économiques qui favorisent le capital au détriment du travail à tous les peuples de l’union. Ces mêmes gens non élus ne sont aucunement tenus de respecter les choix faits par les peuples dans les cadres nationaux, et les dirigeants nationaux se plient aux directives de ces gens non élus (souvenons-nous de la façon dont a été foulé au pied le chois du peuple français en 2005, lors du référendum sur le TCE).

    A l’Assemblée Nationale. La Luxembourgeoise Viviane Reding, Vice-présidente de la Commission européenne, Commissaire européenne à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté, est reçue par des parlementaires français. Sur le ton de l’évidence, elle leur assène : « Il faut lentement mais sûrement comprendre qu’il n’y a plus de politiques intérieures nationales. Il n’y a plus que des politiques européennes partagées dans une souveraineté commune. »

    https://www.youtube.com/watch?v=yBRCZPypyyM&list=PLXJa1eyN_t2nT3kXaxms-JgwX9dpwFl2F

    Que veut dire souveraineté européenne commune, lorsqu’il n’y a pas de peuple européen, et que les politiques déclinées dans chaque nation, sont décidée dans le cadre d’un aéropage constitué de gens non élus ???

      +37

    Alerter
    • Catalina // 25.01.2020 à 12h11

      bah surtout qu’on avait dit non !!! nous aurions du être plus vigilants et réactifs après 2005…
      Donc nous avions dit non et on nous a imposé un système que nous avions REJETTE !
      En France l’UE n’est pas légitime, le peuple s’est auto-déterminé contre elle. Je pense donc que Tous les traités signés sont caduques depuis 2005. et qu’il l faut un audit sur le budget du pays ! sur la dette, sur les dépenses de l’état !

        +8

      Alerter
      • Macarel // 25.01.2020 à 12h31

        Si notre démocratie n’étaient pas « zombifiée » par notre appartenance à « l’Empire Maastrichtien » (comme dirait Onfray), le Président, en vrai homme d’Etat -au vu du chaos économique et social dans lequel est plongé le pays- convoquerait un référendum sur : « Notre maintien ou pas dans l’UE et l’euro », sur le Frexit si l’on veut simplifier.

        Mais, notre démocratie étant une démocratie zombie, et le Président n’étant que le gestionnaire local de l’Empire, cela n’aura pas lieu. Et la chute du pays dans le chaos économique et social va croître et embellir. Jusqu’où faudra-t-il aller dans la décrépitude, pour que les français ouvrent les yeux, et se rendent compte que l’on veut les sacrifier sur l’autel de ce nouveau type de Veau d’or qu’est l’euro ??? La France pays de masochistes ?

          +15

        Alerter
        • Cornelius // 25.01.2020 à 19h22

          Macron n’est que le Gauleiter de la province France. Le pouvoir est ailleurs, seuls ceux qui ne veulent pas voir l’évidence continuent de participer à la mascarade démocratique. Sans moi.

            +6

          Alerter
    • Narm // 25.01.2020 à 22h57

      anticonstitutionnel ! point

      mais que fait la police ! !

      et là dessus macron et son parlement franco allemand, les italiens qui ont inventé une monnaie depuis 8 mois maintenant …..

      NON Macarel
      machiavel jupiter sarkolande ont été soigneusement mis en place avec la com qui va avec

      le peuple subit, depuis le moyen age. Les seigneurs sont dans l’ombre aujourd’hui. mais il suffit de regarder pour qui nos présidents ont travaillé.

      Ce qui m’étonne c’est que l’on semble découvrir black machin qui fait la une depuis des années…

        +2

      Alerter
  • Macarel // 25.01.2020 à 11h07

    Dans son discours prémonitoire de 1957, Mendes-France avait écrit :

    « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale.

    Si la France est prête à opérer son redressement dans le cadre d’une coopération fraternelle avec les autres pays européens, elle n’admettra pas que les voies et moyens de son redressement lui soient imposés de l’extérieur, même sous le couvert de mécanismes automatiques. »

    https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article526

    Or depuis le tournant « européiste » de la rigueur de 1983, tous nos dirigeants élus dans notre cadre national ont amendés notre Constitution dans un sens qui a pour résultat, que c’est de l’extérieur que nous sont imposées les politiques économiques qui ont une incidence directe sur la vie des gens. Et ce processus s’est singulièrement accéléré avec les quinquennats Sarkozy, Hollande et Macron. Macron utilisant les méthodes les plus brutales pour imposer ces choix décidés à l’extérieur hors de tout cadre démocratique.

    N’en déplaise à Macron, la démocratie dans ces conditions n’est plus qu’une coquille vide, et la dictature n’est plus loin.

      +35

    Alerter
    • Chris // 25.01.2020 à 16h04

      « finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale ».
      Mendes-France en fait, parlait de la mondialisation qui se mettait en place au XXe siècle, pour aboutir à la fameuse gouvernance mondial via l’empire américain, nation « exceptionnelle »(*) qui n’a rien à envier à un autre peuple… lui aussi élu !

        +1

      Alerter
    • Chris // 25.01.2020 à 16h04

      (Suite)
      Celle qui inspirait Kissinger lors d’une réunion du groupe Bildenberg en 1992 :
      « Aujourd’hui, les Américains seraient scandalisés si les troupes de l’ONU entraient à Los Angeles pour rétablir l’ordre; demain, ils leur en seraient reconnaissants. Cela est particulièrement vrai si on leur disait il y avait une menace extérieure d’au-delà, réelle ou promulguée, qui menaçait notre existence même. C’est alors que tous les peuples du monde imploreront les dirigeants du monde de les délivrer de ce mal … les droits individuels seront volontairement abandonnés pour la garantie de leur bien-être qui leur est accordée par leur gouvernement mondial. »
      * un exceptionnalisme qui remonte à loin…
      Dans un discours tenu le 9 janvier 1900, le sénateur Albert Beveridge avait déclaré : «Il [Dieu] a placé en nous le don de gouverner afin que nous donnions un gouvernement aux peuples sauvages et séniles. Sans une telle force, le monde retomberait dans la barbarie et la nuit. Et de toutes nos races, il a désigné le peuple américain comme sa nation élue pour commencer la régénération du monde.»
      Le même sénateur avait affirmé quelques années plus tôt (en 1894) : «Le sol de notre pays produisant bien au-delà de nos besoins, notre destinée est de nous approprier le commerce mondial.»

        +1

      Alerter
      • Catalina // 26.01.2020 à 06h25

        ben dis donc, Dieu a mis le temps à créer ce pays et après tout les autres, on se demande pourquoi le bleu de la classe se prétend le chef !!! lol
        Les USA à peine 300 ans d’existence et ça veut donner des leçons aux autres .? lol
        Ils me font penser à l’enfant roi, le petit tyran qui est de plus en plus présent dans les foyers français, normal, ce petit tyran est élevé à la sauce us et oublie ses origines culturelles, qu’on ne vienne pas me parler de la culture du maghreb qui soi disant nous envahit, quand on regarde notre mode de vie, c’est bien les influences d’une pseudo culture us qui nous a envahit avec ses trucs de réalité, sa bouffe dégueu, ses films violents, etc, son égoisme érigé en vertu, son manque d’empathie pathologique….

          +4

        Alerter
        • Anouchka // 26.01.2020 à 12h07

          Je comprends (et partage) votre colère, catalina. Mais n’oublions pas que les US ont été créés par des Européens, par les « hommes superflus » dont parlait Arendt dans son livre sur l’impérialisme.
          Les US sont le fruit du capitalisme européen.
          Vous évoquez l’esprit « parvenu » qui caractérise ce jeune pays. On pourrait comparer leur arrogance à celles de l’Allemagne wilhelmnienne, elle aussi jeune pays « parvenu » qui ambitionnait de dominer les vieux pays d’Europe qui l’avaient précédée dans le développement. On sait comment cette arrogance s’est terminée, lorsque, frustrée dans ses ambitions de domination, l’Allemagne n’a pas voulu accepter sa défaite.
          Que se passera-t-il lorsque les US engrangeront défaite militaire sur défaite militaire (ce qui est déjà un peu le cas). Un fauve n’est jamais autant dangereux que lorsqu’il est blessé.

            +1

          Alerter
          • Anouchka // 26.01.2020 à 12h28

            On dit souvent que ce qui a rendu possible la « rupture civilisationnelle » du nazisme, c’est la brutalisation des masses consécutive à la grande guerre.
            Et on ajoute que ce contexte de brutalisation par la guerre n’existe plus aujourd’hui.
            Rien n’est plus faux. Par le biais des médias, nous baignons dans un univers de violence d’autant plus décomplexé qu’il nous parvient de manière virtuelle, déréalisé.
            J’ajouterai que la psychose environnementale dont nous sommes abreuvés quotidiennement est susceptible de provoquer les mêmes effets psychologiques sur nous que les phantasmes « d’extinction raciale » qui avaient cours en Allemagne au sortir de la grande guerre: les Allemands d’alors, eux aussi vivaient alors dans la hantise que les ressources viennent à leur manquer (hantise renforcée par leur expérience du blocus à la fin de la guerre) et que certains groupes sociaux (« raciaux » selon les idées de l’époque) avaient l’intention de les anéantir en tant que peuple.
            On retrouve ce genre d’imaginaire exterminationniste aujourd’hui lorsque l’on anticipe ce qui pourrait se passer du fait des bouleversements climatiques.

              +2

            Alerter
  • gelmad // 25.01.2020 à 11h26

    Le problème, en France, c’est que les français votent comme s’ils étaient des milliardaires ! Le résultat est qu’ils élisent des gens qui ne feront pas une politique qui ira dans le sens de l’intérêt général mais dans celui du capital financier international !
    Peut-être qu’un jour ils ouvriront les yeux? Mais ça va être long, car après le non respect du vote de 2005, ils continuent soit à voter pour les mêmes, et là c’est grave, soit à voter pour certains qui n’ont pas vraiment de programme économique d’intérêt général!

      +21

    Alerter
    • grumly // 25.01.2020 à 11h55

      Il y a toujours une tendance à voter pour celui qui semble le meilleur, ça doit être un reste psychologique laissé par l’évolution, quelque part les électeurs cherchent une aristocratie. Tant que les électeurs votent pour ceux qui se présentent comme des winners, ceux qui ont le mieux réussi, qui sont le plus rassembleurs, on aura des gens qui savent mentir et cacher leurs mauvais côtés, donc des élus pires que des gens qui se présenteraient comme normaux. Est-ce que Hollande se présentait vraiment comme normal ? En tout cas il a caché son jeu à une partie des électeurs.

      Je pense qu’il faudrait un système de tirage au sort, peut-être même avec plusieurs assemblées par thème, renouvelées souvent pour éviter la granularité. Mais en fait je pense que naturellement, une assemblée tirée au sort aurait quand même un peu tendance à se considérer comme supérieure, rien que de faire partie d’une élite (même une élite tirée au sort) et d’être au milieu de toutes les dorures de l’assemblée, je pense que les gens auraient plus tendance à voter à droite qu’en temps normal.

      D’ailleurs je me demande s’il y a une étude sur l’influence du bureau de vote sur le vote des électeurs. Est-ce qu’on vote plus à droite quand il y a des dorures et des boiseries dans le bureau de vote par rapport à un bureau dans une école maternelle ?

        +3

      Alerter
      • Catalina // 25.01.2020 à 12h30

        Vous savez, il y a des gens qui dorment dans la rue, dans leur voiture, les élus pourraient bien travailler dans du mobilier simple, ne pas boire du champagne à chaque occasion, ne pas dépenser l’argent public en superflu, et nous de faire ainsi de conséquentes économies, je serai curieuse de savoir combien nos représentants dépensent précisément d’argent public en restaurants, hôtels de luxe, ils pourraient tout aussi bien prendre un restaurant moins cher, etc, etc,

          +5

        Alerter
        • Narm // 25.01.2020 à 23h04

          y a plus simple, le coup des deux avions du ministre pour revenir « rapidement »

          ailleurs les élus paye leur transport ou prennent le train.

          Mais comme chez nous ils brassent du vent, alors il faut aller vite pour le rattraper

            +5

          Alerter
  • Macarel // 25.01.2020 à 11h38

    Dans son dernier livre « La lutte des classes au XXIième siècle », E.Todd écrit :
    « La France a fait un choix étrange : s’effondrer économiquement et imploser socialement plutôt que changer de cap. Alors que son intégration à la zone euro ravage son industrie et met sa cohésion nationale en péril, cette intégration est de moins en moins remise en cause et l’opposition à la monnaie unique, au lieu de croître, a faibli au point de ne plus représenter que 1,80% des électeurs. (score des 2 listes en faveur du Frexit aux dernières européennes) »

    Les français ne « voulaient pas mourir pour Dantzig » en 1939, mais par une ruse de l’histoire, tout se passe comme s’ils s’étaient résignés à mourir pour « l’euro » en 2019. Car, comme l’explique bien Todd, dans le cadre de l’UE et de l’euro, le niveau de vie des français a commencé à baisser de façon significative. Et l’apparition des gilets jaunes est la manifestation de cet appauvrissement collectif, les politiques d’austérité (Loi travail, lois sur l’indemnisation du chômage, démantèlement du système de retraite par répartition, privatisations tous azimuts, etc…) imposées à la population ne font évidemment qu’aggraver cette chute des niveau de vie du plus grand nombre, sauf pour les 1% bien entendu !

    Je mettrais cependant un bémol à ce que dit Todd, les français ont fait de justesse « le choix de mourir pour l’euro » en 1992, mais ayant par la suite réalisé leur erreur, ils se sont ravisés en 2005, et ce sont alors leurs dirigeants qui ont décidé « qu’ils mourraient pour l’euro » en faisant valider le Traité de Lisbonne sous Sarkozy. L’UE et l’euro ont principalement bénéficié à l’Allemagne et à ses pays satellites, et contribué à la chute des pays du Sud, quand ce n’est pas à leur effondrement comme la Grèce. Les anglais, eux, ont choisi de filer « à l’anglaise » tant qu’il en est encore temps…

      +23

    Alerter
    • Macarel // 25.01.2020 à 12h03

      Les anglais, eux, ont choisi de filer “à l’anglaise” tant qu’il en est encore temps…

      Et ce choix a été respecté (bien qu’après forts débats houleux) par leurs dirigeants, quoique l’on puisse penser le l’Angleterre, sa démocratie bien que soumise comme les autres, aux diktats de la finance internationale (La City Etat dans l’Etat) et de la puissance états-unienne (voir le sort fait à Assange), n’est pas encore totalement zombifiée.

        +9

      Alerter
      • V_Parlier // 25.01.2020 à 18h01

        Peut-être que c’est simplement parce-qu’ils sont plus des maîtres que des valets dans ce domaine. Le Brexit est peut-être un lâchage de l’UE par l’empire, du moins sur le plan de la coopération « consentie » (pour laisser place à la soumission par l’intimidation directe).

          +2

        Alerter
    • K // 28.01.2020 à 22h36

      Ceci est un paradoxe apparent: l’euro détruit de plus en plus la France mais de moins en moins de gens veulent en sortir.

      Mais ce paradoxe s’explique par une seule donnée : le vieillissement de la population.
      Beaucoup de jeunes actifs veulent une monnaie nationale qui aura :
      – Un taux de change plus faible (donc plus de compétitivité et moins de chomage).
      – Un taux d’intérêt et d’inflation plus élevé (ce qui dévalueront d’autant le poids de leur crédit immobilier.

      A l’inverse, les personnes agées n’ont majoritairement pas de crédit mais une grosse épargne. Ils veulent donc une monnaie qui a :
      – Un fort taux de change (pour maintenir la valeur de leurs actifs).
      – Un taux d’intérêt et d’inflation bas (pour éviter que leur patrimoine ne se déprécie par l’inflation et par une hausse des taux -> choc obligataire sur l’assurance-vie + krach immobilier).

      Donc une population qui vieillit est une population de plus en plus demandeuse de monnaie forte, quitte à sacrifier les jeunes générations.

        +0

      Alerter
  • Almire // 25.01.2020 à 13h23

    Une remarque : le fond n’est pas au capital de LVMH, Kering, l’Oréal, Hermes, les groupes du luxe qui sont les leaders du CAC 40, mais plutôt dans la pierre et la construction, Unibail, Klépierre, Accord, Vinci, Lafarge, Saint-gobain, Schneider Elec. ???

      +1

    Alerter
    • EugenieGrandet // 25.01.2020 à 13h49

      Attention ce n’est pas un fonds. C’est un gestionnaire de fonds.
      Et c’est quand même un peu plus sûr, la pierre, pour garantir des revenus (dividendes) pour rémunérer ses clients, c’est-à-dire les fonds de pension qui doivent payer les retraites des fonctionnaires états-uniens !
      Le luxe ça va ça vient. C’est du vent, non?

        +4

      Alerter
  • hyac // 25.01.2020 à 16h31

    l’effondrement du système après l’éclatement de la » bulle de tout » permettra peut-être une nouvelle démocratie par tirage au sort d’une partie des députés, une vrai limitation de la durée des mandats etc mais en attendant cet événement (pour bientôt?) nous devons faire face comme l’on peut aux soubresauts de plus en plus dangereux de l’agonie des USA surtout pendant la longue période de récession….

      +2

    Alerter
  • Anouchka // 25.01.2020 à 18h23

    A mettre en parallèle avec l’article du Point, ce mois-ci : » »la folle cabale contre BlackRock »
    https://www.lepoint.fr/politique/la-folle-cabale-contre-blackrock-16-01-2020-2358196_20.php

    Le Point qui tire ce mois-ci : « comment la CGT ruine la France »… 12 pages… certaines illustrations valent le détour…

    Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi je trouve qu’il y a franchement un arrière-goût « Minutes«  là-dedans….

      +3

    Alerter
    • Cornelius // 25.01.2020 à 19h35

      Qui lit Le Point mis à part ceux qui en bénéficient gratuitement (salles d’attente, centres d’affaires…). La presse est sous perfusion d’argent public, càd nos impôts. Nous sommes leur patron.

      Première mesure de salubrité publique que devrait prendre un gouvernement digne de ce nom : suppression de toutes les subventions publiques à la presse. La mascarade n’a que trop duré.

        +10

      Alerter
  • PoissonPilote // 25.01.2020 à 18h42

    « shadow banking »
    (Banques parallèle de
    92 000 milliards de dollars)
    France Culture (Dec. 2017)

    « Alors que le FMI s’inquiète de la dette chinoise, Pékin a décidé de s’attaquer au « shadow banking ». Le « shadow banking » c’est ce qu’on appelle aussi la finance de l’ombre ou finance fantôme, un système différent du système bancaire classique, qui menace la stabilité financière mondiale. »

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/le-shadow-banking-la-face-cachee-des-banques

      +2

    Alerter
  • PoissonPilote // 25.01.2020 à 18h42

    Influenceurs quand tu nous tiens…
    BlackRock + Vanguard + State Street
    ils cumulent environ 15 000 milliards de dollars de capitalisation,
    soit l’équivalent du produit intérieur brut (PIB) de la Chine,
    et contrôlent un bloc majoritaire d’actions dans 90 % des entreprises du S&P 500, le premier indice boursier américain. »

    « BlackRock est actionnaire de près de la moitié des entreprises du CAC 40, 
    telles que BNP Paribas,
    Vinci,
    Saint-Gobain,
    Société Générale ou encore
    Total. »

    « Comme le rapporte Franceinfo dans un article publié à la mi-décembre,
    «depuis plusieurs années, BlackRock se montre extrêmement intéressé pour mettre la main,
    via ses clients (assureurs, banques…),
    sur une partie de l’épargne des Français,
    afin de l’orienter vers l’épargne-retraite». »

    https://www.monde-diplomatique.fr/2020/01/LEDER/61189

      +5

    Alerter
    • philippe // 29.01.2020 à 13h40

      Blackrock n’est actionnaire de rien, ce sont ses clients qui le sont via les fonds proposés.

        +0

      Alerter
  • PoissonPilote // 25.01.2020 à 18h42

    « l’individu n’a pas de droit a la vie en dehors de ça productivité, il ne sert a rien si il ne produit pas pour le Reich »

    « Campagne de stérilisation de
    400 000 individus non productifs »

    « 200 000 fusillades »

    Les influences nazies du management moderne.

    France Culture 2020
    Johann Chapoutot,
    professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne
    (spécialiste d’histoire de l’Allemagne, auteur « Libres d’obéir :
    le management, du nazisme à la RFA » Éd. Gallimard).

    https://youtu.be/04LT2GUMpgs?t=16m30s

      +3

    Alerter
  • PoissonPilote // 25.01.2020 à 18h43

    Lobbyistes
    « 200 milliards par an de fraude fiscale en France »
    Jean-Christophe Picard,
    président d’Anticor,
    association en pointe contre la corruption et la fraude fiscale,
    et auteur du livre
    « La colère et le Courage »
    (Éd. Armand Colin).

    https://youtu.be/yZwAw1Vr4lw

      +3

    Alerter
  • PoissonPilote // 25.01.2020 à 18h43

    “On est en train de sélectionner les gens les plus dangereux”
    – Albert Jacquard , 1994.
    Spécialiste de génétique des populations, il a été directeur de recherches à l’Institut national d’études démographiques et membre du Comité consultatif national d’éthique

    https://www.les-crises.fr/albert-jacquard-on-est-en-train-de-selectionner-les-gens-les-plus-dangereux/

      +2

    Alerter
  • PoissonPilote // 25.01.2020 à 18h43

    Terroriste en cols blanc?
    2006 – 30 000 inspections
    2018 – 18 000 inspections
    2019 – 600 agents d’État supprimés pour inspecter les sites à risque du type AZF…

    – PRINCIPE DE PRECAUTIONS retiré de la constitution et remplacé par INNOVATION.
    – AUTOCONTROLE mis en avant dans tous les domaines.

    https://www.facebook.com/lavraiedemocratie/videos/398976741014070/

      +4

    Alerter
    • Narm // 25.01.2020 à 23h12

      autocontrole : boeing en est à l’avant garde.
      on a le resultat

        +5

      Alerter
      • PoissonPilote // 26.01.2020 à 08h19

        Boeing n’est pas AZF (site Seveso et nucléaire) qui sur sur un rayon de 5 km a détruit les habitations est infrastructures…

          +2

        Alerter
  • PoissonPilote // 25.01.2020 à 18h46

    « Nous devrions être plus heureux d’avoir un emploi que de protéger notre épargne » !
    Christine Lagarde,
    nouvelle patronne de la BCE
    ( ex patronne du FMI pendant 8 ans)

    https://youtu.be/8gDcIIuNMDY

      +1

    Alerter
  • Ptidom // 25.01.2020 à 21h27

    Bonjour à tous.
    Une question se pose à moi. A qui profite la situation.. je ne comprends pas l’acharnement du gouvernement à faire passer cette loi aussi rapidement. Je répète encore une fois , à qui profite tout ce désordre ???. La peur de ne pas toucher une retraite convenable pousse les gens à aller chercher une retraite complémentaire .
    Soit on touche 4000 euros ou plus et on se paie une retraite complémentaire ou soit on s’écrase parce qu’on touche le smic . Donc, je résume en disant que la classe moyenne et la classe la plus pauvre n’ont pas la considération qu’elles attendent de ce gouvernement. Les municipales arrivent donc
    Mesdames et messieurs les électrices/eurs🥰🥰🥰

      +3

    Alerter
  • Dorian // 25.01.2020 à 23h01

    1 h 20 min 00 sec : « Des personnalités importantes issues d’institutions publiques ou politiques se retrouvent chez BlackRock, et inversement, en fonction des besoins. »

    C’est le cas pour George Osborne, chancelier de l’Échiquier, qui intégra BlackRock en 2017 après avoir, notamment, allongé l’âge auquel les Britanniques partiront en retraite (68 ans vers 2030, et 69 ans quelques années plus tard).

    Osborne reçoit de BlackRock un salaire mensuel de 64236 € en travaillant en 4 jours par mois ( ! ) pour donner des conseils financiers. Il aurait sans doute également reçu des actions de la firme, mais on ignore en quelle quantité. Source : https://www.theguardian.com/politics/2017/apr/06/why-worlds-largest-fund-manager-paying-george-osborne-650000-pounds

    Et quand je pense à Macron qui nous a fait cadeau de sa retraite (6000€ par mois), le pauvre ! J’aimerais lui donner des idées pour se renflouer, mais je ne vois vraiment pas comment.

    (Source française : https://www.lesechos.fr/2017/03/george-osborne-paye-16400-dollars-par-jour-par-blackrock-164408)

      +6

    Alerter
  • Galvan // 26.01.2020 à 02h10

    Pour commencer notre éveil, , il faut faire le nettoyage des mots qui sont utilisés à longueur de journée : nous ne sommes pas dans un système néolibéral car :
    1- Il n’est pas nouveau (neo), c’est même plutôt le contraire car il nous ramène à la fin du 19eme siècle si l’on analyse la tonne de régressions (prétendument appelées ´Reformes’) votées ces dernières années. Il est très Rétro en fait.
    2 – Il n’est pas plus libéral, car le libéralisme d’Adam Smith avait pour but de renforcer les pays, pas de les affaiblir. L’origine du libéralisme voulait conjuguer la puissance des nations avec l’initiative Privée. Ici on renforce quelques individus (l’oligarchie) qui n’ont que faire des pays.

    J’en conclu donc que nous sommes dans un régime RetroOligarchique, mot que je propose à la communauté et qui résume bien mieux la sorte de dictature plus ou moins molle au sein de laquelle l’oligarchie dirige le pays (et plus généralement les pays occidentaux).
    Les néolibéraux sont des charlatans qui vont jusqu’à travestir le signification même du nom de leur dogme (pour ne pas dire religion)

      +8

    Alerter
    • Anouchka // 26.01.2020 à 13h37

      Le neo-libéralisme est au libéralisme ce que le national-socialisme est au socialisme.
      E.Junger dans les années 20 distinguait le bon « socialisme » qu’il appelait de ses vœux du mauvais socialisme marxiste: le bon socialisme était un socialisme « des devoirs » et non pas des « revendications». Son idéal type du « travailleur », pilier de ce nouveau socialisme, n’avait rien à voir avec le « Prolétaire » des marxistes dont la dangereuse lutte des classes mettait en péril la « mobilisation totale » de la nation en vue de la guerre à venir.

      De même, le neo-libéralisme n’a pas pour objet l’émancipation de l’individu mais bien plutôt le contrôle total sur les individus en vue de gagner la guerre mondialisée en cours.

        +1

      Alerter
  • Netpassenger01 // 26.01.2020 à 02h29

    Ainsi ne peut-on pas dire que Black Rock ressemble à une pyramide financière dédiée à un pharaon de l’économie mondiale, représenté par l’actuel dirigeant ?! En ce cas, sa politique planétaire, en la matière, relèverait d’un véritable concept religieux : celui du pouvoir supérieur du culte de l’argent.

      +2

    Alerter
  • Brigitte // 26.01.2020 à 08h25

    Et dire que Macron a décoré le Président de Black Rock France de la légion d’honneur!
    Jean-François Cirelli, ancien dirigeant de GDF-SUEZ, puis d’Engie, et actuel président de la branche française de BlackRock a reçu cette haute distinction. Un sacrilège!
    Instituée par Napoléon Bonaparte, elle récompense depuis ses origines les militaires comme les civils ayant rendu des « services éminents » à la Nation.
    Cirelli est l’exemple même du politicard pantouflard qui a rendu des anti-services à la Nation (voir sa bio).
    Les français vont-ils enfin réagir en masse aux prochaines élections ou ont-ils de la m…e dans les yeux?

      +3

    Alerter
  • Fsald // 26.01.2020 à 13h13

    Trop facile…
    Oui une oligarchie financière dirige le monde. Mais désolé ce n’est pas Blackrock.
    Oui des grands fonds d’investissements aujourd’hui sont les actionnaires majoritaires, de grandes firmes et des grands banques mais ça ne veut pas dire qu’ils ont le pouvoir réel de gestion, investissements, répartition des dividendes.
    En vérité, par exemple, les anciens décideurs de Total sont toujours aux manettes,la famille Desmarais et le groupe Albert Frères. Et le curieux pourra constater qu’il en est toujours de meme pour les autres firmes du tableau.
    En réalité ces grands fonds servent de cache, Blackrock n’est que, comme Macron, le fondé de pouvoir de l’oligarchie, il concentre les fonds qu’il rémunère grassement et l’oligarchie financière place ses fonds avec tous les avantages sans les inconvénients.
    Tous les grands fonds d’investissements sont actionnaires majoritaires des mega banques « too big to fail » croyez vous sincèrement qu’ils ont le pouvoir?
    En réalité, c’est toujours les mêmes qui l’ont et depuis longtemps et aujourd’hui comme hier les pactes d’actionnaires sont là pour ça.
    Ces fonds d’investissements sont des écrans de fumées qui permettent à cette oligarchie financière de faire fructifier leurs avoirs en mutualisant leurs risques, à l’abri des curieux.
    Larry Fink le patron de Blackrock, n’est même pas dans les 50 premières fortunes du monde!

      +1

    Alerter
    • Anouchka // 26.01.2020 à 14h28

      Qu’entend-t-on exactement par financiarisation de l’économie : le fait que les personnes qui détiennent le capital (les actionnaires) décident de la manière dont les travailleurs doivent produire et comment sera réparti les fruits de leur travail… Mais tout cela est vieux comme le monde capitaliste.
      La nouveauté avec ces fonds de pensions est la concentration inédite du capital et la privatisation de l’Etat que cette concentration induit mécaniquement

        +0

      Alerter
  • PoissonPilote // 26.01.2020 à 14h41

    Pantouflage ou pillages ?
    Depuis 1980, déclassement de la France au sein de l’UE au titre de pays abritant le plus de fonctions stratégiques.
    Ce rapport date d’avril 2016, le même mois où Emmanuel Macron quittait la tête de Bercy pour prendre celle d’En Marche pour viser celle de la République.

    Les politiciens ont vendues depuis 1980 :
    – Alstom (nucléaire, TGV)
    – Technip (pétrole)
    – Lafarge (cimentier)
    – Thomson (électronique)
    – Alcatel (câble sous marin)
    – STX (paquebot)
    – Pechiney (aluminium)
    – d’Arcelor (fonderie)
    – autoroutes (infrastructures)
    – Barrages (énergie)
    – Suez (gaz)
    – Saint-Gobain (matériaux)
    – Paribas (banque)
    – CCF (finance)
    – TF1 (media)
    – Havas (communication)
    – Matra (mécanique)
    – France Télécom (Orange) 
    Etc…

    Les politiciens vendent :
    – Aéroports de Paris
    – Photonis (photo-détection)
    – Latécoère (cybersécurité)
    – Française Des Jeux (jeux)
    – Engie (gaz)
    – SNCF (ferroviaire)
    – EDF ??
    – RATP ??

    https://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2018/06/12/l-etat-ouvre-la-voie-aux-privatisations-de-la-francaise-des-jeux-d-adp-et-d-engie_5313803_1656968.html

      +3

    Alerter
  • PoissonPilote // 29.01.2020 à 07h41

    Dette mondial
    (public + des ménages + entreprises, sans les banques) =
    2007 = 170% le PIB mondial
    97 000 milliards $

    2017 = 210% le PIB mondial
    167 000 milliards $

    2015
    Schadow Banking = 92 000 milliards $
    6000 banques Europe = 48 000 milliards €

    2019
    Shadow Banking = 30% des
    270 000 milliards d’actifs mondiaux.

    Christophe Nijdam, analyste Responsable de la recherche européenne de l’Expert Corporate Governance Service (ECGS) et ancien secrétaire général de Finance Watch, dans le cadre de son livre « La Finance pour les Nuls en 50 notions clés ».

    https://youtu.be/nHzVMHjO_9Y?t=7m48s

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications