Les Crises Les Crises
15.avril.202015.4.2020 // Les Crises

Coronavirus : 80% des infections seraient asymptomatiques selon une étude chinoise

Merci 567
J'envoie

Source : Sciences et Avenir, Sylvie Riou-Milliot

De nouvelles données chinoises laissent entendre que quatre infections sur cinq au coronavirus sont asymptomatiques.

Ce n’est pas une étude scientifique mais un article du British Medical Journal (BMJ) commentant des données rendues publiques par les autorités chinoises. Ces nouveaux chiffres en provenance de Chine indiquent que la très grande majorité des infections à coronavirus ne provoquent pas de symptômes. Selon ces chiffres émanant de la Commission Nationale Chinoise de la Santé – que l’on pourra évidemment croire sur parole ou pas – il apparaît ainsi que quatre infections à coronavirus sur cinq sont asymptomatiques. Ainsi, dans la journée du 1er avril, 130 des 166 nouvelles infections (78%) identifiées étaient asymptomatiques.

« Pourquoi nous confiner ? »

Dans cet article, Tom Jefferson, épidémiologiste et chercheur honoraire au Center for Evidence-Based Medicine de l’Université d’Oxford (Grande-Bretagne) s’exprime et déclare que ces résultats sont « très importants ». Il pose aussi une très bonne question : « Ces chiffres suggèrent que le virus est partout. Si ces résultats sont représentatifs, alors nous devons nous demander: Pourquoi nous confiner ? » L’article rapporte également un éditorial paru sur le site web du Center for Evidence-Based Medicine où Jefferson et Carl Heneghan, le directeur du centre et le rédacteur en chef de British medical Journal Evidence Based Medicine, posent une autre excellente question : « La situation actuelle se résume à ceci : l’effondrement économique est-il le prix à payer pour arrêter ou retarder un virus qui circule déjà parmi nous ? » A méditer durant le temps du confinement.

 


Coronavirus : quatre personnes infectées sur cinq seraient asymptomatiques

Source : Futura Science, Julien Hernandez

De nouveaux chiffres venant de Chine suggèrent que quatre patients sur cinq pourraient finalement être asymptomatiques, mais rien ne permet encore de généraliser ces résultats à la pandémie.

Selon un article d’actualité, qui n’est donc pas une étude scientifique, paru le 2 avril 2020 dans le British Medical Journal (BMJ), les nouvelles infections en Chine révèlent une tendance inquiétante : quatre personnes sur cinq seraient infectées par le SARS-CoV-2 sans développer de symptômes. L’échantillon est trop faible pour pouvoir conclure, mais si cela se confirme, il faudra d’urgence tester la population mondiale pour endiguer les chaînes de contamination.

78 % des nouveaux cas sans symptômes

C’est ce que révèlent des chiffres communiqués par le gouvernement chinois. Sur 166 nouvelles personnes testées positives au SARS-CoV-2, 36 seulement ont développé des symptômes. Mais il faut prendre ces chiffres avec la plus grande précaution. En effet, « l’échantillon est petit et plus de données seront disponibles par la suite. De plus, on ne sait pas exactement comment ces cas ont été identifiés. Mais supposons simplement qu’elles sont généralisables. Et même s’ils sont juste 10 %, cela suggère que le virus est partout. Si – et j’insiste, si – les résultats sont représentatifs, alors nous devons nous demander : Pourquoi diable allons-nous nous enfermer ? » explique Tom Jefferson, épidémiologiste et chercheur honoraire au Center for Evidence-Based Medicine de l’université d’Oxford. Jefferson a même déclaré qu’il était fort probable que le virus circule depuis plus longtemps qu’on ne le pense généralement et que de larges pans de la population ont déjà été exposés.

Notons que cette découverte préliminaire est en contradiction avec un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de février qui était basé sur les données chinoises concernant la pandémie. Il y est écrit que « la proportion d’infections véritablement asymptomatiques n’est pas claire mais semble relativement rare et ne semble pas être un moteur majeur de transmission ».

De récentes études italiennes semblent aller dans le sens des données chinoises. Sergio Romagnani, professeur d’immunologie clinique à l’université de Florence a dirigé une expérience qui a montré dans un village complètement isolé d’environ 3.000 personnes, dans le nord de l’Italie, que le nombre de personnes présentant des symptômes de Covid-19 a chuté de plus de 90 % en 10 jours en isolant les personnes symptomatiques et asymptomatiques.

Dans un récent article du Center for Evidence-Based Medicine, Jefferson conclut ainsi « Il ne fait aucun doute que SARS-CoV-2 peut être beaucoup plus largement distribué que certains ne le pensent. Le confinement va engendrer des conséquences économiques lourdes. De plus, il est peu probable à ce stade de ralentir ou d’arrêter la circulation virale alors que le génie est sorti de la bouteille. »

La future crise économique pose question

Sommes-nous prêts à payer les dégâts des conséquences économiques d’un confinement prolongé ? En Afrique, où certaines mesures de confinement ont été prises dans quelques pays, les conséquences économiques se voient déjà. Le « Pochvid-20 », sous-entendu, la pauvreté colossale exacerbée par les mesures de confinement pourrait tuer davantage que le Covid-19, selon un article de Courrier International. En effet, dans ces pays, pas de Sécurité sociale, pas d’indemnités de chômage, pas d’aides. Les citoyens sont livrés à eux-mêmes et n’ont souvent aucune épargne.

Ce qu’il faut retenir

  • Selon de récentes données chinoises, quatre porteurs du SARS-CoV-2 sur cinq pourraient être asymptomatiques.
  • Ces données contredisent un rapport récent de l’OMS mais sont soutenues par une étude italienne.
  • Si le virus circule déjà activement, les mesures de confinement, surtout dans les pays pauvres, posent question.

Source : Futura Science, Julien Hernandez

 


Covid-19 : quatre cinquièmes des cas sont asymptomatiques, selon les chiffres de la Chine

Source : BMJ, Michael Day

De nouvelles preuves sont apparues en Chine, indiquant que la grande majorité des infections à coronavirus n’entraînent pas de symptômes.

Les autorités chinoises ont commencé à publier des chiffres quotidiens le 1er avril sur le nombre de nouveaux cas de coronavirus asymptomatiques, les chiffres de la première journée suggérant qu’environ quatre infections à coronavirus sur cinq n’ont causé aucune maladie. De nombreux experts estiment que les cas d’infection à coronavirus asymptomatiques et non remarqués pourraient être une source importante de contagion.

Au total, 130 des 166 nouvelles infections (78%) identifiées dans les 24 heures précédant l’après-midi du mercredi 1er avril étaient asymptomatiques, a déclaré la Commission nationale de la santé chinoise. Et la plupart des 36 cas pour lesquels les patients présentaient des symptômes concernaient des arrivées de l’étranger, en baisse par rapport aux 48 cas de la veille, a indiqué la commission.

La Chine teste rigoureusement les arrivants de l’étranger par crainte de l’importation d’un nouveau foyer de covid-19.

Tom Jefferson, épidémiologiste et chercheur honoraire au Centre for Evidence-Based Medicine de l’Université d’Oxford, a déclaré que les conclusions étaient « très, très importantes ». Il a déclaré au BMJ : « L’échantillon est petit, et davantage de données seront disponibles. De plus, on ne sait pas exactement comment ces cas ont été identifiés. Mais disons simplement qu’ils sont généralisables. Et même s’ils sont exclus à 10%, cela suggère que le virus est partout. Si – et j’insiste sur le fait que si – les résultats sont représentatifs, alors nous devons nous demander : « Pour quel démon avons-nous tout fermé ? »

Jefferson a déclaré qu’il était fort probable que le virus ait circulé depuis plus longtemps que l’on ne pensait et que des pans entiers de la population avaient déjà été exposés.

Les utilisateurs des médias sociaux chinois ont exprimé la crainte que des porteurs ne présentant aucun symptôme puissent propager le virus à leur insu, surtout depuis que les infections se sont atténuées et que les autorités ont assoupli les restrictions de voyage pour les personnes se trouvant dans les précédents points chauds de l’épidémie.

Yan Zhong Nanshan, conseiller médical principal auprès du gouvernement Chinois, a déclaré que les infections asymptomatiques ne seraient pas capables de provoquer une autre épidémie majeure de covid-19 si ces personnes étaient maintenues en isolement. Les autorités ont déclaré que cette période est généralement de 14 jours.

Nanshan a déclaré qu’une fois asymptomatiques, les personnes infectées étaient identifiées, eux et leurs contacts seraient isolés et gardés sous observation.

Citant des données classifiées, le South China Morning Post a déclaré que la Chine avait déjà trouvé plus de 43.000 cas d’infection asymptomatique par la recherche des contacts.

Les derniers résultats semblent contredire une étude de l’organisation mondiale de la santé (OMS) publiée dans un rapport datant de février portant sur l’épidémie COVID-19 en Chine. Ce rapport suggérait que « la proportion d’infections réellement asymptomatiques n’était pas claire mais semblait être relativement rare et ne paraissait pas être un facteur majeur de transmission ».1

Mais depuis ce rapport de l’OMS, d’autres chercheurs, dont Sergio Romagnani, professeur d’immunologie clinique à l’université de Florence, ont déclaré qu’ils avaient la preuve que la plupart des personnes infectées par le virus ne présentaient pas de symptômes. Romagnani a dirigé les recherches qui ont montré que des tests généralisés dans un village complètement isolé d’environ 3.000 personnes dans le nord de l’Italie ont permis de réduire de plus de 90% le nombre de personnes présentant des symptômes de covid19 en 10 jours en isolant les personnes symptomatiques et celles qui étaient asymptomatiques.2

Dans un article publié sur le site web du Centre for Evidence-Based Medicine, Jefferson et Carl Heneghan, directeur du centre et rédacteur en chef du BMJ EBM, écrivent : « Il ne fait aucun doute que covid-19 pourrait être beaucoup plus largement diffusé que certains ne le croient. Le verrouillage va nous mettre tous en faillite, nous et nos descendants, et il est peu probable à ce stade de ralentir ou d’arrêter la circulation du virus car le génie est sorti de la bouteille ».

« La situation actuelle se résume à ceci : L’effondrement économique est-il le prix à payer pour stopper ou retarder ce qui est déjà en nous ».3

[1] World Health Organization. Report of the WHO-China Joint Mission on coronavirus disease 2019 (COVID-19). 2020. https://www.who.int/docs/defaultsource/coronaviruse/who-china-joint-mission-on-covid-19final-report.pdf

[2] Day M. Covid-19: identifying and isolating asymptomatic people helped eliminate virus in Italian village. BMJ 2020;368:m1165. https://www.bmj.com/content/bmj/368/bmj.m1165.full.pdf

[3] Jefferson T, Hennegan C. Covid-19—The tipping point? Mar 2020. Centre for Evidence-Based Medicine. Mar 2020. https://www.cebm.net/2020/03/covid-19-the-tippingpoint

Source : BMJ, Michael Day

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

62 réactions et commentaires

  • Terminator // 15.04.2020 à 08h33

    La je ne comprends pas la logique: c’est justement parce qu’il y a de nombreux supercontaminateurs asymptomatiques que le confinement s’impose! Si tous les malades étaient conscients de leur maladie, il suffirait de tester/isoler. Mais avec des asymptomatiques, il faudrait tester tout le monde, ce qui pose notamment des PB d’efficacité soulignés dans l’article sur Mr Klein. Il faut se confiner, même si c’est juste à travers des masques ( encore faut-il pouvoir s’en procurer)

      +27

    Alerter
    • Bruno // 15.04.2020 à 09h03

      Dans les pays pauvres, il n’y a pas de vieux !

        +2

      Alerter
      • Pepin Lecourt // 15.04.2020 à 09h43

        Il y a des vieux mais des solides en pleine forme !

        Il y avait des centenaires au moyen age et dans l’antiquité, peu nombreux certes car ceux qui atteignaient cet âge avaient une santé de fer par prédisposition génétique !

        La nature élimine les moins solides, la médecine les prolonge !
        J’en sais quelque chose, sans la médecine cela ferait 40 ans que je serais mort !

          +21

        Alerter
      • Olivier // 15.04.2020 à 10h52

        Il n’y a pas non plus d’obèses qui est un facteur de risque très important.

          +2

        Alerter
      • Rémi // 16.04.2020 à 14h07

        Oui relisez la terre de Zola, je doute que l’on s’occupe mieux que cela des vieux aujourd’hui.
        Les EPHAD ce n#est pas géant, avant il y a avait l’hospice quand à la famille, éventuellement si testatment à la clé. Je ne dit pas qu’il n’y a pas eu de vieux dont la famille ne s’est pas bien occupé, je dit juste que ca n’a propbablement pas été la majorité.

          +0

        Alerter
    • Max // 15.04.2020 à 09h55

      Si les asymptomatiques sont plus nombreux, ça veut dire que les personnes infectées sont beaucoup plus nombreuses et que le virus est beaucoup moins mortel que ce que dit l’OMS. Si 50% des gens ont déjà eu le virus par exemple, on peut tout déconfiner tout de suite et laisser mourir ceux qui doivent mourir (puisqu’ils seront in fine très peu nombreux).
      Ce serait une excellente nouvelle, mais ça reste à prouver. On attend encore les tests systématiques randomisés sur toute la population pour connaître la proportion réelle (estimée aujourd’hui à 1-6% en France).

        +7

      Alerter
      • douarn // 15.04.2020 à 10h40

        Punaise Max, vous avez raison!!

        Petit calcul de coin de table qui ne vaut que ce qu’il ne vaut :
        Si on part du principe que la létalité en Fr est de 0,5% et qu’il y a actuellement environ 15.000 décès officiels. Le nb de cas symptomatiques seraient alors d’environ (15.000×100/0,5=) 3.000.000 de français (~5% de la population).
        Si les cas assymptomatiques passent tous sous les radars du dépistage, alors il est possible d’estimer le nombre des cas symptomatiques ET assymptomatiques à (3.000.000×100/20=) environ 15.000.000 de français soit 25% de la population.

        Du coup, la létalité serait abaissée à environ 1 pour 1000, ce qui serait une excellente nouvelle. L’immunité de groupe (50-60% de la population ayant déjà eu un contact immunisant de long terme) serait à notre portée sans trop de casse… Ce point serait par contre une très mauvaise nouvelle pour l’industrie pharmaceutique.

          +11

        Alerter
        • RGT // 15.04.2020 à 14h49

          Si vous êtes convaincu d’être asymptomatique je vous propose d’aller aider les soignants dans les services de soins intensifs sans aucune protection, ce qui permettra à l’hôpital de faire des économies.

          Pour l’instant, avec les informations SÉRIEUSES et VÉRIFIABLES actuelles, le ferez-vous réellement ?

          Personnellement je ne le ferai pas. Je préfère rester vivant même avec une baisse de rémunération (à condition de ne pas être le seul bien sûr) plutôt que d’être « plus riche » et mort en ayant contaminé toutes les personnes que j’aime.

          Essayez simplement de chercher à qui profite réellement cette information (qui ne fait PAS l’objet d’une étude scientifique fiable) pour savoir à qui elle serait la plus avantageuse…

          Et n’oublions surtout pas que le MEDEF pousse très fort pour que les « gueux » retournent bosser au plus vite pour que les dividendes reviennent au plus vite dans les poches des actionnaire$ « lésés » qui vivent bien sûr en permanence à l’abri de tout risque de con-tamination.

          Tant que cette information ne sera pas validée par une étude scientifique sérieuse je suivrai strictement les conseils de mon médecin qui m’a ORDONNÉ de ne pas quitter mon habitation, avant même que le confinement n’ait été décrété.

          Faites ce que vous voulez, mais ensuite ne venez pas pleurer si vous vous retrouvez en soins intensifs ou si vous avez contaminé les personnes que vous aimez le plus.

          Vous n’êtes pas seul, ne l’oubliez jamais.

            +10

          Alerter
          • douarn // 15.04.2020 à 17h08

            RGT, pardonnez moi mais vous faites fausse route concernant mon commentaire (c’est donc que je m’y suis mal exprimé). La conclusion que vous tirez est celle à laquelle arriverait le MEDEF pour remettre au boulot les parents en remettant les enfants à la garderi… euh à l’école je veux dire.

            Un papier ne fait pas une vérité, c’est une évidence mais si on laisse de côté les boutiquiers du MEDEF, on pourrait en tirer les conclusions suivantes :
            En l’absence d’autres papiers confirmant ce qui est dit dans cet article, mon petit calcul ne me fait imaginer que je n’ai que ((15.000.000-3.000.000)/60.000.000=) 20% de chance d’avoir contracté le virus de manière asymptomatique. Je suis donc loin d’être convaincu d’avoir développé une immunité suffisante et durable. Dans l’hypothèse où je suis actuellement en période d’incubation asymptomatique je suis encore moins sûr de ne pas être infectieux, c’est un euphémisme. Alors, aller donner un coup de main…

            La conclusion à laquelle m’amène ce petit calcul, c’est qu’il est nécessaire de tester massivement et de confiner en cas de doute (cf mon commentaire plus bas). C’est comme cela que la Corée du Sud a maîtrisé l’épidémie mais de plus, on aurait un début de confirmation de la part assymptomatique des populations touchées par le covid19. Ceci permettrait de valider ou d’invalider l’étude en question.

              +2

            Alerter
            • Wakizashi // 15.04.2020 à 18h40

              C’est ça qui m’étonne : si les pays comme la Corée du Sud ont massivement testé, et si ce ratio de 4 asymptomatiques sur 5 infectés est réel et représentatif, alors les Coréens auraient dû s’en rendre compte.

              Dans la mesure où (à ma connaissance) ils n’ont rien vu, ça me fait douter de la véracité de cet article. Dommage parce que 80% d’asymptomatiques, ça me paraissait être une très bonne nouvelle : virus finalement bénin et immunité de groupe déjà acquise selon tout vraisemblance comme vous le disiez.

                +1

              Alerter
            • douarn // 15.04.2020 à 19h34

              @Wakizashi
              Effectivement c’est étrange…
              la seule piste que je vois est le fait que le test PCR ne donne que 70% de vrai positif avec les prélèvements pharyngés. Dès lors, le test PCR ne discriminerait-il AU MIEUX que (0.7×80%=) 56% des cas assymptomatiques ?
              Du coup, avec 56% ont retomberait dans la gamme de chiffres précédemment donnés (environ 50%) concernant les cas assymptomatiques.

              J’imagine qu’un test sérologique (plus lourd à mettre en oeuvre donc) donnerait probablement de meilleurs résultats. Les coréens cherchent à confiner les personnes les plus à même d’avoir contracté le virus dans une optique de maîtrise de l’épidémie, ils ne me semblent pas rechercher à rescenser le nombre exact de contaminés… une idée comme ça…

                +1

              Alerter
      • Catalina // 15.04.2020 à 16h58

        on peut aussi tester tout le monde, et suivre les nombreux exemples qui sont efficaces, mais je sais pas pourquoi, on le fait pas, pire, exemple édifiant, au Venezuela est créée une plateforme téléphonique, si les symptômes sont là, les toubibs viennent vous tester à votre domicile et prennent les dispositions requises ; chez nous, que nenni, Orange et compères proposent de nous pister pour savoir si on obéit bien aux ordres !
        Misère de misère !
        La galère macroniste rame fort….
        PS : mon opérateur téléphonique m’a rapidement envoyé un SMS pour me parler de sa compassion à m’offrir le double de temps d’appels 2h+2h, et ma facture était bien du double ! ( j’ai un truc à 2 euros)

          +4

        Alerter
        • Castor // 15.04.2020 à 18h45

          C’est bien volontairement que le gouvernement limite autant qu’il le peut le recours aux tests. Aux Etats-Unis ils prévoient (à court ou moyen terme) de réaliser 750 000 tests par semaine avec recours massif à des enquêtes de traçabilité, ce qui correspond à 160 000 tests par semaine en France dans les mêmes conditions.
          D’ailleurs Monsieur Bruno Lemaire annonce dès aujourd’hui des « années » de crise. Or la loi « urgence Coronavirus » sera abrogée lorsque le risque aura disparu. Quel est donc l’intérêt pour ce gouvernement de faire disparaître ce risque ?
          La casse sociale risque bien de se poursuivre à l’ombre du Covid-19.
          La question est : comment faire tomber ce gouvernement, pour commencer ?

            +1

          Alerter
      • TZYACK // 15.04.2020 à 21h41

        Test grandeur nature sans traitement ni confinement : Environ 50% de l’équipage du CDG infecté après 1 mois de mer, soit le taux théorique minimum pour une immunité collective !. On peut donc déconfiner maintenant mais en protégeant les plus fragiles et en administrant la « potion magique » du Pr Raoult dès les premiers symptômes.

          +1

        Alerter
        • Silk // 16.04.2020 à 04h48

          Enfin si la « potion magique » ne file pas un arrêt cardiaque. Autant pour les militaires on peut supposer qu’ils ont le cœur solide, autant les plus fragiles (plus de 65 ans, femmes enceintes et autres …) doivent justement être exclus de cette potion magique dont on attend toujours de savoir si elle marche.
          Surtout vu le nombre de décès suite à la prise d’hydroxycloroquine, y compris en milieu hospitalier, on peut pas du tout considérer ça comme magique.
          Encore moins quand on sait que certains services de réa ont décidé de ne plus en donner après l’aggravation de certains cas ….

          Sans même parler de la durée de la contamination sur le navire qui fait que certains l’ont déclenché après d’autres, et qui prolonge la durée de contamination possible.

          Ne jamais oublier qu’en santé comme en informatique, c’est le chaînon le plus faible qui compte.
          Si cela induit des morts, vous donnez combien de valeurs à leurs vies ?

            +1

          Alerter
    • jok // 15.04.2020 à 09h55

      La seule logique qui s’imposerait c’est le test et le port du masque généralisé à l’ensemble de la population.
      Chez nous, ce n’est pas la logique qui prévaut mais l’amateurisme et manque de moyens à tous les niveaux.

        +23

      Alerter
    • Jaceneliot // 15.04.2020 à 09h55

      Salut

      Justement la logique c’est qu’on est déjà presque tous atteints, et que du coups ça sert plus à rien de s’isoler.

        +2

      Alerter
    • douarn // 15.04.2020 à 10h03

      Bonjour Terminator
      Le calcul sur les test dans l’article précédent d’E. Klein illustre l’idée que tester massivement une population dans laquelle la probabilité a priori d’être porteur d’une maladie est plutôt faible (1 pour 1000) ne justifie que peu l’usage d’un test tout aussi excellent soit il (5% de faux positifs, 95% de vrais positifs dans le cas pris par E. Klein). Par contre, si la probabilité a priori d’être porteur est plus élevée, alors il devient pertinent de tester.

      Imaginons qu’environ 2 millions de français sur 60 millions soient assymptomatiques. Cela nous indiquerait que la probabilité a priori d’être porteur est de 2/60. Tester massivement se justifierait alors et je ne serais pas étonné d’apprendre que la proba d’être effectivement assymptomatique quand le test est positif tourne autour de 50%. Dit autrement, avec un test positif, vous auriez 50% d’être effectivement porteur assymptomatique.

      Et cela fait la différence, car avec un Ro de 2 à 3 (1 porteur du virus contamine 2 à 3 personnes), le confinement des porteurs assymptomatiques sur la foi des résultats du test ferait tomber en dessous de 1 le Ro et « éteindrait » l’épidémie. Ce qui semble s’illustrer par les résultats obtenus en Corée du Sud qui teste massivement et confine à la moindre alerte.

        +5

      Alerter
    • Brigitte // 16.04.2020 à 10h13

      Terminator, le confinement n’isole pas les asymptomatiques qui circulent pour aller faire leurs courses, faire du sport, etc…et n’ayant pas les moyens d’avoir une vraie barrière sanitaire générale par manque de masque, de gel désinfectant, vont continuer à contaminer les autres. Ceci explique pourquoi le confinement sans masque ni gel ralenti la progression du virus mais ne l’empêche pas. Par contre, si on isole les porteurs de virus (au dessus d’une certaine charge virale), la progression du virus va être stoppée.
      Je pense que le choix stratégique du gouvernement a été l’immunité de groupe (pas de masques, pas de gel, pas de tests) et qu’ils ont été pris de court par le virus et obligés de confiner, pour contenir la crise hospitalière.
      Maintenant, ils prétendent que les asymptomatiques (enfants en particulier) sont peu contaminants donc on peut les faire sortir. L’argument de l’égalité scolaire est juste démagogique pour titiller la sensiblerie sociale d’une certaine population. En fait, ils veulent remettre les gens au travail. Le problème c’est que sans masques et sans tests massifs, on court à la catastrophe. Qui vivra verra…

        +1

      Alerter
  • Berrio // 15.04.2020 à 08h57

    La « pandémie » a fait 150000 victimes dans le monde.
    C’est un peu simpliste pour justifier la crise économique.
    L’avis d’OD
    https://m.youtube.com/watch?v=rNu_d3ork0c

      +1

    Alerter
    • Berrio // 15.04.2020 à 09h13

      Complément :
      Comment la crise économique actuelle à ses racines dans celle de 2008 et non dans un virus anodin

        +6

      Alerter
  • Maxime // 15.04.2020 à 10h03

    Si le virus est inoffensif dans 80% des cas ça veut dire que c’est pas ça la cause du problème, c’est juste un élément déclancheur.
    Mais les gens préfèrent se confiner comme des blaireaux en attendant que ça passe plutôt que s’attaquer aux vraies causes: la pollution, la malbouffe et nos trains de vie malsains.

      +13

    Alerter
  • Antares- // 15.04.2020 à 10h29

    Le taux d’asymptomatiques semble plutôt tourner entre 20 et 50% en Corée du Sud et au Japon sur le Diamond Princess (chiffre surévalué pour inclure les patients non détectés par les tests de type PCR qui peuvent être faussement négatifs), là où des dépistages transparents et massifs ont été réalisés.

    La Chine à produit précocement beaucoup de données utiles, mais il vaut mieux se fier à des croisements de données et pas uniquement aux données chinoises.

    S’il y a plus d’asymptomatiques à certains endroits, on pourra se demander si cela peut provenir de doses infectante plus faibles (prudence des populations face aux tousseurs et mesures barrières), mais pour l’instant je ne crois pas au Père Noël avec le coronavirus ^^

      +2

    Alerter
  • Calal // 15.04.2020 à 10h57

    Noyer les cerveaux sous un déluge de stimulis contradictoires pour inhiber les réactions,semer la confusion…

      +9

    Alerter
    • Julien // 15.04.2020 à 13h14

      C’est exactement ce que je reproche aux médias et même au site les crises. Dès stats a gogo des chiffres à outrance dont personne ne vérifiera la véracité. Ensuite de l’anxiété à profusion qui provoque chez la population lectrice et auditrice de ces médias une émotion, une peur si forte qu’il est quasi impossible de raisonner avec bon sens et justesse. A cela on ajoute l’interdiction absolue de penser autrement et de ne pas être d’accord avec la version officielle. Et c’est bon tout est verrouillé, passez votre chemin et retournez voter en 2022 bande de gilets jaunes .regardons les chiffres et relisons les articles du début de la crise avec des statistiques totalement exagérées sur le nombre de morts, l’hécatombe à venir etc … travaillant dans une unité covid je peux vous dire que je vois ce que fait ce virus et clairement on est très loin de l’hécatombe et de la létalité imparable, j’ai des patients de 70/80 qui s’en remettent même avec des comorbidités. Même les chiffres italiens ont été gonflés car nombreux sont ceux qui sont morts d’autres chose que du corona et était atteint de pathologies graves parfois en phase terminale. En gros quoi qu’il en soit ils allaient mourir sous quelques semaines avec ou sans virus… le virus n’a fait qu’accélérer l’inévitable c’est tout. Donc les chiffres sont faux et la propagande anxiogène aussi. Le vérité arrive petit à petit ! Ce virus ne tue pas comme on voudrait nous le faire croire

        +12

      Alerter
      • red2 // 15.04.2020 à 18h04

        « regardons les chiffres et relisons les articles du début de la crise avec des statistiques totalement exagérées sur le nombre de morts, l’hécatombe à venir etc … »

        Ce n’est pas justement du fait du confinement que nous avons évité la catastrophe et l’hécatombe prévue par certains ? Avec un R0 de 3-4 par personne infectée si on ne prend pas de mesures, (donc sans confinement, sans masque, sans test et sans gel) on court à la catastrophe. Quand une personne en contamine 3 qui en contamine 3 qui en contamine 3… On a une exponentielle et le nombre de contaminés monte très vite. Le problème n’est pas que la mortalité du virus mais aussi la saturation du système de santé!

          +4

        Alerter
  • Olivier // 15.04.2020 à 11h00

    C’est fou de voir comment des chiffres insignifiants permettent à certains d’extrapoler à l’ensemble d’une population et d’en tirer des conclusions définitives.

      +3

    Alerter
    • Manuuk // 15.04.2020 à 18h25

      C’est exactement ce que je me disais.

      Une étude… On attend les mega analyses. On est encore dans l’inconnue. Même Raoult en perd pied… Oersonne ne sait vraiment. Donc face à la peur du vide, on rationalise beaucoup trop.

      Il faudra retourner dans le froid avant d’avoir un jugement plus serein…

        +0

      Alerter
  • Loxosceles // 15.04.2020 à 11h13

    Bon, s’il y avait vraiment 80% d’asymptomatiques, il serait juste que la panique mondiale avec confinement de la moitié de l’humanité serait totalement injustifiée puisque cela ramènerait par proportion la mortalité et les cas graves à un taux très bas. Seulement cette étude chinoise est loin de coller à bien des études qui indiquent un taux d’asymptomatiques proche de 15 à 30%.

    Seulement on ne peut pas y avoir clair si on ne définit pas plus précisément « cas asymptomatique ». Nous avons débattu de cela sur un forum et il n’est pas clair que ceci se rapporte à des porteurs sains d’un bout à l’autre de leur portage de la maladie (infection silencieuse), ou si cela mélange les porteurs sains, les asymptomatiques en phase d’incubation, voire après la guérison, puisqu’il semble qu’on puisse être contagieux quelques temps après la guérison. Si l’on ajoute tous ces cas, peut-être qu’on trouve 78%, mais certains développeront ou ont développé la maladie, probablement sous une forme bénigne. J’ai donc plutôt tendance à considérer que 80% se rapport aux asymptomatiques + bénins. Resteraient 20% de cas modérés, sérieux et critiques, reste à savoir dans quelle proportion. Pour indication, les estimations de létalité se font aujourd’hui autour de 0,5% et même moins. Les cas graves pourraient représenter autour de 2% seulement et non pas 5 ou 15%. Mais on est toujours dans l’attente de vues plus précises.

      +3

    Alerter
  • Actustragicus // 15.04.2020 à 11h47

    …Ah parce que des données publiées par les autorités chinoises seraient fiables, maintenant ? Bizarre, je croyais qu’il fallait disposer d’études respectant scrupuleusement un protocole scientifique avant de se prononcer…

      +5

    Alerter
    • TAMARAIV // 15.04.2020 à 13h05

      Bien plus confiance dans les chinois que dans les autorités française mais c’est vrai…suis infirmière…on attend toujours les masques !
      Et combien de cas non comptabilisés en France ?
      DC à domicile, une tonne de structures…vols de masques…c’est sur…bcp plus classe et tellement mieux informés !
      En attendant moins de 4000 morts / 1,4 milliards d’habitants et prés de 16000 /67 millions en France car les chiffres sont faux et sous équipements !

        +3

      Alerter
  • TAMARAIV // 15.04.2020 à 13h00

    Qu’ils disent les mecs qui télétravaillent et sont pas exposés….un COVID après comme 99 % de mes collègues des urgences…ça cloue au lit comme une méchante grippe…au mieux.
    Et quand on parle de 78 % de personnes asymptomatiques…c’est ramené à la France combien qui ne le sont pas…13 et plus millions de français…ben super, une paille !
    Mais il est vrai que les conseilleurs ne sont pas les payeurs…votre préoccupation , vos pépètes, la mienne, la santé !
    S’en fout Trump…tant qu’ils ne fait pas parti des personnes exposées…apparemment le cas de beaucoup ici…congratulation !
    Et quand vous viendrez nous voir aux Urgences, que l’on vous intubera à l’arrache car plus d’anesthésique et que vous vous débattrez ce qui vous virera 3 ou 4 dents…ne pleurez pas !
    Votre P…de pépètes qui font que nous allons au feu en slip et chaussettes !

      +9

    Alerter
  • red2 // 15.04.2020 à 15h00

    Maintenant qu’on a confiné la population et que l’on a évité le plus gros de la catastrophe sanitaire, on sent venir la théorie du complot : il fallait pas confiner car ce virus n’est pas dangereux (cf le nombre de mort, après confinement bien sur… ), on nous a fait sacrifier l’économie pour rien ou pour masquer inévitable crise du capitalisme néolibéral.
    (1) Prenez la courbes des contaminations d’avant le confinement et prolongez la de 10-15 jours pour avoir une estimation du nombre de cas que l’on aurait eu sans confinement. Une exponentielle est une exponentielle, on serait par conséquent monté très vite très haut 🙁 .
    (2) Nous avons confiné la population et malgré cela dans plusieurs région notre système de santé a été plus que débordé, avec ce que ça entraine de tri et des patients que l’on laisse mourir.
    (1) + (2) : Sans confinement tout notre système de santé aurait explosé, et ce même avec 80 % d’asymptomatique. Sans soins le taux de mortalité du au virus aurait atteint des taux cataclysmiques. Le 9 Avril par exemple nous avions en France plus de 7000 personnes en réanimation (malgré le confinement qui a drastiquement limité leur nombre) qui seraient probablement mortes sans soins et donc si on avait laissé saturer notre système de santé.

    Donc oui il faut être vigilant mais il ne faut pas non plus se mettre à croire n’importe quoi : oui le virus est dangereux, les donnés disponibles le confirment et oui malheureusement, comme nous avons mal géré le démarrage de l’épidémie le confinement était indispensable.

      +15

    Alerter
    • ISAT // 16.04.2020 à 12h27

      Dans le département que j’habite il y a 2 décès pour 1000 habitants soit 10 fois plus de décès qu’ordinairement ..

        +0

      Alerter
  • Bientôt 78 ans // 15.04.2020 à 15h15

    « La situation actuelle se résume à ceci : L’effondrement économique est-il le prix à payer pour stopper ou retarder ce qui est déjà en nous »?

    ***

    Mauvaise question… C’est présenter ce monde à l’envers!!!

    La situation actuelle n’est PAS la cause de l’effondrement économique en cours… C’est bien plutôt l’effondrement économique en cours, ce système socio-économique fissuré de toutes part depuis des décennies, qui est la cause première, la CAUSE DES CAUSES de la situation sanitaire désastreuse, monstrueuse, inhumaine voire barbare, dont nous sommes tous les témoins, masse humaine bien à tort ahurie et paniquée… avant tout pour les mauvaises raisons! — Aveuglement par servitude volontaire.

      +9

    Alerter
    • TZYACK // 15.04.2020 à 21h47

      « Comme prévu « la crise du virus » masque la réalité des faits. Le système financier mondial allait imploser tout seul, la pandémie est un révélateur. Nous allons vivre la grande crise des banques centrales inféodées aux politiques jusqu’à l’imbécilité. Toutes les aides sont des promesses en papier, du John Law mondial. »

        +3

      Alerter
  • Antoine // 15.04.2020 à 16h49

    Ce qui est le plis étonnant c’est que les médias ne cessent de nous dire que toutes les categories de personnes sont a risques ; ce qui n’est manifestement pas exact. En plus, si 80% des contaminés n’ont aucun symptome…. en effet pourquoi ce confinement qui risque bien de faire socialement plus de mal. Le seule côté positif est pour l’écologie.

      +0

    Alerter
    • Bientôt 78 ans // 15.04.2020 à 17h22

      Covid-19. Permettez ces précisions:

      1. Je crois qu’en fait, tous « sont à risques », bien qu’à des degrés très divers.
      2. Il semble y avoir eu, à travers le monde, des morts dans tous les groupes d’âge. Qui voudrait en être ou compter des êtres chers parmi ces victimes?
      3. Les contaminés asymptomatiques sont contagieux. Or parce qu’on a si peu testé (en partie faute de moyens, matériels… et financiers — l’inavouable qui fut si savamment tu), tous étant suspects, à défaut de savoir lesquels sont contaminés et contagieux, le Pouvoir a opté pour la solution moyenâgeuse, meurtrière, ruineuse certes et désespérée, du confinement universel. Cela s’appelle une débâcle.
      4. Ne quittez pas: il faudra voir comment nous parviendrons à nous sortir de cette barbarie, surtout à quel prix en souffrances et en pertes humaines que l’on eut pu parfaitement éviter. Ce drame n’était pas, ne fut jamais une fatalité. Nos «responsables» si irresponsables ont des comptes à rendre à la masse des citoyens.
      5. Le côté « positif » pour l’ « écologie » n’est que transitoire et ne change à peu près rien à la crise écologique et climatique, à défaut de solutions systémiques radicales, mondiales, planétaires.

        +4

      Alerter
  • Pegaz // 15.04.2020 à 19h58

    (COVID-19) La gestion des cas asymptomatiques de coronavirus en Chine s’avère efficace

    http://french.xinhuanet.com/2020-04/15/c_138979332.htm

    (absolument faudrait des masques et des tests!)

      +1

    Alerter
  • Bouddha Vert // 15.04.2020 à 21h17

    La politique est également une affaire d’opportunité aussi, l’on peut imaginer (espérer?) que le covid 19 pourrait être l’occasion divine de casser une bonne partie de notre système!

    Personnellement, si j’étais un homme politique pragmatique, soucieux de la préservation d’un système démocratique et informé de la tenaille enserrante du changement climatique et de la déplétion sur les ressources énergétiques, minérales, métalliques j’estimerais comme une aubaine la possibilité de tout péter, sous un couvert de prophylaxie de santé, une énorme partie de notre système thermo-industriel.

    Si, de plus, je finis par comprendre que la biodiversité s’effondre et que sans elle je peux dire adieu à toute forme d’espoir d’assurer un avenir à notre humanité, alors je saute sur l’occasion:
    De flinguer les tours-opérateurs
    De diminuer drastiquement le pouvoir d’achat général
    De fumer le pouvoir des banques universelles au profit des banques de dépôts
    De favoriser les activités de proximités
    etc…

    Bref, si les sous-jacents de ces articles portent une once de vérité statistique, alors il me semble qu’une telle occasion ne se représentera pas de sitôt et que l’occasion est trop belle.

    On peut toujours rêver et imaginer que nombre de nos dirigeants ce seraient entendus sur le bilan de l’état de notre monde.

    Bon confinement et réflexion à tous.

      +2

    Alerter
    • chabrillac // 16.04.2020 à 09h22

      Une opportunite offerte par la NATURE afin que les humains s eveillent intellectuellement. PAIX frere

        +1

      Alerter
  • TZYACK // 15.04.2020 à 21h44

    Test grandeur nature sans traitement ni confinement : Environ 50% de l’équipage du CDG infecté après 1 mois de mer, soit le taux théorique minimum pour une immunité collective !

      +1

    Alerter
    • pat // 16.04.2020 à 20h57

      c’est vrais la marine emplois des jeunes de 70 ans

        +1

      Alerter
  • catherine // 15.04.2020 à 23h15

    je vais faire la blonde,mais pas tant que ça :
    Si on trouve trace (indirecte) d’un corona virus dans un organisme qui demeure en bonne santé, c’est peut-être que l’état de cet organisme n’était pas trop altéré par toutes sortes de facteurs, pour que le virus ne puisse pas réussir son job de restauration.
    « Je dis ça je dis rien »
    Mais en même tant j’entends de plus en plus de spécialistes dire qu’ils ne comprennent pas ce virus, et de plus en plus d’avis contraires chez ces mêmes médecins et aussi d’ailleurs d’un pays à l’autre.

      +3

    Alerter
  • Silk // 16.04.2020 à 04h38

    Bonjour Olivier,

    Après avoir lu avec attention ces informations il apparaît quand même que dans le village isolé italien, les patient asymptotique ou symptômatiques ont été isolés.
    Si 10 jours tard le taux de contamination a fortement diminué, cela présuppose aussi pour en tirer une conclusion que les 3000 habitants ont tous été testés à plusieurs reprises (au début pour définir les asymptomatiques qui ont été isolés, comme ceux présentant des symptômes : donc les 3000).

    Sinon sur le 3eme point soulevé :
    « Si le virus circule déjà activement, les mesures de confinement, surtout dans les pays pauvres, posent question.»
    Ta précision mentionnant les pays pauvres change un peu la phrase mais le fond est le même : 78% (sans avoir assez de données pour conclure sérieusement), ça laisse 22% de symptomatiques. Et sur cette partie ça peut faire des cas graves.
    Si tous le monde se balade, ça veut dire que potentiellement on aurait 22% de la population totale. Ça fait beaucoup trop de monde prenant des risques d’un coup.
    D’où il me semble ces idées de deconfinement progressif qui éviterait un pic et étalerait ces 22% sur la durée (avec des symptômes plus ou moins importants mais sur une période étalée les hôpitaux pourraient en gérer une partie).

    Reste qu’apparemment même avec des lits et en réa, des personnes en meurent sans pour autant avoir forcément les fragilités reconnues (même si c’est rare).
    Il serait bien de laisser aussi un peu de temps à la science pour trouver au moins un traitement qui évite d’en mourrir pour certains avant de deconfiner.

      +0

    Alerter
  • jacques // 16.04.2020 à 05h33

    Bizarre ces chiffres ça vient en contradiction avec les tests que fait l’IHU de Marseille ou sur des gens symptomatiques ,ils ont 4337 positifs sur 33256 testés soit 13% .Ça veut bien dire que 87% ne sont pas malades du covid19.
    Donc Il devrait y avoir plus de cas positifs que cela .

      +0

    Alerter
    • Nink4si // 16.04.2020 à 10h15

      Sans symptômes penseriez vous a allez vous faire tester ?
      Personnellement non

        +0

      Alerter
      • Armiansk // 16.04.2020 à 12h26

        Parmi les 1 061 patients que le Pr Raoult annonce avoir traités, on peut estimer vers 850 ceux qui ont un score NEWS à zéro (“estimer”, car ça fait une semaine qu’on attend la prépublication de l’étude), et 1 008 ont un score d’au plus quatre.
        Sauf erreur de ma part, un score ≤4 signifie un état vraiment peu préoccupant, et un score =0 quasi-normal (sur les paramètres mesurés).

          +0

        Alerter
      • jacques // 17.04.2020 à 11h06

        Apparemment certains non symptomatique se font dépister aussi (les médecins,infirmières,policiers,etc…ont priorité),de plus les 87% non infectés car ayant une autre maladie que le covid19 ne devrait pas être aussi nombreux et IHU aurait sonné l’alerte si 80% des asymptomatiques étaient porteurs.
        De plus dans les bateaux de croisière en quarantaine ont n’a pas trouvé 80% de malades asymptomatiques.

          +0

        Alerter
      • red2 // 22.04.2020 à 11h12

        @Nink4si

        « Sans symptômes penseriez vous a allez vous faire tester ? »

        Il faudrait dans l’idéal se faire tester si on est en risque d’avoir attrapé le virus et donc notamment si on a croisé un personne contaminée. Ça serait même de mon point de vue, une des premières mesures à prendre pour contrôler la diffusion du virus après la fin du confinement (mais encore faut-il avoir des tests et des fiables…)

          +0

        Alerter
  • Alcyon // 16.04.2020 à 17h50

    Je n’ai jamais vu un « non sequitur » aussi flagrant que celui là.

    On va multiplier par plus de 10, c’est-à-dire que moins de 10% des cas son identifiés. n va considérer 2 millions de cas en France. Ca fait 3% de la population et les services de santé sont déjà débordés. Alors « à quoi ça sert de confiner », ben éviter d’avoir 10 fois plus de malades en même temps et de sacrifier des centaines de milliers de personnes.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications