Les Crises Les Crises
12.mai.202012.5.2020 // Les Crises

Quelles solutions face à la crise économique ? – Avec l’économiste Henri Sterdyniak

Merci 47
J'envoie

Source : L’Escargot, Youtube

Quelles solutions face à la crise économique dans laquelle nous nous trouvons ? Pour tenter d’y répondre, j’ai interrogé l’économiste Henri Sterdyniak. Ancien administrateur de l’INSEE, il est, depuis 1982, membre de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Henri Sterdyniak est aussi membre du collectif Les Économistes atterrés. Au menu : sauvetage des entreprises en difficulté, transition écologique, et Union Européenne.

Source : L’Escargot, Youtube

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Wakizashi // 12.05.2020 à 10h23

Il faudrait peut-être arrêter de parler de crise à propos d’économie. Par définition une crise est une rupture d’équilibre. Elle est donc ponctuelle ; elle est encadrée avant et après par un équilibre. Or la crise économique, je n’entends parler que de ça depuis que je suis né, à ce niveau ce n’est plus une crise, c’est systémique.

27 réactions et commentaires

  • JILVE // 12.05.2020 à 09h26

    L’analyse de la genèse de la sécurité sociale est incomplète.
    Sans nier l’importance du  »poids moral » des combattants, le point essentiel, est la possibilité d’une alternative. Contrairement à l’Amérique du Sud, l’Europe est proche de l’URSS. C’est avant tout la crainte de la contagion communiste qui pousse les élites et nos alliés Américains à des concessions sociales. Pour l’Allemagne la différence est radicale ; soit le Plan Morgenthau, soit la « vitrine du monde libre ».
    Depuis les années ’80 la possibilité d’une alternative a disparu (TINA) ce qui nous donne le néo-libéralisme !

      +4

    Alerter
    • Patrick // 12.05.2020 à 20h09

      Concessions et surtout plan Marshall et pognon sur l’Europe, ça a pas mal aidé à redémarrer.
      Bon, là , il va pas trop falloir compter sur l’oncle Sam, il est à poil.

        +3

      Alerter
  • TZYACK // 12.05.2020 à 10h00

    Le Jour d’après
    Il y a actuellement une opportunité unique et historique pour les salariés des entreprises privées qui sont ou seront mises en faillite à cause des conséquences économiques de l’épidémie de Covid-19, de pouvoir en racheter (RES), à moindre prix, les actifs nets pour en devenir cogestionnaires – ainsi que l’avait souhaité de Gaulle -, évitant ainsi des licenciements massifs, inutiles et coûteux.

      +5

    Alerter
    • Brigitte // 12.05.2020 à 10h34

      Oui on peut imaginer que les salariés et les petits patrons se lancent dans d’autres formes d’entreprenariat, comme la cogestion. Que l’état nationalise. Tout ça est souhaitable mais ne se fera qu’à la marge dans le meilleur des cas. Faut pas rêver.
      La comparaison avec la dernière guerre mondiale et les acquis sociaux qui en ont découlé ne doit pas cacher le rôle des USA et du plan Marshall. En a découlé aussi une main mise et un formatage économico-culturel qui n’a jamais faibli depuis, l’UE en étant un avatar.
      Je crains que cette fois-ci ce soit justement l’UE qui joue ce rôle, qui nous concocte son plan et se rende indispensable aux états pour sortir de la crise, renforçant au final son emprise et nous amenant doucement au fédéralisme….J’aime bien me faire peur…

        +8

      Alerter
  • Wakizashi // 12.05.2020 à 10h23

    Il faudrait peut-être arrêter de parler de crise à propos d’économie. Par définition une crise est une rupture d’équilibre. Elle est donc ponctuelle ; elle est encadrée avant et après par un équilibre. Or la crise économique, je n’entends parler que de ça depuis que je suis né, à ce niveau ce n’est plus une crise, c’est systémique.

      +26

    Alerter
    • Cornelius // 12.05.2020 à 12h24

      Absolument. Le mot crise est inadapté a decrire ce que nous vivons.

      Et je ris quand je lis que tout va changer après cette pandémie. La vérité, c’est que le monde d’après sera comme le monde d’avant et probablement même encore pire.

        +12

      Alerter
      • RD // 12.05.2020 à 23h02

        Cela s’appelle le mode de production capitaliste en effet : la crise est la norme par définition et essence.

          +1

        Alerter
    • Anfer // 12.05.2020 à 17h43

      Il n y a pas d’équilibre dans l’économie actuelle, vu que celle ci requiert une croissance exponentielle permanente, or une courbe exponentielle devient toujours une gaussienne dans la réalité…

        +3

      Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 12.05.2020 à 13h19

    « Les usines en Chine sont à l’arrêt ». Que nenni. La Chine a réagi brutalement mais intelligemment. Nos gouvernants, qui n’ayant pas de pensée, fonctionnent en imitateurs, ont tout arrêté en France. Comme des singes qui trouvent un chewing-gum. Pas les Chinois en Chine : sinon comment feraient-ils pour nous vendre, à dix fois le tarif, les masques que nous sommes incapables de fabriquer ? Je vous renvoie à la vidéo de Sapir et Wahnich sur Spunik. Sapir voit dans la conjoncture depuis 2000 la fin de la domination américaine ouverte en 1945 lorsque l’économie des EU représentait, grâce à la guerre et aux destructions partout sauf chez eux, peu ou prou la moitié de l’économie mondiale. Il prédit qu’à la sortie de cette histoire la Chine sera dans le même genre de position. Il y a des paris à prendre.

      +2

    Alerter
  • barbe // 12.05.2020 à 14h02

    Pourquoi tant de pessimisme?
    Il suffit que la puissance publique reprenne la création de la monnaie, fasse fonctionner en interne les activités nécessaires soutenues par cette monnaie, et disent bye bye à la spéculation privée et à la rente. La spéculation peut redevenir ce qu’elle n’aurait jamais dû quitter : la planification : voir loin ensemble.

      +7

    Alerter
    • Patrick // 12.05.2020 à 14h50

      la création de monnaie n’a jamais amené la richesse sinon l’Argentine et le Zimbabwe seraient les deux pays les plus riches de la planète.
      La planification : je ne sais pas si ça fait voir loin , en tout cas ça fait rarement voir dans la bonne direction , les économies planifiées se plantent toujours.

        +3

      Alerter
      • Didier // 12.05.2020 à 16h32

        Sauf quand elles ne se plantent pas, hein. Ex: économie de temps de guerre aux USA…

        Quant à votre haine de la planification, elle est franchement comique. Que fait un « chef » d’entreprise ? Il planifie. Que font les « thinks tanks » libéraux ? Ils planifient. Que font les petits copains et coquins des cercles de pouvoir ? Ils planifient.

        Le seul bémol, c’est qu’ils planifient uniquement pour leurs gueules.

          +9

        Alerter
        • tchoo // 12.05.2020 à 18h01

          eh bin planification=communisme à la sauce soviétique et que je me marre
          mais le grand Charles lui-même a planifié et tous les entrepreneurs un tant soit peu censés planifient
          mais voila, ce mot engendre des réflexes pavloviens risible de la part ce ceux qui se veulent tellement, tellement lucide
          Pour le trafic maritime je vous conseille d’aller vérifier sur le site Marine traffic c’est édifiant.
          Ce qu’il y a de biens avec les prédicateurs de l’avenir en noir, c’est que le pire n’est jamais sur

            +3

          Alerter
        • Anfer // 12.05.2020 à 18h13

          La France des 30 glorieuses, c’est:

          Planification
          Protectionnisme
          Inflation
          Dévaluation
          Hausse des salaires
          Hausse du niveau de vie
          Plein emploi
          Baisse du temps de travail
          Croissance forte
          Pas de crises financières

          La France des 40 piteuses c’est:

          Libre échange
          Austérité
          Franc fort puis Euro
          Chômage de masse
          Précarité
          Stagnation des salaires
          Croissance anémique
          Baisse du niveau de vie
          Crises financieres à répétition

          Mais les rentiers se gavent, alors tout va bien…

          Merci les libéraux.

            +7

          Alerter
        • Patrick // 12.05.2020 à 18h34

          la planification au niveau d’une entreprise est toujours sur un temps assez court et sur un domaine limité. En général un chef d’entreprise est assez conscient de la réalité pour ne pas partir sur des hypothèses trop nébuleuses.
          Il y a une quarantaine d’années , il y avait un truc à la mode , le schéma directeur à 5 ans … ah !! la beauté des plans quinquennaux !! bon , dans le privé on a arrêté ce genre d’ânerie.

            +2

          Alerter
          • Anfer // 12.05.2020 à 21h08

            Non, aujourd’hui c’est 3 mois, la seule chose qui compte, les résultats à court terme.

            Parfait pour une épicerie ou un coiffeur, absurde pour une entreprise qui produit des composants avec une R/D étalée sur des décennies…

            Mais la R/D, ça n’a pas d’importance, le patron va faire monter les actions pour démissionner au bon moment avec un beau parachute, l’entreprise il s’en moque.

              +2

            Alerter
        • Patrick // 12.05.2020 à 18h42

          je me souviens avec émotion de l’Allemagne de l’Est des années 70 , de l’accueil chaleureux dans les bars et les boutiques 🙂

            +4

          Alerter
        • Patrick // 12.05.2020 à 18h49

          Le grand Charles avait aussi planifié des trucs foireux :
          – spécialisation de la Bretagne dans l’agriculture intensive et l’agroalimentaire
          – plan calcul … tout à foiré
          – un machin nommé Concorde
          – le développement urbain avec concentration urbaine et banlieues ..

          Donc planifier des routes , des infrastructures , pourquoi pas , pour le reste la planification ignorera superbement les besoins et les envies des citoyens avec plus ou moins de bonheur.

            +3

          Alerter
      • Anfer // 12.05.2020 à 18h23

        Quand un singe émet de la monnaie, si le singe est un gorille avec un gros revolver (USA), les autres y croient à cette monnaie…
        Si c’est un ouistiti rachitique (Zimbabwe), les autres n’y croient pas…

        Le rapport de force, la réalité en somme.

          +3

        Alerter
        • Anfer // 12.05.2020 à 20h51

          La dette sans investissements c’est un problème, sinon c’est pas grave, quand on fait défaut on garde les infrastructures, les autres des lignes de code dans un ordinateur.

            +3

          Alerter
    • barbe // 12.05.2020 à 17h21

      « retraités français qui ont des assurances-vie un exemple »
      Excellente manière de laisser entendre que la retraite en France est par capitalisation…
      Est-ce que je dois continuer à raisonner à partir de ce que vous écrivez ?

        +0

      Alerter
      • barbe // 12.05.2020 à 17h25

        Disons qu’un peu de logique oblige…
        je ne sais pas si vous voyez ?

          +0

        Alerter
      • tchoo // 12.05.2020 à 18h04

        ah oui, la monnaie machin truc
        combien de milliards la BCE injecte dans les banques depuis quelques années?
        il y a du tangible derrière tous ces milliards?
        Faites nous vites un cours, parce que on comprends rien

          +2

        Alerter
      • Patrick // 12.05.2020 à 18h39

        La FED et la BCE impriment des tombereaux de monnaie.
        Pour l’instant ça reste au niveau des marchés financiers qui sont déconnectés de la réalité , ils risquent fort de rejoindre rapidement la dite réalité et ça va faire mal.
        Les dizaines de milliers de milliards imprimés n’ont pas relancé l’économie réelle ,ils n’ont fait que créer une richesse fictive qui va bientôt s’évaporer.
        Les prochaines étapes seront intéressantes à suivre.

          +1

        Alerter
  • Berrio // 12.05.2020 à 16h06

    Crise ou pas crise, avant après, la réflexion sur les questions économiques est passionnante mais pour en faire quelque chose, il est bon d’être libre et de pouvoir penser librement ; Or, il me semble que nos libertés sont plus que menacées ce qui est une question politique et non économique

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications