Les Crises Les Crises
3.mai.20203.5.2020 // Les Crises

Une Ex-Députée LREM révèle les dessous de la Macronie

Merci 693
J'envoie

Source : Le Média

Denis Robert reçoit Frédérique Dumas, députée des Hauts-de-Seine et ex-membre du groupe parlementaire LaREM. A travers cet entretien, l’ex-députée LREM nous dévoile les dessous effrayants de la macronie.


Frédérique Dumas, députée des Hauts-de-Seine : «Pourquoi je quitte En Marche !»

Source : Le Parisien – 16 septembre 2018

La productrice Frédérique Dumas avait participé à la campagne d’Emmanuel Macron. Mais la députée ne se reconnaît plus dans le groupe LREM. Manque de sens, manque d’écoute, technocratie… «On a le sentiment d’être sur le Titanic», nous dit-elle.

Députée de la 13e circonscription des Hauts-de-Seine, vice-présidente de la commission des affaires culturelles, Frédérique Dumas nous annonce qu’elle quitte le groupe LREM à l’Assemblée pour rejoindre le groupe UDI-Agir. Une première pour la majorité parlementaire, si l’on considère que Jean-Michel Clément (Vienne) avait préféré claquer la porte en avril dernier alors qu’il était sur le point d’être viré pour s’être opposé à la loi Asile immigration.

Membre du comité politique et du groupe de travail sur le programme culturel pendant la campagne d’Emmanuel Macron (qu’elle a prévenu de sa décision), Frédérique Dumas, productrice de cinéma (« The Artist », « Timbuktu »…) de 55 ans, évoque « des désaccords profonds, sur le fond et sur la méthode ». Et dresse un tableau des dysfonctionnements qui ont conduit à cette rentrée ratée.

Pourquoi quittez-vous le groupe LREM ?

FRÉDÉRIQUE DUMAS. Du fait de désaccords profonds, sur le fond et sur la méthode. Beaucoup de choses vont dans le bon sens, mais les fondamentaux du macronisme ont été oubliés. On confond vitesse et précipitation. La méthode, qui repose sur la confrontation d’idées, le débat et l’expérimentation, est essentielle à la réussite. Là, on a plutôt le sentiment d’être sur le Titanic. Il faut un électrochoc. On est au début du mandat, on peut encore changer les choses, car je souhaite la réussite d’Emmanuel Macron.

En quoi ces « fondamentaux » ont-ils été oubliés ?

Le « en même temps », c’est prendre en compte l’ensemble des dimensions, sans prisme idéologique. Mais si on met la transformation aux mains de technocrates hors-sol, voire cyniques, cela ne peut pas fonctionner. Certaines décisions se réduisent à des coupes budgétaires. Il n’y a pas d’ambition, pas de sens.

Vous évoquez des problèmes de méthode…

Travailler dans l’espoir d’être écouté, voire entendu, faire bouger les lignes… est tout simplement impossible avec l’exécutif et compliqué avec le groupe. Même donner un avis est vu comme une fronde s’il n’est pas conforme.

Vous parlez d’expérience ?

La réforme de l’audiovisuel public devait se faire en coordination avec les députés. Or, on n’a eu aucune réunion avec le gouvernement, si ce n’est un petit-déjeuner avec le Premier ministre, une heure avant les annonces, où la bascule sur le numérique de France 4, la chaîne pour enfants, n’a même pas été évoquée. Toutes nos propositions n’ont pas à être reprises, mais le rapport du groupe de travail de la majorité a été tout simplement balayé d’un revers de main. Les décisions étaient déjà prises, pour habiller des économies et paraître moderne. Et elles vont conduire à l’explosion de l’audiovisuel public. J’ai ensuite envisagé à la radio que l’on rediscute de France 4. Un crime de lèse-majesté! J’ai perdu ma mission sur l’éveil musical, car, m’a-t-on dit, « on ne récompense pas une frondeuse ».

Aucune tête ne doit dépasser ?

Non, à un point caricatural. On nous explique que les ministres doivent faire des sacrifices personnels en abandonnant leurs convictions, leurs idéaux. Qu’il faut avaler toutes les couleuvres, pour rester au gouvernement. C’est dangereux. Emmanuel Macron, lorsqu’il défendait sa loi comme ministre de l’Économie, cela n’avait rien à voir avec la façon de faire actuelle.

A-t-il changé ?

Si on voit l’écart, c’est forcément que quelque chose a bougé. L’été dernier, on était l’illustration de l’exemplarité. On avait voté la loi pour la confiance dans la vie politique, les ministres mis en cause partaient immédiatement, et la rentrée, c’était huit pages d’interview du président dans le Point sur la complexité. Un an après, il y a des accrocs importants dans notre exigence.

Vous pensez à l’affaire Benalla…

J’ai soutenu le président dès le départ. Le « j’assume » m’a plu. Puis, on est passé à « c’est une tempête dans un verre d’eau ». C’est incroyable! « J’assume », cela veut aussi dire : « J’ai compris, je vais faire des choses. » On a le droit de ne pas être infaillible, à condition de se reprendre.

C’est-à-dire ?

J’attendais des gestes forts à la rentrée, cela n’a pas été le cas. Ce que dit Alexandre Benalla des sénateurs ( NDLR : « des petites personnes » ) montre qu’il a encore une forme d’impunité. Et Richard Ferrand, à la présidence de l’Assemblée… Sa procédure judiciaire, même s’il n’est jamais mis en examen, est une épée de Damoclès sur une fonction très importante. Il ne s’agit pas de mettre en cause leurs compétences, mais pourquoi nomme-t-on consul Philippe Besson qui a fait un livre sur le président? Pourquoi, quand on a décapité pratiquement tout le ministère de la Culture, la seule nomination que l’on fait est celle d’ Agnès Saal ( condamnée pour « frais de taxis indus » )? L’exemplarité, c’est aussi une question de bon sens.

Il y a aussi l’affaire Françoise Nyssen…

Que la question de son maintien au ministère de la Culture ne se pose pas, alors qu’elle est en charge de la réglementation du patrimoine qu’elle reconnaît elle-même ne pas avoir respectée, qu’on lui enlève le livre pour cause de conflit d’intérêts, que la politique culturelle est d’un vide abyssal, c’est totalement anormal! On va dire que je voulais sa place, mais arrêtons l’hypocrisie. Il est important que les choses soient enfin dites pour que ça change.

Qu’allez-vous faire ?

Je rejoins l’UDI, ma famille d’origine, un vrai contre-pouvoir constructif, et Xavier Bertrand au sein de La Manufacture, un laboratoire d’idées et d’expérimentation. Je veux faire des propositions de l’extérieur. Il faut construire des garde-fous et des contre-pouvoirs, pour éviter les extrêmes.

Source : Le Parisien – 16 septembre 2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Gévaudan // 03.05.2020 à 08h46

Témoignage accablant quant au rappel des faits.
Ce qui, également, est accablant c’est que Mme Dumas se soit laissée hypnotiser par un candidat qui avait fait ses classes dans la Banque, avait été plébiscité par le milieu de la finance, et que ses antécédents politiques au secrétariat général de Élysée et comme ministre de Hollande ne l’aient pas inquiétée.

Accablant, que Mme Dumas, bonne observatrice, on le voit dans cet entretien, n’ait pas décelé dans la candidat de 2016-2017, le gourou psychopathe qu’elle décrit aujourd’hui.

Accablant son vœu que le dit gourou réussisse -finalement- dans ses œuvres.
Accablant d’imaginer que le renouveau de notre pays puisse transiter par l’UDI et X. Bertrand. Oui, accablant.

45 réactions et commentaires

  • Gggg // 03.05.2020 à 07h10

    Faire du cinéma, c’est sa spécialité.

    J’aime pas son cinéma.

      +12

    Alerter
    • Emile // 03.05.2020 à 10h12

      LREM n’a pas changé, c’est elle qui a retourné sa veste. Quand le vent était favorable elle était heureuse de rejoindre LREM. Maintenant que c’est « Le Titanic » comme elle dit, elle a des états d’âmes. Tient donc. Où était-elle quand des gens se faisaient éborgner ? Elle part alors qu’elle allait être virée. Tout ça pour retrouver une place au chaud ailleurs. Quel courage.

      Les choses ont toujours été claires à LREM: C’est jupiter devant et tout le monde derrière. Ca n’a jamais été un mouvement d’idées. Les candidats ont été choisis sur casting à la seule condition de s’engager à faire ce qu’on leur demandait.

        +16

      Alerter
      • Alfred // 03.05.2020 à 14h52

        Effectivement. Soit elle est stupide soit elle prend ses interlocuteurs pour des imbéciles. Je penche pour la deuxième option.

          +9

        Alerter
        • V_Parlier // 03.05.2020 à 20h35

          Surtout quand on lit ceci: « Je rejoins l’UDI, ma famille d’origine, un vrai contre-pouvoir constructif ». Mouarrfff!

            +5

          Alerter
        • Logique // 04.05.2020 à 01h08

          L’un n’exclut pas l’autre. En même temps. Normal.

            +1

          Alerter
    • jch // 03.05.2020 à 21h24

      J’ai lu jusqu’à « Beaucoup de choses vont dans le bon sens, mais les fondamentaux du macronisme ont été oubliés. »
      OK. Crève.

        +4

      Alerter
  • Berrio // 03.05.2020 à 07h33

    On pourrait aussi évoquer la députée Dr Martine Wonner, seule député LREM à avoir voté contre le plan de déconfinement.
    Par ailleurs, elle est membre du collectif « Laissons-les prescrire » interdit de publication sur ce site (ça cause d’un produit pharmaceutique très très dangereux, surtout à Marseille)

      +39

    Alerter
  • antoniob // 03.05.2020 à 07h39

    septembre 2018, c’est vieux.

    bon, à la base la LREM n’est pas un parti démocratique, ni le régime français actuel.
    Qu’on me corrige:
    – la démocratie c’est lorsque des citoyens s’organisent en mouvements et partis pour exprimer leurs points de vues et suggestions. C’est un mouvement depuis la base vers le sommet.
    – or, Macron, issu d’aucun parti, d’aucun mouvement, est sorti tout habillé candidat présidentiel depuis les coulisses du régime, et « on » lui a fabriqué via les « réseaux sociaux » et une série de sites internet, un parti adhoc

    LREM est typiquement un parti crée par un régime et ses élites des coulisses, sans aucune base populaire. Qu’une majorité de parlementaires aient couru à la soupe montre simplement qu’il s’agit de jeux d’apparatchiks carriéristes qui n’ont plus conscience depuis longtemps de ce qu’est une démocratie.

    Alors une ex-LREM qui cause sur son changement de clan, bof…

      +66

    Alerter
    • nours77 // 03.05.2020 à 09h19

      Ne confondez pas démocratie et république, ces deux systèmes n ont pas grand chose a voir…

      Sinon, ce qui ce produit va sans aucun doute se reproduire…
      Les rats vont quitter le navire, La République Emmanuelle Macron (lrem) en masse quand la justice entrera en piste, l image est pour eux leurs outil de travail. Et certain envisage encore des élections…

        +9

      Alerter
      • RGT // 03.05.2020 à 11h21

        Concernant la république, ce système d’organisation de l’état n’a strictement rien à voir avec la notion de démocratie.

        C’est même totalement à l’opposé car une république centralise tous les pouvoirs et ses apparatchiks imposent leurs décisions (qui vont bien sûr en leur faveur, ils ne vont surtout pas se tirer une balle dans le pied).

        Les pires régimes politiques récents sont ou ont été des « républiques », ne l’oublions pas.

        Concernant les partis, ils n’ont absolument rien de démocratiques non plus car ils roulent en fait pour que leurs dirigeants puissent s’assurer des revenus confortables en enfumant les adhérents et les sympathisants (cf défunt PS).

        Et il en va de même d’ailleurs pour toutes les structures censées protéger la population (cf CFDT) totalement corrompues par les « aides de l’état » qui permettent à ses dirigeants de vivre confortablement avec les « deniers de la honte » du MEDEF. Les seuls VRAIS syndicats sont bien ceux qui ne sont pas « partenaires sociaux », donc ne bénéficient PAS de cette manne et qui vivent uniquement des cotisations de leurs adhérents.

        Cette tendance malsaine des humains à suivre sans réfléchir les grands orateurs m’effraie.
        Que vous soyez de « droite », du « centre », de « gauche » ou « ni l’un ni l’autre » et que vous écoutiez béatement un « guide » (Fürer en allemand) vous oblige ensuite à suivre sans réfléchir les consignes « divines » d’un type qui a bâti sa carrière professionnelle dans ce but.

        Et ces fameux « guides suprêmes », une fois au pouvoir, vont patiemment bâtir des institutions qui leur permettront de régner sans partage en imposant leurs souhaits sans jamais avoir à rendre des comptes à quiconque.

        Et je ne vous parle même pas des hauts fonctionnaires qui passent d’un régime à l’autre sans ne jamais être inquiétés.

        Dans une vraie démocratie, TOUS les « dirigeants », même les hauts fonctionnaires ou leurs supplétifs (juges, policiers, militaires) devraient rendre des comptes à la population et ne devraient bénéficier d’aucune possibilité de se soustraire à la population.

        La situation actuelle en France est tout à fait « normale » et n’a rien à envier au repoussoir qu’est la Corée du nord…

        La seule différence est simplement le contenu du « divin message » qui embrigade la population depuis sa naissance.

        Je me trompe peut-être, alors prouvez-moi simplement le contraire.

          +10

        Alerter
        • barbe // 03.05.2020 à 12h17

          La république c’est la séparation des pouvoirs, une question finalement d’administration de la vie commune. Rien de cette centralisation là, qui est tout à fait présente dans le despotisme.
          En revanche la démocratie ne concerne pas l’organisation de la séparation, mais la question de l’origine de la souveraineté : si c’est le peuple, alors c’est lui qui doit être consulté, et beaucoup plus fréquemment qu’aujourd’hui.
          Les confondre mènent à de graves conséquences pratiques. On a par ex tout intérêt à dire que nous ne sommes pas en démocratie, car outre la vérité du constat, cela nous prémunit contre ceux qui voudraient instaurer un régime fort…

            +3

          Alerter
      • Diogène // 04.05.2020 à 10h57

        nours77
        Il fallait oser, vous l’avez fait.
        Le problème, c’est que vous auriez peut être dû creuser les deux notions avant d’écrire une telle ineptie.
        Pour faire court, le terme Démocratie dit qui gouverne et celui de République dit au nom de qui on gouverne.
        Prétendre que les deux termes n’ont rien à voir entre eux est tout simplement stupide.
        L’Angleterre est une démocratie qui ne se dit pas républicaine, parce que l’exécutif gouverne au nom de sa souveraine.

          +1

        Alerter
    • BayBee // 03.05.2020 à 11h41

      ça ne date pas de septembre 2018 mais du 27 avril 2020 … en 2018 il n’y avait pas encore le covid-19 … =)

        +2

      Alerter
  • weilan // 03.05.2020 à 07h40

    Ce que cette gente dame n’a pas compris, c’est que LREM n’est pas et n’a jamais été un parti politique.
    LREM est et fonctionne comme une secte. Qu’il lui ait fallu près de 3 ans pour s’en rendre compte ne plaide pas en faveur de sa clairvoyance.

      +40

    Alerter
  • Calvez // 03.05.2020 à 07h42

    Catastrophe ambulante que cette dame. Elle souhaite toujours la réussite de Macron, elle le dit elle-même. Le commun des mortels, en prise avec la réalité de la vie des gens ordinaires, a vu, dés le début, que Macron était de la même faïence (*) que ces prédécesseurs : incompétence, libéralisme dogmatique. Lui, il y ajoute l’arrogance. Xavier Bertrand et l’UDI sont semblables. Je n’ai pas choisi entre Mme Bettencourt et sa fille, je ne vais pas non plus prendre partie entre Macron et Bertrand. C’est blanc bonnet et bonnet blanc.
    Cette dame est singulièrement aveugle. Il est souvent bon de laisser parler quelqu’un qui casse l’ennemi de classe mais il faut quand même veiller à ne pas enrôler n’importe qui.

    * : Du marbre, on en fait des statues. De la faïence, on en fait des trucs nettement moins glorieux.

      +29

    Alerter
    • Anatole27 // 03.05.2020 à 08h47

      OUAIS c’est clair que pour faire la REVOLUTION il vaut mieux avoir soi
      des gros ABRUTIS qui n’auront pas d’états d’âmes à faire TOUT ce que dit le CHEF

      C’est une METHODE éprouvée , on dit même que MACRON l’a choisie pour recruter pour LREM

        +1

      Alerter
    • jok // 03.05.2020 à 09h56

      C’est tout à fait le profil type d’une centriste moue, dégoulinante de bien-pensance, incapable d’appréhender les enjeux de pouvoir qui se trament. Des comme elle, j’en connais plein : des collègues, des amis, des membres de la famille. Oui ils sont gentils mais leur naïveté crasse nous condamne car ils sont malheureusement encore majoritaires et continuent par l’élection à donner le pouvoir à nos liquidateurs.

        +24

      Alerter
    • petitjean // 03.05.2020 à 17h49

      @Calvez
      « de la faïence dont on fait les bidets »
      Marie France Garaud à propos de Jacques Chirac

        +1

      Alerter
  • Pie vert // 03.05.2020 à 08h16

    « Éviter les extrêmes », elle a pas encore compris qu’ils sont au pouvoir là. Allez encore un peu d’effort !
    Maintenant Macron va vouloir ratisser encore plus large de droite à gauche pour faire avaler au pays sa dictature europeiste. Il a tous les pouvoirs (média,justice,police), l’argent de la BCE, les lois sont prêtes (Sapin, Avia, État d’urgence) et le pire c’est que ça risque fort de passer comme une lettre à la poste.
    Notre avenir ne dépend que de Berlin ,Washington et Soros: y croient ils encore ?

      +20

    Alerter
  • Gévaudan // 03.05.2020 à 08h46

    Témoignage accablant quant au rappel des faits.
    Ce qui, également, est accablant c’est que Mme Dumas se soit laissée hypnotiser par un candidat qui avait fait ses classes dans la Banque, avait été plébiscité par le milieu de la finance, et que ses antécédents politiques au secrétariat général de Élysée et comme ministre de Hollande ne l’aient pas inquiétée.

    Accablant, que Mme Dumas, bonne observatrice, on le voit dans cet entretien, n’ait pas décelé dans la candidat de 2016-2017, le gourou psychopathe qu’elle décrit aujourd’hui.

    Accablant son vœu que le dit gourou réussisse -finalement- dans ses œuvres.
    Accablant d’imaginer que le renouveau de notre pays puisse transiter par l’UDI et X. Bertrand. Oui, accablant.

      +34

    Alerter
    • Francois Marquet // 03.05.2020 à 09h55

      « Accablant, que Mme Dumas, bonne observatrice, on le voit dans cet entretien, n’ait pas décelé dans la candidat de 2016-2017, le gourou psychopathe qu’elle décrit aujourd’hui.«  Elle n’est pas seule. Combien de Français ont voté Macron et se ont été mystifiés?

        +14

      Alerter
    • Bissecan // 03.05.2020 à 13h07

      Je « like » votre commentaire parce que vous avez un beau pseudo. 48 en force. D’ailleurs chez nous c’est la sénatrice qui la première a déclaré le covid. Militons pour l’indépendance de la Lozère et on ne sera plus emm.. Mais avez vous remarqué que l’article date de 2018?
      Il faut lui reconnaître qu’elle a quitté le navire bien avant les rats. Et Dumas c’est ptet ben un nom Auvergnat et les auvergnats sont presque des gens comme nous.

        +1

      Alerter
      • Gévaudan // 03.05.2020 à 14h08

        Merci pour ce chaleureux coup de béret aux lozériens. Ils n’en portent d’ailleurs plus guère… Pour ce qui est de l’indépendance de la Lozère, je fais partie de ces républicains qui militent pour la France Une et Indivisible, et… ce faisant….pour continuer à bénéficier des généreux transferts financiers du reste de la nation envers notre tout petit et dépeuplé (magnifique) département. L’occasion d’exprimer ici ma reconnaissance à mes compatriotes.

        L’article date bien de septembre 2018, mais la vidéo, elle, d’avril 2020. Ce qui explique mon accablement à entendre les propos de cette dame députée… Après trois années de diarrhée verbale macroniste, de mensonges, de dénis, de forfaitures et de bastonnades, exprimer encore une espérance, relève, à mon sens d’une forme de déraison.

          +8

        Alerter
        • Bissecan // 03.05.2020 à 14h32

          « Elle quitte l’UDI et le groupe UAI en juin 2019, estimant que celui-ci est devenu une composante de la majorité, et rejoint le groupe Libertés et territoires. » source wiki
          Vous voyez donc que son espoir en Xavier Bertrand a fait également long feu. On peut pardonner les égarements des novices en politique qui se sont fait abusés, même si je n’ai jamais voté Lrem ni LR. Errare humanum est, perseverare diabolicum.

            +3

          Alerter
        • Bissecan // 03.05.2020 à 15h00

          Plus grand chose n’a été fait pour la Lozère depuis le percement de l’A75. La fonction publique qui est depuis longtemps le premier employeur de Lozère se réduit comme peau de chagrin. (Bureaux de poste supprimés, mairie fermé etc.). La DDE reste encore la plus efficace de France pour l’entretien des routes et le déneigement mais pour combien de temps? La PAC est assez favorable aux agriculteurs de montagne mais à quel prix? Normes absurdes qui font construire des hangars en tôle, où les vaches cuisent en été et se caillent l’hiver, à côté des vieilles étables en granit non adaptées au « bien être animal » pour une question de hauteur sous plafond. Développement outrancier des intrants mêmes sur l’Aubrac.
          Bien sûr l’indépendance de la Lozère est une plaisanterie de ma part, mais l’Etat jacobin n’a plus grand chose à nous apporter.

            +6

          Alerter
  • lemoine001 // 03.05.2020 à 09h01

    Elle est de droite. Qu’elle soit chez Macron ou ailleurs c’est du pareil au même.

      +19

    Alerter
    • petitjean // 03.05.2020 à 13h14

      « droite » ou « gauche » ça ne veut plus rien dire
      c’est juste un attrape gogos, l’illusion d’une alternative politique. D’ailleurs, pour ceux qui ont de la mémoire, ces 40 dernières années, la « droite » a été plus souvent au pouvoir que la « gauche ». Quels sont les résultats ?
      la ligne de fracture politique est entre les euro-mondialistes et les souverainiste-identitaires
      tout le reste est enfumage du populo. Je conviens que, hélas, ces éléments de langage illusionnent encore le peuple ignorant……….

        +4

      Alerter
      • lemoine001 // 03.05.2020 à 13h24

        Votre classement entre « euro-mondialistes » et « souverainiste-identitaires » est celui que fait Macron. C’est aussi celui de l’extrême droite. C’est aussi celui par lesquels les « rouges bruns » veulent faire passer leur confusionnisme.
        Si on récuse le classement droite / gauche parce qu’il se trouve des gens qui se disent de gauche alors qu’ils travaillent pour les dominants, alors il faut dire que le seul classement qui ne ment pas est celui qui oppose les idées qui servent les intérêts des travailleurs et celles qui servent ceux des exploiteurs (c’est-à-dire ceux qui s’enrichissent par le travail d’autrui).

          +8

        Alerter
        • petitjean // 03.05.2020 à 17h40

          mais au dessus des « travailleurs », n’y a-t-il pas la Nation et toutes ses valeurs millénaires qui la fondent ?

          au fait, « extrême droite » et « rouge brun » ne sont-ils pas les éléments de langage des européiste-mondialistes qui combattent la nation, son identité, ses valeurs et son histoire ?……………..

            +2

          Alerter
          • lemoine001 // 03.05.2020 à 20h09

            La nation n’est pas une institution millénaire. Les nations européennes se sont affirmées au XIX ème siècle. L’unité allemande date de 1870, l’unité italienne s’est faite entre 1859 et 1870. L’unité française a été construite par morceaux tout au long de l’histoire et n’a été parachevée qu’en 1918. La conscience nationale est encore plus tardive que l’unité. Quant aux valeurs, on peut estimer pour la France qu’elles sont l’œuvre de la 3ème république.
            L’unité internationale des travailleurs est symbolisée par le 1er mai. Les valeurs qu’elle portent valent autant, sinon plus, que celles de la nation. Elles sont facteur de paix et non de division, de solidarité et non de guerre.

              +2

            Alerter
  • Julien // 03.05.2020 à 09h11

    LREM est un parti de régime totalitaire qui rêverait de devenir dictature. Ses membres sont des incultes finis pour beaucoup. Le gouvernement a été composé volontairement de petits soldats obéissants et débiles. La porte parole a elle seule symbolise tout l’échec de la macronie. Je n’oublierai pas la fête de la musique à L’Elysée vantée par les médias, alors que c’était une honte totale pour une présidence. La photo de Macron avec les « danseurs » illustre parfaitement ce qu’ils pense de la France et ses idées. Regardez depuis quelques années comme le paysage change au nom du « progrès » ce truc derrière lequel tous les LREM se cachent pour vendre leur soupe. Je n’oublierai pas non plus que c’est Macron qui a vendu Alstom. Fleuron de notre industrie, on en paie les conséquences encore aujourd’hui. Juste une chose, sur Macron, il n’a pas d’enfants et n’en n’aura pas. Donc un président sans enfants, sans réelle famille ne peut être un bon président. Cet homme est un psychopathe comme beaucoup l’on dit dès le départ. c’est un manipulateur et un menteur. LREM est la quintessence de l’incompétence et de la perversion politique. j’ai souvenir de tous les obnubilés qui disaient vouloir voter pour lui parce qu’il est « jeune » « beau » « Parceque ça change .. » etc … en 2022 ces gens voteront encore pour une chèvre et trouveront ça progressiste ….

      +41

    Alerter
  • Eric83 // 03.05.2020 à 09h13

    La « substantifique möelle » de cet échange, c’est avant tout la personnalité/la psychologie de Macron.

    Il vit dans un déni de réalité et Denis Robert ose le dire à un moment donné, cela relève de la pathologie.

    Ayant perçu depuis longtemps, j’ai même écrit à nos parlementaires en mars 2019 à ce sujet en demandant la mise en oeuvre de l’article 68. « Députés et sénateurs, destituez Macron pour son comportement manipulateur, ses dénis de réalités et ses mensonges ! » ( Lien ci-dessous )

    J’y écrivais entre autre, ceci :

    « En effet, le Président Macron a démontré à de nombreuses reprises un comportement structurel de manipulateur et de menteur vivant dans un déni de réalité ».

    « Les méthodes sont donc toujours les mêmes, tenter de convaincre par le « dialogue » et en cas d’échec, mentir, manipuler, nier la réalité, ostraciser et diaboliser les détracteurs par tous les moyens en hurlant notamment au complotisme et en usant de la victimisation à outrance. »

    Actuellement et plus que le Covid19, ce qui m’inquiète, c’est que des personnes, telle cette députée, manifestement conscientes des dénis de réalité de Macron puissent continuer à croire/espérer que Macron pourrait changer un tant soi peu personnellement mais aussi de politique.

    Ces « optimistes » n’ont pas compris que les individus au comportement de manipulateur-destructeur ( ou PN ) ne changent pas car la réalité des faits – la nôtre, celle du vivant – n’a aucune importance pour eux.

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/deputes-et-senateurs-destituez-213494

      +29

    Alerter
  • Berrio // 03.05.2020 à 10h38

    Denis Robert et ses sponsors voudraient-ils nous faire croire qu’il y a de bons LREM pour une grande opération Union nationale de la « gauchedroite » de LREM à la droitegauche éparpillée sur les bancs de l’Assemblée nationale ?

      +2

    Alerter
  • E-Gwen // 03.05.2020 à 12h10

    Et bien moi, je le dis :

    « Vive l’arrêt public en marche »

    (Il faut avoir le courage de ses opinions)

      +2

    Alerter
  • François // 03.05.2020 à 12h12

    Elle s’est berné comme des millions de français.

    C’était prévisible, elle le savait…. L’espoir mais nous ne vivons pas dans un monde de Bisounours 😊😅

    Ne cherchez pas à trouver des excuses aux gouvernements, ils sont sensés gérer des projets plus complexes que des masques et a savoir donner des priorités sur des lignes de budgets.

    Ils sauvent leurs têtes simplement… Cela montre qu’ils sont soit incompétents soit vendu. A qui ? Il faut ouvrir une enquête rapidement avant que les preuves partent.

    noublionsrien.fr est un collectif juridique. Allez voir faire votre opinion, 19000 personnes inscrites… Passons à l’action

      +3

    Alerter
    • Eric83 // 03.05.2020 à 14h45

      Initiative pour une Action collective qui s’est fait connaître grâce à l’ITW le 28/4 sur youtube par Silvano Trotta de Me Manna. Silvano, que des médias MSM tentaient de ridiculiser et décrédibiliser quelques jours auparavant.

        +1

      Alerter
  • petitjean // 03.05.2020 à 13h05

    Naïveté, inconscience, ignorance ? Cette personne ignore-t-elle la chose politique ?
    Et tout ça pour rejoindre l’UDI, ce parti d’opportunistes sans colonne vertébrale. Et d’ailleurs sur le fond, quelle différence y-a-t-il entre l’UDI et LREM ? Tous deux européiste-mondialistes et…immigrationistes !
    Cette député a-t-elle constaté que nous ne vivons plus en démocratie ? Se rend-t-elle compte que ce n’est plus le législatif qui contrôle l’exécutif mais l’inverse ?
    Les députés sont des godillots dans une sinécure, et trahissent sans vergogne ceux qui les ont élus. Ce sont bien eux qui sous Sarkozy ont adopté le projet de constitution européenne que les français venaient de rejeter par référendum à plus de 54 %

      +7

    Alerter
    • Catalina // 03.05.2020 à 15h09

      Bonjour, la précision est importante : « Cette député a-t-elle constaté que nous ne vivons plus en démocratie ? » euh ??? mais, a t-on un jour vécu en démocratie ? 2005 restera pour moi la preuve que nous n’avons vécu que sous l’illusion d’une démocratie car ben nan, c’est une république

        +3

      Alerter
      • petitjean // 03.05.2020 à 17h44

        la « république » serait-elle donc une……dictature qui ne dit pas son nom ?
        le pouvoir du peuple pour le peuple par le peuple…c’est où svp ??

          +1

        Alerter
  • Enma // 03.05.2020 à 14h46

    Pas complètement dans le sujet, mais pas complètement à côté non plus, je tente ma chance – peut-être que quelqu’un ici se souvient de cette vidéo qui a circulé au moment de la présidentielle. Y témoignait un trader hilare (anglophone) qui racontait que, bien loin de sa légende en cours de construction à l’époque, Macron, du temps où il pointait chez Rothschild, faisait plutôt marrer ses collègues par son incompétence crasse. J’ai peu de souvenirs du détail, sinon qu’il le disait incapable de faire un tableau excel sans aide et qu’on lui en donnait volontiers rien que pour le plaisir de voir sa mine déconfite apparaître au-dessus de son écran en quête d’une âme charitable .
    Est-ce que quelqu’un s’en souvient, voire serait capable de localiser cette vidéo ? (à supposer qu’elle n’ait pas disparu pour toujours)

      +3

    Alerter
  • guzy // 03.05.2020 à 21h46

    Un tel niveau d’illusion ce qu’est le Macronisme, ça s’apparente quand même à de la c…rie. Le Macronisme est par définition la négation de la démocratie et son remplacement par une technocratie qui décide de tout dans le cadre de la gouvernance européenne. Le budget est co-élaboré avec la Commission, ce n’est pas à des parlementaires de s’en mêler.

    Je suis quand même surpris qu’une personne apparemment intelligente ait pu se laisser berner comme ça. Le plus drôle c’est que cette personne ne semble pas faire le lien entre ces convictions européistes et l’application d’une politique qu’elle désapprouve ! Vraiment des décennies de discours lénifiant sur la concorde entre les peuples, la nationaliste c’est mal, la mondialisation et le libre-échange c »‘est beau, les pages les plus noires de notre histoire…. a complètement lobotomisé les gens, qui sont dans une sorte de glu pseudo-religieuse qui les rend vraiment bêtes.

      +0

    Alerter
  • Logique // 04.05.2020 à 01h30

    La démocratie, c’est le pouvoir du peuple. Pour qu’un pays soit démocratique, le peuple doit être en mesure d’exercer son pouvoir dans le domaine politique ET dans le domaine économique. Le pays le plus proche d’une démocratie est la Suisse avec son système d’initiative et de référendum à tous les niveaux (Etat fédéral, cantons et communes). La démocratie économique y est quasiment inexistante, mais au moins les gouvernements respectent la constitution qui peut demander à être modifiée à tout moment.

    La France n’est ni une démocratie politique, ni une démocratie économique.

    1) La constitution n’est pas respectée;
    2) La séparation des pouvoirs n’existe pas;
    3) Le parlement est une chambre d’enregistrement des décisions de l’exécutif;
    4) Les procureurs ne sont pas élus et sont sous l’autorité de l’exécutif;
    5) Le président exerce en même temps tous les pouvoirs et ne rend des comptes à personne: il est intouchable;
    6) Le parlement n’est pas représentatif du peuple français.

    La France est une tyrannie.

      +3

    Alerter
    • Belfegor // 04.05.2020 à 05h14

      Et personne ne relève cette extravagante réalité (pas nouvelle certes) qui est qu’un seul homme, non-élu, prend seul 80% des décisions concernant la politique de la France. Et que 3 autres, un mal-élu, un non-élu et un élu insignifiant, se partagent le reste… Tu parles d’une démocratie ! L’adoption d’une constitution démocratique est vraiment une priorité urgente à moins de continuer à compter sur les avantages d’une tyrannie éclairée.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications