Les Crises Les Crises
14.avril.202014.4.2020 // Les Crises

Coronavirus : plus de 80 % des personnes en réanimation seraient en surpoids

Merci 437
J'envoie

Source : Futura Science, Julien Hernandez

Selon des données préliminaires consultées par des journalistes du quotidien Le Monde, 83 % des patients en réanimation seraient en surpoids.

Selon un récent article paru dans le journal Le Monde, repris par La Ligue contre l’obésité, 83 % des patients en soins intensifs seraient en surpoids ou obèses. Mais les données ne sont pas encore réellement consultables et on ne sait pas bien encore si l’obésité ou le surpoids seul (car elle s’accompagne souvent d’autres facteurs de risques) constitue une véritable prédisposition à des formes graves de la maladie.

Une majorité de patients en surpoids en réanimation

Dans plusieurs centres hospitalo-universitaires de France, des médecins constatent la forte présence de patients souffrant de surpoids ou d’obésité. Aucune statistique n’est disponible actuellement à ce sujet mais cela paraît intuitivement logique étant donné que le surpoids favorise également certaines comorbidités. Avec 15 % de sa population souffrant d’obésité, le risque qu’encourent ces personnes pose question. Aux États-Unis, où l’épidémie fait actuellement des ravages, un adulte sur deux est obèse. Des données provenant des États-Unis pourraient permettre de confirmer ou d’infirmer cette tendance.

Pour l’instant, les seules données européennes robustes réellement publiées dans la littérature scientifique à notre disposition sont celles des services de réanimation italiens de Lombardie où il n’y a aucune information sur le poids des personnes admises.

Comment l’expliquer ?

Hors comorbidité identifiée pour le Covid-19, on sait depuis longtemps que l’obésité est un facteur de risque d’embolie pulmonaire. D’autres mécanismes biologiques, comme un terrain inflammatoire ou la présence de graisse dans les poumons, pourraient expliquer que les patients en surpoids soient plus à risque que ceux dont le poids est « sain ». Mais à ce jour, il serait fortuit de se lancer dans l’explication d’un phénomène dont nous ne savons même pas s’il existe. Il faut des données plus robustes pour savoir si les patients en surpoids sont vraiment très représentés parmi l’ensemble des cas admis en réanimation.

Et puisque nous parlons de poids, L’Anses vient de mettre à jour ses repères concernant l’activité physique et la sédentarité en les adaptant à cette période de confinement. Elle conseille notamment de maintenir une activité physique quotidienne suffisante, même dans un petit espace (se déplacer dans son logement, dans son jardin, porter une charge, monter ou descendre les escaliers, réaliser des tâches domestiques) et multiplier les pauses entre les moments devant les écrans pour bouger et éviter de grignoter. Elle rappelle que la sédentarité et l’obésité sont des facteurs de risques majeurs de maladie chronique. À un âge avancé, cela peut aussi entraîner une décroissance irréversible de l’appareil locomoteur.

  • Une majorité de patients admis en réanimation seraient en surpoids mais des données plus robustes manquent pour confirmer cette tendance.
  • Des mécanismes tels qu’un terrain inflammatoire ou la présence de graisse dans les poumons pourraient expliquer cet état de fait s’il venait à être confirmé.
  • L’Anses a actualisé ses repères d’activité physique en cette période de confinement. Il est d’une importance vitale de conserver une activité physique.

Source : Futura Science, Julien Hernandez


Coronavirus : les personnes obèses représentent une proportion très élevée des patients en réanimation en France

Source : Le Monde, Sandrine Cabut

Les individus en situation d’obésité risquent plus de présenter une forme grave de Covid. Selon les premières données d’un registre national, 83 % des patients en réanimation sont en surpoids

Les personnes obèses, soit 15 % des adultes en France, sont-elles plus susceptibles de contracter l’infection au SARS-CoV-2 et risquent-elles plus de présenter des formes sévères ? C’est le double motif d’inquiétude des médecins qui les prennent en charge. S’agissant de la gravité, les données sont encore parcellaires, mais sur le terrain, le constat devient évident : les individus en surpoids ou avec une obésité représentent une proportion élevée, voire très élevée, des patients atteints de Covid admis dans les services de réanimation.

En Grande-Bretagne, sur une série de 196 malades hospitalisés en soins intensifs, 32 % étaient en surpoids (indice de masse corporelle ou IMC, soit le poids divisé par le carré de la taille, entre 25 et 30 kg/m2) et 41 % étaient obèses (IMC supérieur à 30 kg/m2), selon un rapport publié le 20 mars. Les statistiques semblent du même ordre en France.

Au centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice, l’IMC moyen des patients Covid actuellement en réanimation est de 29 kg/m2, la corpulence normale se situant entre 18,5 et 25 kg/m2. « Parmi nos 40 patients, 95 % sont en surpoids ou obèses, avec souvent une hypertension artérielle et un diabète associés », souligne l’anesthésiste réanimateur Hervé Quintard. Au CHU de Montpellier, 45 % à 50 % des malades Covid hospitalisés en réanimation lors des premières semaines de l’épidémie avaient une obésité cotée sévère (IMC supérieur à 35 kg/m2), voire morbide (IMC supérieur à 40 kg/m2), estime aussi le professeur Xavier Capdevila, responsable du département anesthésie réanimation du site Lapeyronie.

Un registre national des formes graves de Covid permettra bientôt d’en savoir plus sur le profil des patients, leur prise en charge et leur devenir. Lancée le 19 mars par le Réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA), cette base prospective a déjà enregistré des informations concernant plus de 2 000 malades pris en charge dans 195 services de réanimation francophones, français essentiellement.

Appel à la prudence

« Parmi eux, 83 % sont en surpoids ou obèses, avec souvent une association avec un diabète ou une hypertension artérielle. Il s’agit dans les trois quarts des cas d’hommes et la médiane d’âge est de 63 ans », précise Matthieu Schmidt, réanimateur médical à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP), coordinateur du registre. Il appelle cependant à la prudence dans l’interprétation de ces données encore préliminaires, sans analyse fine des facteurs de risque. Le pronostic de ces patients de réanimation ne peut pas non plus être interprété, un certain nombre étant encore hospitalisés.

Dans sa liste des personnes à risque de forme grave de Covid, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a pour l’instant retenu – sur la base des données de la littérature – les individus de plus de 70 ans, avec des antécédents cardiovasculaires, un diabète, une pathologie chronique respiratoire, une insuffisance rénale dialysée ou un cancer sous traitement. Les personnes avec une obésité morbide (IMC supérieur à 40 kg/m2) ont également été incluses dans cette liste, par analogie avec la pandémie de grippe A (H1N1) de 2009. « Le risque est probablement en dessous de ce seuil », estime cependant le professeur Olivier Ziegler, nutritionniste au centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Nancy et président du groupe de coordination et de concertation des centres spécialisés de l’obésité, qui insiste sur la nécessité de disposer rapidement de davantage de données internationales et nationales sur ces sujets.

Le pronostic des formes sévères de Covid, qui nécessitent une réanimation, est-il plus défavorable chez les malades avec un IMC élevé, voire très élevé ? « Les résultats d’une petite série américaine sur 24 patients hospitalisés en unités de soins intensifs pour Covid, publiés dans le New England Journal of Medicine le 30 mars, suggèrent que le risque de décès augmente avec la corpulence, poursuit le professeur Ziegler. Ce qui est frappant, dans cette étude, c’est que la mortalité atteint 70 % chez les malades dont l’IMC est supérieur à 35, contre 30 % chez ceux avec un IMC inférieur à 35. »

Pour le nutritionniste, le faible effectif de l’échantillon ne permet pas de tirer de conclusions définitives quant au rôle propre de l’obésité, mais ces données américaines remettent en question le dogme d’un seuil de 40 kg/m2 de l’IMC comme facteur de gravité. « Dans cette publication, la mortalité qui semble liée aux pathologies associées est élevée même chez les jeunes (37 % chez les moins de 65 ans), ce qui est un autre facteur d’inquiétude », ajoute Olivier Ziegler. Il rappelle qu’en France, le nombre de personnes en situation d’obésité sévère de grade 2 (IMC > 35) est d’environ 1,3 million, et de 600 000 pour l’obésité de grade 3 (IMC > 40).

« L’obésité augmente le risque d’embolie pulmonaire »

« L’obésité augmente le risque d’embolie pulmonaire. Or, l’infection au nouveau coronavirus expose déjà particulièrement aux complications thrombo-emboliques, explique le professeur Jean-Michel Oppert, qui dirige le service de nutrition de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP). D’autres anomalies associées à l’obésité peuvent pénaliser ces patients : des troubles ventilatoires, mais aussi un état inflammatoire “à bas bruit” et un déficit immunitaire chronique. Ces facteurs sont délétères lors d’infections virales respiratoires comme la grippe ou le Covid. » Un IMC élevé augmente aussi le risque d’escarre.

En revanche, note le réanimateur Matthieu Schmidt, les personnes avec obésité répondent bien aux séances de décubitus ventral (ventilation sur le ventre), une technique utilisée dans les services de réanimation pour améliorer l’état ventilatoire des malades.

Autre donnée a priori positive : ces dernières années, plusieurs études ont suggéré que la courbe de survie en réanimation serait meilleure chez les sujets obèses, car ils ont une réserve métabolique qui leur permet de mieux résister à la dénutrition que les personnes de poids normal. « C’est un sujet controversé sur lequel il faut rester prudent, car cela dépend des causes de la réanimation », tempère Karine Clément, professeure de nutrition à la Pitié-Salpêtrière. Pour cette spécialiste, également vice-présidente de l’Association française d’étude et de recherche sur l’obésité (Afero), l’une des priorités est d’acquérir des données épidémiologiques plus précises sur les facteurs de risque de formes graves de Covid. « Dans les données disponibles, on retrouve souvent l’association de plusieurs pathologies : diabète de type 2, hypertension artérielle, maladies cardiaques et obésité. Mais il faudrait savoir si une obésité à elle seule, sans comorbidité, prédispose aux formes sévères », s’interroge Mme Clément.

L’autre question qui préoccupe la nutritionniste et ses confrères est celle de la possible susceptibilité accrue des personnes obèses à l’infection au nouveau coronavirus.« Pour certains virus grippaux, il a été montré que les patients avec un IMC élevé ont une durée de portage viral plus longue, mais pour le SARS-CoV-2, on ne sait pas », souligne la professeure.

Dans des recommandations, l’Afero et d’autres sociétés savantes insistent sur l’importance du confinement et des mesures barrières pour ces patients. « Les messages de prévention sont cependant souvent difficiles à faire passer dans l’ensemble de la population, et en particulier dans les populations vulnérables sur le plan socio-économique, deux à trois fois plus touchées par l’obésité », rappelle M. Ziegler. La question est aussi posée d’arrêts de travail préventifs pour les personnes avec une obésité sévère dont les conditions de travail ne permettent pas de respecter les mesures barrières.

Source : Le Monde, Sandrine Cabut

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pang // 14.04.2020 à 07h17

Avec un peu de chance on apprendra qu’ils sont aussi en manque de vitamine D, stressés et dépressifs. Tous les ingrédients du confinement : surpoid (pas d’exercice physique + surconsommation de nourriture), manque de vitamine D (manque de soleil), augmentation du stress et dépression (infos coronavirus TV + perte d’emploi ou inquiétude + conflits intra familial ou solitude).

44 réactions et commentaires

  • Pang // 14.04.2020 à 07h17

    Avec un peu de chance on apprendra qu’ils sont aussi en manque de vitamine D, stressés et dépressifs. Tous les ingrédients du confinement : surpoid (pas d’exercice physique + surconsommation de nourriture), manque de vitamine D (manque de soleil), augmentation du stress et dépression (infos coronavirus TV + perte d’emploi ou inquiétude + conflits intra familial ou solitude).

      +52

    Alerter
    • Basile // 14.04.2020 à 07h36

      « surconsommation de nourriture ». Vous parlez du kebab ? 1200 calories

        +3

      Alerter
    • Nini4si // 14.04.2020 à 08h47

      Les français ne sont pas idiots , ils ont trouvé le remède d’eux mêmes, jamais vu autant de monde courir dans tous les sens depuis le confinement 🙂

        +6

      Alerter
    • Barachin // 14.04.2020 à 16h49

      « Tous les ingrédients du confinement »

      Les personnes en surpoids ne le sont pas depuis la mi-mars. Faut pas pousser, le confinement n’est pas responsable d’un mode de vie, et si 50% des yankee sont obèses ce n’est pas en raison du confinement.

      Le confinement a des conséquences médicales très différentes selon l’endroit où on est enfermé. C’est avant toute chose l’exiguïté du logement et la densité de personnes qui s’y trouvent qui créent des troubles : chaque individu doit pouvoir s’isoler et disposer d’une distance de plusieurs mètres pour que son instinct d’auto-défense se mette en pause.

      Bref les pathologies qui peuvent être créées par le confinement sont avant tout d’ordre psychologiques et touchent la population de manières très inégales.

        +4

      Alerter
  • Basile // 14.04.2020 à 07h24

    c’est seulement maintenant qu’on nous révèle (si c’est le Monde c’est pas nauséabond) les personnes à risque (80 % en surpoids) alors qu’on s’interrogeait, et après avoir foutu la trouille à toute la France, au nom de l’égalitarisme devant le malheur. Digne d’un prédicateur de malheur.

    mais peut mieux faire. Manque maintenant une autre statistique sur le profil de ces 80 %. Sauf qu’elle est interdite. L’égalité poussé à l’absurdité;

    j’ai déjà dit ici mon observation en ayant passé une semaine en salle commune USIC (unité de soins intensifs cardiaques) dans le 93

      +15

    Alerter
    • max // 14.04.2020 à 08h17

      Sans précisions additionnelles, vos sous-entendus suggèrent un cas tout-à-fait classique de biais d’observation, rien de plus.

        +8

      Alerter
    • Lysbeth Levy // 14.04.2020 à 09h07

      C’est la « vraie » deuxième vague qui va tomber et occuper les unités de soins .les malades chroniques qui se sentent obligé de rester chez eux, sans appeler assez vite en cas d’urgence .https://www.corsematin.com/articles/mais-ou-sont-passes-les-malades-hors-covid-19-en-corse-108513
      Des médecins ont fait des appels et sont pas très entendus .https://www.e-sante.fr/confinement-les-medecins-craignent-les-consequences-pour-les-autres-maladies/actualite/615220 Que se soit en Italie, France, Uk ou Usa ce sont bien des gens malades chroniques, d’âge moyen ou agés, très agés qui ont le plus grand risque.
      Le confinement est dangereux et mortel pour eux ..Amendes a la pelle alors qu’ils devraient marcher sortir pour leur santé .Je suis dans ce cas là et me sens plus en danger même sans corona. Ce battage insensé sur un virus qui en lui même ne tue pas plus qu’une grippe est mortel ..20 000 0000 de malades chroniques abandonnés par le système …le virus a bon dos.

        +9

      Alerter
    • Madudu // 14.04.2020 à 13h05

      J’ai eu des échos, via personnel médical, de la situation dans plusieurs hôpitaux du Nord parisien : surtout des hommes noirs en surpoids, hypertendus et diabétiques.

      Le taux de survie est proche de zéro, malheureusement.

      Il faut savoir que les subsahariens sont extrêmement sujets à l’hypertension et au diabète de type 2, en Afrique comme en France. Ceux qui échappent à ce tableau sont ceux qui parviennent à maîtriser leur poids en vieillissant.

        +6

      Alerter
      • De passage // 14.04.2020 à 23h56

        Pourriez-vous donner vos sources concernant l’Afrique subsaharienne? Il serait intéressant de savoir si les afro-américains sont plus touchés que les WASP des couches populaires, j’ignore s’il y a déjà eu des études sur le sujet.

          +0

        Alerter
        • Madudu // 15.04.2020 à 10h02

          WASP = White Anglo-Saxon Protestant, chose rare en France (on les a viré).

          Pour avoir vécu en Afrique, je peux témoigner que presque tous les plus de 40-45 ans sont à la fois diabétiques et hypertendus, sauf ceux qui ne grossissent pas (pas nombreux chez les « aisés »).

          Il y a probablement des études épidémiologiques là-dessus, mais je ne suis pas du métier.

            +1

          Alerter
          • De passage // 15.04.2020 à 20h48

            Merci pour votre réponse.
            Je me suis mal exprimé dans mon commentaire précédent, je parlais de la comparaison du taux de diabète des WASP issus des couches populaires et de celui des Afro-américains pour voir si votre analyse se vérifiait également aux Etats-Unis.

              +0

            Alerter
    • Marie Pan-Pan // 14.04.2020 à 13h32

      Cher Basile,
      Le Rhinocérat en embuscade, charge dés que l’on agite la cloche puis ronge son os.
      Il lui faut une vérité simple pour combler son vertueux appétit malgré le choc de la réalité, oû c’est là uniquement que son cerveau risque de faire des étincelles.

        +1

      Alerter
  • zwartemilord // 14.04.2020 à 08h41

    Obésité? Ne pourrait-on pas parler de malbouffe en général. Ne dit-on pas qu’on creuse sa tombe avec ses dents?

      +6

    Alerter
    • tepavac // 14.04.2020 à 10h24

      Malbouffe!!!
      Avec tous les pesticides, les adjuvants, les antibiotiques d’élevage, les ogms, les colorants, les conservateurs et autres transformations et tout ceci pour respecter les normes sanitaires randomisées, euh non, seulement par profit.

        +5

      Alerter
      • p o // 15.04.2020 à 00h27

        et les medocs !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
        depuis que ma femme est oblige de prendre des medocs elle a pris 25kg
        passée de 52 à 77 en quelques semaines

          +0

        Alerter
  • Lysbeth Levy // 14.04.2020 à 08h43

    Ce qu’on se tue a vouloir dire dès les annonces italiennes, américaines, anglaises, des victimes de ce fameux choc toxique dû a ce virus , les victimes sont âgées, ayant des maladies chroniques, en surpoids ou obèses. Il y a peu de victimes jeunes et en relative bonne santé. Les victimes sont souvent en fin de vie, d’où les EHPAD sont touchés particulièrement ..Je vais le dire tout net, j’ai deux facteurs de risques et malgré tout je n’ai pas peur mais le blocage total fait peur . Je vie a la campagne, et que l’hôpital le plus proche est à 30 kms et en cas de problèmes il faut quand même y arriver ..l’hôpital est quasi vide de surcroit comme la plupart des hôpitaux depuis le début de l’épidémie. C’est dangereux de ne pouvoir se rendre là bas en cas d’urgence .Les cliniques ne sont pas mis a contribution, d’où la grosses mortalité, c’est honteux, les cliniques ont demandé a participer a ce plan d’urgence sanitaire ..Or rien…https://www.20minutes.fr/sante/2755903-20200407-coronavirus-urgences-cabinets-medicaux-desertes-crainte-covid-19-o-autres-malades la mort prématurée de gens dans ce cas va augmenter .https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32141-Podcast-Le-risque-malades-chroniques-c-est-d-avoir-victimes-confinement-les-victimes-Covid-19 On va assister a des morts prématurées plus jeunes a cause https://www.liberation.fr/france/2020/04/05/deux-fois-moins-d-infarctus-ce-n-est-pas-normal_1784267e de la focalisation sur le corona ..

      +17

    Alerter
  • alan // 14.04.2020 à 08h48

    Cette donnée avait déjà été annoncée la semaine dernière chez Bourdin et c’est vrai que cela correspond aux quelques images que nous voyons.
    C’est plutôt d’obésité dont il s’agit associé un âge avancé.
    Mais je pense que bientôt nous allons avoir des retombées de l’utilisation inadéquate de la ventilation mécanique. Je parie que ceci sera analysé et révélé a posteriori. Cette ventilation mécanique est un massacre et de surcroît la mise en décubitus ventral de personnes obèses et en coma artificiel est une pure absurdité.
    Au total nous découvrirons beaucoup de décès iatrogènes.

      +9

    Alerter
    • Basile // 14.04.2020 à 09h10

      vous avez probablement raison. La famille de la jeune fille de 16 ans dit que ses poumons ont été détruits. Ne connaissant pas le mode de fonctionnement de l’engin, je n’avais pas compris.

        +3

      Alerter
    • Gaby // 14.04.2020 à 09h29

      Pouvez-vous nous en dire plus sur la ventilation mécanique, ses conséquences et les alternatives possibles en cas de détresse respiratoire aiguë ? (Ma question en comporte aucune ironie, mais la curiosité d’en savoir plus)

        +10

      Alerter
    • Chris // 14.04.2020 à 13h52

      Les dangers (et absurdité) de la ventilation mécanique, le cardiologue Giannini en parle :
      http://www.geopolintel.fr/article2225.html
      Cependant, de ce que certains supposaient, mais ne pouvaient pas être sûrs, nous avons maintenant les premières données. Les gens se soumettent à la RCP pour une thromboembolie veineuse généralisée, principalement pulmonaire. Si c’est le cas, les réanimations et les intubations sont inutiles car il faut d’abord dissoudre, ou plutôt prévenir ces thromboembolies. Si vous ventilez un poumon où le sang n’arrive pas, c’est inutile ! En fait, 9 personnes sur 10 meurent. Parce que le problème est cardiovasculaire, et non respiratoire ! C’est la microthrombose veineuse, et non la pneumonie, qui est à l’origine du décès !
      Ici, l’inflammation a tout détruit et a préparé le terrain pour la formation de caillots. Car le problème principal n’est pas le virus, mais la réaction immunitaire qui détruit les cellules où le virus entre. En fait, aucun patient atteint de polyarthrite rhumatoïde n’est jamais entré dans nos services COVID ! Parce qu’ils fabriquent de la cortisone, un puissant anti-inflammatoire !

        +4

      Alerter
      • Catalina // 14.04.2020 à 19h06

        c’est pourquoi les Chinois et les Russes ont pris la piste de baisser le système immunitaire le temps que la personne s’en sorte. Enfin, c’est une de leurs pistes.

          +0

        Alerter
  • yann // 14.04.2020 à 09h15

    Mon étude statistique (portant sur un échantillon de une personne) indique que la population prend 2 kg depuis le début du confinement.

      +9

    Alerter
    • jp // 14.04.2020 à 11h58

      ça vous fera un autre échantillon : j’ai pris 2 kg dès la 1ère semaine du confinement, et sans manger plus. Le manque d’exercice + l’anxiété.

        +2

      Alerter
      • Madudu // 14.04.2020 à 13h30

        Je mange à satiété et je ne grossis pas.

        Ça dépend des gens, ça dépend des efforts que l’on fait, ça dépend de ce que l’on mange, et de plein d’autres trucs.

        Il faut d’abord se connaître soi, son propre corps, pour prendre les bonnes décisions.

          +4

        Alerter
        • Basile // 14.04.2020 à 14h59

          c’est la façon dont l’enfant est nourri dans les premières années de sa vie (2 je crois) qui conditionne sa morphologie futur.

          tout le reste, jogging, diète, est de la broutille. Voire souffrance inutile

            +2

          Alerter
        • jp // 14.04.2020 à 15h31

          maintenir son IMC nécessite d’abord de ne pas subir d’amaigrissement involontaire suite à maladie (je passe les détails). Parce qu’après, en mangeant normalement (peu calorique dans mon cas, pas de sucre par ex, en plus suis végétarienne donc les kebabs connais pas…) on subit l’effet yoyo. Pour 10 kg perdus, c’est 15 kg de repris.
          Cet effet yoyo m’a été confirmé par des femmes ayant volontairement fait des régimes.
          Et il y a aussi le manque de sommeil qui fait grossir, sans manger plus.

            +1

          Alerter
      • patrick // 14.04.2020 à 14h50

        j’habite en pleine campagne , et avec la liste des travaux à faire que ma femme a fait , je ne risque pas de grossir.
        encore un mois à tenir … vivement que je reprenne le boulot 🙂

          +1

        Alerter
        • Barachin // 14.04.2020 à 16h55

          C’est qu’elle vous aime svelte et toujours jeune 🙂

          Et puis vous allez pas vous plaindre, pensez à toutes les personnes qui sont en appartement bloqués devant un écran 🙁

            +2

          Alerter
    • Marie Pan-Pan // 14.04.2020 à 13h42

      Merci Yann pour votre humour qui fait confiance à l’intelligence.
      J’imagine à terme qu’à ce train-là les français confinés auront pris 20 kg ;que les coiffeurs vont avoir un sacré boulot entre les longueurs et les racines blanches ou les colorations douteuses; que de nombreux groupes sanguins vont virer Apéritif…tssss la faute au Covid, au confinement, à la société toussa toussa…

        +2

      Alerter
  • Dubreuil // 14.04.2020 à 09h41

    Le truc marrant c est que ca fait quelques décennies qu on a une progression « épidémie » de l’obésité, que cela entraîne des millions de morts précoces et des vies gâchées par centaines de millions… Mais on panique uniquement a cause d un virus qui par certains aspects semble n etre qu énième symptôme de l expension de l obésité.

      +8

    Alerter
  • Florent // 14.04.2020 à 09h59

    Enfin on s’intéresse non pas à la quantité des décès mais à l’analyse plus précise des facteurs de risque. Entre la charge virale qu’on peut ingérer (ce qui place les personnes soignants par exemple, même en bonne santé, dans la population à risque), les autres pathologies, etc…on va enfin arrêter cette pollution statistique anxiogène en faisant croire que n’importe qui peut aller en réanimation s’il chope le Covid19.

    Les personnes relativement jeunes (-65/70 ans ?) et qui ne souffrent pas de pathologies / facteurs de risques autres, iront en réa de façon très très marginale.

    Alors ça ne veut pas dire qu’il faille abandonner les gestes barrières par exemple, ou qu’on se fiche des obèses ou des personnes âgées (évidemment que non, d’autant que l’obésité est une des conséquences funestes de notre mode de vie) mais ça pose quand même question sur le confinement total de la population, qui à mon sens va se révéler au final plus nocif pour la majorité de la population, que ce soit sur la santé physique ou mentale.

    Mais bon, il fallait apeurer la population (et notamment sur ce site, articles et commentaires) pour la faire accepter d’elle-même ce confinement. D’ailleurs, je ne vais pas me cacher en disant que ça a marché sur moi.

      +11

    Alerter
  • Didier Lamb // 14.04.2020 à 11h18

    Les chiffres fournis manquent de rigueur. Les articles cités font référence à la proportion d’adultes en surpoids (15%) et comparent ce nombre au pourcentage de malades en surpoids (83%)., tout en précisant que la moyenne d’âge de ces malades est de 63 ans. La référence « adultes en surpoids » est donc mal choisie. Il faudrait évidemment prendre pour référence le nombre d’adultes en surpoids dans la même tranche d’âge que les malades. Car il est certain que, dans une population saine, il y a davantage de personnes en surpoids à 63 ans qu’à 20 ans.

      +7

    Alerter
  • alan // 14.04.2020 à 14h28

    Difficile en quelques lignes.
    La ventilation mécanique ajoute à l’oxygénothérapie une assistance à la motricité affectée de la mécanique respiratoire (diaphragmme, muscles inter costaux). Il s’agit de forcer de l’air traité à remplir les poumons et à ouvrir les alvéoles pulmonaires où se font les échanges gazeux.
    Il y a la ventilation invasive et celle par masque (moins traumatisante et sans coma artificiel).
    Ici des decriptions assez completes : https://sofia.medicalistes.fr/spip/IMG/pdf/Ventilation_artificilelle_les_fondamentaux.pdf
    https://www.cochrane.org/fr/special-collection-coronavirus-covid-19-evidence-relevant-critical-care

    Mais il y a maintenant ceci :
    « Si vous ventilez un poumon où le sang n’arrive pas, c’est inutile ! En fait, 9 personnes sur 10 meurent »
    https://buongiornonews.it/coronavirus-una-speranza-dalla-scoperta-del-prof-giannini/

    Traduction ici :
    http://www.geopolintel.fr/article2225.html

    https://www.ibtimes.sg/new-fact-reason-coronavirus-lethality-heart-problem-not-lungs-says-italian-doctor-42838

    Et on a encore ceci que l’on peut croiser :

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/des-milliers-de-francais-sont-223201

    [Message de la modération: votre message était en attente de validation, pas censuré. Il avait été automatiquement marqué comme pourriel potentiel pour je ne sais quelle raison et le fait de le renvoyer plusieurs fois transfère les messages successifs dans la file « pourriels »]

      +0

    Alerter
  • Catalina // 14.04.2020 à 15h17

    c’est exactement la même chose avec la grippe, veuillez ne pas modéré svp, on a le droit de mettre des liens non-pro-catastrophe ! ou pas ?

    https://www.liguecontrelobesite.org/actualite/vaccin-contre-la-grippe-les-personnes-en-surpoids-et-obeses-moins-proteges/

      +3

    Alerter
  • Tikehau // 14.04.2020 à 16h47

    Toute blague mise à part il a été démontré dans une étude sur les contaminations virales (vérifié pour la grippe) que les « gros » étaient beaucoup plus contaminant que les « maigres ».

    Cela tiendrait aux raison suivantes :
    un virus se diffuse « emrobé » d’une couche de graisse. La fonction du gel hydroalcoolique est de dissoudre cette couche de graisse de « transport » (qui le protège) pour l’empêcher d’entrer dans un nouvel organisme.
    un virus n’est pas vivant, c’est une protéine et ne peut donc être « tué » (avec ou sans gel hydroalcoolique) car il est inerte.
    un virus doit être passé par un organisme vivant pour contaminer un nouvel hôte.

    Je précise que mon propos n’a pas pour objet de faire de la « grossophobie » de comptoir avec mon commentaire mais il faut savoir que dans le gras le virus s’équipe d’un véhicule de transport.

    Le corps humain comporte « normalement » entre 6 et 24 % de graisse pour les femmes et 14 et 31 % pour les hommes.

      +4

    Alerter
    • Basile // 15.04.2020 à 08h35

      réflexion intéressante. On lit d’ailleurs aujourd’hui que 80 % des contaminés sont asymptomatiques. Ces derniers seraient-ils les minces ? Je m’étonne d’une faible toux au lever depuis quelques semaine, et qui disparait. Je suis mince. Suis-je contaminé ?

      ma famille même morphologie, où qu’elle soit en France, IDF, Est, Ouest, Sud,, n’est pas « touchée » elle non plus.

        +0

      Alerter
  • serge // 14.04.2020 à 17h12

    Bon, la plupart des gens qui sont en réa ou qui décèdent ont des multipathologies, cholestérol, diabète, insuffisance cardiaque,… ou des traitements pour des maladies embolisantes type cancer ou bien sont âgées et donc avec une résistance réduite, sous vitaminées ou dénutries. Rien de plus que lors d’événements comme les canicules ou toute autre épidémie comme la grippe, la gastro, ou anciennement les rougeoles voire les post-op.
    Donc soit ce n’est pas pire qu’avant, simplement placardé partout par le biais des médias 24/7 afin de bien traumatiser le bon peuple comme pour les 5 légumes et fruits par jour (entre autres). Soit c’est encore une manière de monter en épingle des statistiques, forcément foireuses puisque arrangées au bon vouloir de ceux qui les commandent (comme les sondages). Et dans tous les cas c’est un dégagement en touche pour pallier à un défaut de tout (anticipation, approvisionnement, stratégie, financement…) en fragmentant encore plus la société par groupes de gros, vieux, pauvres, feignants qui n’ont, somme toute, que ce qu’ils méritent.
    Comme disait Francis Blanche « Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade. »

      +3

    Alerter
  • Catalina // 14.04.2020 à 19h00

    « Il est apparu cette semaine que certains médecins généralistes en Grande-Bretagne ont envoyé des lettres aux patients ayant déjà des problèmes de santé, leur demandant de signer un formulaire, Ne pas réanimer (DNR : Do Not Resuscitate), au cas où ils attraperaient le coronavirus et que leur état s’aggraverait. »
    https://www.rt.com/op-ed/484832-disabled-covid-doctors-treatment/
    au RU !!!! la combientième puissance mondiale déjà ?

    « Le Royaume-Uni est la sixième puissance économique mondiale, avec un produit intérieur brut de 2 481 milliards de dollars, derrière les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Allemagne et la France. En classement par PIB en PPA, le Royaume-Uni est le huitième pays et le deuxième d’Europe en 2011. »

      +3

    Alerter
  • rafades // 15.04.2020 à 10h18

    Ca doit être la raison pour laquelle, on voit des articles fleurir dans le Point, dénonçant cet incivil joggeur avec ses gros poumons et ses longues jambes qui répand des goutelettes contaminantes partout

    Sus aux joggeurs

    Ouvrez encore plus largement les bureaux de tabacs et les boulangeries

      +1

    Alerter
  • Julie // 16.04.2020 à 19h23

    Ce phénomène est connu depuis déjà deux mois , voir les vidéos du dr Campbell. Il analysait des données sur la question de la masse adipeuse en cas de penumonie.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications