Les Crises Les Crises
12.février.202112.2.2021 // Les Crises

Colchicine et Covid-19 : comme un goût de mars 2020

Merci 48
J'envoie

Source : InsuffisantCardiologue.com – 28-01-2021 – Florian Zores

Encore une fois, l’emballement a commencé par un communiqué de presse, au sujet d’une molécule ancienne et miraculeuse, solution à l’épidémie à SARS-CoV-2, qui diminuerait de manière importante les décès et les hospitalisations si elle était administrée précocement. Nous ne sommes pourtant pas en mars 2020, mais en janvier 2021. Il y avait quelques raisons d’être intéressés. Le protocole avait été publié : un essai randomisé, contre placébo, en double aveugle, chez 6000 patients.

Il y avait aussi des raisons d’être attentistes : une étude interrompue précocement, avec seulement ¾ des patients inclus, une efficacité exprimée en réduction relative et non pas absolue du risque, un résultat « presque significatif ». Nous avons été nombreux à demander à voir les données et un papier avant de se prononcer sur l’efficacité, à la fois échaudés par les multiples fausses promesses des derniers mois et surtout parce que c’est ainsi qu’on juge de l’effet d’un traitement.

La machine médiatique a pris le relai ; avec – me semble t-il – un peu plus de prudence qu’en mars 2020. Peut-être échaudée par ce qu’elle a créé du côté de Marseille par son emballement sans contrôle au lendemain du 25 février, malgré les mises en garde de nombreux médecins et scientifiques. Malheureusement, ce que nous étions nombreux à redouter s’est confirmé avec la publication du pre-print de l’étude Colcorona : l’étude ne parvient pas à conclure que la colchicine apporte un avantage sur le critère primaire des décès et hospitalisation à 30 j, malgré plus de 4000 patients inclus.

Certes, il y a une positivité statistique dans un sous-groupe de patients (ceux avec une COVID confirmée par PCR), mais il s’agit d’une analyse de sous-groupe d’une étude neutre, ce qui a autant de valeur que de dire que l’Aspirine est inefficace chez les patients nés sous le signe de la Balance ou des Gémeaux.

Cette histoire autour de la colchicine illustre encore une fois le problème de traitement de l’information scientifique pendant cette pandémie. D’un côté par les média. Le temps scientifique n’est pas celui des média, notamment des chaines d’information en continu. Le temps scientifique est lent : mettre au point un protocole, recruter les patients, recueillir les données, assurer le suivi, faire l’analyse statistique. Faire une étude de qualité prend du temps, même avec une pathologie infectieuse aiguë comme la COVID dont le suivi peut être de juste un mois. Lire une étude et éplucher les données prend aussi du temps.

La méthode scientifique est incertaine et s’accommode mal des affirmations chéries par les gros titres de la presse écrite ou des bandeaux déroulants des chaines d’information. La nuance et les suppositions font partie intégrante du processus scientifique, mais les précautions prises dans les articles ou les préprints sont souvent écartées, faisant d’une interrogation une affirmation et d’une corrélation une causalité. L’absence dans la majorité des rédactions de journalistes scientifiques, conscients des biais possibles et du fonctionnement de la recherche, a empêché une traduction juste de la complexité d’une recherche scientifique retransmise quasiment en temps réel.

Ces pseudo-vérités assénées dans la presse avec certitudes pour être contredites avec autant d’aplomb quelques jours plus tard sont confusantes pour une population qui n’est pas habituée à la constitution d’un consensus scientifique qu’elle ne perçoit en général que lorsqu’il se trouve établit et qu’elle se représente comme LA vérité. Il est alors plus simple et reposant de suivre celui qui parle le premier et le plus fort et propose une solution séduisante, quand bien même elle ne serait que le décors en carton-pâte de nos espoirs, vite démoli dès qu’on gratte un peu le verni.

Mais dans cette histoire de Colchicine, comme dans de nombreuses depuis un an, scientifiques, médecins et institutions ne sont pas innocents non plus. Ils ont joué de l’attrait des média en faisant du communiqué de presse une nouvelle façon de publier des résultats scientifiques. Rien n’est plus opposé à un article scientifique qu’un communiqué de presse : diffusion immédiate de résultats sélectifs et embellis, sans relecture par les pairs. Pendant longtemps cette communication était l’apanage des industriels, notamment en raison des obligations réglementaires pour contrôler le risque de délits d’initié pour les sociétés cotées, et sa diffusion se limitait en général aux spécialistes voire sur-spécialistes d’une discipline.

Avec la COVID, dans la course au traitement et au vaccin, les institutions publiques se sont mises à diffuser des résultats tronqués quand ils ne sont pas tout simplement faux, sur la base d’analyses intermédiaires d’études parfois de mauvaises qualités ou au plan statistique discutable, résultats repris par la presse grand public dans le monde entier. Certains veulent être celui qui sauvera le monde, et à cette aunes les propos de Tardif sont particulièrement éloquents « il fallait alerter la planète rapidement » dit-il dans la presse et écrit-il en substance dans le préprint qu’il a publié. Volonté de prévenir le monde au point d’écourter une étude pourtant méthodologiquement robuste, la plantant ainsi en rase campagne au milieu du champs de son égo.

La méthodologie et la pertinence de l’analyse statistique ne sont pas solubles dans l’urgence, bien au contraire ; elles sont celles qui nous autorisent de penser avec un niveau acceptable de certitude que ce que l’expérience nous permet d’observer est un reflet pas trop faux de la réalité. L’évaluation d’une expérience ne peut se faire qu’avec une vision claire de la méthode utilisée et de la population étudiée. La relecture et la validation par les pairs, pour imparfaites qu’elles soient dans le cadre actuel du modèle de l’édition scientifique, reste les garantes d’une certaine qualité des résultats.

Nous sommes responsables des espoirs que nous donnons. Car ceux qui payent le prix de nos errements, à la fin, ce sont les patients.

Source : InsuffisantCardiologue.com – 28-01-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

46 réactions et commentaires

  • jbt // 12.02.2021 à 07h15

    les anti-coagulants et les corticoïdes sont maintenant utilisés en hopital, sans qu’il y ait eu de double aveugle, ce qui a clairement fait baisser les nombres de morts (en belgique, un chu parlait de 50 pour cent de morts en moins). sinon, beaucoup d’autres trucs sont utilisés par les médecins sans le dire car, comme la grippe qui se soignent très mal, les médecins soignent tous ce que cela peut provoquer avec ce qu’ils ont, ce qui permet une baisse de la mortalité aussi, surtout par le fait qu’étant mieux accompagnés les gens sombrent moins dans la détresse respiratoire qui, elle, est prise plus tôt de manière moins intrusive. donc beaucoup de choses ont changé depuis onze mois, sauf la position qui veut continuer à faire accroire que ce virus est un big one qui peut tuer n’importe qui (deux masques aux usa et facebook qui veut censurer les gens qui diraient que ce virus est une fabrication humaine, or pour l’instant, nul ne le sait, donc s’ils censurent, ils doivent aussi censurer ceux qui disent que c’est une zoonose). votre vision dogmatique ne marche plus. le science médicale, c’est pas regarder les planètes tourner en calculant leur épicycle. par contre le vaccin, tout en étant pour, faut bien reconnaître qu’au niveau logistique ça ne suit pas, et il serait quand même beaucoup moins efficace qu’annoncé…

    • LibEgaFra // 12.02.2021 à 07h37

      « et il serait quand même beaucoup moins efficace qu’annoncé… »

      Chuuuut! Il ne faut surtout pas le dire! Vous voulez empêcher les labos d’engranger des profits gigantesques (comme ces 5 doses facturées 6 doses!)??? Vous êtes inconscient, vous allez faire le jeu de la Russie et de son vaccin!

    • kasper // 12.02.2021 à 08h19

      Sauf que les anticoagulants et les corticoïdes on a plus besoin d’étude en double aveugle pour savoir ce que ca fait (respectivement éviter les caillots de sang dans les poumons lésés et renforcer les muscles du système respiratoire), le travail a été fait bien en amont. le but étant non pas de diminuer la charge virale par un procédé encore non identifié, mais de parer en urgence aux symptômes les plus dangereux selon un procédé déjà connu. rien a voir.

      « sauf la position qui veut continuer à faire accroire que ce virus est un big one qui peut tuer n’importe qui »

      A tue plus d’américains en 1 an que la seconde guerre mondiale en 4, mais bon, c’est juste une petite gripe…

      • Come Back // 12.02.2021 à 08h32

        Sauf qu’à la WWII ils avaient 20 ans et étaient « en pleine forme ». En 2020-21, 85 ans et + et/ou obèses et/ou polypathologiques sans assurance maladie. Cela fait une grosse différence.

        • Havoc // 14.02.2021 à 09h18

          Les anticoagulants ne font pas appel au système immunitaire, leur efficacité ne dépend pas vraiment de l’âge du patient. Pour les corticoïdes, je l’ignore, mais il se peut que leur effet immunorégulateur soit aussi vérifié chez les personnes âgées.

      • Véro // 12.02.2021 à 08h33

        Ça tue moins que les maladies cardiaques, en seulement un an.

        • RGT // 12.02.2021 à 11h11

          Sans compter la pollution, les accidents de circulation et les « bienfaits » du capitalisme dont le nombre total de victimes (en comptant bien sûr celles qui auront des séquelles à vie) atteignent des plafonds.

          Sans compter sur le fait que la propagation foudroyante du virus a été fortement favorisée par la « liberté de circulation » (des biens fabriqués de l’autre côté de la planète) et grâce aux moyens de transports rapides actuels.

          Je ne prône pas du tout un retour au moyen âge, mais quelles que soient les conséquences de cette pandémie les « dirigeants avisés » ne prendront jamais les meilleures décisions car ce serait se tirer une balle dans le pied de leurs carrière ET tuer la poule au œufs d’or.

          Remède contre le Covid-V2 = profits.
          Remède contre les activités humaines mortelles = destruction de « l’économie », particulièrement la spéculation financière.

          N’oublions jamais que si les « sociétés humaines » survivent, c’est uniquement grâce à ceux qui tout en bas de l’échelle bossent dans le monde réel pour parvenir à nourrir la « machine infernale ».
          Et qui sont bien sûr les moins rétribués pour un travail vital à la survie de tous les autres.

        • nico // 12.02.2021 à 15h59

          Oui sauf que les maladies cardiaques comme une bonne partie des cancers et AVC par exemple ne sont pas liés à une cause extérieure !!! Donc ça n’a strictement rien à voir ! puisqu’il faut bien mourir de quelques choses ces différentes causes chez les très âgés sont juste une usure « naturelle » de la machine contre laquelle on ne peut rien contrairement aux agents pathogènes!

          • Logique // 12.02.2021 à 21h44

            « ne sont pas liés à une cause extérieure !!!  »

            Je pense que oui. Trop de stress, pas assez de sommeil, trop de graisses, pas assez d’exercices, trop d’alcool, trop de drogues (tabac, etc.), trop de nourriture industrielle, etc.

          • Havoc // 14.02.2021 à 09h21

            Si vous faites un infarctus parce que vos plaquettes ont créé un bouchon dans une de vos artères parce que le tabac avait détruit la couche protectrice interne, c’est bien une cause extérieure qui est la cause de votre décès. Il est encore plus étonnant que vous excluiez les facteurs externes du déclenchement d’un cancer. Je me demande si vous ne confondez pas les causes extérieures, comme vous les appelez, avec les contaminations.

      • Charles // 12.02.2021 à 08h36

        Ce qui devrait à tout le moins vous faire réfléchir :

        – au fait que vous ne compariez pas au nombre de morts de l’URSS pendant la Seconde guerre mondiale : quand on sait un peu cette histoire, et le moment et le lieu où est entrée en guerre l’armée américaine, on sait qui s’est battu et qui est mort. L’affaire de la nationalité n’y fait rien. Pourquoi ne comparez-vous pas le nombre actuels des dècès Covid en Russie et autres pays de l’ex-URSS avec les morts pendant la Seconde guerre mondiale : vous verriez que le Covid est moins dangereux, largement ;

        – au fait qu’il est vraiment étrange en effet que la nation la plus riche du monde ait tant de morts comparés par exemple à l’Afrique ou l’Asie. Pourquoi vous focalisez-vous sur les States alors que l’argument selon lequel la Corée du sud a un taux de mortalité fort bas n’est pas un argument ?

        Tellement bizarre, votre comparaison. Vous ne prenez que ce qui vous arrange et vous en tirez une conclusion générale.

        • Kasper // 12.02.2021 à 08h59

          Il ne vous a pas échappé que la guerre c’est plus dangeureux qu’une maladie respiratoire. Félicitations, on vous la fait pas, à vous…

          La comparaison d’un pays avec lui même donne un ordre de grandeur. Comparer avec la Russie n’a absolument aucun intérêt. Avez vous remarqué aussi que le Covid au Guatemala à tué plus que la guerre d’Algérie en Suisse ? Troublant n’est ce pas…

          La Corée EST un argument… Pour des mesures énergiques de contrôle de l’épidémie. Les USA et leur laisser faire sont au contraire un bon exemple de ce qui se passe quand on ne fait rien. Faut savoir être pertinent.

        • VVR // 12.02.2021 à 11h58

          Ou juste l’effet qu’aura la covid et l’effet qu’a eu la fin de l’urss, unique événement en dehors de la seconde guerre mondiale où le taux de croissance de la population est devenu négatif.

          • Logique // 12.02.2021 à 21h48

            « unique événement en dehors de la seconde guerre mondiale où le taux de croissance de la population est devenu négatif. »

            La population du Japon baisse. Donc taux de croissance négatif.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_du_Japon

            La sagesse même! Par le contrôle de l’immigration, ce que les pays européens ne savent pas faire ou ne veulent pas faire.

            • VVR // 14.02.2021 à 00h14

              Je parlais de la Russie uniquement, qui est toujours en léger déclin et fait tout pour s’en sortir.

              Le japon (ou la coree du sud) sont effectivement en déclin , et d’excellents exemples de ce que sera l’Allemagne dans quelques années: des pays remplis de petit vieux qui tombent dans la délinquance pour échapper à la solitude et à la misère (dans l’indiférence générale).

      • jbt // 12.02.2021 à 10h07

        je dis juste que depuis 11 mois des progrès ont été faits en prise en charge et qu’effectivement, quand c’est en urgence, on ne s’embarrasse pas des études impayable et impossibles à faire en un mois et qui satisfont surtout les statisticiens, et il le font pour les mécanismes connus de la médication (d’où ma référence à la grippe, non pas pour comparer la gravité) d’ailleurs il y a maintenant manifestement des traitements qui marchent, au moins un peu. hors ce « un peu » est capital puisqu’on nous a confiné pour ne pas faire « péter la courbe d’hospitalisation ». enfin j’ai dit que ce n’était pas le big one, j’ai pas dit que c’était rien, et il ne tue pas n’importe qui. par contre, aux niveaux des chiffres en belgique, tout le monde le reconnait que ça a été compté trop large, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas un pays qui compte en dessous. enfin, moi toutes ces comparaisons d’incomparables me fatiguent surtout quand on prend les américains en 40, mettez les morts russes svp, parce qu’ils ont compté pour moins d’amerloque morts. mais en fait c’est quand même pas une comparaison. quant au vaccin, je suis gentil, les études sérieuses les mettent en cause en tout cas pour certains variants actuels (ce qui, « mécaniquement », est en fait assez normal d’ailleurs), bon voilà j’ai déjà ma dose d’échange sur le sujet

        • Grd-mère Michelle // 12.02.2021 à 13h19

          « … d’ailleurs il y a maintenant, manifestement, des traitements qui marchent, au moins un peu… »
          En effet. Mon oncle de 92ans a été « terrassé »(alité et totalement dépendant) de mars à juillet 2020 par la Covid, contractée en « revalidation » à l’hôpital où il était entré pour se faire opérer d’une arthrose du genou(c’est vous dire si son état général était bon!)
          L’affection dont il souffrait a été nommée « double broncho-pneumonie » et soignée comme telle: antibiotiques et cortisone. Il n’a heureusement pas été « intubé » et n’a reçu qu’occasionnellement, au début, de l’oxygène. Ensuite, il a pu retrouver son chat et son beau jardin et, aujourd’hui, à 93ans, il a repris ses petites activités de retraité et ses relations « protégées » avec son entourage. Mais il est devenu légèrement diabétique, à cause, parait-il, de la cortisone…
          Il semble que cette option, de soigner avec les traitements habituels, n’a pas été envisagée dans la plupart des cas, et je me demande bien pourquoi…!?

          • VVR // 17.02.2021 à 12h52

            Les antibiotiques, a moins qu’il y ait surinfection, ça ne sert a rien. Au contraire, des études récentes (sur modèle animal) laissent penser qu’ils affaiblissent le système immunitaire.

            Ils sont par contre administrés au moindre soupçon de pneumonie, un pneumocoque pouvant tuer un gamin pétant de santé en une semaine, et même avec antibio quelqu’un de sportif sera incapable de monter plus d’un demi étage d’une seule traite pendant plus 15 jours.

            La pneumonie est d’ailleurs l’une des infections nosocomiales les plus fréquentes, rien d’étonnant donc a ce que l’on donne des antibios dans ce contexte.

            Pour la cortisone, début mars « plusieurs experts sanitaires avertissent que les traitements anti-inflammatoires sont clairement contre-indiqués face au coronavirus. ». Sur quelle base, c’est un mystère. Mais cela a probablement la même origine que les innombrables études depuis un an qui découvrent avec surprise des caractéristiques que l’on retrouve fréquemment dans les infections virales: on a absolument voulu voir un mutant mystérieux dans un virus extrêmement banal.

      • gracques // 12.02.2021 à 11h34

        Ben justement , il n’y a pas eu beaucoup d’américains tués pendant la 2 guerre mondiale sur 3.5 ans (décembre 1941-mai1945…. pour eux).
        Rien avoir avec l’hécatombe soviétique…..
        Le virus nazis a frappé a l’est.

        Bon tout ça pour dire , comparaison n’est pas raison.

      • Posta // 12.02.2021 à 12h15

        Morts de la 2ème guerre mondiale…OK…..mais entre 1941 et 1945 il y a eu beaucoup de morts aux USA, loin des fronts, non?

  • Alfred // 12.02.2021 à 07h31

    Je cherche la Pravda. Vous n’auriez pas vu la Pravda?

    • LibEgaFra // 12.02.2021 à 07h43

      A votre service:

      https://www.pravda.ru/

      • anatole27 // 13.02.2021 à 08h40

        La seule PRAVDA qui vaille est la PRAVDA Ukrainienne

        https://www.pravda.com.ua/news/2021/02/12/7283284/

        On apprend d’ailleurs que Zelensky (comme Macron) convoque un conseil de défense
        Mais les Ukrainiens étant moins PRAVDISTES que les Francais seule une partie du
        conseil se tient à Huis Clos.

    • X // 12.02.2021 à 08h20

      Oui, effectivement.
      Cette obsession sourcilleuse à l’endroit de ceux qui feraient mine de ne pas être du côté de la Science et de sa Vérité – c’est à dire celle des organisations qui en ont accaparé le monopole…

      Le ton ironique qui m’avait tellement séduit quand j’avais découvert le blog m’est ici apparu comme une forme à peine déguisée d’agressivité et de volonté acharnée de triompher de l’adversaire (cet ennemi irréductible paré de tous les défauts qui resurgirait telle une hydre à plusieurs têtes à faveur de là négligence coupable des autres médias d’information, n’est-ce pas…).
      J’avais déjà ressenti cette violence lors de l’interview chez Taddei il y a quelques mois et ça m’avait beaucoup troublé. Là, j’en ai eu assez et je ne suis même pas allé jusqu’au bout.
      Mais bon je ne devrais pas perdre mon temps à écrire ce message, peu probable que vous ayez le temps de la voir.

      • DooDzy // 12.02.2021 à 10h11

        Tellement peu probable de voir votre commentaire qu’il est … en ligne…

        Réalisez-vous seulement que vos critiques assassines sont adressées à un blog de bénévoles ? Qu’elles sont tout aussi nocives que les actes des pires ennemis de M. Berruyer ?

        Si vous êtes trop sensible pour accepter de lire un contenu éloigné de votre opinion mais que faites-vous ici ? C’est la BASE de l’auto-défense intellectuelle que de pouvoir parfois penser « contre soi ».

        Votre comportement participe au dénigrement des « petits médias » qui tentent tant bien que mal de survivre face aux gros poissons (Quel cadeau vous leur faites ! Bravo !)

        • X // 12.02.2021 à 11h11

          “Les « petits médias » qui tentent tant bien que mal de survivre face aux gros poissons.”… argument populiste :))

          Votre commentaire m’incite donc à faire exactement ce que La Boetie décrit comme étant le début de la soumission volontaire… La Boetie qui était pourtant à l’honneur dans la Compil’ de la semaine (car, voyez-vous, je lis en règle générale assez régulièrement et consciencieusement ce blog, j’y suis resté fidèle, malgré les nombreuses couleuvres qu’il m’a fait avaler; j’y trouve sans doute suffisamment de choses intéressantes m’aidant à progresser dans ma propre réflexion)

          Pourquoi devrais-je être complaisant vis à vis de prises de positions que je juge néfastes ? Parce que ceux qui les expriment sont des “petits et des sans grades”?
          Le fait d’être bénévole ne dispense pas des mêmes obligations d’objectivité, de prise de distance et d’impartialité que pour ceux qui sont payés pour faire ce qu’ils font.
          Le fait de fonctionner au bénévolat ne protège pas non plus de la tentation d’abus de pouvoir/ de position dominante. La modération ici, a un peu trop tendance à se laisser aller à l’abus de son pouvoir (de suppression des idées qui ne vont pas dans le “bon” sens). Et je devrais être complaisant avec ça sous prétexte qu’elle est effectuée par des “petits et des sans grade”? Drôle de morale.

          • LibEgaFra // 12.02.2021 à 14h26

            « “Les « petits médias » qui tentent tant bien que mal de survivre face aux gros poissons.”… argument populiste :)) »

            Non. Ce n’est pas un argument. C’est un fait. Et le qualifier de « populiste » est une insulte. Vous pratiquez ce que vous reprochez aux autres: la servitude volontaire aux principaux médias et à leur propagande.

      • gracques // 12.02.2021 à 11h44

        Sauf que l’article , même s’il peut paraitre critiquable sur un point mineur explique bien que la « vérité scientifique » toujours remise sur la table et objet de contrôle , prend du temps a s’établir…..pour ou contre une hypothèse de départ…

        • Dafrhel // 12.02.2021 à 11h50

          En médecine la « vérité scientifique » ne concerne les patients que périphériquement à la relation intime qui les lie avec leur médecin. Les technocrates de la santé publique, adeptes de statistiques à tous les coins de rue, ont tellement de mal à le comprendre…

          • LibEgaFra // 12.02.2021 à 14h51

            « En médecine la « vérité scientifique » ne concerne les patients que périphériquement à la relation intime qui les lie avec leur médecin. »

            Pas d’accord. La relation la plus intime de nombreux médecins (pas tous!) est avec les labos pharmaceutiques. Les Français sont parmi les plus gros consommateurs de médicaments.

            L’expérience acquise et transmise par les articles scientifiques permet au malade de choisir son traitement avec l’aide si possible éclairée de son médecin (autrement changer de médecin!). C’est le patient qui est responsable de sa santé et de ce qu’il absorbe.

            Le mot responsabilité semble être un mot inconnu par une partie des Français.

      • LibEgaFra // 12.02.2021 à 14h18

        « Cette obsession sourcilleuse à l’endroit de ceux qui feraient mine de ne pas être du côté de la Science et de sa Vérité – c’est à dire celle des organisations qui en ont accaparé le monopole… »

        J’aimerais comprendre. Vous n’êtes pas du côté de la science? Vous pensez que la science ne recherche pas la vérité? Et de quelles organisations parlez-vous? Qu’est-ce que c’est que ça: le monopole de la science?

        « (cet ennemi irréductible paré de tous les défauts qui resurgirait telle une hydre à plusieurs têtes à faveur de là négligence coupable des autres médias d’information, n’est-ce pas…) »

        Doit-on comprendre cette parenthèse comme un éloge des « autres médias d’information »? Si oui, lesquels?

        Connaissez-vous le terme « média-menteurs » ?

        Vous parlez de « servitude volontaire »… C’est intéressant quand on tient un discours tel que le vôtre qui critique un site qui propose des pistes de réflexion qu’on ne trouve en tout cas pas dans les médias détenus par les milliardaires ou contrôlés par leurs vassaux que ces milliardaires ont mis au pouvoir.

  • Charles // 12.02.2021 à 08h47

    Le gars qui écrit l’article dit que les remèdes exotiques non passés en double aveugle randomisés peuvent tuer.

    Est-ce qu’il sait qu’environ 90% des articles publiés dans les revues à comité de lecture, également les plus prestigieuses, ont des résultats non reproductibles ? Que c’est le règne de la fake science ? Cela a été attesté – et le BMJ a confirmé qu’à l’occasion de cette crise sanitaire on avait assisté à l’effondrement de la science.

    Déjà ces cardiologues devraient exiger la reproductibilité des résultats avant de soigner leurs patients – c’est la seule attitude scientifique rationnelle quand on exige des études en double aveugle randomisées.

    • Brigitte // 12.02.2021 à 09h42

      La science n’est pas à l’abri de l’emballement médiatique, surtout médicale, et surtout en période de pandémie. La course aux résultats, à la découverte, n’est pas nouvelle mais avec les moyens numériques actuels, elle s’est encore accélérée. Les « Preprints » sont publiés, les labos ont leur site internet et ne se privent pas d’y faire de la com, ce que les journalistes ramènent à la ruche pour en faire leur miel…
      Pourquoi la Science serait épargnée par la vertigineuse avancée de la société du spectacle? La science est un beau spectacle, qui fait rêver, comme l’art..on parle d’ailleurs de « l’état de l’art » pour décrire l’avancée des connaissances dans un domaine.
      C’est aussi et surtout un beau profit, car comme l’art, la science s’est rapprochée dangereusement du monde de la finance. Or, ce monde est celui du temps court, alors que la science est plutôt celui du temps long…d’où les effets d’annonces qui s’éclipsent entre eux.
      Les essais cliniques se font désormais en temps réel et ce sont les états qui les financent, alors que les profits vont aux actionnaires. C’est le cas des vaccins.
      Toute ressemblance avec les autoroutes serait fortuite et malvenue….une dose = une voiture
      A propos d’autoroutes, celles de l’information (internet) ne sont pas gratuites.

    • gracques // 12.02.2021 à 11h48

      Vous racontez n’importe quoi !
      Il y a certes un très grave problème de certification des résultats des recherches et le systeme de revue par les pairs monopolisé par des revues privées arrive en bout de course.
      Mais en aucun cas « la science s’effondre » , il s’agit d’un probleme de validation , ce qui est déjà assez grave.
      Sinon vous plongez tout droit dans les « vérités alternatives » et autres délires d’extrême droite et plus rien sauf la force de celui qui diffuse le plus fort n’existe (et c’est bien sur celui qui a les poches plaines) , terminé la rationalité , bonjour la domination sans partage des puissants.

  • Maxime // 13.02.2021 à 07h53

    « Certes, il y a une positivité statistique dans un sous-groupe de patients (ceux avec une COVID confirmée par PCR), mais il s’agit d’une analyse de sous-groupe d’une étude neutre, ce qui a autant de valeur que de dire que l’Aspirine est inefficace chez les patients nés sous le signe de la Balance ou des Gémeaux. »

    Je ne comprends pas cette phrase, ça me semble évident qu’il ne fallait analyser les résultats que des patients ayant effectivement la covid, sinon ça n’a pas de sens… Et je ne vois pas le liens avec l’étude avec les signes astrologiques: c’est pas la même chose de séparer les patients atteints ou non de la covid, que de séparer des patients en 12 groupes avec des critères arbitraires.

    Est-ce que l’argument n’est pas un peu faible pour balayer un traitement qui peut potentiellement sauver des vies?

  • anatole27 // 13.02.2021 à 08h55

    On avait fait beaucoup de bruit l’année dernière sur la molécule repositionnée sur le covid développée
    par l’institut pasteur de LILLE et quelques startups.

    LVMH et la famille ARNAULT avait mis son poids et son argent dans cette recherche

    https://www.lavoixdunord.fr/929355/article/2021-02-02/antoine-arnault-lvmh-mecene-actif-de-l-institut-pasteur-lille

    On apprend aujourd’hui qu’un comité gouvernemental , le CAPNET , décide de freiner la recherche
    sur ce sujet , on ne sait pas quelle a été la Position de CAPNET sur le vaccin VALNEVA

    https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/professionnels-de-sante/recherche-sur-la-covid-19/article/comite-ad-hoc-de-pilotage-national-des-essais-therapeutiques-et-autres

    Pour quelles raisons ? Pourquoi ARNAULT n’a pas téléphoné à Macron pour débloquer le problème ?

    https://www.20minutes.fr/lille/2974879-20210211-coronavirus-lille-ministere-retarde-essais-cliniques-medicament-anti-covid-prometteur

    Espérons que cela ne remettra pas en cause le système PHILANTHROPIQUE France

    https://www.nouvelobs.com/debat/20210207.OBS39874/la-philanthropie-un-detournement-au-profit-des-plus-aises.html

    • anatole27 // 13.02.2021 à 09h28

      A l’heure ou l’on parle le CAPNET a attribué une priorité à 15 projets , cf liste jointe

      https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/cp_mss_mesri_capnet_2312.pdf

      L’essai COVITRIAL (CHU d’angers) portant sur la Vitamine D a déjà donné des résultats (Positifs) :

      https://www.capital.fr/economie-politique/la-vitamine-d-diminuerait-la-gravite-de-la-covid-19-1391198

      et depuis RIEN, NADA … LA POPULATION N’A PAS ÉTÉ PRÉVENU , pourquoi ????

      Ces recherches sont elles RIDICULES ou PAS ?

      Pourquoi fait on SEMBLANT ? QUI DECIDE ? QUI FAIT QUOI ? QUI BLOQUE ?

      • Havoc // 14.02.2021 à 09h24

        Qu’est-ce qui vous fait penser qu’on a cessé de travailler sur les effets de la Vitamine D ?

        Pour la Covid, mon médecin m’a prescrit une ampoule de Calciférol, ce n’est pas interdit, dans le doute.

        Mais non, désolé, on continue à explorer cette piste, c’est juste vous qui ne lisez pas assez de publications.

        • anatole27 // 15.02.2021 à 07h53

          Qu’un Médecin dans son coin prescrive de la Vitamine D bien sur
          Je pensais plutôt a une distribution de Vitamine D à toute la population.

          D’ailleurs je comprends bien qu’on cherche toujours ,cf le point par Vidal (qui n’est pas pour):
          https://www.vidal.fr/actualites/26529-vitamine-d-et-covid-19-la-supplementation-presente-t-elle-un-interet.html

          Ce qui me gêne c’est les faux-semblants , Covitrial (essai Vit D, une des 15 priorités nationales) a commencé en Avril 2020 ne finira qu’en Avril 2021 sur 260 patients (un très petit échantillon) et dont il est évident que ça va foirer car ,parmi les 260, combien se seront fait vacciner entre temps.

          C’est comme si en 14 on s’était donné 1 an pour savoir si des tenues Bleues Horizon étaient plus efficaces que les pantalons rouges du coté de Verdun et de la Somme …

          L’état Français fait semblant de chercher , c’est grave …

  • Patrique // 13.02.2021 à 09h01

    Je me suis arrêté à la deuxième ligne quand l’article parle de molécule « miraculeuse ». Or il se trouve que les centaines de milliers de médecins qui soignent dans le monde ne parle jamais, s’ils sont sérieux, de miracle. Idem en France ou des milliers de médecins soignent des malades du Covid et ne parlent pas de miracle mais de thérapies ayant une efficacité plus ou moins grande en fonction des malades. D’autres, irresponsables, disent « restez chez vous, prenez du doliprane et appelez le 15 si vous étouffez »

    • Havoc // 14.02.2021 à 09h25

      Cela n’a rien d’irresponsable. Étant donné que la plupart des malades de la Covid vont guérir comme ça, il n’y a pas de bonnes raisons de leur conseiller de s’administrer des traitements.

      • Rémi // 15.02.2021 à 10h55

        Cher Havoc,
        je ne sais pas, moi je vais voir mon médecin lorsque je suis malade et il me fait une prescription: Ne serait-ce qu’un arrêt maladie (Qui est aussi une prescription)
        Il m’a vu, me connait, connait mon état et peut donc davantage évaluer mon besoin qu’une personne du samu au bout du fil. Rien que ce processus devrait déjá améliorer mes chances de guérisons. (Attention pas de miracle, mais quelques point sur l’ensemble de la population ce qui serait dékà ca de pris.)

  • Rémi Mondine // 14.02.2021 à 15h02

    Monsieur, une fois de plus vous restez un statisticien.
    L#enjeu est de commander. Prendre les mesures avec le plus faible risque possible même en l’absence d’éléments probants.
    Même si ces traitement ne sont pas plus efficaces qu’un placebo, rien qu’obtenir l’effet placebos déchargerais les hôpitaux.
    Hors nous ne sommes plus capables de commander sans avoir trois études. Et bien nous mourrons et pas de la COVID.
    Rappelez vous de ce que les russes ont vécu après l’effondrement de l’union soviétique cela nous pend au nez et l’alcoolisme, la misère et la désespérance tuent.
    Donc pesez vos propos, cela fait longtemp que l’on ne parles plus du COVID.

  • Dominique65 // 15.02.2021 à 14h14

    Cet article commence par une fake news.
    En effet, il nous dit d’entrée :
    « Encore une fois, l’emballement a commencé par un communiqué de presse, au sujet d’une molécule ancienne et miraculeuse
    Or que dit le communiqué ?
    « Les résultats de l’étude ont démontré que la colchicine a réduit de 21 % le risque de décès ou d’hospitalisation chez les patients atteints de COVID-19 comparativement au placebo. »
    Il n’y est point question de miracle. Du tout. mais de « résultats cliniquement convaincants ».

  • Theophilus // 16.02.2021 à 07h44

    « Nous sommes responsables des espoirs que nous donnons. Car ceux qui payent le prix de nos errements, à la fin, ce sont les patients. »
    Personne n’a payé un prix en prenant HCQ+A+Z puisque c’est quasiment non-toxique sous contrôle d’un médecin. C’est encore plus le cas d’Ivermectin.

  • Pierre // 16.02.2021 à 08h23

    1962-2020 : la moisson des morts à travers les âges : https://youtu.be/IPu4QvUHaQE

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications