Les Crises Les Crises
20.juin.202020.6.2020 // Les Crises

Covid-19 : Trois chercheurs du CNRS font le lien entre Municipales et taux de mortalité

Merci 238
J'envoie

Source : France3

Trois économistes de l’Université Clermont Auvergne viennent de publier une étude sur le lien entre la tenue du 1er tour des municipales, le 15 mars, et le taux de mortalité du COVID-19. Une travail qui contredit une étude publiée par des épidémiologistes en mai dernier.

Lire l’article complet sur France3

Trois chercheurs en économie du CNRS de l’Université Clermont Auvergne viennent de publier une étude qui risque de faire grand bruit. L’étude placée en consultation libre, avant sa publication dans une revue scientifique, l’IZA, un institut économique allemand, affilié à l’Université de Bonn, a été réalisée par Simone Bertoli, Lucas Guichard et Francesca Marchetta.

Les chercheurs ont remarqué une hausse de la mortalité dans les communes où il y avait plus d’enjeu politique. Simone Bertoli indique : « On trouve qu’une compétition plus intense a poussé la participation vers le haut et cette composante de la participation plus élevée est corrélée avec une surmortalité plus importante dans les cinq semaines suivant les élections, parmi les personnes de plus de 60 ans ».

L’abstention record a contribué à faire baisser le nombre de décès, selon les chercheurs. Simone Bertoli souligne : « On a imaginé un scénario où le taux de participation dans les communes avait été celui du premier tour des élections de 2014. Un taux de participation plus important aurait provoqué environ 5 000 décès supplémentaires dans les 5 semaines suivantes parmi les individus de plus de 60 ans. La partie la plus vulnérable de la population, les plus de 80 ans, aurait été davantage impactée s’il y avait eu une participation majeure ». Il faut savoir que les chercheurs ont limité la recherche aux villes qui n’ont pas d’hôpital : l’étude porte sur 33 694 communes, qui représentent 62 % de la population française et 32 % des décès durant la période étudiée.

Simone Bertoli affirme : « Il nous avait semblé évident que le report des élections allait s’imposer. Quand nous avons entendu le discours du président Macron, le jeudi 12 mars, qui a confirmé la tenue des élections, et disant qu’il n’y avait pas de risques, sauf pour les personnes les plus vulnérables, avec le respect des gestes barrière, nous avons été choqués par cette décision, confirmée ensuite par le Premier Ministre ».

Lire l’article complet sur France3

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

soleil vert // 20.06.2020 à 07h13

Comment pouvez-vous penser que Macron a pu commettre une erreur ? C’est impossible, lui-même l’a dit le gouvernement a fait tout juste ! Gloire à Jupiter.

Donc non cette étude est mauvaise, la bonne est la précédente car le critère entre une bonne étude et une mauvaise est son pouvoir d’aide ou de nuisance pour les puissants ne l’oubliez pas. (Cela vaut aussi pour l’évaluation des traitements ou des médicaments du Covid-19).

26 réactions et commentaires

  • soleil vert // 20.06.2020 à 07h13

    Comment pouvez-vous penser que Macron a pu commettre une erreur ? C’est impossible, lui-même l’a dit le gouvernement a fait tout juste ! Gloire à Jupiter.

    Donc non cette étude est mauvaise, la bonne est la précédente car le critère entre une bonne étude et une mauvaise est son pouvoir d’aide ou de nuisance pour les puissants ne l’oubliez pas. (Cela vaut aussi pour l’évaluation des traitements ou des médicaments du Covid-19).

      +57

    Alerter
    • Richy // 22.06.2020 à 17h52

      Non cette étude est bonne pour nous emprisonner, il leurs Fallait des morts , nos morts ! Donc «  ils «  ont agit dans le but de justifier cette déstabilisation totale de nos sociétés qui ne leur conviennent pas

        +0

      Alerter
  • Lucho // 20.06.2020 à 08h35

    C’est qui est porté à notre connaissance dans l’article se résume en : il y a, sur les communes sans hôpitaux, une corrélation entre le taux de participation et le nombre de décès des personnes de plus de 60 ans.
    Le fait que, traditionnellement, les communes « les plus âgées » votent plus que les communes dont la moyenne d’âge est jeune ne constitue t-il pas un biais ?
    Autrement dit, rapporté aux nombre d’habitants, on trouve plus de mort dans les communes ayant le plus voté car ce sont des communes de vieux…

      +10

    Alerter
    • Fritz // 20.06.2020 à 09h36

      D’accord avec vous. Et je n’ai pas l’impression que le vote du 15 mars ait décuplé l’épidémie. Mais comme c’était un scénario plausible, je ne jette pas la pierre aux abstentionnistes. Je voudrais seulement que les militants de l’abstention cessent de considérer les votants, assesseurs et scrutateurs du 15 mars comme des assassins suicidaires.

      Dans ma commune, taux de participation : 52 %. Taux de décès liés au covid : 0 %.

      J’aurais parfaitement accepté que Macron reporte les municipales dans son discours du 12 mars.
      Je comprends moins les appels au report ou à l’annulation dans la nuit du 14 au 15 mars, qui n’ont fait qu’augmenter la panique générale, bien plus dangereuse que cette maladie.

        +6

      Alerter
      • Barachin // 20.06.2020 à 13h23

         » Et je n’ai pas l’impression que le vote du 15 mars ait décuplé l’épidémie. »
        Que valent vos impressions et votre expérience personnelles comparées à une étude menée par des chercheurs du CNRS ? Pas grand chose si on veut être objectif.

        « Je comprends moins les appels au report ou à l’annulation dans la nuit du 14 au 15 mars, qui n’ont fait qu’augmenter la panique générale, bien plus dangereuse que cette maladie. »
        C’est n’importe quoi.

          +8

        Alerter
        • Fritz // 20.06.2020 à 13h36

          J’ai recensé sept maires de France morts du covid-19.
          Veuillez me donner leurs noms, leurs communes, et la date de leur décès, et j’accepterai de discuter avec vous, Barachien.

            +1

          Alerter
          • Morne Butor // 20.06.2020 à 16h40

            À Saint-Nabor (500 habitants), commune du Bas-Rhin, François Lantz, maire âgé de à 74 ans, est mort du coronavirus, vendredi 27 mars 2020.
            Alain Lescouet, maire de Saint-Brice-Courcelles (3 500 habitants), près de Reims (Marne), est lui aussi décédé vendredi 27 mars 2020, à 74 ans, des suites du coronavirus.
            Jacques Lajeanne, 82 ans, maire de Beurey-Bauguay (Côte-d’Or), commune de 130 habitants située non loin du Morvan, est mort dix jours après le premier tour.
            Dans le Haut-Rhin, Jean-Marie Zoellé, 75 ans, réélu maire de Saint-Louis a succombé peu après le vote.
            Samedi 2 mai 2020, Claude Schoettel, le maire de Kertzfeld (Bas-Rhin) est décédé du Covid-19, à 74 ans.
            Serge Jung, le maire sortant de Schaeffersheim (Bas-Rhin), décédé à l’âge de 57 ans, lundi 27 avril 2020.
            Le maire de Molompize, Jean Philippon, figure parmi les trois premiers patients décédés du Covid-19 dans le Cantal.
            Il y en a peut être d’autres.

              +8

            Alerter
            • Fritz // 20.06.2020 à 17h27

              Merci. J’ignorais la mort de Jean Philippon (je connais Molompize). Par contre, Serge Jung ne serait pas mort du coronavirus.

              Cela fait huit maires, dans l’ordre du temps :
              1. Jacques Lajeanne, à Beurey-Bauguay (21), mort dans la nuit du 25 au 26 mars
              2. Alain Lescouet, à Saint-Brice-Courcelles (51), mort le 27 mars
              3. François Lantz, à Saint-Nabor (67), mort le 27 mars
              4. Jean-Marie Zoellé, à Saint-Louis (68), mort le 6 avril
              5. Fernande Singer, à Arnac-sur-Dourdou (12), morte le 13 avril
              6. Jean Philippon, à Molompize (15), mort le 22 avril
              7. Claude Schoettel, à Kertzfeld (67), mort le 2 mai
              8. Patrick Simon, à Villers-Bretonneux (80), mort le 13 mai

              L’épouse de M. Lajeanne est morte peu après du covid. Le conseil municipal de Saint-Brice-Courcelles a été largement contaminé.

                +2

              Alerter
          • Barachin // 20.06.2020 à 21h23

            « J’ai recensé sept maires de France morts du covid-19. »

            Vous pensez qu’attraper le Covid n’est mortel que pour les maires ?

            Et les électeurs ? Et les assesseurs ? Et les membres de leur famille qui par un sens du civisme exacerbé (= la peur de propager le virus) ne sont pas allés voter ?

            Evidemment, si vous les comptez pour rien dans vos « estimations personnelles », rien d’étonnant à ce que vous n’arriviez pas au même résultat que les deux chercheurs du CNRS.

              +9

            Alerter
        • chris68 // 20.06.2020 à 14h28

          Comment se fait il alors que les assesseurs , présents toute la journée et donc en contact avec bien plus de personnes ne soient pas tombés comme des mouches ? J’ai voté le 15 Mars , à l’extérieur tout le monde se tenait à distance et il y avait un votant à la fois dans le bureau . Et on sait depuis que la propagation se fait surtout en milieu confiné avec un grand nombre de personnes ( Abattoirs , fêtes de famille etc .. )

            +3

          Alerter
          • Kasper // 21.06.2020 à 05h23

            Entre 98 à 95 % des gens qui attrapent le Covid n’en meurent pas, nombreux sont ceux qui ne montrent aucun symptôme pu guère plus qu’un rhume. Il est très probable que les assesseurs ne sont pas tombés comme des mouches parce qu’aucune population bien portante ne tombe comme des mouches du Covid 19.

              +5

            Alerter
    • Sceptique // 20.06.2020 à 10h25

      Quel crédit à apporter à trois chercheurs en économie. J’ai quand même l’impression que l’outil mathématique, ses indicateurs apportent beaucoup plus de biais et d’erreurs que de véritables conclusions. Je reste toujours méfiant par « une étude »‘. Attendons confirmations par d’autres études, mais sur ce sujet, il n’y aura pas de consensus, tout comme il y a pu avoir au rassemble évangélique dans l’est de la France.

        +3

      Alerter
      • Lola Fleurie // 26.06.2020 à 20h15

        Mais même d’autres études… les statistiques restent des statistiques et n’ont pas valeur de vérité : rien ne dit que ceux qui sont morts suite aux élections ont été contaminés pendant les élections : les contacts étaient franchement plus contaminants la veille au soir dans les bars, les restos et les réunions diverses… ou le lendemain dans les supermarchés pour faire un gros stock urgent de rouleaux de papier toilette ! 😉

          +0

        Alerter
  • Michel LEMOINE // 20.06.2020 à 08h40

    Ce n’est plus de la médecine, c’est du gangstérisme !
    Combien coûte un respirateur? En combien de temps peut-on d’amortir ? Quels sont les frais salariaux dans cette affaire ? Quel est le salaire d’une infirmière ?
    Tout cela sent l’arnaque. Non seulement personne ne doit payer cette facture mais ceux qui l’ont fait établir doivent rendre des comptes et bien sûr rendre l’argent.

      +5

    Alerter
  • VVR // 20.06.2020 à 10h44

    > l’étude porte sur 33 694 communes, qui représentent 62 % de la population française et 32 % des décès durant la période étudiée.

    Du coup on étudie une épidémie en ciblant principalement les communes ou l’épidémie n’a pas eu lieu ? J’ai du mal a voir la logique.
    ,

      +6

    Alerter
  • Brosse a Dante // 20.06.2020 à 10h45

    « On a imaginé un scénario où le taux de participation dans les communes avait été celui du premier tour des élections de 2014. Un taux de participation plus important aurait provoqué environ 5 000 décès supplémentaires dans les 5 semaines suivantes parmi les individus de plus de 60 ans. La partie la plus vulnérable de la population, les plus de 80 ans, aurait été davantage impactée s’il y avait eu une participation majeure ».

    « On a imaginé »

    Sachant que les modeles mathématiques sont pratiquement tous inaptent car basés sur la grippe alors que la propagation du Covid n’a rien a voir ?

    Encore une étude « statistique » qui fera plaisir a ceux qui cherchent des confirmations pour leur biais politique en confondant correlation et causalité. Les raisonnables en recherche de vérité scientifique passerons leur chemin.

      +8

    Alerter
  • Bernardo // 20.06.2020 à 11h14

    Voilà maintenant que les économistes sont experts en épidémiologie!!! Bigre! l’économie à tout à dire sur tout. Les économistes devraient être plus modestes quand on compare la réalité avec leurs prévisions! Pour prendre un exemple, comparez les prévisions du FMI (de grands experts parait-il!) et la réalité. Il vaut mieux lire dans le marc de café!!!!!!

      +9

    Alerter
    • Jean-Do // 22.06.2020 à 16h07

      On ne parle pas d’épidémiologie ici mais de statistiques. Un des rares points forts des économistes… et des actuaires 😉

        +0

      Alerter
  • pseudo // 20.06.2020 à 11h20

    très bien l’étude, cependant, je suis affligé de notre société qui à besoin de 3 économistes pour arriver ces conclusions.

    > On trouve qu’une compétition plus intense a poussé la participation vers le haut et cette composante de la participation plus élevée est corrélée avec une surmortalité

    Je m’interroge énormément de voir qu’il faut autant d’investissement pour que la société produise cette idée qui est une énorme évidence. Nous savons déjà, grâce à notre sagacité au sujet des personnes mises en causes par ces résultats, qu’elle ne sera pas acceptée, elle sera dénigrée. Mais bon là au moins ce sera une histoire de personnes, pas de comportement systèmique…

      +6

    Alerter
  • chris68 // 21.06.2020 à 09h08

    FB n’aime pas qu’on le contredise me semblerait il . Plusieurs fois j’ai mis d’anciens articles catastrophistes des Crises en lien et chaque fois , oh mystere de l’informatique ils n’apparaissent pas .

      +2

    Alerter
  • jp // 21.06.2020 à 12h03

    En partant du principe toujours vérifié qu’un agent infectant contamine en se transmettant physiquement d’un porteur à un non porteur, ce qui est directement fonction de la distance, de la densité de population, de la fréquence de contact et de la densité ET la virulence de j’agent infectant, toute manifestation qui permet de favoriser ce rapprochement ne peut être que nocif. La mortalité associée est elle en plus fonction du statut personnel du contaminé. Il n’y a pas besoin de nouvelles d’études statistiques pour retrouver les mêmes vérités connus depuis Pasteur et surtout Flügge (ce qui a justifié l’utilisation des masques !!), vérités honteusement contredites et ridiculisées par nos gouvernants et ses médecins conseilleurs aux ordres, en début d’épidémie.
    Rappel le point de départ officiel de l’épidémie en France est une réunion religieuse, une élection étant par définition une réunion laïque d’une toute autre échelle

      +1

    Alerter
    • VVR // 21.06.2020 à 23h01

      Oui, mais non, je ne sais pas comment ça c’est passé dans votre bureau, mais dans mon bureau, il n’y avait qu’un électeur a la fois, les distances étaient parfaitement respectées bien avant qu’on ne répète quotidiennement les consignes

      Rien a voir avec ça: https://www.infochretienne.com/la-porte-ouverte-chretienne-repond-aux-questions-a-propos-de-son-rassemblement-du-17-au-21-fevrier

      « la paix du Christ » c’est mieux avec quelques virus dedans. Ceci dit ils ne pouvaient pas vraiment savoir a l’époque, et c’est présque raisonnable par rapport a n’importe quel metro a 9h du matin (un autre type de grand messe, et celle là c’est 5 jours par semaine), ou le milo-melo des ascenseurs, couloirs, escaliers que tout le monde emprunte en même temps, puisque tout le monde à les même horaires.

        +1

      Alerter
  • le prolétaire // 22.06.2020 à 01h24

    Donc si 60 % de l’électorat inscrits sur les listes : Soit s’abstiennent , votent blanc ou nul ….= 40 % de l’électorat inscrits sur les listes électorales = s’expriment .Pour être en situation d’accéder aux pouvoirs : Il suffit de « peser » 2O , 1 % des votants du second tour pour permettre à une minorité des inscrits(es) sur les listes électorales (20,1 % ) Ces gens ainsi élus , grâce aux abstentionnistes se satisfont du fonctionnement de notre République par une minorité . Ce serait légal ? Donc il faut accepter ; Les abstentionnistes , du coup : Se sont interdit tout droit à critiquer les actions de ces minorités …..Même s’ils , elles en prennent à leur aises , quand au respect de nos lois encore en vigueur !

      +0

    Alerter
    • VVR // 22.06.2020 à 02h54

      ça vous étonne ? Vous vivez dans un machin qui s’appelle la cinquième république: un système conçu pour que 20% des votes exprimés représente 10 sièges si c’est pour le PCF, et que 26.4% représente 189 sièges si c’est pour les Gaulliste.

      Vous en rêviez (ou pas), de Gaulle l’a fait, et le peuple a dit oui a 82,6%, probablement en répondant a une autre question que celle posée par le référendum (c’est assez courant).

        +1

      Alerter
  • jp // 22.06.2020 à 13h44

    VVR, avez vous vécu 1958 ??? De Gaulle, en 1940 a sauvé l’honneur de la France, en 1944 il a évité qu’elle soit mise sous protectorat américain, en 1945 avec l’appui du PC il a remis la France en reconstruction, institué une formidable Protection Sociale et donné enfin le Droit de Vote aux femmes. Ayant subi toutes les erreurs de la III° République, (liquidée par les votes de ses députés au profit du Régime de Vichy), il a proposé une Constitution (future V°) pour les corriger. En remerciement les Français ont alors voté pour une IV° République, pire que la III° ( un Gouvernement durait à peine 6 mois ) incapable de résoudre .la Décolonisation malgré deux guerres sanglantes. De Gaulle a été rappelé au pouvoir et très logiquement plébiscité en 1958 pour, aidé d’une nouvelle Constitution, sortir la France d’un gigantesque merdier, (au prix du cocufiage des Pieds noirs d’Algérie). Le plus farouche anti V° et De Gaulle a été le socialiste F. Mitterand, pilier de la IV°, jusqu’à son élection en 1981 qui lui a permis de régner sans partage 14ans avec la constitution qu’il vomissait juste avant. Le Passage à 5ans a été voulu par Lionel Jospin, socialiste car il pensait alors qu’il serait élu contre Chirac ! Sous De Gaulle les électeurs répondaient exactement à la question référendaire posée. De Gaulle a perdu le référendum de 1969 parce qu’il y avait DEUX questions différentes en une et qu’une des questions aurait pu donner des pouvoirs exorbitants à un successeur de De Gaulle. Même les Gaullistes ont voté contre !!!!!

      +1

    Alerter
    • Lola Fleurie // 26.06.2020 à 20h31

      Et alors ??? En quoi ça remet en cause ce que dit VVR ? De Gaulle a « déconné » sur ce coup-là, c’est certain ! Y a pas besoin d’avoir vécu en 58 pour s’en rendre compte.
      J’admire De Gaulle pour bon nombre de ses qualités en particulier une intégrité devenue vraiment rare de nos jours, mais on ne va pas s’aveugler comme une fan immature de Johnny, tout de même ! Vous parlez là comme une amoureuse transie !!! C’est fou ça !

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications