Les Crises Les Crises
25.janvier.202025.1.2020 // Les Crises

Humour, pensée formatée et politiquement correct ? Thomas Wiesel – Par Thinkerview

Merci 75
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 07-01-2019

Source : Thinkerview, Youtube, 07-01-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

L. A. // 25.01.2020 à 14h40

Encore une fois, sur un ton connivent, avec l’air entendu et le petit sourire sarcastique de mise, on cite Michel Leeb comme le parangon de “l’humoriste raciste” parce qu’il faisait des sketches caricaturant des personnages africains ou asiatiques. Encore une fois on évite soigneusement de dire qu’en parallèle un Coluche ou un Desproges (aujourd’hui sanctifiés, ceci explique cela) ne se sont pas privés de répéter des poncifs xénophobes. On oublie aussi l’accent yiddish que prenaient systématiquement Lionel Rochemann ou Popeck, dans leurs figurations respectivement du grand-père Shlomo ou du petit tailleur juif. On me dira «oui, mais eux, c’était pour en rire». Parce que Leeb c’était pas pour en rire ?

9 réactions et commentaires

  • L. A. // 25.01.2020 à 14h40

    Encore une fois, sur un ton connivent, avec l’air entendu et le petit sourire sarcastique de mise, on cite Michel Leeb comme le parangon de “l’humoriste raciste” parce qu’il faisait des sketches caricaturant des personnages africains ou asiatiques. Encore une fois on évite soigneusement de dire qu’en parallèle un Coluche ou un Desproges (aujourd’hui sanctifiés, ceci explique cela) ne se sont pas privés de répéter des poncifs xénophobes. On oublie aussi l’accent yiddish que prenaient systématiquement Lionel Rochemann ou Popeck, dans leurs figurations respectivement du grand-père Shlomo ou du petit tailleur juif. On me dira «oui, mais eux, c’était pour en rire». Parce que Leeb c’était pas pour en rire ?

      +16

    Alerter
    • sergeat // 25.01.2020 à 15h36

      Quand la censure ou le pseudo politiquement correct s’installe,c’est toute la pensée critique qui se volatilise.
      Dans le langage aussi on voit une transformation des mots qui perdent leur sens original:populisme, autre exemple homophobie(qui a peur des homosexuels) une peur est condamné par la loi,….la dernière loi Avia est la pire introduisant dans la censure la haine :qui définit la haine (les juges)…..
      Il est de même étrange de voir tout nos politiques,médias,commentateurs…..commencer leur débat par « CELLES ET CEUX » ce qui n’est pas français mais de plus que je n’ai jamais entendu dans la vie courante ;

        +12

      Alerter
      • yann // 25.01.2020 à 20h26

        « Celles et ceux » est juste un préambule simple pour dire « N’écoutez pas la suite du discours, c’est de la daube ».
        Moi je trouve ça plutôt pratique.

          +11

        Alerter
    • gracques // 26.01.2020 à 09h14

      Ben …..pour Popeck , il était juif et jouait un personnage juif , avec un humour juif…… alors bon tout ça sans accent ?
      Quant à Michel leeb et sà caricature de noir….. de quoi vous faisez t il rire au juste ? Du noir ou de nous et de nos stéréotypes sur les noirs ?

        +3

      Alerter
      • Ellilou // 26.01.2020 à 13h11

        Peut-être pas offusquée, si je peux me permettre d’intervenir, mais ses sketches rétrospectivement n’étaient juste pas drôles. L’humour a ses raisons que la raison ne connaît point 🙂

          +0

        Alerter
      • Owen // 26.01.2020 à 13h22

        L’humour de Michel Leeb n’est pas très relevé. Je n’aime pas vraiment non plus celui de Charlie Hebdo, très pipi-caca.
        J’aime bien celui de Blanche Gardin, qui pourtant est souvent bien crade. Et j’aime bien Courtemanche dont l’humour peut-être comparé à celui de Leeb en niaiserie.

        C’était l’humour gaulois, capable de faire passer tout aussi bien l’humour fin que le gros qui tache. Chacun ses goûts, il y en avait pour tout le monde, on respirait comme on voulait.

        Aujourd’hui, on étouffe d’un côté dans la bienséance et l’esprit pincé que ne renierait pas l’époque victorienne, [modéré]

        C’est fou ce qu’on y gagne…

          +4

        Alerter
      • Guadet // 26.01.2020 à 13h35

        Michel Leeb faisait rire de ses caricatures. On peut rire de toutes les caricatures : de noir subsaharien, de colon blanc, de marseillais, de breton, de parisien. Penser que l’une d’elles serait interdite pour une question de race, c’est là qu’est le racisme.

          +3

        Alerter
      • Recits d’Yves // 27.01.2020 à 15h53

        C’est l’intention en premier lieu qui compte.
        Leeb n’est pas ma tasse de thé mais je ne lui ferai pas le ( très mauvais selon moi) procès d’intention en racisme caractérisé.
        Tout comme je ne crois pas Leeb raciste ou xénophobe sur le fond, je crois par contre que nombre de blancs pensent que le blanc est raciste et xénophobe par définition, sauf, bien sûr, eux-mêmes, comme d’irréprochables progressistes..

          +2

        Alerter
  • Arkhenes // 27.01.2020 à 08h45

    Un humoriste de cour. On l’invite pour se moquer gentillement du roi, tout le monde rigole et chacun continue sa vie. Evidemment, dans ces cas-là, il ne risque pas de se confronter à la censure.

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications