Les Crises Les Crises
28.mai.202128.5.2021 // Les Crises

Comprendre la Commune de Paris #09 : La vraie France – par Henri Guillemin

Merci 12
J'envoie

Source : RTS, Henri Guillemin

En 1971, cent ans après «la semaine sanglante» qui vit l’écrasement de la Commune de Paris, l’historien et écrivain français Henri Guillemin présente en treize conférences télévisées cette page sombre de l’histoire de France. Découvrez ou redécouvrez cette passionnante série en version haute définition restaurée. Voir l’épisode précédent.

Sonne l’heure, en ce printemps 1871, de la «vraie» France, celle de la bourgeoisie et des Versaillais qui veulent briser la Commune. Mais le risque est grand, aux premiers contacts entre les soldats de Versailles et la Garde nationale d’assister à une fraternisation des troupes. A Versailles, on ne sait comment se comportera l’armée au moment de l’attaque de Paris.

Source : RTS, Henri Guillemin, 17-04-1971

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Anfer // 29.05.2021 à 10h02

Belle relecture réactionnaire…

Vous pleurez un archevêque, je vais citer un abbé :

« Ceux qui ont pris tout le plat dans leur assiette, laissant les assiettes des autres vides, et qui ayant tout disent avec une bonne figure « Nous qui avons tout, nous sommes pour la paix ! », je sais ce que je dois leur crier à ceux-là : les premiers violents, les provocateurs, c’est vous !

 » Quand le soir, dans vos belles maisons, vous allez embrasser vos petits enfants, avec votre bonne conscience, vous avez probablement plus de sang sur vos mains d’inconscients, au regard de Dieu, que n’en aura jamais le désespéré qui a pris les armes pour essayer de sortir de son désespoir. »

5 réactions et commentaires

  • Christian Gedeon // 28.05.2021 à 10h57

    Ben il n’y a pas eu de fraternisation. Et drôle de Vraie France » dont les chefs militaires étaient tout ce qu’il y a de plus étrangers.

      +2

    Alerter
  • petitjean // 28.05.2021 à 18h01

    Cette série d’articles sur les massacreurs communards me surprend un peu
    mais bon, je m’y colle

    Aujourd’hui, l’idéologie dominatrice nous présente la Commune de Paris comme une parenthèse héroïque de notre histoire républicaine. On néglige de préciser qu’elle a été le modèle de Lénine qui, au 73e jour de son pouvoir arraché par son coup d’État de novembre 1917, a confié à ses proches, tout radieux : « Nous avons duré plus longtemps que la Commune de Paris ! »
    Certes, la réalité, principale ennemie de l’idéologie, n’intéresse aucunement cette sorte d’ultime armée rouge intellectuelle qu’est depuis longtemps l’Éducation nationale française,
    La Commune a duré 72 jours, donc, qui suffirent à brûler plusieurs monuments historiques parisiens, dont les Tuileries, et à tuer de nombreux suspects, parmi lesquels l’archevêque de Paris en personne, Mgr Darbois

    En France, la Commune avait cru pouvoir tenir l’archevêque en otage sans réaliser que le gouvernement républicain de Thiers réfugié à Versailles était tout aussi anticlérical et se moquait bien de son sort. Mais toujours est-il que la République modérée a réprimé la République sanguinaire, quitte à en cultiver aujourd’hui le mythe romantique pour conserver son emprise sur la jeunesse scolarisée éprise de mouvement et « d’orages désirés ».

      +4

    Alerter
    • Anfer // 29.05.2021 à 10h02

      Belle relecture réactionnaire…

      Vous pleurez un archevêque, je vais citer un abbé :

      « Ceux qui ont pris tout le plat dans leur assiette, laissant les assiettes des autres vides, et qui ayant tout disent avec une bonne figure « Nous qui avons tout, nous sommes pour la paix ! », je sais ce que je dois leur crier à ceux-là : les premiers violents, les provocateurs, c’est vous !

       » Quand le soir, dans vos belles maisons, vous allez embrasser vos petits enfants, avec votre bonne conscience, vous avez probablement plus de sang sur vos mains d’inconscients, au regard de Dieu, que n’en aura jamais le désespéré qui a pris les armes pour essayer de sortir de son désespoir. »

        +6

      Alerter
    • SanKuKaï // 29.05.2021 à 11h04

      Mais c’est quoi cette obsession avec cet Archevêque? Ça fait plusieurs fois que cet Archevêque revient dans les commentaires. On dirait les journaux bourgeois de l’époque. Des morts y en a eu des milliers et plus degueulasses les uns que les autres. À part pour la propagande bourgeoise je ne vois pas pourquoi cette mort devrait être placée au dessus des autres.

        +4

      Alerter
  • Fernet-Branca // 31.05.2021 à 13h39

    Cette série doit être très intéressante.
    Pas le temps en ce moment pour la regarder, mais je vais m’y intéresser prochainement.
    C’est un sujet auquel je m’étais intéressé dans le passé. Une bonne occasion de vérifier ce que l’on a compris ou pas et ce que l’on a ignoré à l’époque.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications