Les Crises Les Crises
31.mai.202031.5.2020 // Les Crises

Interdit d’interdire – Et l’Afrique dans tout ça ? avec Aminata Dramane Traoré

Merci 43
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Aminata Dramane Traoré, ancienne ministre de la Culture et du Tourisme du Mali et initiatrice du Forum pour autre Mali.

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

6 réactions et commentaires

  • petitjean // 01.06.2020 à 18h39

    L’Afrique est un immense et riche continent
    Les états qui la composent sont indépendants depuis plus d’un demi siècle
    Ces états, depuis leur accès à l’indépendance, ont reçu des organismes internationaux et des pays occidentaux des centaines de milliards d’aides
    aux états africains de faire le bilan de ces décennies passées et d’assumer leur pleine et entière responsabilité
    Je constate, que l’Afrique ne produit pas ou très peu, d’ingénieurs, de médecins, de scientifiques, d’enseignants de niveau mondial : pourquoi ?
    Je constate, que l’Afrique n’est toujours pas en capacité d’exploiter, de transformer et de valoriser ses immenses richesses : pourquoi ?

      +2

    Alerter
    • Bouddha Vert // 02.06.2020 à 00h06

      Que de questions, que de tabous évoqués dans vos interrogations…

      Une piste, une seule, que je me risque à évoquer.
      La nature, comme les civilisations n’évoluent de manière exubérante que sous les contraintes.

      Or, les climats qu’offre l’Afrique sub-saharienne dispensent une générosité en matière organique tout au long des mois de l’année qui permettent de ne pas trop se soucier du lendemain.
      Il faut bien évidemment relativiser mais au moins pour la partie tropicale qui est l’espace le plus large du continent et qui accueille également la plus grande partie de sa population.
      Pour la partie sud du continent il se trouve qu’elle débouche sur une hémisphère vide qui n’offre que peut de contacts possibles avec le reste de l’humanité.

      Aussi sans vouloir être trop simpliste et en attendant des remarques contraires il est aisé d’imaginer que les cultures qui en découlent sont moins agressives, plus indolentes puisque le temps et l’espace finit toujours par apporter satisfaction.

      En effet, l’humanité comme la nature ne cherche que rarement à faire plus que nécessaire et la répartition des terres à la surface de notre globe offre la possibilité que des expressions bien différentes puissent s’exprimer.

      Evidemment avec l’avénement des moyens technologiques promus par les habitants des latitudes moyennes voir, septentrionales, les confrontations sont violentes et certainement effectuées avec une célérité qui n’offre pas le temps nécessaire à ce que les civilisations, évoluants au rythme de l’escargot, puissent se parler avec le même regard.

      Mais peut -être pas?

        +0

      Alerter
    • Subotai // 02.06.2020 à 19h05

      En dehors du fait que ce type de post est pur pharisiannisme, on peut relever plusieurs biais.
      * Indépendant depuis 50 ans – qu’est donc 50 ans dans l’histoire d’une société. A comparer avec l’histoire de disons l’Allemagne: combien de temps pour en faire un État qui tienne à peu près la route?
      * Des centaines de milliards d’aide – parce que vous croyez ça? Il s’agit d’une pompe: on injecte un peu et on aspire beaucoup. Écoutez Chirac dans un de ses rares moments de sincérité.
      * Très peu d’ingénieurs, etc DE NIVEAU MONDIAL- Suivant quels critères? Ceux du modèle « occidental ». En quoi il est nécessaire pour un population de former des scientifiques qui vont aller pontifier dans des colloques internationaux quand elle a besoin de médecin de brousse qui se débrouille avec les herbes locales et l’absence de scanner.
      * Incapable de valoriser ses immenses richesses – Suivant quels critères la valorisation? Ceux de « l’Occident »?
      Tous les peuples du monde ne sont pas essentiellement prédateurs.
      Et vous seriez surpris de voir dans quelles conditions et avec quel bonheur, sur des bouts de corail à fleur d’eau, vivent des populations par chez moi. Ce qui ne justifie en aucun cas le principe de « Puisque vous n’en faites rien, je vais le prendre pour moi » typique des pays colonisateurs.

        +1

      Alerter
      • petitjean // 03.06.2020 à 11h12

        L’Humanité vient de commencer , elle a donc du temps, beaucoup de temps devant elle.
        Donc , chacun avance à son rythme
        Cela étant, on peut tenter de comparer (je compare, je ne juge pas !)
        Comparons le développement de l’Asie par rapport à l’Afrique
        Chine , Japon, Corée au 19éme siècle étaient dans leur « Moyen Age »
        Aujourd’hui ces pays sont devenus des puissances mondiales. (je mets de côté la Corée du Nord)
        Pourquoi cet écart entre l’Asie et l’Afrique ?……………….

          +0

        Alerter
  • cedivan // 02.06.2020 à 18h09

    Je crois que l’Afrique a vécu et vit encore sur un modèle très clanique. Pourquoi pas ? Mais, en raccourcissant certes un peu sans toutefois caricaturer, celui-ci empêche tout développement durable et sérieux car ceux qui ont le pouvoir en tire un maximum de profit, sachant que le pouvoir peut changer de main rapidement, et sans penser au lendemain et à ceux qui ne sont pas du même clan. Résultat : corruption record, aucune vision d’avenir, animosité tribale qui perdure des générations etc. Dommage, l’Afrique est un beau continent et les africains sont des gens particulièrement joyeux et sympas.

      +0

    Alerter
  • petitjean // 04.06.2020 à 18h51

    Que faire malgré tout ?
    « l’Afrique reste un continent-mendiant vivant de la charité internationale et des remises de dette. Compte tenu du contexte économique mondial, pourra-t-elle d’ailleurs continuer à recevoir année après année, ces sommes colossales versées par les pays dits « riches » au titre de l’APD (Aide pour le Développement) ?
    Pour mémoire, de 1960 à 2018, le continent a reçu en dons, au seul titre de l’APD, près de 2000 milliards de dollars (pour une dette d’environ 400 milliards de dollars dont entre 180 et 200 milliards de dollars de dette chinoise), soit en moyenne 35 milliards de dollars par an, c’est-à-dire plusieurs dizaines de fois plus que l’Europe du lendemain de la guerre avec le plan Marshall.

    Or, ces prêts, ces allègements de dette, ces aides et ces dons n’ont servi à rien car, en plus de sa suicidaire démographie, le continent est paralysé par son immobilisme.
    En effet, en dehors du don de la nature constitué par le pétrole et les minerais contenus dans son sous-sol, l’Afrique ne produit rien.
    Sa part de la valeur ajoutée mondiale dans l’industrie manufacturière est en effet de moins de 2% dont les 9/10e sont réalisés par deux pays sur 52, l’Afrique du Sud et l’Egypte… »

    L’Afrique va-t-elle continuer de laisser partir ses rares talents vers les pays occidentaux , se privant ainsi de celles et de ceux qui pourraient la sortir de son immense misère et offrir enfin à sa jeunesse une vie meilleure ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications