Les Crises Les Crises
8.juin.20208.6.2020 // Les Crises

Choc économique : Perspectives alternatives ? Isabelle Delannoy – par Thinkerview

Merci 75
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube

Interview de Isabelle Delannoy, en direct le 03/06/2020 à 19h30

Source : Thinkerview, Youtube

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

4 réactions et commentaires

  • jean-pierre.georges-pichot // 08.06.2020 à 09h16

    Sur la démographie, Isabelle Delannoy nous sert une esquive polie mais peu convaincante : ‘les jeunes sont créatifs et ils trouveront les solutions qui nous échappent. Les riches peu prolifiques pèsent plus que les pauvres qui le sont….’ Voire ! En réalité, nous ne nous en tirerons pas, mais si nous avions dû nous en tirer (on peut estimer que cela s’est joué aux alentours de 1950 avec les décolonisations et les grandes avancées de la médecine) il aurait fallu mettre un frein à la fois à la grande bouffe chez les riches et à la grande baise chez les pauvres. Aujourd’hui : déni et paralysie. Ce qu’Isabelle Delannoy nomme ‘prise de conscience’ n’est qu’un début de panique. Au niveau de l’action : refus de l’obstacle. Isabelle est trop gentille pour forcer le cheval à faire le saut.

      +7

    Alerter
  • Dubreuil // 08.06.2020 à 09h23

    Il faut donc agir !!!
    Au niveau des municipales, #UnMandatPourToutChanger.
    et au niveau européen https://www.facebook.com/events/635705183689148

      +1

    Alerter
  • douarn // 08.06.2020 à 10h36

    Une agronome qui se plante sur le nom des symbiotes (rhyzobium) des légumineuses ou qui ne répond pas à la question de ce qu’est une exponentielle… comment dire…

    Elle n’est pas en mesure de donner des ordres de grandeur de l’ampleur des jardins filtrants pour une ville très peuplée (Paris=11 millions d’hab, si traitement de 11 millions d’eqhab alors faudrait il 33 millions de m2 de jardins filtrants, soit 33km2, est-ce possible?). Elle vante le miracle allemand des ENRi. Soit dit en passant ce miracle fait chuter par moment (soleil+vent) les prix du marché de gros de l’électricité au point où il leur faut payer pour se voir débarrasser de leur production tout en restant un gros emetteur de CO2, … Mmhh

    http://www.phytorestore.com/fr/
    https://electricitymap.tmrow.co/

    Par contre, comme Y.A. Bertrand ou J. Rifkin c’est une très bonne communicante. Il en faut, mais ils ne voient généralement pas les diables qui se cachent dans les détails de leurs discours sur l’économie circulaire, le recyclage, l’énergie, l’urbanisme, les agricultures de demain et de leurs besoins (main d’oeuvre, filières, ressources, …), etc. Bref je ne suis vraiment pas convaincu par M. Delannoy.

      +5

    Alerter
  • Bats0 // 09.06.2020 à 07h35

    « C’est quoi la vraie vision (qu’est la place de l’homo sapiens dans le monde) pour vous ? »
    Je comprends qu’Isabelle Delannoy ne sais répondre précisément à cette question philosophique, car très complexe, vue les différences culturelles qui existent au sein de la population humaine mondiale, mais son constat est très pertinent, puisqu’il est probable que d’ici 20/30 années une partie de l’humanité (2/3 milliards d’être humain) ne pourra plus vivre sur sa terre à cause du réchauffement climatique, en très grande partie, ce fait étant dû à la production industrielle et à la consommation excessive des ressources énergétiques .
    Par contre je veux bien m’essayer à cette exercice, puisque je le prône depuis des années : le rôle de l’homme est de gérer au mieux l’équilibre de l’environnement (sans prétention à vouloir lui imposer quoique ce soit, comme on le fait actuellement avec la déforestation par exemple) sur cette planète, dont il fait parti. Mais pour celà, faudrait qu’il commence à prendre conscience que notre égo ne doit nous servir, comme tout autre être vivant, qu’à notre propre survie, et de non satisfaire notre envie démesurée à coloniser tout ce qui nous entoure pour un soit-disant « meilleur confort ».
    C’est très loin d’être gagné. Donc répondre à cette question était plus que compliqué.
    Très bonne interview, une fois de plus de la part de Thinkerview, qui nous aide à prendre conscience et à réfléchir sur l’état de la terre qu’on laissera à nos descendants.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications